N d anonymat : Remarques générales :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "N d anonymat : Remarques générales :"

Transcription

1 N d anonymat : Introduction à la Microéconomique Examen final Licence 1 Economie-Gestion 2010/2011 Enseignants (cours et travaux dirigés) : N. Andries, S.Billon et E. Darmon Eléments de correction Remarques générales : Repères statistiques : sur 282 copies examinées (contrôle terminal), la moyenne générale est de 8,3/20 tandis que la médiane est de 9/20. Les notes s étalent de 0/20 à 20/20 avec un écart-type de 4,1. Le premier quartile est égal à 5/20. Le troisième quartile est égal à 11,5/ étudiants ont reçu une note supérieure ou égale à 15/20. Votre cours de statistiques descriptives devrait vous aider à interpréter toutes ces données correctement! Appréciation générale : o Le QCM a été généralement peu réussi (peu de points négatifs ont été retranchés, mais de nombreuses non-réponses) ; o les questions de cours ont été moyennement réussies (réponses très approximatives, réponses partielles et pour beaucoup, non-réponses) : vous aviez été pourtant informés assez tôt des chapitres à lire de l ouvrage de référence et ces points avaient fait l objet d un TD à part entière. o L exercice «What else» a été plutôt réussi, notamment sa partie plus calculatoire (coûts, etc.). Les questions faisant davantage appel à vos capacités d interprétation ont été les moins réussies de l exercice. Sauf «accident» le jour de l examen, compte tenu du barème, une note inférieure à 7/20 devrait vous alarmer POSITIVEMENT. En effet, au moins 7 points étaient accordés en réponse à des questions/exercices vus de nombreuses fois en cours. Si vous avez travaillé régulièrement et obtenez une note inférieure à 7/20, il peut s agir d un problème de méthode. La lecture approfondie de cette correction vous est alors vivement conseillée pour comprendre l origine de vos erreurs et améliorer votre copie en vue de la session 2 (tout en vous souhaitant de ne pas être concerné(e)!). Beaucoup de copies ne sont pas rédigées et donnent l impression de répondre à un exercice de mathématiques (même si vos réponses en mathématiques doivent elles aussi être rédigées!). Lorsque cela était récurrent sur une copie, ce type de réponse a été sanctionné. Vous êtes ici pour répondre à un examen d ECONOMIE et vous êtes évalués sur votre capacité à COMPRENDRE les concepts que vous utilisez! Les réponses ci-dessous constituent des éléments de correction. Quelques questions laissaient (volontairement) place à une marge d interprétation. Dans ce cas, la cohérence interne de votre réponse est également appréciée. 1/8

2 Questions de Cours (5 points) Définissez la notion d asymétrie d information. Enoncez les deux types d asymétries d information que l on peut rencontrer généralement et les problèmes qu elles peuvent créer. L asymétrie d'information désigne une situation dans laquelle les participants à un marché ne possèdent pas tous la même information sur les produits, les risques, les préférences des autres agents etc., certains étant mieux informés que d'autres. La présence d'asymétries d'information conduit à des problèmes d'anti-sélection (asymétrie ex ante) et de risque moral (asymétrie ex post). L anti-sélection a lieu lorsque des produits de qualité différente sont vendus à un prix unique parce que les acheteurs ou les vendeurs ne sont pas suffisamment informés pour déterminer la qualité véritable du produit au moment de l achat. Par exemple, sur le marché des voitures d occasion, les acheteurs peuvent difficilement faire la différence entre des voitures de bonne qualité et des voitures de mauvaise qualité. Ainsi, ils sont tentés de se retirer du marché, ce qui fait baisser le prix de l ensemble des voitures. Le prix de vente devient alors trop faible pour les vendeurs de voitures de bonne qualité qui se retirent du marché à leur tour. Les voitures de mauvaise qualité chassent les voitures de bonne qualité. L aléa moral (ou risque moral) est un risque provenant d un comportement non anticipé de la part d un des contractants. Par exemple, si un employeur ne peut pas observer la productivité de ses employés, ceux-ci peuvent travailler en dessous de leur capacité. En vous appuyant sur le marché de l assurance, discutez précisément les conséquences de ces deux types d asymétries d information. La sélection adverse affecte le fonctionnement du marché de l assurance. Les assurés disposent d informations sur leurs propres risques et qui ne sont pas directement accessibles aux assureurs. Ces derniers ne sont alors plus en mesure de différencier les primes en fonction des risques : les primes demandées refléteront donc le coût moyen des sinistres des individus ayant souscrit le contrat en question. Pour des individus «à bas risque», c'est-à-dire dont le coût moyen des sinistres est faible, la prime demandée apparaîtra particulièrement élevée par rapport à la prime actuarielle, tandis qu'elle sera considérée comme relativement faible par les «hauts risques». En présence d'information cachée sur les risques, les hauts risques seront donc particulièrement demandeurs d'assurance, alors que les individus «à bas risque» seront conduits à demander moins d assurance ou à ne pas s assurer. L aléa moral intervient une fois le contrat d assurance signé, la compagnie d assurance ne peut pas contrôler directement les habitudes de conduite des assurés. Ces derniers peuvent donc en tirer avantage en allant plus souvent chez le médecin dans le cas d une assurance santé (surconsommation médicale). Considérons les deux situations suivantes : Le patron du restaurant «La table à repasser» est inquiet pour la réputation de son établissement. Il a eu vent de rumeurs prétendant que l état de ses cuisines laisserait à désirer. Aujourd hui, Erwan a un entretien d embauche pour un poste de trader. Il est intéressé par ce poste, c est pourquoi il souhaiterait vraiment montrer au recruteur qu il a le meilleur profil. Dans chacun de ces deux cas, expliquez comment le patron de «La table à repasser» et Erwan peuvent résoudre les problèmes liés aux asymétries d information. Quelque soit la situation, ces deux agents doivent résoudre le problème d asymétrie d information par l envoi d un signal à l autre partie contractante (les clients ou le futur employeur). Erwan peut envoyer un signal faible en s habillant correctement et en soignant sa présentation, ou un signal fort avec un CV mentionnant ses diplômes, les établissements dans lesquels il les a obtenus, afin d informer l employeur sur sa productivité. Le patron du restaurant peut organiser des journées portes ouvertes pour que ses clients visitent sa cuisine, il peut essayer d obtenir un label garantissant la propreté de ses cuisines, etc. Remarque : la référence à la notion de signal n était pas obligatoire. 2/8

