Supervision sur base consolidée

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Supervision sur base consolidée"

Transcription

1 SEMINAIRE ANNUEL REGIONAL Supervision et restructuration bancaires Supervision sur base consolidée Abidjan 13 au 17 janvier 2014 Bruno FLANCHEC Conseiller résident en supervision et restructuration bancaires Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 1

2 Notion de groupe Soit une société holding (ou une banque) à la tête d un ensemble de participations Cet ensemble se caractérise par des entités juridiquement distinctes Ayant chacune des activités économiques distinctes parfois complémentaires Ayant chacune une large autonomie de gestion Mais liées entre elles par des relations financières et commerciales étroites et par une unité de décision Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 2

3 Banque A Relations capitalistiques 78% 95% 28% H 53% 57% 100% 42% B C D E F G 57% Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 3

4 Banque A Relations financieres H C G B95% D E F Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 4

5 Banque A Une entité consolidée H C E G B95% D F Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 5

6 Les objectifs de la supervision sur base consolidée consistent à surveiller un groupe bancaire comme s il s agissait d une même entité Elle diffère cependant de la surveillance sur base individuelle id sur un certain nombre d aspects : complexité prise en compte de la structure du groupe existence de sociétés non bancaires Taille de l établissement Variété des activités Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 6

7 Lorsqu elles contrôlent une banque qui fait partie d un groupe, les autorités de contrôle doivent impérativement envisager la banque et son profil de risque sous plusieurs angles différents : sur une base individuelle id sur une base consolidée (en considérant la banque comme formant une seule unité avec les autres entités du groupe bancaire) ; à l échelle du groupe au sens large en tenant compte des risques que posent, pour la banque, d autres entités du groupe situées hors du périmètre du groupe bancaire Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 7

8 Les entités du groupe (à l intérieur ou à l extérieur lextérieur du groupe bancaire) peuvent être sources de force, mais aussi de faiblesse elles peuvent avoir une incidence négative sur la situation financière, la réputation, la sûreté et la solidité de la banque Il est important de prendre en compte la société mère et d autres entités n appartenant pas au groupe bancaire pour l évaluation des risques encourus par un établissement ou groupe bancaire. Ce périmètre de risque prudentiel s étend au-delà de la notion de consolidation au sens comptable. Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 8

9 Au sens du Comité de Bâle un «groupe bancaire» comprend : la société holding, la banque et ses agences, les filiales, les sociétés affiliées les coentreprises Ces entités sont situées soit sur le territoire national soit à l étranger Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 9

10 Conglomérats financiers : groupes actifs dans les trois secteurs financiers, banque, assurance et secteur du titre Compagnie financière iè (Union européenne) : holding non réglementée é portant des participations dans des banques et/ou sociétés d assurance Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 10

11 Principes du Comité de Bâle pour un contrôle bancaire efficace Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 11

12 Dans ses principes pour un contrôle bancaire efficace, le comité de Bâle recommande la mise en œuvre d une supervision sur base consolidée : Principe 12 Contrôle sur une base consolidée Il s agit d un aspect essentiel de la supervision bancaire Pour assurer le suivi : les groupes nécessitent une surveillance particulière En appliquant les normes prudentielles appropriées au niveau du groupe Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 12

13 L autorité de contrôle au niveau du groupe (de la maison-mère) doit : Avoir une connaissance générale de la structure d ensemble densemble du groupe bancaire Avoir une bonne compréhension des activités (y compris non bancaires) de toutes les unités importantes de ce groupe sur le territoire national àl étranger Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 13

14 L autorité de supervision doit comprendre et évaluer le mode de gestion des risques à l échelle du groupe Notamment le pilier 2 sur la surveillance prudentielle de Bâle 2 s applique au niveau du groupe L autorité de supervision prend des mesures lorsque le groupe bancaire et d autres entités du groupe au sens large présentent des risques en particulier des risques de contagion et de réputation, constituant une menace pour la sécurité et la solidité de la banque et du système bancaire Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 14

15 Les autorités de supervision doivent disposer des pouvoirs nécessaires qui s appliquent au niveau du groupe : Arrêt de la distribution des dividendes pour renforcer les fonds propres Réduire ou arrêter certaines activités Revoir les modalités de gestion des risques Demander un volant de fonds propres Ces pouvoirs découlent notamment de l application du pilier 2 de Bâle 2 Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 15

16 L autorité de supervision : AFRITAC de l OUEST impose des normes prudentielles sur une base consolidée pour le groupe bancaire ; recueille et analyse des données financières examine des domaines tels que : l adéquation des fonds propres, la liquidité, les grands risques, les expositions envers des parties liées, Actionnaires, sociétés sœurs non incluses dans le périmètre de consolidation les limites doctroi d octroi de prêts la structure du groupe Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 16

17 La surveillance des activités de la banque à l étranger par la direction (de la banque mère, du siège social et, le cas échéant, de la société holding) est adéquate : au regard de son profil de risque de son importance systémique Dans le pays d accueil accueil, la banque mère a toute liberté d accès aux informations significatives de ses filiales et succursales établies sur le territoire Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 17

18 Le groupe doit s assurer que la direction locale des entités implantées à l étranger possède les compétences nécessaires assure une gestion saine et sûre des activités, conforme aux exigences prudentielles et réglementaires. L autorité de contrôle du pays d origine évalue la qualité du contrôle prudentiel exercé dans les pays où les banques placées sous son autorité réalisent des opérations importantes Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 18

19 L autorité de contrôle du pays d origine se rend périodiquement dans les établissements à l étranger : selon une fréquence déterminée par le profil de risque et l importance systémique des activités à l étranger Au cours de ces visites, l autorité de contrôle rencontre ses homologues du pays d accueil L autorité de contrôle dispose d une politique lui permettant d évaluer la nécessité d effectuer l inspection sur place des activités d une banque à l étranger ou d obtenir des informations additionnelles Elle est aussi habilitée à prendre de telles initiatives en tant que de besoin et dispose des ressources requises à cet effet. Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 19

