Programme d appui aux investissements des PME

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Programme d appui aux investissements des PME"

Transcription

1 Programme d appui aux investissements des PME

2 MIGA : apporter aux clients des atouts sans pareil L Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA) a pour mission de promouvoir l investissement étranger direct dans les pays en développement afin de soutenir la croissance économique, contribuer à la réduction de la pauvreté, et améliorer les conditions de vie des populations. L agence fournit des garanties contre les risques politiques pour assurer la couverture des investissements contre les risques politiques potentiels et donne aux investisseurs la confiance et l appui dont ils ont besoin pour investir dans les marchés en développement. En tant que membre du Groupe de la Banque mondiale et comptant aussi bien des pays d accueil que des pays investisseurs parmi ses actionnaires, la MIGA joue un rôle dissuasif important face à toute mesure gouvernementale pouvant avoir un effet néfaste sur les investissements. En cas de différend, nos relations avec les gouvernements d accueil nous permettent généralement de résoudre les problèmes qui se posent, à la satisfaction mutuelle de toutes les parties concernées.

3 Programme d appui aux investissements des PME Le Programme d appui aux investissements des PME (SIP) est un programme de garantie créé par la MIGA avec pour cibles précises les investisseurs de petite et moyenne envergure investissant dans les petites et moyennes entreprises (PME). L aide de la MIGA au secteur des PME des économies émergentes se fait suivant deux axes : 1) de manière directe, elle fournit des garanties contre le risque politique aux investisseurs étrangers souhaitant investir dans les PME, et 2) indirectement, elle assure la couverture contre le risque politique aux institutions financières qui consentent des prêts aux petites et moyennes entreprises par le biais de filiales locales. Le programme SIP de la MIGA offre la couverture d un ensemble de risques types comprenant l inconvertibilité de la monnaie et les restrictions sur les transferts, l expropriation et les conflits armés et troubles civils. Le programme est conçu sur mesure pour les investisseurs de petite et moyenne envergure à travers : r une procédure de souscription rapide et efficace ; r un formulaire de demande unique ; r la gratuité de la demande de souscription ; r des primes à coûts réduits. La MIGA dispose d une équipe SIP spécialement chargée d orienter les investisseurs tout au long du processus de souscription. En fonction de la disponibilité des informations relatives au projet, la MIGA peut émettre des garanties dans un délai de huit à douze semaines à compter de la date de réception de la demande.

4 Quels investissements sont admissibles? Investissements pouvant être couverts La MIGA assure de nouveaux investissements destinés aux pays en développement ainsi que des investissements liés à l expansion, à la modernisation, ou à la restructuration financière de projets en cours. Les acquisitions réalisées à travers la privatisation d entreprises publiques sont aussi admissibles au programme SIP. D autres types d investissements peuvent également être couverts après un examen au cas par cas. Les catégories d investissements étrangers pouvant être couverts sont notamment les prises de participation, les prêts consentis ou garantis par des actionnaires et les garanties de prêt d actionnaires, à condition que ces prêts aient une échéance d au moins trois ans. La couverture peut aussi s appliquer aux prêts des banques commerciales, à condition que l investissement réalisé sous forme de prises de participation dans le projet bénéficie d une couverture concomitante ou ait déjà été couvert. Les investissements réalisés dans les secteurs suivants sont admissibles au programme : r Agro-industrie r Secteur financier r Industries de transformation r Services r Tourisme Les nouveaux investissements sont ceux n ayant pas encore été effectués ni fait l objet d un engagement irrévocable à la date de soumission d une demande de garantie à la MIGA. Conformément à l objectif de la MIGA, qui est de promouvoir la croissance économique et le développement, les projets d investissements doivent être financièrement, économiquement et écologiquement viables, respectueux des normes de travail et en harmonie avec les autres objectifs de développement du pays d accueil.

5 Taille des investissements Les investissements peuvent être couverts dans le cadre du programme SIP, à condition qu ils se rapportent à la création d une PME, ou s appliquent à une PME existante, et qu ils aient lieu dans un pays membre en développement. Pour être considérée comme une PME, l entreprise participant au projet doit remplir deux des critères suivants : r l effectif ne doit pas dépasser 300 employés ; r le total de l actif ne doit pas dépasser 15 millions de dollars ; r le total des ventes annuelles ne doit pas dépasser 15 millions de dollars. Les investissements consentis dans le secteur financier sont admissibles au programme SIP s ils sont destinés à fournir des services financiers aux PME, et si 50 % des clients ayant un lien avec ces investissements sont des PME, telles que définies ci-dessus. Investisseurs pouvant être couverts Les investisseurs pouvant être couverts sont : r Les ressortissants des pays membres de la MIGA ; r Les sociétés, à condition qu elles soient dûment constituées et que leur siège social soit situé dans un pays membre, ou à condition que des ressortissants de pays membres en soient majoritairement propriétaires. Le Programme d appui aux investissements des PME ne prévoit pas de limite à la taille des investisseurs. Toutefois, il est conçu pour aider les investisseurs de petite et moyenne envergure. Cette catégorie d investisseurs n est pas tenue d acquitter des droits de dépôt de demandes. Pour être admissible au programme en qualité d investisseur de petite et moyenne envergure, la société représentant l investisseur ne doit pas compter plus de 375 employés et doit remplir l un des critères supplémentaires suivants : avoir au plus 50 millions de dollars d actifs ou 100 millions de dollars de ventes annuelles.

