Capital économique en assurance vie : utilisation des «replicating portfolios»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Capital économique en assurance vie : utilisation des «replicating portfolios»"

Transcription

1 Capital économique en assurance vie : utilisation des «replicating portfolios» Anne LARPIN, CFO SL France Stéphane CAMON, CRO SL France 1

2 Executive summary Le bouleversement de la réglementation financière en assurance vie et le développement des techniques modernes de modélisation par simulations a conduit à la création de modèles de plus en plus complexes. La finalité de ces modèles est le plus souvent la valorisation d un portefeuille et/ou la détermination d un capital économique dans un référentiel réglementaire et /ou interne. Les actuaires ont participé activement à ce mouvement en mettant en application leurs compétences pointues. De fait, ils ont un pouvoir fort de prescription auprès des décideurs. Dès lors, l actuaire doit veiller à expliquer les limites de son raisonnement et à communiquer les résultats en interne et en externe de manière à s assurer d un certain recul dans leur compréhension. «Replicating portfolios» est une approche qui pourrait permettre de simplifier et accélérer le calcul de la valeur du passif, de ses sensibilités ou le calcul du capital économique en assurance vie. Toutefois, il est indispensable de connaître les limites de l approche et ses conditions d application. Page 2

3 Plan de la présentation «Replicating portfolios» : principes généraux de la méthode Les techniques quantitatives envisageables Quelques exemples illustratifs Conditions d application et limites de l approche Conclusion Page 3

4 «Replicating portfolios» : principes généraux de la méthode 4

5 Pourquoi les «replicating portfolios» en assurance vie? (1) De plus en plus, le passif d une compagnie d assurance vie est analysée avec les outils de la théorie financière. C est notamment le cas des référentiels MCEV, de Solvency II et de IFRS 4 phase II. En effet, de nombreuses garanties accordées aux assurés représentent en réalité des options. A titre d exemple : - Taux minimum garanti - Participation aux bénéfices (PB) contractuelle - Règle de Participation aux bénéfices minimale (PB mini) - Droit de rachat et de versements libres dont disposent les assurés - Droit d arbitrage entre support Euro et supports UC - Option de conversion en rente - Garanties plancher UC en cas de décès ou plus généralement des GM*B Ces garanties représentent bien des «options» : il s agit de droits, et non d obligations, que l assureur a accordés à ses clients. Page 5

6 Pourquoi les «replicating portfolios» en assurance vie? (2) Le développement des techniques de simulations a permis de valoriser ces options de manière dite «compatible avec le marché» (market consistent). Généralement, deux composantes de la valeur du passif sont identifiées : - un équivalent certain : correspond à la valeur obtenue par un seul scénario déterministe - la valeur temps des option&garanties, déduite par différence entre 1) la valeur globale issue d un calcul par simulation de Monte Carlo et 2) l équivalent certain Au-delà d un débat sur la pertinence et la robustesse des hypothèses utilisées comme inputs de ces modèles, le temps de calcul reste significatif compte tenu de la nécessité de réaliser un nombre élevé de simulations. Dès lors, les modèles de valorisation des passifs type «MCEV», même en supposant leur parfaite adéquation avec la réalité économique, pourrait difficilement permettre : - Une valorisation mensuelle du passif - Un calcul rapide des sensibilités aux variables de marché («grecs») - Une étude de type «Capital économique», pour laquelle la distribution de la richesse à un horizon est nécessaire (en particulier 1 an pour SII). Problème dit des «nested simulations», cf page suivante) La technique dite des «replicating portfolios» a été développée avec l intention de résoudre ce problème opérationnel et calculatoire. RP peut être également utile pour la compréhension des passifs ou la mise en place de stratégies de couverture. Page 6

7 Enjeux concrets au sein d une direction des risques Valorisation du passif (idéalement mensuelle) en fonction des conditions de marché. Quelle approche simplifiée et peu coûteuse en terme de temps de calcul? Sensibilités («grecs») des passifs aux conditions de marché. Capital économique (modèle interne sous Solvency II ) : Quelle distribution du passif en t=1? Concept MCEV Concept Capital économique à horizon 1 an T= 0 T= 1 T= 2. m*n simulations!? T= 0 T= 1 T= 2. Très coûteux en temps de calcul, voire impossible. Valeur Passif= valeur actualisée et probabilisée des CF futurs Sous la probabilité risque-neutre m simulations Sous la probabilité physique n simulations Sous la probabilité risque-neutre Page 7

8 Approche RP : définition et contraintes Une définition possible : «We can define a replicating portfolio as a portfolio of standard financial instruments which matches the cash flows generated by the liabilities as good as possible.» Que signifie «standard instruments»: obligations, actions, instruments dérivés (vanilla options, swaption ) Que signifie «matches». Au moins deux approches sont envisageables : - Present Value Matching :les valeurs actualisées en 0 des cash-flows du RP et du passif sont «proches» pour chaque scénario - Cash Flow Matching : les cash flows du RP et du passif sont «proches» pour chaque scénario et à chaque date Que signifie «as good as possible»? Nécessité d utiliser la «boîte à outils statistique» permettant d évaluer la qualité de la réplication : R2, analyse des résidus, valeur actuelle, tests, rapprochement des cash-flows Contraintes : RP T= 0 T= 1 Sous la probabilité physique RP sc 1 RP sc 2 RP sc 3 Valorisation du RP en fonction du scénario Les instruments financiers répliquants doivent être suffisamment simples pour être valorisés en t=1 par des formules fermées ou des méthodes numériques peu coûteuses en temps de calcul. A défaut, le bénéfice opérationnel de la méthode est perdu. Page 8

9 «Replicating portfolios» : utilité et limites? Ce que «Replicating portfolios» pourrait faire : La valorisation mensuelle du passif suffisamment rapide pour permettre une mise en place opérationnelle Des «fonctions continues» de sensibilités Le calcul rapide et robuste du capital économique à un horizon donné Une meilleure compréhension du passif d assurance vie. La communication entre actuaires et gestionnaires d actif serait facilitée. Ce que «Replicating portfolios» ne pourra pas faire : Valoriser les éléments du passif «non couvrables» par des instruments financiers : risque de mortalité, de dérive des frais. Créer de l information «ex nihilo» qui ne proviendrait pas du modèle interne de passif : le RP n est qu une représentation de celui-ci, pas un modèle alternatif. Répliquer durablement les passifs dans le temps : la réplication serait de qualité que si les caractéristiques du portefeuille d assurance et de l allocation d actif sont stables. Page 9

10 «Replicating portfolios» : les techniques quantitatives envisageables 10

11 Historique du projet «RP» chez SL France SL France a démarré son projet «RP» en mars 2009 dans le cadre d un projet groupe. Le portefeuille répliquant s appuiera sur les cash-flows des passifs issus du modèle MCEV. Une attention particulière sera portée au passage de l univers risque-neutre vers l univers des probabilités physiques. Une première phase consistait à analyser l utilité de la méthode et les techniques de réplication envisageables (present value matching, cash-flows matching) Un prototype a été créé sous R, outil qui nous semble particulièrement adapté à la phase de développement Actuellement, nous sommes en phase de modélisation détaillée et d analyse des résultats Page 11

