Solvabilité II Les impacts sur la tarification et l offre produit

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Solvabilité II Les impacts sur la tarification et l offre produit"

Transcription

1 Solvabilité II Les impacts sur la tarification et l offre produit Colloque du CNAM 6 octobre 2011 Intervenants OPTIMIND Gildas Robert actuaire ERM, senior manager

2 AGENDA Introduction Partie 1 Mesures de rentabilité et méthodes de tarification 1. Régime prudentiel, rentabilité et tarification 2. Méthodes de tarification Partie 2 Application à des produits d assurance vie Conclusion Questions / réponses 1. Le capital réglementaire des produits euro, UC et euro-diversifié 2. Conséquences sur la rentabilité et la tarification Solvabilité II Les impacts sur la tarification 6 octobre / 32

3 Introduction Contexte et Enjeux A l approche de l entrée en vigueur de la réforme Solvabilité II Le marché est plus que jamais mobilisé dans la mise en œuvre du dispositif Solvabilité II Fortement sollicitées, les ressources expertes n ont que rarement l occasion de se consacrer à l après Solvabilité II Adaptation de la politique commerciale, de la stratégie d allocation et du programme de réassurance Principaux impacts de la réforme La mise en place de Solvabilité II soulève deux problématiques Le niveau des capitaux réglementaires La volatilité des capitaux réglementaires Impact sur la rentabilité des produits d assurance Le poids de cette nouvelle norme sur les fonds propres des assureurs est à craindre et pourrait impacter lourdement le secteur Le marché attend notamment un abaissement significatif de la rentabilité de l activité d épargne Solvabilité II sera-t-elle l occasion d une transformation profonde du marché de l assurance tel que nous le connaissons? Solvabilité II Les impacts sur la tarification 6 octobre / 32

4 PARTIE 1 Introduction Partie 1 - Mesures de rentabilité et méthodes de tarification 1. Régime prudentiel, rentabilité et tarification 2. Méthodes de tarification Partie 2 Application à des produits d assurance vie Conclusion Questions / réponses 1. Le capital réglementaire des produits euro, UC et euro-diversifié 2. Conséquences sur la rentabilité et la tarification Solvabilité II Les impacts sur la tarification 6 octobre / 32

5 Partie 1 Mesures de rentabilité et méthodes de tarification Régime prudentiel, rentabilité et tarification Etude de la rentabilité Définition générale rentabilit é comptable Résultat Capitaux investis rentabilit é financière Résultat net Capitaux propres Transposition en assurance vie Le bilan et le compte de résultat ne reflètent que partiellement l enrichissement de la compagnie Nécessité d adopter une approche sur plusieurs exercices en tenant compte, sous certaines conditions, des résultats futurs sur les affaires déjà conclues L étude de la rentabilité et la tarification des produits nécessite alors la projection du bilan et du compte de résultat sur la base d hypothèses réalistes Hypothèses «market consistent» Approche similaire aux modélisations prospectives pratiquées dans des objectifs de valorisation : Best Estimate de Solvabilité II, Embedded Value Solvabilité II Les impacts sur la tarification 6 octobre / 32

6 Partie 1 Mesures de rentabilité et méthodes de tarification Régime prudentiel, rentabilité et tarification Etude de tarification La tarification d un produit prend en compte plusieurs éléments Tarification du coût du risque, en étudiant le coût des garanties proposées : élément clé de la profession d actuaire, avec calcul de la prime pure du contrat Tarification majorée des frais de souscription et de gestion, en déterminant le niveau de chargement qui permet de couvrir les coûts attendus Tarification du coût d immobilisation de fonds propres, en vérifiant la profitabilité du produit pour l actionnaire Intégration d une marge additionnelle (positive ou négative) que l assureur souhaite prendre en fonction de ses objectifs commerciaux L ensemble de la structure de frais du produit doit prendre en compte tous ces éléments, de manière prospective sur toute la vie du contrat Solvabilité II Les impacts sur la tarification 6 octobre / 32

7 Partie 1 Mesures de rentabilité et méthodes de tarification Régime prudentiel, rentabilité et tarification : projection des SCR futurs (1/2) Pour mesurer le coût pour l assureur de l immobilisation de ses fonds propres Nécessité de calculer le capital réglementaire pour chaque année future sur toute la durée des engagements Sous Solvabilité I, l Exigence de Marge de Solvabilité peut être facilement anticipée en fonction de l évolution des passifs Sous Solvabilité II, les assureurs sont confrontés à deux difficultés Le calcul du SCR est très largement complexifié Un nouveau paramètre déterminant est à considérer : la volatilité du capital réglementaire Sous Solvabilité II, cette volatilité constitue un risque important pour l assureur Nécessité d en mesurer les impacts sur l activité de l assureur Le calcul du niveau de capital réglementaire à chaque nœud de simulation est confronté à une contrainte technique incontournable Nécessité d avoir recours à des méthodes d approximation pour évaluer les SCR futurs Méthode basée sur un ratio SCR / PM constant Calcul simple mais pas de prise en compte de la volatilité du SCR Méthode s appuyant sur des abaques Intégration de la volatilité du SCR Amélioration de la pertinence des résultats Solvabilité II Les impacts sur la tarification 6 octobre / 32

8 Partie 1 Mesures de rentabilité et méthodes de tarification Régime prudentiel, rentabilité et tarification : projection des SCR futurs (2/2) Méthode basée sur un ratio SCR / PM constant Calculer à t=0 le SCR central Le ratio SCR /PM sera conservé à toute date et dans toutes les trajectoires La projection des SCR futurs est alors obtenue directement à partir de l écoulement des PM Cette simplification, très forte, consistant à ne pas prendre en compte le perfectionnement introduit par Solvabilité II, néglige les effets de la volatilité du capital réglementaire Méthode s appuyant sur des abaques Etudier les facteurs de volatilité du SCR La qualité de l adossement actif / passif pour couvrir la sensibilité de l entité au risque de taux L exposition au risque de taux et le rendement moyen du portefeuille obligataire par rapport au taux sans risque du marché L exposition au risque action et le montant des plus ou moins values latentes initiales La qualité en termes de rating des titres obligataires du portefeuille d actifs Traduire l impact de ces facteurs de volatilité sur le ratio SCR / PM en abaques Estimation des SCR futurs à chaque nœud à partir de ces abaques Intégration de la volatilité du SCR de façon approchée. Plus le nombre de facteurs de volatilité considérés sera important, et mieux la volatilité du SCR sera prise en compte Solvabilité II Les impacts sur la tarification 6 octobre / 32

9 Partie 1 Mesures de rentabilité et méthodes de tarification Méthodes de tarification Mise en place des méthodes de tarification Inclure les nouveautés introduite par le changement de référentiel Les méthodes déterministes historiquement utilisées sous Solvabilité I ne sont plus nécessairement pertinentes sous Solvabilité II Méthode stochastique pour intégrer la volatilité du SCR Dans un objectif de comparaison, les deux types d approche seront étudiées Méthodes Déterministes Méthode du TRI - Taux de Rendement Interne Méthode VPNCC - Valeur du Portefeuille Nette du Coût du Capital Méthode Stochastique Méthode VPNCC - Valeur du Portefeuille Nette du Coût du Capital Basée sur un ratio SCR / PM constant S appuyant sur des abaques Implémentation de la méthode du TRI dans les simulations stochastiques Étude de la distribution des TRI Solvabilité II Les impacts sur la tarification 6 octobre / 32