6 LIMITES DE LA GARANTIE DU PROGRAMME SIP Les garanties consenties au titre du programme SIP ont une échéance d au moins trois ans pouvant aller jusqu à dix ans. À la discrétion de la MIGA, cette échéance est assortie d une possibilité d extension d au plus cinq ans, à compter de la fin de l échéance initiale. Le montant de la garantie proposée ne dépasse pas 10 millions de dollars (la taille réelle de l investissement pouvant être plus importante). Il n est pas prévu de montant minimal de garantie. Les investissements réalisés dans l infrastructure, le pétrole, le gaz et les mines ne sont pas admissibles à la couverture qu offre le programme SIP. La couverture consentie dans le cadre du programme SIP peut se monter jusqu à 90 % de l investissement pour les prises de participation et jusqu à 95 % pour les prêts. Pour les demandes de garantie excédant ce montant, les investisseurs peuvent souscrire à une couverture à travers le programme d assurance normal de la MIGA. Trois catégories de risques sont couverts par le contrat de garantie du programme SIP : r l inconvertibilité de la monnaie et les restrictions sur les transferts ; r l expropriation ; r les conflits armés et les troubles civils. Dans le cadre du programme SIP, la rupture de contrat et les projets classés dans la Catégorie A ne sont pas couverts. Sont classés dans cette catégorie les projets susceptibles d avoir des effets néfastes importants sur l environnement. Les investisseurs nécessitant une couverture contre la rupture de contrat ou une assurance pour un projet de la Catégorie A peuvent souscrire au programme d assurance normal de la MIGA. Pour que la MIGA acquitte une demande d indemnisation pour un investissement assuré, les parts, l actif et les autres titres de l investisseur liés à cet investissement doivent être transférés à la MIGA libres de toute charge.

7 Risques couverts La garantie contre l inconvertibilité de la monnaie et les restrictions sur les transferts Elle protège l investisseur contre les pertes qui pourraient découler de l impossibilité de convertir en devises ses avoirs en monnaie nationale (capital, intérêts, principal, bénéfices, redevances et autres revenus liés à l investissement) aux fins de transfert hors du pays d accueil. Elle couvre le risque de retard excessif dans l obtention des devises, causé par une action ou une omission de la part du gouvernement du pays d accueil. La MIGA verse à l investisseur assuré un montant à titre d indemnisation dans la monnaie spécifiée dans le contrat de garantie. La garantie contre l expropriation Elle assure une couverture contre la perte de l investissement assuré par suite de décisions du gouvernement du pays d accueil ayant pour effet de priver l investisseur assuré de tout ou partie de la propriété ou du contrôle de son investissement, ou des droits liés à cet investissement. Outre la nationalisation et la confiscation pure et simple, cette garantie couvre également le risque d expropriation «larvée» c est-à-dire d actes successifs qui ont, à terme, le même effet qu une expropriation. Dans certaines limites, la MIGA offre également une garantie contre le risque d expropriation partielle (par exemple, la confiscation de fonds ou biens corporels). Les mesures non discriminatoires prises de bonne foi par le gouvernement du pays d accueil dans l exercice de ses pouvoirs légitimes de réglementation ne sont pas couvertes. En cas d expropriation totale d avoirs provenant d investissements sous forme de participation, la MIGA verse une indemnité égale à la valeur comptable nette de l investissement assuré. En cas d expropriation de fonds,

8 la MIGA verse une indemnité correspondant à la fraction assurée des fonds expropriés. Pour les prêts et garanties de prêt, la MIGA couvre l encours du principal et la totalité des intérêts courus et non payés. La MIGA verse l indemnité à l investisseur au moment où celui-ci lui transfère ses intérêts dans l investissement exproprié (par exemple, parts de capital social ou participation à un accord de prêt). La garantie contre les conflits armés et les troubles civils Elle assure une couverture contre les pertes résultant de la dégradation, de la destruction ou de la disparition de biens corporels par suite d actions militaires ou de troubles civils dans le pays d accueil, tels que révolutions, insurrections, coups d État et actes de sabotage et de terrorisme, inspirés par des motifs politiques. Ce type de garantie s étend aussi aux événements qui ont pour effet, pendant une durée prévue par le contrat de garantie, d interrompre des activités essentielles à la viabilité financière globale du projet. La garantie pour interruption des opérations joue lorsque l investissement est considéré comme une perte totale ; à ce stade, la MIGA verse l équivalent de la valeur comptable du montant total de la participation assurée. Pour les investissements sous forme de prises de participation, la MIGA indemnise l investisseur en lui payant sa part du plus faible des montants suivants : la valeur comptable des biens, leur coût de remplacement ou, dans le cas de biens endommagés, le coût de leur réparation. Pour les prêts et garanties de prêt, la MIGA paie la part assurée du principal et des intérêts qui restent impayés en raison directe des dommages occasionnés aux actifs du projet par un conflit armé ou des troubles civils, ou à cause de l interruption des opérations due à ces événements. La garantie contre la rupture de contrat n est pas offerte dans le cadre du programme SIP. Toutefois, les investisseurs souhaitant bénéficier de ce type de garantie peuvent soumettre une demande à cette fin à travers le programme de garantie normal de la MIGA.

9 Comment formuler une demande Processus et formulaire de souscription La demande de garantie remplie par l investisseur et soumise au titre du programme SIP fournit à la MIGA les renseignements dont elle a besoin pour assurer un projet et établir le contrat de garantie. Elle requiert des informations sur le montant à couvrir et le type d investissement, l impact du projet sur le développement et l environnement, ainsi que sa viabilité financière et économique. Une fois la demande de garantie reçue, la MIGA enregistre le projet et contacte l investisseur pour commencer le processus de souscription. Les investisseurs intéressés peuvent télécharger une version électronique de la demande de souscription à la garantie du programme SIP en visitant le site web ou en envoyant une demande à l adresse électronique ou encore à l adresse postale ci-après : MIGA Applications Office MSN U H Street, N.W. Washington, DC États-Unis d Amérique Télécopie : Une fois la demande enregistrée, la réalisation de l investissement peut commencer, soit par transfert, soit par engagement irrévocable d investir dans le projet. Au cas où l investisseur ne dispose pas d informations suffisantes pour achever le processus de la demande de souscription au programme SIP, il lui est demandé de soumettre la Section 1 du formulaire de souscription qu il doit actualiser dès que