12 «Present value matching» (1) Present Value Matching : Minimisation de l écart entre les present values des flux (Liability modèle vs RP) Analyse des flux de passif: CF_Liability(1).. CF_Liability(i).. CF_Liability(5000) Définition de l univers des actifs susceptibles de répliquer. Un actif est un instrument financier dont les caractéristiques sont clairement définies (échéance, taux des obligations, strike des put&call, strike, maturité, exercice des swaptions etc ). Dès lors, l actuaire doit réaliser un choix a priori en fonction de sa connaissance du passif afin de réduire le nombre d actifs. résidus Modèle : Définition d une fonction objectif à minimiser : w j sont les poids des actifs à déterminer Une solution exacte du problème de minimisation est obtenue par la méthode des «moindres carrés» (cf annexe 1) Page 12

13 «Present value matching» (2) Toutefois, les résultats ne sont pas toujours satisfaisants. Le portefeuille répliquant obtenu par les MCO se caractérise souvent par des positions alternatives «short»/ «long» qui se compensent : Il s agit d un problème d instabilité des résultats lors de l inversion de la matrice «X T *X» en présence d actifs fortement corrélés (eg ZCB de maturités différentes). Une solution possible est la méthode des ACP (analyse en composantes principales, cf annexe 1) : - Analyse de la matrice des actifs - Choix des axes contribuant le plus à l explication de la variance - Régression linéaire sur la matrice des composantes principales - Retour au référentiel initial Page 13

14 «Cash flow matching» Méthode alternative assez contraignante mais plus intuitive Minimisation type Cash-flow matching en considérant le flux actualisé : Conserver une bonne réplication de la valeur actuelle Apporter une dimension temporelle à la réplication Minimisation «très contraignante» Modèle : T0 T0 T=j T=j Simulation i, liability T=40 Simulation i, RPF T=40 Fonction objectif : Minimisation des moindres carrés Somme simple sur indice (i*t) Pas de problèmes de quasi-colinéarité dans la matrice t(x)*x (cf annexes) Page 14

15 «Replicating portfolios» : quelques exemples illustratifs 15

16 «RP» et instruments dérivés : illustration avec un produit Epargne (garantie à terme) Compte tenu de la complexité des options incorporées au passif, le portefeuille répliquant doit contenir également des options (puts, call, swaptions.) Exemple «épargne» (vision simplifiée avec une garantie à terme, non rachetable) Taux de PB=85%, TMG=2.5%, Prime=1 000, Maturité=5ans Allocation d actifs : 20 % actions, 80% obligation (zero-coupons) au taux sans risque à 5 ans Payoff(t=5) = Prime*(1+2.5%) 5 + Prime*max(85%*Fond(t=5) (1+2.5%) 5, 0) Réplication parfaite (couverture) Payoff = Prime*(1+2.5%) 5 + Prime*max(85%*Fond(t=5) (1+2.5%) 5, 0) ZCB maturité 5 ans w 1 = Prime*(1+2.5%) 5 Prime*max(85%*(20%*S 5 +80%*(1+tx 5ans ) 5 ) (1+2.5%) 5, 0) 85%*20%*Prime*max(S 5 ((1+2.5%) 5 85%*80%*(1+tx 5ans ) 5 ),0) 85%*20% Call maturité 5 ans, strike =1.84, sous-jacent 100% actions w 2 = 85%*20%*prime Page 16

17 «RP» et instruments dérivés : illustration avec un produit «Epargne» (garantie à terme ) Mise en œuvre de la réplication avec les actifs de couverture Maturité Strike PV Poids ZCB CALL Valeur de marché MV Liability MV RPF Erreur % Résultats identiques avec les deux méthodes Sur un passif réel, nous ne connaissons pas les caractéristiques optimales des instruments financiers. Ainsi, il est intéressant d étudier: La sélectivité de la méthode «La stabilité» des résultats concernant le calcul de la distribution du passif (celle-ci devrait être unique ) Introduction d actifs «polluants» dans l univers des actifs pour tester la méthode Page 17

18 «RP» et instruments dérivés : illustration avec un produit «Epargne» (garantie à terme) Réplication avec les actifs parfaits + «polluants» Present Value Matching (seuil variance à 95%) Maturité Strike PV Poids ZCB ZCB ZCB EQ EQ EQ CALL CALL R 2 =0.973 MV Liability MV RPF Erreur % Remarques : - Le gestionnaire doit lui-même éliminer les actifs «polluants» - Le calcul de la distribution du passif serait-il affecté? Page 18

19 «RP» et instruments dérivés : illustration avec un produit «Epargne» (garantie à terme) Réplication avec les actifs parfaits + «polluants» Cash Flow Matching Maturité Strike PV Poids ZCB ZCB ZCB EQ EQ EQ CALL CALL MV Liability MV RPF Erreur % Remarque : - La méthode n introduit que des actifs ayant un lien temporel avec le passif. Toutefois, sur un exemple réel elle est très contraignante. Page 19

20 «RP» et instruments dérivés : illustration Distribution des passif à horizon 1 an Figure 1 Réplication parfaite (figure 1) Present Value Matching Cash-Flow Matching Moyenne Quantile passif Quantile-Moyenne (95%) Réplication avec actifs «polluants» (figure 2) Present Value Matching Cash-Flow Matching Moyenne Quantile passif Quantile-Moyenne (95%) Figure 2 L introduction d actifs «polluants» peut modifier la distribution du passif de façon importante et dès lors influencer le calcul du capital économique. Comment juger de la fiabilité du résultat concernant la VaR? Page 20

21 RP dans le cadre des normes comptables françaises En réalité le produit précédent n est pas un produit d épargne français; la règle de PB impose une contrainte de «path dependency» : Provisions mathématiques (abstraction faite des chargements) d un produit avec un TMG de 2.5%: PM 0 = PM t-1 PM t = PM t-1 *(1+max(85%*rdt_comptable t, 2.5%)) t=0 A maturité, et abstraction faite des chargements, l assuré récupère la PM de cinquième année: Chaque année, l assuré bénéficie donc d une option sur le «rendement» comptable des actifs investis A une date donnée, la PM peut donc se voir comme une capitalisation d option de taux Les rendements comptables n étant pas identiques aux rendements financiers économiques, cela entraîne un biais supplémentaire dans la réplication. Le rôle des règles comptables est significatif. Page 21

