Le point sur... La réglementation des marchés. 3 ème. Informations fournies par le ministère fédéral des Finances

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le point sur... La réglementation des marchés. 3 ème. Informations fournies par le ministère fédéral des Finances"

Transcription

1 Version de : avril 2013 Le point sur... Informations fournies par le ministère fédéral des Finances La réglementation des marchés financiers Sur la voie de l Union de la stabilité 3 ème volet

2 Editorial Chère lectrice, cher lecteur, Notre monnaie commune assure la stabilité des prix comme à l époque du deutschemark et la stabilité des taux de change par rapport aux autres monnaies, comme le dollar US. L euro est une unité de compte sûre et une monnaie de réserve très demandée au niveau mondial. Environ 330 millions de personnes dans 17 pays d Europe bénéficient de sa force et de ses avantages économiques et politiques. Il n y a pas de crise de l euro. Il y a eu cependant une série d autres crises au cours de ces dernières années. La crise bancaire s est transformée en crise financière, la crise financière est devenue une crise économique et enfin, les budgets de certains pays de la zone euro ont rencontré des difficultés. Certains Etats membres n étaient plus en mesure de servir leurs dettes de manière certaine. La crise des dettes souveraines a fait glisser l Union économique et monétaire vers une crise de confiance - et ce, malgré la stabilité de l euro. L Allemagne est le pays qui profite le plus de la monnaie commune. C est pourquoi nous, les Allemands, avons le plus grand intérêt à ce que l Union économique et monétaire devienne une Union de la stabilité. Conjointement avec nos partenaires européens, nous avons adopté toute une série de mesures afin de nous attaquer à la racine des causes de la crise des dettes souveraines. Ces mesures ont comme objectif de rétablir durablement la confiance dans la zone euro, afin que l euro demeure une monnaie forte. Le ministère fédéral des Finances prend au sérieux son obligation et sa responsabilité consistant à fournir des informations sur sa politique de stabilisation de la zone euro. Car la politique échoue lorsqu elle ne parvient pas à expliquer suffisamment ses décisions à la population. C est pourquoi nous avons non seulement créé le forum d information mais aussi une série de brochures thématiques en quatre parties, qui font pour vous «Le point sur...» les différents instruments de lutte contre la crise des dettes souveraines. Le présent numéro se penche sur les réformes du marché financier. En effet, la crise des marchés financiers, qui a commencé en 2007/2008 aux Etats-Unis, a rapidement déferlé également sur l Europe et a mis en lumière les déficits de réglementation du secteur bancaire et financier. De nombreuses banques favorisaient des pratiques commerciales exagérément spéculatives, récompensaient de manière unilatérale, par l intermédiaire de leurs systèmes de rémunération, une propension au risque trop élevée et ne détenaient pas suffisamment de fonds propres comme coussin de sécurité pour les opérations à risques. De plus, le système existant d évaluation de la solvabilité («rating») s est avéré améliorable. C est la raison pour laquelle l Allemagne, conjointement avec ses partenaires européens et internationaux, a créé un nouveau cadre réglementaire pour les marchés financiers, grâce auquel le secteur financier peut retrouver sa fonction au service de l économie réelle. Le ministère fédéral des Finances

3 Point de départ La réforme de l Union économique et monétaire Au cours de ces dernières années, les remous de la crise économique et financière ont entraîné certains Etats européens dans une situation financière difficile. Les causes de cette évolution étaient les suivantes : manque de réformes structurelles et manque de compétitivité, mais aussi politique budgétaire déraisonnable et réglementation insuffisante des marchés financiers. La valeur interne (le taux d inflation) et la valeur externe de l euro sont demeurées stables pendant les années de crise, mais une forte pression a été exercée sur le bon fonctionnement de l Union monétaire. Afin de garantir à long terme la stabilité de la zone euro, des mesures de grande ampleur ont été adoptées : I. La nouvelle surveillance de la politique budgétaire : grâce au Pacte budgétaire et aux nouvelles dispositions budgétaires du Pacte de stabilité et de croissance, la dette publique des Etats membres peut être réduite et limitée et les déficits structurels pourront à l avenir être complètement évités. Les Etats membres sont tenus, à des fins de contrôle, de transmettre régulièrement des rapports à la Commission européenne dans le cadre du «Semestre européen». II. La nouvelle gouvernance économique : une stratégie de croissance commune, un Pacte pour la croissance et l emploi et le «Pacte pour l euro plus» doivent rendre les pays de la zone euro plus compétitifs. La procédure de prévention et de correction des déséquilibres économiques aidera à l avenir à coordonner et à surveiller les politiques économiques. III. La réglementation des marchés financiers : grâce à des mesures nationales, européennes et mondiales de réglementation des marchés financiers, ceux-ci se trouvent dotés d un cadre réglementaire grâce auquel le secteur financier retrouve sa fonction au service de l économie réelle. I V. Les mécanismes de stabilité : le Mécanisme européen de stabilité (MES) et le mécanisme européen de protection temporaire (FESF, MESF) sont des mécanismes d aide efficaces qui permettent de faire face rapidement à des situations de crise. Des mesures pour un euro durablement stable Des budgets stables La nouvelle surveillance de la politique budgétaire Une économie stable La nouvelle gouvernance économique Des marchés financiers stables La réglementation des marchés financiers Pacte budgétaire Pacte de stabilité et de croissance Semestre européen Europe 2020 Pacte pour l euro plus Procédure de surveillance macroéconomique Responsabilité Stabilité du système Transparence Justice Surveillance Les mécanismes de stabilité Mécanisme européen de stabilité (MES) Fonds européen de stabilité financière (FESF) Mécanisme européen de stabilisation financière (MESF)

