2. La croissance de l entreprise

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "2. La croissance de l entreprise"

Transcription

1 2. La croissance de l entreprise HEC Lausanne Vincent Dousse

2 2.1. Les succursales Définition: Etablissement commercial qui, sous la dépendance d une entreprise dont elle fait juridiquement partie(établissement principal ou siège), exerce d une façon durable, dans des locaux séparés, une activité similaire, en jouissant d une certaine autonomie dans le monde économique et celui des affaires (MIC 2, p. 121) Ouverture de bureau de vente / nouvelle unité de production dans une autre région Filiale (juridiquement indépendante) ou succursale (juridiquement dépendante) 2

3 2.1. Les succursales Inscription de la succursale au RC (art. 935 CO) Raison de commerce identique à celle de l établissement principal (art. 952 CO) Le gérant: Placé à la tête de la succursale Bénéficie d une certaine autonomie Responsabilités au niveau de la gestion 3

4 2.1. Les succursales Autonomie et responsabilités du gérant La comptabilité de la succursale doit mettre en évidence les résultats de la succursale Comptabilité autonome ou intégrée Consolidation au niveau du siège avec éliminations: Des transactions internes Des marges internes non réalisées Des c/c internes 4

5 2.1. Les succursales Succursales à l étranger: Problèmes de conversion des transactions et des postes du bilan libellés en devises étrangères Transactions: Conversion au cours du jour Méthode du taux de clôture: Tous les postes du bilan sont convertis au cours de clôture (selon RPC, les écarts de change sont virés à PP; selon CO il est possible de ne virer à PP que les pertes de change) Autres méthodes admises (CO) 5

6 2.2. Le consortium Cas particulier de société simple (contrat de société simple sans forme requise; en pratique, le contrat est écrit et très détaillé) Pas de personnalité juridique Les associés sont responsables solidairement des dettes du consortium, sauf convention contraire (art. 544 al. 3 CO) 6

7 2.2. Le consortium Opérations particulières liées au consortium: Mise à disposition de capitaux par les associés en faveur du consortium et versements de capitaux aux associés Achats de biens et de prestations de services par le consortium (ou par les associés pour le consortium) Charges relatives au consortium constatées dans les comptes des associés (charges identifiables telles que les matières et les salaires; charges non identifiables tels que la participation aux frais généraux) Amortissements des immobilisations du consortium 7

8 2.2. Le consortium Ventes du consortium Paiements des fournisseurs et des autres créanciers du consortium effectués par le consortium ou par un associé (pour le consortium) Versements des clients du consortium en faveur du consortium (ou en faveur d un associé, pour le consortium) Répartition périodique aux associés Répartition de la part du résultat du consortium (méthode PoC; Percentage-of-Completion) Répartition des amortissements des immobilisations du consortium (récupérés dans les ventes) 8

9 2.2. Le consortium Comptabilité des affaires en consortium: Comptabilité intégrée à celle du gérant La comptabilité du consortium est tenue dans la même comptabilité que celle du gérant (intégrée) Séparation des éléments liés au consortium dans des comptes distincts Ouverture de comptes courants avec les associés Inscription dans la comptabilité des associés non gérants des opérations qu ils réalisent avec le consortium Répartition aux autres associés de leur part du résultat et de leur part des amortissements du consortium récupérée dans les ventes 9

10 2.2. Le consortium Comptabilité des affaires en consortium: Comptabilité autonome La comptabilité du consortium est tenue séparément de celle des associés Ouverture de comptes courants avec les associés Inscription dans la comptabilité de chaque associé des opérations qui les concernent, de leur part du résultat et de leur part des amortissements du consortium récupérée dans les ventes 10

11 2.2. Le consortium Evaluations dans les comptes annuels des associés Mêmes méthodes d évaluation Comptabilisation de la part du bénéfice selon la méthode PoC (Percentage-of-Completion) Si le projet, dans son ensemble, laisse entrevoir des pertes, les associés doivent les provisionner entièrement dès qu ils en ont connaissance (moment déterminant: signature du contrat) Provision pour d éventuels défauts de paiement des autres associés (responsabilité solidaire) 11

12 2.2. Le consortium Présentation des affaires du consortium dans les comptes annuels des associés Bilan: - Mention séparée de la part des actifs et des dettes du consortium «Part 50% des actifs du consortium; part 50% des dettes du consortium» - Mention de la part de chaque actif et de chaque dette sous les rubriques correspondantes - Mention de la part du capital investi dans le consortium (méthode déconseillée) 12

13 2.2. Le consortium Compte de résultat: - Mention séparée de la part de l associé dans les différents produits et charges du consortium - Mention de la part de résultat dans le consortium (pas recommandé; ne respecte pas le principe de la non-compensation) Annexe: art. 663b Ch. 1 CO: - Montant global des cautionnements, obligations de garantie et constitutions de gages en faveur de tiers: Indication de la part des tiers dans les dettes du consortium - Indication de la méthode d intégration des affaires en consortium 13

14 2.3. L acquisition de participations Acquisition d une part du capital d une autre entreprise, en espèces ou par échange d actions Participation majoritaire ou minoritaire (impact sur les comptes consolidés) Evaluation dans les comptes individuels: Au plus au coût d acquisition déduction faite des corrections de valeur nécessaires (art. 665 CO) Consolidation 14

15 2.4. L augmentation du capital Aspects économiques La croissance de l entreprise entraîne des besoins de capitaux (origine: autofinancement, endettement, leasing, apports des propriétaires) Financement des investissements et/ou du besoin de fonds de roulement par les anciens et/ou de nouveaux actionnaires pour assurer une base financière solide Apports: En espèces, en nature, par compensation de dettes ou par conversion de réserves Cas particulier de la fusion et de l acquisition d entreprise par échange d actions 15

16 2.4. L augmentation du capital Formes de l augmentation du capital: Voie ordinaire (art. 650; h CO) Voie autorisée (art h CO) Voie conditionnelle (art i CO) 16

17 2.4. L augmentation du capital L augmentation ordinaire: Aspects juridiques (art. 650; h CO) Décision de l AG (forme authentique) Mentions obligatoires de la décision de l AG (art. 650 al. 2 CO) Souscription des nouvelles actions Prospectus d émission (lorsque des actions nouvelles sont offertes au public) Droit préférentiel de souscription (voir plus bas) Libération des apports (idem règles de la fondation) 17

