SESSION SPECIALE. Impacts de SOLVENCY 2 sur vos contrats d assurances

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SESSION SPECIALE. Impacts de SOLVENCY 2 sur vos contrats d assurances"

Transcription

1 Association pour le Management des Risques et des Assurances de l Entreprise SESSION SPECIALE Impacts de SOLVENCY 2 sur vos contrats d assurances AMRAE LE JEUDI 22 SEPTEMBRE 2011

2 -2- PLAN DE L INTERVENTION Présentation et Modération - Mr Stéphane Yvon, Analyste Financier Senior chez EDF Impacts opérationnels de Solvency 2 sur les organismes d'assurances, mutuelles et instituts de prévoyance - Mr Marc Azouz, Directeur AON Global Risk Consulting Restitution des résultats de la 5ème étude quantitative d'impact (QIS 5), visant à contrôler les exigences quantitatives inscrites au pilier I de la Directive Solvency 2 - Mme Marine Charbonnier, Directeur ART chez Gras Savoye

3 Association pour le Management des Risques et des Assurances de l Entreprise INTRODUCTION SESSION SPECIALE - SOLVENCY II Mr Stéphane Yvon - EDF AMRAE LE JEUDI 22 SEPTEMBRE 2011

4 -2- Point sur l Omnibus II Omnibus II: Nouvelle Directive proposée par la Commission Européenne en vue de mettre en œuvre Solvency II; doit être ratifiée par le Parlement Européen. Accorde des pouvoirs étendus à l European Insurance and Occupational Pensions Authority (EIOPEA). La mise en place de Solvency II est confirmée pour le 01 Janvier 2013, mais de plein effet pour les compagnies le 01 Janvier 2014.

5 -3- PERIODE DE TRANSITION Au 01 Janvier 2013 les responsabilités des régulateurs et de l EIOPEA prendraient effet. Pendant l année 2013, les compagnies seraient soumises à Solvency I, avec deux variantes possibles:

6 -4- OMNIBUS II : VARIANTES 1. «best efforts Solvency II reporting»: les compagnies devraient reporter les indicateurs clé de leur état de préparation, permettant aux régulateurs de piloter la mise en place de Solvency II. 2. «full Solvency II reporting»: Les compagnies feraient leur reporting complet au régulateur, mais pourraient déroger aux obligations de SCR pendant la première année, sans être obligées d en faire état publiquement.

7 Plénière AMRAE Commission Financement Alternatif des Risques 22 septembre 2011 Impacts Solvency 2 sur vos contrats d'assurances Impacts opérationnels de Solvabilité 2 sur les organismes d'assurance, mutuelles et instituts de prévoyance Marc Azouz

8 Sommaire 1. Banque, Assurance et réglementation 2. Solvabilité 2 Quelques rappels 3. S2 Conséquences opérationnelles pour les assureurs 4. S2 Conséquences possibles pour les clients 2

9 1. Banque, Assurance et réglementation 2. Solvabilité 2 Quelques rappels 3. S2 Conséquences opérationnelles pour les assureurs 4. S2 Conséquences possibles pour les clients 3

10 1. Banque, Assurance et réglementation Les rôles dans l'économie Deux secteurs essentiels au fonctionnement de l'économie, représentant donc un risque systémique Banques Missions (intermédiation et transformation) Les activités Financement de l'économie Gestion des disponibilités monétaires Gestion des instruments de paiement Financements (retail) Financements (corporate) Gestion des moyens de paiement Activités de marché Asset management Autres services Les banques gèrent les dépôts et collectent l épargne des clients, accordent des prêts, pilotent des instruments de paiements, et offrent des services financiers. Elles assurent pour l'état la traçabilité des opérations financières et contribuent à la lutte contre les trafics. Code monétaire et financier Superviseur : ACP (Commission bancaire) Missions 3 types d'activités Assurances Transfert du risque Mutualisation du risque Allocation de risque (responsabilisation) Indirectement, financement de l'économie par l'investissement Assurance vie Assurance non vie (IARD) Réassurance La spécificité du secteur assurance tient dans son aspect social. Il permet de réduire l incertitude des ménages et des entreprises qui peuvent se spécifier dans leur rôle, créer des initiatives personnelles et investir dans des projets. Son activité est également spécifique, via l'inversion du "cycle de production". Code des assurances Superviseur : ACP (ACAM) Dans un contexte d'asymétrie d'information, 2 concepts sont communs aux activités risquées des banques et des assureurs 1 La sélection adverse La sélection adverse ou anti-sélection, concept largement utilisé en gestion des risques, est un phénomène statistique et économique par lequel une offre faite sur un marché aboutit à des résultats inverses de ceux souhaités, du fait d'asymétries d'information. 2 L'aléa moral L aléa moral surgit lorsqu'un individu ou une institution ne supporte pas pleinement les conséquences et les responsabilités de ses faits et gestes et a donc une tendance ou une motivation à agir moins scrupuleusement. 4

11 1. Banque, Assurance et réglementation La convergence réglementaire La frontière entre les banques, les fonds de placement et les assureurs s'estompe Le secteur des assurances évolue rapidement Les compagnies d'assurance proposent l'une des solutions d'épargne les plus plébiscitées En assurance santé, il y a un transfert de compétences et de prestations entre l'état et les compagnies d'assurance ("délégation d'état providence") En assurance non vie, les risques progressent de manière significative (augmentation des valeurs assurées, vulnérabilité des "supply chains" des clients ) Le secteur de la réassurance est résilient mais peut connaître des limites de capacité Une partie des risques auxquels les assurances sont exposées sont comparables à ceux que connaissent les banques Illiquidité (des passifs au lieu des actifs) Expositions aux risques financiers (notamment actions) substantielles, y compris sur des profils exotiques Prégnance des risques de panique (réputation) et du risque systémique Dès lors, en matière réglementaire, le secteur des assurances tend vers le secteur bancaire si bien que la distinction entre les 2 intermédiaires financiers est plus ténue A l'instar de ce qui existe dans d'autres pays (Royaume-Uni FSA, Allemagne BaFin ), un même superviseur en France, l'acp Dans le domaine bancaire, après de nombreuses faillites survenues au cours des années 80, Bâle 1 (1988) puis Bâle 2 (2008) ont restructuré la réglementation de ce secteur La réglementation des assurances suit le même chemin, puisque la directive Solvabilité 2 entreprend de mieux lier le capital des entreprises avec leur risque réel 5

12 Retail Corporate Activités de marché Moyens de paiement Services 1. Banque, Assurance et réglementation Bâle 2 et Solvabilité 2 Bâle 2/3 et Solvabilité 2, illustration de la question des périmètres, les filiales d'assurance des conglomérats financiers étant, dans Bâle 2 / 3, exclues du périmètre réglementaire Holding Conglomérat financier Filiale étrangère Filiale crédit spécialisé Banque Filiale Assurance IARD Filiale Assurance vie Périmètre réglementaire Solvabilité 2 Filiale gestion d'actifs Filiale banque privée Périmètre réglementaire Bâle 2 / 3 Périmètre consolidation Bâle 2 Solvabilité 2 Un même objectif : Calcul du capital réglementaire pour l ensemble des risques afin d améliorer la stabilité du système financier, la protection des consommateurs Une structure articulée autour de trois piliers : Pilier 1 - Calcul des provisions techniques et des fonds propres / Pilier 2 : les règles de supervision (exigences qualitatives et règles de contrôle) / Pilier 3 : la transparence et la diffusion d information Techniques de quantification communes (Value-at-Risk, actualisation des flux systématiques, scénarios, stress-tests ) Introduction d'un cadre de gestion et d'une charge de fonds propres au titre du risque opérationnel Les risques couverts Pilier 1 Crédit, Marché, Opérationnel Pilier 2 Risques Pilier 1 plus ALM et autres risques Les modèles internes ne sont pas encouragés par Bâle 2 (sauf pour le risque opérationnel), notamment pas pour le risque de crédit Bâle 2 est "rule-based" Bâle 2 ne prévoit explicitement qu'un MCR Le quantile retenu pour le calibrage des modèles est souvent de 99,9% Effets de diversification très peu pris en compte Les risques couverts Souscription (vie / non vie / santé) Investissement (risque de marché) Risque de crédit Risque opérationnel Les modèles internes sont explicitement prévus dans Solvabilité 2 Solvabilité 2 est plutôt "principle-based" Solvabilité 2 distingue explicitement le MCR et le SCR Le quantile retenu pour le calibrage du SCR est de 99,5% Prise en compte des effets de diversification 6

