Les réformes prudentielles : évolutions et impacts sur la gouvernance des établissements

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les réformes prudentielles : évolutions et impacts sur la gouvernance des établissements"

Transcription

1 Les réformes prudentielles : évolutions et impacts sur la European Institute of Financial Regulation Paris Matinale EIFR du 17 mai 2010 Danièle NOUY Secrétaire Général de l Autorité de Contrôle Prudentiel

2 Introduction La crise est liée à la conjonction de défaillances dans plusieurs domaines où des réformes importantes sont donc maintenant en cours Liquidité Fonds propres Risques de marché et de crédit Gouvernance Les superviseurs vont faire en sorte que les réformes soient mises en œuvre de façon effective 2

3 Plan de la présentation I. Révision majeure du dispositif de surveillance prudentielle des risques de marché (juillet 2009) II. «Package» du 17 décembre 2009 Liquidité Fonds propres III. Nouvelle gouvernance d entreprise (automne 2010) IV. Réformes institutionnelles (2010) 3

4 I - Révision majeure du dispositif de surveillance prudentielle des risques de marché 1. Un dispositif à améliorer 2. Les dispositions adoptées par le Comité de Bâle en juillet Impact 4. Un calendrier de réformes rapprochées et à long terme 4

5 1- Un dispositif à améliorer Un dispositif de surveillance datant de 1996, amélioré en 2005, afin de mieux prendre en compte certains risques liés à l évolution de la composition des portefeuilles de négociation. Mais efforts insuffisants : l inadéquation des charges en capital au titre du risque de marché a été un facteur clé de l «exubérance irrationnelle» qui a mené à la crise : Développement de positions hautement risquées / insuffisamment capitalisées dans le portefeuille de négociation ; Rôle central donné à la Value-at-Risk, mesure probabiliste avec ses faiblesses : Vision parcellaire du risque, notamment pour les titres complexes, Tributaire de la volatilité récente, donc procyclique, Mauvaise prise en compte des évènements extrêmes («fat tail effects»). 5

6 2- Les dispositions adoptées par le Comité de Bâle en juillet 2009 (1) Une exigence de fonds propres supplémentaire associée à une mesure de VaR stressée Stressed VaR (svar) Coefficients multiplicateurs de la VaR et de la Stressed VaR fixés à un minimum de 3 chacun. objectif : garder pour la mesure du risque futur la mémoire des valorisations exceptionnelles observées sur la période Une exigence additionnelle de fonds propres au titre des risques du portefeuille de négociation Incremental Risk Charge (IRC) Capture des risques de défaut et de migration, Augmentation de l intervalle de confiance à 99,9%, Double horizon : de capital à 1 an et de liquidité à 3 mois minimum. objectif : capter le risque lié à la présence croissante d instruments de crédit dans le portefeuille de négociation. 6

7 2- Les dispositions adoptées par le Comité de Bâle en juillet 2009 (2) Une exigence de fonds propres pour les positions de titrisation, alignée sur le portefeuille bancaire (charge «forfaitaire»). objectifs : Eviter de se reposer sur les modèles internes pour le calcul des exigences en fonds propres, au titre du risque crédit, sur les produits structurés complexes, Eviter l arbitrage réglementaire entre les portefeuilles bancaire et de négociation. Une exception : les produits de trading de corrélation (CDO synthétique + CDS de couverture) sont exemptés de l approche forfaitaire de la titrisation; en contrepartie : Soumission à des exigences de modélisation encore plus strictes que dans l IRC Comprehensive Risk Measure (CRM) ; Application de stress-tests spécifiques sur cette mesure ; Possibilité d un floor garantissant une charge en capital minimum. objectif : tenir compte de la plus grande liquidité de ces produits par rapport à d autres produits de titrisation (ABS), tout en maintenant un haut niveau d exigence. 7

8 3- Impact Des exigences de fonds propres renforcées de manière significative QIS 3 (publication en octobre 2009), étude d impact, hors prise en compte de la contribution du trading de corrélation et de la titrisation : Augmentation des EFP globale de l ordre de 11.5%, Multiplication de 2 à 3 des EFP risques de marché. QIS4 (publication prévue mi-2010) : Selon les résultats préliminaires, impact important de la charge forfaitaire pour titrisation et trading de corrélation. 8

9 4- Un calendrier de réformes rapprochées et à long terme Finalisation en juillet 2010 du dispositif présenté en juillet 2009 (IRC, svar, CRM, traitement forfaitaire de la titrisation) - Prise en compte des leçons du QIS4 : Objectif : finalisation des dispositions concernant le trading de corrélation (périmètre du trading de corrélation; floor) par le Comité de Bâle en juillet 2010 ; Réflexion sur un éventuel grandfathering, en vue d assurer une mise en œuvre sans heurts de la réforme au 31/12/2010. Lancement d une revue fondamentale du risque de marché : Quelle définition du portefeuille de négociation? Quelle frontière avec le portefeuille bancaire? Comment valoriser les produits du portefeuille de négociation de façon juste et prudente? Quelles voies d amélioration des modèles internes des risque de marché? Faut-il intégralement inclure le calcul de la charge en capital pour risque de variation des CVAs (Credit Values Adjustment), liés au risque de contrepartie, dans les modèles de VaR utilisés pour le risque de marché? Nouvelles propositions attendues pour consultation et étude d impact au deuxième trimestre

10 II «Package» du 17 décembre Exigences de liquidité 2. Harmonisation vers le haut de la définition des fonds propres 3. Calendrier de mise en œuvre 10

11 1- «Package» du 17 décembre 2009 : la liquidité 1. Les travaux du Comité de Bâle sur la liquidité après la crise : Importance de mieux appréhender le risque de liquidité suite à la crise financière, Définition de standards quantitatifs internationaux. 2. Les avancées encore nécessaires : Revoir le calibrage des deux ratios bâlois (LCR et NSFR), Favoriser le développement des méthodologies internes. 11

12 1-1 Les travaux du Comité de Bâle sur la liquidité (1) Le Comité de Bâle est conscient de la nécessité de mieux appréhender le risque de liquidité, suite à la crise financière : Analyse des difficultés auxquelles les banques ont été confrontées pendant la crise dans son rapport Liquidity Risk Management and Supervisory Challenges (février 2008) ; Recommandations pour les banques et les superviseurs afin de mieux gérer le risque de liquidité : Principles for Sound Liquidity Risk Management and Supervision (octobre 2008). La définition en cours de standards quantitatifs internationaux : La proposition de décembre 2009 : International framework for liquidity risk measurement, standards and monitoring s articule autour : De deux ratios quantitatifs : i) le Liquidity Coverage Ratio (LCR) et ii) le Net Stable Funding Ratio (NSFR) ; Du suivi d indicateurs quantitatifs sans niveau requis (monitoring tools). 12

