Marchés oligopolistiques avec vente d un bien non homogène

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Marchés oligopolistiques avec vente d un bien non homogène"

Transcription

1 Marchés oligopolistiques avec vente d un bien non homogène Partons de quelques observations : 1. La plupart des industries produisent un grand nombre de produits similaires mais non identiques; 2. Parmi toutes les possibilités, seulement un sous-ensemble de variétés est effectivement produit (la Clio n'existe pas dans toutes les couleurs); 3. Les industries qui produisent des biens différenciés ont souvent une concentration élevée; 4. Les consommateurs n'achètent qu'un sous-ensemble relativement petit de toutes les variétés de produits. Ces observations indiquent principalement que -d'une part, les firmes sont incitées à produire une grande variété d'un même bien (même si elles ne trouvent pas le même nombre d'acheteurs pour chacune d'elles); -d'autre part, cette variété est source de pouvoir de marché et donc de profit (d'où les incitations). 1

2 Caractéristiques Les produits sont définis par de nombreuses caractéristiques. Par exemple pour une automobile, la sécurité, la vitesse, le confort, la puissance etc La demande du consommateur peut alors être abordée selon les caractéristiques du produit vendu. Lorsque l on parle d une caractéristique par exemple, la couleur d une automobile, on fait référence à la différenciation horizontale selon L adage «les goûts et les couleurs ne se discutent pas». Si toutes choses égales par ailleurs, les consommateurs préfèrent une automobile moins consommatrice d énergie (diesel % essence), Dans ce cas on parle de différenciation verticale. Elle fait référence à la qualité des produits. 2

3 Modélisation des choix de différenciation Il existe principalement deux manières de modéliser les choix de différenciation des firmes: 1. Les modèles sans adresse où les variétés ne sont pas analysées du point de vue de leur localisation absolue dans l'espace des caractéristiques mais du point de vue de la substituabilité qui existe entre elles (à la Chamberlin - concurrence monopolistique). 2. Les modèles d'adresse (ou les modèles spatiaux) où les firmes localisent leurs variétés dans l'espace des caractéristiques (à la Lancaster ou uni-dimensionnel à la Hotelling); 3

4 1) Concurrence monopolistique : Chamberlin 1933 Modèles sans adresse A partir modèle de Dixit et Stiglitz (1977) But calculer le nombre d équilibre des différentes marques produites dans une industrie. Modèle en équilibre général Voir Cours Extension aux marchés internationaux Voir Cours 4

5 2) Duopole différencié : Modèles sans adresse Considérons une industrie produisant deux produits différenciés i=1,2. Pour simplifier l'analyse, nous négligerons les coûts de production. Les demandes inverses pour les deux variétés sont données par: Q1 et Q2 sont les quantités respectives des deux variétés et chaque variété est produite par une seule firme. que l'effet, sur P1 d'une variation dq1est plus importante qu'une variation identique dq2 (=dq1) l'effet-prix propre domine l'effet-prix croisé. 5

6 2) Duopole différencié : Modèles sans adresse Il est possible d'inverser ce système pour calculer les fonctions de demandes 6

7 2) Duopole différencié : Modèles sans adresse 2-1) mesure de la différenciation des produits L'importance de la différenciation correspond à la faiblesse de l'interdépendance des demandes. La mesure suivante se base sur cette idée. Définition 1 Le degré de différenciation des variétés est inversement mesuré par Quand les consommateurs pensent que les biens sont très différents, les fonctions de demande seront quasiment indépendantes 7

8 2) Duopole différencié : Modèles sans adresse 2-1) mesure de la différenciation des produits Quand les consommateurs pensent que les deux variétés sont très proches, l'effet-prix croisé sera de même importance que l'effet-prix propre Nous dirons alors que les variétés sont quasiment homogènes. Nous pouvons représenter les différents degrés de différenciation grâce à une figure. 8

9 2) Duopole différencié : Modèles sans adresse 2-1) mesure de la différenciation des produits Un mouvement horizontal vers les bissectrices indique une croissance de l'homogénéité des deux variétés 1 et un mouvement opposé vers le centre indique une augmentation de la différenciation 0 Etant donné un degré de différenciation dans l'industrie, les firmes peuvent se faire concurrence avec les quantités ou les prix. 9

10 2) Duopole différencié : Modèles sans adresse 2-2) Duopole de Cournot Pour connaître le résultat du duopole de Cournot, nous devons calculer l'équilibre de Nash en quantités. L'objectif de chaque firme est de maximiser son profit max/q1 Nous avons le signe de R 1 est égal à «-» le signe de gamma. Par conséquent, les quantités ne sont pas nécessairement des stratégies substituables. Quand la différenciation est très faible on retrouve le cas de Cournot habituel. 10

11 2) Duopole différencié : Modèles sans adresse 2-2) Duopole de Cournot Biens substituables Biens complémentaires Par conséquent, si la différenciation induit une complémentarité entre les deux variétés, les quantités peuvent devenir des stratégies complémentaires. Dans la suite nous supposerons que les deux variétés restent des substituts Les quantités seront donc des stratégies substituables. L'équilibre de Cournot est donc la solution du système d'équation 11

12 2) Duopole différencié : Modèles sans adresse 2-2) Duopole de Cournot Ce qui nous donne avec la symétrie des stratégies pour i=1,2 Proposition 1 Dans le duopole de Cournot avec différenciation de produit (substituts, gamma>0) une augmentation de la différenciation (gamma tend vers 0) implique des fonctions de réactions moins sensibles et des profits plus élevés La différenciation adoucit donc la concurrence et améliore les profits des firmes. Cela explique par conséquent les choix de différenciation des firmes. 12

13 2) Duopole différencié : Modèles sans adresse 2-2) Duopole de Bertrand Le résultat de ce duopole correspond à l'équilibre de Nash en prix Les firmes maximisent leur profit Les conditions de premier ordre impliquent pour i diff de j 13

14 2) Duopole différencié : Modèles sans adresse 2-2) Duopole de Bertrand Remarque : De nouveau, la nature des stratégies des firmes dépend de la relation qui existent entre les deux biens. Relation entre la concurrence en prix et la nature des stratégies: Prix complémentaires correspond biens substituables Prix substituables correspond biens complémentaires Le premier cas correspond à R i>0, stratégies complémentaires en prix Le deuxième cas correspond à R i<0, stratégies substituables en prix Nous supposerons dans ce qui suit que les biens sont substituables et donc que les stratégies de prix sont complémentaires (courbes de réaction croissantes). 14

