Solvabilité II & IFRS 4

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Solvabilité II & IFRS 4"

Transcription

1 INTRODUCTION Solvabilité II & IFRS 4 Vers la possibilité d une Convergence. FARIA Caroline Année Universitaire : Mémoire présenté le 19 septembre 2013 Ecole Supérieure de l Assurance ESA MBA Audit et Management des Risques et des Assurances de l Entreprise Directeur de mémoire : Madame Marie-Aude PLE ~ 1 ~

2 INTRODUCTION De par l inversion de son cycle de production mais aussi son rôle d investisseur institutionnel, l assurance est un secteur qui nécessite des normes comptables spécifiques et un contrôle prudentiel accru. Ainsi, dans un contexte d amélioration continue des principes comptables internationaux mais également d une plus stricte identification et gestion des risques de l activité, deux réformes vont venir impacter la comptabilité et la valorisation des organismes d assurances à l horizon Sur un plan international, un projet de révision des normes comptables IFRS (anciennement nommées IAS) a été entrepris depuis le 1 er janvier A compter de cette date, toutes les entreprises européennes cotées sont tenues de présenter leurs comptes consolidés conformément à la normalisation IFRS émise par l IASB. La norme IFRS 4 relative aux contrats d assurance aboutira lors de la phase 2 prévue pour Son application repensera l évaluation des actifs et des passifs liés aux contrats d assurance ainsi que la définition de ces derniers. Au niveau européen, un projet de réforme de la réglementation prudentielle s appliquant au secteur de l assurance est mené par le CEIOPS 1 : les normes «Solvency II». Ces normes encourageront les compagnies d assurance à mieux appréhender et évaluer les risques qui les composent notamment en adaptant les exigences de capitaux aux risques des actifs qu elles détiennent ou à l importance des garanties qu elles proposent aux assurés. Pour autant, l adoption de ces deux projets engendrera de lourds investissements pour les Compagnies d assurance et de réassurance. Ils nécessiteront des coûts d implémentation importants mais aussi une adaptation des outils de gestion. «Dans un contexte de convergence entre ces deux directives, à quel modèle d évaluation les Compagnies d assurances devront-elles se référer et quelles pourront être les mesures à mettre en place?» Afin d appréhender et d anticiper au mieux l aboutissement de ces deux projets, ce mémoire propose de réaliser un comparatif des bilans IFRS 4 phase 2 et Solvabilité II, de présenter les différents enjeux et problématiques qu ils impliquent et de proposer des mesures opérationnelles pouvant être mises en place. Dans le cadre de ce mémoire, nous nous limiterons aux éléments de la partie passive du bilan qui lie ces deux projets. 1 CEIOPS : (Committee of European Insurance and Occupational Pensions Supervisors) ~ 2 ~

3 I. II INTRODUCTION La première partie du mémoire est consacrée aux aspects théoriques du dispositif Solvabilité II et de la norme IFRS 4 Phase 2. Nous présenterons dans un premier temps les référentiels en place avant l application de ces nouvelles réglementations ainsi que les raisons qui ont amené les organismes à repenser les dispositifs déjà présents. Nous aborderons les objectifs de ces nouveaux projets et nous finaliserons cette partie en présentant la réforme Solvabilité et la norme IFRS 4 Phase 2. Lors d une seconde partie nous élaborerons un comparatif de ces deux référentiels afin de mettre en exergue leurs points de divergence et de convergence. Cette comparaison contribuera à réaliser une évaluation des divers impacts qu impliquent ces deux projets, impacts, qui permettront dans une dernière sous partie de proposer des mesures opérationnelles pouvant être mises en place par les compagnies d assurance en tenant compte de la nature des activités mais aussi du statut juridique de l entité. Nous finaliserons ce mémoire en réalisant un tableau reprenant de façon synthétique les points abordés dans ce mémoire. ~ 3 ~

4 REMERCIEMENTS Je tiens tout d abord à remercier Madame Marie Aude PLE, chargée d études comptables au sein de GENERALI Assurances et directrice de mon mémoire, pour ses conseils, son entière disponibilité et sa confiance. J adresse également ma reconnaissance à Mr Pierre BONDER, chargé d études comptables au sein de GENERALI Assurance, qui m a apporté de nombreux conseils et guidé tout au long de ce mémoire. Sa bonne connaissance du sujet, ses explications ainsi que ses remarques pertinentes m ont permis de mener à bien cette thèse. Aussi, je souhaite remercier l ensemble du service de Comptabilité Sociale et IFRS ainsi que mon manager Mr CONTAT Stéphane pour leur accueil chaleureux, leur soutien et leur professionnalisme. ~ 4 ~

5 II. II SOMMAIRE INTRODUCTION 2 REMERCIEMENTS 4 SOMMAIRE 5 PREMIERE PARTIE : PRESENTATION DES CONCEPTS REGLEMENTAIRES 7 A. Solvabilité II et IFRS 4 Phase 2 : Vers une meilleurs appréciation des risques 8 I. CONTEXTE ET ORIGINE DES DEUX PROJETS 8 A. LE RÉFÉRENTIEL PRUDENTIEL DE SOLVABILITÉ 8 B. LA NORME IFRS 4 10 II. OBJECTIFS DE LA NORME IFRS 4 PHASE ET DE SOLVABILITÉ II 11 B. Présentation de la norme IFRS 4 Phase 2 et du référentiel Solvabilité II 13 I. SOLVABILITÉ II : L ÉMERGENCE D UNE NOUVELLE RÈGLEMENTATION PRUDENTIELLE. 13 A. LE PROCESSUS «LAMFALUSSY» 14 B. LES ÉTUDES QUANTITATIVES D IMPACTS (QIS) 14 C. LES TROIS PILIERS DE SOLVABILITÉ II PILIER 1 : LES EXIGENCES FINANCIÈRES QUANTITATIVES PILIER 2 : LES EXIGENCES FINANCIÈRES QUALITATIVES PILIER 3 : LES EXIGENCES D INFORMATION 21 II. IFRS 4 PHASE 2 : CONTRATS D ASSURANCE 22 A. DÉFINITIONS ET NOTIONS SUPPLÉMENTAIRES 22 B. LES FLUX DE TRÉSORERIE FUTURS : CALCUL DU BEST ESTIMATE. 24 C. L ACTUALISATION DES FLUX DE TRÉSORERIE. 24 D. L AJUSTEMENT POUR RISQUE 25 E. LA MARGE RÉSIDUELLE 25 F. VALORISATION DES ACTIFS FINANCIERS 27 DEUXIEME PARTIE : COMPARAISON / ENJEUX / IMPACTS 29 A. Comparatif de la norme IFRS 4 Phase 2 et de la réforme Solvabilité II 30 I. ELÉMENTS DE CONVERGENCES 31 A. VALORISATION DU PASSIF D ASSURANCE 31 B. LA CONSIDÉRATION DU BEST ESTIMATE 31 II. ELÉMENTS DE DIVERGENCES 32 A. FINALITÉ DES DEUX RÉFÉRENTIELS 32 B. VALORISATION DE L ACTIF FINANCIER 32 C. L ACTUALISATION DES FLUX DE TRÉSORERIE 33 D. LA MARGE POUR RISQUE 33 E. LA MARGE RÉSIDUELLE 34 ~ 5 ~