13 1-1 Les travaux du Comité de Bâle sur la liquidité (2) Le LCR : [Actifs liquides ] / [(flux sortants - flux entrants) à un mois ] Poste % Montant brut 1- Stock d actifs liquides (Caisse, titres d États ) Montant pondéré 2 Flux sortants (Fuite des dépôts, tirage des lignes de hors-bilan, remboursements sur titres émis ) 3 Flux entrants (créances exigibles dans le mois) 4 Ratio (stock d actifs liquides / flux net) 13

14 1-1 Les travaux du Comité de Bâle sur la liquidité (3) Le NSFR à un an : structure du bilan comparant liquidité de l actif (dénominateur) et stabilité des ressources (numérateur) Ressources stables % Besoins de financements stables Fonds propres et passif à plus d un an 100 % Actifs liquides et titres à maturité résiduelle < 1 an Dépôts à vue stables 85% Dette gouvernementale 5% Dépôts à vue moins stables 70% Dette d entreprises 20% Financements par entreprises non financières 50% Actions Prêts durée résiduelle < 1 an % 0% 50% Tout autre passif 0% Tous autres actifs 100% Hors-bilan (facilités de crédit accordées, autres engagements sur discrétion nationale) 10% 14

15 1-2 Les avancées encore nécessaires pour le SGACP (1) Mieux définir le calibrage des deux ratios : Le calibrage des deux ratios (LCR à un mois et NSFR à un an) doit être revu en fonction des résultats du QIS et de la consultation publique. Il est important que ce calibrage n exclue aucune des options possibles : - Pour le LCR : La pondération des composantes au numérateur et au dénominateur. - Pour le NSFR : La pondération des composantes au numérateur et au dénominateur ; Le niveau général de l exigence ; L horizon considéré ; Le champ de l utilisation au sein du dispositif prudentiel (pilier 1, pilier 2) de cet outil de mesure de la transformation. 15

16 1-2 Les avancées encore nécessaires pour le SGACP (2) Favoriser le développement des méthodologies internes Le SGCAP soutient la volonté du Comité de Bâle de mieux appréhender le risque de liquidité. Les standards quantitatifs ne doivent pas remettre en question les efforts au moins aussi nécessaires en matière de gestion interne du risque de liquidité par les établissements. Pour cela, le SGACP estime que la meilleure incitation est de permettre la prise en compte des méthodologies internes par les superviseurs. La réglementation française reconnaît cette double approche quantitative et qualitative à travers l arrêté du 5 mai 2009 relatif à l identification, la mesure, la gestion et le contrôle du risque de liquidité : - Cet arrêté rentre en application au 30 juin 2010, - Il établit une distinction entre une approche standard et une approche avancée (fondée sur l utilisation de méthodologies internes par les établissements, sur autorisation du superviseur). 16

17 2- «Package» du 17 décembre 2009 : les fonds propres 1. Une définition des fonds propres à améliorer 2. Les mesures présentées par le Comité de Bâle 3. Les avancées défendues par le SGACP 17

18 2-1 Une définition des fonds propres à améliorer Absence d harmonisation : Pas de définition commune du noyau dur des fonds propres de base, Pas d interprétation commune du Communiqué de Sydney de 1998 sur les instruments hybrides éligibles en Tier 1, Le plafonnement des hybrides Tier 1 varie d un pays à l autre. => Des ratios peu comparables, incluant souvent des éléments de qualité médiocre. Information publiée succincte Ne reflétant ni la diversité, ni la complexité des instruments de capital. => Appréciation très difficile de la capacité des fonds propres à absorber les pertes, et donc de la situation de solvabilité des établissements. 18

19 2-2 Les mesures proposées par le Comité de Bâle (1) Une harmonisation vers le haut des définitions : Common equity actions ordinaires (respectant 14 critères d éligibilité), réserves, report à nouveau. Intérêts minoritaires non pris en compte dans le Common equity. Déductions désormais au niveau du Common equity Renforcement des critères d éligibilité En Tier 1 : suppression des instruments innovants, En Tier 2 : suppression du step up. 19

20 2-2 Les mesures proposées par le Comité de Bâle (2) Simplifier la structure des fonds propres Une seule catégorie de Tier 2 Suppression du Tier 3 Harmonisation des limites et minima réglementaires applicables aux différentes composantes des fonds propres Le Common equity doit représenter la part prédominante des fonds propres de base ou Tier 1 Ratios de Common equity, de Tier 1 et de fonds propres totaux Limites et minima seront déterminés sur la base des résultats de l étude d impact et du cadrage macroéconomique. Exigences accrues en matière d information publiée 20

21 2-3 Les avancées défendues par le SGACP Conserver l objectif de renforcement de la qualité des fonds propres tout en veillant à ce que les business models qui ont montré leur résilience à la crise ne soient pas pénalisés : Les instruments de capital des banques mutualistes, La bancassurance (participations dans les assurances), Les intérêts minoritaires. Définir les déductions à opérer (le cas échéant progressivement, au vu des résultats du QIS) en veillant à les limiter à ce qui est prudentiellement justifié (ex. actifs d impôts différés). Veiller à la bonne calibration des ratios. 21

22 3- Calendrier de mise en œuvre du «package» de décembre 2009 Consultation publique : achevée le 16 avril Analyse d impact quantitative (Quantitative Impact Study, QIS) : achevée le 30 avril Le Comité de Bâle arrêtera fin 2010 le contenu de ces mesures, avec un objectif de mise en œuvre à fin 2012, pour autant qu elles soient compatibles avec la stabilité des marchés financiers et un niveau de croissance économique raisonnable. Ces décisions seront assorties de mesures permettant une transition appropriée vers «Bâle 3». 22

23 III- Nouvelle gouvernance d entreprise 1. De nombreuses défaillances liées à une mauvaise gouvernance 2. Et pourtant, de «bons principes» existaient 3. Les nouvelles initiatives 4. Compléter et préciser les exigences relatives aux Conseils d administration 5. Formaliser les exigences relatives à la gouvernance des risques 6. Une mise en œuvre effective 23

