Agrégation des portefeuilles de contrats d assurance vie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Agrégation des portefeuilles de contrats d assurance vie"

Transcription

1 Agrégation des portefeuilles de contrats d assurance vie Est-il optimal de regrouper les contrats en fonction de l âge, du genre, et de l ancienneté des assurés? Pierre-O. Goffard Université d été de l Institut des Actuaires, Juillet 2015

2 , Sommaire Introduction Provisions best estimate pour les contrats d assurance vie de type épargne Le processus d agrégation Backtesting du processus d agrégation Université d été de l IA, Brest 2/24

3 Un peu de contexte Solvabilité II Directive de l UE qui définit un cadre prudentiel pour les compagnies d assurance, Réserve de capital afin de réduire le risque d insolvabilité. Entrée en vigueur au 1 er Janvier Calcul des provisions Best Estimate via un modèle ALM de projections des cash-flows Modélise les interactions entre l actif et le passif, Tient compte de la valeur actuelle des garanties et des engagements. Le défi des temps de calcul Simulations de Monte-Carlo + Approche contrat par contrat, Portefeuille de contrat AXA France (épargne) 4 millions, Consommation importante de ressources informatiques., Université d été de l IA, Brest 3/24

4 , Executive Summary Qu est ce qu un model point? Une procédure en deux étapes Step 1 Algorithme de classification statistique pour regrouper les contrats, Step 2 Construction d un contrat représentatif pour chaque groupe. Portefeuille de contrats agrégé de 4000 model points erreur relative sur le BEL de 0.05%, Méthode officielle de construction des model points d AXA France depuis la clôture de l exercice Université d été de l IA, Brest 4/24

5 Valeur actuelle pour un contrat épargne, {r a (t)} t 0 et {r d (t)} t 0 sont des processus stochastiques, régis par une mesure de probabilité P f, qui modélisent les taux d accumulation et d actualisation. Soit F un scénario financier généré à partir de P f, Valeur de l épargne à l instant t ( t ) SV F (t) = SV(0) exp r a (s)ds, 0 Valeur actuelle de l épargne à l instant t ( PSV F (t) = SV F (t) exp t 0 ) r d (s)ds, Université d été de l IA, Brest 5/24

6 , La probabilité de sortie Soit τ F une variable aléatoire continue égale à l instant de sortie (duration) du contrat causé par: Le décès Âge et genre de l assuré, Le rachat Ancienneté et scénario financier F. Soit T l échéance du contrat ou l horizon de projection, Le véritable instant de sortie est τ F T = min(τ F, T), de loi de probabilité dp τ F T (t) = f τ F (t)dλ(t) + F τ (T)δ T (t). Université d été de l IA, Brest 6/24

7 , Provision best estimate théorique Moyenne des cash flows sortants pondérés par leur probabilité d occurence. Pour le scénario F, BEL F (0, T) = E [PSV (τ F T)] T [ t ] = SV(0) exp (r a (s) r d (s))ds dp τ F T (t). 0 0 Sur l ensemble des scénarios financiers (F 1,..., F N ), BEL(0, T) = 1 N N BEL Fi (0, T). i=1 Université d été de l IA, Brest 7/24

8 Les provisions best estimate en pratique, Approximations de l intégrale par une méthode des rectangles, BEL F (0, T) + [ T 1 p(t, t + 1) t=0 [ T 1 p(t) k=0 ] t 1 + r a (k, k + 1) SV(0) 1 + r d (k, k + 1) ] k=0 1 + r a (k, k + 1) 1 + r d (k, k + 1) SV(0), où le pas de temps est un an, Horizon de projection est de 30 ans, p(t, t + 1) est la probabilité de sortie entre t et t + 1, p(t) est la probabilité d atteindre la fin de la projection, r a (k, k + 1) et r d (k, k + 1) désigne les taux forward d accumulation et d actualisation. Université d été de l IA, Brest 8/24

9 , Aggregation Philosophy BEL pour le portefeuille (C 1, C 2 ) Soit C 1 et C 2 deux contrats associés à des probabilités de sortie identiques au cours de la projection, SV MP (0) = SV C1 (0) + SV C2 (0). Alors BEL F MP(0, T) = 2 BELC F i (0, T). i=1 Valorisation exacte du portefeuille (C 1, C 2 )! L idée est de se rapprocher au maximum de cette propriété d additivité. Université d été de l IA, Brest 9/24

10 , Première Aggrégation Regroupement des contrats ayant Des probabilités de sortie identiques Des caractéristiques contractuelles identiques (Groupe ALM) Ligne de produit, Participation aux bénéfices, Taux technique,... Université d été de l IA, Brest 10/24

11 , Le problème de classification Soit P = {C i } i 1,...,n un portefeuille appartenant au même groupe ALM. Le contrat C i = (p i (0, 1), p i (1, 2),..., p i (T 1, T), p i (T)), est caractérisé par ses probabilités de sortie qui forment une trajectoire. Abandon de la dépendance au scénario financier, Distance euclidienne en guise de mesure de dissimilarité, Algorithme CAH et KMEANS, Pondération des contrats en fonction de leur provision mathématique initiale SV C (0) w C = n C P SV C(0), Ressemblance avec les données longitudinales. Université d été de l IA, Brest 11/24

12 , Un Meli-Melo de trajectoires Université d été de l IA, Brest 12/24

13 , Clustering Philosophy Université d été de l IA, Brest 13/24

14 , Algorithme K-Means Step 1 Nombre de classes, Step 2 Initialisation aléatoire des centres, Step 3 Chaque individu est assigné au centre le plus proche, Step 4 Calcul des nouveaux centres, Step 5 Itération des étapes 3 et 4 jusqu à la convergence. Université d été de l IA, Brest 14/24