6 II. II SOMMAIRE B. Enjeux et problématiques des deux normes 36 I. IMPACTS FINANCIERS 36 A. IMPACTS SUR LES ETATS FINANCIERS 36 B. MARGE DE SOLVABILITÉ 37 C. L ADOSSEMENT ACTIF PASSIF 38 II. IMPACTS SUR LA FISCALITÉ : LES IMPÔTS DIFFÉRÉS 40 III. IMPACTS SUR L IMAGE DE L ENTREPRISE 41 A. L ÉVOLUTION DU RÉSULTAT ET SES CONSÉQUENCES SUR LES DIVIDENDES DE L ENTREPRISES. 41 B. DIMINUTION DE LA RENTABILITÉ DES PRODUIS ET IMPACTS POUR LES INVESTISSEURS. 41 IV. RÉORGANISATION DE L ALLOCATION D ACTIFS 42 V. IMPACTS SUR LES PRODUITS D ASSURANCE. 43 C. Mise en place opérationnelle d IFRS 4 Phase 2 et Solvabilité II 45 I. ADAPTATION DES SYSTÈMES D INFORMATIONS 45 A. LES OUTILS DE GESTION 45 B. LES DONNÉES COMPTABLES ET FINANCIÈRES 46 C. ADAPTER LES SERVICES AUX NOUVELLES EXIGENCES 47 II. UNE ADAPTATION DIFFÉRENTE SELON LA NATURE DE L ENTITÉ 47 A. LES COMPAGNIES D ASSURANCE 47 B. LES MUTUELLES 49 C. LES INTERMÉDIAIRES D ASSURANCES 50 III. UNE ADAPTATION DIFFÉRENTE SELON LA BRANCHE D ACTIVITÉ 50 IV. TABLEAU SYNTHÉTIQUE DES DEUX RÉFÉRENTIELS IFRS 4 PHASE 2 ET SOLVABILITÉ II 52 CONCLUSION 54 BIBLIOGRAPHIE 55 ANNEXES 56 ~ 6 ~

7 PREMIÈRE PARTIE : PRÉSENTATION DES CONCEPTS RÈGLEMENTAIRES Cette première partie propose une description des différents concepts abordés dans ce mémoire. Parmi ces concepts, nous retrouvons la réforme Solvabilité II et la norme IFRS 4 Phase 2. Cette description permettra, dans le cadre d une deuxième partie, d établir un comparatif des dispositions de ces deux référentiels et de mettre en évidence leurs points de convergence et de divergence ainsi que les impacts qui y seront liés. ~ 7 ~

8 A. Solvabilité II et IFRS 4 Phase 2 : vers une meilleure appréciation des risques L insolvabilité est le principal risque financier auquel sont confrontés les assureurs. Elle représente un enjeu majeur des nouvelles règlementations prudentielle et comptable dans un contexte d adoption de mesures justes de prévention des risques inhérents à l activité d assurance. Afin de mieux cerner les aspects théoriques mais aussi les enjeux économiques et financiers de ces deux normes, il convient d expliquer les raisons à l origine de leur mise en place ainsi que leurs principaux objectifs. I. Contexte et origine des deux projets a. Le référentiel prudentiel de solvabilité La règlementation actuelle de solvabilité découle de la directive européenne du 24 juillet 1973, mise à jour le 5 mars 2002 dans le cadre d un projet nommé «Solvency I». Cette réforme d adresse aux entreprises d assurance vie, non-vie ainsi qu aux entreprises de réassurance européennes. Elle est donc appliquée par tous les organismes assureurs français et européens et introduit la notion d exigence de marge de solvabilité. Les autorités de contrôle d Europe surveillent plus précisément le secteur d assurance «non vie» depuis 1973 conformément à la directive 73/239/CEE et le secteur d assurance «vie» depuis 1979 conformément à la directive 79/267/CEE. Le projet Solvabilité I consiste une modification des règles de marge de solvabilité de ces précédentes directives. La règlementation prudentielle s organise autour de trois obligations principales : Des provisions techniques suffisantes afin de compenser les engagements des assureurs envers leurs assurés, La détention d actifs suivant des critères de liquidité, de sécurité et de rentabilité en représentation des engagements réglementés, La disposition de fonds propres garantissant une marge de solvabilité calculée forfaitairement. ~ 8 ~

9 Une surveillance financière a été constituée afin de garantir une gestion saine des entreprises dans le respect des assurés. La mission est de vérifier que les sociétés d assurance disposent d une bonne organisation comptable et administrative mais aussi de procédure de contrôle interne adéquate. Dès lors, selon l Article 13.2 de la directive 2002/83/CE, il est exigé des entreprises d assurances qu elles remettent chaque année un rapport de solvabilité spécifique ainsi qu un rapport de réassurance. Des simulations normalisées doivent aussi être réalisées chaque trimestre afin de juger de l adéquation actif-passif. Aussi, un niveau de dotation minimale de fonds propres a été défini par Solvabilité I afin de faire face aux engagements pris par les assureurs. Il s agit de l exigence de marge de solvabilité, ou EMS, calculée différemment selon que la branche d activité d assurance soit de la vie ou de la non-vie. Bien que ce projet présente de nombreux avantages, il suscite aujourd hui des critiques d ordre quantitatif et qualitatif : Le système européen actuel de Solvabilité n est pas harmonisé entre les pays. On y retrouve différents niveaux de provisions mais aussi différentes normes comptables dont certaines règles locales sont plus contraignantes que d autres comme c est le cas au Pays Bas. En conséquence, chaque pays a développé son propre modèle ce qui fausse la concurrence entre ces Etats et remet en cause l harmonisation des normes. L aspect qualitatif est négligé puisqu aucune surveillance n est exercée sur le contrôle interne dans le cadre de Solvabilité I (pistes d audit, méthodes de gestion). L exigence minimale de solvabilité est déterminée à partir des primes et de la charge moyenne des sinistres en assurance non vie et des provisions mathématiques et du capital sous risque en assurance vie conformément à un Etat Règlementaire nommé «Etat C6». L Etat réglementaire C6 a pour objectif d évaluer le besoin de marge de solvabilité de la compagnie d assurance pour un exercice donné et de présenter les éléments qui constituent la marge de solvabilité destinés à couvrir l exigence de solvabilité. Il s agit d une approche forfaitaire qui ne prend pas en compte la réalité des risques qui pèsent sur les assureurs. Aucune différenciation des risques n est donc opérée. Les risques financiers, les risques de contreparties et les risques opérationnels ne sont pas inclus dans le modèle actuel de solvabilité. Aussi, le risque d actif et de la gestion actif/passif n est pas considéré, la diversification et la mobilité du capital au sein des groupes ne sont pas pris en rigueur, et certaines opérations de transferts de risques ne sont pas reconnues alors que cela a une conséquence direct sur la capacité des assureurs à honorer leurs engagements. ~ 9 ~

10 Pour finir, la réforme Solvabilité 1 ne pénalise que les entreprises qui sur provisionnent les risques via le calcul de l exigence de la marge de solvabilité. Les entreprises qui se trouvent dans une situation de sous provisions et de sous tarification de risques ne sont pas pénalisées. L union Européenne a donc décidé de repenser les normes prudentielles européennes afin de les harmoniser et d homogénéiser les pratiques des autorités de contrôle au niveau européen. Des groupes de travail se sont alors constitués au sein de l EIOPA 2, c est le début de Solvabilité II. Le nouveau projet de règlementation sera présenté par la Commission Européenne le 10 juillet b. La norme IFRS 4 Les normes IFRS ont été mises en place dans un objectif de renforcer les principes comptables en facilitant la compréhension et la comparaison des comptes pour les différents acteurs de gouvernance des entreprises mais aussi en améliorant la présentation et la transparence des états financiers de ces dernières. Ainsi, depuis le 1 er janvier 2005, les sociétés européennes cotées en bourse sont tenues de publier leurs comptes consolidés conformément aux normes comptables internationales émises par l IASB en application du règlement CE n 1606 /2002 du Parlement Européen. L organisme IASB est l organisme à l origine de l élaboration des normes IAS/IFRS. Il a été fondé sous l appellation IASC à Londres en 1973 par dix pays dont la France, les Etats-Unis, la Grande Bretagne ou encore le Japon, et compte aujourd hui plus de cent pays membres. L IASC est devenu l IASB en 2001 et s est vu doté un organisme de direction l IASCF. Pour autant, chaque Etat membre de l Union Européenne reste libre d imposer ou non l application de ces normes aux sociétés non cotées en bourse pour leurs comptes consolidés. En ce qui concerne la France, le référentiel comptable français reste obligatoire pour les sociétés non cotées. Aussi, des normes relatives à certains secteurs spécifiques tel que l assurance demeurent toujours en évolution. La norme IFRS 4 relative aux contrats d assurances auquel nous nous intéressons représente l une d elles. 2 EIOPA: European Insurance and Occupational Pensions Authority ~ 10 ~