3 Q.C.M. (2 POINTS) Réponses correctes surlignées Question n 1 I. A long terme, les profits économiques sont nuls en concurrence pure et parfaite, en monopole et en concurrence monopolistique. II. A court terme la tarification en concurrence monopolistique sera identique à celle de concurrence pure et parfaite. a. I est vraie, II est fausse b. I est fausse, II est vraie c. I et II sont vraies d. I et II sont fausses Question n 3 I. Lorsque la production d un bien entraîne une externalité négative, la quantité produite à l équilibre de marché aura tendance à être inférieure à la quantité produite à l optimum social. II. La création d un aéroport n engendre que des externalités négatives. a. I est vraie, II est fausse b. I est fausse, II est vraie c. I et II sont vraies d. I et II sont fausses Question n 2 I. Les hypothèses de concurrence pure et parfaite relâchées en monopole et en concurrence monopolistique sont les mêmes. II. Une plus faible différenciation d un bien entraîne une hausse de l élasticité prix directe de la demande pour ce bien. a. I est vraie, II est fausse b. I est fausse, II est vraie c. I et II sont vraies d. I et II sont fausses Question n 4 I. La productivité marginale du facteur travail désigne l accroissement de la production entraîné par le doublement de la quantité utilisée de tous les facteurs. II. Une entreprise a intérêt à embaucher une quantité de travailleurs de telle sorte que la productivité marginale en valeur du travail soit égale au taux de salaire. a. I est vraie, II est fausse b. I est fausse, II est vraie c. I et II sont vraies d. I et II sont fausses APPLICATION: WHAT ELSE? (13 POINTS) 3. A la lecture des documents n 1 et 2, quelle structure de marché vous semble la plus appropriée pour analyser le marché du café en dosettes? Justifiez votre réponse avec précision. A la lecture du document n 1, on peut constater que l hypothèse d atomicité des agents, si elle semble assez bien respectée du côté de la demande, n est pas vérifiée du point de vue de l offre. En effet, ce marché est assez fortement concentré comme en témoigne l indice de concentration (CR 4 = 92.5). Notons que le caractère très concentré de l offre peut encore être plus marqué si l on intègre le fait que deux variétés (Dolce Gusto et Nespresso) sont en réalité produites par une même entreprise (Nestlé). On peut alors conclure à une structure de type oligopolistique comprenant deux voire trois acteurs dominants et une frange concurrentielle. Cependant, il faut également considérer le document n 2 qui nous renseigne à propos de la qualité des capsules vendues sur ce marché. De ce point de vue, on peut constater l importance des facteurs de différenciation des produits sur ce marché : goût, couleur, forme, etc. Ceci est conforme au modèle de concurrence monopolistique pour lequel un bien vendu (capsule) est disponible sous de nombreuses variétés qui chacune s adressent à un segment de marché. Notons cependant que dans cette structure de marché, le nombre de variétés devrait être potentiellement important car l entrée sur ce marché est libre. Nous n avons pas, d après les documents 1 et 2, assez d informations à propos de la libre entrée sur ce marché. Par conséquent, la structure la plus adéquate pour qualifier le marché des capsules semble être un oligopole avec produits différenciés, car ce marché oscille entre oligopole et concurrence monopolistique. 3/8

