IFRS 10 États financiers consolidés

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "IFRS 10 États financiers consolidés"

Transcription

1 IFRS 10 États financiers consolidés

2 PLAN DE LA PRÉSENTATION Aperçu Application Dispositions transitoires Prochaines étapes Ressources

3 PRÉSENTATEURS Alex Fisher, CPA, CA Directeur de projets, Orientation et soutien Institut Canadien des Comptables Agréés John Hughes, CA Directeur des normes comptables MSCM LLP

4 APERÇU

5 APERÇU IFRS 10 États financiers consolidés impose aux entités qui en contrôle une ou plusieurs autres de présenter des états financiers consolidés, et établit les exigences pour la présentation et la préparation de ces états Anciennes IFRS : o IAS 27 États financiers consolidés et individuels o SIC-12 Consolidation Entités ad hoc Le champ d application d IAS 27 est maintenant limité à la comptabilisation des participations dans des filiales, des coentreprises et des entreprises associées dans des états financiers individuels IFRS 10 s applique aux exercices ouverts à compter du 1 er janvier 2013 (T pour les entités dont l exercice coïncide avec l année civile)

6 CONTRÔLE Définition de «contrôle» : clé qui permet de déterminer les entités à consolider Nouvelle définition L investisseur contrôle une entité émettrice si et seulement si tous les éléments ci-dessous sont réunis : il détient le pouvoir sur l entité émettrice, c.-à-d. qu il a des droits effectifs qui lui confèrent la capacité actuelle de diriger les activités pertinentes (les activités qui ont une incidence importante sur les rendements de l entité émettrice) il est exposé ou a droit à des rendements variables en raison de ses liens avec l entité émettrice il a la capacité d exercer son pouvoir sur l entité émettrice de manière à influer sur le montant des rendements qu il obtient Ancienne définition Pouvoir de diriger les politiques financières et opérationnelles d une entité afin d obtenir des avantages de ses activités

7 CONTRÔLE Pouvoir sur l entité émettrice? NON OUI Exposition ou droit à des rendements variables en raison de liens avec l entité émettrice? OUI Capacité d exercer son pouvoir sur l entité émettrice de manière à influer sur le montant des rendements obtenus? OUI Participation donnant le contrôle NON NON Ne pas consolider Consolider

8 CONTRÔLE Le premier critère est généralement celui qui pose des problèmes aux petites entités Les deuxième et troisième critères s appliquent plus souvent dans le cas d une entité structurée ou lorsqu il y a un mandataire o p. ex., un investisseur peut être en mesure de prendre des décisions clés pour le compte d un autre, mais ne toucher qu une commission fixe pour ses services de gestion. En pareil cas, il est probable que l investisseur ne soit pas exposé et n ait pas droit à des rendements variables en raison de ses liens avec l entité émettrice Pas de ligne de démarcation claire

9 CONSIDÉRATIONS IMPORTANTES Quelles sont la raison d être (l objet) et la conception de l entité émettrice? Quelles sont les activités pertinentes de l entité émettrice, et comment les décisions sont-elles prises à leur égard? Les droits de l investisseur lui confèrent-ils la capacité actuelle de diriger ces activités pertinentes? L investisseur est-il exposé ou a-t-il droit à des rendements variables en raison de ses liens avec l entité émettrice? L investisseur a-t-il la capacité d exercer son pouvoir sur l entité émettrice de manière à influer sur le montant des rendements qu il obtient? Contrôle Exposition à la variabilité = Pouvoir + des rendements + Lien entre pouvoir et rendements

10 RAISON D ÊTRE ET CONCEPTION Examiner la raison d être (l objet) et la conception à diverses étapes de l analyse L entité émettrice est-elle contrôlée selon une simple proportion des droits de vote, ou la situation est-elle plus complexe? o p. ex., se demander si les droits de vote n ont trait qu à des tâches administratives et si les activités pertinentes sont dirigées selon d autres accords contractuels Examiner les risques auxquels, de par sa conception, l entité émettrice est exposée, et ceux qu elle est destinée à transmettre aux autres parties o exposition de l investisseur (risques encourus et avantages potentiels) Contrôle Exposition à la variabilité = Pouvoir + des rendements + Lien entre pouvoir et rendements Raison d être et conception

11 DÉTERMINATION DU CONTRÔLE ACTIVITÉS PERTINENTES L accent est mis sur les «activités pertinentes» qui ont une incidence importante sur les rendements de l entité émettrice La situation peut changer selon la phase de développement de l entité o p. ex., dans le cas de deux entités dont l une s occupe du développement et l autre de la fabrication, le contrôle peut passer d une entité à l autre Exemples de décisions relatives aux activités pertinentes o décisions opérationnelles et décisions en matière d immobilisations prises pour l entité émettrice, y compris les budgets o nomination et rémunération des principaux dirigeants ou prestataires de services de l entité émettrice et cessation de leur emploi ou des prestations de services Il est essentiel de comprendre la structure de gouvernance de l entité émettrice

12 DÉTERMINATION DU CONTRÔLE POUVOIR SUR L ENTITÉ ÉMETTRICE Lorsque l entité détient plus de 50 % des droits de vote à l égard des activités pertinentes de l entité émettrice, et qu il n y a pas de restriction ou d autres accords, ni d autres facteurs en jeu, IFRS 10 n a généralement pas d incidence sur l analyse, à moins de faits laissant supposer le contraire o Les droits de vote de l investisseur sont suffisants pour lui conférer le pouvoir sur l entité émettrice, qu il les ait exercés ou non, à moins que ces droits ne soient pas substantiels ou qu il existe d autres accords conférant à une autre entité le pouvoir sur l entité émettrice L entité peut contrôler une entité émettrice sans détenir la majorité des droits de vote lorsqu elle a la capacité pratique de diriger unilatéralement les activités pertinentes qui ont une incidence importante sur les rendements de l entité émettrice (p. ex., par le truchement d un accord contractuel, de l importance relative de sa participation dans l entité ou des droits de vote potentiels) Plus il faut un nombre élevé de parties agissant de concert pour mettre l investisseur en minorité, plus ce dernier est susceptible d avoir le pouvoir sur l entité émettrice