4 Redonner son sens à la responsabilité Jusqu à la crise financière de 2007/2008, les banques, en concurrence pour des rendements toujours plus élevés, prenaient des risques toujours plus grands, avec un ratio d endettement toujours plus élevé. Avec les conséquences correspondantes. Avec l ensemble de règles «Bâle III» (et ce que l on appelle la «Capital Requirements Directive IV» européenne, en abrégé : CRD IV), des conséquences importantes ont été tirées de la crise, afin d empêcher qu elle ne se produise de nouveau à l avenir. Quiconque bénéficie de chances de réaliser des profits doit également être capable de supporter les risques liés à ces chances. Les prescriptions de Bâle III obligent les établissements financiers à assortir à l avenir leurs transactions de plus de fonds propres afin de pouvoir se stabiliser par eux-mêmes en cas de crise. Les nouvelles règles de fonds propres qui seront mises en œuvre progressivement d ici 2019 réduiront le risque lié aux transactions financières pour l ensemble de la population. Les dispositions en matière de liquidités sont elles aussi améliorées. Le gouvernement fédéral, en adoptant le 22 août 2012 son projet de loi de transposition de ce que l on appelle CRD IV, a montré clairement qu il encourage expressément une adoption rapide de CRD IV dans le cadre de la procédure européenne. Cette adoption est imminente. Le gouvernement fédéral a en outre créé, avec ce projet de loi, la base nécessaire, d une part, au renforcement des exigences de fonds propres applicables aux banques allemandes et, d autre part, à la dotation de l autorité allemande de surveillance des établissements bancaires en possibilités de contrôle et de sanction plus efficaces. Bâle III : des exigences renforcées en matière de fonds propres pour les banques 12 % 10 % 8 % 6 % 4 % 2 % 0 % jusqu à présent 4 % 2 % 2 % +0 jusqu à 2,5 % 2,5 % 2 % 1,5 % 4,5 % coussin de fonds propres anticyclique coussin de conservation fonds propres complémentaires fonds propres durs supplémentaires fonds propres durs Les fonds propres d un établissement financier sont constitués des fonds propres de base et des fonds propres complémentaires. Lorsqu une banque connaît des turbulences, les «fonds propres durs» sont particulièrement importants.

5 Les rémunérations incitatives néfastes axées uniquement sur le court terme («bonus») ont considérablement contribué à la crise financière. C est pourquoi le gouvernement fédéral a obligé les banques et les assurances à introduire des systèmes de rémunération appropriés, transparents et axés sur une évolution durable. Lorsqu un manager est responsable de pertes, il doit alors supporter un malus, c est-à-dire une diminution de la part variable de son salaire. Par ailleurs, l autorité de surveillance des établissements bancaires a été habilitée à interdire le versement de bonus dans certains cas. L Allemagne s est en outre engagée avec succès au niveau de l UE pour que soient supprimées les incitations négatives de la rémunération variable (notamment les bonus) pour la prise de risques par les dirigeants des établissements financiers. Le renforcement de la base de fonds propres des établissements financiers et la refonte du système de rémunération des dirigeants bancaires va redonner son sens à un principe régulateur central : le principe de responsabilité. Quiconque a des chances de réaliser des bénéfices doit également, en cas de perte, assumer les risques de son action. La rémunération est à cet égard l un des côtés seulement de l équilibre entre risque et responsabilité: les managers qui obtiennent de mauvais résultats doivent non seulement ne pas être rémunérés pour cela, mais devraient, dans les cas sérieux, s attendre à des conséquences civiles et pénales. Ce qui est en fait une évidence. Le traitement pénal de la crise des marchés financiers n est toutefois jusqu à présent pas satisfaisant. Une condamnation a été prononcée dans un seul cas seulement. Quiconque ne remplit pas sciemment ses obligations de vigilance en qualité de directeur de banque, de telle sorte que la banque rencontre par la suite des difficultés menaçant son existence, met en danger non seulement la stabilité de l établissement lui-même, mais souvent aussi également la stabilité du système financier dans son ensemble. Dans ce cas, des biens juridiques possédant une grande valeur pour l intérêt général sont concernés, pour lesquels, en cas de crise, l Etat et les contribuables doivent payer un prix élevé. Le gouvernement fédéral a réagi et a adopté une loi sur ce sujet. A l avenir, les obligations des directeurs de banque et d assurance ainsi que les conséquences découlant des infractions seront clairement définies et faciles à suivre.

6 Rendre le système financier dans son ensemble plus résistant face aux crises Lorsqu une banque rencontre des difficultés financières, l imbrication des établissements peut entraîner des risques de contagion considérables. Plus cette imbrication est forte et plus les risques encourus sont élevés, plus le risque pour la stabilité du système financier dans son ensemble est grand et plus l Etat se voit contraint d intervenir sous la forme d actions de sauvetage («établissements systémiques»). C est pourquoi le gouvernement fédéral a adopté des mesures visant à réduire durablement le risque de voir l Etat être obligé d «intervenir sous la contrainte». - en particulier pour les banques systémiques dans le cadre de conventions internationales. A l échelle de la planète, les Etats du G20 ont établi en novembre 2012 une liste actualisée de 28 banques systémiques au niveau mondial, auxquelles des exigences de fonds propres particulièrement élevées doivent s appliquer. A l échelle européenne, sur la base du test de résistance de l Autorité bancaire européenne (ABE), obligation a été faite aux grandes banques européennes de constituer avant le 30 juin 2012 un ratio de fonds propres durs de 9 pour cent. Les grandes banques allemandes ont toutes rempli cette obligation. L Allemagne s engage en outre pour que chaque autorité de surveillance nationale puisse imposer aux banques systémiques nationales également des exigences de capital allant au-delà des dispositions d application générale. Le gouvernement fédéral a déjà inscrit cette possibilité dans le projet national de loi de transposition de CRD IV («Capital Requirements Directive IV»). Avec la loi allemande sur les restructurations, des règles claires pour l assainissement ou la liquidation des grandes banques menacées de faillite ont été introduites dès le début de l année Cette loi a servi de modèle au projet de directive actuellement négocié au niveau de l UE sur l assainissement et la liquidation des établissements de crédit et des entreprises d investissement, qui doit être transposé en droit allemand à la fin de l année Avec la France, l Allemagne compte parmi les premiers pays de l UE à se doter déjà d une législation imposant aux banques l élaboration de plans appelés «testaments bancaires» : les banques sont tenues de présenter des plans d assainissement afin, en cas de doute, de permettre aux autorités de surveillance d agir plus promptement et d éviter les obstacles à la liquidation de l établissement. Afin de mieux isoler les risques résultant des opérations spéculatives des activités de banque de dépôt, l Allemagne, ici aussi conjointement avec la France, fait avancer l instauration d un système de séparation des activités bancaires En cas de dépassement de certains seuils, les opérations spéculatives devront à l avenir être isolées des activités de banque de dépôt et être gérées par un institut commercial indépendant, pour le bien de la stabilité du système financier et pour le bénéfice des clients et aussi, en fin de compte, des contribuables.