24 1- De nombreuses défaillances liées à une mauvaise gouvernance a. Une mauvaise compréhension des risques : Des modèles d évaluation construits, ou alimentés, à partir d hypothèses ou de données inadaptées ou périmées, Une présentation des risques par les lignes métier insuffisamment challengée par l organe délibérant le «Conseil». b. Des motivations inappropriées : Une tarification inadéquate des risques et de la liquidité, Des rémunérations délivrant des incitations inadéquates. c. Une mauvaise communication interne : Trop de décisions stratégiques prises à partir d informations inexactes, Des approches du risque sans cohérence d ensemble au niveau de l institution. d. Un manque de discipline, par exemple : L absence de sanction lors des dépassements de limites, Une approche des affaires plus opportuniste que stratégique. 24

25 2- Et pourtant, de «bons principes» existaient Les Principes du Comité de Bâle (2006) prévoyaient notamment : The board of directors should be appropriately involved in the bank s strategy ; Compensation policies should be consistent with the bank s long-term objectives ; The risks generated by operations that lack transparency should be adequately managed ; Clear lines of responsibility should be set and enforced throughout the organization. Les leçons évidentes : Les banques doivent améliorer leurs pratiques en matière de gouvernance ; Les superviseurs doivent s assurer que des principes de gouvernance cohérents sont effectivement appliqués. L accent doit être mis sur : La cohérence, l intégrité et l éthique ; Des processus de gestion des risques rigoureux et suivis avec discipline ; Une vraie transparence sur les sujets de gouvernance. 25

26 3- Les nouvelles initiatives Comité de Bâle : «Principles for enhancing corporate governance» : Les principes de 2006 sont précisés (notamment ce qui a trait à la qualification et à l implication des conseils d administration), complétés (notamment sur la gestion des risques), avec un accent sur la mise en oeuvre effective de ces principes ; 14 principes pour les banques, 5 principes pour les superviseurs ; Publication en mars 2010 d un document, en consultation pour trois mois ; Adoption du document final par le Comité en septembre CEBS : Révision des «guidelines on internal governance» : Réécriture et consolidation de plusieurs document existants, en prenant en compte les nouveaux principes du Comité de Bâle ; Publication pour consultation à l automne

27 4- Compléter et préciser les exigences relatives aux conseils d administration Un conseil qualifié et impliqué : Le conseil assume la responsabilité globale de la banque ; cela comprend l approbation et la surveillance de la stratégie de la banque en matière de risques, en prenant en compte ses intérêts et sa sécurité financière à long terme. Afin d assurer une gouvernance et une supervision effectives de la banque, les membres du conseil doivent avoir collectivement les connaissances et l expérience nécessaires pour chacune des activités financières significatives qu elle pratique. Les membres du conseil et les dirigeants doivent comprendre les risques et la structure (y compris les véhicules ad hoc ) opérationnelle de la banque. Le conseil doit superviser la conception et le fonctionnement du système de rémunération de façon à ce que celui-ci, conformément aux Principes du Conseil de la Stabilité Financière, incite les collaborateurs à adopter une attitude prudente en matière de risques. 27

28 5- Formaliser les exigences relatives à la gouvernance des risques Des risques gérés de manière rigoureuse : Les risques doivent être identifiés et suivis au niveau du groupe, comme au niveau de chaque entité individuelle. Les banques doivent avoir une fonction gestion des risques indépendante, sous la direction d un responsable des risques ayant accès au conseil. Cette fonction gestion des risques doit avoir le positionnement, l autorité et les ressources nécessaires. Les systèmes de gestion des risques et de contrôle interne de la banque doivent évoluer avec sa taille et son profil de risque, ainsi qu avec les changements de l environnement. Pour assurer une gestion des risques efficace, la communication relative aux risques doit être sincère et sans délai, à travers l ensemble de la banque comme vers le conseil. 28

29 6- Une mise en œuvre effective Transparence et supervision : La gouvernance de la banque doit être transparente : La banque communique au marché des informations pertinentes sur son système de gouvernance de façon claire et accessible ; En particulier, la banque respecte les principes OCDE et CSF en matière de transparence ; elle donne des éléments sur sa tolérance et son appétit aux risques et décrit leur processus de définition ainsi que l implication du Conseil dans ce processus. Les superviseurs évaluent les politiques et procédures des banques ainsi que leur niveau de respect des Principes : Mise en place d outils d évaluation et obtention de l information nécessaire, Vérification que les banques ont des procédures d évaluation du fonctionnement du conseil, du senior management et des fonctions de contrôle interne, Les superviseurs coopèrent entre eux sur la gouvernance. 29

30 IV - Réformes institutionnelles 1. Au niveau européen, un nouveau cadre de supervision prudentielle à deux étages : Le rapport de Larosière publié le 25 février 2009 a jeté les bases d une nouvelle architecture de supervision financière européenne. 2. Au niveau français, l évolution du modèle de supervision financière vers un twin peaks et la création de l ACP : Le rapport Deletré publié le 19 janvier 2009, L ordonnance du 21 janvier 2010 et la création de l ACP. 30

31 1- Une supervision financière européenne à deux étages (1) Le rapport de Larosière Le constat : le processus Lamfalussy a permis une amélioration de la convergence et de la coopération entre pays européens mais a montré ses limites (options nationales, recommandations du CEBS sans portée obligatoire, pas de mécanisme pour surmonter les désaccords entre superviseurs home et host ). Les objectifs : de nouvelles règles, un cadre de supervision harmonisé et mieux coordonné, des dispositif de gestion de crise plus efficaces. Les propositions : mise en place d un système décentralisé de supervision (la supervision au jour le jour reste de la compétence des superviseurs nationaux), renforcement de la surveillance macro-prudentielle du risque systémique. 31

32 1- Une supervision financière européenne à deux étages (2) Une nouvelle architecture de supervision financière européenne Macro-prudentiel - Détection des risques pesant sur le système financier dans son ensemble, - Émission d alertes, - Formulation de recommandations. Micro-prudentiel Réseau décentralisé de superviseurs nationaux complété par trois ASE qui succèdent aux trois comités de niveau 3 actuels avec des compétences renforcées : - élaboration de standards techniques, - résolution de différends entre superviseurs nationaux, - coordination en situation d urgence. 32

33 1- Une supervision financière européenne à deux étages (3) Calendrier : Septembre 2009 : Propositions législatives de la Commission européenne, suivies de Propositions complémentaires en octobre ; Décembre 2009 : Compromis du Conseil européen ; Février 2010 : Rapports des parlementaires européens Goulard sur le CERS et Garcia-Margallo y Marfil sur l ABE ; Objectif : adopter les textes le 10 mai 2010 en ECON puis en juin ou juillet 2010, en session plénière du Parlement européen ; Mise en œuvre de la réforme fin 2010/début 2011 ; Clause de rendez-vous dans trois ans pour faire un premier bilan. 33

