SOMMAIRE ETUDE DU MOIS : FISCALITE MOBILIERE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SOMMAIRE ETUDE DU MOIS : FISCALITE MOBILIERE"

Transcription

1 SOMMAIRE ETUDE DU MOIS : FISCALITE MOBILIERE TITRE 1 : REGIME FISCAL DES PERSONNES PHYSIQUES I- PERSONNES PHYSIQUES RESIDENTES 2 A- TAXATION DES PROFITS DE CESSION 2 a- Champ d'application de la taxe 2 b- Base imposable 3 c- Taux de la taxe 4 d- Modalités de déclaration et de versement 5 e- Déclarations annuelles 7 B- TAXATION DES REVENUS 8 II- PERSONNES PHYSIQUES NON RESIDENTES 9 A- EXEMPTION DES PROFITS DE CESSION 9 B- RETENUE A LA SOURCE SUR LES REVENUS 9 TITRE 2 : REGIME FISCAL DES PERSONNES MORALES I- PERSONNES MORALES NON RESIDENTES 10 II- PERSONNES MORALES RESIDENTES 10 A- TAXATION DES PROFITS DE CESSION ET PLUS VALUES DE RETRAIT D'ACTIF 10 B- IMPOSITION DES REVENUS DE VALEURS MOBILIERES 10 CAS D'ILLUSTRATION 11 ANNEXES Plus fortes valeurs liquidatives d'opcvm - ACTIONS Cours les plus hauts d'actions cotées sur le marché central 15

2 En matière de fiscalité des valeurs mobilières, les régimes applicables différent en fonction de la nature du contribuable ( personne physique ou personne morale), de son lieu d imposition ( personne résidente ou personne non résidente) et de la nature du revenu imposable ( dividende, intérêt ou profit de cession). Concernant les régimes fiscaux applicables aux personnes physiques, la loi de finances 99/00 a introduit des modifications sensibles qui sont reprises dans les développements qui suivent. TITRE 1 : REGIME FISCAL DES PERSONNES PHYSIQUES La loi opère une distinction entre les personnes physiques résidentes et les personnes physiques non résidentes en leur appliquant des régimes fiscaux spécifiques. I - PERSONNES PHYSIQUES RESIDENTES A- TAXATION DES PROFITS DE CESSION TAXE SUR LES PROFITS DE CESSION DE VALEURS MOBILIERES ET AUTRES TITRES DE CAPITAL ET DE CREANCE (TPCVM) La loi de finances 1999/2000 a modifié les dispositions de l article 14 de la loi de finances transitoire de 1996 relatif à la taxe sur les profits de cessions d actions (TPCA) et a remplacé celle-ci par une nouvelle taxe qui désormais s intitule «taxe sur les profits de cession de valeurs mobilières et autres titres de capital et de créance» (TPCVM). Les principales dispositions et modalités d application de ladite taxe sont résumées ci-après : a- Champ d application de la TPCVM La TPCVM est applicable aux profits nets annuels réalisés par les personnes physiques résidentes sur les cessions de valeurs mobilières et autres titres de capital et de créance émis par les personnes morales de droit public ou privé et les organismes de placement collectif en valeur mobilière (OPCVM), à l exception des sociétés à prépondérance immobilière et des sociétés immobilières transparentes. Fiscalité mobilière Avril 2000 A.Saaidi Consultants 2

3 Auparavant, seuls les profits de cession d actions et parts sociales à l exclusion des actions cotées en bourse et des parts d OPCVM, étaient taxés au taux de 10%. Ainsi, à partir du 1 er juillet 1999, les profits sur cession d actions en bourse, les profits sur cession d obligations et autres titres de créance et les profits sur cessions des titres d OPCVM réalisés par les personnes physiques sont devenus imposables. La loi désigne par opération imposable, toute opérations de cession, on est en droit de se demander si les opérations de cession à titre gratuit (donation) et les opérations de succession par voie d héritage sont imposables. Interrogée à ce sujet, la Direction des impôts a confirmé que les opérations de donation qui constituent des cessions à titre gratuit, sont imposables dans les mêmes conditions que celles de cession. Ce qui exclut les opérations de succession. b- Base imposable b.1. Définition générale Le profit net de cession est calculé par référence aux cessions effectuées sur chaque valeur ou titre. Il est constitué par la différence entre : - Le prix de cession diminué, le cas échéant, des frais supportés à l occasion de cette cession, notamment les frais de courtage et de commission ; - Et le prix d acquisition majoré, le cas échéant, des frais supportés à l occasion de cette acquisition, notamment les frais de courtage et de commission. Il convient de souligner ici qu aucune actualisation du prix d acquisition n est prévue par la nouvelle loi et que celle prévue par la TPCA a été supprimée. b.2. Cas des titres auparavant exonérés Toutefois, le prix d acquisition à retenir pour les actions cotées en bourse, les obligations et autres titres de créances non cotés et pour les titres d OPCVM actions correspond respectivement à la plus forte valeur inscrite à la cote, la plus forte valeur enregistrée et la plus forte valeur liquidative publiée et ce, pendant la période allant du 1 er juillet 1998 au 30 juin Pour les actions et autres valeurs cotées, le bulletin de la cote édité par la SBVC le 15 juillet 1999 a repris la plus forte valeur connue durant les douze Fiscalité mobilière Avril 2000 A.Saaidi Consultants 3

4 derniers mois (du 1 er juillet 1998 au 30 juin 1999). La liste desdites plus fortes valeurs, confirmée par la Direction des impôts, est jointe en annexes. Pour les obligations et autres titres de créance non cotés, la loi ne définit pas la notion de la plus forte valeur enregistrée. Elle doit donc s entendre, à notre avis, par la plus forte valeur connue par le cédant et dûment justifiée, durant les douze derniers mois. Pour les OPCVM actions, la liste des plus fortes valeurs enregistrées est jointe en annexe. Bien entendu, pour les OPCVM obligataires et diversifiés supposés déjà imposables, du moins partiellement, par le passé, le prix d acquisition à retenir est, dans tous les cas, le prix de revient réel d acquisition. b.3. Non imposition des intérêts courus Par ailleurs, pour ce qui est des obligations et autres titres de créance cotés ou non cotés, les prix de cession et d acquisition désignent, dans tous les cas, le capital du titre, exclusion faite des intérêts courus et non encore échus aux dates desdites cession et acquisition. Il s ensuit que les intérêts courus ne sont pas pris en considération, car ceux-ci seront imposés à leurs échéances au titre de la taxe sur les produits de placement à revenu fixe. b.4. Cas des acquisitions à prix multiples En cas de cession de titres d un même titre nature acquis à des prix différents, le prix d acquisition à retenir est le coût moyen pondéré desdits titres. b.5. Imputation des moins values Les moins values subies au cours d un semestre sont imputables sur les plus values de même nature réalisées au cours du même semestre et, le cas échéant, sur le semestre qui suit. La compensation des plus et moins values au sein d un même semestre a lieu quel que soit l ordre dans lequel elles sont réalisées. La moins value nette à la fin de semestre est imputable sur le semestre suivant. Les moins values qui subsistent en fin d année ne sont pas reportables sur l année suivante. N.B : L imputation entre les plus values et les moins values ne peut avoir lieu que pour les titres de même nature. Par titre de même nature, il convient d entendre les titres dont le profit est soumis au même taux. Fiscalité mobilière Avril 2000 A.Saaidi Consultants 4