13 DÉTERMINATION DU CONTRÔLE DROITS DE VOTE POTENTIELS L investisseur tient compte de ses droits de vote potentiels et de ceux détenus par d autres parties, en plus des droits déjà détenus o Les droits de vote potentiels permettent d obtenir des droits de vote dans l entité émettrice, p. ex. les droits découlant d instruments convertibles ou d options Les droits de vote potentiels ne sont pris en compte que s ils sont substantiels o o o o Y a-t-il des obstacles empêchant le détenteur d exercer les droits? L accord de plusieurs parties est-il nécessaire à l exercice des droits ou à la capacité pratique de les exercer? Le détenteur des droits profiterait-il de leur exercice? Les droits peuvent-ils être exercés lorsque les décisions concernant la direction des activités pertinentes doivent être prises? Droits pouvant être exercés actuellement vs droits substantiels Droits de vote potentiels Substantiels?

14 DÉTERMINATION DU CONTRÔLE DROITS DE PROTECTION Les droits de l investisseur peuvent être des droits de protection, qui ne concernent que les changements fondamentaux dans les activités de l entité émettrice ou qui ne s appliquent que dans des circonstances exceptionnelles Exemples : Le droit d un prêteur d empêcher l emprunteur d entreprendre des activités qui pourraient modifier de façon importante le risque de crédit de l emprunteur au détriment du prêteur Le droit d un prêteur de saisir les biens de l emprunteur si ce dernier ne respecte pas les conditions stipulées pour le remboursement du prêt Le droit d une partie qui détient une participation ne donnant pas le contrôle d approuver des investissements plus importants que nécessaire dans le cadre de l activité ordinaire, ou d approuver l émission d instruments de capitaux propres ou de titres de créance Les droits de protection ont pour but de protéger les intérêts de leur détenteur, sans toutefois lui donner le pouvoir sur l entité émettrice à laquelle ces droits se rattachent

15 Exemples : DÉTERMINATION DU CONTRÔLE RELATIONS SPÉCIALES Certains indicateurs, considérés avec d autres droits, peuvent indiquer que l investisseur détient le pouvoir Les principaux dirigeants qui ont la capacité de diriger les activités pertinentes sont-ils ou ont-ils été des employés de l investisseur? Les activités de l entité émettrice sont-elles tributaires de l investisseur? o o o financement cautionnement par l investisseur des obligations de l entité émettrice dépendance à l égard des technologies ou de la propriété intellectuelle Est-ce qu une part importante des activités de l entité émettrice font intervenir l investisseur ou sont menées pour le compte de celui-ci? L exposition ou le droit de l investisseur à des rendements en raison de ses liens avec l entité émettrice excèdent-ils de façon disproportionnée ses droits de vote?

16 APPLICATION

17 APPLICATION SOCIÉTÉ X La Société X détient 38 % des actions ordinaires de la Société A. La Société X ne détient aucun autre instrument de la Société A pouvant être converti en actions ordinaires. La Société X contrôle-t-elle la Société A? Société X 38 % Société A

18 APPLICATION SOCIÉTÉ X C est possible. Cela dépend des faits. Il faut plus d information. Exemples : Quel nombre d actions la Société X détient-elle par rapport au nombre d actions détenues respectivement par les autres détenteurs et à leur dispersion? o Plus la Société X détient de droits de vote par rapport aux autres détenteurs, et plus il faut un nombre élevé de parties agissant de concert pour mettre la Société X en minorité, plus elle est susceptible d avoir la capacité pratique de diriger les activités pertinentes de la Société A Y a-t-il d autres détenteurs ou parties qui détiennent des droits de vote potentiels? Existe-t-il d autres accords contractuels pertinents? Quelles ont été les tendances du vote lors des précédentes assemblées des actionnaires? Existe-t-il une relation spéciale (p. ex., une dépendance à l égard de la propriété intellectuelle) entre la Société X et la Société A? Dans quelle mesure la Société X est-elle exposée à la variabilité des rendements?

19 APPLICATION Étape 1 Nombre de droits de vote détenus par l investisseur (nombre absolu) Proportion des droits de vote détenus par l investisseur par rapport aux autres détenteurs de droits de vote (importance relative) Nombre de parties devant agir de concert pour mettre l investisseur en minorité (degré de dispersion) Droits de vote potentiels détenus par l investisseur, les autres détenteurs de droits de vote ou d autres parties Droits découlant d autres accords contractuels Analyse concluante? Étape 2 Tendances du vote lors des précédentes assemblées des actionnaires (passivité des autres actionnaires) Autres indicateurs de pouvoir (voir paragraphe B18 d IFRS 10) Relation spéciale avec l entité émettrice qui donne à penser que les intérêts de l investisseur dans celle-ci ne sont pas strictement passifs (voir paragraphe B19 d IFRS 10) Degré d exposition de l investisseur à la variabilité des rendements (voir paragraphe B20 d IFRS 10) Autres faits et circonstances pertinents Analyse concluante? OUI OUI Consolider