13 1. Banque, Assurance et réglementation 2. Solvabilité 2 Quelques rappels 3. S2 Conséquences opérationnelles pour les assureurs 4. S2 Conséquences possibles pour les clients 7

14 2. Solvabilité 2 Historique et actualité Premières directives européennes 1973 en non-vie et 1979 en vie A partir de 1997, début des travaux de la Commission sur la solvabilité, travaux en deux temps Solvency 1 Revue du régime actuel (aboutie en 2002), changements principaux pour la non vie Fonds de garantie augmente de 300 K à 2 M Augmentations des seuils dans le calcul de la marge de solvabilité (de 10 à 50 M pour les primes et de 7 à 35 M pour les sinistres) Solvency 2 (revoir les règles prudentielles du monde de l assurance avec pour objectif de créer un régime de solvabilité plus sensible aux risques encourus par les compagnies d assurance et ainsi de permettre au régulateur de protéger les intérêts des assurés le plus efficacement et de la manière la plus homogène possible) Une approche fondamentalement nouvelle Processus Lamfalussy (démarche utilisée par l'union Européenne pour concevoir les réglementations du secteur de la finance ) inspiré de Bâle 2 avec un processus consultatif impliquant les parties prenantes Quelques jalons QIS 1(2005): Etude du niveau de prudence des provisions techniques QIS 2 (Mai 2006) : Etude focalisée sur 2 points précis : le niveau des provisions techniques (suite du QIS 1) et premier calcul des montants de fonds propres nécessaires (MCR - Minimum Capital Requirement et SCR - Solvency Capital Requirement) QIS 3 (Juin 2007) : Calibrage des formules standards pour le calcul du MCR et du SCR, et introduction de la problématique des groupes QIS 4 (juillet 2008) : Raffiner et détailler les mesures quantitatives de deuxième niveau QIS 5 (octobre 2010) : Dernière opportunité d évaluer l adaptation de l ensemble des processus par tous les acteurs concernés et détermination des derniers ajustements en termes de calibrage Éléments d'actualité Le 19 Janvier, la Commission Européenne a proposé (validation à venir) la directive Omnibus II suggérant des modifications de la directive Solvabilité 2 et une adaptation de son rythme d'entrée en vigueur (description des rôle et pouvoirs d EIOPA (European Insurance and Occupational Pensions Authority), périodes de transitions possibles) Les États Membres envisagent de retarder la mise en œuvre nationale au 31 Mars 2013 avec mise en place effective au 1er Janvier Le modèle standard final correspondra en grande partie aux spécifications QIS5, les spécifications finales pouvant être néanmoins modifiées sur certains points spécifiques jusqu'à Septembre 2012 Les dirigeants des compagnies d assurance doivent porter leur attention vers les exigences du Pilier 2 pour : 1) Créer un Système de Gouvernance conforme à Solvabilité 2, 2) mettre en place un système de gestion des risques comprenant notamment l évaluation des risques propres et de la solvabilité (ORSA), 3) documenter la stratégie, les politiques et les processus 8

15 2. Solvabilité 2 Comparaison Solvabilité 1 et Solvabilité 2 Pour illustrer le Pilier 1 de S2, notons que, dans le QIS, le SCR se compose de 6 classes de risques Le risque de souscription non-vie couvrant les risques de réserves, de rachat, de risque catastrophique Le risque de marché couvrant les risques action, de taux d intérêt, immobilier, de taux de change, de spread, d illiquidité Le risque de défaut Le risque opérationnel couvrant les erreurs humaines et informatiques Le risque de souscription vie couvrant les risques de mortalité, de longévité, d invalidité, de dépenses de frais, de révision, catastrophique Le risque de souscription santé couvrant les risques de santé long terme, d accident et santé cour t terme, de santé accident du travail Illustration le la comparaison entre S1 et S2 Actifs Plus-values latentes Bilan Solvabilité 1 Bilan Solvabilité 2 Passifs Excédent de FP* Actifs Passifs Excédent de FP* Montant de capital nécessaire pour conserver une probabilité de ruine à 1 an < 0,5% SCR ** Marge de Solvabilité Actifs en valeur de marché MCR*** Actifs en valeur nette comptable Provisions Techniques prudentes et non escomptées Marge de Risque «Best Estimate» des provisions techniques (actualisation) Montant de capital minimum en dessous duquel les autorités interviennent automatiquement * FP : Fonds propres ** SCR : Solvency Capital Requirement *** MCR : Minimum Capital Requirement 9

16 1. Banque, Assurance et réglementation 2. Solvabilité 2 Quelques rappels 3. S2 Conséquences opérationnelles pour les assureurs 4. S2 Conséquences possibles pour les clients 10

17 3. S2 Conséquences opérationnelles pour les assureurs Tableau général Les conséquences opérationnelles finales de S2 pour les assureurs dépendent encore des derniers arbitrages (mesures d'application de niveau 2), en l'état, on peut anticiper ou imaginer quelques éléments Conséquences positives Solvabilité 2 permet d'harmoniser la réglementation et de rendre comparables les compagnies entre elles La résilience d'un secteur de l'économie qui a un impact systémique sera renforcée Les distorsions de concurrence au niveau européen seront atténuées Solvabilité 2 est l'occasion pour les compagnies de repenser leur gouvernance et leur gestion des risques Synergies, mises en commun de moyens et rapprochements entre les acteurs du marché peuvent renforcer les acteurs Modification des relations avec le superviseur puisque 1) les marges de manœuvre nationales seront très limitées (les normes ayant la valeur juridique d un règlement) et 2) l'eiopa veille à la convergence opérationnelle des pratiques des superviseurs Possibilité d'arbitrage formule standard / modèles internes, dans un souci de simplicité des relations avec le superviseur, choix de la formule standard déjà complexe et développement de modèles internes aux fins de pilotage et de gestion des risques La Suisse, les Bermudes et le Japon ont demandé l'équivalence des réglementations (impact positif pour la réassurance) Conséquences négatives ou perçues comme telles Augmentation potentielle du niveau des exigences minimales de fonds propres réglementaires et des exigences de marge Dégradation de la rentabilité des assureurs Réduction des nouveaux investissements dans l assurance, à terme baisse de la capacité de souscription et augmentation des coûts de financement Le manque de diversification dans l activité des mutuelles et des instituts de prévoyance risque d impliquer un fort impact en termes de capital réglementaire, ce qui peut se traduire par une augmentation de la tarification de ces acteurs Moindre capacité des réassureurs également sujets à l'augmentation de l'exigence en fonds propres et conséquemment, progression des primes et éventuelles tensions sur les capacités Possibles besoins de levée de fonds sur les marchés financiers La modification des stratégies d'investissement des assureurs : découragement possible de l'investissement en actions, avec des impacts macro-économiques potentiels (rôle essentiel et indirect dans le financement de l'économie) Risque d exclusion des assureurs de leurs activités de long terme et d'introduction d'une forme de procyclicité Risques sur les fonds en du fait de la juste valeur et de l'horizon d'un an peu cohérent avec la durée des engagements Pour l'heure, dans le cadre de la mise en œuvre de Solvabilité 2 sur les 3 piliers, c'est le Pilier 2 qui doit mobiliser en tant que vecteur d'une véritable révision de la gouvernance des compagnies 11