18 2.4. L augmentation du capital Rapport d augmentation du capital établi par le conseil d administration Attestation de vérification du rapport d augmentation établi par un réviseur agréé (sauf cas particuliers) Modification des statuts Inscription au RC 18

19 2.4. L augmentation du capital L augmentation autorisée: Aspects juridiques (art h CO) Décision de l AG (forme authentique) qui autorise le CA à augmenter le capital-actions dans un délai de deux ans au maximum Capital autorisé: Montant nominal du capital-actions que le CA peut augmenter par la voie autorisée (maximum ½ du capital-actions existant avant l augmentation) Mentions dans les statuts Dispositions communes à l augmentation ordinaire pour la souscription, le prospectus d émission, les apports, le droit préférentiel de souscription, la libération des apports, le rapport d augmentation du capital, l attestation de vérification, la modification des statuts et l inscription au RC 19

20 2.4. L augmentation du capital L augmentation conditionnelle: Aspects juridiques (art i CO) Décision de l AG (forme authentique) qui accorde dans les statuts le droit d acquérir des actions nouvelles aux créanciers de nouvelles obligations d emprunt ou aux travailleurs Capital conditionnel: Maximum 1/2 du capital-actions existant Protection des anciens actionnaires: Droit de souscription préférentiel Protection des titulaires de droit d option et de conversion Procédure 20

21 2.4. L augmentation du capital Aspects fiscaux Droit de timbre à l émission (création et augmentation de la valeur nominale, à titre onéreux ou gratuit de droits de participation, notamment d actions): 1% des versements effectués mais au moins 1% de la valeur nominale (art. 5s LT) (franchise de CHF sur le capital total) Emission d obligations: Droit de timbre: 1,2 pour mille de la valeur nominale pour chaque année entière ou commencée de la durée maximale (art. 9 LT) 21

22 2.4. L augmentation du capital Aspects comptables Augmentation ordinaire et autorisée: Souscription, libération, frais d augmentation du capital, traitement de l agio (idem cas de la fondation) Augmentation par la voie conditionnelle: - Conversion des obligations convertibles - Exercice du droit d option (emprunt à option) 22

23 2.4. L augmentation du capital Le droit de souscription préférentiel Art. 652b CO: Tout actionnaire a droit à la part des actions nouvellement émises qui correspond à sa participation antérieure Ce droit ne peut être limité ou supprimé que pour justes motifs, notamment pour l acquisition d entreprises ou de participations et pour la participation des travailleurs (al. 2) Calcul du droit Négoce du droit 23

24 2.5. La réduction du capital Aspects économiques Réduction par le remboursement de la valeur nominale (franc d impôt) Réduction par le rachat d actions suivi de la cancellation d actions Buts de la réduction du capital - Améliorer la rentabilité des capitaux propres - Faire augmenter le cours de l action - Restituer le cash aux actionnaires en fin de cycle (lorsqu il n y a pas d opportunité d investissement, que le niveau des dettes est bas et que les liquidités sont importantes) 24

25 2.5. La réduction du capital Aspects juridiques Procédure: (art CO) Décision de l AG Un réviseur agréé doit confirmer dans un rapport de révision que les créances sont entièrement couvertes par le capital-actions réduit Avis aux créanciers et 3 publications dans la FOSC La réduction ne peut avoir lieu qu après le délai imparti aux créanciers est échu et qu après que les créanciers qui l ont souhaité ont été désintéressés ou garantis 25

26 2.5. La réduction du capital Aspects fiscaux Pas d impôt en cas de remboursement de la valeur nominale des actions Impôt anticipé en cas de rachat d actions en vue d une annulation des actions (sur la différence entre le prix de rachat et la valeur nominale); revenu imposable chez l actionnaire 26

27 2.5. La réduction du capital Aspects comptables Cas du remboursement de la valeur nominale: Pas de problème particulier Cas du rachat d actions suivi de l annulation d actions: 1 e opération rachat des actions propres (au-dessus ou en-dessous du pair); création d une réserve pour actions propres par le débit des réserves libres 2 e opération: annulation des actions: le gain comptable est affecté aux amortissements (ou en réserves); dissolution de la réserve pour actions propres 27

28 2.6. L information financière Croissance de l entreprise Besoin de capitaux Recherche de nouveaux investisseurs Information financière de qualité Vente de l entreprise Fusion Entrée en bourse Application d un référentiel connu et reconnu comme étant de qualité (IFRS, US GAAP, éventuellement en Suisse - Swiss GAAP RPC) 28

29 2.6. L information financière Normes comptables reconnues par la SWX Swiss Exchange (émetteurs ayant leur siège social en Suisse; état au ) GAAP Émetteurs de droits de participation: Swiss GAAP RPC IFRS US Segment principal x x Segment SWX «compatible UE» x x Segment des sociétés d'investissement x x x Segment des sociétés immobilières x x x Segment SWX Local Caps x x x Émetteurs de droits de créance exclusivement x x x 29

30 2.7. Les Swiss GAAP RPC Public cible des Swiss GAAP RPC Sociétés cotées (hors segment principal et SWX compatible UE) Entreprises de taille moyenne avec une portée nationale Toutes les autres sociétés ou entreprises individuelles qui, pour leur gestion et les relations avec les banques ou les propriétaires, visent la transparence Entités sociales d utilité publiques à but non lucratif Caisses de pension 30

31 2.7. Les Swiss GAAP RPC Objectifs des Swiss GAAP RPC révisées (entrée en vigueur le ) Rendre comparables les états financiers des PME suisses, par branches et dans le temps Fournir aux dirigeants des PME de meilleures bases pour gérer leur entreprise Faciliter la communication des PME suisses avec les investisseurs (notamment les banques) 31

32 2.7. Les Swiss GAAP RPC La structure modulaire des Swiss GAAP RPC révisées Le nouveau concept a une structure modulaire et comprend 4 éléments fondamentaux, soit: Le Cadre conceptuel (point central du référentiel) Les Swiss GAAP RPC fondamentales (1 à 6) Les autres Swiss GAAP RPC (10 à 29) La RPC 30 pour les comptes consolidés 32

33 2.7. Les Swiss GAAP RPC Liste des recommandations Cadre conceptuel RPC fondamentales 1. Principes 2. Evaluation 3. Présentation et structure 4. Tableau de flux de trésorerie 5. Opérations hors bilan 6. Annexe 33

34 2.7. Les Swiss GAAP RPC Autres RPC 10. Valeurs incorporelles 11. Impôts 12. Rapport intermédiaire 13. Transactions de leasing 15. Transactions avec des parties liées 16. Engagements de prévoyance 17. Stocks 18. Les immobilisations corporelles 20. Dépréciation d actifs 22. Contrats de construction 23. Provisions 24. Fonds propres et transactions avec des actionnaires 27. Instruments financiers dérivés 34

Le nouveau droit comptable Comptabilité ordinaire ou «décompte de carnet du lait» pour PME?

