Solvabilité 2 et mutuelles: état des lieux et priorités Paris, le 6 juin 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Solvabilité 2 et mutuelles: état des lieux et priorités 2013. Paris, le 6 juin 2013"

Transcription

1 Solvabilité 2 et mutuelles: état des lieux et priorités 2013 Paris, le

2 Programme Évolutions quantitatives et impacts associés Enseignements à tirer des derniers travaux demandés par l EIOPA (Pilier 1) Accord National Interprofessionnel de janvier 2013 Réforme de la fiscalité des mutuelles Évolutions en termes de gouvernance et gestion des risques Avancement du projet ORSA (Pilier 2) Préconisations actuelles Évolutions en termes de reporting Demandes actuelles en termes de reporting (Pilier 3) Évolution des états nationaux Documents de référence 2

3 Programme Évolutions quantitatives et impacts associés Enseignements à tirer des derniers travaux demandés par l EIOPA (Pilier 1) Accord National Interprofessionnel de janvier 2013 Réforme de la fiscalité des mutuelles Évolutions en termes de gouvernance et gestion des risques Avancement du projet ORSA (Pilier 2) Préconisations actuelles Évolutions en termes de reporting Demandes actuelles en termes de reporting (Pilier 3) Évolution des états nationaux Documents de référence 3

4 Pilier 1 Rappel des analyses d impact réalisées Plusieurs analyses d impact ont déjà eu lieu depuis 2005 Année Étude Périmètre 2005 QIS1 Évaluation des provisions techniques 2006 QIS2 Éléments d élaboration de la formule standard 2007 QIS3 Calibrage de la formule standard 2008 QIS4 Bilan économique Solvabilité II, calcul de MCR / SCR 2010 QIS5 Bilan économique Solvabilité II, calcul de MCR / SCR 2013 LTGA Bilan économique Solvabilité II, calcul de MCR / SCR Les entreprises d assurances ont affiné leurs analyses lors des clôtures plus récentes. Le LTGA («Long Term Guarantee Assessment»)a pour objectif la réalisation de stress tests complémentaires afin de tester certains paramètres de la formule standard et surtout : la prime contra-cyclique, le taux de convergence ultime, et le «dernier point liquide à partir duquel les extrapolations sont réalisées». 4

5 Pilier 1 Quelques définitions Les éléments suivants sont les principaux à être testés dans le cadre du LTGA: Prime contra-cyclique (CCP): il s agit d une prime définie par l EIOPA et ajoutée à la courbe des taux sans risques, qui se déclenche dans des situations de marché stressées et a pour objectif de prendre en compte la moindre sensibilité des assureurs au risque de liquidité. Matching adjustment ou Extended Matching Adjustment: il s agit d une prime d adéquation actif / passif définie par l EIOPA et applicable sur certains portefeuilles uniquement présentant des caractéristiques particulières (notamment d adossement actif / passif). UFR Ultimate Forward Rate: il s agit du taux vers lequel la courbe des taux sans risques doit converger. Ce taux est défini par l EIOPA (4,2%) LLP Last Liquid Point: il s agit du dernier point considéré comme liquide pour la courbe des taux sans risques, et à partir duquel la courbe doit être extrapolée 5

6 Pilier 1 LTGA Spécifications techniques De nouvelles spécifications techniques L EIOPA a publié en novembre 2012 de nouvelles spécifications techniques Spécifiques aux produits d assurance incluant des garanties long-terme Donnant lieu à une nouvelle étude d impact sur le 1 er semestre 2013, et portant à la fois sur des aspects quantitatifs et sur des aspects qualitatifs (questionnaires à compléter) Cette étude a été élaborée afin de tester les éléments suivants : Revue de la courbe des taux sans risque, des ajustements à lui appliquer (notamment la prime contra-cyclique) et des méthodologies d extrapolation Prise en compte de la prime de «matching adjustement» ou de l «extended matching adjustment» en fonction de la nature des contrats (assurance vie sans options vs. assurance vie ou non vie avec options) Mesures de transition L étude prévoit le test de 13 scénarios (dont 4 complets, i.e. sans simplifications méthodologiques), avec des paramètres différents pour chacun 6

7 Pilier 1 LTGA Calendrier prévisionnel & éléments complémentaires Éléments complémentaires sur l étude LTGA L étude porte principalement sur des données à fin 2011 Toutefois, des études complémentaires sont également demandées dans des situations de marché différentes: 2009 (année proche afin de considérer l impact de la volatilité des marchés) et 2004 (considérée comme une année de conditions «normales») Calendrier prévisionnel de l étude LTGA 28 Janvier 2013: lancement de l exercice par l EIOPA Fin mars 2013: fin de l exercice, et communication des résultats aux différents superviseurs locaux Juin/Juillet 2013: présentation de l analyse des résultats par l EIOPA au Trilogue Rentrée 2013: présentation des résultats de l analyse par l ACP 7

8 Pilier 1 LTGA Principaux enjeux Les principaux enjeux pour les assureurs dans le cadre de la réalisation de l étude LTGA sont les suivantes: Étude des méthodologies d extrapolation de la courbe des taux sans risque, et notamment de la pertinence de l utilisation d un taux unique pour la convergence Analyse fine des actifs et des passifs et de leurs caractéristiques afin d étudier la possible application de critères spécifiques (matching adjustment ou extended matching adjustment) Test des mesures de transition et de leurs impacts sur la constitution du bilan économique Solvabilité II 8

9 Pilier 1 Points de vigilance Les principaux points de difficulté sur le Pilier 1 sont les suivants: Sujet Principaux impacts opérationnels Segmentation des actifs en portefeuille Problématiques de transparisation et de classification de certains titres Nécessité de définir une politique claire pour le traitement des participations Nécessité de mettre en œuvre ou de compléter certains circuits d information avec les gestionnaires d actifs afin de disposer de l ensemble des données Modélisation des frais généraux Définition / revue de clés d allocation des frais généraux par ligne d activité Solvabilité II Mise en œuvre de travaux de cadrage Traitement des frais non affectés Mesures d impacts des différents chocs Solvabilité II sur les frais généraux projetés et la valeur du best estimate Modélisation de la participation aux bénéfices contractuelle Compréhension et cartographie des différentes règles applicables pour la modélisation de la participation aux bénéfices contractuelle Définition de méthodes simplifiées compatibles avec les modèles de projection utilisés Prise en compte des impôts différés Définition d une méthodologie de calcul Évolution du calcul en fonction des différentes réformes réglementaires Modélisation des primes futures Analyse détaillée des caractéristiques des produits afin de définir les limites des contrats 9

10 Programme Évolutions quantitatives et impacts associés Enseignements à tirer des derniers travaux demandés par l EIOPA (Pilier 1) Accord National Interprofessionnel de janvier 2013 Réforme de la fiscalité des mutuelles Évolutions en termes de gouvernance et gestion des risques Avancement du projet ORSA (Pilier 2) Préconisations actuelles Évolutions en termes de reporting Demandes actuelles en termes de reporting (Pilier 3) Évolution des états nationaux Documents de référence 10

11 Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013 L Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2013 introduit de nouvelles dispositions Généralisation de la couverture complémentaire santé Mise en place de négociations par branche professionnelle afin de définir une couverture santé collective à adhésion obligatoire Dans le cas où les négociations n aboutiraient pas avant le 1 er juillet 2014, obligation pour l entreprise de mener elle-même ces négociations En l absence d accord, application d un régime «plancher» financé à parts égales par l entreprise et l employé, et couvrant un panier de soins minimum défini par décret Amélioration de la portabilité des droits Extension de la portabilité de 9 à 12 mois pour les garanties de santé et prévoyance pour les personnes quittant leur emploi et étant indemnisée par Pôle Emploi Ces dispositions affectent les prévisions de chiffre d affaires et, finalement, le «best estimate» de nombreux contrats et les travaux ORSA. 11

