LE FONDS DE GARANTIE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE FONDS DE GARANTIE"

Transcription

1 CENTRE DE RECHERCHES, D ETUDES ET D APPUI A L ANALYSE ECONOMIQUE À MADAGASCAR LE FONDS DE GARANTIE Auteur Version date Maholy RAKOTOARISOA - Assistant chercheur finale Octobre 2003 Critère de diffusion : Publique The African Capacity Building Foundation

2 LE FONDS DE GARANTIE Initialement, l idée d un fonds de garantie appuyé par l Agence Française pour le Développement (AFD) été avancée par le CAPE (Comité d Appui au Pilotage de la Relance de l Entreprise) auprès du Gouvernement et des Banques dans le cadre de l appui à un programme de sortie de crise de 2002 et de relance de l économie. Jouant un rôle moteur dans ce programme dans la coordination des actions du pouvoir public et du secteur privé, le CAPE a institué en Août 2002 un groupe de travail comprenant l Etat représenté par le Secrétariat Général du MDSPIA, le secteur privé représenté par le GEM et les Banques représentées par le BTM-BOA. Au niveau de l évolution des crédits bancaires, les données fournies par le CSBF sur le secteur bancaire évoquent une détérioration de la qualité du portefeuille de crédits depuis En milliers de dollar 2000 % 2001 % 2002 % (USD) Crédits sains Créances douteuses ,5% 8,41% ,6% 10,4% ,5% 19,5% Provisions Crédits nets Crédits bruts Source : CSBF, nos propres calculs EVOLUTION DES CREDITS BANCAIRES en milliers de USD Crédits sains Provisions Crédits bruts (sans prov.) Créances douteuses Crédits nets - Suite à la crise socio-politique, 19% des crédits bruts sont classés en créances compromises ou douteuses en 2002 contre 10% en 2001 et 8% en une baisse du volume des crédits sains en 2002, alors que l octroi de créances douteuses ou compromises se sont accrus; - ce qui engendre une baisse importante des crédits nets accordés en 2002 Ainsi, avec l appui de l AFD et la contribution de l Etat, les banques se sont associés au Fonds de garantie pour couvrir les pertes éventuelles suite à cette crise. Des missions ont eu lieu depuis septembre 2002 afin de mettre en place ce projet. La présente étude retrace les informations sur le Fonds de garantie à son stade actuel, ensuite analyse les effets attendus de ce Fonds, enfin émet des recommandations pour améliorer son efficacité. 1

3 I. INFORMATIONS SUR LE FONDS DE GARANTIE Depuis janvier 2003, Le «Fonds de Garantie Malgache» est constitué sous forme de S.A du au capital de 2 milliards de FMG par le Gouvernement et les principales banques avec l appui de l AFD. Depuis le 23 janvier 2003, date de l Assemblée constitutive du Fonds de Garantie Malgache, cet établissement est maintenant «opérationnel». Le Fonds de garantie malgache o établissement financier sous l autorité de CSBF (Commission de Supervision Bancaire et Financière) o doté d un Conseil d administration et d un comité de garantie o son siège est situé à Antsahavola, Immeuble Marbour (Secrétariat Général) o garantit les crédits bancaires s appliquant aux prêts en FMG d une durée de 2 à 5 ans Cet Etablissement financier dont les actions sont conduites en étroite relation avec les banques partagera le risque des opérations de financement à moyen terme visant 3 objectifs : o développement et amélioration des capacités de production des entreprises existantes, o création d entreprises nouvelles, o et renforcement de la structure financière des entreprises en difficulté conjoncturelle par la reconstitution du fonds de roulement En ce qui concerne l actionnariat : l Etat est représenté à 49%, et les Banques sont majoritaires à 51% (BNI, BMOI, BFV, BOA, UCB, SBM, et plus récemment CMB) Les entreprises éligibles aux garanties du Fonds sont les entreprises de droit malgache du secteur privé dans les secteurs suivants : industrie manufacturière, industrie agro-alimentaire, Agriculture, Pêche, mines, tourisme et hôtellerie, bâtiment et travaux publics, transport, service liés au secteur productif, commerce éligible jusqu au 31 décembre Le risque maximal garanti au titre d un crédit éligible est de 1,75 milliards de FMG avec une quotité minimale de 40% et maximale de 70% de l encours du prêt. Le traitement de dossiers auprès du Fonds dure en moyenne trois semaines. Pour les entreprises intéressées, trois étapes s ensuivent: o Soumission des demandes de financement auprès des banques ; o Etude du dossier de demande de prêts par la Banque elle-même ; o Présentation par la banque du dossier au FONDS : le traitement pour la décision d octroi de garantie. II. EFFETS ATTENDUS DU FONDS DE GARANTIE L effet attendu lors de la création du Fonds est la relance de l économie basée sur la dynamisation du secteur privé inscrit dans le cadre du DSRP. Ce Fonds est un fruit d un partenariat Public-privé matérialisé par l appui de l Etat aux systèmes de financement du secteur privé (incitation à l investissement privé ). Ainsi, il est attendu : - une facilitation de l accès au crédit bancaire de trésorerie ou d investissement cautionné par l Etat ; 2