7 Afin de garantir un marché financier stable et moins sujet aux fluctuations, les activités du secteur financier ayant un effet déstabilisateur sur celui-ci doivent être limitées. L Allemagne a pris les devants en prononçant dès 2010 une interdiction des ventes à découvert non couvertes et a imposé que des mesures comparables soient introduites également au niveau européen. Le ministère fédéral des Finances a en outre déjà présenté à l été 2012 des grandes orientations visant à soumettre à une réglementation nationale stricte les transactions à haute fréquence réalisées par des moyens informatiques. Comme l a montré par exemple ce que l on appelle le «flash crash» (krach éclair) sur les bourses américaines en 2010, les transactions à haute fréquence peuvent renforcer dangereusement les fluctuations extrêmes des marchés financiers. La loi portant réglementation des transactions à haute fréquence, qui s inspire des futures prescriptions de l UE en la matière, est passée, dans le cadre de la procédure parlementaire, devant le Bundetag (la chambre fédérale des députés) et devant le Bundesrat (la chambre des représentants des länder). Améliorer la transparence des marchés et des produits Au cours des décennies écoulées, la complexité des produits financiers a considérablement augmenté, alors que le doute a persisté quant à l utilité de nombre de ces produits. Les autorités de surveillance, mais aussi les acteurs des marchés financiers eux-mêmes ont éprouvé toujours plus de difficultés à évaluer l importance et la répartition des risques encourus. Ce sont précisément la crise américaine des prêts hypothécaires à risques (subprimes) et la crise bancaire qui en a résulté après l effondrement de la banque américaine Lehman Brothers qui ont montré que les agences de notation ont reconnu trop tard les risques des produits financiers complexes. Les autorités de surveillance n ont pas pu appréhender à temps les risques pour la stabilité des marchés financiers et n ont pas pu imposer une réglementation efficace. Ainsi, les décisions d investissement n ont plus été prises de manière appropriée. Les opérations de gré à gré sur produits dérivés («Over the Counter», forme abrégée : OTC) se sont avérées à cet égard problématiques. Grâce au règlement de l UE sur les produits dérivés de gré à gré, les contreparties centrales et les registres de transactions adopté en juillet 2012 (que l on appelle règlement de l UE sur l infrastructure du marché européen, «European Market Infrastructure Regulation», forme abrégée : EMIR), ces transactions se dérouleront à l avenir dans un cadre réglementaire strict. D une part, il ne sera plus permis d effectuer certaines transactions sur produits dérivés directement entre parties en dehors des marchés boursiers, mais ces transactions devront être effectuées uniquement par l intermédiaire de chambres de compensation spécialisées dans les opérations sur titres. Ainsi, les effets de contagion en cas de défaillance d une des parties seront évités. D autre part, à l avenir, l ensemble des transactions sur produits dérivés, y compris

8 les contrats négociés en bourse, devront être déclarées auprès de registres centraux. De cette manière, il sera plus facile à l autorité de surveillance des marchés financiers de bénéficier d une meilleure vue d ensemble des activités des marchés et des expositions aux risques, afin de pouvoir agir contre des évolutions non souhaitées dans ce domaine jusqu à présent non réglementé. Afin que les nouvelles règles de l UE soient pleinement applicables, la loi portant application de la directive EMIR et garantissant au plan national la mise en œuvre et la surveillance des dispositions de l UE est en outre entrée en vigueur en février Une loi de réglementation des fonds spéculatifs et d autres fonds d investissement alternatifs doit soumettre à l avenir à une obligation déclarative et à une surveillance continue les gestionnaires de fonds spéculatifs et de fonds de capital-investissement jusqu à présent non réglementés. Ce qui est la norme depuis longtemps déjà pour certaines fonctions particulières des banques et des caisses d épargne, c est-à-dire une compétence, une expérience et une fiabilité particulières, s applique désormais aussi aux fonds d investissement alternatifs. En contrepartie, les gestionnaires de fonds obtiennent la possibilité de distribuer leurs fonds dans toute l UE. Les agences de notation qui exercent leur activité dans l UE sont soumises à une surveillance plus étroite. En vertu des dispositions de la directive de l UE de 2009 sur les agences de notation, cellesci doivent se faire enregistrer et sont soumises à des obligations étendues en matière d organisation et d information. En cas de non-respect de la directive de l UE sur les agences de notation, des amendes d un montant considérable peuvent être infligées. Ces dispositions ont entre-temps été modifiées pour la deuxième fois : afin de renforcer la responsabilité propre des entreprises en matière d évaluation des risques de placement, la dépendance vis-à-vis des évaluations externes doit être progressivement réduite. En outre, la responsabilité des agences de notation est renforcée, celles-ci devant à l avenir être responsables des évaluations erronées (suite à une faute intentionnelle ou à une négligence) vis-à-vis des entreprises évaluées et vis-à-vis des investisseurs. Des dispositions supplémentaires visent à renforcer la compétitivité et la transparence sur le marché des agences de notation. L Allemagne insiste auprès du G20 et de l UE pour que soient adoptées des normes internationales contraignantes de réglementation de ce que l on appelle les banques de l ombre. Les banques de l ombre sont des entreprises qui réalisent des opérations de crédit en dehors du secteur bancaire réglementé (traditionnel), comme par exemple des sociétés de titrisation, des OPCVM monétaires ou des fonds spéculatifs. Conformément à l objectif du G20 consistant à soumettre à une surveillance et à une réglementation appropriées tous les établissements et instruments financiers susceptibles de présenter des risques pour la stabilité des marchés financiers, le gouvernement

9 fédéral s engage pour que les investissements bancaires dans des banques de l ombre soient obligatoirement assortis de plus de fonds propres et pour que les OPCVM monétaires prévoient obligatoirement des marges de sécurité afin d empêcher les sorties soudaines de liquidités. Les modèles de conseils basés sur des commissions peuvent fournir une incitation biaisée pour un mauvais service de conseil fourni à l investisseur, par exemple lorsque des risques essentiels d un produit sont dissimulés. Le gouvernement fédéral travaille par conséquent au niveau européen avec ses partenaires à l amélioration des règles applicables aux activités de conseil, afin que celles-ci soient rémunérées directement par le client et non sous la forme d une commission d apport. En Allemagne, le gouvernement fédéral, en présentant un projet de loi dans le cadre de la procédure parlementaire, crée le cadre juridique pour les conseils en placements basés sur des honoraires, qui doivent être proposés au client comme offre pouvant se substituer aux conseils en placements basés sur des commissions. L amélioration de la transparence des marchés et des produits financiers rend visibles les risques encourus dans le système financier. Cela sert à tous les acteurs des marchés financiers, mais surtout aux investisseurs, qui, eu égard à la complexité de nombreux produits, peuvent perdre rapidement la vision d ensemble. Pour la surveillance des marchés financiers, la transparence est essentielle afin de pouvoir imposer efficacement l application des exigences réglementaires. Impliquer les responsables dans les coûts de la crise Dans la crise financière mondiale, les pouvoirs publics ont dû intervenir avec des montants de plusieurs milliards afin de stabiliser ou de liquider les banques de manière ordonnée - pendant que, en même temps, de nombreux acteurs des marchés financiers gagnaient sur une longue période des montants importants sur la base de modèles d exploitation dépourvus de responsabilité. C est extrêmement injuste. Les banques doivent pouvoir être liquidées tout comme toute entreprise industrielle ou prestataire de services. Avec la loi sur les restructurations, le gouvernement fédéral veille à ce que, comme pour toute autre faillite, les propriétaires soient également les premiers à perdre leur mise. Les moyens de l Etat ne doivent être disponibles que lorsqu il est fait appel dans un premier temps aux propriétaires. Cette procédure suit un principe de base de l économie sociale de marché. Aux termes des dispositions de la loi sur les restructurations, des créanciers peuvent dès aujourd hui eux aussi être impliqués dans les pertes de banques touchées par la crise. Au niveau européen également, un instrument indépendant d amortissement des dettes ou de

