EFFET D EVICTION ET STRATEGIE DE CHOIX DE PORTEFEUILLE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EFFET D EVICTION ET STRATEGIE DE CHOIX DE PORTEFEUILLE"

Transcription

1 CENTRE DE RECHERCHES, D ETUDES ET D APPUI A L ANALYSE ECONOMIQUE À MADAGASCAR EFFET D EVICTION ET STRATEGIE DE CHOIX DE PORTEFEUILLE Cahier de recherches en Analyse Economique N 10/2007 Auteur Version date RAMILISON Eric Norbert Chercheur Economiste RAKOTOARISOA Maholy Assistant - Chercheur Economiste RAJAMARISON Lazanoe Assistant - Chercheur Economiste RASOLOFO Adamson Andrianirina Assistant - Chercheur Economiste finale Juin 2007 Critère de diffusion : Publique The African Capacity Building Foundation

2 Sommaire Sommaire Résumé... I... III Acronyme et Sigle... IV Liste des illustrations... VI Liste des tableaux... VI Introduction...7 CHAPITRE 1 - L IMPORTANCE DU RECOURS EN BONS DE TRESOR PAR ADJUDICATION Généralités Concept et définition Evolution de l encours du BTA L évolution de l encours total du BTA L évolution de l encours du BTA selon les maturités L encours du BTA par rapport aux recettes Evolution des remboursements et souscriptions en BTA CHAPITRE 2 - LA POLITIQUE DE PLACEMENT DES ACTIFS Le placement en crédits à court, moyen et long terme Les politiques de crédits Arbitrage entre crédit Court, Moyen et Long terme crédit d investissement ou crédit de consommation L évolution des crédits à court, moyen et long terme Les placements en avoirs extérieurs des Banques Commerciales Les placements en avoirs extérieurs propres des Banques Les placements en avoirs extérieurs de la clientèle Evolution des avoirs extérieurs des Banques de dépôt Le placement en BTA De l arbitrage des banques entre crédit à l économie et placement en BTA L évolution du placement en BTA a.1 Evolution annuelle a.2 Evolution en glissement d une fin de période à une autre CHAPITRE 3 - ANALYSE DU CHOIX DE PORTEFEUILLE DES BANQUES Test de causalité entre les ifs et leur taux de rendement respectif Estimation des parts de cinq ifs dans le choix de portefeuille des banques La part du crédit à court terme La part du crédit à moyen terme La part du crédit à long terme La part du placement en BTA II

3 3.2.5 La part du placement en avoir extérieur Estimation des parts de quatre ifs dans le choix de portefeuille des banques La part du crédit à court terme Part des crédits à moyen et long terme La part du placement en BTA CHAPITRE 4 - SYNTHESE...37 Annexes 39 BIBLIOGRAPHIE...41 III

4 Résumé L objet de la présente étude est d analyser l effet d éviction. Toutefois, l approche retenue ne se restreint pas à l effet négatif d un emprunt public. Elle considère la créance sur l Etat comme une forme de placement parmi tant d autres à l image des crédits à court, moyen et long terme dont le secteur productif a besoin, ou encore le placement en avoir extérieur. Deux approches différentes ont été adoptées pour le besoin de l étude. La première est faite d entretien et a pour but de comprendre le comportement des banques en matière d octroi de crédit, de collecte d épargne et de placement. Elle permet de se faire une meilleure idée sur les interions possibles entre d une part les emprunts publics, les demandes de financement du secteur privé ou des prêts des banques, et enfin de mieux comprendre les mécanismes qui régissent les placements des banques. La seconde approche est faite à partir d analyse économétrique des parts des placements. Elle a pour objectif de faire ressortir les interions entre emprunt public, prêts au secteur privé et placement en avoir extérieur. Il ressort de l analyse que l effet d éviction existe bel et bien, surtout lorsque le portefeuille des banques est réparti en quatre ifs. Il se carérise par un effet négatif du rendement du placement en BTA ou en avoir extérieur sur les crédits à moyen et long terme. Par ailleurs, l analyse montre aussi que l espérance d un gain meilleur sur les crédits à moyen et long terme agit aussi négativement sur le placement en BTA et en avoir extérieur. IV

5 Acronyme et Sigle APB : Association Professionnelle des Banques BFV SG : Banky Fampandrosoana ny Varotra Société Générale BCM BIS : Banque Centrale de Madagascar : Bulletin d Information Statistiques BNI CA : Bankin ny Indostria Crédit Agricole BOA BTA CSBF DGT FPD MEFB MGA MID PME OGT UCB : Bank Of Africa : Bon de Trésor par Adjudication : Commission de Supervision Bancaire et Financière : Direction Générale du Trésor : Fonds Propre Disponible : Ministère de l Economie des Finances et du Budget : Malagasy Ariary : Marché Interbancaire de Devises : Petites et Moyennes Entreprises : Opérations Générales du Trésor : Union Commercial Bank V

6 Liste des illustrations Graphique 1-1 : Evolution des encours total par maturité (en millions d Ariary) Graphique 2-1 : Evolution des crédits accordés par les Banques (Juin 1998 Décembre 2005) Graphique 2-2 : Part des Avoirs extérieurs des Banques de Dépôts dans le total des Actifs des Banques Graphique 2-3 : Evolution de l encours total annuel du BTA pour le secteur bancaire et le secteur non bancaire Graphique 3-1 : Répartition des ifs dans le portefeuille des banques malagasy.. 28 Liste des tableaux Tableau 1-1 : Evolution de l encours du BTA par rapports aux recettes totales (en milliard MGA) Tableau 1-2 : Evolution des remboursements et souscription en BTA (en milliards MGA) Tableau 2-1 : Croissance moyenne annuelle des avoirs extérieurs des Banques Commerciales Tableau 2-2 : Evolution comparée des crédits bancaires et encours BTA (en milliards de MGA) Tableau 3-1 : Modélisation du choix de portefeuille à cinq ifs par la méthode des triples moindres carrés (sur des données mensuelles de Juin 1998 à Décembre 2005) Tableau 3-2 : Modélisation du choix de portefeuille à quatre ifs par la méthode des triples moindres carrés (sur des données mensuelles de Juin 1998 à Décembre 2005) VI

