Mesure et gestion des risques d assurance

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mesure et gestion des risques d assurance"

Transcription

1 Mesure et gestion des risques d assurance Analyse critique des futurs référentiels prudentiel et d information financière Congrès annuel de l Institut des Actuaires 26 juin 2008 Pierre THEROND t i

2 Contexte t L environnement de l assurance en Europe se transforme radicalement. Les nouveaux standards prudentiels et d information financière ont pour objectif de conduire les assureurs à mieux identifier, analyser et gérer les risques auxquels ils sont soumis. Le travail effectué a pour objectif d analyser ces changements, d identifier leurs limites et d anticiper leurs conséquences sur la gestion effective d une société d assurance. 26 juin 2008 Congrès de l Institut des Actuaires Page 2

3 Organisation de la thèse Partie 1 : Nouvelles approches comptable, prudentielle et financière des risques en assurance Chapitre 1 : Traitement spécifique du risque : aspects théoriques Chapitre 2 : Traitement spécifique du risque : aspects pratiques Chapitre 3 : Incidence sur la gestion technique d un assureur Partie 2 : Modélisations avancées en assurance Chapitre 4 : Limites opérationnelles : la prise en compte des extrêmes Chapitre 5 : Prise en compte de la dépendance Chapitre 6 : Techniques de simulation 26 juin 2008 Congrès de l Institut des Actuaires Page 3

4 Sommaire 1. Nouveaux référentiels prudentiel et d information financière 2. Incidence sur la gestion technique 3. Limites conceptuelles 4. Limites opérationnelles du modèle interne 26 juin 2008 Congrès de l Institut des Actuaires Page 4

5 1. Nouveaux référentiels 1. Présentation Objectifs Information fournie Niveau d'application Valorisation des engagements d'assurance Valorisation des risques MCEV Solvabilité 2 IFRS phase 2 Valorisation économique (transactions) Information financière Valeur de la compagnie Rentabilité des affaires en portefeuille (et des affaires nouvelles) Contrôle prudentiel Provisions techniques Exigence de fonds propres Information financière Provisions techniques, Capitaux propres (variation des éléments d'actifs et de passifs) Social puis consolidé Social puis consolidé Consolidé Espérance complétée de la valeur de l'ensemble des options et des garanties financières Risques valorisés à travers les cash-flows futurs et les options & garanties Espérance + marge pour risque marge pour risque explicite (CoC ou VaR) au niveau du portefeuille + capital de solvabilité (SCR) qui doit contrôler le risque global de la compagnie Current Exit Value : montant qui serait exigé en contrepartie du transfert de l'engagement sur un marché (espérance + marge pour risque + marge pour service) marge pour risque, au niveau du portefeuille, qui correspond à une prime de risque normalement disponible sur les marchés Actualisation Taux sans risque Taux sans risque Taux sans risque 26 juin 2008 Congrès de l Institut des Actuaires Page 5

6 1. Nouveaux référentiels 2. Traitement du risque Traitement différencié par nature du risque : Risques financiers : valeur de marché ou du portefeuille de couverture. Risques non-financiers : Best Estimate + marge pour risque explicite. it Divergences? Notion de marge pour risque Hypothèses entity-specific Primes futures 26 juin 2008 Congrès de l Institut des Actuaires Page 6

7 Sommaire 1. Nouveaux référentiels prudentiel et d information financière 2. Incidence sur la gestion technique 3. Limites conceptuelles 4. Limites opérationnelles du modèle interne 26 juin 2008 Congrès de l Institut des Actuaires Page 7

8 2. Incidence sur la gestion technique 1. Modélisation de la société d assurance Assureur non-vie à 2 branches (sinistralité log-normale et dépendance modélisée par une copule de Franck) Portefeuille financier à composer parmi un actif sans risque et un actif dont le cours suit le modèle de Merton (1976) : L 0 le niveau des provisions pour sinistres en 0 ; E 0 le niveau des fonds propres en juin 2008 Congrès de l Institut des Actuaires Page 8

9 2. Incidence sur la gestion technique 2. Critère d allocation optimale d actif Provision «économique» : Fonds propres «économiques» : Maximisation du rendement des fonds propres investis : Sous l hypothèse d indépendance entre rendements financiers et sinistralité : 26 juin 2008 Congrès de l Institut des Actuaires Page 9

10 2. Incidence sur la gestion technique 3. Cadre prudentiel Solvabilité 1 L exigence minimale de fonds propres (EMS) est indépendante de la composition du portefeuille d actifs. Le critère devient : Existence d une unique solution non-triviale si et seulement si : 26 juin 2008 Congrès de l Institut des Actuaires Page 10

11 2. Incidence sur la gestion technique 3. Cadre prudentiel Solvabilité 1 Probabilité de ruine en fonction de ω Provision «économique» en fonction de ω 26 juin 2008 Congrès de l Institut des Actuaires Page 11

12 2. Incidence sur la gestion technique 4. Cadre prudentiel Solvabilité 2 L exigence minimale de fonds propres (SCR) dépend de la composition du portefeuille d actifs : inf Pr ω 1 1 ( 1 ω S + S E A 1) A2 E 0, 5% L0 26 juin 2008 Congrès de l Institut des Actuaires Page 12

13 2. Incidence sur la gestion technique 4. Cadre prudentiel Solvabilité 2 L allocation optimale maximise : 26 juin 2008 Congrès de l Institut des Actuaires Page 13

14 Sommaire 1. Nouveaux référentiels prudentiel et d information financière 2. Incidence sur la gestion technique 3. Limites conceptuelles 4. Limites opérationnelles du modèle interne 26 juin 2008 Congrès de l Institut des Actuaires Page 14

15 3. Limites it conceptuelles Les principales p limites conceptuelles des nouveaux référentiels prudentiels et d informations financières proviennent de l utilisation des méthodes de valorisation issues de la finance de marché aux contrats d assurance : absence de prix observables ; comportement des assurés (rachat, primes futures, conversion en rente, etc.) ; comportement t de l assureur (décisions i de gestion) ; valorisation vs gestion du risque. 26 juin 2008 Congrès de l Institut des Actuaires Page 15

16 3. Limites it conceptuelles 1. Futures décisions de gestion La valorisation de contrats à long terme nécessite de modéliser les futures décisions de gestion de l assureur. Notamment : gestion des actifs financiers (allocations stratégiques, réalisations des plus-ou-moins values latentes), gestion de la PB (dotation et incorporation). En pratique, deux sociétés identiques mais qui anticipent une gestion différente vont donner deux valeurs différentes à leurs engagements. 26 juin 2008 Congrès de l Institut des Actuaires Page 16