4 - Un accroissement des entreprises qui ont recours au crédit bancaire et également accroissement du volume de crédits ; - Une relance des activités des Entreprises privés malgaches fragilisées par la crise de Une augmentation de la production et de la productivité des entreprises bénéficiant des crédits et intégration de cette augmentation dans le PIB et donc dans la croissance ; Par effet d entraînement, de la relance devront s ensuivre à moyen terme : - Une baisse relative des prix des produits finis locaux car la production a profité d une amélioration de la productivité et/ou d une augmentation de la capacité de production ; - une relance de la Consommation Globale ; - L investissement privé est attendu être le moteur de la croissance économique, le financement des investissements doit permettre un accroissement du taux de croissance ; Les perspectives affichées pour les 3 ans à venir et cadrées dans le DSRP énoncent à moyen et long terme une dynamisation du secteur privé pour qu il apporte progressivement à hauteur de 12 à 14 % du PIB par les investissements privés. III. ANALYSES DU FONDS DE GARANTIE ET RECOMMANDATIONS 1. Le mécanisme La mise en place du Fonds de Garantie depuis janvier 2003 a permis de tenir cinq réunions du Conseil d administration jusqu en septembre 2003 et dix réunions du Comité de garantie (CG) jusqu en Août Le CG présidé par le Secrétaire général du MEFB décide de l attribution des garanties et des indemnisations. Les décisions sont prises à l unanimité de ses membres. Le Secrétariat du Fonds se charge de la préparation technique des réunions du CA et du CG, de la gestion administrative et comptable du FONDS. Cependant, l octroi de crédits bancaires relèvent de la Banque prêteuse car elle effectue l instruction des dossiers de demande de prêt des entreprises. Le FONDS n instruit pas de dossiers de financement. Seules les entreprises déjà bancarisées bénéficient des crédits bancaires «classiques», comme celui d avant la crise. Le mécanisme n est donc pas ouvert aux entreprises hors du portefeuille actuel d engagement bancaires. Ainsi, Le Fonds de Garantie Malgache ne facilite pas l accès au financement bancaire des entreprises locales fragilisées par la récente crise et qui présente un risque trop important pour les banques commerciales sans garantie additionnelle. Les entreprises éligibles sont des entreprises déjà bancarisées et souvent des grandes entreprises. L accès au crédit est encore conditionné par la banque et beaucoup de dossiers ne sont pas encore bancables. Le Fonds de garantie cautionne les prêts libellés en FMG d une certaine catégories d entreprises définies «viables» selon les banques, son système de fonctionnement réduisent énormément l accès des petites et moyennes entreprises (PME PMI) susceptibles de présenter des conditions de viabilité suffisante pour le développement de leur activité. Actuellement doté d une structure technique légère (secrétariat général), le Fonds ne dispose pas encore de structures humaines compétentes pour étudier les dossiers, plus particulièrement les risques à garantir. Cela laisse une trop grande latitude aux banques «commerciales» en ce qui concerne les critères d évaluation des dossiers (viabilité, rentabilité, ). 3

5 Recommandations : - Doter au Fonds de garantie des capacités humaines et techniques appropriées aux études des dossiers parallèlement aux instructions de dossiers par les Banques. Pour permettre l accès au crédits bancaire couvertes par le FONDS à un plus grand nombre d entreprises et viser ainsi les entreprises hors du portefeuille des banques: - Il est proposé que les Petites et moyennes entreprises soient couvertes par le Fonds. Comme le Fonds est appelé à réduire les risques pour les banques, un crédit couvert par le fonds devrait pouvoir bénéficier de taux d intérêt plus faible proposé par les banques et accessibles pour les PME déjà bancarisées. - Le FONDS doit être couplé avec des lignes de crédits et de financement de moyen terme à effet structurant auprès des PME non-bancarisées tels que ENTREPRENDRE A MADAGASCAR, SIPEM, ADEFI 2. Insuffisance d informations La création du Fonds de garantie Malgache et son objet est souvent ignorée par les entreprises. Bons nombres d entrepreneurs viennent consulter le Fonds de Garantie Malgache pour demander des garanties pour les prêts bancaires ou même des financements de leurs projet 1. Recommandations - Des campagnes d informations doivent être entreprises afin de clarifier son existence, et d évaluer son efficacité auprès des entreprises. (confection de brochures et d émissions télévisées). - Les informations sur les activités du Fonds parvenues au Comité de garantie doivent être publiées à large diffusion comme celle sur le BTA (Bons de Trésor par Adjudication) 3. Actionnariat et bailleurs Le capital est de 2 milliards de FMG dont 980 millions à l Etat. Les Banques détiennent 51% et sont ainsi majoritaires. Répartition du capital ( source : Fonds de Garantie Malgache) ACTIONNAIRES (%) 10,09% 11,42% 4,02% 2,66% 2,66% 7,64% 12,45% 49,05% Etat BNI BMOI BFV BOA UCB SBM CMB Le Secteur privé n est pas actionnaire. 1 Interview avec Madame Jeannine ANDRIANAIVO, Secrétaire Général du Fonds 4

6 Cette représentation majoritaire influe sur les décisions du Conseil d Administration en ce qui concerne les activités du Fonds : vote à majorité absolue. Le Fonds de Garantie pourrait alors privilégier l intérêt des banques au détriment des potentiels entreprises bénéficiaires de crédits. Dans ce cas, le Fonds de Garantie fonctionnera plus comme un établissement sous l égide des banques. Recommandations Il faudrait faire représenter le secteur privé au sein de l actionnariat même à un pourcentage marginale.il est préférable qu il soit représenté au capital pour équilibrer la majorité et donner l image du Fonds qui est appelé à participer à la relance des activités économiques du secteur privé à Madagascar en facilitant l accès au financement bancaire des entreprises locales. Le Fonds de garantie avancé par la Banque Européenne pour l Investissement (BEI) d une enveloppe totale 8 millions d euros et dont la Période d affectation de la ligne de crédit clôturera le 10 décembre 2003 devrait également être associé au Fonds de Garantie Malgache. Complémentaire au Fonds de Garantie fourni par l AFD, il s agit de fonds mis à la disposition dans les banques commerciales privées (BFV, UCB, BNI-CL, BMOI). De plus, ce Fonds fourni par la BEI offre une facilité destinée à soutenir les PME malgaches via des crédits à moyens et long terme à taux d intérêt fixe libellés en euro ou en fmg. Activer l intégration de cette nouvelle ligne dans le système du Fonds et tenir compte les prêts pour des projets d investissement ou de développement libellés en devises. 4. Politique des risques Le Comité de garantie décide de l octroi ou non de garantie à la suite de l instruction de la demande de crédit par les banques. Ainsi, le Fonds n effectue pas d études des risques des crédits bancaires à accorder car la décision d octroi se fait cas par cas. Pour un crédit bancaire classique, l analyse des risques (rentabilité, viabilité, pérennité, ) se base sur des projections pessimistes. En effet, les banques commerciales privées exigent toujours une garantie additionnelle souvent trop inaccessible aux entrepreneurs locales et il est souvent difficile pour une entreprise moyenne de bénéficier des crédits, surtout pour la création. Ainsi, beaucoup de dossiers sont déjà éliminés auprès des banques et les dossiers qui arrivent au stade de l étude par le Comité de garantie sont des dossiers classées «éligibles» par la Banque. Recommandations Les risques couverts ne sont pas précises. Il faudrait préciser les évènements générateurs de la mise en jeu de la garantie. L étude des risques de crédits n existe pas encore à Madagascar. Une formation sur l analyse des risques de financement afin d éviter les risques de dérives d un mécanisme de fonds de garantie (expériences des années 70). Il faudrait soit : - organiser une formation à l étranger ; - soit embaucher un expert international qui dispensera des formations aux banques, institutions financières et au personnel du Fonds. Le Fonds devrait alors concevoir une politique des risques bien définie pour instruire les dossiers parallèlement avec les banques. 5