12 Programme Évolutions quantitatives et impacts associés Enseignements à tirer des derniers travaux demandés par l EIOPA (Pilier 1) Accord National Interprofessionnel de janvier 2013 Réforme de la fiscalité des mutuelles Évolutions en termes de gouvernance et gestion des risques Avancement du projet ORSA (Pilier 2) Préconisations actuelles Évolutions en termes de reporting Demandes actuelles en termes de reporting (Pilier 3) Évolution des états nationaux Documents de référence 12

13 Évolution de la fiscalité des mutuelles Depuis début 2012, les mutuelles et les institutions de prévoyance sont entrées en fiscalité, ce qui suppose notamment un assujettissement à l IS. Des difficultés opérationnelles sont apparues lors de l élaboration du bilan d entrée 2012, comme par exemple : Provisions frais d obsèques (risque viager ou non). Provisions pour égalisation. Provisions pour risques croissants. Provisions forfaitaires (pour frais et/ou tardifs notamment). Niveau et récurrence des boni/mali. Cohérence entre engagements bruts et cessions en réassurance. Ces points nécessitent une attention particulière lors de l élaboration du bilan prudentiel Solvabilité 2. 13

14 Programme Évolutions quantitatives et impacts associés Enseignements à tirer des derniers travaux demandés par l EIOPA (Pilier 1) Accord National Interprofessionnel de janvier 2013 Réforme de la fiscalité des mutuelles Évolutions en termes de gouvernance et gestion des risques Avancement du projet ORSA (Pilier 2) Préconisations actuelles Évolutions en termes de reporting Demandes actuelles en termes de reporting (Pilier 3) Évolution des états nationaux Documents de référence 14

15 L ORSA, un élément central L ORSA est un élément central de la politique de gestion des risques 15

16 Pilier 2 Rappel des objectifs de l ORSA Une place importante laissée à l analyse interne de la solvabilité Objectifs visés par l ORSA «Own Risk and Solvency Assessment» promouvoir une culture de la gestion des risques. L ORSA peut être défini : comme un outil permettant d évaluer la bonne connaissance et la bonne gestion des risques de la société. comme un processus utilisé pour identifier, mesurer et manager tous les risques courts et longs auxquels doit ou devra faire face l entreprise d assurance, dans le but de déterminer un niveau de fonds propres approprié. L ORSA au sein du projet Solvabilité 2 : La formule standard du projet Solvabilité 2 peut ne pas refléter correctement le véritable besoin en fonds propres de l entreprise d assurance. L ORSA constitue donc un outil supplémentaire nécessaire à la juste évaluation du niveau de fonds propres adéquats. 16

17 Pilier 2 Principales différences entre l ORSA et le Pilier 1 Principes généraux Calcul du SCR Calcul du capital ORSA Cadre Réglementaire Spécifique à l entreprise Horizon 1 an en «run-off» Horizon stratégique dans le cadre d une continuité d exploitation «Risk Appetite» Probabilité de ruine à 1 an à 0,5% A définir avec l organe de direction Couverture Couverture du SCR par les fonds propres solides («Tier 1» et «Tier 2») Couverture par des fonds propres définis par la structure Fréquence Au moins une fois par an, mais doit être connue à tout moment et ré-évaluée en cas d évolution du profil de risque Risques pris en compte A minima ceux pris en compte dans la formule standard Tous les risques significatifs pour l entreprise 17

18 Pilier 2 ORSA Dernières orientations L EIOPA a publié fin mars 2013 un Consultation Paper relatif à l ORSA Une mise en œuvre dès 2014 Le CP prévoit une mise en œuvre dès janvier 2014, avec des points d avancement annuels à partir de février 2015 (sur la base de l exercice 2014) Périmètre d application: o Toutes les entreprises assurant une représentativité d au moins 80% du marché o Tous les groupes soumis au reporting réglementaire Solvabilité II o Tous les groupes et entreprises dans un processus de pré-approbation d un modèle interne (auquel cas ce modèle doit être utilisé pour les besoins de l ORSA) La production d une documentation adaptée, incluant Une politique ORSA Une liste de l ensemble des exercices réalisés, des documents et résultats associés Un rapport interne Un rapport à destination du superviseur 18

19 Pilier 2 ORSA - Documentation Le CP donne quelques éléments concernant la documentation requise Politique ORSA: elle doit inclure a minima La description des processus et procédures L explication du lien entre le profil de risque, les tolérances aux risques et le besoin de solvabilité La description de la fréquence de réalisation de stress tests et de l ORSA, des standards de qualité de données Rapport interne, devant inclure a minima Une communication à l ensemble du personnel concerné les résultats et conclusions de l ORSA réalisé, après approbation de l AMSB Rapport à destination du superviseur Ce rapport doit être communiqué dans les 2 semaines suivant les conclusions de l exercice Il doit inclure une description o Des résultats quantitatifs et qualitatifs de l exercice réalisé o Des méthodes et principales hypothèses utilisées o Une comparaison des besoins en capital ORSA, du SCR et des fonds propres de l entreprise 19

20 Programme Évolutions quantitatives et impacts associés Enseignements à tirer des derniers travaux demandés par l EIOPA (Pilier 1) Accord National Interprofessionnel de janvier 2013 Réforme de la fiscalité des mutuelles Évolutions en termes de gouvernance et gestion des risques Avancement du projet ORSA (Pilier 2) Préconisations actuelles Évolutions en termes de reporting Demandes actuelles en termes de reporting (Pilier 3) Évolution des états nationaux Documents de référence 20

21 Pilier 2 points d attention Afin de se préparer aux exigences liées au Pilier 2, les travaux suivants paraissent prioritaires: Définition de critères d appétit au risque pour la compagnie S intégrant dans une vision stratégique et validés par la Direction Générale Permettant un pilotage de l ensemble de l activité Définition d une politique ORSA Identification des services devant être impliqués dans un processus ORSA Identification de l ensemble des éléments existants pouvant servir de base à un processus ORSA (ex: politiques de risques ) Définition des rôles des fonctions clés Déclinaison de l appétit au risque de manière opérationnelle Définition de tolérances aux risques et déclinaison en limites opérationnelles pouvant être pilotées par chaque service Identification de stress tests à réaliser Calibrage de seuils d alerte pour chaque risque majeur identifié 21

22 Programme Évolutions quantitatives et impacts associés Enseignements à tirer des derniers travaux demandés par l EIOPA (Pilier 1) Accord National Interprofessionnel de janvier 2013 Réforme de la fiscalité des mutuelles Évolutions en termes de gouvernance et gestion des risques Avancement du projet ORSA (Pilier 2) Préconisations actuelles Évolutions en termes de reporting Demandes actuelles en termes de reporting (Pilier 3) Évolution des états nationaux Documents de référence 22

23 Pilier 3 Reportingsactuels (1/2) Actuellement, les rapports existants sont: Le rapport de gestion ; Le rapport de solvabilité : Ce rapport contient des informations sur : o les engagements souscrits, o les provisions techniques, o la réassurance, o la gestion des placements, o la gestion actif / passif, et o une analyse prospective de la marge de solvabilité. L objectif est d avoir une vue globale sur tous les risques susceptibles d influer sur la solvabilité. Ce rapport inclus également un plan d activité à 5 ans. Le rapport de contrôle interne ; Le rapport de délégation et d intermédiation de gestion. 23