17 3. Limites it conceptuelles 1. Futures décisions de gestion Exemple : gestion d actifs d un contrat d épargne en euros Distribution empirique de la revalorisation l'épargne au terme 26 juin 2008 Congrès de l Institut des Actuaires Page 17

18 3. Limites it conceptuelles 2. Valorisation vs gestion Exemple : contrat d épargne en euros Densité empirique de la valeur actuelle des prestations futures Sans couverture Avec couverture 26 juin 2008 Congrès de l Institut des Actuaires Page 18

19 Sommaire 1. Nouveaux référentiels prudentiel et d information financière 2. Incidence sur la gestion technique 3. Limites conceptuelles 4. Limites opérationnelles du modèle interne 26 juin 2008 Congrès de l Institut des Actuaires Page 19

20 4. Limites it opérationnelles du modèle interne La calcul du capital de solvabilité (SCR) n est pas simple : l assureur n observe pas directement la variable d intérêt (le résultat), le quantile à estimer est d un ordre très élevé (99,5 %). En pratique, le SCR pourra être déterminé à partir : d une formule standard (cf. QIS 3), ou d un modèle interne. 26 juin 2008 Congrès de l Institut des Actuaires Page 20

21 4. Limites it opérationnelles du modèle interne La modélisation directe du résultat de la compagnie n est pas possible: nombre de données disponibles restreint, absence d observations dans la queue de distribution, observations pas nécessairement homogènes. Il s avère savèredonc nécessaire de bâtir un modèle interne sur : la modélisation des variables de base qui induisent un risque sur la solvabilité de l assureur : sinistralité, rendement financier, etc. la modélisation de leurs interactions ; les techniques de Monte Carlo qui permette de simuler des réalisations. 26 juin 2008 Congrès de l Institut des Actuaires Page 21

22 4. Limites it opérationnelles du modèle interne 1. Typologie des risques opérationnels La mise en place d un modèle interne expose l assureur aux risques : de modèle des variables de base et de leurs interactions. Les modèles usuels (d actif comme de passif) tendent à sous-estimer les queues de distribution ; d estimation des paramètres des variables de base ; de simulation. Par ailleurs, que l on travaille sur des données réellement observées ou simulées, l estimation d un quantile extrême fait apparaître un nouveau risque d estimation. 26 juin 2008 Congrès de l Institut des Actuaires Page 22

23 4. Limites it opérationnelles du modèle interne 1. Typologie des risques opérationnels 26 juin 2008 Congrès de l Institut des Actuaires Page 23

24 4. Limites it opérationnelles du modèle interne 2. Estimation d un quantile élevé Plusieurs approches sont envisageables : estimation empirique naturelle : X k,n estimateur naturel du quantile d ordre 1 (k 1)/ n ; méthodes bootstrap (classique, percentile, BCa, etc.) ; théorie des valeurs extrêmes. La dernière approche donne les meilleurs résultats. 26 juin 2008 Congrès de l Institut des Actuaires Page 24

25 4. Limites it opérationnelles du modèle interne 2. Estimation d un quantile élevé La théorie des valeurs extrêmes propose principalement deux approches : méthodes semi-paramétrique : estimateurs de Pickands (1975) et de Hill (1975) (théorème taubérien) ajustement Pareto Généralisé (théorème de Pickands-Balkemade Haari). 26 juin 2008 Congrès de l Institut des Actuaires Page 25

26 4. Limites it opérationnelles du modèle interne 2. Estimation d un quantile élevé 26 juin 2008 Congrès de l Institut des Actuaires Page 26

27 4. Limites it opérationnelles du modèle interne 3. Robustesse du SCR Considérons un modèle interne simplifié (inspiré de Deelstra et Janssen (1998)) dans lequel : les prestations sont distribués selon une loi log-normale et sont payées en fin d année ; le rendement financier des actifs est gaussien. prestations et rendement financier sont supposés indépendants. Notons a 0 le montant de l actif lactif initial dont doit disposer l assureur pour être solvable en fin d année avec une probabilité de 1 α. 26 juin 2008 Congrès de l Institut des Actuaires Page 27

28 4. Limites it opérationnelles du modèle interne 3. Robustesse du SCR On peut déterminer la sensibilité du SCR aux paramètres des modèles de base : Une erreur de 1% sur s conduit à une erreur de sur a 0. Avec une VaR à 99,5 %, lorsque l erreur sur le paramètre est amplifié d un facteur 1, juin 2008 Congrès de l Institut des Actuaires Page 28

29 4. Limites it opérationnelles du modèle interne 3. Robustesse du SCR Le recours aux techniques de simulation peut engendrer des erreurs du fait (cf. Planchet et T. (2005c)) : des fluctuations d échantillonnage liées au nombre limité de tirages ; d éventuels biaisi de discrétisation ; des approximations utilisées pour inverser les fonctions de répartition ; d éventuels biais induits par un choix mal approprié du générateur de nombres aléatoires (qualité intrinsèque, dépendance terme à terme, etc.) 26 juin 2008 Congrès de l Institut des Actuaires Page 29

30 4. Limites it opérationnelles du modèle interne 3. Robustesse du SCR L adéquation des modèles de base aux observations doit être testée sur les queues de distribution 26 juin 2008 Congrès de l Institut des Actuaires Page 30

31 4. Limites it opérationnelles du modèle interne 3. Robustesse du SCR Ajustement normal du rendement journalier du titre TOTAL Les tests (Jarque-Béra Béra, Lilliefors) ne rejettent pas l ajustement global. Le modèle gaussien sousestime de 7,5 % le quantile d ordre 0,5 %. 26 juin 2008 Congrès de l Institut des Actuaires Page 31

32 4. Limites it opérationnelles du modèle interne 3. Robustesse du SCR Le modèle de base doit mieux représenter les queues de distribution : approche non-paramétrique difficilement intelligible ; nécessité de trouver un modèle paramétrique qui, sur la base du même matériel statistique, représente mieux les observations. Dans notre exemple, une version mono-périodique du modèle de Merton (1976) remplit cet objectif. 26 juin 2008 Congrès de l Institut des Actuaires Page 32

33 4. Limites it opérationnelles du modèle interne 3. Robustesse du SCR 26 juin 2008 Congrès de l Institut des Actuaires Page 33