18 La Directive (niveau 1), adoptée le 25 novembre 2009, donne l essentiel du cadre du Pilier 2 3. S2 Conséquences opérationnelles pour les assureurs Le Pilier 2 de Solvabilité 2 Système de contrôle interne et de gestion des risques Fonctions clés indépendantes (a minima les fonctions conformité, audit interne, actuarielle et gestion des risques) Compétence et honorabilité (fit and proper) Évaluation interne des risques et de la solvabilité (own risk and solvency assessment ou ORSA) Exigence de capital supplémentaire (add-on) Principe de la personne prudente Ces dispositions seront complétées (niveau 2) et précisées par des mesures de niveau 3 (recommandations) La réforme S2 étant "principle based", elle donne une relative liberté et donc une responsabilité accrue aux dirigeants et le Pilier 2 fait de la mise en œuvre d une gouvernance et d une gestion des risques robustes une exigence aussi forte que le calcul du SCR L'ORSA doit conduire les compagnies à réaliser une fois l'an une analyse de leur profil de risque et des impacts que son évolution peut avoir sur la marge de solvabilité Comme dans le cadre du Pilier 2 de Bâle 2 pour les banques, l'orsa correspond pour les compagnies à un exercice de sincérité sur les risques Il doit permettre de faire le point sur l'adéquation entre la capitalisation de la compagnie et les risques auxquelles elle est exposée à raison de ses activités L'ORSA devra permettre de faire la démonstration à l'acp de la correcte capitalisation de la compagnie Incidemment, le Pilier 2 de S2 invite à la création, au sein de la compagnie, d'un cadre conceptuel de tolérance au risque 12

19 3. S2 Conséquences opérationnelles pour les assureurs Cadre législatif du Pilier 2 Les principaux articles Solvabilité 2 (2009/138/CE) relatifs au Pilier 2 Article 42 & 43 Exigence d honorabilité et de compétence Article 41 Cadre général de gouvernance Article 49 Sous - Traitance Article 44 Gestion des risques Pilier 2 Articles clés de la législation Article 48 Fonction Actuarielle Article 45 Évaluation interne des risques et de la solvabilité Article 46 Contrôle Interne Article 47 Audit Interne 13

20 3. S2 Conséquences opérationnelles pour les assureurs Système de gouvernance conforme au Pilier 2 de Solvabilité 2 La structure de gouvernance doit prendre en compte les principes suivants Transparence de la structure organisationnelle Responsabilités clairement attribuées et bien séparées Flux d'information efficaces au sein de la structure organisationnelle Documentation et mise à jour des processus et des procédures Disponibilité des plans de continuité d activités et de gestion de crise Respect des principes définis ci-dessus et suivi par l'audit interne Chaque société doit mettre en place une structure organisationnelle claire appuyée par un manuel de gouvernance précisant les rôles, les responsabilités et les processus Les activités sous-traitées et la politique d'externalisation doivent également être clairement identifiées L'application du principe de proportionnalité est essentielle pour que les structures de gouvernance restent en ligne avec la nature, la taille et la complexité des compagnies d assurance Une approche très structurée est requise comprenant un nombre limité de livrables rassemblés dans un manuel de gouvernance concis, cohérent et exhaustif (simplifier sans réduire) 14

21 3. S2 Conséquences opérationnelles pour les assureurs Pilier 2 Gestion de transition La mise en œuvre de cette nouvelle structure de gouvernance doit être gérée à l aide de 3 actions essentielles Une analyse des écarts par rapport au système cible Un plan d action couvrant la spécification du Manuel de Gouvernance Le déploiement des nouveaux processus assurant la conformité avec Solvabilité 2 Compagnie Compagnie - Stratégie Gouvernance - Gestion des Risques - Contrôles - Audit Interne -... Article 44 Article 42 & 43 Exigence d honorabilité et de compétence Gestion des risques Article 45 Évaluation interne des risques et de la solvabilité Article 41 Cadre général de gouvernance Pilier 2 Articles clés de la législation Article 46 Contrôle Interne Article 49 Sous - Traitance Article 47 Audit Interne Article 48 Fonction Actuarielle Passage à Solvabilité 2 Analyse des écarts & Plan d Action Système de Gouvernance Conforme à Solvabilité II Stratégie Globale & Gouvernance Article 41 Système de Gestion des Risques Article 41; 42; 43; 44; 48; 49 Registre des Risques Article 44; 45 Architecture des Processus Article 41; 46; 47; 48; 49 4 livrables essentiels Situation Actuelle 2011 Situation Future

22 3. S2 Conséquences opérationnelles pour les assureurs Solvabilité 2, les assureurs et la crise actuelle Il est sans doute prématuré d'évoquer les conséquences de l'effet conjugué de Solvabilité 2 et des normes comptables pour les assureurs Cela étant, il est possible de mettre en exergue quelques points L'utilisation de la valeur de marché conduit les assureurs à déprécier un certain nombre de leurs actifs réputés liquides et sûrs, du fait des dégradations des notations des titres, ceci pourrait se traduire par des pertes substantielles qui obéreront la rentabilité des compagnies L'augmentation du risque associé aux investissements, notamment sur créances souveraines, devraient conduire à une consommation de fonds propres réglementaires plus élevées Les notations des compagnies d'assurance sont susceptibles d'être dégradées s'il apparaît que leur niveau de fonds propres n'est pas suffisant pour assumer leurs expositions aux actifs malmenés (actions, dettes souveraines ), dans ces circonstance les coûts de refinancement seront plus élevés Les effets procycliques de S2 devraient se faire sentir sur le marché de la réassurance, particulièrement dans une période de progression des risques (progression des primes et, à terme, éventuel tassement des capacités) Pour les assureurs-vie, les rendements à servir aux épargnants devraient être moindres, ce qui peut aller jusqu'à la décollecte si des placements se révèlent comparativement plus avantageux 16

23 1. Banque, Assurance et réglementation 2. Solvabilité 2 Quelques rappels 3. S2 Conséquences opérationnelles pour les assureurs 4. S2 Conséquences possibles pour les clients 17

24 4. S2 Conséquences possibles pour les clients Système Là encore, l'exercice est difficile, car, comme l'indique la FFSA elle-même, S2 devrait modifier le marché de l'assurance mais d'une manière qu'il n'est à ce jour pas aisé de prévoir Concentration possible au sein du secteur qui, dès lors, moins atomisé, sera possiblement moins concurrentiel Augmentation des tarifs (de certaines primes, notamment sur les produits à forte intensité de capital), pour préserver la rentabilité des compagnies, une possible réduction du champ des couvertures, voire un fléchissement des capacités de souscription pour les branches les plus touchées La procyclicité supposée de S2 risque de restreindre les capacités, sélectivement en fonction des segments de clientèles et de risques assurés, certains clients devraient donc être plus touchés que d'autres Modification possible sur le marché de l'assurance-vie où, pour compenser les coûts de l augmentation des exigences de fonds propres, les rentes versées pourraient diminuer, les assureurs vie pouvant être amenés particulièrement en des temps troublés à revoir leur stratégie de placement au profit d actifs moins risqués ayant un rendement inférieur Cette situation ferait que les assurés bénéficieraient de compléments de retraite réduits les conduisant, durant leur vie active, à réduire leurs dépenses et à augmenter leur taux d'épargne Renchérissement du coût de l'assurance non-vie qui pourrait progresser, du fait des exigences en fonds propres, en moyenne de 5 % à 20 % pour les produits à forte intensité de capital 18

25 Association pour le Management des Risques et des Assurances de l Entreprise Impacts de Solvency 2 sur vos contrats d assurances Marine Charbonnier, Directeur A.R.T, Gras Savoye AMRAE LE JEUDI 22 SEPTEMBRE

26 Introduction Retour QIS 5 tous acteurs Rappel des Principes Résultats UE Focus sur les captives Enjeux sur les actifs (impact crise) Dialogue avec les entités de contrôle Pilier 2!