4 Remarques générales : Cette question a été globalement réussie. Comme nous l avions vu en TD, il était également possible de vérifier une à une les conditions de la concurrence pure et parfaite avant de conclure. Les réponses sans justifications (du type «c est un marché de concurrence monopolistique» n ont pas été considérées. La justification de votre réponse mesure votre capacité à argumenter des discuter des concepts et importe autant que la réponse finale. La réponse «oligopole avec produit différenciés» n était pas attendue directement. Il était cependant demandé de faire ressortir les deux structures de marché (concurrence monopolistique et oligopole) même si vous pouviez conclure en faveur de l une ou de l autre. Certaines réponses sont incomplètes : deux documents vous sont proposés : il s agit donc bien d utiliser ces deux documents, car tous les deux fournissent des informations complémentaires! Si vous vous focalisez sur le document n 2, vous en oubliez le caractère oligopolistique du marché. Si vous vous focalisez sur le document n 1, la différenciation «poussée à l extême» sur ce marché peut vous échapper. La situation initiale est la suivante : le prix initial d une capsule Nespresso est de 40, celui d une capsule Senseo est de 30, celui d une capsule Dolce Gusto est de 35. Le prix initial d une cafetière Nespresso est de Remarques à propos des questions et 7 : Pour certains, la rédaction de ces questions est insuffisante. On ne s attend pas uniquement à une formule de calcul : votre rédaction doit montrer ce que vous faites et l on doit comprendre quel est votre raisonnement. Lorsque l énoncé précise «en déduire», cela signifie que votre réponse doit s appuyer sur la réponse précédente. Il est curieux d observer parfois des réponses contradictoires dans une même réponse (par exemple, vous affirmez un résultat, puis, à la ligne suivante, votre réponse s appuie sur l affirmation contraire)! Dans ce cas, aucun point n est accordé, car cela signifie que le sens du concept n est pas maitrisé. Vous ne pouvez pas vous contenter de formules imprécises. Par exemple, lorsque l énoncé vous demande de préciser «l impact sur la demande», la réponse «la demande va probablement augmenter» ne convient pas sachant que vous avez toutes les informations pour dire si elle augmente ou non (il n est pas utile d anticiper ici votre cours de probabilités ) et aussi, vous devez être capable de quantifier cette augmentation ou cette baisse. Vérifiez toujours si vos réponses sont plausibles o Que signifie une demande négative? Consommez-vous «-10» capsules de café? o Certains trouvent que les biens «machines à café Nespresso» et «capsules Nespresso» sont des biens substituables : si, un matin, vous êtes en panne de ces précieuses capsules, vous arrive-t-il d aller acheter une machine à café en dépannage??? o Lorsqu un résultat vous parait aberrant, même si vous n arrivez pas, durant l épreuve, à identifier la source de votre erreur, le fait de laisser des résultats aberrants sans aucune justification donne le sentiment à votre correcteur que vous n avez pas réfléchi au sens même de l exercice. o Pour le calcul de l élasticité, le calcul avec le point moyen ou le point de départ étaient tous les deux acceptés. 4/8

5 4. Quelle sera la demande initiale de capsules Nespresso? Nous pouvons déterminer la demande initiale en remplaçant les prix et quantités consommées dans la fonction de demande : Demande de capsules = (20x40) + (10x30) + (5x35) = 675 Compte tenu de la situation initiale, la demande sera donc de 675 unités. 5. Le prix d une machine à café Nespresso augmente de 1%. Quel sera l impact de cette augmentation de prix sur la demande de capsules Nespresso? En déduire l élasticité-prix croisée correspondante. Comment nomme-t-on ces types de biens? Si le prix d une machine à café Nespresso augmente de 1%, cela se traduit à un prix désormais égal à En tenant compte de ce nouveau prix dans la fonction de demande, on constate que la demande s élève désormais à 525, soit une augmentation de - 22% par rapport à la demande initiale. L élasticité prix-croisée mesure la sensibilité de la demande d un bien (ici la demande de capsules) lorsque le prix d un bien alternatif est modifié. Elle se calcule comme le rapport entre le taux de variation des quantités demandées et le taux de variation du prix du bien alternatif. Nous connaissons déjà ces deux taux de croissance (respectivement et 0.01), nous pouvons donc, sans calcul supplémentaire, conclure que l élasticité prix croisée est ici de -22. Cette élasticité prix croisée est négative, ce qui implique que machine à café et capsules sont des biens complémentaires. Ceci est bien conforme à l intuition. 6. Revenons à la situation initiale. Le prix d une capsule Senseo augmente à présent de 5%. Quel sera l impact de cette augmentation de prix sur la demande de capsules Nespresso? En déduire l élasticité-prix croisée correspondante. Comment nomme-t-on ces types de biens? Comme précédemment, on peut calculer la demande résultant de cette hausse de prix (690 unités) et en déduire le taux de croissance de la demande. On en déduit immédiatement l élasticité prix croisée (0.02/0.05 soit 0.42). Cette élasticité-prix croisée est positive, nous sommes donc en présence de biens substituables, ce qui est conforme à l intuition (les capsules Senseo et Nespresso sont deux variétés d un même bien en concurrence l une avec l autre). 7. Revenons à la situation initiale. Le prix d une capsule Dolce Gusto augmente de 5%. Calculez l élasticité-prix croisée correspondante. Comparez les résultats obtenus à la question 5 à ceux obtenus à la question 4. Déduire de la réponse précédente quelle marque de capsules (Senseo ou Dolce Gusto) est la plus en concurrence vis-à-vis de Nespresso. Justifiez votre réponse. Selon le raisonnement précédent, on obtient l élasticité-prix croisée vis-à-vis des capsules Dolce Gusto (0,012/0,05 = 0,24). On constate que cette élasticité est positive et par conséquent que les consommations de capsules Nespresso et Dolce Gusto sont substituables. En comparant l intensité de cette élasticité ( 0.24 < 0.42 ), on constate que l élasticité-prix croisée est supérieure vis-à-vis des produits Senseo que Dolce Gusto. Autrement, le degré de substitution entre Nespresso et Senseo est plus important qu entre Nespresso et Dolce Gusto. Pour les capsules Nespresso, la concurrence est donc plus vive vis-à-vis de Senseo que de Dolce Gusto. NB : en se rappelant que Nestlé détient à la fois Dolce Gusto et Nespresso, cela signifie que la stratégie de différenciation des produits de Nestlé est réussie. Dans le cas inverse, cela signifierait que le développement des ventes de Dolce Gusto pourrait venir «gêner» le développement des ventes de Nespresso. 5/8

