Communication aux entreprises d assurances concernant la procédure de «pre-application» pour Solvency II

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Communication aux entreprises d assurances concernant la procédure de «pre-application» pour Solvency II"

Transcription

1 Communication _2011_08 du 18 février 2011 Communication aux entreprises d assurances concernant la procédure de «pre-application» pour Solvency II a) Mise à jour du questionnaire «Intentions Modèles» b) «Pre-application» package Champ d'application: Les entreprises d'assurances soumises à la loi du 9 juillet 1975 et les entreprises de réassurance soumises à la loi du 16 février Résumé/Objectifs: Dans le contexte du Pilier I du nouveau cadre prudentiel introduit par la directive 2009/138/CE (Solvency II), les entreprises d assurances peuvent effectuer le calcul de leurs exigences réglementaires en capital (SCR) sur base d un modèle interne, pour autant qu elles en aient reçu l autorisation de la part du superviseur. Afin de faciliter le déroulement de la procédure formelle de demande d utilisation d un tel modèle interne (application process), les entreprises d assurances ont la possibilité de prendre part à une procédure dite de «pre-application». La présente communication vise la procédure susmentionnée et porte sur les éléments suivants: 1) d une part, la mise à jour du questionnaire «intentions modèles» déjà transmis au secteur via la communication _2010_07 du 12 février 2010, afin de pouvoir encore mieux estimer les ressources et délais nécessaires à la mise en place de cette procédure; 2) d autre part, le contenu du dossier («pre-application» package) que les entreprises d assurance doivent constituer et soumettre au superviseur afin de pouvoir prendre part à la «pre-application». Madame, Monsieur, Le texte de la Directive 2009/138/CE du Parlement européen et du Conseil du 25 novembre 2009 sur l'accès aux activités de l'assurance et de la réassurance et leur exercice (mieux connu sous le vocable Solvency II) a été publié au Journal Officiel de l'union européenne L335 du 17 décembre Dans le contexte du Pilier I de Solvency II, les entreprises d assurances peuvent effectuer le calcul de leurs exigences réglementaires en capital (SCR) sur base d un modèle interne 1, pour autant qu elles en aient reçu l autorisation de la part du superviseur. Afin de faciliter le déroulement de la procédure formelle de demande d utilisation d un tel modèle interne (application process), les entreprises d assurances ont la possibilité de prendre part à une procédure dite de «pre-application». 1 Intégral ou partiel.

2 _2011_08 du 18 février / 7 I. «Pre-application» : description générale La procédure dite de «pre-application» fait l objet du premier document de guidance de niveau 3 2 élaboré par l EIOPA 3. Avec le soutien de la Commission Européenne, cette guidance a été officiellement publiée avant finalisation des mesures d exécution de niveau 2 et ce afin de faciliter le déroulement de la procédure formelle de demande d utilisation d un modèle interne pour le calcul du SCR (application process). La «pre-application» ne revêt pas de caractère légal puisqu elle n est pas mentionnée dans la Directive Solvency II. Une entreprise désirant utiliser un modèle interne n est dès lors pas obligée d y prendre part, bien que ceci soit vivement recommandé par l EIOPA. A l instar de l EIOPA, le superviseur belge invite instamment à s investir dans la procédure de «pre-application» les entreprises d assurances qui envisagent d utiliser un modèle interne afin de calculer leurs exigences réglementaires en capital sous le régime Solvency II. La «pre-application» a pour objectif de voir dans quelle mesure une entreprise d assurance est suffisamment préparée afin d entamer la procédure formelle dite d application. Il ne s agit donc pas d une «pré-approbation» ou «pré-validation» du modèle. En outre, une entreprise d assurance pour laquelle les conclusions (aussi bien positives que négatives) auxquelles l on aboutirait à l issue de la procédure de «pre-application» ne devraient en rien préjuger de la décision finale du superviseur quant à la possibilité d utiliser ou non le modèle pour le calcul du SCR. De la même manière, et bien que cela ne soit pas recommandé par la, une entreprise ne prenant pas part à l exercice de «pre-application» pourra tout de même soumettre au superviseur une demande formelle d utilisation de son modèle. II. Questionnaire «intentions modèles» - mise à jour Au travers de la communication _2010_07 du 12 février 2010, la avait déjà soumis au secteur belge de l assurance un questionnaire destiné à inventorier et apprécier au mieux les intentions des entreprises d assurances quant à l utilisation de modèles internes pour le calcul des exigences prudentielles en capital sous Solvency II. L information récoltée dans le cadre de cet exercice était destinée à préparer la mise en place du processus d approbation des modèles internes par le superviseur, avec, entre autres, l élaboration d un planning pour la «pre-application» (estimation des ressources nécessaires, timing et priorités). Une mise à jour de l information récoltée via ce questionnaire s avère toutefois à présent nécessaire. En effet, au vu des réponses obtenues dans le cadre de l exercice QIS 5 4, il apparaît clairement que certains assureurs ont entretemps changé de point de vue quant à leur potentielle utilisation d un modèle pour les besoins de Solvency II. Certaines questions ont, en outre, été reformulées afin de mieux encore cerner les données nécessaires. Ce nouveau sondage devrait donc permettre à la de disposer d une source d information pertinente, qui pourra être utilisée pour la réalisation du planning de «pre-application». III. «Pre-application» package et procédure y relative Prenant en considération la guidance EIOPA à laquelle il est fait référence ci-dessus, la a établi la procédure à suivre par les entreprises d assurances belges désireuses de prendre part audit processus de «pre-application». Dès lors, il est attendu de chacune de ces entreprises d assurances qu elle introduise auprès de la un dossier de «pre-application» constitué : 1) d un formulaire d auto-évaluation qu elle aura dûment complété, destiné à informer le superviseur du degré avec lequel cette entreprise estime répondre aux exigences relatives à l utilisation d un CEIOPS-DOC-76/10, mars 2010, https://eiopa.europa.eu/fileadmin/tx_dam/files/consultations/consultationpapers/cp80/ceiops-doc Guidance-pre-application-internal-models.pdf Il s agissait encore du CEIOPS à l époque de la parution de ce document. https://eiopa.europa.eu/consultations/qis/quantitative-impact-study-5/index.html