10 toutes les informations nécessaires sont disponibles. Cela permet à la MIGA d enregistrer le projet et de lui conserver son admissibilité au programme en qualité de nouvel investissement. Toutefois, la MIGA n est pas en mesure de s engager à mettre à disposition les garanties souhaitées à moins d avoir achevé l analyse et les vérifications qu elle aura entreprises. Le processus d approbation ne doit pas prendre plus de huit à douze semaines si les renseignements requis au titre de la demande sont entièrement fournis et si tous les documents pertinents concernant le projet sont transmis à la MIGA. Une fois la proposition de garantie approuvée par la MIGA, l investisseur reçoit un contrat de garantie. Dès lors, l investisseur dispose d un délai de six semaines pour signer ledit contrat. Au cas où il décide de revenir sur sa demande dans les limites de cette période, la MIGA peut mettre un terme au processus. Pour éviter tout retard dans le processus de souscription, les plans d affaires et les plans financiers doivent être prêts et les projections financières disponibles avant de soumettre la demande de garantie. Pour nous contacter Adresser toutes questions relatives au programme SIP ou au processus de souscription à : t f April 2008

11 ASSURER LES INVESTISSMENTS r GÉNÉRER LES OPPORTUNITÉS

12 World Bank Group Multilateral Investment Guarantee Agency 1818 H Street, NW Washington, DC USA

Guide de Guaranties des investissements. GARANTIR LES INVESTISSEMENTS r ASSURER LES OPPORTUNITÉS

Guide de Guaranties des investissements. GARANTIR LES INVESTISSEMENTS r ASSURER LES OPPORTUNITÉS Guide de Guaranties des investissements GARANTIR LES INVESTISSEMENTS r ASSURER LES OPPORTUNITÉS MIGA: DES ATOUTS UNIQUES POUR SES CLIENTS L Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA),

Plus en détail

Guide de garantie des investissements

Guide de garantie des investissements Guide de garantie des investissements Agence multilatérale de garantie des investissements Groupe de la Banque mondiale La MIGA: des atouts uniques au service de ses clients L Agence multilatérale de garantie

Plus en détail

assurer les investissements garantir les opportunités

assurer les investissements garantir les opportunités assurer les investissements garantir les opportunités LA MISSION DE LA MIGA Promouvoir l investissement étranger direct dans les pays en développement pour favoriser la croissance économique, faire reculer

Plus en détail

assurer les investissements garantir les opportunités

assurer les investissements garantir les opportunités assurer les investissements garantir les opportunités LA MISSION DE LA MIGA Promouvoir l investissement direct à l étranger dans les pays en développement pour contribuer à la croissance économique, faire

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

Guide d adhésion à I Agence Pour I Assurance du Commerce en Afrique (ACA)

Guide d adhésion à I Agence Pour I Assurance du Commerce en Afrique (ACA) Guide d adhésion à I Agence Pour I Assurance du Commerce en Afrique (ACA) 1 NOTRE VISION Faire de l Afrique une destination privilégiée pour le commerce et les investissements. NOTRE MISSION Transformer

Plus en détail

RÈGLEMENT FINANCIER DU SECRÉTARIAT DU TRAITÉ SUR L ANTARCTIQUE. Règlement financier

RÈGLEMENT FINANCIER DU SECRÉTARIAT DU TRAITÉ SUR L ANTARCTIQUE. Règlement financier RÈGLEMENT FINANCIER DU SECRÉTARIAT DU TRAITÉ SUR L ANTARCTIQUE Règlement financier Article 1 Champ d application 1. Le présent règlement régit la gestion financière du secrétariat du Traité sur l Antarctique

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES ACHATS

POLITIQUE SUR LES ACHATS POLITIQUE SUR LES ACHATS Adoption : Conseil d administration du RCDR, 24 février 2006 Dernière révision : Conseil d administration du RCDR, 19 mars 2014 1. OBJET Définir les responsabilités et les obligations

Plus en détail

Visites commerciales temporaires, mutations de cadres et déménagements permanents

Visites commerciales temporaires, mutations de cadres et déménagements permanents Visites commerciales temporaires, mutations de cadres et déménagements permanents Les accords de libre-échange auxquels participe le Canada et la Loi sur l immigration et la protection des réfugiés (Canada)

Plus en détail

RÈGLEMENT DE PLACEMENT

RÈGLEMENT DE PLACEMENT RÈGLEMENT DE PLACEMENT Sur la base de l article 49a OPP 2 ainsi que des articles 19 et 19a OLP, le Conseil de Fondation édicte le présent règlement de placement. Les dispositions d exécution, devant être

Plus en détail

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.)

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) N o 5 Formulaire d assurance complémentaire pour les dommages occasionnés au véhicule assuré (assurance de remplacement) F.P.Q. N o 5 1 er

Plus en détail

Le Gouvernement de la République Populaire de Chine et le Gouvernement de la République de Madagascar (ci-après dénommés les Parties Contractantes),

Le Gouvernement de la République Populaire de Chine et le Gouvernement de la République de Madagascar (ci-après dénommés les Parties Contractantes), ACCORD SUR LA PROMOTION ET LA PROTECTION RECIPROQUES DES INVESTISSEMENTS ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE POPULAIRE DE CHINE ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE DE MADAGASCAR Le Gouvernement de la

Plus en détail

Fondation de libre passage Independent. Règlement de placement

Fondation de libre passage Independent. Règlement de placement Fondation de libre passage Independent Règlement de placement Sur la base de l'art. 5 de l acte de fondation de la Fondation de libre passage Independent (Fondation) ainsi que sur la base de l'art. 49a