15 Classification Ascendante Hierarchique, Step 1 Regroupement des deux contrats qui minimise l augmentation d inertie intra-classe, remplacement par le barycentre, Step 2 Itération de l étape 1 jusqu à ce qu il ne reste plus qu un seul groupe, Step 3 Élaguage de l arbre! Université d été de l IA, Brest 15/24

16 Choix de la méthode de classification, La contrainte du nombre de model points Allocation d un nombre de model points par groupe ALM en fonction de leur provision mathématique. Algorithme KMEANS plus adapté, Le nombre de classe est un paramètre. L initialisation aléatoire est problématique. CAH pour déterminer les centres initiaux. Idée Nombre de model points Compromis entre la provision mathématique et l hétérogénéité des trajectoire au sein du groupe ALM. Université d été de l IA, Brest 16/24

17 Combination of AHC and K-Means Then BOOM!, Université d été de l IA, Brest 17/24

18 L étape d agrégation: Deux méthodes, Le problème se résume à attribuer un âge et une ancienneté aux MPs. Méthode Naïve Moyenne pondérée par la PM de l âge et de l ancienneté au sein de chaque groupe. Méthode Sioux Génération de toutes les trajectoires possibles, Calcul du barycentre des trajectoires dans chaque groupe, Attribution de la combinaison Âge/Ancienneté associée à la trajectoire la plus proche de la trajectoire barycentrique. Université d été de l IA, Brest 18/24

19 Le processus d agrégation: Vue d ensemble, Université d été de l IA, Brest 19/24

20 Backtesting: Quelques chiffres, PF 1 désigne le portfeuille agrégé après la première agrégation, PF 2 désigne le portefeuille agrégé final. Erreur relative sur la provision best estimate, Taux de compression, BEL (PF 2 ) BEL (PF 1 ). BEL (PF 1 ) Card (PF 2 ) Card (PF 1 ). Card (PF 1 ) PTF Nombre de contrats BEL (millions d euros) PF PF Une erreur relative de % soit 35 millions d euros. Un taux de compression de 95% VS PF 1 et 99.9% VS contrat par contrat. Université d été de l IA, Brest 20/24

21 Erreur globale au cours de la projection, Université d été de l IA, Brest 21/24

22 Taux de compression VS Erreur relative produit par produit, Université d été de l IA, Brest 22/24

23 , Conclusion et perspectives Conclusion la procédure d agrégation pour les portefeuille de contrat d assurance vie individuel de type épargne est efficace, Facile à implémenter, Fondée théoriquement et efficace dans la pratique. La procédure d agrégation joue un rôle clé dans le processus de valorisation d AXA France Cela permet une valorisation ALM purement stochastique, Satisfaisant du point de vue des autorités de contrôle. Des améliorations sont possibles Existence de mesures de dissimilarité potentiellement plus adaptées que la distance euclidienne, Relier le niveau d erreur au nombre de MP Étude du compromis entre la provision mathématique et l hétérogénéité du groupe ALM pour allouer le nombre de model points. Université d été de l IA, Brest 23/24

24 , Du nombre de classe optimal Université d été de l IA, Brest 24/24

Optimisation de l agrégation d un portefeuille de contrat d assurance vie

Optimisation de l agrégation d un portefeuille de contrat d assurance vie Optimisation de l agrégation d un portefeuille de contrat d assurance vie Pierre-Olivier Goffard 1 1 AXA France, Université de Aix-Marseille. pierreolivier.goffard@axa.fr Résumé. Une méthode d agrégation

Plus en détail

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Solvabilité 2, une réforme en 3 piliers Les objectifs : Définir un cadre harmonisé imposant

Plus en détail

Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2. Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model»

Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2. Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model» Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2 Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model» Luca De Dominicis formation Sepia 10 juin 2008 Sommaire 1.

Plus en détail

La classification automatique de données quantitatives

La classification automatique de données quantitatives La classification automatique de données quantitatives 1 Introduction Parmi les méthodes de statistique exploratoire multidimensionnelle, dont l objectif est d extraire d une masse de données des informations

Plus en détail

ORSA dans le cas de contrats d épargne en euro

ORSA dans le cas de contrats d épargne en euro ORSA dans le cas de contrats d épargne en euro Version 1.1 Université d été IA - juillet 2012 Frédéric PLANCHET fplanchet@winter-associes.fr Marc JUILLARD mjuillard@winter-associes.fr Préambule L article

Plus en détail

Classification non supervisée

Classification non supervisée AgroParisTech Classification non supervisée E. Lebarbier, T. Mary-Huard Table des matières 1 Introduction 4 2 Méthodes de partitionnement 5 2.1 Mesures de similarité et de dissimilarité, distances.................