34 2- Le nouveau twin peaks français et la création de l ACP (1) Rapport Deletré Un rapprochement CB / ACAM, prévu dès la Loi de modernisation de l économie du 4 août Les principales conclusions du rapport : Atouts de l adossement de la CB à la BDF (expérience de la crise) ; Importance de la distinction : contrôle prudentiel / supervision des marchés. Modalités d organisation de l ACP : Fusion des fonctions d agrément et de contrôle : Rapprochement de la CB, de l ACAM, du CECEI et du CEA au sein de l ACP, avec un adossement à la BDF. Des liens forts existaient déjà entre ces entités, mais la fusion vise à améliorer l efficacité du système français pour atteindre trois objectifs : Accroître la stabilité financière, Améliorer la sécurité des consommateurs, Renforcer le poids de la France dans les travaux internationaux sur la réforme de la régulation financière. Mission de contrôle de la commercialisation.des produits financiers, en liaison avec l AMF. 34

35 2- Le nouveau twin peaks français et la création de l ACP (2) Ordonnance du 21 janvier 2010 portant fusion des autorités d agrément et de contrôle de la banque et de l assurance Nouvelle architecture de supervision par objectifs, le twin peaks français : ACP : contrôle prudentiel et des conditions de commercialisation des produits financiers (en coordination étroite avec l AMF) ; AMF : surveillance des marchés financiers, protection de l épargne et contrôle du respect des obligations professionnelles. Adoption d un principe de gouvernance à étages : Collège plénier de 16 membres présidé par le Gouverneur de la BDF ; Commission restreinte du Collège plénier (8 membres) traitant les dossiers individuels susceptibles d avoir un impact sur la stabilité financière ; Deux Sous-collèges sectoriels, composés chacun de 8 membres issus du collège plénier, traitant respectivement les dossiers assurances et les dossiers banques ; Commission des sanctions, distincte du Collège ; Commissions spécialisées (en tant que de besoin et sur décision du Collège). Financement de l ACP par une contribution financière des assujettis. Installation officielle le 9 mars 2010 : première réunion du collège de l ACP. 35

36 Conclusion Sous l impulsion du G20, refonte de la réglementation pour tirer les leçons de la crise : Renforcer la maitrise des risques dans toutes ses dimensions, Améliorer la gouvernance. Ces réformes ne porteront leurs fruits qu avec la mise en place d une supervision renforcée ESFS, ACP. En France, les établissements ont un superviseur prêt à les accompagner dans les évolutions réglementaires qui les attendent Bâle III, Solvency II. 36

La supervision des banques et des assurances par l Autorité de contrôle prudentiel : Défis et opportunités dans un environnement en mutation

La supervision des banques et des assurances par l Autorité de contrôle prudentiel : Défis et opportunités dans un environnement en mutation La supervision des banques et des assurances par l Autorité de contrôle prudentiel : Défis et opportunités dans un environnement en mutation Danièle NOUY, Secrétaire général de l Autorité de contrôle prudentiel

Plus en détail

Bâle III : les impacts à anticiper

Bâle III : les impacts à anticiper FINANCIAL SERVICES Bâle III : les impacts à anticiper Mars 2011 2 Bâle III Bâle III 3 1. Contexte Bâle III a été entériné en novembre 2010 lors du sommet du G20 de Séoul. De nouvelles règles annoncées

Plus en détail

Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU)

Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU) Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU) Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU) 1. Le MSU est l un des piliers de l Union bancaire européenne 2. La mise en œuvre opérationnelle

Plus en détail

La revue fondamentale du portefeuille de négociation, une réponse aux limites observées pendant la crise

La revue fondamentale du portefeuille de négociation, une réponse aux limites observées pendant la crise La revue fondamentale du portefeuille de négociation, une réponse aux limites observées pendant la crise Conférence PRMIA Revue Fondamentale du Trading Book Quel trading pour les années à venir Paris,

Plus en détail

La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables

La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables Cycle de Conférence à la Cour de Cassation 21 février 2005 Alain Duchâteau Directeur de la Surveillance Générale

Plus en détail

Travaux internationaux et grandes lignes du dispositif français

Travaux internationaux et grandes lignes du dispositif français Secrétariat général de la Commission bancaire Direction de la Surveillance Travaux internationaux et grandes lignes du dispositif français Paris, 24 novembre 2009 Dominique Laboureix, Directeur de la Surveillance

Plus en détail

BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ

BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ COMMENT AMELIORER LA LIQUIDITE DE VOS ACTIFS? «Bâle III, dispositif international de mesure, normalisation et surveillance du risque de liquidité» est paru en

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Ratio structurel de liquidité à long terme : normes de publicité

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Ratio structurel de liquidité à long terme : normes de publicité Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Ratio structurel de liquidité à long terme : normes de publicité Juin 2015 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté, se reporter

Plus en détail

Capital Requirement Regulation

Capital Requirement Regulation Capital Requirement Regulation Sommaire du règlement UE n 575/2013 Exigences prudentielles applicables aux établissements de crédit et entreprises d investissement La directive CRD IV et le règlement

Plus en détail

DÉCOUVRIR L AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION

DÉCOUVRIR L AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION DÉCOUVRIR L AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION Autorité administrative indépendante adossée à la Banque de France, l Autorité de contrôle prudentiel et de résolution est en charge de l agrément

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Bâle III : Ratio structurel de liquidité à long terme

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Bâle III : Ratio structurel de liquidité à long terme Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Bâle III : Ratio structurel de liquidité à long terme Octobre 2014 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté, se reporter à l

Plus en détail

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9.

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. Rapport Pilier 3 Informations au 31 décembre 2012 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. INTRODUCTION...1 adéquation DES FONDS PROPRES...7 POLITIQUE DE GESTION DES FONDS PROPRES ET DES RISQUES.... 17 RISQUE DE CRÉDIT

Plus en détail

Table des matières. Remerciements 15

Table des matières. Remerciements 15 Pratiques et techniques bancaires 5 Table des matières Remerciements 15 1 Introduction 16 11 À l origine du métier de banquier 17 12 Intermédiation financière 18 121 Ménages 19 122 Entreprises 19 123 États

Plus en détail

Présentation à l EIFR. 25 mars 2014

Présentation à l EIFR. 25 mars 2014 Présentation à l EIFR 25 mars 2014 1 Contexte BCBS 239 Les établissements font face depuis les cinq dernières années aux nombreux changements réglementaires visant à renforcer la résilience du secteur:

Plus en détail

LA REFORME DE BÂLE III

LA REFORME DE BÂLE III LA REFORME DE BÂLE III CHRISTIANE RUBEIZ Chargée d enseignement à la FGM RÉSUMÉ La crise financière qui a fortement impacté l économie mondiale ces dernières années a mis en évidence les faiblesses du