20 INFORMATIONS À FOURNIR IFRS 12 Informations à fournir sur les intérêts détenus dans d autres entités fournit des indications détaillées sur les informations à fournir, y compris les suivantes : Hypothèses et jugements importants Hypothèses et jugements sur la base desquels l entité a déterminé : qu elle ne contrôle pas une autre entité, même si elle détient plus de la moitié des droits de vote qu elle contrôle une autre entité, même si elle détient moins de la moitié des droits de vote Intérêts détenus dans des filiales Informations sur chacune des filiales dans lesquelles les participations ne donnant pas le contrôle sont significatives, telles que le nom, l établissement principal et des informations financières résumées Restrictions importantes qui limitent la capacité d avoir accès aux actifs et obligations de régler les passifs Filiales consolidées dont la date de clôture est différente

21 LIENS ENTRE IFRS 10, IFRS 11, IFRS 12 (ET IAS 28) Source: IASB

22 DISPOSITIONS TRANSITOIRES

23 DISPOSITIONS TRANSITOIRES D IFRS 10 IFRS 10 s applique aux exercices ouverts à compter du 1 er janvier 2013 Elle doit généralement être appliquée de manière rétrospective, conformément à IAS 8, sauf lorsque cela est impraticable Voir le bulletin Alerte info de l ICCA traitant des dispositions transitoires pour IFRS 10, IFRS 11 et IFRS 12

24 DISPOSITIONS TRANSITOIRES D IFRS 10 Scénario 1 : Aucun changement quant à la consolidation ou non de l entité émettrice Aucun ajustement nécessaire Scénario 2 : Consolidation d une entité émettrice non consolidée auparavant L entité émettrice est une entreprise Consolider à compter de la date où le contrôle a été obtenu selon IFRS 10 Appliquer la méthode de l acquisition conformément à IFRS 3 évaluer les actifs, les passifs et les participations ne donnant pas le contrôle Comptabiliser, à titre d ajustement des capitaux propres à l ouverture, tout écart par rapport à la valeur comptable antérieure Si impraticable, appliquer à la première période pour laquelle cela est praticable L entité émettrice n est pas une entreprise Consolider à compter de la date où le contrôle a été obtenu selon IFRS 10 Appliquer la méthode de l acquisition conformément à IFRS 3 évaluer les actifs, les passifs et les participations ne donnant pas le contrôle, mais ne pas comptabiliser de goodwill Comptabiliser, à titre d ajustement des capitaux propres à l ouverture, tout écart par rapport à la valeur comptable antérieure Si impraticable, appliquer à la première période pour laquelle cela est praticable

25 DISPOSITIONS TRANSITOIRES D IFRS 10 Scénario 3 : Déconsolidation d une filiale auparavant consolidée Évaluer les intérêts conservés (p. ex., selon la méthode de la mise en équivalence) comme si IFRS 10 avait toujours été appliquée à compter de la date d acquisition de la participation (ou de la perte du contrôle), de manière rétrospective Comptabiliser, à titre d ajustement des capitaux propres, tout écart entre l actif net et les participations ne donnant pas le contrôle comptabilisés antérieurement et les intérêts conservés dans l entité émettrice

26 INCIDENCES POUR LES ENTREPRISES tous les éléments des états financiers indicateurs de performance calculs relatifs aux contrats rapports de gestion clauses restrictives structure des contrats futurs autres documents réglementaires rémunération à base d actions stratégies d investissement communiqués de presse sur les résultats fiscalité questions juridiques relations avec les investisseurs collecte de données processus contrôles systèmes

27 PROCHAINES ÉTAPES

28 PROCHAINES ÉTAPES Exemples : Identifier tous les intérêts détenus dans d autres entités qui doivent être réévalués conformément à IFRS 10 (ainsi qu à IFRS 11 et à IAS 28) Collecter de l information sur les droits des autres actionnaires, notamment : d autres actionnariats importants dans l entité émettrice les tendances du vote des actionnaires de l entité émettrice les tendances de la prise de décision lors des réunions du conseil de l entité émettrice les droits de vote potentiels et les obstacles empêchant leur exercice les contrats et autres relations avec l entité émettrice Analyser les intérêts selon les indications d IFRS 10 Même lorsque la réponse semble évidente (p. ex., une filiale entièrement détenue), il faut se demander s il existe des restrictions pouvant empêcher l exercice du contrôle

29 PROCHAINES ÉTAPES (suite) Exemples (suite) : Établir de nouvelles procédures pour mettre à jour la collecte d informations et pour permettre de déterminer de façon continue qui détient le contrôle Évaluer si les entités émettrices qui ne sont pas actuellement consolidées devraient l être, et vice-versa Déterminer la date d obtention du contrôle selon la nouvelle définition et voir s il est possible de mettre en œuvre les dispositions transitoires à cette date Évaluer si le système (TI) actuel d information financière permet la consolidation d un plus grand nombre d entités et si les montants consolidés futurs et rétrospectifs peuvent être déterminés au moyen de ce système Déterminer quelles sont les informations à fournir dans le rapport de gestion et les incidences sur les indicateurs de performance clés Penser à la formation

30 RESSOURCES

31 RESSOURCES Le bulletin Alerte info de l ICCA sur IFRS 10 États financiers consolidés est conçu pour aider les petites sociétés ouvertes à déterminer les incidences d IFRS 10 sur leurs activités. Le bulletin Alerte info de l ICCA : décrit le contenu de la norme présente un résumé des principales modifications suggère un plan d action répond aux questions fréquentes traite des dispositions transitoires Accéder au bulletin Alerte info de l ICCA