Plus en détail

Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne

Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne Congrès Institut des Actuaires 2013 Jean-Pierre DIAZ, BNP Paribas Cardif Emmanuelle LAFERRERE, BNP Paribas Cardif Gildas ROBERT, Optimind Winter

Plus en détail

Les orientations nationales complémentaires : valorisation des passifs

Les orientations nationales complémentaires : valorisation des passifs Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles Les orientations nationales complémentaires : valorisation des passifs Régis WEISSLINGER Séminaire SEPIA 10 juin 2008 Page n 1 Sommaire Introduction

Plus en détail

Solvabilité II Les impacts sur la tarification et l offre produit

Solvabilité II Les impacts sur la tarification et l offre produit Solvabilité II Les impacts sur la tarification et l offre produit Colloque du CNAM 6 octobre 2011 Intervenants OPTIMIND Gildas Robert actuaire ERM, senior manager AGENDA Introduction Partie 1 Mesures de

Plus en détail

Projet de recommandations pour la maîtrise du risque de modèle

Projet de recommandations pour la maîtrise du risque de modèle V08-06 INSTITUT DES ACTUAIRES Commission modélisation vie épargne Août 2006 Projet de recommandations pour la maîtrise du risque de modèle Ce document a pour objet de recenser les principes d organisation

Plus en détail

TECH. INFOTECH # 34 Solvabilité 2 : Le calcul du capital économique dans le cadre d un modèle interne. Introduction

TECH. INFOTECH # 34 Solvabilité 2 : Le calcul du capital économique dans le cadre d un modèle interne. Introduction INFO # 34 dans le cadre d un modèle interne Comment les méthodes d apprentissage statistique peuvent-elles optimiser les calculs? David MARIUZZA Actuaire Qualifié IA Responsable Modélisation et Solvabilité

Plus en détail

Capital économique en assurance vie : utilisation des «replicating portfolios»

Capital économique en assurance vie : utilisation des «replicating portfolios» Capital économique en assurance vie : utilisation des «replicating portfolios» Anne LARPIN, CFO SL France Stéphane CAMON, CRO SL France 1 Executive summary Le bouleversement de la réglementation financière

Plus en détail

Les management actions dans le cadre de l ORSA

Les management actions dans le cadre de l ORSA Les management actions dans le cadre de l ORSA Atelier Congrès Institut des Actuaires 20 juin 2014 Intervenants Emmanuel Berthelé, Optimind Winter, Responsable Practice Gildas Robert, Optimind Winter,

Plus en détail

Le passage de l'embedded Value à l'economic Value

Le passage de l'embedded Value à l'economic Value Le passage de l'embedded Value à l'economic Value Une meilleure prise en compte des options et des garanties Ferdia Byrne, Claire Lasvergnas 23 septembre 2003 Les principes L'application Le marché français

Plus en détail

Les Variable Annuities sous la directive Solvabilité II

Les Variable Annuities sous la directive Solvabilité II Les Variable Annuities sous la directive Solvabilité II Mémoire présenté le vendredi 10 juin 2011 par Clément Schmitt clement.schmitt@fixage.com Introduction Solvabilité II impose des fonds propres réglementaires

Plus en détail

Résumé des communications des Intervenants

Résumé des communications des Intervenants Enseignements de la 1ere semaine (du 01 au 07 décembre 2014) I. Titre du cours : Introduction au calcul stochastique pour la finance Intervenante : Prof. M hamed EDDAHBI Dans le calcul différentiel dit

Plus en détail

Le métier d actuaire IARD

Le métier d actuaire IARD JJ Mois Année Le métier d actuaire IARD Journées Actuarielles de Strasbourg 6-7 octobre 2010 PLAN Présentation de l assurance non vie Le rôle de l actuaire IARD La tarification des contrats L évaluation

Plus en détail

Mesure et gestion des risques d assurance

Mesure et gestion des risques d assurance Mesure et gestion des risques d assurance Analyse critique des futurs référentiels prudentiel et d information financière Congrès annuel de l Institut des Actuaires 26 juin 2008 Pierre THEROND ptherond@winter-associes.fr

Plus en détail

Mémoire d actuariat - promotion 2010. complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains.

Mémoire d actuariat - promotion 2010. complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains. Mémoire d actuariat - promotion 2010 La modélisation des avantages au personnel: complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains. 14 décembre 2010 Stéphane MARQUETTY

Plus en détail

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions TABLE DES MATIERES... 1 INTRODUCTION... 2 1 FINANCEMENT ET FINANCEMENT MINIMUM... 3 1.1 FINANCEMENT... 3 1.2 FINANCEMENT DE PLAN... 3 1.3 FINANCEMENT MÉTHODE

Plus en détail

Note de service À : De :

Note de service À : De : Note de service À : De : Tous les Fellows, affiliés, associés et correspondants de l Institut canadien des actuaires et autres parties intéressées Jim Christie, président Conseil des normes actuarielles

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES

UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES MASTER Domaine DROIT, ÉCONOMIE, GESTION Mention MONNAIE,BANQUE, FINANCE, ASSURANCE Spécialité RISQUE, ASSURANCE, DÉCISION 2014 / 2015 Z.Trocellier Directeurs Pr Kouroche VAFAÏ

Plus en détail

VALORISATION DES PRODUITS DE CHANGE :

VALORISATION DES PRODUITS DE CHANGE : VALORISATION DES PRODUITS DE CHANGE : TERMES, SWAPS & OPTIONS LIVRE BLANC I 2 Table des Matières Introduction... 3 Les produits non optionnels... 3 La méthode des flux projetés... 3 Les options de change

Plus en détail

Quels produits pour quels clients? Jean-Léon MEUNIER

Quels produits pour quels clients? Jean-Léon MEUNIER Quels produits pour quels clients? Jean-Léon MEUNIER HEPTA CONSULT S.A. 5, ZAI de Bourmicht L-8070 BERTRANGE Introduction 1. Qu est ce qu un produit d assurance? Définition intrinsèque : ses caractéristiques.