27 Principes PILIER 1 Exigences quantitatives Calcul de la marge de solvabilité et du capital minimum requis PILIER 2 Exigences qualitatives Règles de gestion des risques : Gouvernance, contrôle interne PILIER 3 Discipline de marché Publication des informations financières et reporting superviseurs et marché Quantitative Impact Study QIS1 QIS2 QIS3 : participants solos QIS4 : participants solos, 106 groupes QIS5 : participants solos, 167 groupes

28 Principes Nouveau mode d évaluation du bilan Actifs et Passifs estimation en «fair value» ACTIFS PASSIFS BILAN PRUDENTIEL : Capital disponible SCR = Capital de solvabilité requis Actifs couvrants les provisions techniques, le MCR et le SCR MCR = minimum Marge de risque Best estimate Pour les risques n ayant pas de valeur de marché Provisions Techniques Passif évalué en valeur de marché

29 Principes MCR : Minimum Capital Requirement Niveau de capital minimum que l entreprise doit détenir ; le passage en dessous de ce niveau plancher entrainera une intervention des autorités de contrôle jusqu au rétablissement du capital minimum SCR : Solvency Capital Requirement Reflète le niveau de capital qui permet à un assureur d absorber des pertes significatives et imprévues BEST ESTIMATE : montant d actifs qu un tiers exigerait pour reprendre l engagement = meilleure estimation des flux futurs + marge de risque

30 Principes CALCUL DU SCR SELON LA FORMULE STANDARD, dite «modulaire» avec 30 facteurs de risques) SCR AJUSTEMENTS BASIC SCR RISQUE OPERATIONNEL SCR NON VIE SCR MARCHE SCR DEFAUT SCR SANTE SCR VIE RISQUE DE PRIMES ET DE RESERVES RISQUE CATASTROPHE

31 Résultats QIS 5 - UE Participation assureurs et réassureurs (soit +78% par rapport à QIS 4) Soit plus de 95% des provisions techniques brutes et 85% des primes émises brutes Résultats 1. Une augmentation moyenne des fonds propres (SCR) de 27% par rapport à Solvabilité 1 2. SCR moyen : 165% 3. Distribution des résultats : % captives <75% 75%-120% 120%-200% >200% SCR 9% 14% 29% 48% MCR 2% 7% 33% 58%

32 Résultats QIS 5 - UE 4. Principaux risques : 25% Décomposition du SCR 20,00% 16% 10,00% 9% 8% 6% 5% 5% 5% 5% 0,00% Market equity Market spread Market interest rate NL Premium & Reserve Market property Couterparty Operational risk NL Catastrophe Life lapse Market currency Life longevity Life expenses 4% 3% 2% 1% 1% Market Illiquidity Premium Market concentration

33 Résultats QIS 5 - UK Participation 267 Sociétés et 35 Groupes, soit plus de 70% du Marché en nombre Résultats 1. Le marché UK obtient en moyenne un ratio de solvabilité de 282%, et plus spécifiquement de 203% en Non Vie 2. 80% des Assureurs Non Vie remplissent leurs obligations de SCR sous QIS 5 Commentaires (FSA) Risque de défaut «very high» pour réassureurs non notés Risque Cat «higher than firm own assessments»

34 Résultats QIS 5 - Ireland Participation 220 réponses, soit 81% des compagnies impactées par Solvency 2 Résultats 1. 80% des compagnies remplissent les obligations de SCR 2. 5% sont en dessous du MCR 3. Décomposition du SCR pour les compagnies Non Vie : 140% 120% 100% 80% 60% 40% 20% 0% Risque de marché Risque de défaut de contrepartie IRELAND : Décomposition du SCR (en % du SCR) 120% 102% 100% 79% 21% 16% 20% 2% 4% 0% 9% 11% Risque de souscription Vie Risque de Souscription Santé Risque de souscription Non Vie Risques incorporels TOTAL AVANT DIVERSIFICATION Diversification BSCR Risques opérationnels nt (pr capacité d'absorbtion des pertes) SCR

35 Résultats QIS 5 - France Participation Résultats 546 réponses soit 90% des provisions techniques du marché 1 er contributeur européen 1. 20% des participants ont un surplus de SCR compris entre 25% et 100% du SCR 2. 60% des participants ont un surplus de capital > 150% du SCR 3. Décomposition du BSCR : 140% 120% 100% 80% 60% 40% 20% 0% Risque de marché 75,1% Décomposition du BSCR (en % du BSCR) 3,3% Risque de souscription Vie Risque de défaut de contrepartie 19,8% Risque de Souscription Santé 15,9% 6,3% TOTAL AVANT DIVERSIFICATION Risque de souscription Non Vie 120,4% Diversification 20,5% Risques incorporels 0,1% 100,0% BSCR Risques opérationnels 5,5% 3,7% justement (pr capacité d'absorbtion des pertes) 54,5% SCR

36 Résultats QIS 5 - France Conclusions : «Solidité d ensemble du marché français» & «Capacité à passer Solvabilité II sans difficultés majeures» Difficultés (ACP / FFSA) Elaboration du bilan prudentiel (provisions techniques, créances sur réassureurs ) Formule standard «trop complexe» ou «inadaptée» Commentaires (ACP / FFSA) «Calibrage des risques longs pénalisants» «Traitement du risque catastrophe démesuré» «Prévoir des mesures de transition adaptées» «Les résultats de la formule standard très sensibles à l environnement»

37 Résultats QIS 5 - Luxembourg Focus Réassureurs et captives Participation 80 Réassureurs et Captives de réassurance soit plus de 81% des provisions techniques brutes et 79% des primes émises brutes Important : reclassification de la PFS en réserve Résultats 1. Ratios moyens de solvabilité au 31/12/2009 SCR/FP Sous Solvency 1 Sous Solvency 2 Réassureurs et Captives de réassurance 766% 311%

38 Résultats QIS 5 - Luxembourg Focus Réassureurs & captives (86%) Réassureurs / Captives de réassurance ont un ratio de solvabilité supérieur à 100% 3. 2 Réassureurs / Captives de réassurance ne couvrent pas leur MCR 4. Principaux risques des Réassureurs / Captives de réassurance Risque de catastrophe (non-vie) : 40% du SCR Risque de primes et de réserves : 31% du SCR Commentaires (CAA) Le capital requis par le module de souscription non vie peut être supérieur au plafond annuel contractuel! Risque Cat «excessif»

39 Résultats QIS 5- Captives UE Source ECIROA Participation : 132 captives 51 d assurance / 78 de réassurance / 3 les deux 39 Ireland / 58 Luxembourg Résultats 1. 20% des captives ont un SCR <75% (moyenne UE 9%) 2. 30% des captives ont un SCR < 100% (moyenne UE 15%) 3. 3% des captives ont un MCR < 100% (moyenne UE 4,6%) 4. Les captives d assurance directes ont de moins bons résultats que les captives de réassurance Nombre de captives <75% SCR 75%-120% SCR 120%-200 SCR >200%SCR Luxembourg Irlande Malte

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II?

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Journées IARD de l Institut des Actuaires Les nouveaux défis de l assurance IARD liés à Solvabilité II 11 avri l 2012 Gildas Robert,

Plus en détail

SOLVABILITE II Glossaire et notions clés

SOLVABILITE II Glossaire et notions clés SOLVABILITE II Glossaire et notions clés Version septembre 2013 A Actuaire Spécialiste qui applique la statistique et le calcul des probabilités pour la conduite d opérations financières et d assurance.

Plus en détail

CONGRES DES ACTUAIRES du 29 juin 2009. IMPACT DE SOLVABILITE II SUR l OFFRE PRODUIT EXEMPLE DE L EPARGNE RETRAITE

CONGRES DES ACTUAIRES du 29 juin 2009. IMPACT DE SOLVABILITE II SUR l OFFRE PRODUIT EXEMPLE DE L EPARGNE RETRAITE CONGRES DES ACTUAIRES du 29 juin 2009 IMPACT DE SOLVABILITE II SUR l OFFRE PRODUIT EXEMPLE DE L EPARGNE RETRAITE SOMMAIRE 1- Préambule /Contexte 2- Macro analyse d impact sur l épargne 3- Transition vers

Plus en détail

Rentabilité des assurances des emprunteurs Impacts de la directive «Solvency 2» et des normes IFRS

Rentabilité des assurances des emprunteurs Impacts de la directive «Solvency 2» et des normes IFRS Rentabilité des assurances des emprunteurs Impacts de la directive «Solvency 2» et des normes IFRS Paris, vendredi 28 mai 2010 Cédric AKAKPO-MAXWELL cmaxwell@galea-associes.eu http://www.galea-associes.eu

Plus en détail

Benoît Hugonin. Expert national détaché, Unité Assurances et Pensions, DG Marché intérieur et services, Commission européenne

Benoît Hugonin. Expert national détaché, Unité Assurances et Pensions, DG Marché intérieur et services, Commission européenne Solvabilité II: Bilan et enjeux pour l investissement de long terme Conférence EIFR; Paris, 7 avril 2011 Benoît Hugonin Expert national détaché, Unité Assurances et Pensions, DG Marché intérieur et services,

Plus en détail

Quantitative Impact Study 5. Résultats & Conclusions. Luxembourg - 29 avril 2011

Quantitative Impact Study 5. Résultats & Conclusions. Luxembourg - 29 avril 2011 Quantitative Impact Study 5 Résultats & Conclusions Luxembourg - 29 avril 2011 1 Participation Principales difficultés / divergences Ratios de solvabilité Provisions techniques Fonds propres SCR : Capital

Plus en détail

Solvabilité 2 : le rôle de l actuaire

Solvabilité 2 : le rôle de l actuaire JJ Mois Année Solvabilité 2 : le rôle de l actuaire Journées Actuarielles de Strasbourg 6-7 octobre 2010 1 PLAN Solvabilité 2 : présentation de la réforme Le rôle de l actuaire dans Solvabilité 2 Que fait

Plus en détail

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com.