6 Q Prix Recette totale Recette moyenne Recette marginale Coût total Coût moyen Coût variable moyen Coût marginal ,4 5,4 8,4 11,4 14,4 17,4 20,4 23,4 26,4 8. Définissez mathématiquement et économiquement les notions de recette totale, recette moyenne et recette marginale. Complétez le tableau n 2 puis représentez la recette marginale et la recette moyenne sur le graphique n Définissez mathématiquement et économiquement les notions de coût total, de coût moyen, de coût variable moyen et de coût marginal. Complétez le tableau n 2 puis représentez le coût moyen, le coût variable moyen et le coût marginal sur le graphique n Représentez sur le graphique n 1 la recette moyenne, la recette marginale, le coût moyen, le coût et le coût marginal Ces notions (coûts et recettes) ont été définies tant de fois en TD qu il n est plus utile de revenir sur ce point (il vous suffit de consulter vos TD pour répondre à cette question si vous avez un doute). A noter : Lorsqu il vous est demandé une définition «mathématique et économique», cela signifie que l on souhaite que vous alliez plus loin que la simple application d une formule. Lorsque certains définissent économiquement la recette marginale comme «la variation de la recette totale sur la variation des quantités» uniquement, cela signifie concrètement qu ils ne savent pas interpréter concrètement cette notion. Cela se confirme alors directement dans les questions suivantes... L intérêt d un examen n est pas que vous sachiez appliquer mécaniquement une formule (un ordinateur ou une calculatrice peuvent le faire à votre place et probablement mieux et plus vite), mais que vous sachiez interpréter vos résultats. Là est votre avantage comparatif par rapport à une machine! 6/8

7 Des tableaux de chiffres correctement remplis sans aucune formule d explication valent 0 (la réponse serait-elle due à un soudain strabisme divergent???) S agissant du graphique, le correcteur ne s attend pas à un graphique parfait, mais quelques conditions minimales sont toutefois à remplir : o Noms des axes et des courbes o Echelle graduée o Courbes correspondant au tableau de valeurs (il y a bien quelques exemples d économistes schizophrènes mais il vous faudra attendre le prix Nobel pour que cela vous soit pardonné!) o Courbes correctement positionnées les unes par rapport aux autres o Pour rappel, le coût marginal et la recette marginale tels que vous les calculez sont des approximations entre deux points (il faudrait connaitre la fonction de coût et de recette pour calculer la valeur préciser à l aide de la dérivée). Par conséquent, dans votre graphique, vous devriez utiliser le point moyen (en abscisses) pour représenter ces deux courbes. 11. L objectif de Nestlé est de maximiser le profit réalisé grâce à la vente de capsules Nespresso. A quelle condition ce profit sera-t-il maximal? Déduire de cette condition le prix et la quantité de capsules que devra choisir Nestlé? Représentez ce point sur votre graphique. Quel sera le profit ainsi réalisé? Sur sa variété, Nestlé est en situation de concurrence monopolistique. Son profit est donc maximisé lorsque son cout marginal égale sa recette marginale. Ces deux notions ont été calculées à la question précédente. On en déduit donc que Nestlé devrait produire une quantité de 575 unités et vendre cette production à un prix de 45 (d après la courbe de recette moyenne). Son profit sera alors de ( ). On vérifie par le calcul que ce profit ne peut être plus important. Remarques : Cette question a été peu réussie, alors que ce point a été vu de nombreuses fois en TD. Vous aviez l occasion, en calculant le profit, de vérifier votre question. Faites-le! Pour certains, vous vérifierez que votre réponse est erronée et pourrez rectifier le tir à temps 12. A la lecture du document précédent, quelles sont les évolutions possibles quant à la structure du marché des dosettes? Comment ces évolutions se traduiront-elles sur le graphique n 1? En quoi cela modifiera la stratégie de Nespresso à court et à long terme. Justifiez votre réponse à l aide d un graphique approprié. Le document précédent nous indique que L Or Maison du café (marque détenue par le groupe Sara Lee corporation) a souhaité entrer sur le marché des capsules. Pour ce faire, ce groupe a proposé des capsules entièrement compatibles avec les machines Nespresso (alors que Nespresso était le seul fournisseur de capsules compatibles avec ses machines auparavant). La structure du marché pourrait évoluer de deux façons différentes. Dans le premier cas, on pourrait supposer que les capsules proposées par L Or Maison du café soient considérées par les consommateurs comme des biens identiques aux capsules Nespresso. Dans ce cas, les deux biens seraient des substituts parfaits et, sur le segment des capsules compatibles Nespresso, nous aurions affaire à un duopole (puis, avec l arrivée d autres concurrents, un oligopole) puisque les produits seraient parfaitement homogènes. A la lecture du texte, cela semble ne pas être tout à fait le cas. L entrée de L Or Maison du café se traduirait plutôt par l arrivée d une nouvelle variété sur le marché (aluminium/plastique, parfum, etc.). Si les biens restent donc différenciés, la structure de ce marché restera proche du modèle de concurrence monopolistique mais il n en demeure pas moins que le degré de substitution entre les variétés sera plus important avec l arrivée de cette nouvelle concurrence. L arrivée d une nouvelle variété se 7/8