7 5. Evolutions des crédits bancaires Le tableau qui suit montre l évolution des engagements bancaires en général depuis décembre 2002 avec les caractéristiques des crédits bancaires octroyés (à court terme, à moyen terme ou à long terme). (en millions de Fmg) Crédits Déc 02 Janv Fév Mars Avril Mai Juin Juil Août Bancaires C.T , , , , , , , , ,1 M.T , , , , , , , , ,5 L.T , , , , , , , ,2 Total , , , , , , , , ,8 Source : Banque Centrale EVOLUTION DES ENGAGEMENTS BANCAIRES En millions de FMG déc-02 Janv Fév Mars Avril Mai Juin Juil Août Crédits à C.T. Crédits à M.T. Crédits à L.T. Total Crédits bancaires Le recours aux crédits pour remédier aux problèmes de trésoreries à l issue de la crise explique l augmentation des crédits bancaires à court depuis décembre Cette période marque également la création du Fonds. L octroi de crédits à moyen et long terme demeure relativement inchangé. Il semble que les grandes entreprises bancarisées seules peuvent se permettre d effectuer ces prêts car ces catégories de crédits caractérisent les gros investissements et sont le plus souvent octroyés aux grandes entreprises du portefeuille bancaire car les risques pour les banques sont minimisés. L octroi de crédits bancaires a baissé depuis février 2003, et seulement en Août, les banques ont affiché une légère accroissement des crédits bancaires. En conséquence, l existence du Fonds de garantie n a pas produit une incidence importante sur le recours des entreprises aux crédits bancaires car les crédits octroyés ont généralement diminué. 6. Effets auprès des entreprises A la veille de la crise de 2002, le Plan de Sauvetage d Urgence de l Economie (PSUE 2002) a avancé quelques chiffres relatifs aux besoins des entreprises jusqu en 2004: - Besoin global de trésorerie des Entreprises affectées par la crise : 771 milliards de Fmg (115 millions de dollars) - Besoins d investissement jusqu en 2004 non-couvert : 1425 milliards de Fmg (213 millions de dollars) : Ces besoins ont été répartis entre besoins d investissement pour la réhabilitation de 6

8 l appareil productif et le redémarrage de l activité (2002 / 2003) et des besoins pour des investissement d extension et/ou de diversification (2004) Les statistiques fournies par le Fonds au 31 août 2003 évoquent que sur 25 dossiers présentés, 21 ont eu des crédits bancaires accordés d un montant total de ,90 millions de Fmg et ont été couvert d un montant garantie de ,85 millions de Fmg. A l origine, environs 250 entreprises éligibles d une moyenne de 800 millions par dossier ont été recensées par les banques. 22 Entreprises ont actuellement bénéficié de cette couverture du Fonds s élevant à ,85 millions de fmg. Par rapport aux besoins des entreprises avancés par le PSUE, la part du financement bancaire couvert par le Fonds d un montant de ,90 millions représente : - 3,32% (25 626,90 millions sur 771 milliards) des besoins de trésorerie des entreprises fragilisées d un montant de 771 milliards de Fmg, - 1,79% des besoins d investissements jusqu en 2004 évalués à 1425 milliards Ce qui est assez faible si on considère qu il reste 3 mois avant la fin de l année. Il reste encore beaucoup à faire sur les 1425,5 milliards de besoins d investissements. - 1,16% des besoins globales jusqu en 2004 évalués à 2 196,5 milliards. Les prêts couverts par le Fonds ont été effectués par les entreprises suivant quatre finalités : - Création d entreprise (19,4%) - Modernisation et développement des capacités de production ( 62,3%) - Restructuration financière (17%) - Restructuration financière et modernisation (1,3%) Si on totalise les crédits bancaires à CT et à MT accordés depuis janvier 2003, les crédits touchés par les garanties sont infimes par rapport au crédits totaux accordés par les banques car ils représentent 0,13% des crédits totaux accordés. En millions de FMG Crédits totaux accordés Crédits avec garanties % Janvier à Août , ,90 0,13% Ainsi, une grande partie de crédits accordés ne sont pas couverts par le Fonds. 7. Effets macro- économiques (à moyen et à long terme) a- Augmentation de la production nationale et du PIB Ainsi, le développement et l amélioration des capacités de production des entreprises a fait obtenir le plus de crédits. Il est attendu de ces entreprises bénéficiaires un accroissement tangible de la productivité et de la production, ce qui augmentera également la production nationale. Selon différents scénarios de mise en œuvre de ces investissements sur 2003 et/ou 2004, l étude PSUE mentionne le résultat de variantes effectuées avec un modèle d équilibre général calculable montrant que le financement de ces investissements permettrait de gagner à priori entre 1 à 6 points 2 de croissance supplémentaire car la rentabilité des investissements face à la concurrence portera sur le long et le moyen terme. Le PIB est alors attendu croître progressivement. 2 DMD n

