Atelier n 6 Commission Solvabilité II 11h30 12h30

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Atelier n 6 Commission Solvabilité II 11h30 12h30"

Transcription

1 Atelier n 6 Commission Solvabilité II 11h30 12h30

2 Best Estimate Non-Vie

3 1. Introduction 2. Grands principes et définitions 3. Zoom sur certaines problématiques

4 1. Introduction Contexte Entrée en vigueur de Solvabilité 2 au 1 er Janvier 2016 Groupe de Travail constitué au sein de l IA Objectifs Rédiger un manuel pédagogique sur le Best Estimate ( BE ) Non-Vie Compléter (et non remplacer) les documents existants (cf par exemple le rapport ACAM 2007)

5 1. Introduction Périmètre Les engagements d assurance non-vie (hors rentes, etc) Le BE au sens S2 (le calcul de la provision sans marge de prudence est exclu cf rapport ACAM 2007) Le BE uniquement (ie hors marge de risque) Le BE de provisions pour primes et le BE de provisions pour sinistres, bruts et cédés Pas uniquement les aspects calculatoires, mais également : Les exigences de qualité des données Les exigences de reporting (QRT annuels/trimestriels, rapport actuariel)

6 1. Introduction Organisation du GT Un appel à candidatures, à ce jour 13 membres Corine Casimirius, PWC Christian de La Foata, KMPG Sébastien Delucinge, Milliman Marie Foucher, Galea Thomas Girodot, PWC Guillaume Gonnet, Sogessur Joachim Lemaire, Actuaris Maxime Lenfant, Actuaris Chloé Parfait, Optimind Matthias Pillaudin, Optimind Olivier Remondini, Groupama Lancement en Avril 2014, des réunions toutes les 3 semaines Une répartition des travaux en 8 SGT Fabrice Taillieu, Milliman (resp. du GT) Nicolas Thabault, E&Y Document non finalisé, objectif de finalisation en Novembre pour une revue par la Commission S2 avant publication

7 1. Introduction Principaux textes de référence Spécifications techniques de la phase préparatoire à Solvabilité 2, EIOPA - Avril 2014 Préparation à Solvabilité II, Enseignements de l exercice ORSA pilote 2013, ACPR - Mars 2014 Règlement délégué, Commission européenne Mars 2014 Orientations Nationales Complémentaires, ACPR Le manuel devra faire l objet d une mise à jour lorsque certains textes seront finalisés

8 1. Introduction 2. Grands principes et définitions 3. Zoom sur certaines problématiques

9 2. Grands principes et définitions Principes de valorisation (1/2) Passifs valorisés au montant pour lequel ils pourraient être transférés ou réglés dans le cadre d une transaction conclue dans des conditions d assurance et de réassurance normale, entre des parties informées et consentantes Provisions techniques = BE + marge de risque Pas de marge de prudence dans le BE Moyenne pondérée par leur probabilité des flux de trésorerie futurs (en espérance mathématique) Approche cash-flows actualisés (entrées et sorties de trésorerie nécessaires pour faire face aux engagements) Le recours aux méthodes stochastiques n est pas exigé

10 2. Grands principes et définitions Principes de valorisation (2/2) Calculs bruts (Passif) et cédés (Actif) séparés, prise en compte d une perte probable pour défaut de contrepartie Calculs basés sur des informations actualisées et crédibles, sur des hypothèses réalistes Principe de proportionnalité (possibilité de recourir à des proxys, mais principe de prudence à respecter et mesure de l erreur induite par le proxy utilisé)

11 2. Grands principes et définitions BE des provisions pour sinistres Périmètre : analogue aux «PSAP + IBNR» calculés actuellement pour les sinistres survenus (connus ou pas) Pas de marge de prudence Estimation d une provision sans marge de prudence, via des méthodes déterministes ou stochastiques Application d hypothèses (cadences, frais, etc) réalistes et objectives, prenant en compte le degré d incertitude dans les jugements formulés Concept anglo-saxon d «ENID» (Event Not In Data) non repris explicitement dans les derniers textes Actualisation (approche cash-flows) Base de frais élargie par rapport aux Normes actuelles Problématiques : calcul par devise, estimation du BE infraannuel, passage au net de réassurance,

12 2. Grands principes et définitions BE des provisions pour primes Périmètre : sinistres qui surviendront après la date d évaluation relatifs à des contrats existants à cette date Importance de la notion de frontière de contrats Intégration des engagements dans le Bilan dès lors que l entreprise n a plus la possibilité d agir unilatéralement sur les termes du contrat Vision économique de la provision pour primes Dans certaines circonstances, le BE de primes peut être négatif Hypothèse de continuité d activité Les hypothèse de frais sont notamment fondées sous l hypothèse que l entreprise aura des affaires nouvelles à l avenir Prise en compte du comportement de l assuré (résiliations) Problématiques : contrats pluri-annuels, passage au net,

13 2. Grands principes et définitions Segmentation Segmentation en lignes d activités ( LoB ), au minimum 26 LoBs (Assurance directe : 12 ; Acceptations prop. : 12 ; Acceptations non prop. : 4) Dans la pratique, les calculs sont effectués à un niveau plus fin, par groupes de risques homogènes (calibrage, etc) Granularité à définir par chaque entreprise, de façon à assurer la pertinence des hypothèses Principe de prééminence du fond sur la forme La segmentation doit refléter la nature des risques sous-jacents au contrat (le fond) plutôt que la forme juridique du contrat (la forme) Les engagements d assurance d une activité exercée sur une base technique non-vie sont considérés comme des engagements non-vie Ainsi les rentes découlant de contrats non-vie sont des engagements vie

14 1. Introduction 2. Grands principes et définitions 3. Zoom sur certaines problématiques

15 Best Estimate de primes Principaux inputs Best Estimate de primes sur contrats existants A rapprocher des éléments de PPNA et PREC en normes actuelles Prise en compte des profits futurs Suppression des frais d acquisition déjà payés sur ces contrats (FAR) PPNA + PREC Profit/Pertes Charge ultime Frais d'acquisition Frais d'administration Autres frais Best Estimate primes sur contrats existants Profit/Pertes Charge ultime Frais d'acquisition Frais d'administration Autres frais Actualisation Notion de charge à l ultime impliquant l utilisation d un loss ratio hors marge de prudence conformément à la notion de «meilleure estimation» Best Estimate de primes sur contrats futurs Normes actuelles : Pas d équivalence dans le bilan car pas de reconnaissance des contrats concernés Normes Solvabilité II : Prise en compte de l ensemble des produits et des charges futures (dont acquisition) Aboutit généralement à constituer un Best Estimate négatif car anticipation de profits

