La lettre de. Square. # 3 Octobre Les réglementations. bancaires

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La lettre de. Square. # 3 Octobre 2012. Les réglementations. bancaires"

Transcription

1 La lettre de Square # 3 Octobre 2012 Les réglementations bancaires

2

3 Sommaire 1 Présentation par Adrien Aubert, project manager et Aziz Kefi, consultant senior, Vertuo Conseil Pour une approche critique des dispositifs bâlois P 3 2 Les clés d une mise en œuvre réussie avec le Directeur des Risques de la Banque Postale Un entretien avec François Geronde P 5 3 Expertise par Philippe Richard, directeur des Affaires internationales de l Autorité de contrôle prudentiel (ACP) Comment Bâle III et Solvabilité II vont modifier les règles prudentielles dans la banque et l assurance P 7 3/12

4 1 Présentation par Adrien Aubert, project manager et Aziz Kefi, consultant senior, Vertuo Conseil Pour une approche critique des dispositifs bâlois L affirmation semble incongrue en cette période de crise et de rejet populaire des acteurs bancaires : «la sphère financière n a jamais été autant régulée». Comptabilité, gestion des risques, rémunération, transparence et communication constituent autant de thèmes couverts par des lois spécifiques ou des standards internationaux qui viennent se greffer aux lois régissant déjà le monde du travail. Dans ce cadre, l action du Comité de Bâle, qui définit les grands principes de maîtrise des risques financiers depuis une quinzaine d années, doit permettre de renforcer la solvabilité des établissements bancaires et promouvoir un financement sain et pérenne de l économie. Comment est-il encore possible que de grands déséquilibres financiers parviennent à déstabiliser même les pays les plus puissants de la planète? Tour d horizon d une réglementation imparfaite. Le principe fondateur Le concept bâlois repose sur l idée qu une banque doit à tout moment disposer de réserves minimales en termes de fonds propres afin de pouvoir faire face à tout événement de défaut, de retrait massif de dépôts ou d éventuelles pertes. Deux des principales contraintes règlementaires portent sur l estimation de la quantité requise d une part, sur le respect de critères de qualité relative à la nature de ces fonds propres (Pilier I) d autre part. La première contrainte impose un seuil minimal de 8% entre les fonds propres et les actifs pondérés des risques (APR, ou RWA pour Risk Weighted Assets), qui correspondent à une estimation de l ensemble des expositions potentielles ou avérées (en termes de risque de crédit, de marché et opérationnel), couplées à un coefficient symbolisant le risque associé à chacune de ces expositions (en se fondant par exemple sur les évaluations publiées par certaines agences de notation). La seconde contrainte impose que, parmi ces 8%, au moins 2 points correspondent au capital et aux réserves accumulés (le Core Tier 1 ou noyau dur de la banque), limitant ainsi la part des capitaux dits hybrides (obligations, actions, etc.) dans les fonds propres éligibles, ce qui traduit plus fidèlement la solvabilité réelle de l établissement. Les normes bâloises s attachent également à promouvoir les bonnes pratiques en termes de gestion des risques, notamment le pilotage et le contrôle interne (Pilier II), ainsi qu à harmoniser la structure et la typologie des informations financières diffusées sur les marchés (Pilier III). Au-delà de ces principes théoriques, désormais acquis comme standards de l ingénierie financière, des lacunes existent, notamment au plan du périmètre d application ou au niveau de certains mécanismes de calcul. Une réglementation, oui mais pour qui? Dans un contexte de transactions internationales, les réglementations bancaires devraient s appliquer à l ensemble des établissements intervenant sur les marchés financiers. Dans la réalité, charge aux États membres de l OCDE de montrer l exemple. Mais dans la pratique, tous les pays ne jouent pas le jeu : face aux réticences américaines à contraindre le bilan de leurs banques, seule l Union Européenne, en bon chevalier servant, se dote d un cadre réglementaire s appuyant en particulier sur une série de rapports (COREP/FINREP produits par les différents acteurs) que les régulateurs de chaque État membre ont pour mission de contrôler afin de garantir la résilience de leur système financier, aussi bien en situation «normale» (production trimestrielle) que dégradée (stress tests), pour les structures dites systémiques comme pour celles de taille plus réduite. En clair, les banques européennes appliquent des règles économétriques de quantification des fonds propres réglementaires selon le profil de risque de leur clientèle, là où les établissements américains ou asiatiques pilotent sur la base d indicateurs très peu cadrés d un point de vue prudentiel, type ratio de levier, bien loin des mécaniques complexes d estimations des pertes attendues (EL : Expected Loss) et inattendues (UL : Unexpected Loss). Au regard de l importance des fonds propres dans la tarification clients et la stratégie de rémunération des actionnaires, comment peut-on espérer établir une concurrence loyale dans un contexte de transactions croisées à l échelle internationale, instantanées et dématérialisées? Avant de se complexifier davantage et de se rendre encore moins acceptables du point de vue des banques, les principes de gestion des risques doivent en priorité élargir leur socle d application à l ensemble des économies de marché. Trop vite, trop tard Ces réglementations bancaires, partant d une volonté initialement saine d améliorer la sécurité des banques et par là même le financement général de l ensemble des agents économiques, peuvent être lues aujourd hui au travers d une grille de lecture de l histoire qui met en exergue leur retard, et parfois même leur caractère facilitateur de krachs financiers. Si le standard Bâle I devait répondre à des événements de faillites en chaîne constatés dans les années 70, les normes Bâle II corrigeaient ce premier dispositif en l affinant (d aucuns diraient en le complexifiant) et en l adaptant à la finance moderne et à la multitude de produits de bilan et de hors bilan inventés dans les années Parmi les principales caractéristiques, les nouveaux mécanismes proposés permettaient une réduction très significative du risque de crédit par l achat de dette souveraine, tandis qu une simple évaluation par les agences de notation des opérations de titrisation de ces fameux CDO (collateralized debt obligations), autrement dit ces obligations à risque adossées à divers actifs incontrôlés et/ou incontrôlables, suffisait à juger les risques. Incitées de la sorte, les banques 4/12