11 La norme IFRS 4 «contrats d assurance» concerne exclusivement le secteur de l assurance. Elle s adresse à toutes les sociétés qui commercialisent des contrats d assurances et plus particulièrement à leur comptabilité étant donné la spécificité de ce secteur qui est la nature aléatoire du contrat. Cette norme a été initiée au début des années 2000 mais reste à ce jour incomplète. Ce projet étant long et complexe, l IASB a souhaité décomposer le projet en deux phases : La phase 1 qui a abouti en 2004 à la publication de la norme IFRS 4 «contrats d assurance» comptabilise les passifs d assurance selon les normes comptables locales. Ces dernières sont très divergentes, elles présentent certaines contraintes et modifications telles que la classification des contrats d assurances. Ainsi, les états financiers ne peuvent être comparés entre les entreprises, et des distorsions comptables sont créées entre les actifs et passifs. La norme IFRS 4 Phase 1 est transitoire et doit être remplacée par la norme IFRS 4 Phase 2, La phase 2, actuellement en cours d élaboration et adoptée à l horizon , vise à corriger ces distorsions à travers la définition d un cadre unique d évaluation des engagements du passifs sur le marché, autrement nommé «market consistent value». II. Objectifs de la norme IFRS 4 Phase et de Solvabilité II L objectif principal de ces deux projets est d élaborer un référentiel commun de comptabilité au niveau européen. Il s agit créer un corps unique de normes comptables et prudentielles de haute qualité, respectées et compréhensible sur le plan international. L application de référentiels communs permettra ainsi d améliorer la comparabilité des états financiers des entreprises d assurances. En comparaison des anciennes normes, les nouveaux régimes comptables et prudentiels sont très différents sur plusieurs principes. Ils s appuient sur une vision économique du bilan fondée sur la juste valeur ce qui est très différent des principes actuels basés sur une comptabilité en coût historique. En effet, prenons l exemple d un immeuble acquis le 01/01/2003 pour un montant de EUR avec une durée d amortissement de 10 ans et un taux d amortissement de 10% chaque année. Le calcul de l amortissement est le suivant : x 10% = ~ 11 ~

12 Année Amortissement Valeur Net Comptable Nous pouvons observer d après le tableau ci-dessus qu il n y a pas de valeur résiduelle car l immobilisation est complètement amortie. En tenant compte de la comptabilisation en coût historique l immeuble n a plus de valeur en Précisons qu il s agit d un bien acquis sur les Champs Elysées à Paris. L immobilier étant en plein essor, l immeuble est désormais estimé à EUR. Si l on tient compte cette fois-ci de la nouvelle réglementation qui valorise en juste valeur, le bien est comptabilisé en fonction de sa valeur de marché c est à dire EUR. Ainsi, on passe d une valeur en coût historique à 1 EUR à une juste valeur estimée à EUR. L impact bilanciel est conséquent d une réglementation à l autre. Si l on prend en considération la valorisation en juste valeur, d importantes répercutions sur l estimation des actifs des entreprises d assurances sont à prévoir. L IASB et le CEIOPS souhaitent donc que les exigences en capital soient plus en lien avec le profil de risque de l entreprise afin de protéger les assurés et de préserver la pérennité des sociétés d assurances. C est ce que nous allons étudier dans le cadre de la seconde partie en présentant de façon détaillée la norme IFRS 4 Phase 2 ainsi que le référentiel Solvabilité II. ~ 12 ~

13 B. Présentation de la norme IFRS 4 Phase 2 et du référentiel Solvabilité II Comme évoqué dans la partie précédente, le concept principal de ces deux normes est d instaurer une vision économique des sociétés d assurances basée sur la juste valeur de leurs engagements. Il s agit là de prendre en compte dans l évaluation des passifs la notion de risque. I. Solvabilité II : l émergence d une nouvelle règlementation prudentielle Solvabilité II vise à harmoniser les normes et pratiques prudentielles des Etats membres de l Union Européenne auxquelles sont soumises les compagnies d assurance et de réassurance, mais aussi à améliorer la protection des assurés et des ayants droits à travers une meilleure garantie de solvabilité des assureurs dans le temps mais aussi une mesure plus stricte de celle-ci. Le cadre prudentiel sera donc davantage adapté aux risques réels encourus par les assureurs : le niveau des capitaux propres devra être proportionné aux risques des passifs et actifs détenus pars les compagnies d assurance et de réassurance. L approche qui ressort de cette réforme est dans un premier temps économique et fondée sur une meilleure maîtrise des risques. Aussi, afin de ne pas pénaliser les petites et moyennes entreprises, la directive prévoit le principe de proportionnalité. Les règles fixées par les autorités de contrôle devront prendre en considération «la nature, l ampleur et la complexité des risques inhérents à l activité» d une entreprise d assurance ou de réassurance. L harmonisation européenne prévoit donc de renforcer la cohérence du marché de l assurance et de la réassurance en instaurant des règles d évaluation et de gouvernance d entreprise communes. La directive Solvabilité II va profondément modifier le régime prudentiel qui s applique aux entreprises d assurance et de réassurance, elle s avère être bien plus qu une refonte du droit existant. ~ 13 ~

14 a. Le processus «Lamfalussy» La norme Solvabilité II a été élaborée conformément à la procédure «Lamfalusy». Cette procédure a été introduite afin d instaurer une plus grande flexibilité dans le travail législatif, et répartit la réglementation en différents principes. Cette procédure se décompose en quatre éléments : Une législation cadre de niveau 1, Des mesures d exécution de niveau 2, Des recommandations et orientations appliquées par les autorités de contrôle nationales qui correspondent au niveau 3, Des procédures d infractions renforcées dites de niveau 4. b. Les études quantitatives d impacts (QIS) Afin de mesurer les éventuels impacts qu engendrera l adoption de la nouvelle directive Solvabilité II, la Commission européenne a mandaté le CEIOPS pour mener des études quantitatives d impacts (QIS). Ces études ont été mises en place afin d évaluer les aspects pratiques du calcul de l exigence de solvabilité mais aussi d anticiper la proposition de directive en incitant les compagnies d assurances à faire évoluer leurs systèmes d informations. Ainsi, les QIS permettent de mesurer la capacité des assureurs à modéliser leurs activités sur des bases économiques et surtout d analyser les réponses en vue de rapports collectifs. Entre 2005 et 2010, cinq études quantitatives ont été menées. Les entreprises participantes réalisent des évaluations puis restituent les résultats à l autorité de contrôle. La cinquième étude quantitative d impact (QIS5) représente depuis l automne 2010 la dernière opportunité pour ces acteurs du secteur de mesurer le niveau d adéquation de leur processus par rapport aux exigences de Solvabilité II. Cette étude est une véritable source d information pour affiner les derniers calibrages des règles quantitatives. ~ 14 ~

