des compagnies d assurance : évolutions récentes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "des compagnies d assurance : évolutions récentes"

Transcription

1 Les Contrôle normes IFRS de la solvabilité en assurance des compagnies d assurance : évolutions récentes - DIAF Hanoi, le 28 février 2005 Pierre THEROND Consultant JWA - Actuaires & chargé de cours à l ISFA 28 février 2005 Page 1

2 De la nature de l opération d assurance L activité d assurance s est développée (et continue de le faire) du fait de l aversion au risque des agents économiques (entreprises, individus). En effet, tous les agents économiques sont soumis à des aléas dont les conséquences financières peuvent menacer voire anéantir leur patrimoine. Les agents économiques étant «averses au risque» dès que les montants en jeu peuvent réduire sensiblement leur patrimoine, ils vont chercher à réduire ces risques. Pour cela, ils vont se regrouper de manière à mutualiser les risques et à substituer un montant fixe (la prime) à un montant aléatoire et donc risqué (le sinistre). 28 février 2005 Page 2

3 SOMMAIRE 1. De la nécessité d un contrôle prudentiel spécifique 2. Les règles de solvabilité actuelles 3. Vers une gestion dynamique des risques 28 février 2005 Page 3

4 SOMMAIRE 1. De la nécessité d un contrôle prudentiel spécifique 2. Les règles de solvabilité actuelles 3. Vers une gestion dynamique des risques 28 février 2005 Page 4

5 1. De la nécessité d un contrôle spécifique 1.1. Inversion du cycle de production (1/2) Lorsqu une entreprise souhaite commercialiser un nouveau produit ou service, elle fixe son prix de vente en regard à son prix de revient. La seule inconnue reste alors le chiffre d affaires, à savoir le nombre de biens ou services qui vont être vendus. L assurance est le seul secteur économique dans lequel ce processus est inversé. La société d assurance fixe a priori sa prime (prix de vente) et vend ses contrats. Elle connaît donc son chiffre d affaire avant de constater a posteriori les montants de sinistres et frais afférents (prix de revient). Les primes vont donc être fixées en fonction d estimations statistiques des montants futurs de sinistres. 28 février 2005 Page 5

6 1. De la nécessité d un contrôle spécifique 1.1. Inversion du cycle de production (2/2) En vue de garantir l intérêt des assurés, la société d assurance doit constituer des réserves (provisions techniques) à partir de tout ou partie des primes. Ces provisions lui permettront de régler les sinistres et constituent donc une dette envers les assurés. L assureur pourrait être tenté de diminuer le montant de ces réserves de manière à dégager du résultat, en attendant de régler effectivement les sinistres. Une telle politique mettrait en péril la continuité de la société et au travers d elle les intérêts des assurés. Dans l intérêt des assurés, la capacité des sociétés d assurance à faire face à leurs engagements doit être contrôlée. 28 février 2005 Page 6

7 1. De la nécessité d un contrôle spécifique 1.2. Rôle crucial de l assurance dans l économie (1/3) L origine de l assurance moderne illustre bien le rôle qu elle joue dans le développement de l économie. Les premiers dispositifs assimilables à des contrats d assurance (XIV e siècle) étaient souscrits par des marchands qui devaient disposer de sommes considérables pour armer des navires. Ils empruntaient le capital nécessaire à des banquiers avec les conditions de remboursement suivantes : En cas de naufrage et de perte de la cargaison pas de remboursement. En cas de succès de l expédition remboursement du capital et d un intérêt pouvant atteindre jusqu à 30 % du capital. 28 février 2005 Page 7

8 1. De la nécessité d un contrôle spécifique 1.2. Rôle crucial de l assurance dans l économie (2/3) Sans ce système d assurance, gageons que peu de marchands auraient risqué leur fortune personnelle sur un coup du sort, à savoir la réussite d un expédition maritime. L assurance permet ainsi à l économie de se développer en permettant le transfert d un risque qui ne serait pas supportable par un unique individu ou société vers une société plus à même de les supporter du fait de la mutualisation des risques. Le mécanisme d assurance facilite les initiatives économiques. Son efficience est garantie par le contrôle prudentiel des sociétés d assurance. 28 février 2005 Page 8

9 1. De la nécessité d un contrôle spécifique 1.2. Rôle crucial de l assurance dans l économie (3/3) Dans les économies de marché, les compagnies d assurance jouent de plus un rôle d investisseur institutionnel. Du fait de l inversion du cycle de production, l assureur a la possibilité (le temps) de placer sur les marchés financiers les primes perçues avant de payer les sinistres. Les sommes en jeu sont considérables et permettent aux entreprises cotées ou faisant appel public à l épargne de se développer grâce à cet apport massif de capitaux. La pérennité des sociétés d assurance profite au développement économique. 28 février 2005 Page 9

10 SOMMAIRE 1. De la nécessité d un contrôle prudentiel spécifique 2. Les règles de solvabilité actuelles 3. Vers une gestion dynamique des risques 28 février 2005 Page 10

11 2. Les règles de solvabilité actuelles Les règles de solvabilité actuellement en vigueur en Europe se sont enrichies dans le temps avec la découverte de nouveaux risques pesant sur les assureurs. Aussi le système de solvabilité s est construit en «empilant» des nouvelles contraintes au fur et à mesure de l identification de nouveaux risques. Mesures pour parer au risque n 3 Mesures pour parer au risque n 2 Mesures pour parer au risque n 1 Système de solvabilité initial 28 février 2005 Page 11

12 2. Les règles de solvabilité actuelles 2.1. Les provisions techniques (1/2) Elles apparaissent au passif du bilan de l assureur. Leur montant est déterminé de manière à ce que la société soit en mesure de régler les sinistres. Les principales provisions sont : Les provisions pour sinistres à payer en assurance non-vie. Les provisions mathématiques en assurance vie. 28 février 2005 Page 12

13 2. Les règles de solvabilité actuelles 2.1. Les provisions techniques (2/2) Par ailleurs, il existe d autres provisions destinées à se prémunir contre certains risques spécifiques : Des provisions relatives aux actifs financiers lorsque la valeur de marché des placements est inférieure à leur valeur d achat. La provision pour égalisation permet de lisser dans le temps les résultats provenant des bonnes et des mauvaises années en termes de sinistralité. Des «provisions pour risque croissant», par exemple dans le cas d une garantie santé dont le tarif dépend exclusivement de l âge à la souscription et n évolue donc pas avec le vieillissement de l assuré. 28 février 2005 Page 13