32 RESSOURCES Cours magistral New IFRSs for FOUR Standards in TWO Days Nouveauté de 2013! Les 17 et 18 janvier 2013, aux bureaux de l ICCA à Toronto (Ontario) Au programme : IFRS 10 États financiers consolidés IFRS 11 Partenariats IFRS 12 Informations à fournir sur les intérêts détenus dans d autres entités IFRS 13 Évaluation de la juste valeur S inscrire au cours

33 QUESTIONS?

Norme internationale d information financière 10 États financiers consolidés

Norme internationale d information financière 10 États financiers consolidés Norme internationale d information financière 10 États financiers consolidés Objectif 1 L objectif de la présente norme est d établir des principes pour la présentation et la préparation des états financiers

Plus en détail

Norme comptable internationale 27 États financiers individuels. Objectif. Champ d application. Définitions IAS 27

Norme comptable internationale 27 États financiers individuels. Objectif. Champ d application. Définitions IAS 27 Norme comptable internationale 27 États financiers individuels Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable et les obligations d information concernant les participations

Plus en détail

Chapitre 3056, «Intérêts dans des partenariats»

Chapitre 3056, «Intérêts dans des partenariats» Alerte info financière NCECF JANVIER 2015 Chapitre 3056, «Intérêts dans des partenariats» Le Conseil des normes comptables (CNC) a publié en septembre 2014 le chapitre 3056 de la Partie II (Normes comptables

Plus en détail

La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères

La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères RÉSUMÉ DU MODULE 8 La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères Le module 8 porte sur la conversion et la consolidation des états financiers d une filiale résidente d

Plus en détail

RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA

RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA 1. Définitions Pour les fins du présent régime, les termes énumérés ci-dessous ont le sens suivant : «actions ordinaires» désigne

Plus en détail

Norme comptable internationale 24 Information relative aux parties liées

Norme comptable internationale 24 Information relative aux parties liées Norme comptable internationale 24 Information relative aux parties liées Objectif 1 L objectif de la présente norme est d assurer que les états financiers d une entité contiennent les informations nécessaires

Plus en détail

Une vision claire des IFRS. Aller de l avant dans un monde IFRS Guide pratique de mise en œuvre. IFRS 10, États financiers consolidés

Une vision claire des IFRS. Aller de l avant dans un monde IFRS Guide pratique de mise en œuvre. IFRS 10, États financiers consolidés Une vision claire des IFRS Aller de l avant dans un monde IFRS Guide pratique de mise en œuvre IFRS 10, États financiers consolidés Table des matières Aperçu... 2 Champ d application... 3 Nouveau modèle

Plus en détail

IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence

IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence Extrait, Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion du 18 octobre

Plus en détail

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Préparée par les permanents du Conseil sur la comptabilité dans le secteur public Octobre 2009 TABLE DES MATIÈRES PARAGRAPHE Introduction....01

Plus en détail

En quoi le chapitre 1591 est-il important pour moi?

En quoi le chapitre 1591 est-il important pour moi? Alerte info financière NCECF MAI 2015 Chapitre 1591, «Filiales» En septembre 2014, le Conseil des normes comptables (CNC) a publié le chapitre 1591, «Filiales», de la Partie II (Normes comptables pour

Plus en détail

204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées

204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées 204 Indépendance 204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées Supprimé: relatives à des Le membre ou le cabinet qui réalise une mission ou participe à une

Plus en détail

1 Normes IFRS applicables... 1. 2 Types de droits et engagements hors bilan... 3. 3 Plan comptable... 5

1 Normes IFRS applicables... 1. 2 Types de droits et engagements hors bilan... 3. 3 Plan comptable... 5 Chapitre 34 Table des matières 1 Normes IFRS applicables... 1 1.1 Références... 1 1.2 Champ d application... 1 1.3 Définitions... 2 2 Types de droits et engagements hors bilan... 3 2.1 Engagements au titre

Plus en détail

COMMUNICATION DE L INFORMATION D ENTREPRISE

COMMUNICATION DE L INFORMATION D ENTREPRISE Alerte info COMMUNICATION DE L INFORMATION D ENTREPRISE JANVIER 2016 Préparation des informations à fournir sur la situation de trésorerie et les sources de financement dans le rapport de gestion Pour

Plus en détail

Norme internationale d information financière 6 Prospection et évaluation de ressources minérales

Norme internationale d information financière 6 Prospection et évaluation de ressources minérales Norme internationale d information financière 6 Prospection et évaluation de ressources minérales Objectif 1 L objectif de la présente norme est de préciser l information financière relative à la prospection

Plus en détail

REGLEMENT COBAC R-93/09 RELATIF AUX MODIFICATIONS DE SITUATION DES ETABLISSEMENTS DE CREDIT

REGLEMENT COBAC R-93/09 RELATIF AUX MODIFICATIONS DE SITUATION DES ETABLISSEMENTS DE CREDIT REGLEMENT COBAC R-93/09 RELATIF AUX MODIFICATIONS DE SITUATION DES ETABLISSEMENTS DE CREDIT La Commission Bancaire de l Afrique Centrale, Vu la Convention du 16 octobre 1990 portant création d une Commission

Plus en détail

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des participations

Plus en détail

CPA Canada Alerte info financière

CPA Canada Alerte info financière FéVRIER 2014 CPA Canada Alerte info financière En octobre 2013, le Conseil des normes comptables (CNC) a apporté plusieurs modifications visant à améliorer les Normes comptables pour les entreprises à

Plus en détail

Bases des conclusions. Placements de portefeuille Chapitre SP 3041. Avril 2012 CCSP