9 b- Relance de la Consommation Cet accroissement de la production influera sur les prix internes qui vont baisser. Etant donné que la demande globale est relativement stable à long terme, cette baisse de prix encouragera la Consommation Globale de produits finis de bonne qualité. CONCLUSION Un véritable partenariat devrait s installer entre l Etat et le secteur privé par le biais de ce Fonds. Le Fonds de garantie est attendu accroître le financement bancaire des entreprises. Son efficacité apportera une nouvelle dynamique du secteur privé dans son ensemble qui répercutera sur le PIB et donc sur la croissance économique. Le Fonds ne sera réellement efficace que s il dynamise le Secteur privé afin que l investissement privé apporte dans le moyen terme une part importante dans la croissance du PIB. Ainsi, il faudrait faire une couverture du Fonds d un plus grand nombre d entreprises nécessiteuses, notamment les PME non bancarisées ; et cela par l intégration des institutions financières dans le mécanisme. Le Secteur Privé peut participer à la définition des entreprises éligibles par une éventuelle représentation à l actionnariat mais doit mettre tout en œuvre pour utiliser au mieux les crédits pour le développement de sa production. Les Banques doivent d une part jouer la transparence dans l octroi des crédits et informer le Fonds de la situation des demandeurs de crédits; d autre part étudier la fixation d un taux d intérêt faible pour encourager les crédits bancaires compte tenu du partage des risques avec le Fonds. Le fond de garantie est un rééchelonnement de crédit à court terme sur du moyen terme. Le fonds de garantie peut être utilisé comme un fonds de portage de créances douteuses. Des contrôles strictes et rigoureux des dossiers de garantie doivent être effectuées par le Comité de garantie, ce qui relève encore de la fiabilité des analyses des risques des dossiers et du suivi-évaluation des activités des entreprises bénéficiaires de crédits (état des recouvrements). 8

République du Burundi

République du Burundi République du Burundi Ministère des Finances et de la Planification du Développement Economique Secteur Financier Titre du Projet 1 : Mise en œuvre du plan d actions de la Stratégie du Développement du

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 30 juin 2014 (Instruction

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 31 mars 2014 (Instruction

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 30 septembre 2014 (Instruction

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 30 juin 2015 (Instruction

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 31 mars 2015 (Instruction

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 30 septembre 2015 (Instruction

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT BOAD - Guide pratique GUIDE PRATIQUE DESTINE AUX OPERATEURS ECONOMIQUES PRIVES 1. PRESENTATION La Banque Ouest

Plus en détail

des dispositifs sont à votre disposition pour développer vos projets

des dispositifs sont à votre disposition pour développer vos projets Micro-entrepreneurs* en milieu rural : des dispositifs sont à votre disposition pour développer vos projets * Entreprise qui occupe moins de 10 personnes et dont le chiffre d affaires annuel ou le total

Plus en détail

Société Générale SCF Société Anonyme au capital de 150.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy - 92800 PUTEAUX 479 755 480 RCS NANTERRE

Société Générale SCF Société Anonyme au capital de 150.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy - 92800 PUTEAUX 479 755 480 RCS NANTERRE Société Générale SCF Société Anonyme au capital de 150.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy - 92800 PUTEAUX 479 755 480 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 30 septembre 2014 (Instruction

Plus en détail

Étude du portefeuille de crédit des

Étude du portefeuille de crédit des Étude du portefeuille de crédit des caisses du réseau ANACAPH PROJET : «RENFORCEMENT DU RESEAU DE L ANACAPH DANS L ACCOMPAGNEMENT DU CREDIT ORIENTE VERS LES MPE» Mai 2009 Dorlus Jackson MBA, Comptable

Plus en détail

4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION

4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION 4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION L ensemble du portefeuille-titres 34 des établissements de la place a connu une croissance très importante au

Plus en détail

COMMENT LES BANQUES PRIMAIRES POURRAIENT FACILITER L ACCES DU SECTEUR PRIVE AU FINANCEMENT

COMMENT LES BANQUES PRIMAIRES POURRAIENT FACILITER L ACCES DU SECTEUR PRIVE AU FINANCEMENT COMMENT LES BANQUES PRIMAIRES POURRAIENT FACILITER L ACCES DU SECTEUR PRIVE AU FINANCEMENT Présenté par: Mme Vololomanitra RAKOTONDRALAMBO DIRECTEUR GENERAL ADJOINT DE LA BOA-MADAGASCAR 1 PARTIE I: RAPPEL

Plus en détail

La Banque Postale, nouvel acteur du financement local. Avril 2012

La Banque Postale, nouvel acteur du financement local. Avril 2012 La Banque Postale, nouvel acteur du financement local Avril 2012 Sommaire 1. La Banque Postale, une banque pas comme les autres 2. au service des territoires 3. Le financement, une nouvelle étape au service

Plus en détail

Financement des PME Outils de la période de crise. Atelier des pôles de compétitivité 28 mai 2009

Financement des PME Outils de la période de crise. Atelier des pôles de compétitivité 28 mai 2009 Financement des PME Outils de la période de crise Atelier des pôles de compétitivité 28 mai 2009 Un besoin de financement face à une crise financière Plan de financement de l économie 320 Mds : plafond

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. des opérateurs privés. Edition 2015. Guide pratique - BOAD 1 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

GUIDE PRATIQUE. des opérateurs privés. Edition 2015. Guide pratique - BOAD 1 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés Edition 2015 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT Guide pratique - BOAD 1 GUIDE PRATIQUE DESTINE AUX OPERATEURS ECONOMIQUES PRIVES 1. PRESENTATION La Banque Ouest

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

Le secteur bancaire au Maroc

Le secteur bancaire au Maroc Le secteur bancaire au Maroc Actualisation au 8 août 2007 MINEFE DGTPE Prestation réalisée sous système de management de la qualité certifié AFAQ ISO 9001 De 21 banques en 2000, le Maroc n en compte plus

Plus en détail

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA FinAfrique Research Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA Octobre 2015 Dans ce document nous comparons la performance du secteur bancaire des zones CEMAC et UEMOA depuis 2006. Si la pénétration

Plus en détail

Présentation du FGAR et ses Modalités de Fonctionnement

Présentation du FGAR et ses Modalités de Fonctionnement République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l Industrie, de la Petite et Moyenne Entreprise et de la promotion de l Investissement -Fonds de Garantie des Crédits aux PME - Présentation

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIETE GENERALE SCF

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIETE GENERALE SCF PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) SOCIETE GENERALE SCF Société Anonyme au capital de 150.000.000 euros Siège social : 17, cours Valmy - 92800 PUTEAUX 479

Plus en détail

Société Générale SCF Société Anonyme au capital de 150.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy - 92800 PUTEAUX 479 755 480 RCS NANTERRE

