Les réformes prudentielles : évolutions et impacts sur la gouvernance des établissements

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les réformes prudentielles : évolutions et impacts sur la gouvernance des établissements"

Transcription

1 Les réformes prudentielles : évolutions et impacts sur la European Institute of Financial Regulation Paris Matinale EIFR du 17 mai 2010 Danièle NOUY Secrétaire Général de l Autorité de Contrôle Prudentiel

2 Introduction La crise est liée à la conjonction de défaillances dans plusieurs domaines où des réformes importantes sont donc maintenant en cours Liquidité Fonds propres Risques de marché et de crédit Gouvernance Les superviseurs vont faire en sorte que les réformes soient mises en œuvre de façon effective 2

3 Plan de la présentation I. Révision majeure du dispositif de surveillance prudentielle des risques de marché (juillet 2009) II. «Package» du 17 décembre 2009 Liquidité Fonds propres III. Nouvelle gouvernance d entreprise (automne 2010) IV. Réformes institutionnelles (2010) 3

4 I - Révision majeure du dispositif de surveillance prudentielle des risques de marché 1. Un dispositif à améliorer 2. Les dispositions adoptées par le Comité de Bâle en juillet Impact 4. Un calendrier de réformes rapprochées et à long terme 4

5 1- Un dispositif à améliorer Un dispositif de surveillance datant de 1996, amélioré en 2005, afin de mieux prendre en compte certains risques liés à l évolution de la composition des portefeuilles de négociation. Mais efforts insuffisants : l inadéquation des charges en capital au titre du risque de marché a été un facteur clé de l «exubérance irrationnelle» qui a mené à la crise : Développement de positions hautement risquées / insuffisamment capitalisées dans le portefeuille de négociation ; Rôle central donné à la Value-at-Risk, mesure probabiliste avec ses faiblesses : Vision parcellaire du risque, notamment pour les titres complexes, Tributaire de la volatilité récente, donc procyclique, Mauvaise prise en compte des évènements extrêmes («fat tail effects»). 5

6 2- Les dispositions adoptées par le Comité de Bâle en juillet 2009 (1) Une exigence de fonds propres supplémentaire associée à une mesure de VaR stressée Stressed VaR (svar) Coefficients multiplicateurs de la VaR et de la Stressed VaR fixés à un minimum de 3 chacun. objectif : garder pour la mesure du risque futur la mémoire des valorisations exceptionnelles observées sur la période Une exigence additionnelle de fonds propres au titre des risques du portefeuille de négociation Incremental Risk Charge (IRC) Capture des risques de défaut et de migration, Augmentation de l intervalle de confiance à 99,9%, Double horizon : de capital à 1 an et de liquidité à 3 mois minimum. objectif : capter le risque lié à la présence croissante d instruments de crédit dans le portefeuille de négociation. 6

7 2- Les dispositions adoptées par le Comité de Bâle en juillet 2009 (2) Une exigence de fonds propres pour les positions de titrisation, alignée sur le portefeuille bancaire (charge «forfaitaire»). objectifs : Eviter de se reposer sur les modèles internes pour le calcul des exigences en fonds propres, au titre du risque crédit, sur les produits structurés complexes, Eviter l arbitrage réglementaire entre les portefeuilles bancaire et de négociation. Une exception : les produits de trading de corrélation (CDO synthétique + CDS de couverture) sont exemptés de l approche forfaitaire de la titrisation; en contrepartie : Soumission à des exigences de modélisation encore plus strictes que dans l IRC Comprehensive Risk Measure (CRM) ; Application de stress-tests spécifiques sur cette mesure ; Possibilité d un floor garantissant une charge en capital minimum. objectif : tenir compte de la plus grande liquidité de ces produits par rapport à d autres produits de titrisation (ABS), tout en maintenant un haut niveau d exigence. 7

8 3- Impact Des exigences de fonds propres renforcées de manière significative QIS 3 (publication en octobre 2009), étude d impact, hors prise en compte de la contribution du trading de corrélation et de la titrisation : Augmentation des EFP globale de l ordre de 11.5%, Multiplication de 2 à 3 des EFP risques de marché. QIS4 (publication prévue mi-2010) : Selon les résultats préliminaires, impact important de la charge forfaitaire pour titrisation et trading de corrélation. 8

9 4- Un calendrier de réformes rapprochées et à long terme Finalisation en juillet 2010 du dispositif présenté en juillet 2009 (IRC, svar, CRM, traitement forfaitaire de la titrisation) - Prise en compte des leçons du QIS4 : Objectif : finalisation des dispositions concernant le trading de corrélation (périmètre du trading de corrélation; floor) par le Comité de Bâle en juillet 2010 ; Réflexion sur un éventuel grandfathering, en vue d assurer une mise en œuvre sans heurts de la réforme au 31/12/2010. Lancement d une revue fondamentale du risque de marché : Quelle définition du portefeuille de négociation? Quelle frontière avec le portefeuille bancaire? Comment valoriser les produits du portefeuille de négociation de façon juste et prudente? Quelles voies d amélioration des modèles internes des risque de marché? Faut-il intégralement inclure le calcul de la charge en capital pour risque de variation des CVAs (Credit Values Adjustment), liés au risque de contrepartie, dans les modèles de VaR utilisés pour le risque de marché? Nouvelles propositions attendues pour consultation et étude d impact au deuxième trimestre

10 II «Package» du 17 décembre Exigences de liquidité 2. Harmonisation vers le haut de la définition des fonds propres 3. Calendrier de mise en œuvre 10

11 1- «Package» du 17 décembre 2009 : la liquidité 1. Les travaux du Comité de Bâle sur la liquidité après la crise : Importance de mieux appréhender le risque de liquidité suite à la crise financière, Définition de standards quantitatifs internationaux. 2. Les avancées encore nécessaires : Revoir le calibrage des deux ratios bâlois (LCR et NSFR), Favoriser le développement des méthodologies internes. 11

