Marchés oligopolistiques avec vente d un bien non homogène

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Marchés oligopolistiques avec vente d un bien non homogène"

Transcription

1 Marchés oligopolistiques avec vente d un bien non homogène Partons de quelques observations : 1. La plupart des industries produisent un grand nombre de produits similaires mais non identiques; 2. Parmi toutes les possibilités, seulement un sous-ensemble de variétés est effectivement produit (la Clio n'existe pas dans toutes les couleurs); 3. Les industries qui produisent des biens différenciés ont souvent une concentration élevée; 4. Les consommateurs n'achètent qu'un sous-ensemble relativement petit de toutes les variétés de produits. Ces observations indiquent principalement que -d'une part, les firmes sont incitées à produire une grande variété d'un même bien (même si elles ne trouvent pas le même nombre d'acheteurs pour chacune d'elles); -d'autre part, cette variété est source de pouvoir de marché et donc de profit (d'où les incitations). 1

2 Caractéristiques Les produits sont définis par de nombreuses caractéristiques. Par exemple pour une automobile, la sécurité, la vitesse, le confort, la puissance etc La demande du consommateur peut alors être abordée selon les caractéristiques du produit vendu. Lorsque l on parle d une caractéristique par exemple, la couleur d une automobile, on fait référence à la différenciation horizontale selon L adage «les goûts et les couleurs ne se discutent pas». Si toutes choses égales par ailleurs, les consommateurs préfèrent une automobile moins consommatrice d énergie (diesel % essence), Dans ce cas on parle de différenciation verticale. Elle fait référence à la qualité des produits. 2

3 Modélisation des choix de différenciation Il existe principalement deux manières de modéliser les choix de différenciation des firmes: 1. Les modèles sans adresse où les variétés ne sont pas analysées du point de vue de leur localisation absolue dans l'espace des caractéristiques mais du point de vue de la substituabilité qui existe entre elles (à la Chamberlin - concurrence monopolistique). 2. Les modèles d'adresse (ou les modèles spatiaux) où les firmes localisent leurs variétés dans l'espace des caractéristiques (à la Lancaster ou uni-dimensionnel à la Hotelling); 3

4 1) Concurrence monopolistique : Chamberlin 1933 Modèles sans adresse A partir modèle de Dixit et Stiglitz (1977) But calculer le nombre d équilibre des différentes marques produites dans une industrie. Modèle en équilibre général Voir Cours Extension aux marchés internationaux Voir Cours 4

5 2) Duopole différencié : Modèles sans adresse Considérons une industrie produisant deux produits différenciés i=1,2. Pour simplifier l'analyse, nous négligerons les coûts de production. Les demandes inverses pour les deux variétés sont données par: Q1 et Q2 sont les quantités respectives des deux variétés et chaque variété est produite par une seule firme. que l'effet, sur P1 d'une variation dq1est plus importante qu'une variation identique dq2 (=dq1) l'effet-prix propre domine l'effet-prix croisé. 5

6 2) Duopole différencié : Modèles sans adresse Il est possible d'inverser ce système pour calculer les fonctions de demandes 6

7 2) Duopole différencié : Modèles sans adresse 2-1) mesure de la différenciation des produits L'importance de la différenciation correspond à la faiblesse de l'interdépendance des demandes. La mesure suivante se base sur cette idée. Définition 1 Le degré de différenciation des variétés est inversement mesuré par Quand les consommateurs pensent que les biens sont très différents, les fonctions de demande seront quasiment indépendantes 7

8 2) Duopole différencié : Modèles sans adresse 2-1) mesure de la différenciation des produits Quand les consommateurs pensent que les deux variétés sont très proches, l'effet-prix croisé sera de même importance que l'effet-prix propre Nous dirons alors que les variétés sont quasiment homogènes. Nous pouvons représenter les différents degrés de différenciation grâce à une figure. 8

9 2) Duopole différencié : Modèles sans adresse 2-1) mesure de la différenciation des produits Un mouvement horizontal vers les bissectrices indique une croissance de l'homogénéité des deux variétés 1 et un mouvement opposé vers le centre indique une augmentation de la différenciation 0 Etant donné un degré de différenciation dans l'industrie, les firmes peuvent se faire concurrence avec les quantités ou les prix. 9

10 2) Duopole différencié : Modèles sans adresse 2-2) Duopole de Cournot Pour connaître le résultat du duopole de Cournot, nous devons calculer l'équilibre de Nash en quantités. L'objectif de chaque firme est de maximiser son profit max/q1 Nous avons le signe de R 1 est égal à «-» le signe de gamma. Par conséquent, les quantités ne sont pas nécessairement des stratégies substituables. Quand la différenciation est très faible on retrouve le cas de Cournot habituel. 10

11 2) Duopole différencié : Modèles sans adresse 2-2) Duopole de Cournot Biens substituables Biens complémentaires Par conséquent, si la différenciation induit une complémentarité entre les deux variétés, les quantités peuvent devenir des stratégies complémentaires. Dans la suite nous supposerons que les deux variétés restent des substituts Les quantités seront donc des stratégies substituables. L'équilibre de Cournot est donc la solution du système d'équation 11

12 2) Duopole différencié : Modèles sans adresse 2-2) Duopole de Cournot Ce qui nous donne avec la symétrie des stratégies pour i=1,2 Proposition 1 Dans le duopole de Cournot avec différenciation de produit (substituts, gamma>0) une augmentation de la différenciation (gamma tend vers 0) implique des fonctions de réactions moins sensibles et des profits plus élevés La différenciation adoucit donc la concurrence et améliore les profits des firmes. Cela explique par conséquent les choix de différenciation des firmes. 12

13 2) Duopole différencié : Modèles sans adresse 2-2) Duopole de Bertrand Le résultat de ce duopole correspond à l'équilibre de Nash en prix Les firmes maximisent leur profit Les conditions de premier ordre impliquent pour i diff de j 13

14 2) Duopole différencié : Modèles sans adresse 2-2) Duopole de Bertrand Remarque : De nouveau, la nature des stratégies des firmes dépend de la relation qui existent entre les deux biens. Relation entre la concurrence en prix et la nature des stratégies: Prix complémentaires correspond biens substituables Prix substituables correspond biens complémentaires Le premier cas correspond à R i>0, stratégies complémentaires en prix Le deuxième cas correspond à R i<0, stratégies substituables en prix Nous supposerons dans ce qui suit que les biens sont substituables et donc que les stratégies de prix sont complémentaires (courbes de réaction croissantes). 14

15 l'équilibre de Bertrand en prix et 2) Duopole différencié : Modèles sans adresse 2-2) Duopole de Bertrand est la solution du système 15