Le nouveau droit comptable Comptabilité ordinaire ou «décompte de carnet du lait» pour PME? Le nouveau droit comptable Comptabilité ordinaire ou «décompte de carnet du lait» pour PME? Herbert Schaller Etapes Décision du parlement le 23.12.2011 Délai référendaire échu le 13.04.2012 Première partie

Plus en détail

3. La restructuration de l entreprise

3. La restructuration de l entreprise . La restructuration de l entreprise HEC Lausanne Vincent Dousse 2007 1.1. La transformation Définition: Par une transformation, une société peut changer sa forme juridique. Ses rapports juridiques ne

Plus en détail

A. PRINCIPES D ETABLISSEMENT DES COMPTES ET D EVALUATION

A. PRINCIPES D ETABLISSEMENT DES COMPTES ET D EVALUATION ANNEXE AUX COMPTES ANNUELS 2006 A. PRINCIPES D ETABLISSEMENT DES COMPTES ET D EVALUATION Généralités L établissement des comptes se fait conformément : - aux Recommandations relatives à la présentation

Plus en détail

11 170.511. 10038 Placements à court terme sur le marché monétaire. en monnaies étrangères

11 170.511. 10038 Placements à court terme sur le marché monétaire. en monnaies étrangères 11 170.511 Annexe 1: Plan comptable: bilan Les groupes de matières de 1 à 4 chiffres ont une portée obligatoire générale. Les groupes de matières de 5 chiffres indiqués ci-dessous sont obligatoires. 5

Plus en détail

Petit déjeuner des PME et start-up 29 Juin 2012

Petit déjeuner des PME et start-up 29 Juin 2012 www.pwc.com Petit déjeuner des PME et start-up 29 Juin 2012 Affirmations des CFO Etude L optimisation du secteur financier a gagné en importance Le secteur financier est de plus en plus impliqué dans la

Plus en détail

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations La nouvelle Swiss GAAP RPC 30 regroupe toutes les règles applicables aux comptes. Ce qui implique que toutes les autres Swiss GAAP RPC font référence aux comptes individuels. Quelles sont les questions

Plus en détail

Chapitre 2 Le régime général des immobilisations...32 Section 1 Définitions...32 Section 2 Au moment de l entrée en comptabilité...

Chapitre 2 Le régime général des immobilisations...32 Section 1 Définitions...32 Section 2 Au moment de l entrée en comptabilité... 3 SOMMAIRE Introduction: Des origines de la comptabilité...17 Partie I Les sources du droit comptable luxembourgeois...19 Chapitre 1 Les sources légales...21 Section 1 Les sources internationales...21

Plus en détail

Section 3 Les brevets, les marques et les logiciels...45 1 Aspects comptables...45 A Au moment de l entrée en comptabilité...45

Section 3 Les brevets, les marques et les logiciels...45 1 Aspects comptables...45 A Au moment de l entrée en comptabilité...45 3 SOMMAIRE Introduction : Des origines de la comptabilité...17 Partie I les sources du droit comptable luxembourgeois...19 Chapitre 1 Les sources légales...21 Section 1 Les sources internationales...21

Plus en détail

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Le résumé des comptes annuels de la société Groupe Delhaize SA est présenté ci-dessous. Conformément au Code des Sociétés, les comptes annuels complets, le

Plus en détail

Le nouveau droit comptable

Le nouveau droit comptable Le nouveau droit comptable Présentation structurée et explication des principales nouveautés pour le 1er janvier 2015 Lausanne, le 1er décembre 2014 Agenda Introduction Comptabilité et présentation des

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PARTIE I : NOTIONS DE BASE SUR LA COMPTABILITÉ ET LE DROIT COMPTABLE SUISSE

TABLE DES MATIÈRES PARTIE I : NOTIONS DE BASE SUR LA COMPTABILITÉ ET LE DROIT COMPTABLE SUISSE TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... VII SOMMAIRE... IX TABLE DES MATIÈRES... XII BIBLIOGRAPHIE... XXXI ABRÉVIATIONS... XXXIV PARTIE I : NOTIONS DE BASE SUR LA COMPTABILITÉ ET LE DROIT COMPTABLE SUISSE I.

Plus en détail

Index alphabétique. CO CC LFus ORC LSR OSRev. Conversion 622 Cours d émission 624 Destruction 659,732a Division 623

Index alphabétique. CO CC LFus ORC LSR OSRev. Conversion 622 Cours d émission 624 Destruction 659,732a Division 623 Index alphabétique CO CC LFus ORC LSR OSRev A Accès aux locaux Entreprises de révision sous surveillance de l Etat 13 Acte authentique Constitution (SA) 629 Constitution (Sàrl) 777 Décision de fusion 20

Plus en détail

PRINCIPAUX INDICATEURS

PRINCIPAUX INDICATEURS 30 juin 2006 RESULTAT DE L DE L EXERCICE 2005 2005-200 2006 (Période du 1 er avril 2005 au 31 mars 2006) PRINCIPAUX INDICATEURS Chiffres Chiffres Chiffres En millions d euros consolidés consolidés consolidés

Plus en détail

CHAPITRE 20. La Société Anonyme

CHAPITRE 20. La Société Anonyme CHAPITRE 20 La Société Anonyme THEORIE : Formée par trois ou plusieurs personnes physiques ou morales. Le capital-actions de peut être inférieur à 100'000., celui-ci doit être libéré au minimum de 20 %