12 1-1 Les travaux du Comité de Bâle sur la liquidité (1) Le Comité de Bâle est conscient de la nécessité de mieux appréhender le risque de liquidité, suite à la crise financière : Analyse des difficultés auxquelles les banques ont été confrontées pendant la crise dans son rapport Liquidity Risk Management and Supervisory Challenges (février 2008) ; Recommandations pour les banques et les superviseurs afin de mieux gérer le risque de liquidité : Principles for Sound Liquidity Risk Management and Supervision (octobre 2008). La définition en cours de standards quantitatifs internationaux : La proposition de décembre 2009 : International framework for liquidity risk measurement, standards and monitoring s articule autour : De deux ratios quantitatifs : i) le Liquidity Coverage Ratio (LCR) et ii) le Net Stable Funding Ratio (NSFR) ; Du suivi d indicateurs quantitatifs sans niveau requis (monitoring tools). 12

13 1-1 Les travaux du Comité de Bâle sur la liquidité (2) Le LCR : [Actifs liquides ] / [(flux sortants - flux entrants) à un mois ] Poste % Montant brut 1- Stock d actifs liquides (Caisse, titres d États ) Montant pondéré 2 Flux sortants (Fuite des dépôts, tirage des lignes de hors-bilan, remboursements sur titres émis ) 3 Flux entrants (créances exigibles dans le mois) 4 Ratio (stock d actifs liquides / flux net) 13

14 1-1 Les travaux du Comité de Bâle sur la liquidité (3) Le NSFR à un an : structure du bilan comparant liquidité de l actif (dénominateur) et stabilité des ressources (numérateur) Ressources stables % Besoins de financements stables Fonds propres et passif à plus d un an 100 % Actifs liquides et titres à maturité résiduelle < 1 an Dépôts à vue stables 85% Dette gouvernementale 5% Dépôts à vue moins stables 70% Dette d entreprises 20% Financements par entreprises non financières 50% Actions Prêts durée résiduelle < 1 an % 0% 50% Tout autre passif 0% Tous autres actifs 100% Hors-bilan (facilités de crédit accordées, autres engagements sur discrétion nationale) 10% 14

15 1-2 Les avancées encore nécessaires pour le SGACP (1) Mieux définir le calibrage des deux ratios : Le calibrage des deux ratios (LCR à un mois et NSFR à un an) doit être revu en fonction des résultats du QIS et de la consultation publique. Il est important que ce calibrage n exclue aucune des options possibles : - Pour le LCR : La pondération des composantes au numérateur et au dénominateur. - Pour le NSFR : La pondération des composantes au numérateur et au dénominateur ; Le niveau général de l exigence ; L horizon considéré ; Le champ de l utilisation au sein du dispositif prudentiel (pilier 1, pilier 2) de cet outil de mesure de la transformation. 15

16 1-2 Les avancées encore nécessaires pour le SGACP (2) Favoriser le développement des méthodologies internes Le SGCAP soutient la volonté du Comité de Bâle de mieux appréhender le risque de liquidité. Les standards quantitatifs ne doivent pas remettre en question les efforts au moins aussi nécessaires en matière de gestion interne du risque de liquidité par les établissements. Pour cela, le SGACP estime que la meilleure incitation est de permettre la prise en compte des méthodologies internes par les superviseurs. La réglementation française reconnaît cette double approche quantitative et qualitative à travers l arrêté du 5 mai 2009 relatif à l identification, la mesure, la gestion et le contrôle du risque de liquidité : - Cet arrêté rentre en application au 30 juin 2010, - Il établit une distinction entre une approche standard et une approche avancée (fondée sur l utilisation de méthodologies internes par les établissements, sur autorisation du superviseur). 16

17 2- «Package» du 17 décembre 2009 : les fonds propres 1. Une définition des fonds propres à améliorer 2. Les mesures présentées par le Comité de Bâle 3. Les avancées défendues par le SGACP 17

18 2-1 Une définition des fonds propres à améliorer Absence d harmonisation : Pas de définition commune du noyau dur des fonds propres de base, Pas d interprétation commune du Communiqué de Sydney de 1998 sur les instruments hybrides éligibles en Tier 1, Le plafonnement des hybrides Tier 1 varie d un pays à l autre. => Des ratios peu comparables, incluant souvent des éléments de qualité médiocre. Information publiée succincte Ne reflétant ni la diversité, ni la complexité des instruments de capital. => Appréciation très difficile de la capacité des fonds propres à absorber les pertes, et donc de la situation de solvabilité des établissements. 18

19 2-2 Les mesures proposées par le Comité de Bâle (1) Une harmonisation vers le haut des définitions : Common equity actions ordinaires (respectant 14 critères d éligibilité), réserves, report à nouveau. Intérêts minoritaires non pris en compte dans le Common equity. Déductions désormais au niveau du Common equity Renforcement des critères d éligibilité En Tier 1 : suppression des instruments innovants, En Tier 2 : suppression du step up. 19

20 2-2 Les mesures proposées par le Comité de Bâle (2) Simplifier la structure des fonds propres Une seule catégorie de Tier 2 Suppression du Tier 3 Harmonisation des limites et minima réglementaires applicables aux différentes composantes des fonds propres Le Common equity doit représenter la part prédominante des fonds propres de base ou Tier 1 Ratios de Common equity, de Tier 1 et de fonds propres totaux Limites et minima seront déterminés sur la base des résultats de l étude d impact et du cadrage macroéconomique. Exigences accrues en matière d information publiée 20

21 2-3 Les avancées défendues par le SGACP Conserver l objectif de renforcement de la qualité des fonds propres tout en veillant à ce que les business models qui ont montré leur résilience à la crise ne soient pas pénalisés : Les instruments de capital des banques mutualistes, La bancassurance (participations dans les assurances), Les intérêts minoritaires. Définir les déductions à opérer (le cas échéant progressivement, au vu des résultats du QIS) en veillant à les limiter à ce qui est prudentiellement justifié (ex. actifs d impôts différés). Veiller à la bonne calibration des ratios. 21

22 3- Calendrier de mise en œuvre du «package» de décembre 2009 Consultation publique : achevée le 16 avril Analyse d impact quantitative (Quantitative Impact Study, QIS) : achevée le 30 avril Le Comité de Bâle arrêtera fin 2010 le contenu de ces mesures, avec un objectif de mise en œuvre à fin 2012, pour autant qu elles soient compatibles avec la stabilité des marchés financiers et un niveau de croissance économique raisonnable. Ces décisions seront assorties de mesures permettant une transition appropriée vers «Bâle 3». 22