Bases des conclusions. Placements de portefeuille Chapitre SP 3041. Avril 2012 CCSP Placements de portefeuille Chapitre SP 3041 Avril 2012 CCSP AVANT-PROPOS Le chapitre SP 3041, PLACEMENTS DE PORTEFEUILLE, qui modifie et remplace le chapitre SP 3040, PLACEMENTS DE PORTEFEUILLE, fait partie

Plus en détail

Une introduction aux placements entraînant une influence notable ou un contrôle

Une introduction aux placements entraînant une influence notable ou un contrôle RÉSUMÉ DU MODULE 3 Une introduction aux placements entraînant une influence notable ou un contrôle Le présent module s intéresse à la comptabilisation de trois types de placements pouvant être faits par

Plus en détail

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Sommaire 1. CHAMP D APPLICATION... 2 2. CHANGEMENTS DE METHODES

Plus en détail

Province du Nouveau-Brunswick

Province du Nouveau-Brunswick Ministère des Gouvernements locaux Adoption des normes du CCSP Province du Nouveau-Brunswick Ministère des Gouvernements locaux Adoption des normes du CCSP Ministère des Gouvernements locaux Adoption des

Plus en détail

Première application des IFRS par les fonds d investissement

Première application des IFRS par les fonds d investissement Première application des IFRS par les fonds d investissement Extrait, Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion du 2 décembre 2013 Le projet de l IASB sur les entités d investissement

Plus en détail

La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères

La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères RÉSUMÉ DU MODULE 8 La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères Le module 8 porte sur la conversion et la consolidation des états financiers d une filiale résidente d

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE GROUPE CRIT

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE GROUPE CRIT REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE GROUPE CRIT Suivant délibération en date du 14 avril 2009 le Conseil d Administration de la société Groupe CRIT a établi son règlement intérieur. Le Conseil

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION ABC ARBITRAGE - REGLEMENT INTERIEUR

CONSEIL D ADMINISTRATION ABC ARBITRAGE - REGLEMENT INTERIEUR CONSEIL D ADMINISTRATION ABC ARBITRAGE - REGLEMENT INTERIEUR Préambule Lors de sa réunion du 7 décembre 2010, le Conseil d administration de la société ABC arbitrage s est doté d un règlement intérieur

Plus en détail

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Améliorations 2014 des Normes comptables pour les entreprises à capital fermé Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Avant-propos En octobre 2014, le Conseil

Plus en détail

Instruments financiers : dispositions transitoires Chapitres SP 2601 et SP 3450. Septembre 2012 CCSP. Bases des conclusions

Instruments financiers : dispositions transitoires Chapitres SP 2601 et SP 3450. Septembre 2012 CCSP. Bases des conclusions Instruments financiers : dispositions transitoires Chapitres SP 2601 et SP 3450 Septembre 2012 CCSP AVANT-PROPOS La lettre de mise à jour n o 36 du Manuel de comptabilité de l ICCA pour le secteur public,

Plus en détail

obligatoire si l entreprise a vendu ou reclassé des autres actifs financiers, pendant la période

obligatoire si l entreprise a vendu ou reclassé des autres actifs financiers, pendant la période 2824RE_chap_EP4.qx:quark de base /16/09 :08 PM Page 19 Chapitre : Les instruments financiers 11. Une entreprise peut modifier la désignation de certains de ses actifs financiers. Ainsi, elle peut transférer

Plus en détail

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Le Conseil canadien des consultants États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Contenu Rapport d un vérificateur indépendant 2 États financiers Bilan 3 État

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D ÉVALUATION DES RISQUES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL

CHARTE DU COMITÉ D ÉVALUATION DES RISQUES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Approuvé par le Conseil d administration le 29 octobre 2013 CHARTE DU COMITÉ D ÉVALUATION DES RISQUES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Le Comité d évaluation des risques est chargé d aider le Conseil d administration

Plus en détail

~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~

~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~ CHARTE DU COMITÉ DU RISQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Approuver le cadre de gestion des

Plus en détail

Harmonisation des règles comptables

Harmonisation des règles comptables CONTEXTE À compter de l année 2007, l ensemble des municipalités appliqueront les principes comptables généralement reconnus (PCGR) recommandés par le conseil sur la comptabilité du secteur public (CCSP)

Plus en détail

Norme internationale d information financière 11 Partenariats

Norme internationale d information financière 11 Partenariats Norme internationale d information financière 11 Partenariats Objectif 1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière pour les entités qui détiennent des intérêts

Plus en détail

Bulletin Service Questions professionnelles et techniques, risque et qualité

Bulletin Service Questions professionnelles et techniques, risque et qualité Bulletin Service Questions professionnelles et techniques, risque et qualité Le 18 novembre 2008 Continuité d exploitation, liquidité et situation de trésorerie, et recouvrabilité Questions relatives aux

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE

CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2014-06-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE PARTIE I. STRUCTURE

Plus en détail

Note commune N 33/ 2010

Note commune N 33/ 2010 REPUBLIQUE TUNISIENNE BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2010/10/42 0.1.0.0.1.2 Documents Administratifs --------------------- ( IMPOTS ) Texte n DGI 2010/66 Note commune

Plus en détail

Interprétation IFRIC 16 Couvertures d un investissement net dans un établissement à l étranger

Interprétation IFRIC 16 Couvertures d un investissement net dans un établissement à l étranger Interprétation IFRIC 16 Couvertures d un investissement net dans un établissement à l étranger Références IAS 8 Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs IAS 21 Effets des variations

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

Fiche n 10 Traitement comptable du changement de méthode comptable Suppression de la méthode de l amortissement progressif

Fiche n 10 Traitement comptable du changement de méthode comptable Suppression de la méthode de l amortissement progressif DGOS / DGFiP Bureau PF1 / CL1B Version Septembre 2013 Fiche n 10 Traitement comptable du changement de méthode comptable Suppression de la méthode de l amortissement progressif I. Objet de la fiche Dans