Plus en détail

Comptabilité générale. Prof. Jean-Pierre Chardonnens

Comptabilité générale. Prof. Jean-Pierre Chardonnens Comptabilité générale Prof. Jean-Pierre Chardonnens Éléments et processus de la comptabilité sont répertoriées dans Les transactions la comptabilité des rapports et les informations sont résumées dans

Plus en détail

IV. comptabilité et révision

IV. comptabilité et révision IV. comptabilité et révision Vous devez tenir la comptabilité de votre entreprise Vous trouverez dans ce chapitre des renseignements sur les règles et usages en vigueur pour la comptabilité et la révision

Plus en détail

MODIFICATIONS DU CODE DES OBLIGATIONS

MODIFICATIONS DU CODE DES OBLIGATIONS MODIFICATIONS DU CODE DES OBLIGATIONS 1920 MARTIGNY 1951 SION 3963 CRANS-MONTANA 1870 MONTHEY 3960 SIERRE 1205 GENÈVE www.fidag-sa.ch TABLE DES MATIERES 1. Droit de la révision comptable... 3 2. Droit

Plus en détail

PRESENTATION DES COMPTES DES GRANDES ENTREPRISES

PRESENTATION DES COMPTES DES GRANDES ENTREPRISES PRESENTATION DES COMPTES DES GRANDES ENTREPRISES Nouveau droit comptable PETIT DEJEUNER DES PME ET DES START-UP 31 mai 2013 Nadia Quévit, BDO Genève Page 1 Grandes entreprises - Définition Entreprises

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES 31 DECEMBRE 2002 BILANS CONSOLIDES Avant répartition ACTIF Note au 31 décembre au 31 décembre au 31 décembre en millions d'euros 2002 2001 2000 Immobilisations incorporelles

Plus en détail

Annexe 2.4 Règles comptables et directives d évaluation pour les sociétés anonymes / les clubs de National League A et B concernant l évaluation de

Annexe 2.4 Règles comptables et directives d évaluation pour les sociétés anonymes / les clubs de National League A et B concernant l évaluation de Annexe 2.4 Règles comptables et directives d évaluation pour les sociétés anonymes / les clubs de National League A et B concernant l évaluation de la capacité économique sur la base des critères économiques

Plus en détail

Evolution future du référentiel comptable en Suisse

Evolution future du référentiel comptable en Suisse Evolution future du référentiel comptable en Suisse PETIT DEJEUNER DES PME ET START-UP Service de la Promotion Economique Genève, le 29 juin 2012 Présentateur: Matthias Paffrath, BDO Genève Page 1 EVOLUTION

Plus en détail

1. La fondation de l entreprise

1. La fondation de l entreprise 1. La fondation de l entreprise HEC Lausanne Vincent Dousse 2007 1 1.1. Créer ou reprendre une entreprise? Notoriété Investissement initial Charges fixes Engagements cachés (risques) Profits 2 1.2. Choix

Plus en détail

Nouvelles exigences en matière de présentation des comptes et de révision

Nouvelles exigences en matière de présentation des comptes et de révision www.pwc.ch Nouvelles exigences en matière de présentation des comptes et de révision Aperçu des modifications du Code des obligations suisse Décembre 2011 Un document PwC destiné aux responsables de la

Plus en détail

Petit déjeuner des PME et des start-up Implications fiscales du Nouveau Droit Comptable (NDC)

Petit déjeuner des PME et des start-up Implications fiscales du Nouveau Droit Comptable (NDC) Petit déjeuner des PME et des start-up Implications fiscales du Nouveau Droit Comptable (NDC) Le 30 janvier 2015 Yi-Xin Tseng Corporate Tax Senior Manager Agenda 1. Principe de déterminance 2. Obligation

Plus en détail

Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application. Robert OBERT. avec corrigés

Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application. Robert OBERT. avec corrigés Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application avec corrigés Robert OBERT Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application Robert OBERT Dunod,

Plus en détail

Société fiduciaire. Lausanne. Le nouveau droit comptable

Société fiduciaire. Lausanne. Le nouveau droit comptable Société fiduciaire Lausanne Le nouveau droit comptable Le nouveau droit comptable -2- Le nouveau droit comptable -3- Table des matières Petite rétrospective Nouvelle structure au niveau du Code des obligations

Plus en détail

Tradition Securities and Futures

Tradition Securities and Futures COMPTES ANNUELS au 31 décembre 2007 de Tradition Securities and Futures Tradition Securities & Futures BILAN AU 31 DECEMBRE 2007 (En milliers d euros) Notes 31.12.2007 31.12.2006 ACTIF Opérations interbancaires

Plus en détail

Le nouveau droit comptable dès le 1 er janvier 2013

Le nouveau droit comptable dès le 1 er janvier 2013 Le nouveau droit comptable dès le 1 er janvier 2013 changements importants? Sommaire Principes Bilan Compte de résultat Annexe Flux de trésorerie Rapport annuel Positions choisies Fiscalité 1 Principes

Plus en détail

TRANSITION AUX NORMES IFRS (International Financial Reporting Standards)

TRANSITION AUX NORMES IFRS (International Financial Reporting Standards) TRANSITION AUX NORMES IFRS (International Financial Reporting Standards) CONTEXTE En application du règlement européen n 1606/2002 adopté le 19 juillet 2002, les sociétés faisant appel public à l épargne

Plus en détail

Le nouveau droit comptable. théorie et cas pratiques - présentation du 2 décembre 2015

Le nouveau droit comptable. théorie et cas pratiques - présentation du 2 décembre 2015 théorie et cas pratiques - présentation du 2 décembre 2015 Gilles Chanez associé, responsable du département comptable expert-comptable diplômé, expert-réviseur agréé Il dispose de plus de 25 ans d expérience

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL 2009

RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL 2009 RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL 2009 S O M M A I R E ATTESTATION DU RESPONSABLE DU RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL 2009 3 RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR L INFORMATION FINANCIERE SEMESTRIELLE 2009 4

Plus en détail

Nouveau droit comptable (NDC) Principes du NDC et dispositions transitoires

Nouveau droit comptable (NDC) Principes du NDC et dispositions transitoires Nouveau droit comptable (NDC) Principes du NDC et dispositions transitoires 30 janvier 2015 Petit déjeuner des PME et des start-up FER, Genève Audit.Tax.Consulting.Corporate Finance. Agenda Nouveau droit

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES COMMENTAIRES GÉNÉRAUX SUR LES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS

TABLE DES MATIÈRES COMMENTAIRES GÉNÉRAUX SUR LES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS COMMENTAIRES GÉNÉRAUX SUR LES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS Application... 1 Normes comptables canadiennes pour les entreprises à capital fermé... 2 Applicabilité pour toutes les entreprises à capital fermé...