7 Introduction Motivation de l étude Pour un pays qui a connu sur une longue période un faible niveau de croissance, instaurer un climat propice à l investissement constitue une étape indispensable à toute stratégie de développement. A ce sujet, si l attrion des investissements étrangers est la plus évoquée, l épargne locale restant faible, l encouragement de l investissement domestique n est pas pour autant négligeable. D où l intérêt de cerner la question de l effet d éviction. L effet d éviction dont il est question ici est la conséquence néfaste d un endettement intérieur public sur le financement du secteur productif. Toutefois, contrairement à l approche théorique sur le cas de l économie fermée selon laquelle, une hausse de l emprunt public a pour effet d augmenter le taux d intérêt bancaire, et limitant du coup le financement pour le secteur privé, celle qui est retenue est plus générale. Elle considère la créance sur l Etat comme une forme de placement parmi tant d autres à l image des crédits à court, moyen et long terme dont le secteur a besoin, ou encore le placement en avoir extérieur. Ainsi, si d habitude, la cherté du crédit, sinon l élaboration des dossiers pour rendre un projet acceptable par les banques sont souvent pointées du doigt pour expliquer la difficulté d accès au financement, l approche retenue dans la présente étude est différente. Il s agit d analyser l effet d éviction sous l aspect d un choix de portefeuille des Banques. A cet effet, quoique depuis le second semestre 2005, l Etat a facilité la souscription des particuliers au Bon du Trésor par Adjudication (BTA), les banques jouent toujours un rôle de premier plan dans la souscription au BTA, aussi ramène-t-on l arbitrage entre octroi de crédit, placement en avoir extérieur ou en BTA à un choix de portefeuille. Méthodologie de l étude Deux approches différentes ont été retenues pour le besoin de l étude. La première est un recueil d information auprès de la Direction Générale du Trésor, des différentes banques commerciales, de la Commission de la Supervision Bancaire et Financière (CSBF), de la Banque Centrale de Madagascar (BCM). A cette occasion, des entretiens ont été faits auprès d interlocuteurs privilégiés comme les cambistes, les chargés d études connaissant la politique commerciale de leur banque d appartenance, les personnalités publiques en charge de la confection des statistiques sur les opérations globales du Trésor (OGT). Le but de ces entretiens est multiple : Dans un premier temps, il parait nécessaire de comprendre le comportement des banques en matière d octroi de crédit, de collecte d épargne et de placement ; ensuite, il va falloir chercher une meilleure idée sur les interions possibles entre d une part les emprunts publics, les demandes de financement du secteur privé ou des prêts des banques (un recoupement est de fo réalisé dès lors que les personnalités interviewées appartiennent à 7

8 des institutions différentes) ; et enfin, il parait capital de comprendre les mécanismes qui régissent les placements des banques. La collecte d informations statistiques constitue un aspect capital car la seconde approche de l étude est faite d analyse empirique des données. Ainsi, dans cette seconde approche méthodologique, on peut mettre en évidence d une part, la dépendance de l Etat à l emprunt intérieur sous forme de bon de Trésor ; et d autre part, l importance relative du crédit à court terme par rapport aux crédits à moyen ou long terme, qui sont les types de financement des investissements couramment utilisés. Une analyse économétrique des parts des placements a été aussi réalisée pour faire ressortir les interions entre emprunt public, prêts au secteur privé et placement en avoir extérieur. Plan de l Etude L étude se subdivise en quatre parties distinctes. Le premier chapitre, intitulé «l importance du recours en BTA» a pour objectif de montrer combien le recours au BTA est incontournable pour l Etat. Il s agit d observer l évolution d indicateurs comme l encours total du BTA, l encours du BTA selon les maturités, l encours du BTA par rapport aux recettes publiques, ou encore le montant des remboursements et souscriptions en BTA. L analyse montre pourquoi le BTA se présente comme un if dont la rémunération est certaine et attrayante. Le second chapitre, ayant comme titre «la politique de placement des ifs», brosse la stratégie adoptée par les banques pour mieux rentabiliser leurs ressources, dans les respects des règles prudentielles qui régissent leur ivité. L essentiel de l analyse ici découle des entretiens menés auprès des cambistes, chargés d étude dans les banques commerciales, à la CSBF, à la BCM et de la Direction Générale du Trésor Public (DGT). Mais à part le résultat des interviews, une analyse de l évolution des différents ifs est aussi faite pour corroborer ce qui a été avancé en matière de stratégie de placement des banques. Le troisième chapitre, intitulé «analyse du choix de portefeuille des banques», tente à partir d estimation économétrique d aller en profondeur dans l analyse de la stratégie de placement en mettant en évidence les interions possibles entre les ifs et leurs rendements attendus. La dernière partie synthétise les faits saillants qui ressortent tant des interviews menées auprès des eurs du système financier et bancaire que des analyses empiriques basées sur les informations statistiques utilisées. C est aussi dans cette partie que les éléments de réponse aux questions posées sur la problématique de l effet d éviction et le choix de portefeuille sont donnés. Remerciements Nous tenons à exprimer notre gratitude à l endroit des institutions suivantes : la DGT, la BCM, la CSBF, les Banques Commerciales BFV-SG, la BNI-CA, la BOA, l UCB, pour avoir bien voulu nous fournir les informations statistiques nécessaires pour la réalisation de cette étude, et pour les indications qu elles nous ont prodiguées. Ces indications nous ont été d une grande utilité : elles nous ont permis de gagner du temps dans notre travail, en nous 8

9 mettant vite au cœur de la problématique du financement du secteur productif, et de l endettement public intérieur. Notre humble souhait est que la réussite de la présente étude soit le reflet de leur prompte et franche coopération. Avertissement Les propos et interprétations avancés dans le présent document sont propres à ses auteurs mentionnés ci-dessous, et ne sauraient refléter les positions du CREAM, de la Direction Générale du Trésor Public, de la Banque Centrale, de la CSBF et des différentes Banques Commerciales de la Place. Les auteurs du présent rapport M. RAMILISON Eric Norbert Chercheur Economiste au CREAM Mlle RAKOTOARISOA Maholy Assistant Chercheur Economiste au CREAM M. RAJAMARISON Lazanoe Assistant Chercheur Economiste au CREAM M. RASOLOFO Adamson Andrianirina Assistant Chercheur Economiste au CREAM 9