5 ne tardèrent pas à adapter leur portefeuille en formant un «couple risque/ rentabilité» règlementairement efficient, avec des conséquences encore difficiles à estimer. La diffusion des directives CRD II (transposées en droit français en 2010) puis CRD III ont aménagé dans l urgence des coussins de sécurité supplémentaires en termes de fonds propres (buffers) et de nouvelles exigences de contrôle interne, mais avec tout de même deux ans de retard. Dernier déphasage en date : dans le cadre des discussions autour de la CRD IV (la transposition des Accords de Bâle III), le dernier texte soumis suggère de restreindre l utilisation des notations externes aux portefeuilles faiblement dimensionnés tout en soumettant ces ratings au propre jugement de crédit de l établissement exposé, même en approche standard. On doit rire jaune autour de la Méditerranée. Quelles limites? Le contexte actuel de méfiance généralisée, combiné aux nouvelles exigences relatives à la quantité et à la qualité des fonds propres, engendre un blocage quasi-total des liquidités et pousse les banques à se transformer en coffres forts, en attendant de voir si la traditionnelle monnaie de référence, les obligations d État ou bons du trésor, retrouvent leur cours habituel. Un ajustement des taux directeurs nuirait à un investissement déjà moribond mais semble pourtant inéluctable pour tenter d inciter les établissements à prêter à nouveau. Car il ne faut pas perdre de vue la mission initiale des banques : financer les projets des particuliers et le développement des entreprises. Or, en déployant d importants budgets et effectifs sur l aboutissement des dispositifs bâlois en interne, prioritaires sous peine d amende, et malgré le renfort récurrent d équipes de consultants externes apportant une vision comparative et opérationnelle de textes de lois parfois trop conceptualisés, les banques ont pris du retard sur leur propre développement et le maintien de leur compétitivité sur le plan international, au point d inquiéter au plus haut niveau. En l occurrence, il est probablement dans l intérêt des pouvoirs publics de ne pas froisser, par des effets d annonces spectaculaires, des banques qui achètent leur dette, dont la qualité de crédit n est elle-même plus vraiment synonyme d une gestion sans faille Anticiper une transition progressive Toutefois, depuis quelques mois, un constat semble faire l unanimité parmi les partenaires financiers : le volume d échanges et de séances de travail, témoin de la coopération constructive qui se met en place, n a jamais été aussi important entre le régulateur et les acteurs financiers. Établir un nécessaire partage de l information, et pas seulement de manière unilatérale, permettra à terme d ajuster un dispositif réglementaire acceptable, accepté, intégrant plus efficacement les particularités de notre économie telles que la consolidation comptable des bancassureurs. S il paraît facile de pointer du doigt les lacunes des réglementations au regard des actualités financières, il s avère en revanche nettement plus ardu de mesurer ce qu elles ont permis d éviter. L Histoire nous montre que les réglementations bancaires sont aujourd hui indispensables pour encadrer un accroissement de la prise de risque, poussée par des exigences de rendements insensées. Elles permettent a minima de ne pas reproduire jusqu ici les erreurs commises par le passé et diffusent une compétence risque trop souvent minimisée face à l importance de la rentabilité. De plus, elles incitent également à une mise à niveau des infrastructures techniques combinées à des procédures humaines fiabilisées. La mission des organismes de régulation, fondamentalement apolitique, doit donc se focaliser sur la compréhension des besoins de chaque économie, non pas pour dissuader l investissement mais au contraire pour faciliter la mission des banques, soutenues en cela par les cabinets de conseil, dans la maîtrise, le choix et la priorisation du financement du développement durable. Quand la politique s en mêle La récente campagne présidentielle a illustré la méconnaissance profonde des réalités bancaires par les responsables politiques. L idée, pas tout à faire récente, de contraindre à dissocier, par une filialisation ou le cantonnement juridique, les activités de banque de détail des activités de spéculation, constitue une attaque frontale pour le système français (et allemand d ailleurs, où le même débat a lieu) qui s est pourtant démarqué depuis 2008 par une certaine résilience à la crise des subprimes. Les activités de marchés s avèrent d ailleurs indispensables dans la mise en place d une couverture contre les fluctuations des devises, des taux, des prix : qui oserait sérieusement se lancer dans un financement structuré en Chine sans swaper un yuan depuis trop longtemps sous-évalué contre de l euro ou du dollar américain? Par ailleurs, l interdiction pure et simple de certains produits en France ne serait qu une simple mesure de vitrine, car ces instruments seraient alors mis en place via des filiales à Londres, une place qui reste encline à la spéculation, en particulier sur les CDS (credit default swap). Enfin, parmi les autres pistes envisagées, la hausse de la fiscalité sur les banques ne pourrait-elle pas être vécue comme une nouvelle incitation à 5/12

6 2 Les clés d une mise en œuvre réussie par le Directeur des Risques de la Banque Postale Un entretien avec François Geronde La crise financière et l évolution des règles prudentielles, notamment la perspective de l entrée en vigueur de Bâle III, font de la gestion des risques une question essentielle dans la vie et l organisation des établissements bancaires comme nous l explique le directeur de cette activité à la Banque Postale. Comment abordez-vous l environnement prudentiel actuel, notamment en matière de gestion des risques? François Geronde : «C est assez complexe, notamment lorsque l on cherche à se projeter et à s inscrire dans la durée. D autant que tout s est accéléré depuis 2007 avec un enchaînement d évolutions réglementaires, puis, plus récemment, avec la perspective de l entrée en vigueur de Bâle III au 1er janvier 2013, mais dont le processus de mise en œuvre devrait se poursuivre jusqu en 2018 ou C est d autant plus délicat lorsque l on est une banque jeune, en plein développement, à mi chemin entre les grandes banques [les établissements dits «systémiques», NDLR] et les plus petites, puisque la Banque Postale n a démarré ses activités qu au 1er janvier 2006 avec le crédit immobilier. Sont ensuite venus, le crédit à la consommation en 2009, l assurance IARD en 2010, les entreprises en 2011 et enfin les collectivités locales aujourd hui. Ce qui fait désormais de nous une banque de plein exercice et nécessite un important programme de consolidation au niveau des risques». mises en œuvre, même si la pression des agences de notation pourrait conduire à une accélération. Parmi les différentes évolutions instaurées par Bâle3, une des plus problématique pour La Banque Postale est le ratio de levier qui, en définitive, pourrait limiter la capacité des banques à prêter. Ce ratio n a pas de réelle justification pour une pure banque de détail.» Quelles sont vos relations avec l Autorité de contrôle prudentiel (ACP) et comment abordez-vous l environnement réglementaire au niveau européen? «Nous avons de bonnes relations avec l ACP même si elle a aujourd hui tendance à durcir le ton avec l ensemble des établissements. De toute manière, l essentiel de la réglementation se décide désormais au niveau européen avec une homogénéisation des règles à l ensemble des Etats membres. Cette notion de «single rule book» qui consiste en un transfert de pouvoir du niveau national au niveau européen, complexifie les choses pour La Banque Postale qui, compte tenu de son positionnement exclusivement domestique, n a que de très faibles moyens d actions auprès des différentes autorités européennes.» Comment jugez-vous l environnement réglementaire actuel? «Il y a depuis 2010 une surenchère qui aboutit à trop de réglementation avec un empilement de mesures qui prises unitairement peuvent avoir un sens, mais dont le cumul peut s avérer problématique pour les banques et donc pour le financement de l économie. Cela dit, à événements exceptionnels, mesures exceptionnelles. Ensuite, tout est une question de phasage des Un banquier spécialiste de la gestion des risques François Geronde connait bien son métier. Directeur des Risques et membre du comité exécutif de la Banque Postale depuis décembre 2011, ce polytechnicien a auparavant passé près de dix ans en salle de marché, notamment à la Société Générale, puis à la direction des risques du Crédit Agricole. Entré à Efiposte, l antichambre de la Banque Postale qui assurait alors la gestion des CCP de la Poste, en 2002, il a pleinement participé à la création du nouvel établissement. Un parcours qu il qualifie de «pari» et de «véritable aventure» dans le cadre d un projet de développement de La Banque Postale particulièrement rapide et ambitieux, dont il estime qu il est pleinement respecté. 6/12