22 Produit Euro : «Path dependency» Règle comptable: valorisation en fair value par résultat (pas de «buffers»: réserve de capi, fonds de PB ) Description du produit : allocation d actif, TMG, PB contractuelle, pas de rachats dynamiques Taux de rachat =10%, TMG=2.5%, Tx de chargement=0.5%, PB contractuelle=85% Allocation fixe: 100 % monétaire (cash) => Sous-jacent des calls = 100 % actif monétaire Horizon de projection = 40 ans Réplication 1: Approche «capital différé» (ZCB + Call) Les strikes sont fixés de façon «capitalisée» Present Value matching Pour tout i, max(85%*cash(t=i) (1+2.5%) i, 0) R 2 = 0.87 Dans ce cas extrême (allocation 100 % actif monétaire, comptabilisé en fair value), la réplication à l aide des actifs proposés ne semble pas satisfaisante. Page 22

23 Produit Euro : «Path dependency» Réplication 2 : Approche «actifs synthétiques» Création d une classe d actifs fictifs Remarque: la valorisation de ces actifs n est pas envisageable en général à l aide de formules fermées Present Value Matching Conclusion 1 : Dans le cadre de la comptabilité française, une réplication parfaite d un portefeuille de contrats type «Euro» n est pas envisageable à l aide de 0-coupons et d options «simples». Page 23

24 Produit Euro : Cadre comptable français Règles comptables : cout amorti concernant les actions (pas de PRE), actif monétaire en valeur de marché En considérant une allocation 50% actions, 50% monétaire sur le même produit, la réplication Present Value Matching donne des résultats quasi-satisfaisants. Remarque: dans cette simulation; la comptabilisation des actions au coût amorti, sans dotation de la PRE, atténue le caractère «path dependent» du passif. Réplication : ZCB, equity, call R 2 = 0.98 Conclusion 2: L allocation d actifs joue un rôle très important dans la réplication et les normes comptables associées aux actifs investis peuvent dégrader ou améliorer la réplication. Page 24

25 Produit Euro : Le rôle de la réserve de capitalisation Allocation 100 % obligations, taux fixe à 4%, avec mécanisme de Réserve de capitalisation (attribuée à l actionnaire en fin de projection) Present Value Matching ZCB ZCB + Floors à 4% R 2 =0.98 R 2 =0.993 La réplication à l aide de floors est nettement améliorée, le floor vient alors refléter (imparfaitement!) le caractère asymétrique (>0) de la Réserve de capitalisation. Attention toutefois à l effet potentiel dû à une «sur-paramétrisation» du modèle. Remarque: le portefeuille de floors est composé de 40 floors portant sur le taux à 30 ans, le strike est fixé pour l ensemble des floors à 4%. L utilisation de swaptions pourrait être une alternative Page 25

26 «Replicating portfolios» : Conditions d application et limites de l approche 26

27 Conclusion sur la technique des RP Une compréhension de la finalité de la méthode et de l utilisation qui en sera faite. La connaissance approfondie du passif et de l actif est indispensable pour «intuiter» l univers des actifs à considérer dans la réplication. La connaissance approfondie du modèle de passif est indispensable! (modélisation des règles comptables, «management rules», raccourcis.) Les normes comptables jouent un rôle prépondérant sur la qualité et la faisabilité de la réplication. Un produit portant la même dénomination d un pays à un autre peut être répliqué d une façon complètement différente selon les normes comptables du pays. Une attention particulière doit être accordée aux scénarii extrêmes : il s agit des cas où le RP aurait tendance à s écarter du passif, or ce sont les scénarii les plus important pour la gestion des risques. En conclusion, appliquer «Replicating portfolios» aux garanties «françaises» semble possible, mais une attention particulière doit être accordée au caractères «path dependent», au rôle des règles comptables, et à l utilisation finale du portefeuille pour des besoins de risk management. Page 27

28 Quelles alternatives à RP? Dans le cadre conceptuel des Replicating portfolios : - Terminal value matching : métrique basée sur la valeur capitalisée en fin de projection au lieu de la valeur actualisée - Cash flow matching par périodes («time buckets») : comparaison des flux agrégés par groupes de marturité (eg 0-5 ans, 6-10 ans, ans, ). Approche moins contraignante que le cash flow matching stricto sensu. D autres méthodes heuristiques d élimination de scénarii existent, mais qui ne font pas appel à un portefeuille répliquant. Pour le calcul d un quantile de distribution, une minorité de scénarii «défavorables» jouent un rôle prépondérant. Il s agit de développer une méthode permettant de les identifier. Page 28

29 Conclusion sur le rôle de l actuaire «Replicating portfolios» est un exemple concret d une technique complexe en développement Le rôle de l actuaire, en tant que concepteur de modèle, ne se limite pas à son expertise des techniques quantitatives. Il doit également s assurer que les décideurs ont une excellente compréhension des conditions d application et des limites du modèle. Quel lien avec ERM? Page 29

30 Quel lien avec ERM? «Replicating portfolios» pourrait être une technique utile dans le cadre du développement d un modèle interne en assurance vie. Le modèle interne devrait s inscrire dans un processus systématique et global d identification et de mesure des risques. L implication des décideurs dans ce processus est nécessaire, afin de mettre en place des stratégies intégrées de maximisation de la valeur de l entreprise dans un référentiel Risque/ Capital/Valeur. Valeur Risque Capital Page 30

31 Merci 31

32 ANNEXES 32

33 Annexe 1: «Present value matching» Solution du problème de minimisation par la méthode des moindre carrés : Minimisation de la fonction objective (MCO) Résolution du système des moindres carrés: (t(a)*a)*w= t(a)*l Solution des moindres carrés: w=(t(a)*a) -1 *(t(a)*l) Page 33

34 Annexe 1: «Present value matching» (2) Application d une ACP (analyse en composantes principales) afin de résoudre le problème des actifs fortement corrélés (eg obligations) : Calcul des composantes principales de la matrice de corrélation de A Détermination des p composantes principales expliquant un seuil de variance fixée (eg 98%) Remarques: Matrice de changement de base (tronquée) PC=(PC 1,,PC p ) avec p<k Calcul des present values des composantes principales : PVPC=A*PC - Composantes principales = vecteurs propres de la matrice de corrélation de A - Part de variance expliquée = valeur propre associée au vecteur propre Modèle de régression sur les present values des composantes principales : Solution w PC des moindres carrés: w PC =(t(pvpc)*pvpc) -1 *(t(pvpc)*l) Retour à la base initiale et solution finale: w=pc*w PC Page 34

35 Annexe 2: «Cash-flow matching» Minimisation de la fonction: Utilisation d un indice simple: Minimisation de n*40 équations : Remarque: Un actif zero-coupon est don un vecteur quasi nul. Page 35

36 Produit Euro : Present value matching vs Cash Flows matching Retour sur l exemple: Allocation 50% actions 50% cash Les strikes des calls sont fixés sur l idée de la «garantie à terme» Pour tout i, max(90%*fond(t=i) (1+2%) i, 0) Present Value Matching (idem précédent) Cash-Flow Matching R 2 =0.96 Les deux réplications sont quasi-équivalentes vis-à-vis des indicateurs statistiques, cependant les poids peuvent différer et amener à des distributions horizon 1 an différentes. Les flux de la méthode Cash flow Matching sont plus «intuitifs» mais celle-ci est plus contraignante. Page 36

LA GESTION ACTIF / PASSIF A LA CNP plus quelques digressions sur les normes IFRS

LA GESTION ACTIF / PASSIF A LA CNP plus quelques digressions sur les normes IFRS LA GESTION ACTIF / PASSIF A LA CNP plus quelques digressions sur les normes IFRS UNE ORGANISATION FAVORABLE A L EMERGENCE DE LA GESTION ACTIF-PASSIF - séparation des rôles de l assureur, responsable du

Plus en détail

Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2. Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model»

Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2. Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model» Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2 Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model» Luca De Dominicis formation Sepia 10 juin 2008 Sommaire 1.