5 b.6. Seuil exonéré Le profit ou la fraction du profit afférent à la partie de la valeur ou des valeurs des cessions réalisées au cours d une année civile et qui n excèdent pas DH, est exonéré de la taxe. c- Taux de la TPCVM Le taux de la TPCVM est fixé à : - 10% pour les profits nets résultant des cessions d actions et autres titres de capital ainsi que d actions ou parts d OPCVM dont l actif est investi en permanence à hauteur d au moins 60% d actions et autres titres de capital ; - 20% pour les profits nets résultant des cessions d obligations et autres titres de créance ainsi que d actions ou parts d OPCVM dont l actif est investi en permanence à hauteur d au moins 90% d obligations et autres titres de créance ; - 15% pour les profits nets résultant des cessions d actions ou parts d OPCVM qui ne relèvent pas de l une des catégories d OPCVM ci-dessus. Pour le calcul de la taxe, le montant du profit net de cession est arrondi à la dizaine de dirhams inférieure et le montant de la taxe est arrondi au dirham supérieur. d- Modalités de déclaration et de versement d-1. Titres non inscrits en compte Lorsqu il s agit de profits nets résultant des cessions de titres non inscrits en compte auprès d un intermédiaire financier habilité teneur de compte titres conformément aux dispositions de l article 24 de la loi n relative à la création d un dépositaire central et à l institution d un régime général de l inscription en compte de certaines valeurs, la taxe fait l objet d une déclaration annuelle par le cédant. Cette déclaration annuelle récapitule toutes les cessions effectuées et portant sur des titres non inscrits en compte et doit être remise par les cédants, contre récépissé, en même temps que le versement, au receveur de l enregistrement du lieu de leurs résidences au plus tard le 31 Mars de l année qui suit celle au cours de laquelle les cessions ont été effectuées. Elle est établie sur ou d après un modèle fourni par l administration et doit être accompagnée de toutes les pièces justificatives relatives aux prix de cession et d acquisition des titres cédés. Fiscalité mobilière Avril 2000 A.Saaidi Consultants 5

6 d.2. Titres inscrits en compte et titres d OPCVM Pour les titres inscrits auprès d un intermédiaire financier habilité teneur de comptes titres, la taxe est retenue à la source sur les profits nets résultant de cessions de titres inscrits en compte auprès dudit intermédiaire financier, sur la base d un document portant ordre de cession émanant du cédant ou pour son compte et comportant selon la nature des titres cédés, le prix et la date de l acquisition ainsi que les frais y relatifs ou le coût moyen pondéré desdits titres lorsqu ils sont acquis à des prix différents. Les intermédiaires financiers teneurs de compte ne prennent pas en considération le seuil d exonération de DH prévu par la loi. Toutefois, le cédant bénéficie du seuil exonéré lors de la remise de la déclaration récapitulative de l ensemble des cessions annuelles effectuées. A défaut de remise par le cédant de l ordre de cession cité plus haut, l intermédiaire financier habilité teneur de compte procède à une retenue à la source au taux de 10% du prix de cession, lequel taux peut faire l objet d une réclamation. La taxe retenue à la source est versée par lesdits intermédiaires dans le mois qui suit le semestre au cours duquel la retenue a été effectuée, à la caisse du receveur de l enregistrement du lieu de leur siège. Le versement s effectue par bordereau - avis établi sur ou d après un modèle fourni par l administration. Il est entendu que chaque intermédiaire financier n aura à prendre en considération dans le calcul de la taxe à retenir à la source que les données relatives aux actions et titres dont il assure la gestion. d.3. Période transitoire La loi de finances 1999/2000 prévoit une période transitoire allant jusqu au 1 er janvier 2000 durant laquelle les intermédiaires financiers habilités teneurs de compte ne sont pas soumis à l obligation de retenue à la source prévue cidessus. Il s ensuit que pendant cette période, il incombe aux bénéficiaires des profits sur cession soumis à la taxe de souscrire leur déclaration annuelle récapitulant les cessions effectuées comme il est précisé ci-dessus (voir point d.1). Par ailleurs, pour les porteurs d actions ou parts d OPCVM, la taxe doit être calculée par lesdits OPCVM, retenue et versée par leurs établissements dépositaires dans le mois qui suit le semestre au cours duquel la retenue a été effectuée (en fait en janvier 2000), à la caisse du receveur de l enregistrement du lieu de leur siège social. Fiscalité mobilière Avril 2000 A.Saaidi Consultants 6

7 d.4. Contribuable disposant des titres inscrits et des titres non inscrits La loi n a pas expressément réglé le cas d un contribuable qui dispose et qui a procédé à des cessions de titres inscrits en compte et de titres non inscrits. Pour ces contribuables, la direction des impôts a confirmé qu ils doivent procéder à une seule déclaration annuelle récapitulant l ensemble des opérations de cession effectuées et procéder au paiement de la taxe correspondante au profit net annuel découlant de l ensemble de ces opérations. e. Déclarations annuelles e.1. Déclaration à souscrire par les intermédiaires financiers : Les intermédiaires financiers habilités teneurs de comptes titres doivent récapituler, pour chaque titulaire de titres, les cessions effectuées chaque année par ledit titulaire sur une déclaration, établie sur ou d après un imprimé modèle fourni par l administration. Ils sont tenus de l adresser par lettre recommandée avec accusé de réception, ou remettre contre récépissé, au plus tard le 31 Mars de l année qui suit celles desdites cessions, à l inspecteur des impôts directs et taxes assimilées du lieu de leur siège. Cette déclaration doit comporter les indications suivantes : - La dénomination et l adresse de l intermédiaire financier habilité teneur de comptes ; - Les nom, prénom et adresse du cédant ; - Son numéro de carte d identité nationale ou de carte de séjour ; - La dénomination des titres cédés ; - Le solde des plus ou moins values résultant des cessions effectuées au cours de l année. e.2. Déclaration à souscrire par les redevables Les redevables de la taxe ayant subi la retenue à la source, doivent récapituler annuellement toutes les cessions effectuées pendant une année déterminée sur une déclaration, valant demande de régularisation et, le cas échéant, de restitution, qui doit être adressée par lettre recommandée avec accusé de réception ou remise contre récépissé au plus tard le 31 Mars de l année suivante à l inspecteur des impôts directs et taxes assimilées du lieu de leur résidence. La déclaration est rédigée sur ou d après un modèle fourni par l administration. Elle doit être accompagnée des documents justificatifs : Fiscalité mobilière Avril 2000 A.Saaidi Consultants 7