24 Pilier 3 Reportings actuels (2/2) Actuellement, les états annuels existants sont: Des états comptables (Bilan, Comptes de résultats, Annexes, C1, etc.) État C6 : état rapprochant la marge de solvabilité constituée de l'exigence minimale de marge. État C6 Bis: Test d exigibilité de l adossement Actif/Passif ÉtatC9:état décrivant, à la date de clôture du dernier exercice inventorié, la dispersion de leurs cessionnaires et rétrocessionnaires et retraçant le niveau de protection conféré par leurs protections en réassurances si survenaient des événements défavorables Tableau complémentaire aux états des placements (TCEP) : Tableau au format unique détaillant les placements. Les états trimestriels sont: État T3: Vérification de l adossement Actif/Passif tous les trimestres 24

25 Pilier 3 Nouvelles exigences de reporting(1/2) Les nouvelles exigences définies par l EIOPA en termes de reporting sont: 25

26 Pilier 3 Nouvelles exigences de reporting(2/2) Grands principes en matière de rapports à produire Publication sur des bases régulières : SFCR (Solvency and Financial Condition Report), le rapport public, fournit des informations qui permettent au public d analyser leur condition financière et de solvabilité. La société publie ce rapport et l Autorité de Contrôle doit s assurer qu il est complet et cohérent avec le RTS (Report To Supervisor). Le RSR est le rapport privé soumis à l Autorité de Contrôle, il doit permettre au superviseur d appréhender le processus de supervision et correspond à la base de dialogue avec l entreprise. Les 2 rapports RSR et SFCR doivent contenir des informations qualitatives incluant des données quantitatives et des états quantitatives appropriés. Ils doivent également se suffire à eux-mêmes et suivre la même structure. En plus d informations régulières, l Autorités de Contrôle doit être informée de la survenance d évènement prédéfinis pouvant modifier significativement le profil de risque. Les rapports doivent répondre aux principes de proportionnalité. L Autorité de Contrôle a également le droit de demander des informations complémentaires pour vérifier la solidité financière et de solvabilité de l entreprise 26

27 Pilier 3 SFCR Contenu détaillé (1/2) Le SFCR doit contenir les informations suivantes 1. Les États membres exigent des entreprises d assurance et de réassurance qu elles publient annuellement, en tenant compte des informations requises à l article 35, paragraphe 3, et des principes énoncés à l article 35, paragraphe 4, un rapport sur leur solvabilité et leur situation financière. Ce rapport contient les informations suivantes, soit in extenso, soit par référence à des informations équivalentes, tant dans leur nature que dans leur portée, publiées en vertu d autres exigences législatives ou réglementaires: a) une description de l activité et des résultats de l entreprise; b) une description du système de gouvernance et une appréciation de son adéquation au profil de risque de l entreprise; c) une description, effectuée séparément pour chaque catégorie de risque, de l exposition au risque, des concentrations de risque, de l atténuation du risque et de la sensibilité au risque; d) une description, effectuée séparément pour les actifs, les provisions techniques et les autres passifs, des bases et méthodes utilisées aux fins de leur évaluation, assortie d une explication de toute différence majeure existant dans les bases et méthodes utilisées aux fins de leur évaluation dans les états financiers; e) une description de la façon dont le capital est géré, comprenant au moins les éléments suivants: i. la structure et le montant des capital, et leur qualité; ii. iii. iv. les montants du capital de solvabilité requis et du minimum de capital requis; l option exposée à l article 304 qui est utilisée pour le calcul du capital de solvabilité requis; des informations permettant de bien comprendre les principales différences existant entre les hypothèses sous-jacentes de la formule standard et celles de tout modèle interne utilisé par l entreprise pour calculer son capital de solvabilité requis; v. en cas de manquement à l exigence de minimum de capital requis ou de manquement grave à l exigence de capital de solvabilité requis, survenu durant la période examinée, le montant de l écart constaté, même si le problème a été résolu par la suite, assorti d une explication relative à son origine et à ses conséquences, ainsi qu à toute mesure corrective qui aurait été prise. 27

28 Pilier 3 SFCR Contenu détaillé (2/2) Le SFCR doit contenir les informations suivantes (suite) 2. La description visée au paragraphe 1, point e) i), comprend une analyse de tout changement important survenu par rapport à la précédente période examinée et une explication de toute différence importante observée, dans les états financiers, dans la valeur des éléments considérés, ainsi qu une brève description de la transférabilité du capital. La publication du capital de solvabilité requis visée au paragraphe 1, point e) ii), indique séparément le montant calculé conformément aux dispositions du chapitre VI, section 4, sous-sections 2 et 3, et le montant de toute exigence de capital supplémentaire imposée conformément à l article 37, ou l effet des paramètres spécifiques que l entreprise d assurance ou de réassurance est tenue d utiliser en vertu de l article 110, tout ceci étant assorti d une information concise quant à sa justification par l autorité de contrôle concernée. Cependant, et sans préjudice d autres exigences législatives ou réglementaires de publication d informations, les États membres peuvent prévoir que, même si l ensemble du capital de solvabilité requis visé au paragraphe 1, point e) ii), est publié, l exigence de capital supplémentaire ou l effet des paramètres spécifiques que l entreprise d assurance ou de réassurance est tenue d utiliser en vertu de l article 110 n ont pas à faire l objet d une divulgation séparée pendant une période transitoire se terminant au plus tard le 31 octobre La publication du capital de solvabilité requis est assortie, le cas échéant, d une indication selon laquelle son montant définitif reste subordonné à une évaluation relevant du contrôle. 28

29 Pilier 3 Détail des états de reportingeiopa Détail des QRT (Quantitative Reporting Template) Un nombre important d états devant être complétés, de manière annuelle et/ou trimestrielle selon les cas Un certain nombre d états sont par ailleurs publics Thème Solo Groupe Trim. Annuel Public Vie Non-vie Trim. Annuel Public Vie Non-vie Actifs Activité Analyse de variation Bilan Fonds propres Groupe Participations Provisions techniques Réassurance SCR / MCR Total Principaux points d attention Segmentation des produits par ligne d activité Analyse des risques sous-jacents Classification de certaines provisions ou de certains actifs particuliers 29

30 Pilier 3 Exercice ACP 2013 (1/2) En France, l ACP a lancé un exercice à blanc sur certains QRT Ces états devront être complétés pour le 6 septembre 2013 sur la base des informations au 31 décembre 2012 Cet exercice concerne l ensemble des sociétés soumises à Solvabilité II Les éléments à fournir sont: États de reporting EIOPA complétés sur base sociale et accompagnés d une note méthodologique, ou à défaut, note expliquant pourquoi ceux-ci n ont pas pu être complétés, et les actions mises en œuvre afin de se préparer aux futures normes Questionnaire qualitatif devant être complété dans tous les cas, et comportant des questions sur l état de préparation à Solvabilité II Les états requis sont: BS-C1 : bilan prudentiel Solvabilité II OF-B1Q : description des fonds propres SCR-B2A et SCR-B3A à SCR-B3G : état de synthèse du SCR, et détail par module MCR-B4A ou MCR-B4B: état du MCR TP-F1Q et TP-F1Q : état de synthèse des provisions techniques vie et non-vie 30

31 Pilier 3 Exercice ACP 2013 (2/2) Les états QRT complétés seront accompagnés d une note méthodologique décrivant notamment Les méthodes et hypothèses retenues pour l établissement des QRT Les simplifications utilisées Les difficultés rencontrées Le scénario du LTGA retenu (s il ne s agit pas du scénario par défaut) Tout autre élément jugé utile Par ailleurs, un questionnaire qualitatif sera également demandé lors de cet exercice Sur la base des principales questions des précédents exercices réalisés Avec pour objectif de réaliser un suivi de l avancement depuis

