L Europe bancaire et financière M2 Politiques européennes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L Europe bancaire et financière M2 Politiques européennes"

Transcription

1 L Europe bancaire et financière M2 Politiques européennes Delphine Lahet Introduction 1. Définitions des concepts et de l environnement réglementaire a. Concepts : les acteurs, les évolutions des métiers bancaires et financiers b. L environnement réglementaire européen 2. L Europe bancaire : existe-t-il un marché bancaire européen? a. Actuellement, quel marché bancaire européen? b. Quelle(s) supervision(s) européenne(s)? c. Le SEPA 3. Le marché financier européen : Euronext, toujours plus intégré a. Présentation d Euronext b. Les fusions entre places financières 1

2 Plan détaillé l Europe bancaire et financière Introduction Intégration, système financier L achèvement du marché unique des services financiers est essentiel La globalisation financière : 3D Le marché intérieur des services bancaires de détail est loin d être achevé 1. Définitions des concepts et de l environnement réglementaire a. Concepts : les acteurs, les évolutions des métiers bancaires et financiers Les 2 circuits du financement d une économie : les banques, les marchés, les agents à besoin de financement, à capacité de financement, finance directe/indirecte La banque est au cœur du fonctionnement des marchés Etre un intermédiaire de marché/financier est un métier de la banque En France, la mutation du paysage bancaire et financier La loi de 1984 : EC, catégories juridiques distinctes, notion d homogénéité, d universalité CECEI, Commission bancaire Monopole pour 3 opérations de base Opérations connexes La loi MAF 1996 ou DSI 93/22 Les SI, les PSI Ainsi, aujourd hui, les métiers d une banque (dans le monde) sont variés, et effectués à travers des pôles intégrés au réseau : la banque de détail ; la BFI : la Bq de financement et d Investissement/banque d affaire ; le pôle «asset-management et autres services» ou banque de marché «one stop shopping» La LSF de 2003, le Code monétaire et financier, intégration dans l environnement réglementaire européen 2

3 Les marchés de capitaux, l autre canal du financement d une éco : monétaire, financier, produits dérivés En France, pour un financement à CT, à LT ; Les valeurs mobilières : les actions, les obligations Emission de titres, capitalisation boursière, La mobiliérisation du patrimoine des ménages Transformation de la fonction d intermédiaire bancaire La place des T à l actif et au passif des banques Les nouvelles modalités du financement de l économie Au total en France, on recense 3 types d intermédiaires majeurs : les intermédiaires de marché (teneur de marché, liquidité), les OPCVM, les compagnies d assurance/la bancassurance Une gamme complète d actifs bancaires et financiers Les autorités de tutelle en France : la Commission bancaire, le CECEI, le CCLRF, l AMF, la Banque de France, le Comité de Bâle de la BRI, la BCE b. L environnement réglementaire européen Le passeport européen+le PASF et la procédure Lamfalussy+la D MIF Le marché unique des services bancaires et financiers repose sur 5 grands principes : liberté d établissement, liberté de prestations de services, reconnaissance mutuelle des agréments et des pratiques, surveillance par le pays d origine, libre circulation des mouvements de capitaux. Le cadre juridique communautaire est apparu à la fin des années 90 inadapté Le PASF, 3 objectifs : le marché de gros, le marché de détail, le contrôle prudentiel Les priorités : la directive MIF Le Comité des Sages de Lamfalussy, nouveau cadre institutionnel, 2 nouveaux comités : CEVM, CERVM 3

4 Intégration et harmonisation par un cadre réglementaire à 4 niveaux : Niveau1 : grands principes ; Niveau 2 : modalités de mise en œuvre ; Niveau 3 : coopération des régulateurs nationaux ; Niveau 4 : vérification par la Commission 4 directives importantes : abus de marché, prospectus, transparence et la DMIF : différents lieux d exécution : marché réglementé, le MTF, l internalisateur ; la best execution, la transparence pre et post trade Autres mesures adoptées dans le cadre du PASF La société européenne Actuellement, la directive Crédit consommation, réflexion sur une directive crédit immobilier Deux comités bancaires : CEB, CECB Livre Blanc L Europe bancaire : existe-t-il un marché bancaire européen? Non, les autorités sont en grande partie responsables a. Actuellement, quel marché bancaire européen? Les forces à l œuvre qui portent ces mouvements de rapprochement : Bâle II ; la consolidation bancaire domestique ; volonté politique de la Commission ; les normes comptables internationales ; la menace des banques américaines ; l intégration boursière croissante ; les considérations microéconomiques (économie d échelle, de gamme) Actuellement, les 3 premières banques françaises Il n existe pas encore de banque réellement européenne BSCH banco santander Esp et Abbey national GB en 2004, Unicredito It et HVB (all) en 2005, BNP et BNL it en 2006, ABN-Amro PB et Antonveneta it en 2005 (et dans une moindre mesure HSBC GB et CCF en 2000), CA fr et Cariparma et Friuladria it en 2006, CA et Emporiki grèce en 2006 ; 4