8 traduit donc, à court terme, par une diminution de la demande associée à Nespresso. Graphiquement, cela se traduit par un choc de demande négatif (déplacement vers la gauche des courbes de recettes moyenne et marginale). Nestlé devra modifier sa stratégie en diminuant son prix de vente et ses quantités. A long terme, l entrée de nouvelles firmes (groupe Casino, etc.) peut conduire à un équilibre de concurrence monopolistique de long terme (prix égal au coût moyen mais supérieur au seuil de rentabilité) donc pour Nespresso par des baisses de prix et de production successives. Pour contrer cette tendance, Nestlé devra proposer différentes innovations (nouveaux parfums?) ou accroître le degré de différenciation perçu par les consommateurs ou encore lancer de nouveaux produits (thé en capsules par exemple). Remarques : La question a été peu réussie. Lorsque l on évoque un changement dans les structures de marché, cela implique de décider si le marché restera un marché de concurrence monopolistique, un monopole, etc. A nouveau, certains ne sont pas très cohérents dans leurs réponses : comment peuton affirmer que le marché des dosettes est un marché concurrentiel à la question 3 et affirmer à cette question que le marché passe d une situation de monopole à une situation de concurrence??? En bons économistes, il faut vous appliquer l hypothèse de rationalité à vous-mêmes! Beaucoup se contentent d écrire que le prix de marché va diminuer (ce qui est déjà indiqué dans le texte). Il vous est demandé de vous servir du graphique précédent pour répondre à la question. La question est précise : il faut évoquer la stratégie de Nespresso (prix, qualité, quantité) et pas la situation de l ensemble des entreprises sur le marché NB : en pratique, un autre effet pourrait apparaitre : l apparition de nouvelles variétés pourrait aussi augmenter la taille totale du marché (certains consommateurs de café décidant de s équiper en machines et capsules). Ce type de réponse n a pas été proposé mais aurait été accepté! 13. Question Bonus (+ 1 point) : en quoi consiste une stratégie de subventions croisées? En quoi les évolutions mentionnées dans le document n 3 affecteront la mise en œuvre de cette stratégie? Une stratégie de subventions croisées consiste à vendre deux biens complémentaires (biens-système par exemple) et à «subventionner» la vente d un produit (prix d achat réduit) par la vente de l autre produit (prix d achat majoré). En l occurrence, Nestlé propose différentes réductions pour l achat d une machine Nespresso ce qui permet une fois le client équipé de pratiquer des prix relativement élevés pour une capsule. Cette stratégie n est valide que si Nestlé dispose d un certain monopole sur la vente de capsules compatibles avec sa machine. On conçoit donc bien que l introduction de Sara Lee sur ce marché limite la mise en œuvre de cette stratégie puisque les rabais accordés lors de la vente de machines ne pourraient que très partiellement être récupérés par la vente de capsules. En poussant l argument à l extrême, cela pourrait conduire, Nestlé à subventionner son concurrent! Remarques : très peu ont sur répondre à cette question. Pourtant, la notion de subventions croisées vous avait été présentée par T. Penard lors de sa conférence d actualité. Les conférences et les cours forment un «tout». On attend aussi de vous d être curieux et de faire le lien entre toutes les connaissances! 8/8

Q.C.M. (2 POINTS) N d anonymat : NOTES IMPORTANTES :

Q.C.M. (2 POINTS) N d anonymat : NOTES IMPORTANTES : N d anonymat : Introduction à la Microéconomique Examen final Licence 1 Economie-Gestion 2010/2011 Enseignants (cours et travaux dirigés) : N. Andries, S.Billon et E. Darmon NOTES IMPORTANTES : 1. Durée

Plus en détail

Introduction à la Microéconomie Contrôle continu Licence 1 Economie-Gestion 2009/2010 Enseignants : E. Darmon F.Moizeau B.Tarroux

Introduction à la Microéconomie Contrôle continu Licence 1 Economie-Gestion 2009/2010 Enseignants : E. Darmon F.Moizeau B.Tarroux Nom : Prénom : Num Etudiant : Groupe de TD : Introduction à la Microéconomie Contrôle continu Licence 1 Economie-Gestion 2009/2010 Enseignants : E. Darmon F.Moizeau B.Tarroux PRECISEZ ICI SI VOUS AVEZ

Plus en détail

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU 1 CHAPITRE 3: L ASYMÉTRIE D INFORMATION NOTIONS IMPORTANTES: Asymétrie d information Antisélection (ou sélection

Plus en détail

1 Questionnaire à choix multiples

1 Questionnaire à choix multiples EXAMEN FINAL mercredi 19 janvier 2011, Durée h00 Pierre Fleckinger Une attention particulière doit être portée à la rédaction et à l explication des calculs faits. Utiliser un feuillet simple pour le QCM

Plus en détail

Université des Sciences Sociales de Toulouse. TD3 L asymétrie d information

Université des Sciences Sociales de Toulouse. TD3 L asymétrie d information Université des Sciences Sociales de Toulouse Année Universitaire 2008 2009 Micro-économie - Semestre 5 - Cours de Isabelle Dubec et Yolande Hiriart TD3 L asymétrie d information Exercice 1. Les affirmations

Plus en détail

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal La demande Du consommateur Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal Plan du cours Préambule : Rationalité du consommateur I II III IV V La contrainte budgétaire Les préférences Le choix optimal

Plus en détail

Introduction à la Microéconomique Examen final Eléments de Correction Licence 1 Economie-Gestion 2008/2009 (E. Darmon)