23 III- Nouvelle gouvernance d entreprise 1. De nombreuses défaillances liées à une mauvaise gouvernance 2. Et pourtant, de «bons principes» existaient 3. Les nouvelles initiatives 4. Compléter et préciser les exigences relatives aux Conseils d administration 5. Formaliser les exigences relatives à la gouvernance des risques 6. Une mise en œuvre effective 23

24 1- De nombreuses défaillances liées à une mauvaise gouvernance a. Une mauvaise compréhension des risques : Des modèles d évaluation construits, ou alimentés, à partir d hypothèses ou de données inadaptées ou périmées, Une présentation des risques par les lignes métier insuffisamment challengée par l organe délibérant le «Conseil». b. Des motivations inappropriées : Une tarification inadéquate des risques et de la liquidité, Des rémunérations délivrant des incitations inadéquates. c. Une mauvaise communication interne : Trop de décisions stratégiques prises à partir d informations inexactes, Des approches du risque sans cohérence d ensemble au niveau de l institution. d. Un manque de discipline, par exemple : L absence de sanction lors des dépassements de limites, Une approche des affaires plus opportuniste que stratégique. 24

25 2- Et pourtant, de «bons principes» existaient Les Principes du Comité de Bâle (2006) prévoyaient notamment : The board of directors should be appropriately involved in the bank s strategy ; Compensation policies should be consistent with the bank s long-term objectives ; The risks generated by operations that lack transparency should be adequately managed ; Clear lines of responsibility should be set and enforced throughout the organization. Les leçons évidentes : Les banques doivent améliorer leurs pratiques en matière de gouvernance ; Les superviseurs doivent s assurer que des principes de gouvernance cohérents sont effectivement appliqués. L accent doit être mis sur : La cohérence, l intégrité et l éthique ; Des processus de gestion des risques rigoureux et suivis avec discipline ; Une vraie transparence sur les sujets de gouvernance. 25

26 3- Les nouvelles initiatives Comité de Bâle : «Principles for enhancing corporate governance» : Les principes de 2006 sont précisés (notamment ce qui a trait à la qualification et à l implication des conseils d administration), complétés (notamment sur la gestion des risques), avec un accent sur la mise en oeuvre effective de ces principes ; 14 principes pour les banques, 5 principes pour les superviseurs ; Publication en mars 2010 d un document, en consultation pour trois mois ; Adoption du document final par le Comité en septembre CEBS : Révision des «guidelines on internal governance» : Réécriture et consolidation de plusieurs document existants, en prenant en compte les nouveaux principes du Comité de Bâle ; Publication pour consultation à l automne

27 4- Compléter et préciser les exigences relatives aux conseils d administration Un conseil qualifié et impliqué : Le conseil assume la responsabilité globale de la banque ; cela comprend l approbation et la surveillance de la stratégie de la banque en matière de risques, en prenant en compte ses intérêts et sa sécurité financière à long terme. Afin d assurer une gouvernance et une supervision effectives de la banque, les membres du conseil doivent avoir collectivement les connaissances et l expérience nécessaires pour chacune des activités financières significatives qu elle pratique. Les membres du conseil et les dirigeants doivent comprendre les risques et la structure (y compris les véhicules ad hoc ) opérationnelle de la banque. Le conseil doit superviser la conception et le fonctionnement du système de rémunération de façon à ce que celui-ci, conformément aux Principes du Conseil de la Stabilité Financière, incite les collaborateurs à adopter une attitude prudente en matière de risques. 27

28 5- Formaliser les exigences relatives à la gouvernance des risques Des risques gérés de manière rigoureuse : Les risques doivent être identifiés et suivis au niveau du groupe, comme au niveau de chaque entité individuelle. Les banques doivent avoir une fonction gestion des risques indépendante, sous la direction d un responsable des risques ayant accès au conseil. Cette fonction gestion des risques doit avoir le positionnement, l autorité et les ressources nécessaires. Les systèmes de gestion des risques et de contrôle interne de la banque doivent évoluer avec sa taille et son profil de risque, ainsi qu avec les changements de l environnement. Pour assurer une gestion des risques efficace, la communication relative aux risques doit être sincère et sans délai, à travers l ensemble de la banque comme vers le conseil. 28

29 6- Une mise en œuvre effective Transparence et supervision : La gouvernance de la banque doit être transparente : La banque communique au marché des informations pertinentes sur son système de gouvernance de façon claire et accessible ; En particulier, la banque respecte les principes OCDE et CSF en matière de transparence ; elle donne des éléments sur sa tolérance et son appétit aux risques et décrit leur processus de définition ainsi que l implication du Conseil dans ce processus. Les superviseurs évaluent les politiques et procédures des banques ainsi que leur niveau de respect des Principes : Mise en place d outils d évaluation et obtention de l information nécessaire, Vérification que les banques ont des procédures d évaluation du fonctionnement du conseil, du senior management et des fonctions de contrôle interne, Les superviseurs coopèrent entre eux sur la gouvernance. 29

30 IV - Réformes institutionnelles 1. Au niveau européen, un nouveau cadre de supervision prudentielle à deux étages : Le rapport de Larosière publié le 25 février 2009 a jeté les bases d une nouvelle architecture de supervision financière européenne. 2. Au niveau français, l évolution du modèle de supervision financière vers un twin peaks et la création de l ACP : Le rapport Deletré publié le 19 janvier 2009, L ordonnance du 21 janvier 2010 et la création de l ACP. 30

31 1- Une supervision financière européenne à deux étages (1) Le rapport de Larosière Le constat : le processus Lamfalussy a permis une amélioration de la convergence et de la coopération entre pays européens mais a montré ses limites (options nationales, recommandations du CEBS sans portée obligatoire, pas de mécanisme pour surmonter les désaccords entre superviseurs home et host ). Les objectifs : de nouvelles règles, un cadre de supervision harmonisé et mieux coordonné, des dispositif de gestion de crise plus efficaces. Les propositions : mise en place d un système décentralisé de supervision (la supervision au jour le jour reste de la compétence des superviseurs nationaux), renforcement de la surveillance macro-prudentielle du risque systémique. 31