20 L autorité de contrôle examine les activités principales : des sociétés mères celles des entités affiliées aux sociétés mères qui ont un impact significatif sur la sûreté et la solidité de l établissement et du groupe bancaire Difficultés d application : Filiales non bancaires (sociétés implantées dans des places off-shore) Manque de coopération du superviseur de la filiale qui oppose le secret bancaire Méthodes : Visites sur place Demande d informations Examen des reporting adressés par les filiales Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 20

21 L autorité prend les mesures prudentielles qui s imposent si elle n est pas satisfaite : Exemples : Augmentation des fonds propres Renforcement du dispositif de gestion des risques (cas d une filiale insuffisamment contrôlée par sa maison mère) Difficultés d application : Cas d une banque supervisée par une autre autorité Filiales non bancaires Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 21

22 L autorité de contrôle est habilitée à limiter l étendue des activités que le groupe consolidé peut mener les sites sur lesquels il peut les mener Pouvoir d exiger la fermeture d établissements à l étranger Lorsqu elle détermine que : La solidité de l établissement et du groupe bancaire sont menacées : activités générant des risques excessifs gestion des risques défaillante le contrôle exercé par d autres autorités de contrôle n est pas satisfaisant, compte tenu des risques encourus ; elle est empêchée d exercer un contrôle efficace sur une base consolidée Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 22

23 Outre le contrôle sur une base consolidée, l autorité de contrôle responsable exerce ses fonctions à l égard des différentes banques constituant le groupe Elle contrôle chacune des banques séparément et s emploie à comprendre ses relations avec d autres membres du groupe Pour les pays autorisant les entreprises à détenir des participations dans le secteur bancaire : l autorité de contrôle est habilitée à définir et à imposer des normes de compétence et d honorabilité pour les actionnaires et la direction générale é des sociétés mères. Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 23

24 Définition du périmètre de consolidation Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 24

25 La consolidation (définition du périmètre) et les méthodes de consolidation retenues dépendent du type de contrôle exercé sur la filiale Contrôle exclusif Contrôle conjoint Influence notable Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 25

26 Le contrôle exclusif : pouvoir de diriger les politiques financière et opérationnelle d une entreprise afin de tirer avantage de ses activités Le contrôle exclusif résulte : soit de la détention directe ou indirecte de la majorité des droits de vote Soit de la désignation, pendant deux exercices successifs de la majorité des membres des organes d administration, de direction ou de surveillance soit du droit d exercer une influence dominante sur une entreprise, en vertu d un dun contrat ou de clauses statutaires possibilité d utiliser ou d orienter l utilisation des actifs, passifs ou éléments de hors-bilan de la même façon comme pour ses propres activités détention d au moins 20 % des droits de vote et qu'il n'existe pas d'autres actionnaires ou ensemble d'actionnaires détenant un pourcentage de droit de vote supérieur au sien Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 26

27 Entreprises sous contrôle conjoint AFRITAC de l OUEST Le contrôle conjoint est le partage du contrôle d une entreprise exploitée en commun par un nombre limité d associés ou d actionnaires, de sorte que les politiques financière et opérationnelle résultent de leur accord. Deux éléments sont essentiels à l existence d un contrôle conjoint : un nombre limité d associés ou d actionnaires partageant le contrôle; le partage du contrôle tôl suppose qu'aucun associé ou actionnaire i n est susceptible à lui seul de pouvoir exercer un contrôle exclusif en imposant ses décisions aux autres un accord contractuel qui prévoit l exercice du contrôle conjoint sur l activité économique de l entreprise exploitée en commun Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 27

28 Entreprises sous influence notable AFRITAC de l OUEST L influence notable est le pouvoir de participer aux politiques financière et opérationnelle d une entreprise sans en détenir le contrôle. L influence notable peut notamment résulter d une représentation dans les organes de direction ou de surveillance, de la participation aux décisions stratégiques, de l existence d opérations inter entreprises importantes, de l échange de personnel de direction, de liens de dépendance technique. L influence notable sur les politiques financière et opérationnelle d une entreprise est présumée lorsque l entreprise consolidante dispose, directement ou indirectement, d une fraction au moins égale à 20 % des droits de vote de cette entreprise. Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 28

29 Banque A Contrôle exclusif ifde la banque A sur la banque B 100% Groupe bancaire Supervision i sur base consolidée Consolidation des comptes financiers Banque B Calcul des ratios prudentiels sur base consolidée Sauf si les critères de seuils ne sont pas remplis Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 29

30 Banque A Contrôle exclusif ifde la banque A sur la banque B 51% Groupe bancaire Supervision i sur base consolidée Consolidation des comptes financiers Banque B Calcul des ratios prudentiels sur base consolidée Sauf si les critères de seuils ne sont pas remplis Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 30

31 Détention directe et indirecte AFRITAC de l OUEST Les contrôles exclusif et conjoint et l influence notable s entendent, dans tous les cas, directement ou indirectement Pour l appréciation des droits de vote dont dispose une entreprise dans les assemblées d une autre entreprise, il doit être fait masse de l ensemble des droits de vote attachés aux actions ou parts détenues par l entreprise consolidante et par toutes les entreprises qu elle contrôle de manière exclusive. Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 31

32 Banque A 55% Actionnaire X 32% 19% Contrôle exclusif de la banque A sur la banque B Groupe bancaire Supervision sur base consolidée Banque B Consolidation i des comptes financiersi Calcul des ratios prudentiels sur base consolidée Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 32

33 Banque A Contrôle minoritaire i i de la banque A sur la banque B (notion d influence notable) 25% Groupe bancaire Supervision sur base consolidée limitée Consolidation des comptes financiers (limitée) Banque B Calcul des ratios prudentiels sur base consolidée (limitée) Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 33

34 Banque A Absence de contrôle de la banque A sur la banque B 10% Groupe bancaire Supervision sur base consolidée limitée Consolidation des comptes financiers (limitée) Banque B Calcul des ratios prudentiels sur base consolidée (limitée) Déduction des fonds propres de la banque A de sa participation dans la banque B Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 34

35 Banque A Actionnaire X 50% 50% Trois possibilités : Contrôle majoritaire Contrôle partagé Influence notable Banque B Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 35

36 La consolidation (définition du périmètre) et les méthodes de consolidation retenues dépendent du type de contrôle exercé sur la filiale Contrôle exclusif Contrôle conjoint Influence notable Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 36