14 2. Les règles de solvabilité actuelles 2.2. L exigence de fonds propres (1/3) Depuis la directive «Solvabilité 1» (1973), toutes les sociétés d assurance européennes doivent disposer d un montant de fonds propres, la «marge de solvabilité», supérieur à un niveau minimal : «l exigence de marge de solvabilité». L exigence de marge de solvabilité est calculée à partir d une formule faisant référence : aux primes encaissées (assurance non-vie), aux sinistres payés (assurance non-vie), aux provisions mathématiques (assurance vie), aux dispositifs de réassurance. 28 février 2005 Page 14

15 2. Les règles de solvabilité actuelles 2.2. L exigence de fonds propres (2/3) La marge de solvabilité est constituée : du capital de la société, des plus/moins-values latentes sur les placements financiers. Actifs (valeur de marché) Actifs (valeur comptable) Capital Provisions techniques Marge de solvabilité 28 février 2005 Page 15

16 2. Les règles de solvabilité actuelles 2.2. L exigence de fonds propres (3/3) BILAN SIMPLIFIE Actif Passif Capital Placements financiers Provision pour sinistres à payer ou Provision mathématique Autres provisions techniques 28 février 2005 Page 16

17 2. Les règles de solvabilité actuelles 2.3. Les contraintes sur les placements financiers Du fait du décalage temporel entre le moment où l assureur perçoit les primes et celui où il paie les sinistres ou prestations, l assureur dispose de sommes importantes qu il peut placer sur les marchés financiers. Des règles viennent encadrer ces placements qui doivent être : dans la même monnaie que les prestations, dispersés entre les différentes classes d actifs, dispersés géographiquement. 28 février 2005 Page 17

18 2. Les règles de solvabilité actuelles 2.4. Le «Stress testing» Le «stress-testing» consiste à observer le comportement d un indicateur de solvabilité à des évolutions défavorables de variables exogènes qui ont une forte influence sur les comptes d une compagnie d assurance telles que : les marchés financiers, les taux d intérêt, le cours de l immobilier, la mortalité (assurance vie), la sinistralité (assurance non-vie). 28 février 2005 Page 18

19 SOMMAIRE 1. De la nécessité d un contrôle prudentiel spécifique 2. Les règles de solvabilité actuelles 3. Vers une gestion dynamique des risques 28 février 2005 Page 19

20 3. Vers une gestion dynamique des risques 3.1. Le projet «Solvabilité 2» (1/3) Le système actuel de solvabilité s est enrichi au cours du temps du fait de l identification de nouveaux risques et de la mise en place de mesures destinées à s en prémunir. A la lumière des évolutions des techniques de gestion des risques, l Union européenne a démarré le projet «Solvabilité 2» qui doit aboutir à un nouveau système de solvabilité qui soit plus adapté aux risques effectifs qui pèsent sur les compagnies d'assurance. Ce projet s appuiera sur les nouvelles normes comptables IFRS et en particulier de la norme IFRS 4 dont la version définitive s appliquera à partir de 2007 ou février 2005 Page 20

21 3. Vers une gestion dynamique des risques 3.1. Le projet «Solvabilité 2» (2/3) Ce projet a pour vocation de mettre en place, au niveau de l Union européenne, un système de solvabilité qui cherche à contrôler le risque global de la société et non plus chaque risque indépendamment des autres. Solvabilité 2 se fonde sur une structure à 3 piliers (semblable à celle des accords de Bâle 2 dans le milieu bancaire) : exigences quantitatives en termes de capitaux (provisions techniques et capital cible, gestion interne du risque) ; surveillance prudentielle par les autorités de contrôle, surveillance du contrôle interne du risque ; information publique en vue d améliorer la discipline de marché. 28 février 2005 Page 21

22 3. Vers une gestion dynamique des risques 3.1. Le projet «Solvabilité 2» (3/3) En termes d exigences quantitatives, Solvabilité 2 fixe deux niveaux de prudence : au niveau du calcul des provisions techniques (qui doivent contrôler les risques liés à la sinistralité), au niveau de l exigence de fonds propres : le «capital cible» (qui doit contrôler le risque global de la société). 28 février 2005 Page 22

23 3. Vers une gestion dynamique des risques 3.2. Contrôle de la sinistralité : les provisions techniques (1/3) Solvabilité 2 vise à harmoniser les règles de calcul des provisions en y intégrant de manière quantitative et explicite de la prudence. Plusieurs pistes sont envisagées mais le principe directeur est de mesurer le risque et de choisir le montant de provision en référence à un niveau de risque prédéterminé. Ceci nécessite d être capable, au préalable, de modéliser la charge ultime de sinistres et de définir ce qu est le risque. 28 février 2005 Page 23

24 3. Vers une gestion dynamique des risques 3.2. Contrôle de la sinistralité : les provisions techniques (2/3) Lorsque, grâce à des méthodes statistiques, on dispose de la distribution de probabilités de la charge globale des sinistres survenus mais pas encore réglés, on fixait traditionnellement le niveau de la provision à la moyenne de cette distribution. Dans le référentiel Solvabilité 2, le niveau des provisions est fixé en référence à une mesure de risque. Par exemple, on choisira la provision qui permet de payer l intégralité des sinistres dans 75 % des cas (Value-at-Risk à 75 %). 28 février 2005 Page 24

25 3. Vers une gestion dynamique des risques 3.2. Contrôle de la sinistralité : les provisions techniques (3/3) 28 février 2005 Page 25

26 3. Vers une gestion dynamique des risques 3.3. Contrôle du risque global : le capital cible (1/5) Le capital cible constitue le deuxième niveau de sécurité et doit contrôler le risque global de la société et en particulier : les risques liés aux placements financiers (risques de marché, de taux, de défaut, de change, etc.), les risques de défaut des réassureurs. Le capital cible va être déterminé en référence à une mesure de risque sur un horizon prédéterminé. 28 février 2005 Page 26

27 3. Vers une gestion dynamique des risques 3.3. Contrôle du risque global : le capital cible (2/5) Par exemple, le capital cible pourra être déterminé comme étant le niveau de fonds propres qui permet à la société de ne pas être en faillite, au bout d un an, dans 99% des cas. Sa détermination va nécessiter des calculs stochastiques relativement complexes puisque tous les éléments influant sur la solvabilité de la société vont devoir être modélisés. Dans notre exemple simplifié, nous avons modélisé deux risques : les sinistres et les actifs financiers. 28 février 2005 Page 27