Plus en détail

CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS

CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS Ce chapitre est consacré à la valorisation par les cash flows actualisés ou DCF. Cette méthode est basée sur la capacité d une entreprise à générer des flux

Plus en détail

Critères de validation des modèles internes en assurance vie :

Critères de validation des modèles internes en assurance vie : Critères de validation des modèles internes en assurance vie : Use tests, intégration des modèles dans les processus de prise de décision et approche ERM Vladislav GRIGOROV, CRO, SwissLife France David

Plus en détail

Mesure et gestion des risques d assurance

Mesure et gestion des risques d assurance Mesure et gestion des risques d assurance Analyse critique des futurs référentiels prudentiel et d information financière Congrès annuel de l Institut des Actuaires 26 juin 2008 Pierre THEROND ptherond@winter-associes.fr

Plus en détail

Évaluation de contrats. une problématique actuelle. Pierre THEROND. Séminaire ISFA-ENSIMAG Lyon, 13 mars 2008. ptherond@winter-associes.

Évaluation de contrats. une problématique actuelle. Pierre THEROND. Séminaire ISFA-ENSIMAG Lyon, 13 mars 2008. ptherond@winter-associes. Évaluation de contrats d assurance vie en euro : une problématique actuelle Séminaire ISFA-ENSIMAG Lyon, 13 mars 2008 Pierre THEROND ptherond@winter-associes.fr Introduction ti Les contrats d assurance

Plus en détail

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Solvabilité 2, une réforme en 3 piliers Les objectifs : Définir un cadre harmonisé imposant

Plus en détail

Liste des notes techniques... xxi Liste des encadrés... xxiii Préface à l édition internationale... xxv Préface à l édition francophone...

Liste des notes techniques... xxi Liste des encadrés... xxiii Préface à l édition internationale... xxv Préface à l édition francophone... Liste des notes techniques.................... xxi Liste des encadrés....................... xxiii Préface à l édition internationale.................. xxv Préface à l édition francophone..................

Plus en détail

Comment intégrer les modèles prospectifs dans le pilotage de l activité d assurance

Comment intégrer les modèles prospectifs dans le pilotage de l activité d assurance Comment intégrer les modèles prospectifs dans le pilotage de l activité d assurance 10 juillet 2012 Intervention à l Université d Eté de l Institut des Actuaires Gildas Robert Actuaire Senior Manager Frédérique

Plus en détail

Présentation du métier d actuaire vie

Présentation du métier d actuaire vie 06 Octobre 2010 Frédéric Daeffler 14/10/2010 Agenda Assurance vie : Produits concernés Actuaire produit : Tarification et conception d un produit Actuaire financier : Pilotage des résultats, Gestion actif-passif,

Plus en détail

Norme comptable pour l assurance : trouver la bonne mesure

Norme comptable pour l assurance : trouver la bonne mesure Norme comptable pour l assurance : trouver la bonne mesure Denis Duverne et Antoine Lissowski Membres du CFO Forum Paris, le 25 juillet 2006 Sommaire Qui sommes-nous? Quelle est la finalité de la comptabilité?

Plus en détail

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret 1 Contenu 1. Gouvernance de la gestion de risques dans le Groupe AXA 2. AXA Canada - Structure organisationnelle de la gestion de risques

Plus en détail

Solvabilité II Les impacts sur la tarification et l offre produit

Solvabilité II Les impacts sur la tarification et l offre produit Solvabilité II Les impacts sur la tarification et l offre produit Colloque du CNAM 6 octobre 2011 Intervenants OPTIMIND Gildas Robert actuaire ERM, senior manager AGENDA Introduction Partie 1 Mesures de

Plus en détail

Normes IFRS et Solvabilité 2

Normes IFRS et Solvabilité 2 Normes IFRS et Solvabilité 2 Norme IFRS 4 contrats d assurance Lyon, lundi 28 septembre 2009 Pierre Thérond http://www.pierretherond.fr Sommaire 1. Historique 2. Champ d application 3. Principales caractéristiques

Plus en détail

Table des matières détaillée

Table des matières détaillée Table des matières détaillée Préface XIX Avant-propos XXI PARTIE I LA FINANCE ET LE SYSTÈME FINANCIER 1 Chapitre 1 Qu est-ce que la finance? 1 Résumé 1 1.1 Définition de la finance 3 1.2 Pourquoi étudier

Plus en détail

Market Consistent Embedded Value

Market Consistent Embedded Value Market Consistent Embedded Value 1 Objectif de la séance } Comprendre de façon économique et intuitive la valorisation d une compagnie d assurances-vie } Aborder le concept de Market-Consistent Embedded

Plus en détail

Le passage de l'embedded Value à l'economic Value

Le passage de l'embedded Value à l'economic Value Le passage de l'embedded Value à l'economic Value Une meilleure prise en compte des options et des garanties Ferdia Byrne, Claire Lasvergnas 23 septembre 2003 Les principes L'application Le marché français

Plus en détail

Rencontres. L allocation d actif, la gestion actif / passif et l optimisation de la réassurance sous Solvabilité 2

Rencontres. L allocation d actif, la gestion actif / passif et l optimisation de la réassurance sous Solvabilité 2 Rencontres L allocation d actif, la gestion actif / passif et l optimisation de la réassurance sous Solvabilité 2 Vincent Régnier Directeur technique, financier et des risques MutRé 2015 Arnaud Chevalier

Plus en détail

Solvabilité II et rentabilité ajustée au risque des produits en assurance-vie

Solvabilité II et rentabilité ajustée au risque des produits en assurance-vie Solvabilité II et rentabilité ajustée au risque des produits en assurance-vie Vladislav GRIGOROV, CRO SwissLife France Journées d études de l IA, Deauville, 21 septembre 2012 Introduction Solvency II représente

Plus en détail

Probabilités III Introduction à l évaluation d options

Probabilités III Introduction à l évaluation d options Probabilités III Introduction à l évaluation d options Jacques Printems Promotion 2012 2013 1 Modèle à temps discret 2 Introduction aux modèles en temps continu Limite du modèle binomial lorsque N + Un

Plus en détail

Formation : Le contrat d épargne en fonds euros sous Solvabilité II

Formation : Le contrat d épargne en fonds euros sous Solvabilité II Formation : Le contrat d épargne en fonds euros sous Solvabilité II Le développement de l assurance vie résulte de circonstances exceptionnelles (fiscalité, baisse des taux d intérêt, contractualisation

Plus en détail

Théorie Financière 8 P. rod i u t its dé dérivés

Théorie Financière 8 P. rod i u t its dé dérivés Théorie Financière 8P 8. Produits dit dérivés déié Objectifsdelasession session 1. Définir les produits dérivés (forward, futures et options (calls et puts) 2. Analyser les flux financiers terminaux 3.