34 4. Limites it opérationnelles du modèle interne Conclusion Le critère retenu (VaR à 99,5 % à horizon 1 an) est peu robuste. Nombreux risques inhérents à la construction et l utilisation d un dun modèle interne. Nécessité de mettre en place un processus de validation des modèles internes rigoureux qui, pour autant, ne décourage pas les assureurs. 26 juin 2008 Congrès de l Institut des Actuaires Page 34

35 Conclusion générale é Perspectives de recherche : Queues de distributions de variables de base ; Dépendance des phénomènes extrêmes ; Comportement des assurés ; Futures décisions i de gestion ; Quantification des risques opérationnels. 26 juin 2008 Congrès de l Institut des Actuaires Page 35

36 Publications liées à la thèse Planchet F., Thérond P.E. (2005c) «Simulation de trajectoires de processus continus», Belgian Actuarial Bulletin 5, Planchet F., Thérond P.E. (2006) Pilotage technique d un régime de rentes viagères, Paris : Economica. Planchet F., Thérond P.E. (2007b) «Allocation d actifs selon le critère de maximisation des fonds propres économiques en assurance non-vie : présentation et mise en oeuvre dans la réglementation française et dans un référentiel de type Solvabilité 2», Bulletin Français d Actuariat 7 (13), Planchet F., Thérond P.E., Jacquemin J. (2005) Modèles financiers en assurance. Analyses de risque dynamiques, Paris : Economica. Thérond P.E., Planchet F. (2007) «Provisions techniques et capital de solvabilité d'une compagnie d'assurance : méthodologie d'utilisation de Value-at-Risk», Assurances et gestion des risques 74 (4), juin 2008 Congrès de l Institut des Actuaires Page 36

37 Bibliographie principale i Black F., Scholes M. (1973) «The pricing of options and corporate liabilities», Journal of Political Economy 81 (3), Deelstra G., Janssen J. (1998) «Interaction between asset liability management and risk theory», Applied Stochastic Models and Data Analysis 14, Embrechts P., Klüppelberg C., Mikosch T. (1997) Modelling Extremal Events for Insurance and Finance, Springer Verlag, Berlin. Frantz C., Chenut X., Walhin J.F. (2003) «Pricing and capital allocation for unit-linked life insurance contracts with minimum death guarantee», Proceedings of the 13th AFIR Colloquium, Maastricht. Merton R.C. (1976) «Option pricing when underlying stock returns are discontinuous», Journal of Financial Economics 3, juin 2008 Congrès de l Institut des Actuaires Page 37

Évaluation de contrats. une problématique actuelle. Pierre THEROND. Séminaire ISFA-ENSIMAG Lyon, 13 mars 2008. ptherond@winter-associes.

Évaluation de contrats. une problématique actuelle. Pierre THEROND. Séminaire ISFA-ENSIMAG Lyon, 13 mars 2008. ptherond@winter-associes. Évaluation de contrats d assurance vie en euro : une problématique actuelle Séminaire ISFA-ENSIMAG Lyon, 13 mars 2008 Pierre THEROND ptherond@winter-associes.fr Introduction ti Les contrats d assurance

Plus en détail

Évaluation de contrats d épargne en euros

Évaluation de contrats d épargne en euros Évaluation de contrats d épargne en euros Séminaire Sépia «Utilisation de modèles financiers en assurance» Paris, 18 décembre 2007 Pierre THEROND Actuaire conseil ptherond@winter-associes.fr Introduction

Plus en détail

Introduction à la logique de provisionnement en Solvabilité 2

Introduction à la logique de provisionnement en Solvabilité 2 Introduction à la logique de provisionnement en Solvabilité 2 Séminaire Sépia «Solvabilité 2 : l évaluation des provisions techniques en assurance vie» Paris, 10 juin 2008 Pierre THEROND ptherond@winter-associes.fr

Plus en détail

Segmentation en assurance et problématiques de gestion des risques associées en mortalité

Segmentation en assurance et problématiques de gestion des risques associées en mortalité Segmentation en assurance et problématiques de gestion des risques associées en mortalité 13 septembre 2013, version 1.0 Aymric Kamega, Actuaire aymric.kamega@univ-brest.fr www.euria.univ-brest.fr Sommaire

Plus en détail

Introduction à la Théorie des Valeurs Extrêmes Applications en actuariat

Introduction à la Théorie des Valeurs Extrêmes Applications en actuariat JJ Mois Année Introduction à la Théorie des Valeurs Extrêmes Applications en actuariat Armelle Guillou (Université de Strasbourg ) & Alexandre You (Société Générale Insurance) 1. Calibrage de la sinistralité

Plus en détail

Comment intégrer les modèles prospectifs dans le pilotage de l activité d assurance

Comment intégrer les modèles prospectifs dans le pilotage de l activité d assurance Comment intégrer les modèles prospectifs dans le pilotage de l activité d assurance 10 juillet 2012 Intervention à l Université d Eté de l Institut des Actuaires Gildas Robert Actuaire Senior Manager Frédérique

Plus en détail

Rentabilité des assurances des emprunteurs Impacts de la directive «Solvency 2» et des normes IFRS

Rentabilité des assurances des emprunteurs Impacts de la directive «Solvency 2» et des normes IFRS Rentabilité des assurances des emprunteurs Impacts de la directive «Solvency 2» et des normes IFRS Paris, vendredi 28 mai 2010 Cédric AKAKPO-MAXWELL cmaxwell@galea-associes.eu http://www.galea-associes.eu

Plus en détail

ORSA dans le cas de contrats d épargne en euro

ORSA dans le cas de contrats d épargne en euro ORSA dans le cas de contrats d épargne en euro Version 1.1 Université d été IA - juillet 2012 Frédéric PLANCHET fplanchet@winter-associes.fr Marc JUILLARD mjuillard@winter-associes.fr Préambule L article

Plus en détail

Modélisation du risque opérationnel dans le secteur de l assurance

Modélisation du risque opérationnel dans le secteur de l assurance Avril 2011 N 14 Modélisation du risque opérationnel dans le secteur de l assurance Par Julie Gamonet Centre d études actuarielles Lauréate du prix du jeune actuaire 2010 Un texte paraissant dans SCOR Papers

Plus en détail

Les Variable Annuities sous la directive Solvabilité II

Les Variable Annuities sous la directive Solvabilité II Les Variable Annuities sous la directive Solvabilité II Mémoire présenté le vendredi 10 juin 2011 par Clément Schmitt clement.schmitt@fixage.com Introduction Solvabilité II impose des fonds propres réglementaires