37 Holding Contrôle exclusif ifde la holding X (non régulé) 100% Groupe bancaire Supervision i sur base consolidée Consolidation des comptes financiers Banque A Calcul des ratios prudentiels sur base consolidée Sauf si les critères de seuils ne sont pas remplis Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 37

38 Périmètre comptable vs périmètre prudentiel Toutes les entités du groupe n entrent pas systématiquement dans le périmètre de surveillance prudentiel En principe, seules les entreprises à caractère financier sont susceptibles d entrer dans le périmètre de consolidation prudentiel En revanche, les entreprises d assurance ne sont pas des entreprises à caractère financier Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 38

39 Périmètre comptable vs périmètre prudentiel Sont des entreprises à caractère financier Les établissements de crédit, les entreprises d investissement et les établissements de paiement Les établissements financiers Les entités ad hoc Les autres entreprises Dont l'activité se situe dans le prolongement des activités bancaires ou financières Ou dont l activité consiste soit en la détention d immobilisations affectées à l exploitation de ces établissements soit en la fourniture de services nécessaires à leur exploitation Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 39

40 Abidjan Périmètre de Côte consolidation d ivoire comptable Banque A Périmètre de consolidation prudentielle 95% 28% 53% 68% Banque B Banque C GMP Assurance E Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 40

41 Périmètre comptable vs périmètre prudentiel Les ratios prudentiels doivent être calculés au niveau du périmètre prudentiel Nécessité pour l autorité de supervision de disposer d états comptables réglementaires sur base consolidée selon le périmètre prudentiel Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 41

42 Problématique de la consolidation des banques locales fililales d un groupe situé à l étranger Lorsqu un pays accueille plusieurs banques d un même groupe situé à l étranger, il est ardu de procéder à une consolidation des comptes Ainsi, si un groupe est présent dans une juridiction à travers la présence de plusieurs filiales, et dont le poids crée un risque systémique, il est pourtant utile de connaître son poids réel dans la zone, notamment s il concentre des risques sur des contreparties, un secteur économique Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 42

43 Banque A 95% 28% 53% 57% 100% 42% B C D E F G Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 43

44 Problématique de la consolidation des banques locales fililales d un groupe situé à l étranger Une solution pourrait consister à imposer la création d une holding détenant les participations des banques dans la zone : cas des Etats Unis Il s agit d une solution compliquée à mettre en œuvre, il convient d en analyser les avantages coûts / bénéfices Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 44

45 Abidjan Banque A Côte d ivoire 100% Holding 95% 28% 100% 42% 53% 57% B C D E F G Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 45

46 Comptes combinés Les entreprises qui constituent un ensemble, mais dont la cohésion ne résulte pas de liens de participation, peuvent préparer des comptes combinés afin de présenter les comptes de cet ensemble comme si celui-ci était formé d une seule entité. Des comptes combinés ne peuvent être assimilés à des comptes consolidés Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 46

47 Comptes combinés Des comptes combinés peuvent être établis notamment dans les différentes situations suivantes : entreprises dirigées par la même personne ou un même groupe de personnes ayant des intérêts communs ; ou dont le propriétaire est la même personne physique ou les membres d une même famille ; entreprises des secteurs coopératifs ou mutualistes dans lesquels les organisations régionales, contrôlent l organisme lorganisme fédérateur central et forment avec lui, en raison d accords privilégiés, un ensemble homogène à stratégie et direction communes ; entreprises d un même ensemble, non rattachées juridiquement à la holding ou sous-holding, mais ayant la même activité et placées sous la même autorité Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 47

48 Principes de consolidation Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 48

49 Comment traduire sur le plan comptable des relations capitalistiques et financières d un groupe? La seule lecture des comptes de la société holding est insuffisante Le simple cumul des comptes individuels est un «plus» mais ne donne pas non plus une image fidèle car Nombreuses relations réciproques. Les liens de participation sont plus ou moins forts. La solution : Les comptes consolidés Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 49

50 La consolidation (définition du périmètre) et les méthodes de consolidation retenues dépendent du type de contrôle exercé sur la filiale Contrôle exclusif Intégration globale Contrôle conjoint Intégration proportionnelle Influence notable Mise en équivalence Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 50

51 L intégration globale consiste à : AFRITAC de l OUEST intégrer dans les comptes de l entreprise lentreprise consolidante les éléments des comptes des entreprises consolidées, après retraitements éventuels répartir les capitaux propres et le résultat entre les intérêts de l entreprise consolidante et les intérêts des autres actionnaires ou associés dits "intérêts minoritaires" éliminer les opérations et comptes entre l'entreprise intégrée globalement et les autres entreprises consolidées Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 51

52 Banque A 100% Banque B La banque A exerce un contrôle total sur la banque B La valeur comptable des titres détenus par A dans B est de 20 Le montant des capitaux propres de la banque B est de 20 Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 52

53 BANQUE A BANQUE B ACTIF PASSIF ACTIF PASSIF Part banque B 20 Capitaux propres 100 Actifs 100 Capitaux propres 20 autres actifs 380 dettes 300 dettes 80 Total 400 Total 400 Total 100 Total 100 Comptes consolidés ACTIF CONSOLIDE PASSIF CONSOLIDE actifs 480 cap. Propres Conso. 100 dettes 380 Total Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 53

54 Banque A 75% Banque B La banque A exerce un contrôle total sur la banque B La valeur comptable des titres détenus par A dans B est de 15 Le montant des capitaux propres de la banque B est de 20 Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 54

55 BANQUE A BANQUE B ACTIF PASSIF ACTIF PASSIF Part banque B 15 Capitaux propres 100 Capitaux propres 20 Actifs 100 autres actifs 385 dettes 300 dettes 80 Total 400 Total 400 Total 100 Total 100 Comptes consolidés ACTIF CONSOLIDE PASSIF CONSOLIDE Capitaux propres : actifs 485 cap. Propres Conso. 105 dettes 380 Part du groupe : 100 Part des minoritaires : 5 Total Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 55

56 Banque A 100% Banque B La banque A exerce un contrôle total sur la banque B La valeur comptable des titres détenus par A dans B est de 20 Le montant des capitaux propres de la banque B est de 25 Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 56