15 l'équilibre de Bertrand en prix et 2) Duopole différencié : Modèles sans adresse 2-2) Duopole de Bertrand est la solution du système 15

16 2) Duopole différencié : Modèles sans adresse 2-2) Duopole de Bertrand Quand la différenciation diminue les profits des firmes se réduisent. La différenciation adoucit donc la concurrence dans ce cas aussi. Nous retrouvons les profits de Bertrand quand la différenciation est nulle Proposition 2 Dans le duopole de Bertrand avec différenciation de produits (biens sont des substituts, ) une augmentation de la différenciation implique des fonctions de réactions moins sensibles et des profits plus élevés. 16

17 2) Duopole différencié : Modèles sans adresse 2-3) Cournot ou Bertrand? Etant donné la différenciation de produits, quel est le duopole le plus favorable pour les consommateurs? Pour répondre à cette question nous devons comparer les prix d'équilibre dans les deux cas Une concurrence en prix conduit par conséquent à des prix plus faibles et donc à un bien-être plus important pour les consommateurs. La proposition suivante résume ces résultats. 17

18 2) Duopole différencié : Modèles sans adresse 2-3) Cournot ou Bertrand? Proposition 3 : (Vives, 1985) Dans un duopole avec différenciation de produit 1. Le prix d'équilibre de Cournot est plus élevé que le prix de Bertrand: 2. Plus les variétés sont différenciées, moins cette différence de prix est importante 3. Quand les produits deviennent totalement indépendants, cette différence de prix disparaît: La première partie de cette proposition vient du fait que les firmes produisent plus dans la concurrence de Bertrand que dans la concurrence de Cournot. En effet, dans le duopole de Cournot, chaque firme suppose que son concurrent va garder sa quantité constante et la firme prévoit clairement qu'une augmentation de l'offre va réduire le prix de marché. Cela freine alors l'expansion de la production. Contrairement, dans le duopole de Bertrand, chaque firme considère que le prix du concurrent est constant et donc il n'y a plus de frein à l'expansion de l'output. D'où une surproduction et une concurrence plus dure. Quand la différenciation est très forte, on retrouve quasiment deux monopoles indépendants et les prix d'équilibre deviennent identiques dans les deux cas (car l'équilibre de monopole ne dépend pas de la stratégie utilisée par la firme (le prix ou la quantité)). Rappel : ces résultats sont obtenus sous l'hypothèse que les deux variétés sont des substituts. 18

19 3) Représentation spatiale de la différenciation 3-1) Duopole spatial de Hotelling pour un produit homogène Magasin 1, x=0 Magasin 2, x=1 Coût d approvisionnement pour chacun des magasins est c Un consommateur habitant en «x» a un coût tx pour aller magasin 1 et t(1-x) pour aller magasin 2 19

20 La clientèle potentielle du magasin 1 se définit comme étant celle pour laquelle les consommateurs ont un surplus net >=0 en consommant en 1. La demande s annule pour x=(s-p1)/t, pour le magasin 2 la demande la demande s annule pour x=1- (S-p2)/t. Sur le graphique précédent on peut en déduire que P1 est plus faible que P2. Aires potentielles de 1 et de 2. L aire potentielle de 1 définit tout le marché si en x=1, S-p1- tx>=0 Ce qui implique S-p1>=t, si p1=c, S-c>=t L aire potentielle de 2 définit tout le marché si en x=0 S-p2-t(1-x)>=0 Ce qui implique aussi S-c>=t 20

21 Trois cas possibles : Faibles coûts de transports : t<s-c Les demandes potentielles se recouvrent sur tout le marché. Le point d égale concurrence est tel que S-p1-tx=S-p2-t(1-x) X(p1,p2)=(p2-p1+t)/2t 1 ( p c)( p p t) / 2t Face à un prix p2, l entreprise 1 réagit en proposant le prix p 1 t c 1 0 p1 ( p2 0 X(p1,p2) 1 Qui maximise son profit. Le prix est d autant plus élevé que le coût de transport est élevé et donc que la concurrence est faible La réaction de l entreprise 2 à un prix p1 est symétrique. Chaque entreprise doit tenir compte d une diminution du prix fixé par l autre (répercussion par moitié). Le prix d équilibre s établit finalement à p1=p2=c+t si t=0, prix=c ) / 2 21

22 Forts coûts de transports :t>s-c et (S-p1)/t<1-(S-p2)/t Si on remplace p1 et p2 par c On a 2(S-c)<t D où on obtient (S-p1)/t 1-(S-p2)/t S-c<t et 2(S-c)<t ce qui implique t>3/2(s-c) Chaque magasin fixe son prix de monopole sans avoir à tenir compte du prix choisi par l autre. 1 ( p 1 c)( S p1) / t 1 S p1 c 0 2 p t t t 1 p S 2 1 c 0 22

23 Coûts de transports intermédiaires: S-c <t<3/2(s-c) L ensemble du marché est couvert mais les demandes potentielles ne recouvrent pas tout le marché. Une partie monopole local Une partie concurrence Chaque magasin fixe son prix Au coude de sa fonction de demande. Monopole Prix élevés, élasticité de la demande par rapport aux prix forte Concurrence Prix faibles, élasticité de la demande par rapport aux prix faible Demande Mais élasticité prix croisés forte Les prix s établissent à p=s-t 23

24 3-2) Duopole spatial de Hotelling pour un produit homogène, autre présentation en fonction coûts de transports S1 S2 -L -a 0 +a L Soient les firmes 1 et 2 localisées en S1 et S2 Soit les prix usines p 1 u pour la firme 1 et p 2 u pour la firme 2, posons t 1 =t 2 =t Les prix sont considérés constants. Les consommateurs sont également répartis sur le segment L, L. La demande est inélastique. Les firmes sont en S1=-a et S2=a 24