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com. Solvency II Contexte et enjeux de la réforme Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com Juin 2006 Sommaire Introduction Tour d horizon de Solvency II La gestion des risques

Plus en détail

Rencontres. L allocation d actif, la gestion actif / passif et l optimisation de la réassurance sous Solvabilité 2

Rencontres. L allocation d actif, la gestion actif / passif et l optimisation de la réassurance sous Solvabilité 2 Rencontres L allocation d actif, la gestion actif / passif et l optimisation de la réassurance sous Solvabilité 2 Vincent Régnier Directeur technique, financier et des risques MutRé 2015 Arnaud Chevalier

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

Le rôle de l ACP dans le processus Solvabilité 2

Le rôle de l ACP dans le processus Solvabilité 2 Le rôle de l ACP dans le processus Solvabilité 2 Université d été 2012 EURIA Marc Baran Cellule Modèles internes 1 Sommaire Cadre général Solvabilité 2 Focus sur les modèles internes Tests et standards

Plus en détail

Adaptation de Solvabilité II avec Omnibus II

Adaptation de Solvabilité II avec Omnibus II FIXAGE Adaptation de Solvabilité II avec Omnibus II Deauville - 21 septembre 2012 Emmanuel TASSIN FIXAGE 11, avenue Myron Herrick - 75008 Paris - France Téléphone : 33 (1) 53 83 83 93 - Télécopie : 33

Plus en détail

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005 De BÂLE II à SOLVABILITE II Solvabilité II s inspire largement des accords de Bâle II et en reprend les grands principes avec la structure en «trois piliers» La tentation est forte de reproduire également

Plus en détail

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Solvabilité 2, une réforme en 3 piliers Les objectifs : Définir un cadre harmonisé imposant

Plus en détail

AVERTISSEMENTS. Document de travail traduit du manuel du CEIOPS mis en ligne sur le site du CEIOPS

AVERTISSEMENTS. Document de travail traduit du manuel du CEIOPS mis en ligne sur le site du CEIOPS 1 er Septembre 2010 AVERTISSEMENTS Document de travail traduit du manuel du CEIOPS mis en ligne sur le site du CEIOPS Merci de noter que ce manuel ne fait pas partie de la documentation officielle du QIS5

Plus en détail

SOLVABILITE II. Conférence du jeudi 3 juin 2010. Grant Thornton International. All rights reserved.

SOLVABILITE II. Conférence du jeudi 3 juin 2010. Grant Thornton International. All rights reserved. SOLVABILITE II Conférence du jeudi 3 juin 2010 Grant Thornton International. All rights reserved. Sommaire 1. Une évolution majeure pour le secteur des assurances 2. Vers un renforcement et une uniformisation

Plus en détail

interprofessionnelles avec et malgré Solvabilité 2?

interprofessionnelles avec et malgré Solvabilité 2? interprofessionnelles avec et malgré Solvabilité 2? Pierre AURELLY Anne- Charlotte BONGARD 4 octobre 2012 Sommaire 2 de ce mémoire est des institutions de prévoyance interprofessionnelles sous de la gouvernance

Plus en détail

Comment intégrer les modèles prospectifs dans le pilotage de l activité d assurance

Comment intégrer les modèles prospectifs dans le pilotage de l activité d assurance Comment intégrer les modèles prospectifs dans le pilotage de l activité d assurance 10 juillet 2012 Intervention à l Université d Eté de l Institut des Actuaires Gildas Robert Actuaire Senior Manager Frédérique

Plus en détail

Les management actions dans le cadre de l ORSA

Les management actions dans le cadre de l ORSA Les management actions dans le cadre de l ORSA Atelier Congrès Institut des Actuaires 20 juin 2014 Intervenants Emmanuel Berthelé, Optimind Winter, Responsable Practice Gildas Robert, Optimind Winter,

Plus en détail

Prénom, NOM, Fonction

Prénom, NOM, Fonction Prénom, NOM, Fonction 1 Introduction Jean-Philippe Thierry, Vice-président de l ACP 2 Sommaire Conférence animée par Paul Coulomb, directeur du contrôle des assurances de l ACP 1. Gouvernance, principes

Plus en détail

Solvabilité II. De Solvabilité I àsolvabilitéii. Les trois piliers. Le processus «Lamfalussy» Le calendrier. Le rôle de la FFSA aujourd hui

Solvabilité II. De Solvabilité I àsolvabilitéii. Les trois piliers. Le processus «Lamfalussy» Le calendrier. Le rôle de la FFSA aujourd hui De Solvabilité I àsolvabilitéii Les trois piliers Le processus «Lamfalussy» Le calendrier Le rôle de la FFSA aujourd hui Les points de vigilance La France en Europe Réavie 15 octobre 2009 2 De Solvabilité

Plus en détail

Le Data Risk Center. Plateforme de pilotage et de gestion des risques Pilier I de la directive Solvabilité II

Le Data Risk Center. Plateforme de pilotage et de gestion des risques Pilier I de la directive Solvabilité II Le Data Risk Center Plateforme de pilotage et de gestion des risques Pilier I de la directive Solvabilité II Sommaire Le conseil en Risk Management 1) Le projet Solvabilité II Objectifs et moyens à mettre

Plus en détail

Annexes Solvabilité 2 Compte rendu 2011 Réassureurs et captives de réassurances

Annexes Solvabilité 2 Compte rendu 2011 Réassureurs et captives de réassurances Annexes Solvabilité 2 Compte rendu 2011 Réassureurs et captives de réassurances Luxembourg - 3 juin 2013 Marc Comes / Valérie Scheepers 1 Introduction Bilan sous Solvabilité 2 BSCR Annexes 2012 les nouveautés

Plus en détail

LA SITUATION PRUDENTIELLE D UN ORGANISME D ASSURANCE : DE SOLVABILITÉ 1 À SOLVABILITÉ 2

LA SITUATION PRUDENTIELLE D UN ORGANISME D ASSURANCE : DE SOLVABILITÉ 1 À SOLVABILITÉ 2 LA SITUATION PRUDENTIELLE D UN ORGANISME D ASSURANCE : DE SOLVABILITÉ 1 À SOLVABILITÉ 2 LA NÉCESSITÉ D UNE RÈGLEMENTATION PRUDENTIELLE Pourquoi une règlementation prudentielle? Les produits d assurance

Plus en détail

Les rencontres de l Asset management Quelle allocation d actifs sous solvabilité II Le 22 juin 2010 ---

Les rencontres de l Asset management Quelle allocation d actifs sous solvabilité II Le 22 juin 2010 --- Les rencontres de l Asset management Quelle allocation d actifs sous solvabilité II Le 22 juin 2010 --- Intervention de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France et Président de l Autorité de

Plus en détail

en 125 mots-clés Philippe Morin et Patrick Thourot Préface de Denis Kessler

en 125 mots-clés Philippe Morin et Patrick Thourot Préface de Denis Kessler en 125 mots-clés 2 Philippe Morin et Patrick Thourot Préface de Denis Kessler Sommaire Préface de Denis Kessler, Président de SCOR... 17 Avant-propos... 21 Introduction... 25 Partie 1 Les principes Champ