57 BANQUE A BANQUE B ACTIF PASSIF ACTIF PASSIF Part banque B 25 Capitaux propres 100 Actifs 100 Capitaux propres 20 autres actifs 375 dettes 300 dettes 80 Total 400 Total 400 Total 100 Total 100 Comptes consolidés ACTIF CONSOLIDE PASSIF CONSOLIDE Goodwill 5 cap. Propres Conso. 100 actifs 475 dettes 380 Total Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 57

58 Elimination des opérations réciproques Les créances, les dettes et les engagements réciproques ainsi que les produits et les charges réciproques sont éliminés dans leur totalité L élimination des profits et des pertes ainsi que des plus-values et moinsvalues est pratiquée à 100 % L élimination des incidences des opérations internes portant sur des actifs a pour conséquence de les ramener à leur valeur d entrée dans le bilan consolidé (coût historique consolidé) Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 58

59 Elimination des opérations réciproques Pendant l exercice N, la banque A, vend un immeuble d une valeur nette comptable de 50, pour un montant de 70 à sa filiale : valeur d entrée au bilan de B de 70 Le résultat dégagé pour A est de 20 Lors de la consolidation, ce résultat de 20 doit être éliminé, la valeur du bien doit apparaître pour sa valeur nette comptable avant cession par A à B Ainsi, la consolidation revient à rétablir une situation comme si la cession n avait jamais eu lieu Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 59

60 Intégration proportionnelle AFRITAC de l OUEST L intégration proportionnelle consiste à : intégrer dans les comptes de l entreprise consolidante la fraction représentative de ses intérêts dans les comptes de l entreprise lentreprise consolidée, après retraitements éventuels ; aucun intérêt minoritaire n est donc constaté ; éliminer les opérations et comptes entre l'entreprise intégrée proportionnellement et les autres entreprises consolidées Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 60

61 Banque A 50% Banque B La banque A exerce un contrôle conjoint de la banque B La valeur comptable des titres détenus par A dans B est de 10 Le montant des capitaux propres de la banque B est de 20 Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 61

62 BANQUE A BANQUE B ACTIF PASSIF ACTIF PASSIF Part banque B 10 Capitaux propres 100 Actifs 100 Capitaux propres 20 autres actifs 390 dettes 300 dettes 80 Total 400 Total 400 Total 100 Total 100 Comptes consolidés ACTIF CONSOLIDE PASSIF CONSOLIDE actifs 440 cap. Propres Conso. 100 dettes 340 Total Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 62

63 Mise en équivalence La mise en équivalence consiste à : substituer à la valeur comptable des titres détenus, la quote-part des capitaux propres, y compris le résultat de l exercice déterminé d après les règles de consolidation éliminer les opérations et comptes entre l'entreprise mise en équivalence et les autres entreprises consolidées Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 63

64 Banque A 30% Banque B La banque A exerce une influence notable sur la banque B La valeur comptable des titres détenus par A dans B est de 12 Le montant des capitaux propres de la banque B est de 15 Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 64

65 BANQUE A BANQUE B ACTIF PASSIF ACTIF PASSIF Part banque B 12 Capitaux propres 100 Actifs 200 Capitaux propres 50 autres actifs 388 dettes 300 dettes 150 Total 400 Total 400 Total 200 Total 200 Comptes consolidés ACTIF CONSOLIDE PASSIF CONSOLIDE Titres ME 15 cap. Propres Conso. 103 actifs 388 dettes 300 Dont 3 de différence de mise en équivalence Total Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 65

66 Comptes combinés Les techniques utilisées pour préparer les comptes combinés se distinguent sur certains points de celles prévues en matière de comptes consolidés. En effet, les difficultés tenant à l élimination des titres de participation et au traitement des écarts d acquisition, des intérêts minoritaires, etc, n existent pas en matière de comptes combinés, en l absence de relation de société mère à filiale. En revanche, les autres règles et principes applicables aux comptes consolidés sont pour la plupart transposables aux comptes combinés. Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 66

67 Comptes combinés Les comptes combinés sont obtenus en procédant aux opérations suivantes cumul des comptes des entreprises faisant partie du périmètre des comptes combinés, éventuellement après retraitements et reclassement ; élimination des comptes réciproques : actifs et passifs, charges et produits ; neutralisation des résultats provenant d opérations effectuées entre les entreprises comprises dans le périmètre. Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 67

68 Enjeux prudentiels Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 68

69 Le calcul des fonds propres sur une base consolidée constituent un aspect fondamental pour l analyse de la solidité financière réelle d un groupe Il permet d éviter le double comptage des fonds propres Il élimine les participations entre les différentes entités ce qui permet de clarifier le niveau des fonds propres Il convient de procéder à des retraitements : élimination des opérations réciproques goodwill Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 69

70 Holding X 100% Banque A La banque A est contrôlée exclusivement par la holding X, enregistrée sur une place off-shore La holding X, pour laquelle peu d informations sont disponibles, est détenue par M. H, homme d affaires à la tête d un groupe intervenant de nombreux secteurs d activité Les capitaux propres de la banque A sont de 100 Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 70

71 Holding X BANQUE A ACTIF PASSIF ACTIF PASSIF Capitaux propres 20 Capitaux propres 100 Part banque B 100 Actifs 400 dettes 80 dettes 300 Total 100 Total 100 Total 400 Total 400 Comptes consolidés ACTIF CONSOLIDE PASSIF CONSOLIDE actifs 400 cap. Propres Conso. 20 dettes 380 Total Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 71

72 Sur une base sociale, la banque A présente un taux de couverture des actifs par ses capitaux propres de : capitaux propres / actifs 100 / % Au niveau consolidé, intégrant le holding, le ratio est de : capitaux propres / actifs 20 / 400 5% Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 72

73 Le calcul des grands risques sur une base consolidée est nécessaire pour observer des concentrations de crédit trop important sur certaines contreparties Cette agrégation des encours par contrepartie permet de connaître l exposition réelle du groupe vis-à-vis de ces contreparties Séminaire régional surveillance des groupes bancaires et de leurs filiales 73

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Comptabilité approfondie Chapitre 7 1 Pourquoi consolider? La société A a acheté la société B. La somme payée s élève à 9 500 par achat des titres du capital

Plus en détail

1. Introduction à la notion de consolidation 2. Procédure de consolidation 3. Opérations de Retraitements 4. Enjeux de la consolidation 5.