7 Quel a été l impact de la crise sur votre organisation? «Nous sommes en train de procéder à certains ajustements afin d intégrer toutes les évolutions réglementaires survenues depuis 2006, année de création de La Banque Postale. Pour le reste, on a surtout constaté que l on parlait auparavant beaucoup de «contrôle» et assez peu de «risques». Aujourd hui, il y a un travail d analyse et d anticipation beaucoup plus important, ce qui revalorise significativement la fonction risque. On constate ainsi, et c est intéressant, que les établissements qui ont le mieux résisté à la crise sont ceux où la direction des risques était solidement installée dans le paysage. De toute manière, la réglementation n évolue que par les crises. Ce qui se passe aujourd hui, c est que l on est obligé de «consolider» les risques, alors que les divers établissements n en avaient auparavant qu une vision «en silo». Avec l empilement actuel des différents risques (marché, crédit, immobilier, risques opérationnels), on est obligé d avoir une vision nécessairement décloisonnée.» Quel est l apport de Vertuo Conseil dans la définition et la mise en œuvre de la stratégie de votre direction? «Les consultants de Vertuo interviennent notamment sur la mise en conformité et le pilotage interne des dispositifs de gestion des risques (mise en place d outils de suivi et d alerte) et la mise en conformité à certaines exigences réglementaires (segmentation de la clientèle, gestion des défauts, tableaux de bord). D une manière générale, nous préférons travailler avec de «petits» cabinets qui s approprient véritablement notre problématique plutôt qu avec ceux qui «déroulent» leur méthode toute prête.» 7/12

8 3 Expertise par Philippe Richard, directeur des Affaires internationales de l Autorité de contrôle prudentiel (ACP) Comment Bâle III et Solvabilité II vont modifier les règles prudentielles dans la banque et l assurance Les grandes lignes de la réforme internationale en cours dans les domaines bancaire et assurantiel s articulent autour de deux grands dispositifs nommés respectivement Bâle III et Solvabilité II. En premier lieu et en ce qui concerne les établissements bancaires, Bâle III est au cœur des réformes en cours avec notamment l introduction de trois nouveaux ratios. Conçu comme une réponse à la crise qui a débuté en 2007, ce dispositif résulte des travaux du Comité de Bâle impulsés par le G 20. Sur le plan quantitatif, Bâle III va se traduire par un relèvement bienvenu des exigences de solvabilité des banques : au dénominateur du ratio de solvabilité, les exigences de fonds propres relatives aux risques de marché et de titrisation sont sensiblement accrues ; au numérateur, les fonds propres sont désormais constitués pour l essentiel de capital et de réserves, complétés par au moins deux coussins de «sécurité» et «contra-cyclique», que les banques pourront mobiliser en cas de crise moyennant des restrictions en termes de distribution de résultats ; en complément, les établissements dits «systémiques» et dont les difficultés seraient susceptibles de provoquer des réactions en chaîne Lehman Brothers en est une illustration devront disposer d une capacité accrue d absorption des chocs, matérialisée par une couche de fonds propres supplémentaires. Trois nouveaux ratios vont par ailleurs être mis en place : un ratio de liquidité à un mois (LCR ou liquidity coverage ratio) ; un ratio de transformation à un an (NSFR ou net stable funding ratio) ; un ratio de levier destiné à limiter le total des engagements des banques au regard des fonds propres. Sur le plan qualitatif, le Comité de Bâle impose par ailleurs des règles de gouvernance renforcées comportant une implication accrue des organes dirigeants des banques, et des exigences de rigueur pour la gestion des risques ainsi que la transparence vis-à-vis des marchés et des superviseurs. Un renforcement bienvenu des ratios qui appelle toutefois certaines réserves La mise en œuvre de standards harmonisés sur la liquidité est une incontestable avancée, la France disposant déjà de sa propre réglementation depuis maintenant plus de vingt ans. Ce liquidity coverage ratio ou LCR présente néanmoins des imperfections. Il privilégie le financement des États au détriment des autres agents économiques en faisant de la dette souveraine l élément principal du «coussin» de liquidité. Les inquiétudes soulevées par l état des finances publiques de certains pays jettent en outre un éclairage particulier sur ce ratio, dont nous souhaitons une révision en défendant notamment l élargissement de la liste des actifs liquides repris à son numérateur. Les discussions devraient très prochainement aboutir (en principe d ici mi-2013 pour le LCR et d ici mi pour le NSFR). Nous veillerons à ce que ces nouvelles règles n aient pas d impact indirect négatif sur le financement des entreprises, notamment les PME. En ce qui le concerne, le ratio de levier n a pas démontré sa pertinence et reste trop dépendant des cadres comptables, encore sensiblement différents entre l Europe et les États-Unis. Sa mise en œuvre ne pourrait donc être envisagée qu au titre du Pilier 2, comme un simple élément d analyse globale de l adéquation des fonds propres des banques. 8/12