25 Prix usine Soient A1 et A2 segments de marché des firmes 1 et 2. A1 p 1 u x L, L / p1 u t S1 x p2 u t S2 x ou t S1 x p2 u t S2 x et S1 x S2 x A1 est un intervalle de la forme L, x m qui contient la localisation de la firme 1. Comme chaque consommateur achète une unité et x 1 D1 A1 avec D1 demande adressée à la firme 1 et A1 longueur de l'intervalle. 25

26 Supposons p 1 2 u pu t S1 S 2 ceci implique que les consommateurs localisés en L, S1 achètent à 1 et ceux localisés en S 2,L achètent en 2. Le point x m est donc entre les deux firmes et solution de l'équation 1 2 p t x S p t S x x u m 1 u 2 m m La fonction de demande D1= x m + L. D2=L-x m et D1+D2=2L p 2t p 2 1 u u 26

27 Si l inégalité n est pas vérifiée 2 cas p1 2 u t S2 S1 pu Le prix usine 1 plus le coût de transport entre 1 et 2 est inférieur au prix usine 2, ceci implique pour tout x appartenant à L, L le prix global en provenance de 1 est inférieur au prix global en provenance de 2. X m =L et D1=2L D2=0 p t S S u pu X m =-L et D1=0 D2=2L 27

28 P1 U Discontinuité P2 U t S2 S1 L Discontinuité P2 U t S2 S1 D1 0 L-a L L+a 2L 28

29 Les fonctions de profit s écrivent : p1, u pu pu c D1 pu pu 1, p1, u pu pu c D2 pu pu 2, L'équilibre de Nash non coopératif de prix usine du jeu correspondant est 1 * 2* pu, pu tel que 1 p1* 2* u, pu 1 p 1 u, pu 2* pour tout p 1 u c et 2 p1* 2* 1* 2 u, pu 2 pu, pu pour tout p 2 u c On doit avoir 1* 2* u u p p t S S 2 1 autrement tout le marché est pris par une seule firme. 29

30 On peut montrer que si les deux firmes ne sont pas localisées entre les 1er et le 3ième quartile [-L,+L], il existe un équilibre non coopératif de prix usine et les prix usines correspondant sont donnés par cf cours Si a<=l/2, guerre des prix. pu 1 * pu 2* c 2tL Le processus de concurrence apparaît ici comme la combinaison de 2 facteurs agissant en sens opposé : Le 1er facteur (la localisation) a un effet stabilisateur, car il existe un pouvoir de monopole sur les acheteurs, Le 2ième facteur (l homogénéité des produits) a un effet déstabilisateur car les firmes vont essayer d augmenter leurs aires de marché par la guerre des prix. Cycle des prix. Si on permettait la délocalisation, rapprochement des firmes vers le centre et différenciation des produits. 30

31 3-3) Duopole spatial de Hotelling pour un produit homogène, avec changement de localisation Décision stratégique de la firme sous l hypothèse que le comportement de la firme concurrente demeure inchangé. Les prix étant fixés, chaque firme peut seulement ajuster sa localisation de manière à acquérir une plus grande part de marché. Cournot, Séquence de décisions de localisation (une firme leader, l autre suit, alternativement). Période 0. On suppose que les firmes A et B sont respectivement localisées en A (1/4) et B (3/4). La firme A dispose d un pouvoir de monopole sur l aire OX. La firme B dispose d un pouvoir de monopole sur l aire XL. Les parts de marché de A et B sont identiques. 31

32 Concurrence dans la Ville : Une seule artère où commerces, même densité de consommateurs partout. O 1 A (1/4) X B (3/4) DEUX COMMERCES A et B LOCALISATION? X 32

33 Prix/coût Le modèle de Hotelling avec changement de localisation O A (1/4) X B (3/4) L Aire de marché de la firme A en période 0 Aire de marché de la firme B en période 0 33

34 Période 1. La firme A décide de se localiser au point C, soit légèrement à gauche de B. La firme A accroît sa part de marché de OX à une valeur maximum de OC. La firme B conserve une part de marché minimum de BL. 34

35 Prix/coût O A X C B L Aire de marché de la firme A période 0 Aire de marché de la firme B période 0 Aire de marché de la firme A période 1 Aire de marché de la firme B période 1 35

36 Le modèle de Hotelling avec changement de localisation Période 2. La firme B, supposant que la firme A va maintenir sa localisation en C, se déplace vers la gauche jusqu à un point D situé légèrement à gauche de C. Période 3. La firme A, supposant que la firme B va maintenir sa localisation en D, se déplace vers la gauche jusqu à un point E situé légèrement à gauche de D. 36

37 Prix/coût O A X A5 B4 A3 B2 A1 B L Aire de marché de la firme A période 0 Aire de marché de la firme B période 0 Aire de marché de la firme A période 1 Aire de marché de la firme B période 1 37

38 Prix/coût O A B L Aire de marché des firmes A et B, toute l aire, partage du marché 38

39 Le processus se poursuit jusqu à ce que les deux firmes se localisent au point X (à la limite), situé au milieu de l aire de marché. Il s agit d un équilibre de Nash. En X, aucune firme n a un incitant à changer de localisation car tout changement vers la gauche ou vers la droite impliquerait une réduction de sa part de marché. Les prix se fixent au coût marginal. 39

40 On retrouve ce schéma de concentration des mêmes commerces dans les centres urbains : -quartier des antiquités d art -quartier des grands magasins -quartier des affaires -etc Cependant d autres facteurs jouent aussi, comparaison facilitée des produits et diversité des produits (par exemple lorsque marques différentes) 40

41 3-4) Duopole spatial de Hotelling pour un produit différencié sur une caractéristique (différenciation horizontale) Les consommateurs sont hétérogènes (exemple glace plus ou moins sucrée). A B 0 a L-b b L Chaque consommateur achète une unité du pdt. Pour aller à un magasin, un consommateur doit payer un coût de transport de par unité de distance. Donc un consommateur localisé en un point x doit payer un coût de transport de pour acheter en A et pour acheter en B. Par rapport à notre glace plus ou moins sucrée, on peu supposer qu en B on produit des glaces très sucrées et peu sucrées en A. En x le consommateur exprime son degré de préférence pour des glaces sucrées (entre les deux). En fait le coût de transport exprime la désutilité en termes de satisfaction du consommateur qui ne trouve pas l exact degré de sucre désiré. 41