16 Best Estimate de primes Principaux inputs Autres inputs nécessaires aux calculs du Best Estimate de primes Cadence de développement / Cadence de règlements / courbe d actualisation Obtention via les calculs de BE de sinistres A ne pas confondre avec la cadence de liquidation Prise en compte de la résiliation / annulation des contrats Peut être calibrée sur les acquisitions réelles passées au cours de N+1 des PPNA constituées à fin N (BE de primes sur contrats existants) Prise en compte de l annulation unilatérale pour les contrats futurs Calibration des taux de frais : Frais d administration, d acquisition et autres frais généraux : calibration historique sur assiette de primes Frais de gestion sinistre : charge ultime s entend y compris frais de gestion interne et externe Frais de placement : calibration en fonction des frais de placement passés

17 Best Estimate de primes Exemple limite / frontière des contrats Le Best Estimate de provisions pour primes peut être négatif, si les encaissements futurs sont supérieurs aux décaissements futurs. Exemple : ensemble de contrats annuels tous souscrits au 1 er janvier Normes actuelles : Les contrats existants souscrits en N n entraînent pas une constitution de PPNA dans le bilan au 31/12/N Les contrats futurs (renouvellement au 01/01/N+1) ne sont pas reconnus au bilan Normes Solvabilité II : Pas de BE de primes sur contrats existants du fait de la frontière des contrats, Constitution d un BE sur contrats futurs : reconnaissance de l ensemble des contrats N+1 (engagement de l assureur au 31/12/N, hors résiliations exceptionnelles) En cas de profits futurs attendus, obtention d un BE de primes négatif Contrats N S1 et S2 : pas de provisions de primes 31/12/N Contrats N+1 S1 : non reconnus S2 : BE de primes futures

18 Best Estimate de primes Prise en compte des résiliations et annulation TP : prise en compte du comportement des assurés dans l évaluation des Best Estimate Question/réponse de l ACPR lors de l exercice 2013 : périmètre du «lapse risk» Malgré l aspect marginal (pour le moment? Cf. conséquences de la loi Hamon), la prise en compte des résiliations / annulation est donc nécessaire Impact sur le Best Estimate de primes sur contrats existants : Remboursement des primes Restitution des frais d acquisition (si contrat avec le réseau de distribution en ce sens) Absence de sinistres postérieurs à la date de résiliation Modification des frais en fonction de la liquidité de ces derniers Impact sur le Best Estimate de primes sur contrats futurs : Non paiements des primes par l assuré Pas de frais d acquisition à payer Absence de sinistres car annulation du contrat Modification des autres frais en fonction de la liquidité de ces derniers

19 Best Estimate de sinistres Principaux inputs Best Estimate de sinistres A rapprocher des éléments de PSAP en normes actuelles : la notion de marge de prudence disparaît (notion de «meilleure estimation» en moyenne) et la valeur temporelle de l argent est prise en compte Cadence de liquidation Calculée à partir du triangle complété par exercice de rattachement Méthodes retenues pour la complétion du triangle : doivent faire l objet de validation et être auditables (Choix des méthodes, exclusion des facteurs, graves, ) Profondeur d historique adaptée à la nature du risque étudié (ou calcul d un facteur de queue en cas de données non disponibles) Courbe d actualisation Cash flow N Cash flow N Cash flow N Cash flow N

20 Best Estimate de sinistres Principaux inputs Best Estimate de sinistres Gestion des recours : La distinction entre montants bruts de recours et prévisions de recours n est pas explicitement exigée en normes S2, contrairement aux normes actuelles. Elle pourrait cependant s avérer nécessaire afin d alimenter les états règlementaires (QRT), avec la notion de cash flow in / cash flow out à détailler Calibration des taux de frais : Frais de gestion sinistre externe : calibration historique sur règlements. Frais de gestion interne et autres frais concomitants à la liquidation des sinistres (logistique informatique, management, ) : calibration historique sur règlements Points d attention : Problématique du choix d une assiette brute ou nette de recours Trend historique dans l évolution des frais et points de rupture (e.g. changement de jurisprudence). Frais de placements : Calibration en fonction des frais de placement passés

21 Best Estimate de sinistres Obtention des triangles complétés Il est possible d utiliser différentes méthodes (Chain Ladder règlements, charge, Bornhuetter-Ferguson, etc ) pour modéliser la charge ultime des différentes années de rattachement : Le triangle complété n est alors pas directement disponible Il est possible d utiliser la méthode de complétion «basée sur les ultimes» Exemple d application : Ultimes retenus Les relations suivantes lient les facteurs de développement f j : j=1 4 f j = Ultimes (2013)/Reglements (2013), j=2 4 f j = Ultimes (2012)/Reglements (2012), D où la formule pour obtenir un facteur de développement : f k= j=k 4 f j / j=k+1 4 f j

22 Prise en compte de devises différentes TP.2.93 : calculs séparés lorsque les données sont en devises différentes La courbe des taux sans risque à appliquer doit être celle propre à chaque monnaie Devise 1 Devise 2 Données de triangles en devises Complétion des triangles en devises Application de la courbe des taux dédiée Calcul du Best Estimate Calcul du Best Estimate Conversion dans la devise de reporting Conversion dans la devise de reporting Avec les taux de change en vigueur à la date d arrêté Best Estimate total

23 Calculs du Best Estimate net Trois grandes méthodes permettent de valoriser les cash-flows liés aux cessions de réassurance : Approche directe Calcul basé directement sur les cash-flows de cessions en appliquant les méthodes actuarielles classiques Limite : cette approche est valable lorsque les données de cessions sont suffisamment volumineuses et fiables Approche indirecte Déduction des Best Estimate cédés par différence entre les cash-flows bruts et nets de réassurance Limite : la prise en compte de temporalités différentes entre brut et net de réassurance (décalage de réassurance et prise en compte des caractéristiques des traités) peut créer des effets indésirables dans la qualité de la projection Méthode simplifiée : ratio «gross to net» Application d un ratio de passage pour passer du Best Estimate brut de réassurance au Best Estimate net (par exemple, PSAP cédées/psap brutes) Limite : Proxy plus ou moins important à manier avec précaution

24 Calculs du Best Estimate net Exemple BE de sinistre Exemple d application Complétion à partir des règlements Méthode directe Méthode indirecte Ratio de passage Triangle des règlements cédés complétés Triangle des règlements bruts complétés (issus des BE bruts) Triangle des règlements nets complétés (issus des BE bruts) Calibration d un taux de transformation «gross to net» par année de rattachement ou Calibration d un taux de transformation «gross to net» au global Delta des cash flow brut net obtenus Obtention des cash flow de cession

25 Calculs du Best Estimate net Ajustement pour risque de défaut L ajustement vient en diminution du BE cédé Evaluation de la probabilité de défaut : Base d informations récentes, fiables, crédibles et cohérentes avec le marché Neutralité, prudence et objectivité dans l évaluation Absence de stabilité temporelle en théorie Probabilité généralement retenue : se référer au risque de défaut Evaluation du taux de recouvrement Base d informations récentes, fiables, crédibles et cohérentes avec le marché En l absence de ces informations le taux de recouvrement retenu ne peut excéder 50% (TP.2.179) Reconnaissance possible des collatéraux (TP.2.157)