Introduction à la Microéconomique Examen final Eléments de Correction Licence 1 Economie-Gestion 2008/2009 (E. Darmon) Introduction à la Microéconomique Examen final Eléments de Correction Licence 1 Economie-Gestion 2008/2009 (E. Darmon) Date de l épreuve : 18/12/2008 ; de 9h00 à 11h NOTES IMPORTANTES : 1. Durée de l épreuve

Plus en détail

Economie de l information

Economie de l information 1 Introduction Economie de l information Les méthodes de la microéconomie peuvent être appliquées à tout problème particulier de la vie économique De nombreuses études sont consacrées à des marchés ou

Plus en détail

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination

Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination Les problèmes d information George A. Akerlof : The Market for «Lemons»: Quality Uncertainty and the Market Mechanism (QJE, 1970) Thèmes de recherche

Plus en détail

Fiche 3.3 : Comment les marchés imparfaitement concurrentiels fonctionnent-ils?

Fiche 3.3 : Comment les marchés imparfaitement concurrentiels fonctionnent-ils? eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 3. La coordination par le marché Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 3.3 : Comment les marchés imparfaitement

Plus en détail

Asymétries d information

Asymétries d information cours Asymétries d information Département Économie HEC Automne 2015 cours Asymétrie d information Il est des contextes où des agents économiques en position de contracter ne disposent pas de la même information

Plus en détail

Chapitre 4 Quelles sont les principales défaillances du marché?

Chapitre 4 Quelles sont les principales défaillances du marché? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 12 octobre 2014 à 18:25 Chapitre 4 Quelles sont les principales défaillances du marché? Introduction Dans la réalité les marchés peuvent être défaillants dans le

Plus en détail

4. L assurance maladie

4. L assurance maladie L ASSURANCE MALADIE 73 4. L assurance maladie Comme l assurance maladie est obligatoire, toute personne domiciliée en Suisse doit être convenablement couverte. C est actuellement le cas, avec un très large

Plus en détail

ECO 3.4 les asymétries d information

ECO 3.4 les asymétries d information ECO 3.4 les asymétries d information PARTIE ECO 3. La coordination par le marché 3.1 Qu'est-ce qu'un marché? 3.2 Comment un marché concurrentiel fonctionne t il? 3.3. Comment les marchés imparfaitement

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Terminale ES Enseignement de spécialité Economie approfondie Thème n 2 : Stratégies d entreprises et politique

Plus en détail

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE.

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. Synthèse des travaux réalisés 1. Problématique La question D7 du plan d exécution du Programme National de Recherches

Plus en détail

La guerre des dosettes réveille r marché du café

La guerre des dosettes réveille r marché du café La guerre des dosettes réveille r le marché du café Article paru dans Le Figaro, le 29/09/2007. Auteur: Florentin COLLOMP Introduction Un produit qui s adapte à son marché Avant, un bon café, disponible

Plus en détail

PRÉPARATION DU BACCALAURÉAT MATHÉMATIQUES. SÉRIE ES Obligatoire et Spécialité

PRÉPARATION DU BACCALAURÉAT MATHÉMATIQUES. SÉRIE ES Obligatoire et Spécialité PRÉPARATIN DU BACCALAURÉAT MATHÉMATIQUES SÉRIE ES bligatoire et Spécialité Décembre 0 Durée de l épreuve : heures Coefficient : ou L usage d une calculatrice électronique de poche à alimentation autonome,

Plus en détail

L'ELASTICITE-PRIX I- QUAND LES PRIX VARIENT...

L'ELASTICITE-PRIX I- QUAND LES PRIX VARIENT... L'ELASTICITE-PRIX La consommation dépend, entre autre, du prix des biens et des services que l'on désire acheter. L'objectif de ce TD est de vous montrer les liens existants entre le niveau et l'évolution

Plus en détail

Marchés oligopolistiques avec vente d un bien non homogène

Marchés oligopolistiques avec vente d un bien non homogène Marchés oligopolistiques avec vente d un bien non homogène Partons de quelques observations : 1. La plupart des industries produisent un grand nombre de produits similaires mais non identiques; 2. Parmi

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

Projetde SériesTemporelles

Projetde SériesTemporelles COMMUNAUTE ECONOMIQU E ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE (CEMAC) INSTITUT SOUS REGIONAL DE STATISTIQUES ET D ECONOMIE APPLIQUEE (ISSEA) Projetde SériesTemporelles MODELISATION DE LA RENTABILITE DE L INDICE

Plus en détail

Chapitre 4 La prise en compte de l informa6on dans le modèle de marché

Chapitre 4 La prise en compte de l informa6on dans le modèle de marché Chapitre 4 La prise en compte de l informa6on dans le modèle de marché Microéconomie 2014/2015 Rappel Chapitre 1 Hypothèses du modèle canonique concurrence pure et parfaite: Atomicité des agents Biens

Plus en détail

Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013. Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé.

Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013. Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé. TES Spé Maths Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013 Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé. Vous apporterez un grand soin à la présentation et à la

Plus en détail

LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE

LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE Les relations au sein de l entreprise tendent à se complexifier depuis quelques années. L ouverture internationale multiplie en effet le

Plus en détail

Consignes pour les travaux d actualité Premier quadrimestre

Consignes pour les travaux d actualité Premier quadrimestre Consignes pour les travaux d actualité Premier quadrimestre Principes de base Durant le premier semestre, vous serez amenés à remettre un travail effectué en groupe. Le but de celui-ci est de s intéresser

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STG. Spécialités : Mercatique, Comptabilité et Finance d Entreprise, Gestion des systèmes d information.