15 c. Les trois piliers de Solvabilité II Le nouveau projet de réforme prudentiel est différent du précédent sur de nombreux points. Le bilan est désormais comptabilisé en juste valeur, les principes actuels étant basés sur une comptabilisation au coût historique 3, il s agit dès lors d une vision économique du bilan. Le capital exigé est proportionné au profil de risques des compagnies d assurance. La gestion du risque occupe une fonction centrale dans l organisation des entreprises, afin de s en assurer, on observe un renforcement des exigences de gouvernance. Une coopération renforcée entre les autorités de contrôle européennes est prévue de par la mise en place de contrôles accrus des groupes. Ainsi, les différents aspects de la directive Solvabilité II sont fondés sur une architecture à trois piliers, dont vous trouverez un schéma en annexe, tout comme ceux de son homologue Bâle II introduite pour les établissements de crédits. 1. Pilier 1 : les exigences financières quantitatives Evaluation des actifs et passifs La directive n 2009/138/CE introduit les normes d évaluation des passifs et actifs des sociétés d assurance ; ils devront être évalués selon le principe de «juste valeur» ou «fair value», c est-àdire selon la valeur de marché. Les normes IAS/IFRS définissent la juste valeur comme «le montant pour lequel un actif pourrait être échangé, ou un passif éteint, entre des parties bien informées et consentantes, pour une transaction conclue dans des conditions de concurrence normales». Pour certains éléments du bilan comme les «distressed sales» 4, pour lesquels la valeur de marché n est pas disponible ou représentative, une autre approche définie par les mesures de niveau 2 qui précisent les modalités de valorisation «mark to-model» 5 peut être envisagée. 3 Le coût historique est le montant de liquidité versé ou reçu pour acquérir un élément. Il s agit du coût à l origine de l achat. 4 Distressed sales : ventes sur saisies 5 Mark to-model : méthode de valorisation des actifs qui par leur spécificité ne permettent pas d obtenir un prix de marché certain et donc une valorisation mark to-market ~ 15 ~

16 Les provisions techniques, quant à elles, peuvent être distinguées de deux manières différentes : Les passifs réplicables ou couvrables, dont les flux de trésorerie sont modélisés par des instruments financiers dont la valeur de marché est connue à chaque instant, Les passifs non réplicables ou non couvrables par des instruments financiers. Dans le premier cas, la provision est définie comme étant la valeur de marché de l instrument financier. Toutefois, lorsque le passif est non réplicable, la provision est calculée selon la technique du «best estimate» auquel s ajoute une marge de risque. Best Estimate et marge de risque L EIOPA énonce dans l article 77 de la directive 2009/138/CEE la définition suivante du Best Estimate : «La meilleure estimation (Best estimate) correspond à la moyenne pondérée par leur probabilité des futurs flux de trésorerie compte tenu de la valeur temporelle de l argent (valeur actuelle probable des flux futurs de trésorerie), laquelle est estimée sur la base de la courbe des taux sans risque pertinente. Le calcul de la meilleure estimation est fondé sur des informations actuelles crédibles et des hypothèses réalistes, et il fait appel à des méthodes actuarielles et des techniques statistiques adéquates.» Ainsi, le best estimate correspond à la somme actualisée et probabilisée des prestations, primes possibles et frais futurs adossés aux engagements de l assureur jusqu à extinction de ceux-ci. L évaluation du Best Estimate ne nécessite aucune marge de prudence supplémentaire. Elle est supposée être incluse dans le capital de solvabilité requis et la marge pour risque. La marge pour risque est une marge de sécurité supplémentaire qui vient se cumuler au Best Estimate. Sa détermination s appuie sur la probabilité de ruine d un assureur qui ne peut plus honorer ses engagements. La provision doit alors être suffisante pour qu un transfert de ses engagements puisse être effectué vers un autre assureur. ~ 16 ~

17 Elle est calculée selon le coût de mobilisation des fonds propres d une «ligne d activité» (Line of Business, LOB) donnée, égal au capital de solvabilité requis (SCR), qui est nécessaire pour faire face aux engagements pris par l assureur pendant la durée de ceux-ci. Il s agit de la méthode du coût du capital (WACC : Weighted Average Cost of Capital). Afin de calculer ce coût de capital un taux d intérêts sans risque auquel s ajoute un taux supplémentaire est utilisé. Fixé par l EIOPA, et commun à toutes les sociétés d assurance, ce taux est actuellement de 6%. Ainsi, les provisions techniques sont égales à la somme du Best Estimate et de la marge de risque. Les études d impacts QIS 5 6 stipulent que l horizon de projection doit être suffisamment long pour que «la différence entre les provisions calculées à cet horizon et celles calculées jusqu à extinction totale du portefeuille soit négligeable.» Fonds propres : Capital et minimum de solvabilité requis (SCR et MCR) L un des changements majeurs de la directive Solvabilité II est le remplacement de la Marge de Solvabilité par deux exigences quantitatives de fonds propres : Le Capital de Solvabilité Requis (Solvency Capital Requirement : SCR) Le Minimum de Capital Requis (Minimum Capital Requirement : MCR) Le Capital de Solvabilité Requis (SCR) est le capital qu un assureur doit détenir afin de maintenir la solvabilité de l entreprise en cas de survenance d un risque majeur. Le niveau de fonds propres doit être supérieur au SCR, pour que la probabilité de ruine de l entreprise soit inférieure à 0.05% à l horizon d un an. Afin de déterminer le montant du SCR, la directive offre deux possibilités : Soit l utilisation totale ou partielle d un modèle interne développé par l entreprise permettant à l entreprise de définir son propre SCR selon son profil de risque. Il devra être validé par l Autorité de contrôle, Soit le recours à un modèle standard européen présenté dans les spécifications techniques du QIS 5, qui précise également les méthodes de calibration des paramètres. 6 QIS 5: étude quantitative d impacts mise en place par le CEIOPS en 2010 évaluant la solvabilité des organismes d assurance dont l exigence de capital est calculée vie une «formule standard» ou via l utilisation d un modèle interne. Voir annexe ~ 17 ~

18 Le capital de solvabilité requis selon la formule standard se décompose en huit modules de risques : Le risque de souscription non vie, Le risque de souscription vie, Le risque de souscription en santé, Le risque de marché, Le risque de défaut de contrepartie, Le risque opérationnel. Chacun de ces modules est «calibré sur la base d une mesure de la valeur en risque avec un niveau de confiance de 99,5% à l horizon un an. Les effets de la diversification sont aussi pris en compte dans chaque module. La formule standard de capital de solvabilité requis regroupe la solvabilité de base, les exigences de fonds propres pour risque opérationnels, diminués des ajustements liés à la prise en compte de la capacité d absorption des pertes des provisions techniques et des impôts différés. Le Minimum de Capital Requis (MCR) représente le seuil de fonds propres en dessous duquel une compagnie s expose à une intervention des Autorités de Contrôle ainsi qu au retrait de l agrément si une recapitalisation n est pas effectuée dans les quatre mois. En dessous de ce seuil, la poursuite de l activité de l assureur est jugée inacceptable pour les preneurs et bénéficiaires de contrats. Le MCR doit être calculé trimestriellement et non annuellement comme le SCR. Il est calculé à partir d une fonction linéaire d un ensemble de variables (provisions techniques, primes souscrites, capital sous risque). Cette fonction linéaire est calibrée selon la valeur en risque des fonds propres de l entreprise d assurance avec un niveau de confiance de 85% à l horizon un an. Pour les entreprises d assurances non vie, un seuil de plancher absolu est fixé à EUR, il est de EUR pour les entreprises d assurance vie et de réassurance. ~ 18 ~