1. Introduction à la notion de consolidation 2. Procédure de consolidation 3. Opérations de Retraitements 4. Enjeux de la consolidation 5. 28/05/14 1 1. Introduction à la notion de consolidation 2. Procédure de consolidation 3. Opérations de Retraitements 4. Enjeux de la consolidation 5. Périmètre de consolidation 6. Méthode de consolidation

Plus en détail

Chap. 4 : La consolidation

Chap. 4 : La consolidation 1 / 8 Chap. 4 : La consolidation Le code de commerce impose aux sociétés commerciales d établir et de publier des comptes consolidés (bilan et compte de résultat consolidés ainsi qu une annexe) dès lors

Plus en détail

I-1 : Principes clés de la consolidation des comptes I-2 : Périmètre et méthodes de consolidation

I-1 : Principes clés de la consolidation des comptes I-2 : Périmètre et méthodes de consolidation I-1 : Principes clés de la consolidation des comptes I-2 : Périmètre et méthodes de consolidation I-3 : pourcentage de contrôle et pourcentage d intérêt II-1 : les missions de l auditeur des comptes consolidés

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés Le Conseil national de la comptabilité réuni en formation de Section des entreprises le 28 octobre 1994,

Plus en détail

Présentation générale

Présentation générale Présentation générale INTRODUCTION Ce chapitre introductif a pour objet de présenter, de manière générale, le mécanisme de consolidation des comptes et le contenu des états financiers consolidés des sociétés

Plus en détail

Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle

Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle I -Notion de consolidation et de groupe A - Définition B - Motivation de la consolidation C - Comment la notion de contrôle doit-elle se comprendre? Exemple simplifié

Plus en détail

Chapitre 2 : Détermination de l'ensemble consolidé

Chapitre 2 : Détermination de l'ensemble consolidé Chapitre 2 : Détermination de l'ensemble consolidé Introduction I - Degrés de dépendance : Critères d'appréciation du contrôle A Droits de vote B Eléments de fait TD1 - Pourcentage de droits de vote II

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 196 9 novembre 2007. S o m m a i r e

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 196 9 novembre 2007. S o m m a i r e MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 3495 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 196 9 novembre 2007 S o m m a i r e Loi du 7 novembre 2007 portant

Plus en détail

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 48/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative au dispositif de gestion du risque de concentration du crédit

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 48/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative au dispositif de gestion du risque de concentration du crédit BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 48/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative au dispositif de gestion du risque de concentration du crédit Le Gouverneur de Bank Al-Maghrib; vu la loi ns 34-03 relative

Plus en détail

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations La nouvelle Swiss GAAP RPC 30 regroupe toutes les règles applicables aux comptes. Ce qui implique que toutes les autres Swiss GAAP RPC font référence aux comptes individuels. Quelles sont les questions

Plus en détail

Définition de l Actif brut d un OPCI 1

Définition de l Actif brut d un OPCI 1 Définition de l Actif brut d un OPCI 1 Sommaire Préambule... 2 Définition... 3 Modalités de calcul de l actif brut... 4 Annexe... 6 1 OPCI au sens de SPPICAV ASSOCIATION FRANCAISE DES SOCIETES DE PLACEMENT

Plus en détail

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la préparation et à la présentation des états financiers consolidés d'un groupe

Plus en détail

Dossier 1 - Augmentation de capital

Dossier 1 - Augmentation de capital DCG session 2013 UE10 Comptabilité approfondie Corrigé indicatif Dossier 1 - Augmentation de capital 1. Indiquer les critères de fixation du prix d émission. Le prix d émission est situé entre la valeur

Plus en détail

Chapitre 3 : Les étapes de la consolidation

Chapitre 3 : Les étapes de la consolidation Chapitre 3 : Les étapes de la consolidation I - Les étapes du processus de consolidation II - La détermination du pourcentage d'intérêts (PDI) III - Organisation et techniques comptables de la consolidation

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES 1 BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SBS MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES I. INTRODUCTION La supervision bancaire évolue de façon dynamique. La récente crise financière internationale

Plus en détail

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1 Mr ABBOUDI MED Presentations des etats financiers 1 Objectifs et composants 2 Principe de préparations des E F 3 Principe d identifications des E F 4 Période couverte

Plus en détail

ANNEXE 1 AU RÈGLEMENT N 99-03

ANNEXE 1 AU RÈGLEMENT N 99-03 ANNEXE 1 AU RÈGLEMENT N 99-03 (RÈGLEMENT N 2004-01 DU CRC) COMPTABILISATION ET ÉVALUATION DES OPÉRATIONS DE FUSIONS ET OPÉRATIONS ASSIMILÉES, RÉMUNÉRÉES PAR DES TITRES ET RETRACÉES DANS UN TRAITÉ D APPORT,

Plus en détail

PRINCIPES DE LA CONSOLIDATION. CHAPITRE 4 : Méthodes de consolidation. Maître de conférences en Sciences de Gestion Diplômé d expertise comptable

PRINCIPES DE LA CONSOLIDATION. CHAPITRE 4 : Méthodes de consolidation. Maître de conférences en Sciences de Gestion Diplômé d expertise comptable PRINCIPES DE LA CONSOLIDATION CHAPITRE 4 : Méthodes de consolidation David Carassus Maître de conférences en Sciences de Gestion Diplômé d expertise comptable SOMMAIRE CHAPITRE I Les fondements de la consolidation

Plus en détail

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants L ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet

Plus en détail

ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE

ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE Sommaire du document 1. OBSERVATIONS GENERALES 1.1. Le SME est indispensable, les instruments juridiques actuels étant insuffisants.