26 GT BEL Vie

27 Prochaines étapes Agenda Objectifs et organisation du GT BEL Vie Points clés des 3 sous groupes de travail GT BEL 1 : cadre du BE Vie (hors SLT) GT BEL 2 : actions des assurés et de l assureur GT BEL 3 : spécificités BE prévoyance/ santé (SLT)

28 Objectifs et organisation Objectif : fournir aux membres de l IA une note d'orientation pour des problématiques de modélisation liées au Best Estimate Vie Format de restitution : Note d orientation (similaire aux documents ORSA mais plus synthétique) 3 groupes de travail identifiés : GTBEV1 = cadre du BE Vie (hors SLT) GTBEV2 = actions des assurés et de l assureur GTBEV3 = spécificités BE prévoyance/santé (SLT) NB : sont exclus du périmètre le traitement des primes futures (discussions en cours) et les tables de mortalité BE (GT spécifique) Fonctionnement : sous groupes de travail + sessions plénières d échange Organisation des travaux par les responsables des GTBEV1, 2 et 3 Les membres des GTBEV sont 1. François LEPRINCE (lead), Guillaume LEROY, Samuel LAUNAY, Vincent MARTINOT, Eric DEMERLE, Régine ONOMO, Claude CHASSAIN, Amélie MOURENS, Guillaume VILLE, Quentin AFFAGARD, Nicolas Michel LEGRAND 2. Baptiste BRECHOT (lead), François BONNIN, Marion LALLOUR, Damien PEREZ, Stéphane LE MER, David MARIUZZA, Thibault BARON, Dominique ABGRALL 3. Mouna AIT-OMAR ROSENBAUM (lead), Laurent LECLOIREC, Jacqueline TABOULET, Catharine RAJASUNDRAM, Iuliana COVACI

29 GT BEL 1 : cadre du BE Vie (hors SLT) Cadre du BE Vie

30 GT BEL 1 : cadre du BE Vie (hors SLT) Sujets traités par ce sous-groupe Type de modèle (déterministe, stochastique, actif/passif, etc.) Horizon de projection Modélisation de la fin de projection Traitement des réserves spécifiques au marché français Respect des règles du code des assurances et de la fiscalité Cas de la sous couverture des engagements par les actifs Contrôles utiles dans le cadre de la validation du BEL

31 GT BEL 1 : cadre du BE Vie (hors SLT) Horizon de projection En théorie, doit couvrir la durée de vie de tous les flux de projection des contrats en stock Devrait être suffisamment long pour que le BEL (et le SCR) soit estimé avec une précision cohérente par rapport au seuil de matérialité arrêté par la compagnie En pratique, pour des raisons de temps de calcul, la durée de projection dépasse rarement 50 ans Modélisation de la fin de projection Liquidation des stocks en fin de dernière année : devrait estimer les engagements relatifs aux années restantes non projetées Pour les contrats participatifs : en cas de plus-values latentes, partage avec les assurés selon un taux de PB approprié ; en cas de moins values latentes, affectées à la compagnie sauf à pouvoir justifier un partage avec les assurés En discussion : appliquer un traitement séparé des PMVL en fin de projection pour les actifs relevant du R et du R332-20?

32 GT BEL 1 : cadre du BE Vie (hors SLT) Traitement des réserves spécifiques au marché français Réserve de capitalisation : à modéliser si ses mouvements affectent significativement les flux projetés. L affectation de la RC en fin de projection entre compagnie et assurés devrait se faire en lien avec les engagements envers les assurés et en cohérence avec les PMVL obligataires en fin de projection PRE : provision de plus en plus appréhendée dans les modèles. Malgré un impact souvent significatif du fait de son lien avec la PB minimale, elle accroît la complexité des modèles et pose plusieurs problématiques : sens économique dans un modèle S2, management actions associées, traitement des réserves de fin de projection. PPE : à projeter dans la mesure où elle impacte les PB futures (actions du management) et réduit le coût des options et garanties ; la PPE en fin de projection constitue un engagement envers les assurés (vision prudente) PE : les provisions d égalisation ayant un caractère de dette envers les assurés devraient être modélisées PAF/PDD : en cas de PAF/PDD initiale, écoulement à modéliser ; sauf exception, les modèles ne gèrent pas les actifs ligne à ligne et ne simulent donc pas de PDD (impact marginal a priori) ; la PAF n est généralement pas modélisée non plus

33 GT BEL 1 : cadre du BE Vie (hors SLT) (3/3) Respect des règles du code des assurances et de la fiscalité PB minimale : les projections devraient vérifier le respect de cette règle au niveau compagnie, à défaut au niveau portefeuille (plus conservateur mais moins complexe à modéliser) Fiscalité : les taxes et impôts devraient être modélisés selon les règles en vigueur, notamment, en cas d approche indirecte (BEL = Actifs VIF nette d IS) ; Point d'attention : la récouvrabilité des crédits d impôts dans les scénarios stochastiques qui génèrent des déficits récurrents Contrôles utiles dans le cadre de la validation du BEL Les modèles de projection utilisés pour le calcul du BEL devraient se conformer aux recommandations de la norme nationale sur les modèles actuariels (NPA2 actuellement en phase de consultation), en termes de documentation, testing et backtesting, piste d audit, validation des méthodes, données, hypothèses, résultats

34 GT BEL 2 : actions des assurés et de l assureur Actions des assurés et de l assureur

35 GT BEL 2 : actions des assurés et de l assureur Les exigences S2 concernant la modélisation du comportement des assurés et les management actions sont précises L AMSB doit par ailleurs valider les management actions Modéliser ces comportements est complexe et conduit à l exercice du jugement d expert compte tenu : Du contexte de run off De l approche risque neutre Des scenarios stochastiques pour la plupart jamais expérimentés Du manque de données historiques De la nécessité d avoir un modèle adapté aux chocs SCR Un dilemme complexe entre satisfaire aux exigences règlementaires tout en conservant un modèle maîtrisé et utile pour le pilotage de l activité

36 GT BEL 2 : actions des assurés et de l assureur STRATEGIE FINANCIERE Une très grande diversité de pratiques reflétée à travers des modélisations variées Une allocation cible en VNC ou en valeur de marché Des stratégies dynamiques en développement pour mieux gérer les plus-values d actifs ou la duration Des réflexions sur le roulement des couvertures PB Une stratégie souvent cohérente avec la loi de rachats dynamiques Trois niveaux de PB à gérer : règlementaire (85-15 et règle des 8 ans), contractuel et discrétionnaire Un panel large de définition des PB cibles

37 GT BEL 2 : actions des assurés et de l assureur RACHATS Une démarche de calibrage des lois est proposée Même si la détermination des lois peut reposer sur des méthodes robustes, la maille des model points et la profondeur d historique généralement limitées conduisent à l exercice du jugement d expert Des lois de rachats dynamiques souvent inspirées des ONC de l ACPR avec des paramétrages variés. Une démarche de détermination du paramétrage est proposée ARBITRAGES Une modélisation encore peu développée car elle conduit à repenser les architectures IT des modèles, à augmenter le temps d exécution des calculs et à complexifier l analyse des résultats L absence de modélisation fondée sur le principe de proportionnalité doit toutefois être documentée

38 GTBEV3 = spécificités BE prévoyance/santé (SLT) Sujets traités par ce sous-groupe Classification SLT (Vie) nslt (Non Vie) Traitement des provisions spécifiques au marché français Méthode de détermination des hypothèses Type de modèle et durée de projection Contrôles, etc.