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STG. Spécialités : Mercatique, Comptabilité et Finance d Entreprise, Gestion des systèmes d information. BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STG Spécialités : Mercatique, Comptabilité et Finance d Entreprise, Gestion des systèmes d information. SESSION 2011 ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES Mercatique, comptabilité et finance

Plus en détail

Commentaires. Michael Narayan. Les taux de change à terme

Commentaires. Michael Narayan. Les taux de change à terme Commentaires Michael Narayan L étude de Levin, Mc Manus et Watt est un intéressant exercice théorique qui vise à extraire l information contenue dans les prix des options sur contrats à terme sur le dollar

Plus en détail

Coûts de production et de distribution

Coûts de production et de distribution Le prix Coûts de production et de distribution Coûts directs et indirects Clés de répartition Coûts fixes et coûts variables Fixes : indépendants du volume de vente : amortissement des machines, salaires

Plus en détail

Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques

Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques Carine Franc CREGAS INSERM - U 537 Une définition de «l opting out» «to opt out» : choisir de ne pas participer ; [hopital, school] choisir

Plus en détail

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX 1. L effet d une variation du revenu. Les lois d Engel a. Conditions du raisonnement : prix et goûts inchangés, variation du revenu (statique comparative) b. Partie

Plus en détail

4. Offre et demande, les forces du marché

4. Offre et demande, les forces du marché 4. Offre et demande, les forces du marché Trois événements : a) Quand une vague de froid s abat sur l Espagne, le prix du jus d orange grimpe dans tous les supermarchés du pays. b) Quand la chaleur estivalle

Plus en détail

P. Krugman & R. Wells, Microéconomie, De Boeck, 2009.

P. Krugman & R. Wells, Microéconomie, De Boeck, 2009. Document 1 : qu est-ce qu un monopole? Depuis des générations les diamants sont symboles de luxe, valorisés non seulement pour leur apparence mais aussi pour leur rareté. Mais les géologues vous diront

Plus en détail

Comment choisir sa machine à café?

Comment choisir sa machine à café? + Comment choisir sa machine à café? Sommaire Ø Choix n 1 : la cafetière à filtre Ø Choix n 2 : les machines expresso Ø Choix n 3 : les machines à dosettes Ø Choix n 4 : Le percolateur ou l expresso broyeur

Plus en détail

Joueur B Pierre Feuille Ciseaux Pierre (0,0) (-1,1) (1,-1) Feuille (1,-1) (0,0) (-1,1) Ciseaux (-1,1) (1,-1) (0.0)

Joueur B Pierre Feuille Ciseaux Pierre (0,0) (-1,1) (1,-1) Feuille (1,-1) (0,0) (-1,1) Ciseaux (-1,1) (1,-1) (0.0) CORRECTION D EXAMEN CONTROLE CONTINU n 1 Question de cours Question 1 : Les équilibres de Cournot et de Stackelberg sont des équilibres de situation de duopole sur un marché non coopératif d un bien homogène.

Plus en détail

L olivier Assurances Licence 3 Econométrie Lyon II

L olivier Assurances Licence 3 Econométrie Lyon II 15 novembre 2013 L olivier Assurances Licence 3 Econométrie Lyon II Pascal Gonzalvez 1 L olivier Assurances et le Groupe Admiral Segmentation et tarification en assurance auto Autres applications de la

Plus en détail

F7n COUP DE BOURSE, NOMBRE DÉRIVÉ

F7n COUP DE BOURSE, NOMBRE DÉRIVÉ Auteur : S.& S. Etienne F7n COUP DE BOURSE, NOMBRE DÉRIVÉ TI-Nspire CAS Mots-clés : représentation graphique, fonction dérivée, nombre dérivé, pente, tableau de valeurs, maximum, minimum. Fichiers associés

Plus en détail

Options, Futures, Parité call put

Options, Futures, Parité call put Département de Mathématiques TD Finance / Mathématiques Financières Options, Futures, Parité call put Exercice 1 Quelle est la différence entre (a) prendre une position longue sur un forward avec un prix

Plus en détail

Chapitre 20. Les options

Chapitre 20. Les options Chapitre 20 Les options Introduction Les options financières sont des contrats qui lient deux parties. Les options existent dans leur principe depuis plusieurs millénaires, mais elles connaissent depuis

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL. MATHÉMATIQUES Série ES

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL. MATHÉMATIQUES Série ES BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2015 MATHÉMATIQUES Série ES Durée de l épreuve : 3 heures Coefficient : 7 (ES) ES : ENSEIGNEMENT DE SPECIALITE Les calculatrices électroniques de poche sont autorisées conformément

Plus en détail

ECO L1 - - Qu est-ce que l économie? modèles micro et macroéconomiques. ECO L1 - Université de Tours, Arnold Chassagnon, Septembre 2013

ECO L1 - - Qu est-ce que l économie? modèles micro et macroéconomiques. ECO L1 - Université de Tours, Arnold Chassagnon, Septembre 2013 ECO L1 - - Qu est-ce que l économie? modèles micro et macroéconomiques - ECO L1 - Université de Tours, Arnold Chassagnon, Septembre 2013 PLAN DE LA CONFERENCE Introduction à l Analyse économique - Maximisation

Plus en détail

FORMULES DE CALCUL. Prix = PV TTC = PV HT x (1 + taux de TVA) TVA = PV HT x taux de TVA PV HT = PV TTC 1 + taux de TVA

FORMULES DE CALCUL. Prix = PV TTC = PV HT x (1 + taux de TVA) TVA = PV HT x taux de TVA PV HT = PV TTC 1 + taux de TVA FORMULES DE CALCUL Le prix : Prix = PV TTC = PV HT x (1 + taux de TVA) TVA = PV HT x taux de TVA PV HT = PV TTC 1 + taux de TVA Ex : PV TTC = 250 x 1,196 = 299. TVA = 250 x 19,6 % = 49. PV HT = 299 = 250.