Plus en détail

Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012

Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012 www.varm.fr Solvabilité 2 commentaires sur l ORSA Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012 Sommaire Introduction... 2 Principes pour une gestion intégrée des risques... 3 La mise en place de l ORSA... 5 Introduction

Plus en détail

Actualités Solvabilité 2

Actualités Solvabilité 2 Risk and Value Measurement Services (RVMS) Actualités Solvabilité 2 Omnibus 2 approuvé le 13 novembre 2013, entrée en vigueur définitif le 1 er janvier 2016 18 novembre 2013 1. Contexte et résumé Un projet

Plus en détail

Atelier B9. Stratégie de financement évolution des captives

Atelier B9. Stratégie de financement évolution des captives Atelier B9 Stratégie de financement évolution des captives INTRODUCTION La mise en application de Solvency 2 bouscule les captives existantes : 1. Quelles sont les normes applicables? 2. Quels agréments

Plus en détail

SOLVENCY II - PILLAR 2 Vue générale. Jean-Francois DECROOCQ Présentation interne

SOLVENCY II - PILLAR 2 Vue générale. Jean-Francois DECROOCQ Présentation interne SOLVENCY II - PILLAR 2 Vue générale Jean-Francois DECROOCQ Présentation interne 1 Pilier 2: la maitrise des risques Dans un premier temps, l attention s est portée sur la mesure quantitative du risque

Plus en détail

Formation : Le contrat d épargne en fonds euros sous Solvabilité II

Formation : Le contrat d épargne en fonds euros sous Solvabilité II Formation : Le contrat d épargne en fonds euros sous Solvabilité II Le développement de l assurance vie résulte de circonstances exceptionnelles (fiscalité, baisse des taux d intérêt, contractualisation

Plus en détail

Solvabilité 2 et mutuelles: état des lieux et priorités 2013. Paris, le 6 juin 2013

Solvabilité 2 et mutuelles: état des lieux et priorités 2013. Paris, le 6 juin 2013 Solvabilité 2 et mutuelles: état des lieux et priorités 2013 Paris, le Programme Évolutions quantitatives et impacts associés Enseignements à tirer des derniers travaux demandés par l EIOPA (Pilier 1)

Plus en détail

rv de septembre - 09/09/2008 - XC

rv de septembre - 09/09/2008 - XC rv de septembre - 09/09/2008 - XC Rendez-vous de septembre 9 septembre 2008 - Monte Carlo LE TRANSFERT DE RISQUES DANS SOLVABILITÉ II Xavier Cognat Fédération Française des Sociétés d Assurances rv de

Plus en détail

L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010

L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010 L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010 L impact de la crise financière récente sur le secteur financier et les économies a été extrêmement

Plus en détail

La mise en œuvre du 8 juillet 2009. La gouvernance des institutions de prévoyance dans le cadre de l Accord l 8 juillet 2009 et de Solvabilité II

La mise en œuvre du 8 juillet 2009. La gouvernance des institutions de prévoyance dans le cadre de l Accord l 8 juillet 2009 et de Solvabilité II La gouvernance des institutions de prévoyance dans le cadre de l Accord l du 8 juillet 2009 et de Solvabilité II Réunion des Présidents d institutions de prévoyance - 20 mai 2010 La mise en œuvre de l

Plus en détail

L ACTIVITÉ FINANCIÈRE DE L ASSURANCE

L ACTIVITÉ FINANCIÈRE DE L ASSURANCE L assurance française en 43 L ACTIVITÉ FINANCIÈRE DE L ASSURANCE GRÂCE AUX PLACEMENTS qu elle effectue en contrepartie de ses engagements envers les assurés, l assurance joue un rôle primordial dans le

Plus en détail

59th UIA CONGRESS. Valence / Espagne 28 octobre 1er novembre 2015 COMMISSION RETRAITE ET PRÉVOYANCE LA SOLVABILITÉ DES CAISSES DES AVOCATS

59th UIA CONGRESS. Valence / Espagne 28 octobre 1er novembre 2015 COMMISSION RETRAITE ET PRÉVOYANCE LA SOLVABILITÉ DES CAISSES DES AVOCATS 59th UIA CONGRESS Valence / Espagne 28 octobre 1er novembre 2015 COMMISSION RETRAITE ET PRÉVOYANCE Jeudi 29 octobre 2015 LA SOLVABILITÉ DES CAISSES DES AVOCATS Enrique Sanz Fernández-Lomana C/ Serrano

Plus en détail

Les innovations face au développement des catastrophes non vie. Traitement Anticipation Gestion comptable des catastrophes

Les innovations face au développement des catastrophes non vie. Traitement Anticipation Gestion comptable des catastrophes Les innovations face au développement des catastrophes non vie Traitement Anticipation Gestion comptable des catastrophes Pascal Parant Mazars Plan Les déterminants de la doctrine comptable L approche

Plus en détail

Bâle II. Changements en cours. Janvier 2010

Bâle II. Changements en cours. Janvier 2010 Bâle II Changements en cours Janvier 2010 Sommaire Renforcer de la résistance du secteur bancaire Les raisons des changements. Les fonds propres. Risque de contrepartie. Introduction d un ratio de levier

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ

BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ COMMENT AMELIORER LA LIQUIDITE DE VOS ACTIFS? «Bâle III, dispositif international de mesure, normalisation et surveillance du risque de liquidité» est paru en

Plus en détail

Organisation des fonctions de contrôle et articulation avec la gouvernance

Organisation des fonctions de contrôle et articulation avec la gouvernance Séminaire EIFR Gouvernance et contrôle des établissements financiers : pour une surveillance des risques et un contrôle efficace Organisation des fonctions de contrôle et articulation avec la gouvernance

Plus en détail

SOLUTIONS COMPAGNIES D ASSURANCE L EXPERTISE À LA HAUTEUR DE VOS EXIGENCES CANDRIAM, LE PARTENAIRE DES COMPAGNIES D ASSURANCE

SOLUTIONS COMPAGNIES D ASSURANCE L EXPERTISE À LA HAUTEUR DE VOS EXIGENCES CANDRIAM, LE PARTENAIRE DES COMPAGNIES D ASSURANCE SOLUTIONS COMPAGNIES D ASSURANCE L EXPERTISE À LA HAUTEUR DE VOS EXIGENCES CANDRIAM, LE PARTENAIRE DES COMPAGNIES D ASSURANCE NOS ATOUTS UN PARTENAIRE PRIVILÉGIÉ POUR VOTRE GESTION ASSURANTIELLE CANDRIAM

Plus en détail

Organisation de la gestion des risques - Solvabilité II et ORSA - Jean-François DECROOCQ

Organisation de la gestion des risques - Solvabilité II et ORSA - Jean-François DECROOCQ Organisation de la gestion des risques - Solvabilité II et ORSA - Jean-François DECROOCQ 1 LA GESTION DES RISQUES : La formalisation de règles de gestion et de techniques de mesure du risque 2 COSO un

Plus en détail

AAIARD. La modélisation stochastique. Julie-Linda Laforce, fica, fcas Dion, Durrell + Associés Inc. juliel@dion-durrell.com

AAIARD. La modélisation stochastique. Julie-Linda Laforce, fica, fcas Dion, Durrell + Associés Inc. juliel@dion-durrell.com AAIARD La modélisation stochastique Julie-Linda Laforce, fica, fcas Dion, Durrell + Associés Inc. juliel@dion-durrell.com 5 juin, 2009 Survol de la présentation Pourquoi la modélisation stochastique? Survol

Plus en détail

Solvabilité II Modèle interne AXA

Solvabilité II Modèle interne AXA Solvabilité II Modèle interne AXA Université d été Institut des Actuaires Strasbourg 22 juillet 2011 service.solvabilite2@axa.fr Solvabilité II AXA et AXA France Organisation du Projet Solvabilité II Le

Plus en détail

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance Réglementation prudentielle en assurance Principes de comptabilité : comment lire les comptes des entreprises d assurance? Franck Le Vallois Commissaire-contrôleur des assurances Plan - I - Les principes

Plus en détail

le point sur l assurance française

le point sur l assurance française 2014 le point sur l assurance française conférence de presse de la FFSA maison de l assurance / mercredi 25 juin 2014 2014 le point sur l assurance française le bilan les perspectives 2 1/ La situation

Plus en détail

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1.