10 Partie 1 Mesures de rentabilité et méthodes de tarification Méthodes de tarification : Méthode du TRI Principe de la méthode Le TRI est le taux d actualisation permettant d annuler la valeur actuelle probable des flux financiers entre les actionnaires et la compagnie La rémunération attendue par l actionnaire sur la durée de l investissement Le coût du capital immobilisé Une valeur de rentabilité cible à atteindre pour ensuite pouvoir déterminer la tarification des produits T t 1 Flux Actionnaire( t) t ( 1 TRI) Capital Investi 0 0 (le flux actionnaire correspond au résultat de l activité associé à la variation de capital réglementaire) La méthode consiste à déterminer les taux de prélèvement permettant au moins de couvrir la rémunération des actionnaires, sur toute la période de leur investissement Une application consiste à déterminer de manière itérative le niveau de chargement permettant d atteindre un TRI cible, par exemple de l ordre de 15 % Solvabilité II Les impacts sur la tarification 6 octobre / 32

11 Partie 1 Mesures de rentabilité et méthodes de tarification Méthodes de tarification : méthode VPNCC Méthode VPNCC - Valeur du Portefeuille Nette du Coût du Capital Le contrat est profitable si la valeur de portefeuille nette du coût du capital est positive L objectif de la méthode est de déterminer le taux de chargement annulant la valeur du portefeuille nette du coût du capital : Valeur du portefeuille Coût du capital 0 La méthode permet donc de déterminer le niveau de prélèvement permettant au moins de couvrir le coût du capital à immobiliser sur toute la durée des engagements de l assureur Méthode applicable en univers déterministe et stochastique En stochastique, étude de la variable aléatoire Valeur du Portefeuille Nette du Coût du Capital Capital Solvabilité I : EMS Capital Solvabilité II : SCR Dichotomie sur le niveau de prélèvement pour trouver celui qui annule cette différence en moyenne sur toutes les simulations Solvabilité II Les impacts sur la tarification 6 octobre / 32

12 Partie 1 Mesures de rentabilité et méthodes de tarification Méthodes de tarification Avantages / Inconvénients des méthodes Méthode déterministe Méthode stochastique avec ratio constant Méthode stochastique avec abaques Avantages Modèle simple Analogue Solvabilité I et Solvabilité II Modèle simple Analogue Solvabilité I et Solvabilité II Intégration du coût des options Intégration du coût des options Prise en compte de la volatilité du SCR Inconvénients Pas de prise en compte du coût des options ni de la volatilité du SCR Pas de prise en compte de la volatilité du SCR Modèle complexe à mettre en œuvre Nombre de simulations très grand Solvabilité II Les impacts sur la tarification 6 octobre / 32

13 PARTIE 2 Introduction Partie 1 - Mesures de rentabilité et méthodes de tarification 1. Régime prudentiel, rentabilité et tarification 2. Méthodes de tarification Partie 2 Application à des produits d assurance vie Conclusion Questions / réponses 1. Le capital réglementaire des produits euro, UC et euro-diversifié 2. Conséquences sur la rentabilité et la tarification Solvabilité II Les impacts sur la tarification 6 octobre / 32

14 Partie 2 Application à des produits d assurance vie Le capital réglementaire des produits euro, UC et euro-diversifié Contrat mono-support Euro (1/2) Solvabilité I Actif 111 PM 100 PPE 5 EMS 4 Ratio de Solvabilité 150% Hypothèses utilisées Produit fonds en euro standard Allocation 90% obligations (Etat et Corporate) et 10% actions 10% de PVL initiales TMG 2,22% net (60% du TME) Taux de couverture initiale de 150% Solvabilité II Actif 112 BE 99 MR 1 SCR 5,7 Analyse Ratio de Solvabilité 106% Situation sous Solvabilité I EMS fixée à 4% des PM Résultats sous Solvabilité II Un SCR en hausse de 44%, soit un ratio SCR / PM égale à 5,7% Une baisse du ratio de couverture de -30% Une garantie en capital coûteuse en fonds propres avec une composante risque de marché dominante Peu de levier pour optimiser les fonds propres sans dénaturer l intérêt du produit pour les assurés Solvabilité II Les impacts sur la tarification 6 octobre / 32

15 Partie 2 Application à des produits d assurance vie Le capital réglementaire des produits euro, UC et euro-diversifié Contrat mono-support Euro (2/2) Etude sensibilité du SCR à la stratégie de l assureur Sensibilité à la part en actions dans le portefeuille Ratio SCR / PM de 4,8% pour 0% d actions Ratio SCR / PM de 7,1% pour 20% d actions Sensibilité au TMG Ratio SCR / PM de 4,5% pour un TMG à 0% Solvabilité II Les impacts sur la tarification 6 octobre / 32

16 Partie 2 Application à des produits d assurance vie Le capital réglementaire des produits euro, UC et euro-diversifié Contrat mono-support UC Solvabilité I Actif 102 PM 100 EMS 1 Ratio de Solvabilité 150% Hypothèses utilisées Produit fonds en UC standard, sans couverture financière supplémentaire pour l assuré Allocation 100% dans une OPCVM Taux de couverture initiale de 150% Analyse Solvabilité II Actif 102 BE + MR 95 SCR 3,1 Ratio de Solvabilité 50% Risque d investissement supporté par l assuré Situation sous Solvabilité I EMS fixée à 1% des PM Résultats sous Solvabilité II Un SCR en hausse de 210%, soit un ratio SCR / PM égale à 3,1% Une baisse du ratio de couverture de -67% L assureur supporte principalement un risque lié aux frais : au titre d une évolution potentiellement défavorable de ces frais, mais également en cas de diminution des chargements perçus (baisse des marchés actions par exemple) comparativement aux frais Solvabilité II Les impacts sur la tarification 6 octobre / 32

17 Partie 2 Application à des produits d assurance vie Le capital réglementaire des produits euro, UC et euro-diversifié Contrat Euro-Diversifié Solvabilité I Actif 103 PM 40 PTD 60 EMS 2 Solvabilité II Actif 103 BE + MR 100 SCR 1,6 Ratio de Solvabilité 150% Ratio de Solvabilité 200% Hypothèses utilisées Produit fonds diversifié standard, avec garantie 100% de la prime nette dans 25 ans Allocation correspondante à l engagement Taux de couverture initiale de 150% Situation sous Solvabilité I EMS fixée à 4% de la PM et 1% de la PTD Résultats sous Solvabilité II Un SCR en baisse de 25% Une hausse du ratio de couverture de 33% Analyse Une garantie au terme peu coûteuse en capital réglementaire Un transfert de la volatilité des marchés financiers aux assurés et une amélioration des rendements espérés du produit pour les assurés Solvabilité II Les impacts sur la tarification 6 octobre / 32

18 Partie 2 Application à des produits d assurance vie Conséquences sur la rentabilité et la tarification : Produit Euro Méthode du TRI 40% 35% 30% Calcul du TRI en fonction du taux de chargement et du niveau du capital pour l Euro TRI 25% 20% 15% 10% TRI S1 TRI S2 Objectif 5% 0% 0,20% 0,40% 0,60% 0,80% 1,00% 1,20% 1,40% 1,60% 1,80% 2,00% 2,20% 2,40% 2,60% Taux de chargement Pour un niveau de rentabilité cible proche de 15% (TRI objectif), le taux de chargement à prélever varie de 0,80% à 0,90% sous Solvabilité I de 1,10% à 1,20% sous Solvabilité II Hausse de l ordre de 0,20% à 0,30% entre Solvabilité I et Solvabilité II Solvabilité II Les impacts sur la tarification 6 octobre / 32