39 GTBEV3 = spécificités BE prévoyance/santé (SLT) Classifications SLT et nslt

40 GT BE Vie 3 : Prévoyance / Santé Durées de projection des contrats et des provisions de PB : Modèles n-slt : projection sur 1 an A la fin de l année, les provisions d égalisation, réserves générales et fonds de revalorisations sont repris en flux de prestations puisque l assureur n a plus d engagements après la fin du contrat. Modèles SLT : projection jusqu à extinction des engagements Les différentes provisions sont projetées en parallèle : des rentes invalidité, incapacité et dépendance en cours de service,

41 GTBEV3 = spécificités BE prévoyance/santé (SLT) Méthodes de détermination des hypothèses BE 4 sous-groupes de risques : Les risques biométriques : mortalité, longévité, incapacité-invalidité et dépendance Risques de comportement Coûts Revalorisations

42 GTBEV3 = spécificités BE prévoyance/santé (SLT) Traitement des revalorisations futures 3 hypothèses à définir Taux de revalorisation des prestations futures Taux de revalorisation des primes Evolution des taux de revalorisation Taux de revalorisation des prestations futures Calibré sur l historique de l évolution d un indice externe (ex: point AGIRC, point de la fonction publique, ) ou sur l historique des taux de revalorisation passés Définition d un processus de contrôle Revue et validation du modèle Point de validation et comité de validation Validation des hypothèses Validation des résultats

43 GT BEL Vie Prochaines étapes Finalisation du document par les GT BEL Vie Revue du document par la commission S2 Revue du document par le conseil Mise en ligne du document pour consultation Finalisation d une première version du document revu par les membres de l IA

44 GT BEL Vie

Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2. Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model»

Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2. Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model» Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2 Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model» Luca De Dominicis formation Sepia 10 juin 2008 Sommaire 1.

Plus en détail

Cadre et contexte des travaux du GT BE Vie

Cadre et contexte des travaux du GT BE Vie BE Vie Agenda Cadre et contexte des travaux du GT BE Vie Les sujets traités par le GT BE Vie Les points clés traités par le GT BE Vie Horizon de projection Traitement des réserves spécifiques au marché

Plus en détail

Assurance Vie SENSIBILITE DES ENGAGEMENTS

Assurance Vie SENSIBILITE DES ENGAGEMENTS Journées d études 2011 Assurance Vie SENSIBILITE DES ENGAGEMENTS FRACTALES 0 Journées d études 2011 Sommaire Projet SIGMA 1 ère partie 1. Durée, duration, sensibilité 2. Sensibilité locale du BE Applications

Plus en détail

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance Réglementation prudentielle en assurance Principes de comptabilité : comment lire les comptes des entreprises d assurance? Franck Le Vallois Commissaire-contrôleur des assurances Plan - I - Les principes

Plus en détail

Exemple de mise en place d un processus ORSA Journées de l institut des Actuaires 21.09.2012

Exemple de mise en place d un processus ORSA Journées de l institut des Actuaires 21.09.2012 Exemple de mise en place d un processus ORSA Journées de l institut des Actuaires 21.09.2012 Principales propriétés de l ORSA Les grands principes Vision prospective L évaluation des risques dans l ORSA

Plus en détail

Dépendance & Solvabilité 2 Journée d études IA & SACEI Deauville 3 octobre 2013

Dépendance & Solvabilité 2 Journée d études IA & SACEI Deauville 3 octobre 2013 Dépendance & Solvabilité 2 Journée d études IA & SACEI Deauville 3 octobre 2013 Anne-Charlotte Bongard anne-charlotte.bongard@actuaris.com Le risque dépendance sous Solvabilité 2 Classification du risque

Plus en détail

Synthèse des instructions de l'eiopa pour la préparation à Solvabilité 2

Synthèse des instructions de l'eiopa pour la préparation à Solvabilité 2 www.pwc.fr/solv2 Synthèse des instructions de l'eiopa pour la préparation à Solvabilité 2 27 septembre 2013 Contexte Suite aux consultations publiques du 27 mars 2013 sur les mesures de préparation à Solvabilité

Plus en détail

Directives relatives aux provisions pour sinistres à régler en assurance non-vie

Directives relatives aux provisions pour sinistres à régler en assurance non-vie Directives relatives aux provisions pour sinistres à régler en assurance non-vie Version d août 2006 Adoptés par le Comité de l ASA le 1 er septembre 2006 1 Sommaire Page Directives relatives aux provisions

Plus en détail

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Solvabilité 2, une réforme en 3 piliers Les objectifs : Définir un cadre harmonisé imposant

Plus en détail

Formation : Le contrat d épargne en fonds euros sous Solvabilité II

Formation : Le contrat d épargne en fonds euros sous Solvabilité II Formation : Le contrat d épargne en fonds euros sous Solvabilité II Le développement de l assurance vie résulte de circonstances exceptionnelles (fiscalité, baisse des taux d intérêt, contractualisation

Plus en détail

Rentabilité des assurances des emprunteurs Impacts de la directive «Solvency 2» et des normes IFRS

Rentabilité des assurances des emprunteurs Impacts de la directive «Solvency 2» et des normes IFRS Rentabilité des assurances des emprunteurs Impacts de la directive «Solvency 2» et des normes IFRS Paris, vendredi 28 mai 2010 Cédric AKAKPO-MAXWELL cmaxwell@galea-associes.eu http://www.galea-associes.eu

Plus en détail

Solvabilité II Les risques liés aux aléas de la vie humaine

Solvabilité II Les risques liés aux aléas de la vie humaine Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles Solvabilité II Les risques liés aux aléas de la vie humaine 20 ème rendez-vous Réavie Frédéric Heinrich Page n 1 S2 Quelles conséquences pour les statistiques

Plus en détail

Comment intégrer les modèles prospectifs dans le pilotage de l activité d assurance

Comment intégrer les modèles prospectifs dans le pilotage de l activité d assurance Comment intégrer les modèles prospectifs dans le pilotage de l activité d assurance 10 juillet 2012 Intervention à l Université d Eté de l Institut des Actuaires Gildas Robert Actuaire Senior Manager Frédérique