Plus en détail

MATHS FINANCIERES. Mireille.Bossy@sophia.inria.fr. Projet OMEGA

MATHS FINANCIERES. Mireille.Bossy@sophia.inria.fr. Projet OMEGA MATHS FINANCIERES Mireille.Bossy@sophia.inria.fr Projet OMEGA Sophia Antipolis, septembre 2004 1. Introduction : la valorisation de contrats optionnels Options d achat et de vente : Call et Put Une option

Plus en détail

LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING»

LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING» LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING» Gilbert Saporta Professeur de Statistique Appliquée Conservatoire National des Arts et Métiers Dans leur quasi totalité, les banques et organismes financiers

Plus en détail

Solution logicielle pour le pilotage et l ERM. Journées d études IARD 26 mars 2010 2 mars 2010

Solution logicielle pour le pilotage et l ERM. Journées d études IARD 26 mars 2010 2 mars 2010 Présentation d ERMS Solution logicielle pour le pilotage et l ERM Journées d études IARD 26 mars 2010 2 mars 2010 Sommaire 1 Présentation d ACTUARIS 2 Les problématiques rencontrées 3 Présentation d ERMS

Plus en détail

Solvabilité II : Quel avenir?

Solvabilité II : Quel avenir? Solvabilité II : Quel avenir? Rapprochement MCEV et Solvabilité II Colloque Actuariat CNAM 06 octobre 2011 Actuariat réalité Plan «actuariat» - Similitudes techniques (et quelques différences) - mais objectifs

Plus en détail

De la mesure à l analyse des risques

De la mesure à l analyse des risques De la mesure à l analyse des risques Séminaire FFA Jean-Paul LAURENT Professeur à l'isfa jean-paul.laurent@univ-lyon1.fr http://laurent.jeanpaul.free.fr/ 0 De la la mesure à l analyse des risques! Intégrer

Plus en détail

Solvabilité 2 Maquette simplifiée pour les mutuelles santé

Solvabilité 2 Maquette simplifiée pour les mutuelles santé Mutualité Française / SFG Solvabilité 2 Maquette simplifiée pour les mutuelles santé Présentation Institut des Actuaires Fabien RAVIARD Responsable Actuariat Service Fédéral de Garantie 1 Solvabilité 2

Plus en détail

Comptes et plans d épargne-logement

Comptes et plans d épargne-logement Page 1 of 6 Alerte Banques n 2 - avril 2006 ARCHIVES I IMPRIMER Comptes et plans d épargne-logement L avis du CNC relatif à la comptabilisation des CEL et PEL pose le principe suivant : les conséquences

Plus en détail

QUELLE «JUSTE VALEUR»? Philippe MARTINET

QUELLE «JUSTE VALEUR»? Philippe MARTINET QUELLE «JUSTE VALEUR»? Philippe MARTINET Workshop Agenda Perceptions et concepts de JV Les Normes internationales Approche des IFRS 7 - IFRS 9 - IFRS 13 Guide de Juste Valeur Exemple d application Confrontation

Plus en détail

AUTOFOCUS 7 ANNEXE COMPLÉMENTAIRE DE PRÉSENTATION DU SUPPORT CARACTÉRISTIQUES PRINCIPALES DU SUPPORT D INVESTISSEMENT AUTOFOCUS 7 (1)

AUTOFOCUS 7 ANNEXE COMPLÉMENTAIRE DE PRÉSENTATION DU SUPPORT CARACTÉRISTIQUES PRINCIPALES DU SUPPORT D INVESTISSEMENT AUTOFOCUS 7 (1) AUTOFOCUS 7 ANNEXE COMPLÉMENTAIRE DE PRÉSENTATION DU SUPPORT CARACTÉRISTIQUES PRINCIPALES DU SUPPORT D INVESTISSEMENT AUTOFOCUS 7 (1) Code ISIN : FR0011550763 - NON GARANTI EN CAPITAL VOTRE SUPPORT D INVESTISSEMENT

Plus en détail

Probabilités III Introduction à l évaluation d options

Probabilités III Introduction à l évaluation d options Probabilités III Introduction à l évaluation d options Jacques Printems Promotion 2012 2013 1 Modèle à temps discret 2 Introduction aux modèles en temps continu Limite du modèle binomial lorsque N + Un

Plus en détail

Introduction au datamining

Introduction au datamining Introduction au datamining Patrick Naïm janvier 2005 Définition Définition Historique Mot utilisé au départ par les statisticiens Le mot indiquait une utilisation intensive des données conduisant à des

Plus en détail

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret 1 Contenu 1. Gouvernance de la gestion de risques dans le Groupe AXA 2. AXA Canada - Structure organisationnelle de la gestion de risques

Plus en détail

NOTE ÉDUCATIVE REGROUPEMENT ET RÉPARTITION DU PASSIF DES POLICES COMMISSION DES RAPPORTS FINANCIERS DES COMPAGNIES D ASSURANCE-VIE

NOTE ÉDUCATIVE REGROUPEMENT ET RÉPARTITION DU PASSIF DES POLICES COMMISSION DES RAPPORTS FINANCIERS DES COMPAGNIES D ASSURANCE-VIE NOTE ÉDUCATIVE Les notes éducatives ne constituent pas des normes de pratique. Elles visent à aider les actuaires en ce qui concerne l application des normes de pratique dans des cas spécifiques. Le mode

Plus en détail

Présentation du métier d actuaire vie

Présentation du métier d actuaire vie 06 Octobre 2010 Frédéric Daeffler 14/10/2010 Agenda Assurance vie : Produits concernés Actuaire produit : Tarification et conception d un produit Actuaire financier : Pilotage des résultats, Gestion actif-passif,