Plus en détail

CPA A lerte info IFRS

CPA A lerte info IFRS JUILLET 2013 CPA A lerte info IFRS Contrats de location Quelles sont les incidences des modifications proposées en matière de comptabilisation des contrats de location? Le présent bulletin Alerte info

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE PLACEMENT DU FONDS DE PENSION BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DE PLACEMENT DU FONDS DE PENSION BANQUE DU CANADA 24 septembre 2013 MANDAT DU COMITÉ DE PLACEMENT DU FONDS DE PENSION BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le

Plus en détail

Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public

Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public Août 2013 En bref Introduction En avril 2013, le Conseil des normes comptables («CNC») et

Plus en détail

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du conseil d administration 1

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du conseil d administration 1 1 1. OBJET (1) Les membres du conseil d administration ont le devoir de surveiller la gestion des affaires tant commerciales qu internes de la Banque CIBC. Le conseil d administration donne, à la fois

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM)

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) 1 ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) CHARTE DU COMITÉ DES FINANCES, DE L AUDIT COMPTABLE ET DE LA GESTION DES RISQUES Mandat Le Comité des finances, de l audit

Plus en détail

STRUCTURES ORGANISATIONNELLES

STRUCTURES ORGANISATIONNELLES Introduction 9 STRUCTURES ORGANISATIONNELLES Par Sven Milelli INTRODUCTION Structures organisationnelles 11 Il existe une grande variété de structures juridiques possibles pour l exploitation d une entreprise

Plus en détail

Règlement de l ARMC 81-501 Fonds d investissement

Règlement de l ARMC 81-501 Fonds d investissement Règlement de l ARMC 81-501 Fonds d investissement PARTIE 1 OPÉRATIONS INTÉRESSÉES 1. Définitions 2. Personne apparentée, intérêt appréciable, porteur de titres important 3. Propriété effective 4. Exclusion

Plus en détail

Entités contrôlées Gouvernements locaux du Nouveau-Brunswick. Octobre 2010

Entités contrôlées Gouvernements locaux du Nouveau-Brunswick. Octobre 2010 Entités contrôlées Gouvernements locaux du Nouveau-Brunswick Octobre 2010 Points à l'ordre du jour Pourquoi la consolidation est-elle nécessaire? Détermination du contrôle exercé Types d'entités Méthodes

Plus en détail

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la préparation et à la présentation des états financiers consolidés d'un groupe

Plus en détail

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Objectif 1 Une entité peut exercer des activités à l international de deux manières. Elle peut conclure des transactions

Plus en détail

CHARTE. DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE CASCADES INC. (la «Société»)

CHARTE. DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE CASCADES INC. (la «Société») DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE CASCADES INC. (la «Société») 1. OBJET La présente charte vise à décrire le rôle du comité d audit et des finances (le «comité») ainsi que les fonctions et les responsabilités

Plus en détail

l Association des déchets solides du Nouveau-Brunswick

l Association des déchets solides du Nouveau-Brunswick Exposé pour l Association des déchets solides du Nouveau-Brunswick Normes comptables du secteur public et incidences sur les commissions des déchets solides 28 octobre 2010 Présenté par John Sanford, FCA,

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2004/22 NOTE COMMUNE N 18/2004 R E S U M E

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2004/22 NOTE COMMUNE N 18/2004 R E S U M E BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2004/02/09 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2004/22 NOTE COMMUNE N 18/2004 OBJET: Aménagement du taux des intérêts

Plus en détail

COMPARAISON SOMMAIRE DES CHAPITRES DE LA SÉRIE SP 4200 ET D AUTRES NORMES DU MANUEL DE COMPTABILITÉ DE L ICCA POUR LE SECTEUR PUBLIC

COMPARAISON SOMMAIRE DES CHAPITRES DE LA SÉRIE SP 4200 ET D AUTRES NORMES DU MANUEL DE COMPTABILITÉ DE L ICCA POUR LE SECTEUR PUBLIC COMPARAISON SOMMAIRE DES CHAPITRES DE LA SÉRIE SP 4200 ET D AUTRES NORMES DU MANUEL DE COMPTABILITÉ DE L ICCA POUR LE SECTEUR PUBLIC au 31 mars 2011 Objet : 1. La Préface des normes comptables pour le

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 JUIN 2010 Comité du programme et budget Quinzième session Genève, 1 er 3 septembre 2010 POLITIQUE EN MATIERE DE PLACEMENTS Document établi par le Secrétariat 1. L article

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION

MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION Le conseil d administration a mis sur pied le comité de la gestion des ressources en personnel de direction

Plus en détail

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Comptabilité approfondie Chapitre 7 1 Pourquoi consolider? La société A a acheté la société B. La somme payée s élève à 9 500 par achat des titres du capital

Plus en détail

PROVISION POUR DEPRECIATION DE CREANCES DOUTEUSES : CORRECTION D ERREUR OU CHANGEMENT D ESTIMATIONS COMPTABLES?