Plus en détail

Évaluation de contrats d épargne en euros

Évaluation de contrats d épargne en euros Évaluation de contrats d épargne en euros Séminaire Sépia «Utilisation de modèles financiers en assurance» Paris, 18 décembre 2007 Pierre THEROND Actuaire conseil ptherond@winter-associes.fr Introduction

Plus en détail

Institut des Actuaires

Institut des Actuaires Institut des Actuaires Commission comptable Avis de l IA sur l application des nouvelles tables de mortalité Grégory Boutier Références, avis de l Institut des Actuaires Rentes viagères Contrats vie et

Plus en détail

VALORISATION DES PRODUITS DE CHANGE :

VALORISATION DES PRODUITS DE CHANGE : VALORISATION DES PRODUITS DE CHANGE : TERMES, SWAPS & OPTIONS LIVRE BLANC I 2 Table des Matières Introduction... 3 Les produits non optionnels... 3 La méthode des flux projetés... 3 Les options de change

Plus en détail

De la mesure à l analyse des risques

De la mesure à l analyse des risques De la mesure à l analyse des risques Séminaire ISFA - B&W Deloitte Jean-Paul LAURENT Professeur à l'isfa, Université Claude Bernard Lyon 1 laurent.jeanpaul@free.fr http://laurent.jeanpaul.free.fr/ 0 De

Plus en détail

Un Modèle d'evaluation des Obligations à Taux Variable à Partir de la Courbe des Taux Zéro-Coupons des Emprunts d Etat. Résumé

Un Modèle d'evaluation des Obligations à Taux Variable à Partir de la Courbe des Taux Zéro-Coupons des Emprunts d Etat. Résumé Un Modèle d'evaluation des Obligations à Taux Variable à Partir de la Courbe des Taux Zéro-Coupons des Emprunts d Etat Pierre Valentin Compagnie Parisienne de Réescompte, 4 rue Cité de Londres, 75009 Paris,

Plus en détail

Solvabilité II : Quel avenir?

Solvabilité II : Quel avenir? Solvabilité II : Quel avenir? Rapprochement MCEV et Solvabilité II Colloque Actuariat CNAM 06 octobre 2011 Actuariat réalité Plan «actuariat» - Similitudes techniques (et quelques différences) - mais objectifs

Plus en détail

Valorisation d es des options Novembre 2007

Valorisation d es des options Novembre 2007 Valorisation des options Novembre 2007 Plan Rappels Relations de prix Le modèle binomial Le modèle de Black-Scholes Les grecques Page 2 Rappels (1) Définition Une option est un contrat financier qui confère

Plus en détail

1.3. Les marchés boursiers... 13 Les principales places boursières mondiales... 15

1.3. Les marchés boursiers... 13 Les principales places boursières mondiales... 15 Notations courantes............................................................. Préface à l édition française.................................................... Les auteurs.........................................................................

Plus en détail

Cours orienté vers la pratique Finances et placements

Cours orienté vers la pratique Finances et placements Cours orienté vers la pratique Finances et placements La présente note vise à donner aux candidats des détails sur l approche suivie dans la section du Cours orienté vers la pratique (COP) portant sur

Plus en détail

Options implicites d un contrat d assurance-vie en euros

Options implicites d un contrat d assurance-vie en euros Petit déjeuner de l AFGAP Options implicites d un contrat d assurance-vie en euros Hélène Denis 7 avril 2005 Introduction Insuffisance de la provision mathématique à refléter les engagements de l assureur.

Plus en détail

Agrégation des portefeuilles de contrats d assurance vie

Agrégation des portefeuilles de contrats d assurance vie Agrégation des portefeuilles de contrats d assurance vie Est-il optimal de regrouper les contrats en fonction de l âge, du genre, et de l ancienneté des assurés? Pierre-O. Goffard Université d été de l

Plus en détail

Les orientations nationales complémentaires : valorisation des passifs

Les orientations nationales complémentaires : valorisation des passifs Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles Les orientations nationales complémentaires : valorisation des passifs Régis WEISSLINGER Séminaire SEPIA 10 juin 2008 Page n 1 Sommaire Introduction

Plus en détail

Mémoire d actuariat - promotion 2010. complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains.

Mémoire d actuariat - promotion 2010. complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains. Mémoire d actuariat - promotion 2010 La modélisation des avantages au personnel: complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains. 14 décembre 2010 Stéphane MARQUETTY

Plus en détail

Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne

Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne Congrès Institut des Actuaires 2013 Jean-Pierre DIAZ, BNP Paribas Cardif Emmanuelle LAFERRERE, BNP Paribas Cardif Gildas ROBERT, Optimind Winter

Plus en détail

Chapitre 2 L actualisation... 21

Chapitre 2 L actualisation... 21 III Table des matières Avant-propos Remerciements.... Les auteurs... XI XII Chapitre 1 L intérêt.... 1 1. Mise en situation.... 1 2. Concept d intérêt... 1 2.1. L unité de temps... 2 2.2. Le taux d intérêt...

Plus en détail

Quels produits pour quels clients? Jean-Léon MEUNIER

Quels produits pour quels clients? Jean-Léon MEUNIER Quels produits pour quels clients? Jean-Léon MEUNIER HEPTA CONSULT S.A. 5, ZAI de Bourmicht L-8070 BERTRANGE Introduction 1. Qu est ce qu un produit d assurance? Définition intrinsèque : ses caractéristiques.