Plus en détail

Séminaire Pro-Economy Tableau des flux de trésorerie. Janvier 2014

Séminaire Pro-Economy Tableau des flux de trésorerie. Janvier 2014 Séminaire Pro-Economy Tableau des flux de trésorerie Janvier 2014 Table des matières Etablissement du tableau des flux de trésorerie méthode? Quelles informations a en tirer? 2 1. Contexte - Obligations

Plus en détail

Déclaration de responsabilité de la direction pour la présentation de l information financière

Déclaration de responsabilité de la direction pour la présentation de l information financière Déclaration de responsabilité de la direction pour la présentation de l information financière L établissement, la présentation et l intégrité des états financiers consolidés ci-joints, du rapport de gestion

Plus en détail

Avis de la direction : Ces états financiers intermédiaires n ont pas fait l objet d un examen par les vérificateurs externes de la compagnie.

Avis de la direction : Ces états financiers intermédiaires n ont pas fait l objet d un examen par les vérificateurs externes de la compagnie. PricewaterhouseCoopers s.r.l. Comptables agréés Place de la Cité, Tour Cominar 2640, boulevard Laurier, bureau 1700 Sainte-Foy (Québec) Canada G1V 5C2 Téléphone +1 (418) 522 7001 Télécopieur +1 (418) 522

Plus en détail

ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France

ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France Téléphone : +33 (0)4 37 64 78 00 Télécopie : +33 (0)4 37 64 78 78 Site internet : www.kpmg.fr

Plus en détail

Groupe PwC Audit. États financiers consolidés Exercice de 12 mois clos le 30 juin 2007

Groupe PwC Audit. États financiers consolidés Exercice de 12 mois clos le 30 juin 2007 États financiers consolidés Exercice de 12 mois clos le 30 juin 2007 Sommaire 01 Bilan consolidé 5 02 Compte de résultat consolidé 6 03 Tableau de variation des capitaux propres consolidés 7 04 Tableau

Plus en détail

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 O:\Ifw-daten\IFW-FF\14 FinMaerkte_FinPlatzPolitik\143.2 FM CH Statistik\Publ Kennzahlen\Kennzahlen_Dezember08\Internet\Kennzahlen_CD-

Plus en détail

CHAPITRE 17. Opérations relatives aux titres. - Les bourses sont des marchés qui fonctionnent dans le cadre du jeu de l offre et de la demande.

CHAPITRE 17. Opérations relatives aux titres. - Les bourses sont des marchés qui fonctionnent dans le cadre du jeu de l offre et de la demande. CHAPITRE 17 Opérations relatives aux titres - Les bourses sont des marchés qui fonctionnent dans le cadre du jeu de l offre et de la demande. - Il y a par ex: o Bourses des valeurs pour le commerce des

Plus en détail

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Règlement de la Banque d n 92-08 du 17 novembre 1992 Le Gouverneur de la Banque d, Vu la Loi n 88-01

Plus en détail

Résultats 1. Bilan 2. Déficit et surplus d apport 3. Flux de trésorerie 4. Notes afférentes aux états financiers 5-11

Résultats 1. Bilan 2. Déficit et surplus d apport 3. Flux de trésorerie 4. Notes afférentes aux états financiers 5-11 RAPPORT FINANCIER INTERMÉDIAIRE ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS Résultats 1 Bilan 2 Déficit et surplus d apport 3 Flux de trésorerie 4 Notes afférentes aux états financiers 5-11 1 RÉSULTATS CONSOLIDÉS POUR

Plus en détail

Révision du droit comptable 30 novembre 2010, CERM Martigny

Révision du droit comptable 30 novembre 2010, CERM Martigny 30 novembre 2010, CERM Martigny Agenda Introduction Principales nouveautés du projet Procédures en cours et prochaines étapes 2 Introduction Le projet du Conseil fédéral poursuit 4 objectifs principaux

Plus en détail

NoventusCollect. Règlement de placement Selon les disposition de l ordonnance OPP 2

NoventusCollect. Règlement de placement Selon les disposition de l ordonnance OPP 2 NoventusCollect Règlement de placement Selon les disposition de l ordonnance OPP 2 Édition 2004 Placements en pool de type K Table des matières A Généralités 3 Art. 1 Objectifs de la politique de placement

Plus en détail

Comptabilité générale

Comptabilité générale Jean-Pierre Chardonnens Comptabilité générale Adoc Editions SA Du même auteur En français Comptabilité générale, 8ème édition, 2012. Comptabilité des sociétés, 6ème édition, 2012. Comptabilité des groupes,

Plus en détail

BILAN CONSOLIDE ACTIF IMMOBILISE 6 605 2 009 4 596 3 960 CAPITAUX PROPRES DE L'ENSEMBLE 18 825 16 232

BILAN CONSOLIDE ACTIF IMMOBILISE 6 605 2 009 4 596 3 960 CAPITAUX PROPRES DE L'ENSEMBLE 18 825 16 232 GROUPE TRILOGIQ BILAN CONSOLIDE En KEuros ACTIF 30/09/2007 31/03/2007 PASSIF 30/09/2007 31/03/2007 Note Brut Amortis. Net Note Annexe et provisions Annexe ACTIF IMMOBILISE 6 605 2 009 4 596 3 960 CAPITAUX

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDES DU GROUPE BOUYGUES

COMPTES CONSOLIDES DU GROUPE BOUYGUES BILAN CONSOLIDE AU 30 SEPTEMBRE 2008 ACTIF 09/2008 12/2007 09/2007 Net Net Net Immobilisations corporelles 5 948 5 564 5 271 Immobilisations incorporelles 1 166 1 073 1 013 Goodwill 5 164 5 123 5 086 Entités

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 31 mars 2015

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 31 mars 2015 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 30 avril 2015 Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 31 mars 2015 La Banque nationale