19 Niveau 2 : Capital cible SURPLUS Intervention prudentielle graduée Niveau 1 : Plancher Risque considéré comme inacceptable pour les assurés MCR SCR Niveau 0 : Ruine ENGAGEMENTS (PROVISIONS TECHNIQUES) Figure 1: Les exigences de fonds propres sous Solvabilité II Règles d investissement Conformément à la directive Solvabilité II, les actifs détenus par les assureurs et réassureurs doivent être investis, gérés et contrôlés conformément au principe de la «personne prudente». Les investissements doivent être réalisés dans le meilleur intérêt de l assuré. Pour autant, la détention d un certain niveau de fonds propres en couverture d investissements dits «risqués» incite les assureurs à favoriser une gestion efficace de leur portefeuille. ~ 19 ~

20 Figure 2: Représentation du Bilan Solvabilité II Actif en juste valeur En représentation des fonds propres Surplus SCR Fonds propres MCR Actif en juste valeur Marge de risque En représentation des engagements envers les assurés Valeur de marché Best estimate Provisions techniques Passifs réplicables Passifs non réplicables 2. Pilier 2 : les exigences financières qualitatives Outre les exigences quantitatives, Solvabilité II fixe aussi des exigences qualitatives en incitant les assureurs à adopter un système de gouvernance efficace amenant à une gestion saine et prudente de l activité. Ce deuxième pilier prévoit une harmonisation des principes et règles de contrôle entre les Etats tant pour les organismes d assurance et de réassurance que pour les superviseurs. Elle impose notamment aux Autorités de Contrôle de prendre en considération les impacts, vis-à-vis des assurés et bénéficiaires, des décisions qu elles peuvent prendre concernant la stabilité des systèmes financiers et plus particulièrement des éventuels effets qui peuvent en découler. La directive exige aussi une totale transparence des superviseurs afin d accroître leur crédibilité. Pour autant, les Autorités de Contrôle pourront imposer une marge de solvabilité supplémentaire, appelée «capital add-on», aux entreprises au sein desquelles elles estiment que les risques sont mal appréciés ou que le système de gouvernance présente d importantes carences. ~ 20 ~

SOLVABILITE II Glossaire et notions clés

SOLVABILITE II Glossaire et notions clés SOLVABILITE II Glossaire et notions clés Version septembre 2013 A Actuaire Spécialiste qui applique la statistique et le calcul des probabilités pour la conduite d opérations financières et d assurance.

Plus en détail

Après Solvabilité 2, les nouvelles problématiques posées par la norme IFRS assurance phase 2

Après Solvabilité 2, les nouvelles problématiques posées par la norme IFRS assurance phase 2 Après Solvabilité 2, les nouvelles problématiques posées par la norme IFRS assurance phase 2 Congrès 2010 de l Institut des Actuaires Paris, mercredi 23 juin 2010 Pierre Thérond ptherond@galea-associes.eu

Plus en détail

Norme IFRS assurance phase 2 : vers quel modèle de reporting financier?

Norme IFRS assurance phase 2 : vers quel modèle de reporting financier? : vers quel modèle de reporting financier? Congrès 2011 de l Institut des Actuaires Paris, jeudi 16 juin 2011 Pierre Thérond ptherond@galea-associes.eu http://www.galea-associes.eu Introduction Travaux

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

Adaptation de Solvabilité II avec Omnibus II

Adaptation de Solvabilité II avec Omnibus II FIXAGE Adaptation de Solvabilité II avec Omnibus II Deauville - 21 septembre 2012 Emmanuel TASSIN FIXAGE 11, avenue Myron Herrick - 75008 Paris - France Téléphone : 33 (1) 53 83 83 93 - Télécopie : 33

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

Solvabilité 2 et mutuelles: état des lieux et priorités 2013. Paris, le 6 juin 2013

Solvabilité 2 et mutuelles: état des lieux et priorités 2013. Paris, le 6 juin 2013 Solvabilité 2 et mutuelles: état des lieux et priorités 2013 Paris, le Programme Évolutions quantitatives et impacts associés Enseignements à tirer des derniers travaux demandés par l EIOPA (Pilier 1)

Plus en détail

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com.

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com. Solvency II Contexte et enjeux de la réforme Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com Juin 2006 Sommaire Introduction Tour d horizon de Solvency II La gestion des risques

Plus en détail

Benoît Hugonin. Expert national détaché, Unité Assurances et Pensions, DG Marché intérieur et services, Commission européenne

Benoît Hugonin. Expert national détaché, Unité Assurances et Pensions, DG Marché intérieur et services, Commission européenne Solvabilité II: Bilan et enjeux pour l investissement de long terme Conférence EIFR; Paris, 7 avril 2011 Benoît Hugonin Expert national détaché, Unité Assurances et Pensions, DG Marché intérieur et services,

Plus en détail

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005 De BÂLE II à SOLVABILITE II Solvabilité II s inspire largement des accords de Bâle II et en reprend les grands principes avec la structure en «trois piliers» La tentation est forte de reproduire également

Plus en détail

Normes IFRS et Solvabilité 2

Normes IFRS et Solvabilité 2 Normes IFRS et Solvabilité 2 Norme IFRS 4 contrats d assurance Lyon, lundi 28 septembre 2009 Pierre Thérond http://www.pierretherond.fr Sommaire 1. Historique 2. Champ d application 3. Principales caractéristiques

Plus en détail

Solvabilité 2 : le rôle de l actuaire

Solvabilité 2 : le rôle de l actuaire JJ Mois Année Solvabilité 2 : le rôle de l actuaire Journées Actuarielles de Strasbourg 6-7 octobre 2010 1 PLAN Solvabilité 2 : présentation de la réforme Le rôle de l actuaire dans Solvabilité 2 Que fait

Plus en détail

Rentabilité des assurances des emprunteurs Impacts de la directive «Solvency 2» et des normes IFRS

Rentabilité des assurances des emprunteurs Impacts de la directive «Solvency 2» et des normes IFRS Rentabilité des assurances des emprunteurs Impacts de la directive «Solvency 2» et des normes IFRS Paris, vendredi 28 mai 2010 Cédric AKAKPO-MAXWELL cmaxwell@galea-associes.eu http://www.galea-associes.eu

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

Comment intégrer les modèles prospectifs dans le pilotage de l activité d assurance

Comment intégrer les modèles prospectifs dans le pilotage de l activité d assurance Comment intégrer les modèles prospectifs dans le pilotage de l activité d assurance 10 juillet 2012 Intervention à l Université d Eté de l Institut des Actuaires Gildas Robert Actuaire Senior Manager Frédérique

Plus en détail

Actualités Solvabilité 2

Actualités Solvabilité 2 Risk and Value Measurement Services (RVMS) Actualités Solvabilité 2 Omnibus 2 approuvé le 13 novembre 2013, entrée en vigueur définitif le 1 er janvier 2016 18 novembre 2013 1. Contexte et résumé Un projet

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDES EN NORMES IAS/IFRS SAHAM ASSURANCE AU 30 JUIN 2015

COMPTES CONSOLIDES EN NORMES IAS/IFRS SAHAM ASSURANCE AU 30 JUIN 2015 Bilan consolidé IFRS Tableau de Flux de Trésorerie consolidé IFRS ACTIF Ecarts d'acquisition 1 321 628 1 321 628 Valeurs des portefeuilles de contrat des sociétés d'assurance acquis Autres immobilisations

Plus en détail

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Objectif 1 L objectif de la présente norme est de spécifier la comptabilisation d

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

Commentaires sur les projets relatifs aux IFRS Contrats de location

Commentaires sur les projets relatifs aux IFRS Contrats de location Commentaires sur les projets relatifs aux IFRS Contrats de location En mars 2009, l IASB et le FASB (les «conseils») ont publié conjointement un document de travail dans lequel ils proposaient un modèle

Plus en détail

Normes IFRS et Solvabilité 2

Normes IFRS et Solvabilité 2 Normes IFRS et Solvabilité 2 Normes IFRS : Introduction Lyon, lundi 21 septembre 2009 Pierre Thérond http://www.pierretherond.fr Sommaire 1. Cadre général : le Framework 2. Elaboration des normes 3. Adoption

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES Exercice 2005 SOMMAIRE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE PREAMBULE 1 COMPTE DE RESULTAT DE L EXERCICE 2005

Plus en détail

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Solvabilité 2, une réforme en 3 piliers Les objectifs : Définir un cadre harmonisé imposant

Plus en détail

Norme internationale d information financière 3 Regroupements d entreprises

Norme internationale d information financière 3 Regroupements d entreprises Norme internationale d information financière 3 Regroupements d entreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme consiste à améliorer la pertinence, la fiabilité et la comparabilité de l information

Plus en détail

Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012

Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012 www.varm.fr Solvabilité 2 commentaires sur l ORSA Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012 Sommaire Introduction... 2 Principes pour une gestion intégrée des risques... 3 La mise en place de l ORSA... 5 Introduction

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II?