Plus en détail

CONGRES DES ACTUAIRES du 29 juin 2009. IMPACT DE SOLVABILITE II SUR l OFFRE PRODUIT EXEMPLE DE L EPARGNE RETRAITE

CONGRES DES ACTUAIRES du 29 juin 2009. IMPACT DE SOLVABILITE II SUR l OFFRE PRODUIT EXEMPLE DE L EPARGNE RETRAITE CONGRES DES ACTUAIRES du 29 juin 2009 IMPACT DE SOLVABILITE II SUR l OFFRE PRODUIT EXEMPLE DE L EPARGNE RETRAITE SOMMAIRE 1- Préambule /Contexte 2- Macro analyse d impact sur l épargne 3- Transition vers

Plus en détail

BÂLE III : Décryptage, impacts et limites des nouvelles exigences réglementaires

BÂLE III : Décryptage, impacts et limites des nouvelles exigences réglementaires BÂLE III : Décryptage, impacts et limites des nouvelles exigences réglementaires Juillet 2011 Conseil opérationnel en stratégie et management Etude réalisée sous la direction de Yoni Elmalem, responsable

Plus en détail

INSTALLATION DE LA NOUVELLE AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL

INSTALLATION DE LA NOUVELLE AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL CHRISTINE LAGARDE MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI INSTALLATION DE LA NOUVELLE AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL Christine LAGARDE Conférence de presse du 9 mars 2010 DOSSIER DE PRESSE

Plus en détail

Links Consulting. Support de présentation. L expertise métier au service de la transformation et de la performance

Links Consulting. Support de présentation. L expertise métier au service de la transformation et de la performance Links Consulting L expertise métier au service de la transformation et de la performance Support de présentation Dans quels domaines nos experts de la transformation accompagneront votre entreprise à vos

Plus en détail

Les défis du reporting macro-prudentiel

Les défis du reporting macro-prudentiel Les défis du reporting macro-prudentiel EIFR 25 mars 2014 Bruno LONGET Banque de France Direction de la Balance des paiements Réf : D14-014 Introduction : pourquoi renforcer le dispositif de surveillance

Plus en détail

Asset Quality Review

Asset Quality Review Asset Quality Review Eclairage, par Harwell Management 1 Table des Matières En quelques mots... 3 Contexte : une confiance sur la santé des bilans des banques européennes fragile... 3 Objectifs et Enjeux...

Plus en détail

Le dispositif de Bâle II : rôle et mise en oeuvre du pilier 2

Le dispositif de Bâle II : rôle et mise en oeuvre du pilier 2 Le dispositif de Bâle II : rôle et mise en oeuvre du pilier 2 PIERRE-YVES THORAVAL Secrétariat général de la Commission bancaire Amorcées à la fi n des années quatre-vingt-dix sous l égide du Comité de

Plus en détail

Exigences de communication financière sur la composition des fonds propres Texte des règles

Exigences de communication financière sur la composition des fonds propres Texte des règles Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Exigences de communication financière sur la composition des fonds propres Texte des règles Juin 2012 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute

Plus en détail

Solvabilité 2 et mutuelles: état des lieux et priorités 2013. Paris, le 6 juin 2013

Solvabilité 2 et mutuelles: état des lieux et priorités 2013. Paris, le 6 juin 2013 Solvabilité 2 et mutuelles: état des lieux et priorités 2013 Paris, le Programme Évolutions quantitatives et impacts associés Enseignements à tirer des derniers travaux demandés par l EIOPA (Pilier 1)

Plus en détail

L influence possible de Bâle III sur les relations entreprises - banques : financements, placements, flux, instruments de couverture

L influence possible de Bâle III sur les relations entreprises - banques : financements, placements, flux, instruments de couverture Université d Orléans Laboratoire d Économie d Orléans Master 2 Finances L influence possible de Bâle III sur les relations entreprises - banques : financements, placements, flux, instruments de couverture

Plus en détail

25 / 06 / 2008 APPLICATION DE LA RÉFORME BÂLE II

25 / 06 / 2008 APPLICATION DE LA RÉFORME BÂLE II 25 / 06 / 2008 APPLICATION DE LA RÉFORME BÂLE II Avertissement Cette présentation peut comporter des éléments de projection et des commentaires relatifs aux objectifs et à la stratégie de la Société Générale.

Plus en détail

Département des Risques

Département des Risques DOCUMENTATION RELATIVE AU PILIER 3 DE LA REGLEMENTATION BALE II SOMMAIRE 1- Présentation 2- Politique de gestion des risques 3- Fonds propres 4- Adéquation des fonds propres 5- Risques de contrepartie

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010

L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010 L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010 L impact de la crise financière récente sur le secteur financier et les économies a été extrêmement

Plus en détail

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8.

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. Rapport Pilier III Informations au 31 décembre 2011 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. INTRODUCTION...1 adéquation DES FONDS PROPRES...5 POLITIQUE DE GESTION DES FONDS PROPRES ET DES RISQUES.... 13 RISQUE DE CRÉDIT

Plus en détail

Charte d audit du groupe Dexia

Charte d audit du groupe Dexia Janvier 2013 Charte d audit du groupe Dexia La présente charte énonce les principes fondamentaux qui gouvernent la fonction d Audit interne dans le groupe Dexia en décrivant ses missions, sa place dans

Plus en détail

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité II, contrats responsables, normes IFRS, fiscalité : conséquences de ces normes sur le devenir des opérateurs et des couvertures

Plus en détail

Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel

Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel Le 8 mars 2010, la Ministre de l Economie de l Industrie et de l Emploi Christine Lagarde a installé la nouvelle Autorité de Contrôle Prudentiel (ACP).

Plus en détail

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle?