28 3. Vers une gestion dynamique des risques 3.3. Contrôle du risque global : le capital cible (3/5) BILAN «Solvabilité 2» en 0 Actif Placements financiers en 0 = Provision technique + Capital cible (inconnu) Passif Capital cible (inconnu) Provision technique = Value-at-Risk à 75% de la charge des sinistres = février 2005 Page 28

29 3. Vers une gestion dynamique des risques 3.3. Contrôle du risque global : le capital cible (4/5) 28 février 2005 Page 29

30 3. Vers une gestion dynamique des risques 3.3. Contrôle du risque global : le capital cible (5/5) BILAN «Solvabilité 2» en 0 Actif Placements financiers en 0 = = Passif Capital cible = Provision technique = février 2005 Page 30

31 Conclusion Vers une gestion des risques maîtrisée De par ses aspects quantitatifs de mesure et de contrôle des risques, le projet Solvabilité 2 va inciter les sociétés d assurance à mieux gérer les risques et donc à les rendre plus solvables. Par ailleurs, ce projet ne se borne pas aux éléments quantitatifs présentés : il intègre également des éléments qualitatifs visant notamment à ce que le système de contrôle prudentiel ne crée pas de distorsion de concurrence entre les sociétés des différents états de l Union européenne. Enfin l application de ce projet par les société d assurance va engendrer un coût qui sera in fine supporté par les assurés par le biais des primes (chargements). 28 février 2005 Page 31

32 Références COMMISSION EUROPEENNE [2003] «Conception d un futur système de contrôle prudentiel applicable dans l Union européenne». Note des services de la Commission, MARKT/2509/03. COMMISSION EUROPEENNE [2004a] «Solvency II Organisation of work, discussion on pillar I work areas and suggestions of further work on pillar II for CEIOPS». Note des services de la Commission, MARKT/2543/03. COMMISSION EUROPEENNE [2004b] «Solvency II Further issues for discussion and suggestions for preparatory work for CEIOPS». Note des services de la Commission, MARKT/2502/04. DENUIT M., CHARPENTIER A. [2004] «Mathématiques de l assurance non-vie». Economica, Paris. FFSA [2004] «L assurance française en 2003». Rapport annuel, PARTRAT C., BESSON J.L. [2004] «Assurance non-vie. Modélisation, simulation». Economica, Paris. 28 février 2005 Page 32

SOLVABILITE II Glossaire et notions clés

SOLVABILITE II Glossaire et notions clés SOLVABILITE II Glossaire et notions clés Version septembre 2013 A Actuaire Spécialiste qui applique la statistique et le calcul des probabilités pour la conduite d opérations financières et d assurance.

Plus en détail

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance Réglementation prudentielle en assurance Principes de comptabilité : comment lire les comptes des entreprises d assurance? Franck Le Vallois Commissaire-contrôleur des assurances Plan - I - Les principes

Plus en détail

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE LES PLACEMENTS DES COMPAGNIES D ASSURANCES EN ZONE CIMA Fangman Alain Ouattara Commissaire Contrôleur en Chef à la CIMA ofangman@yahoo.fr SOMMAIRE 1. GENERALITES

Plus en détail

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité II, contrats responsables, normes IFRS, fiscalité : conséquences de ces normes sur le devenir des opérateurs et des couvertures

Plus en détail

Gestion du niveau de la franchise d un contrat avec bonus-malus. Pierre THEROND & Stéphane BONCHE

Gestion du niveau de la franchise d un contrat avec bonus-malus. Pierre THEROND & Stéphane BONCHE Gestion du niveau de la franchise d un contrat avec bonus-malus Pierre THEROND & Stéphane BONCHE SOMMAIRE 1. Réduction de franchise en l absence de système bonus-malus A - Bonnes propriétés du modèle collectif

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances Les marchés boursiers ont repris au cours de l année 2003. Par conséquent, les plus-values latentes sur actifs des sociétés d assurances augmentent. Les

Plus en détail

Mesure et gestion des risques d assurance

Mesure et gestion des risques d assurance Mesure et gestion des risques d assurance Analyse critique des futurs référentiels prudentiel et d information financière Congrès annuel de l Institut des Actuaires 26 juin 2008 Pierre THEROND ptherond@winter-associes.fr

Plus en détail

L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010

L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010 L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010 L impact de la crise financière récente sur le secteur financier et les économies a été extrêmement

Plus en détail

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Solvabilité 2, une réforme en 3 piliers Les objectifs : Définir un cadre harmonisé imposant

Plus en détail

Le métier d actuaire IARD

Le métier d actuaire IARD JJ Mois Année Le métier d actuaire IARD Journées Actuarielles de Strasbourg 6-7 octobre 2010 PLAN Présentation de l assurance non vie Le rôle de l actuaire IARD La tarification des contrats L évaluation

Plus en détail

Une opération sui generis : La Réassurance «Finite»

Une opération sui generis : La Réassurance «Finite» 1 COLLOQUE AIDA-AJAR JEUDI 27 SEPTEMBRE 2012 Une opération sui generis : La Réassurance «Finite» ASSURANCES ET BANQUES LE SECTEUR FINANCIER ENTRE COHERENCE ET CONFUSION Bénédicte DOLLFUS 2 REASSURANCE

Plus en détail

Définitions. Les assurances de personnes. Les contrats et les garanties. Les assurances en cas de vie et les bons de capitalisation

Définitions. Les assurances de personnes. Les contrats et les garanties. Les assurances en cas de vie et les bons de capitalisation FFSA Définitions Les assurances de personnes Les contrats et les garanties Les assurances en cas de vie et les bons de capitalisation Assurance en cas de vie Contrat d assurance, souscrit individuellement

Plus en détail

Room document FR orig. SOLVABILITE 2 POINT SUR LES TRAVAUX EN COURS

Room document FR orig. SOLVABILITE 2 POINT SUR LES TRAVAUX EN COURS Room document FR orig. SOLVABILITE 2 POINT SUR LES TRAVAUX EN COURS 1. Rappels : Objectif et organisation du projet L objectif du projet Solvabilité 2 est d effectuer une révision de l ensemble des règles