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1. Préparation à Solvabilité II Analyse des réponses au questionnaire sur la préparation des organismes d assurance 18 mars 2014 version 1.0 Sommaire 1 Introduction... 3 2 Principaux résultats... 3 3 Ce que

Plus en détail

Experts for Finality and Run-off

Experts for Finality and Run-off Profil d entreprise Experts for Finality and Run-off Une activité de pionnier DARAG, Deutsche Versicherungs- und Rückversicherungs-AG est une compagnie d assurance spécialisée dans le Run-off. Nous sommes

Plus en détail

Journées d études IARD de l Institut des Actuaires Risques de souscription / provisionnement

Journées d études IARD de l Institut des Actuaires Risques de souscription / provisionnement www.pwc.com Journées d études IARD de l Institut des Actuaires Risques de souscription / provisionnement Reims 31 mars 2011 Agenda Section Description 1 Une compagnie d assurance peut-elle faire faillite?

Plus en détail

Modélisa)on des risques opéra)onnels dans le cadre de Solvency II Ins)tut des Actuaires & S.A.C.E.I Le 18 Septembre 2009

Modélisa)on des risques opéra)onnels dans le cadre de Solvency II Ins)tut des Actuaires & S.A.C.E.I Le 18 Septembre 2009 Modélisa)on des risques opéra)onnels dans le cadre de Solvency II Ins)tut des Actuaires & S.A.C.E.I Le 18 Septembre 2009 1. Objectifs de la quantification des risques opérationnels 2. Définition du capital

Plus en détail

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE LES PLACEMENTS DES COMPAGNIES D ASSURANCES EN ZONE CIMA Fangman Alain Ouattara Commissaire Contrôleur en Chef à la CIMA ofangman@yahoo.fr SOMMAIRE 1. GENERALITES

Plus en détail

La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables

La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables Cycle de Conférence à la Cour de Cassation 21 février 2005 Alain Duchâteau Directeur de la Surveillance Générale

Plus en détail

Les banques et la stabilité financière

Les banques et la stabilité financière Les banques et la stabilité financière 26e Rendez vous de la Mondialisation : Banques et stabilité financière dans la mondialisation Mercredi 27 juin 2012 Laurent Clerc Directeur de la stabilité financière

Plus en détail

LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier

LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier Conférence ATEL - 11 décembre 2012 LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier Marc-Antoine DOLFI, associé 1 PLAN DE PRESENTATION Le contrat de capitalisation 1. Description 2.

Plus en détail

Solvabilité II & IFRS 4

Solvabilité II & IFRS 4 INTRODUCTION Solvabilité II & IFRS 4 Vers la possibilité d une Convergence. FARIA Caroline Année Universitaire : 2012 2013 Mémoire présenté le 19 septembre 2013 Ecole Supérieure de l Assurance ESA MBA

Plus en détail

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret 1 Contenu 1. Gouvernance de la gestion de risques dans le Groupe AXA 2. AXA Canada - Structure organisationnelle de la gestion de risques

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES Exercice 2005 SOMMAIRE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE PREAMBULE 1 COMPTE DE RESULTAT DE L EXERCICE 2005

Plus en détail

ABACUS/Solvency II Solution de reporting réglementaire pour l assurance

ABACUS/Solvency II Solution de reporting réglementaire pour l assurance Notre offre de service ABACUS/Solvency II Solution de reporting réglementaire pour l assurance Notre offre de service ABACUS/Solvency II Avec ABACUS/Solvency II, BearingPoint offre au secteur de l assurance

Plus en détail

BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION. 31 décembre 2014

BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION. 31 décembre 2014 BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION 31 décembre 2014 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

09/07/2010 Prénom, NOM, Fonction 1

09/07/2010 Prénom, NOM, Fonction 1 09/07/2010 Prénom, NOM, Fonction 1 Introduction Jean-Philippe Thierry, Vice-président de l Autorité de contrôle prudentiel 08/07/2010 Conférence du contrôle 2 L ACP est issue de la fusion des autorités

Plus en détail

Atelier B01. Nouvelle stratégie d utilisation de captives : quelles diversifications?

Atelier B01. Nouvelle stratégie d utilisation de captives : quelles diversifications? Atelier B01 Nouvelle stratégie d utilisation de captives : quelles diversifications? 1 Atelier B01 Intervenants Hugh ROSENBAUM Towers Watson Retired Principal Fabrice FRERE Aon Global Risk Consulting (Luxembourg)

Plus en détail

TECH COMPRENDRE LA NOTION DE GROUPE PRUDENTIEL INFOTECH # 33 INTRODUCTION RAPPEL : QUEL CONTOUR DU GROUPE D ASSURANCE AUJOURD HUI?

TECH COMPRENDRE LA NOTION DE GROUPE PRUDENTIEL INFOTECH # 33 INTRODUCTION RAPPEL : QUEL CONTOUR DU GROUPE D ASSURANCE AUJOURD HUI? COMPRENDRE LA NOTION DE GROUPE PRUDENTIEL INTRODUCTION Marie-Laure DREYFUSS ASSOCIÉE Responsable du Pôle Gouvernance Tel. : + 33 (0)4 72 18 58 58 E-mail : marie-laure.dreyfuss@actuaris.com En matière de

Plus en détail

Solvabilité 2 : décryptage des actes délégués

Solvabilité 2 : décryptage des actes délégués Solvabilité 2 : décryptage des actes délégués Arnaud BECQUET Actuaire qualifié IA Manager Pôle Prévoyance et Santé E-mail : arnaud.becquet@actuaris.com La directive Solvabilité 2 (2009/138/CE), adoptée

Plus en détail

QIS5: Petites concessions entre assureurs et régulateurs? Avril 2010 L BAILLY H DOUARD

QIS5: Petites concessions entre assureurs et régulateurs? Avril 2010 L BAILLY H DOUARD QIS5: Petites concessions entre assureurs et régulateurs? Avril 2010 L BAILLY H DOUARD ALTIA 76, rue de la Victoire, 75009 Paris Tél : +33 (0)1 42 97 91 70 - Fax : +33 (0)1 42 97 91 80 Site : www.altia.fr

Plus en détail

PARIS, PLACE DE RÉASSURANCE. Propositions opérationnelles 2015. Mai 2015

PARIS, PLACE DE RÉASSURANCE. Propositions opérationnelles 2015. Mai 2015 PARIS, PLACE DE RÉASSURANCE Propositions opérationnelles 2015 Mai 2015 1 SOMMAIRE Contexte Réassurance Captives Run off 2 CONTEXTE La place de Paris décline depuis une vingtaine d années au profit d autres

Plus en détail

Conférence de presse FFSA Mercredi 26 juin 2013

Conférence de presse FFSA Mercredi 26 juin 2013 Conférence de presse FFSA Mercredi 26 juin 2013 Conférence de presse FFSA Retour sur 2012 et premières tendances pour 2013 : l assurance française remplit ses deux missions, protéger et financer Les chiffres

Plus en détail

L ORSA : quelles conséquences sur le pilotage stratégique de l entreprise?

L ORSA : quelles conséquences sur le pilotage stratégique de l entreprise? Conseil en Organisation et Management secteur assurance L ORSA : quelles conséquences sur le pilotage stratégique de l entreprise? 24 novembre 2010 Sommaire Ce qui se dit sur l ORSA L ORSA et le modèle

Plus en détail

Solvabilité II : Vers une approche globale et cohérente de la solvabilité

Solvabilité II : Vers une approche globale et cohérente de la solvabilité FINANCIAL SERVICES Solvabilité II : Vers une approche globale et cohérente de la solvabilité Des principes à la mise en oeuvre KPMG AUDIT SOMMAIRE Contexte et enjeux du projet Solvabilité II Les objectifs

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LES INSTRUMENTS DE PREVENTION DES CRISES ET LES VULNERABILITES DANS L'UMOA INTRODUCTION La solidité et la stabilité du système bancaire constituent une

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 19 mars 2014 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise.

Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise. Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise. LES DISPOSITIFS DE GESTION DES RISQUES ET DE CONTRÔLE INTERNE L objet de ce rapport est de rendre compte aux

Plus en détail

Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2. Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model»

Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2. Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model» Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2 Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model» Luca De Dominicis formation Sepia 10 juin 2008 Sommaire 1.

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Rapport au Président de la République relatif à l ordonnance n o 2015-378 du 2 avril 2015 transposant la directive

Plus en détail

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Présentation dans le cadre de l événement «Journée carrière PRMIA» 17 mars 2015 Mathieu Derome, M.Sc. Directeur Principal

Plus en détail

Présentation à l EIFR. 25 mars 2014

Présentation à l EIFR. 25 mars 2014 Présentation à l EIFR 25 mars 2014 1 Contexte BCBS 239 Les établissements font face depuis les cinq dernières années aux nombreux changements réglementaires visant à renforcer la résilience du secteur:

Plus en détail

Résultats annuels 2014

Résultats annuels 2014 Résultats annuels 2014 SCOR enregistre un résultat net de EUR 512 millions et une augmentation de 15 % de ses fonds propres, et propose un dividende de EUR 1,40 (+ 8 %) En 2014, le Groupe a enregistré,

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES GROUPAMA BANQUE

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES GROUPAMA BANQUE PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) GROUPAMA BANQUE Société Anonyme au capital de 120 825 712 euros. Siège social : 67, rue Robespierre, 93100 Montreuil. 572

Plus en détail

Reporting & Disclosure - Solvabilité II Mise en perspective en Belgique et en France Le «pilier 3» - Présentation

Reporting & Disclosure - Solvabilité II Mise en perspective en Belgique et en France Le «pilier 3» - Présentation Reporting & Disclosure - Solvabilité II Mise en perspective en Belgique et en France Le «pilier 3» - Présentation Dominik Smoniewski Jean-Baptiste Parmentier Sommaire 1. Les principes généraux du Pilier

Plus en détail

Circulaire relative aux exigences en matière de communication d informations à la Banque dans le cadre des mesures préparatoires à Solvabilité II

Circulaire relative aux exigences en matière de communication d informations à la Banque dans le cadre des mesures préparatoires à Solvabilité II boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles tél. +32 2 221 38 12 fax + 32 2 221 31 04 numéro d entreprise: 0203.201.340 RPM Bruxelles www.bnb.be Circulaire Bruxelles, le 24 janvier 2014 Référence: NBB_2014_02

Plus en détail

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 DES TAUX D INTÉRÊT TRÈS BAS DEPUIS LONGTEMPS SANS REDÉCOLLAGE SENSIBLE DE LA CROISSANCE MONDIALE Les taux d intérêt réels à court et moyen

Plus en détail

Table des matières CADRE DE CAPITAL DES SOCIÉTÉS D ASSURANCE-VIE APPROCHE STANDARD

Table des matières CADRE DE CAPITAL DES SOCIÉTÉS D ASSURANCE-VIE APPROCHE STANDARD CADRE DE CAPITAL DES SOCIÉTÉS D ASSURANCE-VIE APPROCHE STANDARD Table des matières Introduction... 2 Processus... 2 Approche et méthodologie... 3 Notions de base... 3 Approche fondée sur l actif total

Plus en détail

Note TDTE N 44. Philippe Foulquier, Directeur du pôle «Analyse Financière et Comptabilité» de l EDHEC.

Note TDTE N 44. Philippe Foulquier, Directeur du pôle «Analyse Financière et Comptabilité» de l EDHEC. Note TDTE N 44 La gestion de l épargneretraite à long-terme : Attention au cadre prudentiel réglementaire! Auteur Philippe Foulquier, Directeur du pôle «Analyse Financière et Comptabilité» de l EDHEC.

Plus en détail

Practice Finance & Risk Management BCBS 239 enjeux et perspectives. Equinox-Cognizant, tous droits réservés. 2014.

Practice Finance & Risk Management BCBS 239 enjeux et perspectives. Equinox-Cognizant, tous droits réservés. 2014. Practice Finance & Risk Management BCBS 239 enjeux et perspectives 2014 Contexte du BCBS 239 2 Une nouvelle exigence Les Principes aux fins de l agrégation des données sur les et de la notification des

Plus en détail

Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement»

Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement» Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement» REFERENCE : 301 1. Objectif général Situer les enjeux de la nouvelle réglementation issue de Bâle III : «Capital Requirements Regulation (CRR)» et

Plus en détail

Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III

Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III En date du 30 juin 2015 Table des matières 1. Champ d application... 2 Entité faisant la déclaration... 2 Cadre de travail pour la gestion

Plus en détail

HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse

HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse Avertissement Cette présentation et les commentaires qui l accompagnent peuvent contenir des déclarations prospectives relatives à la situation financière,

Plus en détail

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Résumé: - Les Fonds en Euros des compagnies d assurance assurent un couple sécurité / rendement optimal notamment dans l optique d une épargne en vue de

Plus en détail

ZODIAC AEROSPACE Page 1 sur 7

ZODIAC AEROSPACE Page 1 sur 7 Plaisir, le 18 décembre Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise DISPOSITIFS DE GESTION DES RISQUES ET DE CONTRÔLE INTERNE Cette partie du rapport s appuie sur le cadre de référence

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 21 mars 2013 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques

Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques Optimind Winter respecte les meilleurs standards européens sur l ensemble des expertises associées à la chaîne des risques des organismes assureurs,

Plus en détail

Synthèse des instructions de l'eiopa pour la préparation à Solvabilité 2

Synthèse des instructions de l'eiopa pour la préparation à Solvabilité 2 www.pwc.fr/solv2 Synthèse des instructions de l'eiopa pour la préparation à Solvabilité 2 27 septembre 2013 Contexte Suite aux consultations publiques du 27 mars 2013 sur les mesures de préparation à Solvabilité

Plus en détail

Une opération sui generis : La Réassurance «Finite»

Une opération sui generis : La Réassurance «Finite» 1 COLLOQUE AIDA-AJAR JEUDI 27 SEPTEMBRE 2012 Une opération sui generis : La Réassurance «Finite» ASSURANCES ET BANQUES LE SECTEUR FINANCIER ENTRE COHERENCE ET CONFUSION Bénédicte DOLLFUS 2 REASSURANCE

Plus en détail

SF ou ECS: quel statut choisir? Le nouveau cadre prudentiel

SF ou ECS: quel statut choisir? Le nouveau cadre prudentiel SF ou ECS: quel statut choisir? Le nouveau cadre prudentiel ASFFOR - 13 février 2014 1 Sommaire 1. Le nouveau statut de société de financement 1. La transition 2. Les conséquences 2. Les exigences prudentielles

Plus en détail

Dispositif de Bâle III Divulgation obligatoire en vertu du troisième pilier. 31 décembre 2014

Dispositif de Bâle III Divulgation obligatoire en vertu du troisième pilier. 31 décembre 2014 Dispositif de Bâle III Divulgation obligatoire en vertu du troisième pilier 31 décembre 2014 Portée de l application Le dispositif de Bâle III fixe en matière de capitaux propres un cadre international

Plus en détail

Le reporting annuel pour 2013 ne se distingue que peu de son prédécesseur immédiat.

Le reporting annuel pour 2013 ne se distingue que peu de son prédécesseur immédiat. Luxembourg, le 4 mars 2014 Lettre circulaire 14/4 du Commissariat aux assurances portant modification de la lettre circulaire modifiée 03/2 relative au reporting annuel des entreprises luxembourgeoises

Plus en détail

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2003-03 du 2 octobre 2003 relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances (Avis n 2003-09 du 24 juin 2003 du compte rendu CNC)

Plus en détail

Solvabilité II un changement de paradigme

Solvabilité II un changement de paradigme Réglementation Solvabilité II un changement de paradigme En Europe, près de 7 700 milliards d euros d actifs sont gérés par des investisseurs institutionnels qui ont un horizon d investissement de long

Plus en détail