9 Solvabilité II, des objectifs différents de ceux de Bâle III En matière d assurance, les objectifs de Solvabilité II sont différents de ceux de Bâle III, la réforme ayant été engagée avant que n éclate la crise financière et les assureurs traditionnels ayant été relativement épargnés. Le nouveau régime vise en effet à harmoniser et à renforcer la réglementation prudentielle du secteur de l assurance en Europe. Cette réforme, élaborée pour améliorer l évaluation et le contrôle des risques, était nécessaire à plusieurs égards. Le cadre prudentiel actuel est en effet peu sensible à la diversité des risques associés à chaque type d activité ; il était également devenu illisible au plan international en raison de la multiplicité des principes comptables, des règles prudentielles et des pratiques de contrôle. La mise en œuvre de réformes d une telle ampleur va inéluctablement modifier le business model des établissements concernés. Ce qui soulève inévitablement la question des ajustements en matière de gestion actifpassif des banques et des organismes d assurance. En l état actuel des négociations, Solvabilité II devrait entrer en vigueur au 1er janvier 2014 et n imposera pas, contrairement à Bâle III, de renforcement des fonds propres des organismes français. Les résultats d études quantitatives d impact réalisées en 2010 pour évaluer les conséquences de la nouvelle réglementation ont permis de mettre en évidence la solidité du marché français et de souligner sa capacité à respecter les nouvelles exigences sans besoins de capitaux supplémentaires. Au-delà de la refonte des principes d évaluation de leurs provisions techniques, au passif, la nouveauté de Solvabilité II réside dans la mise en œuvre d une hiérarchie des différentes classes d actifs en fonction de leur risque. Détenir des actions ou une obligation à 20 ou 30 ans n expose pas aux mêmes risques que d acheter un billet de trésorerie pour quelques mois. L atteinte de cet objectif suppose néanmoins que les banques mobilisent des ressources qui se chiffrent, pour les seuls établissements européens, à plusieurs centaines de milliards d euros. Au niveau mondial, l International Institute of Finance (IIF) évalue le coût de la mise en œuvre de Bâle III à milliards de dollars. Des chiffres qui doivent être mis en regard de ceux relatifs au coût de la crise financière que le Fonds monétaire international (FMI) estimait, en avril 2009, à plus de milliards de dollars, auquel il faudrait sans doute ajouter le coût de la tempête qui s est ultérieurement abattue sur les marchés. Quand l histoire s accélère sous la pression des marchés financiers Si le cap reste fixé d un point de vue réglementaire au 1er janvier 2019, les banques européennes sont aujourd hui soumises à de fortes pressions en raison de leur exposition sur la dette souveraine des pays dits «périphériques» de la zone euro et des difficultés qu elles auraient à se refinancer sur les marchés à court terme, notamment en dollars. Dans un effort pour tenter de restaurer la confiance, de grandes banques françaises ont annoncé diverses mesures destinées à renforcer leur solvabilité et à réduire leurs besoins de liquidités en dollars. Elles se sont aussi successivement engagées à respecter le nouveau ratio bâlois au cours de l année 2013, soit six ans avant l échéance fixée par les textes. L exercice d évaluation et de recapitalisation lancé par l European Banking Authority (EBA) en décembre 2011 afin d assurer le respect d un ratio de solvabilité de 9% à fin juin 2012 permettra dans ce contexte difficile d accélérer la préparation des établissements européens à ce nouvel environnement concurrentiel et réglementaire. Bâle III, qui entrera officiellement en vigueur le 1er janvier 2013, soulève des questions d une autre nature et d une ampleur incomparable. Conscient des répercussions potentielles du nouveau cadre prudentiel bancaire sur l économie, le Comité de Bâle a décidé de le mettre en œuvre de manière progressive jusqu en Une période transitoire avec un impact limité à 0,2% du PNB mondial d ici à 2019 Ce calendrier n a pas été fixé au hasard. Parallèlement à la conduite des négociations sur le calibrage des différents volets de la réforme, le Comité de Bâle a en effet conduit plusieurs analyses d impact. Fixée jusqu en 2019, la période de transition se traduira, aux termes de l analyse, par une contraction cumulée de 0,2 % seulement du PNB mondial pour la période allant de 2013 à D autres études ont ensuite évalué l impact à long terme de Bâle III. Il en ressort que des crises bancaires se produisent environ tous les 20 à 25 ans, soit une probabilité de survenance de 4 % à 5 % par an et que l accroissement du ratio de solvabilité sur fonds propres «durs» de 7 % à 8 % permet d abaisser la probabilité annuelle de survenance d une nouvelle crise de presque un point de pourcentage. Sur le long terme, cette réduction de la probabilité d une nouvelle crise se traduit à son tour par un effet positif sur le PNB mondial compris entre 0,2 % et 0,6 %. 9/12

10 Comment fonctionne l Autorité de contrôle prudentiel Autorité administrative indépendante créée en janvier 2010, l Autorité de contrôle prudentiel (ACP) est chargée de superviser l activité des banques et des assurances en France en veillant «à la préservation de la stabilité du système financier et à la protection des clients, assurés, adhérents et bénéficiaires des personnes soumises à son contrôle». Présidée par le Gouverneur de la banque de France, elle délivre les agréments des entreprises du secteur bancaire et de l assurance tout en étant chargée de surveiller leur situation financière. L ACP contrôle ainsi le respect des exigences de solvabilité de ces mêmes établissements tout en veillant au respect des règles relatives à la liquiditée des banques. Au plan international, l Autorité représente la France dans les diverses instances supranationales de la banque et de l assurance, une mission particulièrement importante pour faire entendre sa voix dans ces enceintes où se préparent des évolutions réglementaires extrêmement structurantes (Bâle III, Solvabilité II). L ACP se compose d un collège de dix-neuf membres, avec possibilité de se réunir en formation restreinte (8 membres), et de deux souscollèges sectoriels, l un dans l univers de la banque, l autre dans l univers des assurances. Une Commission des sanctions présidée par un conseiller d État et diverses commissions consultatives complètent le dispositif. Au total, l ACP compte un peu plus d un millier de collaborateurs. 10/12

11

12

Les banques et la stabilité financière

Les banques et la stabilité financière Les banques et la stabilité financière 26e Rendez vous de la Mondialisation : Banques et stabilité financière dans la mondialisation Mercredi 27 juin 2012 Laurent Clerc Directeur de la stabilité financière

Plus en détail

BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ

BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ COMMENT AMELIORER LA LIQUIDITE DE VOS ACTIFS? «Bâle III, dispositif international de mesure, normalisation et surveillance du risque de liquidité» est paru en

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 99 -

TABLEAU COMPARATIF - 99 - - 99 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Vu la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil sur les exigences prudentielles applicables aux établissements

Plus en détail

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com.