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Colloque Groupama AM CEPII La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Table ronde 1 : la stabilité et l unité du système financier européen vont- elles être rétablies? Patrick Goux et Christophe h Morel

Plus en détail

Supervision des banques marocaines panafricaines

Supervision des banques marocaines panafricaines Supervision des banques marocaines panafricaines Mme Hiba ZAHOUI, Directeur Adjoint de la Supervision Bancaire Conférence Banque de France FERDI : Réussir l intégration financière en Afrique - 27 Mai 2014

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

Le Comité de Bâle vous souhaite une belle et heureuse année 2013 Adoption du ratio de liquidité LCR

Le Comité de Bâle vous souhaite une belle et heureuse année 2013 Adoption du ratio de liquidité LCR David Benamou +33 1 84 16 03 61 david.benamou@axiom-ai.com Philip Hall +33 1 44 69 43 91 p.hall@axiom-ai.com Adrian Paturle +33 1 44 69 43 92 adrian.paturle@axiom-ai.com Le Comité de Bâle vous souhaite

Plus en détail

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Présentation dans le cadre de l événement «Journée carrière PRMIA» 17 mars 2015 Mathieu Derome, M.Sc. Directeur Principal

Plus en détail

Evolution de la gouvernance depuis la crise et relations avec les commissaires. 15 octobre 2013 Fabrice Odent

Evolution de la gouvernance depuis la crise et relations avec les commissaires. 15 octobre 2013 Fabrice Odent Evolution de la gouvernance depuis la crise et relations avec les commissaires aux comptes 15 octobre 2013 Fabrice Odent Sommaire 1. Une chaîne de gouvernance 2. Le rôle du commissaire aux comptes 3. La

Plus en détail

Reporting & Disclosure - Solvabilité II Mise en perspective en Belgique et en France Le «pilier 3» - Présentation

Reporting & Disclosure - Solvabilité II Mise en perspective en Belgique et en France Le «pilier 3» - Présentation Reporting & Disclosure - Solvabilité II Mise en perspective en Belgique et en France Le «pilier 3» - Présentation Dominik Smoniewski Jean-Baptiste Parmentier Sommaire 1. Les principes généraux du Pilier

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTÉRÊT

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTÉRÊT LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTÉRÊT Avril 2009 Table des matières Préambule...3 Introduction...4 Champ d application...5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour...6 1. Risque

Plus en détail

Référentiel d'évaluation du système de contrôle interne auprès des établissements de crédit

Référentiel d'évaluation du système de contrôle interne auprès des établissements de crédit Annexe Circulaire _2009_19-1 du 8 mai 2009 Référentiel d'évaluation du système de contrôle interne auprès des établissements de crédit Champ d'application: Commissaires agréés. Réglementation de base Table

Plus en détail

Guide relatif à la surveillance bancaire

Guide relatif à la surveillance bancaire Guide relatif à la surveillance bancaire Novembre 2014 Banque centrale européenne, 2014 Adresse postale 60640 Francfort-sur-le-Main, Allemagne Téléphone +49 69 1344 0 Internet http://www.ecb.europa.eu

Plus en détail

SF ou ECS: quel statut choisir? Le reporting prudentiel des SF

SF ou ECS: quel statut choisir? Le reporting prudentiel des SF SF ou ECS: quel statut choisir? Le reporting prudentiel des SF ASFFOR le 13 février 2014 1 Introduction L arrêté du 23 décembre 2013 relatif au régime prudentiel des sociétés de financement a donné à l

Plus en détail

Être un acteur influent de l évolution du cadre réglementaire international, européen et français

Être un acteur influent de l évolution du cadre réglementaire international, européen et français CHAPITRE 5 Être un acteur influent de l évolution du cadre réglementaire international, européen et français Sommaire 165 L action de l ACP dans les instances européennes et internationales 178 La poursuite

Plus en détail

Business model bancaire: Adaptation nécessaire face aux exigences bâloises sur la liquidité

Business model bancaire: Adaptation nécessaire face aux exigences bâloises sur la liquidité 16 ÀL HEUREDE LA RÉGLEMENTATION BÂLOISE Business model bancaire: Adaptation nécessaire face aux exigences bâloises sur la liquidité par Caroline Versigny, Manager et Olivier Stoband, Manager Senior La

Plus en détail

Projet du 5 octobre 2006. du [date] 2006. (Adaptation des fonds propres de base) Sommaire

Projet du 5 octobre 2006. du [date] 2006. (Adaptation des fonds propres de base) Sommaire Circ.-CFB 06/_ Adaptation des fonds propres de base Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques : Détermination du capital réglementaire en cas d utilisation d un standard comptable international

Plus en détail

GUIDE MÉTHODOLOGIQUE RELATIF AUX MODALITÉS DE DÉCLARATION DU RATIO DE SOLVABILITÉ (COREP) 2012

GUIDE MÉTHODOLOGIQUE RELATIF AUX MODALITÉS DE DÉCLARATION DU RATIO DE SOLVABILITÉ (COREP) 2012 SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DE L AUTORITE DE CONTRÔLE PRUDENTIEL DIRECTION DES ÉTUDES ET DES RELATIONS INTERNATIONALES SERVICE DES AFFAIRES INTERNATIONALES BANQUES GUIDE MÉTHODOLOGIQUE RELATIF AUX MODALITÉS DE

Plus en détail

I N V I T A T I O N Cycle de formation

I N V I T A T I O N Cycle de formation I N V I T A T I O N Cycle de formation Comprendre les conditions de financement des PME post-crise De 8h30 à 14h - CGPME 75 19 rue de l Amiral d Estaing 75116 Paris OBJECTIF DU SEMINAIRE : Les PME sont

Plus en détail

LE BILAN D UNE BANQUE

LE BILAN D UNE BANQUE Il est composé de 14 chapitres : Organisation des états financiers IFRS Trésorerie et opérations interbancaires Crédits à la clientèle Dépôts de la clientèle Activités sur titres Dettes représentées par

Plus en détail

Les limites du ratio Bâle II

Les limites du ratio Bâle II Les limites du ratio Bâle II Table des matières I. Introduction... 3 II. De Bâle I à Bâle II... 4 A. Présentation du ratio Bâle I... 4 B. Les limites du ratio Bâle I... 5 C. Le ratio Bâle II... 5 1. Pilier

Plus en détail

«NOTICE» MODALITÉS DE CALCUL DU RATIO DE SOLVABILITÉ 2013

«NOTICE» MODALITÉS DE CALCUL DU RATIO DE SOLVABILITÉ 2013 SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DE L AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL DIRECTION DES AFFAIRES INTERNATIONALES SERVICE DES AFFAIRES INTERNATIONALES BANQUES «NOTICE» MODALITÉS DE CALCUL DU RATIO DE SOLVABILITÉ 2013 (Version

Plus en détail

Les évolutions de la régulation et de la supervision bancaires. Rappel historique et problématiques post crise

Les évolutions de la régulation et de la supervision bancaires. Rappel historique et problématiques post crise Les évolutions de la régulation et de la supervision bancaires Rappel historique et problématiques post crise 1/ Rappel historique a) Étape 1 Régulation issue du Comité de Bâle Bâle 1 «ratio Cooke» 1988-8%