Plus en détail

Simulations de Monte Carlo en finance : Pricer d option

Simulations de Monte Carlo en finance : Pricer d option Emma Alfonsi, Xavier Milhaud - M2R SAF Simulations de Monte Carlo en finance : Pricer d option Sous la direction de M. Pierre Alain Patard ISFA - Mars 2008 . 1 Table des matières 1 Introduction 4 2 Un

Plus en détail

LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES

LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES Séminaire - Atelier La mesure des performances des compagnies d assurances 1 ère communication Généralités sur les processus d évaluation des activités

Plus en détail

Adaptation de Solvabilité II avec Omnibus II

Adaptation de Solvabilité II avec Omnibus II FIXAGE Adaptation de Solvabilité II avec Omnibus II Deauville - 21 septembre 2012 Emmanuel TASSIN FIXAGE 11, avenue Myron Herrick - 75008 Paris - France Téléphone : 33 (1) 53 83 83 93 - Télécopie : 33

Plus en détail

des compagnies d assurance : évolutions récentes

des compagnies d assurance : évolutions récentes Les Contrôle normes IFRS de la solvabilité en assurance des compagnies d assurance : évolutions récentes - DIAF Hanoi, le 28 février 2005 Pierre THEROND Consultant JWA - Actuaires & chargé de cours à l

Plus en détail

Cours de contrôle de gestion appliqué à l'assurance. Partie 3. Cours complet, exercices d'application et bibliographie sur www.cours-assurance.

Cours de contrôle de gestion appliqué à l'assurance. Partie 3. Cours complet, exercices d'application et bibliographie sur www.cours-assurance. Cours de contrôle de gestion appliqué à l'assurance Partie 3 Cours complet, exercices d'application et bibliographie sur www.cours-assurance.org Partie 3 : Analyse prospective des résultats d une compagnie

Plus en détail

CONGRES DES ACTUAIRES du 29 juin 2009. IMPACT DE SOLVABILITE II SUR l OFFRE PRODUIT EXEMPLE DE L EPARGNE RETRAITE

CONGRES DES ACTUAIRES du 29 juin 2009. IMPACT DE SOLVABILITE II SUR l OFFRE PRODUIT EXEMPLE DE L EPARGNE RETRAITE CONGRES DES ACTUAIRES du 29 juin 2009 IMPACT DE SOLVABILITE II SUR l OFFRE PRODUIT EXEMPLE DE L EPARGNE RETRAITE SOMMAIRE 1- Préambule /Contexte 2- Macro analyse d impact sur l épargne 3- Transition vers

Plus en détail

Modèles et méthodes actuarielles pour l évaluation quantitative des risques en environnement solvabilité II

Modèles et méthodes actuarielles pour l évaluation quantitative des risques en environnement solvabilité II Modèles et méthodes actuarielles pour l évaluation quantitative des risques en environnement solvabilité II Makram Ben Dbabis To cite this version: Makram Ben Dbabis. Modèles et méthodes actuarielles pour

Plus en détail

Objectifs. Clustering. Principe. Applications. Applications. Cartes de crédits. Remarques. Biologie, Génomique

Objectifs. Clustering. Principe. Applications. Applications. Cartes de crédits. Remarques. Biologie, Génomique Objectifs Clustering On ne sait pas ce qu on veut trouver : on laisse l algorithme nous proposer un modèle. On pense qu il existe des similarités entre les exemples. Qui se ressemble s assemble p. /55

Plus en détail

Valorisation dans le secteur de l assurance

Valorisation dans le secteur de l assurance DRAFT Valorisation dans le secteur de l assurance Philippe TRAINAR Chief Risk Officer, SCOR Group Colloque de l Association de Comptabilité Nationale 2-4 juin 2010, Paris INTRODUCTION La question de la

Plus en détail

Évaluation du passif des polices d assurance-vie universelle

Évaluation du passif des polices d assurance-vie universelle Ébauche de note éducative Évaluation du passif des polices d assurance-vie universelle Commission des rapports financiers des compagnies d assurance-vie Novembre 2006 Document 206148 This document is available

Plus en détail

Construction d un algorithme d accélération de la méthode des simulations dans les simulations pour le calcul du capital économique Solvabilité II

Construction d un algorithme d accélération de la méthode des simulations dans les simulations pour le calcul du capital économique Solvabilité II Construction d un algorithme d accélération de la méthode des simulations dans les simulations pour le calcul du capital économique Solvabilité II Laurent Devineau, Stéphane Loisel To cite this version:

Plus en détail

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance.

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance. GLOSSAIRE 208 RAPPORT ANNUEL 2013 DU MOUVEMENT DESJARDINS GLOSSAIRE ACCEPTATION Titre d emprunt à court terme et négociable sur le marché monétaire qu une institution financière garantit en faveur d un

Plus en détail

L ORSA : quelles conséquences sur le pilotage stratégique de l entreprise?

L ORSA : quelles conséquences sur le pilotage stratégique de l entreprise? Conseil en Organisation et Management secteur assurance L ORSA : quelles conséquences sur le pilotage stratégique de l entreprise? 24 novembre 2010 Sommaire Ce qui se dit sur l ORSA L ORSA et le modèle

Plus en détail

Débouchés professionnels

Débouchés professionnels Master Domaine Droit, Economie, Gestion Mention : Monnaie, Banque, Finance, Assurance Spécialité : Risque, Assurance, Décision Année universitaire 2014/2015 DIRECTEUR de la spécialité : Monsieur Kouroche

Plus en détail

De la mesure à l analyse des risques

De la mesure à l analyse des risques De la mesure à l analyse des risques Séminaire ISFA - B&W Deloitte Jean-Paul LAURENT Professeur à l'isfa, Université Claude Bernard Lyon 1 laurent.jeanpaul@free.fr http://laurent.jeanpaul.free.fr/ 0 De