8 - des précomptes effectués par les intermédiaires financiers habilités teneurs de comptes titres ; - des moins values non imputées par les intermédiaires financiers au cours du même exercice fiscal ; - des dates et prix d acquisition des titres ou du coût moyen pondéré communiqué à l intermédiaire financier habilité. Cette déclaration ne doit pas être confondue avec celle devant être déposée par les bénéficiaires de profits sur les titres non inscrits en compte (voir d.1). Toutefois, comme précisé au point d.4. ci-dessus, le contribuable qui dispose des deux catégories de titres (inscrits et non inscrits), n aura à procéder qu à une seule déclaration qui récapitule aussi bien les profits et pertes sur les titres inscrits en compte que ceux sur les titres non inscrits. En fait, la déclaration prévue au point d.1. doit être cumulée avec celle prévue au présent point e.2. B TAXATION DES REVENUS * TAXE SUR LES PRODUITS DE PLACEMENT A REVENU FIXE (TPPRF) ET * TAXE SUR LE PRODUIT DES ACTIONS PARTS SOCIALES ET REVENUS ASSIMILES (TPA) La loi de finances prévoit l application automatique du taux de 30% libératoire aux intérêts servis aux personnes physiques n agissant pas dans le cadre d une activité professionnelle soumise à l IGR selon le régime de la comptabilité (bénéfice net réel ou bénéfice net simplifié). Elle prévoit également l application automatique du taux de 20% sur les intérêts servis aux personnes morales et aux personnes physiques non concernées par le taux de 30%. Le taux de 20% étant bien entendu imputable sur l IS ou l IGR professionnel avec droit à restitution. Cette disposition modificative s applique aux intérêts et autres produits similaires versés ou inscrits en compte à partir du 1 er juillet La loi de finances prévoit également la suppression à partir du 1 er juillet 1999 de l abattement de 50% dont bénéficiaient les dividendes distribués par les OPCVM. Par conséquent, le régime fiscal des revenus de valeurs mobilières perçus par les personnes physiques résidentes est désormais défini comme suit : Fiscalité mobilière Avril 2000 A.Saaidi Consultants 8

9 Les intérêts et revenus assimilés : TPPRF au taux de 30% libératoire (20% pour les professionnels soumis à la comptabilité) ; Les dividendes et revenus assimilés : TPA au taux de 10% libératoire d autres impôts (les dividendes de source étrangère sont soumis à l IGR catégorie des revenus mobiliers avec imputation de l impôt éventuellement payé ou prélevé dans le pays de la source conformément aux dispositions légales en vigueur). Les revenus distribués par les OPCVM doivent être analysés pour faire ressortir la fraction desdits revenus assimilés à des intérêts et donc soumise à la TPPRF et celle considérée comme dividende passible de la TPA et ce, dans les mêmes conditions et aux mêmes taux que ci-dessus. II PERSONNES PHYSIQUES NON RESIDENTES A- EXEMPTION DES PROFITS DE CESSION Pour les personnes physiques non résidentes, la loi ne prévoit pas actuellement l imposition des profits qu elles pourraient réaliser au Maroc sur la cession des valeurs mobilières, qu elles soient de capital ou de créance. B- RETENUE A LA SOURCE SUR LES REVENUS En ce qui concerne les revenus de valeurs mobilières versés aux personnes physiques non résidentes, leur régime fiscal peut être résumé comme suit : Pour les intérêts et revenus assimilés : retenue à la source de 10% sauf exemption prévue au profit des intérêts afférents aux dépôts en devises, aux comptes en dirham convertible, aux prêts émis ou garantis par l Etat et aux prêts accordés en devises d un terme supérieur ou égal à 10 ans ; Pour les dividendes et assimilés : retenue à la source de 10% au titre de la TPA. Ces taux peuvent être modifiés en présence de convention fiscale prévoyant des taux inférieurs. TITRE 2 : REGIME FISCAL DES PERSONNES MORALES Le régime fiscal des personnes morales n a pas connu d importantes modifications par la dernière loi de finances, sauf en ce qui concerne l application automatique du taux de 20% aux intérêts servis à celles-ci. Nous rappelons ci-après le régime applicable aussi bien aux profits de cession qu aux revenus des valeurs mobilières détenues par une personne morale. Fiscalité mobilière Avril 2000 A.Saaidi Consultants 9

10 I PERSONNES MORALES NON RESIDENTES Le même régime fiscal développé ci-dessus pour les personnes physiques non résidentes est applicable aux personnes morales non résidentes. II PERSONNES MORALES RESIDENTES A- TAXATION DES PROFITS DE CESSION ET PLUS VALUES DE RETRAIT D ACTIF Les profits sur cession de valeurs mobilières, de capital ou de créance, relèvent, selon le cas, de l impôt sur les sociétés ou de l impôt général sur le revenu. Pour les personnes soumises à l IS, les profits de cession sont imposables dans les conditions ci-après : Application de l abattement prévu par l article 19 de la loi sur l IS. Cet abattement s applique aux valeurs mobilières indépendamment de leur affectation comptable (immobilisation ou placement) en fonction de leur durée de détention ; Exonération totale contre engagement de réinvestissement dans les conditions prévues à l article de la loi sur l IS. cette exonération ne s applique pas aux actions considérées comme titres de placements et comptabilisées en tant que tels (cf. article de la loi sur l IS) ; Imposition libératoire au taux de 15%. Cette imposition optionnelle ne concerne que les valeurs mobilières de capital inscrites en immobilisations financières et détenues depuis au moins 12 mois. B IMPOSITION DES REVENUS DE VALEURS MOBILIERES Les intérêts perçus par une personne morale sont soumis à la TPPRF au taux de 20% retenue à la source imputable sur l IS avec droit à restitution. Bien entendu, les intérêts servis aux établissements de banque et de crédit ne sont pas soumis à cette retenue à la source. Il en est de même pour ceux servis aux OPCVM. L imputation sur l IS a lieu sur les acomptes dus au cours de l exercice et sur l impôt dû à la fin de l exercice. Les dividendes bénéficient entre les mains de la personne morale d un abattement de 100% au titre de l IS, ils ne sont pas soumis à la TPA à la source à condition que la société bénéficiaire transmette une attestation de propriété des titres à l entité chargée de la distribution. (Important : les attestations de propriété des titres doivent être jointes à la déclaration annuelle des dividendes distribués). Fiscalité mobilière Avril 2000 A.Saaidi Consultants 10

11 EXEMPLE 1 DONNEES PORTEFEUILLES AU 04 AOUT 1999 CAS D'ILLUSTRA TIONS TPCVM BIF N 33 TITRES DATE QUANTITE PRIX UNITAIRE BCM 14/08/ ,00 BCM 15/07/ ,00 BMCE 20/05/ ,00 BMCI 10/10/ ,00 BNDE 01/07/ ,00 GENE TIRE 10/05/ ,00 CTM 13/02/ ,00 STE AAA 14/01/ ,00 STE AAA 01/01/ ,00 STE AAA 30/06/ AGMA 15/07/ ,00 SNI 15/ ,00 * Les quantités et prix ne sont donnés qu'à titre d'illustration. Les actions cotées sont gérés par le même intermédiaire financier. PRIX D'ACQUISITION A RETENIR POUR LES CESSIONS FUTURES TITRES QUANTITE PRIX OBSERVATIONS ACQUISITION UNITAIRE BCM ,00 PFV BMCE ,00 PFV BMCI ,00 PFV BNDE ,00 PAJ = PFV GENETIRE ,00 PAJ ou PFV CTM ,00 PFV STE AAA ,00 CMP AGMA ,00 PAJ SNI ,00 PAJ PFV PAJ CMP Plus forte valeur du 01/07/98 au 30/06/99 Prix acquisition justifié Coût moyen pondéré Fiscalité mobilière Avril 2000 A.Saaidi Consultants 11