Plus en détail

GUIDE RELATIF À LA SURVEILLANCE BANCAIRE

GUIDE RELATIF À LA SURVEILLANCE BANCAIRE GUIDE RELATIF À LA SURVEILLANCE BANCAIRE. Septembre 2014 Banque centrale européenne, 2014 Adresse Kaiserstrasse 29, 60311 Francfort-sur-le-Main, Allemagne Adresse postale Postfach 16 03 19, 60066 Francfort-sur-le-Main,

Plus en détail

Les établissements de crédit et la communication financière

Les établissements de crédit et la communication financière Les établissements de crédit et la communication financière INTRODUCTION La montée récente de certains risques (risques-pays, risques sur les entreprises) a souligné l importance pour les grands groupes

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E DEXIA ANNONCE LES RÉSULTATS DE LA REVUE STRATÉGIQUE DE FSA FSA QUITTE LE SECTEUR DES ABS ET SE CONCENTRE SUR LE MARCHÉ DES SERVICES FINANCIERS AU SECTEUR PUBLIC RENFORCEMENT

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS Novembre 2009 Table des matières Préambule...3 Introduction...4 Champ d application...5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour...6 1. Gestion saine

Plus en détail

La surveillance prudentielle des institutions de dépôt

La surveillance prudentielle des institutions de dépôt La surveillance prudentielle des institutions de dépôt Journée des carrières de PRMIA Montréal Présentée par : Gouro Sall Diagne Mardi 17 mars 2015 Autorité des marchés financiers AGENDA L AUTORITÉ DES

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM d Aquitaine dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

B. Réglementation prudentielle

B. Réglementation prudentielle B. Réglementation prudentielle 1. Introduction Au cours de l année sous revue, les travaux sur la réforme du cadre réglementaire prudentiel se sont poursuivis. La transposition des mesures en droits belge

Plus en détail

SOLVABILITE II Glossaire et notions clés

SOLVABILITE II Glossaire et notions clés SOLVABILITE II Glossaire et notions clés Version septembre 2013 A Actuaire Spécialiste qui applique la statistique et le calcul des probabilités pour la conduite d opérations financières et d assurance.

Plus en détail

Crises bancaires et financières: causes, effets et politiques de prévention et de régulation. Plan

Crises bancaires et financières: causes, effets et politiques de prévention et de régulation. Plan Crises bancaires et financières: causes, effets et politiques de prévention et de régulation Paul Reding Beyrouth, Mai 2013 www.unamur.be Plan Partie I : Les crises bancaires Les crises financières: aperçu

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Information réglementée* Bruxelles, Paris, 30 janvier 2009 8h55 Dexia met en œuvre son plan de transformation pour consolider son redressement et devrait enregistrer

Plus en détail

3.2. Rapport du Président du Conseil d administration

3.2. Rapport du Président du Conseil d administration 3. RAPPORT DE GESTION, ÉTATS FINANCIERS ET INFORMATIONS FINANCIÈRES COMPLÉMENTAIRES 3.2. Rapport du Président du Conseil d administration (article L.225-37 du Code de commerce) 3.2.1. RAPPORT DU PRÉSIDENT

Plus en détail

LES MODALITES DE MISE EN PLACE DE L AUTORITE DE CONTROLE PRUDENTIEL

LES MODALITES DE MISE EN PLACE DE L AUTORITE DE CONTROLE PRUDENTIEL COMMUNICATION A LA COMMISSION DES FINANCES, DE L ECONOMIE GENERALE ET DU CONTROLE BUDGETAIRE DE L ASSEMBLEE NATIONALE (ARTICLE 58-2 DE LA LOI ORGANIQUE RELATIVE AUX LOIS DE FINANCES DU 1ER AOUT 2001 ET

Plus en détail

L UNION BANCAIRE 1. LE MÉCANISME DE SURVEILLANCE UNIQUE (MSU) 1.1. PRÉPARATION

L UNION BANCAIRE 1. LE MÉCANISME DE SURVEILLANCE UNIQUE (MSU) 1.1. PRÉPARATION 1. L UNION BANCAIRE Dans la zone euro, l extension de la crise à certains marchés de dettes souveraines a illustré qu une union monétaire réclame, outre une coordination renforcée des politiques budgétaires

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM Centre Loire dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

C n 8/G/2010 Rabat, le 31 décembre 2010

C n 8/G/2010 Rabat, le 31 décembre 2010 C n 8/G/2010 Rabat, le 31 décembre 2010 Circulaire relative aux exigences en fonds propres pour la couverture des risques de crédit, de marché et opérationnels selon les approches internes aux établissements

Plus en détail

www.pwc.com Alerte regulatory Le dispositif de gouvernance et de contrôle interne des établissements bancaires Novembre 2014

www.pwc.com Alerte regulatory Le dispositif de gouvernance et de contrôle interne des établissements bancaires Novembre 2014 www.pwc.com Alerte regulatory Le dispositif de gouvernance et de contrôle interne des établissements bancaires Novembre 2014 En bref L arrêté du 3 novembre 2014 relatif au contrôle interne des entreprises

Plus en détail

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Solvabilité 2, une réforme en 3 piliers Les objectifs : Définir un cadre harmonisé imposant

Plus en détail

Solvabilité II un changement de paradigme

Solvabilité II un changement de paradigme Réglementation Solvabilité II un changement de paradigme En Europe, près de 7 700 milliards d euros d actifs sont gérés par des investisseurs institutionnels qui ont un horizon d investissement de long

Plus en détail

V. Réforme de la réglementation financière : réalisations, risques et perspectives

V. Réforme de la réglementation financière : réalisations, risques et perspectives V. Réforme de la réglementation financière : réalisations, risques et perspectives Les banques et juridictions doivent renforcer leur capacité de résistance aux crises Dans leur rôle d intermédiation du

Plus en détail

Catalogue de Formations 2014

Catalogue de Formations 2014 Catalogue de Formations 2014 Basé à Paris, le cabinet AZERRISK Advantage vous propose des accompagnements multiples : formation, conseil sur place et à distance ainsi que la mise en place de solutions

Plus en détail

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005/2002 du 07 mai 2002

Plus en détail

Une gamme complète de solutions d investissement et de services à destination des investisseurs

Une gamme complète de solutions d investissement et de services à destination des investisseurs Une gamme complète de solutions d investissement et de services à destination des investisseurs LA FRANCAISE GLOBAL INVESTMENT SOLUTIONS La Française GIS est une des 3 entités du Groupe La Française et

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Bâle III : dispositif réglementaire mondial visant à renforcer la résilience des établissements et systèmes bancaires Décembre 2010 (document révisé juin 2011) Traduction

Plus en détail

Références des missions en Gestion des Risques

Références des missions en Gestion des Risques Références des missions en Gestion des Risques DIRECTION DES RISQUES Service Calculs, Modèles et Reporting Depuis janvier 2011, ALGOFI accompagne la Direction des Risques sur la maîtrise d ouvrage bancaire

Plus en détail

Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs»

Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs» COMMISSION BANCAIRE Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs» La Commission des opérations de bourse et la Commission bancaire ont entrepris en 2002, suite aux différentes

Plus en détail

Introduction. Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France et président de l ACPR

Introduction. Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France et président de l ACPR 1 Introduction Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France et président de l ACPR 2 Les nouvelles réglementations bancaires en projet Conférence animée par Frédéric Visnovsky, secrétaire général

Plus en détail

Note TDTE N 44. Philippe Foulquier, Directeur du pôle «Analyse Financière et Comptabilité» de l EDHEC.