10 transformation de celles-ci en capital social (ce que l on appelle «Bail-In», ou recapitalisation interne) est à présent proposé. Ces dispositions renforcent la résistance des banques face aux pertes et, partant, la stabilité du système financier, tout en garantissant que non seulement les pouvoirs publics, mais également les détenteurs de parts et les créanciers privés sont responsables des risques des banques. La taxe bancaire en vigueur depuis 2011 garantit l implication progressive de toutes les banques qui atteignent une certaine taille minimum dans la constitution d un fonds, qui sera utilisé dans le cas d une restructuration bancaire avant que l Etat ne soit autorisé à intervenir en soutien. Ainsi, le secteur financier participe pour la première fois de manière systématique aux coûts de la lutte contre une crise financière et, en même temps, une stabilité sensiblement plus grande est introduite dans le secteur bancaire. Le gouvernement fédéral s est engagé avec beaucoup de succès pour qu un groupe d Etats membres de l UE œuvre de manière conséquente à une taxe sur les transactions financières. Cette démarche commune permet une taxation sur une assiette large et réduit le risque de réactions d éviction, augmentant ainsi les recettes fiscales recouvrables. Le gouvernement fédéral continuera de s engager en faveur d une taxe sur les transactions financières à l échelle de l UE et, mieux encore, internationale. Une mise en œuvre réussie des mesures adoptées jusqu à présent peut avoir un effet incitatif en ce sens. Permettre à la surveillance de mieux s imposer Sans surveillance et sans contrôle exercés par une autorité de surveillance financière efficace, les meilleures règles ne servent à rien. Rétrospectivement, on peut dire que la surveillance en Europe et également dans d autres régions du monde était insuffisamment dotée en ressources et en compétences pour pouvoir identifier de manière précoce les dérives sur les marchés financiers et intervenir. Dans de nombreux cas, la surveillance purement nationale n était pas suffisamment en mesure de surveiller les banques exerçant une activité internationale et la coopération transfrontalière n était pas suffisante. Avec la loi portant réforme de la surveillance financière nationale, le gouvernement fédéral a fait en sorte que les dangers pour la stabilité financière puissent à l avenir être identifiés de manière plus précoce. Un comité de stabilité financière a été mis en place à cet effet. Des représentants de la Bundesbank (la banque centrale fédérale), du ministère fédéral des Finances, de l Office

11 Point de vue fédéral de surveillance des marchés financiers (Bundesanstalt für Finanzdienstleistungsaufsicht BaFin) et un représentant de l Autorité fédérale de stabilisation des marchés financiers (Bundesanstalt für Finanzmarktstabilisierung FMSA) sont membres de ce comité. Afin de renforcer la surveillance financière transfrontalière, les bases d un système européen de surveillance financière (European System of Financial Supervision - ESFS) ont été posées le 1er janvier Ce système se compose du Comité européen du risque systémique (CERS) et des trois autorités de surveillance financière des banques (ABE), du secteur des assurances (AEAPP) et du marché des valeurs mobilières (AEMF). Ainsi, la surveillance financière est articulée au niveau européen et son efficacité et sa qualité se trouvent améliorées. Le gouvernement fédéral veut une surveillance européenne des établissements bancaires forte. C est pourquoi la chancelière fédérale, conjointement avec les autres chefs d Etat et de gouvernement de l UE, a décidé de créer un mécanisme de surveillance unique des banques intégrant la Banque centrale européenne. Ainsi, la surveillance des établissements bancaires est détachée du contexte purement national, la pratique de la surveillance est unifiée et les incitations inappropriées sont supprimées. Il importe à cet égard de noter que la surveillance commune a besoin d être dotée de la compétence directe à chaque fois que des risques considérables existent pour l Europe. La réglementation des marchés financiers : les faits La crise financière a montré que les marchés financiers ont besoin d un cadre réglementaire solide. Par de nombreuses initiatives, le gouvernement fédéral, conjointement avec ses partenaires européens et internationaux, travaille à la construction d un tel cadre. A l avenir, chaque acteur, chaque marché et chaque produit susceptibles de présenter des risques pour la stabilité des marchés financiers devront être soumis à une réglementation et à une surveillance appropriées. Quiconque bénéficie de chances de réaliser des bénéfices doit supporter les risques liés à ces chances. Des exigences de fonds propres plus élevées applicables aux banques tiennent compte du principe de responsabilité. La rétribution des directeurs de banque doit être structurée de manière à exercer une incitation à une gestion durable. Les difficultés rencontrées par certaines banques ou les transactions à court terme de nombreux investisseurs ne doivent pas rendre l ensemble du système financier instable et ne doivent pas obliger l Etat à intervenir sous la contrainte. C est pourquoi une loi nationale sur les restructurations permet désormais de disposer de règles claires pour l assainissement ou la liquidation des grandes banques menacées de faillite. Le principe selon lequel prioritairement les détenteurs de

12 le point sur... parts et les créanciers des banques doivent prendre en charge les pertes des banques est en outre expressément inscrit au niveau européen. En outre, les transactions à haute fréquence susceptibles de conduire à des réactions en chaîne dangereuses sont soumises à un contrôle plus strict. Le système financier dans son ensemble devient plus résistant face aux crises, en ce sens que la liquidation et l assainissement des établissements de crédit est simplifiée et, pour les grands établissements, les activités de banque de dépôt sont mieux isolées des opérations spéculatives. Au niveau national et à l échelle européenne, les transactions de gré à gré sont orientées vers un cadre juridique plus strict et globalement un plus grand nombre de transactions sont orientées vers des bourses transparentes et d autres marchés organisés de manière transparente ; une réglementation conséquente des banques de l ombre et une protection renforcée des consommateurs revêtent une grande importance. La privatisation systématique des gains et la mutualisation des pertes sont contraires à tout sens de justice. C est pourquoi les banques sont désormais elles-mêmes impliquées d emblée, par le biais de la taxe bancaire, dans le financement de mesures de soutien éventuellement nécessaires à l avenir, et c est la raison pour laquelle une taxe sur les transactions financières est sur le point d émerger en Europe. Les meilleures règles ne servent à rien si elles ne sont pas résolument appliquées. C est pourquoi l Allemagne a renforcé de manière conséquente la surveillance nationale des établissements bancaires, et c est la raison pour laquelle la surveillance européenne des établissements bancaires doit elle aussi être encore améliorée. MENTIONS LÉGALES Rédaction : Bureau Information/Communication Ministère fédéral des Finances Wilhelmstraße Berlin Téléphone: Télécopie: Courrier électronique : Autres informations en ligne : Autres titres de la série «Sur la voie de l Union de la stabilité» : 1 «La nouvelle surveillance budgétaire de l UE» 2 «La nouvelle gouvernance économique de l UE» 4 «Les mécanismes européens de stabilité» Egalement parus : «Le budget fédéral 2012 ««Le G20» «La taxe bancaire» «Le budget fédéral 2011» NOUVEAU : Les finances publiques, en direct avec l application gratuite du BMF pour votre téléphone portable ou votre tablette.