5 2007/08 Santander va récupérer Antonveneta suite au démantèlement de ABN Amro en 2007 suite à l acquisition non encore achevée par Royal bank of Scotland, Banco santander et Fortis Le paysage bancaire européen reste encore très morcelé : champions nationaux, stratégies défensives Les marchés nationaux sont très différents par leur structuration : RU : saturé, opérations de croissance externe, HSBC Pays Bas : vers l international, dominé, saturé Espagne : Expansion internationale, regroupement et réorganisation, BSCH, Amérique latine Italie : cloisonné, retard, f&a nationales, cibles potentielles, UniCredito Allemagne : consolidation en cours, retard, très morcelé, éclaté, banques Landër France : bien restructuré, très dynamique, BNP et CA en Italie Dimension nationale/régionale ; retard pour la banque de détails Les obstacles à une intégration du secteur bancaire : Statut mutualiste ; tentations protectionnistes ; les divergences des cadres nationaux, des pratiques opérationnelles ; efficacité micro à MT à prouver Trois sénarios possibles pour la construction de grandes banques européennes (Pastré) : la continuité (avec f&a dans les pays émergents), les invasions, entre européens Un défi pour les autorités de supervision b. Quelle(s) supervision(s) européenne(s)? Supervision nationale et coopération nationale, risque systémique, too big to fail, le PDR, la BCN, Coopération entre entités nationales de supervision Ratios prudentiels : Comité de Bâle, réforme de la politique prudentielle, recommandations, coopération de BCN Risque de crédit, de marché ; Directive CAD ; pondérations statutaires rigides 5

6 CAD III 2005, Bâle II : approche plus qualitative, risque opérationnel, notations d agence, méthodes internes de calculs des risques ; pilier 1 Homogénéiser la gestion des risques bancaires, au sein du CEBS c. Le SEPA Définition et moyens de paiement concernés : conditions identiques des transactions de paiement en euro, pour favoriser leur traitement de façon automatique ; le MUP EPC, le Comité national SEPA Le virement ordinaire, le prélèvement, les cartes bancaires La directive sur les services de paiement repose sur 3 piliers : Droit de fournir des services de paiement au public (création d Etablissement de paiement), Exigence de transparence et d information, Droits et obligations des utilisateurs de services de paiement Facteurs d incertitude Règles de fonctionnement communes, ne pas discriminer En France en 2005, les transactions de paiement scripturales Le code IBAN, Le mandat Les perceptions économiques des différents acteurs sur SEPA : Les administrations publiques, les Trésoriers des grandes entreprises, les associations de consommateurs, les banques Les paiements transfrontières représentent un faible pourcentage (2%) du nombre total des paiements réalisés La monnaie fiduciaire, pas de rupture juridique préjudiciable L une des missions de la Banque de France : surveillance des systèmes de paiement et de compensation 6

7 3. Le marché financier européen : Euronext, toujours plus intégré a. Présentation d Euronext Société financière spécialisée, entreprise de marché Liquidité Marché d actions Euronext : Eurolist A, B, C, Alternext, Marché Libre Eurostoxx 50, la capitalisation boursière, le nombre d entreprises cotées b. Les fusions entre places financières Les raisons : augmentation de la liquidité, baisse des coûts de transaction, accroissement du nombre de produits et de services, stratégies d entreprise, le PASF, la MIF, la loi US Sarbanes- Oxley Diversification des portefeuilles, baisse du risque Transparence sur les informations, baisse des coûts d information Economies d échelle, baisse des coûts de transaction, d intermédiation Développement du secteur financier Projet de fusions et forces en présence dans l espace financier européen LSE et Deutsche Börse, Eurex, OML Gruppen, Nasdaq/LSE, Deutsche Börse-Euronext NYSE/Euronext Rapport Lachmann Une certaine fragmentation des marchés financiers européens 7

Le financement de l économie - 2010

Le financement de l économie - 2010 Le financement de l économie - 2010 Delphine Lahet Thème L objectif de ce cours est d analyser les canaux de financement de l économie, notamment le financement par les banques, dans une logique macro-économique.

Plus en détail

Les groupes bancaires européens sont-ils des proies faciles pour les grandes banques américaines? Octobre 2004

Les groupes bancaires européens sont-ils des proies faciles pour les grandes banques américaines? Octobre 2004 Les groupes bancaires européens sont-ils s proies faciles pour les grans banques américaines? Octobre 2004 Introduction Les rnières opérations rapprochement engagées en Europe et aux États-unis dans le

Plus en détail

BNP Paribas Rencontre Actionnaires. Marseille 20 octobre 2009

BNP Paribas Rencontre Actionnaires. Marseille 20 octobre 2009 BNP Paribas Rencontre Actionnaires Marseille 20 octobre 2009 1 Des résultats 2008 robustes malgré une crise financière sans précédent Adaptation au nouvel environnement Atouts structurels Fortis Banque

Plus en détail

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE Plan : 1) La structure du système bancaire européen 2) Les objectifs de la BCE Licence professionnelle Bancassurance 2010-2011 3) Les instruments de la politique monétaire

Plus en détail

Récapitulatif: Du 1 er au 12 Juin 2015. Dispositions du livre vert relatif à la construction d une union des marchés des capitaux.