3 _2011_08 du 18 février / 7 modèle interne pour le calcul du SCR et de la mesure dans laquelle celle-ci est à même de démontrer ce niveau de conformité aux exigences sur base d une documentation écrite ; 2) d un cahier de documentation, reprenant l ensemble des pièces et documents permettant de démontrer le susmentionné niveau de conformité aux exigences. Dès réception de ce dossier, la examinera le contenu de ce dernier afin d en estimer le degré de complétude. Si la estime que celui-ci est satisfaisant, elle confirmera à l entreprise d assurance concernée sa participation à la procédure de «pre-application». Dans le cas contraire, la signifiera à ladite entreprise d assurance les raisons pour lesquelles elle ne peut prendre part à cette procédure ainsi que l éventuel délai d attente pour l introduction d une nouvelle demande de «pre-application». Une fois la confirmation obtenue de sa participation à la «pre-application», l entreprise d assurance s engage à fournir au superviseur toute information complémentaire requise par la. Il pourra s agir de requêtes concernant l envoi ou la consultation de documents additionnels ou encore de visites du superviseur à l entreprise d assurance, de réunions, D autres pièces peuvent toutefois être fournies spontanément par l entreprise d assurance et intégrées au dossier à l initiative de celle-ci. De tels cas peuvent se présenter lorsque, par exemple, de nouveaux risques sont modélisés ou lorsque l entreprise estime que les progrès qu elle a réalisés au fur et à mesure du déroulement de la procédure et de ses échanges avec le superviseur justifient l introduction de nouveaux (voir le remplacement d anciens) constituants du dossier. Lorsqu elle jugera disposer de toute l information nécessaire et, sur base de celle-ci, être en mesure de formuler un avis objectif, la communiquera à l entreprise d assurance les conclusions de son évaluation quant à la capacité de cette entreprise à prendre part à la phase dite d application. Dans le cas d un groupe d assurance, le dossier de «pre-application» relatif au modèle utilisé pour calculer le SCR groupe ainsi que le SCR d une partie ou de l ensemble des entités solo de ce groupe doit être introduit auprès du superviseur groupe. La guidance de niveau 3 en la matière indique de procéder en conformité avec l article 231 de la directive Solvabilité II qui définit les modalités relatives à l application process pour les modèles internes groupe au sein des Collèges de Superviseurs. Si le dossier de «pre-application» est introduit préalablement à l entrée en vigueur du régime prudentiel Solvabilité II, ledit dossier sera traité au sein du Coordination Committee (cf. régime prudentiel actuellement en vigueur). En cas d utilisation d un modèle spécifique local (différent du modèle du groupe) pour le calcul du SCR solo, il convient alors de soumettre directement le dossier au superviseur local. De plus amples détails quant à la procédure relative aux groupes peuvent notamment être trouvés aux pages 15 et 16 et 26 à 34 de la guidance précitée. IV. Dossier de «pre-application» aspects pratiques Tel que précisé ci-dessus, il est demandé aux entreprises désireuses de participer à la «preapplication» de fournir au superviseur un dossier constitué de deux volets distincts. Les attentes et recommandations de la relativement à ceux-ci sont les suivantes : 1) Concernant le formulaire d auto-évaluation Le formulaire d auto-évaluation se compose des éléments ci-dessous : a) Un onglet «Memento», sous lequel l on retrouve une description succincte des aspects pratiques relatifs à la procédure de «pre-application» - rien ne doit être complété pour celui-ci. b) L onglet «General Information», pour lequel l entreprise d assurance doit fournir quelques informations d ordre général, à savoir : Le nom de l entreprise d assurance, Son n, Le caractère «intégral» ou «partiel» du modèle concerné, Le caractère «solo» ou «groupe» du SCR qui va être calculé sur base du modèle concerné,

4 _2011_08 du 18 février / 7 En cas de SCR groupe, l ensemble des entités du groupe concernées, En cas de SCR solo, pour les filiales d un groupe d assurance, le type de modèle utilisé (modèle du groupe, modèle spécifique local ou combinaison de l un et l autre), En cas de réponse «combinaison de l un et l autre» à la question précédente, l ensemble de ces éléments spécifiques locaux ; c) Les onglets notés de «A» à «K» : Onglet Description du contenu A La demande officielle d utilisation du modèle pour calculer le SCR (application) : la date escomptée d introduction de cette demande ainsi que, si disponible, le projet de lettre par laquelle cette demande devra être introduite auprès du superviseur. B C D La portée du modèle ainsi que les éléments couverts par celui-ci. La gestion des risques au sein de l entreprise d assurance et les liens avec le modèle interne. Un aperçu relativement précis des caractéristiques et spécificités du modèle interne ; cette section se décompose en 7 sous-sections : D-1 : Market Risk D-2 : Life Underwriting Risk D-3 : Non-Life Underwriting Risk D-4 : Health Underwriting Risk D-5 : Credit Risk D-6 : Operational Risk D-7 : General (the internal model as a whole) Pour chacune des sous-sections ci-dessus, on retrouve un onglet (A) et un onglet (B) [par exemple : D-1 (A) et D-1 (B)]. Sous l onglet (A), on retrouve un questionnaire d auto-évaluation similaire à celui des sections «A» à «C», «E» à «H» et «J». Sous l onglet «B», on retrouve un espace libre permettant d apporter certains commentaires relatifs à la sous-section en question. E F G H I J K La gouvernance du modèle et la fonction de contrôle qui s y rapporte. Les changements relatifs au modèle, y compris la politique d adaptation de ce dernier. Les aspects et éléments du modèle livrés par des fournisseurs externes à l entreprise. Les forces et faiblesses du modèle. La quantification des exigences quantitatives en capital (SCR). Relativement au modèle interne, le plan d activité projeté. Les exigences en matière de documentation.

5 _2011_08 du 18 février / 7 Il est demandé à l entreprise de répondre à l ensemble des questions reprises sous ces onglets de la manière suivante : Onglet A à C D-1 (A) à D-7 (A) J Réponse attendue 1) Préciser le degré de conformité avec chacune des exigences mentionnées et ce en sélectionnant une des réponses proposées (high, medium, low, inexistent) dans le menu déroulant repris dans la colonne D de la page Excel ; 2) Si la conformité avec l exigence en question fait bel et bien l objet d une documentation jointe au dossier de «pre-application», spécifier les numéros des pages concernées dans la colonne E de la page Excel ; 3) Spécifier si la démonstration du degré de conformité avec l exigence concernée relève de l entité solo/locale, du groupe ou de l un et de l autre. Il convient, pour se faire, de sélectionner une des réponses proposées dans le menu déroulant repris sous la colonne F de la page Excel (at solo/local level, at group level, both at solo/local and group level). D-1 (B) à D-7 (B) Commentaires spécifiques destinés, si nécessaire, à clarifier les réponses apportées à la sous-section concernée. Un menu déroulant (colonne B) permet de préciser la sous-section à laquelle chaque commentaire se rapporte. I Si la conformité avec l exigence en question fait bel et bien l objet d une documentation jointe au dossier de «pre-application», spécifier les numéros des pages concernées dans la colonne D de la page Excel. K 1) Préciser le degré de conformité avec chacune des exigences mentionnées et ce en sélectionnant une des réponses proposées (high, medium, low, inexistent) dans le menu déroulant repris dans la colonne D de la page Excel. 2) Spécifier si la démonstration du degré de conformité avec l exigence concernée relève de l entité solo/locale, du groupe ou de l un et de l autre. Il convient, pour se faire, de sélectionner une des réponses proposées dans le menu déroulant repris sous la colonne E de la page Excel (at solo/local level, at group level, both at solo/local and group level). d) Sous le dernier onglet («Summary»), un résumé destiné à synthétiser de façon très générale l information fournie sous les onglets A à K. Cette feuille se met à jour automatiquement et ne doit pas être complétée par l entreprise d assurance. L information rassemblée à cet endroit du fichier ne se substitue en aucun cas aux conclusions que le superviseur doit communiquer au terme de la procédure de «pre-application», encore moins au verdict final de ce dernier quant à la possibilité d utiliser le modèle pour le calcul du SCR. Cette synthèse a pour simple et unique objectif d éclairer le superviseur ainsi que l entreprise d assurance sur les éléments relatifs au modèle pour lesquels la conformité aux exigences réglementaires n est pas encore atteinte et/ou la démonstration de cette conformité sur base d une documentation écrite ne peut encore être faite. 2) Concernant l ensemble des pièces et documents destinés à démontrer le niveau de conformité aux exigences (cahier de documentation) Il est demandé à l entreprise d assurance de constituer un cahier reprenant les pièces et documents permettant de prouver ledit degré de conformité avec les exigences reprises sous les onglets A à J. Concrètement, ce cahier devra présenter une structure générale identique au découpage en onglets tel que décrit ci-dessus. En d autres termes, l on devra aisément y retrouver 10 sections principales correspondant aux éléments A à J décrits précédemment, ainsi que le découpage en sous-sections correspondant au point D. En outre, il est demandé à l entreprise d assurance de scrupuleusement respecter la structure utilisée dans chacune des feuilles Excel A à J (exemple pour la section «D-1 (A). MODEL FEATURES INSIGHT - Market Risk», on doit retrouver dans le cahier un élément intitulé «a.1. List of the different usages made of the model for internal purposes» sous la rubrique D.2. a) relative au Use Test).