Plus en détail

SINGLE RISK UNISTRAT DES GARANTIES SUR MESURE POUR VOS CONTRATS PONCTUELS

SINGLE RISK UNISTRAT DES GARANTIES SUR MESURE POUR VOS CONTRATS PONCTUELS SINGLE RISK UNISTRAT DES GARANTIES SUR MESURE POUR VOS CONTRATS PONCTUELS LES 4 GARANTIES SINGLE RISK UNISTRAT LA COUVERTURE AFFAIRE PAR AFFAIRE DU RISQUE POLITIQUE OU COMMERCIAL Dans un contexte de transactions

Plus en détail

En millions CHF ou selon indication 2014 2013

En millions CHF ou selon indication 2014 2013 32 Distribution de dividendes Les réserves distribuables sont déterminées sur la base des capitaux propres statutaires de la maison mère Swisscom SA et non sur les capitaux propres figurant dans les états

Plus en détail

CONVENTIONS SPÉCIALES POUR L ASSURANCE DES PERTES FINANCIÈRES DU NAVIRE DE COMMERCE

CONVENTIONS SPÉCIALES POUR L ASSURANCE DES PERTES FINANCIÈRES DU NAVIRE DE COMMERCE Les clauses ci-dessous sont mises à la disposition de toute personne intéressée, sur simple demande. Elles sont indicatives, les parties pouvant convenir de conditions d assurance différentes. Pour toute

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie Ordonnance sur l assurance directe sur la vie (Ordonnance sur l assurance-vie, OAssV) Modification du 24 mars 2004 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 29 novembre 1993 sur l assurance-vie

Plus en détail

Principales modalités des prêts de la BIRD

Principales modalités des prêts de la BIRD BANQUE INTERNATIONALE POUR LA RECONSTRUCTION ET LE DÉVELOPPEMENT B I R D Principales modalités des prêts de la BIRD DÉPARTEMENT DES PRODUITS ET DES SERVICES FINANCIERS TÉLÉPHONE : +1 202 458 1122 TÉLÉCOPIE

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

Les différentes solutions d'assurance-crédit

Les différentes solutions d'assurance-crédit Les différentes solutions d'assurance-crédit Saviez-vous que 40% de l'actif bilan non sécurisé représenté par les créances clients 26% des dépôts bilan dus à la défaillance de clients. L'assurance-crédit

Plus en détail

Projet du Code de l Investissement

Projet du Code de l Investissement République Tunisienne Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Projet du Code de l Investissement Version préliminaire 22 mai 2015 Article1premier. TITRE PREMIER.

Plus en détail

Rôle réglementaire de l OCRCVM : mesures pour prévenir la faillite des sociétés de courtage

Rôle réglementaire de l OCRCVM : mesures pour prévenir la faillite des sociétés de courtage Alerte aux investisseurs : information à l intention des clients des sociétés réglementées par l OCRCVM si jamais une société de courtage devait mettre fin à ses activités Compte tenu de la turbulence

Plus en détail

CONVENTIONS SPÉCIALES POUR L ASSURANCE MARITIME DES CORPS DE NAVIRES DE MER CONTRE LES RISQUES DE GUERRE, DE PIRATERIE, DE TERRORISME

CONVENTIONS SPÉCIALES POUR L ASSURANCE MARITIME DES CORPS DE NAVIRES DE MER CONTRE LES RISQUES DE GUERRE, DE PIRATERIE, DE TERRORISME Les clauses ci-dessous sont mises à la disposition de toute personne intéressée, sur simple demande. Elles sont indicatives, les parties pouvant convenir de conditions d assurance différentes. Pour toute

Plus en détail

POLITIQUE 4.1 PLACEMENTS PRIVÉS

POLITIQUE 4.1 PLACEMENTS PRIVÉS POLITIQUE 4.1 PLACEMENTS PRIVÉS Champ d application de la politique Il y a placement privé lorsqu un émetteur distribue des titres en contrepartie d espèces aux termes des dispenses de prospectus ou des

Plus en détail

ACCORD. entre le Gouvernement de la République française. et le Gouvernement de la République de Turquie. sur l encouragement et la protection

ACCORD. entre le Gouvernement de la République française. et le Gouvernement de la République de Turquie. sur l encouragement et la protection ACCORD entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République de Turquie sur l encouragement et la protection réciproques des investissements (ensemble un protocole additionnel),

Plus en détail

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ :

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : LOI N 2010-737 DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT RÉFORME DU CRÉDIT À LA CONSOMMATION SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : CHAPITRE II Publicité et information de l emprunteur Article

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

FOND DE DEVELOPPEMENT Marche à Suivre pour la Demande en Ligne et Procédure du Rapport d Avancement

FOND DE DEVELOPPEMENT Marche à Suivre pour la Demande en Ligne et Procédure du Rapport d Avancement FOND DE DEVELOPPEMENT Marche à Suivre pour la Demande en Ligne et Procédure du Rapport d Avancement I. Introduction Les objectifs généraux du Fond de Développement de la FIVB sont de multiplier les opportunités

Plus en détail

Les aides aux petites et moyennes entreprises

Les aides aux petites et moyennes entreprises FICHE 9 Les aides aux petites et moyennes entreprises Les petites et moyennes entreprises «jouent un rôle décisif dans la création d emplois et, d une manière plus générale, représentent un facteur de

Plus en détail

Guide de garantie des investissements

Guide de garantie des investissements Guide de garantie des investissements Agence multilatérale de garantie des investissements Groupe de la Banque mondiale MIGA: Des atouts uniques au service de ses clients L Agence multilatérale de garantie

Plus en détail

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS Lois sur les investissements étrangers 13 LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS La Loi sur Investissement Canada (LIC) est la seule loi fédérale sur les investissements étrangers d application générale.