32 Pilier 3 Exemple de démarche Le remplissage des états QRT pour la collecte 2013 de l ACP suppose le suivi d une démarche organisée Analyse de l ensemble des cellules des QRT afin d en assurer une bonne compréhension Identification des sources de données existantes pour chaque cellule Identification des travaux complémentaires à mener afin de compléter les cellules pour lesquelles les données ne sont pas encore disponibles Mise en place d une gestion type «projet» afin de respecter les délais et échéances fixés Capitalisation sur les travaux menés afin de poursuivre la préparation à l ensemble des QRT 32

33 Programme Évolutions quantitatives et impacts associés Enseignements à tirer des derniers travaux demandés par l EIOPA (Pilier 1) Accord National Interprofessionnel de janvier 2013 Réforme de la fiscalité des mutuelles Évolutions en termes de gouvernance et gestion des risques Avancement du projet ORSA (Pilier 2) Préconisations actuelles Évolutions en termes de reporting Demandes actuelles en termes de reporting (Pilier 3) Évolution des états nationaux Documents de référence 33

34 Évolution des états nationaux Une évolution du reporting national La mise en œuvre de Solvabilité II va induire la disparition des états nationaux tels qu existants aujourd hui Ceux-ci vont en effet être remplacés par des états en cours de définition par l ACP, et séparés entre: Des états comptables, notamment: o Bilan (actif et passif) et comptes de résultat (technique vie, technique non vie, non technique) o Variation des capitaux propres et des immobilisations o Frais généraux et personnel o Action sociale o États financiers par canton Des états prudentiels et statistiques, notamment: o Analyse des taux servis, participation aux bénéfices, taux minimum garantis o Comptes de résultat par catégorie o Responsabilité médicale 34

35 Programme Évolutions quantitatives et impacts associés Enseignements à tirer des derniers travaux demandés par l EIOPA (Pilier 1) Accord National Interprofessionnel de janvier 2013 Réforme de la fiscalité des mutuelles Évolutions en termes de gouvernance et gestion des risques Avancement du projet ORSA (Pilier 2) Préconisations actuelles Évolutions en termes de reporting Demandes actuelles en termes de reporting (Pilier 3) Évolution des états nationaux Documents de référence 35

36 Documents de référence Thème Exercice LTGA (Pilier 1) ANI de janvier 2013 Consultation Paper sur l ORSA de mars 2013 Collecte ACP 2013 Lien https://eiopa.europa.eu/consultations/qis/insurance/long-term-guarantees-assessment/index.html titivite des_entrepri ses_et_se curisation_de_l_emploi_et_des_parcours_professionnels.pdf https://eiopa.europa.eu/consultations/consultationpapers/index.html?no_cache=1&cid=5658&did=30493&sechash=140099e3 36

37 Pilier 1 LTGA Principales évolutions Sujet Courbe des taux sans risque Prime contracyclique Matching adjustment Extended Matching Adjustment Spécifications QIS5 (2010) Communication par l EIOPA des courbes de taux sans risques Communication par l EIOPA de courbes de taux sans risque incluant différents niveaux de prime d illiquidité (0%, 25%, 50%, 100%) Non existant Mesures de niveau 2 (2011) Communication par l EIOPA de la méthode de définition de la courbe des taux sans risque à laquelle est ajoutée la prime contra-cyclique ou le matching adjustment, du taux de convergence (UFR) et de la méthodologie pour déterminer le LLP (Last Liquid Point), l UFR, et la convergence Communication par l EIOPA de la prime contra-cyclique identique quelle que soit la nature des passifs mais dont l utilisation doit être justifiée Communication par l EIOPA de la méthode de calcul, ainsi que des conditions d application Spécifications LTGA (2012) Communication par l EIOPA de la méthode de définition de la courbe des taux sans risque, de l UFR (4,2%), du LLP pour chaque devise et de la méthode de convergence Communication par l EIOPA de la méthode de calcul de la prime contra-cyclique Communication par l EIOPA de la méthode de calcul, ainsi que des conditions d application Non existant Non existant Communication par l EIOPA de la méthode de calcul, ainsi que des conditions d application 37

38 Annexe : Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013 Impacts Conséquence possible de l ANI Impacts stratégiques Impacts opérationnels Augmentation de la part de contrats collectifs vs. contrats individuels Évolution des contrats individuels Évolution des contrats collectifs Evolution des marges à la baisse pour les assureurs Nécessité de revoir les méthodes de tarification Développement de produits de type «sur-complémentaire» Revue potentielle de la tarification de l ensemble des produits actuels (études de rentabilité à mener) Anticiper les risques de résiliation sur les contrats actuellement en portefeuille Revue des méthodes de tarification pour s adapter aux données disponibles (données limitées pour des contrats de groupe comparativement à des souscriptions individuelles) Évolution du processus d anti-sélection : à la souscription actuellement vs. en cours de vie du contrat suite à l ANI (conjoints / enfants ) Nécessité de construire des bases de données sur des risques non couverts aujourd hui afin de pouvoir les tarifer Nécessité de construire des offres flexibles capables de s adapter à l ensemble des contextes Augmentation du coût de la sinistralité Prise en charge de risques exceptionnels non couverts aujourd hui Nécessité d adapter les programmes de couverture (ex: mutualisation de risques, réassurance ) Allongement de la durée de portabilité des droits Mener des études d impact afin d intégrer la dérive de la sinistralité dans les conditions tarifaires actuelles 38

Adaptation de Solvabilité II avec Omnibus II

Adaptation de Solvabilité II avec Omnibus II FIXAGE Adaptation de Solvabilité II avec Omnibus II Deauville - 21 septembre 2012 Emmanuel TASSIN FIXAGE 11, avenue Myron Herrick - 75008 Paris - France Téléphone : 33 (1) 53 83 83 93 - Télécopie : 33

Plus en détail

Synthèse des instructions de l'eiopa pour la préparation à Solvabilité 2

Synthèse des instructions de l'eiopa pour la préparation à Solvabilité 2 www.pwc.fr/solv2 Synthèse des instructions de l'eiopa pour la préparation à Solvabilité 2 27 septembre 2013 Contexte Suite aux consultations publiques du 27 mars 2013 sur les mesures de préparation à Solvabilité

Plus en détail

Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012

Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012 www.varm.fr Solvabilité 2 commentaires sur l ORSA Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012 Sommaire Introduction... 2 Principes pour une gestion intégrée des risques... 3 La mise en place de l ORSA... 5 Introduction

Plus en détail

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com.

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com. Solvency II Contexte et enjeux de la réforme Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com Juin 2006 Sommaire Introduction Tour d horizon de Solvency II La gestion des risques

Plus en détail

Impacts de Solvabilité II sur la communication financière. Intervention de Viviane Leflaive

Impacts de Solvabilité II sur la communication financière. Intervention de Viviane Leflaive Impacts de Solvabilité II sur la communication financière Intervention de Viviane Leflaive 1 L enjeu central d une communication multinormes Résultat et performance / Capital et valeur / Exposition aux

Plus en détail

Les management actions dans le cadre de l ORSA

Les management actions dans le cadre de l ORSA Les management actions dans le cadre de l ORSA Atelier Congrès Institut des Actuaires 20 juin 2014 Intervenants Emmanuel Berthelé, Optimind Winter, Responsable Practice Gildas Robert, Optimind Winter,

Plus en détail

Actualités Solvabilité 2

Actualités Solvabilité 2 Risk and Value Measurement Services (RVMS) Actualités Solvabilité 2 Omnibus 2 approuvé le 13 novembre 2013, entrée en vigueur définitif le 1 er janvier 2016 18 novembre 2013 1. Contexte et résumé Un projet

Plus en détail

SOLVENCY II - PILLAR 2 Vue générale. Jean-Francois DECROOCQ Présentation interne

SOLVENCY II - PILLAR 2 Vue générale. Jean-Francois DECROOCQ Présentation interne SOLVENCY II - PILLAR 2 Vue générale Jean-Francois DECROOCQ Présentation interne 1 Pilier 2: la maitrise des risques Dans un premier temps, l attention s est portée sur la mesure quantitative du risque

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

Le reporting annuel pour 2013 ne se distingue que peu de son prédécesseur immédiat.