6 _2011_08 du 18 février / 7 Les entreprises d assurances qui introduisent un dossier auprès de la afin d obtenir une dispense pour la dotation des provisions complémentaires vie et accidents du travail conformément à l arrêté royal du 30 novembre 2004 (provision pour clignotant) ont la possibilité de réutiliser un ou plusieurs éléments de ce dossier afin d élaborer le susmentionné cahier. Le cahier susmentionné doit cependant demeurer un document autonome et indépendant. Il convient dès lors d'y recopier, le cas échéant, les informations reprises du dossier de dispense ou de tout autre document déjà en possession de la. En termes de granularité, l information reprise dans le cahier devra : d une part, être suffisamment détaillée, de sorte que le superviseur puisse, avec certitude, s assurer de la bonne conformité avec les exigences requises ; d autre part, présenter un juste caractère synthétique, de façon à ce que l information fournie reste claire et permette au superviseur de se forger un avis sans avoir à procéder lui-même à un lourd travail d investigation et d identification des éléments nécessaires et pertinents. Concernant la documentation du modèle proprement dite (telle que visée par l article 125 de la directive Solvabilité II), il n est pas nécessaire de la fournir avec le dossier de «pre-application». La se réserve toutefois le droit de demander à consulter n importe quelle pièce de celle-ci et dont l entreprise d assurance est supposée être en possession (cf. exigences en la matière). V. Déroulement et timing Pour le questionnaire «intentions modèles», il est demandé de répondre pour le 14 mars 2011 au plus tard. Comme précisé ci-dessus, la procédure de «pre-application» débute, quant à elle, au moment où le superviseur signifie à l entreprise d assurance son entrée dans le processus de «pre-application». Celuici prend fin une fois que le superviseur communique à l entreprise ses conclusions finales. Bien qu il ne soit fait mention d aucun délai spécifique dans le document de guidance EIOPA, la recommande, de manière générale, que les entreprises d assurance soumettent leur dossier de «preapplication» au plus tard 6 mois avant la date à laquelle celles-ci estiment être en mesure d introduire leur demande formelle d utilisation d un modèle interne pour le calcul du SCR (application). Toutefois, les entreprises d assurances qui envisagent d obtenir une possible approbation de leur modèle dans le courant de l année 2012 devront avoir déposé leur dossier de «pre-application» auprès de la le 30 avril 2011 au plus tard. Il est souhaité que les entreprises d assurance transmettent leurs réponses au questionnaire «intentions modèles» ainsi que leur dossier de «pre-application» par voie électronique et ce via l'adresse A défaut, un courrier peut être adressé à l'attention de M. Emmanuel Cortese. Le questionnaire «intentions modèles» ainsi que le «pre-application» package sont disponibles sur le site internet de la (www.cbfa.be Domaine de contrôle «Entreprises d assurances et de réassurance», à la rubrique «Aperçu des circulaires et communications» sous «Communications», «Divers», «Solvency II»).

7 _2011_08 du 18 février / 7 Une copie de la présente communication est adressée au(x) commissaire(s), réviseur(s) agréé(s), de votre entreprise. Nous vous prions, Madame, Monsieur, de croire en l'assurance de notre considération distinguée. Le Président, Jean-Paul SERVAIS Annexes : - _2011_08-1 / Questionnaire «intentions modèles» - _2011_08-2 / «Pre-application» package

Obligations de reporting incombant aux sociétés de cautionnement mutuel

Obligations de reporting incombant aux sociétés de cautionnement mutuel Circulaire _2009_14 du 13 mars 2009 Obligations de reporting incombant aux sociétés de cautionnement mutuel Champ d'application: Les sociétés de cautionnement mutuel soumises aux dispositions de l arrêté

Plus en détail

Lettre uniforme aux établissements de crédit et aux sociétés de bourse

Lettre uniforme aux établissements de crédit et aux sociétés de bourse Politique prudentielle Bruxelles, le 24 octobre 2005 PPB/154 Lettre uniforme aux établissements de crédit et aux sociétés de bourse Madame, Monsieur, Dans sa lettre du 3 juin 2005 (PPB/57), la Commission

Plus en détail

Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012

Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012 www.varm.fr Solvabilité 2 commentaires sur l ORSA Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012 Sommaire Introduction... 2 Principes pour une gestion intégrée des risques... 3 La mise en place de l ORSA... 5 Introduction

Plus en détail

Le reporting annuel pour 2013 ne se distingue que peu de son prédécesseur immédiat.

Le reporting annuel pour 2013 ne se distingue que peu de son prédécesseur immédiat. Luxembourg, le 4 mars 2014 Lettre circulaire 14/4 du Commissariat aux assurances portant modification de la lettre circulaire modifiée 03/2 relative au reporting annuel des entreprises luxembourgeoises

Plus en détail

Circulaire aux surveillants de portefeuille auprès d'établissements de crédit de droit belge qui émettent des covered bonds belges

Circulaire aux surveillants de portefeuille auprès d'établissements de crédit de droit belge qui émettent des covered bonds belges Politique prudentielle et stabilité financière boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles Tél. +32 2 221 49 33 Fax + 32 2 221 31 04 numéro d entreprise: 0203.201.340 RPM Bruxelles www.bnb.be Circulaire

Plus en détail

COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE Contrôle prudentiel des établissements de crédit

COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE Contrôle prudentiel des établissements de crédit COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE Contrôle prudentiel des établissements de crédit Bruxelles, le 16 avril 1999 CIRCULAIRE D1 99/2 AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT ET AUX REVISEURS AGREES Madame, Monsieur,

Plus en détail

Circulaire adressée aux établissements financiers concernant la mise en place d'une bonne politique de rémunération

Circulaire adressée aux établissements financiers concernant la mise en place d'une bonne politique de rémunération Circulaire _2011_05 du 14 février 2011 Circulaire adressée aux établissements financiers concernant la mise en place d'une bonne politique de rémunération Champ d'application: La présente circulaire s

Plus en détail

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES PPB-2006-8-1-CPA ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES Introduction 0. Base légale 1. Le contrôle interne 1.1. Définition et éléments constitutifs 1.2. Mesures