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE

COMMISSION EUROPÉENNE 2.8.2013 Journal officiel de l Union européenne C 223/1 (Communications) COMMUNICATIONS PROVENANT DES INSTITUTIONS, ORGANES ET ORGANISMES DE L'UNION EUROPÉENNE COMMISSION EUROPÉENNE Lignes directrices

Plus en détail

EDC en Direct Guide du Centre d assurance comptes clients

EDC en Direct Guide du Centre d assurance comptes clients EDC en Direct Guide du Centre d assurance comptes clients Table des matières Introduction à EDC en Direct... 2 Section A : Mise en marche... 3 Section B : Approbations de crédit... 5 Demander une approbation

Plus en détail

Le Fonds Ontarien de développement des technologies émergentes Foire aux questions

Le Fonds Ontarien de développement des technologies émergentes Foire aux questions Le Fonds Ontarien de développement des technologies émergentes Foire aux questions Les informations suivantes sont sujettes à changement sans préavis. Qu est-ce que le Fonds ontarien de développement des

Plus en détail

ACCORD DE LIBRE ECHANGE ENTRE LE MAROC ET LES ETATS- UNIS D AMERIQUE

ACCORD DE LIBRE ECHANGE ENTRE LE MAROC ET LES ETATS- UNIS D AMERIQUE ACCORD DE LIBRE ECHANGE ENTRE LE MAROC ET LES ETATS- UNIS D AMERIQUE M. EL AZIZI ABDOU Chef du Service Amériques Direction du Trésor et des Finances Extérieures MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

Plus en détail

La réforme des pensions expliquée

La réforme des pensions expliquée La réforme des pensions expliquée TABLE DES MATIÈRES 1. LA PENSION ANTICIPÉE... 2 1.1. SITUATION AVANT LA RÉFORME... 2 1.2. SITUATION À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2013... 2 1.3. LES MESURES DE TRANSITION...

Plus en détail

CONTRAT. PARTICIPANT, personne morale légalement constituée sous le régime des lois du Canada, ayant un établissement au (Québec),

CONTRAT. PARTICIPANT, personne morale légalement constituée sous le régime des lois du Canada, ayant un établissement au (Québec), CONTRAT ENTRE : PARTICIPANT, personne morale légalement constituée sous le régime des lois du Canada, ayant un établissement au (Québec), ci-après nommée le «Participant», ET : HYDRO-QUÉBEC, personne morale

Plus en détail

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ L ORGANE DIRECTEUR, PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT Rappelant que la Stratégie de financement a pour objectifs

Plus en détail

Politique linguistique

Politique linguistique Politique linguistique Informations sur le soutien apporté par le Baccalauréat International en matière de langues, cours de langue et langues d enseignement Mise à jour en octobre 2014 Cette politique

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION OMPI SCIT/5/6 ORIGINAL : anglais DATE : 18 mai 2000 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION COMITÉ PLÉNIER Cinquième session Genève,

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Objectif 1 L objectif de la présente norme est de spécifier la comptabilisation d

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

POLICES FRANÇAISES D ASSURANCE MARCHANDISES TRANSPORTÉES PAR VOIE MARITIME, TERRESTRE, AÉRIENNE OU FLUVIALE CLAUSE ADDITIONNELLE

POLICES FRANÇAISES D ASSURANCE MARCHANDISES TRANSPORTÉES PAR VOIE MARITIME, TERRESTRE, AÉRIENNE OU FLUVIALE CLAUSE ADDITIONNELLE Les clauses ci-dessous sont mises à la disposition de toute personne intéressée, sur simple demande. Elles sont indicatives, les parties pouvant convenir de conditions d assurance différentes. Pour toute

Plus en détail

CSSS/04/49. Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour du 17 mars 2004; Vu le rapport de Monsieur Michel Parisse. A. OBJET DE LA DEMANDE

CSSS/04/49. Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour du 17 mars 2004; Vu le rapport de Monsieur Michel Parisse. A. OBJET DE LA DEMANDE CSSS/04/49 DÉLIBERATION N 04/009 DU 6 AVRIL 2004 RELATIVE A UN ECHANGE DE DONNEES SOCIALES À CARACTÈRE PERSONNEL ENTRE LE FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL ET LES ORGANISMES ASSUREURS EN VUE DE L EXÉCUTION

Plus en détail

Dispositions de la loi de finances 2014 relatives à la contribution libératoire

Dispositions de la loi de finances 2014 relatives à la contribution libératoire Groupement Professionnel des Banques du Maroc Dispositions de la loi de finances 2014 relatives à la contribution libératoire Guide pratique de place 0 Préambule I- CONTEXTE GENERAL Le Maroc a adhéré le

Plus en détail

REglement d organisation de

REglement d organisation de REglement d organisation de Burkhalter Holding AG Par souci de simplicité, le texte suivant utilise uniquement la forme masculine pour les désignations comprenant des formes féminines et masculines. I.

Plus en détail

Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance de la Nouvelle-Écosse

Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance de la Nouvelle-Écosse Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance de la Nouvelle-Écosse LIGNES DIRECTRICES et CRITERES pour l utilisation des locaux scolaires selon un modèle de site central Fonction Le

Plus en détail

BANQUE MONDIALE. DiRectives pour les décaissements applicables aux projets

BANQUE MONDIALE. DiRectives pour les décaissements applicables aux projets BANQUE MONDIALE DiRectives pour les décaissements applicables aux projets mai 2006 BANQUE MONDIALE DIRECTIVES POUR LES DÉCAISSEMENTS APPLICABLES AUX PROJETS DÉPARTEMENT DES PRÊTS 1 ER MAI 2006 Copyright

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GENERALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/70/34/Add.1 17 juin 2013 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITE EXECUTIF DU FONDS MULTILATERAL AUX FINS