16 2) Duopole différencié : Modèles sans adresse 2-2) Duopole de Bertrand Quand la différenciation diminue les profits des firmes se réduisent. La différenciation adoucit donc la concurrence dans ce cas aussi. Nous retrouvons les profits de Bertrand quand la différenciation est nulle Proposition 2 Dans le duopole de Bertrand avec différenciation de produits (biens sont des substituts, ) une augmentation de la différenciation implique des fonctions de réactions moins sensibles et des profits plus élevés. 16

17 2) Duopole différencié : Modèles sans adresse 2-3) Cournot ou Bertrand? Etant donné la différenciation de produits, quel est le duopole le plus favorable pour les consommateurs? Pour répondre à cette question nous devons comparer les prix d'équilibre dans les deux cas Une concurrence en prix conduit par conséquent à des prix plus faibles et donc à un bien-être plus important pour les consommateurs. La proposition suivante résume ces résultats. 17

18 2) Duopole différencié : Modèles sans adresse 2-3) Cournot ou Bertrand? Proposition 3 : (Vives, 1985) Dans un duopole avec différenciation de produit 1. Le prix d'équilibre de Cournot est plus élevé que le prix de Bertrand: 2. Plus les variétés sont différenciées, moins cette différence de prix est importante 3. Quand les produits deviennent totalement indépendants, cette différence de prix disparaît: La première partie de cette proposition vient du fait que les firmes produisent plus dans la concurrence de Bertrand que dans la concurrence de Cournot. En effet, dans le duopole de Cournot, chaque firme suppose que son concurrent va garder sa quantité constante et la firme prévoit clairement qu'une augmentation de l'offre va réduire le prix de marché. Cela freine alors l'expansion de la production. Contrairement, dans le duopole de Bertrand, chaque firme considère que le prix du concurrent est constant et donc il n'y a plus de frein à l'expansion de l'output. D'où une surproduction et une concurrence plus dure. Quand la différenciation est très forte, on retrouve quasiment deux monopoles indépendants et les prix d'équilibre deviennent identiques dans les deux cas (car l'équilibre de monopole ne dépend pas de la stratégie utilisée par la firme (le prix ou la quantité)). Rappel : ces résultats sont obtenus sous l'hypothèse que les deux variétés sont des substituts. 18

19 3) Représentation spatiale de la différenciation 3-1) Duopole spatial de Hotelling pour un produit homogène Magasin 1, x=0 Magasin 2, x=1 Coût d approvisionnement pour chacun des magasins est c Un consommateur habitant en «x» a un coût tx pour aller magasin 1 et t(1-x) pour aller magasin 2 19

20 La clientèle potentielle du magasin 1 se définit comme étant celle pour laquelle les consommateurs ont un surplus net >=0 en consommant en 1. La demande s annule pour x=(s-p1)/t, pour le magasin 2 la demande la demande s annule pour x=1- (S-p2)/t. Sur le graphique précédent on peut en déduire que P1 est plus faible que P2. Aires potentielles de 1 et de 2. L aire potentielle de 1 définit tout le marché si en x=1, S-p1- tx>=0 Ce qui implique S-p1>=t, si p1=c, S-c>=t L aire potentielle de 2 définit tout le marché si en x=0 S-p2-t(1-x)>=0 Ce qui implique aussi S-c>=t 20

21 Trois cas possibles : Faibles coûts de transports : t<s-c Les demandes potentielles se recouvrent sur tout le marché. Le point d égale concurrence est tel que S-p1-tx=S-p2-t(1-x) X(p1,p2)=(p2-p1+t)/2t 1 ( p c)( p p t) / 2t Face à un prix p2, l entreprise 1 réagit en proposant le prix p 1 t c 1 0 p1 ( p2 0 X(p1,p2) 1 Qui maximise son profit. Le prix est d autant plus élevé que le coût de transport est élevé et donc que la concurrence est faible La réaction de l entreprise 2 à un prix p1 est symétrique. Chaque entreprise doit tenir compte d une diminution du prix fixé par l autre (répercussion par moitié). Le prix d équilibre s établit finalement à p1=p2=c+t si t=0, prix=c ) / 2 21

22 Forts coûts de transports :t>s-c et (S-p1)/t<1-(S-p2)/t Si on remplace p1 et p2 par c On a 2(S-c)<t D où on obtient (S-p1)/t 1-(S-p2)/t S-c<t et 2(S-c)<t ce qui implique t>3/2(s-c) Chaque magasin fixe son prix de monopole sans avoir à tenir compte du prix choisi par l autre. 1 ( p 1 c)( S p1) / t 1 S p1 c 0 2 p t t t 1 p S 2 1 c 0 22

23 Coûts de transports intermédiaires: S-c <t<3/2(s-c) L ensemble du marché est couvert mais les demandes potentielles ne recouvrent pas tout le marché. Une partie monopole local Une partie concurrence Chaque magasin fixe son prix Au coude de sa fonction de demande. Monopole Prix élevés, élasticité de la demande par rapport aux prix forte Concurrence Prix faibles, élasticité de la demande par rapport aux prix faible Demande Mais élasticité prix croisés forte Les prix s établissent à p=s-t 23

24 3-2) Duopole spatial de Hotelling pour un produit homogène, autre présentation en fonction coûts de transports S1 S2 -L -a 0 +a L Soient les firmes 1 et 2 localisées en S1 et S2 Soit les prix usines p 1 u pour la firme 1 et p 2 u pour la firme 2, posons t 1 =t 2 =t Les prix sont considérés constants. Les consommateurs sont également répartis sur le segment L, L. La demande est inélastique. Les firmes sont en S1=-a et S2=a 24

25 Prix usine Soient A1 et A2 segments de marché des firmes 1 et 2. A1 p 1 u x L, L / p1 u t S1 x p2 u t S2 x ou t S1 x p2 u t S2 x et S1 x S2 x A1 est un intervalle de la forme L, x m qui contient la localisation de la firme 1. Comme chaque consommateur achète une unité et x 1 D1 A1 avec D1 demande adressée à la firme 1 et A1 longueur de l'intervalle. 25

26 Supposons p 1 2 u pu t S1 S 2 ceci implique que les consommateurs localisés en L, S1 achètent à 1 et ceux localisés en S 2,L achètent en 2. Le point x m est donc entre les deux firmes et solution de l'équation 1 2 p t x S p t S x x u m 1 u 2 m m La fonction de demande D1= x m + L. D2=L-x m et D1+D2=2L p 2t p 2 1 u u 26

27 Si l inégalité n est pas vérifiée 2 cas p1 2 u t S2 S1 pu Le prix usine 1 plus le coût de transport entre 1 et 2 est inférieur au prix usine 2, ceci implique pour tout x appartenant à L, L le prix global en provenance de 1 est inférieur au prix global en provenance de 2. X m =L et D1=2L D2=0 p t S S u pu X m =-L et D1=0 D2=2L 27