Récapitulatif: Du 1 er au 12 Juin 2015. Dispositions du livre vert relatif à la construction d une union des marchés des capitaux. Du 1 er au 12 Juin 2015 Récapitulatif: Dispositions du livre vert relatif à la construction d une union des marchés des capitaux. Mise en place d un référentiel de données en Turquie. Test de continuité

Plus en détail

1 L organisation. du système bancaire. I Principes. II Éléments et analyse. A. Les différentes catégories d établissements

1 L organisation. du système bancaire. I Principes. II Éléments et analyse. A. Les différentes catégories d établissements 1 L organisation du système bancaire I Principes L article L 311.1 du Code monétaire et financier précise les missions d un établissement de crédit : «Les établissements de crédit sont des personnes morales

Plus en détail

A-t-on encore besoin des banques?

A-t-on encore besoin des banques? A-t-on encore besoin des banques? Patrick ARTUS Chef économiste, Directeur de la Recherche et des Etudes, Membre du Comité Exécutif - NATIXIS Journées de l Economie Lyon 15 novembre 213 A quoi ressemblera

Plus en détail

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

Les banques et la stabilité financière

Les banques et la stabilité financière Les banques et la stabilité financière 26e Rendez vous de la Mondialisation : Banques et stabilité financière dans la mondialisation Mercredi 27 juin 2012 Laurent Clerc Directeur de la stabilité financière

Plus en détail

La surveillance prudentielle des institutions de dépôt

La surveillance prudentielle des institutions de dépôt La surveillance prudentielle des institutions de dépôt Journée des carrières de PRMIA Montréal Présentée par : Gouro Sall Diagne Mardi 17 mars 2015 Autorité des marchés financiers AGENDA L AUTORITÉ DES

Plus en détail

HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse

HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse Avertissement Cette présentation et les commentaires qui l accompagnent peuvent contenir des déclarations prospectives relatives à la situation financière,

Plus en détail

Supervision des banques marocaines panafricaines

Supervision des banques marocaines panafricaines Supervision des banques marocaines panafricaines Mme Hiba ZAHOUI, Directeur Adjoint de la Supervision Bancaire Conférence Banque de France FERDI : Réussir l intégration financière en Afrique - 27 Mai 2014

Plus en détail

REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC

REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC Comité d experts de la FEMIP Luxembourg 7-8 mars 2005 REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC Zouhair CHORFI Directeur du Trésor et des Finances Extérieures 1 Introduction Secteur financier marocain à la

Plus en détail

Treize ans de réformes des marchés financiers et monétaires (1996 2008)

Treize ans de réformes des marchés financiers et monétaires (1996 2008) Treize ans de réformes des marchés financiers et monétaires (1996 2008) En 1996 : la loi de modernisation des activités financières, dite " loi MAF" Création du Nouveau marché. Suppression du monopole

Plus en détail

L ESPACE UNIQUE DES PAIEMENT EN EUROS (SEPA) Vers une harmonisation des moyens de paiement européens. Direction des affaires économiques de la CGPME

L ESPACE UNIQUE DES PAIEMENT EN EUROS (SEPA) Vers une harmonisation des moyens de paiement européens. Direction des affaires économiques de la CGPME L ESPACE UNIQUE DES PAIEMENT EN EUROS (SEPA) Vers une harmonisation des moyens de paiement européens Direction des affaires économiques de la CGPME SEPA (Single Euro Payment Area) Harmonisation des moyens

Plus en détail

Commission de Surveillance du Secteur Financier

Commission de Surveillance du Secteur Financier COMMUNIQUE DE PRESSE 13/20 PUBLICATION DU RAPPORT D ACTIVITES 2012 DE LA COMMISSION DE SURVEILLANCE DU SECTEUR FINANCIER (CSSF) Même si cela peut paraître surprenant par des temps aussi mouvementés, l

Plus en détail

Réponse des politiques économiques à la crise: mesures prises et défis restants

Réponse des politiques économiques à la crise: mesures prises et défis restants Réponse des politiques économiques à la crise: mesures prises et défis restants Cédric Tille Institut des Hautes Etudes Internationales et du Développement, and Center for Economic Policy Research (CEPR)

Plus en détail

2. LES OBJECTIFS DE LA DIRECTIVE MIF

2. LES OBJECTIFS DE LA DIRECTIVE MIF 2. LES OBJECTIFS DE LA DIRECTIVE MIF ET LES IMPACTS PREVISIBLES POUR LES EPARGNANTS-INVESTISSEURS FRANÇAIS ÉTUDE REALISEE PAR EUROFI POUR LE COMITE CONSULTATIF DU SECTEUR FINANCIER 29 La directive relative

Plus en détail

Marchés Financiers: L organisation et le fonctionnement des places financières

Marchés Financiers: L organisation et le fonctionnement des places financières Marchés Financiers: L organisation et le fonctionnement des places financières Nicolas Huck Plan du chapitre : Séances 2 et 3 1 Un peu d histoire : le cas français 2 3 4 5 6 Un peu d histoire : le cas