32 1- Une supervision financière européenne à deux étages (2) Une nouvelle architecture de supervision financière européenne Macro-prudentiel - Détection des risques pesant sur le système financier dans son ensemble, - Émission d alertes, - Formulation de recommandations. Micro-prudentiel Réseau décentralisé de superviseurs nationaux complété par trois ASE qui succèdent aux trois comités de niveau 3 actuels avec des compétences renforcées : - élaboration de standards techniques, - résolution de différends entre superviseurs nationaux, - coordination en situation d urgence. 32

33 1- Une supervision financière européenne à deux étages (3) Calendrier : Septembre 2009 : Propositions législatives de la Commission européenne, suivies de Propositions complémentaires en octobre ; Décembre 2009 : Compromis du Conseil européen ; Février 2010 : Rapports des parlementaires européens Goulard sur le CERS et Garcia-Margallo y Marfil sur l ABE ; Objectif : adopter les textes le 10 mai 2010 en ECON puis en juin ou juillet 2010, en session plénière du Parlement européen ; Mise en œuvre de la réforme fin 2010/début 2011 ; Clause de rendez-vous dans trois ans pour faire un premier bilan. 33

34 2- Le nouveau twin peaks français et la création de l ACP (1) Rapport Deletré Un rapprochement CB / ACAM, prévu dès la Loi de modernisation de l économie du 4 août Les principales conclusions du rapport : Atouts de l adossement de la CB à la BDF (expérience de la crise) ; Importance de la distinction : contrôle prudentiel / supervision des marchés. Modalités d organisation de l ACP : Fusion des fonctions d agrément et de contrôle : Rapprochement de la CB, de l ACAM, du CECEI et du CEA au sein de l ACP, avec un adossement à la BDF. Des liens forts existaient déjà entre ces entités, mais la fusion vise à améliorer l efficacité du système français pour atteindre trois objectifs : Accroître la stabilité financière, Améliorer la sécurité des consommateurs, Renforcer le poids de la France dans les travaux internationaux sur la réforme de la régulation financière. Mission de contrôle de la commercialisation.des produits financiers, en liaison avec l AMF. 34

35 2- Le nouveau twin peaks français et la création de l ACP (2) Ordonnance du 21 janvier 2010 portant fusion des autorités d agrément et de contrôle de la banque et de l assurance Nouvelle architecture de supervision par objectifs, le twin peaks français : ACP : contrôle prudentiel et des conditions de commercialisation des produits financiers (en coordination étroite avec l AMF) ; AMF : surveillance des marchés financiers, protection de l épargne et contrôle du respect des obligations professionnelles. Adoption d un principe de gouvernance à étages : Collège plénier de 16 membres présidé par le Gouverneur de la BDF ; Commission restreinte du Collège plénier (8 membres) traitant les dossiers individuels susceptibles d avoir un impact sur la stabilité financière ; Deux Sous-collèges sectoriels, composés chacun de 8 membres issus du collège plénier, traitant respectivement les dossiers assurances et les dossiers banques ; Commission des sanctions, distincte du Collège ; Commissions spécialisées (en tant que de besoin et sur décision du Collège). Financement de l ACP par une contribution financière des assujettis. Installation officielle le 9 mars 2010 : première réunion du collège de l ACP. 35

36 Conclusion Sous l impulsion du G20, refonte de la réglementation pour tirer les leçons de la crise : Renforcer la maitrise des risques dans toutes ses dimensions, Améliorer la gouvernance. Ces réformes ne porteront leurs fruits qu avec la mise en place d une supervision renforcée ESFS, ACP. En France, les établissements ont un superviseur prêt à les accompagner dans les évolutions réglementaires qui les attendent Bâle III, Solvency II. 36

Les banques et la stabilité financière

Les banques et la stabilité financière Les banques et la stabilité financière 26e Rendez vous de la Mondialisation : Banques et stabilité financière dans la mondialisation Mercredi 27 juin 2012 Laurent Clerc Directeur de la stabilité financière

Plus en détail

Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales

Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales EIFR Risques opérationnels Enjeux structurels et défis à venir Paris, 5 novembre 2014 Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales Philippe BILLARD Chef du service des affaires internationales

Plus en détail

Bâle II. Changements en cours. Janvier 2010

Bâle II. Changements en cours. Janvier 2010 Bâle II Changements en cours Janvier 2010 Sommaire Renforcer de la résistance du secteur bancaire Les raisons des changements. Les fonds propres. Risque de contrepartie. Introduction d un ratio de levier

Plus en détail

Processus du G20. Sommet Bancaire Francophone 2011. Michel Cardona, Secrétaire Général Adjoint de l Autorité de Contrôle Prudentiel

Processus du G20. Sommet Bancaire Francophone 2011. Michel Cardona, Secrétaire Général Adjoint de l Autorité de Contrôle Prudentiel Sommet Bancaire Francophone 2011 Bâle 3 et nouvelles règles prudentielles Processus du G20 Banque 04/03/2011 de France - Autorité de Contrôle Prudentiel Michel Cardona, Secrétaire Général Adjoint de l

Plus en détail

La revue fondamentale du portefeuille de négociation, une réponse aux limites observées pendant la crise

La revue fondamentale du portefeuille de négociation, une réponse aux limites observées pendant la crise La revue fondamentale du portefeuille de négociation, une réponse aux limites observées pendant la crise Conférence PRMIA Revue Fondamentale du Trading Book Quel trading pour les années à venir Paris,

Plus en détail

La supervision des banques et des assurances par l Autorité de contrôle prudentiel : Défis et opportunités dans un environnement en mutation

La supervision des banques et des assurances par l Autorité de contrôle prudentiel : Défis et opportunités dans un environnement en mutation La supervision des banques et des assurances par l Autorité de contrôle prudentiel : Défis et opportunités dans un environnement en mutation Danièle NOUY, Secrétaire général de l Autorité de contrôle prudentiel

Plus en détail

En route vers Bâle III

En route vers Bâle III Sommaire Rappel de la réglementation Bâle II Un contexte de crise Présentation de la réforme Le volet liquidité Exemples d interventions Rappel de la réglementation Bâle II 3 piliers Pilier I : l'exigence

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 99 -

TABLEAU COMPARATIF - 99 - - 99 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Vu la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil sur les exigences prudentielles applicables aux établissements

Plus en détail

DÉCOUVRIR L AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION

DÉCOUVRIR L AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION DÉCOUVRIR L AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION Autorité administrative indépendante adossée à la Banque de France, l Autorité de contrôle prudentiel et de résolution est en charge de l agrément