Plus en détail

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 49/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative à la fonction "conformité"

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 49/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative à la fonction conformité BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 49/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative à la fonction "conformité" Le Gouverneur de Bank Al-Maghrib; vu la loi n 34-03 relative aux établissements de crédit

Plus en détail

Fusion et consolidation RFC - Réflexion -comptabilité - Décembre 2010-438 p. 44-48

Fusion et consolidation RFC - Réflexion -comptabilité - Décembre 2010-438 p. 44-48 Fusion et consolidation RFC - Réflexion -comptabilité - Décembre 2010-438 p. 44-48 Résumé de l article Les regroupements d entreprises peuvent se traduire en comptabilité par une fusion régie par le règlement

Plus en détail

Analyse financière. + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés. L essentiel. 2 e ÉDITION LES INDISPENSABLES VUIBERT

Analyse financière. + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés. L essentiel. 2 e ÉDITION LES INDISPENSABLES VUIBERT LES INDISPENSABLES VUIBERT Analyse financière 2 e ÉDITION Emmanuelle Plot-Vicard Madeleine Deck-Michon L essentiel + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés Sommaire Mode

Plus en détail

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Objectif 1 L objectif de la présente norme est de spécifier la comptabilisation d

Plus en détail

Règles de consolidation des entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière

Règles de consolidation des entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 99-06 du 23 septembre 1999 Règles de consolidation des entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière L assemblée plénière du Conseil

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007 Relatif aux règles comptables applicables aux établissements et services privés sociaux et médico-sociaux relevant de l article R. 314-1

Plus en détail

relatif au traitement comptable des fusions et opérations assimilées

relatif au traitement comptable des fusions et opérations assimilées CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis N 2004-01 du 25 mars 2004 relatif au traitement comptable des fusions et opérations assimilées Sommaire 1 - Champ d application 2 - Principe d inscription des apports

Plus en détail

PRINCIPAUX INDICATEURS

PRINCIPAUX INDICATEURS 30 juin 2006 RESULTAT DE L DE L EXERCICE 2005 2005-200 2006 (Période du 1 er avril 2005 au 31 mars 2006) PRINCIPAUX INDICATEURS Chiffres Chiffres Chiffres En millions d euros consolidés consolidés consolidés

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 OBJECTIF DE LA NORME 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

Partage des capitaux propres de F1 à la consolidation de N. Éléments Total Part du groupe 60 % Capitaux propres de F1 hors résultat N 1100 660 440

Partage des capitaux propres de F1 à la consolidation de N. Éléments Total Part du groupe 60 % Capitaux propres de F1 hors résultat N 1100 660 440 Partage des capitaux propres de F1 à la consolidation de N Éléments Total Part du groupe 60 % Capital 500 Réserves 600 Intérêts minoritaires 40 % Capitaux propres de F1 hors résultat N 1100 660 440 Élimination

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ Rue Saint-Jean 32-38 à 1000 Bruxelles Table des matières 1. Introduction 3 2. Réglementation 3 3. Rappel

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Arrêté du 31 décembre 2009 portant homologation du règlement n o 2009-10 du Comité de la réglementation

Plus en détail

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Norme 16 : Risques de garde et d investissement Objectif

Plus en détail

Règle 204 Approuvée par le Comité sur la confiance du public Le 14 novembre 2013

Règle 204 Approuvée par le Comité sur la confiance du public Le 14 novembre 2013 Règle 204 Approuvée par le Comité sur la confiance du public Le 14 novembre 2013 204 Indépendance 204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées Le membre ou

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LES INSTRUMENTS DE PREVENTION DES CRISES ET LES VULNERABILITES DANS L'UMOA INTRODUCTION La solidité et la stabilité du système bancaire constituent une

Plus en détail

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Le résumé des comptes annuels de la société Groupe Delhaize SA est présenté ci-dessous. Conformément au Code des Sociétés, les comptes annuels complets, le

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

LES GARANTIES D EMPRUNT

LES GARANTIES D EMPRUNT LES GARANTIES D EMPRUNT (Compte 801.5) Fiche n 1 Définition Les garanties d emprunt entrent dans la catégorie des engagements hors bilan parce qu une collectivité peut accorder sa caution à une personne

Plus en détail

TECH COMPRENDRE LA NOTION DE GROUPE PRUDENTIEL INFOTECH # 33 INTRODUCTION RAPPEL : QUEL CONTOUR DU GROUPE D ASSURANCE AUJOURD HUI?

TECH COMPRENDRE LA NOTION DE GROUPE PRUDENTIEL INFOTECH # 33 INTRODUCTION RAPPEL : QUEL CONTOUR DU GROUPE D ASSURANCE AUJOURD HUI? COMPRENDRE LA NOTION DE GROUPE PRUDENTIEL INTRODUCTION Marie-Laure DREYFUSS ASSOCIÉE Responsable du Pôle Gouvernance Tel. : + 33 (0)4 72 18 58 58 E-mail : marie-laure.dreyfuss@actuaris.com En matière de

Plus en détail

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des participations

Plus en détail

Master en Gouvernance bancaire, contrôle et audit interne

Master en Gouvernance bancaire, contrôle et audit interne Master en Gouvernance bancaire, contrôle et audit interne EVALUATION PRELEMINAIRE COURS SUR LE REGLEMENTATION PRUDENTIELLE ET SUPERVISION BANCAIRE Cours dirigé par Mme Nadia Gamha, Directrice Générale

Plus en détail

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005 du 07 mai 2002

Plus en détail

10 ELEMENTS FINANCIERS

10 ELEMENTS FINANCIERS 10 ELEMENTS FINANCIERS Page Etats financiers consolidés 223 Notes annexes aux comptes consolidés 230 Rapport des Commissaires aux comptes sur les comptes consolidés 343 Comptes sociaux 345 Notes annexes

Plus en détail

NOTE DE PRÉSENTATION

NOTE DE PRÉSENTATION AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRÉSENTATION RÈGLEMENT N 2010-02 DU 2 SEPTEMBRE 2010 Relatif aux transactions entre parties liées et aux opérations non inscrites au bilan modifiant le règlement

Plus en détail

RECOMMANDATION. N 2015-01 du 7 janvier 2015

RECOMMANDATION. N 2015-01 du 7 janvier 2015 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RECOMMANDATION N 2015-01 du 7 janvier 2015 Relative au traitement comptable des titres, parts, actions et avances en comptes courants dans les Sociétés civiles de placement