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur,

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur, Version de : juillet 2013 Le point sur... Informations fournies par le ministère fédéral des Finances Les mécanismes européens de stabilité Sur la voie de l Union de la stabilité 1 2 3 4 ème volet Editorial

Plus en détail

L UNION BANCAIRE 1. LE MÉCANISME DE SURVEILLANCE UNIQUE (MSU) 1.1. PRÉPARATION

L UNION BANCAIRE 1. LE MÉCANISME DE SURVEILLANCE UNIQUE (MSU) 1.1. PRÉPARATION 1. L UNION BANCAIRE Dans la zone euro, l extension de la crise à certains marchés de dettes souveraines a illustré qu une union monétaire réclame, outre une coordination renforcée des politiques budgétaires

Plus en détail

Réformes européennes et stabilité financière

Réformes européennes et stabilité financière Réformes européennes et stabilité financière 3/04/2012 Martin MERLIN Chef d'unité DG Marché intérieur et services Causes de la crise financière de 2007-2008 Déséquilibres macro-économiques Lacunes réglementaires

Plus en détail

PDC suisse. Etablir la stabilité, protéger les épargnants et endiguer la chasse aux bonus

PDC suisse. Etablir la stabilité, protéger les épargnants et endiguer la chasse aux bonus PDC suisse Etablir la stabilité, protéger les épargnants et endiguer la chasse aux bonus Document de position de la Présidence du PDC suisse du 23 octobre 2008 1 Introduction La Présidence du PDC suisse

Plus en détail

L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010

L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010 L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010 L impact de la crise financière récente sur le secteur financier et les économies a été extrêmement

Plus en détail

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 2 E PARTIE Les banques et la crise financière

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 2 E PARTIE Les banques et la crise financière Les crises bancaires Les risques de l activité bancaire L activité principale des banques s accompagne inévitablement de risques: si un débiteur ne rembourse pas son crédit, la banque doit pouvoir absorber

Plus en détail

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective.

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. 2012 Votre assureur suisse. 1/12 Compte d exploitation Assurance vie collective 2012 2012: des résultats positifs et encore plus de transparence. Chère

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

Rapport sur l application de la Loi sur les instruments dérivés MAI 2015

Rapport sur l application de la Loi sur les instruments dérivés MAI 2015 Rapport sur l application de la Loi sur les instruments dérivés MAI 2015 Rapport sur l application de la Loi sur les instruments dérivés mai 2015 Ce document est imprimé sur du papier entièrement recyclé,

Plus en détail

www.pwc.com Alerte regulatory Le dispositif de gouvernance et de contrôle interne des établissements bancaires Novembre 2014

www.pwc.com Alerte regulatory Le dispositif de gouvernance et de contrôle interne des établissements bancaires Novembre 2014 www.pwc.com Alerte regulatory Le dispositif de gouvernance et de contrôle interne des établissements bancaires Novembre 2014 En bref L arrêté du 3 novembre 2014 relatif au contrôle interne des entreprises

Plus en détail

la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii

la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii Finances publiques et croissance : la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii Piège de croissance et impuissance de la politique économique 2 Pourquoi la crise est-elle plus grave

Plus en détail

et Financier International

et Financier International MACROECONOMIE 2 Dynamiques Economiques Internationales PARTIE 2 : Le Système Monétaire et Financier International UCP LEI L2-S4: PARCOURS COMMERCE INTERNATIONAL PLAN DU COURS I - LE SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL

Plus en détail

LE DOLLAR. règne en maître, par défaut

LE DOLLAR. règne en maître, par défaut LE DOLLAR règne en maître, par défaut Les arrangements monétaires internationaux sont examinés à la loupe depuis la crise financière mondiale Eswar Prasad LE DOLLAR a été la principale monnaie mondiale

Plus en détail

FORMULAIRE D'OUVERTURE DE COMPTE FOREX - COMPTE INDIVIDUEL

FORMULAIRE D'OUVERTURE DE COMPTE FOREX - COMPTE INDIVIDUEL FORMULAIRE D'OUVERTURE DE COMPTE Instructions d ouverture de compte Pour finaliser votre demande d ouverture, veuillez suivre ces instructions : 1 Lisez ce Formulaire d Ouverture de Compte, les Conditions

Plus en détail

Fonds de placement en Suisse. Définitions Fonctionnement Poids économique OMPACT

Fonds de placement en Suisse. Définitions Fonctionnement Poids économique OMPACT Fonds de placement en Suisse Définitions Fonctionnement Poids économique OMPACT Table des matières Page Avant-propos 3 Définitions 4 Fonctionnement d un fonds de placement 6 Caractéristiques des fonds

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité Université citoyenne d Attac Toulouse, 22 août 2008 Jean-Marie Harribey et Dominique Plihon Les principes néolibéraux Théories de Hayek, Friedman

Plus en détail

I N V I T A T I O N Cycle de formation

I N V I T A T I O N Cycle de formation I N V I T A T I O N Cycle de formation Comprendre les conditions de financement des PME post-crise De 8h30 à 14h - CGPME 75 19 rue de l Amiral d Estaing 75116 Paris OBJECTIF DU SEMINAIRE : Les PME sont

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE C 352/4 FR Journal officiel de l'union européenne 7.10.2014 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 25 juillet 2014 sur une proposition de directive

Plus en détail

Les limites du ratio Bâle II

Les limites du ratio Bâle II Les limites du ratio Bâle II Table des matières I. Introduction... 3 II. De Bâle I à Bâle II... 4 A. Présentation du ratio Bâle I... 4 B. Les limites du ratio Bâle I... 5 C. Le ratio Bâle II... 5 1. Pilier

Plus en détail

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle?