Plus en détail

Les orientations nationales complémentaires : valorisation des passifs

Les orientations nationales complémentaires : valorisation des passifs Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles Les orientations nationales complémentaires : valorisation des passifs Régis WEISSLINGER Séminaire SEPIA 10 juin 2008 Page n 1 Sommaire Introduction

Plus en détail

UE 6 Finance d entreprise Le programme

UE 6 Finance d entreprise Le programme UE 6 Finance d entreprise Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. La valeur (15 heures)

Plus en détail

Les management actions dans le cadre de l ORSA

Les management actions dans le cadre de l ORSA Les management actions dans le cadre de l ORSA Atelier Congrès Institut des Actuaires 20 juin 2014 Intervenants Emmanuel Berthelé, Optimind Winter, Responsable Practice Gildas Robert, Optimind Winter,

Plus en détail

Groupe de travail «Best Estimate Liabilities Vie»

Groupe de travail «Best Estimate Liabilities Vie» Paris, le 7 octobre 2015 Groupe de travail «Best Estimate Liabilities Vie» Exemples de pratiques actuarielles applicables au marché français Membres du groupe de travail : Dominique Abgrall, Quentin Affagard,

Plus en détail

Le passage de l'embedded Value à l'economic Value

Le passage de l'embedded Value à l'economic Value Le passage de l'embedded Value à l'economic Value Une meilleure prise en compte des options et des garanties Ferdia Byrne, Claire Lasvergnas 23 septembre 2003 Les principes L'application Le marché français

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

Institut des Actuaires

Institut des Actuaires Institut des Actuaires Commission comptable Avis de l IA sur l application des nouvelles tables de mortalité Grégory Boutier Références, avis de l Institut des Actuaires Rentes viagères Contrats vie et

Plus en détail

ASSOCIATION INTERNATIONALE DES CONTRÔLEURS D ASSURANCE

ASSOCIATION INTERNATIONALE DES CONTRÔLEURS D ASSURANCE Norme nº 12 ASSOCIATION INTERNATIONALE DES CONTRÔLEURS D ASSURANCE NORME DE PUBLICATION D INFORMATIONS SUR LES RISQUES ET RESULTATS TECHNIQUES DES ASSUREURS VIE OCTOBRE 2006 La présente traduction a été

Plus en détail

Embedded Value de SCOR VIE au 31 décembre 2004

Embedded Value de SCOR VIE au 31 décembre 2004 SCOR VIE Embedded Value de SCOR VIE au 31 décembre 2004 Présentation du Paris Avertissement Certaines informations contenues dans cette présentation pouvant être des informations de nature prospective

Plus en détail

Final. Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs (assurances IARD), sous-sections 2260 et 2270. Conseil des normes actuarielles

Final. Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs (assurances IARD), sous-sections 2260 et 2270. Conseil des normes actuarielles Final Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs (assurances IARD), sous-sections 2260 et 2270 Conseil des normes actuarielles Janvier 2011 Document 211005 This document is available

Plus en détail

AVIS SUR L APPLICATION DES NOUVELLES TABLES DE MORTALITE POUR L ARRETE DU 31.12.2006

AVIS SUR L APPLICATION DES NOUVELLES TABLES DE MORTALITE POUR L ARRETE DU 31.12.2006 Reconnu comme établissement d utilité publique par décret du 30 octobre 1896 AVIS SUR L APPLICATION DES NOUVELLES TABLES DE MORTALITE POUR L ARRETE DU 31.12.2006 Les avis de l Institut des actuaires n

Plus en détail

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE LES PLACEMENTS DES COMPAGNIES D ASSURANCES EN ZONE CIMA Fangman Alain Ouattara Commissaire Contrôleur en Chef à la CIMA ofangman@yahoo.fr SOMMAIRE 1. GENERALITES

Plus en détail

Impact du calibrage d un GSE sur le Best Estimate

Impact du calibrage d un GSE sur le Best Estimate Impact du calibrage d un GSE sur le Best Estimate Journée d études de l Institut des Actuaires et du SACEI 25 Septembre 2015 Michael Donio Directeur Tel: : +33(0) 7 63 30 22 70 Mail: michael.donio@sia-partners.com

Plus en détail

ÉVALUATION DU PASSIF DES POLICES : ASSURANCES IARD FACTEURS RELATIFS AU PASSIF DES SINISTRES ET AU PASSIF DES PRIMES

ÉVALUATION DU PASSIF DES POLICES : ASSURANCES IARD FACTEURS RELATIFS AU PASSIF DES SINISTRES ET AU PASSIF DES PRIMES NOTE ÉDUCATIVE Les notes éducatives ne constituent pas des normes de pratique. Elles visent à aider les actuaires en ce qui concerne l application des normes de pratique dans des cas spécifiques. Le mode

Plus en détail

Présentation du métier d actuaire vie

Présentation du métier d actuaire vie 06 Octobre 2010 Frédéric Daeffler 14/10/2010 Agenda Assurance vie : Produits concernés Actuaire produit : Tarification et conception d un produit Actuaire financier : Pilotage des résultats, Gestion actif-passif,

Plus en détail

SOFT COMPUTING TRANSITION AUX IFRS 3- PRESENTATION DES NORMES ET INTERPRETATIONS APPLIQUEES

SOFT COMPUTING TRANSITION AUX IFRS 3- PRESENTATION DES NORMES ET INTERPRETATIONS APPLIQUEES SOFT COMPUTING TRANSITION AUX 1- CONTEXTE DE LA PUBLICATION 2- ORGANISATION DU PROJET DE CONVERSION 3- PRESENTATION DES NORMES ET INTERPRETATIONS APPLIQUEES 4- TABLEAU DE RAPPROCHEMENT DES CAPITAUX PROPRES

Plus en détail

Les Variable Annuities sous la directive Solvabilité II

Les Variable Annuities sous la directive Solvabilité II Les Variable Annuities sous la directive Solvabilité II Mémoire présenté le vendredi 10 juin 2011 par Clément Schmitt clement.schmitt@fixage.com Introduction Solvabilité II impose des fonds propres réglementaires

Plus en détail

Qualité des données sur la chaine de valeur globale du reporting réglementaire, du Pilier 1 au Pilier 3 de Solvabilité 2

Qualité des données sur la chaine de valeur globale du reporting réglementaire, du Pilier 1 au Pilier 3 de Solvabilité 2 Qualité des données sur la chaine de valeur globale du reporting réglementaire, du Pilier 1 au Pilier 3 de Solvabilité 2 Conférence XBRL Paris, le 3 avril 2014 Des données de plus en plus complexes D où

Plus en détail

rv de septembre - 09/09/2008 - XC

rv de septembre - 09/09/2008 - XC rv de septembre - 09/09/2008 - XC Rendez-vous de septembre 9 septembre 2008 - Monte Carlo LE TRANSFERT DE RISQUES DANS SOLVABILITÉ II Xavier Cognat Fédération Française des Sociétés d Assurances rv de