19 Partie 2 Application à des produits d assurance vie Conséquences sur la rentabilité et la tarification : Produit Euro méthode VPNCC Méthode VPNCC en considérant les deux approches pour projeter les SCR futurs méthode VPNCC basée sur un ratio SCR/PM constant méthode VPNCC avec abaques Méthode basée sur un ratio SCR / PM constant (1/2) Nous conservons le ratio SCR/ PM central calculée en date t=0 à toute date dans toutes les trajectoires (1000) : SCR(t) 5,7% PM(t) Après dichotomie sur le niveau de prélèvement, et au bout de 1000 simulations, le niveau de taux de prélèvement annulant la valeur du portefeuille nette du coût du capital en moyenne est : 0,88% avec un coût du capital Solvabilité I 1,18% avec un coût du capital Solvabilité II En déterministe, soit un unique scénario central basé sur un rendement moyen, nous obtenons les taux de chargement suivant : 0,68% avec un coût du capital Solvabilité I 0,96% avec un coût du capital Solvabilité II Solvabilité II Les impacts sur la tarification 6 octobre / 32

20 Partie 2 Application à des produits d assurance vie Conséquences sur la rentabilité et la tarification : Produit Euro méthode VPNCC Méthode basée sur le ratio SCR / PM constant (2/2) L écart entre les deux résultats est lié au coût des options et garanties financières qui ne peuvent pas être capturées sans une valorisation prospective et stochastique des engagements de l assureur 1,4% 1,2% 1,0% 0,8% 0,6% 0,4% 0,2% 0,0% Evolution de la tarification avec la méthode VPNCC à ratio constant 0,20% 0,68% Solvabilité I 0,22% 0,96% Solvabilité II Options et garanties Déterministe Sensibilités aux caractéristiques du produit Pour un TMG à 0%, le taux de chargement obtenu par cette méthode est 0,75% sous Solvabilité I 0,85% sous Solvabilité II Pour une part action à 20% 0,90% sous Solvabilité I 1,32% sous Solvabilité II Solvabilité II Les impacts sur la tarification 6 octobre / 32

21 Partie 2 Application à des produits d assurance vie Conséquences sur la rentabilité et la tarification : Produit Euro méthode VPNCC Méthode s appuyant sur des abaques (1/3) Dans notre cas pratique, la situation économique initiale du portefeuille est la suivante : 10% de plus-values latentes sur les actions L écart entre le taux du marché et le taux du portefeuille obligataire est de -2% Ces deux éléments sont jugés de manière a priori comme influents sur le niveau du SCR Il est nécessaire de faire varier ces facteurs de volatilité pour déterminer les abaques La méthode se déroule en plusieurs étapes Déterminer la matrice des abaques en faisant varier : Le niveau de plus ou moins-values latentes actions (PMVL),etl écartentreletauxdumarchéetle taux moyen du portefeuille obligataire (ECART) Chaque point de la matrice nécessite le calcul du Best Estimate et du capital réglementaire Puis lancement des simulations pour la méthode VPNCC A chaque nœud (c est-à-dire à chaque année et pour chacune des simulations), le SCR retenu est fonction des valeurs atteintes par les facteurs économiques (PMVL, ECART) Interpolation dans la matrice initiale pour calculer le ratio SCR / PM à retenir : SCR(t,i) taux SCR(t,i) PM(t,i) Solvabilité II Les impacts sur la tarification 6 octobre / 32

22 Partie 2 Application à des produits d assurance vie Conséquences sur la rentabilité et la tarification : Produit Euro méthode VPNCC Méthode s appuyant sur des abaques (2/3) Abaque : Facteur correctif du ratio SCR / PM en fonction du niveau de plus ou moins values latentes (PMVL) actions et de l écart entre le taux du marché et le taux moyen du portefeuille obligataire (ECART) Le SCR augmentent fortement lorsque les taux du marché sont supérieurs au taux moyen du portefeuille obligataire (écart positif) et lorsque le portefeuille est en moins-value latente Solvabilité II Les impacts sur la tarification 6 octobre / 32

23 Partie 2 Application à des produits d assurance vie Conséquences sur la rentabilité et la tarification : Produit Euro méthode VPNCC Méthode s appuyant sur des abaques (3/3) Après itération sur le niveau de taux de chargement permettant d annuler la valeur du portefeuille nette du coût du capital Solvabilité II, nous obtenons : 1,43% sous Solvabilité II Rappelons que nous avions trouvé avec l approche ratio SCR / PM constant 0,88% sous Solvabilité I 1,18% sous Solvabilité II 1,6% Evolution de la tarification avec la méthode VPNCC avec abaques Cet écart mesure l impact de la volatilité du SCR 1,4% 1,2% 1,0% 0,25% volatilité du SCR 0,8% 0,6% 1,18% avec SCR figé 0,4% 0,88% 0,2% 0,0% Solvabilité I Solvabilité II Solvabilité II Les impacts sur la tarification 6 octobre / 32

24 Partie 2 Application à des produits d assurance vie Conséquences sur la rentabilité et la tarification : Produit Euro méthode VPNCC Récapitulatif des niveaux de taux de chargement obtenus suivant le référentiel Solvabilité I et Solvabilité II et la méthode de tarification Solvabilité II Les impacts sur la tarification 6 octobre / 32

25 Partie 2 Application à des produits d assurance vie Conséquences sur la rentabilité et la tarification : Produit UC Produit UC 90% 80% 70% Calcul du TRI en fonction du taux de chargement et du niveau du capital pour l UC TRI 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 0,20% 0,40% 0,60% 0,80% 1,00% 1,20% 1,40% 1,60% Taux de chargement TRI S1 TRI S2 Objectif Pour un niveau de rentabilité cible proche de 15% (TRI objectif), le taux de chargement à prélever varie de 0,45% à 0,50% sous Solvabilité I de 0,80 % à 0,90% sous Solvabilité II Hausse de l ordre de 0,30% à 0,40% entre Solvabilité I et Solvabilité II Solvabilité II Les impacts sur la tarification 6 octobre / 32

26 Partie 2 Application à des produits d assurance vie Conséquences sur la rentabilité et la tarification : Produit Euro Diversifié Produit Euro-Diversifié 70% 60% Calcul du TRI en fonction du taux de chargement et du niveau du capital pour l euro diversifié TRI 50% 40% 30% 20% TRI S1 TRI S2 Objectif 10% 0% 0,30% 0,50% 0,70% 0,90% 1,10% 1,30% 1,50% 1,70% 1,90% Taux de chargement Pour un niveau de rentabilité cible proche de 15% (TRI objectif), le taux de chargement à prélever varie de 0,80% à 0,85% sous Solvabilité I de 0,65 % à 0,70% sous Solvabilité II Baisse de l ordre de 0,10% à 0,20% entre Solvabilité I et Solvabilité II Solvabilité II Les impacts sur la tarification 6 octobre / 32