42 On peut alors définir la fonction d utilité du consommateur localisé en un point x comme le point d indifférence entre acheter en A une glace moins sucrée que sa préférence et acheter en B une glace plus sucrée. Au point d indifférence Donc Qui est aussi la fonction de demande rencontrée par la firme A. La fonction de demande rencontrée par B est : Equilibre de Bertrand Nash (voir Cours) 42

43 3-5) Différenciation verticale dans les modèles spatiaux En réinterprétant la droite unitaire comme étant le lieu géométrique des différentes qualité d'un bien, nous pouvons représenter la différenciation verticale dans un modèle spatial. Soit la qualité d un bien avec Les préférences des consommateurs sont représentées par la fonction d'utilité : si le consommateur achète une unité de bien de qualité s au prix p représente alors le goût du consommateur pour la qualité. Plus est élevé, plus la satisfaction que le consommateur tire de la qualité est élevée. représente donc la disponibilité à payer du consommateur pour la qualité s. 43

44 Les courbes d'indifférence sont données par: Les consommateurs sont uniformément distribués sur la droite en fonction de leur goût pour la qualité. 44

45 Droite unitaire : le lieu géométrique des différentes qualité d'un bien, On a alors un bien dont la qualité est donnée par la position entre et Nous pouvons alors représenter ce marché sous la forme d'un segment de droite de taille unitaire. Les consommateurs sont uniformément distribués sur la droite en fonction de leur goût pour la qualité. Il y a deux firmes sur le marché, j=1,2. La firme J produit la qualité avec Le coût de production unitaire pour ces deux qualités est c. 45

46 3-5-1) Concurrence par les prix Soit P1 et P2 les prix des facteurs Nous pouvons calculer la localisation du consommateur qui est indifférent entre les deux qualités Nous pouvons alors calculer les demandes qui s adressent aux 2 firmes : 46

47 3-5-1) Concurrence par les prix Chaque firme maximise son profit étant donné le prix de son concurrent. Les profits s'écrivent de la manière suivante: 47

48 3-5-1) Concurrence par les prix Voir Cours La différenciation adoucit donc la concurrence dans ce cas aussi. Nous retrouvons les profits de Bertrand quand la différenciation est nulle. 48

49 3-5-2) Choix des qualités Nous pouvons maintenant nous intéresser aux choix de la première période concernant la qualité : Les résultats du jeu en prix ont montré que : -les firmes préfèrent une différenciation aussi grande que possible, -chaque firme préfère produire la qualité la plus haute. Comme les profits de Bertrand sont nuls, les firmes préfèrent toujours différencier leur produit à l'équilibre. Il existe néanmoins une indétermination quant à la firme qui va produire la qualité élevée car nous avons deux équilibres de Nash : Dans les deux cas, l'équilibre correspond à la différenciation maximale. Donc même si la qualité n'a pas de coût, une firme préfère produire la qualité basse quand l autre a choisi la qualité haute. 49

50 3-5-2) Choix des qualités Si une firme avait la possibilité de choisir sa qualité avant son concurrent, elle choisirait la qualité haute et son concurrent choisirait la qualité basse de manière à adoucir la concurrence en prix. Si H1 n est pas vérifiée, La firme à qualité basse ne peut survivre sur le marché. Dans ce cas les consommateurs n'ont pas un désir de variété suffisamment forte pour soutenir l'existence de deux qualités différentes sur le marché. Une seule firme produisant la qualité haute existe alors. Ce résultat est différent des modèles de différenciation horizontale car dans ces derniers tout segment du marché est équivalent (en termes de demande) à tout autre. Quelle que soit la variété produite, c'est le produit idéal d'un consommateur. Dans un modèle de différenciation verticale, les consommateurs n'acceptent d'acheter la qualité basse que si elle ne coûte pas trop cher. Donc les deux segments (haut et bas) du marché ne sont pas équivalents. 50

1 Questionnaire à choix multiples

1 Questionnaire à choix multiples EXAMEN FINAL mercredi 19 janvier 2011, Durée h00 Pierre Fleckinger Une attention particulière doit être portée à la rédaction et à l explication des calculs faits. Utiliser un feuillet simple pour le QCM

Plus en détail

Economie de l information

Economie de l information 1 Introduction Economie de l information Les méthodes de la microéconomie peuvent être appliquées à tout problème particulier de la vie économique De nombreuses études sont consacrées à des marchés ou

Plus en détail

Concurrence et marchés. Cours SEGF - ENPC 2004. Barrières à l entrée

Concurrence et marchés. Cours SEGF - ENPC 2004. Barrières à l entrée Concurrence et marchés Cours SEGF - ENPC 2004 Barrières à l entrée PLAN Barrières à l entrée définitions et oligopole naturel dissuasion / accomodation à l entrée: modèle de Stackelberg en quantités Stackelberg

Plus en détail

L oligopole ESCP 2012 2103

L oligopole ESCP 2012 2103 Structures de marché L oligopole Anne Yvrande Billon ESCP 2012 2103 1 Plan du cours (1/2) 1. Introduction : qu est ce qu un oligopole? 2. L oligopole de Cournot 3. Le «paradoxe de Bertrand» 2 1. Introduction

Plus en détail

Joueur B Pierre Feuille Ciseaux Pierre (0,0) (-1,1) (1,-1) Feuille (1,-1) (0,0) (-1,1) Ciseaux (-1,1) (1,-1) (0.0)

Joueur B Pierre Feuille Ciseaux Pierre (0,0) (-1,1) (1,-1) Feuille (1,-1) (0,0) (-1,1) Ciseaux (-1,1) (1,-1) (0.0) CORRECTION D EXAMEN CONTROLE CONTINU n 1 Question de cours Question 1 : Les équilibres de Cournot et de Stackelberg sont des équilibres de situation de duopole sur un marché non coopératif d un bien homogène.