10 10

11 CHAPITRE 1 - L IMPORTANCE DU RECOURS EN BONS DU TRESOR PAR ADJUDICATION 1.1 Généralités L émission de Bons du Trésor par Adjudication (ou BTA) constitue un instrument à la charge de l Etat pour contrer un emprunt. Elle est soumise à un régime bien déterminé qui fixe le montant minimum de la souscription, les maturités (ou délais) à la fin desquelles les emprunts contrés seront remboursés par l Etat, et les places où les émissions sont faites. Le recours au BTA représente donc une forme d endettement intérieur de l Etat. Au besoin, l Etat peut recourir à l emprunt public par émission de BTA, pour financer le déficit des finances publiques, c est-à-dire quand les recettes publiques (fiscales et non fiscales) n arrivent pas à couvrir toutes les dépenses que l Etat doit engager. La faiblesse de la pression fiscale dans le pays explique également le carère chronique du déficit budgétaire de Madagascar. Aussi l emprunt est incontournable ; le BTA est pour cela devenu un instrument privilégié pour l endettement public intérieur. A ce sujet, il y a lieu de se demander si le procédé ne crée pas un effet d éviction dans le financement de l économie dans la mesure où : - les taux de rémunération des BTA sont très attrayants ; - l emprunt public présente moins de risque de non solvabilité que les prêts contrés par les particuliers et surtout les entreprises ; - les institutions financières, en l occurrence les banques sont généralement les principaux intervenants sur le marché du BTA. Mais au-delà de notre souci primordial de vérifier l existence ou non de cet effet d éviction, il est toujours intéressant de savoir : - pourquoi l Etat dépend de plus en plus du BTA ; - comment la dépendance au BTA peut être mise en évidence. La dépendance de l Etat vis-à-vis du BTA qui l emmène à recourir de plus en plus à cet instrument peut être analysée d une part par l évolution des dépenses et des recettes publiques, d autre part à travers les modalités de remboursement de l endettement intérieur ou encore l importance relative de l endettement intérieur par rapport aux recettes publiques ou le poids du remboursement des BTA dans les dépenses publiques. 1.2 Concept et définition Plusieurs références peuvent être faites sur le concept d «Effet d éviction». L on doit l une d elles à Milton Friedman 1, dans une critique de la thèse de Keynes. En effet, au sortir de la 1 In : A Program for Monetary Stability,

12 crise de 1929, Keynes proposa la relance de l économie par une hausse des dépenses publiques. Pendant un certain temps, cette thèse a été largement recourue. Elle a été à l origine de la politique de grands travaux qui a été adoptée par les Etats-Unis avant la seconde guerre mondiale. Par la suite, elle a connu plusieurs critiques. Aux dires de Friedman, au delà d un certain seuil, une augmentation de l investissement public se fait toujours au détriment de l investissement privé. Cet éminent économiste a basé pour cela son argumentation sur le lien entre déficit budgétaire et taux d intérêt : une augmentation du déficit budgétaire fait augmenter le taux d intérêt sur le marché financier, ce qui tend à faire diminuer l investissement privé. Ce fait est communément connu sous le concept d effet d éviction indirect. Dans le même ordre d idée, il a été avancé que lorsque l Etat dégage un excédent budgétaire et que ses recours aux marchés financiers sont moins fréquents, alors l épargne privée, au lieu d être mobilisée par les dépenses liées au déficit de l Etat, retourne vers l investissement productif. Cet effet s appelle l effet d éviction inversé. Barro de son côté, stipule que lorsque l Etat s endette pour financer son déficit budgétaire, les agents savent qu à terme les taux d imposition vont augmenter (pour rembourser les dettes contrées). Ils augmentent alors leur épargne et non leur consommation comme le voudrait le gouvernement qui procède à la relance. Cette thèse est celle de l effet d éviction direct. Toutefois, dans notre analyse, nous ne chercherons à vérifier ni l effet d éviction direct, ni l effet d éviction inversé. Cela requiert pour le premier une connaissance du comportement des agents économiques. Les informations disponibles ne permettent pas cependant une telle entreprise : le comportement de consommation des ménages ne peut être suivi mensuellement comme on connaît l endettement intérieur de l Etat. L effet d éviction inversé pour sa part ne peut être vérifié car Madagascar n a jamais connu d excédent budgétaire. Par ailleurs ce qu a avancé Milton Friedman a aussi fait l objet de critique. Les travaux empiriques entrepris et relatés par la littérature n ont pas permis de vérifier d une façon nette le lien entre le déficit budgétaire et le taux d intérêt. Aussi dans notre étude, notre approche ne fera pas référence à cette influence sur le taux d intérêt. Par la suite, l effet d éviction que nous retenons réfère à «un détournement de fonds qui autrement seraient disponibles pour la dépense privée». En d autres termes, l effet d éviction se produit lorsque les emprunts publics destinés à couvrir un fort déficit budgétaire viennent concurrencer la demande de fonds prêtables des agents privés. Le rôle accordé à l endettement public pour financer le déficit budgétaire rapproche cette conception de celle de Friedman. Aussi dans notre étude, un chapitre sera réservé pour analyser ces deux faits. Historique du financement du déficit public Depuis que le pays s est mis sur la voie du libéralisme, deux possibilités sont recourues par l Etat pour son endettement intérieur. Il y a l avance statutaire auprès de la Banque Centrale et l endettement par l émission de Bons du Trésor. En 2002, l avance statutaire a été fortement utilisée par l Etat. Son montant a été estimé à millions Fmg (l équivalent de millions Ariary ou MGA) à l époque contre millions Fmg (soit millions Ariary) quatre années plutôt. Après le retour à la normale des ivités 12

13 des institutions publiques, l endettement public sous forme d émission de bon du trésor lui sera préféré. En effet, d abord, à travers la mobilisation de l épargne privée, en l occurrence des ménages avec le «fanambina», l Etat a émis des bons du trésor classiques, puis a de nouveau fait appel à la souscription publique à travers les bons du trésor par adjudication ou BTA. La différence entre les deux types de bons du trésor réside dans la maturité et dans le montant minimum de la souscription. La maturité, ou délai à la fin duquel l Etat s engage à rembourser la dette contrée, a été fixée à 2 ou 3 ans pour le Fanambina. Pour le BTA par contre, il y a plusieurs maturités, à savoir, 4 semaines, puis 12 et 24. Plus récemment, c est-à-dire à partir de 2005, une maturité de 52 semaines a été introduite. En ce qui concerne le montant, le minimum de souscription a été de Ariary (ou anciennement 1 millions Fmg) pour le Fanambina, alors que pour le BTA, il a été ramené à 20 millions Ariary en 2005, contre 100 millions Ariary auparavant. Comme il l indique dans le MAP ou «Madagascar Action Plan», l Etat ambitionne de se départir de l avance statutaire pour contrer ses dettes intérieures uniquement à partir des bons de trésor. L expérience de 2003 montre cependant que les bons de trésor classiques ne pourront jamais se substituer aux bons du trésor par adjudication. Le premier recours, en faisant jouer la fibre patriotique, cherche à mobiliser l épargne thésaurisée. Il ratisse large car les bons du trésor classique comme le Fanambina, de par un faible montant du minimum de souscription, est largement accessible aux ménages. Ce qui joue aussi en sa défaveur : les institutions financières, lui préfèrent le placement en bon du trésor par adjudication BTA, plus rentable et à délai de remboursement plus court. Or l apport des institutions financières, mais aussi des grandes entreprises est crucial dans l endettement public intérieur. Parallèlement à cela, depuis le retour à la normale des ivités économiques, l Etat n a cessé de contrer des dettes intérieures à partir d émission de BTA. Ce type d endettement public constitue désormais un mode de placement continuel comme l est pour les banques les crédits à court, moyen et long terme, ou le placement des avoirs extérieurs dans leur banque mère à l étranger. C est donc l importance relative en terme de volume des BTA comparés aux bons du trésor classiques, mais aussi le carère continu de l appel à souscription en BTA qui nous amènent à se focaliser sur ce type d endettement pour analyser l effet d éviction. Par ailleurs, dans notre analyse empirique, notre approche basée sur le choix de portefeuille des banques ne nous permet pas non plus de tenir compte de l imp de l avance statutaire auprès de la Banque Centrale. Tout notre raisonnement est basé sur l utilisation de la masse monétaire hors avance statutaire pour l Etat. 1.3 Evolution de l encours du BTA L évolution de l encours du BTA sera vue ici sous divers angle : l évolution de l encours total du BTA, son évolution selon la maturité, son évolution par rapport aux recettes et l évolution des remboursements et souscriptions. 13