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Journées IARD de l Institut des Actuaires Les nouveaux défis de l assurance IARD liés à Solvabilité II 11 avri l 2012 Gildas Robert,

Plus en détail

rv de septembre - 09/09/2008 - XC

rv de septembre - 09/09/2008 - XC rv de septembre - 09/09/2008 - XC Rendez-vous de septembre 9 septembre 2008 - Monte Carlo LE TRANSFERT DE RISQUES DANS SOLVABILITÉ II Xavier Cognat Fédération Française des Sociétés d Assurances rv de

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

1.1.1.1 (+) Fonds propres selon les états financiers Fonds propres selon le périmètre de consolidation comptable.

1.1.1.1 (+) Fonds propres selon les états financiers Fonds propres selon le périmètre de consolidation comptable. Page 1/31 Lignes 1 Total des fonds propres pris en compte: = 1.4.11 art. 21 à 40 de 1.1 tier 1 (T1) ajustés pris en = 1.4.8 compte: art. 21 à 29 de, art. 31 à 40 de 1.1.1 de base durs (common equity =

Plus en détail

Norme comptable internationale 8 Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs

Norme comptable internationale 8 Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs Norme comptable internationale 8 Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs Objectif 1 L objectif de la présente norme est d établir les critères de sélection et de changement

Plus en détail

Notes annexes. 1. Principales méthodes comptables

Notes annexes. 1. Principales méthodes comptables Notes annexes (Montants en millions de dollars canadiens, à l exception des montants par action et sauf indication contraire) 1. Principales méthodes comptables Description des Activités La Financière

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Rapport au Président de la République relatif à l ordonnance n o 2015-378 du 2 avril 2015 transposant la directive

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

Synthèse des réunions de l IASB du mois de Novembre 2013 Sommaire

Synthèse des réunions de l IASB du mois de Novembre 2013 Sommaire Synthèse des réunions de l IASB du mois de Novembre 2013 Sommaire 1. Vente ou apport d actifs par un investisseur d'une entité sous influence notable ou sous contrôle conjoint... 2 2. Acquisition d un

Plus en détail

PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II

PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II Ces transparents sont fondés sur les conclusions préliminaires de l IASB telles qu elles ont été rendues publiques sur le site de l IASB. Le Board peut à tout

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011 ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011-1 - SOMMAIRE ETATS DE SYNTHESE Etat de la situation financière au 1 er janvier

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

Organisation de la gestion des risques - Solvabilité II et ORSA - Jean-François DECROOCQ

Organisation de la gestion des risques - Solvabilité II et ORSA - Jean-François DECROOCQ Organisation de la gestion des risques - Solvabilité II et ORSA - Jean-François DECROOCQ 1 LA GESTION DES RISQUES : La formalisation de règles de gestion et de techniques de mesure du risque 2 COSO un

Plus en détail

Norme comptable internationale 36 Dépréciation d actifs

Norme comptable internationale 36 Dépréciation d actifs Norme comptable internationale 36 Dépréciation d actifs Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les procédures qu une entité applique pour s assurer que ses actifs sont comptabilisés

Plus en détail

Norme comptable pour l assurance : trouver la bonne mesure

Norme comptable pour l assurance : trouver la bonne mesure Norme comptable pour l assurance : trouver la bonne mesure Denis Duverne et Antoine Lissowski Membres du CFO Forum Paris, le 25 juillet 2006 Sommaire Qui sommes-nous? Quelle est la finalité de la comptabilité?

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

CONGRES DES ACTUAIRES du 29 juin 2009. IMPACT DE SOLVABILITE II SUR l OFFRE PRODUIT EXEMPLE DE L EPARGNE RETRAITE

CONGRES DES ACTUAIRES du 29 juin 2009. IMPACT DE SOLVABILITE II SUR l OFFRE PRODUIT EXEMPLE DE L EPARGNE RETRAITE CONGRES DES ACTUAIRES du 29 juin 2009 IMPACT DE SOLVABILITE II SUR l OFFRE PRODUIT EXEMPLE DE L EPARGNE RETRAITE SOMMAIRE 1- Préambule /Contexte 2- Macro analyse d impact sur l épargne 3- Transition vers

Plus en détail

États financiers consolidés intermédiaires résumés. Comptes consolidés de résultat

États financiers consolidés intermédiaires résumés. Comptes consolidés de résultat États financiers consolidés intermédiaires résumés Comptes consolidés de résultat (non audité) trimestres clos les 30 juin semestres clos les 30 juin (en milliers de dollars canadiens, sauf les nombres

Plus en détail

LA SITUATION PRUDENTIELLE D UN ORGANISME D ASSURANCE : DE SOLVABILITÉ 1 À SOLVABILITÉ 2

LA SITUATION PRUDENTIELLE D UN ORGANISME D ASSURANCE : DE SOLVABILITÉ 1 À SOLVABILITÉ 2 LA SITUATION PRUDENTIELLE D UN ORGANISME D ASSURANCE : DE SOLVABILITÉ 1 À SOLVABILITÉ 2 LA NÉCESSITÉ D UNE RÈGLEMENTATION PRUDENTIELLE Pourquoi une règlementation prudentielle? Les produits d assurance

Plus en détail

L ACTIVITÉ FINANCIÈRE DE L ASSURANCE

L ACTIVITÉ FINANCIÈRE DE L ASSURANCE L assurance française en 43 L ACTIVITÉ FINANCIÈRE DE L ASSURANCE GRÂCE AUX PLACEMENTS qu elle effectue en contrepartie de ses engagements envers les assurés, l assurance joue un rôle primordial dans le

Plus en détail

PRINCIPES ET MÉTHODES COMPTABLES

PRINCIPES ET MÉTHODES COMPTABLES PRINCIPES ET MÉTHODES COMPTABLES 1. INFORMATIONS GÉNÉRALES IMMOBEL (ci-après dénommée la «Société») est une société anonyme de droit belge dont le siège social est établi Rue de la Régence 58 à 1000 Bruxelles.