Le reporting annuel pour 2013 ne se distingue que peu de son prédécesseur immédiat. Luxembourg, le 4 mars 2014 Lettre circulaire 14/4 du Commissariat aux assurances portant modification de la lettre circulaire modifiée 03/2 relative au reporting annuel des entreprises luxembourgeoises

Plus en détail

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1.

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1. Préparation à Solvabilité II Analyse des réponses au questionnaire sur la préparation des organismes d assurance 18 mars 2014 version 1.0 Sommaire 1 Introduction... 3 2 Principaux résultats... 3 3 Ce que

Plus en détail

Solvabilité 2. Focus sur le reporting. Octobre 2015

Solvabilité 2. Focus sur le reporting. Octobre 2015 1 Solvabilité 2 Focus sur le reporting Octobre 2015 2 Le calendrier règlementaire (entités solo) 2 Calendrier règlementaire 2016 SCR et MCR Rapports (*) ORSA Annuel 20/05 2 semaines après le vote CA T1

Plus en détail

rv de septembre - 09/09/2008 - XC

rv de septembre - 09/09/2008 - XC rv de septembre - 09/09/2008 - XC Rendez-vous de septembre 9 septembre 2008 - Monte Carlo LE TRANSFERT DE RISQUES DANS SOLVABILITÉ II Xavier Cognat Fédération Française des Sociétés d Assurances rv de

Plus en détail

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Norme 16 : Risques de garde et d investissement Objectif

Plus en détail

La tarification vue par les commissaires aux comptes

La tarification vue par les commissaires aux comptes La tarification vue par les commissaires aux comptes Journées d études IARD - Institut des Actuaires Niort, 20 & 21 Mars 2014 Cédric FONTAN Groupe Y Audit Département Actuariat 1 Sommaire Les obligations

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion de placements collectifs et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des Textes

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion d OPCVM ou d OPCI et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des risques Textes

Plus en détail

CHAPITRE I ER. Créer de nouveaux droits pour les salariés. Section 1. De nouveaux droits individuels pour la sécurisation des parcours.

CHAPITRE I ER. Créer de nouveaux droits pour les salariés. Section 1. De nouveaux droits individuels pour la sécurisation des parcours. Le présent document est établi à titre provisoire. Seule la «Petite loi», publiée ultérieurement, a valeur de texte authentique. ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS 4 avril 2013

Plus en détail

1. Embedded Value (EV) au 31.12.2013

1. Embedded Value (EV) au 31.12.2013 1. Embedded Value (EV) au 31.12.2013 1.1 La notion d embedded value La présente communication porte sur l Embedded Value agrégée des deux sociétés Vie qui sont détenues à 100% par Foyer S.A., à savoir

Plus en détail

Orientations sur les paramètres propres à l'entreprise

Orientations sur les paramètres propres à l'entreprise EIOPA-BoS-14/178 FR Orientations sur les paramètres propres à l'entreprise EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1-60327 Frankfurt Germany - Tel. + 49 69-951119-20; Fax. + 49 69-951119-19; email: info@eiopa.europa.eu

Plus en détail

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES 1 BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SBS MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES I. INTRODUCTION La supervision bancaire évolue de façon dynamique. La récente crise financière internationale

Plus en détail

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 48/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative au dispositif de gestion du risque de concentration du crédit

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 48/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative au dispositif de gestion du risque de concentration du crédit BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 48/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative au dispositif de gestion du risque de concentration du crédit Le Gouverneur de Bank Al-Maghrib; vu la loi ns 34-03 relative

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

RÈGLEMENT. Règlement homologué par arrêté du 26 décembre 2013 publié au Journal Officiel du 29 décembre 2013. L Autorité des normes comptables,

RÈGLEMENT. Règlement homologué par arrêté du 26 décembre 2013 publié au Journal Officiel du 29 décembre 2013. L Autorité des normes comptables, AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2013-03 du 13 décembre 2013 Relatif aux règles de comptabilisation des valeurs amortissables visées à l article R.332-20 du code des assurances, R.931-10-41 du

Plus en détail

interprofessionnelles avec et malgré Solvabilité 2?

interprofessionnelles avec et malgré Solvabilité 2? interprofessionnelles avec et malgré Solvabilité 2? Pierre AURELLY Anne- Charlotte BONGARD 4 octobre 2012 Sommaire 2 de ce mémoire est des institutions de prévoyance interprofessionnelles sous de la gouvernance

Plus en détail

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1 Mr ABBOUDI MED Presentations des etats financiers 1 Objectifs et composants 2 Principe de préparations des E F 3 Principe d identifications des E F 4 Période couverte

Plus en détail

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret 1 Contenu 1. Gouvernance de la gestion de risques dans le Groupe AXA 2. AXA Canada - Structure organisationnelle de la gestion de risques

Plus en détail

Final. Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs (assurances IARD), sous-sections 2260 et 2270. Conseil des normes actuarielles

Final. Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs (assurances IARD), sous-sections 2260 et 2270. Conseil des normes actuarielles Final Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs (assurances IARD), sous-sections 2260 et 2270 Conseil des normes actuarielles Janvier 2011 Document 211005 This document is available

Plus en détail

ORSA : la créativité actuarielle au-delà des formules standard

ORSA : la créativité actuarielle au-delà des formules standard ORSA : la créativité actuarielle au-delà des formules standard Journées actuarielles de Strasbourg Vendredi 19 septembre 2014 Introduction Le DUAS fête son trentième anniversaire par un colloque international

Plus en détail

RAPPORT SUR LES PRINCIPAUX PARAMÈTRES D ÉVALUATION

RAPPORT SUR LES PRINCIPAUX PARAMÈTRES D ÉVALUATION Toutes les sociétés d assurances fédérales (assureurs) doivent remplir un formulaire de rapport sur les principaux paramètres d évaluation (RPPE). Ce rapport doit être soumis au BSIF au moins une fois

Plus en détail

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Présentation dans le cadre de l événement «Journée carrière PRMIA» 17 mars 2015 Mathieu Derome, M.Sc. Directeur Principal

Plus en détail

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Comité consultatif sur le Test du capital minimal Page

Plus en détail

L ORSA comme outil de pilotage

L ORSA comme outil de pilotage L ORSA comme outil de pilotage Université d été de l IA 20 juillet 2011 Sommaire Rappel des grands principes de l ORSA L ORSA comme outil de pilotage mise en œuvre 2 La directive Solvabilité II La directive

Plus en détail

Solvabilité 2 : le rôle de l actuaire

Solvabilité 2 : le rôle de l actuaire JJ Mois Année Solvabilité 2 : le rôle de l actuaire Journées Actuarielles de Strasbourg 6-7 octobre 2010 1 PLAN Solvabilité 2 : présentation de la réforme Le rôle de l actuaire dans Solvabilité 2 Que fait