14 1.3.1 L évolution de l encours total du BTA L évolution de l encours total du BTA montre une hausse continuelle entre 1999 et L on note en effet une variation relative positive de l emprunt public sous forme de BTA d une année à l autre, sur la période sus mentionnée. Evalué à 129,84 milliards MGA en 1999, l encours du BTA n a cessé d augmenter pour atteindre 640,10 milliards MGA en En terme de variation relative annuelle, l encours du BTA a augmenté de 46,4% de 1999 à 2000, de 65,5% une année plus tard. Il y a toutefois une rupture dans le rythme de croissance de l encours du BTA. Si d une année à l autre, entre 1999 et 2002, l encours du BTA augmentait en moyenne de 46,2%, la croissance allait ralentir entre 2002 et 2004 car le taux de croissance annuelle moyen de l encours tombait à 3,8% L évolution de l encours du BTA selon les maturités L évolution de l encours du BTA peut aussi être analysée en fonction de la maturité, ce qui donne des renseignements forts intéressants (graphique 1-1). Avant 2003, l Etat contrait ses dettes intérieures par BTA selon trois maturités, la maturité de 4 semaines, puis celle de 12 semaines et enfin la maturité de 24 semaines. La tendance pour l encours du BTA selon les trois maturités est en hausse continuelle entre 1999 et Cette tendance allait perdurer ensuite pour la maturité à 4 semaines jusqu en 2005, alors que pour les maturités à 12 et 24 semaines, on note un repli (vérifié annuellement) de l encours entre 2002 et Chaque année, l encours le plus important du BTA se voit avec le délai de remboursement le plus long. Ce fait est observé de 1999 à 2002, avec la domination de l encours correspondant à la maturité de 24 semaines. A partir de 2003, où désormais l Etat a émis des bons à remboursement annuel, cette place a été ravie par l encours de BTA de maturité de 52 semaines : le montant de l encours du BTA avec la maturité de 52 semaines serait de loin supérieur à celui des autres maturités. Pour chacune des années suivantes 2003, 2004 et 2005, en moyenne l encours du BTA de maturité de 52 semaines est de millions MGA, alors que la moyenne correspondante pour les trois autres maturités confondues (4, 12 et 24 semaines) est de millions MGA. Graphique 1-1 : Evolution des encours total par maturité (en millions d Ariary) en millions d'ariary semaines 12 semaines 24 semaines 52 semaines Source : MEFB/DGT, nos propres calculs. 14

15 Cette importance de l endettement avec les délais de plus en plus long de remboursement indique ainsi la dépendance de plus en plus accrue à l emprunt par BTA, mais aussi une certaine difficulté de l Etat à apurer les dettes intérieures contrées antérieurement sans recourir à de nouveaux emprunts L encours du BTA par rapport aux recettes Une autre façon de mesurer l ampleur du recours au BTA consiste à analyser comment le ratio «encours aux BTA par rapport aux recettes totales (hors dons)» évolue dans le temps (tableau 1-1). En 1998, l encours du BTA représentait 156,3% des recettes totales hors dons. Ce ratio n allait pas cesser de croitre jusqu en 2002, année pour laquelle il a atteint le niveau de 617,6%. En d autres termes, en 2002 l encours du BTA représentait plus de 7 fois la valeur des recettes totales hors dons. Par la suite, le ratio a baissé et se situait à 325,8% en 2004, c est à dire à un niveau comparable à celui de 2001, pour lequel il a atteint 337,8%. L évolution du déficit budgétaire (la différence entre les dépenses publiques et les recettes totales hors don) n explique pas entièrement la tendance à la hausse de l ampleur du recours au BTA, comme l indique le ratio encours du BTA par rapport aux recettes totales hors dons. En effet, le déficit budgétaire, qui se situait à un niveau relativement faible de 1998 à 2000, n a cessé de croitre entre 2002 et 2004, alors que le ratio encours du BTA par rapport aux recettes totales hors don baissait pendant cette sous période. Le moyen alternatif d expliquer l évolution de ce ratio est de se référer aux trends des dépenses publiques et des recettes totales hors dons. Ces deux agrégats macroéconomiques observent une tendance à la hausse continuelle entre 1998 et 2004, (une rupture de la tendance est observée en Elle est due à la crise politico-économique). Toutefois, le rythme de croissance de ces deux variables n est pas le même. Les recettes totales de 2004 sont 2,3 fois supérieures à leur niveau de 1998, alors que pour les dépenses publiques totales, l échelle équivalente va de 1 à 2,7 entre 1998 et Les dépenses publiques ont donc augmenté plus vite que les recettes totales hors dons. Tableau 1-1 : Evolution de l encours du BTA par rapports aux recettes totales (en milliard MGA) Année Recettes dons et Recettes totales Dépenses publiques Déficit budgétaire Ratio encours du BTA / recettes totales (%) Total encours du BTA ,90 83,07 152,77 69,69 156,29 129, ,39 106,69 151,63 44,93 178,20 190, ,57 122,70 174,28 51,57 278,43 341, ,30 121,16 204,26 83,10 337,85 409, ,80 96,12 176,59 80,47 617,58 593, ,33 139,78 257,50 117,72 439,43 614, ,69 196,47 409,05 212,58 325,80 640,10 Source : MEFB/DGT Evolution des remboursements et souscriptions en BTA La lecture du tableau 1-2 sur les remboursements et souscriptions en BTA met en évidence les points saillants suivants : - les remboursements et les nouvelles souscriptions augmentent entre 2004 et 2005 ; 15