12 Fiscalité mobilière Avril 2000 A.Saaidi Consultants 12

13 EXEMPLE 1 : SUITE BIF N 33 CESSION EN 2000 DES TITRES CI-APRES TITRES DATE QUANTIE PX TOTAL FRAIS CESSION PRIX CESSION Px PROFIT CESSION ACQUIS ESTIMES TTC NET NET OU PERTE BCM 17-janv , , , , , ,00 GENE TIRE 15-févr , ,00 475, , , ,00 BMCE 01-févr , , , , , ,00 BMCI 17-juil , ,00 926, , , ,00 CTM 25-déc , , , , , ,00 STE AAA 25-nov , , , , , , , , ,00 RESULTAT TPCVM 10% MODALITES PREMIER SEMESTRE DEUXIEME SEMESTRE , ,80 Retenue à la source , ,00 Retenue à la source TITRES NON INSCRITS EN COMPTE , ,00 Déclaré par le contribuable TOTAL , ,80 REGULARISATION ANNUELLE * Profit exonéré (44 048*20 000/ ) 875,00 * Taxe correspondante 87,00 * Taxe due au vu de la déclaration annuelle ( ) 1713,00 Fiscalité mobilière Avril 2000 A.Saaidi Consultants 13

14 EXEMPLE 2 ACQUISITION DE VALEURS MOBILIERES DE CREANCE SELON LES CARACTERISTIQUES CI-APRES GEREES PAR UN INTERMEDIAIRE FINANCIER Nombre 2 Prix acquisition unitaire ,00 Date acquisition 01-janv-00 taux intérêt 6% Nominal ,00 Échéance 30/06/00 Frais sur achat par bon 100,00 Intérêt couru 3 000,00 Prix achat net ,00 CESSIONS Nombre 1,00 Nombre 1,00 Date 1-avr-00 Date 1-juin-00 Prix ,00 Prix ,00 Frais sur vente 50,00 Frais sur vente 45,00 Intérêt couru 4 500,00 Intérêt couru 5 500,00 Prix de vente net ,00 Prix de vente net ,00 Résultat 250,00 Résultat - 745,00 RESULTAT SEMESTRIEL - 495,00 REPORTABLE SUR LE SEMESTRE SUIVANT Fiscalité mobilière Avril 2000 A.Saaidi Consultants 14

15 EXEMPLE 3 : PARTS OPCVM ACQUISITIONS DATE TYPE OPCVM QUANTITE VL PRIX BRUT FRAIS PRIX NET 12-mars-99 Obligataire 10, , , , ,00 31-mai-99 Actions 100, , , , ,00 (1) 15-juin-99 Diversifié 45, , ,00 700, ,00 (1) Plus forte VL constatée entre le 01/07/98 et 30/06/99 : 1 658,56 CESSIONS DATE TYPE OPCVM QUANTITE VL PRIX BRUT FRAIS PRIX NET RESULTAT TPCVM 03-févr-00 Obligataire 10, , , , , , ,00 04-avr-00 Actions 50, , ,00 600, , ,00 REPORTABLE (2) 12-mai-00 Diversifié 30, , ,00 420, ,00 13,00 2,00 13-mai-00 Diversifié 15, , ,00 330, ,00 636,67 95,00 31-août-00 Actions 50, , ,00 610, ,00 434,00 43,00 TOTAL , , , ,00 TPCVM RETENUE A LA SOURCE ===========> 1 er TRIMESTRE ,00 2 ème TRIMESTRE 43,00 (2) La moins-value constatée sur les 50 parts de l'opcvm -ACTIONS est reportable sur le semestre qui suit. Fiscalité mobilière Avril 2000 A.Saaidi Consultants 15

16 CALCUL DU PROFIT EXONERE OPCVM PX DE CESS SEUIL EXO RESULTAT RES/SEUIL TAXE/SEUL Obligataire , , , ,41 206,68 Actions , ,55 434,00 6,03 0,60 Diversifié ,00 806,73 650,00 9,03 1,35 TOTAL , , , ,46 208,64 TAXE DUE APRES REGULARISATION ,00 Fiscalité mobilière Avril 2000 A.Saaidi Consultants 16

17 Fiscalité mobilière Avril 2000 A.Saaidi Consultants 17

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE La fiscalité simplifiée des valeurs mobilières Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre

Plus en détail

Dispositions de la loi de finances 2014 relatives à la contribution libératoire

Dispositions de la loi de finances 2014 relatives à la contribution libératoire Groupement Professionnel des Banques du Maroc Dispositions de la loi de finances 2014 relatives à la contribution libératoire Guide pratique de place 0 Préambule I- CONTEXTE GENERAL Le Maroc a adhéré le

Plus en détail

Addendum belge au prospectus d émission

Addendum belge au prospectus d émission Contrôle de l'information et des marchés financiers Annexe II : modèle d addendum belge au prospectus Addendum belge au prospectus d émission Date Dénomination de l OPCVM Forme juridique de l OPCVM (société

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/24 NOTE COMMUNE N 11/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/24 NOTE COMMUNE N 11/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/03/13 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/24 NOTE COMMUNE N 11/2002 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

d.4. Contribuable disposant des titres inscrits et des titres non inscrits e.1. Déclaration à souscrire par les intermédiaires financiers :

d.4. Contribuable disposant des titres inscrits et des titres non inscrits e.1. Déclaration à souscrire par les intermédiaires financiers : INTRODUCTION I- TAXE SUR LES PROFITS DE CESSION DE VALEURS MOBILIERES ET AUTRES TITRE DE CAPITAL ET DE CREANCE a- Champ d'application de la taxe b- Base imposable b.1.définition générale b.2. Titres auparavant

Plus en détail

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014)

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières 2 SOMMAIRE PAGES INTRODUCTION 3 I) Schéma illustratif

Plus en détail

NOTE COMMUNE N 1/2008

NOTE COMMUNE N 1/2008 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTRERE DES FINANCES ----------------- DIRECTION GENERALE DES ETUDES ET DE LA LEGISLATION FISCALES NOTE COMMUNE N 1/2008 O B J E T : Commentaire des dispositions du décret n 2007-1870

Plus en détail

---------------------------

--------------------------- F I S C A L I T E A P P L I C A B L E A U X D I V I D E N D E S P A Y E S P A R D E X I A Principe général : Les dividendes d actions payés par des sociétés belges à leurs actionnaires, quelque soit leur

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011 Loi de finances pour 2011 La loi de finances pour 2011 ne bouleverse pas notre fiscalité. Les principales dispositions sont relatives

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

la fiscalité des valeurs mobilières en 2015

la fiscalité des valeurs mobilières en 2015 la fiscalité des valeurs mobilières en 2015 loi de finances 2015 loi n 2014-1654 du 29 décembre 2014 web conference - 10-02-2015 1 les lois de finances 2013 et 2014 régime des plus values simplification

Plus en détail

Cercle Patrimonial. Débat sur la Fiscalité

Cercle Patrimonial. Débat sur la Fiscalité Cercle Patrimonial Débat sur la Fiscalité Oujda, le 10 octobre 2013 Cadre légal marocain d imposition des salariés Benchmark sur les différents modèles de la fiscalité des produits de retraite (1/4) Dans

Plus en détail

Note commune N 3 / 2014

Note commune N 3 / 2014 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES ETUDES ET DE LA LEGISLATION FISCALES Note commune N 3 / 2014 Objet : Commentaire des dispositions de l article 77 de la loi n 2013-54

Plus en détail

Remboursement du crédit de TVA cumulé : Le texte publié au B.O.