Plus en détail

4. Offre et demande, les forces du marché

4. Offre et demande, les forces du marché 4. Offre et demande, les forces du marché Trois événements : a) Quand une vague de froid s abat sur l Espagne, le prix du jus d orange grimpe dans tous les supermarchés du pays. b) Quand la chaleur estivalle

Plus en détail

Jeux sous forme normale

Jeux sous forme normale CHAPITRE 4 Jeux sous forme normale Dans les problèmes de décision, nous avons relié les choix qui pouvaient être faits par un agent avec les utilités qu il pouvait en dériver. L idée qu un agent rationnel

Plus en détail

CHAPITRE 1 : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ

CHAPITRE 1 : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ CHAPITRE : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ..Introduction.2. Le point de départ de l analyse micro-économique du consommateur.3. La fonction de demande individuelle.4. Effets

Plus en détail

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX 1. L effet d une variation du revenu. Les lois d Engel a. Conditions du raisonnement : prix et goûts inchangés, variation du revenu (statique comparative) b. Partie

Plus en détail

Deuxième partie es jeux non-coopératifs avec information complète 3. É quilibre de Nash (1951) 4. D ynamique et rétroduction 5.

Deuxième partie es jeux non-coopératifs avec information complète 3. É quilibre de Nash (1951) 4. D ynamique et rétroduction 5. Deuxième partie Les jeux non-coopératifs avec information complète 3. Équilibre de Nash (1951) 35 4. Dynamique et rétroduction 61 5. Jeux répétés 85 3. Équilibre de Nash (1951) John Nash a généralisé

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal La demande Du consommateur Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal Plan du cours Préambule : Rationalité du consommateur I II III IV V La contrainte budgétaire Les préférences Le choix optimal

Plus en détail

Organisation Industrielle

Organisation Industrielle Organisation Industrielle Chapitre 1 : Introduction Master 1 Université Lyon 2 Laurent Granier - Année 2011/2012 - Définition de l économie industrielle «Etude de la structure des entreprises et des marchés,

Plus en détail

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Modèle IS/LM Le modèle IS/LM, conçu par John Hicks en 1937, est généralement

Plus en détail

2.1.4. L'équilibre général des échanges

2.1.4. L'équilibre général des échanges 2.1.4. L'équilibre général des échanges La prise en compte des offres et des demandes de l'ensemble des pays participants au commerce mondial permet la détermination des prix mondiaux. L'existence d'un

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Capacité Métal-Isolant-Semiconducteur (MIS)

Capacité Métal-Isolant-Semiconducteur (MIS) apacité Métal-solant-Semiconducteur (MS) 1-onstitution Une structure Métal-solant-Semiconducteur (MS) est constituée d'un empilement de trois couches : un substrat semiconducteur sur lequel on a déposé

Plus en détail

EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE

EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE OLIVIER COLLIER Exercice 1 (2012) Une entreprise veut faire un prêt de S euros auprès d une banque au taux annuel composé r. Le remboursement sera effectué en n années par

Plus en détail

1 L équilibre sur le marché des biens et services

1 L équilibre sur le marché des biens et services Modèle IS LM BP IMPORTANT : en aucun cas ce cours ne remplace le cours magistral de M. Gilles Dufrénot, notamment le cours sur les chapitres 4 et 5. Il est destiné à faciliter la comprehension du cours

Plus en détail

Les Conditions aux limites

Les Conditions aux limites Chapitre 5 Les Conditions aux limites Lorsque nous désirons appliquer les équations de base de l EM à des problèmes d exploration géophysique, il est essentiel, pour pouvoir résoudre les équations différentielles,

Plus en détail

N d anonymat : Remarques générales :

N d anonymat : Remarques générales : N d anonymat : Introduction à la Microéconomique Examen final Licence 1 Economie-Gestion 2010/2011 Enseignants (cours et travaux dirigés) : N. Andries, S.Billon et E. Darmon Eléments de correction Remarques

Plus en détail

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection La prospection est une activité indispensable pour développer le nombre de clients, mais aussi pour contrecarrer la perte de clients actuels. Elle coûte

Plus en détail

Concurrence imparfaite

Concurrence imparfaite Concurrence imparfaite 1. Le monopole 2. Concurrence monopolistique 3. Hotelling et Salop 4. Concurrence à la Cournot 5. Concurrence à la Bertrand 6. Concurrence à la Stackelberg Monopole Un monopole,

Plus en détail

Conversion électronique statique

Conversion électronique statique Conversion électronique statique Sommaire I) Généralités.2 A. Intérêts de la conversion électronique de puissance 2 B. Sources idéales.3 C. Composants électroniques..5 II) III) Hacheurs..7 A. Hacheur série

Plus en détail

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix!

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix! Communiqué de presse 21 novembre 2011 Une étude CEDRE/Ifop 1 propose le regard croisé des consommateurs et des chefs d entreprises français sur le «Made in France» 72% des Français prêts à payer plus cher

Plus en détail

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne hapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne I : La fonction de consommation keynésienne II : Validations et limites de la fonction de consommation keynésienne III : Le choix de consommation

Plus en détail

Chapitre 3 Dans quelles circonstances les entreprises peuvent-elles exercer un pouvoir de marché?

Chapitre 3 Dans quelles circonstances les entreprises peuvent-elles exercer un pouvoir de marché? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 23 février 2015 à 16:02 Chapitre 3 Dans quelles circonstances les entreprises peuvent-elles exercer un pouvoir de marché? 1 Quelles sont les différentes structures

Plus en détail

Induction électromagnétique

Induction électromagnétique Induction électromagnétique Sommaire I) Théorie de l induction électromagnétique..2 A. Introduction 2 B. Notion de force électromotrice 3 C. Loi de Faraday..5 D. Quelques applications.7 Spire circulaire

Plus en détail

Chapitre 3: L asymétrie d information

Chapitre 3: L asymétrie d information Chapitre 3: L asymétrie d information Introduction La sélection adverse: le modèle d Akerlof Self selection screening: le modèle de Stiglitz Signaling: le modèle de Spence 1 Introduction Qu'est-ce qu'il

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

L Elasticité Concept et Applications Chapitre 4

L Elasticité Concept et Applications Chapitre 4 L Elasticité Concept et Applications Chapitre 4 L Elasticité...... est une mesure de la réaction des acheteurs et vendeurs aux changements dans les conditions du marché...... nous permet d analyser les

Plus en détail

212 année 2013/2014 DM de synthèse 2

212 année 2013/2014 DM de synthèse 2 22 année 20/204 DM de synthèse 2 Exercice Soit f la fonction représentée cicontre.. Donner l'ensemble de définition de la fonction f. 2. Donner l'image de 4 par f.. a. Donner un nombre qui n'a qu'un seul

Plus en détail

Doctorat en économique. Examen de synthèse en Théorie micro-économique 8 août 2011. Durée : 4 heures exactement

Doctorat en économique. Examen de synthèse en Théorie micro-économique 8 août 2011. Durée : 4 heures exactement Département d économie agroalimentaire et des sciences de la consommation Département d économique Université Laval NOM: Doctorat en économique Examen de synthèse en Théorie micro-économique 8 août 211

Plus en détail

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation )

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation ) DÉRIVÉES I Nombre dérivé - Tangente Eercice 0 ( voir animation ) On considère la fonction f définie par f() = - 2 + 6 pour [-4 ; 4]. ) Tracer la représentation graphique (C) de f dans un repère d'unité

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 3 La coordination par le marché Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 3.2 : Comment un marché concurrentiel fonctionne-t-il?