Plus en détail

COMMISSION BANCAIRE, FINANCIERE ET DES ASSURANCES Politique Prudentielle

COMMISSION BANCAIRE, FINANCIERE ET DES ASSURANCES Politique Prudentielle Politique Prudentielle Bruxelles, le 22 juin 2004 Circulaire PPB 2004/5 sur les saines pratiques de gestion en matière de sous-traitance par des établissements de crédit et des entreprises d investissement

Plus en détail

La gestion des risques dans les entreprises d'assurances

La gestion des risques dans les entreprises d'assurances Circulaire _2008_13 du 5 juin 2008 La gestion des risques dans les entreprises d'assurances Champ d'application: Entreprises d'assurances belges ainsi que les succursales des entreprises d'assurances relevant

Plus en détail

Circulaire relative aux exigences en matière de communication d informations à la Banque dans le cadre des mesures préparatoires à Solvabilité II

Circulaire relative aux exigences en matière de communication d informations à la Banque dans le cadre des mesures préparatoires à Solvabilité II boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles tél. +32 2 221 38 12 fax + 32 2 221 31 04 numéro d entreprise: 0203.201.340 RPM Bruxelles www.bnb.be Circulaire Bruxelles, le 24 janvier 2014 Référence: NBB_2014_02

Plus en détail

Bruxelles, 18 décembre 2007. Madame, Monsieur,

Bruxelles, 18 décembre 2007. Madame, Monsieur, Politique prudentielle banques et assurances PB Bruxelles, 18 décembre 2007. CIRCULAIRE PPB-2007-15-CPB-CPA aux établissements de crédit et entreprises d investissement indiquant certaines attentes prudentielles

Plus en détail

La nouvelle architecture de contrôle du secteur financier

La nouvelle architecture de contrôle du secteur financier Communication _2011_15 du 23 mars 2011 La nouvelle architecture de contrôle du secteur financier Champ d'application: Tous les établissements soumis au contrôle de la ou du CREFS. Résumé/Objectifs: La

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Rapport au Président de la République relatif à l ordonnance n o 2015-378 du 2 avril 2015 transposant la directive

Plus en détail

CHARTE ACTION LOGEMENT SUR :

CHARTE ACTION LOGEMENT SUR : CHARTE ACTION LOGEMENT SUR : LA GESTION DES RISQUES LE CONTROLE INTERNE L AUDIT INTERNE Validée par le Conseil de surveillance du 18 septembre 2013 1/22 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 I. LE CADRE DE REFERENCE...

Plus en détail

Circulaire. Bruxelles, le 13 juillet 2015. Circulaire concernant le contrôle interne et la fonction d audit interne NBB_2015_21

Circulaire. Bruxelles, le 13 juillet 2015. Circulaire concernant le contrôle interne et la fonction d audit interne NBB_2015_21 boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles tél. +32 2 221 38 12 fax + 32 2 221 31 04 numéro d entreprise: 0203.201.340 RPM Bruxelles www.bnb.be Circulaire Bruxelles, le 13 juillet 2015 Référence: NBB_2015_21

Plus en détail

I N A M I Institut National d'assurance Maladie Invalidité

I N A M I Institut National d'assurance Maladie Invalidité I N A M I Institut National d'assurance Maladie Invalidité CIRCULAIRE AUX KINESITHERAPEUTES 2008/1 SOINS DE SANTE Correspondant : Tél. : 02/739.74.79 E-mail : kine@inami.fgov.be Website : www.inami.be

Plus en détail

Guide pratique. But. I. Principes. concernant

Guide pratique. But. I. Principes. concernant Guide pratique concernant les conditions d octroi de l agrément pour l exercice de l activité en Suisse ou à partir de la Suisse pour les entreprises d assurances dommages avec siège social hors de l Union

Plus en détail

Guide d utilisation du journal de stage

Guide d utilisation du journal de stage Guide d utilisation du journal de stage À l intention des candidats à l exercice de la profession Table des matières Présentation du journal de stage 2 Aperçu des étapes à suivre 2 Étape 1 - Commencer

Plus en détail

rv de septembre - 09/09/2008 - XC

rv de septembre - 09/09/2008 - XC rv de septembre - 09/09/2008 - XC Rendez-vous de septembre 9 septembre 2008 - Monte Carlo LE TRANSFERT DE RISQUES DANS SOLVABILITÉ II Xavier Cognat Fédération Française des Sociétés d Assurances rv de

Plus en détail

ORDRE DU JOUR DE L'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE

ORDRE DU JOUR DE L'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE Le Conseil d'administration de Belgacom SA de droit public invite les actionnaires à participer à l'assemblée générale annuelle qui se tiendra le mercredi 15 avril 2015 à 10 heures au Proximus Lounge,

Plus en détail

Lettre circulaire 10/5 du Commissariat aux Assurances relative au compte rendu des courtiers d assurances, personnes morales et personnes physiques

Lettre circulaire 10/5 du Commissariat aux Assurances relative au compte rendu des courtiers d assurances, personnes morales et personnes physiques Luxembourg, le 18 mars 2010 Lettre circulaire 10/5 du Commissariat aux Assurances relative au compte rendu des courtiers d assurances, personnes morales et personnes physiques Madame, Monsieur, L article

Plus en détail

Quantitative Impact Study 5. Résultats & Conclusions. Luxembourg - 29 avril 2011

Quantitative Impact Study 5. Résultats & Conclusions. Luxembourg - 29 avril 2011 Quantitative Impact Study 5 Résultats & Conclusions Luxembourg - 29 avril 2011 1 Participation Principales difficultés / divergences Ratios de solvabilité Provisions techniques Fonds propres SCR : Capital

Plus en détail

Organisation de la gestion des risques - Solvabilité II et ORSA - Jean-François DECROOCQ

Organisation de la gestion des risques - Solvabilité II et ORSA - Jean-François DECROOCQ Organisation de la gestion des risques - Solvabilité II et ORSA - Jean-François DECROOCQ 1 LA GESTION DES RISQUES : La formalisation de règles de gestion et de techniques de mesure du risque 2 COSO un

Plus en détail

TECH COMPRENDRE LA NOTION DE GROUPE PRUDENTIEL INFOTECH # 33 INTRODUCTION RAPPEL : QUEL CONTOUR DU GROUPE D ASSURANCE AUJOURD HUI?