27 Conclusion Synthèse (1/2) Récapitulatif des résultats obtenus pour les produits entre les référentiels Solvabilité I et Solvabilité II Taux de chargement selon le référentiel Euro UC Euro-Diversifié Taux de chargement à l équilibre sous Solvabilité I 0,88 % 0,45 % 0,80 % Taux de chargement à l équilibre sous Solvabilité II 1,43 % 0,80 % 0,65 % Taux de chargement moyen du marché 0,60 % - 0,80 % 1,00 % 1,00 % Rentabilité des produits d épargne en Euro lourdement impactée Une évolution tarifaire inacceptable au regard des rendements actuels Un risque de retournement de la rentabilité très pénalisant Un impact également fort pour les produits UC, mais des niveaux de rentabilité qui restent confortables A l inverse, la rentabilité du produit Euro Diversifié s améliore sous Solvabilité II L attractivité du produit pourrait être renforcée à la fois pour les assureurs et pour les assurés Solvabilité II Les impacts sur la tarification 6 octobre / 32

28 Conclusion Synthèse (2/2) Quelles solutions s ouvrent aux assureurs aujourd hui? Ajuster le tarif et es garanties des produits pour conserver un même niveau de rentabilité sous Solvabilité I et Solvabilité II Réduction de l attractivité des contrats Evolution de l offre produit Renouveler en profondeur l offre produit en réorientant la collecte des assurés vers des produits plus adaptés à l environnement prudentiel Solvabilité II Solvabilité II oriente le marché vers une rationalisation des garanties, des tarifs et des niveaux de rentabilité attendus Allocation stratégique Réorienter l allocation vers des actifs moins risqués Envisager des couvertures financières plus importantes Solvabilité II Les impacts sur la tarification 6 octobre / 32

29 Conclusion Les impacts sur la tarification et l offre produit Questions / Réponses Solvabilité II Les impacts sur la tarification 6 octobre / 32

30 Partie Annexe 1 Optimind en résumé Une société de conseil experte et indépendante La société Interlocuteur de référence pour les assureurs, mutuelles, banques et grandes entreprises qui souhaitent un partenaire métier les accompagnant dans leurs projets. Actuariat conseil, Risk Management, Audit & contrôle interne, Projets & Maîtrise d ouvrage + de 80 collaborateurs dont plus d une quarantaine d actuaires diplômés membres de l Institut des Actuaires Ethique, déontologie, expertise, méthode, pragmatisme et investissement sont les valeurs clefs qui animent les soixante-dix consultants, actuaires et experts métiers d Optimind Les références client Plus de 90 % du marché de l assurance en volume de CA Quelques références Assurance 10,0 8,0 6,0 4,0 2,0 0, Chiffre d'affaire (M ) 8,6 7,2 4,3 5,9 1,5 3, * Effectif * *prévisions Solvabilité II Les impacts sur la tarification 6 octobre / 32

31 Annexe Les pôles de compétences OPTIMIND La mutualisation systématique des expertises et du retour d expérience Practice Optimind structurée autour des Pôles de Compétence Optimind, pour une couverture matricielle des besoins en expertise Expérience des produits et des systèmes d information en Epargne, Retraite, Prévoyance, Santé et IARD Aptitudes transverses à l exercice de nos métiers Solvabilité II, ERM, ORSA, Inventaire, Comptabilité sociale et IFRS, Modélisations prospectives sur les outils SAS, MoSes ou Prophet par exemple Epargne Retraite Prévoyance Santé IARD Solvabilité II Inventaire Normes IFRS Modélisation prospective Nos pôles de compétences Animés par un Practice Leader, porte parole de l expertise collective d Optimind sur le sujet Expertise métier Expertise outil / technique Formation continue, publication Veille réglementaire et juridique Composés chacun de 15 à 20 consultants de séniorités diverses Mise à jour bases de données de marché Solvabilité II Les impacts sur la tarification 6 octobre / 32

32 Annexe OPTIMIND et Solvabilité II Une méthodologie et un réel savoir faire Décision stratégique depuis 2006 d investir massivement dans la maîtrisedelaréforme-piliers1à3-et les compétences associées Optimind bénéficie de la spécificité de mêler la gestion quantitative et qualitative du risque avec des profils experts dans les domaines de l actuariat, de la finance et du risk-management Des investissements qui ont accompagné le très fort développement de nos missions opérationnelles sur Solvabilité II et les travaux de modélisation prospective menés chez de nombreux acteurs du marché Assistance à la réalisation des QIS : intervention sur les méthodologies, processus et données Participation aux projets de modélisation prospective et modèle interne Cadrage et déclinaison opérationnelle de l ORSA Accompagnement sur les travaux de contrôle interne Intervention sur les reportings cibles Solvabilité II : identification des besoins, industrialisation et sécurisation des processus Cadrage, pilotage et accompagnement de projets Solvabilité II Un positionnement de référence qui se traduit par une grande visibilité en termes de communication sur le marché Nombreuses publications : livre blanc, articles et tribunes dans la presse spécialisée, dossiers techniques Des formations sur Solvabilité II, la modélisation prospective et le risk-management pour les assureurs (Intra & Inter) Nombreux évènements sous forme de conférences, petit-déjeuner conférences ou matinées conférences Solvabilité II Les impacts sur la tarification 6 octobre / 32

Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2. Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model»

Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2. Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model» Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2 Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model» Luca De Dominicis formation Sepia 10 juin 2008 Sommaire 1.

Plus en détail

Les management actions dans le cadre de l ORSA

Les management actions dans le cadre de l ORSA Les management actions dans le cadre de l ORSA Atelier Congrès Institut des Actuaires 20 juin 2014 Intervenants Emmanuel Berthelé, Optimind Winter, Responsable Practice Gildas Robert, Optimind Winter,

Plus en détail

Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques

Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques Optimind Winter respecte les meilleurs standards européens sur l ensemble des expertises associées à la chaîne des risques des organismes assureurs,

Plus en détail

Impacts de Solvabilité II sur la communication financière. Intervention de Viviane Leflaive

Impacts de Solvabilité II sur la communication financière. Intervention de Viviane Leflaive Impacts de Solvabilité II sur la communication financière Intervention de Viviane Leflaive 1 L enjeu central d une communication multinormes Résultat et performance / Capital et valeur / Exposition aux

Plus en détail

Formation : Le contrat d épargne en fonds euros sous Solvabilité II

Formation : Le contrat d épargne en fonds euros sous Solvabilité II Formation : Le contrat d épargne en fonds euros sous Solvabilité II Le développement de l assurance vie résulte de circonstances exceptionnelles (fiscalité, baisse des taux d intérêt, contractualisation

Plus en détail

Gender Directive Impacts opérationnels pour les assureurs

Gender Directive Impacts opérationnels pour les assureurs Gender Directive Impacts opérationnels pour les assureurs Conférence ActuariaCnam Présentation 3 1 / 0 5 / 2 0 1 2 Julien Chartier, Actuaire Manager AGENDA Introduction Partie 1 - L arrêt «Test-Achats»

Plus en détail

Comment intégrer les modèles prospectifs dans le pilotage de l activité d assurance

Comment intégrer les modèles prospectifs dans le pilotage de l activité d assurance Comment intégrer les modèles prospectifs dans le pilotage de l activité d assurance 10 juillet 2012 Intervention à l Université d Eté de l Institut des Actuaires Gildas Robert Actuaire Senior Manager Frédérique