16 - chaque année, le montant total des nouvelles souscriptions reste toujours supérieur à celui des remboursements ; - la différence entre le montant des souscriptions et celui des remboursements s accroit aussi dans le temps. Ainsi, ces faits révèlent une obligation de l Etat à recourir de plus en plus aux BTA, pour financer ses dépenses mais aussi pour rembourser ses dettes contrées sous forme de BTA. N étant pas figée, la dépendance vis-à-vis du BTA s avère de plus en plus imposante comme en témoigne la croissance de la différence entre le montant des nouvelles souscriptions et celui des remboursements. Tableau 1-2 : Evolution des remboursements et souscription en BTA (en milliards MGA) Année Remboursement Souscription Différence entre souscription et remboursement , , Source : MEFB/DGT. Dans cette partie, c est l aspect «émissions du BTA» en tant qu endettement intérieur public qui a été débattu, et ce dans le but d expliquer pourquoi cet instrument est indispensable à l Etat. Par la suite, elle sera analysée sous une autre facette ; c est-à-dire, en tant que forme de placement des banques (ou de milieu hors banque) comme tout autre ifs à l instar des prêts octroyés au secteur productif. 16

17 CHAPITRE 2 - LA POLITIQUE DE PLACEMENT DES ACTIFS 2.1 Le placement en crédits à court, moyen et long terme Par rapport au financement de l économie et de la production, les instruments dont disposent les banques sont les types de financements classiques que sont les crédits : - d investissement, c'est-à-dire à moyen (jusqu à 7 ans) et/ou à long terme (au-delà de 7 ans) ; - d exploitation, c est-à-dire les crédits courants de fonctionnement qui peuvent être en monnaie locale ou en devises ; - de consommation, le plus développé depuis ces deux dernières années. D une manière générale, les banques interviennent dans le financement de toutes ivités, exceptées celles qui requièrent un faible montant, où l exercice se rapproche plus de celui du secteur non structuré ou informel. Le soutien de la micro-finance est plus adapté à ces ivités non structurées et informelles. Chaque banque décide des mérites propres du dossier de demande de financement qui lui est soumis quelle que soit la catégorie du bénéficiaire (entreprise, particulier, artisans, PME ou grandes entreprises) Les politiques de crédits En général, la politique commerciale, notamment la politique de crédit des banques, relève en grande partie des stratégies tirées de leur maison mère, (qui est étrangère depuis la restructuration du système financier ou privatisation). L orientation donnée par la maison mère cible les besoins spécifiques de la clientèle à Madagascar en matière de crédit, selon les catégories sociales des particuliers, l importance des entreprises et des créneaux porteurs, tout en tenant compte du comportement local d épargne, du pouvoir d achat des ménages, du contexte économique. Ainsi, à titre d illustration, ces derniers temps, les banques se sont rivalisées pour proposer des produits attrayants aux particuliers comme le crédit immobilier, le crédit à la consommation, le crédit de soutien à la rentrée scolaire, etc... L optique uelle des banques a donc donné de l élan à la distribution de crédit à la «petite clientèle», notamment en matière de crédit de consommation remboursable à court terme et également une politique de crédit vers des secteurs porteurs tels que l immobilier 2. Par contre, auparavant, des banques commerciales ont favorisé l octroi de crédit haut de gamme, dont l accès est soumis à d exigeants critères de sélection. A ce sujet, une grande banque favorise une catégorie particulière de clients (constituée de grandes sociétés et de gros clients). Parallèlement à une étude de risques d un dossier de demande de crédit, elle n octroie pas de crédit sans une garantie importante (matériel, ou notoriété de la clientèle) et sans une assurance de la capacité à rembourser de ses clients. Une autre applique depuis ces 5 dernières années une politique de crédit plus expansionniste. Elle accorde des crédits aussi bien aux PME, qu aux grandes entreprises ; tant aux particuliers qu aux entreprises localisées en province et quel que soit le secteur d ivité, voire les 2 Interview avec un inspecteur de la banque centrale (CSBF) 17

18 associations, les projets ministériels. La seule condition est que le prêt demandé ne soit pas trop important. La gamme de crédit proposée par cette banque couvre donc les crédits à court terme pour les entreprises, les crédits aux particuliers, comme les crédits immobiliers, les crédits à la consommation. L approche de cette banque «orientée vers les petits», mais aussi l accès à ses prêts est facilité par son réseau le plus étendu dans tout Madagascar, par la proximité de ses agences. Ce qui favorise aussi d ailleurs la collecte de l épargne sous toutes ses formes (dépôts à vue, épargne retraite et prévoyance). En conclusion, l illustration faite sur le comportement de deux banques, l une ayant privilégié jusqu alors sa grosse clientèle, mais compte tenu de la concurrence commence a donné de l élan aux prêts à la petite clientèle, et l autre qui a été toujours «orientée vers les petits», montre que les banques commerciales ont opté ces dernières années pour les crédits à court et très court terme, tout en cherchant à élargir la clientèle. Ce dernier fait a pour objet de favoriser la collecte de l épargne, qui elle même se présente comme un palliatif à l augmentation imposée de la réserve obligatoire par la banque centrale. Si telles sont les politiques générales de crédits des Banques, comment s effectue l arbitrage entre les différents types de crédits? Arbitrage entre crédit à Court, Moyen et Long terme crédit d investissement ou crédit de consommation Les crédits à court terme, en l occurrence les crédits à la consommation, ont été développés pour répondre au besoin d achat à crédit offert par les grands magasins. Tandis que la demande de crédit d investissement se fait surtout en période de croissance de l économie. Les banques répondent à ces demandes en fonction des créneaux qu elles jugent porteurs ainsi que leurs ressources disponibles. Pour ce faire, les crédits à court terme peuvent être préférés à ceux des moyen et long terme. Les premiers offrent l avantage d être facilement réutilisables, en revanche les seconds ont un autre atout : leur fort taux de rémunération. La perception du risque influe aussi dans l arbitrage que doivent faire les banques, et ce à l instar de la stabilité macroéconomique. Mais le risque n est pas inhérent uniquement à un type de crédit, comme en témoigne l importance des prêts arrivés à terme mais non recouvrés et évalués à 98,1 milliards en Au-delà de la question du risque, des ressources disponibles, de la rentabilité attendue dans une filière donnée ; il y a aussi une donne qui influe sur l arbitrage des banques : la relation privilégiée qu elles entretiennent avec les grandes sociétés, leurs gros clients. Cette relation les engage à répondre favorablement à une demande de prêts d investissement. Ainsi, si la somme demandée est importante, à défaut de refuser, les banques exigent des garanties matérielles (hypothèque de biens immobiliers, mobiliers) pour se prémunir du risque de non remboursement. Comme il a été mentionné auparavant, et ce relativement aux entretiens effectués auprès des banques commerciales, la tendance uelle est à l octroi de crédit de consommation et de trésorerie plus que les crédits d investissement immobilisant les liquidités à moyen ou à long terme, qui nécessitent des ressources importantes pour les banques. Mais qu en est-il de la réalité? Cette assertion est elle vérifiée empiriquement? 3 In : note CSBF sur l évolution des banques et établissement financier en date du 15 février