Plus en détail

GESTION DES RISQUES D ENTREPRISE - Qualité des données, levier de pilotage stratégique -

GESTION DES RISQUES D ENTREPRISE - Qualité des données, levier de pilotage stratégique - GESTION DES RISQUES D ENTREPRISE - - Anani OLYMPIO Actuaire IA, Expert ERM & CERA Voahirana RANAIVOZANANY Actuaire IA, Expert ERM & CERA Etude présentée au colloque AFIR ERM Lyon juin 2013 1 PLAN I. Contexte

Plus en détail

1. Embedded Value (EV) au 31.12.2013

1. Embedded Value (EV) au 31.12.2013 1. Embedded Value (EV) au 31.12.2013 1.1 La notion d embedded value La présente communication porte sur l Embedded Value agrégée des deux sociétés Vie qui sont détenues à 100% par Foyer S.A., à savoir

Plus en détail

Adaptation de Solvabilité II avec Omnibus II

Adaptation de Solvabilité II avec Omnibus II FIXAGE Adaptation de Solvabilité II avec Omnibus II Deauville - 21 septembre 2012 Emmanuel TASSIN FIXAGE 11, avenue Myron Herrick - 75008 Paris - France Téléphone : 33 (1) 53 83 83 93 - Télécopie : 33

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie Ordonnance sur l assurance directe sur la vie (Ordonnance sur l assurance-vie, OAssV) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 29 novembre 1993 sur l assurance-vie

Plus en détail

Actualités Solvabilité 2

Actualités Solvabilité 2 Risk and Value Measurement Services (RVMS) Actualités Solvabilité 2 Omnibus 2 approuvé le 13 novembre 2013, entrée en vigueur définitif le 1 er janvier 2016 18 novembre 2013 1. Contexte et résumé Un projet

Plus en détail

L ORSA comme outil de pilotage

L ORSA comme outil de pilotage L ORSA comme outil de pilotage Université d été de l IA 20 juillet 2011 Sommaire Rappel des grands principes de l ORSA L ORSA comme outil de pilotage mise en œuvre 2 La directive Solvabilité II La directive

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

Le rôle de l ACP dans le processus Solvabilité 2

Le rôle de l ACP dans le processus Solvabilité 2 Le rôle de l ACP dans le processus Solvabilité 2 Université d été 2012 EURIA Marc Baran Cellule Modèles internes 1 Sommaire Cadre général Solvabilité 2 Focus sur les modèles internes Tests et standards

Plus en détail

Options implicites d un contrat d assurance-vie en euros

Options implicites d un contrat d assurance-vie en euros Petit déjeuner de l AFGAP Options implicites d un contrat d assurance-vie en euros Hélène Denis 7 avril 2005 Introduction Insuffisance de la provision mathématique à refléter les engagements de l assureur.

Plus en détail

ORSA : la créativité actuarielle au-delà des formules standard

ORSA : la créativité actuarielle au-delà des formules standard ORSA : la créativité actuarielle au-delà des formules standard Journées actuarielles de Strasbourg Vendredi 19 septembre 2014 Introduction Le DUAS fête son trentième anniversaire par un colloque international

Plus en détail

interprofessionnelles avec et malgré Solvabilité 2?

interprofessionnelles avec et malgré Solvabilité 2? interprofessionnelles avec et malgré Solvabilité 2? Pierre AURELLY Anne- Charlotte BONGARD 4 octobre 2012 Sommaire 2 de ce mémoire est des institutions de prévoyance interprofessionnelles sous de la gouvernance

Plus en détail

Annexes Solvabilité 2 Compte rendu 2011 Réassureurs et captives de réassurances

Annexes Solvabilité 2 Compte rendu 2011 Réassureurs et captives de réassurances Annexes Solvabilité 2 Compte rendu 2011 Réassureurs et captives de réassurances Luxembourg - 3 juin 2013 Marc Comes / Valérie Scheepers 1 Introduction Bilan sous Solvabilité 2 BSCR Annexes 2012 les nouveautés

Plus en détail

Ce que vous devez savoir au sujet des chapitres 3462 et 3463

Ce que vous devez savoir au sujet des chapitres 3462 et 3463 WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPATABILITÉ AVANTAGES SOCIAUX FUTURS Ce que vous devez savoir au sujet des chapitres 3462 et 3463 La comptabilisation des avantages sociaux futurs peut être complexe, mais

Plus en détail

EURO-CROISSANCE PRESENTATION CONGRES DES ACTUAIRES

EURO-CROISSANCE PRESENTATION CONGRES DES ACTUAIRES EURO-CROISSANCE PRESENTATION CONGRES DES ACTUAIRES OLIVIER LOZACH PREDICA ARNAUD COHEN FORSIDES ACTUARY 20 JUIN 2014 LE CONTEXTE + Les principales caractéristiques du marché français : + Un cadre fiscal

Plus en détail

Solvabilité 2. Focus sur le reporting. Octobre 2015

Solvabilité 2. Focus sur le reporting. Octobre 2015 1 Solvabilité 2 Focus sur le reporting Octobre 2015 2 Le calendrier règlementaire (entités solo) 2 Calendrier règlementaire 2016 SCR et MCR Rapports (*) ORSA Annuel 20/05 2 semaines après le vote CA T1

Plus en détail

Provisions pour risques croissants en santé SACEI 13 mars 2008

Provisions pour risques croissants en santé SACEI 13 mars 2008 Provisions pour risques croissants en santé SACEI 13 mars 2008 Anne MARION A C T U A R I E L L E S actuarielles@actuarielles.com L aléa en santé Assurance vie : (décès) Survenance certaine à date aléatoire

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

Préparation à Solvabilité II. Enseignements de l exercice d ORSA pilote 2013. 21 mars 2014 version 1.0

Préparation à Solvabilité II. Enseignements de l exercice d ORSA pilote 2013. 21 mars 2014 version 1.0 Préparation à Solvabilité II Enseignements de l exercice d ORSA pilote 2013 21 mars 2014 version 1.0 Sommaire 1 Description générale de l ORSA... 3 1.1 Les textes de référence sur l ORSA... 3 1.2 Résumé

Plus en détail

En millions CHF ou selon indication 2014 2013

En millions CHF ou selon indication 2014 2013 32 Distribution de dividendes Les réserves distribuables sont déterminées sur la base des capitaux propres statutaires de la maison mère Swisscom SA et non sur les capitaux propres figurant dans les états

Plus en détail

Valorisation dans le secteur de l assurance

Valorisation dans le secteur de l assurance DRAFT Valorisation dans le secteur de l assurance Philippe TRAINAR Chief Risk Officer, SCOR Group Colloque de l Association de Comptabilité Nationale 2-4 juin 2010, Paris INTRODUCTION La question de la