Remboursement du crédit de TVA cumulé : Le texte publié au B.O. Remboursement du crédit de TVA cumulé : Le texte publié au B.O. La mise en pratique des dispositions de l article 247-XXV du code général des impôts de 2014, introduit par l article 4 de la loi de finances

Plus en détail

CIRCULAIRE N 02/00 RELATIVE AU PLACEMENT DE VALEURS MOBILIERES DANS LE CADRE D OPERATIONS D APPEL PUBLIC A L EPARGNE

CIRCULAIRE N 02/00 RELATIVE AU PLACEMENT DE VALEURS MOBILIERES DANS LE CADRE D OPERATIONS D APPEL PUBLIC A L EPARGNE Rabat, le 11 juillet 2000 CIRCULAIRE N 02/00 RELATIVE AU PLACEMENT DE VALEURS MOBILIERES DANS LE CADRE D OPERATIONS D APPEL PUBLIC A L EPARGNE Aux termes de l article 1 er du Dahir portant loi n 1-93-212

Plus en détail

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR portant sur 365.600 actions 1000mercis en vue de la réduction de son capital social Prix de l offre : 25 par action 1000mercis Durée de l offre : du 16 avril

Plus en détail

Impôts 2015. Revenus des valeurs et capitaux mobiliers. les revenus imposables. les revenus exonérés d impôt sur le revenu. quelle imposition?

Impôts 2015. Revenus des valeurs et capitaux mobiliers. les revenus imposables. les revenus exonérés d impôt sur le revenu. quelle imposition? Impôts 2015 Revenus des valeurs et capitaux mobiliers les revenus imposables les revenus exonérés d impôt sur le revenu quelle imposition? abattements, crédits d impôt, prélèvements sociaux Les revenus

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION DU FCPI INNOVERIS

NOTICE D INFORMATION DU FCPI INNOVERIS NOTICE D INFORMATION DU FCPI INNOVERIS * * * AVERTISSEMENT 1. «La Commission des opérations de bourse appelle l attention des souscripteurs sur les risques spécifiques qui s attachent aux FCPI ( fonds

Plus en détail

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 :

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : I.S.F. Patrimoine taxable Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : Vous êtes redevable de l ISF si votre patrimoine net taxable excède 1,3 million au 1 er janvier

Plus en détail

Plus-values immobilières des particuliers

Plus-values immobilières des particuliers > Fiscalité patrimoniale Fiscalité personnelle Plus-values immobilières des particuliers Abattement pour durée de détention Abattement identique pour tous les biens >> Abattement pour durée de détention

Plus en détail

Morvilliers Sentenac Avocats

Morvilliers Sentenac Avocats Newsletter n 13... Février 2013 Morvilliers Sentenac Avocats Actualités fiscales Les lois de finance votées en fin d année modifient sensiblement le paysage fiscal en accroissant les charges fiscales pesant

Plus en détail

SPP, ou plan d achat d actions

SPP, ou plan d achat d actions SPP, ou plan d achat d actions destiné aux salariés permanents du groupe Randstad France Au sein du Groupe Randstad, nous avons la conviction que notre personnel est notre atout le plus précieux. C est

Plus en détail

CONTRIBUTION LIBÉRATOIRE 11 Février 2014 PRÉSENTÉ PAR JAOUAD HAMRI DIRECTEUR DE L OFFICE DES CHANGES

CONTRIBUTION LIBÉRATOIRE 11 Février 2014 PRÉSENTÉ PAR JAOUAD HAMRI DIRECTEUR DE L OFFICE DES CHANGES CONTRIBUTION LIBÉRATOIRE 11 Février 2014 PRÉSENTÉ PAR JAOUAD HAMRI DIRECTEUR DE L OFFICE DES CHANGES LES PERSONNES CONCERNÉES Personnes physiques ou morales résidentes : disposant d une résidence, d un

Plus en détail

Déclaration des plus ou moins-values réalisées en 2014

Déclaration des plus ou moins-values réalisées en 2014 N 2074 N 11905 * 15 Déclaration des plus ou moins-values réalisées en 2014 distributions de plus-values par un OPCVM ou un placement collectif ; cessions de valeurs mobilières, droits sociaux, titres assimilés

Plus en détail

RESUME. Modalité de la retenue à la source Sur les revenus de capitaux mobiliers relatifs Aux titres d'emprunt négociable

RESUME. Modalité de la retenue à la source Sur les revenus de capitaux mobiliers relatifs Aux titres d'emprunt négociable NOTE COMMUNE N : 33/2000 OBJET : commentaire des dispositions du décret n 2000-712 du 5 avril 2000 pris en application de l'article 57 de la loi n 99-101 du 31 décembre 1999 portant loi de finances pour

Plus en détail

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com LOI DE FINANCE 2013 La loi de Finance 2013 apporte son lot de nouveautés. Nombre de régimes tant pour les entreprises que pour les particuliers sont impactés en profondeur. Ci-après la revue des principaux

Plus en détail

INFORMATION CONCERNANT VOTRE DECLARATION DES REVENUS DE 2013 FISCALITE DES PLUS OU MOINS-VALUES DE CESSIONS DE VALEURS MOBILIERES

INFORMATION CONCERNANT VOTRE DECLARATION DES REVENUS DE 2013 FISCALITE DES PLUS OU MOINS-VALUES DE CESSIONS DE VALEURS MOBILIERES INFORMATION CONCERNANT VOTRE DECLARATION DES REVENUS DE 2013 FISCALITE DES PLUS OU MOINS-VALUES DE CESSIONS DE VALEURS MOBILIERES La Loi de Finances pour 2014, publiée au Journal Officiel de la République

Plus en détail

NC 17 Norme comptable relative au portefeuille-titres et autres opérations effectuées par les OPCVM

NC 17 Norme comptable relative au portefeuille-titres et autres opérations effectuées par les OPCVM NC 17 Norme comptable relative au portefeuille-titres et autres opérations effectuées par les OPCVM Objectif 01. La Norme Comptable NC 07 - relative aux placements définit les règles de prise en compte,

Plus en détail

Royaume du Maroc IMPOT SUR LE REVENU. DECLARATION DES TRAITEMENTS ET SALAIRES (ART.79 du Code Général des Impôts) ANNEE / / / / /

Royaume du Maroc IMPOT SUR LE REVENU. DECLARATION DES TRAITEMENTS ET SALAIRES (ART.79 du Code Général des Impôts) ANNEE / / / / / Royaume du Maroc Modèle ADC040F/10E IMPOT SUR LE REVENU DECLARATION DES TRAITEMENTS ET SALAIRES (ART.79 du Code Général des Impôts) ANNEE / / / / / Direction Régionale ou (Inter) Préfectorale de :.. Perception

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 OBJECTIF DE LA NORME 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

L IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP)

L IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP) L IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP) Qu est ce que l IRPP? L impôt sur le revenu des personnes physiques en abrégé (IRPP) est : un impôt direct qui frappe le revenu net global des personnes

Plus en détail

AVENANT N (XX) A L ACCORD DE PARTICIPATION

AVENANT N (XX) A L ACCORD DE PARTICIPATION AVENANT N (XX) A L ACCORD DE PARTICIPATION Ce document est fourni à titre indicatif et doit être soumis à votre conseiller juridique habituel qui le complètera de toutes les spécificités propres à votre

Plus en détail

Imposition des revenus et des profits fonciers.