Société Générale SCF Société Anonyme au capital de 150.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy - 92800 PUTEAUX 479 755 480 RCS NANTERRE Société Générale SCF Société Anonyme au capital de 150.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy - 92800 PUTEAUX 479 755 480 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 30 juin 2015 (Instruction

Plus en détail

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991

Plus en détail

L AFD ET LA MICROFINANCE

L AFD ET LA MICROFINANCE L AFD ET LA MICROFINANCE 1988 2008 Vingt ans déjà! Paul Kabre LA MICROFINANCE, POURQUOI? Dans de nombreux pays, l immense majorité de la population n a pas accès au secteur bancaire classique : sa capacité

Plus en détail

Société Générale SCF Société Anonyme au capital de 150.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy - 92800 PUTEAUX 479 755 480 RCS NANTERRE

Société Générale SCF Société Anonyme au capital de 150.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy - 92800 PUTEAUX 479 755 480 RCS NANTERRE Société Générale SCF Société Anonyme au capital de 150.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy - 92800 PUTEAUX 479 755 480 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 31 mars 2014 (Instruction

Plus en détail

Fonds de garantie. Objet : faciliter aux petites entreprises l accès au crédit d exploitation octroyés par les banques.

Fonds de garantie. Objet : faciliter aux petites entreprises l accès au crédit d exploitation octroyés par les banques. Fonds de garantie Fond Oxygen : Objet : faciliter aux petites entreprises l accès au crédit d exploitation octroyés par les banques. - PME existantes ayant au moins 6 mois d activité et des relations avec

Plus en détail

LE DEFIS DU FINANCEMENT DES PME

LE DEFIS DU FINANCEMENT DES PME LE DEFIS DU FINANCEMENT DES PME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION ETAT DES LIEUX CAUSE DE LA SITUATION ACTUELLE NOS OBJECTIFS SOLUTIONS Brazzaville, Congo 1 1. INTRODUCTION A. CHIFFRES CLES DE LA FISRT BANK 28 ans

Plus en détail

Annexe 1 : Manifestation d Intérêt

Annexe 1 : Manifestation d Intérêt Annexe 1 : Manifestation d Intérêt Fonds Européen d Investissement A l attention de l unité : Régional Business Development 96 Boulevard Konrad Adenauer L-2968 Luxembourg Appel à Manifestation d Intérêt

Plus en détail

Préfecture de l Isère Grenoble 21 Février 2013

Préfecture de l Isère Grenoble 21 Février 2013 Préfecture de l Isère Grenoble 21 Février 2013 La Banque Publique d Investissement BPI Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr La Banque Publique d Investissement

Plus en détail

Société Tunisienne de Garantie, TUNISIA. Faciliter le financement des PME en partageant avec les établissements financiers les risques pris

Société Tunisienne de Garantie, TUNISIA. Faciliter le financement des PME en partageant avec les établissements financiers les risques pris Société Tunisienne de Garantie, TUNISIA Faciliter le financement des PME en partageant avec les établissements financiers les risques pris 1 Introduction 2 Risque et financement 3 Efficacité des sûretés

Plus en détail

La Quinzaine de l International en Rhône-Alpes FINANCER SON DEVELOPPEMENT A L INTERNATIONAL

La Quinzaine de l International en Rhône-Alpes FINANCER SON DEVELOPPEMENT A L INTERNATIONAL La Quinzaine de l International en Rhône-Alpes FINANCER SON DEVELOPPEMENT A L INTERNATIONAL Introduction de la CCI locale La Chambre de Commerce et d Industrie, le contact de proximité pour les PME Information

Plus en détail

RESTRUCTURATION FINANCIERE. Présenté par Mme. BEN DALY Amel FIDELIUM FINANCE Vice Présidente ATIC

RESTRUCTURATION FINANCIERE. Présenté par Mme. BEN DALY Amel FIDELIUM FINANCE Vice Présidente ATIC RESTRUCTURATION FINANCIERE Présenté par Mme. BEN DALY Amel FIDELIUM FINANCE Vice Présidente ATIC 14-15 Octobre 2010 LA RESTRUCTURATION FINANCIERE N est pas un nouveau concept. Une procédure qui a capté

Plus en détail

Rapport de la cour des comptes sur la dette publique. Un premier pas vers l audit?

Rapport de la cour des comptes sur la dette publique. Un premier pas vers l audit? Rapport de la cour des comptes sur la dette publique Un premier pas vers l audit? Bibliothèque nationale Rabat 18 avril 2014 Mimoun Rahmani Remarques préliminaires Il s agit d un rapport de contrôle de

Plus en détail

Evaluation du projet FAIR Mali Rapport de mission

Evaluation du projet FAIR Mali Rapport de mission Evaluation du projet FAIR Mali Rapport de mission pg 1/5 1 Fact sheet (français) Contexte de l évaluation Objectifs du mandat Durée du projet Type évaluation Budget planifié Budget estimatif de réalisation

Plus en détail

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS Version du 07/10/ à 08:46:40 PROGRAMME 862 : PRÊTS POUR LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE

Plus en détail

SOUTIEN EXCEPTIONNEL A L ACTIVITE

SOUTIEN EXCEPTIONNEL A L ACTIVITE CIACT du 2 février 2009 «Plan de relance de l économie» - B - SOUTIEN EXCEPTIONNEL A L ACTIVITE ECONOMIQUE ET A L EMPLOI Enveloppes du plan de relance de l économie : 600 M pour le financement des PME

Plus en détail

ANNEXE I C - REGIME-CADRE D INTERVENTION PUBLIQUE EN FAVEUR DE FONDS DE GARANTIE N 449-2000

ANNEXE I C - REGIME-CADRE D INTERVENTION PUBLIQUE EN FAVEUR DE FONDS DE GARANTIE N 449-2000 ANNEXE I C - REGIME-CADRE D INTERVENTION PUBLIQUE EN FAVEUR DE FONDS DE GARANTIE N 449-2000 Introduction: La Commission européenne a adopté le 8 mai 2001 le régime d aide cadre en faveur de fonds de garantie,

Plus en détail

NOTICE D INFORMATIONS GENERALES

NOTICE D INFORMATIONS GENERALES REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO FONDS DE PROMOTION DE L INDUSTRIE NOTICE D INFORMATIONS GENERALES Tél. : (243) 81 69 05 362-81 03 83 407 / Fax : (243) 812 616 034 E-mail : fpi@micronet.cd / Site : www.fpirdc.cd