19 2.1.3 L évolution des crédits à court, moyen et long terme Comme le montre le graphique 2-1, sur une longue période, c est-à-dire de juin 1998 à décembre 2005, parmi les trois types de prêts, les crédits accordés par les banques ont toujours été dominés par celui du court terme. La tendance à la hausse est évidente pour le crédit à court terme et celui du moyen terme surtout à partir de décembre 2002, alors qu on assiste à une relative stagnation du crédit à long terme. Celui-ci avait d ailleurs baissé de 17% de décembre 2004 à décembre Toutefois, le rythme de croissance du crédit à moyen terme est nettement supérieur à celui du crédit à court terme. Ce fait est expliqué par la politique de détaxation en vigueur à cette période 4. La détaxation a rabaissé le prix de certains biens à l importation. Ce qui a incité le secteur privé à s en procurer, et à contrer des prêts à moyen terme auprès des banques commerciales pour financer leur achat. La demande de financement a été donc relativement plus importante en crédit à moyen terme qu à court terme, d où la croissance relativement plus forte du crédit à moyen terme par rapport au crédit à court terme entre décembre 2002 et décembre A titre illustratif, de août 2003 à août 2005, le crédit à court terme a augmenté de 57,7%, tandis que celui du moyen terme a crû de 135%. Si la stagnation du crédit à long terme stigmatise la frilosité de l investissement local, la dépréciation de la monnaie malgache à partir du deuxième trimestre 2004 a elle même quelque peu freinée l investissement local. Graphique 2-1 : Evolution des crédits accordés par les Banques (Juin 1998 Décembre 2005) , , ,0 En millions d'ariary , , , , ,0 - juin-98 sept-98 déc-98 mars-99 juin-99 sept-99 déc-99 mars-00 juin-00 sept-00 déc-00 mars-01 juin-01 sept-01 déc-01 mars-02 juin-02 sept-02 déc-02 mars-03 juin-03 sept-03 déc-03 mars-04 juin-04 sept-04 déc-04 mars-05 juin-05 sept-05 déc-05 Crédit à CT Crédit à MT Crédit LT Source : Bulletin d information Statistique de la Banque Centrale de Madagascar 4 La détaxation consiste à exempter de tous droits et taxes, à leur entrée sur le sol malgaches, certains produits importés comme les machines outils, les matériels roulants ou informatiques, ou qui sont assimilés à de la consommation intermédiaire, entre septembre 2003 et août

20 A titre de récapitulation, ce qu on peut avancer est que, depuis l année 1998, le crédit à court terme et à moyen terme qui représentent la majorité du financement du secteur privé auprès des Banques ont connu une évolution grandissante, cela notamment depuis juin Cependant, le crédit à moyen terme a connu une croissance avec un rythme beaucoup plus rapide que le crédit à court terme pendant cette période carérisée par l application de la détaxation. Par la suite, il s avère nécessaire d observer l évolution des placements en avoirs extérieurs des Banques qui est un des choix de portefeuille des banques. 2.2 Les placements en avoirs extérieurs des Banques Commerciales Les placements en devises à l extérieur d une Banque Commerciale sont en général libellés soit en EURO soit en DOLLAR Américain, les devises de références dans les transions commerciales de Madagascar avec ses partenaires. Les placements sont en général exécutés dans le compte principal de la maison mère de la Banque Commerciale, et se répartissent comme suit : 1) les placements en avoirs extérieurs à partir du compte propre de la Banque. Ils sont toutefois limités à cause de l obligation pour les Banques Commerciale de respecter la règle prudentielle de position de change fixée à 10% du fonds propre disponible (toutes devises confondues) ; 2) les placements en avoirs extérieurs de la clientèle à partir du propre compte de celle-ci, qui constituent la plus grande partie des transions en matière de placements à l extérieur. En règle générale, après toutes les opérations de décaissements de la clientèle, si un excédent de trésorerie a été dégagé, systématiquement les banques les rentabilisent. Si l excédent de trésorerie est en monnaie locale, alors il peut être placé sous forme de BTA ou sous les différentes formules de crédits. En revanche, s il est en devise étrangère alors l option appropriée est le placement à l extérieur à très court terme (ne dépassant pas une semaine en général) Les placements en avoirs extérieurs propres des Banques Les Banques commerciales peuvent effectuer des placements à l extérieur soit pour régulariser leur position de change, soit pour profiter d un excédent de trésorerie en devises qui peut générer un profit à très court terme pour ne pas laisser leurs ifs oisifs. Pour le premier cas, étant donné que les Banques commerciales ne peuvent détenir de devises dans leurs comptes propres qu à concurrence de 10% de leur Fonds Propre Disponible (FPD), leurs marges de manœuvre en matière de mobilisation et de placement de leurs avoirs extérieurs sont extrêmement limitées. En effet, étant donné que chaque banque est tenue de donner une comptabilisation au jour le jour de sa position de change à la CSBF, ses ions seraient purement limitées à des opérations d arbitrage d achats et de ventes de devises (avec ses correspondants étrangers, ou sur le MID local) pour ramener ses positions de changes au seuil fixé par la réglementation (une position de change supérieure à 10% de ses FPD incite la Banque à vendre des devises 20

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

LE FONDS DE GARANTIE

LE FONDS DE GARANTIE CENTRE DE RECHERCHES, D ETUDES ET D APPUI A L ANALYSE ECONOMIQUE À MADAGASCAR LE FONDS DE GARANTIE Auteur Version date Maholy RAKOTOARISOA - Assistant chercheur finale Octobre 2003 Critère de diffusion

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. Le système bancaire et financier