Plus en détail

Les régimes de retraite de la branche 26

Les régimes de retraite de la branche 26 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 juin 2010-9 h 30 «L épargne retraite individuelle et collective» Document N 3 Document de travail, n engage pas le Conseil Les régimes de retraite

Plus en détail

Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009. Descriptifs. (Page vide)

Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009. Descriptifs. (Page vide) Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009 Descriptifs (Page vide) Sujet 001 Épreuve pratique de mathématiques Descriptif Étude d une fonction dépendant d un paramètre Étant donné une fonction dépendant

Plus en détail

Principales caractéristiques de Mixmod

Principales caractéristiques de Mixmod Modèle de mélanges Principales caractéristiques de Mixmod Gérard Govaert et Gilles Celeux 24 octobre 2006 1 Plan Le modèledemélange Utilisations du modèle de mélange Les algorithmes de Mixmod Modèle de

Plus en détail

cadre du pilier 1 assurance Février 2012

cadre du pilier 1 assurance Février 2012 Mortalité, longévité, pandémie : Construire un générateur de scénarios Choix des économiques hypothèses en dans le assurance cadre du pilier 1 Version 1.2 Version 1.0 Septembre 2012 Février 2012 Frédéric

Plus en détail

COURS DE DATA MINING 4 : MODELISATION NON-SUPERVISEE CLASSIFICATIONS AUTOMATIQUES

COURS DE DATA MINING 4 : MODELISATION NON-SUPERVISEE CLASSIFICATIONS AUTOMATIQUES COURS DE DATA MINING 4 : MODELISATION NON-SUPERVISEE CLASSIFICATIONS AUTOMATIQUES EPF 4/ 5 ème année - Option Ingénierie d Affaires et de Projets - Finance Bertrand LIAUDET 4 : Modélisation non-supervisée

Plus en détail

Norme comptable pour l assurance : trouver la bonne mesure

Norme comptable pour l assurance : trouver la bonne mesure Norme comptable pour l assurance : trouver la bonne mesure Denis Duverne et Antoine Lissowski Membres du CFO Forum Paris, le 25 juillet 2006 Sommaire Qui sommes-nous? Quelle est la finalité de la comptabilité?

Plus en détail

Arthur Charpentier. Université Rennes I et École polytechnique. Laurent Devineau. Milliman. Jean-Marie Nessi. Institut des actuaires

Arthur Charpentier. Université Rennes I et École polytechnique. Laurent Devineau. Milliman. Jean-Marie Nessi. Institut des actuaires MESURER LE RISQUE LORS DU CALCUL DES PROVISIONS POUR SINISTRES À PAYER Arthur Charpentier Université Rennes I et École polytechnique Laurent Devineau Milliman Jean-Marie Nessi Institut des actuaires P

Plus en détail

Experts for Finality and Run-off

Experts for Finality and Run-off Profil d entreprise Experts for Finality and Run-off Une activité de pionnier DARAG, Deutsche Versicherungs- und Rückversicherungs-AG est une compagnie d assurance spécialisée dans le Run-off. Nous sommes

Plus en détail

Les attentes du marché

Les attentes du marché www.pwc.com Les attentes du marché Octobre 2012 L état des lieux à propos des formats de reporting et de l appropriation par le marché du XBRL La taxonomie XBRL pour les reportings Solvabilité 2 a fait

Plus en détail

L apprentissage automatique

L apprentissage automatique L apprentissage automatique L apprentissage automatique L'apprentissage automatique fait référence au développement, à l analyse et à l implémentation de méthodes qui permettent à une machine d évoluer

Plus en détail

relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un «patrimoine d affectation»

relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un «patrimoine d affectation» COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2004-11 du 23 novembre 2004 relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un «patrimoine d affectation» Le Comité de la réglementation comptable,

Plus en détail

Introduction au Data-Mining

Introduction au Data-Mining Introduction au Data-Mining Alain Rakotomamonjy - Gilles Gasso. INSA Rouen -Département ASI Laboratoire PSI Introduction au Data-Mining p. 1/25 Data-Mining : Kèkecé? Traduction : Fouille de données. Terme

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

Quantitative Impact Study 5. Résultats & Conclusions. Luxembourg - 29 avril 2011

Quantitative Impact Study 5. Résultats & Conclusions. Luxembourg - 29 avril 2011 Quantitative Impact Study 5 Résultats & Conclusions Luxembourg - 29 avril 2011 1 Participation Principales difficultés / divergences Ratios de solvabilité Provisions techniques Fonds propres SCR : Capital

Plus en détail

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé Plan de l intervention 1 2 3 Généralités sur le fonctionnement de l assurance

Plus en détail

Chaînes de Markov. Mireille de Granrut

Chaînes de Markov. Mireille de Granrut Chaînes de Markov Mireille de Granrut Quelques précisions à propos de ce cours : Préambule 1. Tel que je l ai conçu, le cours sur les chaînes de Markov interviendra dès la rentrée, pour faire un peu de

Plus en détail

Marketing quantitatif M2-MASS

Marketing quantitatif M2-MASS Marketing quantitatif M2-MASS Francois.Kauffmann@unicaen.fr UCBN 2 décembre 2012 Francois.Kauffmann@unicaen.fr UCBN Marketing quantitatif M2-MASS 2 décembre 2012 1 / 61 Première partie I Analyse Analyse

Plus en détail

Où investir en 2014? Grand colloque sur la gestion des actifs des caisses de retraite

Où investir en 2014? Grand colloque sur la gestion des actifs des caisses de retraite Où investir en 2014? Grand colloque sur la gestion des actifs des caisses de retraite Optimisation de la politique de placement : vers quelles classes d actifs se tourner? Stéphan Lazure Conseiller principal

Plus en détail

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs LEXIQUE - A Actuaires / Actuariat Un actuaire est un professionnel spécialiste de l'application du calcul des probabilités et de la statistique aux questions d'assurances, de finance et de prévoyance sociale.