Plus en détail

Utilisateurs de l information comptable et financière. Les états financiers satisfont les besoins d information de nombreux utilisateurs, qui sont :

Utilisateurs de l information comptable et financière. Les états financiers satisfont les besoins d information de nombreux utilisateurs, qui sont : Introduction La Commission européenne impose désormais aux entreprises de l Union européenne (UE) qui recourent à l épargne publique de présenter leurs comptes selon les normes de l IASB (International

Plus en détail

Notes annexes. 1. Méthodes comptables. 1.A Principales méthodes comptables

Notes annexes. 1. Méthodes comptables. 1.A Principales méthodes comptables Notes annexes (Montants en millions de dollars canadiens, à l exception des montants par action et sauf indication contraire) 1. Méthodes comptables 1.A Principales méthodes comptables Description des

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

Résultats annuels 2014

Résultats annuels 2014 Résultats annuels 2014 SCOR enregistre un résultat net de EUR 512 millions et une augmentation de 15 % de ses fonds propres, et propose un dividende de EUR 1,40 (+ 8 %) En 2014, le Groupe a enregistré,

Plus en détail

NORME IAS 16 LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES

NORME IAS 16 LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES NORME IAS 16 LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 16 : LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

Les management actions dans le cadre de l ORSA

Les management actions dans le cadre de l ORSA Les management actions dans le cadre de l ORSA Atelier Congrès Institut des Actuaires 20 juin 2014 Intervenants Emmanuel Berthelé, Optimind Winter, Responsable Practice Gildas Robert, Optimind Winter,

Plus en détail

ENGAGEMENT DE L ENTREPRISE

ENGAGEMENT DE L ENTREPRISE TRAITEMENT COMPTABLE D11 ENGAGEMENT DE L ENTREPRISE Il n existe d engagement de l entreprise que dans le cadre d un régime à prestations définies ou d indemnités de fin de carrière. Les régimes à cotisations

Plus en détail

La dépréciation des actifs, mode d emploi. Atelier de la Profession

La dépréciation des actifs, mode d emploi. Atelier de la Profession La dépréciation des actifs, mode d emploi Atelier de la Profession INTERVENANTS Sonia BONNET-BERNARD Expert-Comptable Commissaire aux comptes Membre de la Société Française des Evaluateurs [SFEV] Pierre-Jean

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Les nouvelles dispositions françaises concernant les provisions pour licenciement et restructuration»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Les nouvelles dispositions françaises concernant les provisions pour licenciement et restructuration» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Les nouvelles dispositions françaises concernant les provisions pour licenciement et restructuration» Points clés Comme la plupart des entreprises, les associations présentent

Plus en détail

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada États financiers consolidés intermédiaires résumés de L Office d investissement du régime de pensions du Canada 30 septembre 2015 Bilan consolidé intermédiaire résumé Au 30 septembre 2015 (en millions

Plus en détail

RECOMMANDATION. Note de présentation

RECOMMANDATION. Note de présentation AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RECOMMANDATION n 2013-02 du 7 novembre 2013 Relative aux règles d évaluation et de comptabilisation des engagements de retraite et avantages similaires pour les comptes annuels

Plus en détail

TECH COMPRENDRE LA NOTION DE GROUPE PRUDENTIEL INFOTECH # 33 INTRODUCTION RAPPEL : QUEL CONTOUR DU GROUPE D ASSURANCE AUJOURD HUI?

TECH COMPRENDRE LA NOTION DE GROUPE PRUDENTIEL INFOTECH # 33 INTRODUCTION RAPPEL : QUEL CONTOUR DU GROUPE D ASSURANCE AUJOURD HUI? COMPRENDRE LA NOTION DE GROUPE PRUDENTIEL INTRODUCTION Marie-Laure DREYFUSS ASSOCIÉE Responsable du Pôle Gouvernance Tel. : + 33 (0)4 72 18 58 58 E-mail : marie-laure.dreyfuss@actuaris.com En matière de

Plus en détail

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des participations

Plus en détail

Pleins feux sur les IFRS

Pleins feux sur les IFRS Bureau mondial des IFRS Août 2010 Pleins feux sur les IFRS L IASB publie un exposé-sondage sur la comptabilisation des contrats de location Table des matières La proposition Champ d application Comptabilisation

Plus en détail

RÈGLEMENT. Règlement homologué par arrêté du 26 décembre 2013 publié au Journal Officiel du 29 décembre 2013. L Autorité des normes comptables,

RÈGLEMENT. Règlement homologué par arrêté du 26 décembre 2013 publié au Journal Officiel du 29 décembre 2013. L Autorité des normes comptables, AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2013-03 du 13 décembre 2013 Relatif aux règles de comptabilisation des valeurs amortissables visées à l article R.332-20 du code des assurances, R.931-10-41 du

Plus en détail

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 Relatif aux modalités de première application du règlement du CRC n 99-02 par les sociétés dont les instruments

Plus en détail

Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs»

Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs» COMMISSION BANCAIRE Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs» La Commission des opérations de bourse et la Commission bancaire ont entrepris en 2002, suite aux différentes

Plus en détail

Relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un "patrimoine d affectation"

Relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un patrimoine d affectation CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2004-16 DU 27 OCTOBRE 2004 Relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un "patrimoine d affectation" Sommaire 1 - Dispositions communes aux opérations

Plus en détail

États financiers condensés consolidés. du premier trimestre 2015. Aux 31 mars 2015 et 2014

États financiers condensés consolidés. du premier trimestre 2015. Aux 31 mars 2015 et 2014 Industrielle Alliance, Assurance et services financiers inc. États financiers condensés consolidés du premier trimestre 2015 Aux 31 mars 2015 et 2014 SRM158-1(15-03) PDF Ces états financiers consolidés

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS Novembre 2009 Table des matières Préambule...3 Introduction...4 Champ d application...5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour...6 1. Gestion saine

Plus en détail

Le rôle de l ACP dans le processus Solvabilité 2

Le rôle de l ACP dans le processus Solvabilité 2 Le rôle de l ACP dans le processus Solvabilité 2 Université d été 2012 EURIA Marc Baran Cellule Modèles internes 1 Sommaire Cadre général Solvabilité 2 Focus sur les modèles internes Tests et standards

Plus en détail

relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un «patrimoine d affectation»

relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un «patrimoine d affectation» COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2004-11 du 23 novembre 2004 relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un «patrimoine d affectation» Le Comité de la réglementation comptable,

Plus en détail

Synthèse de la réunion de l IASB du mois de Décembre 2013

Synthèse de la réunion de l IASB du mois de Décembre 2013 Synthèse de la réunion de l IASB du mois de Décembre 2013 Sommaire 1. Revue post-application de la norme IFRS 3 sur les regroupements d entreprises... 2 2. Mise en équivalence : part dans les variations

Plus en détail

CIRCULAIRE CSSF 05/227 *

CIRCULAIRE CSSF 05/227 * COMMISSION de SURVEILLANCE du SECTEUR FINANCIER Luxembourg, le 16 décembre 2005 A tous les établissements de crédit CIRCULAIRE CSSF 05/227 * Concerne : Introduction d un nouveau reporting prudentiel en

Plus en détail

QUELLE «JUSTE VALEUR»? Philippe MARTINET

QUELLE «JUSTE VALEUR»? Philippe MARTINET QUELLE «JUSTE VALEUR»? Philippe MARTINET Workshop Agenda Perceptions et concepts de JV Les Normes internationales Approche des IFRS 7 - IFRS 9 - IFRS 13 Guide de Juste Valeur Exemple d application Confrontation

Plus en détail

BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION. 31 décembre 2014

BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION. 31 décembre 2014 BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION 31 décembre 2014 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Valorisation dans le secteur de l assurance

Valorisation dans le secteur de l assurance DRAFT Valorisation dans le secteur de l assurance Philippe TRAINAR Chief Risk Officer, SCOR Group Colloque de l Association de Comptabilité Nationale 2-4 juin 2010, Paris INTRODUCTION La question de la

Plus en détail

L ORSA : quelles conséquences sur le pilotage stratégique de l entreprise?