Plus en détail

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005 De BÂLE II à SOLVABILITE II Solvabilité II s inspire largement des accords de Bâle II et en reprend les grands principes avec la structure en «trois piliers» La tentation est forte de reproduire également

Plus en détail

des compagnies d assurance : évolutions récentes

des compagnies d assurance : évolutions récentes Les Contrôle normes IFRS de la solvabilité en assurance des compagnies d assurance : évolutions récentes - DIAF Hanoi, le 28 février 2005 Pierre THEROND Consultant JWA - Actuaires & chargé de cours à l

Plus en détail

Solvabilité 2 Maquette simplifiée pour les mutuelles santé

Solvabilité 2 Maquette simplifiée pour les mutuelles santé Mutualité Française / SFG Solvabilité 2 Maquette simplifiée pour les mutuelles santé Présentation Institut des Actuaires Fabien RAVIARD Responsable Actuariat Service Fédéral de Garantie 1 Solvabilité 2

Plus en détail

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Solvabilité 2, une réforme en 3 piliers Les objectifs : Définir un cadre harmonisé imposant

Plus en détail

cadre du pilier 1 assurance Février 2012

cadre du pilier 1 assurance Février 2012 Mortalité, longévité, pandémie : Construire un générateur de scénarios Choix des économiques hypothèses en dans le assurance cadre du pilier 1 Version 1.2 Version 1.0 Septembre 2012 Février 2012 Frédéric

Plus en détail

Tables d expérience : les outils de suivi du risque

Tables d expérience : les outils de suivi du risque Tables d expérience : les outils de suivi du risque Sépia «Construction de tables d expérience en assurance : quels outils?» Paris, jeudi 24 janvier 2013 Pierre Thérond ptherond@galea-associes.eu http://www.galea-associes.eu

Plus en détail

L évaluation des garanties requises pour se couvrir contre le risque d événements extrêmes sur les marchés

L évaluation des garanties requises pour se couvrir contre le risque d événements extrêmes sur les marchés L évaluation des garanties requises pour se couvrir contre le risque d événements extrêmes sur les marchés Alejandro García et Ramazan Gençay* L es systèmes de compensation et de règlement occupent une

Plus en détail

SOMMAIRES D OUVRAGES PARUS

SOMMAIRES D OUVRAGES PARUS SOMMAIRES D OUVRAGES PARUS TITRE : MÉTHODES ACTUARIELLES DE L'ASSURANCE VIE (cours et exercices corrigés) AUTEUR : Christian HESS ÉDITEUR : ÉCONOMICA, PARIS DATE DE PARUTION : NOVEMBRE 2000 357 pages prix

Plus en détail

Les management actions dans le cadre de l ORSA

Les management actions dans le cadre de l ORSA Les management actions dans le cadre de l ORSA Atelier Congrès Institut des Actuaires 20 juin 2014 Intervenants Emmanuel Berthelé, Optimind Winter, Responsable Practice Gildas Robert, Optimind Winter,

Plus en détail

Solvabilité II Les impacts sur la tarification et l offre produit

Solvabilité II Les impacts sur la tarification et l offre produit Solvabilité II Les impacts sur la tarification et l offre produit Colloque du CNAM 6 octobre 2011 Intervenants OPTIMIND Gildas Robert actuaire ERM, senior manager AGENDA Introduction Partie 1 Mesures de

Plus en détail

Formation : Le contrat d épargne en fonds euros sous Solvabilité II

Formation : Le contrat d épargne en fonds euros sous Solvabilité II Formation : Le contrat d épargne en fonds euros sous Solvabilité II Le développement de l assurance vie résulte de circonstances exceptionnelles (fiscalité, baisse des taux d intérêt, contractualisation

Plus en détail

Provisions techniques et capital de solvabilité d'une compagnie d'assurance : méthodologie d'utilisation de Value-at-Risk

Provisions techniques et capital de solvabilité d'une compagnie d'assurance : méthodologie d'utilisation de Value-at-Risk Provisions techniques et capital de solvabilité d'une compagnie d'assurance : méthodologie d'utilisation de Value-at-Risk Pierre-E. Thérond Frédéric Planchet Résumé The advent of the future European prudential

Plus en détail

Dépendance & Solvabilité 2 Journée d études IA & SACEI Deauville 3 octobre 2013

Dépendance & Solvabilité 2 Journée d études IA & SACEI Deauville 3 octobre 2013 Dépendance & Solvabilité 2 Journée d études IA & SACEI Deauville 3 octobre 2013 Anne-Charlotte Bongard anne-charlotte.bongard@actuaris.com Le risque dépendance sous Solvabilité 2 Classification du risque

Plus en détail

Le métier d Actuaire Conseil

Le métier d Actuaire Conseil Le métier d Actuaire Conseil Gilles KANTER 6 octobre 2010 Sommaire 1. Mazars et la ligne de métier Actuariat 2. En quoi consiste le métier d actuaire conseil? 3. Quelques exemples de missions 2 1. Mazars

Plus en détail

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret 1 Contenu 1. Gouvernance de la gestion de risques dans le Groupe AXA 2. AXA Canada - Structure organisationnelle de la gestion de risques

Plus en détail

Provisionnement face au risque de défaut des emprunteurs

Provisionnement face au risque de défaut des emprunteurs Provisionnement face au risque de défaut des emprunteurs Geoffrey Nichil et Pierre Vallois Institut Elie Cartan de Lorraine. 6-11 Avril 2014 1/12 Geoffrey Nichil et Pierre Vallois Provisionnement face

Plus en détail

Capital économique en assurance vie : utilisation des «replicating portfolios»

Capital économique en assurance vie : utilisation des «replicating portfolios» Capital économique en assurance vie : utilisation des «replicating portfolios» Anne LARPIN, CFO SL France Stéphane CAMON, CRO SL France 1 Executive summary Le bouleversement de la réglementation financière

Plus en détail

Mesure et gestion des risques d'assurance : analyse critique des futurs référentiels prudentiel et d'information financière

Mesure et gestion des risques d'assurance : analyse critique des futurs référentiels prudentiel et d'information financière N d ordre : 76-2007 Année 2007 THESE présentée devant l Université Claude Bernard Lyon 1 pour l obtention du DIPLOME DE DOCTORAT (arrêté du 7 août 2006) présentée par Pierre-Emmanuel THÉROND Mesure et