Plus en détail

ENGAGEMENT DE L ENTREPRISE

ENGAGEMENT DE L ENTREPRISE TRAITEMENT COMPTABLE D11 ENGAGEMENT DE L ENTREPRISE Il n existe d engagement de l entreprise que dans le cadre d un régime à prestations définies ou d indemnités de fin de carrière. Les régimes à cotisations

Plus en détail

Recommandation de l Autorité de contrôle prudentiel

Recommandation de l Autorité de contrôle prudentiel Recommandation de l Autorité de contrôle prudentiel portant sur la commercialisation des contrats d assurance sur la vie en unités de compte constituées d instruments financiers complexes, prise conformément

Plus en détail

MATHS FINANCIERES. Mireille.Bossy@sophia.inria.fr. Projet OMEGA

MATHS FINANCIERES. Mireille.Bossy@sophia.inria.fr. Projet OMEGA MATHS FINANCIERES Mireille.Bossy@sophia.inria.fr Projet OMEGA Sophia Antipolis, septembre 2004 1. Introduction : la valorisation de contrats optionnels Options d achat et de vente : Call et Put Une option

Plus en détail

Introduction à la logique de provisionnement en Solvabilité 2

Introduction à la logique de provisionnement en Solvabilité 2 Introduction à la logique de provisionnement en Solvabilité 2 Séminaire Sépia «Solvabilité 2 : l évaluation des provisions techniques en assurance vie» Paris, 10 juin 2008 Pierre THEROND ptherond@winter-associes.fr

Plus en détail

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005 De BÂLE II à SOLVABILITE II Solvabilité II s inspire largement des accords de Bâle II et en reprend les grands principes avec la structure en «trois piliers» La tentation est forte de reproduire également

Plus en détail

FIXAGE. Le risque de taux en assurance-vie : Modélisation stochastique et fair value

FIXAGE. Le risque de taux en assurance-vie : Modélisation stochastique et fair value FIXAGE Le risque de taux en assurance-vie : Modélisation stochastique et fair value Petit-déjeuner du 9 janvier 2003 animé par Michel PIERMAY et Arnaud COHEN FIXAGE 11, avenue Myron Herrick 75008 Paris

Plus en détail

AVIS SUR L APPLICATION DES NOUVELLES TABLES DE MORTALITE POUR L ARRETE DU 31.12.2006

AVIS SUR L APPLICATION DES NOUVELLES TABLES DE MORTALITE POUR L ARRETE DU 31.12.2006 Reconnu comme établissement d utilité publique par décret du 30 octobre 1896 AVIS SUR L APPLICATION DES NOUVELLES TABLES DE MORTALITE POUR L ARRETE DU 31.12.2006 Les avis de l Institut des actuaires n

Plus en détail

Euro-Croissance Un nouveau contrat d assurance vie

Euro-Croissance Un nouveau contrat d assurance vie Euro-Croissance Un nouveau contrat d assurance vie Euro-Croissance Un nouveau contrat d assurance vie 1 L environnement 2 Description du produit 3 Les enjeux de la commercialisation 4 Perspectives 2 Euro-Croissance

Plus en détail

Makram BEN DBABIS Associate Towers Watson & Doctorant Mathématiques Appliquées en Sciences Actuarielles Université Paris Dauphine December 14, 2010 PLAN PROBLÉMATIQUE, INTÉRÊT DU SUJET 1 PROBLÉMATIQUE,

Plus en détail

CALISTO. Présentation détaillée de CALISTO

CALISTO. Présentation détaillée de CALISTO CALISTO Présentation détaillée de CALISTO Afin de donner à l Utilisateur une idée plus précise du contenu de CALISTO, nous éditons ci-après une série de copies d écran commentées, qui concernent des fonctionnalités

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

La valeur présente (ou actuelle) d une annuité, si elle est constante, est donc aussi calculable par cette fonction : VA = A [(1-1/(1+k) T )/k]

La valeur présente (ou actuelle) d une annuité, si elle est constante, est donc aussi calculable par cette fonction : VA = A [(1-1/(1+k) T )/k] Evaluation de la rentabilité d un projet d investissement La décision d investir dans un quelconque projet se base principalement sur l évaluation de son intérêt économique et par conséquent, du calcul

Plus en détail

IAE Master 2 Gestion de Portefeuille Année 2011 2012. Feuille 3 Pricing et couverture Modèles discret

IAE Master 2 Gestion de Portefeuille Année 2011 2012. Feuille 3 Pricing et couverture Modèles discret Université de Paris Est Créteil Mathématiques financières IAE Master 2 Gestion de Portefeuille Année 2011 2012 1. Le problème des partis 1 Feuille 3 Pricing et couverture Modèles discret Le chevalier de

Plus en détail

Contrat didactique Finance stochastique

Contrat didactique Finance stochastique Contrat didactique Finance stochastique Les compétences de ce cours sont à placer dans le contexte général de l appropriation de la notion de modèle mathématique et de son utilisation pratique en gestion

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Classe terminale - Série STMG L accompagnement personnalisé Ressources pour le lycée général et technologique Approfondir Vers le supérieur La prévision des tendances et l outil statistique Présentation

Plus en détail

Les management actions dans le cadre de l ORSA

Les management actions dans le cadre de l ORSA Les management actions dans le cadre de l ORSA Atelier Congrès Institut des Actuaires 20 juin 2014 Intervenants Emmanuel Berthelé, Optimind Winter, Responsable Practice Gildas Robert, Optimind Winter,

Plus en détail

Assurance Vie SENSIBILITE DES ENGAGEMENTS

Assurance Vie SENSIBILITE DES ENGAGEMENTS Journées d études 2011 Assurance Vie SENSIBILITE DES ENGAGEMENTS FRACTALES 0 Journées d études 2011 Sommaire Projet SIGMA 1 ère partie 1. Durée, duration, sensibilité 2. Sensibilité locale du BE Applications

Plus en détail

Modélisation des marchés de matières premières

Modélisation des marchés de matières premières Modélisation des marchés de matières premières Louis MARGUERITTE Jean-Baptiste NESSI Institut des Actuaires Auditorium CNP Vendredi 10 Avril 2009 L. MARGUERITTE JB. NESSI Modélisation des marchés de matières

Plus en détail

ALM, vision économique vs comptable. Vague de changements pour l assurance. Problématiques d adéquation actif/passif

ALM, vision économique vs comptable. Vague de changements pour l assurance. Problématiques d adéquation actif/passif www.pwc.com ALM, vision économique vs comptable Vague de changements pour l assurance Projet de norme IFRS Assurance Problématiques d adéquation actif/passif Travaux récents de l IASB Juin 2012 2 «Une

Plus en détail

Rentabilité des assurances des emprunteurs Impacts de la directive «Solvency 2» et des normes IFRS

Rentabilité des assurances des emprunteurs Impacts de la directive «Solvency 2» et des normes IFRS Rentabilité des assurances des emprunteurs Impacts de la directive «Solvency 2» et des normes IFRS Paris, vendredi 28 mai 2010 Cédric AKAKPO-MAXWELL cmaxwell@galea-associes.eu http://www.galea-associes.eu

Plus en détail

Orientations Nationales Complémentaires aux Spécifications Techniques pour l exercice 2013 de préparation à Solvabilité II

Orientations Nationales Complémentaires aux Spécifications Techniques pour l exercice 2013 de préparation à Solvabilité II Orientations Nationales Complémentaires aux Spécifications Techniques pour l exercice 2013 de préparation à Solvabilité II V1.0 SOMMAIRE 1. Remarques préliminaires... 2 2. Le calcul du Best Estimate Vie...