Plus en détail

Titre vingt-sixième: De la société anonyme 211 Chapitre premier: Dispositions générales

Titre vingt-sixième: De la société anonyme 211 Chapitre premier: Dispositions générales Chapitre IV: Dissolution, liquidation, prescription Art. 619 1 Les dispositions régissant la société en nom collectif sont applicables à la dissolution et à la liquidation de la société en commandite,

Plus en détail

Comptes d immobilisations (Classe 2)

Comptes d immobilisations (Classe 2) Comptes d immobilisations (Classe 2) Les comptes d immobilisations sont débités, à la date d entrée des biens dans le patrimoine de l entité : de la valeur d apport ; du coût d acquisition ; du coût de

Plus en détail

SATIMO SITUATION CONSOLIDEE AU 30.09.2008

SATIMO SITUATION CONSOLIDEE AU 30.09.2008 SATIMO SITUATION CONSOLIDEE AU 30.09.2008 2. 1. PRESENTATION DE LA SITUATION CONSOLIDEE 30.09.2008 1.1. BILAN Le bilan consolidé au 30 septembre est le suivant : LIBELLES (EN K ) 30.09.2008 31.03.2008

Plus en détail

Swiss GAAP RPC. Recommandations relatives à la présentation des comptes. www.pwc.ch

Swiss GAAP RPC. Recommandations relatives à la présentation des comptes. www.pwc.ch www.pwc.ch Swiss Recommandations relatives à la présentation des comptes Check-list relative à la publication des comptes consolidés et des comptes individuels Edition 2013 Introduction En Suisse, les

Plus en détail

Pratique du Droit et du système comptable OHADA

Pratique du Droit et du système comptable OHADA Jacques Njampiep Pratique du Droit et du système comptable OHADA Volume 1 : Solutions aux Exercices & Etudes de cas de Comptabilité générale Editions ECC/RFA Du même auteur Déjà parus : Pratique du Droit

Plus en détail

Comptabilité générale

Comptabilité générale Jean-Pierre Chardonnens Comptabilité générale Adoc Editions SA Du même auteur En français Comptabilité générale, 9ème édition, 2014. Comptabilité des sociétés, 6ème édition, 2012. Comptabilité des groupes,

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES CREDIT SUISSE AG

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES CREDIT SUISSE AG PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) CREDIT SUISSE AG (Succursale) Dotation : 60 244 902 Adresse de la succursale en France : 25, avenue Kléber, 75784 Paris

Plus en détail

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1 Mr ABBOUDI MED Presentations des etats financiers 1 Objectifs et composants 2 Principe de préparations des E F 3 Principe d identifications des E F 4 Période couverte

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL

RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL 2015 S O M M A I R E 1. ATTESTATION DU RESPONSABLE DU RAPPORT FINANCIER... 4 2. RAPPORT SEMESTRIEL D ACTIVITES... 5 2.1 FAITS MARQUANTS... 5 2.2 COMMENTAIRES SUR L ACTIVITÉ

Plus en détail

États financiers consolidés aux 30 septembre 2003 et 2002

États financiers consolidés aux 30 septembre 2003 et 2002 États financiers consolidés aux 2003 et 2002 TABLE DES MATIÈRES RÉSULTATS CONSOLIDÉS 2 BILANS CONSOLIDÉS 3 COMPTE DES CONTRATS AVEC PARTICIPATION CONSOLIDÉ 4 BÉNÉFICES NON RÉPARTIS CONSOLIDÉS DES ACTIONNAIRES

Plus en détail

RÉSUMÉ DES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RETRAITÉS DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2005/2006, CLÔTURÉ LE 30 SEPTEMBRE 2005

RÉSUMÉ DES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RETRAITÉS DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2005/2006, CLÔTURÉ LE 30 SEPTEMBRE 2005 Hal, le 11 décembre 2006 RÉSUMÉ DES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RETRAITÉS DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2005/2006, CLÔTURÉ LE 30 SEPTEMBRE 2005 Par rapport aux chiffres publiés précédemment (le 19

Plus en détail

* ex Legrand Holding SA - 1/9 - LEGRAND * COMPTES CONSOLIDES INTERMEDIAIRES NON AUDITES 31 mars 2006. Sommaire

* ex Legrand Holding SA - 1/9 - LEGRAND * COMPTES CONSOLIDES INTERMEDIAIRES NON AUDITES 31 mars 2006. Sommaire LEGRAND * COMPTES CONSOLIDES INTERMEDIAIRES NON AUDITES 31 mars 2006 Sommaire Compte de résultat consolidé 2 Bilan consolidé 3 Tableau de flux de trésorerie consolidés 5 Notes annexes 6 * ex Legrand Holding

Plus en détail

Quelques aspects fiscaux du financement

Quelques aspects fiscaux du financement Petit-déjeuner des PME 28 septembre 2012 Quelques aspects fiscaux du financement Vincent Thalmann Agenda Capital propre dissimulé (I à V) Structure simplifiée du bilan Exemple d endettement admis Détermination

Plus en détail

Directive concernant la présentation des comptes (Directive Présentation des comptes, DPC)

Directive concernant la présentation des comptes (Directive Présentation des comptes, DPC) Directive Présentation des comptes Directive concernant la présentation des comptes (Directive Présentation des comptes, DPC) Du Fondement juridique mars 05 art. 49 à 5 RC I. DISPOSITIONS GÉNÉRALES Art.

Plus en détail

Roland Grunder Administrateur et conseiller en entreprise

Roland Grunder Administrateur et conseiller en entreprise Roland Grunder Administrateur et conseiller en entreprise 1. Avantages/inconvénients des principales structures juridiques 2. Modalités de création (SA, Sàrl, Succursale) 3. Modalités de transmission 4.