Imposition des revenus et des profits fonciers. Imposition des revenus et des profits fonciers. I. Les revenus fonciers soumis à l IR : Sont soumis à l IR: II. les revenus provenant de la location des immeubles ( bâtis ou non bâtis : terrain). Situé

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE QUI SOUSCRIT CETTE DÉCLARATION?

NOTICE EXPLICATIVE QUI SOUSCRIT CETTE DÉCLARATION? N 2777-D-NOT N 51275 # 07 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS PRÉLÈVEMENT FORFAITAIRE ET PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX DUS À LA SOURCE SUR LES REVENUS DISTRIBUÉS ET LES INTÉRÊTS

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2007-23 -=-=-=-=-=- Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie :

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2007-23 -=-=-=-=-=- Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie : Tunis, le 10 octobre 2007 CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2007-23 -=-=-=-=-=- O B J E T / Participation des résidents au capital de sociétés non résidentes établies en Tunisie. Le Gouverneur de

Plus en détail

NOTICE POUR REMPLIR LA DECLARATION n 2041-GL

NOTICE POUR REMPLIR LA DECLARATION n 2041-GL N 2041-GL-NOT (2012) N 50565#12 NOTICE POUR REMPLIR LA DECLARATION n 2041-GL Transfert du domicile fiscal hors de France avant le 1 er janvier 2005 : Plus-values mobilières - Expiration du sursis de paiement

Plus en détail

Les plus values à la cessation d activité

Les plus values à la cessation d activité Les plus values à la cessation d activité Les quatre régimes d exonération des plus values Plus-values professionnelles - cas général Depuis le 1er janvier 2006, le bénéfice de l exonération est réservé

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2012/15 NOTE COMMUNE N 15/2012

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2012/15 NOTE COMMUNE N 15/2012 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2012/07/29 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2012/15 NOTE COMMUNE N 15/2012 O B J E T : Commentaire : - des dispositions

Plus en détail

Convention d ouverture et de gestion libre d un Compte Epargne en Actions CEA Libre-

Convention d ouverture et de gestion libre d un Compte Epargne en Actions CEA Libre- MAC S.A. Intermédiaire en Bourse Agrément N 44/89 du 01/05/98 Entre les Soussignés : Convention d ouverture et de gestion libre d un Compte Epargne en Actions CEA Libre Identifiant unique N :. Monsieur(Mme):...........

Plus en détail

IMPOT SUR LE REVENU DECLARATION DU REVENU GLOBAL. Du / / / / / / / / / Au / / / / / / / / / IDENTIFICATION DU CONTRIBUABLE ... ... ...

IMPOT SUR LE REVENU DECLARATION DU REVENU GLOBAL. Du / / / / / / / / / Au / / / / / / / / / IDENTIFICATION DU CONTRIBUABLE ... ... ... Royaume du Maroc Modèle n ADP010F-10E IMPOT SUR LE REVENU DECLARATION DU REVENU GLOBAL Du / / / / / / / / / Au / / / / / / / / / Direction régionale ou (inter) préfectorale Subdivision Secteur Nom, Prénom(s)

Plus en détail

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements 1 Les Placements Les placements sont des actifs détenus par une entreprise dans l objectif d en tirer des bénéfices sous forme d intérêts de dividendes ou de revenus assimilés, des gains en capital ou

Plus en détail

Chapitre 2 : L'impôt sur les plus-values des particuliers (Version 2006)

Chapitre 2 : L'impôt sur les plus-values des particuliers (Version 2006) Chapitre 2 : L'impôt sur les plus-values des particuliers (Version 2006) L imposition des plus-values des particuliers fait l objet d un traitement séparé qui la distingue de l imposition des autres revenus

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 13 DU 9 FEVRIER 2012 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 C-1-12 INSTRUCTION DU 26 JANVIER 2012 IMPOT SUR LE REVENU. PLUS-VALUES DE CESSION DE VALEURS MOBILIERES ET

Plus en détail

ADDENDUM BELGE AU PROSPECTUS D EMISSION SAINT-HONORE EUROPE SYNERGIE Fonds Commun de Placement de droit français conforme à la Directive 85/611/CEE 47, rue du Faubourg Saint-Honoré, 75401 Paris, France

Plus en détail

ADDENDUM BELGE AU PROSPECTUS D EMISSION

ADDENDUM BELGE AU PROSPECTUS D EMISSION ADDENDUM BELGE AU PROSPECTUS D EMISSION ADDENDUM DE JANVIER 2011 INVESCO TAIGA Société d'investissement à Capital Variable de droit français conforme à la Directive 85/611/CEE Rue de Londres, 16/18 75009

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 FM/AMA 25 janvier 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 Les principales mesures de la Loi de Finances pour 2013 et des Lois de Finances rectificatives pour 2012, sont

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/68 NOTE COMMUNE N 45/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/68 NOTE COMMUNE N 45/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/08/38 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/68 NOTE COMMUNE N 45/2002 O B J E T: Commentaire des dispositions

Plus en détail

DECLARATION ISF 2012

DECLARATION ISF 2012 MODE D EMPLOI DECLARATION ISF 2012 - Pour les patrimoines supérieurs à 3 millions d - Date limite de déclaration et de paiement : Le 15 juin 2012 1 LES REDEVABLES DE L ISF Les contribuables dont le patrimoine

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GENERALE DES IMPOTS 5 I-1-06 N 4 du 12 JANVIER 2006 MESURES DE TRANSPOSITION DE LA DIRECTIVE 2003/48/CE DU CONSEIL DU 3 JUIN 2003 EN MATIERE DE FISCALITE DES REVENUS

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE TITRES REGLEMENT RELATIF A L ORGANISATION DU MARCHE DES CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA)

CREDIT AGRICOLE TITRES REGLEMENT RELATIF A L ORGANISATION DU MARCHE DES CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) CREDIT AGRICOLE TITRES REGLEMENT RELATIF A L ORGANISATION DU MARCHE DES CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) Préambule La loi du 13 juillet 1992 a modifié la loi du 10 septembre 1947 portant statut