TECH COMPRENDRE LA NOTION DE GROUPE PRUDENTIEL INFOTECH # 33 INTRODUCTION RAPPEL : QUEL CONTOUR DU GROUPE D ASSURANCE AUJOURD HUI? COMPRENDRE LA NOTION DE GROUPE PRUDENTIEL INTRODUCTION Marie-Laure DREYFUSS ASSOCIÉE Responsable du Pôle Gouvernance Tel. : + 33 (0)4 72 18 58 58 E-mail : marie-laure.dreyfuss@actuaris.com En matière de

Plus en détail

Lettre circulaire 12/6 du Commissariat aux Assurances relative au compte rendu des courtiers d assurances, personnes morales et personnes physiques

Lettre circulaire 12/6 du Commissariat aux Assurances relative au compte rendu des courtiers d assurances, personnes morales et personnes physiques Luxembourg, le 2 mars 2012 Lettre circulaire 12/6 du Commissariat aux Assurances relative au compte rendu des courtiers d assurances, personnes morales et personnes physiques Madame, Monsieur, L article

Plus en détail

Bruxelles, le 18 novembre 2004 CIRCULAIRE D. 249 AUX ENTREPRISES D ASSURANCES. Objet : transposition des directives :

Bruxelles, le 18 novembre 2004 CIRCULAIRE D. 249 AUX ENTREPRISES D ASSURANCES. Objet : transposition des directives : Contrôle prudentiel des entreprises d'assurances Bruxelles, le 18 novembre 2004 CIRCULAIRE D. 249 AUX ENTREPRISES D ASSURANCES Objet : transposition des directives : - 2002/12/CE du Parlement européen

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Formulaire ASSURANCE. Exercice 2011 SUR LES RÈGLES DE PROTECTION DE LA CLIENTÈLE

NOTICE EXPLICATIVE. Formulaire ASSURANCE. Exercice 2011 SUR LES RÈGLES DE PROTECTION DE LA CLIENTÈLE RAPPORT DE CONTRÔLE INTERNE ANNEXE RELATIVE A L APPLICATION DES RÈGLES DE PROTECTION DE LA CLIENTÈLE NOTICE EXPLICATIVE Formulaire ASSURANCE Exercice 2011 TRANSMISSION DE L ANNEXE AU RAPPORT DE CONTRÔLE

Plus en détail

CIRCULAIRE CPA-2006-2-CPA AUX ENTREPRISES D ASSURANCES

CIRCULAIRE CPA-2006-2-CPA AUX ENTREPRISES D ASSURANCES Contrôle prudentiel des entreprises d'assurances Bruxelles, le 19 septembre 26 CIRCULAIRE CPA-26-2-CPA AUX ENTREPRISES D ASSURANCES OBJET : DISPENSE DE CONSTITUTION DE LA PROVISION COMPLÉMENTAIRE VISÉE

Plus en détail

La demande de prime pour cet (cette) affilié(e) était reprise dans le (les) dernier(s) décomptes de prime

La demande de prime pour cet (cette) affilié(e) était reprise dans le (les) dernier(s) décomptes de prime Pour toute correspondance VIVIUM S.A. PI T01 Rue Royale 153 1210 Bruxelles Personnel et Confidentiel Complément d information Service Center Employee Benefits Tél. 02/406.87.06 - Fax 02/406.86.99 sceb-brussels@vivium.be

Plus en détail

Luxembourg, le 15 juillet 2015

Luxembourg, le 15 juillet 2015 Luxembourg, le 15 juillet 2015 Lettre circulaire 15/10 du Commissariat aux Assurances relative à la transmission électronique sécurisée du reporting des entreprises d assurances et de réassurance Avec

Plus en détail

Lignes directrices pour les concessions domaniales pour des parcs d éoliennes

Lignes directrices pour les concessions domaniales pour des parcs d éoliennes Lignes directrices pour les concessions domaniales pour des parcs d éoliennes Les lignes directrices ci-dessous concernent l élaboration des demandes d octroi de concession domaniale pour des parcs d éoliennes,

Plus en détail

Qualité des données sur la chaine de valeur globale du reporting réglementaire, du Pilier 1 au Pilier 3 de Solvabilité 2

Qualité des données sur la chaine de valeur globale du reporting réglementaire, du Pilier 1 au Pilier 3 de Solvabilité 2 Qualité des données sur la chaine de valeur globale du reporting réglementaire, du Pilier 1 au Pilier 3 de Solvabilité 2 Conférence XBRL Paris, le 3 avril 2014 Des données de plus en plus complexes D où

Plus en détail

Conditions d octroi de l agrément pour l exercice de l activité d assurance

Conditions d octroi de l agrément pour l exercice de l activité d assurance Département fédéral des finances DFF Office fédéral des assurances privées OFAP Conditions d octroi de l agrément pour l exercice de l activité d assurance Assurance dommages Entreprises d assurance avec

Plus en détail

Solvabilité II. De Solvabilité I àsolvabilitéii. Les trois piliers. Le processus «Lamfalussy» Le calendrier. Le rôle de la FFSA aujourd hui

Solvabilité II. De Solvabilité I àsolvabilitéii. Les trois piliers. Le processus «Lamfalussy» Le calendrier. Le rôle de la FFSA aujourd hui De Solvabilité I àsolvabilitéii Les trois piliers Le processus «Lamfalussy» Le calendrier Le rôle de la FFSA aujourd hui Les points de vigilance La France en Europe Réavie 15 octobre 2009 2 De Solvabilité

Plus en détail

Réclamations de la Clientèle

Réclamations de la Clientèle Réclamations de la Clientèle Fiche processus: Traitement des réclamations de la clientèle Vue d'ensemble Domaine Gestion de fortune et gestion de la société Nom du processus Traitement des réclamations

Plus en détail

3. NORMES RELATIVES A LA CERTIFICATION DES COMPTES ANNUELS CONSOLIDES

3. NORMES RELATIVES A LA CERTIFICATION DES COMPTES ANNUELS CONSOLIDES 3. NORMES RELATIVES A LA CERTIFICATION DES COMPTES ANNUELS CONSOLIDES Considérant que la révision des comptes consolidés doit s exercer conformément aux normes générales de révision; que ses caractéristiques

Plus en détail

Sans cet agrément, il est interdit de pratiquer l assurance, en Suisse ou à partir de la Suisse (art. 87 LSA).

Sans cet agrément, il est interdit de pratiquer l assurance, en Suisse ou à partir de la Suisse (art. 87 LSA). Département fédéral des finances DFF Office fédéral des assurances privées OFAP Conditions d octroi de l agrément pour l exercice de l activité d assurance Institution d assurance sur la vie avec siège

Plus en détail

Opérations de prêts de titres et opérations de cession-rétrocession de titres

Opérations de prêts de titres et opérations de cession-rétrocession de titres Circulaire _2009_29 du 30 septembre 2009 Opérations de prêts de titres et opérations de cession-rétrocession de titres Champ d'application: Les entreprises d'assurances soumises à la loi du 9 juillet 1975

Plus en détail

Benoît Hugonin. Expert national détaché, Unité Assurances et Pensions, DG Marché intérieur et services, Commission européenne

Benoît Hugonin. Expert national détaché, Unité Assurances et Pensions, DG Marché intérieur et services, Commission européenne Solvabilité II: Bilan et enjeux pour l investissement de long terme Conférence EIFR; Paris, 7 avril 2011 Benoît Hugonin Expert national détaché, Unité Assurances et Pensions, DG Marché intérieur et services,

Plus en détail

Lettre circulaire 98/3 du Commissariat aux assurances relative aux opérations de fusions ou de scissions d entreprises d assurances et de réassurances

Lettre circulaire 98/3 du Commissariat aux assurances relative aux opérations de fusions ou de scissions d entreprises d assurances et de réassurances Luxembourg, le 25 septembre 1998 Lettre circulaire 98/3 du Commissariat aux assurances relative aux opérations de fusions ou de scissions d entreprises d assurances et de réassurances Avec l avènement