Plus en détail

CONGRES DES ACTUAIRES du 29 juin 2009. IMPACT DE SOLVABILITE II SUR l OFFRE PRODUIT EXEMPLE DE L EPARGNE RETRAITE

CONGRES DES ACTUAIRES du 29 juin 2009. IMPACT DE SOLVABILITE II SUR l OFFRE PRODUIT EXEMPLE DE L EPARGNE RETRAITE CONGRES DES ACTUAIRES du 29 juin 2009 IMPACT DE SOLVABILITE II SUR l OFFRE PRODUIT EXEMPLE DE L EPARGNE RETRAITE SOMMAIRE 1- Préambule /Contexte 2- Macro analyse d impact sur l épargne 3- Transition vers

Plus en détail

Les management actions dans le cadre de l ORSA

Les management actions dans le cadre de l ORSA Les management actions dans le cadre de l ORSA Atelier Congrès Institut des Actuaires 20 juin 2014 Intervenants Emmanuel Berthelé, Optimind Winter, Responsable Practice Gildas Robert, Optimind Winter,

Plus en détail

www.macsa.com.tn Novembre 2011 Le secteur des assurances en Tunisie

www.macsa.com.tn Novembre 2011 Le secteur des assurances en Tunisie Département Recherches Etude du secteur des assurances Analyse Sectorielle Novembre 2011 Le secteur des assurances en Tunisie Les sociétés opérant dans le marché des assurances en Tunisie s élèvent à 22

Plus en détail

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret 1 Contenu 1. Gouvernance de la gestion de risques dans le Groupe AXA 2. AXA Canada - Structure organisationnelle de la gestion de risques

Plus en détail

Solvabilité II. De Solvabilité I àsolvabilitéii. Les trois piliers. Le processus «Lamfalussy» Le calendrier. Le rôle de la FFSA aujourd hui

Solvabilité II. De Solvabilité I àsolvabilitéii. Les trois piliers. Le processus «Lamfalussy» Le calendrier. Le rôle de la FFSA aujourd hui De Solvabilité I àsolvabilitéii Les trois piliers Le processus «Lamfalussy» Le calendrier Le rôle de la FFSA aujourd hui Les points de vigilance La France en Europe Réavie 15 octobre 2009 2 De Solvabilité

Plus en détail

RAPPORT DE MARCHE FANAF EXERCICE (ANNEE) : 2009

RAPPORT DE MARCHE FANAF EXERCICE (ANNEE) : 2009 RAPPORT DE MARCHE FANAF EXERCICE (ANNEE) : 2009 I. Environnement économique 2009 SMIG (Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti) 31 625 Taux de croissance de l'économie 3,00% II. Environnement Institutionnel

Plus en détail

Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne

Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne Congrès Institut des Actuaires 2013 Jean-Pierre DIAZ, BNP Paribas Cardif Emmanuelle LAFERRERE, BNP Paribas Cardif Gildas ROBERT, Optimind Winter

Plus en détail

SOLVENCY II - PILLAR 2 Vue générale. Jean-Francois DECROOCQ Présentation interne

SOLVENCY II - PILLAR 2 Vue générale. Jean-Francois DECROOCQ Présentation interne SOLVENCY II - PILLAR 2 Vue générale Jean-Francois DECROOCQ Présentation interne 1 Pilier 2: la maitrise des risques Dans un premier temps, l attention s est portée sur la mesure quantitative du risque

Plus en détail

Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29

Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29 Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29 Objectif de la norme 01 L activité d assurance et/ou de réassurance se caractérise par : une

Plus en détail

Définitions LES ASSURANCES DE PERSONNES. Les contrats et les garanties LES ASSURANCES EN CAS DE VIE LES ASSURANCES EN CAS DE DÉCÈS, DE MALADIE

Définitions LES ASSURANCES DE PERSONNES. Les contrats et les garanties LES ASSURANCES EN CAS DE VIE LES ASSURANCES EN CAS DE DÉCÈS, DE MALADIE Définitions LES ASSURANCES DE PERSONNES Les contrats et les garanties LES ASSURANCES EN CAS DE VIE ET LES BONS DE CAPITALISATION Assurance en cas de vie Contrat d assurance, souscrit individuellement ou

Plus en détail

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II?

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Journées IARD de l Institut des Actuaires Les nouveaux défis de l assurance IARD liés à Solvabilité II 11 avri l 2012 Gildas Robert,

Plus en détail

Provisions pour risques croissants en santé SACEI 13 mars 2008

Provisions pour risques croissants en santé SACEI 13 mars 2008 Provisions pour risques croissants en santé SACEI 13 mars 2008 Anne MARION A C T U A R I E L L E S actuarielles@actuarielles.com L aléa en santé Assurance vie : (décès) Survenance certaine à date aléatoire

Plus en détail

Mesure et gestion des risques d'assurance : analyse critique des futurs référentiels prudentiel et d'information financière

Mesure et gestion des risques d'assurance : analyse critique des futurs référentiels prudentiel et d'information financière N d ordre : 76-2007 Année 2007 THESE présentée devant l Université Claude Bernard Lyon 1 pour l obtention du DIPLOME DE DOCTORAT (arrêté du 7 août 2006) présentée par Pierre-Emmanuel THÉROND Mesure et

Plus en détail

La place financière luxembourgeoise : mythes et réalités

La place financière luxembourgeoise : mythes et réalités La place financière luxembourgeoise : mythes et réalités Jean-Jacques Picard Secrétaire Général, Luxembourg for Finance jean-jacques.picard@lff.lu +352 27 20 21-1 Luxembourg for Finance Agence pour de

Plus en détail

LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES

LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES Séminaire - Atelier La mesure des performances des compagnies d assurances 1 ère communication Généralités sur les processus d évaluation des activités

Plus en détail

Norme comptable pour l assurance : trouver la bonne mesure

Norme comptable pour l assurance : trouver la bonne mesure Norme comptable pour l assurance : trouver la bonne mesure Denis Duverne et Antoine Lissowski Membres du CFO Forum Paris, le 25 juillet 2006 Sommaire Qui sommes-nous? Quelle est la finalité de la comptabilité?