Plus en détail

Texte n DGI 2009/36 NOTE COMMUNE N 17/2009

Texte n DGI 2009/36 NOTE COMMUNE N 17/2009 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2009/05/20 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2009/36 NOTE COMMUNE N 17/2009 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE)

Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE) Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE) Le crédit d impôt compétitivité emploi (CICE) est la première mesure prévue par le Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Plus en détail

ETATS FINANCIERS TRIMESTRIELS DE SICAV BDET ARRETES AU 30 JUIN 2003. BILAN ARRETE AU 30 JUIN 2003 (Montants exprimés en dinars tunisiens)

ETATS FINANCIERS TRIMESTRIELS DE SICAV BDET ARRETES AU 30 JUIN 2003. BILAN ARRETE AU 30 JUIN 2003 (Montants exprimés en dinars tunisiens) Mustapha MEDHIOUB Expert comptable Membre de l ordre des experts comptables de Tunisie ETATS FINANCIERS TRIMESTRIELS DE SICAV BDET ARRETES AU 30 JUIN 2003 1- En exécution du mandat de commissariat aux

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE MARS 2010 BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE Aout 2012 Une information de notre partenaire Texte phare de la session parlementaire extraordinaire convoquée en juin dernier par le nouveau président de

Plus en détail

B.O.I. N 106 du 6 JUIN 1997 [BOI 5I-7-97 ]

B.O.I. N 106 du 6 JUIN 1997 [BOI 5I-7-97 ] B.O.I. N 106 du 6 JUIN 1997 [BOI 5I-7-97 ] Références du document 5I-7-97 Date du document 06/06/97 2. Application de la CSG dans le temps La CSG prélevée en application des dispositions de l'article 1600-0

Plus en détail

Chiffres clés pour 2013

Chiffres clés pour 2013 Chiffres clés pour 2013 Certains produits d investissement et d épargne peuvent vous procurer un bel avantage fiscal. Que ce soit l épargne-pension, votre compte d épargne, retrouvez un tableau récapitulatif

Plus en détail

COLLECTIVITÉ DE SAINT-MARTIN

COLLECTIVITÉ DE SAINT-MARTIN N 2048_SM-M (07/2012) COLLECTIVITÉ DE SAINT-MARTIN DÉCLARATION DE PLUS-VALUE SUR LES CESSIONS DE PARTS DE SOCIÉTÉS À PRÉPONDÉRANCE IMMOBILIÈRE Impôt sur le revenu afférent à la plus-value immobilière (CGI

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

COMPTES DE L EXERCICE 2010 DU REGIME DE RETRAITE DES AGENTS TITULAIRES

COMPTES DE L EXERCICE 2010 DU REGIME DE RETRAITE DES AGENTS TITULAIRES 2. Les comptes 2009 du régime de retraite des agents titulaires de la Banque de France établis conformément aux dispositions des articles L.114-5 et suivants du Code de la sécurité sociale Banque de France

Plus en détail

Dispositions de la loi de finances 2014 relatives à la contribution libératoire GUIDE PRATIQUE DE PLACE

Dispositions de la loi de finances 2014 relatives à la contribution libératoire GUIDE PRATIQUE DE PLACE Dispositions de la loi de finances 2014 relatives à la contribution libératoire GUIDE PRATIQUE DE PLACE I- CONTEXTE GENERAL Le Maroc a adhéré le 26 octobre 2011 au Forum mondial sur la transparence et

Plus en détail

Dispositions de la loi de finances 2014 relatives à la contribution libératoire GUIDE PRATIQUE DE PLACE

Dispositions de la loi de finances 2014 relatives à la contribution libératoire GUIDE PRATIQUE DE PLACE Dispositions de la loi de finances 2014 relatives à la contribution libératoire GUIDE PRATIQUE DE PLACE I- CONTEXTE GENERAL Le Maroc a adhéré le 26 octobre 2011 au Forum mondial sur la transparence et

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-INT-CVB-USA-10-20-40-20120912 DGFIP INT - Convention fiscale entre la France

Plus en détail

NOTE CIRCULAIRE N 723 RELATIVE AU REMBOURSEMENT DU CREDIT DE TAXE CUMULE

NOTE CIRCULAIRE N 723 RELATIVE AU REMBOURSEMENT DU CREDIT DE TAXE CUMULE NOTE CIRCULAIRE N 723 RELATIVE AU REMBOURSEMENT DU CREDIT DE TAXE CUMULE Dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations des assises nationales sur la fiscalité tenues à Skhirat les 29 et 30 avril

Plus en détail

Vu la loi n 94-117 du 14 novembre 1994, portant réorganisation du marché financier,

Vu la loi n 94-117 du 14 novembre 1994, portant réorganisation du marché financier, Décret n 99-2773 du 13 décembre 1999 relatif à la fixation des conditions d ouverture des «Comptes Epargne en Actions», des conditions de leur gestion et de l utilisation des sommes et titres qui y sont

Plus en détail

Les retenues à la source (Version 2005)

Les retenues à la source (Version 2005) Les retenues à la source (Version 2005) Chapitre 6 - Les retenues à la source sur les revenus des capitaux mobiliers et les jetons de présence Après avoir défini les revenus des capitaux mobiliers (Section

Plus en détail

INSTRUCTION N 22/99 RELATIVE A L AGREMENT DES ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF EN VALEURS MOBILIERES ET A L INFORMATION DU PUBLIC

INSTRUCTION N 22/99 RELATIVE A L AGREMENT DES ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF EN VALEURS MOBILIERES ET A L INFORMATION DU PUBLIC UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE CONSEIL REGIONAL DE L EPARGNE PUBLIQUE ET DES MARCHES FINANCIERS INSTRUCTION N 22/99 RELATIVE A L AGREMENT DES ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF EN VALEURS MOBILIERES ET

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 79 DU 1 er SEPTEMBRE 2010 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 14 B-3-10 INSTRUCTION DU 24 AOUT 2010 MODIFICATION DU CIRCUIT DES IMPRIMES PERMETTANT DE BENEFICIER DES

Plus en détail

INFORMATIONS RELATIVES À LA TAXE D APPRENTISSAGE

INFORMATIONS RELATIVES À LA TAXE D APPRENTISSAGE INFORMATIONS RELATIVES À LA TAXE D APPRENTISSAGE Ces informations prennent en compte la refonte de la taxe d apprentissage à compter de la campagne 2015, suite à la loi du 5 mars 2014. Les principaux changements

Plus en détail

La mission de «tiers de confiance» a été instaurée par l article 68 de la loi 2010-1658 du 29 décembre 2010 de finances rectificative pour 2010.