Plus en détail

Attendu que. Attendu que. La Partie italienne a exprimé sa disponibilité à financer la réalisation du projet susnommé;

Attendu que. Attendu que. La Partie italienne a exprimé sa disponibilité à financer la réalisation du projet susnommé; PROTOCOLE D ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE ITALIENNE ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE TUNISIENNE CONCERNANT LE PROJET FONDS D ETUDES ET D EXPERTISE Le Gouvernement de la République Italienne,

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS La grande majorité des membres du conseil d administration de la Banque seront indépendants au sens de la présente politique. Le

Plus en détail

MANDAT DE GESTION ACG 2014

MANDAT DE GESTION ACG 2014 MANDAT DE GESTION ACG 2014 Pour investir directement au capital des PME et réduire votre ISF Géré par DOCUMENT A CARACTERE PUBLICITAIRE Conseillée en investissement par www.mandat-isf-acg.com MANDAT DE

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE 1.1 Mission Le Centre local de développement (CLD) de Mirabel gère trois (3) fonds destinés à la création et au maintien d emploi par le biais d

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

CONCOURS «Créez votre maison de rêve avec Recherche Via Images» Règlement de participation

CONCOURS «Créez votre maison de rêve avec Recherche Via Images» Règlement de participation CONCOURS «Créez votre maison de rêve avec Recherche Via Images» Règlement de participation 1. Le concours «Créez votre maison de rêve avec Recherche Via Images» est tenu par Via Capitale (les «organisateurs

Plus en détail

Gestionnaires de placements collectifs de capitaux (LPCC) Instructions de traitement pour le recensement de données - Edition 2015

Gestionnaires de placements collectifs de capitaux (LPCC) Instructions de traitement pour le recensement de données - Edition 2015 13 février 2015 Gestionnaires de placements collectifs de capitaux (LPCC) Instructions de traitement pour le recensement de données - Edition 2015 Laupenstrasse 27, 3003 Berne Tél. +41 (0)31 327 91 00,

Plus en détail

Étude du portefeuille de crédit des

Étude du portefeuille de crédit des Étude du portefeuille de crédit des caisses du réseau ANACAPH PROJET : «RENFORCEMENT DU RESEAU DE L ANACAPH DANS L ACCOMPAGNEMENT DU CREDIT ORIENTE VERS LES MPE» Mai 2009 Dorlus Jackson MBA, Comptable

Plus en détail

Programme de bourses de recherche de l UEFA Edition 2014

Programme de bourses de recherche de l UEFA Edition 2014 Programme de bourses de recherche de l UEFA Edition 2014 Déclaration envers l UEFA Programme de bourses de recherche de l UEFA Déclaration envers l UEFA Avant de commencer leur projet de recherche, les

Plus en détail

The views expressed are those of the author and do not necessarily reflect the views of the United Nations

The views expressed are those of the author and do not necessarily reflect the views of the United Nations UNCTAD Expert Meeting on Development Implications of International Investment Rule Making 28-29 JUNE 2007 Élaboration des règles régissant l investissement international équilibre entre intérêts publics

Plus en détail

Accord entre la Confédération suisse et la République de Namibie concernant la promotion et la protection réciproque des investissements

Accord entre la Confédération suisse et la République de Namibie concernant la promotion et la protection réciproque des investissements Texte original Accord entre la Confédération suisse et la République de Namibie concernant la promotion et la protection réciproque des investissements Conclu le 1 er août 1994 Entré en vigueur par échange

Plus en détail

COMPILATION ADMINISTRATIVE RÈGLEMENT N O 1640 RÈGLEMENT RELATIF AU PROGRAMME D AIDE AUX ENTREPRISES SOUS FORME DE CRÉDIT DE TAXES

COMPILATION ADMINISTRATIVE RÈGLEMENT N O 1640 RÈGLEMENT RELATIF AU PROGRAMME D AIDE AUX ENTREPRISES SOUS FORME DE CRÉDIT DE TAXES VILLE DE VAUDREUIL-DORION COMPILATION ADMINISTRATIVE RÈGLEMENT N O 1640 RÈGLEMENT RELATIF AU PROGRAMME D AIDE AUX ENTREPRISES SOUS FORME DE CRÉDIT DE TAXES Numéro de règlement Date d adoption au Conseil

Plus en détail

Principes Critères Protocole Compétences. aux fins de l obtention du titre de. ARBITRE AGRÉÉ/ARBITRE AGRÉÉE (Arb.A)

Principes Critères Protocole Compétences. aux fins de l obtention du titre de. ARBITRE AGRÉÉ/ARBITRE AGRÉÉE (Arb.A) Principes Critères Protocole Compétences aux fins de l obtention du titre de ARBITRE AGRÉÉ/ARBITRE AGRÉÉE (Arb.A) I INTRODUCTION L arbitrage est un processus par lequel les parties prenantes à un différend

Plus en détail

Charte des fournisseurs de gaz naturel

Charte des fournisseurs de gaz naturel Charte des fournisseurs de gaz naturel dans le cadre de leur relation avec une clientèle professionnelle Depuis le 1er juillet 2004, tous les clients professionnels peuvent choisir librement leur fournisseur

Plus en détail

AU PROGRAMME DE CRÉDIT D IMPÔT POUR CAPITAL DE RISQUE DE PETITES ENTREPRISES

AU PROGRAMME DE CRÉDIT D IMPÔT POUR CAPITAL DE RISQUE DE PETITES ENTREPRISES Emploi et Économie GUIDE D ACCÈS AU PROGRAMME DE CRÉDIT D IMPÔT POUR CAPITAL DE RISQUE DE PETITES ENTREPRISES établi conformément aux articles s. 11.13 à 11.17 de la Loi de l impôt sur le revenu (Manitoba)