Plus en détail

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Solvabilité 2, une réforme en 3 piliers Les objectifs : Définir un cadre harmonisé imposant

Plus en détail

Solvabilité 2 Maquette simplifiée pour les mutuelles santé

Solvabilité 2 Maquette simplifiée pour les mutuelles santé Mutualité Française / SFG Solvabilité 2 Maquette simplifiée pour les mutuelles santé Présentation Institut des Actuaires Fabien RAVIARD Responsable Actuariat Service Fédéral de Garantie 1 Solvabilité 2

Plus en détail

Présentation du métier d actuaire vie

Présentation du métier d actuaire vie 06 Octobre 2010 Frédéric Daeffler 14/10/2010 Agenda Assurance vie : Produits concernés Actuaire produit : Tarification et conception d un produit Actuaire financier : Pilotage des résultats, Gestion actif-passif,

Plus en détail

Les orientations nationales complémentaires : valorisation des passifs

Les orientations nationales complémentaires : valorisation des passifs Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles Les orientations nationales complémentaires : valorisation des passifs Régis WEISSLINGER Séminaire SEPIA 10 juin 2008 Page n 1 Sommaire Introduction

Plus en détail

Embedded Value de SCOR VIE au 31 décembre 2004

Embedded Value de SCOR VIE au 31 décembre 2004 SCOR VIE Embedded Value de SCOR VIE au 31 décembre 2004 Présentation du Paris Avertissement Certaines informations contenues dans cette présentation pouvant être des informations de nature prospective

Plus en détail

Aprecialis Actuariat conseil

Aprecialis Actuariat conseil Actuariat conseil des prestations adaptées Les domaines Aprecialis intervient sur la totalité de la technique assurantielle, en individuel ou collectif : En assurances de personnes : assurance vie en uros

Plus en détail

EURO-CROISSANCE PRESENTATION CONGRES DES ACTUAIRES

EURO-CROISSANCE PRESENTATION CONGRES DES ACTUAIRES EURO-CROISSANCE PRESENTATION CONGRES DES ACTUAIRES OLIVIER LOZACH PREDICA ARNAUD COHEN FORSIDES ACTUARY 20 JUIN 2014 LE CONTEXTE + Les principales caractéristiques du marché français : + Un cadre fiscal

Plus en détail

Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne

Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne Congrès Institut des Actuaires 2013 Jean-Pierre DIAZ, BNP Paribas Cardif Emmanuelle LAFERRERE, BNP Paribas Cardif Gildas ROBERT, Optimind Winter

Plus en détail

Solvabilité II Les risques liés aux aléas de la vie humaine

Solvabilité II Les risques liés aux aléas de la vie humaine Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles Solvabilité II Les risques liés aux aléas de la vie humaine 20 ème rendez-vous Réavie Frédéric Heinrich Page n 1 S2 Quelles conséquences pour les statistiques

Plus en détail

Rentabilité des assurances des emprunteurs Impacts de la directive «Solvency 2» et des normes IFRS

Rentabilité des assurances des emprunteurs Impacts de la directive «Solvency 2» et des normes IFRS Rentabilité des assurances des emprunteurs Impacts de la directive «Solvency 2» et des normes IFRS Paris, vendredi 28 mai 2010 Cédric AKAKPO-MAXWELL cmaxwell@galea-associes.eu http://www.galea-associes.eu

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA GESTION D UNE COMPAGNIE D ASSURANCE VIE EN ZONE CIMA

OPTIMISATION DE LA GESTION D UNE COMPAGNIE D ASSURANCE VIE EN ZONE CIMA OPTIMISATION DE LA GESTION D UNE COMPAGNIE D ASSURANCE VIE EN ZONE CIMA OPTIMISATION DE LA GESTION D UNE COMPAGNIE D ASSURANCE VIE EN ZONE CIMA LES HOMMES LA GOUVERNANCE LES OUTILS GESTION L ALM PILOTAGE

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

Assurance Vie SENSIBILITE DES ENGAGEMENTS

Assurance Vie SENSIBILITE DES ENGAGEMENTS Journées d études 2011 Assurance Vie SENSIBILITE DES ENGAGEMENTS FRACTALES 0 Journées d études 2011 Sommaire Projet SIGMA 1 ère partie 1. Durée, duration, sensibilité 2. Sensibilité locale du BE Applications

Plus en détail

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret 1 Contenu 1. Gouvernance de la gestion de risques dans le Groupe AXA 2. AXA Canada - Structure organisationnelle de la gestion de risques

Plus en détail

La tarification vue par les commissaires aux comptes

La tarification vue par les commissaires aux comptes La tarification vue par les commissaires aux comptes Journées d études IARD - Institut des Actuaires Niort, 20 & 21 Mars 2014 Cédric FONTAN Groupe Y Audit Département Actuariat 1 Sommaire Les obligations

Plus en détail

Le métier d Actuaire Conseil

Le métier d Actuaire Conseil Le métier d Actuaire Conseil Gilles KANTER 6 octobre 2010 Sommaire 1. Mazars et la ligne de métier Actuariat 2. En quoi consiste le métier d actuaire conseil? 3. Quelques exemples de missions 2 1. Mazars

Plus en détail

FrontERM. Solution de Pilotage Global des Risques pour le secteur de l assurance Contexte : Solvabilité II

FrontERM. Solution de Pilotage Global des Risques pour le secteur de l assurance Contexte : Solvabilité II FrontERM Solution de Pilotage Global des Risques pour le secteur de l assurance Contexte : Solvabilité II efront - Présentation Nos valeurs CA en M SATISFACTION CLIENT 31% Croissance organique 37 48,0

Plus en détail

GESTION DES RISQUES D ENTREPRISE - Qualité des données, levier de pilotage stratégique -

GESTION DES RISQUES D ENTREPRISE - Qualité des données, levier de pilotage stratégique - GESTION DES RISQUES D ENTREPRISE - - Anani OLYMPIO Actuaire IA, Expert ERM & CERA Voahirana RANAIVOZANANY Actuaire IA, Expert ERM & CERA Etude présentée au colloque AFIR ERM Lyon juin 2013 1 PLAN I. Contexte

Plus en détail

Conférence XBRL France. Projet Reporting S2 Groupe CNP Assurances 3 Avril 2014. Olivier BOYER et Aurélia MULLER

Conférence XBRL France. Projet Reporting S2 Groupe CNP Assurances 3 Avril 2014. Olivier BOYER et Aurélia MULLER Conférence XBRL France Projet Reporting S2 Groupe CNP Assurances 3 Avril 2014 Olivier BOYER et Aurélia MULLER 1 2 1- Présentation du Groupe CNP Assurances Un métier, la protection des personnes Assureur

Plus en détail

Journées d études IARD

Journées d études IARD Journées d études IARD Gestion des risques liés à la refonte tarifaire d un portefeuille automobile Niort, le 20 mars 2014 Marie Foucher mfoucher@galea-associes.eu Pierre Thérond ptherond@galea-associes.eu

Plus en détail

Le risque opérationnel - Journées IARD de l'institut des Actuaires

Le risque opérationnel - Journées IARD de l'institut des Actuaires Le risque opérationnel - Journées IARD de l'institut des Actuaires 1 er a v r i l 2 0 1 1 Dan Chelly Directeur Métier "Risk management, Audit et Contrôle interne" SOMMAIRE Partie 1 Définition des risques