Plus en détail

TABLE DES MATIERES SECTION 1 CONTROLE INTERNE ET AUDIT INTERNE, POLITIQUE DE PREVENTION ET COMPLIANCE

TABLE DES MATIERES SECTION 1 CONTROLE INTERNE ET AUDIT INTERNE, POLITIQUE DE PREVENTION ET COMPLIANCE PPB-2007-5-CPB-1 TABLE DES MATIERES SECTION 1 CONTROLE INTERNE ET AUDIT INTERNE, POLITIQUE DE PREVENTION ET COMPLIANCE CHAPITRE I LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE CHAPITRE II LA POLITIQUE DE PREVENTION

Plus en détail

Partie 1 Les principes

Partie 1 Les principes Partie 1 Les principes 32 SOLVENCY 2 EN 125 MOTS-CLÉS CHAMP D APPLICATION DE LA DIRECTIVE SOLVENCY II Directive Articles 2 à 12 Très logiquement, la Directive s applique aux entités d assurance et de réassurance

Plus en détail

SOLVENCY II - PILLAR 2 Vue générale. Jean-Francois DECROOCQ Présentation interne

SOLVENCY II - PILLAR 2 Vue générale. Jean-Francois DECROOCQ Présentation interne SOLVENCY II - PILLAR 2 Vue générale Jean-Francois DECROOCQ Présentation interne 1 Pilier 2: la maitrise des risques Dans un premier temps, l attention s est portée sur la mesure quantitative du risque

Plus en détail

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences Recueil d exigences Version 1.1 Page 1/13 Historique des versions Date Version Évolutions du document 17/12/2010 1.01 Première version. 29/02/2012 1.1 Prise en compte de la date de la publication de l

Plus en détail

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL Coopératives de services financiers Publication initiale : Décembre 2007 Mise à jour : TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction... 3 2. Principes généraux...

Plus en détail

COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE

COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE Contrôle prudentiel - Bruxelles, le 15 avril 1990 CIRCULAIRE Dl 96/2 AUX ETABLISSEENTS DE CREDIT Madame ) Monsieur, Concerne : Mise en oeuvre du règlement relatif aux

Plus en détail

LAB 00 P 510. Demande d agrément par les laboratoires externes. Version 04 Date d application 2012-12-01

LAB 00 P 510. Demande d agrément par les laboratoires externes. Version 04 Date d application 2012-12-01 Agence fédérale pour la Sécurité de de la Chaîne alimentaire Administration des Laboratoires LAB 00 P 510 Demande d agrément par les laboratoires externes Version 04 Date d application 2012-12-01 Rédaction

Plus en détail

Ilse.vandamme@b-rail.be Fax: +32 25282179

Ilse.vandamme@b-rail.be Fax: +32 25282179 1/ 10 BE001 31/07/2013 - Numéro BDA: 2013-517282 Formulaire standard 5 - FR Bulletin des Adjudications Publication du Service Fédéral e-procurement SPF P&O - 51, rue de la Loi B-1040 Bruxelles +32 27905200

Plus en détail

Date de réception du dossier : Nom : Prénom : Cursus visé :

Date de réception du dossier : Nom : Prénom : Cursus visé : Date de réception du dossier : Nom : Prénom : Cursus visé : J atteste sur l honneur ne pas avoir déposé de demande de valorisation des acquis de l expérience personnelle et professionnelle relative au

Plus en détail

Radices Fiduciam S.A.

Radices Fiduciam S.A. Support 5 Traitement des réclamations de la clientèle 1 Page 1 sur 7 PROCÉDURE RELATIVE AU TRAITEMENT DES RÉCLAMATIONS DE LA CLIENTÈLE 1. Environnement réglementaire Cette matière est traitée par le Règlement

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 319103 Mentionné dans les tables du recueil Lebon M. Vigouroux, président Mme Agnès Fontana, rapporteur M. Dacosta Bertrand, commissaire du gouvernement SCP BOULLOCHE ; SCP PEIGNOT, GARREAU,

Plus en détail

Évaluation de l'application de la politique institutionnelle d'évaluation des apprentissages. de l'école nationale de l'humour

Évaluation de l'application de la politique institutionnelle d'évaluation des apprentissages. de l'école nationale de l'humour Évaluation de l'application de la politique institutionnelle d'évaluation des apprentissages de l'école nationale de l'humour Décembre 2011 Introduction L évaluation de l application de la politique institutionnelle

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 530 SONDAGES EN AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 530 SONDAGES EN AUDIT Introduction NORME INTERNATIONALE D AUDIT 530 SONDAGES EN AUDIT (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application

Plus en détail

LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE

LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE 1 LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE Toute mission d Audit est réalisée en trois étapes essentielles: 1 ère étape : La préparation de la mission 2 ème étape : La réalisation de la mission 3 ème

Plus en détail

20 Place Stéphanie Localité/Ville: Bruxelles Code postal: 1050. thi-achatsmp@thalys.com

20 Place Stéphanie Localité/Ville: Bruxelles Code postal: 1050. thi-achatsmp@thalys.com 1/ 11 BE001 26/01/2015 - Numéro BDA: 2015-501859 Formulaire standard 5 - FR Bulletin des Adjudications Publication du Service Fédéral e-procurement SPF P&O - 51, rue de la Loi B-1040 Bruxelles +32 27905200

Plus en détail

Circulaire relative aux exigences en matière de système de gouvernance dans le cadre des mesures préparatoires à Solvabilité II

Circulaire relative aux exigences en matière de système de gouvernance dans le cadre des mesures préparatoires à Solvabilité II boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles tél. +32 2 221 35 88 fax + 32 2 221 31 04 numéro d entreprise: 0203.201.340 RPM Bruxelles www.bnb.be Circulaire Bruxelles, le 18 décembre 2013 Référence: NBB_2013_20

Plus en détail

Reporting & Disclosure - Solvabilité II Mise en perspective en Belgique et en France Le «pilier 3» - Présentation

Reporting & Disclosure - Solvabilité II Mise en perspective en Belgique et en France Le «pilier 3» - Présentation Reporting & Disclosure - Solvabilité II Mise en perspective en Belgique et en France Le «pilier 3» - Présentation Dominik Smoniewski Jean-Baptiste Parmentier Sommaire 1. Les principes généraux du Pilier

Plus en détail

Description du fonctionnement de l échelle de valeurs

Description du fonctionnement de l échelle de valeurs Description du fonctionnement de l échelle de valeurs L évaluation du niveau de qualité des prestations du centre candidat fait appel à une échelle de 4 valeurs, ceci pour les indicateurs de chaque domaine

Plus en détail

DB2P pour employeurs: manuel d utilisation de l application Version 1.2 (01/07/2014)

DB2P pour employeurs: manuel d utilisation de l application Version 1.2 (01/07/2014) DB2P pour employeurs: manuel d utilisation de l application Version 1.2 (01/07/2014) Table des matières 1. Introduction... 2 2. Accès à l application... 3 3. Navigation à travers l application... 5 3.1.