I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. Le système bancaire et financier Le système bancaire et financier français I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. January the 6th 2009 1 I. La loi bancaire

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

1. Définition des composantes de la trésorerie

1. Définition des composantes de la trésorerie Avis n 2015-06 du 3 juillet 2015 relatif à la norme 10 «Les composantes de la trésorerie» du Recueil des normes comptables de l Etat Le Conseil de normalisation des comptes publics a adopté le 3 juillet

Plus en détail

COMPTES D OPERATIONS MONETAIRES

COMPTES D OPERATIONS MONETAIRES ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSION ET PROGRAMME EXERCICE 2013 COMPTES D OPERATIONS MONETAIRES PERTES ET BENEFICES DE CHANGE Mai 2014 Comptes d opérations monétaires Compte 953 - Pertes

Plus en détail

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Italie Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Depuis le premier discours du nouveau président du gouvernement à l adresse du peuple

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Les banques suisses 1996

Les banques suisses 1996 Les banques suisses 1996 Communiqué de presse de juillet 1997 A fin 1996, 403 banques (1995: 413) ont remis leurs comptes annuels à la Banque nationale. Au total, 19 établissements ont été exclus de la

Plus en détail

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES SO00BM24 Introduction aux politiques économiques PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES CHAPITRE 2 : LA POLITIQUE MONETAIRE I. Préambules sur la Monnaie II. 1. La création monétaire A. Comment

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances L année 2002 est de nouveau marquée par une forte baisse des marchés financiers. Celle-ci entraîne une diminution des plus-values latentes et des produits

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Le Conseil Municipal,

Le Conseil Municipal, MF/EG SEANCE DU 16 SEPTEMBRE 2002 2002/1561 - PRÉSENTATION DU RAPPORT ANNUEL 2001 DE LA CAISSE DE CRÉDIT MUNICIPAL DE LYON (DIRECTION DES FINANCES) Le Conseil Municipal, Vu le rapport en date du 20 août

Plus en détail

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective.

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. 2012 Votre assureur suisse. 1/12 Compte d exploitation Assurance vie collective 2012 2012: des résultats positifs et encore plus de transparence. Chère

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

À quoi sert une banque?

À quoi sert une banque? À quoi sert une banque? Trois fonctions clés La banque remplit trois fonctions essentielles. Elle collecte, gère vos dépôts, et vous fournit des moyens de paiement (chéquier, carte bancaire, ordre de virement

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

LA GESTION DE LA TRESORERIE : Les outils pour anticiper les difficultés et optimiser les excédents. Mardi 29 novembre 2011

LA GESTION DE LA TRESORERIE : Les outils pour anticiper les difficultés et optimiser les excédents. Mardi 29 novembre 2011 LA GESTION DE LA TRESORERIE : Les outils pour anticiper les difficultés et optimiser les excédents Mardi 29 novembre 2011 SOMMAIRE Introduction : pourquoi la gestion de la trésorerie est-elle indispensable?

Plus en détail

Annexe 1. Stratégie de gestion de la dette 2014 2015. Objectif

Annexe 1. Stratégie de gestion de la dette 2014 2015. Objectif Annexe 1 Stratégie de gestion de la dette 2014 2015 Objectif La Stratégie de gestion de la dette énonce les objectifs, la stratégie et les plans du gouvernement du Canada au chapitre de la gestion de ses

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

PERTES ET BENEFICES DE CHANGE

PERTES ET BENEFICES DE CHANGE ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSION ET PROGRAMME EXERCICE 2012 COMPTE D OPERATIONS MONETAIRES PERTES ET BENEFICES DE CHANGE MAI 2013 Compte d opérations monétaires Pertes et bénéfices

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 OBJECTIF 01 - La Norme Comptable Tunisienne NC 15 relative aux opérations en monnaies étrangères définit les règles

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS

28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS 28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS Loi organique n 2001-692 du 1er août 2001 relative aux lois de finances, article 22. Textes pris dans le cadre de l entrée

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 21 juillet 2015 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE STATISTIQUES RELATIVES AUX FONDS D INVESTISSEMENT DE LA ZONE EURO MAI 2015 En mai 2015, l encours de parts émises par les fonds

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

Quels enseignements de l expérience française (1983-1990)

Quels enseignements de l expérience française (1983-1990) Développement des marchés de capitaux Quels enseignements de l expérience française (1983-1990) Séminaire de clôture Tunis, le 23 mai 2013 Françoise Drumetz Directeur de la coopération extérieure CONTEXTE

Plus en détail

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005/2002 du 07 mai 2002

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

LES CRÉANCES ET LES DETTES

LES CRÉANCES ET LES DETTES LES CRÉANCES ET LES DETTES Règles générales d évaluation Définition d un actif et d un passif ACTIFS Tout élément de patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité est considéré comme un

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée Basé sur les notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables) Elle fait

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

Les temps forts de l année 2000. Les grandes masses budgétaires 1995-2000. Les résultats de la politique financière. La dette régionale et le bilan

Les temps forts de l année 2000. Les grandes masses budgétaires 1995-2000. Les résultats de la politique financière. La dette régionale et le bilan S O M M A I R E Les temps forts de l année 2000 Les grandes masses budgétaires 1995-2000 L équilibre financier 2000 et les dépenses par secteurs d intervention Les résultats de la politique financière

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

1- La politique monétaire et de change dans la phase de construction du système financier moderne

1- La politique monétaire et de change dans la phase de construction du système financier moderne LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE CHANGE DE LA BCRG, FONDEMENTS ET OBJECTIFS 1- La politique monétaire et de change dans la phase de construction du système financier moderne La politique monétaire et de change

Plus en détail

Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte

Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte Chapitre 4 Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte Introduction modèle keynésien : on suppose que les prix sont fixes quand la production augmente, tant que l on ne dépasse pas le revenu

Plus en détail

Vous voudrez bien indiquer au greffe de la juridiction la date de cette réunion.

Vous voudrez bien indiquer au greffe de la juridiction la date de cette réunion. Le Président REF. : N 1027 Poitiers, le 29 décembre 2006 Rod2-1 RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire, Le rapport d observations définitives sur la gestion de la commune de Saint-Sauveur-d Aunis, arrêté

Plus en détail

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

10. L épargne, l investissement et le système financier

10. L épargne, l investissement et le système financier 10. L épargne, l investissement et le système financier 1. Le système financier Un système financier = ensemble des institutions financières qui ont pour objet de mettre en relation les besoins de financement

Plus en détail

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2003-03 du 2 octobre 2003 relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances (Avis n 2003-09 du 24 juin 2003 du compte rendu CNC)

Plus en détail

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC Rabat, 19 octobre 21 M. Ahmed HAJOUB Adjoint au Directeur du Trésor et des Finances Extérieures chargé du pôle macroéconomie I- Consolidation budgétaire: expérience

Plus en détail

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH»

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» 193-202.qxp 09/11/2004 17:19 Page 193 L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» Département analyse et prévision de l OFCE La rentabilité des entreprises s'est nettement redressée en 2003 et 2004. Amorcée aux

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France?