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

Note éducative. Commission d indemnisation des accidents du travail. Septembre 2009. Document 209094

Note éducative. Commission d indemnisation des accidents du travail. Septembre 2009. Document 209094 Note éducative Prise en compte d une provision pour frais d administration dans les états financiers des régimes publics d assurance pour préjudices corporels Commission d indemnisation des accidents du

Plus en détail

Préparation à Solvabilité II. Enseignements de l exercice d ORSA pilote 2013. 21 mars 2014 version 1.0

Préparation à Solvabilité II. Enseignements de l exercice d ORSA pilote 2013. 21 mars 2014 version 1.0 Préparation à Solvabilité II Enseignements de l exercice d ORSA pilote 2013 21 mars 2014 version 1.0 Sommaire 1 Description générale de l ORSA... 3 1.1 Les textes de référence sur l ORSA... 3 1.2 Résumé

Plus en détail

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers GUIDE DE PRÉSENTATION PORTANT SUR LA CONFORMITÉ D UNE CESSION D ENTREPRISE PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC Mars 2008 Autorité des marchés financiers Ce document a été produit par la Surintendance

Plus en détail

Préparation à Solvabilité II. Analyse des spécifications techniques publiées par l EIOPA le 30 avril 2014. 13 juin 2014 version 1.

Préparation à Solvabilité II. Analyse des spécifications techniques publiées par l EIOPA le 30 avril 2014. 13 juin 2014 version 1. Préparation à Solvabilité II Analyse des spécifications techniques publiées par l EIOPA le 30 avril 2014 13 juin 2014 version 1.0 Sommaire 1 Introduction... 3 2 Publication de la nouvelle version des spécifications

Plus en détail

Le rôle de l ACP dans le processus Solvabilité 2

Le rôle de l ACP dans le processus Solvabilité 2 Le rôle de l ACP dans le processus Solvabilité 2 Université d été 2012 EURIA Marc Baran Cellule Modèles internes 1 Sommaire Cadre général Solvabilité 2 Focus sur les modèles internes Tests et standards

Plus en détail

FICHE PRATIQUE La généralisation de la couverture complémentaire des frais de santé

FICHE PRATIQUE La généralisation de la couverture complémentaire des frais de santé FICHE PRATIQUE La généralisation de la couverture complémentaire des frais de santé A partir du 1 er janvier 2016, toutes les entreprises seront dans l'obligation de proposer une couverture santé minimale

Plus en détail

Focus sur Solvabilité II et ORSA

Focus sur Solvabilité II et ORSA Focus sur Solvabilité II et ORSA Dispositions prudentielles au cœur de notre futur Pour rappel, Solvabilité II est le nouveau cadre prudentiel européen prévu pour promouvoir la bonne gouvernance et la

Plus en détail

Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22

Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22 Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22 OBJECTIF 01. La Norme Comptable NC 01 - Norme Comptable Générale définit les règles relatives

Plus en détail

Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2. Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model»

Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2. Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model» Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2 Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model» Luca De Dominicis formation Sepia 10 juin 2008 Sommaire 1.

Plus en détail

Comment intégrer les modèles prospectifs dans le pilotage de l activité d assurance

Comment intégrer les modèles prospectifs dans le pilotage de l activité d assurance Comment intégrer les modèles prospectifs dans le pilotage de l activité d assurance 10 juillet 2012 Intervention à l Université d Eté de l Institut des Actuaires Gildas Robert Actuaire Senior Manager Frédérique

Plus en détail

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Les paragraphes qui suivent présentent les principaux changements en ce qui a trait aux

Plus en détail

Organisation de la gestion des risques - Solvabilité II et ORSA - Jean-François DECROOCQ

Organisation de la gestion des risques - Solvabilité II et ORSA - Jean-François DECROOCQ Organisation de la gestion des risques - Solvabilité II et ORSA - Jean-François DECROOCQ 1 LA GESTION DES RISQUES : La formalisation de règles de gestion et de techniques de mesure du risque 2 COSO un

Plus en détail

CONFÉRENCE DE L ARGUS. Comment l'autorité de Contrôle Prudentiel appréhende-t-elle les regroupements?

CONFÉRENCE DE L ARGUS. Comment l'autorité de Contrôle Prudentiel appréhende-t-elle les regroupements? CONFÉRENCE DE L ARGUS Comment l'autorité de Contrôle Prudentiel appréhende-t-elle les regroupements? Intervention de Jean-Philippe Thierry, Vice-président de l Autorité de contrôle prudentiel Sommaire

Plus en détail

Les actuaires désignés de tous les organismes A à H doivent compléter le questionnaire.

Les actuaires désignés de tous les organismes A à H doivent compléter le questionnaire. QUESTIONNAIRE DESTINÉ À L ACTUAIRE DÉSIGNÉ AUX FINS DES RAPPORTS FINANCIERS DES ORGANISMES D ASSURANCE-VIE ET SANTÉ AU CANADA FIN D ANNÉE 2000 PARTIE II Ce questionnaire a été préparé pour traiter des

Plus en détail

NOTE D INFORMATION SUR LE RAPPORT DE SOLVABILITE

NOTE D INFORMATION SUR LE RAPPORT DE SOLVABILITE Mars 2005 NOTE D INFORMATION SUR LE RAPPORT DE SOLVABILITE La loi n 98-546 du 2 juillet 1998 portant diverses dispositions d'ordre économique et financier, modifiée par la loi n 99-532 du 25 juin 1999,

Plus en détail

Divulgation des sources de bénéfices (sociétés d assurance-vie)

Divulgation des sources de bénéfices (sociétés d assurance-vie) Ligne directrice Objet : Catégorie : (sociétés d assurance-vie) Comptabilité N o : D-9 Version initiale : décembre 2004 Révision : juillet 2010 La présente ligne directrice s adresse aux sociétés d assurance-vie

Plus en détail

Solvabilité II Contexte réglementaire et calendrier

Solvabilité II Contexte réglementaire et calendrier Solvabilité II Contexte réglementaire et calendrier Colloque du 28 février 2013 «Reporting Solvabilité II» Emilie Quema Chef du service des affaires internationales assurance Banque de France - Autorité

Plus en détail

Note de mise en œuvre

Note de mise en œuvre Note de mise en œuvre Objet : appliquant l approche standard ou une AMA Catégorie : Fonds propres N o : A & A-1 Date : Mai 2006 I. Introduction L objectif de cette note de mise en œuvre est de présenter

Plus en détail

GESTION DES RISQUES D ENTREPRISE - Qualité des données, levier de pilotage stratégique -

GESTION DES RISQUES D ENTREPRISE - Qualité des données, levier de pilotage stratégique - GESTION DES RISQUES D ENTREPRISE - - Anani OLYMPIO Actuaire IA, Expert ERM & CERA Voahirana RANAIVOZANANY Actuaire IA, Expert ERM & CERA Etude présentée au colloque AFIR ERM Lyon juin 2013 1 PLAN I. Contexte

Plus en détail

LA SITUATION PRUDENTIELLE D UN ORGANISME D ASSURANCE : DE SOLVABILITÉ 1 À SOLVABILITÉ 2

LA SITUATION PRUDENTIELLE D UN ORGANISME D ASSURANCE : DE SOLVABILITÉ 1 À SOLVABILITÉ 2 LA SITUATION PRUDENTIELLE D UN ORGANISME D ASSURANCE : DE SOLVABILITÉ 1 À SOLVABILITÉ 2 LA NÉCESSITÉ D UNE RÈGLEMENTATION PRUDENTIELLE Pourquoi une règlementation prudentielle? Les produits d assurance

Plus en détail

Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement»

Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement» Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement» REFERENCE : 301 1. Objectif général Situer les enjeux de la nouvelle réglementation issue de Bâle III : «Capital Requirements Regulation (CRR)» et

Plus en détail

AUTORITE DE CONTRÔLE PRUDENTIEL

AUTORITE DE CONTRÔLE PRUDENTIEL AUTORITE DE CONTRÔLE PRUDENTIEL Instruction n o 2012-I-06 du 13 novembre 2012 relative à la composition du dossier d avenant à une convention de substitution L Autorité de contrôle prudentiel, Vu le Code

Plus en détail

JORF n 0138 du 16 juin 2013. Texte n 1. LOI LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécur isation de l emploi

JORF n 0138 du 16 juin 2013. Texte n 1. LOI LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécur isation de l emploi JORF n 0138 du 16 juin 2013 Texte n 1 LOI LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécur isation de l emploi L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Vu la décision du Conseil constitutionnel

Plus en détail

Qualité des données sur la chaine de valeur globale du reporting réglementaire, du Pilier 1 au Pilier 3 de Solvabilité 2

Qualité des données sur la chaine de valeur globale du reporting réglementaire, du Pilier 1 au Pilier 3 de Solvabilité 2 Qualité des données sur la chaine de valeur globale du reporting réglementaire, du Pilier 1 au Pilier 3 de Solvabilité 2 Conférence XBRL Paris, le 3 avril 2014 Des données de plus en plus complexes D où

Plus en détail

Solvabilité II Les risques liés aux aléas de la vie humaine

Solvabilité II Les risques liés aux aléas de la vie humaine Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles Solvabilité II Les risques liés aux aléas de la vie humaine 20 ème rendez-vous Réavie Frédéric Heinrich Page n 1 S2 Quelles conséquences pour les statistiques

Plus en détail

Réponse et plan d action de la direction Audit des contrôles financiers principaux Octobre 2013

Réponse et plan d action de la direction Audit des contrôles financiers principaux Octobre 2013 Réponses et mesures s par la Recommandation 1 finances s assure de la résiliation en temps opportun des fiches de spécimen de signature tout au long de l année. Une initiative menée dans le cadre du partenariat

Plus en détail

PARIS, PLACE DE RÉASSURANCE. Propositions opérationnelles 2015. Mai 2015

PARIS, PLACE DE RÉASSURANCE. Propositions opérationnelles 2015. Mai 2015 PARIS, PLACE DE RÉASSURANCE Propositions opérationnelles 2015 Mai 2015 1 SOMMAIRE Contexte Réassurance Captives Run off 2 CONTEXTE La place de Paris décline depuis une vingtaine d années au profit d autres

Plus en détail

La place de l actuaire dans l ERM

La place de l actuaire dans l ERM La place de l actuaire dans l ERM Benoit Courmont Responsable Solvency 2 and Risk Policy «Environnement attitude» L impression de ce document est-elle indispensable? Si oui, pensez à imprimer plusieurs

Plus en détail

SOLVABILITE II Glossaire et notions clés

SOLVABILITE II Glossaire et notions clés SOLVABILITE II Glossaire et notions clés Version septembre 2013 A Actuaire Spécialiste qui applique la statistique et le calcul des probabilités pour la conduite d opérations financières et d assurance.

Plus en détail

Mise en conformité de vos régimes santé, et prévoyance, êtes-vous prêts!

Mise en conformité de vos régimes santé, et prévoyance, êtes-vous prêts! GRAS SAVOYE I CONSEIL & COURTAGE EN ASSURANCES Mise en conformité de vos régimes santé, et prévoyance, êtes-vous prêts! Votre entreprise dispose d un régime complémentaire de protection sociale (frais

Plus en détail

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance Réglementation prudentielle en assurance Principes de comptabilité : comment lire les comptes des entreprises d assurance? Franck Le Vallois Commissaire-contrôleur des assurances Plan - I - Les principes

Plus en détail

Exemple de mise en place d un processus ORSA Journées de l institut des Actuaires 21.09.2012

Exemple de mise en place d un processus ORSA Journées de l institut des Actuaires 21.09.2012 Exemple de mise en place d un processus ORSA Journées de l institut des Actuaires 21.09.2012 Principales propriétés de l ORSA Les grands principes Vision prospective L évaluation des risques dans l ORSA

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Quantitative Reporting Templates Etats Réassurance. 28/02/2013 Auditorium de Groupama

Quantitative Reporting Templates Etats Réassurance. 28/02/2013 Auditorium de Groupama Quantitative Reporting Templates Etats Réassurance 28/02/2013 Auditorium de Groupama 1 QRT Etats Réassurance Etat J1_Basic Cet état recense pour chaque LOB les 10 plus importants risques réassurés en facultative

Plus en détail

«Solvabilité 2 Courtage 2» : Les conséquences de Solvabilité 2 pour les courtiers, les délégataires de gestion et les grossistes

«Solvabilité 2 Courtage 2» : Les conséquences de Solvabilité 2 pour les courtiers, les délégataires de gestion et les grossistes «Solvabilité 2 Courtage 2» : Les conséquences de Solvabilité 2 pour les courtiers, les délégataires de gestion et les grossistes Résultats du sondage Caroline ALBANET-SAROCCHI Associé et Directeur Général

Plus en détail

CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR

CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR ALIMENTER L AVENIR CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR 20 mars 2006 / Mise à jour Septembre 2012 TABLE DES MATIÈRES 11 12 13 14 15 16 17 18 19 10 Page Définitions 2 Interprétation 3 Objet 3 Règles de conduite

Plus en détail

EVOLUTION DE L'ÂGE DE LA RETRAITE : IMPACT SUR LES RÉGIMES PRÉVOYANCE (Régimes collectifs de salariés)

EVOLUTION DE L'ÂGE DE LA RETRAITE : IMPACT SUR LES RÉGIMES PRÉVOYANCE (Régimes collectifs de salariés) EVOLUTION DE L'ÂGE DE LA RETRAITE : IMPACT SUR LES RÉGIMES PRÉVOYANCE (Régimes collectifs de salariés) Journées d études de l Institut des Actuaires et du SACEI Deauville 20 septembre 2012 par Anne DECREUSEFOND

Plus en détail

N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010

N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010 Ligne directrice Objet : (entreprises d assurances multirisques) Catégorie : Comptabilité N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010 Introduction La présente ligne directrice

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie Ordonnance sur l assurance directe sur la vie (Ordonnance sur l assurance-vie, OAssV) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 29 novembre 1993 sur l assurance-vie

Plus en détail

Ce que vous devez savoir au sujet des chapitres 3462 et 3463

Ce que vous devez savoir au sujet des chapitres 3462 et 3463 WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPATABILITÉ AVANTAGES SOCIAUX FUTURS Ce que vous devez savoir au sujet des chapitres 3462 et 3463 La comptabilisation des avantages sociaux futurs peut être complexe, mais

Plus en détail

Journées d études IARD

Journées d études IARD Journées d études IARD Gestion des risques liés à la refonte tarifaire d un portefeuille automobile Niort, le 20 mars 2014 Marie Foucher mfoucher@galea-associes.eu Pierre Thérond ptherond@galea-associes.eu

Plus en détail

Fonds pour l adaptation

Fonds pour l adaptation Fonds pour l adaptation Conseil du Fonds pour l adaptation Deuxième réunion Bonn, 16-19 juin 2008 AFB/B.2/10 22 mai 2008 Point 6h) de l ordre du jour FONCTIONS ET ATTRIBUTIONS DE L ADMINISTRATEUR DU FONDS