Plus en détail

Solvabilité 2 : le rôle de l actuaire

Solvabilité 2 : le rôle de l actuaire JJ Mois Année Solvabilité 2 : le rôle de l actuaire Journées Actuarielles de Strasbourg 6-7 octobre 2010 1 PLAN Solvabilité 2 : présentation de la réforme Le rôle de l actuaire dans Solvabilité 2 Que fait

Plus en détail

Les Variable Annuities sous la directive Solvabilité II

Les Variable Annuities sous la directive Solvabilité II Les Variable Annuities sous la directive Solvabilité II Mémoire présenté le vendredi 10 juin 2011 par Clément Schmitt clement.schmitt@fixage.com Introduction Solvabilité II impose des fonds propres réglementaires

Plus en détail

Exemple de mise en place d un processus ORSA Journées de l institut des Actuaires 21.09.2012

Exemple de mise en place d un processus ORSA Journées de l institut des Actuaires 21.09.2012 Exemple de mise en place d un processus ORSA Journées de l institut des Actuaires 21.09.2012 Principales propriétés de l ORSA Les grands principes Vision prospective L évaluation des risques dans l ORSA

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

L avenir des contrats en euros De l avenir incertain des contrats en euros à l opportunité de nouvelles solutions en Epargne Retraite

L avenir des contrats en euros De l avenir incertain des contrats en euros à l opportunité de nouvelles solutions en Epargne Retraite Enquête épargne 2011 Optimind/OpinionWay L avenir des contrats en euros De l avenir incertain des contrats en euros à l opportunité de nouvelles solutions en Epargne Retraite Edition 2011 Réalisée entre

Plus en détail

FIXAGE. Le risque de taux en assurance-vie : Modélisation stochastique et fair value

FIXAGE. Le risque de taux en assurance-vie : Modélisation stochastique et fair value FIXAGE Le risque de taux en assurance-vie : Modélisation stochastique et fair value Petit-déjeuner du 9 janvier 2003 animé par Michel PIERMAY et Arnaud COHEN FIXAGE 11, avenue Myron Herrick 75008 Paris

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Assurance Vie, Financement de l économie, Actuariat

Assurance Vie, Financement de l économie, Actuariat Assurance Vie, Financement de l économie, Actuariat Eric MANIABLE Actuaire Human-AS Cameroun 21/11/2013 www.human-as.com 1 Sommaire Les limites de l Assurance Vie Quels outils financiers? Quelles solutions?

Plus en détail

FANAF 2011 - DAKAR GESTION DES ACTIFS DE SOCIETES D ASSURANCE ET OPTIMISATION DE LEUR RENDEMENT. - Principe d allocation de Portefeuille

FANAF 2011 - DAKAR GESTION DES ACTIFS DE SOCIETES D ASSURANCE ET OPTIMISATION DE LEUR RENDEMENT. - Principe d allocation de Portefeuille FANAF 2011 - DAKAR GESTION DES ACTIFS DE SOCIETES D ASSURANCE ET OPTIMISATION DE LEUR RENDEMENT - Principe d allocation de Portefeuille - Innovation par les produits multi supports CISSE ABDOU CISCO CONSULTING

Plus en détail

Normes IFRS et Solvabilité 2

Normes IFRS et Solvabilité 2 Normes IFRS et Solvabilité 2 Norme IFRS 4 contrats d assurance Lyon, lundi 28 septembre 2009 Pierre Thérond http://www.pierretherond.fr Sommaire 1. Historique 2. Champ d application 3. Principales caractéristiques

Plus en détail

ÉPARGNE PAtRimoNiAlE ChIffRES CLÉS

ÉPARGNE PAtRimoNiAlE ChIffRES CLÉS ÉPARGNE patrimoniale chiffres clés 2012 LE GROUPE AG2R LA MONDIALE* Un groupe d assurance de protection sociale, paritaire et mutualiste Un assureur complet de la personne : Prévoyance, Santé, Épargne,

Plus en détail

RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 26 février 2014 RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une forte amélioration de son résultat

Plus en détail

GROUPAMA Présentation des résultats annuels 2013. Présentation presse 20 février 2014

GROUPAMA Présentation des résultats annuels 2013. Présentation presse 20 février 2014 1 GROUPAMA Présentation des résultats annuels 2013 Présentation presse 20 février 2014 Groupama en 2013 2 Efficacité opérationnelle et réduction des coûts Stratégie de performance vs. stratégie de taille

Plus en détail

LA GESTION INSTITUTIONNELLE SOUS MANDAT

LA GESTION INSTITUTIONNELLE SOUS MANDAT LA GESTION INSTITUTIONNELLE LA GESTION INSTITUTIONNELLE Face à la complexité de l environnement des marchés et aux exigences réglementaires sans cesse plus contraignantes, la gestion sous mandat offre

Plus en détail

Cabinet indépendant d Audit, d expertise et de conseil dédié aux...

Cabinet indépendant d Audit, d expertise et de conseil dédié aux... Cabinet indépendant d Audit, d expertise et de conseil dédié aux... Directions Financières dirigeants d entreprise fonds d investissement Avocats, mandataires & liquidateurs judiciaires Notre mission Répondre

Plus en détail

Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012

Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012 www.varm.fr Solvabilité 2 commentaires sur l ORSA Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012 Sommaire Introduction... 2 Principes pour une gestion intégrée des risques... 3 La mise en place de l ORSA... 5 Introduction

Plus en détail

LE RÉASSUREUR DES MUTUELLES

LE RÉASSUREUR DES MUTUELLES LE RÉASSUREUR DES MUTUELLES Mission : la des mutuelles MutRé a pour mission de conforter le développement des mutuelles et des acteurs de l économie sociale en leur proposant : des couvertures de réassurance

Plus en détail

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II?

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Journées IARD de l Institut des Actuaires Les nouveaux défis de l assurance IARD liés à Solvabilité II 11 avri l 2012 Gildas Robert,

Plus en détail

QU EST-CE-QUE LASER? POUR QUI?

QU EST-CE-QUE LASER? POUR QUI? QU EST-CE-QUE?, Logiciel Actuariel de Simulation et d Evaluation de Retraites, est un logiciel d évaluation des engagements au titre des Indemnités de Départ en Retraite, des Prestations d Ancienneté et

Plus en détail

Organisation de la gestion des risques - Solvabilité II et ORSA - Jean-François DECROOCQ

Organisation de la gestion des risques - Solvabilité II et ORSA - Jean-François DECROOCQ Organisation de la gestion des risques - Solvabilité II et ORSA - Jean-François DECROOCQ 1 LA GESTION DES RISQUES : La formalisation de règles de gestion et de techniques de mesure du risque 2 COSO un

Plus en détail

Solution logicielle pour le pilotage et l ERM. Journées d études IARD 26 mars 2010 2 mars 2010

Solution logicielle pour le pilotage et l ERM. Journées d études IARD 26 mars 2010 2 mars 2010 Présentation d ERMS Solution logicielle pour le pilotage et l ERM Journées d études IARD 26 mars 2010 2 mars 2010 Sommaire 1 Présentation d ACTUARIS 2 Les problématiques rencontrées 3 Présentation d ERMS

Plus en détail

interprofessionnelles avec et malgré Solvabilité 2?

interprofessionnelles avec et malgré Solvabilité 2? interprofessionnelles avec et malgré Solvabilité 2? Pierre AURELLY Anne- Charlotte BONGARD 4 octobre 2012 Sommaire 2 de ce mémoire est des institutions de prévoyance interprofessionnelles sous de la gouvernance

Plus en détail

1. Embedded Value (EV) au 31.12.2013

1. Embedded Value (EV) au 31.12.2013 1. Embedded Value (EV) au 31.12.2013 1.1 La notion d embedded value La présente communication porte sur l Embedded Value agrégée des deux sociétés Vie qui sont détenues à 100% par Foyer S.A., à savoir

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

QU EST-CE-QUE LASER? POUR QUI?