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances L année 2002 est de nouveau marquée par une forte baisse des marchés financiers. Celle-ci entraîne une diminution des plus-values latentes et des produits

Plus en détail

La gestion financière de l assurance, au service du développement économique

La gestion financière de l assurance, au service du développement économique La gestion financière, au service du développement économique L assurance, compte tenu de l importance de ses engagements envers les assurés, en particulier en assurance vie, joue un rôle primordial dans

Plus en détail

Présentation du métier d actuaire vie

Présentation du métier d actuaire vie 06 Octobre 2010 Frédéric Daeffler 14/10/2010 Agenda Assurance vie : Produits concernés Actuaire produit : Tarification et conception d un produit Actuaire financier : Pilotage des résultats, Gestion actif-passif,

Plus en détail

Institut des Actuaires

Institut des Actuaires Institut des Actuaires Commission comptable Avis de l IA sur l application des nouvelles tables de mortalité Grégory Boutier Références, avis de l Institut des Actuaires Rentes viagères Contrats vie et

Plus en détail

NC 29 Les provisions techniques dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance

NC 29 Les provisions techniques dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance NC 29 Les provisions techniques dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance Objectif 01. L'activité d'assurance et/ou de réassurance se caractérise par : une inversion du cycle de la production:

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

Cours de contrôle de gestion appliqué à l'assurance. Partie 2. Cours complet, exercices d'application et bibliographie sur www.cours-assurance.

Cours de contrôle de gestion appliqué à l'assurance. Partie 2. Cours complet, exercices d'application et bibliographie sur www.cours-assurance. Cours de contrôle de gestion appliqué à l'assurance Partie 2 Cours complet, exercices d'application et bibliographie sur www.cours-assurance.org Partie 2 : Le suivi de l activité d une compagnie d assurance

Plus en détail

Le point de vue du certificateur

Le point de vue du certificateur Le point de vue du certificateur Sépia «Certification des tables d expérience» Paris, mardi 23 novembre 2010 Pierre Thérond Actuaire Associé ptherond@galea-associes.eu PROJET / CONFIDENTIEL Sommaire 1.

Plus en détail

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs LEXIQUE - A Actuaires / Actuariat Un actuaire est un professionnel spécialiste de l'application du calcul des probabilités et de la statistique aux questions d'assurances, de finance et de prévoyance sociale.

Plus en détail

Institut des Actuaires 23 Juin 2010. 9 ème Congrès Annuel des Actuaires Séance pleinière Denis Kessler, Président Directeur Général, SCOR SE

Institut des Actuaires 23 Juin 2010. 9 ème Congrès Annuel des Actuaires Séance pleinière Denis Kessler, Président Directeur Général, SCOR SE Institut des Actuaires 23 Juin 2010 9 ème Congrès Annuel des Actuaires Séance pleinière Denis Kessler, Président Directeur Général, SCOR SE 1. Un univers des risques en expansion 2. D un monde plus linéaire

Plus en détail

Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2. Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model»

Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2. Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model» Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2 Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model» Luca De Dominicis formation Sepia 10 juin 2008 Sommaire 1.

Plus en détail

PRÉSENTÉ PAR : Urbain P. ADJANON Directeur des assurances

PRÉSENTÉ PAR : Urbain P. ADJANON Directeur des assurances DONNEES DU SECTEUR DE L ASSURANCE AU BENIN EN PRÉSENTÉ PAR : Urbain P. ADJANON Directeur des assurances SOMMAIRE Introduction Formation du chiffre d affaires du marché Total bilan en constante progression

Plus en détail

n 41 Février 2015 Analyse de l exercice 2014 de préparation à Solvabilité II

n 41 Février 2015 Analyse de l exercice 2014 de préparation à Solvabilité II n 41 Février 2015 Analyse de l exercice 2014 de préparation à Solvabilité II Sommaire 1. INTRODUCTION 4 2. LE RESPECT DES EXIGENCES DU PILIER I 5 2.1. Le bilan prudentiel 5 2.1.1. La valorisation des actifs

Plus en détail

Le Data Risk Center. Plateforme de pilotage et de gestion des risques Pilier I de la directive Solvabilité II

Le Data Risk Center. Plateforme de pilotage et de gestion des risques Pilier I de la directive Solvabilité II Le Data Risk Center Plateforme de pilotage et de gestion des risques Pilier I de la directive Solvabilité II Sommaire Le conseil en Risk Management 1) Le projet Solvabilité II Objectifs et moyens à mettre

Plus en détail

Circulaire n DAPS/EA/06/05 du 9 juin 2006 relative aux comptes semestriels des entreprises d'assurances et de réassurance

Circulaire n DAPS/EA/06/05 du 9 juin 2006 relative aux comptes semestriels des entreprises d'assurances et de réassurance Royaume du Maroc Circulaire n DAPS/EA/06/05 du 9 juin 2006 relative aux comptes semestriels des entreprises d'assurances et de réassurance Dans le cadre de la mise en place d'un dispositif permettant le

Plus en détail

LES CRÉANCES ET LES DETTES

LES CRÉANCES ET LES DETTES LES CRÉANCES ET LES DETTES Règles générales d évaluation Définition d un actif et d un passif ACTIFS Tout élément de patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité est considéré comme un

Plus en détail

Assurance : Notions de bases IMA 2011 Claire PELTIER. 07/07/2012 Claire PELTIER 1

Assurance : Notions de bases IMA 2011 Claire PELTIER. 07/07/2012 Claire PELTIER 1 Assurance : Notions de bases IMA 2011 Claire PELTIER 07/07/2012 Claire PELTIER 1 IMA 2011 1-VOCABULAIRE L assurance peut être définie comme une «opération par laquelle une partie (l assureur) s engage

Plus en détail

Vers une meilleure maîtrise des engagements Dommages aux Biens

Vers une meilleure maîtrise des engagements Dommages aux Biens Vers une meilleure maîtrise des engagements Dommages aux Biens Adam SENIO, Fabrice TAILLIEU Le montant des biens endommagés lors d un sinistre est généralement estimé par les experts mandatés par l assureur

Plus en détail

SOLUTIONS COMPAGNIES D ASSURANCE L EXPERTISE À LA HAUTEUR DE VOS EXIGENCES CANDRIAM, LE PARTENAIRE DES COMPAGNIES D ASSURANCE

SOLUTIONS COMPAGNIES D ASSURANCE L EXPERTISE À LA HAUTEUR DE VOS EXIGENCES CANDRIAM, LE PARTENAIRE DES COMPAGNIES D ASSURANCE SOLUTIONS COMPAGNIES D ASSURANCE L EXPERTISE À LA HAUTEUR DE VOS EXIGENCES CANDRIAM, LE PARTENAIRE DES COMPAGNIES D ASSURANCE NOS ATOUTS UN PARTENAIRE PRIVILÉGIÉ POUR VOTRE GESTION ASSURANTIELLE CANDRIAM