28 P1 U Discontinuité P2 U t S2 S1 L Discontinuité P2 U t S2 S1 D1 0 L-a L L+a 2L 28

29 Les fonctions de profit s écrivent : p1, u pu pu c D1 pu pu 1, p1, u pu pu c D2 pu pu 2, L'équilibre de Nash non coopératif de prix usine du jeu correspondant est 1 * 2* pu, pu tel que 1 p1* 2* u, pu 1 p 1 u, pu 2* pour tout p 1 u c et 2 p1* 2* 1* 2 u, pu 2 pu, pu pour tout p 2 u c On doit avoir 1* 2* u u p p t S S 2 1 autrement tout le marché est pris par une seule firme. 29

30 On peut montrer que si les deux firmes ne sont pas localisées entre les 1er et le 3ième quartile [-L,+L], il existe un équilibre non coopératif de prix usine et les prix usines correspondant sont donnés par cf cours Si a<=l/2, guerre des prix. pu 1 * pu 2* c 2tL Le processus de concurrence apparaît ici comme la combinaison de 2 facteurs agissant en sens opposé : Le 1er facteur (la localisation) a un effet stabilisateur, car il existe un pouvoir de monopole sur les acheteurs, Le 2ième facteur (l homogénéité des produits) a un effet déstabilisateur car les firmes vont essayer d augmenter leurs aires de marché par la guerre des prix. Cycle des prix. Si on permettait la délocalisation, rapprochement des firmes vers le centre et différenciation des produits. 30

31 3-3) Duopole spatial de Hotelling pour un produit homogène, avec changement de localisation Décision stratégique de la firme sous l hypothèse que le comportement de la firme concurrente demeure inchangé. Les prix étant fixés, chaque firme peut seulement ajuster sa localisation de manière à acquérir une plus grande part de marché. Cournot, Séquence de décisions de localisation (une firme leader, l autre suit, alternativement). Période 0. On suppose que les firmes A et B sont respectivement localisées en A (1/4) et B (3/4). La firme A dispose d un pouvoir de monopole sur l aire OX. La firme B dispose d un pouvoir de monopole sur l aire XL. Les parts de marché de A et B sont identiques. 31

32 Concurrence dans la Ville : Une seule artère où commerces, même densité de consommateurs partout. O 1 A (1/4) X B (3/4) DEUX COMMERCES A et B LOCALISATION? X 32

33 Prix/coût Le modèle de Hotelling avec changement de localisation O A (1/4) X B (3/4) L Aire de marché de la firme A en période 0 Aire de marché de la firme B en période 0 33

34 Période 1. La firme A décide de se localiser au point C, soit légèrement à gauche de B. La firme A accroît sa part de marché de OX à une valeur maximum de OC. La firme B conserve une part de marché minimum de BL. 34

35 Prix/coût O A X C B L Aire de marché de la firme A période 0 Aire de marché de la firme B période 0 Aire de marché de la firme A période 1 Aire de marché de la firme B période 1 35

36 Le modèle de Hotelling avec changement de localisation Période 2. La firme B, supposant que la firme A va maintenir sa localisation en C, se déplace vers la gauche jusqu à un point D situé légèrement à gauche de C. Période 3. La firme A, supposant que la firme B va maintenir sa localisation en D, se déplace vers la gauche jusqu à un point E situé légèrement à gauche de D. 36

37 Prix/coût O A X A5 B4 A3 B2 A1 B L Aire de marché de la firme A période 0 Aire de marché de la firme B période 0 Aire de marché de la firme A période 1 Aire de marché de la firme B période 1 37

38 Prix/coût O A B L Aire de marché des firmes A et B, toute l aire, partage du marché 38

39 Le processus se poursuit jusqu à ce que les deux firmes se localisent au point X (à la limite), situé au milieu de l aire de marché. Il s agit d un équilibre de Nash. En X, aucune firme n a un incitant à changer de localisation car tout changement vers la gauche ou vers la droite impliquerait une réduction de sa part de marché. Les prix se fixent au coût marginal. 39

40 On retrouve ce schéma de concentration des mêmes commerces dans les centres urbains : -quartier des antiquités d art -quartier des grands magasins -quartier des affaires -etc Cependant d autres facteurs jouent aussi, comparaison facilitée des produits et diversité des produits (par exemple lorsque marques différentes) 40

41 3-4) Duopole spatial de Hotelling pour un produit différencié sur une caractéristique (différenciation horizontale) Les consommateurs sont hétérogènes (exemple glace plus ou moins sucrée). A B 0 a L-b b L Chaque consommateur achète une unité du pdt. Pour aller à un magasin, un consommateur doit payer un coût de transport de par unité de distance. Donc un consommateur localisé en un point x doit payer un coût de transport de pour acheter en A et pour acheter en B. Par rapport à notre glace plus ou moins sucrée, on peu supposer qu en B on produit des glaces très sucrées et peu sucrées en A. En x le consommateur exprime son degré de préférence pour des glaces sucrées (entre les deux). En fait le coût de transport exprime la désutilité en termes de satisfaction du consommateur qui ne trouve pas l exact degré de sucre désiré. 41

42 On peut alors définir la fonction d utilité du consommateur localisé en un point x comme le point d indifférence entre acheter en A une glace moins sucrée que sa préférence et acheter en B une glace plus sucrée. Au point d indifférence Donc Qui est aussi la fonction de demande rencontrée par la firme A. La fonction de demande rencontrée par B est : Equilibre de Bertrand Nash (voir Cours) 42

43 3-5) Différenciation verticale dans les modèles spatiaux En réinterprétant la droite unitaire comme étant le lieu géométrique des différentes qualité d'un bien, nous pouvons représenter la différenciation verticale dans un modèle spatial. Soit la qualité d un bien avec Les préférences des consommateurs sont représentées par la fonction d'utilité : si le consommateur achète une unité de bien de qualité s au prix p représente alors le goût du consommateur pour la qualité. Plus est élevé, plus la satisfaction que le consommateur tire de la qualité est élevée. représente donc la disponibilité à payer du consommateur pour la qualité s. 43

44 Les courbes d'indifférence sont données par: Les consommateurs sont uniformément distribués sur la droite en fonction de leur goût pour la qualité. 44

45 Droite unitaire : le lieu géométrique des différentes qualité d'un bien, On a alors un bien dont la qualité est donnée par la position entre et Nous pouvons alors représenter ce marché sous la forme d'un segment de droite de taille unitaire. Les consommateurs sont uniformément distribués sur la droite en fonction de leur goût pour la qualité. Il y a deux firmes sur le marché, j=1,2. La firme J produit la qualité avec Le coût de production unitaire pour ces deux qualités est c. 45