Plus en détail

Utilisation des arbres binomiaux pour le pricing des options américaines

Utilisation des arbres binomiaux pour le pricing des options américaines Utilisation des arbres binomiaux pour le pricing des options américaines Anne-Victoire Auriault Plan de la présentation Introduction. Le problème des options 2. Le modèle de Cox-Ross-Rubinstein 3. Les

Plus en détail

SOLVABILITE II Glossaire et notions clés

SOLVABILITE II Glossaire et notions clés SOLVABILITE II Glossaire et notions clés Version septembre 2013 A Actuaire Spécialiste qui applique la statistique et le calcul des probabilités pour la conduite d opérations financières et d assurance.

Plus en détail

Note pour le Conseil d orientation des Retraites. Situation et Perspectives du Fonds de Réserve pour les Retraites

Note pour le Conseil d orientation des Retraites. Situation et Perspectives du Fonds de Réserve pour les Retraites DF / JLN / 05-032 LE 10 FEVRIER 2005 Note pour le Conseil d orientation des Retraites Situation et Perspectives du Fonds de Réserve pour les Retraites 1. Où en est le FRR aujourd hui? Le Fonds de Réserve

Plus en détail

Les Variable Annuities sous la directive Solvabilité II

Les Variable Annuities sous la directive Solvabilité II Les Variable Annuities sous la directive Solvabilité II Mémoire présenté le vendredi 10 juin 2011 par Clément Schmitt clement.schmitt@fixage.com Introduction Solvabilité II impose des fonds propres réglementaires

Plus en détail

Obligation structurée

Obligation structurée Obligation structurée Une obligation pas comme les autres Sommaire Introduction 5 Nature de l investissement 7 Avantages et inconvénients 7 Mécanismes de performance 8 Avec ou sans protection du capital

Plus en détail

Question 1: Analyse et évaluation des obligations

Question 1: Analyse et évaluation des obligations Question 1: Analyse et évaluation des obligations (56 points) Vous travaillez pour le département de trésorerie d une banque internationale. L établissement bénéficie d une très bonne réputation et peut

Plus en détail

Instruments financiers et comptabilité de couverture : de nouveaux principes français en préparation

Instruments financiers et comptabilité de couverture : de nouveaux principes français en préparation Instruments financiers et comptabilité de couverture : de nouveaux principes français en préparation Conférence IMA du 05 avril 2012 Isabelle SAPET, Associée Programme 1. Introduction 2. Classification

Plus en détail

Les modalités de gestion des contrats d épargne retraite. Fédération Française des Sociétés d Assurances

Les modalités de gestion des contrats d épargne retraite. Fédération Française des Sociétés d Assurances CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 juin 2010-9 h 30 «L épargne retraite individuelle et collective» Document N 6 Document de travail, n engage pas le Conseil Les modalités de gestion

Plus en détail

Obligation structurée

Obligation structurée Obligation structurée Introduction Une obligation structurée, également connue sous la dénomination de Structured Note, a les caractéristiques principales d une obligation : un émetteur, une durée déterminée,

Plus en détail

Projet de recommandations pour la maîtrise du risque de modèle

Projet de recommandations pour la maîtrise du risque de modèle V08-06 INSTITUT DES ACTUAIRES Commission modélisation vie épargne Août 2006 Projet de recommandations pour la maîtrise du risque de modèle Ce document a pour objet de recenser les principes d organisation

Plus en détail

Introduction aux produits de taux d intérêts

Introduction aux produits de taux d intérêts Introduction aux produits de taux d intérêts R&D Banque CPR 8 avril 2002 Plan 1. Notations et préliminaires 2. Euribor, caplets, caps 3. Swaps, swaptions 4. Constant Maturity Swap (CMS) 5. Quelques produits

Plus en détail

Petit déjeuner des PME et start-up 29 Juin 2012

Petit déjeuner des PME et start-up 29 Juin 2012 www.pwc.com Petit déjeuner des PME et start-up 29 Juin 2012 Affirmations des CFO Etude L optimisation du secteur financier a gagné en importance Le secteur financier est de plus en plus impliqué dans la

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos. Chapitre 2 L actualisation... 21. Chapitre 1 L intérêt... 1. Chapitre 3 Les annuités... 33 III. Entraînement...

Table des matières. Avant-propos. Chapitre 2 L actualisation... 21. Chapitre 1 L intérêt... 1. Chapitre 3 Les annuités... 33 III. Entraînement... III Table des matières Avant-propos Remerciements................................. Les auteurs..................................... Chapitre 1 L intérêt............................. 1 1. Mise en situation...........................

Plus en détail

Construction d un algorithme d accélération de la méthode des simulations dans les simulations pour le calcul du capital économique Solvabilité II

Construction d un algorithme d accélération de la méthode des simulations dans les simulations pour le calcul du capital économique Solvabilité II Construction d un algorithme d accélération de la méthode des simulations dans les simulations pour le calcul du capital économique Solvabilité II - Laurent DEVINEAU (Université Lyon, Laboratoire SAF,

Plus en détail

Valorisation dans le secteur de l assurance

Valorisation dans le secteur de l assurance DRAFT Valorisation dans le secteur de l assurance Philippe TRAINAR Chief Risk Officer, SCOR Group Colloque de l Association de Comptabilité Nationale 2-4 juin 2010, Paris INTRODUCTION La question de la

Plus en détail

Question 1: Instruments dérivés et gestion de portefeuille

Question 1: Instruments dérivés et gestion de portefeuille Question 1: Instruments dérivés et gestion de portefeuille (35 points) Vous êtes cadre dans le département financier d une société financière japonaise. Cette société possède un crédit de USD 100 millions

Plus en détail

FANAF 2011 - DAKAR GESTION DES ACTIFS DE SOCIETES D ASSURANCE ET OPTIMISATION DE LEUR RENDEMENT. - Principe d allocation de Portefeuille

FANAF 2011 - DAKAR GESTION DES ACTIFS DE SOCIETES D ASSURANCE ET OPTIMISATION DE LEUR RENDEMENT. - Principe d allocation de Portefeuille FANAF 2011 - DAKAR GESTION DES ACTIFS DE SOCIETES D ASSURANCE ET OPTIMISATION DE LEUR RENDEMENT - Principe d allocation de Portefeuille - Innovation par les produits multi supports CISSE ABDOU CISCO CONSULTING

Plus en détail

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Résumé: - Les Fonds en Euros des compagnies d assurance assurent un couple sécurité / rendement optimal notamment dans l optique d une épargne en vue de

Plus en détail

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II?