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires 1/43 Courbes Paramétrées Courbes polaires Longueur d un arc, Courbure F411 - Courbes Paramétrées, Polaires Michel Fournié michel.fournie@iut-tlse3.fr http://www.math.univ-toulouse.fr/ fournie/ Année 2012/2013

Plus en détail

AES L1 - Economie Générale

AES L1 - Economie Générale AES L1 - Economie Générale 1 Equilibre sur un marché concurentiel Coordination par les prix Efficacité des allocations - L1 AES - Université de Tours, Arnold Chassagnon, PSE, Septembre 2012 PLAN DU COURS

Plus en détail

Les crises des changes dans l étalon or

Les crises des changes dans l étalon or 7 Le système Bretton Woods Les crises des changes dans l étalon or Déficit du compte courant sortie d or - Banque centrale doit offrir l or aux étrangers en échange des billets -Réserves finies pas soutenable

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document:

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 22.4.2015 SWD(2015) 88 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT accompagnant le document: Rapport de la Commission au Parlement

Plus en détail

Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006

Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006 Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006 Ekkehard Ernst OCDE Ekkehard Ernst 1 Introduction et résumé du cours Objectifs Connaître et apprendre les concepts modernes d analyse monétaire

Plus en détail

TESTS D'HYPOTHESES Etude d'un exemple

TESTS D'HYPOTHESES Etude d'un exemple TESTS D'HYPOTHESES Etude d'un exemple Un examinateur doit faire passer une épreuve type QCM à des étudiants. Ce QCM est constitué de 20 questions indépendantes. Pour chaque question, il y a trois réponses

Plus en détail

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes.

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes. Promotion X 004 COURS D ANALYSE DES STRUCTURES MÉCANIQUES PAR LA MÉTHODE DES ELEMENTS FINIS (MEC 568) contrôle non classant (7 mars 007, heures) Documents autorisés : polycopié ; documents et notes de

Plus en détail

Les pôles commerciaux et leurs magasins

Les pôles commerciaux et leurs magasins Les pôles commerciaux et leurs magasins Julien Fraichard* Pour les commerçants, l'implantation de leur établissement dans le tissu urbain est primordiale. Certains types de commerces, comme les magasins

Plus en détail

2 Les décisions individuelles de consommation

2 Les décisions individuelles de consommation 2 Les décisions individuelles de consommation Jean Magnan de Bornier Table des matières 1 Un premier exemple 3 2 Une approche générale du comportement de demande 5 2.1 Le choix de consommation est un choix

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1 TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité I Loi uniforme sur ab ; ) Introduction Dans cette activité, on s intéresse à la modélisation du tirage au hasard d un nombre réel de l intervalle [0 ;], chacun

Plus en détail

Soit la fonction affine qui, pour représentant le nombre de mois écoulés, renvoie la somme économisée.

Soit la fonction affine qui, pour représentant le nombre de mois écoulés, renvoie la somme économisée. ANALYSE 5 points Exercice 1 : Léonie souhaite acheter un lecteur MP3. Le prix affiché (49 ) dépasse largement la somme dont elle dispose. Elle décide donc d économiser régulièrement. Elle a relevé qu elle

Plus en détail

FONCTIONS. I Généralités sur les fonctions. Définitions. Remarque. Exercice 01. Remarque

FONCTIONS. I Généralités sur les fonctions. Définitions. Remarque. Exercice 01. Remarque FNCTINS I Généralités sur les fonctions Définitions Soit D une partie de l'ensemble IR. n définit une fonction f de D dans IR, en associant à chaque réel de D, un réel et un seul noté f() et que l'on appelle

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Démonstrations exigibles au bac

Démonstrations exigibles au bac Démonstrations exigibles au bac On donne ici les 11 démonstrations de cours répertoriées comme exigibles dans le programme officiel. Toutes ces démonstrations peuvent donner lieu à une «restitution organisée

Plus en détail

L autopartage en trace directe : quelle alternative à la voiture particulière?

L autopartage en trace directe : quelle alternative à la voiture particulière? L autopartage en trace directe : quelle alternative à la particulière? Résultats de la première enquête sur l impact d un service d autopartage en trace directe (le cas d Autolib ) Cette étude réalisée

Plus en détail

Introduction à la Microéconomie Contrôle continu Licence 1 Economie-Gestion 2009/2010 Enseignants : E. Darmon F.Moizeau B.Tarroux

Introduction à la Microéconomie Contrôle continu Licence 1 Economie-Gestion 2009/2010 Enseignants : E. Darmon F.Moizeau B.Tarroux Nom : Prénom : Num Etudiant : Groupe de TD : Introduction à la Microéconomie Contrôle continu Licence 1 Economie-Gestion 2009/2010 Enseignants : E. Darmon F.Moizeau B.Tarroux PRECISEZ ICI SI VOUS AVEZ

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

Marchés financiers et activité économique Canaux de transmission de la politique monétaire

Marchés financiers et activité économique Canaux de transmission de la politique monétaire Marchés financiers et activité économique Canaux de transmission de la politique monétaire Mishkin F. (1996), «Les canaux de transmission monétaire : leçons pour la politique monétaire», Bulletin de la

Plus en détail

I. Ensemble de définition d'une fonction

I. Ensemble de définition d'une fonction Chapitre 2 Généralités sur les fonctions Fonctions de références et fonctions associées Ce que dit le programme : Étude de fonctions Fonctions de référence x x et x x Connaître les variations de ces deux

Plus en détail

Méthode : On raisonnera tjs graphiquement avec 2 biens.