Plus en détail

Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement»

Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement» Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement» REFERENCE : 301 1. Objectif général Situer les enjeux de la nouvelle réglementation issue de Bâle III : «Capital Requirements Regulation (CRR)» et

Plus en détail

BANKING BUSINESS CONSULTING. Luxembourg Paris Brussels. POINT OF VIEW MAY 2012 Bâle III : la réforme de la liquidité dans les banques

BANKING BUSINESS CONSULTING. Luxembourg Paris Brussels. POINT OF VIEW MAY 2012 Bâle III : la réforme de la liquidité dans les banques BANKING BUSINESS CONSULTING Luxembourg Paris Brussels POINT OF VIEW MAY 2012 Bâle III : la réforme de la liquidité dans les banques 11/05/2012 Luxembourg Paris Brussels La réforme Bâle III a énoncé de

Plus en détail

BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ

BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ COMMENT AMELIORER LA LIQUIDITE DE VOS ACTIFS? «Bâle III, dispositif international de mesure, normalisation et surveillance du risque de liquidité» est paru en

Plus en détail

Les missions du comité d audit

Les missions du comité d audit AUDIT COMMITTEE INSTITUTE FRANCE Les missions du comité d audit Aide mémoire kpmg.fr Sommaire Réglementation... 3 Exemples de bonnes pratiques... 6 Suivi de l efficacité des systèmes de contrôle interne

Plus en détail

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com.

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com. Solvency II Contexte et enjeux de la réforme Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com Juin 2006 Sommaire Introduction Tour d horizon de Solvency II La gestion des risques

Plus en détail

Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU)

Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU) Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU) Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU) 1. Le MSU est l un des piliers de l Union bancaire européenne 2. La mise en œuvre opérationnelle

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission - 53 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution, Vu la proposition de règlement du Conseil confiant à la Banque centrale européenne

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LA GESTION DES CRISES BANCAIRES ET LES POLITIQUES DE RESTRUCTURATION (Dakar, du 18 au 22 avril 2011)

SEMINAIRE SUR LA GESTION DES CRISES BANCAIRES ET LES POLITIQUES DE RESTRUCTURATION (Dakar, du 18 au 22 avril 2011) SEMINAIRE SUR LA GESTION DES CRISES BANCAIRES ET LES POLITIQUES DE RESTRUCTURATION (Dakar, du 18 au 22 avril 2011) EVOLUTION DES INSTRUMENTS DE PREVENTION DES CRISES DANS L'UEMOA SOMMAIRE. I Enjeux de

Plus en détail

INSTALLATION DE LA NOUVELLE AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL

INSTALLATION DE LA NOUVELLE AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL CHRISTINE LAGARDE MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI INSTALLATION DE LA NOUVELLE AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL Christine LAGARDE Conférence de presse du 9 mars 2010 DOSSIER DE PRESSE

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III Octobre 2011 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté, se reporter à l original.

Plus en détail

Le cadre de supervision des CCPs

Le cadre de supervision des CCPs Séminaire EIFR : CCPs Évaluation du risque pour les utilisateurs Le cadre de supervision des CCPs Frédéric HERVO Directeur des systèmes de paiement et des infrastructures de marché Le rôle croissant des

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Ratio structurel de liquidité à long terme : normes de publicité

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Ratio structurel de liquidité à long terme : normes de publicité Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Ratio structurel de liquidité à long terme : normes de publicité Juin 2015 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté, se reporter

Plus en détail

La surveillance prudentielle des institutions de dépôt

La surveillance prudentielle des institutions de dépôt La surveillance prudentielle des institutions de dépôt Journée des carrières de PRMIA Montréal Présentée par : Gouro Sall Diagne Mardi 17 mars 2015 Autorité des marchés financiers AGENDA L AUTORITÉ DES

Plus en détail

Avis relatif à la désignation du Mouvement Desjardins à titre d institution financière d importance systémique intérieure

Avis relatif à la désignation du Mouvement Desjardins à titre d institution financière d importance systémique intérieure Avis relatif à la désignation du Mouvement Desjardins à titre d institution financière d importance systémique intérieure Contexte Le présent avis constitue un complément aux diverses lignes directrices

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III Octobre 2012 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté, se reporter à l original

Plus en détail

Bâle III : les impacts à anticiper

Bâle III : les impacts à anticiper FINANCIAL SERVICES Bâle III : les impacts à anticiper Mars 2011 2 Bâle III Bâle III 3 1. Contexte Bâle III a été entériné en novembre 2010 lors du sommet du G20 de Séoul. De nouvelles règles annoncées

Plus en détail

Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones. Rabat le 8 mars 2005. Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI,

Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones. Rabat le 8 mars 2005. Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI, Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones Rabat le 8 mars 2005 Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI, Gouverneur de Bank Al Maghrib Monsieur le Secrétaire Général, Mesdames

Plus en détail

Les rencontres de l Asset management Quelle allocation d actifs sous solvabilité II Le 22 juin 2010 ---

Les rencontres de l Asset management Quelle allocation d actifs sous solvabilité II Le 22 juin 2010 --- Les rencontres de l Asset management Quelle allocation d actifs sous solvabilité II Le 22 juin 2010 --- Intervention de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France et Président de l Autorité de

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE

BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE INSTITUTION : DATE DE CONTROLE : SUPERVISEUR : PERSONNES INTERROGEES : RESUME DES

Plus en détail

Département des Risques

Département des Risques DOCUMENTATION RELATIVE AU PILIER 3 DE LA REGLEMENTATION BALE II SOMMAIRE 1- Présentation 2- Politique de gestion des risques 3- Fonds propres 4- Adéquation des fonds propres 5- Risques de contrepartie

Plus en détail

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL Coopératives de services financiers Publication initiale : Décembre 2007 Mise à jour : TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction... 3 2. Principes généraux...