Plus en détail

Solvabilité 2 et mutuelles: état des lieux et priorités 2013. Paris, le 6 juin 2013

Solvabilité 2 et mutuelles: état des lieux et priorités 2013. Paris, le 6 juin 2013 Solvabilité 2 et mutuelles: état des lieux et priorités 2013 Paris, le Programme Évolutions quantitatives et impacts associés Enseignements à tirer des derniers travaux demandés par l EIOPA (Pilier 1)

Plus en détail

7e HEPTA CONSULT. Offre de services & équipe de consultants. 5, Z.A.I. de Bourmicht L 8070 BERTRANGE

7e HEPTA CONSULT. Offre de services & équipe de consultants. 5, Z.A.I. de Bourmicht L 8070 BERTRANGE Actuaires Conseils 5, Z.A.I. de Bourmicht L 8070 BERTRANGE Tél. : 263 179-1 http://www.heptaconsult.lu Fax. : 263 179-24 Offre de services & équipe de consultants Nos activités principales Conseils aux

Plus en détail

Valorisation dans le secteur de l assurance

Valorisation dans le secteur de l assurance DRAFT Valorisation dans le secteur de l assurance Philippe TRAINAR Chief Risk Officer, SCOR Group Colloque de l Association de Comptabilité Nationale 2-4 juin 2010, Paris INTRODUCTION La question de la

Plus en détail

Analyse Financière. Tunis Re en Bourse. En toute Ré Assurance. Souscrire à l OPF

Analyse Financière. Tunis Re en Bourse. En toute Ré Assurance. Souscrire à l OPF Analyse Financière Tunis Re en Bourse En toute Ré Assurance Souscrire à l OPF Mars 2010 2A n a l y s e F i n a n c i è r e I n t r o d u c t i o n e n b o u r s e : O f f r e à p r i x f e r m e Secteur

Plus en détail

N o : D-1A Version initiale : décembre 1997 Révision : juillet 2010

N o : D-1A Version initiale : décembre 1997 Révision : juillet 2010 Ligne directrice Objet : (entreprises d assurance-vie) Catégorie : Comptabilité N o : D-1A Version initiale : décembre 1997 Révision : juillet 2010 Introduction La présente ligne directrice énonce les

Plus en détail

Solvabilité II Les impacts sur la tarification et l offre produit

Solvabilité II Les impacts sur la tarification et l offre produit Solvabilité II Les impacts sur la tarification et l offre produit Colloque du CNAM 6 octobre 2011 Intervenants OPTIMIND Gildas Robert actuaire ERM, senior manager AGENDA Introduction Partie 1 Mesures de

Plus en détail

Si l on peut faire remonter les premiers concepts d assurance,

Si l on peut faire remonter les premiers concepts d assurance, LE RÔLE DE L ACTUAIRE DANS LE MONDE JEAN BERTHON * Si l on peut faire remonter les premiers concepts d assurance, au Code d Hammourabi et aux textes hébraïques, les premiers travaux actuariels «publiés»,

Plus en détail

Reporting & Disclosure - Solvabilité II Mise en perspective en Belgique et en France Le «pilier 3» - Présentation

Reporting & Disclosure - Solvabilité II Mise en perspective en Belgique et en France Le «pilier 3» - Présentation Reporting & Disclosure - Solvabilité II Mise en perspective en Belgique et en France Le «pilier 3» - Présentation Dominik Smoniewski Jean-Baptiste Parmentier Sommaire 1. Les principes généraux du Pilier

Plus en détail

RAPPORT. Sur la situation financière des organismes complémentaires assurant une couverture santé

RAPPORT. Sur la situation financière des organismes complémentaires assurant une couverture santé MINISTÈRE DE L'ÉCONOMIE ET DES FINANCES MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L'EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL RAPPORT Sur la situation

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Forticiel Génération 2

Forticiel Génération 2 Forticiel Génération 2 Donnez de la couleur à votre retraite Contrat Retraite - Loi Madelin Vous exercez une profession libérale, êtes artisan, commerçant ou travailleur indépendant? Les prestations offertes

Plus en détail

LA GESTION ACTIF-PASSIF DANS UNE COMPAGNE D ASSURANCES. Mr HOCINE BELHIMER CADRE D ETUDES CAAT ASSURANCES

LA GESTION ACTIF-PASSIF DANS UNE COMPAGNE D ASSURANCES. Mr HOCINE BELHIMER CADRE D ETUDES CAAT ASSURANCES LA GESTION ACTIF-PASSIF DANS UNE COMPAGNE D ASSURANCES Mr HOCINE BELHIMER CADRE D ETUDES CAAT ASSURANCES Introduction Générale L'assurance est une activité financière spécifique, ce qui rend la politique

Plus en détail

INSTRUCTIONS RELATIVES

INSTRUCTIONS RELATIVES INSTRUCTIONS RELATIVES AUX TABLEAUX SUR LES SINISTRES ET INDICES DE PERTE Les Tableaux sur les sinistres et indices de perte sont exigés afin de pouvoir constituer une base de données et une présentation

Plus en détail

L'analyse de la structure financière

L'analyse de la structure financière 2 L'analyse de la structure financière Les différentes conceptions La structure financière d une entreprise dépend principalement des contraintes technico-économiques liées à la nature des activités développées

Plus en détail

L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux

L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux 2 3 SOMMAIRE 4 L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux 4 Une orientation résolument internationale 6 Une protection

Plus en détail

rv de septembre - 09/09/2008 - XC

rv de septembre - 09/09/2008 - XC rv de septembre - 09/09/2008 - XC Rendez-vous de septembre 9 septembre 2008 - Monte Carlo LE TRANSFERT DE RISQUES DANS SOLVABILITÉ II Xavier Cognat Fédération Française des Sociétés d Assurances rv de

Plus en détail

Annexes Solvabilité 2 Compte rendu 2011 Réassureurs et captives de réassurances

Annexes Solvabilité 2 Compte rendu 2011 Réassureurs et captives de réassurances Annexes Solvabilité 2 Compte rendu 2011 Réassureurs et captives de réassurances Luxembourg - 3 juin 2013 Marc Comes / Valérie Scheepers 1 Introduction Bilan sous Solvabilité 2 BSCR Annexes 2012 les nouveautés