PROVISION POUR DEPRECIATION DE CREANCES DOUTEUSES : CORRECTION D ERREUR OU CHANGEMENT D ESTIMATIONS COMPTABLES? PROVISION POUR DEPRECIATION DE CREANCES DOUTEUSES : CORRECTION D ERREUR OU CHANGEMENT D ESTIMATIONS COMPTABLES? I- EXPOSE DU PROBLEME ET RECHERCHE DE SOLUTIONS AU REGARD DES REFERENTIELS COMPTABLES NATIONAL

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION 1. Définition des termes Dans la présente charte, les termes suivants ont le sens que voici : «Charte» s entend de la charte du Comité, tel

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») 1. Généralités CHARTE DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité la gouvernance

Plus en détail

MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE

MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE La présente Charte de la rémunération, de la nomination et de la gouvernance d entreprise a été adoptée

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS La grande majorité des membres du conseil d administration de la Banque seront indépendants au sens de la présente politique. Le

Plus en détail

Adoption des normes du CCSP. Première application par les organismes publics

Adoption des normes du CCSP. Première application par les organismes publics Adoption des normes du CCSP Première application par les organismes publics Gouvernement locaux mai 2011 Table des atières Page Introduction 1 Date de transition 1 Exemptions 1 Exceptions à l application

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I. OBJECTIF GÉNÉRAL ET PRINCIPAL MANDAT Le comité d audit (le «comité») est établi par le conseil d administration (le «conseil») d Ovivo Inc. (la «Société») pour l aider à s acquitter

Plus en détail

FONDS DE ROULEMENT : NIVEAU ET ADMINISTRATION PRÉSENTATION. Source : Articles 5.1, 5.6, et 6.2 à 6.4 du Règlement financier.

FONDS DE ROULEMENT : NIVEAU ET ADMINISTRATION PRÉSENTATION. Source : Articles 5.1, 5.6, et 6.2 à 6.4 du Règlement financier. 38 e session, Paris 2015 38 C 38 C/39 11 août 2015 Original anglais Point 9.5 de l ordre du jour provisoire FONDS DE ROULEMENT : NIVEAU ET ADMINISTRATION PRÉSENTATION Source : Articles 5.1, 5.6, et 6.2

Plus en détail

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements 1 Les Placements Les placements sont des actifs détenus par une entreprise dans l objectif d en tirer des bénéfices sous forme d intérêts de dividendes ou de revenus assimilés, des gains en capital ou

Plus en détail

Orientations. Orientations relatives aux notions essentielles contenues dans la directive sur les gestionnaires de fonds d investissement alternatifs

Orientations. Orientations relatives aux notions essentielles contenues dans la directive sur les gestionnaires de fonds d investissement alternatifs Orientations Orientations relatives aux notions essentielles contenues dans la directive sur les gestionnaires de fonds d investissement alternatifs 13.08.2013 ESMA/2013/611 Date: 13.08.2013 ESMA/2013/611

Plus en détail

Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation.

Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation. Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation. Vous devez revoir votre rapport sur votre régime de capitalisation au moins une fois par année afin de vous assurer que celui-ci reflète

Plus en détail

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du Comité de gestion du risque 1

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du Comité de gestion du risque 1 1 1. OBJECTIF (1) La principale fonction du Comité de gestion du risque est d aider le conseil d administration à s acquitter de ses responsabilités visant à définir l intérêt de la Banque CIBC à l égard

Plus en détail

TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le Conseil d Administration du 29 juillet 2014 TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le Conseil d administration de TOTAL S.A. 1, a arrêté le présent Règlement intérieur.

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

POLITIQUE 5.6 OFFRES PUBLIQUES DE RACHAT DANS LE COURS NORMAL DES ACTIVITÉS

POLITIQUE 5.6 OFFRES PUBLIQUES DE RACHAT DANS LE COURS NORMAL DES ACTIVITÉS POLITIQUE 5.6 OFFRES PUBLIQUES DE RACHAT DANS LE COURS NORMAL DES ACTIVITÉS Champ d application de la politique La présente politique expose la procédure et les politiques de la Bourse applicables aux

Plus en détail

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP Paiements de transfert Chapitre SP 3410 Avril 2011 CCSP AVANT-PROPOS La lettre de mise à jour n o 33 du Manuel de comptabilité de l ICCA pour le secteur public, publiée en mars 2011, comprenait le chapitre

Plus en détail

Norme comptable internationale 29 Information financière dans les économies hyperinflationnistes *

Norme comptable internationale 29 Information financière dans les économies hyperinflationnistes * Norme comptable internationale 29 Information financière dans les économies hyperinflationnistes * Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers individuels, y compris

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 5 novembre 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 5 novembre 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES Le comité des ressources humaines («comité») est un comité du conseil d administration de Groupe SNC-Lavalin inc. («Société») qui aide le conseil à s acquitter

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT MANDAT DU COMITÉ D AUDIT Le comité d audit (le «Comité») est responsable auprès du conseil d administration (le «Conseil») des politiques et pratiques relatives à l intégrité des déclarations financières

Plus en détail

REGLES DE PROCEDURE DU CONSEIL DE l OHI

REGLES DE PROCEDURE DU CONSEIL DE l OHI REGLES DE PROCEDURE DU CONSEIL DE l OHI 1 REGLES DE PROCEDURE DU CONSEIL TABLE DES MATIERES REGLE SUJET PAGE 1 Membres 3 2-3 Réunions 3 4 Invitation aux observateurs 3 5-6 Délégations 3 7-10 Ordre du

Plus en détail

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO Modifiée : Page 1 de 20 DIRECTIVES ADMINISTRATIVES DÉFINITIONS 1. La direction d école ou la direction nouvellement nommée s entend : a) d une direction qualifiée sans expérience dans ce poste au sein

Plus en détail

RÈGLES D ÉVALUATION IFRS

RÈGLES D ÉVALUATION IFRS UNIBRA Société anonyme Siège social : avenue des Arts, 40 à 1040 Bruxelles n d entreprise : 0402833179 RÈGLES D ÉVALUATION IFRS Les principes comptables et les règles d évaluation appliqués aux comptes