Plus en détail

Turquie. Date d adoption de la Loi : 9 novembre 2007 CHAPITRE 1. Objectif, Champ d application, Définitions et Abréviations

Turquie. Date d adoption de la Loi : 9 novembre 2007 CHAPITRE 1. Objectif, Champ d application, Définitions et Abréviations Turquie Traduction non officielle 1 de la Loi n o 5710 2 relative à la construction et à l exploitation de centrales nucléaires et à la vente de l énergie produite par ces centrales Date d adoption de

Plus en détail

Publication : 19 novembre 2008 BANQUE DU CANADA RÈGLES RÉGISSANT LES AVANCES AUX INSTITUTIONS FINANCIÈRES

Publication : 19 novembre 2008 BANQUE DU CANADA RÈGLES RÉGISSANT LES AVANCES AUX INSTITUTIONS FINANCIÈRES Publication : 19 novembre 2008 BANQUE DU CANADA RÈGLES RÉGISSANT LES AVANCES AUX INSTITUTIONS FINANCIÈRES 1. GÉNÉRALITÉS Les présentes Règles constituent les lignes directrices générales et la procédure

Plus en détail

POLITIQUE D OCTROI DES DONS ET COMMANDITES

POLITIQUE D OCTROI DES DONS ET COMMANDITES POLITIQUE D OCTROI DES DONS ET COMMANDITES 1 CADRE GÉNÉRAL 1.1 Politique NOTRE RÔLE SOCIAL Centre visuel s est doté d une politique. Elle prévoit spécifiquement que Centre visuel doit contribuer au dynamisme

Plus en détail

CIRCULAIRE N 02/00 RELATIVE AU PLACEMENT DE VALEURS MOBILIERES DANS LE CADRE D OPERATIONS D APPEL PUBLIC A L EPARGNE

CIRCULAIRE N 02/00 RELATIVE AU PLACEMENT DE VALEURS MOBILIERES DANS LE CADRE D OPERATIONS D APPEL PUBLIC A L EPARGNE Rabat, le 11 juillet 2000 CIRCULAIRE N 02/00 RELATIVE AU PLACEMENT DE VALEURS MOBILIERES DANS LE CADRE D OPERATIONS D APPEL PUBLIC A L EPARGNE Aux termes de l article 1 er du Dahir portant loi n 1-93-212

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

1. L incorporation des dispositions de la directive européenne CRDIII

1. L incorporation des dispositions de la directive européenne CRDIII Rapport annuel relatif à la politique et aux pratiques en termes de rémunération (Article 43.1 du Règlement CRBF n 97-02 modifié par l arrêté du 13 décembre 2010) 1. L incorporation des dispositions de

Plus en détail

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers GUIDE DE PRÉSENTATION PORTANT SUR LA CONFORMITÉ D UNE CESSION D ENTREPRISE PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC Mars 2008 Autorité des marchés financiers Ce document a été produit par la Surintendance

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION VLS France JCDecaux

CHARTE DE LA MEDIATION VLS France JCDecaux CHARTE DE LA MEDIATION VLS France JCDecaux 1. Définition de la médiation institutionnelle La médiation institutionnelle est un processus structuré par lequel des consommateurs tentent, en dehors de leur

Plus en détail

Régime de capital des sociétés de portefeuille d assurances et des sociétés d assurance-vie inactives

Régime de capital des sociétés de portefeuille d assurances et des sociétés d assurance-vie inactives Ligne directrice Objet : d assurances et des sociétés d assurance-vie inactives Catégorie : Capital N o : A-2 Date : Juillet 2005 Introduction La présente ligne directrice décrit le régime de capital applicable

Plus en détail

Banque Attijari de Tunisie -Attijari bank- 95, avenue de la Liberté -1002 Tunis -

Banque Attijari de Tunisie -Attijari bank- 95, avenue de la Liberté -1002 Tunis - Augmentation de capital VISAS du Conseil du Marché Financier : Portée du visa du CMF : Le visa du CMF, n implique aucune appréciation sur l opération proposée. Le prospectus est établi par l émetteur et

Plus en détail

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

Procé duré dé traitémént dés plaintés dé PREVAL (la Socié té )

Procé duré dé traitémént dés plaintés dé PREVAL (la Socié té ) Procé duré dé traitémént dés plaintés dé PREVAL (la Socié té ) Les relations avec la clientèle privée ou institutionnelle sur la place financière luxembourgeoise exigent des professionnels du secteur financier

Plus en détail

GROUPEMENT EUROPEEN D'INTERET ECONOMIQUE (GEIE) PARIS EUROLAW WORLD NET ASSOCIATION DE DROIT FRANÇAIS PARIS

GROUPEMENT EUROPEEN D'INTERET ECONOMIQUE (GEIE) PARIS EUROLAW WORLD NET ASSOCIATION DE DROIT FRANÇAIS PARIS GROUPEMENT EUROPEEN D'INTERET ECONOMIQUE (GEIE) PARIS EUROLAW WORLD NET ASSOCIATION DE DROIT FRANÇAIS PARIS REGLEMENT INTERIEUR 2004 Article 1 er : ADHESION D UN NOUVEAU MEMBRE 1.1 Le profil requis Tout

Plus en détail

Conditions financières du prêt flexible de la BIRD (IFL)

Conditions financières du prêt flexible de la BIRD (IFL) 1. Informations sur le prêt Instructions pour compléter le formulaire de sélection des conditions du prêt Conditions financières du prêt flexible de la BIRD (IFL) 1a. Nom du pays : le nom officiel du pays

Plus en détail

Formulaire d avenant du Québec F.A.Q. N o 34 Assurance de personnes

Formulaire d avenant du Québec F.A.Q. N o 34 Assurance de personnes Formulaire d avenant du Québec F.A.Q. N o 34 Assurance de personnes Le titre de l avenant doit être écrit à la section «Conditions particulières» du contrat d assurance. Quant aux informations requises