La mission de «tiers de confiance» a été instaurée par l article 68 de la loi 2010-1658 du 29 décembre 2010 de finances rectificative pour 2010. DROIT FISCAL 64/2012 LES NOUVELLES MISSIONS DES NOTAIRES Les notaires (comme les avocats et les experts comptables) peuvent être habilités par l administration à devenir «tiers de confiance» pour le compte

Plus en détail

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 - TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE Première partie : TVA déductible au titre de septembre 2008 1.1. Définir le coefficient de déduction et ses trois

Plus en détail

Texte n DGI 2013/13 NOTE COMMUNE N 13/2013. OBJET : Détermination du tableau de détermination du résultat fiscal

Texte n DGI 2013/13 NOTE COMMUNE N 13/2013. OBJET : Détermination du tableau de détermination du résultat fiscal BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2013/03/12 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2013/13 NOTE COMMUNE N 13/2013 OBJET : Détermination du tableau de

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Micro -entreprises L option pour l année 2009 pour le versement forfaitaire libératoire des cotisations et contributions sociales des travailleurs indépendants relevant

Plus en détail

NOTE COMMUNE N 4/2014

NOTE COMMUNE N 4/2014 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES Direction Générale des Etudes et de la Législation Fiscales A.Z NOTE COMMUNE N 4/2014 O B J E T : Commentaire des dispositions des articles 24, 51, 52, 54,

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 PARIS, le 05/09/2007 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 OBJET : Dispositif de report partiel des cotisations patronales pour les PME

Plus en détail

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Membre inscrit I. Définitions Loi du 11 mai 2007 relative

Plus en détail

israéliens Les intérêts Principes : retenue à la source limitée à 10 % Mais exonérés d imposition en France depuis le 1 er mars 2010

israéliens Les intérêts Principes : retenue à la source limitée à 10 % Mais exonérés d imposition en France depuis le 1 er mars 2010 des revenus catégoriels dans la convention fiscale France-Isra Charles SCHEER, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal, Cabinet SCHEER Hervé OLIEL, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal,

Plus en détail

D a h i r p o r t a n t l o i n 1-9 3-2 1 1

D a h i r p o r t a n t l o i n 1-9 3-2 1 1 D a h i r p o r t a n t l o i n 1-9 3-2 1 1 du 21 septembre 1993 modifié et complété par les lois n 34-96, 29-00 et 52-01. Juin 2004 Bourse de Casablanca SOMMAIRE OU DECRET PAGE Arrêté du Ministre des

Plus en détail

Tarif. Placements et conseils financiers

Tarif. Placements et conseils financiers Tarif Placements et conseils financiers Tables des matières 4/5 Mandat de conseil «BCVs Supervision» 6/7 Mandat de gestion «BCVs Star Select» 8/9 Mandat de gestion «BCVs Active Portfolio» 10 Mandat de

Plus en détail

Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux

Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux (OCRC) 823.331 du 9 août 1988 (Etat le 1 er janvier 2009) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 22 de la loi

Plus en détail

revenus locatifs perçus au titre de conventions d occupation précaire (2).

revenus locatifs perçus au titre de conventions d occupation précaire (2). Secrétariat Général Direction des finances NOT99R315DFI Note à l'attention de Mesdames et Messieurs les Chefs des services financiers sous couvert de Mesdames et Messieurs les Délégués régionaux et Directeurs

Plus en détail

NOTE COMMUNE N 13/2014

NOTE COMMUNE N 13/2014 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L4ECONOMIE ET DES FINANCES Direction Générale des Etudes et de la Législation Fiscales TK NOTE COMMUNE N 13/2014 OBJET : Procédures relatives aux opérations de vente

Plus en détail

MEDEF Loi de finances pour 2013

MEDEF Loi de finances pour 2013 MEDEF Loi de finances pour 2013 Commission fiscalité 1 octobre 2012 Loi de finances pour 2013 Fiscalité des personnes physiques Commission fiscalité 1 octobre 2012 Fiscalité du Patrimoine : ISF (1) Aujourd

Plus en détail

Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux

Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux (OCRC) 823.331 du 9 août 1988 (Etat le 20 juillet 2004) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 22 de la loi fédérale

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE QUI SOUSCRIT CETTE DECLARATION?

NOTICE EXPLICATIVE QUI SOUSCRIT CETTE DECLARATION? N 51 275 # 01 2777-D-Not DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS PRÉLÈVEMENT FORFAITAIRE LIBÉRATOIRE ET PRELEVEMENTS SOCIAUX DUS A LA SOURCE SUR LES REVENUS DISTRIBUES ET

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

Pratique des techniques bancaires

Pratique des techniques bancaires Aurélien GIRAUD Pratique des techniques bancaires Banque et fiscalité du particulier Édition 2012, 2012 ISBN : 978-2-212-55293-5 Chapitre 3 Le compte titres ordinaire GÉNÉRALITÉS Le compte titres ordinaire

Plus en détail

Fiche d informations financières assurance vie. Argenta-Flexx 1

Fiche d informations financières assurance vie. Argenta-Flexx 1 Fiche d informations financières assurance vie Argenta-Flexx 1 Type d assurance vie Assurance vie (branche 21) avec rendement garanti par Argenta Assurances SA (dénommée ci-après l Assureur ). Depuis le

Plus en détail

Si vous avez réalisé des retraits sur votre PEA «classique», vous pourrez bénéficier d une nouvelle enveloppe fiscale pour de nouveaux versements

Si vous avez réalisé des retraits sur votre PEA «classique», vous pourrez bénéficier d une nouvelle enveloppe fiscale pour de nouveaux versements Le PEA PME-ETI Création d un nouveau PEA-PME permettant d investir dans des PME et des ETI EN BREF Dispositif adopté par le Parlement dans le cadre de la Loi de finances pour 2014, le PEA «PME- ETI» est

Plus en détail

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE EXTRAITS DU N 48 MARS 2012 Gestion & Actualité La note d information du CGL SOMMAIRE Page 2 Question de bateaux IR : un barème gelé A noter Du crédit pour le bio Page 3 A table! Trois ans de plus Taxi

Plus en détail

Régime fiscal de la marque

Régime fiscal de la marque 29 avril 2008 Régime fiscal de la marque Par Véronique STÉRIN Chargée d études et de recherche Institut de recherche en propriété intellectuelle-irpi et Valérie STÉPHAN Responsable du département fiscal-dgaepi

Plus en détail

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015 MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Récapitulatif des formalités à respecter Rédiger le document formalisant la Décision Unilatérale. Pour vous aider

Plus en détail

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal Abdelwaret KABBAJ Expert-comptable diplômé en France Fondateur du cabinet Kabbaj Erradi advisory firm: Conseil en fiscalité des entreprises et des individus Formations fiscales Marocaines et internationales

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE. Corrigé. Deuxième session. Enseignants responsables :

UNIVERSITÉ DE SFAX ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE. Corrigé. Deuxième session. Enseignants responsables : UNIVERSITÉ DE SFAX ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE Matière : Fiscalité II Corrigé Auditoire : 3 ème année Sciences Comptables Année universitaire 1999/2000 Deuxième session Enseignants responsables : Madame

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/24 NOTE COMMUNE N 15/2011

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/24 NOTE COMMUNE N 15/2011 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2011/26/06 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2011/24 NOTE COMMUNE N 15/2011 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

Ordre téléphonique à la plate forme CA Titres au 08 25 04 30 04 (0,15 /mn)

Ordre téléphonique à la plate forme CA Titres au 08 25 04 30 04 (0,15 /mn) REGLEMENT RELATIF A L ORGANISATION DU MARCHE DES CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) Préambule Ne pouvant être souscrits et détenus que par les sociétaires des Caisses Locales et des Caisses Régionales

Plus en détail