Plus en détail

Q&A suite à différentes questions du secteur concernant le reporting au CAA

Q&A suite à différentes questions du secteur concernant le reporting au CAA Q&A suite à différentes questions du secteur concernant le reporting au CAA Questions concernant le régime Solvabilité 1 1. Concernant le fonds général, le reporting trimestriel Solvabilité 1 «Couverture

Plus en détail

Orientations sur le traitement des expositions au risque de marché et au risque de contrepartie dans la formule standard

Orientations sur le traitement des expositions au risque de marché et au risque de contrepartie dans la formule standard EIOPA-BoS-14/174 FR Orientations sur le traitement des expositions au risque de marché et au risque de contrepartie dans la formule standard EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1-60327 Frankfurt Germany

Plus en détail

Résumé. Ces nouvelles règles prudentielles 1 «Solvency II» et repose sur trois piliers. sont définies selon la Directive Européenne

Résumé. Ces nouvelles règles prudentielles 1 «Solvency II» et repose sur trois piliers. sont définies selon la Directive Européenne Résumé Les compagnies d assurance jouent un rôle important dans l économie puisqu elles ne fournissent pas seulement une protection aux assurés mais réinjectent aussi les primes perçues sur les marchés

Plus en détail

Embedded Value de SCOR VIE au 31 décembre 2004

Embedded Value de SCOR VIE au 31 décembre 2004 SCOR VIE Embedded Value de SCOR VIE au 31 décembre 2004 Présentation du Paris Avertissement Certaines informations contenues dans cette présentation pouvant être des informations de nature prospective

Plus en détail

FINANCEMENT DES ACTIVITÉS LIÉES AUX IMMOBILISATIONS

FINANCEMENT DES ACTIVITÉS LIÉES AUX IMMOBILISATIONS Annexe I017 - Page 1 de 5 FINANCEMENT DES ACTIVITÉS LIÉES AUX IMMOBILISATIONS 1 Les déboursés relatifs aux allocations accordées du fonds des immobilisations sont financés à long terme par des émissions

Plus en détail

I-1 : Principes clés de la consolidation des comptes I-2 : Périmètre et méthodes de consolidation

I-1 : Principes clés de la consolidation des comptes I-2 : Périmètre et méthodes de consolidation I-1 : Principes clés de la consolidation des comptes I-2 : Périmètre et méthodes de consolidation I-3 : pourcentage de contrôle et pourcentage d intérêt II-1 : les missions de l auditeur des comptes consolidés

Plus en détail

Wolters Kluwer Financial Services FRSGlobal

Wolters Kluwer Financial Services FRSGlobal Wolters Kluwer Financial Services FRSGlobal Plateforme intégrée de gestion des risques et de conformité réglementaire Solvabilité II - Gestion et Qualité des données Des enjeux essentiels pour une remise

Plus en détail

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions TABLE DES MATIERES... 1 INTRODUCTION... 2 1 FINANCEMENT ET FINANCEMENT MINIMUM... 3 1.1 FINANCEMENT... 3 1.2 FINANCEMENT DE PLAN... 3 1.3 FINANCEMENT MÉTHODE

Plus en détail

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010 Livre Blanc Optimiser la gestion et le pilotage des opérations Août 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com Web : http://www.nqicorp.com

Plus en détail

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 2007 10 89 0264 FICHE D IDENTITE DE LA QUALIFICATION VALIDEE TITRE DE LA QUALIFICATION : Coordonnateur (trice) du développement

Plus en détail

Présentation du métier d actuaire vie

Présentation du métier d actuaire vie 06 Octobre 2010 Frédéric Daeffler 14/10/2010 Agenda Assurance vie : Produits concernés Actuaire produit : Tarification et conception d un produit Actuaire financier : Pilotage des résultats, Gestion actif-passif,

Plus en détail

La préparation à l ORSA et les attentes du SG ACPR. Conférence ORSA de l Ins3tut des Actuaires 14 mars 2014

La préparation à l ORSA et les attentes du SG ACPR. Conférence ORSA de l Ins3tut des Actuaires 14 mars 2014 La préparation à l ORSA et les attentes du SG ACPR Conférence ORSA de l Ins3tut des Actuaires 14 mars 2014 Sommaire 1.La stratégie globale de préparation à SII Romain PASEROT, Directeur des contrôles spécialisés

Plus en détail

Bernard Loiseau SA. Place de cotation des actions : Bourse de Paris Eurolist Compartiment C Code SICOVAM : 6696 Code ISIN FR000 0066961

Bernard Loiseau SA. Place de cotation des actions : Bourse de Paris Eurolist Compartiment C Code SICOVAM : 6696 Code ISIN FR000 0066961 Bernard Loiseau SA Saulieu le 24 mai 2011 Place de cotation des actions : Bourse de Paris Eurolist Compartiment C Code SICOVAM : 6696 Code ISIN FR000 0066961 Approbation par l Assemblée générale mixte

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

1. Introduction... 3. 2. Principes... 4. 3. Principales phases... 5. Phase 1 Surveillance des efforts pour mettre en œuvre Bâle II...

1. Introduction... 3. 2. Principes... 4. 3. Principales phases... 5. Phase 1 Surveillance des efforts pour mettre en œuvre Bâle II... CADRE D AGRÉMENT Agrément de l approche de notation interne (NI) avancée du risque de crédit Fonds propres Décembre 2007 TABLE DE MATIÈRES 1. Introduction... 3 2. Principes... 4 3. Principales phases...

Plus en détail

L ORSA : quelles conséquences sur le pilotage stratégique de l entreprise?

L ORSA : quelles conséquences sur le pilotage stratégique de l entreprise? Conseil en Organisation et Management secteur assurance L ORSA : quelles conséquences sur le pilotage stratégique de l entreprise? 24 novembre 2010 Sommaire Ce qui se dit sur l ORSA L ORSA et le modèle

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

Directives relatives aux provisions pour sinistres à régler en assurance non-vie

Directives relatives aux provisions pour sinistres à régler en assurance non-vie Directives relatives aux provisions pour sinistres à régler en assurance non-vie Version d août 2006 Adoptés par le Comité de l ASA le 1 er septembre 2006 1 Sommaire Page Directives relatives aux provisions

Plus en détail

Partie 1 Les principes

Partie 1 Les principes Partie 1 Les principes 32 SOLVENCY 2 EN 125 MOTS-CLÉS CHAMP D APPLICATION DE LA DIRECTIVE SOLVENCY II Directive Articles 2 à 12 Très logiquement, la Directive s applique aux entités d assurance et de réassurance

Plus en détail

EIOPA-BoS-12/069 FR. Orientations sur le traitement des réclamations par les entreprises d assurance

EIOPA-BoS-12/069 FR. Orientations sur le traitement des réclamations par les entreprises d assurance EIOPA-BoS-12/069 FR Orientations sur le traitement des réclamations par les entreprises d assurance 1/7 1. Orientations Introduction 1. Conformément à l article 16 du règlement instituant l EIOPA 1 (European

Plus en détail

Prénom, NOM, Fonction

Prénom, NOM, Fonction Prénom, NOM, Fonction 1 Introduction Jean-Philippe Thierry, Vice-président de l ACP 2 Sommaire Conférence animée par Paul Coulomb, directeur du contrôle des assurances de l ACP 1. Gouvernance, principes

Plus en détail

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL Coopératives de services financiers Publication initiale : Décembre 2007 Mise à jour : TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction... 3 2. Principes généraux...

Plus en détail

BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE

BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE INSTITUTION : DATE DE CONTROLE : SUPERVISEUR : PERSONNES INTERROGEES : RESUME DES

Plus en détail