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com. Solvency II Contexte et enjeux de la réforme Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com Juin 2006 Sommaire Introduction Tour d horizon de Solvency II La gestion des risques

Plus en détail

Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement»

Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement» Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement» REFERENCE : 301 1. Objectif général Situer les enjeux de la nouvelle réglementation issue de Bâle III : «Capital Requirements Regulation (CRR)» et

Plus en détail

Bâle II. Changements en cours. Janvier 2010

Bâle II. Changements en cours. Janvier 2010 Bâle II Changements en cours Janvier 2010 Sommaire Renforcer de la résistance du secteur bancaire Les raisons des changements. Les fonds propres. Risque de contrepartie. Introduction d un ratio de levier

Plus en détail

Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin

Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin Directeur adjoint de la stabilité financière Banque de France 23/11/2014 1 SOMMAIRE Pourquoi amender la réglementation financière?

Plus en détail

Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales

Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales EIFR Risques opérationnels Enjeux structurels et défis à venir Paris, 5 novembre 2014 Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales Philippe BILLARD Chef du service des affaires internationales

Plus en détail

LES ACCORDS DE BÂLE III ET LA PREVENTION DES RISQUES FINANCIERS EN MILIEU BANCAIRE

LES ACCORDS DE BÂLE III ET LA PREVENTION DES RISQUES FINANCIERS EN MILIEU BANCAIRE LES ACCORDS DE BÂLE III ET LA PREVENTION DES RISQUES FINANCIERS EN MILIEU BANCAIRE Les accords de Bâle et la gestion des risques financiers en milieu bancaire Dispositif Bâle 2.5 (approuvé en juillet 2009)

Plus en détail

Ce que les banques vous disent, et pourquoi il est urgent de les entendre

Ce que les banques vous disent, et pourquoi il est urgent de les entendre Ce que les banques vous disent, et pourquoi il est urgent de les entendre Il n'y a pas d'économie dynamique sans banques fortes. Pour restaurer la compétitivité, il faut être capable d'accompagner les

Plus en détail

Processus du G20. Sommet Bancaire Francophone 2011. Michel Cardona, Secrétaire Général Adjoint de l Autorité de Contrôle Prudentiel

Processus du G20. Sommet Bancaire Francophone 2011. Michel Cardona, Secrétaire Général Adjoint de l Autorité de Contrôle Prudentiel Sommet Bancaire Francophone 2011 Bâle 3 et nouvelles règles prudentielles Processus du G20 Banque 04/03/2011 de France - Autorité de Contrôle Prudentiel Michel Cardona, Secrétaire Général Adjoint de l

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission - 53 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution, Vu la proposition de règlement du Conseil confiant à la Banque centrale européenne

Plus en détail

L Union bancaire européenne : un remède anti-crise. Les Rencontres de l IEFP

L Union bancaire européenne : un remède anti-crise. Les Rencontres de l IEFP L Union bancaire européenne : un remède anti-crise Les Rencontres de l IEFP Les principaux facteurs à l origine de la crise financière Un évènement déclencheur (les «subprimes») mais des origines multiples

Plus en détail

Le CIC en 2013 Performance de l activité commerciale, croissance des résultats et solidité financière

Le CIC en 2013 Performance de l activité commerciale, croissance des résultats et solidité financière COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 février 2014 Le CIC en 2013 Performance de l activité commerciale, croissance des résultats et solidité financière Résultats au 31 décembre 2013 Produit net bancaire 4

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

BANKING BUSINESS CONSULTING. Luxembourg Paris Brussels. POINT OF VIEW MAY 2012 Bâle III : la réforme de la liquidité dans les banques

BANKING BUSINESS CONSULTING. Luxembourg Paris Brussels. POINT OF VIEW MAY 2012 Bâle III : la réforme de la liquidité dans les banques BANKING BUSINESS CONSULTING Luxembourg Paris Brussels POINT OF VIEW MAY 2012 Bâle III : la réforme de la liquidité dans les banques 11/05/2012 Luxembourg Paris Brussels La réforme Bâle III a énoncé de

Plus en détail

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens.

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. Paris, le 15 juillet 2011 Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. L ABE (Autorité Bancaire Européenne) et les autorités de supervision nationales, dont l Autorité de contrôle

Plus en détail

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Présentation dans le cadre de l événement «Journée carrière PRMIA» 17 mars 2015 Mathieu Derome, M.Sc. Directeur Principal

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones. Rabat le 8 mars 2005. Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI,

Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones. Rabat le 8 mars 2005. Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI, Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones Rabat le 8 mars 2005 Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI, Gouverneur de Bank Al Maghrib Monsieur le Secrétaire Général, Mesdames

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III Octobre 2011 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté, se reporter à l original.

Plus en détail

DÉCOUVRIR L AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION

DÉCOUVRIR L AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION DÉCOUVRIR L AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION Autorité administrative indépendante adossée à la Banque de France, l Autorité de contrôle prudentiel et de résolution est en charge de l agrément

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Ratio structurel de liquidité à long terme : normes de publicité

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Ratio structurel de liquidité à long terme : normes de publicité Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Ratio structurel de liquidité à long terme : normes de publicité Juin 2015 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté, se reporter

Plus en détail

La surveillance prudentielle des institutions de dépôt

La surveillance prudentielle des institutions de dépôt La surveillance prudentielle des institutions de dépôt Journée des carrières de PRMIA Montréal Présentée par : Gouro Sall Diagne Mardi 17 mars 2015 Autorité des marchés financiers AGENDA L AUTORITÉ DES

Plus en détail

L IMPACT DE BÂLE III SUR LES PRÊTS AUX PME : L HEURE DE VÉRITÉ APPROCHE

L IMPACT DE BÂLE III SUR LES PRÊTS AUX PME : L HEURE DE VÉRITÉ APPROCHE L IMPACT DE BÂLE III SUR LES PRÊTS AUX PME : L HEURE DE VÉRITÉ APPROCHE JEAN-FRANÇOIS PONS* BENJAMIN QUATRE** Depuis la publication de la première mouture des accords de Bâle III en décembre 2010, et tout

Plus en détail

Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017

Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017 Paris, le 13 novembre 2013 Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017 Pour toute information complémentaire, consultez la présentation complète disponible sur le site internet du Groupe BPCE : www.bpce.fr

Plus en détail

La Banque Postale, nouvel acteur du financement local. Avril 2012

La Banque Postale, nouvel acteur du financement local. Avril 2012 La Banque Postale, nouvel acteur du financement local Avril 2012 Sommaire 1. La Banque Postale, une banque pas comme les autres 2. au service des territoires 3. Le financement, une nouvelle étape au service

Plus en détail

UNE HISTOIRE RECENTE DU RISQUE DE CREDIT

UNE HISTOIRE RECENTE DU RISQUE DE CREDIT ESILV UNE HISTOIRE RECENTE DU RISQUE DE CREDIT Vivien BRUNEL 05/12/2014 1 AGENDA INTRODUCTION LE TRANSFERT DU RISQUE DE CREDIT A. DERIVES DE CREDIT B. TITRISATION LA CRISE DES SUBPRIMES ET SES PROLONGEMENTS