Plus en détail

Instruments financiers comptabilisation et évaluation. Chapitre 3855

Instruments financiers comptabilisation et évaluation. Chapitre 3855 Instruments financiers comptabilisation et évaluation Chapitre 3855 Historique Combler un vide dans les PCGR Transparence dans le B/L et l E/R Aligner le Canada sur les PCGR américains et internationaux

Plus en détail

Synthèse de la réunion de l IASB du mois de Décembre 2013

Synthèse de la réunion de l IASB du mois de Décembre 2013 Synthèse de la réunion de l IASB du mois de Décembre 2013 Sommaire 1. Revue post-application de la norme IFRS 3 sur les regroupements d entreprises... 2 2. Mise en équivalence : part dans les variations

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE, NOMINATIONS ET RÉMUNÉRATIONS

CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE, NOMINATIONS ET RÉMUNÉRATIONS CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE, NOMINATIONS ET RÉMUNÉRATIONS 2 MISSION ET PRINCIPALES RESPONSABILITÉS Le comité de gouvernance, (le «Comité») assiste le Conseil d administration (le «Conseil») de Corporation

Plus en détail

Les nouvelles obligations en matière de transparence financière des Comités d Entreprise Loi du 5 mars 2014 :

Les nouvelles obligations en matière de transparence financière des Comités d Entreprise Loi du 5 mars 2014 : Les nouvelles obligations en matière de transparence financière des Comités d Entreprise Loi du 5 mars 2014 : Situation antérieure et obligations prochaines www.semaphores.fr Situation antérieure à la

Plus en détail

Paris, le 18 novembre 2010 RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE N 1

Paris, le 18 novembre 2010 RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE N 1 COMITE DE CONCERTATION POUR LA DIFFUSION NUMERIQUE EN SALLES Paris, le 18 novembre 2010 RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE N 1 relative à la définition, au regard des usages professionnels, de la date de

Plus en détail

RECOMMANDATION. N 2015-01 du 7 janvier 2015

RECOMMANDATION. N 2015-01 du 7 janvier 2015 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RECOMMANDATION N 2015-01 du 7 janvier 2015 Relative au traitement comptable des titres, parts, actions et avances en comptes courants dans les Sociétés civiles de placement

Plus en détail

Foire aux questions. Exposé-sondage du Conseil des normes comptables, Avantages sociaux futurs

Foire aux questions. Exposé-sondage du Conseil des normes comptables, Avantages sociaux futurs Foire aux questions Exposé-sondage du Conseil des normes comptables, Avantages sociaux futurs Le présent document a été préparé par les permanents du Conseil des normes comptables (CNC) et il n a pas été

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL RELATIF A LA POLITIQUE ET LES PRATIQUES EN TERMES DE REMUNERATION

RAPPORT ANNUEL RELATIF A LA POLITIQUE ET LES PRATIQUES EN TERMES DE REMUNERATION RAPPORT ANNUEL RELATIF A LA POLITIQUE ET LES PRATIQUES EN TERMES DE REMUNERATION (Article 43.1 du Règlement CRBF n 97-02 modifié par l arrêté du 13 décembre 2010) EXTRAIT DU RAPPORT CONSOLIDE DU GROUPE

Plus en détail

Norme comptable internationale 8 Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs

Norme comptable internationale 8 Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs Norme comptable internationale 8 Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs Objectif 1 L objectif de la présente norme est d établir les critères de sélection et de changement

Plus en détail

INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE

INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE CHAPITRE 1 OBJET ET CHAMP D APPLICATION 1.1. Objet Les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (les

Plus en détail

La consolidation à une date ultérieure à la date d acquisition

La consolidation à une date ultérieure à la date d acquisition RÉSUMÉ DU MODULE 4 La consolidation à une date ultérieure à la date d acquisition Le module 4 porte sur l utilisation de la méthode de l acquisition pour comptabiliser et présenter les filiales entièrement

Plus en détail

UNESCO BFM/TRS 31/8/2015 QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO

UNESCO BFM/TRS 31/8/2015 QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO 1 Table des matières QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES... 1 LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO... 1 1. Qu est-ce que le risque de

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

Annexe A.6 Associations Entités admissibles

Annexe A.6 Associations Entités admissibles Notes : 1. Dans la présente annexe, RDAP signifie Règlement sur la dispense d agrément pour certains placements dans des entités de services intragroupes; RDRP signifie Règlement sur la dispense des restrictions

Plus en détail

Annexe A.5 Sociétés de fiducie et de prêt Entités admissibles

Annexe A.5 Sociétés de fiducie et de prêt Entités admissibles Notes : 1. Dans la présente annexe, RDAP signifie Règlement sur la dispense d agrément pour certains placements dans des entités de services intragroupes; RDRP signifie Règlement sur la dispense des restrictions

Plus en détail

APPROBATION PAR L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE

APPROBATION PAR L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE Publicité préalable à la décision de transfert d Euronext Paris sur Alternext APPROBATION PAR L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DU TRANSFERT DE LA COTATION DES TITRES DE LA SOCIETE PISCINES DESJOYAUX SA D

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION ET DE LA REALISATION D UN AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION ET DE LA REALISATION D UN AUDIT NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

Matière : Comptabilité des sociétés Pr. EJBARI Abdelbar LES AUGMENTATIONS DE CAPITAL

Matière : Comptabilité des sociétés Pr. EJBARI Abdelbar LES AUGMENTATIONS DE CAPITAL Matière : Comptabilité des sociétés Pr. EJBARI Abdelbar LES AUGMENTATIONS DE CAPITAL Introduction Au cours de son existence, une société peut être amenée à effectuer différentes opérations sur son capital

Plus en détail