46 3-5-1) Concurrence par les prix Soit P1 et P2 les prix des facteurs Nous pouvons calculer la localisation du consommateur qui est indifférent entre les deux qualités Nous pouvons alors calculer les demandes qui s adressent aux 2 firmes : 46

47 3-5-1) Concurrence par les prix Chaque firme maximise son profit étant donné le prix de son concurrent. Les profits s'écrivent de la manière suivante: 47

48 3-5-1) Concurrence par les prix Voir Cours La différenciation adoucit donc la concurrence dans ce cas aussi. Nous retrouvons les profits de Bertrand quand la différenciation est nulle. 48

49 3-5-2) Choix des qualités Nous pouvons maintenant nous intéresser aux choix de la première période concernant la qualité : Les résultats du jeu en prix ont montré que : -les firmes préfèrent une différenciation aussi grande que possible, -chaque firme préfère produire la qualité la plus haute. Comme les profits de Bertrand sont nuls, les firmes préfèrent toujours différencier leur produit à l'équilibre. Il existe néanmoins une indétermination quant à la firme qui va produire la qualité élevée car nous avons deux équilibres de Nash : Dans les deux cas, l'équilibre correspond à la différenciation maximale. Donc même si la qualité n'a pas de coût, une firme préfère produire la qualité basse quand l autre a choisi la qualité haute. 49

50 3-5-2) Choix des qualités Si une firme avait la possibilité de choisir sa qualité avant son concurrent, elle choisirait la qualité haute et son concurrent choisirait la qualité basse de manière à adoucir la concurrence en prix. Si H1 n est pas vérifiée, La firme à qualité basse ne peut survivre sur le marché. Dans ce cas les consommateurs n'ont pas un désir de variété suffisamment forte pour soutenir l'existence de deux qualités différentes sur le marché. Une seule firme produisant la qualité haute existe alors. Ce résultat est différent des modèles de différenciation horizontale car dans ces derniers tout segment du marché est équivalent (en termes de demande) à tout autre. Quelle que soit la variété produite, c'est le produit idéal d'un consommateur. Dans un modèle de différenciation verticale, les consommateurs n'acceptent d'acheter la qualité basse que si elle ne coûte pas trop cher. Donc les deux segments (haut et bas) du marché ne sont pas équivalents. 50

1 Questionnaire à choix multiples

1 Questionnaire à choix multiples EXAMEN FINAL mercredi 19 janvier 2011, Durée h00 Pierre Fleckinger Une attention particulière doit être portée à la rédaction et à l explication des calculs faits. Utiliser un feuillet simple pour le QCM

Plus en détail

L oligopole ESCP 2012 2103

L oligopole ESCP 2012 2103 Structures de marché L oligopole Anne Yvrande Billon ESCP 2012 2103 1 Plan du cours (2/2) 1. Introduction : qu est ce qu un oligopole? 2. L oligopole de Cournot 3. Le «paradoxe de Bertrand» 4. Le modèle

Plus en détail

L oligopole ESCP 2012 2103

L oligopole ESCP 2012 2103 Structures de marché L oligopole Anne Yvrande Billon ESCP 2012 2103 1 Plan du cours (1/2) 1. Introduction : qu est ce qu un oligopole? 2. L oligopole de Cournot 3. Le «paradoxe de Bertrand» 2 1. Introduction

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

ECONOMIE : Marchés et comportements. Marges & Elasticités

ECONOMIE : Marchés et comportements. Marges & Elasticités ECONOMIE : Marchés et comportements DES COMPORTEMENTS Marges & Elasticités Séance 10 08.04.2013 Des questions sur les séances précédentes? Questions «Marges» That are the questions Raisonnement à la marge

Plus en détail

Microéconomie 2 Le Comportement de l Entreprise

Microéconomie 2 Le Comportement de l Entreprise Microéconomie 2 Le Comportement de l Entreprise 1 ) Sur un marché en concurrence monopolistique, le monopole a) S'explique par l'existence de barrières à l'entrée. b) Est une situation de marché dans laquelle

Plus en détail

Chapitre II LES MONOPOLES NATURELS

Chapitre II LES MONOPOLES NATURELS Chapitre II LES MONOPOLES NATURELS 1) Rappels sur le monopole i) Hypothèses et notations Définition : Une entreprise est en position de monopole si elle est seule à fournir le marché d un bien pour lequel

Plus en détail

Introduction à la Microéconomie Corrigé de l interrogation récapitulative du 17 décembre 2014

Introduction à la Microéconomie Corrigé de l interrogation récapitulative du 17 décembre 2014 Introduction à la Microéconomie Corrigé de l interrogation récapitulative du 17 décembre 2014 Question 1: Maxime, un consommateur rationnel, reçoit 1900 euros en t1 et 1210 euros en t2. Sa fonction d utilité

Plus en détail

Exercice I. On considère un monopole sur un marché caractérisé par les données suivantes:

Exercice I. On considère un monopole sur un marché caractérisé par les données suivantes: TD n 7 OLIGOPOLE, STRATEGIES CONCURRENTIELLES ET THEORIE DES JEUX. Lecture obligatoire: Pindyck et Rubinfeld Chapitre pp. 493-56 et Chapitre 3 pp. 535-57 Exercice I. On considère un monopole sur un marché

Plus en détail

Joueur B Pierre Feuille Ciseaux Pierre (0,0) (-1,1) (1,-1) Feuille (1,-1) (0,0) (-1,1) Ciseaux (-1,1) (1,-1) (0.0)

Joueur B Pierre Feuille Ciseaux Pierre (0,0) (-1,1) (1,-1) Feuille (1,-1) (0,0) (-1,1) Ciseaux (-1,1) (1,-1) (0.0) CORRECTION D EXAMEN CONTROLE CONTINU n 1 Question de cours Question 1 : Les équilibres de Cournot et de Stackelberg sont des équilibres de situation de duopole sur un marché non coopératif d un bien homogène.