Plus en détail

LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION

LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION Marija Vukmanovic, Director, chef de secteur clientèle entreprises Office de Promotion Economique du Canton de Genève Petit-déjeuner

Plus en détail

Les rencontres de l Asset management Quelle allocation d actifs sous solvabilité II Le 22 juin 2010 ---

Les rencontres de l Asset management Quelle allocation d actifs sous solvabilité II Le 22 juin 2010 --- Les rencontres de l Asset management Quelle allocation d actifs sous solvabilité II Le 22 juin 2010 --- Intervention de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France et Président de l Autorité de

Plus en détail

Exemples d actualité pour la mise en application de normes internationales sur les fonds propres et les liquidités

Exemples d actualité pour la mise en application de normes internationales sur les fonds propres et les liquidités Exemples d actualité pour la mise en application de normes internationales sur les fonds propres et les liquidités Séminaire des journalistes 2014 Hôtel Bellevue Palace, Berne 3 juin 2014 Dr Markus Staub

Plus en détail

En route vers Bâle III

En route vers Bâle III Sommaire Rappel de la réglementation Bâle II Un contexte de crise Présentation de la réforme Le volet liquidité Exemples d interventions Rappel de la réglementation Bâle II 3 piliers Pilier I : l'exigence

Plus en détail

EDC. Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier. Durée de l épreuve : 2 heures

EDC. Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier. Durée de l épreuve : 2 heures EDC Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier Durée de l épreuve : 2 heures Calculatrice autorisée Pas de documentation autorisée Notation Questions à choix multiples (25) Une

Plus en détail

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES 1 BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SBS MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES I. INTRODUCTION La supervision bancaire évolue de façon dynamique. La récente crise financière internationale

Plus en détail

REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC

REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC Comité d experts de la FEMIP Luxembourg 7-8 mars 2005 REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC Zouhair CHORFI Directeur du Trésor et des Finances Extérieures 1 Introduction Secteur financier marocain à la

Plus en détail

COMPORTEMENT DES BANQUES EUROPEENNES FACE A LA CRISE

COMPORTEMENT DES BANQUES EUROPEENNES FACE A LA CRISE COMPORTEMENT DES BANQUES EUROPEENNES FACE A LA CRISE Virginie TERRAZA Associate professor, CREA Université du Luxembourg Ces dernières années, les établissements bancaires européens ont eu massivement

Plus en détail

Observations générales

Observations générales Luxembourg, le 9 décembre 2010. Objet: Projet de loi n 6216 portant : transposition, pour le secteur de l assurance, de la directive 2009/49/CE du Parlement européen et du Conseil du 18 juin 2009 modifiant

Plus en détail

Présentation du rapport d activité 2014 de l Autorité de contrôle prudentiel et de résolution

Présentation du rapport d activité 2014 de l Autorité de contrôle prudentiel et de résolution Présentation du rapport d activité 2014 de l Autorité de contrôle prudentiel et de résolution Christian Noyer, président de l ACPR, gouverneur de la Banque de France Rémi Bouchez, président de la commission

Plus en détail

Paris Europlace Forum financier international 20 avril 2015 «FAVORISER LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE EN EUROPE»

Paris Europlace Forum financier international 20 avril 2015 «FAVORISER LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE EN EUROPE» Paris Europlace Forum financier international 20 avril 2015 «FAVORISER LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE EN EUROPE» Table ronde 3 : Revue de la stabilité financière de la Banque de France «Financement de l économie

Plus en détail

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières)

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières) Gestion des Risques Nos métiers par activité La Gestion des Risques consiste principalement à maîtriser et à contrôler l ensemble des risques de Crédit Agricole CIB afin de minimiser le coût du risque

Plus en détail

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005 De BÂLE II à SOLVABILITE II Solvabilité II s inspire largement des accords de Bâle II et en reprend les grands principes avec la structure en «trois piliers» La tentation est forte de reproduire également

Plus en détail

Prix des actifs et politique monétaire

Prix des actifs et politique monétaire Prix des actifs et politique monétaire André ICARD Conférence prononcée lors des premières doctoriales MACROFI Poitiers 6 Avril 2006 1 Introduction Les succès dans la lutte contre l inflation ont influencé

Plus en détail

QUELLES REGULATIONS POUR L INDUSTRIE DE LA NOTATION?

QUELLES REGULATIONS POUR L INDUSTRIE DE LA NOTATION? QUELLES REGULATIONS POUR L INDUSTRIE DE LA NOTATION? Norbert Gaillard* La crise financière qui a éclaté en 2007 et la grave récession économique qui a suivi ont conduit les principaux dirigeants politiques

Plus en détail

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN 7 OCTOBRE 2013 RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN CHAPITRE 1 UN MODÈLE DE BANQUE UNIVERSELLE ORIENTÉ CLIENT RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY UN ACTEUR BANCAIRE DE PREMIER PLAN 32 millions

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

La supervision des banques et des assurances par l Autorité de contrôle prudentiel : Défis et opportunités dans un environnement en mutation

La supervision des banques et des assurances par l Autorité de contrôle prudentiel : Défis et opportunités dans un environnement en mutation La supervision des banques et des assurances par l Autorité de contrôle prudentiel : Défis et opportunités dans un environnement en mutation Danièle NOUY, Secrétaire général de l Autorité de contrôle prudentiel

Plus en détail

Banque et Assurance Les Echos 7 ème conférence annuelle 13 Avril 2012. Economie Finance et Stratégie

Banque et Assurance Les Echos 7 ème conférence annuelle 13 Avril 2012. Economie Finance et Stratégie Banque et Assurance Les Echos 7 ème conférence annuelle 13 Avril 2012 I. Les changements règlementaires 1. Les changements règlementaires concernent non seulement les banques mais aussi l ensemble du système

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LA GESTION DES CRISES BANCAIRES ET LES POLITIQUES DE RESTRUCTURATION (Dakar, du 18 au 22 avril 2011)

SEMINAIRE SUR LA GESTION DES CRISES BANCAIRES ET LES POLITIQUES DE RESTRUCTURATION (Dakar, du 18 au 22 avril 2011) SEMINAIRE SUR LA GESTION DES CRISES BANCAIRES ET LES POLITIQUES DE RESTRUCTURATION (Dakar, du 18 au 22 avril 2011) EVOLUTION DES INSTRUMENTS DE PREVENTION DES CRISES DANS L'UEMOA SOMMAIRE. I Enjeux de