Plus en détail

Avant-propos Introduction. Première partie

Avant-propos Introduction. Première partie 9782100533015-Delap-tdm.qxd 12/08/09 7:41 Page V Table des matières Avant-propos Introduction XI XIII Première partie La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles Dunod. La photocopie

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LA RÉGULATION BANCAIRE À L ÉPREUVE DE LA CRISE FINANCIÈRE

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LA RÉGULATION BANCAIRE À L ÉPREUVE DE LA CRISE FINANCIÈRE LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série : Études économiques LA RÉGULATION BANCAIRE À L ÉPREUVE DE LA CRISE FINANCIÈRE L'étude présentée dans ce document est de la seule responsabilité du Service des Études

Plus en détail

Réformes européennes et stabilité financière

Réformes européennes et stabilité financière Réformes européennes et stabilité financière 3/04/2012 Martin MERLIN Chef d'unité DG Marché intérieur et services Causes de la crise financière de 2007-2008 Déséquilibres macro-économiques Lacunes réglementaires

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Pologne Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin

Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin Directeur adjoint de la stabilité financière Banque de France 23/11/2014 1 SOMMAIRE Pourquoi amender la réglementation financière?

Plus en détail

Les caractéristiques du secteur bancaire français

Les caractéristiques du secteur bancaire français Les caractéristiques du secteur bancaire français Fiche 1 Objectifs Découvrir le poids du secteur bancaire en France et ses intervenants Prérequis Aucun Mots-clefs Produit intérieur brut (PIB), organismes

Plus en détail

Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU)

Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU) Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU) Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU) 1. Le MSU est l un des piliers de l Union bancaire européenne 2. La mise en œuvre opérationnelle

Plus en détail

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN 7 OCTOBRE 2013 RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN CHAPITRE 1 UN MODÈLE DE BANQUE UNIVERSELLE ORIENTÉ CLIENT RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY UN ACTEUR BANCAIRE DE PREMIER PLAN 32 millions

Plus en détail

Table des matières. La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles. Première partie. Avant-propos Introduction

Table des matières. La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles. Première partie. Avant-propos Introduction Table des matières Avant-propos Introduction IX XIII Première partie La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles Dunod. La photocopie non autorisée est un délit. Chapitre 1. Les raisons

Plus en détail

RÉSULTATS AU 30 JUIN 2015

RÉSULTATS AU 30 JUIN 2015 RÉSULTATS AU 30 JUIN 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 31 juillet 2015 FORTE PROGRESSION DES RÉSULTATS SOLIDE GÉNÉRATION ORGANIQUE DE CAPITAL HAUSSE DES REVENUS DANS TOUS LES PÔLES - FORTE CROISSANCE

Plus en détail

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 30 SEPTEMBRE 2011

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 30 SEPTEMBRE 2011 LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 30 SEPTEMBRE 2011 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance Epargne Pension AEP - Assurance Epargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas

Plus en détail

Une gamme complète de solutions d investissement et de services à destination des investisseurs

Une gamme complète de solutions d investissement et de services à destination des investisseurs Une gamme complète de solutions d investissement et de services à destination des investisseurs LA FRANCAISE GLOBAL INVESTMENT SOLUTIONS La Française GIS est une des 3 entités du Groupe La Française et

Plus en détail

Asset Quality Review

Asset Quality Review Asset Quality Review Eclairage, par Harwell Management 1 Table des Matières En quelques mots... 3 Contexte : une confiance sur la santé des bilans des banques européennes fragile... 3 Objectifs et Enjeux...

Plus en détail

CERTIFICATION DES ACTEURS DE MARCHE. Programme détaillé des modules de formation

CERTIFICATION DES ACTEURS DE MARCHE. Programme détaillé des modules de formation CERTIFICATION DES ACTEURS DE MARCHE Programme détaillé des modules de formation Module 1. Cadre institutionnel et réglementaire français et européen I L architecture internationale de la régulation & la

Plus en détail

Le système bancaire parallèle : vers plus de transparence?

Le système bancaire parallèle : vers plus de transparence? Le système bancaire parallèle : vers plus de transparence? CNIS, commission Système financier et financement de l'économie Jeudi 25 septembre 2014 Omar Birouk DGS-Banque de France Yamina Tadjeddine EconomiX,

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE

PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE L AMF appelle l attention des souscripteurs sur le niveau élevé des frais directs et indirects maximum auxquels est exposé ce Fonds. La rentabilité de l investissement

Plus en détail

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 29 JUIN 2012

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 29 JUIN 2012 LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 29 JUIN 2012 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance Epargne Pension AEP - Assurance Epargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 99 -

TABLEAU COMPARATIF - 99 - - 99 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Vu la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil sur les exigences prudentielles applicables aux établissements

Plus en détail

DIALOGUE FRANCO RUSSE le 20 Février 2014

DIALOGUE FRANCO RUSSE le 20 Février 2014 DIALOGUE FRANCO RUSSE le 20 Février 2014 1 LA CROISSANCE de nos PAYS IMPLIQUE UNE FINANCE ROBUSTE APRES la CRISE LE MONDE EST DIFFERENT : «Monde MULTIPOLAIRE» FONDE SUR LA DIVERSITE et COMPATIBILITE des