Plus en détail

Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Best Profile 05/2018 1

Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Best Profile 05/2018 1 Fortis AG - Vos assurances chez votre courtier Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Best Profile 05/2018 1 1 Cette fiche d information financière décrit les modalités du produit qui sont d application

Plus en détail

Journées d études IARD de l Institut des Actuaires Risques de souscription / provisionnement

Journées d études IARD de l Institut des Actuaires Risques de souscription / provisionnement www.pwc.com Journées d études IARD de l Institut des Actuaires Risques de souscription / provisionnement Reims 31 mars 2011 Agenda Section Description 1 Une compagnie d assurance peut-elle faire faillite?

Plus en détail

Coup de Projecteur sur les Réseaux de Neurones

Coup de Projecteur sur les Réseaux de Neurones Coup de Projecteur sur les Réseaux de Neurones Les réseaux de neurones peuvent être utilisés pour des problèmes de prévision ou de classification. La représentation la plus populaire est le réseau multicouche

Plus en détail

modifié par le règlement n 2005-03 du CRC du 3 novembre 2005 et par le règlement n 2007-06 du 14 décembre 2007

modifié par le règlement n 2005-03 du CRC du 3 novembre 2005 et par le règlement n 2007-06 du 14 décembre 2007 COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE REGLEMENT N 2002-03 DU CRC DU 12 DECEMBRE 2002 RELATIF AU TRAITEMENT COMPTABLE DU RISQUE DE CREDIT modifié par le règlement n 2005-03 du CRC du 3 novembre 2005 et

Plus en détail

1 La formule de Black et Scholes en t discret

1 La formule de Black et Scholes en t discret Université de Provence Préparation Agrégation Epreuve de Modélisation, Option Proba. Texte : La formule de Black Scholes en Finance Étienne Pardoux 1 La formule de Black et Scholes en t discret On suppose

Plus en détail

Annexe 6. Notions d ordonnancement.

Annexe 6. Notions d ordonnancement. Annexe 6. Notions d ordonnancement. APP3 Optimisation Combinatoire: problèmes sur-contraints et ordonnancement. Mines-Nantes, option GIPAD, 2011-2012. Sophie.Demassey@mines-nantes.fr Résumé Ce document

Plus en détail

Le S ur-mesure patrimonial,

Le S ur-mesure patrimonial, premium line Le S ur-mesure patrimonial, Par AGF Premium Line : votre S olution L offre Premium Line a été élaborée pour apporter une réponse satisfaisante à chaque étape de la gestion de votre patrimoine

Plus en détail

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Gilbert Saporta Chaire de Statistique Appliquée, CNAM ActuariaCnam, 31 mai 2012 1 L approche statistique

Plus en détail

Fiche info financière assurance-vie pour la branche 21

Fiche info financière assurance-vie pour la branche 21 Fiche info financière assurance-vie pour la branche 21 Type d assurance vie Garanties Secure Protect & Pension 1 La Secure Protect & Pension est une assurance vie avec rendement garanti et une participation

Plus en détail

Objectifs. Calcul scientifique. Champ d applications. Pourquoi la simulation numérique?

Objectifs. Calcul scientifique. Champ d applications. Pourquoi la simulation numérique? Objectifs Calcul scientifique Alexandre Ern ern@cermics.enpc.fr (CERMICS, Ecole des Ponts ParisTech) Le Calcul scientifique permet par la simulation numérique de prédire, optimiser, contrôler... le comportement

Plus en détail

Le cadre d analyse utilisé par la Banque du Canada pour évaluer la vulnérabilité du secteur des ménages

Le cadre d analyse utilisé par la Banque du Canada pour évaluer la vulnérabilité du secteur des ménages Le cadre d analyse utilisé par la Banque du Canada pour évaluer la vulnérabilité du secteur des ménages Ramdane Djoudad INTRODUCTION L évolution du service de la dette des ménages en proportion du revenu

Plus en détail

Texte Agrégation limitée par diffusion interne

Texte Agrégation limitée par diffusion interne Page n 1. Texte Agrégation limitée par diffusion interne 1 Le phénomène observé Un fût de déchets radioactifs est enterré secrètement dans le Cantal. Au bout de quelques années, il devient poreux et laisse

Plus en détail

Liste des notes techniques... xxi Liste des encadrés... xxiii Préface à l édition internationale... xxv Préface à l édition francophone...

Liste des notes techniques... xxi Liste des encadrés... xxiii Préface à l édition internationale... xxv Préface à l édition francophone... Liste des notes techniques.................... xxi Liste des encadrés....................... xxiii Préface à l édition internationale.................. xxv Préface à l édition francophone..................