Plus en détail

II.5. MONNAIE ET CREDIT

II.5. MONNAIE ET CREDIT II.5. MONNAIE ET CREDIT La politique monétaire rigoureuse qui prévaut depuis 2004 dans le cadre du programme économique et financier 2004-2007 s est poursuivie en 2005 avec le même objectif de ralentir

Plus en détail

Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013

Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013 Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013 Novembre 2008 Introduction : CONTEXTE ET CONJONCTURE national et international l augmentation des cours des matières premières

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

Note de Conjoncture Économique 1 er semestre 2014

Note de Conjoncture Économique 1 er semestre 2014 Banque Centrale de Mauritanie Direction Générale des Études Direction des Études et des Recherches Économiques Note de Conjoncture Économique 1 er semestre 2014 Septembre 2014 Sommaire I. ENVIRONNEMENT

Plus en détail

QUESTIONNAIRE A. Questions d ordre général

QUESTIONNAIRE A. Questions d ordre général QUESTIONNAIRE A. Questions d ordre général (a) Base juridique: veuillez indiquer la base juridique applicable aux mesures mises en œuvre conformément au cadre temporaire. L aide sous forme de garanties

Plus en détail

«L INVESTISSEMENT EN ALGÉRIE»

«L INVESTISSEMENT EN ALGÉRIE» Ministère de l Industrie de la PME et de la de la Promotion des Investissements Communication «L INVESTISSEMENT EN ALGÉRIE» Présentée par: Mr A.C. BOUDIA Madrid, Octobre 2012 Une importante position Géo-Stratégique

Plus en détail

Les aides régionales pour les ENTREPRISES

Les aides régionales pour les ENTREPRISES Les aides régionales pour les ENTREPRISES Regroupement Développement Financement Immobilier Embauche Conseil Difficulté Export Reprise Cession Création Accompagner l entreprise dans les différentes phases

Plus en détail

Programmes Opérationnels Européens 2007-2013 CADRE D INTERVENTION (FEDER)

Programmes Opérationnels Européens 2007-2013 CADRE D INTERVENTION (FEDER) Axe 2 La compétitivité de l économie : développer l économie réunionnaise dans l environnement international Service instructeur Conseil Régional Direction des Affaires Economiques Dates agréments CLS

Plus en détail

Résultat net 2008 : - 2 milliards. Retraité des éléments exceptionnels, le résultat avant impôt s élève à + 2,2 milliards d euros.

Résultat net 2008 : - 2 milliards. Retraité des éléments exceptionnels, le résultat avant impôt s élève à + 2,2 milliards d euros. COMMUNIQUE DE PRESSE Année 2008 : une perte exceptionnelle de 2 milliards d euros dans un contexte de crise aggravé Un Groupe qui reste solide avec un ratio Tier 1 satisfaisant Résultat net 2008 : - 2

Plus en détail

Investissement des réserves de sécurité sociale: possibilités et performances

Investissement des réserves de sécurité sociale: possibilités et performances Association internationale de la sécurité sociale Colloque des directeurs d'institutions de sécurité sociale des pays francophones d'afrique Limbé, Cameroun, 28-30 janvier 2004 Investissement des réserves

Plus en détail

ARAB TUNISIAN BANK. Communication Financière ATB. 03 Mars 2011

ARAB TUNISIAN BANK. Communication Financière ATB. 03 Mars 2011 ARAB TUNISIAN BANK Communication Financière ATB 2010 03 Mars 2011 Faits marquants et Réalisations de l ATB en 2010 le capital social de l Arab Tunisian Bank est passé de 80 millions de dinars à 100 millions

Plus en détail

La cotation Banque de France

La cotation Banque de France ENTREPRISES PROFESSION BANCAIRE La cotation Banque de France Guide de référence 2011 Une référence pour le dialogue entre la banque et l entreprise Sommaire LA COTATION BANQUE DE FRANCE 1.1. UNE COTATION

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013. Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013

Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013. Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013 Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle Allianz Suisse Vie Compte d exploitation 1 Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

Orientations Budgétaires 2016

Orientations Budgétaires 2016 Conseil d'orientation et de Surveillance du 17 décembre 2015 Orientations Budgétaires 2016 «La tenue du débat d orientation budgétaire (DOB) est obligatoire dans les régions, les départements, les communes

Plus en détail

L accompagnement du secteur privé par l AFD et OSEO :

L accompagnement du secteur privé par l AFD et OSEO : Mars 2013 L accompagnement du secteur privé par l AFD et OSEO : Présentation des dispositifs (hors innovation) PRODUITS HISTORIQUES Liste des produits Le Fonds Dom permet de garantir les crédits bancaires

Plus en détail

BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE

BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE 1 La crise actuelle est caractéris risée e par le grand nombre de marchés affectés s et par la diversité des canaux de contagion Les principaux canaux de contagion pour l ECE: Canal informationnel (sentiment

Plus en détail

Destinataires d'exécution

Destinataires d'exécution Direction générale des politiques agricole, agroalimentaire et des territoires Sous-direction des entreprises agricoles Bureau du crédit et de l'assurance 3, rue Barbet de Jouy 75349 PARIS 07 SP 0149554955

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE DE L AUDIT DU PROGRAMME DE VENTES ANTICIPEES A LA MOYENNE

TERMES DE REFERENCE DE L AUDIT DU PROGRAMME DE VENTES ANTICIPEES A LA MOYENNE TERMES DE REFERENCE DE L AUDIT DU PROGRAMME DE VENTES ANTICIPEES A LA MOYENNE 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Depuis la campagne 2012-2013, l Etat de Côte d Ivoire a engagé une réforme de la filière café-cacao

Plus en détail

Rapport annuel. Groupe Société Générale BANQUE DE DÉTAIL GESTION D ACTIFS BANQUE DE FINANCEMENT ET D INVESTISSEMENT

Rapport annuel. Groupe Société Générale BANQUE DE DÉTAIL GESTION D ACTIFS BANQUE DE FINANCEMENT ET D INVESTISSEMENT Rapport annuel 2001 Groupe Société Générale BANQUE DE DÉTAIL GESTION D ACTIFS BANQUE DE FINANCEMENT ET D INVESTISSEMENT Sommaire Le développement du Groupe en action 01 Profil 02 Entretien avec Daniel