Plus en détail

1. Qu est-ce que MiFID (Markets in Financial Instruments Directive)?

1. Qu est-ce que MiFID (Markets in Financial Instruments Directive)? 1. Qu est-ce que MiFID (Markets in Financial Instruments Directive)? 2. Afin de fournir un service d investissement à ses clients, Delta Lloyd Bank est tenue de catégoriser ses clients 3. L un des fondements

Plus en détail

La supervision des banques et des assurances par l Autorité de contrôle prudentiel : Défis et opportunités dans un environnement en mutation

La supervision des banques et des assurances par l Autorité de contrôle prudentiel : Défis et opportunités dans un environnement en mutation La supervision des banques et des assurances par l Autorité de contrôle prudentiel : Défis et opportunités dans un environnement en mutation Danièle NOUY, Secrétaire général de l Autorité de contrôle prudentiel

Plus en détail

Analyse statistique des dix derniers exercices IFRS 1, 2

Analyse statistique des dix derniers exercices IFRS 1, 2 Analyse statistique des dix derniers exercices IFRS, Bilan consolidé condensé (en millions de dollars canadiens) 04 03 0 0 ACTIF Trésorerie et autres 46 554 $ 3 64 $ 5 8 $ 4 $ Prêts, valeurs mobilières

Plus en détail

STRATEGIE ET CHIFFRES CLES

STRATEGIE ET CHIFFRES CLES GROUPE SOCIETE GENERALE STRATEGIE ET CHIFFRES CLES Frédéric OUDEA Directeur Financier du Groupe 2 Avertissement Cette présentation peut comporter des éléments de projection et des commentaires relatifs

Plus en détail

Les raisons de la restructuration du secteur bancaire

Les raisons de la restructuration du secteur bancaire raisons de la restructuration du secteur bancaire Jeudi 19 mars Plan 1 2 3 4 5 Contexte Contexte Actualité riche en évenements Annonce de la fusion de la Caisse d Epargne et du groupe Banque Populaire

Plus en détail

Récapitulatif: Du 17 au 28 Août 2015. Mesures de développement de la place de Paris. Retard dans l implémentation du format SWIFT au Maroc.

Récapitulatif: Du 17 au 28 Août 2015. Mesures de développement de la place de Paris. Retard dans l implémentation du format SWIFT au Maroc. Du 17 au 28 Août 2015 Récapitulatif: Mesures de développement de la place de Paris. Retard dans l implémentation du format SWIFT au Maroc. Accord de partenariat entre la Bourse de Casablanca et London

Plus en détail

BANQUES FRANCAISES : Enjeux concurrentiels et réglementaires.

BANQUES FRANCAISES : Enjeux concurrentiels et réglementaires. BANQUES FRANCAISES : Enjeux concurrentiels et réglementaires. Décembre 2015 I LE FINANCEMENT DE L ECONOMIE AU CŒUR DU MODELE BANCAIRE FRANCAIS 2 Un modèle de banque universelle au service de tous les clients

Plus en détail

Le projet de système des paiements en euros

Le projet de système des paiements en euros Jean-François Pons, Fédération Bancaire Française Le projet de système des paiements en euros (SEPA) =Single Euro Payment Area Conférence de l Union des banques du Maghreb sur la carte bancaire, Hammamet,

Plus en détail

Chapitre II - Le rôle des autorités prudentielles et des banques centrales... 39

Chapitre II - Le rôle des autorités prudentielles et des banques centrales... 39 Table des matières Avant-propos............................................................................ 7 Introduction générale.................................................................... 9

Plus en détail

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier Séance 9 Vue d ensemble du système financier 1- Fonctions du système financier Fonction : transférer des fonds des agents économiques : intermédiaire entre les agnets à besoin de financement (emprunteur)

Plus en détail

La loi qui valait 300 milliards d euros

La loi qui valait 300 milliards d euros David Benamou +44 330822 03 74 david.benamou@axiom-ai.com Philip Hall +33 1 44 69 43 91 p.hall@axiom-ai.com Jérôme Legras +44 330 822 03 75 Jerome.legras@axiom-ai.com Adrian Paturle +33 1 44 69 43 92 adrian.paturle@axiom-ai.com

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LES INSTRUMENTS DE PREVENTION DES CRISES ET LES VULNERABILITES DANS L'UMOA INTRODUCTION La solidité et la stabilité du système bancaire constituent une

Plus en détail

CRÉDIT AGRICOLE S.A. RÉSUMÉ DU PROSPECTUS. Avertissement au lecteur

CRÉDIT AGRICOLE S.A. RÉSUMÉ DU PROSPECTUS. Avertissement au lecteur CRÉDIT AGRICOLE S.A. RÉSUMÉ DU PROSPECTUS Emission d Obligations Crédit Agricole S.A. A COUPON ZERO d un montant nominal de 1 700 000 000 euros susceptible d être porté à un montant maximum de 2 125 000

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

«La bonne gouvernance bancaire : une condition nécessaire pour le

«La bonne gouvernance bancaire : une condition nécessaire pour le Nation Unies Commission économique pour l Afrique Réunion ad hoc d experts Financement du développement en Afrique du Nord 19 21 octobre 2010 «La bonne gouvernance bancaire : une condition nécessaire pour