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

ETATS DE SYNTHESES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2005

ETATS DE SYNTHESES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2005 ETATS DE SYNTHESES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2005 1 - BILAN CONSOLIDÉ 2 - COMPTE DE RESULTAT CONSOLIDÉ 3 - TABLEAU DE FLUX DE TRÉSORERIE CONSOLIDÉ 4 - TABLEAU DE VARIATION DES CAPITAUX PROPRES 5 IMMOBILISATIONS

Plus en détail

Passage aux normes IAS IFRS

Passage aux normes IAS IFRS Passage aux normes IAS IFRS (informations non auditées) Groupe SILICOMP SA au capital de 674.309,85 Euros Siège social : 195, rue Lavoisier ZIRST BP 1 38 330 MONTBONNOT SAINT MARTIN 345 039 416 RCS GRENOBLE

Plus en détail

AUDIT. Swiss GAAP RPC 2014/15. Vue d ensemble, comptes consolidés illustratifs et check-list. kpmg.ch

AUDIT. Swiss GAAP RPC 2014/15. Vue d ensemble, comptes consolidés illustratifs et check-list. kpmg.ch AUDIT Swiss GAAP RPC 2014/15 Vue d ensemble, comptes consolidés illustratifs et check-list kpmg.ch Table des matières Avant-propos 3 1 Normes Swiss GAAP RPC 4 Vue d ensemble et récapitulatif des recommandations

Plus en détail

Annexe 2 de la Circ.-FINMA 15/xy

Annexe 2 de la Circ.-FINMA 15/xy Les explications ci-après contiennent les principaux éléments relatifs au contenu des positions. La liste n est pas exhaustive. A2-1 Pos. 1 Actifs A2-2 Pos. 1.1 Liquidités A2-3 Les espèces et les billets

Plus en détail

LES PRINCIPES QUI GOUVERNENT LES SWISS GAAP RPC Un concept sur mesure pour des états financiers conformes à la True and Fair View

LES PRINCIPES QUI GOUVERNENT LES SWISS GAAP RPC Un concept sur mesure pour des états financiers conformes à la True and Fair View Les Swiss GAAP RPC tiennent compte des préoccupations des PME suisses, et notamment de leur souci de s assurer un rapport coût-bénéfice raisonnable. Le présent article illustre le concept des Swiss GAAP

Plus en détail

Principes de comptabilité et de gestion (II)

Principes de comptabilité et de gestion (II) Principes de comptabilité et de gestion (II) Minyue DONG Introduction du cours Objectifs Plan du cours Méthode de travail 1 Définition La société est un contrat par lequel deux ou plusieurs personnes conviennent

Plus en détail

ETATS FINANCIERS SEMESTRIELS. Données consolidées. Du 1 er Janvier 2014 au 30 Juin 2014. Page 1 sur 13

ETATS FINANCIERS SEMESTRIELS. Données consolidées. Du 1 er Janvier 2014 au 30 Juin 2014. Page 1 sur 13 ETATS FINANCIERS SEMESTRIELS Données consolidées Du 1 er Janvier 2014 au 30 Juin 2014 Page 1 sur 13 SOMMAIRE 1. Principes et méthodes de consolidation 2. Evénements significatifs postérieurs à la clôture

Plus en détail

PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS

PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS PARTIE 1 : ANALYSE DES NORMES COMPTABLES SELON LA STRUCTURE DES ÉTATS FINANCIERS PARTIE 2 : ÉTATS FINANCIERS MODÈLES MODÈLE A ÉTATS FINANCIERS NON CONSOLIDÉS

Plus en détail

1 Points du champ d'audit «Décisions et / ou approbations de la FINMA» 2 Points du champ d'audit «Questions générales relatives au rapport»

1 Points du champ d'audit «Décisions et / ou approbations de la FINMA» 2 Points du champ d'audit «Questions générales relatives au rapport» 1 Points du champ d'audit «Décisions et / ou approbations de la FINMA» A. Points d'audit «Décisions et / ou approbations de la FINMA» Exact Inexact Explications/Commentaires A1 N'y a-t-il aucune décision

Plus en détail

Présentation des comptes des PME selon le nouveau droit comptable

Présentation des comptes des PME selon le nouveau droit comptable www.pwc.ch/academy Présentation des comptes des PME selon le nouveau droit comptable 31 mai 2013 Marc Secretan Table des matières 1. Vue d ensemble 2. Dispositions 3. Présentation des comptes a. Bilan

Plus en détail

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL Il donne une vision plus économique, il présente la manière dont les emplois sont financés par les ressources. Il permet de mieux comprendre le fonctionnement de

Plus en détail

Office de la Promotion Economique du Canton de Genève

Office de la Promotion Economique du Canton de Genève Office de la Promotion Economique du Canton de Genève Aspects fiscaux et comptables du 2ème pilier Florian Magnollay Expert-comptable diplômé Expert diplômé en finance et controlling Partner, Ernst & Young

Plus en détail

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Le Canada offre des occasions d affaire à ceux qui souhaitent financer une entreprise étrangère au pays et présente tout un éventail

Plus en détail

2013 Comptes de Bouygues et de ses filiales

2013 Comptes de Bouygues et de ses filiales Présentation des RÉSULTATS ANNUELS 2013 Comptes de Bouygues et de ses filiales 26 février 2014 32 Hoche - Paris Table des matières GROUPE BOUYGUES...2 Bilan consolidé...2 Compte de résultat consolidé...3

Plus en détail

Rachat d'actions de Logitech International S.A. Modification du programme de rachat du 10 août 2010

Rachat d'actions de Logitech International S.A. Modification du programme de rachat du 10 août 2010 Rachat d'actions de Logitech International S.A. Modification du programme de rachat du 10 août 2010 Le 10 août 2010, Logitech International S.A., Apples (la «Société» ou «Logitech»), a initié un programme

Plus en détail

Loterie Romande. financier

Loterie Romande. financier 2011 Rapport financier Société de la Loterie de la Suisse Romande 13, rue Marterey Case postale 6744 1002 Lausanne CH Tél. + 41 21 348 13 13 Fax + 41 21 348 13 14 info@loro.ch www.loro.ch Sommaire Bilan

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

DUAL REAL ESTATE INVESTMENT SA ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES 30 JUIN 2015. (non audité)

DUAL REAL ESTATE INVESTMENT SA ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES 30 JUIN 2015. (non audité) DUAL REAL ESTATE INVESTMENT SA ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES 30 JUIN 2015 (non audité) Dual Real Estate Invesment SA, Fribourg Compte de résultat consolidé au 30 juin 2015 (non audité) Notes

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 septembre 2013

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 septembre 2013 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 31 octobre 2013 Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 septembre 2013 La Banque

Plus en détail

Extraits du Code des obligations (CO)