Plus en détail

Introduction à la réforme MiFID*

Introduction à la réforme MiFID* Introduction à la réforme MiFID* Pour Pour obtenir obtenir la la présentation complète, écrire écrire à à :: finance@sia-conseil.com Janvier 2007 * Markets in Financial Instruments Directive Sommaire Introduction

Plus en détail

Organisation du dispositif de maîtrise des risques

Organisation du dispositif de maîtrise des risques Organisation du dispositif de maîtrise des risques Conférence EIFR 18 décembre 2014 Marie-Agnès NICOLET Regulation Partners Présidente fondatrice 35, Boulevard Berthier 75017 Paris marieagnes.nicolet@regulationpartners.com

Plus en détail

Organisation de la gestion des risques - Solvabilité II et ORSA - Jean-François DECROOCQ

Organisation de la gestion des risques - Solvabilité II et ORSA - Jean-François DECROOCQ Organisation de la gestion des risques - Solvabilité II et ORSA - Jean-François DECROOCQ 1 LA GESTION DES RISQUES : La formalisation de règles de gestion et de techniques de mesure du risque 2 COSO un

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion de placements collectifs et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des Textes

Plus en détail

Offre «Directive UCITS V»

Offre «Directive UCITS V» Offre «Directive UCITS V» Undertakings for the Collective Investment In Transferable Securities V Aurélie GONCALVES T : +32 (0) 499 74 83 28 @ : a.goncalves@kpdp-consulting.fr UCITS V Opportunités et défis

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion d OPCVM ou d OPCI et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des risques Textes

Plus en détail

La SOAD déterminera qu une caisse populaire a commis une faute grave de non-conformité au présent Règlement administratif si celle-ci :

La SOAD déterminera qu une caisse populaire a commis une faute grave de non-conformité au présent Règlement administratif si celle-ci : SOCIÉTÉ ONTARIENNE D ASSURANCE-DÉPÔTS RÈGLEMENT N o 5 NORMES DE SAINES PRATIQUES COMMERCIALES ET FINANCIÈRES Règlement administratif pris en vertu de l alinéa 264(1)g) de la Loi de 1994 sur les caisses

Plus en détail

EMIR PRINCIPAUX IMPACTS POUR LES UTILISATEURS DE PRODUITS DERIVES

EMIR PRINCIPAUX IMPACTS POUR LES UTILISATEURS DE PRODUITS DERIVES EMIR PRINCIPAUX IMPACTS POUR LES UTILISATEURS DE PRODUITS DERIVES Carole Uzan Autorité des Marchés Financiers Direction de la Régulation et des Affaires Internationales INTRODUCTION LES PRINCIPALES ÉTAPES

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LES INSTRUMENTS DE PREVENTION DES CRISES ET LES VULNERABILITES DANS L'UMOA INTRODUCTION La solidité et la stabilité du système bancaire constituent une

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

Capital Requirement Regulation

Capital Requirement Regulation Capital Requirement Regulation Sommaire du règlement UE n 575/2013 Exigences prudentielles applicables aux établissements de crédit et entreprises d investissement La directive CRD IV et le règlement

Plus en détail

MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014

MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014 MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014 Nouvelles contraintes, limites, mais avec quel avantage? Vincent Tattini Plan A. Les nouveautés de MIFID 2 B. Loi sur les services financiers

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

I N V I T A T I O N Cycle de formation

I N V I T A T I O N Cycle de formation I N V I T A T I O N Cycle de formation Comprendre les conditions de financement des PME post-crise De 8h30 à 14h - CGPME 75 19 rue de l Amiral d Estaing 75116 Paris OBJECTIF DU SEMINAIRE : Les PME sont

Plus en détail

Master en Gouvernance bancaire, contrôle et audit interne

Master en Gouvernance bancaire, contrôle et audit interne Master en Gouvernance bancaire, contrôle et audit interne EVALUATION PRELEMINAIRE COURS SUR LE REGLEMENTATION PRUDENTIELLE ET SUPERVISION BANCAIRE Cours dirigé par Mme Nadia Gamha, Directrice Générale

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

EDC. Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier. Durée de l épreuve : 2 heures

EDC. Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier. Durée de l épreuve : 2 heures EDC Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier Durée de l épreuve : 2 heures Calculatrice autorisée Pas de documentation autorisée Notation Questions à choix multiples (25) Une

Plus en détail

Colloque FHF 25 octobre 2012 LES CONDITIONS DE FINANCEMENT DU SECTEUR HOSPITALIER PUBLIC

Colloque FHF 25 octobre 2012 LES CONDITIONS DE FINANCEMENT DU SECTEUR HOSPITALIER PUBLIC Colloque FHF 25 octobre 2012 LES CONDITIONS DE FINANCEMENT DU SECTEUR HOSPITALIER PUBLIC De la raréfaction de la liquidité à l impact de Bâle 3 A tous ceux qui pensent que nous ne faisons plus notre métier

Plus en détail

Gouvernance et contrôle interne Table ronde

Gouvernance et contrôle interne Table ronde Gouvernance et contrôle interne Table ronde Conférence ASSFOR 10 Marie-Agnès NICOLET Regulation Partners Présidente fondatrice 35, Boulevard Berthier 75017 Paris marieagnes.nicolet@regulationpartners.com

Plus en détail

REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC

REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC Comité d experts de la FEMIP Luxembourg 7-8 mars 2005 REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC Zouhair CHORFI Directeur du Trésor et des Finances Extérieures 1 Introduction Secteur financier marocain à la

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE 1. OBJET La présente politique vise à garantir la conformité D EXANE SA, EXANE DERIVATIVES, EXANE OPTIONS, EXANE LIMITED et leurs succursales concernées

Plus en détail

Travaux internationaux et grandes lignes du dispositif français

Travaux internationaux et grandes lignes du dispositif français Secrétariat général de la Commission bancaire Direction de la Surveillance Travaux internationaux et grandes lignes du dispositif français Paris, 24 novembre 2009 Dominique Laboureix, Directeur de la Surveillance

Plus en détail

Valorisation des instruments complexes

Valorisation des instruments complexes Valorisation des instruments complexes Contrainte réglementaire ou opportunité: le retour d expérience d une société de gestion Mars 2 0 1 2 p0 P0 Préambule: le fondement réglementaire pour les sociétés

Plus en détail

LES ACCORDS DE BÂLE III ET LA PREVENTION DES RISQUES FINANCIERS EN MILIEU BANCAIRE

LES ACCORDS DE BÂLE III ET LA PREVENTION DES RISQUES FINANCIERS EN MILIEU BANCAIRE LES ACCORDS DE BÂLE III ET LA PREVENTION DES RISQUES FINANCIERS EN MILIEU BANCAIRE Les accords de Bâle et la gestion des risques financiers en milieu bancaire Dispositif Bâle 2.5 (approuvé en juillet 2009)

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ Avril 2009 Table des matières Préambule... 3 Introduction... 4 Champ d application... 5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour... 6 1. Cadre de gestion de la conformité...