Méthode : On raisonnera tjs graphiquement avec 2 biens. Chapiittrre 1 : L uttiilliitté ((lles ménages)) Définitions > Utilité : Mesure le plaisir / la satisfaction d un individu compte tenu de ses goûts. (On s intéresse uniquement à un consommateur rationnel

Plus en détail

3. La concurrence pure et parfaite, quel intérêt?

3. La concurrence pure et parfaite, quel intérêt? - Enfin, la question de la modification «temporelle» de l équilibre peut être posée. A l origine, la rencontre de l offre et de la demande sur le marché aboutit à la fixation d un prix de marché, qui,

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Terminale ES Enseignement de spécialité Economie approfondie Thème n 2 : Stratégies d entreprises et politique

Plus en détail

2- Antisélection et rationnement du crédit

2- Antisélection et rationnement du crédit 2- Antisélection et rationnement du crédit Objectif : comprendre le dysfonctionnement d'un marché avec asymétrie d'information Cas du marché du crédit Nature de l'asymétrie d'information : avant la conclusion

Plus en détail

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble.. 1 Définition GÉNÉRALITÉS Statique 1 2 Systèmes matériels et solides Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..une pièce mais aussi un liquide ou un gaz Le solide : Il est supposé

Plus en détail

Assurance et prévention des catastrophes naturelles et technologiques

Assurance et prévention des catastrophes naturelles et technologiques Assurance et prévention des catastrophes naturelles et technologiques Céline Grislain-Letrémy Résumé long - Thèse en sciences économiques sous la direction de Bertrand Villeneuve L objet de cette thèse

Plus en détail

COURS 2 : LA DEMANDE DU CONSOMMATEUR

COURS 2 : LA DEMANDE DU CONSOMMATEUR Université Pierre et Marie Curie Licence Informatique 2014-2015 Cours LI 352 - Industrie Informatique et son Environnement Économique Responsable : Jean-Daniel Kant (Jean-Daniel.Kant@lip6.fr) COURS 2 :

Plus en détail

L'ELASTICITE-PRIX I- QUAND LES PRIX VARIENT...

L'ELASTICITE-PRIX I- QUAND LES PRIX VARIENT... L'ELASTICITE-PRIX La consommation dépend, entre autre, du prix des biens et des services que l'on désire acheter. L'objectif de ce TD est de vous montrer les liens existants entre le niveau et l'évolution

Plus en détail

La fée électricité sous le capot?

La fée électricité sous le capot? La fée électricité sous le capot? Quand on analyse les nouvelles motorisations proposées pour les véhicules on s aperçoit vite qu elles reposent pratiquement toutes sur l emploi de moteurs électriques

Plus en détail

Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013. Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé.

Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013. Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé. TES Spé Maths Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013 Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé. Vous apporterez un grand soin à la présentation et à la

Plus en détail

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France?

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? (DGTrésor) 1. Indépendamment de facteurs d offre et de demande, qui jouent indéniablement sur les prix,

Plus en détail

CHAP 1 LE MARCHÉ PEUT-IL COORDONNER TOUTES LES ACTIVITÉS HUMAINES?

CHAP 1 LE MARCHÉ PEUT-IL COORDONNER TOUTES LES ACTIVITÉS HUMAINES? CHAP 1 LE MARCHÉ PEUT-IL COORDONNER TOUTES LES ACTIVITÉS HUMAINES? Introduction: La diversité et l'interdépendance des marchés Depuis la chute du mur de Berlin en 1989, la quasi totalité des économies

Plus en détail

Pratique des options Grecs et stratégies de trading. F. Wellers

Pratique des options Grecs et stratégies de trading. F. Wellers Pratique des options Grecs et stratégies de trading F. Wellers Plan de la conférence 0 Philosophie et structure du cours 1 Définitions des grecs 2 Propriétés des grecs 3 Qu est ce que la volatilité? 4

Plus en détail

Économie Industrielle

Économie Industrielle Économie Industrielle Renaud Bourlès EAO-33-O-STRA 2ème année 2015-2016 Table des matières 1 Introduction 4 1.1 Qu'est-ce que l'économie industrielle?..................... 4 1.2 Un peu d'histoire : Théorie

Plus en détail

L effet de levier de trésorerie

L effet de levier de trésorerie L effet de levier de trésorerie La Théorie Financière attire notre attention sur les conséquences du poids des charges de structure dans l activité d une entreprise. L effet de levier d exploitation exprime

Plus en détail

Précision d un résultat et calculs d incertitudes

Précision d un résultat et calculs d incertitudes Précision d un résultat et calculs d incertitudes PSI* 2012-2013 Lycée Chaptal 3 Table des matières Table des matières 1. Présentation d un résultat numérique................................ 4 1.1 Notations.........................................................

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

CHOIX ET DECISIONS ECONOMIQUES Introduction aux Principes de l Economie par Alain de Crombrugghe

CHOIX ET DECISIONS ECONOMIQUES Introduction aux Principes de l Economie par Alain de Crombrugghe CHOIX ET DECISIONS ECONOMIQUES Introduction aux Principes de l Economie par Alain de Crombrugghe EXERCICES ET CORRIGES Mis à la disposition de tous les lecteurs Par l auteur et l équipe d assistants de

Plus en détail

ANNUITES. Les annuités définissent une suite de versements identiques ou non effectués à intervalles de temps égaux. -annuités non constantes

ANNUITES. Les annuités définissent une suite de versements identiques ou non effectués à intervalles de temps égaux. -annuités non constantes ANNUITES I Notions d annuités a.définition Les annuités définissent une suite de versements identiques ou non effectués à intervalles de temps égaux. Le processus de versements dépend du montant de l annuité,

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Fonctions homographiques On donne ci-dessous deux définitions des fonctions homographiques, et on montre que ces deux définitions sont équivalentes. On décrit la courbe représentative d une fonction homographique.