Plus en détail

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

Chapitre 5. Le monopole

Chapitre 5. Le monopole Chapitre 5. Le monopole 5.1. Présentation. Une entreprise est dite en situation de monopole lorsqu elle est l unique offreur sur le marché d un bien, si le nombre de demandeurs sur le marché est grand

Plus en détail

Exercices en économie industrielle couvrant les séances 2-3-4 (B.Caillaud)

Exercices en économie industrielle couvrant les séances 2-3-4 (B.Caillaud) Concurrence et Marches Ecole Nationale des Ponts et Chaussees Exercices en économie industrielle couvrant les séances 2-3-4 (B.Caillaud) 1. Monopole et tarification de pointe. Une entreprise en situation

Plus en détail

Concurrence et marchés. Cours SEGF - ENPC 2004. Barrières à l entrée

Concurrence et marchés. Cours SEGF - ENPC 2004. Barrières à l entrée Concurrence et marchés Cours SEGF - ENPC 2004 Barrières à l entrée PLAN Barrières à l entrée définitions et oligopole naturel dissuasion / accomodation à l entrée: modèle de Stackelberg en quantités Stackelberg

Plus en détail

Contenu du chapitre. 1. La demande du marché. L offre et la demande. La notion de Demande. Chapitre 1 D 1

Contenu du chapitre. 1. La demande du marché. L offre et la demande. La notion de Demande. Chapitre 1 D 1 L offre et la Chapitre 1 Contenu du chapitre 1. La du marché 2. L offre du marché 3. L équilibre du marché 4. Application: magnétoscope vs lecteur DVD 2 La notion de Demande 1. La du marché Prix C DEMANDE

Plus en détail

EXAMEN D ECONOMIE INDUSTRIELLE Cours de Marc Bourreau et Marianne Verdier Master IREN Année 2012

EXAMEN D ECONOMIE INDUSTRIELLE Cours de Marc Bourreau et Marianne Verdier Master IREN Année 2012 EXAMEN D ECONOMIE INDUSTRIELLE Cours de Marc Bourreau et Marianne Verdier Master IREN Année 2012 Tous les documents et les calculatrices sont interdits. PARTIE 1 : QUESTIONS DE COURS Précisez la ou les

Plus en détail

4. Offre et demande, les forces du marché

4. Offre et demande, les forces du marché 4. Offre et demande, les forces du marché Trois événements : a) Quand une vague de froid s abat sur l Espagne, le prix du jus d orange grimpe dans tous les supermarchés du pays. b) Quand la chaleur estivalle

Plus en détail

5) Extension : Équilibre de Cournot Nash en information incomplète. . 2 T y 2 2 ) B. > (a 2 ) H. k y

5) Extension : Équilibre de Cournot Nash en information incomplète. . 2 T y 2 2 ) B. > (a 2 ) H. k y 5) Extension : Équilibre de Cournot Nash en information incomplète Supposons désormais que la firme 2 connaît avec perfection la fonction de coût de la firme, mais que celle - ci en revanche est imparfaitement

Plus en détail

UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL

UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL I P L A N... A Arbitrage entre consommation et travail B Effets de l'augmentation du salaire C Déterminants de l'offre du travail

Plus en détail

INTRODUCTION À LA MICROÉCONOMIE INTERROGATION RÉCAPITULATIVE DU 16 DÉCEMBRE 2015 CORRIGÉ

INTRODUCTION À LA MICROÉCONOMIE INTERROGATION RÉCAPITULATIVE DU 16 DÉCEMBRE 2015 CORRIGÉ INTRODUCTION À LA MICROÉCONOMIE INTERROGATION RÉCAPITULATIVE DU 16 DÉCEMBRE 2015 CORRIGÉ Question 1 : Soit la firme A dont vous possédez des actions. Sachant que l élasticité de la demande pour le produit

Plus en détail

Analyse Microéconomique. Francesco Quatraro L1 AES 2010/2011

Analyse Microéconomique. Francesco Quatraro L1 AES 2010/2011 Francesco Quatraro L1 AES 2010/2011 1 Les courbes de coût Considérons la fonction de coût qui donne le coût minimum de production d un niveau d output y: c(w 1, w 2, y) Considérons les prix des facteurs

Plus en détail

macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault

macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault Chapitre 2. L équilibre macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault 1 Introduction 2 3 Réponse donnée par le modèle IS/LM: Cadre considéré comme Keynésien 4 1. Le

Plus en détail

RAPPELS : LE MARCHÉ. Prix. Demande. Quantité demandée

RAPPELS : LE MARCHÉ. Prix. Demande. Quantité demandée PC 3 Typologie des marchés et structures de la concurrence : théories et pratiques RAPPELS : LE MARCHÉ Fonctionnement du marché Demande Préférences Ressources financières Prix du bien Demande = quantité

Plus en détail

Introduction aux Principes d Economie

Introduction aux Principes d Economie Université de Rennes 1 Année 2000-2001 Examen AES 1 ère année Introduction aux Principes d Economie Session de septembre Thierry PENARD (Durée : 2 heures) Correction Exercice 1 : Le marché des téléphones

Plus en détail

Examen d Introduction à la Microéconomie Giovanni Ferro-Luzzi et Federica Sbergami, 2014-2015 13 janvier 2015

Examen d Introduction à la Microéconomie Giovanni Ferro-Luzzi et Federica Sbergami, 2014-2015 13 janvier 2015 Nom: Prénom: N étudiant : Examen d Introduction à la Microéconomie Giovanni Ferro-Luzzi et Federica Sbergami, 2014-2015 13 janvier 2015 Nombre de pages au total: 10 pages + 1 grille réponse Durée de l

Plus en détail

Microéconomie Financière. 1- Choix intertemporels Exercices corrigés

Microéconomie Financière. 1- Choix intertemporels Exercices corrigés Microéconomie Financière - Choix intertemporels Exercices corrigés. Un individu salarié doit faire des choix intertemporels de consommation sur deux périodes, sa «vie active» (période ) et sa «retraite»

Plus en détail

EXAMEN D ECONOMIE INDUSTRIELLE Cours de Marc Bourreau et Marianne Verdier Master IREN Année 2012. Corrigé

EXAMEN D ECONOMIE INDUSTRIELLE Cours de Marc Bourreau et Marianne Verdier Master IREN Année 2012. Corrigé EXAMEN D ECONOMIE INDUSTRIELLE Cours de Marc Bourreau et Marianne Verdier Master IREN Année 2012 Corrigé Tous les documents et les calculatrices sont interdits. PARTIE 1 : QUESTIONS DE COURS Précisez la

Plus en détail

Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France?

Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France? Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France? Le développement du bois énergie va se traduire par une situation de concurrence entre les différents acteurs économiques

Plus en détail

L organisation industrielle des banques

L organisation industrielle des banques L organisation industrielle des banques Ce chapitre s intéresse à un secteur de la microéconomie bancaire qui est l organisation industrielle des banques, pour simplifier l étude certaines spécifications

Plus en détail

Chapitre 2 La demande du consommateur

Chapitre 2 La demande du consommateur Chapitre 2 La demande du consommateur Plan du cours I. La fonction de demande et l élasticité. II. III. Analyse des demandes et des biens correspondants. Demande de loisir et offre de travail I. La fonction

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Offre de capital. Complétez avec : r (taux d intérêt), C t, C t+1

Offre de capital. Complétez avec : r (taux d intérêt), C t, C t+1 Séance 4 : Offre de travail et de capital Je Révise Offre de travail Le travailleur partage sa journée de 24 heures entre le travail et le loisir de façon à maximiser son utilité. Le travail lui rapporte

Plus en détail

1 Une simple histoire de production, et déjà des calculs

1 Une simple histoire de production, et déjà des calculs Université François Rabelais - L AES Cours d Economie Générale Enoncé du TD n 7 Automne 202 Une simple histoire de production, et déjà des calculs Vous considérez dans cet exercice une firme qui a la possibilité

Plus en détail

3.1 L OFFRE ET LA DEMANDE : UN MODÈLE DE MARCHÉ CONCURRENTIEL

3.1 L OFFRE ET LA DEMANDE : UN MODÈLE DE MARCHÉ CONCURRENTIEL L offre et la demande 127 Dans ce chapitre, nous exposerons les éléments du modèle de l offre et de la demande, puis nous les assemblerons avant de montrer comment ce modèle peut être utilisé pour comprendre

Plus en détail

Chapitre 13 Le monopole

Chapitre 13 Le monopole Chapitre 13 Le monopole 1. Qu est-ce que le monopole? 2. La production et le prix du monopoleur non discriminant 3. La concurrence parfaite et le monopole non discriminant : une comparaison 4. Le monopole

Plus en détail

3.3.2. La concurrence monopolistique 1

3.3.2. La concurrence monopolistique 1 3.3.2. La concurrence monopolistique 1 La concurrence monopolistique offre l'avantage d'expliquer simultanément les trois faits majeurs des échanges contemporains. Elle explique l'apparition d'un commerce

Plus en détail

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX 1. L effet d une variation du revenu. Les lois d Engel a. Conditions du raisonnement : prix et goûts inchangés, variation du revenu (statique comparative) b. Partie

Plus en détail

Théorie de l oligopole et oligopoles non coopératifs

Théorie de l oligopole et oligopoles non coopératifs Théorie de l oligopole et oligopoles non coopératifs Dans un marché oligopolistique, le nombre de firmes est limité I - Cadre général Le nombre limité de firmes dans un oligopole peut s expliquer par des

Plus en détail

Maximisation du profit et concurrence parfaite

Maximisation du profit et concurrence parfaite Maximisation du profit et concurrence parfaite Chapitre 2 Faculté des sciences économiques et de gestion Le sens de la concurrence Un marché parfaitement concurrentiel a les caractéristiques suivantes:

Plus en détail

Economie de l information

Economie de l information 1 Introduction Economie de l information Les méthodes de la microéconomie peuvent être appliquées à tout problème particulier de la vie économique De nombreuses études sont consacrées à des marchés ou

Plus en détail

chaînes de monopole : intégration, externalités et contraintes verticales

chaînes de monopole : intégration, externalités et contraintes verticales II. RELATIONS VERTICALES ENTRE FIRMES (2 ème partie) II.1 chaînes de monopole : intégration, externalités et contraintes verticales A Hypothèse : coûts de production nuls B1 B2 Demande globale : elle dépend

Plus en détail

européenne 2. Théorie des unions douanières en concurrence parfaite (suite)

européenne 2. Théorie des unions douanières en concurrence parfaite (suite) 2. Théorie des unions douanières en concurrence parfaite (suite) 4Conclusion des modèles de Smith, Ricardo et HOS : échange international et spécialisation des économies nationales sont générateurs de

Plus en détail

Rappel mathématique Germain Belzile

Rappel mathématique Germain Belzile Rappel mathématique Germain Belzile Note : à chaque fois qu il est question de taux dans ce texte, il sera exprimé en décimales et non pas en pourcentage. Par exemple, 2 % sera exprimé comme 0,02. 1) Les

Plus en détail

Economie Industrielle 05

Economie Industrielle 05 Economie Industrielle 05 La publicité Marc Bourreau Telecom ParisTech Marc Bourreau (TPT) Cours 05 : La publicité 1 / 26 Plan du cours 1 Les notions de publicité informative et persuasive. 2 Des exemples

Plus en détail

CHAPITRE III : L EQUILIBRE DU MARCHE

CHAPITRE III : L EQUILIBRE DU MARCHE CHAPITRE III : L EQUILIBRE DU MARCHE L équilibre de marché traduit généralement la confrontadon de l offre et de la demande. La courbe de demande globale des consommateurs permet de connaître la quandté

Plus en détail

TRAVAUX DIRIGÉS DE MICROÉCONOMIE Licence 1 Semestre 2 - Parcours EM

TRAVAUX DIRIGÉS DE MICROÉCONOMIE Licence 1 Semestre 2 - Parcours EM TRAVAUX DIRIGÉS DE MICROÉCONOMIE Licence 1 Semestre 2 - Parcours EM Aurelia Tison, Anne-Sarah Chiambretto AMU, année 2013 1 La théorie du producteur (séances 1 à 4) La fonction de production : les facteurs

Plus en détail

Exercices théoriques

Exercices théoriques École normale supérieure 2008-2009 Département d informatique Algorithmique et Programmation TD n 9 : Programmation Linéaire Avec Solutions Exercices théoriques Rappel : Dual d un programme linéaire cf.

Plus en détail

Partie I Le consommateur et la demande

Partie I Le consommateur et la demande Partie I Le consommateur et la demande Chapitre 1 La fonction d utilité 1 Plan du cours 1. Le consommateur. 2. La notion d utilité. 3. Les courbes d indifférence. 4. L optimum du consommateur. 5. Exercices.

Plus en détail

EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE

EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE OLIVIER COLLIER Exercice 1 (2012) Une entreprise veut faire un prêt de S euros auprès d une banque au taux annuel composé r. Le remboursement sera effectué en n années par

Plus en détail

Chap 6. Le marché : la demande globale

Chap 6. Le marché : la demande globale Chap 6 Le marché : la demande globale L entreprise commerciale doit adopter son offre aux attentes des consommateurs. Pour cela, elle doit parfaitement les connaître et s adapter à leurs spécificités.

Plus en détail

Modélisation de la distribution de carburants en stations-service autoroutières françaises

Modélisation de la distribution de carburants en stations-service autoroutières françaises Economic Focus Février 2003 L'analyse économique appliquée au droit Modélisation de la distribution de carburants en stations-service autoroutières françaises Introduction Le marché de la distribution

Plus en détail

Jeux sous forme normale

Jeux sous forme normale CHAPITRE 4 Jeux sous forme normale Dans les problèmes de décision, nous avons relié les choix qui pouvaient être faits par un agent avec les utilités qu il pouvait en dériver. L idée qu un agent rationnel

Plus en détail

Fonctions Nombre Dérivé Fonction dérivée

Fonctions Nombre Dérivé Fonction dérivée Fonctions Nombre Dérivé Fonction dérivée Ce chapitre est le chapitre central de la classe de Terminale STG. Il permet (en partie) de clore ce qui avait été entamé dés le collège avec les fonctions affines

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 2. La production dans l entreprise Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 2.1 : Comment l entreprise produit-elle?