Plus en détail

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance Réglementation prudentielle en assurance Principes de comptabilité : comment lire les comptes des entreprises d assurance? Franck Le Vallois Commissaire-contrôleur des assurances Plan - I - Les principes

Plus en détail

Après Solvabilité 2, les nouvelles problématiques posées par la norme IFRS assurance phase 2

Après Solvabilité 2, les nouvelles problématiques posées par la norme IFRS assurance phase 2 Après Solvabilité 2, les nouvelles problématiques posées par la norme IFRS assurance phase 2 Congrès 2010 de l Institut des Actuaires Paris, mercredi 23 juin 2010 Pierre Thérond ptherond@galea-associes.eu

Plus en détail

Provisions techniques et capital de solvabilité d une compagnie d assurance : méthodologie d utilisation de Value-at-Risk

Provisions techniques et capital de solvabilité d une compagnie d assurance : méthodologie d utilisation de Value-at-Risk Provisions techniques et capital de solvabilité d une compagnie d assurance : méthodologie d utilisation de Value-at-Risk Pierre-Emmanuel Thérond, Frédéric Planchet To cite this version: Pierre-Emmanuel

Plus en détail

Market Consistent Embedded Value

Market Consistent Embedded Value Market Consistent Embedded Value 1 Objectif de la séance } Comprendre de façon économique et intuitive la valorisation d une compagnie d assurances-vie } Aborder le concept de Market-Consistent Embedded

Plus en détail

Points d attention. Février 2012

Points d attention. Février 2012 Générateurs de scénarios Construire économiques un générateur en assurance de scénarios économiques en assurance Points d attention Version 1.0 Version 1.2 Juillet 2012 Février 2012 Frédéric PLANCHET fplanchet@winter-associes.fr

Plus en détail

SOLVABILITE II Glossaire et notions clés

SOLVABILITE II Glossaire et notions clés SOLVABILITE II Glossaire et notions clés Version septembre 2013 A Actuaire Spécialiste qui applique la statistique et le calcul des probabilités pour la conduite d opérations financières et d assurance.

Plus en détail

Institut des Actuaires

Institut des Actuaires Institut des Actuaires Commission comptable Avis de l IA sur l application des nouvelles tables de mortalité Grégory Boutier Références, avis de l Institut des Actuaires Rentes viagères Contrats vie et

Plus en détail

Journées d études IARD de l Institut des Actuaires Risques de souscription / provisionnement

Journées d études IARD de l Institut des Actuaires Risques de souscription / provisionnement www.pwc.com Journées d études IARD de l Institut des Actuaires Risques de souscription / provisionnement Reims 31 mars 2011 Agenda Section Description 1 Une compagnie d assurance peut-elle faire faillite?

Plus en détail

Gestion du niveau de la franchise d un contrat avec bonus-malus. Pierre THEROND & Stéphane BONCHE

Gestion du niveau de la franchise d un contrat avec bonus-malus. Pierre THEROND & Stéphane BONCHE Gestion du niveau de la franchise d un contrat avec bonus-malus Pierre THEROND & Stéphane BONCHE SOMMAIRE 1. Réduction de franchise en l absence de système bonus-malus A - Bonnes propriétés du modèle collectif

Plus en détail

Résumé des communications des Intervenants

Résumé des communications des Intervenants Enseignements de la 1ere semaine (du 01 au 07 décembre 2014) I. Titre du cours : Introduction au calcul stochastique pour la finance Intervenante : Prof. M hamed EDDAHBI Dans le calcul différentiel dit

Plus en détail

Scénarios économiques en assurance

Scénarios économiques en assurance Motivation et plan du cours Galea & Associés ISFA - Université Lyon 1 ptherond@galea-associes.eu pierre@therond.fr 18 octobre 2013 Motivation Les nouveaux référentiels prudentiel et d'information nancière

Plus en détail

CEA mémoire de fin d études

CEA mémoire de fin d études CEA mémoire de fin d études LA TRANSFORMATION ET L EXTERNALISATION D UN RÉGIME DE RETRAITE SUPPLÉMENTAIRE À PRESTATIONS DÉFINIES, DE DIFFÉRENTS POINTS DE VUE *** Impacts du référentiel et du contexte économique

Plus en détail

Projet de Modélisations avancées en Assurance

Projet de Modélisations avancées en Assurance ISFA M2R SAF Projet de Modélisations avancées en Assurance Evaluation et couverture de garanties plancher sur des Contrats en unité de compte Thierry Moudiki, Xavier Milhaud 2 juin 2008 . 1 Table des matières

Plus en détail

Le passage de l'embedded Value à l'economic Value

Le passage de l'embedded Value à l'economic Value Le passage de l'embedded Value à l'economic Value Une meilleure prise en compte des options et des garanties Ferdia Byrne, Claire Lasvergnas 23 septembre 2003 Les principes L'application Le marché français

Plus en détail

Norme IFRS assurance phase 2 : vers quel modèle de reporting financier?

Norme IFRS assurance phase 2 : vers quel modèle de reporting financier? : vers quel modèle de reporting financier? Congrès 2011 de l Institut des Actuaires Paris, jeudi 16 juin 2011 Pierre Thérond ptherond@galea-associes.eu http://www.galea-associes.eu Introduction Travaux

Plus en détail

Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2. Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model»

Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2. Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model» Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2 Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model» Luca De Dominicis formation Sepia 10 juin 2008 Sommaire 1.

Plus en détail

Présentation du métier d actuaire vie

Présentation du métier d actuaire vie 06 Octobre 2010 Frédéric Daeffler 14/10/2010 Agenda Assurance vie : Produits concernés Actuaire produit : Tarification et conception d un produit Actuaire financier : Pilotage des résultats, Gestion actif-passif,

Plus en détail

Mesure et gestion des risques d assurance : analyse critique des futurs référentiels prudentiel et d information financière

Mesure et gestion des risques d assurance : analyse critique des futurs référentiels prudentiel et d information financière Mesure et gestion des risques d assurance : analyse critique des futurs référentiels prudentiel et d information financière Pierre-Emmanuel Thérond To cite this version: Pierre-Emmanuel Thérond. Mesure

Plus en détail

Makram BEN DBABIS Associate Towers Watson & Doctorant Mathématiques Appliquées en Sciences Actuarielles Université Paris Dauphine December 14, 2010 PLAN PROBLÉMATIQUE, INTÉRÊT DU SUJET 1 PROBLÉMATIQUE,

Plus en détail

De la mesure à l analyse des risques

De la mesure à l analyse des risques De la mesure à l analyse des risques Séminaire ISFA - B&W Deloitte Jean-Paul LAURENT Professeur à l'isfa, Université Claude Bernard Lyon 1 laurent.jeanpaul@free.fr http://laurent.jeanpaul.free.fr/ 0 De

Plus en détail

L ORSA : quelles conséquences sur le pilotage stratégique de l entreprise?