Plus en détail

FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D'ASSURANCES

FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D'ASSURANCES FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D'ASSURANCES 26, boulevard Haussmann 75311 Paris Cedex 09 Téléphone : 01 42 47 90 00 - Télécopie : 01 42 47 93 11 - Internet : http://www.ffsa.fr 12 juillet 2007 Observations

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

Pierre LAVERSANNE, Actuaire conseil

Pierre LAVERSANNE, Actuaire conseil Pierre LAVERSANNE, Actuaire conseil 1 Adaptation de l Assurance-vie aux modifications des différents codes 2 Code civil Théorie des comourants : 1804, «l homme est présumé avoir survécu» Loi du 3/12/2001,

Plus en détail

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1 LES SIIC et la retraite Étude réalisée par Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF Les SIIC et la retraite 1 23 juin 2014 2 Les SIIC et la retraite La retraite est, avec l emploi et

Plus en détail

SECTION IV. Facility, FA, FARSP et le P.R.R. sont des organismes distincts aux fonctions semblables.

SECTION IV. Facility, FA, FARSP et le P.R.R. sont des organismes distincts aux fonctions semblables. SECTION IV Les établissements «Facility», «Facility Association» («FA»), «FA Risk Sharing Pool» («FARSP») et le «Plan de répartition des risques établi par le Groupement des assureurs automobiles» (le

Plus en détail

Solvabilité II : Vers une approche globale et cohérente de la solvabilité

Solvabilité II : Vers une approche globale et cohérente de la solvabilité FINANCIAL SERVICES Solvabilité II : Vers une approche globale et cohérente de la solvabilité Des principes à la mise en oeuvre KPMG AUDIT SOMMAIRE Contexte et enjeux du projet Solvabilité II Les objectifs

Plus en détail

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective.

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. 2012 Votre assureur suisse. 1/12 Compte d exploitation Assurance vie collective 2012 2012: des résultats positifs et encore plus de transparence. Chère

Plus en détail

Les régimes de retraite de la branche 26

Les régimes de retraite de la branche 26 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 juin 2010-9 h 30 «L épargne retraite individuelle et collective» Document N 3 Document de travail, n engage pas le Conseil Les régimes de retraite

Plus en détail

En 2013, 605 organismes pratiquent

En 2013, 605 organismes pratiquent j u i n Le marché de l assurance complémentaire santé : des excédents dégagés en 2013 En 2013, 33 milliards d euros de cotisations ont été collectés sur le marché de l assurance complémentaire santé en

Plus en détail

«La crise : banques, entreprises et gestion des risques»

«La crise : banques, entreprises et gestion des risques» Isabelle CADORET Doyen de la Faculté des Sciences Economiques Alain PINEAU Directeur Régional dans le cadre du Cycle de Conférences Banque de France - Master Banque Finance, ont le plaisir de vous inviter

Plus en détail

SECTION IV. Facility, FA, FARSP et le P.R.R. sont des organismes distincts aux fonctions semblables.

SECTION IV. Facility, FA, FARSP et le P.R.R. sont des organismes distincts aux fonctions semblables. SECTION IV Les établissements «Facility», «Facility Association» («FA»), «FA Risk Sharing Pool» («FARSP») et le «Plan de répartition des risques établi par le Groupement des assureurs automobiles» (le

Plus en détail

Marges pour écarts défavorables en assurances IARD

Marges pour écarts défavorables en assurances IARD Note éducative Marges pour écarts défavorables en assurances IARD Commission des rapports financiers des compagnies d assurances IARD Décembre 2009 Document 209138 This document is available in English

Plus en détail

Contents. 1 Introduction Objectifs des systèmes bonus-malus Système bonus-malus à classes Système bonus-malus : Principes

Contents. 1 Introduction Objectifs des systèmes bonus-malus Système bonus-malus à classes Système bonus-malus : Principes Université Claude Bernard Lyon 1 Institut de Science Financière et d Assurances Système Bonus-Malus Introduction & Applications SCILAB Julien Tomas Institut de Science Financière et d Assurances Laboratoire

Plus en détail

Secure Advantage Revenus Garantis

Secure Advantage Revenus Garantis GUIDE QUESTIONS / REPONSES DOCUMENT NON CONTRACTUEL RÉSERVÉ À L USAGE EXCLUSIF DES CONSEILLERS FINANCIERS Avril 2015 Secure Advantage Revenus Garantis Pour envisager l avenir en toute sérénité, assurez-vous

Plus en détail

Enjeux et modernisation de la réglementation prudentielle applicable aux sociétés d assurance : vers Solvabilité II

Enjeux et modernisation de la réglementation prudentielle applicable aux sociétés d assurance : vers Solvabilité II Université Paris II Panthéon Assas Magistère de Juriste d Affaires-DJCE Master II Droit des Affaires 2009-2010 Enjeux et modernisation de la réglementation prudentielle applicable aux sociétés d assurance

Plus en détail

Journées d études IARD de l Institut des Actuaires Risques de souscription / provisionnement

Journées d études IARD de l Institut des Actuaires Risques de souscription / provisionnement www.pwc.com Journées d études IARD de l Institut des Actuaires Risques de souscription / provisionnement Reims 31 mars 2011 Agenda Section Description 1 Une compagnie d assurance peut-elle faire faillite?

Plus en détail

L impact des normes IFRS sur la performance et le risque des compagnies d assurance

L impact des normes IFRS sur la performance et le risque des compagnies d assurance L impact des normes IFRS sur la performance et le risque des compagnies d assurance Jean-Michel Sahut, Mohamed Naceur Souissi To cite this version: Jean-Michel Sahut, Mohamed Naceur Souissi. L impact des

Plus en détail

L AUDIT INTERNE DES COMPAGNIES D ASSURANCES. TRANSVERS CONSULTING L'audit des compagnies d'assurances 2005 1

L AUDIT INTERNE DES COMPAGNIES D ASSURANCES. TRANSVERS CONSULTING L'audit des compagnies d'assurances 2005 1 L AUDIT INTERNE DES COMPAGNIES D ASSURANCES 2005 1 Séminaire - Atelier L audit interne dans l assurance 1 ère communication : Généralités sur l audit interne 2 ème communication : L audit interne des compagnies