Plus en détail

TRANSITION AUX IFRS SOMMAIRE

TRANSITION AUX IFRS SOMMAIRE TRANSITION AUX IFRS SOMMAIRE Transition aux IFRS : compte de résultat consolidé IFRS préliminaire 31/12/24 Transition aux IFRS : bilan actif consolidé IFRS préliminaire 31/12/24 Transition aux IFRS : bilan

Plus en détail

Circulaire 2008/42 Provisions assurance dommages. Provisions techniques dans l assurance dommages

Circulaire 2008/42 Provisions assurance dommages. Provisions techniques dans l assurance dommages Banques Groupes et congl. financiers Autres intermédiaires Assureurs Groupes. et congl. d assur. Intermédiaires d assur. Bourses et participants Négociants en valeurs mob. Directions de fonds SICAV Sociétés

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie (Ordonnance sur l assurance dommages, OAD) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 8 septembre

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-1008 du 4 septembre 2014 relatif aux contrats comportant des engagements donnant lieu à constitution

Plus en détail

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Comité consultatif sur le Test du capital minimal Page

Plus en détail

Solvabilité 2 Maquette simplifiée pour les mutuelles santé

Solvabilité 2 Maquette simplifiée pour les mutuelles santé Mutualité Française / SFG Solvabilité 2 Maquette simplifiée pour les mutuelles santé Présentation Institut des Actuaires Fabien RAVIARD Responsable Actuariat Service Fédéral de Garantie 1 Solvabilité 2

Plus en détail

ED 2009/02 Impôt sur le résultat Les nouvelles propositions de l IASB. 9 Juin 2009

ED 2009/02 Impôt sur le résultat Les nouvelles propositions de l IASB. 9 Juin 2009 ED 2009/02 Impôt sur le résultat Les nouvelles propositions de l IASB 9 Juin 2009 Contexte du projet Projet de convergence court terme avec les US GAAP depuis 2002 Discussions FASB pour modifier SFAS 109

Plus en détail

Groupe PwC Audit. États financiers consolidés Exercice de 12 mois clos le 30 juin 2007

Groupe PwC Audit. États financiers consolidés Exercice de 12 mois clos le 30 juin 2007 États financiers consolidés Exercice de 12 mois clos le 30 juin 2007 Sommaire 01 Bilan consolidé 5 02 Compte de résultat consolidé 6 03 Tableau de variation des capitaux propres consolidés 7 04 Tableau

Plus en détail

Relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises régies par le code des assurances

Relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises régies par le code des assurances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2002-09 du 12 décembre 2002 Relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises régies par le code des assurances

Plus en détail

ÈGLEMENT. Constitution. de provisions. Approuvé le 06.06.2007 En vigueur dès le 01.01.2008

ÈGLEMENT. Constitution. de provisions. Approuvé le 06.06.2007 En vigueur dès le 01.01.2008 Constitution de provisions Approuvé le 06.06.2007 En vigueur dès le 01.01.2008 ÈGLEMENT 2 Table des matières Art. 1 Définitions et principes 3 Art. 2 Bases techniques et hypothèses de calcul 4 Art. 3 Capitaux

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE PILOTAGE DES COMPAGNIES D ASSURANCES. Séminaire du 17 juillet 2005

SEMINAIRE SUR LE PILOTAGE DES COMPAGNIES D ASSURANCES. Séminaire du 17 juillet 2005 Programme d Appui à la Modernisation du Secteur Financier Algérien SEMINAIRE SUR LE PILOTAGE DES COMPAGNIES D ASSURANCES Séminaire du 17 juillet 2005 Le pilotage d une compagnie d assurances SOMMAIRE Introduction

Plus en détail

Quantitative Reporting Templates Etats Réassurance. 28/02/2013 Auditorium de Groupama

Quantitative Reporting Templates Etats Réassurance. 28/02/2013 Auditorium de Groupama Quantitative Reporting Templates Etats Réassurance 28/02/2013 Auditorium de Groupama 1 QRT Etats Réassurance Etat J1_Basic Cet état recense pour chaque LOB les 10 plus importants risques réassurés en facultative

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 OBJECTIF DE LA NORME 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

des compagnies d assurance : évolutions récentes

des compagnies d assurance : évolutions récentes Les Contrôle normes IFRS de la solvabilité en assurance des compagnies d assurance : évolutions récentes - DIAF Hanoi, le 28 février 2005 Pierre THEROND Consultant JWA - Actuaires & chargé de cours à l

Plus en détail

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé Plan de l intervention 1 2 3 Généralités sur le fonctionnement de l assurance

Plus en détail

Solvabilité 2 : le rôle de l actuaire

Solvabilité 2 : le rôle de l actuaire JJ Mois Année Solvabilité 2 : le rôle de l actuaire Journées Actuarielles de Strasbourg 6-7 octobre 2010 1 PLAN Solvabilité 2 : présentation de la réforme Le rôle de l actuaire dans Solvabilité 2 Que fait

Plus en détail

MODÈLE ALM : APPORT DE LA LOGIQUE FLOUE DANS LA

MODÈLE ALM : APPORT DE LA LOGIQUE FLOUE DANS LA MODÈLE ALM : APPORT DE LA LOGIQUE FLOUE DANS LA MODÉLISATION DES COMPORTEMENTS 1 Le 27 Septembre 2013 Sandrine Mouret Sylvain Detroulleau INTRODUCTION (1/2) Solvabilité II : valorisation du bilan selon

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II?

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Journées IARD de l Institut des Actuaires Les nouveaux défis de l assurance IARD liés à Solvabilité II 11 avri l 2012 Gildas Robert,

Plus en détail

SOLVABILITE II Glossaire et notions clés

SOLVABILITE II Glossaire et notions clés SOLVABILITE II Glossaire et notions clés Version septembre 2013 A Actuaire Spécialiste qui applique la statistique et le calcul des probabilités pour la conduite d opérations financières et d assurance.

Plus en détail

Normes IFRS et Solvabilité 2

Normes IFRS et Solvabilité 2 Normes IFRS et Solvabilité 2 Norme IFRS 4 contrats d assurance Lyon, lundi 28 septembre 2009 Pierre Thérond http://www.pierretherond.fr Sommaire 1. Historique 2. Champ d application 3. Principales caractéristiques

Plus en détail

NOTE D INFORMATION SUR LE RAPPORT DE SOLVABILITE

NOTE D INFORMATION SUR LE RAPPORT DE SOLVABILITE Mars 2005 NOTE D INFORMATION SUR LE RAPPORT DE SOLVABILITE La loi n 98-546 du 2 juillet 1998 portant diverses dispositions d'ordre économique et financier, modifiée par la loi n 99-532 du 25 juin 1999,

Plus en détail

Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles. Page n 1

Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles. Page n 1 Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles Page n 1 Conférence du contrôle du 5 octobre 2009 Mutuelles : Actualités du contrôle et évolution du secteur Introduction : Philippe Jurgensen, Président