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Colloque Groupama AM CEPII La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Table ronde 1 : la stabilité et l unité du système financier européen vont- elles être rétablies? Patrick Goux et Christophe h Morel

Plus en détail

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14 TABLE DES MATIERES Préface... 5 Avant- propos... 9 Partie 1 Approches macroéconomique et fiscale Introduction à la première partie... 14 CHAPITRE 1 La politique budgétaire est- elle encore efficace pour

Plus en détail

Collection Au Quotidien

Collection Au Quotidien Collection Au Quotidien Toutes nos publications sont disponibles : - en téléchargement, depuis l adresse internet de notre ASBL dans la rubrique Publications : http://www.cpcp.be/etudes-et-prospectives

Plus en détail

Quels sont les risques sous-jacents liés au trading sur indice boursier?

Quels sont les risques sous-jacents liés au trading sur indice boursier? Indices boursiers Factsheet Introduction Trading sur indice boursier Les indices boursiers proposés sur les plateformes eforex de Swissquote sont des contrats sur dérivés de gré à gré (OTC) dont le sous-jacent

Plus en détail

1. Qu est-ce que MiFID (Markets in Financial Instruments Directive)?

1. Qu est-ce que MiFID (Markets in Financial Instruments Directive)? 1. Qu est-ce que MiFID (Markets in Financial Instruments Directive)? 2. Afin de fournir un service d investissement à ses clients, Delta Lloyd Bank est tenue de catégoriser ses clients 3. L un des fondements

Plus en détail

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels 07/10/2014 Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés

Plus en détail

Credit default swaps : Quels sont les risques et défis en matière de stabilité financière?

Credit default swaps : Quels sont les risques et défis en matière de stabilité financière? Credit default swaps : Quels sont les risques et défis en matière de stabilité financière? ORICE WILLIAMS BROWN Directeur Financial Markets and Community Investment US Government Accountability Office

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIÉ LE 7 MAI 2014

PROSPECTUS SIMPLIFIÉ LE 7 MAI 2014 LE 7 MAI 2014 PROSPECTUS SIMPLIFIÉ Fonds de revenu Fonds Desjardins Revenu à taux variable (parts de catégories A, I, C et F) Aucune autorité en valeurs mobilières ne s est prononcée sur la qualité de

Plus en détail

Options en matière de réforme des systèmes financiers

Options en matière de réforme des systèmes financiers Options en matière de réforme des systèmes financiers Hansjörg Herr et Rainer Stachuletz Le projet de mondialisation néolibérale est monté en puissance à la fin des années 1970 grâce aux politiques de

Plus en détail

Crise des «subprimes»: des leçons pour l UBS

Crise des «subprimes»: des leçons pour l UBS Crise des «subprimes»: des leçons pour l UBS L UBS a mené de nombreuses enquêtes internes visant à analyser les adaptations nécessaires et à tirer des leçons de la crise. Elle a pris de vastes mesures

Plus en détail

Manuel de référence Options sur devises

Manuel de référence Options sur devises Manuel de référence Options sur devises Groupe TMX Actions Bourse de Toronto Bourse de croissance TSX TMX Select Equicom Produits dérivés Bourse de Montréal CDCC Marché climatique de Montréal Titres à

Plus en détail

Forum Paris Europlace. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Pavillon d Armenonville. Mercredi 9 juillet 2014

Forum Paris Europlace. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Pavillon d Armenonville. Mercredi 9 juillet 2014 MICHEL SAPIN MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Forum Paris Europlace Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics Pavillon d Armenonville Mercredi 9 juillet 2014

Plus en détail

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English.

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English. Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2 This document is also available in English. La présente Note d orientation s adresse à toutes les caisses populaires de catégorie

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Quels enseignements de l expérience française (1983-1990)

Quels enseignements de l expérience française (1983-1990) Développement des marchés de capitaux Quels enseignements de l expérience française (1983-1990) Séminaire de clôture Tunis, le 23 mai 2013 Françoise Drumetz Directeur de la coopération extérieure CONTEXTE

Plus en détail

Dépôts auprès de sociétés coopératives, associations et fondations Modification de l'ordonnance sur les banques (Art. 3a al. 4, let.

Dépôts auprès de sociétés coopératives, associations et fondations Modification de l'ordonnance sur les banques (Art. 3a al. 4, let. Dépôts auprès de sociétés coopératives, associations et fondations Modification de l'ordonnance sur les banques (Art. 3a al. 4, let. d OB) Rapport explicatif Juillet 2008 Résumé La réglementation en vigueur

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

Loi fédérale sur les banques et les caisses d épargne

Loi fédérale sur les banques et les caisses d épargne Loi fédérale sur les banques et les caisses d épargne (Loi sur les banques, LB) Modification du 3 octobre 2003 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 20 novembre

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie Forum de l investissement Ateliers d Experts 15 Octobre 2011 Les Dangers de l Assurance Vie L assurance vie c est quoi? Le placement préféré des français Environ 1 500 milliards d euros épargnés par les

Plus en détail

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance.

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance. GLOSSAIRE 208 RAPPORT ANNUEL 2013 DU MOUVEMENT DESJARDINS GLOSSAIRE ACCEPTATION Titre d emprunt à court terme et négociable sur le marché monétaire qu une institution financière garantit en faveur d un

Plus en détail

Le système bancaire dans la crise de la zone euro. par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012)

Le système bancaire dans la crise de la zone euro. par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012) Le système bancaire dans la crise de la zone euro par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012) La crise de la zone euro a mis en évidence les liens étroits qui relient la

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT. son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques

LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT. son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques 1 PRÉSENTATION DE LA CRH La CRH est un établissement

Plus en détail

Taxer la finance. Toby Sanger

Taxer la finance. Toby Sanger Taxer la finance Toby Sanger La crise financière et économique a entraîné une réévaluation du rôle, de la régle - mentation et de l imposition du secteur financier dans le monde, qui aurait dû être faite

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances L année 2002 est de nouveau marquée par une forte baisse des marchés financiers. Celle-ci entraîne une diminution des plus-values latentes et des produits

Plus en détail

Codes des banques 9 septembre 2009

Codes des banques 9 septembre 2009 Codes des banques 9 septembre 2009 1/16 PREAMBULE Le Code des banques a été établi par l Association des banques néerlandaises (NVB) en réponse au rapport intitulé Naar herstel van vertrouwen (vers le

Plus en détail

L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES NOTE DE SYNTHESE

L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES NOTE DE SYNTHESE L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES GRANDS TRAITS DU DROIT DE LA FAILLITE EN ESPAGNE, SUEDE, POLOGNE, HONGRIE, LITUANIE NOTE DE SYNTHESE L étude porte sur cinq pays où des réformes du droit des procédures