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Journées IARD de l Institut des Actuaires Les nouveaux défis de l assurance IARD liés à Solvabilité II 11 avri l 2012 Gildas Robert,

Plus en détail

L IMPACT DES NORMES IFRS SUR LES MARCHES FINANCIERS

L IMPACT DES NORMES IFRS SUR LES MARCHES FINANCIERS Bijoux BULINDERA, Consultante Asset Technology L IMPACT DES NORMES IFRS SUR LES MARCHES FINANCIERS Aujourd hui la norme IAS 39 est une révolution. Les règles de couverture sont beaucoup plus strictes et

Plus en détail

Les mathématiques appliquées de la finance

Les mathématiques appliquées de la finance Les mathématiques appliquées de la finance Utiliser le hasard pour annuler le risque Emmanuel Temam Université Paris 7 19 mars 2007 Emmanuel Temam (Université Paris 7) Les mathématiques appliquées de la

Plus en détail

INSTITUT DES ACTUAIRES COMMISSION ACTIF/PASSIF C6 BIS TEST D EXIGIBILITE. Objet : Méthodologie - questions - recommandations

INSTITUT DES ACTUAIRES COMMISSION ACTIF/PASSIF C6 BIS TEST D EXIGIBILITE. Objet : Méthodologie - questions - recommandations Note de travail de la Commission Actif / Passif INSTITUT DES ACTUAIRES COMMISSION ACTIF/PASSIF C6 BIS TEST D EXIGIBILITE Objet : Méthodologie - questions - recommandations 1/15 SOMMAIRE I. Contexte et

Plus en détail

Norme IFRS assurance phase 2 : vers quel modèle de reporting financier?

Norme IFRS assurance phase 2 : vers quel modèle de reporting financier? : vers quel modèle de reporting financier? Congrès 2011 de l Institut des Actuaires Paris, jeudi 16 juin 2011 Pierre Thérond ptherond@galea-associes.eu http://www.galea-associes.eu Introduction Travaux

Plus en détail

en juste valeur par résultat Placements détenus jusqu à échéance

en juste valeur par résultat Placements détenus jusqu à échéance Normes IAS 32 / Instruments financiers : Présentation Normes IAS 39 / Instruments financiers : Comptabilisation et Evaluation Normes IFRS 7 / Instruments financiers : Informations à fournir Introduction

Plus en détail

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective.

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. 2012 Votre assureur suisse. 1/12 Compte d exploitation Assurance vie collective 2012 2012: des résultats positifs et encore plus de transparence. Chère

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDES IFRS DU GROUPE CNP ASSURANCES au 31 Décembre 2007

COMPTES CONSOLIDES IFRS DU GROUPE CNP ASSURANCES au 31 Décembre 2007 COMPTES CONSOLIDES IFRS DU GROUPE CNP ASSURANCES au 31 Décembre 2007 Nouvelles normes IFRS7 Méthode de valorisation dans le contexte de crise financière Mars 2008 La nouvelle norme, Instruments financiers

Plus en détail

Formation «Comptabilité des opérations de marché»

Formation «Comptabilité des opérations de marché» Formation «Comptabilité des opérations de marché» REFERENCE : 300 1. Objectif général Définir les différentes natures d instruments financiers et les concepts. Situer l'activité de marché dans son environnement

Plus en détail

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance Réglementation prudentielle en assurance Principes de comptabilité : comment lire les comptes des entreprises d assurance? Franck Le Vallois Commissaire-contrôleur des assurances Plan - I - Les principes

Plus en détail

Cours de contrôle de gestion appliqué à l'assurance. Partie 3. Cours complet, exercices d'application et bibliographie sur www.cours-assurance.

Cours de contrôle de gestion appliqué à l'assurance. Partie 3. Cours complet, exercices d'application et bibliographie sur www.cours-assurance. Cours de contrôle de gestion appliqué à l'assurance Partie 3 Cours complet, exercices d'application et bibliographie sur www.cours-assurance.org Partie 3 : Analyse prospective des résultats d une compagnie

Plus en détail

FIXAGE. La gestion des risques de taux et de liquidité chez les assureurs-vie. Intervention de Michel PIERMAY. Deauville, le 19 septembre 2012

FIXAGE. La gestion des risques de taux et de liquidité chez les assureurs-vie. Intervention de Michel PIERMAY. Deauville, le 19 septembre 2012 FIXAGE La gestion des risques de taux et de liquidité chez les assureurs-vie. Intervention de Michel PIERMAY Deauville, le 19 septembre 2012 Journées d études de l institut des Actuaires et du SACEI FIXAGE

Plus en détail

Décision d investissement et contrôle de gestion. Contrôle de gestion- ISTIC 2012

Décision d investissement et contrôle de gestion. Contrôle de gestion- ISTIC 2012 Décision d investissement et contrôle de gestion Contrôle de gestion- ISTIC 2012 Rappel : Profit = RT-CT Profit = Q.Px-Q.CU Profit unitaire = Px-CU Q est la quantité produite, Px est le prix, et CU le

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

Ecole Nationale des Ponts et Chaussées Option Adjusted Spread

Ecole Nationale des Ponts et Chaussées Option Adjusted Spread Ecole Nationale des Ponts et Chaussées Option Adjusted Spread Dimitri Kassatkine, Sofiane Maayoufi IMI Finance Mars 2006 1 INTRODUCTION 1.1 Présentation des produits obligataires Une obligation est un

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

HAUTE PERFORMANCE DE CALCUL

HAUTE PERFORMANCE DE CALCUL Journées d études 2010 Modélisation actif-passif & HAUTE PERFORMANCE DE CALCUL FRACTALES 0 Journées d études 2010 Sommaire Projet SIGMA 1 ère partie 1.! Le printemps des modèles Applications Haute Performance

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM d Aquitaine dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

Mathématiques Financières

Mathématiques Financières Mathématiques Financières 3 ème partie Marchés financiers en temps discret & instruments financiers dérivés Université de Picardie Jules Verne Amiens Par Jean-Paul FELIX Cours du vendredi 19 février 2010-1

Plus en détail

Connexion : accès à la page de «LOGIN»

Connexion : accès à la page de «LOGIN» UTILISATION DU PLAN DE MARCHE TRIVAL D ASSOCIES EN FINANCE (Principales fonctionnalités) www.associes-finance.com puis cliquez sur : Connexion : accès à la page de «LOGIN» 1. Accédez par l adresse générale

Plus en détail

IFRS - Principes clés. Le 6 janvier 2005

IFRS - Principes clés. Le 6 janvier 2005 IFRS - Principes clés Le 6 janvier 2005 Avertissement La présentation ci-après donne une vue d ensemble des normes IFRS en l état actuel des informations disponibles. Un certain degré d incertitude demeure

Plus en détail

Couverture dynamique des produits dérivés de crédit dans les modèles à copules

Couverture dynamique des produits dérivés de crédit dans les modèles à copules Couverture dynamique des produits dérivés de crédit dans les modèles à copules David Kurtz, Groupe de Recherche Opérationnelle Workshop Copula in Finance, 14 mai 2004, ENS Cachan Sommaire 1 Le marché des

Plus en détail

Note:... Q1 :... Q2 :... Q3 :... Q4 :... Bonus :... Total :...

Note:... Q1 :... Q2 :... Q3 :... Q4 :... Bonus :... Total :... FACULTE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L'UNIVERSITE DE LAUSANNE rofesseurs : D. Andrei C. Bobtcheff Matière : rincipes généraux de finance Session : Automne 00 Informations générales: o Documentation

Plus en détail