Plus en détail

L Union bancaire européenne : un remède anti-crise. Les Rencontres de l IEFP

L Union bancaire européenne : un remède anti-crise. Les Rencontres de l IEFP L Union bancaire européenne : un remède anti-crise Les Rencontres de l IEFP Les principaux facteurs à l origine de la crise financière Un évènement déclencheur (les «subprimes») mais des origines multiples

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL RELATIF A LA POLITIQUE ET LES PRATIQUES EN TERMES DE REMUNERATION

RAPPORT ANNUEL RELATIF A LA POLITIQUE ET LES PRATIQUES EN TERMES DE REMUNERATION RAPPORT ANNUEL RELATIF A LA POLITIQUE ET LES PRATIQUES EN TERMES DE REMUNERATION (Article 43.1 du Règlement CRBF n 97-02 modifié par l arrêté du 13 décembre 2010) EXTRAIT DU RAPPORT CONSOLIDE DU GROUPE

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité II, contrats responsables, normes IFRS, fiscalité : conséquences de ces normes sur le devenir des opérateurs et des couvertures

Plus en détail

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société»)

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») AUTORITÉ Le conseil d administration de la Société (le «conseil») établit les politiques générales de la Société,

Plus en détail

Une approche préventive qui repose sur des contrôles permanents et sur place

Une approche préventive qui repose sur des contrôles permanents et sur place Une approche préventive qui repose sur des contrôles permanents et sur place AMF ACPR : vers une convergence des processus de surveillance et sanctions? Paris, 14 octobre 2013 1 Contrôle sur place Contrôle

Plus en détail

AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL

AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ----- DÉCISION DU COLLÈGE DE L AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ----- Décision 2011-C-12 du 23 mars 2011 Institution d une commission consultative LE COLLÈGE EN FORMATION

Plus en détail

Links Consulting. Support de présentation. L expertise métier au service de la transformation et de la performance

Links Consulting. Support de présentation. L expertise métier au service de la transformation et de la performance Links Consulting L expertise métier au service de la transformation et de la performance Support de présentation Dans quels domaines nos experts de la transformation accompagneront votre entreprise à vos

Plus en détail

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Eléments de calendrier 1. Conférence nationale contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale des 10 et 11 décembre 2012 Rapport de M. François

Plus en détail

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières)

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières) Gestion des Risques Nos métiers par activité La Gestion des Risques consiste principalement à maîtriser et à contrôler l ensemble des risques de Crédit Agricole CIB afin de minimiser le coût du risque

Plus en détail

Table des matières. Section 1. Bâle I, Bâle II, Bâle III : même combat... 3

Table des matières. Section 1. Bâle I, Bâle II, Bâle III : même combat... 3 Table des matières Introduction.... 1 Chapitre 1 De quoi s agit-il?.... 3 Section 1. Bâle I, Bâle II, Bâle III : même combat.... 3 Section 2. Pourquoi les banques?.... 3 1. Protéger les épargnants....

Plus en détail

Crédit Agricole CIB. Année 2014. Le présent rapport est établi conformément à l'article 450 du règlement (UE) N 575/2013 du 26 juin 2013.

Crédit Agricole CIB. Année 2014. Le présent rapport est établi conformément à l'article 450 du règlement (UE) N 575/2013 du 26 juin 2013. Crédit Agricole CIB Rapport annuel relatif à la politique et aux pratiques rémunération s personnes définies à l article L. 511-71 du co monétaire et financier et en application du règlement délégué (UE)

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Réunion du réseau parlementaire de lutte contre le VIH/SIDA Libreville Gabon, 2-3 octobre 2012 Plan de la présentation

Plus en détail

Risk Control and Business Innovation How to Build a Sustainable Financial Industry?

Risk Control and Business Innovation How to Build a Sustainable Financial Industry? 1 2 nd nd SINO-FRENCH FINANCIAL FORUM Risk Control and Business Innovation How to Build a Sustainable Financial Industry? «Contrôle des risques et innovation produit : Exemple d organisation d un Asset

Plus en détail

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Pologne Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance

Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance Christine LAGARDE, Ministre de l Economie, de l Industrie et de l Emploi Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance Lundi 13 octobre 2008 Dossier de presse Communiqué

Plus en détail

Charte du Comité Audit et Risque (CAR) du Conseil d administration de la Banque Cantonale Vaudoise (BCV)

Charte du Comité Audit et Risque (CAR) du Conseil d administration de la Banque Cantonale Vaudoise (BCV) Charte du Comité Audit et Risque (CAR) du Conseil d administration de la Banque Cantonale Vaudoise (BCV) 1. CADRE ET PRINCIPES GÉNÉRAUX Le Comité Audit et Risque (CAR) de la Banque Cantonale Vaudoise (BCV)

Plus en détail

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Présentation dans le cadre de l événement «Journée carrière PRMIA» 17 mars 2015 Mathieu Derome, M.Sc. Directeur Principal

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

A S S O C I A T I O N L U X E M B O U R G E O I S E D E S F O N D S D E P E N S I O N, A S B L

A S S O C I A T I O N L U X E M B O U R G E O I S E D E S F O N D S D E P E N S I O N, A S B L A S S O C I A T I O N L U X E M B O U R G E O I S E D E S F O N D S D E P E N S I O N, A S B L FLASH n 19 juillet 2014 LA PROCHAINE REFONTE DE LA DIRECTIVE IORP La directive 2003/41/CE a marqué une première

Plus en détail

09/07/2010 Prénom, NOM, Fonction 1

09/07/2010 Prénom, NOM, Fonction 1 09/07/2010 Prénom, NOM, Fonction 1 Introduction Jean-Philippe Thierry, Vice-président de l Autorité de contrôle prudentiel 08/07/2010 Conférence du contrôle 2 L ACP est issue de la fusion des autorités