L ORSA : quelles conséquences sur le pilotage stratégique de l entreprise? Conseil en Organisation et Management secteur assurance L ORSA : quelles conséquences sur le pilotage stratégique de l entreprise? 24 novembre 2010 Sommaire Ce qui se dit sur l ORSA L ORSA et le modèle

Plus en détail

10/04/2001 1- INTRODUCTION. Vivien BRUNEL

10/04/2001 1- INTRODUCTION. Vivien BRUNEL Vivien BRUNEL LE RISQUE OPERATIONNEL - INTRODUCTION Le risque opérationnel est un concept mal défini ; dans le cas d une institution financière, il est même défini par une non-définition : il se réfère

Plus en détail

Quel avenir pour les lois d expérience? Forum de l actuariat du CNAM. 6 octobre 2011. Forum de l actuariat du CNAM

Quel avenir pour les lois d expérience? Forum de l actuariat du CNAM. 6 octobre 2011. Forum de l actuariat du CNAM Quel avenir pour les lois d expérience? Version 1.0 6 octobre 2011 Frédéric PLANCHET Actuaire Associé fplanchet@winter-associes.fr Préambule La détermination des provisions affectées à la couverture des

Plus en détail

FIXAGE. La gestion des risques de taux et de liquidité chez les assureurs-vie. Intervention de Michel PIERMAY. Deauville, le 19 septembre 2012

FIXAGE. La gestion des risques de taux et de liquidité chez les assureurs-vie. Intervention de Michel PIERMAY. Deauville, le 19 septembre 2012 FIXAGE La gestion des risques de taux et de liquidité chez les assureurs-vie. Intervention de Michel PIERMAY Deauville, le 19 septembre 2012 Journées d études de l institut des Actuaires et du SACEI FIXAGE

Plus en détail

interprofessionnelles avec et malgré Solvabilité 2?

interprofessionnelles avec et malgré Solvabilité 2? interprofessionnelles avec et malgré Solvabilité 2? Pierre AURELLY Anne- Charlotte BONGARD 4 octobre 2012 Sommaire 2 de ce mémoire est des institutions de prévoyance interprofessionnelles sous de la gouvernance

Plus en détail

Résultats annuels 2014

Résultats annuels 2014 Résultats annuels 2014 SCOR enregistre un résultat net de EUR 512 millions et une augmentation de 15 % de ses fonds propres, et propose un dividende de EUR 1,40 (+ 8 %) En 2014, le Groupe a enregistré,

Plus en détail

LA GESTION ACTIF / PASSIF A LA CNP plus quelques digressions sur les normes IFRS

LA GESTION ACTIF / PASSIF A LA CNP plus quelques digressions sur les normes IFRS LA GESTION ACTIF / PASSIF A LA CNP plus quelques digressions sur les normes IFRS UNE ORGANISATION FAVORABLE A L EMERGENCE DE LA GESTION ACTIF-PASSIF - séparation des rôles de l assureur, responsable du

Plus en détail

ENGAGEMENT DE L ENTREPRISE

ENGAGEMENT DE L ENTREPRISE TRAITEMENT COMPTABLE D11 ENGAGEMENT DE L ENTREPRISE Il n existe d engagement de l entreprise que dans le cadre d un régime à prestations définies ou d indemnités de fin de carrière. Les régimes à cotisations

Plus en détail

Simulation d un système d assurance automobile

Simulation d un système d assurance automobile Simulation d un système d assurance automobile DESSOUT / PLESEL / DACHI Plan 1 Introduction... 2 Méthodes et outils utilisés... 2.1 Chaines de Markov... 2.2 Méthode de Monte Carlo... 2.3 Méthode de rejet...

Plus en détail

Solvabilité II et rentabilité ajustée au risque des produits en assurance-vie

Solvabilité II et rentabilité ajustée au risque des produits en assurance-vie Solvabilité II et rentabilité ajustée au risque des produits en assurance-vie Vladislav GRIGOROV, CRO SwissLife France Journées d études de l IA, Deauville, 21 septembre 2012 Introduction Solvency II représente

Plus en détail

FIXAGE. Le risque de taux en assurance-vie : Modélisation stochastique et fair value

FIXAGE. Le risque de taux en assurance-vie : Modélisation stochastique et fair value FIXAGE Le risque de taux en assurance-vie : Modélisation stochastique et fair value Petit-déjeuner du 9 janvier 2003 animé par Michel PIERMAY et Arnaud COHEN FIXAGE 11, avenue Myron Herrick 75008 Paris

Plus en détail

Modéliser l actif d un organisme assureur : quelques réflexions.

Modéliser l actif d un organisme assureur : quelques réflexions. Modéliser l actif d un organisme assureur : quelques réflexions. Journées d étude IA / SACEI 15 mai 2009 Frédéric PLANCHET Préambule La mise en œuvre de Solvabilité 2 d une part et de la norme IFRS assurance

Plus en détail

Quantitative Impact Study 5. Résultats & Conclusions. Luxembourg - 29 avril 2011

Quantitative Impact Study 5. Résultats & Conclusions. Luxembourg - 29 avril 2011 Quantitative Impact Study 5 Résultats & Conclusions Luxembourg - 29 avril 2011 1 Participation Principales difficultés / divergences Ratios de solvabilité Provisions techniques Fonds propres SCR : Capital

Plus en détail

Le pire des cas dans le choix de la copule

Le pire des cas dans le choix de la copule Comment éviter le pire Département de Mathématique Université de Bretagne Occidentale 29200 Brest Solvency 2 impose aux assureurs une analyse des risques accumulés sur plusieurs produits d assurances.