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DU COMITÉ D AUDIT 2009

RAPPORT ANNUEL DU COMITÉ D AUDIT 2009 RAPPORT ANNUEL DU COMITÉ D AUDIT 2009 Conformément à la Charte du Comité d audit, le Comité d audit doit établir chaque année un rapport dans lequel sa composition et ses compétences sont mentionnées et

Plus en détail

Garde d enfant Procédure destinée aux entreprises

Garde d enfant Procédure destinée aux entreprises Garde d enfant Procédure destinée aux entreprises I. La prime garde des enfants a. Origine 1) Conformément à l accord sectoriel 2013-2014, le Fonds social de chacune des commissions paritaires 202, 311

Plus en détail

Synthèse des instructions de l'eiopa pour la préparation à Solvabilité 2

Synthèse des instructions de l'eiopa pour la préparation à Solvabilité 2 www.pwc.fr/solv2 Synthèse des instructions de l'eiopa pour la préparation à Solvabilité 2 27 septembre 2013 Contexte Suite aux consultations publiques du 27 mars 2013 sur les mesures de préparation à Solvabilité

Plus en détail

CIRCULAIRE N o 92 AUX BANQUES COMMERCIALES AUX BANQUES D'EPARGNE ET DE LOGEMENT

CIRCULAIRE N o 92 AUX BANQUES COMMERCIALES AUX BANQUES D'EPARGNE ET DE LOGEMENT Banque de la République d Haïti CIRCULAIRE N o 92 AUX BANQUES COMMERCIALES AUX BANQUES D'EPARGNE ET DE LOGEMENT Les banques doivent respecter les dispositions suivantes concernant la surveillance consolidée

Plus en détail

EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS

EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS Ce document présente la procédure d évaluation des services centraux de l UNIL

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. But. concernant

GUIDE PRATIQUE. But. concernant GUIDE PRATIQUE concernant les confirmations des sociétés d audit à l intention de la FINMA,les demandes d autorisation en qualité de banque, négociant en valeurs mobilières, succursale d une banque étrangère

Plus en détail

dirk.taeleman@b-holding.be Adresse du profil d acheteur (URL): https://enot.publicprocurement.be/enot-war/previewnotice.do?

dirk.taeleman@b-holding.be Adresse du profil d acheteur (URL): https://enot.publicprocurement.be/enot-war/previewnotice.do? 1/ 10 BE001 18/02/2013 - Numéro BDA: 2013-503322 Formulaire standard 5 - FR Bulletin des Adjudications Publication du Service Fédéral e-procurement SPF P&O - 51, rue de la Loi B-1040 Bruxelles +32 27905200

Plus en détail

...... (dénomination statutaire)...( 1 ) a désigné au cours de l'assemblée générale de la société du...( 2 )

...... (dénomination statutaire)...( 1 ) a désigné au cours de l'assemblée générale de la société du...( 2 ) 5112/PC/MS ANNEXE 1 À LA COMMUNICATION F.2 DÉSIGNATION D'UN COMMISSAIRE AUPRÈS D'UNE SOCIÉTÉ DE CAUTIONNEMENT MUTUEL La société de cautionnement mutuel...... (dénomination statutaire)......... (adresse

Plus en détail

CAHIER DE GESTION. RESPONSABLE DE L APPLICATION La Direction des affaires corporatives et la coordination des Services financiers.

CAHIER DE GESTION. RESPONSABLE DE L APPLICATION La Direction des affaires corporatives et la coordination des Services financiers. CAHIER DE GESTION POLITIQUE ET PROCÉDURES CONCERNANT LES CONTRATS D ENTREPRISE (LOUAGE D OUVRAGE) ET L EMBAUCHE DE PERSONNEL TEMPORAIRE (LOUAGE DE SERVICE) EXCLUANT LE SALARIÉ-ÉLÈVE COTE 50-50-01-04 OBJETS

Plus en détail

XBRL, Solvabilité II et l Autorité de Contrôle Prudentiel

XBRL, Solvabilité II et l Autorité de Contrôle Prudentiel XBRL, Solvabilité II et l Autorité de Contrôle Prudentiel Conférence XBRL France - XBRL Europe Mardi 23 octobre 2012 Jean-Luc MENDA, Directeur Adjoint Responsable du Système d information Autorité de contrôle

Plus en détail

PROCÉDURES DE FONCTIONNEMENT STANDARD APPLICABLES AUX ACHATS (SOP)

PROCÉDURES DE FONCTIONNEMENT STANDARD APPLICABLES AUX ACHATS (SOP) PROCÉDURES DE FONCTIONNEMENT STANDARD APPLICABLES AUX ACHATS (SOP) TABLE DES MATIÈRES 1. LA RESPONSIBILITÉ 1.1 La responsabilité en matière d achats 1.2 La responsabilité en matière de planification des

Plus en détail

Schéma de reporting périodique des établissements de monnaie électronique

Schéma de reporting périodique des établissements de monnaie électronique Politique prudentielle et stabilité financière boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles Tél. +32 2 221 38 12 Fax + 32 2 221 31 04 numéro d entreprise: 0203.201.340 RPM Bruxelles www.bnb.be Bruxelles,

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/07/183 DÉLIBÉRATION N 07/070 DU 4 DÉCEMBRE 2007 CONCERNANT LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR LES

Plus en détail

Reporting sous Solvabilité II

Reporting sous Solvabilité II Paris, 23 octobre 2012 Dominik SMONIEWSKI Conseiller Table des matières Reporting harmonisé Reporting national XBRL Préparation du secteur 2 / 18 Reporting harmonisé - Types de reporting Solvency and Financial

Plus en détail

Date de réception du dossier : Nom : Prénom : Cursus visé :

Date de réception du dossier : Nom : Prénom : Cursus visé : Date de réception du dossier : Nom : Prénom : Cursus visé : J atteste sur l honneur ne pas avoir déposé de demande de valorisation des acquis de l expérience personnelle et professionnelle visant un même

Plus en détail

pour la soumission de demandes d approbation d adaptations tarifaires en assurance-maladie complémentaire

pour la soumission de demandes d approbation d adaptations tarifaires en assurance-maladie complémentaire GUIDE PRATIQUE pour la soumission de demandes d approbation d adaptations tarifaires en assurance-maladie complémentaire Edition du 18 juin 2015 But Le présent guide pratique est un simple instrument de

Plus en détail

PROCEDURE POUR LA REMISE DES OFFRES PAR VOIE ELECTRONIQUE

PROCEDURE POUR LA REMISE DES OFFRES PAR VOIE ELECTRONIQUE 1% artistique du collège Rosa Parks ANNEXE 1 PROCEDURE POUR LA REMISE DES OFFRES PAR VOIE ELECTRONIQUE SE PREPARER A L AVANCE Nécessité de certificat numérique Configuration à l avance du poste de travail

Plus en détail

Politique des stages. Direction des études

Politique des stages. Direction des études Direction des études Service des programmes et de la réussite scolaire Politique des stages Recommandée par la Commission des études du 6 décembre 2011 Adoptée par le conseil d administration du 15 mai

Plus en détail

Befimmo SA Règlement de l'audit interne

Befimmo SA Règlement de l'audit interne Befimmo SA Règlement de l'audit interne Table des matières Article 1 - Nature... 1 Article 2 - Mission, objectifs et activités... 2 Article 3 - Programme annuel... 3 Article 4 - Reporting... 3 Article

Plus en détail

Charte d audit du groupe Dexia

Charte d audit du groupe Dexia Janvier 2013 Charte d audit du groupe Dexia La présente charte énonce les principes fondamentaux qui gouvernent la fonction d Audit interne dans le groupe Dexia en décrivant ses missions, sa place dans

Plus en détail

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com.