Extraits du Code des obligations (CO) Extraits du Code des obligations (CO) Titre vingt-sixième: De la société anonyme A. Définition Chapitre premier: Dispositions générales Art. 620 1 La société anonyme est celle qui se forme sous une raison

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

COMPTES SEMESTRIELS au 30 juin 2015

COMPTES SEMESTRIELS au 30 juin 2015 genoway Société anonyme au capital de 897 519,90 Siège social : 181/203, avenue Jean Jaurès - 69007 Lyon 422 123 125 RCS Lyon COMPTES SEMESTRIELS au 30 juin 2015 GenOway Comptes annuels au 30/06/2015 Page

Plus en détail

COMPTABILITÉ FINANCIÈRE 1

COMPTABILITÉ FINANCIÈRE 1 COMPTABILITÉ FINANCIÈRE PRATIQUE DE LA COMPTABILITÉ FINANCIÈRE Franz Carlen Franz Gianini Anton Riniker Edition 0 SOLUTIONS Edition originale en allemand Finanzbuchhaltung Praxis der Finanzbuchhaltung

Plus en détail

Rapport Intermédiaire 31 janvier 2002

Rapport Intermédiaire 31 janvier 2002 Rapport Intermédiaire 31 janvier p1 MESSAGE AUX ACTIONNAIRES ET COMMENTAIRES ET ANALYSE DE LA DIRECTION Au cours du premier trimestre de, Plazacorp a continué de diriger son attention sur ses activités

Plus en détail

Schéma F Description de la valeur pour options standard 1 RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX RELATIFS AUX ÉMETTEURS OU AUX DONNEURS DE SÛRETÉS...

Schéma F Description de la valeur pour options standard 1 RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX RELATIFS AUX ÉMETTEURS OU AUX DONNEURS DE SÛRETÉS... Table des matières Schéma F Description de la valeur pour options standard Table des matières Schéma F Description de la valeur pour options standard 1 RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX RELATIFS AUX ÉMETTEURS OU

Plus en détail

CHAPITRE 5 : CADRE COMPTABLE, LISTE DES COMPTES ET FICHES INDIVIDUELLES SECTION 4 : FICHES INDIVIDUELLES

CHAPITRE 5 : CADRE COMPTABLE, LISTE DES COMPTES ET FICHES INDIVIDUELLES SECTION 4 : FICHES INDIVIDUELLES SECTION 4 : FICHES INDIVIDUELLES 230 CLASSE 1 : COMPTES DE TRESORERIE ET D OPERATIONS AVEC LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT ET ASSIMILES 1 - CONTENU DE LA CLASSE 1 La classe 1 enregistre, outre les espèces,

Plus en détail

10 ELEMENTS FINANCIERS

10 ELEMENTS FINANCIERS 10 ELEMENTS FINANCIERS Page Etats financiers consolidés 223 Notes annexes aux comptes consolidés 230 Rapport des Commissaires aux comptes sur les comptes consolidés 343 Comptes sociaux 345 Notes annexes

Plus en détail

Rapport de Gestion 2008

Rapport de Gestion 2008 Rapport de Gestion 2008 2 ème partie : Rapports Financiers A. Comptes consolidés Exercice clos le 31 décembre 2008 Présentation Commerciale Groupe Affine Comptes consolidés au 31 décembre 2008 Page 2 SOMMAIRE

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 La profession comptable... 1 I. Les différents statuts de la profession comptable... 1 A. La profession comptable libérale... 1 B. La profession comptable salariée... 7 II.

Plus en détail

Règlement de placement de l EPER

Règlement de placement de l EPER Règlement de placement de l EPER Entraide Protestante Suisse Le texte allemand fait foi. 1. Principes généraux Les moyens financiers mis à disposition par les donatrices et donateurs ainsi que par les

Plus en détail

Compte de Résultat Consolidé

Compte de Résultat Consolidé Compte de Résultat Consolidé (en millions d'euros) 30.06.2004 31.12.2003 30.06.2003 Chiffre d'affaires 4 984,4 8 780,3 4 235,9 Coûts des ventes (2 854,5) (5 063,1) (2 460,3) Recherche et développement

Plus en détail

COMPTES SEMESTRIELS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2005

COMPTES SEMESTRIELS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2005 COMPTES SEMESTRIELS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2005 (En millions d'euros) ACTIF I. - Bilan consolidé (IFRS) PASSIF RUBRIQUES 30/06/2005 31/12/2004 30/06/2004 RUBRIQUES 30/06/2005 31/12/2004 30/06/2004 IFRS

Plus en détail

GROUPE ADTHINK MEDIA COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2012

GROUPE ADTHINK MEDIA COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2012 GROUPE COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2012 Bilan consolidé ACTIF 31/12/2012 31/12/2011 Ecarts d'acquisition I 3 833 125 4 477 527 Capital souscrit non appelé IMMOBILISATIONS INCORPORELLES Frais d'établissement

Plus en détail

Bienvenue. Séminaire sur le Nouveau droit comptable. Le nouveau droit comptable suisse 1

Bienvenue. Séminaire sur le Nouveau droit comptable. Le nouveau droit comptable suisse 1 Bienvenue Séminaire sur le Nouveau droit comptable Le nouveau droit comptable suisse 1 Intervenants Philippe ISAAZ Administrateur-directeur Hervé PITTET Administrateur-directeur, spécialiste en finance

Plus en détail

ANNEXE DES COMPTES CONSOLIDES ARRETES AU 30/06/2010

ANNEXE DES COMPTES CONSOLIDES ARRETES AU 30/06/2010 OBER ANNEXE DES COMPTES CONSOLIDES ARRETES AU 30/06/2010 I FAITS MAJEURS DU SEMESTRE Le Groupe Ober et Stramica ont signé le 10 décembre 2009 un protocole d accord portant sur l acquisition par Ober de

Plus en détail

Sommaire détaillé. Partie 1-Lemandat du trésorier CE... 25

Sommaire détaillé. Partie 1-Lemandat du trésorier CE... 25 Organisation de votre guide pratique du trésorier CE... 3 Guide de première connexion... 5 Accéder à votre publication sur : mode d emploi... 7 Rechercher un modèle sur www.editions-tissot.fr... 8 Sommaire

Plus en détail