Plus en détail

ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DE MAURICE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DE MADAGASCAR

ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DE MAURICE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DE MADAGASCAR République de Maurice ACCORD DE PROMOTION ET DE PROTECTION RÉCIPROQUE DES INVESTISSEMENTS ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DE MAURICE ET LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DE MADAGASCAR - 2 - ACCORD

Plus en détail

Modalités d application du mécanisme de prise en pension à plus d un jour de titres privés du marché monétaire

Modalités d application du mécanisme de prise en pension à plus d un jour de titres privés du marché monétaire Modalités d application du mécanisme de prise en pension à plus d un jour de titres privés du marché monétaire Caractéristiques de l opération Type d adjudication Contreparties admissibles La date et le

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME DES SECTEURS MANUFACTURIER ET PRIMAIRE INVESTISSEMENT QUÉBEC

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME DES SECTEURS MANUFACTURIER ET PRIMAIRE INVESTISSEMENT QUÉBEC CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME DES SECTEURS MANUFACTURIER ET PRIMAIRE INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales Table des matières Société admissible... 3 Société

Plus en détail

INSTRUCTIONS DE DEMANDE DE SUBVENTION ET FORMAT D OFFRE POUR LES CANDIDATS D OUTRE-MER

INSTRUCTIONS DE DEMANDE DE SUBVENTION ET FORMAT D OFFRE POUR LES CANDIDATS D OUTRE-MER INSTRUCTIONS DE DEMANDE DE SUBVENTION ET FORMAT D OFFRE Introduction POUR LES CANDIDATS D OUTRE-MER Ce document est destiné à aider les candidats d outre-mer à comprendre les procédures de candidature

Plus en détail

Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec

Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec Octobre 2013 Bureau du contrôleur général Pourquoi est-ce important? Les Canadiens s attendent

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

Charte des fournisseurs d électricité

Charte des fournisseurs d électricité Charte des fournisseurs d électricité dans le cadre de leur relation avec une clientèle professionnelle Depuis le 1er juillet 2004, tous les clients professionnels peuvent choisir librement leur fournisseur

Plus en détail

ENTRÉE EN VIGUEUR : 2014-12-04 REMPLACE : 2014-03-06 APPROUVÉE PAR : CONSEIL D ADMINISTRATION APPROUVÉE LE : 2014-12-04

ENTRÉE EN VIGUEUR : 2014-12-04 REMPLACE : 2014-03-06 APPROUVÉE PAR : CONSEIL D ADMINISTRATION APPROUVÉE LE : 2014-12-04 ENTRÉE EN VIGUEUR : 2014-12-04 REMPLACE : 2014-03-06 APPROUVÉE PAR : CONSEIL D ADMINISTRATION APPROUVÉE LE : 2014-12-04 PAGE : 1 DE : 9 POLITIQUE SUR LES VOYAGES ET LES ACTIVITÉS D ACCUEIL DU CONSEIL D

Plus en détail

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Ordonnance de la Banque nationale, OBN) Modification du 7 mai 2014 La Banque nationale suisse arrête: I L ordonnance du 18 mars 2004

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Toronto-Dominion Centre Toronto (Ontario) Canada M5K 1A2 Le 28 février 2000 Avis de distribution Le présent document doit être accompagné d un exemplaire de tous

Plus en détail

Participation du secteur privé dans les infrastructures hydrauliques au Liban 8-9 Mars 2010 Beyrouth

Participation du secteur privé dans les infrastructures hydrauliques au Liban 8-9 Mars 2010 Beyrouth Participation du secteur privé dans les infrastructures hydrauliques au Liban 8-9 Mars 2010 Beyrouth «Offrir les meilleures garanties aux PPP» Morgan Mozas Chargé de projet développement durable Les Pré-requis

Plus en détail

Explications concernant les types de crédits

Explications concernant les types de crédits Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des finances AFF Explications concernant les types de crédits Types de crédits et plafonds de dépenses L Assemblée fédérale dispose de différents

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. RAISON D ÊTRE La présente charte décrit le rôle du conseil d administration (le «conseil») d Aimia Inc. (la «Société»). La présente charte est assujettie aux dispositions

Plus en détail

Introduction. Activités admissibles. Objectifs. Domaines visés. Guide des candidatures de 2015

Introduction. Activités admissibles. Objectifs. Domaines visés. Guide des candidatures de 2015 Guide des candidatures 2015 Introduction Dans tout l Ontario, il y a beaucoup d entreprises, d organismes, de collectivités et de particuliers qui font plus que ce qui est requis par la législation environnementale,

Plus en détail

MODULE 6 - États financiers

MODULE 6 - États financiers - Introduction. 103 Résultats visés. 104 Notes à l intention du formateur. 105 Qu est-ce que la comptabilité?. 105 L «équation comptable»... 106 Terminologie comptable 107 Actif 107 Passif.. 107 Avoir

Plus en détail

RÈGLEMENTS DU CONCOURS Gagnez une certification en ligne SMART

RÈGLEMENTS DU CONCOURS Gagnez une certification en ligne SMART RÈGLEMENTS DU CONCOURS Gagnez une certification en ligne SMART 1. DURÉE DU CONCOURS Le concours «Gagnez une certification!» (ci-après le «Concours») est organisé par Marcotte Systèmes (ci-après l «Organisateur»).

Plus en détail

L INTERVENTION DE COFACE EN FINANCEMENT DE PROJET

L INTERVENTION DE COFACE EN FINANCEMENT DE PROJET L INTERVENTION DE COFACE EN FINANCEMENT DE PROJET 1 Sommaire 1) La Coface 2) Les conditions d intervention de Coface 3) Les règles OCDE en Financement de Projet 4) Les risques couverts 5) Rôle de Coface

Plus en détail