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com. Solvency II Contexte et enjeux de la réforme Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com Juin 2006 Sommaire Introduction Tour d horizon de Solvency II La gestion des risques

Plus en détail

Guide de demande d agrément de la SOGC, en vertu de l article 1 du Programme de maintien du certificat, à l intention des organisations médicales

Guide de demande d agrément de la SOGC, en vertu de l article 1 du Programme de maintien du certificat, à l intention des organisations médicales Guide de demande d agrément de la SOGC, en vertu de l article 1 du Programme de maintien du certificat, à l intention des organisations médicales Introduction La Société des obstétriciens et gynécologues

Plus en détail

Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats

Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats Textes de référence : articles L. 621-7 du code monétaire et financier et 221-4

Plus en détail

Conditions d octroi de l agrément pour l exercice de l activité d assurance

Conditions d octroi de l agrément pour l exercice de l activité d assurance Département fédéral des finances DFF Office fédéral des assurances privées OFAP Conditions d octroi de l agrément pour l exercice de l activité d assurance Institution d assurance sur la vie Entreprises

Plus en détail

Connexion utilisateur

Connexion utilisateur DEMONSTRATION Les valeurs et exemples utilisés dans ce fichier de démonstration ont pour unique objet de décrire les fonctionnalités du logiciel. Ils sont volontairement fictifs et ne peuvent être considérés

Plus en détail

Nouvelle norme de révision: Contrôle du rapport de gestion sur les comptes annuels (ou consolidés)

Nouvelle norme de révision: Contrôle du rapport de gestion sur les comptes annuels (ou consolidés) Nouvelle norme de révision: Contrôle du rapport de gestion sur les comptes annuels (ou consolidés) INTRODUCTION Historique 1. Le 6 octobre 1989, le Conseil de l IRE a approuvé une recommandation de révision

Plus en détail

COMMISSION DE CONCILIATION REGLEMENT DE PROCEDURE DE LA COMMISSION DE CONCILIATION CONSTRUCTION

COMMISSION DE CONCILIATION REGLEMENT DE PROCEDURE DE LA COMMISSION DE CONCILIATION CONSTRUCTION COMMISSION DE CONCILIATION BOUWUNIE CONFEDERATION CONSTRUCTION FAB NAV TEST-ACHATS REGLEMENT DE PROCEDURE DE LA COMMISSION DE CONCILIATION CONSTRUCTION 1. Dispositions générales Article 1 La Commission

Plus en détail

pour la formule standard Solvabilité II

pour la formule standard Solvabilité II eframe pour la formule standard Solvabilité II Un reporting automatisé et reproductible pour la formule standard Solvabilité II www.secondfloor.com eframe pour la formule standard Solvabilité II Un reporting

Plus en détail

Manuel Qualité. Toutes les activités de l ICEDD sont dans le domaine d application du référentiel ISO 9001 :2000.

Manuel Qualité. Toutes les activités de l ICEDD sont dans le domaine d application du référentiel ISO 9001 :2000. Manuel 1 Objectif Décrire brièvement l organisation du système mis en place à l ICEDD afin de démontrer le respect des exigences de la norme ISO 9001 : 2000. Accessoirement, cela peut faciliter la recherche

Plus en détail

1. Contexte et finalité. 2. Soumission d une demande. SOP, July 2012 1

1. Contexte et finalité. 2. Soumission d une demande. SOP, July 2012 1 Procédures officielles normalisées pour la reconnaissance officielle du statut sanitaire et la validation des programmes officiels de contrôle de la fièvre aphteuse des pays membres 1. Contexte et finalité

Plus en détail

Belgique-Bruxelles: Logiciels de gestion de la relation clientèle 2013/S 213-369505. Avis de marché. Fournitures

Belgique-Bruxelles: Logiciels de gestion de la relation clientèle 2013/S 213-369505. Avis de marché. Fournitures 1/6 Cet avis sur le site TED: http://ted.europa.eu/udl?uri=ted:notice:369505-2013:text:fr:html Belgique-Bruxelles: Logiciels de gestion de la relation clientèle 2013/S 213-369505 Avis de marché Fournitures

Plus en détail

Objet : Votre candidature à la fonction d auditeur technique d un système de management (QMS / EMS) Informations sur la procédure à suivre.

Objet : Votre candidature à la fonction d auditeur technique d un système de management (QMS / EMS) Informations sur la procédure à suivre. Objet : Votre candidature à la fonction d auditeur technique d un système de management (QMS / EMS) Informations sur la procédure à suivre. Madame, Monsieur, Nous avons bien reçu votre candidature à la

Plus en détail

Assurance Pertes Pécuniaires sur un Crédit Impôt Recherche (CIR) Questionnaire de souscription CIR 2014 (pour les dépenses de R&D 2013)

Assurance Pertes Pécuniaires sur un Crédit Impôt Recherche (CIR) Questionnaire de souscription CIR 2014 (pour les dépenses de R&D 2013) Assurance Pertes Pécuniaires sur un Crédit Impôt Recherche (CIR) Questionnaire de souscription CIR 2014 (pour les dépenses de R&D 2013) Le présent questionnaire de souscription [ci-après le Questionnaire]

Plus en détail

Adopté par l Assemblée de la Division Automobile en sa séance du 21 novembre 2013. TABLE DES MATIERES ANNEXE

Adopté par l Assemblée de la Division Automobile en sa séance du 21 novembre 2013. TABLE DES MATIERES ANNEXE Version 1 décembre 2014 REGLEMENT ANNEXE A LA CONVENTION D'EXPERTISE ET RDR RELATIF AU CHOIX, PAR LES COMPAGNIES, DES EXPERTS CHARGES DE MISSIONS EN APPLICATION DE LADITE CONVENTION Adopté par l Assemblée

Plus en détail

Avis du 18 juillet 2005 rendu sur base de l'article 133, alinéa 10 du Code des sociétés

Avis du 18 juillet 2005 rendu sur base de l'article 133, alinéa 10 du Code des sociétés COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Réf: Accom AVIS 2005/1 Avis du 18 juillet 2005 rendu sur base de l'article 133, alinéa 10 du Code des sociétés Principaux éléments du dossier

Plus en détail

Ses compétences sont décrites à l article 302 de la loi relative aux assurances du 4 avril 2014.

Ses compétences sont décrites à l article 302 de la loi relative aux assurances du 4 avril 2014. L Ombudsman des Assurances intervient si un problème persiste lorsque le demandeur n a pas obtenu de réponse satisfaisante à sa demande de la part de l entreprise d assurances ou de l intermédiaire d assurances.

Plus en détail

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions TABLE DES MATIERES... 1 INTRODUCTION... 2 1 FINANCEMENT ET FINANCEMENT MINIMUM... 3 1.1 FINANCEMENT... 3 1.2 FINANCEMENT DE PLAN... 3 1.3 FINANCEMENT MÉTHODE

Plus en détail

La place de l actuaire dans l ERM

La place de l actuaire dans l ERM La place de l actuaire dans l ERM Benoit Courmont Responsable Solvency 2 and Risk Policy «Environnement attitude» L impression de ce document est-elle indispensable? Si oui, pensez à imprimer plusieurs

Plus en détail