Plus en détail

Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux

Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux PRINCIPAUTÉ DE MONACO Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux RAINIER III PAR LA GRACE DE DIEU PRINCE SOUVERAIN

Plus en détail

Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet

Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet 1 Jeudi 25 Octobre 2007 Crises financières et Risques Bancaires Réforme de Bâle II I. Définitions des risques

Plus en détail

Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU)

Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU) Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU) Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU) 1. Le MSU est l un des piliers de l Union bancaire européenne 2. La mise en œuvre opérationnelle

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Le pôle Assurances du cabinet Lefèvre Pelletier & associés vous souhaite une très bonne année 2009 ainsi qu une agréable lecture de cette troisième Newsletter. Assurances Assurance en général Assurance

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

951.131 Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse

951.131 Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Ordonnance de la Banque nationale, OBN) du 18 mars 2004 (Etat le [date]) Projet (uniquement les chapitres et sections modifiés) La

Plus en détail

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation 28RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:37 PM Page 858 Troisième partie : Le financement des ressources Les principales caractéristiques des travaux suggérés Questions de révision (N os 1 à 25) Exercices

Plus en détail

Le système bancaire parallèle : vers plus de transparence?

Le système bancaire parallèle : vers plus de transparence? Le système bancaire parallèle : vers plus de transparence? CNIS, commission Système financier et financement de l'économie Jeudi 25 septembre 2014 Omar Birouk DGS-Banque de France Yamina Tadjeddine EconomiX,

Plus en détail

Épargne vs investissement : épargner autrement

Épargne vs investissement : épargner autrement Épargne vs investissement : épargner autrement Yves Mathieu Université Saint-Louis Les contributions précédentes à cet ouvrage collectif ont abordé le thème de l épargne traditionnelle, de manière large

Plus en détail

Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire

Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire Que dit le Traité de Rome en matière monétaire? Pas de propos très détaillés. Ce qui est mentionné, c est l ambition de créer une aire régionale

Plus en détail

Note à Messieurs les : Objet : Lignes directrices sur les mesures de vigilance à l égard de la clientèle

Note à Messieurs les : Objet : Lignes directrices sur les mesures de vigilance à l égard de la clientèle Alger, le 08 février 2015 Note à Messieurs les : - Présidents des Conseils d Administration ; - Présidents Directeurs Généraux ; - Directeurs Généraux ; - Présidents des Directoires ; - Directeur Général

Plus en détail

Vous ne voulez faire confiance à personne, la doctrine d investissement de Marie Quantier vous assure performance et tranquillité

Vous ne voulez faire confiance à personne, la doctrine d investissement de Marie Quantier vous assure performance et tranquillité MARIE QUANTIER Inspiration depuis 1907 Vous ne voulez faire confiance à personne, la doctrine d investissement de Marie Quantier vous assure performance et tranquillité Une approche hybride entre «smart

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la notion de personnes politiquement exposées (PPE)

Lignes directrices relatives à la notion de personnes politiquement exposées (PPE) Janvier 2010 Lignes directrices relatives à la notion de personnes politiquement exposées (PPE) Document de nature explicative (Version actualisée avec mise à jour des dispositions législatives et réglementaires

Plus en détail

Textes de référence : articles 223-1, 223-2 et 223-9 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 223-1, 223-2 et 223-9 du règlement général de l AMF Position AMF n 2009-14 Information financière diffusée par les sociétés en difficulté Textes de référence : articles 223-1, 223-2 et 223-9 du règlement général de l AMF L Autorité des marchés financiers,

Plus en détail

Veuillez trouver ci-joint la communication de Monsieur le Gouverneur à l occasion du forum international des finances et des affaires tenu à

Veuillez trouver ci-joint la communication de Monsieur le Gouverneur à l occasion du forum international des finances et des affaires tenu à Veuillez trouver ci-joint la communication de Monsieur le Gouverneur à l occasion du forum international des finances et des affaires tenu à Casablanca du 2 au 5 décembre 2003. PRÉSENTATION DE MONSIEUR

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

DORVAL FLEXIBLE MONDE

DORVAL FLEXIBLE MONDE DORVAL FLEXIBLE MONDE Rapport de gestion 2014 Catégorie : Diversifié International/Gestion flexible Objectif de gestion : L objectif de gestion consiste à participer à la hausse des marchés de taux et

Plus en détail

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Ordonnance de la Banque nationale, OBN) Modification du 7 mai 2014 La Banque nationale suisse arrête: I L ordonnance du 18 mars 2004

Plus en détail

Les défis du reporting macro-prudentiel

Les défis du reporting macro-prudentiel Les défis du reporting macro-prudentiel EIFR 25 mars 2014 Bruno LONGET Banque de France Direction de la Balance des paiements Réf : D14-014 Introduction : pourquoi renforcer le dispositif de surveillance

Plus en détail

Fiscalité de l épargne et financement des entreprises. Eléments de constat et propositions

Fiscalité de l épargne et financement des entreprises. Eléments de constat et propositions Le 11 février 2013 Fiscalité de l épargne et financement des entreprises Eléments de constat et propositions Les lois de finances adoptées au cours de ces deux dernières années ont appréhendé les revenus

Plus en détail

Stratégie de la surveillance des assurances en Suisse

Stratégie de la surveillance des assurances en Suisse Stratégie de la surveillance des assurances en Suisse 1. Base juridique...2 2. Tâches principales...2 3. Conditions d accomplissement des tâches principales...2 3.1. Culture de la responsabilité...3 3.2.

Plus en détail

Apéro démocrate 13 janvier 2009. Le monde de la finance, ses mécanismes, son influence sur la vie de tous les jours

Apéro démocrate 13 janvier 2009. Le monde de la finance, ses mécanismes, son influence sur la vie de tous les jours Apéro démocrate 13 janvier 2009 Le monde de la finance, ses mécanismes, son influence sur la vie de tous les jours La bourse, les marchés financiers, à quoi ça sert? Financer le développement des entreprises,

Plus en détail

La nouvelle architecture de contrôle du secteur financier

La nouvelle architecture de contrôle du secteur financier Communication _2011_15 du 23 mars 2011 La nouvelle architecture de contrôle du secteur financier Champ d'application: Tous les établissements soumis au contrôle de la ou du CREFS. Résumé/Objectifs: La

Plus en détail

Violation du «Transitional Rule Book» (Swiss Blue Chip Segment) de SIX Swiss Exchange et de la «Blue Chip Segment Directive 19» de SIX Swiss Exchange

Violation du «Transitional Rule Book» (Swiss Blue Chip Segment) de SIX Swiss Exchange et de la «Blue Chip Segment Directive 19» de SIX Swiss Exchange Violation du «Transitional Rule Book» (Swiss Blue Chip Segment) de SIX Swiss Exchange et de la «Blue Chip Segment Directive 19» de SIX Swiss Exchange La Commission des sanctions a constaté que le participant

Plus en détail

L'Union bancaire européenne

L'Union bancaire européenne L'Union bancaire européenne Michel Dévoluy * L Union bancaire européenne (UBE) est un produit direct de la crise. Elle vise à prévenir les risques sur les marchés financiers et instaure un mécanisme de

Plus en détail

Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières applicables à l exécution d opérations sur titres Directives de l Association suisse des

Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières applicables à l exécution d opérations sur titres Directives de l Association suisse des Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières applicables à l exécution d opérations sur titres Directives de l Association suisse des banquiers du janvier 997 Préambule Les présentes règles

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE FOREX?