Plus en détail

5. LES PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DU SYSTÈME BANCAIRE ET FINANCIER

5. LES PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DU SYSTÈME BANCAIRE ET FINANCIER 5. LES PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DU SYSTÈME BANCAIRE ET FINANCIER FRANÇAIS Le système bancaire et financier français connaît depuis la deuxième partie des années 1990 une restructuration continue et

Plus en détail

Dépositaire - Conservateur - Administration de fonds - Services aux émetteurs

Dépositaire - Conservateur - Administration de fonds - Services aux émetteurs Paris - Du 21/09/au 20/10/2014 N 64 Décryptage L actualité juridique et réglementaire Dépositaire - Conservateur - Administration de fonds - Services aux émetteurs 1 Actualités législatives et réglementaires

Plus en détail

Département des Risques

Département des Risques DOCUMENTATION RELATIVE AU PILIER 3 DE LA REGLEMENTATION BALE II SOMMAIRE 1- Présentation 2- Politique de gestion des risques 3- Fonds propres 4- Adéquation des fonds propres 5- Risques de contrepartie

Plus en détail

ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION

ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION ANNEE 2011 1 ANANTA PATRIMOINE S.A. (Genève) est une société de gestion affiliée à l O.A.R.G. (Organisme d Autorégulation des Gérants de patrimoine) sous le numéro d agrément

Plus en détail

DROIT BANCAIRE. l activité bancaire. 1) Le cadre de tutelle française. Chapitre 2 : Les organes de supervision et de contrôle de

DROIT BANCAIRE. l activité bancaire. 1) Le cadre de tutelle française. Chapitre 2 : Les organes de supervision et de contrôle de DROIT BANCAIRE Chapitre 2 : Les organes de supervision et de contrôle de l activité bancaire 1) Le cadre de tutelle française Il y a une compétence générale du ministère de l économie et des finances qui

Plus en détail

Le risque de contrepartie

Le risque de contrepartie Le risque de contrepartie Gérer les risques en temps de crise 20/06/2012 Idriss Tchapda Djamen Sommaire Exécutif n Le risque de contrepartie reçoit une attention considérable de la part des régulateurs

Plus en détail

Arrêté du NOR : ESRS. Vu le décret n 95-665 du 9 mai 1995 modifié porta nt règlement général du brevet de technicien supérieur ;

Arrêté du NOR : ESRS. Vu le décret n 95-665 du 9 mai 1995 modifié porta nt règlement général du brevet de technicien supérieur ; RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche PROJET Arrêté du modifiant l arrêté du 18 juillet 2001 modifié portant définition et fixant les conditions de délivrance du

Plus en détail

CFA Le marché de l emploi dans la finance

CFA Le marché de l emploi dans la finance CFA Le marché de l emploi dans la finance Mercredi 1 er octobre 2008 VENDOME ASSOCIES - FINANCE SEARCH 5 Place André Malraux - 75001 PARIS France Tel: 01 42 60 00 08 - Fax: 01 42 61 60 09 www.vendome-associes.com

Plus en détail

marchés financiers et valeurs mobilières 1

marchés financiers et valeurs mobilières 1 marchés financiers et valeurs mobilières 1 «Si les vieux bouddhas qui nous regardent sont étonnés d apprendre parler de valeurs mobilières et du développement qu elles ont atteint, combien vers l an 2000,

Plus en détail

UN FONDS GÉNÉRAL QUI SERA MUTUALISÉ AVEC CELUI DE CARDIF ASSURANCE VIE EN 2011 DONNÉES AU 31 DÉCEMBRE 2010

UN FONDS GÉNÉRAL QUI SERA MUTUALISÉ AVEC CELUI DE CARDIF ASSURANCE VIE EN 2011 DONNÉES AU 31 DÉCEMBRE 2010 UN FONDS GÉNÉRAL QUI SERA MUTUALISÉ AVEC CELUI DE CARDIF ASSURANCE VIE EN 2011 DONNÉES AU 31 DÉCEMBRE 2010 La garantie d un groupe solide Antin Epargne Pension Compagnie d assurance vie créée en 2001,

Plus en détail

Titrisation et financement de l économie Position des banques centrales

Titrisation et financement de l économie Position des banques centrales Titrisation et financement de l économie Position des banques centrales Sylvie Mathérat Directeur Général Adjoint -Opérations Banque de France 1 Plan 1- Quel rôle pour la titrisation dans le financement

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Ratio structurel de liquidité à long terme : normes de publicité

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Ratio structurel de liquidité à long terme : normes de publicité Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Ratio structurel de liquidité à long terme : normes de publicité Juin 2015 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté, se reporter

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES le Financement des entreprises, un soutien indispensable à l économie parlons de la banque... LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES UN SOUTIEN INDISPENSABLE À L ÉCONOMIE Mars 2014 Retrouvez les chiffres actualisés

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION ET DE SELECTION DES INTERMEDIAIRES

POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION ET DE SELECTION DES INTERMEDIAIRES POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION ET DE SELECTION DES INTERMEDIAIRES Conformément à l article L.533-18 du Code monétaire et financier consécutif à la transposition de la Directive MIF, les prestataires

Plus en détail

Rapport. au Ministre de l Économie, de l Industrie et de l Emploi. la révision de la directive sur les Marchés d Instruments Financiers (MIF) sur

Rapport. au Ministre de l Économie, de l Industrie et de l Emploi. la révision de la directive sur les Marchés d Instruments Financiers (MIF) sur Rapport au Ministre de l Économie, de l Industrie et de l Emploi sur la révision de la directive sur les Marchés d Instruments Financiers (MIF) Février 2010 Madame le Ministre, Au moment de vous remettre

Plus en détail

Leçon 3 - Les transformations de l industrie bancaire française

Leçon 3 - Les transformations de l industrie bancaire française Leçon 3 - Les transformations de l industrie bancaire française Sommaire I - La mutation permanente du secteur bancaire français 1.1 - Le poids économique du secteur bancaire et financier 1.2 - L indispensable

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

S PA : les enjeux des nouveaux moyens de paiement européens. Délégation Alsace - Lorraine Conférence du mardi 23 novembre à Nancy

S PA : les enjeux des nouveaux moyens de paiement européens. Délégation Alsace - Lorraine Conférence du mardi 23 novembre à Nancy S PA : les enjeux des nouveaux moyens de paiement européens Délégation Alsace - Lorraine Conférence du mardi 23 novembre à Nancy Agenda Présentation générale du S PA Rappel des caractéristiques du SCT,

Plus en détail

Asset Management. A Commitment to Excellence

Asset Management. A Commitment to Excellence Asset Management A Commitment to Excellence L ambition que nous poursuivons et que nous partageons avec nos partenaires et clients s enracine profondément dans la culture d un groupe qui met l excellence

Plus en détail

Décision n 10-DCC-165 du 22 novembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de Axéria Vie et de ses filiales par Crédit Agricole Assurances

Décision n 10-DCC-165 du 22 novembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de Axéria Vie et de ses filiales par Crédit Agricole Assurances RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-165 du 22 novembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de Axéria Vie et de ses filiales par Crédit Agricole Assurances L Autorité de la concurrence, Vu

Plus en détail

La Banque Postale, une banque unique et singulière - 1 -

La Banque Postale, une banque unique et singulière - 1 - La Banque Postale, une banque unique et singulière - 1 - LA BANQUE POSTALE, UNE BANQUE UNIQUE ET SINGULIERE Un peu d histoire Groupe La Banque Postale UNIQUE POUR RELEVER DES DEFIS MULTIPLES Activités

Plus en détail

Rapport semestriel LBPAM RESPONSABLE TRESO. au 30 septembre 2014. FORME JURIDIQUE DE L OPC FCP de droit français. CLASSIFICATION Monétaire Court Terme

Rapport semestriel LBPAM RESPONSABLE TRESO. au 30 septembre 2014. FORME JURIDIQUE DE L OPC FCP de droit français. CLASSIFICATION Monétaire Court Terme Rapport semestriel au 30 septembre 2014 LBPAM RESPONSABLE TRESO Part «E» Part «I» Part «T» Part «G1» FORME JURIDIQUE DE L OPC FCP de droit français CLASSIFICATION Monétaire Court Terme AFFECTATION DES

Plus en détail

Les nouveaux défis de la Conformité : cadre réglementaire, responsabilités et organisation

Les nouveaux défis de la Conformité : cadre réglementaire, responsabilités et organisation Les nouveaux défis de la Conformité : cadre réglementaire, responsabilités et organisation Des responsabilités toujours renforcée & des sanctions alourdies JÉRÉMIE DUHAMEL Jeudi 28 mai 2015 Un contexte

Plus en détail

Niveau catégorie Taux de réussite minimum requis

Niveau catégorie Taux de réussite minimum requis Annexe 1 - Contenu des connaissances minimales devant être acquises par les personnes physiques placées sous l'autorité ou agissant pour le compte de prestataires de services d'investissement et qui exercent

Plus en détail

SOMMAIRE. Sigles et définitions... 11. Préface de Paul-Henri de la Porte du Theil, Président de l AFG et Marcel Roncin, Président de l AFTI...

SOMMAIRE. Sigles et définitions... 11. Préface de Paul-Henri de la Porte du Theil, Président de l AFG et Marcel Roncin, Président de l AFTI... SOMMAIRE Sigles et définitions... 11 Préface de Paul-Henri de la Porte du Theil, Président de l AFG et Marcel Roncin, Président de l AFTI... 17 Introduction... 19 1 re PARTIE LES GRANDES FONCTIONS DE LA

Plus en détail

Présentation à l EIFR. 25 mars 2014

Présentation à l EIFR. 25 mars 2014 Présentation à l EIFR 25 mars 2014 1 Contexte BCBS 239 Les établissements font face depuis les cinq dernières années aux nombreux changements réglementaires visant à renforcer la résilience du secteur:

Plus en détail

HSBC Europportunités. Document à caractère promotionnel

HSBC Europportunités. Document à caractère promotionnel HSBC Europportunités Document à caractère promotionnel Commercialisation sur votre contrat d assurance vie et/ou de capitalisation* jusqu au 27/03/2015 à 18h00** - Titre de créance non garanti par un tiers,

Plus en détail

Le nouveau régime de l appel public à l épargne

Le nouveau régime de l appel public à l épargne Émilie CRÉTÉ Direction de la Coordination pour la Stabilité financière Service des Relations avec la Place La transposition de la directive européenne «Prospectus» dans le droit national (Loi Breton du

Plus en détail

Données de gestion et indicateurs d activité. Dynamique de lancement de produits et services Organigramme au 30.06.2012 La vie du titre Perspectives

Données de gestion et indicateurs d activité. Dynamique de lancement de produits et services Organigramme au 30.06.2012 La vie du titre Perspectives Résultats 1 er semestre 2012-19 juillet 2012 Données de gestion et indicateurs d activité Zoom sur le 1 er semestre 2012 Compte d exploitation Indicateurs d activité Croissance organique Bilan au 30.06.2012

Plus en détail

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle?

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Colloque Groupama AM CEPII La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Table ronde 1 : la stabilité et l unité du système financier européen vont- elles être rétablies? Patrick Goux et Christophe h Morel

Plus en détail

L Univers SWIFTNet. Transformons l essai. Multiplexons les relations

L Univers SWIFTNet. Transformons l essai. Multiplexons les relations L Univers SWIFTNet Transformons l essai Multiplexons les relations High performance. Delivered. High performance. Delivered.* Globalisation de la communication bancaire Vincent.Lebeault Partner Accenture

Plus en détail

Les PME et l accès aux marchés de capitaux en France : un état des lieux

Les PME et l accès aux marchés de capitaux en France : un état des lieux Les PME et l accès aux marchés de capitaux en France : un état des lieux Yves MANSION Membre du Collège de l Autorité des Marchés financiers Anne DEMARTINI, Samia MEKIOUS Autorité des Marchés financiers

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

Principes anti-blanchiment de Wolfsberg pour les banques correspondantes

Principes anti-blanchiment de Wolfsberg pour les banques correspondantes Principes anti-blanchiment de Wolfsberg pour les banques correspondantes 1 Préambule Le groupe de Wolfsberg d établissements financiers internationaux 1 s est accordé sur ces Principes qui constituent

Plus en détail

Directive des Services de Paiement Nouveaux services et nouveaux acteurs

Directive des Services de Paiement Nouveaux services et nouveaux acteurs Directive des Services de Paiement Nouveaux services et nouveaux acteurs AFTE Didier GEIBEN & François FLOURIOT 25 novembre 2008 1 Facteurs d évolution des services de La DSP s inscrit dans un cadre plus

Plus en détail

Offre des dépositaires pour les fonds immobiliers. Jean-Pierre Jacquet Responsable produit pour les fonds alternatifs BNP Paribas Securities Services

Offre des dépositaires pour les fonds immobiliers. Jean-Pierre Jacquet Responsable produit pour les fonds alternatifs BNP Paribas Securities Services Offre des dépositaires pour les fonds immobiliers Jean-Pierre Jacquet Responsable produit pour les fonds alternatifs BNP Paribas Securities Services 08/01/2014 Dépositaire de fonds immobilier : une solide

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

Marché Financier Régional de l UEMOA: Bilan et Perspectives

Marché Financier Régional de l UEMOA: Bilan et Perspectives Marché Financier Régional de l UEMOA: Bilan et Perspectives Conseil Régional de l Epargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF) de l Union Monétaire Ouest Africaine (UMOA) Douala, le 29 octobre 2009

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

LA CLASSIFICATION CLIENTELE SELON MIF

LA CLASSIFICATION CLIENTELE SELON MIF Introduction La «catégorisation» des clients correspond à la qualité de client professionnel, client non professionnel ou contrepartie éligible. Cette terminologie juridique correspond à celle employée

Plus en détail

DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2015 COMMUNIQUÉ PORTANT SUR LES RÉSULTATS

DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2015 COMMUNIQUÉ PORTANT SUR LES RÉSULTATS DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2015 COMMUNIQUÉ PORTANT SUR LES RÉSULTATS LA BANQUE ROYALE DU CANADA DÉCLARE SES RÉSULTATS POUR LE DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2015 Sauf indication contraire, tous les montants sont libellés

Plus en détail

UCITS IV. Ce qui va changer Bien se préparer. Octobre 2009

UCITS IV. Ce qui va changer Bien se préparer. Octobre 2009 UCITS IV Ce qui va changer Bien se préparer Octobre 2009 Introduction 1 Historique, calendrier et enjeux de la directive UCITS IV > De UCITS I à UCITS IV > Calendrier de mise en œuvre de UCITS IV > Enjeux

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Quels enseignements de l expérience française (1983-1990)

Quels enseignements de l expérience française (1983-1990) Développement des marchés de capitaux Quels enseignements de l expérience française (1983-1990) Séminaire de clôture Tunis, le 23 mai 2013 Françoise Drumetz Directeur de la coopération extérieure CONTEXTE

Plus en détail