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1 Mr ABBOUDI MED Presentations des etats financiers 1 Objectifs et composants 2 Principe de préparations des E F 3 Principe d identifications des E F 4 Période couverte

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

TABLEAU DE VARIATION DES CAPITAUX PROPRES

TABLEAU DE VARIATION DES CAPITAUX PROPRES TABLEAU DE VARIATION DES CAPITAUX PROPRES Capital Réserves Résultat Capitaux propres Totaux Dont Part des tiers Au 1 er janvier 2005 873.168 3.551.609-842.682 3.582 095 456.924 Affectation résultat 2004-842.682

Plus en détail

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers GUIDE DE PRÉSENTATION PORTANT SUR LA CONFORMITÉ D UNE CESSION D ENTREPRISE PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC Mars 2008 Autorité des marchés financiers Ce document a été produit par la Surintendance

Plus en détail

Mémento concernant l assurance sur la vie liée à des participations

Mémento concernant l assurance sur la vie liée à des participations Département fédéral des finances DFF Office fédéral des assurances privées OFAP Mémento concernant l assurance sur la vie liée à des participations Etat : 20 mai 2008 1. Situation initiale Par l introduction

Plus en détail

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Le résumé des comptes annuels de la société Groupe Delhaize SA est présenté ci-dessous. Conformément au Code des Sociétés, les comptes annuels complets, le

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

ANALYSE DE LA TRANSITION DES NORMES FRANCAISES AUX NORMES IFRS

ANALYSE DE LA TRANSITION DES NORMES FRANCAISES AUX NORMES IFRS ANALYSE DE LA TRANSITION DES NORMES FRANCAISES AUX NORMES 1 CONTEXTE DE LA PUBLICATION 2 PRINCIPES RETENUS POUR LA PREPARATION DES PREMIERS ETATS FINANCIERS DU GROUPE EN 3 ANALYSE DE LA TRANSITION DU BILAN

Plus en détail

Présentation des Directives techniques (DTA) de la Chambre suisse des experts en caisses de pensions. Séminaire LPP 2013

Présentation des Directives techniques (DTA) de la Chambre suisse des experts en caisses de pensions. Séminaire LPP 2013 Présentation des Directives techniques (DTA) de la Chambre suisse des experts en caisses de pensions Séminaire LPP 2013 Cédric Regad 19 et 28 novembre 2013 Chambre suisse des experts en caisses de pensions

Plus en détail

La tarification vue par les commissaires aux comptes

La tarification vue par les commissaires aux comptes La tarification vue par les commissaires aux comptes Journées d études IARD - Institut des Actuaires Niort, 20 & 21 Mars 2014 Cédric FONTAN Groupe Y Audit Département Actuariat 1 Sommaire Les obligations

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

Solvabilité II Les impacts sur la tarification et l offre produit

Solvabilité II Les impacts sur la tarification et l offre produit Solvabilité II Les impacts sur la tarification et l offre produit Colloque du CNAM 6 octobre 2011 Intervenants OPTIMIND Gildas Robert actuaire ERM, senior manager AGENDA Introduction Partie 1 Mesures de

Plus en détail

Société Française des Evaluateurs

Société Française des Evaluateurs Strictement confidentiel Société Française des Evaluateurs L évaluation dans le secteur bancaire : particularités, limites et changements post-crise 2008. PwC Valuation & Business Modelling Juin 2015 Projet

Plus en détail

BILAN ET COMPTE DE RÉSULTAT CONSOLIDÉS AU 31.12.2013

BILAN ET COMPTE DE RÉSULTAT CONSOLIDÉS AU 31.12.2013 BILAN ET COMPTE DE RÉSULTAT CONSOLIDÉS AU 31.12.2013 Le Conseil d Administration du 19 février 2014 a arrêté et autorisé la publication des comptes consolidés de Safran et celle du compte de résultat ajusté

Plus en détail

Comment se contrôler? Comptabilisation et présentation des impôts différés dans les états financiers

Comment se contrôler? Comptabilisation et présentation des impôts différés dans les états financiers Comprendre les impôts différés Les impôts différés constituent un sujet qui fait généralement peur dans la mesure où ils sont le plus souvent perçus comme abstraits et complexes. Pour autant, le développement

Plus en détail

Les modalités de gestion des contrats d épargne retraite. Fédération Française des Sociétés d Assurances

Les modalités de gestion des contrats d épargne retraite. Fédération Française des Sociétés d Assurances CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 juin 2010-9 h 30 «L épargne retraite individuelle et collective» Document N 6 Document de travail, n engage pas le Conseil Les modalités de gestion

Plus en détail

Solution logicielle pour le pilotage et l ERM. Journées d études IARD 26 mars 2010 2 mars 2010

Solution logicielle pour le pilotage et l ERM. Journées d études IARD 26 mars 2010 2 mars 2010 Présentation d ERMS Solution logicielle pour le pilotage et l ERM Journées d études IARD 26 mars 2010 2 mars 2010 Sommaire 1 Présentation d ACTUARIS 2 Les problématiques rencontrées 3 Présentation d ERMS

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie Ordonnance sur l assurance directe sur la vie (Ordonnance sur l assurance-vie, OAssV) Modification du 24 mars 2004 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 29 novembre 1993 sur l assurance-vie

Plus en détail

Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012

Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012 www.varm.fr Solvabilité 2 commentaires sur l ORSA Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012 Sommaire Introduction... 2 Principes pour une gestion intégrée des risques... 3 La mise en place de l ORSA... 5 Introduction

Plus en détail

20.3 ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014

20.3 ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 AU 31 DÉCEMBRE 2014 Bilan consolidé 86 État du compte de résultat consolidé 88 État du résultat global consolidé 89 Variation de la trésorerie consolidée 90 Variation des capitaux propres consolidés 91

Plus en détail

Communication de l OFAP concernant l application des prescriptions de transparence en prévoyance professionnelle

Communication de l OFAP concernant l application des prescriptions de transparence en prévoyance professionnelle Date 30 avril 2004 Votre référence Votre communication du A rappeler dans la réponse Ligne directe 204 P. H. Bader A. Gemperle 031 322 79 24 031 322 79 17 Aux assureurs vie surveillés qui exploitent la

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015 n 47 juin 2015 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 Synthèse générale Le niveau des taux de revalorisation servis aux assurés appelle une vigilance

Plus en détail

EVOLUTION DE L'ÂGE DE LA RETRAITE : IMPACT SUR LES RÉGIMES PRÉVOYANCE (Régimes collectifs de salariés)

EVOLUTION DE L'ÂGE DE LA RETRAITE : IMPACT SUR LES RÉGIMES PRÉVOYANCE (Régimes collectifs de salariés) EVOLUTION DE L'ÂGE DE LA RETRAITE : IMPACT SUR LES RÉGIMES PRÉVOYANCE (Régimes collectifs de salariés) Journées d études de l Institut des Actuaires et du SACEI Deauville 20 septembre 2012 par Anne DECREUSEFOND

Plus en détail