Plus en détail

Assurance Vie SENSIBILITE DES ENGAGEMENTS

Assurance Vie SENSIBILITE DES ENGAGEMENTS Journées d études 2011 Assurance Vie SENSIBILITE DES ENGAGEMENTS FRACTALES 0 Journées d études 2011 Sommaire Projet SIGMA 1 ère partie 1. Durée, duration, sensibilité 2. Sensibilité locale du BE Applications

Plus en détail

L actuariat et les nouveaux horizons de l assurance en Afrique

L actuariat et les nouveaux horizons de l assurance en Afrique L actuariat et les nouveaux horizons de l assurance en Afrique Application à l assurance vie Février 2014, version 1.1 Aymric Kamega, Actuaire Directeur associé, PRIM ACT aymric.kamega@primact.fr www.primact.fr

Plus en détail

Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux

Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux Risque et assurance : quelques éléments théoriques Ecole des Ponts - Le 6 Avril 01 Jacques Pelletan 1 Théorie du risque et pérennité de l

Plus en détail

Le Data Risk Center. Plateforme de pilotage et de gestion des risques Pilier I de la directive Solvabilité II

Le Data Risk Center. Plateforme de pilotage et de gestion des risques Pilier I de la directive Solvabilité II Le Data Risk Center Plateforme de pilotage et de gestion des risques Pilier I de la directive Solvabilité II Sommaire Le conseil en Risk Management 1) Le projet Solvabilité II Objectifs et moyens à mettre

Plus en détail

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé Plan de l intervention 1 2 3 Généralités sur le fonctionnement de l assurance

Plus en détail

Les modalités de gestion des contrats d épargne retraite. Fédération Française des Sociétés d Assurances

Les modalités de gestion des contrats d épargne retraite. Fédération Française des Sociétés d Assurances CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 juin 2010-9 h 30 «L épargne retraite individuelle et collective» Document N 6 Document de travail, n engage pas le Conseil Les modalités de gestion

Plus en détail

Solvabilité 2 : le rôle de l actuaire

Solvabilité 2 : le rôle de l actuaire JJ Mois Année Solvabilité 2 : le rôle de l actuaire Journées Actuarielles de Strasbourg 6-7 octobre 2010 1 PLAN Solvabilité 2 : présentation de la réforme Le rôle de l actuaire dans Solvabilité 2 Que fait

Plus en détail

Le point de vue du certificateur

Le point de vue du certificateur Le point de vue du certificateur Sépia «Certification des tables d expérience» Paris, mardi 23 novembre 2010 Pierre Thérond Actuaire Associé ptherond@galea-associes.eu PROJET / CONFIDENTIEL Sommaire 1.

Plus en détail

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs LEXIQUE - A Actuaires / Actuariat Un actuaire est un professionnel spécialiste de l'application du calcul des probabilités et de la statistique aux questions d'assurances, de finance et de prévoyance sociale.

Plus en détail

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II?

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Journées IARD de l Institut des Actuaires Les nouveaux défis de l assurance IARD liés à Solvabilité II 11 avri l 2012 Gildas Robert,

Plus en détail

TECH. INFOTECH # 34 Solvabilité 2 : Le calcul du capital économique dans le cadre d un modèle interne. Introduction

TECH. INFOTECH # 34 Solvabilité 2 : Le calcul du capital économique dans le cadre d un modèle interne. Introduction INFO # 34 dans le cadre d un modèle interne Comment les méthodes d apprentissage statistique peuvent-elles optimiser les calculs? David MARIUZZA Actuaire Qualifié IA Responsable Modélisation et Solvabilité

Plus en détail

Mémoire d Actuariat Tarification de la branche d assurance des accidents du travail Aymeric Souleau aymeric.souleau@axa.com 3 Septembre 2010 Plan 1 Introduction Les accidents du travail L assurance des

Plus en détail

AVIS SUR L APPLICATION DES NOUVELLES TABLES DE MORTALITE POUR L ARRETE DU 31.12.2006

AVIS SUR L APPLICATION DES NOUVELLES TABLES DE MORTALITE POUR L ARRETE DU 31.12.2006 Reconnu comme établissement d utilité publique par décret du 30 octobre 1896 AVIS SUR L APPLICATION DES NOUVELLES TABLES DE MORTALITE POUR L ARRETE DU 31.12.2006 Les avis de l Institut des actuaires n

Plus en détail

Valorisation dans le secteur de l assurance

Valorisation dans le secteur de l assurance DRAFT Valorisation dans le secteur de l assurance Philippe TRAINAR Chief Risk Officer, SCOR Group Colloque de l Association de Comptabilité Nationale 2-4 juin 2010, Paris INTRODUCTION La question de la

Plus en détail

1. Embedded Value (EV) au 31.12.2013

1. Embedded Value (EV) au 31.12.2013 1. Embedded Value (EV) au 31.12.2013 1.1 La notion d embedded value La présente communication porte sur l Embedded Value agrégée des deux sociétés Vie qui sont détenues à 100% par Foyer S.A., à savoir

Plus en détail

Résultats du premier trimestre 2015. SCOR enregistre un résultat net de grande qualité de EUR 175 millions et un ROE annualisé de 12,1 %

Résultats du premier trimestre 2015. SCOR enregistre un résultat net de grande qualité de EUR 175 millions et un ROE annualisé de 12,1 % SCOR enregistre un résultat net de grande qualité de EUR 175 millions et un ROE annualisé de 12,1 % SCOR démarre l année avec de solides performances grâce à la mise en œuvre rigoureuse de son plan stratégique

Plus en détail

Gestion Actif-Passif De Arrow à Enron : 50 ans de produits dérivés.

Gestion Actif-Passif De Arrow à Enron : 50 ans de produits dérivés. Gestion Actif-Passif De Arrow à Enron : 50 ans de produits dérivés. Jean-Paul Laurent Professeur à l ISFA, Université Lyon 1 Consultant scientifique, BNP PARIBAS! «Imaginons que nous puissions introduire

Plus en détail

Rencontres. L allocation d actif, la gestion actif / passif et l optimisation de la réassurance sous Solvabilité 2

Rencontres. L allocation d actif, la gestion actif / passif et l optimisation de la réassurance sous Solvabilité 2 Rencontres L allocation d actif, la gestion actif / passif et l optimisation de la réassurance sous Solvabilité 2 Vincent Régnier Directeur technique, financier et des risques MutRé 2015 Arnaud Chevalier

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM Centre Loire dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

Regime Switching Model : une approche «pseudo» multivarie e

Regime Switching Model : une approche «pseudo» multivarie e Regime Switching Model : une approche «pseudo» multivarie e A. Zerrad 1, R&D, Nexialog Consulting, Juin 2015 azerrad@nexialog.com Les crises financières survenues dans les trente dernières années et les

Plus en détail

Cours de contrôle de gestion appliqué à l'assurance. Partie 3. Cours complet, exercices d'application et bibliographie sur www.cours-assurance.