Note TDTE N 44. Philippe Foulquier, Directeur du pôle «Analyse Financière et Comptabilité» de l EDHEC. Note TDTE N 44 La gestion de l épargneretraite à long-terme : Attention au cadre prudentiel réglementaire! Auteur Philippe Foulquier, Directeur du pôle «Analyse Financière et Comptabilité» de l EDHEC.

Plus en détail

Solvabilité II. De Solvabilité I àsolvabilitéii. Les trois piliers. Le processus «Lamfalussy» Le calendrier. Le rôle de la FFSA aujourd hui

Solvabilité II. De Solvabilité I àsolvabilitéii. Les trois piliers. Le processus «Lamfalussy» Le calendrier. Le rôle de la FFSA aujourd hui De Solvabilité I àsolvabilitéii Les trois piliers Le processus «Lamfalussy» Le calendrier Le rôle de la FFSA aujourd hui Les points de vigilance La France en Europe Réavie 15 octobre 2009 2 De Solvabilité

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

Gestion du risque de crédit et stabilité financière

Gestion du risque de crédit et stabilité financière Gestion du risque de crédit et stabilité financière LAURENT CLERC Direction des Études économiques et de la Recherche Service des Études sur les politiques monétaire et financière L Institut bancaire et

Plus en détail

RAPPORT PILIER III. Informations au 31 décembre 2010.

RAPPORT PILIER III. Informations au 31 décembre 2010. RAPPORT PILIER III Informations au 31 décembre 2010. 1 Page INTRODUCTION 1 1 2 3 ADEQUATION DES FONDS PROPRES 5 POLITIQUE DE GESTION DES FONDS PROPRES ET DES RISQUES 13 RISQUE DE CREDIT ET DE CONTREPARTIE

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre du cadre réglementaire de Bâle

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre du cadre réglementaire de Bâle Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Rapport intérimaire sur la mise en œuvre du cadre réglementaire de Bâle Octobre 2013 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté,

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières)

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières) Gestion des Risques Nos métiers par activité La Gestion des Risques consiste principalement à maîtriser et à contrôler l ensemble des risques de Crédit Agricole CIB afin de minimiser le coût du risque

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Organisation internationale des commissions de valeurs

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Organisation internationale des commissions de valeurs Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Organisation internationale des commissions de valeurs Exigences de marge pour les dérivés non compensés centralement Septembre 2013 Le présent document est traduit

Plus en détail

Recommandation AMF n 2010-14 du 6 décembre 2010 sur les engagements hors bilan

Recommandation AMF n 2010-14 du 6 décembre 2010 sur les engagements hors bilan Recommandation AMF n 2010-14 du 6 décembre 2010 sur les engagements hors bilan Textes de référence : article 223-1 du règlement général de l AMF A la suite de la mise à jour depuis 2006 du référentiel

Plus en détail

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN 7 OCTOBRE 2013 RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN CHAPITRE 1 UN MODÈLE DE BANQUE UNIVERSELLE ORIENTÉ CLIENT RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY UN ACTEUR BANCAIRE DE PREMIER PLAN 32 millions

Plus en détail

Le nouveau régime de l appel public à l épargne

Le nouveau régime de l appel public à l épargne Émilie CRÉTÉ Direction de la Coordination pour la Stabilité financière Service des Relations avec la Place La transposition de la directive européenne «Prospectus» dans le droit national (Loi Breton du

Plus en détail

Préparation à Solvabilité II. Présentation du calendrier et des projets de textes de niveau 3. 7 août 2014 version 1.0

Préparation à Solvabilité II. Présentation du calendrier et des projets de textes de niveau 3. 7 août 2014 version 1.0 Préparation à Solvabilité II Présentation du calendrier et des projets de textes de niveau 3 7 août 2014 version 1.0 Sommaire 1 Le programme de travail pour la finalisation du niveau 3 s échelonne sur

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Traitement du financement du commerce dans le cadre du dispositif de Bâle sur les fonds propres

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Traitement du financement du commerce dans le cadre du dispositif de Bâle sur les fonds propres Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Traitement du financement du commerce dans le cadre du dispositif de Bâle sur les fonds propres Octobre 2011 Le présent document est traduit de l anglais. En cas

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

PETRO-CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS

PETRO-CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS PETRO-CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS LE 31 MARS, 2009 PETRO-CANADA - 2 - RÉSULTATS CONSOLIDÉS (non vérifié) Pour les périodes terminées le 31 mars (en millions de dollars canadiens, sauf les montants

Plus en détail

Circulaire relative aux fonds propres des établissements de crédit

Circulaire relative aux fonds propres des établissements de crédit BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur CN 24/G/2006 04 décembre 2006 Circulaire relative aux fonds propres des établissements de crédit Le gouverneur de Bank Al-Maghrib ; vu la loi n 34-03 relative aux établissements

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

Processus d agrément des sociétés de gestion AIFM

Processus d agrément des sociétés de gestion AIFM Processus d agrément des sociétés de gestion AIFM 8 janvier 2014 Agrément SGP : Etat des lieux et perspectives de mise en œuvre La préparation de la mise en œuvre Les efforts de pédagogie Le Guide «Acteurs»

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL RELATIF A LA POLITIQUE ET LES PRATIQUES EN TERMES DE REMUNERATION

RAPPORT ANNUEL RELATIF A LA POLITIQUE ET LES PRATIQUES EN TERMES DE REMUNERATION RAPPORT ANNUEL RELATIF A LA POLITIQUE ET LES PRATIQUES EN TERMES DE REMUNERATION (Article 43.1 du Règlement CRBF n 97-02 modifié par l arrêté du 13 décembre 2010) EXTRAIT DU RAPPORT CONSOLIDE DU GROUPE

Plus en détail

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités)

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités) États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. (non audités) États consolidés résumés du résultat Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre (en milliers de dollars canadiens, sauf

Plus en détail