Plus en détail

MARKT/2508/02 FR Orig. EN REGIME DE SURVEILLANCE DES ENTREPRISES DE REASSURANCE A INSTAURER PAR PROCEDURE ACCELEREE

MARKT/2508/02 FR Orig. EN REGIME DE SURVEILLANCE DES ENTREPRISES DE REASSURANCE A INSTAURER PAR PROCEDURE ACCELEREE MARKT/2508/02 FR Orig. EN REGIME DE SURVEILLANCE DES ENTREPRISES DE REASSURANCE A INSTAURER PAR PROCEDURE ACCELEREE Le projet sur la surveillance de la réassurance en est maintenant à un stade où certains

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

ANALYSE DE RISQUES POUR ÉTABLESSIMENTS D ASSURANCES ANÁLISIS DE RIESGOS PARA ENTIDADES ASEGURADORAS

ANALYSE DE RISQUES POUR ÉTABLESSIMENTS D ASSURANCES ANÁLISIS DE RIESGOS PARA ENTIDADES ASEGURADORAS ANALYSE DE RISQUES POUR ÉTABLESSIMENTS D ASSURANCES ANÁLISIS DE RIESGOS PARA ENTIDADES ASEGURADORAS INDEX PRÉSENTATION 1. ACTIVITÉES 2. VALEURS 3. STRUCTURE D ENTREPRISE 4. CONTEXTE DE MARCHÉ 5. PROFILS

Plus en détail

Arthur Charpentier. Université Rennes I et École polytechnique. Laurent Devineau. Milliman. Jean-Marie Nessi. Institut des actuaires

Arthur Charpentier. Université Rennes I et École polytechnique. Laurent Devineau. Milliman. Jean-Marie Nessi. Institut des actuaires MESURER LE RISQUE LORS DU CALCUL DES PROVISIONS POUR SINISTRES À PAYER Arthur Charpentier Université Rennes I et École polytechnique Laurent Devineau Milliman Jean-Marie Nessi Institut des actuaires P

Plus en détail

n 20 octobre 2013 La situation des mutuelles du code de la mutualité en 2012 n 23 novembre 2013 1

n 20 octobre 2013 La situation des mutuelles du code de la mutualité en 2012 n 23 novembre 2013 1 n 20 octobre 2013 La situation des mutuelles du code de la mutualité en 2012 n 23 novembre 2013 1 Sommaire 1. INTRODUCTION 5 1.1 Les mutuelles du code de la mutualité, des acteurs importants du secteur

Plus en détail

Rapport sur la situation financière des institutions de prévoyance et des assureurs vie

Rapport sur la situation financière des institutions de prévoyance et des assureurs vie Rapport sur la situation financière des institutions de prévoyance et des assureurs vie Annexe 4 Enquête auprès des sociétés suisses d assurance sur la vie concernant l assurance collective dans la prévoyance

Plus en détail

N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010

N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010 Ligne directrice Objet : (entreprises d assurances multirisques) Catégorie : Comptabilité N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010 Introduction La présente ligne directrice

Plus en détail

Chiffres-clés 2008. a s s u r a n c e s pour et par le secteur des soins de santé 30.000 25.000 20.000 15.000 10.000 5.000 2008 24.407 2006 19.

Chiffres-clés 2008. a s s u r a n c e s pour et par le secteur des soins de santé 30.000 25.000 20.000 15.000 10.000 5.000 2008 24.407 2006 19. Chiffres-clés 2008 Evolution membres-assures (societaires) 30.000 25.000 20.000 15.000 10.000 5.000 0 2002 11.873 2003 13.309 2004 14.030 2005 15.712 2006 19.727 2007 21.486 2008 24.407 2009 26.979 DEPUIS

Plus en détail

SOMMAIRE. Le mot du président page 5. Le conseil d administration page 6. Le rapport d activité page 6-8. Chiffres clés page 9

SOMMAIRE. Le mot du président page 5. Le conseil d administration page 6. Le rapport d activité page 6-8. Chiffres clés page 9 RAPPORT ANNUEL SOMMAIRE Le mot du président page 5 Le conseil d administration page 6 Le rapport d activité page 6-8 Chiffres clés page 9 Comptes annuels page 10-11 Bilan actif/passif page 12-13 3 LA DIRECTION

Plus en détail

Autorité de contrôle des assurances et des mutuelles

Autorité de contrôle des assurances et des mutuelles Autorité de contrôle des assurances et des mutuelles Analyse et Synthèse Le marché français de l assurance en 2006 SOMMAIRE 1-Les évolutions majeures de l assurance en 2006 4 1-1 Le contexte mondial 1-2

Plus en détail

Contribution sur le thème relatif au point de vue et au rôle des actuaires vis-à-vis des nouvelles normes comptables

Contribution sur le thème relatif au point de vue et au rôle des actuaires vis-à-vis des nouvelles normes comptables Valorisation du risque IARD et nouvelles normes comptables Mathieu Gatumel et Guillaume Gorge Axa Group Risk Management 9 avenue de Messine 75008 Paris Tel. : +33 1 56 43 78 27 Fax : +33 1 56 43 78 70

Plus en détail

La réglementation de l assurance vie au Grand-Duché de Luxembourg

La réglementation de l assurance vie au Grand-Duché de Luxembourg La réglementation de l assurance vie au Grand-Duché de EFE Rendez-vous annuel de l assurance vie - Hôtel Westminster 13/12/2012 Marc Gouden & Pierre MOREAU Partners Avocats aux Barreaux de et de Quelques

Plus en détail

Quel partage de risques entre l assureur et l assuré?

Quel partage de risques entre l assureur et l assuré? Atelier 4 Quel partage de risques entre l assureur et l assuré? Président : Pierre de VILLENEUVE, directeur général de Cardif SA Intervenants : Gérald HARLIN, directeur des investissements d Axa France

Plus en détail

Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux

Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux Risque et assurance : quelques éléments théoriques Ecole des Ponts - Le 6 Avril 01 Jacques Pelletan 1 Théorie du risque et pérennité de l

Plus en détail

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Présentation dans le cadre de l événement «Journée carrière PRMIA» 17 mars 2015 Mathieu Derome, M.Sc. Directeur Principal

Plus en détail

LES ÉTUDES DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL

LES ÉTUDES DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL LES ÉTUDES DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL Les conséquences de Solvabilité II sur le financement des entreprises Anne Guillaumat de Blignieres Jean-Pierre Milanesi février 2014 Les éditions

Plus en détail