Plus en détail

Étude particulière. Évaluation, valeur d apport et parité

Étude particulière. Évaluation, valeur d apport et parité Étude particulière Évaluation, valeur d apport et parité Il convient de bien différencier la notion de valeur d apport de la notion de parité d échange. La parité fixe le rapport d échange des titres de

Plus en détail

société mère filiale participation

société mère filiale participation La consolidation est destinée à présenter la situation financière d'un groupe de sociétés comme si celles-ci ne formaient qu'une seule entité. Elle constitue une obligation pour les entreprises commerciales

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

CONSOLIDATION DES COMPTES - METHODES

CONSOLIDATION DES COMPTES - METHODES Objectif(s) : CONSOLIDATION DES COMPTES - METHODES o Présentation des méthodes de consolidation : intégration globale, intégration proportionnelle, mise en équivalence. Prérequi(s) : o Documents de synthèse,

Plus en détail

AFTA Petit-déjeuner du 6 mai 2008. Bernard Bazillon, Associé KPMG S.A.

AFTA Petit-déjeuner du 6 mai 2008. Bernard Bazillon, Associé KPMG S.A. KPMG S.A. AFTA Petit-déjeuner du 6 mai 2008 Bernard Bazillon, Associé KPMG S.A. SECTEUR NON MARCHAND Sommaire Introduction Problématiques recensées Règlement CRC n 2002-12 Périmètre de combinaison Convention

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2001-A du 29 janvier 2001 du Comité d urgence

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2001-A du 29 janvier 2001 du Comité d urgence CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2001-A du 29 janvier 2001 du Comité d urgence Portant sur plusieurs questions relatives à l interprétation et à l application des dispositions de l annexe aux

Plus en détail

PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE

PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE Activités Compétences techniques Compétences en organisation Compétences en communication 4.1. Assurer la veille nécessaire au traitement

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 00-06

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 00-06 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 00-06 Règles de consolidation des entreprises régies par le code des assurances, des mutuelles régies par le code de la mutualité et aux institutions de prévoyance

Plus en détail

METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES CONSOLIDES

METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES CONSOLIDES Royaume du Maroc DIRECTION DES ENTREPRISES PUBIQUES ET DE LA PRIVATISATION ---- CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE COMPTE PERMANENT METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES CONSOLIDES MAI 2005 1 SOMMAIRE SECTION

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2001-C du 6 juin 2001. II - Questions relatives aux éliminations d opérations internes

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2001-C du 6 juin 2001. II - Questions relatives aux éliminations d opérations internes CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2001-C du 6 juin 2001 Comité d urgence portant sur plusieurs questions relatives à l interprétation et à l application des dispositions de l annexe au règlement

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

En quoi le chapitre 1591 est-il important pour moi?

En quoi le chapitre 1591 est-il important pour moi? Alerte info financière NCECF MAI 2015 Chapitre 1591, «Filiales» En septembre 2014, le Conseil des normes comptables (CNC) a publié le chapitre 1591, «Filiales», de la Partie II (Normes comptables pour

Plus en détail

IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence

IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence Extrait, Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion du 18 octobre

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 La Banque de France Sommaire 1- Les activités de la Banque de France p. 3 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 3- Les activités de la Banque et son organisation territoriale p. 5 4-

Plus en détail

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département.

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département. COMPTES ANNUELS - Immeuble à destination spécifique loué à une société placée en procédure de sauvegarde - Modalités d'évaluation et de dépréciation de l'immeuble - EC 2011-05 Mots clés Comptes annuels,

Plus en détail

NOTICE «Solvabilité II» Calcul de la solvabilité des groupes

NOTICE «Solvabilité II» Calcul de la solvabilité des groupes NOTICE «Solvabilité II» Calcul de la solvabilité des groupes (Version en date du 28/04/2016) TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction... 3 2. Calcul de la solvabilité des groupes... 3 2.1. Périmètre du groupe

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion d OPCVM ou d OPCI et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des risques Textes

Plus en détail

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements 1 Les Placements Les placements sont des actifs détenus par une entreprise dans l objectif d en tirer des bénéfices sous forme d intérêts de dividendes ou de revenus assimilés, des gains en capital ou

Plus en détail

LE RETRAIT DE COTE : UNE OPERATION

LE RETRAIT DE COTE : UNE OPERATION LE RETRAIT DE COTE : UNE OPERATION PERTINENTE DANS UN CONTEXTE DE MARCHE DIFFICILE Si les marchés actions semblent se reprendre en ce début d année 2012, le CAC 40 demeure en baisse de près de 9 % sur

Plus en détail

Les missions du comité d audit

Les missions du comité d audit AUDIT COMMITTEE INSTITUTE FRANCE Les missions du comité d audit Aide mémoire kpmg.fr Sommaire Réglementation... 3 Exemples de bonnes pratiques... 6 Suivi de l efficacité des systèmes de contrôle interne

Plus en détail

Première application des IFRS par les fonds d investissement

Première application des IFRS par les fonds d investissement Première application des IFRS par les fonds d investissement Extrait, Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion du 2 décembre 2013 Le projet de l IASB sur les entités d investissement

Plus en détail

EIFR 6 avril 2011 TRAITEMENT COMPTABLE DES OPERATIONS DE FIDUCIE. Xavier PAPER xpaper@xavierpaper.com www.xavierpaper.com

EIFR 6 avril 2011 TRAITEMENT COMPTABLE DES OPERATIONS DE FIDUCIE. Xavier PAPER xpaper@xavierpaper.com www.xavierpaper.com EIFR 6 avril 2011 TRAITEMENT COMPTABLE DES OPERATIONS DE FIDUCIE Xavier PAPER xpaper@xavierpaper.com www.xavierpaper.com Traitement dans les comptes individuels (1/6) Constitution de la fiducie La loi

Plus en détail

Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales

Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales EIFR Risques opérationnels Enjeux structurels et défis à venir Paris, 5 novembre 2014 Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales Philippe BILLARD Chef du service des affaires internationales

Plus en détail

La Société de Participations Financières luxembourgeoise

La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise, communément appelée «SOPARFI», est la société de droit commun luxembourgeoise. Elle est