QU EST-CE QUE LE FOREX? Chapitre 1 QU EST-CE QUE LE FOREX? 1. INTRODUCTION Forex est la contraction de foreign exchange qui signifie «marché des changes». C est le plus grand marché du monde. Le volume journalier moyen des transactions

Plus en détail

Nature et risques des instruments financiers

Nature et risques des instruments financiers 1) Les risques Nature et risques des instruments financiers Définition 1. Risque d insolvabilité : le risque d insolvabilité du débiteur est la probabilité, dans le chef de l émetteur de la valeur mobilière,

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES

CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES I- un bref survol historique du système monétaire international Le Système Monétaire International (SMI) représente le cadre institutionnel des échanges internationaux.

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

PARVEST WORLD AGRICULTURE Compartiment de la SICAV PARVEST, Société d Investissement à Capital Variable

PARVEST WORLD AGRICULTURE Compartiment de la SICAV PARVEST, Société d Investissement à Capital Variable Compartiment de la SICAV PARVEST, Société d Investissement à Capital Variable PARVEST World Agriculture a été lancé le 2 avril 2008. Le compartiment a été lancé par activation de sa part N, au prix initial

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 7.6.2012 Journal officiel de l Union européenne C 161/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 22 mars 2012 sur i) une proposition de directive concernant

Plus en détail

Produits complexes. Produits non complexes. Risques généraux liés aux opérations de trading

Produits complexes. Produits non complexes. Risques généraux liés aux opérations de trading Nous proposons un large éventail de produits d investissement présentant chacun des risques et des avantages spécifiques. Les informations ci-dessous offrent une description d ensemble de la nature et

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES Ordonnance n o 2014-158 du 20 février 2014 portant diverses dispositions d adaptation de la législation au droit de

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL. Feuille de route pour une union bancaire

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL. Feuille de route pour une union bancaire COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 12.9.2012 COM(2012) 510 final COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL Feuille de route pour une union bancaire FR FR COMMUNICATION DE LA COMMISSION

Plus en détail

Fonds d investissement Tangerine

Fonds d investissement Tangerine Fonds d investissement Tangerine Prospectus simplifié Portefeuille Tangerine revenu équilibré Portefeuille Tangerine équilibré Portefeuille Tangerine croissance équilibrée Portefeuille Tangerine croissance

Plus en détail

GUIDE RELATIF À LA SURVEILLANCE BANCAIRE

GUIDE RELATIF À LA SURVEILLANCE BANCAIRE GUIDE RELATIF À LA SURVEILLANCE BANCAIRE. Septembre 2014 Banque centrale européenne, 2014 Adresse Kaiserstrasse 29, 60311 Francfort-sur-le-Main, Allemagne Adresse postale Postfach 16 03 19, 60066 Francfort-sur-le-Main,

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

Royaume du Maroc. Département de l Economie, des Finances et de la Privatisation. L'épargne intérieure au Maroc

Royaume du Maroc. Département de l Economie, des Finances et de la Privatisation. L'épargne intérieure au Maroc Royaume du Maroc Département de l Economie, des Finances et de la Privatisation L'épargne intérieure au Maroc Décembre 2001 Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de la Direction

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

B. Réglementation prudentielle

B. Réglementation prudentielle B. Réglementation prudentielle 1. Introduction Au cours de l année sous revue, les travaux sur la réforme du cadre réglementaire prudentiel se sont poursuivis. La transposition des mesures en droits belge

Plus en détail

Total Sélection Période de souscription : Durée d investissement conseillée Éligibilité

Total Sélection Période de souscription : Durée d investissement conseillée  Éligibilité Total Sélection Instrument financier émis par Natixis SA (Moody s : A2, Fitch : A, Standard & Poor s : A au 20 novembre 2014) dont l investisseur supporte le risque de crédit. Total Sélection est une alternative

Plus en détail

Conférence EIFR Marchés financiers-mifid 2/MIFIR

Conférence EIFR Marchés financiers-mifid 2/MIFIR Conférence EIFR Marchés financiers-mifid 2/MIFIR 18 décembre 2014 Marie-Agnès NICOLET Regulation Partners Présidente fondatrice 35, Boulevard Berthier 75017 Paris marieagnes.nicolet@regulationpartners.com

Plus en détail

Cette perte concerne exclusivement la gestion en compte propre de la CNCE, c est-à-dire une activité indépendante de sa trésorerie.

Cette perte concerne exclusivement la gestion en compte propre de la CNCE, c est-à-dire une activité indépendante de sa trésorerie. COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 17 octobre 2008 --- Du fait de l extrême volatilité des marchés et du krach boursier de la semaine du 6 octobre, le Groupe Caisse d Epargne a connu un important incident

Plus en détail

FORMULAIRE D'OUVERTURE DE COMPTE FOREX - COMPTE D'ENTREPRISE

FORMULAIRE D'OUVERTURE DE COMPTE FOREX - COMPTE D'ENTREPRISE FORMULAIRE D'OUVERTURE DE COMPTE FOREX COMPTE D'ENTREPRISE Instructions d ouverture de compte Pour finaliser votre demande d ouverture, veuillez suivre ces instructions : 1 Lisez ce Formulaire d Ouverture

Plus en détail

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Vers un retour de l or comme garantie du système financier international. Jean Borjeix Aurélien Blandin Paris, le 7 octobre 2014 Faisant suite aux opérations de règlement

Plus en détail

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire d hier et d aujourd hui Hier Autrefois, les Etats battaient monnaie et les banques centrales dépendaient directement

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE 22.05.08 RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE Le Conseil d administration de la Société Générale a pris connaissance du rapport ci-joint du Comité spécial qu il a constitué le 30

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé

Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé juin 2011 www.bdo.ca Certification et comptabilité Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé Guide sur les

Plus en détail