QU EST-CE-QUE LASER? POUR QUI? QU EST-CE-QUE?, Logiciel Actuariel de Simulation et d Evaluation de Retraites, est un logiciel d évaluation des engagements au titre des Indemnités de Départ en Retraite, des Prestations d Ancienneté et

Plus en détail

7e HEPTA CONSULT. Offre de services & équipe de consultants. 5, Z.A.I. de Bourmicht L 8070 BERTRANGE

7e HEPTA CONSULT. Offre de services & équipe de consultants. 5, Z.A.I. de Bourmicht L 8070 BERTRANGE Actuaires Conseils 5, Z.A.I. de Bourmicht L 8070 BERTRANGE Tél. : 263 179-1 http://www.heptaconsult.lu Fax. : 263 179-24 Offre de services & équipe de consultants Nos activités principales Conseils aux

Plus en détail

LEAN SIX SIGMA Au service de l excellence opérationnelle

LEAN SIX SIGMA Au service de l excellence opérationnelle LEAN SIX SIGMA Au service de l excellence opérationnelle enjeux Comment accroître la qualité de vos services tout en maîtrisant vos coûts? Equinox Consulting vous accompagne aussi bien dans la définition

Plus en détail

Divulgation des sources de bénéfices (sociétés d assurance-vie)

Divulgation des sources de bénéfices (sociétés d assurance-vie) Ligne directrice Objet : Catégorie : (sociétés d assurance-vie) Comptabilité N o : D-9 Version initiale : décembre 2004 Révision : juillet 2010 La présente ligne directrice s adresse aux sociétés d assurance-vie

Plus en détail

Les fondamentaux des Ressources Humaines

Les fondamentaux des Ressources Humaines Les fondamentaux des Ressources Humaines Référence GRH-01 JOUR 1 Les grands principes de la fonction RH Acquérir une vision globale de la gestion des ressources humaines dans l'entreprise. Maîtriser les

Plus en détail

ASSOCIATION INTERNATIONALE DES CONTRÔLEURS D ASSURANCE

ASSOCIATION INTERNATIONALE DES CONTRÔLEURS D ASSURANCE Norme nº 12 ASSOCIATION INTERNATIONALE DES CONTRÔLEURS D ASSURANCE NORME DE PUBLICATION D INFORMATIONS SUR LES RISQUES ET RESULTATS TECHNIQUES DES ASSUREURS VIE OCTOBRE 2006 La présente traduction a été

Plus en détail

Le partenaire des directions financières

Le partenaire des directions financières Le partenaire des directions financières IFRS due diligences transaction services direction financière fast close reporting controlling évaluation externalisation CSP business plan consolidation Notre

Plus en détail

Le mot du président. Actuaire Qualifié IA Président

Le mot du président. Actuaire Qualifié IA Président Le mot du président Depuis que j'ai créé Actélior en 1999, le cabinet reste attaché à sa valeur fondatrice : l'excellence, synonyme de satisfaction partagée. L'équipe est en effet très sensibilisée à fournir,

Plus en détail

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com.

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com. Solvency II Contexte et enjeux de la réforme Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com Juin 2006 Sommaire Introduction Tour d horizon de Solvency II La gestion des risques

Plus en détail

L ORSA comme outil de pilotage

L ORSA comme outil de pilotage L ORSA comme outil de pilotage Université d été de l IA 20 juillet 2011 Sommaire Rappel des grands principes de l ORSA L ORSA comme outil de pilotage mise en œuvre 2 La directive Solvabilité II La directive

Plus en détail

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 2007 10 89 0264 FICHE D IDENTITE DE LA QUALIFICATION VALIDEE TITRE DE LA QUALIFICATION : Coordonnateur (trice) du développement

Plus en détail

Les Systèmes d Information au service des Ressources Humaines

Les Systèmes d Information au service des Ressources Humaines Les Systèmes d Information au service des Ressources Humaines La DRH fait face à de nouveaux défis Quelle stratégie adopter pour que toutes les filiales acceptent de mettre en place un outil groupe? Comment

Plus en détail

JOURNÉE PORTES OUVERTES

JOURNÉE PORTES OUVERTES JOURNÉE PORTES OUVERTES Approfondir l utilisation d outils RH vers une gestion dynamique et prospective des RH 7 octobre 2014 Mission Conseils et Organisation RH Face aux contraintes d activités, l évolution

Plus en détail

Aon Benfield Conseil et courtage en réassurance. Nos compétences à votre service

Aon Benfield Conseil et courtage en réassurance. Nos compétences à votre service Aon Benfield Conseil et courtage en réassurance Nos compétences à votre service Quelles que soient votre taille et vos activités : un service optimal et de qualité Aon Benfield, leader mondial et N 1 en

Plus en détail

Module 1 : Les fondamentaux de l'assurance / Durée : 1,5 jour

Module 1 : Les fondamentaux de l'assurance / Durée : 1,5 jour Sommaire ASSURANCE... 1 Module 1 : Les fondamentaux de l'assurance / Durée : 1,5 jour... 1 Module 2 : L épargne / Durée : 1,5 jour... 2 Module 3 : La retraite / Durée : 1,5 jours... 5 Module 4 : Les contrats

Plus en détail

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement L es entreprises opèrent aujourd hui dans un environnement mondialisé et compétitif

Plus en détail

Demos Outsourcing Externalisation de la formation

Demos Outsourcing Externalisation de la formation Demos Outsourcing Externalisation de la formation 1 Présentation du Groupe Demos Quelques chiffres 36 ans d existence 78 millions d de CA consolidé en 2007 (20% à l étranger) 700 collaborateurs dans le

Plus en détail

Rencontres. L allocation d actif, la gestion actif / passif et l optimisation de la réassurance sous Solvabilité 2

Rencontres. L allocation d actif, la gestion actif / passif et l optimisation de la réassurance sous Solvabilité 2 Rencontres L allocation d actif, la gestion actif / passif et l optimisation de la réassurance sous Solvabilité 2 Vincent Régnier Directeur technique, financier et des risques MutRé 2015 Arnaud Chevalier

Plus en détail

Conférence Group S - 19/03/2014 Titel Subtitel + auteur L AUDIT SOCIAL, ou comment optimiser ses pratiques sociales 2 1 PROPOS INTRODUCTIFS DÉFINITIONS DE L AUDIT «Forme d observation qui tend à vérifier

Plus en détail

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé Plan de l intervention 1 2 3 Généralités sur le fonctionnement de l assurance

Plus en détail

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché INFO # 28 Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché CONTEXTE ACTUEL DE LA DÉLÉGATION DE GESTION Une accélération sensible des mutations autour de l activité de délégation

Plus en détail

La fonction Conformité dans l assurance

La fonction Conformité dans l assurance La fonction Conformité dans l assurance L approche par les risques L exemple de la lutte contre le blanchiment Présentation pour : Faculté d Orléans Intervenant(s) : Laurent GUEREL AG2R LA MONDIALE 1/19

Plus en détail

Club Etablissements Financiers & Assurances

Club Etablissements Financiers & Assurances Club Etablissements Financiers & Assurances Enquête sur le thème «PME banque : vers une recomposition de l équilibre relationnel liée aux évolutions réglementaires Bâle III» Présentation des résultats,

Plus en détail

IAFACTORY. sommaire MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS. étude marketing, expérience utilisateur, ergonomie étude de faisabilité. principes.