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? (DGTrésor) 1. Indépendamment de facteurs d offre et de demande, qui jouent indéniablement sur les prix,

Plus en détail

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs Ben S. C. Fung (+852) 2878 718 ben.fung@bis.org Robert N. McCauley (+852) 2878 71 robert.mccauley@bis.org Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs La demande de comptes bancaires

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

NOK 4% 2016. Deutsche Bank. Crédit Agricole Corporate and Investment Bank (FR) (A/A2) Une opportunité d investissement en couronne norvégienne.

NOK 4% 2016. Deutsche Bank. Crédit Agricole Corporate and Investment Bank (FR) (A/A2) Une opportunité d investissement en couronne norvégienne. Deutsche Bank Une opportunité d investissement en couronne norvégienne. A quoi vous attendre? Type d investissement Ce produit est une obligation. En souscrivant à cette obligation, vous prêtez de l argent

Plus en détail

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE La forte réduction de la dette extérieure durant la seconde moitié des années 2000, en contexte d envolée des importations des biens et services, a

Plus en détail

1 L équilibre sur le marché des biens et services

1 L équilibre sur le marché des biens et services Modèle IS LM BP IMPORTANT : en aucun cas ce cours ne remplace le cours magistral de M. Gilles Dufrénot, notamment le cours sur les chapitres 4 et 5. Il est destiné à faciliter la comprehension du cours

Plus en détail

MÉMO. Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur SOMMAIRE

MÉMO. Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur SOMMAIRE Édition : décembre 13 MÉMO Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur 1. Optimiser l utilisation des livrets défiscalisés 2. Épargner sans plafond 3. Placer une somme importante sur quelques mois

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée V2.3 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables)

Plus en détail

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés Introduction La notion de système évoque l idée d organisation. Un système monétaire national est l organisation des relations monétaires dans un pays : comment les agents économiques peuvent-ils utiliser

Plus en détail

CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS 1.1. COMPTE 50 VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT

CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS 1.1. COMPTE 50 VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT 5 CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS Les comptes financiers enregistrent les mouvements de valeurs en espèces, chèques, ainsi que les opérations faites avec le Trésor, les banques et les établissements financiers.

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 2 : Le dossier financier 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet de

Plus en détail

Contrôle. Consultation CDEC

Contrôle. Consultation CDEC Chapitre 1 : Monnaie et financement de l économie marocaine Financement de l activité économique Financement Direct Financement Indirect Marché financier Marché monétaire Marché hypothécaire Banques Stés.

Plus en détail

1 2 3 4 Aide à l animateur Les opérations de trésorerie sont définies comme «les mouvements de numéraire, de valeurs mobilisables, de comptes de dépôts et de comptes courants, ainsi que les opérations

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 6 GESTION DE LA TRESORERIE AU JOUR LE JOUR

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 6 GESTION DE LA TRESORERIE AU JOUR LE JOUR COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 6 GESTION DE LA TRESORERIE AU JOUR LE JOUR SEANCE 6 GESTION DE LA TRESORERIE AU JOUR LE JOUR OBJET DE LA SEANCE 6: après avoir présenté la méthodologie des

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Indicateur n 1.3 : Ecart entre le taux d intérêt des emprunts de la Sécurité sociale et le taux du marché

Indicateur n 1.3 : Ecart entre le taux d intérêt des emprunts de la Sécurité sociale et le taux du marché 82 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 1 Garantir la viabilité financière des régimes de Indicateur n 1.3 : Ecart entre le taux d intérêt des emprunts de la Sécurité sociale et le taux du marché 1er

Plus en détail

Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son

Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son patrimoine y investir? Choisir les types de support adaptés à

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic Le diagnostic financier Fiche 1 1 Introduction Le diagnostic financier permet d évaluer le potentiel de l entité. Il peut se faire en différentes occasions (achat d entreprise, placements, demande d emprunt,

Plus en détail

Japon. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Japon. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Japon Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances Les marchés boursiers ont repris au cours de l année 2003. Par conséquent, les plus-values latentes sur actifs des sociétés d assurances augmentent. Les

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007 Relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés

Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ 5 MARS 2009 Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés 1/11

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

Royaume du Maroc المرجع :

Royaume du Maroc المرجع : المملكة المغربية Royaume du Maroc المرجع : a présente note méthodologique reprend les nouvelles recommandations internationales mises en œuvre par le Maroc, pour l établissement de la balance des paiements

Plus en détail

Compte d opérations monétaires. Pertes et bénéfices de change

Compte d opérations monétaires. Pertes et bénéfices de change Compte d opérations monétaires Pertes et bénéfices de change Note d analyse de l exécution budgétaire 2014 2 COUR DES COMPTES Pertes et bénéfices de change LFI Exécution 1 Ecart Recettes 25 M 19,3 M -5,7

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : «L ANALYSE FINANCIERE» I LES DEFINITIONS :... 2. A/ Le fonds de roulement... 2. 1- Définition du fonds de roulement (FdR) :...

FICHE TECHNIQUE : «L ANALYSE FINANCIERE» I LES DEFINITIONS :... 2. A/ Le fonds de roulement... 2. 1- Définition du fonds de roulement (FdR) :... FICHE TECHNIQUE : «L ANALYSE FINANCIERE» Sommaire I LES DEFINITIONS :... 2 A/ Le fonds de roulement... 2 1- Définition du fonds de roulement (FdR) :... 2 2 - La composition du fonds de roulement... 3 B/

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 25 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 25 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013 L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES 25 ème rapport annuel Tableau de bord Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013 La photographie des ménages détenant des crédits que propose la 25 ième

Plus en détail

INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE

INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE Comptabilité 155 INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE Etre capable d assurer le suivi quotidien des opérations courantes dans une entreprise afin de faciliter les échanges avec son expert comptable. Assistante

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES?

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES? Dossier spécial Après une reprise observée en 2012 et 2013 (de l ordre de 2 et 2,5 %), l Organisation Mondiale du Commerce prévoit une croissance du commerce international de l ordre de 4 à 4,5 % en 2014.

Plus en détail