Plus en détail

RAPPORT SUR LE MARCHÉ IMMOBILIER

RAPPORT SUR LE MARCHÉ IMMOBILIER MAJ AÔUT 2015 PM405 - ME PREMIÈRE PARTIE RAPPORT SUR LE MARCHÉ IMMOBILIER DES MAISONS À ÉTAGES (ME) ET DES MAISONS PLAIN-PIED (PP) DE LA VILLE DE REPENTIGNY AU 31 JUILLET 2015 Si dans les mois qui viennent,

Plus en détail

Fiche 3.3 : Comment les marchés imparfaitement concurrentiels fonctionnent-ils?

Fiche 3.3 : Comment les marchés imparfaitement concurrentiels fonctionnent-ils? eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 3. La coordination par le marché Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 3.3 : Comment les marchés imparfaitement

Plus en détail

Université des Sciences Sociales de Toulouse. TD3 L asymétrie d information

Université des Sciences Sociales de Toulouse. TD3 L asymétrie d information Université des Sciences Sociales de Toulouse Année Universitaire 2008 2009 Micro-économie - Semestre 5 - Cours de Isabelle Dubec et Yolande Hiriart TD3 L asymétrie d information Exercice 1. Les affirmations

Plus en détail

Les mesures à l'inclinomètre

Les mesures à l'inclinomètre NOTES TECHNIQUES Les mesures à l'inclinomètre Gérard BIGOT Secrétaire de la commission de Normalisation sols : reconnaissance et essais (CNSRE) Laboratoire régional des Ponts et Chaussées de l'est parisien

Plus en détail

Cours 9 : Plans à plusieurs facteurs

Cours 9 : Plans à plusieurs facteurs Cours 9 : Plans à plusieurs facteurs Table des matières Section 1. Diviser pour regner, rassembler pour saisir... 3 Section 2. Définitions et notations... 3 2.1. Définitions... 3 2.2. Notations... 4 Section

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise Etude de marché Selon l Agence Pour la Création d Entreprise (APCE), 70% des cas de défaillance ont pour origine la mauvaise qualité des études de marché, que celles-ci soient mal réalisées ou de manière

Plus en détail

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 01 42 71 28 14 FAX : 01 42 76 24 05 http://www.apur.org Observatoire de l'habitat de Paris L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN

Plus en détail

1- Résultats généraux Consommations moyennes pour l ensemble des voitures particulières * Unité : litre/100 km

1- Résultats généraux Consommations moyennes pour l ensemble des voitures particulières * Unité : litre/100 km CONSOMMATIONS DE CARBURANTS DES VOITURES PARTICULIERES EN FRANCE 1988-2005 Direction Générale de l'énergie et des Matières Premières Observatoire de l économie de l énergie et des matières premières Observatoire

Plus en détail

Souad EL Bernoussi. Groupe d Analyse Numérique et Optimisation Rabat http ://www.fsr.ac.ma/ano/

Souad EL Bernoussi. Groupe d Analyse Numérique et Optimisation Rabat http ://www.fsr.ac.ma/ano/ Recherche opérationnelle Les démonstrations et les exemples seront traités en cours Souad EL Bernoussi Groupe d Analyse Numérique et Optimisation Rabat http ://www.fsr.ac.ma/ano/ Table des matières 1 Programmation

Plus en détail

LARGE. Papier n 61. Concurrence bancaire et taille des conventions de services. Corentine Le Roy. Novembre 2003

LARGE. Papier n 61. Concurrence bancaire et taille des conventions de services. Corentine Le Roy. Novembre 2003 Laboratoire de Recherche en Gestion & Economie LARGE Papier n 6 Concurrence bancaire et taille des conventions de services Faculté des sciences économiques et de gestion Corentine Le Roy Novembre 2003

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques VIII. 1 Ce chapitre porte sur les courants et les différences de potentiel dans les circuits. VIII.1 : Les résistances en série et en parallèle On

Plus en détail

Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire

Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire Cours 02 : Problème général de la Programmation Linéaire. 5 . Introduction Un programme linéaire s'écrit sous la forme suivante. MinZ(ou maxw) =

Plus en détail

Economie Industrielle 06

Economie Industrielle 06 Economie Industrielle 06 Structure de marché et pouvoir de marché Marc Bourreau Marianne Verdier Telecom ParisTech & Université Paris Ouest MB-MV (TPT-Univ. ParisOuest) Cours 06 : Structure de marché et

Plus en détail

Fonction inverse Fonctions homographiques

Fonction inverse Fonctions homographiques Fonction inverse Fonctions homographiques Année scolaire 203/204 Table des matières Fonction inverse 2. Définition Parité............................................ 2.2 Variations Courbe représentative...................................

Plus en détail

Analyse des coûts. 1 ère année DUT GEA, 2005/2006 Analyse des coûts

Analyse des coûts. 1 ère année DUT GEA, 2005/2006 Analyse des coûts Analyse des coûts Les techniques de calcul et d analyse des coûts portent le nom de comptabilité analytique ou comptabilité de gestion. Ces deux termes seront utilisés indifféremment dans ce cours. Contrairement

Plus en détail

Cours (7) de statistiques à distance, élaboré par Zarrouk Fayçal, ISSEP Ksar-Said, 2011-2012 LES STATISTIQUES INFERENTIELLES

Cours (7) de statistiques à distance, élaboré par Zarrouk Fayçal, ISSEP Ksar-Said, 2011-2012 LES STATISTIQUES INFERENTIELLES LES STATISTIQUES INFERENTIELLES (test de Student) L inférence statistique est la partie des statistiques qui, contrairement à la statistique descriptive, ne se contente pas de décrire des observations,

Plus en détail

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT Service du climat et de l efficacité énergétique Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique Synthèse SYNTHESE Prise en compte de l'élévation

Plus en détail

Concurrence et économie industrielle

Concurrence et économie industrielle Concurrence et économie industrielle THIIERRY PENARD PROFESSEUR D ECONOMIE A L UNIVERSITE DE RENNES 1, CREM L économie industrielle s intéresse à l organisation des marchés et des entreprises. La question

Plus en détail

Économie - Chapitre 3 Concurrence Imparfaite

Économie - Chapitre 3 Concurrence Imparfaite Économie - Chapitre 3 Concurrence Imparfaite Université Panthéon-Assas Collège de Droit 1 ere année Etienne LEHMANN Professeur d Économie à l Université Panthéon-Assas etienne.lehmann@ensae.fr http ://www.crest.fr/pageperso/lehmann/lehmann.htm

Plus en détail