L ORSA : quelles conséquences sur le pilotage stratégique de l entreprise? Conseil en Organisation et Management secteur assurance L ORSA : quelles conséquences sur le pilotage stratégique de l entreprise? 24 novembre 2010 Sommaire Ce qui se dit sur l ORSA L ORSA et le modèle

Plus en détail

NORMES COMPTABLES POUR LES ENTREPRISES À CAPITAL FERMÉ (NCECF) : MISE À JOUR 2015

NORMES COMPTABLES POUR LES ENTREPRISES À CAPITAL FERMÉ (NCECF) : MISE À JOUR 2015 octobre 2015 www.bdo.ca CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ NORMES COMPTABLES POUR LES ENTREPRISES À CAPITAL FERMÉ (NCECF) : MISE À JOUR 2015 Introduction Au cours du dernier exercice, certaines modifications

Plus en détail

Norme internationale d information financière 4 Contrats d assurance

Norme internationale d information financière 4 Contrats d assurance Norme internationale d information financière 4 Contrats d assurance Objectif 1 L objectif de la présente norme est de spécifier l information financière pour les contrats d assurance devant être établie

Plus en détail

IPSAS 7 COMPTABILISATION DES PARTICIPATIONS DANS DES ENTITÉS ASSOCIÉES

IPSAS 7 COMPTABILISATION DES PARTICIPATIONS DANS DES ENTITÉS ASSOCIÉES IPSAS 7 COMPTABILISATION DES PARTICIPATIONS DANS DES ENTITÉS ASSOCIÉES Remerciements La présente Norme comptable internationale du secteur public s inspire essentiellement de la Norme comptable internationale

Plus en détail

ED 2009/02 Impôt sur le résultat Les nouvelles propositions de l IASB. 9 Juin 2009

ED 2009/02 Impôt sur le résultat Les nouvelles propositions de l IASB. 9 Juin 2009 ED 2009/02 Impôt sur le résultat Les nouvelles propositions de l IASB 9 Juin 2009 Contexte du projet Projet de convergence court terme avec les US GAAP depuis 2002 Discussions FASB pour modifier SFAS 109

Plus en détail

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 12 : IMPÔTS SUR LE RÉSULTAT...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Les paragraphes qui suivent présentent les principaux changements en ce qui a trait aux

Plus en détail

Reporting & Disclosure - Solvabilité II Mise en perspective en Belgique et en France Le «pilier 3» - Présentation

Reporting & Disclosure - Solvabilité II Mise en perspective en Belgique et en France Le «pilier 3» - Présentation Reporting & Disclosure - Solvabilité II Mise en perspective en Belgique et en France Le «pilier 3» - Présentation Dominik Smoniewski Jean-Baptiste Parmentier Sommaire 1. Les principes généraux du Pilier

Plus en détail

Solvabilité II : Vers une approche globale et cohérente de la solvabilité

Solvabilité II : Vers une approche globale et cohérente de la solvabilité FINANCIAL SERVICES Solvabilité II : Vers une approche globale et cohérente de la solvabilité Des principes à la mise en oeuvre KPMG AUDIT SOMMAIRE Contexte et enjeux du projet Solvabilité II Les objectifs

Plus en détail

Experts for Finality and Run-off

Experts for Finality and Run-off Profil d entreprise Experts for Finality and Run-off Une activité de pionnier DARAG, Deutsche Versicherungs- und Rückversicherungs-AG est une compagnie d assurance spécialisée dans le Run-off. Nous sommes

Plus en détail

Solvabilité II. De Solvabilité I àsolvabilitéii. Les trois piliers. Le processus «Lamfalussy» Le calendrier. Le rôle de la FFSA aujourd hui

Solvabilité II. De Solvabilité I àsolvabilitéii. Les trois piliers. Le processus «Lamfalussy» Le calendrier. Le rôle de la FFSA aujourd hui De Solvabilité I àsolvabilitéii Les trois piliers Le processus «Lamfalussy» Le calendrier Le rôle de la FFSA aujourd hui Les points de vigilance La France en Europe Réavie 15 octobre 2009 2 De Solvabilité

Plus en détail

Informations financières sur le fonds de stabilisation

Informations financières sur le fonds de stabilisation Informations financières sur le fonds de stabilisation SNB StabFund Société en commandite de placements collectifs (fonds de stabilisation) constitue, avec ses filiales, un placement collectif fermé au

Plus en détail

La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables

La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables Cycle de Conférence à la Cour de Cassation 21 février 2005 Alain Duchâteau Directeur de la Surveillance Générale

Plus en détail

SOLVABILITÉ 2 : DÉCRYPTAGE DES ACTES DÉLÉGUÉS

SOLVABILITÉ 2 : DÉCRYPTAGE DES ACTES DÉLÉGUÉS SOLVABILITÉ 2 : DÉCRYPTAGE DES ACTES DÉLÉGUÉS Pilier 1 (hors aspects purement quantitatifs) (44) Comme les bénéfices attendus inclus dans les primes futures de contrats d assurance et de réassurance non-vie

Plus en détail

en 125 mots-clés Philippe Morin et Patrick Thourot Préface de Denis Kessler

en 125 mots-clés Philippe Morin et Patrick Thourot Préface de Denis Kessler en 125 mots-clés 2 Philippe Morin et Patrick Thourot Préface de Denis Kessler Sommaire Préface de Denis Kessler, Président de SCOR... 17 Avant-propos... 21 Introduction... 25 Partie 1 Les principes Champ

Plus en détail

CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ COMPARAISON DES NORMES IFRS ET DES PCGR DU CANADA Édition n 14 : Paiements à base d actions

CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ COMPARAISON DES NORMES IFRS ET DES PCGR DU CANADA Édition n 14 : Paiements à base d actions WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ COMPARAISON DES NORMES IFRS ET DES PCGR DU CANADA Édition n 14 : Paiements à base d actions Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés

Plus en détail

LES CRÉANCES ET LES DETTES

LES CRÉANCES ET LES DETTES LES CRÉANCES ET LES DETTES Règles générales d évaluation Définition d un actif et d un passif ACTIFS Tout élément de patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité est considéré comme un

Plus en détail

Organisation des fonctions de contrôle et articulation avec la gouvernance

Organisation des fonctions de contrôle et articulation avec la gouvernance Séminaire EIFR Gouvernance et contrôle des établissements financiers : pour une surveillance des risques et un contrôle efficace Organisation des fonctions de contrôle et articulation avec la gouvernance

Plus en détail

Préparation à Solvabilité II

Préparation à Solvabilité II Préparation à Solvabilité II Traduction partielle des spécifications techniques EIOPA du 30 avril 2014 : valorisation du bilan prudentiel 16 mai 2014 version 1.0 Avertissement L Autorité européenne des

Plus en détail

20.3 ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014

20.3 ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 AU 31 DÉCEMBRE 2014 Bilan consolidé 86 État du compte de résultat consolidé 88 État du résultat global consolidé 89 Variation de la trésorerie consolidée 90 Variation des capitaux propres consolidés 91

Plus en détail

Équivalents terminologiques : IASB et ICCA

Équivalents terminologiques : IASB et ICCA Équivalents terminologiques : IASB et ICCA Préparé par : Jocelyne Gosselin Sylvain Durocher Diane Bigras Danièle Pérusse Déni de responsabilité Tous les équivalents terminologiques contenus dans le présent

Plus en détail

des compagnies d assurance : évolutions récentes

des compagnies d assurance : évolutions récentes Les Contrôle normes IFRS de la solvabilité en assurance des compagnies d assurance : évolutions récentes - DIAF Hanoi, le 28 février 2005 Pierre THEROND Consultant JWA - Actuaires & chargé de cours à l

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1 Mr ABBOUDI MED Presentations des etats financiers 1 Objectifs et composants 2 Principe de préparations des E F 3 Principe d identifications des E F 4 Période couverte

Plus en détail