Plus en détail

Institut des Actuaires

Institut des Actuaires Institut des Actuaires Commission comptable Avis de l IA sur l application des nouvelles tables de mortalité Grégory Boutier Références, avis de l Institut des Actuaires Rentes viagères Contrats vie et

Plus en détail

FrontERM. Solution de Pilotage Global des Risques pour le secteur de l assurance Contexte : Solvabilité II

FrontERM. Solution de Pilotage Global des Risques pour le secteur de l assurance Contexte : Solvabilité II FrontERM Solution de Pilotage Global des Risques pour le secteur de l assurance Contexte : Solvabilité II efront - Présentation Nos valeurs CA en M SATISFACTION CLIENT 31% Croissance organique 37 48,0

Plus en détail

Défi SSQ Groupe financier

Défi SSQ Groupe financier Défi SSQ Groupe financier 16 janvier 2015 Gestion actif-passif : optimisation d une position d appariement Table des matières Présentation SSQ Groupe financier Vice-présidence Placements Problématique

Plus en détail

Ge ne rateurs de Sce narios Economiques et Portefeuilles Re pliquants : Techniques de calibration

Ge ne rateurs de Sce narios Economiques et Portefeuilles Re pliquants : Techniques de calibration Ge ne rateurs de Sce narios Economiques et Portefeuilles Re pliquants : Techniques de calibration Auteurs : Nordine Choukar, Xavier Larrieu, Christophe Bonnefoy, Walid Hachicha Mazars Actuariat Résumé

Plus en détail

TP1 Méthodes de Monte Carlo et techniques de réduction de variance, application au pricing d options

TP1 Méthodes de Monte Carlo et techniques de réduction de variance, application au pricing d options Université de Lorraine Modélisation Stochastique Master 2 IMOI 2014-2015 TP1 Méthodes de Monte Carlo et techniques de réduction de variance, application au pricing d options 1 Les options Le but de ce

Plus en détail

VISION POUR L ÉVALUATION DE LA SOLVABILITÉ DES COMPAGNIES D ASSURANCE DE PERSONNES AU CANADA

VISION POUR L ÉVALUATION DE LA SOLVABILITÉ DES COMPAGNIES D ASSURANCE DE PERSONNES AU CANADA VISION POUR L ÉVALUATION DE LA SOLVABILITÉ DES COMPAGNIES D ASSURANCE DE PERSONNES AU CANADA COMITÉ CONSULTATIF SUR LA SOLVABILITÉ NOVEMBRE 2007 TABLE DES MATIÈRES Vision...2 Concepts clés...2 Cible réglementaire

Plus en détail

Projet SINF2275 «Data mining and decision making» Projet classification et credit scoring

Projet SINF2275 «Data mining and decision making» Projet classification et credit scoring Projet SINF2275 «Data mining and decision making» Projet classification et credit scoring Année académique 2006-2007 Professeurs : Marco Saerens Adresse : Université catholique de Louvain Information Systems

Plus en détail

Préparé pour : M. Hubert REER Par : Jean Le Conseiller

Préparé pour : M. Hubert REER Par : Jean Le Conseiller Préparé pour : M. Hubert REER Par : Jean Le Conseiller Planiste Ltée. 485 McGill, Bureau 400 - Montréal (Québec) H2Y 2H4 Téléphone :(514) 904-0934 - Sans frais :1 (866) 904-0934 - Télécopieur :(514) 904-0936

Plus en détail

Gérer efficacement les risques d'un projet

Gérer efficacement les risques d'un projet Gérer efficacement les risques d'un projet 3 PDU De la théorie à la pratique Carl.Gilbert@SolutionsGPcmg.com Page 1 «PMI», le logo PMI, «PMP», le logo PMP, «PMBOK», «PgMP» sont des marques déposées du

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

COLLOQUE SUR LA RETRAITE ET LES PLACEMENTS AU QUÉBEC L INVESTISSEMENT GUIDÉ PAR LE PASSIF

COLLOQUE SUR LA RETRAITE ET LES PLACEMENTS AU QUÉBEC L INVESTISSEMENT GUIDÉ PAR LE PASSIF COLLOQUE SUR LA RETRAITE ET LES PLACEMENTS AU QUÉBEC L INVESTISSEMENT GUIDÉ PAR LE PASSIF LE 20 NOVEMBRE 2014 Sébastien Naud, CFA, M.Sc. Conseiller principal L investissement guidé par le passif Conférenciers

Plus en détail

Mathématique et Automatique : de la boucle ouverte à la boucle fermée. Maïtine bergounioux Laboratoire MAPMO - UMR 6628 Université d'orléans

Mathématique et Automatique : de la boucle ouverte à la boucle fermée. Maïtine bergounioux Laboratoire MAPMO - UMR 6628 Université d'orléans Mathématique et Automatique : de la boucle ouverte à la boucle fermée Maïtine bergounioux Laboratoire MAPMO - UMR 6628 Université d'orléans Maitine.Bergounioux@labomath.univ-orleans.fr Plan 1. Un peu de

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIE

PROSPECTUS SIMPLIFIE PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE OPCVM conforme aux normes européennes PRESENTATION SUCCINCTE Code ISIN : FR0010736355 Dénomination : LCL SECURITE 100 (MAI 2009) Forme juridique : Fonds Commun

Plus en détail

Historique. Architecture. Contribution. Conclusion. Définitions et buts La veille stratégique Le multidimensionnel Les classifications

Historique. Architecture. Contribution. Conclusion. Définitions et buts La veille stratégique Le multidimensionnel Les classifications L intelligence économique outil stratégique pour l entreprise Professeur Bernard DOUSSET dousset@irit.fr http://atlas.irit.fr Institut de Recherche en Informatique de Toulouse (IRIT) Equipe Systèmes d

Plus en détail

Évaluation du passif des contrats d assurance-vie universelle

Évaluation du passif des contrats d assurance-vie universelle Note éducative Évaluation du passif des contrats d assurance-vie universelle Commission des rapports financiers des compagnies d assurance-vie Février 2012 Document 212012 This document is available in

Plus en détail