Plus en détail

5. L élasticité et ses applications

5. L élasticité et ses applications 5. L élasticité et ses applications Nous savons que : Demande = fonction {prix (-), revenus (+/-), prix produits comparables (+/-), goûts (+), anticipations (+/-), nombre de consommateurs (+)}. Offre =

Plus en détail

Micro-économie approfondie Chapitre 2 : Rappels d économie industrielle : le monopole 1

Micro-économie approfondie Chapitre 2 : Rappels d économie industrielle : le monopole 1 Micro-économie approfondie Chapitre 2 : Rappels d économie industrielle : le monopole 1 Olivier Bos olivier.bos@u-paris2.fr 11.1 1 Bibliographie : Belflamme et Peitz 2.2.2, 2.2.3, 8.1, 8.2, 9.1, 9.2, 10.1,

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

La théorie des jeux. Les jeux séquentiels. Les jeux simultanés. Les jeux répétés. Simon Porcher 1

La théorie des jeux. Les jeux séquentiels. Les jeux simultanés. Les jeux répétés. Simon Porcher 1 La théorie des jeux Les jeux séquentiels Les jeux simultanés Les jeux répétés 1 La théorie des jeux Les jeux séquentiels Les jeux simultanés Les jeux répétés 2 Les jeux séquentiels Théorie des jeux Opposition

Plus en détail

Reputation, Prix Limite et Prédation

Reputation, Prix Limite et Prédation Reputation, Prix Limite et Prédation Economie Industrielle Laurent Linnemer Thibaud Vergé Laboratoire d Economie Industrielle (CREST-INSEE) 13 et 20 janvier 2009 Linnemer - Vergé (CREST-LEI) Reputation,

Plus en détail

Séance 4: Consommation, utilité, cardinalité et bonheur

Séance 4: Consommation, utilité, cardinalité et bonheur Séance 4: Consommation, utilité, cardinalité et bonheur Sandra Nevoux Sciences Po Jeudi 24 Septembre 2015 1 / 49 L'essentiel à retenir 1 Revenu et consommation 2 3 4 5 2 / 49 Courbe d'expansion d'engel

Plus en détail

Thème 7. Introduction de la monnaie. (Le modèle IS-LM en économie fermée)

Thème 7. Introduction de la monnaie. (Le modèle IS-LM en économie fermée) Thème 7. Introduction de la monnaie (Le modèle IS-LM en économie fermée) A taux d intérêt inchangé, l introduction des impôts progressifs et de l ouverture aux échanges réduit fortement le multiplicateur.

Plus en détail

Étude statique du tire bouchon

Étude statique du tire bouchon Méthodologie MP1 Étude statique Tire-bouchon Étude statique du tire bouchon On s intéresse à l aspect statique du mécanisme représenté en projection orthogonale sur la figure 1. Le tire bouchon réel est

Plus en détail

Niveau de production croissant

Niveau de production croissant En effet, la fonction de production définit : l ensemble de production l ensemble des paniers de facteurs qui permettent de produire un niveau donné de bien. Cette fonction permet de définir des courbes

Plus en détail

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection La prospection est une activité indispensable pour développer le nombre de clients, mais aussi pour contrecarrer la perte de clients actuels. Elle coûte

Plus en détail

LES STRATÉGIES DE PRIX

LES STRATÉGIES DE PRIX LES STRATÉGIES DE PRIX LES CONTRAINTES DE LA FIXATION DU PRIX Réactions psychologiques du consommateur Prix de la concurrence Impératifs de la rentabilité FONDEMENTS ET OBJECTIFS Les stratégies de prix

Plus en détail

Chapitre 2 - choix efficace et non-efficace des

Chapitre 2 - choix efficace et non-efficace des Chapitre 2 - choix efficace et non-efficace des firmes Arnold Chassagnon Université Paris-Dauphine (LEDA-SDFi) DU1 - Université Paris-Dauphine, 2009-2010 1 Analyse positive - analyse normative 1 Objectif

Plus en détail

4. L élasticité et ses applications

4. L élasticité et ses applications Le chapitre précédent nous a montré que : Demande = fonction {prix (-), revenus (+/-), prix produits comparables (+/-), goûts (+), anticipations (+/-), nombre de consommateurs (+)}. Offre = fonction {prix

Plus en détail

II. LE PRINCIPE DE LA BASE

II. LE PRINCIPE DE LA BASE II. LE PRINCIPE DE LA BASE Le comportement des opérateurs (position longue ou courte) prend généralement en compte l évolution du cours au comptant et celle du cours à terme. Bien qu ils n évoluent pas

Plus en détail

Exercices de TD : Commerce international

Exercices de TD : Commerce international Exercices de TD : Commerce international 1 Balance des paiements Exercice 1.1 : Soit : BC : la balance courante, S p : l épargne privée, I : l investissement, G : les dépenses publiques et T : les impôts.

Plus en détail

AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 9. Leçon n 9 : les coûts variables et le seuil de rentabilité

AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 9. Leçon n 9 : les coûts variables et le seuil de rentabilité Leçon n 9 : les coûts variables et le seuil de rentabilité 1 Marge Seuil Zone sur Coûts coûts de de rentabilité profi pertes variables xes ts M = m x Q PLAN DE LA LEÇON : 1.LES COÛTS VARIABLES : OBJECTIFS

Plus en détail

Mobile & achats à la demande. Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat. tradedoubler.

Mobile & achats à la demande. Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat. tradedoubler. Mobile & achats à la demande Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat tradedoubler.com En Europe, les canaux mobiles de marketing à la performance transforment

Plus en détail

Comment l entreprise produit-elle?

Comment l entreprise produit-elle? Comment l entreprise produit-elle? Trouvez des questions permettant de répondre aux paragraphes proposés. Cet exercice doit vous permettre de mieux mémoriser le cours mais aussi de travailler les consignes.

Plus en détail

Chapitre 3 : La théorie classique des marchés, et ses limites

Chapitre 3 : La théorie classique des marchés, et ses limites Chapitre 3 : La théorie classique des marchés, et ses limites Introduction Comment expliquer l ensemble des échanges observés dans un cadre théorique cohérent? Pourquoi chercher un cadre théorique englobant?

Plus en détail

Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité).

Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité). Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité). Lycée Jacques Monod février 05 Exercice : Voici les graphiques des questions. et.. A 4 A Graphique Question. Graphique Question..