Plus en détail

SF ou ECS: quel statut choisir? Le nouveau cadre prudentiel

SF ou ECS: quel statut choisir? Le nouveau cadre prudentiel SF ou ECS: quel statut choisir? Le nouveau cadre prudentiel ASFFOR - 13 février 2014 1 Sommaire 1. Le nouveau statut de société de financement 1. La transition 2. Les conséquences 2. Les exigences prudentielles

Plus en détail

Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles. Page n 1

Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles. Page n 1 Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles Page n 1 Conférence du contrôle du 5 octobre 2009 Mutuelles : Actualités du contrôle et évolution du secteur Introduction : Philippe Jurgensen, Président

Plus en détail

L ENVIRONNEMENT JURIDIQUE ET FISCAL

L ENVIRONNEMENT JURIDIQUE ET FISCAL 3 L ENVIRONNEMENT JURIDIQUE ET FISCAL SUR LES GRANDS SUJETS AYANT CONCERNÉ L ASSURANCE ET LA FFSA EN 2010 ( LA FISCALITÉ DE L ASSURANCE VIE, SOLVABILITÉ II, LA MISE EN PLACE DE L ACP, LA CONVENTION AERAS

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

Réformes européennes et stabilité financière

Réformes européennes et stabilité financière Réformes européennes et stabilité financière 3/04/2012 Martin MERLIN Chef d'unité DG Marché intérieur et services Causes de la crise financière de 2007-2008 Déséquilibres macro-économiques Lacunes réglementaires

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 81 -

TABLEAU COMPARATIF - 81 - - 81 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l'article 88-4 de la Constitution, européen et du Conseil sur les produits dérivés négociés de gré à gré, les contreparties centrales et les référentiels centraux

Plus en détail

REFORME du MARCHE FINANCIER en ALGERIE

REFORME du MARCHE FINANCIER en ALGERIE REFORME du MARCHE FINANCIER en ALGERIE Principaux axes De développement et modernisation Du Marché Financier en Algérie présenté par Monsieur ismail Noureddine, président de la COSOB PRINCIPALES REALISATIONS

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Réponse du Comité de Bâle à la crise financière : Rapport au Groupe des Vingt

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Réponse du Comité de Bâle à la crise financière : Rapport au Groupe des Vingt Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Réponse du Comité de Bâle à la crise financière : Rapport au Groupe des Vingt Octobre 2010 Pour obtenir des exemplaires de nos publications, s adresser à : Banque

Plus en détail

APPEL PUBLIC A L EPARGNE

APPEL PUBLIC A L EPARGNE FICHES PEDAGOGIQUES APPEL PUBLIC A L EPARGNE PAR LA COSUMAF APPEL PUBLIC A L EPARGNEL L Appel Public à l Epargne (APE) est une opération du marché financier qui permet à un émetteur (Etat, Collectivités

Plus en détail

Formations Management

Formations Management Formations Management MANAGEMENT ET COMMUNICATION Ecole du Management : Cycle Animateur d équipe Ecole du Management : Cycle Maîtrise Ecole du Management : Cycle Coordinateur Technique Animateur (trice)

Plus en détail

Le risque de contrepartie

Le risque de contrepartie Le risque de contrepartie Gérer les risques en temps de crise 20/06/2012 Idriss Tchapda Djamen Sommaire Exécutif n Le risque de contrepartie reçoit une attention considérable de la part des régulateurs

Plus en détail

ECB-PUBLIC. AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 12 décembre 2012 sur la stabilité bancaire et financière (CON/2012/106)

ECB-PUBLIC. AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 12 décembre 2012 sur la stabilité bancaire et financière (CON/2012/106) FR ECB-PUBLIC AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 12 décembre 2012 sur la stabilité bancaire et financière (CON/2012/106) Introduction et fondement juridique Le 15 novembre 2012, la Banque centrale

Plus en détail

Charte d audit du groupe Dexia

Charte d audit du groupe Dexia Janvier 2013 Charte d audit du groupe Dexia La présente charte énonce les principes fondamentaux qui gouvernent la fonction d Audit interne dans le groupe Dexia en décrivant ses missions, sa place dans

Plus en détail

PArtiCiPAtion à l évolution du CAdre réglementaire

PArtiCiPAtion à l évolution du CAdre réglementaire Sommaire 84 1 / Les travaux internationaux et européens 95 2 / La poursuite de la refonte des normes comptables 99 3 / La veille réglementaire au niveau national : l adaptation du cadre législatif et réglementaire

Plus en détail

Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017

Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017 Paris, le 13 novembre 2013 Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017 Pour toute information complémentaire, consultez la présentation complète disponible sur le site internet du Groupe BPCE : www.bpce.fr

Plus en détail

Guide relatif à la surveillance bancaire

Guide relatif à la surveillance bancaire Guide relatif à la surveillance bancaire Novembre 2014 Banque centrale européenne, 2014 Adresse postale 60640 Francfort-sur-le-Main, Allemagne Téléphone +49 69 1344 0 Internet http://www.ecb.europa.eu

Plus en détail

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017»

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017» «Approuvé» Par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN «Astana EXPO-2017» du 29 août 2013 Protocole N 6 avec des amendements introduits par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN

Plus en détail

Piloter le contrôle permanent

Piloter le contrôle permanent Piloter le contrôle permanent Un cadre règlementaire en permanente évolution L évolution des réglementations oblige les institutions financières à revoir leur dispositif de contrôle Secteur bancaire CRBF

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Traitement du financement du commerce dans le cadre du dispositif de Bâle sur les fonds propres

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Traitement du financement du commerce dans le cadre du dispositif de Bâle sur les fonds propres Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Traitement du financement du commerce dans le cadre du dispositif de Bâle sur les fonds propres Octobre 2011 Le présent document est traduit de l anglais. En cas

Plus en détail

BANKING BUSINESS CONSULTING. Luxembourg Paris Brussels. STRESS TESTS JUNE 2012 Défis majeurs et best practices

BANKING BUSINESS CONSULTING. Luxembourg Paris Brussels. STRESS TESTS JUNE 2012 Défis majeurs et best practices BANKING BUSINESS CONSULTING Luxembourg Paris Brussels STRESS TESTS JUNE 2012 Défis majeurs et best practices 12/06/2012 1 Luxembourg Paris Brussels Les stress tests ou tests de résistance sont des techniques

Plus en détail