Cours de contrôle de gestion appliqué à l'assurance. Partie 3. Cours complet, exercices d'application et bibliographie sur www.cours-assurance. Cours de contrôle de gestion appliqué à l'assurance Partie 3 Cours complet, exercices d'application et bibliographie sur www.cours-assurance.org Partie 3 : Analyse prospective des résultats d une compagnie

Plus en détail

- Value at Risk paramétrique -

- Value at Risk paramétrique - Hueber Roger Duruz Patrik Prof : Dr Akimou Ossé, Dr Emmanuel Fragnière Assistant : M Giuseppe Catenazzo Application VBA-EXCEL en Finance & Risk Management - Value at Risk paramétrique - EES3 Genève, le

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM d Aquitaine dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

De la mesure à l analyse des risques

De la mesure à l analyse des risques De la mesure à l analyse des risques Séminaire FFA Jean-Paul LAURENT Professeur à l'isfa jean-paul.laurent@univ-lyon1.fr http://laurent.jeanpaul.free.fr/ 0 De la la mesure à l analyse des risques! Intégrer

Plus en détail

rv de septembre - 09/09/2008 - XC

rv de septembre - 09/09/2008 - XC rv de septembre - 09/09/2008 - XC Rendez-vous de septembre 9 septembre 2008 - Monte Carlo LE TRANSFERT DE RISQUES DANS SOLVABILITÉ II Xavier Cognat Fédération Française des Sociétés d Assurances rv de

Plus en détail

Embedded Value de SCOR VIE au 31 décembre 2004

Embedded Value de SCOR VIE au 31 décembre 2004 SCOR VIE Embedded Value de SCOR VIE au 31 décembre 2004 Présentation du Paris Avertissement Certaines informations contenues dans cette présentation pouvant être des informations de nature prospective

Plus en détail

Les orientations nationales complémentaires : valorisation des passifs

Les orientations nationales complémentaires : valorisation des passifs Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles Les orientations nationales complémentaires : valorisation des passifs Régis WEISSLINGER Séminaire SEPIA 10 juin 2008 Page n 1 Sommaire Introduction

Plus en détail

Orientations Nationales Complémentaires aux Spécifications Techniques pour l exercice 2013 de préparation à Solvabilité II

Orientations Nationales Complémentaires aux Spécifications Techniques pour l exercice 2013 de préparation à Solvabilité II Orientations Nationales Complémentaires aux Spécifications Techniques pour l exercice 2013 de préparation à Solvabilité II V1.0 SOMMAIRE 1. Remarques préliminaires... 2 2. Le calcul du Best Estimate Vie...

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

pour les compagnies d assurances non-vie relatif à l estimation des paramètres du modèle standard SST

pour les compagnies d assurances non-vie relatif à l estimation des paramètres du modèle standard SST GUIDE PRATIQUE pour les compagnies d assurances non-vie relatif à l estimation des paramètres du modèle standard SST Edition du 16 décembre 2011 But Le présent guide pratique s entend comme une aide pour

Plus en détail

Modélisation des coûts d assurance résultant de catastrophes naturelles

Modélisation des coûts d assurance résultant de catastrophes naturelles Modélisation des coûts d assurance résultant de catastrophes naturelles par Mathieu Boudreault Étudiant à la maîtrise en mathématiques (concentration actuariat) Université Laval (Québec) Canada Association

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Table des matières... Préface... 1. Introduction... 3

TABLE DES MATIÈRES. Table des matières... Préface... 1. Introduction... 3 TABLE DES MATIÈRES Table des matières....................................... VII Préface................................................ 1 Introduction........................................... 3 1. La

Plus en détail

Adaptation de Solvabilité II avec Omnibus II

Adaptation de Solvabilité II avec Omnibus II FIXAGE Adaptation de Solvabilité II avec Omnibus II Deauville - 21 septembre 2012 Emmanuel TASSIN FIXAGE 11, avenue Myron Herrick - 75008 Paris - France Téléphone : 33 (1) 53 83 83 93 - Télécopie : 33

Plus en détail

Annexes Solvabilité 2 Compte rendu 2011 Réassureurs et captives de réassurances

Annexes Solvabilité 2 Compte rendu 2011 Réassureurs et captives de réassurances Annexes Solvabilité 2 Compte rendu 2011 Réassureurs et captives de réassurances Luxembourg - 3 juin 2013 Marc Comes / Valérie Scheepers 1 Introduction Bilan sous Solvabilité 2 BSCR Annexes 2012 les nouveautés

Plus en détail

7e HEPTA CONSULT. Offre de services & équipe de consultants. 5, Z.A.I. de Bourmicht L 8070 BERTRANGE

7e HEPTA CONSULT. Offre de services & équipe de consultants. 5, Z.A.I. de Bourmicht L 8070 BERTRANGE Actuaires Conseils 5, Z.A.I. de Bourmicht L 8070 BERTRANGE Tél. : 263 179-1 http://www.heptaconsult.lu Fax. : 263 179-24 Offre de services & équipe de consultants Nos activités principales Conseils aux

Plus en détail

Contents. 1 Introduction Objectifs des systèmes bonus-malus Système bonus-malus à classes Système bonus-malus : Principes

Contents. 1 Introduction Objectifs des systèmes bonus-malus Système bonus-malus à classes Système bonus-malus : Principes Université Claude Bernard Lyon 1 Institut de Science Financière et d Assurances Système Bonus-Malus Introduction & Applications SCILAB Julien Tomas Institut de Science Financière et d Assurances Laboratoire

Plus en détail

Solvabilité II : Quel avenir?

Solvabilité II : Quel avenir? Solvabilité II : Quel avenir? Rapprochement MCEV et Solvabilité II Colloque Actuariat CNAM 06 octobre 2011 Actuariat réalité Plan «actuariat» - Similitudes techniques (et quelques différences) - mais objectifs

Plus en détail

Actualités Solvabilité 2

Actualités Solvabilité 2 Risk and Value Measurement Services (RVMS) Actualités Solvabilité 2 Omnibus 2 approuvé le 13 novembre 2013, entrée en vigueur définitif le 1 er janvier 2016 18 novembre 2013 1. Contexte et résumé Un projet

Plus en détail