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

Les mécanismes d aides et de financement proposés par l Ifcic et Coface

Les mécanismes d aides et de financement proposés par l Ifcic et Coface Compte-rendu de la réunion organisée par le Bureau Export et le CNV 8 novembre 2006 Les mécanismes d aides et de financement proposés par l Ifcic et Coface Intervenants : Mathieu de Seauve, Directeur Crédit

Plus en détail

Renforcement de la Trésorerie - Croissance, Compétitivité et Emploi (RT-CCE) Présentation du dispositif applicable en Polynésie française

Renforcement de la Trésorerie - Croissance, Compétitivité et Emploi (RT-CCE) Présentation du dispositif applicable en Polynésie française Renforcement de la Trésorerie - Croissance, Compétitivité et Emploi (RT-CCE) Présentation du dispositif applicable en Polynésie française 07 Février 2013 L AFD, financeur du développement durable en PF

Plus en détail

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE DU MALI A FIN DÉCEMBRE 2010

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE DU MALI A FIN DÉCEMBRE 2010 SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE DU MALI A FIN DÉCEMBRE 2010 >SOMMAIRE RAPPEL HISTORIQUE EVOLUTION DU SYSTÈME BANCAIRE ELEMENTS DE REFLEXION SUR LES RISQUES POTENTIELS EXISTANTS POUR LES BANQUES AU MALI HISTORIQUE

Plus en détail

Manuel des Politiques du Programme de Garanties Partielles du Risque de Crédit (post-séisme)

Manuel des Politiques du Programme de Garanties Partielles du Risque de Crédit (post-séisme) 1 Manuel des Politiques du Programme de Garanties Partielles du Risque de Crédit (post-séisme) Novembre 2010 2 Table des matières Introduction... 3 Politique générale de garantie de crédit... 5 Les grandes

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

EFFET D EVICTION ET STRATEGIE DE CHOIX DE PORTEFEUILLE

EFFET D EVICTION ET STRATEGIE DE CHOIX DE PORTEFEUILLE CENTRE DE RECHERCHES, D ETUDES ET D APPUI A L ANALYSE ECONOMIQUE À MADAGASCAR EFFET D EVICTION ET STRATEGIE DE CHOIX DE PORTEFEUILLE Cahier de recherches en Analyse Economique N 10/2007 Auteur Version

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

FINANCE ISLAMIQUE ET PME : CAS DE LA BIS

FINANCE ISLAMIQUE ET PME : CAS DE LA BIS FINANCE ISLAMIQUE ET PME : CAS DE LA BIS SOMMAIRE DEFINITION DE LA PME PROBLEMATIQUE DU FINANCEMENT DE LA PME SOLUTIONS ET PRODUITS DE LA FINANCE ISLAMIQUE : REPONSE DE LA BIS DEFINITION DE LA PME Selon

Plus en détail

Plan de soutien aux PME

Plan de soutien aux PME Plan de soutien aux PME Innovation Croissance International Création Transmission oseo.fr Une marque : Trois métiers : Innovation Garantie Financement Un réseau unifié Soutenir l innovation Nos missions

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N ÉNONCÉ 1 Analyse globale Créée en N-5, la société Armand est devenue sous-traitante d une entreprise qui gère une librairie électronique. Armand assure la logistique de cette entreprise : elle achète,

Plus en détail

Les Garanties Publiques au service du développement international des Entreprises

Les Garanties Publiques au service du développement international des Entreprises COFACE Les Garanties Publiques au service du développement international des Entreprises Corinne MARTINEZ GUADELOUPE EXPORT 19 et 20 novembre 2009 L offre de produits gérés par Coface pour le compte de

Plus en détail

Note de l Institut d émission

Note de l Institut d émission LE COMMERCE DE DÉTAIL EN POLYNÉSIE FRANÇAISE Agence de Papeete Novembre 24 La présente note vise à : présenter les principales caractéristiques des entreprises du commerce de détail en Polynésie française

Plus en détail

PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS

PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS Version du 06/10/ à 11:29:43 PROGRAMME 862 : PRÊTS POUR LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE

Plus en détail

TABLE RONDE N 4 : ACCELERER LE RETOUR DE LA CROISSANCE PAR L INVESTISSEMENT

TABLE RONDE N 4 : ACCELERER LE RETOUR DE LA CROISSANCE PAR L INVESTISSEMENT Juillet 2014 TABLE RONDE N 4 : ACCELERER LE RETOUR DE LA CROISSANCE PAR L INVESTISSEMENT La table ronde n 4 présidée par Arnaud MONTEBOURG travaillera sur les moyens d accélérer le retour de croissance

Plus en détail

Les produits financiers àdestination des entreprises privées en Guyane

Les produits financiers àdestination des entreprises privées en Guyane Les produits financiers àdestination des entreprises privées en Guyane Atelier d informations CCIG Cayenne 27 fév. 2013 L AFD et OSEO Agence Française de Développement (AFD) : Etablissement public, l AFD

Plus en détail

Présenté par: Edouard CLEMENT mba, cpah

Présenté par: Edouard CLEMENT mba, cpah LE FINANCEMENT DU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI L OCPAH S ENGAGE Présenté par: Edouard CLEMENT mba, cpah Introduction Capacité de mobilisation de ressources financières et Réussite d un modèle de développement

Plus en détail

Dossier de Presse relatif à la formation «Green banking»

Dossier de Presse relatif à la formation «Green banking» Dossier de Presse relatif à la formation «Green banking» Cadre général : 24-25 avril 2012, Hôtel NOVOTEL -Tunis Depuis le rapport du Club de Rome sur les limites de la croissance en 1972, l opinion publique

Plus en détail

STATISTIQUES MONETAIRES

STATISTIQUES MONETAIRES Sommaire Agrégats de monnaie (M1, M2, M3) Agrégats de placements liquides (PL1,PL2,PL3,PL4) Contreparties de M3 Tableaux des ressources et emplois de Bank Al-Maghrib et des Banques STATISTIQUES MONETAIRES

Plus en détail

M_CONTRAN Contrats nouveaux

M_CONTRAN Contrats nouveaux M_CONTRAN Contrats nouveaux Présentation Le document M_CONTRAN recense, de manière exhaustive, les nouveaux contrats de crédit libellés en euros, conclus avec les particuliers, les sociétés non financières,

Plus en détail

Annexe 2 : MICROCREDIT. Partie n I : Description de l Instrument Financier pour le microcrédit.