Plus en détail

RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME

RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME Par A. AIT-AIDER. Directeur Régional de la BNA. L Entreprise, la Banque : voilà deux acteurs centraux de l environnement économique dont le destin est

Plus en détail

Les modalités de gestion des contrats d épargne retraite. Fédération Française des Sociétés d Assurances

Les modalités de gestion des contrats d épargne retraite. Fédération Française des Sociétés d Assurances CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 juin 2010-9 h 30 «L épargne retraite individuelle et collective» Document N 6 Document de travail, n engage pas le Conseil Les modalités de gestion

Plus en détail

GESTION DES CRISES BANCAIRES ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION (Dakar, 18-22 avril 2011) Présentation du SENEGAL

GESTION DES CRISES BANCAIRES ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION (Dakar, 18-22 avril 2011) Présentation du SENEGAL GESTION DES CRISES BANCAIRES ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION (Dakar, 18-22 avril 2011) Présentation du SENEGAL Plan de la présentation > > Introduction > > I RAPPEL HISTORIQUE DE LA CRISE BANCAIRE DES

Plus en détail

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des dispositions de Bale II et Bale III dans l UMOA. Lieu : Salle

Plus en détail

Janvier 2011 *** - 1 -

Janvier 2011 *** - 1 - REPONSE DES AUTORITES FRANÇAISES A LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPEENNE EN VUE DE NOUVELLES MESURES D ENCADREMENT DES AGENCES DE NOTATION DE CREDIT Les autorités françaises saluent la consultation

Plus en détail

La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée

La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée DEFIS ET OPPORTUNITES DE LA MICROASSURANCE AU SENEGAL La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée Présenté par Mme Aida Djigo Wane AMSA Assurances

Plus en détail

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel Obligations Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel AUTEUR : LAETITIA TALAVERA-DAUSSE Tout au long de l année en Europe, plusieurs événements ont

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL RELATIF A LA POLITIQUE ET LES PRATIQUES EN TERMES DE REMUNERATION

RAPPORT ANNUEL RELATIF A LA POLITIQUE ET LES PRATIQUES EN TERMES DE REMUNERATION RAPPORT ANNUEL RELATIF A LA POLITIQUE ET LES PRATIQUES EN TERMES DE REMUNERATION (Article 43.1 du Règlement CRBF n 97-02 modifié par l arrêté du 13 décembre 2010) EXTRAIT DU RAPPORT CONSOLIDE DU GROUPE

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Lettre uniforme aux établissements de crédit et aux sociétés de bourse

Lettre uniforme aux établissements de crédit et aux sociétés de bourse Politique prudentielle Bruxelles, le 24 octobre 2005 PPB/154 Lettre uniforme aux établissements de crédit et aux sociétés de bourse Madame, Monsieur, Dans sa lettre du 3 juin 2005 (PPB/57), la Commission

Plus en détail

A S S O C I A T I O N L U X E M B O U R G E O I S E D E S F O N D S D E P E N S I O N, A S B L

A S S O C I A T I O N L U X E M B O U R G E O I S E D E S F O N D S D E P E N S I O N, A S B L A S S O C I A T I O N L U X E M B O U R G E O I S E D E S F O N D S D E P E N S I O N, A S B L FLASH n 19 juillet 2014 LA PROCHAINE REFONTE DE LA DIRECTIVE IORP La directive 2003/41/CE a marqué une première

Plus en détail

Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance

Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance Christine LAGARDE, Ministre de l Economie, de l Industrie et de l Emploi Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance Lundi 13 octobre 2008 Dossier de presse Communiqué

Plus en détail

Vérification de la fonction de trésorerie

Vérification de la fonction de trésorerie Vérification de la fonction de trésorerie La fonction de trésorerie est conforme à l ensemble des dispositions législatives et des politiques Ottawa, le 28 novembre 2013 Le vérificateur général Alain Lalonde

Plus en détail

Offre «Directive UCITS V»

Offre «Directive UCITS V» Offre «Directive UCITS V» Undertakings for the Collective Investment In Transferable Securities V Aurélie GONCALVES T : +32 (0) 499 74 83 28 @ : a.goncalves@kpdp-consulting.fr UCITS V Opportunités et défis

Plus en détail

RÉPONSES GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE CHAPITRE OBJECTIFS D APPRENTISSAGE

RÉPONSES GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE CHAPITRE OBJECTIFS D APPRENTISSAGE CHAPITRE 1 GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE RÉPONSES OBJECTIFS D APPRENTISSAGE Au terme de ce chapitre, l étudiant doit être en mesure de faire ce qui suit : 1. Comprendre la gouvernance d entreprise

Plus en détail

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Norme 16 : Risques de garde et d investissement Objectif

Plus en détail

SEMINAIRE INTERNATIONAL «Risques de crédit bancaire en Afrique» Ouagadougou du 23 au 26 octobre 2012 Hôtel Laïco Ouaga 2000

SEMINAIRE INTERNATIONAL «Risques de crédit bancaire en Afrique» Ouagadougou du 23 au 26 octobre 2012 Hôtel Laïco Ouaga 2000 Contexte et justification du séminaire L actualité financière et bancaire de ces dernières années nous a instruit largement sur les conséquences que peut avoir une mauvaise notation financière sur la capacité

Plus en détail

CIC Activité commerciale toujours en croissance

CIC Activité commerciale toujours en croissance Paris, le 26 juillet 2012 COMMUNIQUE DE PRESSE CIC Activité commerciale toujours en croissance Résultats au 30 juin 2012(1) Résultats financiers - Produit net bancaire 2 228 M - Résultat brut d exploitation

Plus en détail

Colloque FHF 25 octobre 2012 LES CONDITIONS DE FINANCEMENT DU SECTEUR HOSPITALIER PUBLIC

Colloque FHF 25 octobre 2012 LES CONDITIONS DE FINANCEMENT DU SECTEUR HOSPITALIER PUBLIC Colloque FHF 25 octobre 2012 LES CONDITIONS DE FINANCEMENT DU SECTEUR HOSPITALIER PUBLIC De la raréfaction de la liquidité à l impact de Bâle 3 A tous ceux qui pensent que nous ne faisons plus notre métier

Plus en détail

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle?