IAFACTORY. sommaire MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS. étude marketing, expérience utilisateur, ergonomie étude de faisabilité. principes. sommaire principes p objectifs méthode prestation, livrable, tarif aperçu visuel à propos d MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS conseil en architecture de l information www.iafactory.fr contact@iafactory.fr

Plus en détail

Reporting Solvabilité 2

Reporting Solvabilité 2 Reporting Solvabilité 2 Conférence XBRL France - 21/10/2014 Virginie LE MEE Directeur des Risques et du Contrôle Interne MACSF: Premier assureur des professionnels de la santé MACSF Direction des Risques

Plus en détail

le point sur l assurance française

le point sur l assurance française 2014 le point sur l assurance française conférence de presse de la FFSA maison de l assurance / mercredi 25 juin 2014 2014 le point sur l assurance française le bilan les perspectives 2 1/ La situation

Plus en détail

Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles. Page n 1

Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles. Page n 1 Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles Page n 1 Conférence du contrôle du 5 octobre 2009 Mutuelles : Actualités du contrôle et évolution du secteur Introduction : Philippe Jurgensen, Président

Plus en détail

Valorisation des instruments complexes

Valorisation des instruments complexes Valorisation des instruments complexes Contrainte réglementaire ou opportunité: le retour d expérience d une société de gestion Mars 2 0 1 2 p0 P0 Préambule: le fondement réglementaire pour les sociétés

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

Mon expert-comptable, je peux compter sur lui! L assistance en matière de gestion

Mon expert-comptable, je peux compter sur lui! L assistance en matière de gestion Mon expert-comptable, je peux compter sur lui! L assistance en matière de gestion Quelques constats pour commencer! La gestion est devenue incontournable Tout comme le pilote d un avion, le chef d entreprise

Plus en détail

Chiffres clés. Presentation du groupe Humanis. Un groupe paritaire et mutualiste. à but non lucratif. 692 000 entreprises adhérentes

Chiffres clés. Presentation du groupe Humanis. Un groupe paritaire et mutualiste. à but non lucratif. 692 000 entreprises adhérentes Chiffres clés Presentation du groupe Humanis 692 000 entreprises adhérentes Un groupe paritaire et mutualiste Près de 10 millions de personnes protégées 6 600 collaborateurs à but non lucratif 1 er intervenant

Plus en détail

Parcours de formation modulaire

Parcours de formation modulaire Parcours de formation modulaire CQPM 0264 : Coordinateur (trice) du développement des ressources humaines de l entreprise CQPM 0265 : Technicien (ne) en gestion et administration des ressources humaines

Plus en détail

TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques»

TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques» Avant-propos Mode d emploi du guide TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques» Chapitre 1 Les PME : Spécificités et problématiques liées au développement 1.1 Le monde méconnu des

Plus en détail

UE 6 Finance d entreprise Le programme

UE 6 Finance d entreprise Le programme UE 6 Finance d entreprise Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. La valeur (15 heures)

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

Groupe APRIL : Résultats annuels 2015 conformes aux attentes dans un environnement en mutation

Groupe APRIL : Résultats annuels 2015 conformes aux attentes dans un environnement en mutation Mercredi 2 mars 2016 Groupe APRIL : Résultats annuels 2015 conformes aux attentes dans un environnement en mutation Chiffre d affaires consolidé de 798,0 M, en progression de 4,1 % en publié et 4,6 % en

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

PROFESSIONNALISATION DE LA FILIERE RESSOURCES HUMAINES DE GAZ DE FRANCE

PROFESSIONNALISATION DE LA FILIERE RESSOURCES HUMAINES DE GAZ DE FRANCE PROFESSIONNALISATION DE LA FILIERE RESSOURCES HUMAINES DE GAZ DE FRANCE Le Groupe Gaz de France Une ambition : être un leader de l énergie en Europe Une stratégie : développer ses activités sur l ensemble

Plus en détail

Les missions du comité d audit

Les missions du comité d audit AUDIT COMMITTEE INSTITUTE FRANCE Les missions du comité d audit Aide mémoire kpmg.fr Sommaire Réglementation... 3 Exemples de bonnes pratiques... 6 Suivi de l efficacité des systèmes de contrôle interne

Plus en détail

Wolters Kluwer Financial Services FRSGlobal

Wolters Kluwer Financial Services FRSGlobal Wolters Kluwer Financial Services FRSGlobal Plateforme intégrée de gestion des risques et de conformité réglementaire Solvabilité II - Gestion et Qualité des données Des enjeux essentiels pour une remise

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE. Exercice clos le 30/09/2014 INSTITUT EUROPEEN D AUDIT ET DE CONSEILS (IEAC)

RAPPORT DE TRANSPARENCE. Exercice clos le 30/09/2014 INSTITUT EUROPEEN D AUDIT ET DE CONSEILS (IEAC) RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le 30/09/2014 INSTITUT EUROPEEN D AUDIT ET DE CONSEILS (IEAC) INTRODUCTION Le présent rapport de transparence est rédigé et publié en application de l article R 823-21

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE

OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE Janvier 2012 Créateur de performance économique 1 Sommaire CONTEXTE page 3 OPPORTUNITES page 4 METHODOLOGIE page 6 COMPETENCES page 7 TEMOIGNAGES page 8 A PROPOS

Plus en détail

Synthèse de notre offre. Page 1

Synthèse de notre offre. Page 1 Synthèse de notre offre Page 1 Notre cabinet Nous vous accompagnons sur plusieurs thématiques 99 Advisory conseille les équipes dirigeantes du monde financier dans leurs prises de décisions et dans la

Plus en détail

Practice Finance & Risk Management BCBS 239 enjeux et perspectives. Equinox-Cognizant, tous droits réservés. 2014.

Practice Finance & Risk Management BCBS 239 enjeux et perspectives. Equinox-Cognizant, tous droits réservés. 2014. Practice Finance & Risk Management BCBS 239 enjeux et perspectives 2014 Contexte du BCBS 239 2 Une nouvelle exigence Les Principes aux fins de l agrégation des données sur les et de la notification des

Plus en détail

La SOA était une mode. Nous en avons fait un standard.

La SOA était une mode. Nous en avons fait un standard. La SOA était une mode. Nous en avons fait un standard. Agenda 1 Présentation 2 Les solutions it-toolbox 3 Notre valeur ajoutée 4 Le centre d excellence 5 Equipe et démarche 6 Références et plateformes

Plus en détail

Valorisation dans le secteur de l assurance

Valorisation dans le secteur de l assurance DRAFT Valorisation dans le secteur de l assurance Philippe TRAINAR Chief Risk Officer, SCOR Group Colloque de l Association de Comptabilité Nationale 2-4 juin 2010, Paris INTRODUCTION La question de la

Plus en détail