Annexe 2 : MICROCREDIT. Partie n I : Description de l Instrument Financier pour le microcrédit. Annexe 2 : MICROCREDIT Partie n I : Description de l Instrument Financier pour le microcrédit. Les expressions utilisées ci-dessous doivent avoir le même sens que celles utilisées dans l Appel à Manifestation

Plus en détail

M. Edos Ousséini YEYE Directeur Général de la PAPME I. L environnement des PME/PMI au Burkina Faso

M. Edos Ousséini YEYE Directeur Général de la PAPME I. L environnement des PME/PMI au Burkina Faso UNE EXPERIENCE D APPUI AUX PME/PMI AU BURKINA FASO M. Edos Ousséini YEYE Directeur Général de la PAPME I. L environnement des PME/PMI au Burkina Faso 1 Le Burkina Faso PME/PMI - Burkina Faso 3 Le Burkina

Plus en détail

L AFD et LA MICROFINANCE

L AFD et LA MICROFINANCE AFD André Pouillès-Duplaix L AFD et LA MICROFINANCE Plus de vingt ans d expérience Encourager l extension géographique et la diversification des services de microfinance en République Démocratique du Congo

Plus en détail

Systèmes de primes pour le personnel des IMF

Systèmes de primes pour le personnel des IMF Retour au sommaire Systèmes de primes pour le personnel des IMF BIM n 117-24 avril 2001 Christine POURSAT et Karin BARLET Que penser des systèmes de primes et d intéressement du personnel dans les IMF?

Plus en détail

Médiation du crédit aux entreprises

Médiation du crédit aux entreprises Médiation du crédit aux entreprises Gérard Rameix, Médiateur du crédit > Commission système financier et financement de l économie 7 novembre 2011 Sommaire 1. La Médiation du crédit au service des entreprises

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Publication du ministère des Finances Faits saillants 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars a été enregistré en décembre 2008, comparativement

Plus en détail

Ministère du travail (22 janvier 2013)

Ministère du travail (22 janvier 2013) Ministère du travail (22 janvier 2013) Les apports de l accord sur la sécurisation de l emploi Conformément aux engagements de la feuille de route sociale de juillet et en réponse au document d orientation

Plus en détail

CHAPITRE VIII : ASSAINISSEMENT PATRIMONIAL ET RESTRUCTURATION DES BILANS DES BANQUES PUBLIQUES : UNE RETROSPECTIVE

CHAPITRE VIII : ASSAINISSEMENT PATRIMONIAL ET RESTRUCTURATION DES BILANS DES BANQUES PUBLIQUES : UNE RETROSPECTIVE CHAPITRE VIII : ASSAINISSEMENT PATRIMONIAL ET RESTRUCTURATION DES BILANS DES BANQUES PUBLIQUES : UNE RETROSPECTIVE VIII.1 - ASSAINISSEMENT PATRIMONIAL DES BANQUES AU COURS DE LA PÉRIODE 1991-2012 Le processus

Plus en détail

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Ordonnance de la Banque nationale, OBN) Modification du 7 mai 2014 La Banque nationale suisse arrête: I L ordonnance du 18 mars 2004

Plus en détail

CONTRIBUTION DE LA BANQUE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT AGRICOLE (BNDA) DU MALI

CONTRIBUTION DE LA BANQUE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT AGRICOLE (BNDA) DU MALI ATELIER INTERNATIONAL DE DAKAR : LE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE FAMILIALE DANS UN CONTEXTE DE LIBERALISATION : QUELLE CONTRIBUTION DE LA MICROFINANCE? DAKAR : 21-24 janvier 2002 THEME III : MICROFINANCE,

Plus en détail

DISPOSITIFS DE LA CCG EN FAVEUR DES TPME POUR L ACCES AU FINANCEMENT. Avril 2015

DISPOSITIFS DE LA CCG EN FAVEUR DES TPME POUR L ACCES AU FINANCEMENT. Avril 2015 DISPOSITIFS DE LA CCG EN FAVEUR DES TPME POUR L ACCES AU FINANCEMENT Avril 2015 POURQUOI LA GARANTIE INSTITUTIONNELLE? Situation A Primauté du marché le marché est parfait se régule par lui-même Situation

Plus en détail

Bilan des engagements de crédit 2009 des banques. Christine LAGARDE Bercy, le 11 février 2010 Réunion avec les dirigeants des banques françaises

Bilan des engagements de crédit 2009 des banques. Christine LAGARDE Bercy, le 11 février 2010 Réunion avec les dirigeants des banques françaises Bilan des engagements de crédit 2009 des banques Christine LAGARDE Bercy, le 11 février 2010 Réunion avec les dirigeants des banques françaises Statut de l entrepreneur individuel à responsabilité limitée

Plus en détail

Epreuve 4 DECF 2004 Gestion financière

Epreuve 4 DECF 2004 Gestion financière Epreuve 4 DECF 2004 Gestion financière Le sujet comporte trois dossiers indépendants : - un diagnostic financier basé sur le besoin en fonds de roulement normatif et le tableau de flux de trésorerie de

Plus en détail

Bilan 2010 Bâtiment et Travaux Publics

Bilan 2010 Bâtiment et Travaux Publics Bilan 21 Bâtiment et Travaux Publics absence de grands projets continue de pénaliser l activité du secteur, dont les indicateurs sont mal orientés pour la troisième année consécutive. Après plusieurs années

Plus en détail

La Garantie Financière CGCIPME. Rôle de la CGCI dans la facilitation du financement de la création et du développement de la PME

La Garantie Financière CGCIPME. Rôle de la CGCI dans la facilitation du financement de la création et du développement de la PME La Garantie Financière CGCIPME Rôle de la CGCI dans la facilitation du financement de la création et du développement de la PME Mostaganem le 17 et 18 novembre 2014 Présentation sommaire de la CGCI-Pme

Plus en détail