Plus en détail

BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE

BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE INSTITUTION : DATE DE CONTROLE : SUPERVISEUR : PERSONNES INTERROGEES : RESUME DES

Plus en détail

Chapitre 6 : Consolidation par paliers et consolidation directe

Chapitre 6 : Consolidation par paliers et consolidation directe Chapitre 6 : Consolidation par paliers et consolidation directe I Principe général II- Consolidation par paliers III - Consolidation directe Cas de synthèse 1 Case de synthèse 2 I. Principe général Les

Plus en détail

Valeur globale des actifs gérés par l OPCI

Valeur globale des actifs gérés par l OPCI Valeur globale des actifs gérés par l OPCI I. Préambule La présente méthode de calcul de la valeur globale des actifs gérés et de la valeur globale des actifs immobiliers gérés de l OPCI permet d exprimer

Plus en détail

Information comptable et management financier

Information comptable et management financier Information comptable et management financier APPLICATION Diagnostic financier Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor,

Plus en détail

Liste de vérification de la politique de gestion du risque de liquidité Onglet 5 2010

Liste de vérification de la politique de gestion du risque de liquidité Onglet 5 2010 Liste de vérification Partie A Exigences législatives en matière de politique sur les liquidités La caisse a t elle établi une politique relative à ses liquidités? Par. 85(1) de la Loi. La politique sur

Plus en détail

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise 1 Une réduction d impôt sur le revenu est applicable en cas de souscription, avant le 31 décembre 2012, au capital d une petite et moyenne

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

CIRCULAIRE N o 92 AUX BANQUES COMMERCIALES AUX BANQUES D'EPARGNE ET DE LOGEMENT

CIRCULAIRE N o 92 AUX BANQUES COMMERCIALES AUX BANQUES D'EPARGNE ET DE LOGEMENT Banque de la République d Haïti CIRCULAIRE N o 92 AUX BANQUES COMMERCIALES AUX BANQUES D'EPARGNE ET DE LOGEMENT Les banques doivent respecter les dispositions suivantes concernant la surveillance consolidée

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE

RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE DECEMBRE 2014 Etabli en application des dispositions de l article R. 823-21 du Code de commerce 1 Préambule Le présent rapport établi par la Société Thierry MOREL & Associés

Plus en détail

1.2 Convocation des administrateurs Conformément à l article 17 des statuts, les administrateurs ont été convoqués par courrier.

1.2 Convocation des administrateurs Conformément à l article 17 des statuts, les administrateurs ont été convoqués par courrier. Société Anonyme au capital de 36 659 280 Siège social : 20, rue de l'arc de Triomphe - 75017 PARIS 378 557 474 RCS PARIS RAPPORT DU PRESIDENT DIRECTEUR GENERAL ETABLI EN APPLICATION DU DERNIER ALINEA DE

Plus en détail

Guide de l enquête sur l investissement direct 2014

Guide de l enquête sur l investissement direct 2014 Guide de l enquête sur l investissement direct 2014 Mai 2015 TABLE DES MATIERES 1 PRESENTATION 3 1.1 Motivations...3 1.2 Champ d application...3 1.3 Confidentialité...3 1.4 Personnes de contact auprès

Plus en détail

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Objectif 1 Une entité peut exercer des activités à l international de deux manières. Elle peut conclure des transactions

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers présentés par les régimes

Plus en détail

La consolidation à une date ultérieure à la date d acquisition

La consolidation à une date ultérieure à la date d acquisition RÉSUMÉ DU MODULE 4 La consolidation à une date ultérieure à la date d acquisition Le module 4 porte sur l utilisation de la méthode de l acquisition pour comptabiliser et présenter les filiales entièrement

Plus en détail

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Les paragraphes qui suivent présentent les principaux changements en ce qui a trait aux

Plus en détail

Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22

Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22 Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22 OBJECTIF 01. La Norme Comptable NC 01 - Norme Comptable Générale définit les règles relatives

Plus en détail

Présentation de la consolidation

Présentation de la consolidation Chapitre I Présentation de la consolidation Établir les comptes consolidés d un groupe consiste à présenter son patrimoine, sa situation financière et les résultats de l ensemble des entités qui le constituent

Plus en détail

Afférent aux règles comptables des organisations syndicales

Afférent aux règles comptables des organisations syndicales COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2009-10 DU 3 DECEMBRE 2009 Afférent aux règles comptables des organisations syndicales Le Comité de la réglementation comptable, Vu le code du travail

Plus en détail

1. Objet et champ d application de l avis

1. Objet et champ d application de l avis Avis n 2012 04 du 3 juillet 2012 sur la comptabilisation des dettes financières et des instruments dérivés des entités à comptabilité publique relevant du code général des collectivités territoriales,

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le tableau de bord, outil de pilotage de l association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône-Alpes) Difficile d imaginer la conduite d un bateau sans boussole

Plus en détail

Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance

Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance Christine LAGARDE, Ministre de l Economie, de l Industrie et de l Emploi Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance Lundi 13 octobre 2008 Dossier de presse Communiqué

Plus en détail

Bâle II. Changements en cours. Janvier 2010

Bâle II. Changements en cours. Janvier 2010 Bâle II Changements en cours Janvier 2010 Sommaire Renforcer de la résistance du secteur bancaire Les raisons des changements. Les fonds propres. Risque de contrepartie. Introduction d un ratio de levier

Plus en détail

Reporting titre par titre des établissements de crédit

Reporting titre par titre des établissements de crédit Reporting titre par titre des établissements de crédit Banque centrale du Luxembourg Sommaire 1 Introduction...3 2 Les données à transmettre à la BCL...5 2.1 Aperçu général...5 2.2 Les titres soumis à

Plus en détail

Du résultat social au résultat consolidé Novembre 2011

Du résultat social au résultat consolidé Novembre 2011 Du résultat social au résultat consolidé Novembre 011 Du résultat social au résultat consolidé Préambule Les comptes consolidés ont pour but de présenter le patrimoine, la situation financière et les résultats

Plus en détail

REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS)

REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS) REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS) Page 1 PREAMBULE Le présent Règlement de Déontologie spécifique aux sociétés de gestion d OPCVM

Plus en détail