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Colloque Groupama AM CEPII La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Table ronde 1 : la stabilité et l unité du système financier européen vont- elles être rétablies? Patrick Goux et Christophe h Morel

Plus en détail

LES DIFFICULTÉS D ACCÈS AU CRÉDIT

LES DIFFICULTÉS D ACCÈS AU CRÉDIT LES DIFFICULTÉS D ACCÈS AU CRÉDIT Journée d étude «La gestion de la dette des collectivités et établissements publics locaux» Patrick Barbaste vendredi 9 novembre 2012 IEP de Strasbourg-CRC d'alsace PREMIERE

Plus en détail

Société Française des Evaluateurs

Société Française des Evaluateurs Strictement confidentiel Société Française des Evaluateurs L évaluation dans le secteur bancaire : particularités, limites et changements post-crise 2008. PwC Valuation & Business Modelling Juin 2015 Projet

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail

La gestion financière de l assurance, clé du développement économique

La gestion financière de l assurance, clé du développement économique La gestion financière de l assurance, clé du développement économique Grâce aux placements qu elle doit effectuer en contrepartie de ses engagements envers les assurés, l assurance joue un rôle primordial

Plus en détail

Crédit Agricole CIB. Année 2014. Le présent rapport est établi conformément à l'article 450 du règlement (UE) N 575/2013 du 26 juin 2013.

Crédit Agricole CIB. Année 2014. Le présent rapport est établi conformément à l'article 450 du règlement (UE) N 575/2013 du 26 juin 2013. Crédit Agricole CIB Rapport annuel relatif à la politique et aux pratiques rémunération s personnes définies à l article L. 511-71 du co monétaire et financier et en application du règlement délégué (UE)

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

Indications concernant les normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées

Indications concernant les normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Indications concernant les normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Norme 7 : Risque de liquidité Objectif Selon les Principes

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Mise en œuvre des IFRS dans la banque

Mise en œuvre des IFRS dans la banque Mise en œuvre des IFRS dans la banque Responsables financiers et comptables des institutions financières Experts Comptables Commissaires aux Comptes Comprendre les fondements des normes IFRS Savoir traiter

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ Avril 2009 Table des matières Préambule... 3 Introduction... 4 Champ d application... 5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour... 6 1. Cadre de gestion de la conformité...

Plus en détail

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 La Banque de France Sommaire 1- Les activités de la Banque de France p. 3 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 3- Les activités de la Banque et son organisation territoriale p. 5 4-

Plus en détail

La Note. Mars 2015. Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social?

La Note. Mars 2015. Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social? 1 Sociale S La Note Sociale Mars 2015 Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social? L objectif de cette note est de faire le point sur le CICE, notamment à partir

Plus en détail

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit EXPERTISE COMPTABLE (1/3) Les cabinets de grande taille sont affectés par des évolutions similaires à celles qui touchent les cabinets de petite taille. Cette page reprend la description donnée pour les

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

CM10-CIC Le groupe mutualiste poursuit son développement et confirme sa solidité financière

CM10-CIC Le groupe mutualiste poursuit son développement et confirme sa solidité financière CM10-CIC Le groupe mutualiste poursuit son développement et confirme sa solidité financière Le développement commercial s est poursuivi en 2011 avec, comme objectif concrétisé, le financement de l économie

Plus en détail

Asset Quality Review

Asset Quality Review Asset Quality Review Eclairage, par Harwell Management 1 Table des Matières En quelques mots... 3 Contexte : une confiance sur la santé des bilans des banques européennes fragile... 3 Objectifs et Enjeux...

Plus en détail

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché INFO # 28 Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché CONTEXTE ACTUEL DE LA DÉLÉGATION DE GESTION Une accélération sensible des mutations autour de l activité de délégation

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

FONDS AQUI-INVEST. I. Présentation de l action. Contexte Développement de l action et enjeux

FONDS AQUI-INVEST. I. Présentation de l action. Contexte Développement de l action et enjeux FONDS AQUI-INVEST I. Présentation de l action AQUI-INVEST, est le premier fonds de co-investissement en capital risque régional français. Il s'agit d une nouvelle génération d investissement public impulsée

Plus en détail

De la consolidation des comptes à celle des risques

De la consolidation des comptes à celle des risques De la consolidation des comptes à celle des risques André Rolland 1 er juin 2006 Sommaire Introduction Les grands principes de la réforme réglementaire Notation Bâle II et consolidation des comptes Notion

Plus en détail

DEBT SUSTAINABILITY AND DEBT MANAGEMENT STRATEGY IN

DEBT SUSTAINABILITY AND DEBT MANAGEMENT STRATEGY IN 4 th Forum (4 ème Forum) of Debt Management Facility Stakeholder s 2-3 May, 2013 Berlin (Germany) DEBT SUSTAINABILITY AND DEBT MANAGEMENT STRATEGY IN DEVELOPING COUNTRIES THAT ARE SEEKING NON CONCESSIONAL

Plus en détail

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE ET EVOLUTION DU DISPOSITIF DE SUPERVISION DANS LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE ET EVOLUTION DU DISPOSITIF DE SUPERVISION DANS LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE Secrétariat Général Boîte Postale 1917 - Yaoundé République du Cameroun TELEX BANETAC 8343 KN Tél. (237) 223.40.30 (237) 223.40.60 Fax. (237) 223.82.16 12ème ASSEMBLEE

Plus en détail

BANKING BUSINESS CONSULTING. Luxembourg Paris Brussels. STRESS TESTS JUNE 2012 Défis majeurs et best practices

BANKING BUSINESS CONSULTING. Luxembourg Paris Brussels. STRESS TESTS JUNE 2012 Défis majeurs et best practices BANKING BUSINESS CONSULTING Luxembourg Paris Brussels STRESS TESTS JUNE 2012 Défis majeurs et best practices 12/06/2012 1 Luxembourg Paris Brussels Les stress tests ou tests de résistance sont des techniques

Plus en détail

COMITÉ EUROPÉEN DU RISQUE SYSTÉMIQUE

COMITÉ EUROPÉEN DU RISQUE SYSTÉMIQUE 13.10.2011 Journal officiel de l Union européenne C 302/3 COMITÉ EUROPÉEN DU RISQUE SYSTÉMIQUE DÉCISION DU COMITÉ EUROPÉEN DU RISQUE SYSTÉMIQUE du 21 septembre 2011 relative à la fourniture et à la collecte

Plus en détail

Gouvernance et. contrôle

Gouvernance et. contrôle Gouvernance et fonctions de contrôle International Retail Banking : la banque de détail hors zone euro Le Groupe BNP Paribas Un leader mondial des services bancaires et financiers avec un fort enracinement

Plus en détail

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE RETRAITE COLLECTIVE, UN DEFI LEGISLATIF ET ORGANISATIONNEL Le paysage démographique comme économique de la France rend de plus en plus inéluctable

Plus en détail