Plus en détail

Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J.

Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J. Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J. FAIVRE s de cours exigibles au bac S en mathématiques Enseignement

Plus en détail

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER Epargne et emprunt Calcul actuariel Plan du cours Préambule : la contrainte budgétaire intertemporelle et le calcul actuariel I II III Demandes d épargne

Plus en détail

L INTERACTION STRATEGIQUE ENTRE UNE BANQUE ET UNE INSTITUTION DE MICROFINANCE

L INTERACTION STRATEGIQUE ENTRE UNE BANQUE ET UNE INSTITUTION DE MICROFINANCE Consortium pour la Recherche Economique et sociale 2014 / O4 NOTES DE POLITIQUE DU CRES Version provisoire L INTERACTION STRATEGIQUE ENTRE UNE BANQUE ET UNE INSTITUTION DE MICROFINANCE par François Seck

Plus en détail

Université Pierre et Marie Curie - Licence Informatique 2014-2015 Cours LI 352 - Industrie Informatique et son Environnement Économique

Université Pierre et Marie Curie - Licence Informatique 2014-2015 Cours LI 352 - Industrie Informatique et son Environnement Économique Université Pierre et Marie Curie - Licence Informatiue 2014-2015 Cours LI 352 - Industrie Informatiue et son Environnement Économiue TD 5 : CORRIGE 1 Offre à court terme (en CPP) 1.1 La condition de maximisation

Plus en détail

Attribution des permis de pollution par enchères. Michel Mougeot Florence Naegelen

Attribution des permis de pollution par enchères. Michel Mougeot Florence Naegelen Attribution des permis de pollution par enchères Michel Mougeot Florence Naegelen Bien que les économistes aient toujours recommandé les enchères, elles sont peu utilisées en pratique pour l attribution

Plus en détail

T ES DEVOIR N 1 SEPTEMBRE 2013

T ES DEVOIR N 1 SEPTEMBRE 2013 T ES DEVOIR N 1 SEPTEMBRE 2013 Durée : 2h NOM : Prénom : Calculatrice autorisée «Le candidat est invité à faire figurer sur la copie toute trace de recherche, même incomplète ou non fructueuse, qu il aura

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes On peut calculer les rentabilités de différentes façons, sous différentes hypothèses. Cette note n a d autre prétention que

Plus en détail

CHAPITRE 1 : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ

CHAPITRE 1 : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ CHAPITRE : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ..Introduction.2. Le point de départ de l analyse micro-économique du consommateur.3. La fonction de demande individuelle.4. Effets

Plus en détail

Echantillon représentatif

Echantillon représentatif Enquête Méthodologie: Etude préalable qualitative avec 2 discussions de groupes (automobilistes privés) et 6 interviews simples (responsables de flottes) Etude quantitative Partie1: interviews téléphoniques

Plus en détail

Les outils de planification d achat. Préparé par : Othman karra

Les outils de planification d achat. Préparé par : Othman karra Les outils de planification d achat Préparé par : Othman karra plan INTRODUCTION I. Rôle des stocks dans la fonction achat 1. définition des stocks 2. avantages et inconvénients des stocks 3. types de

Plus en détail

Le raisonnement par récurrence

Le raisonnement par récurrence Le raisonnement par récurrence Nous notons N l ensemble des entiers naturels : N = {0,,, } Nous dirons naturel au lieu de entier naturel Le principe du raisonnement par récurrence Soit A une partie de

Plus en détail

Le duopole : introduction à la stratégie des entreprises et aux fondements de la concurrence

Le duopole : introduction à la stratégie des entreprises et aux fondements de la concurrence Le duopole : introduction à la stratégie des entreprises et aux fondements de la concurrence e chapitre est sont consacré à l étude d un marché en situation de duopole. Deux offreurs sont présents sur

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Baccalauréat STG Mercatique Nouvelle-Calédonie 15 novembre 2012 Correction

Baccalauréat STG Mercatique Nouvelle-Calédonie 15 novembre 2012 Correction Baccalauréat STG Mercatique Nouvelle-Calédonie 15 novembre 2012 Correction EXERCICE 1 : TAUX D ÉVOLUTION 5 points Le tableau ci-dessous présente le nombre de voitures neuves vendues en France en 1980,

Plus en détail

Entreprises et ménages

Entreprises et ménages Entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition et de destruction

Plus en détail

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Le scénario de référence L'étude WETO (World energy, technology and climate policy outlook) présente

Plus en détail

Micro-économie 1. Marisa Ratto. Première Année MIDO

Micro-économie 1. Marisa Ratto. Première Année MIDO Micro-économie 1 Marisa Ratto Première Année MIDO 1 Organisation du cours : Cours Magistral : des questions? Prendre contact : Maria_Luisa.Ratto@dauphine.fr Bureau : B 611bis le mercredi de 10h00 à 12h00.

Plus en détail

Les coûts de la production. Microéconomie, chapitre 7

Les coûts de la production. Microéconomie, chapitre 7 Les coûts de la production Microéconomie, chapitre 7 1 Sujets à aborder Quels coûts faut-il considérer? Coûts à court terme Coûts à long terme Courbes de coûts de court et de long terme Rendements d échelle

Plus en détail

Matthieu Manant 2010/2011

Matthieu Manant 2010/2011 du Iso Université Paris-Sud XI 2010/2011 (1/2) du Iso Principe de la théorie du producteur : quel est le meilleur choix robots / travailleurs pour produire un niveau donné de frites? quelles sont quantités

Plus en détail

Plusieurs exercices de la douzième séance de TD

Plusieurs exercices de la douzième séance de TD Plusieurs exercices de la douzième séance de TD Décembre 2006 1 Offre du travail 1.1 énoncé On considère un ménage dont les préférences portent sur la consommation et le temps consacré aux activités non

Plus en détail

Enveloppes convexes dans le plan

Enveloppes convexes dans le plan ÉCOLE POLYTECHNIQUE ÉCOLES NORMALES SUPÉRIEURES ÉCOLE SUPÉRIEURE DE PHYSIQUE ET DE CHIMIE INDUSTRIELLES CONCOURS D ADMISSION FILIÈRE MP HORS SPÉCIALITÉ INFO FILIÈRE PC COMPOSITION D INFORMATIQUE B (XECLR)

Plus en détail

La maximisation du profit

La maximisation du profit 2 La maximisation du profit Le profit, au sens économique du terme, se définit comme la différence entre les recettes perçues et les coûts supportés par une firme. Il est important de bien comprendre que

Plus en détail

Déclassement d'actifs et stock brut de capital

Déclassement d'actifs et stock brut de capital Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Déclassement d'actifs et stock brut de capital Merci

Plus en détail