Plus en détail

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne hapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne I : La fonction de consommation keynésienne II : Validations et limites de la fonction de consommation keynésienne III : Le choix de consommation

Plus en détail

«BONUS MALUS» (exercice exploitant les changements de registre) (D après Académie de Strasbourg)

«BONUS MALUS» (exercice exploitant les changements de registre) (D après Académie de Strasbourg) «BONUS MALUS» (exercice exploitant les changements de registre) (D après Académie de Strasbourg) Le propriétaire d un véhicule automobile est tenu d assurer sa voiture auprès d une compagnie d assurances.

Plus en détail

S INFORMER ENTREPRISES

S INFORMER ENTREPRISES GUIDE POUR AGIR Comment S INFORMER sur les métiers et les ENTREPRISES J ORGANISE MA RECHERCHE Avec le soutien du Fonds social européen Pourquoi vous informer? Pour être efficace, une recherche d emploi

Plus en détail

Méthode : On raisonnera tjs graphiquement avec 2 biens.

Méthode : On raisonnera tjs graphiquement avec 2 biens. Chapiittrre 1 : L uttiilliitté ((lles ménages)) Définitions > Utilité : Mesure le plaisir / la satisfaction d un individu compte tenu de ses goûts. (On s intéresse uniquement à un consommateur rationnel

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1.

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1. Management Stratégique Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1 Plan du Module 3 Chap.3- Les modèles fondés sur la structure des marchés

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 3 La coordination par le marché Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 3.2 : Comment un marché concurrentiel fonctionne-t-il?

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot Chapitre 5 Arithmétique binaire L es codes sont manipulés au quotidien sans qu on s en rende compte, et leur compréhension est quasi instinctive. Le seul fait de lire fait appel au codage alphabétique,

Plus en détail

Cas Crédit Agricole - Crédit Lyonnais

Cas Crédit Agricole - Crédit Lyonnais Cas Crédit Agricole - Crédit Lyonnais Thierry Pénard Mai 2004 Crédit Agricole-Crédit Lyonnais Le leader sur le marché bancaire français 9 100 agences avec deux réseaux différents 21 millions de clients

Plus en détail

mais on suppose maintenant que ses préférences sont représentées par la fonction

mais on suppose maintenant que ses préférences sont représentées par la fonction Ecole Nationale de la Statistique et de l Administration Economique 2ème année, 1er semestre, 2007/2008 Examen de Macroéconomie Stéphane Gauthier 2 heures, sans document ni calculatrice 1. Questions de

Plus en détail

CHAPITRE 1 : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ

CHAPITRE 1 : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ CHAPITRE : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ..Introduction.2. Le point de départ de l analyse micro-économique du consommateur.3. La fonction de demande individuelle.4. Effets

Plus en détail

Analyse du comportement individuel et collectif des professionnels. des professionnels forestiers face aux risques

Analyse du comportement individuel et collectif des professionnels. des professionnels forestiers face aux risques Analyse du comportement individuel et collectif des professionnels forestiers face aux risques Réflexion sur la dimension assurantielle Carrefours de l innovation agronomique. Sylviculture, Forêts et Tempêtes,

Plus en détail

Devoir Surveillé n 5 BTS 2009 groupement B

Devoir Surveillé n 5 BTS 2009 groupement B EXERCICE 1 (12 points) Devoir Surveillé n 5 BTS 2009 groupement B Les trois parties de cet exercice peuvent être traitées de façon indépendante. A. Résolution d une équation différentielle On considère

Plus en détail

SESSION 2011 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE. Sciences et Technologies de la Gestion. Communication et Gestion des Ressources Humaines MATHÉMATIQUES

SESSION 2011 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE. Sciences et Technologies de la Gestion. Communication et Gestion des Ressources Humaines MATHÉMATIQUES SESSION 2011 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de la Gestion Communication et Gestion des Ressources Humaines MATHÉMATIQUES Durée de l épreuve : 2 heures Coefficient : 2 Dès que le sujet

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

Les mutuelles de prévention

Les mutuelles de prévention Les modes de tarification de la Commission sur la Santé et Sécurité au Travail (CSST) Annuellement, chaque employeur doit remettre à la CSST une prime dont le montant est calculé selon le taux de prime.

Plus en détail

Document de recherche. Exigences de capital pour l assurance maladies graves

Document de recherche. Exigences de capital pour l assurance maladies graves Document de recherche Exigences de capital pour l assurance maladies graves Une recommandation de la Commission sur la gestion des risques et le capital requis de l ICA Juin 2011 Document 211060 This publication

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

G U I D E À l intention des personnes désirant ACHETER ou VENDRE

G U I D E À l intention des personnes désirant ACHETER ou VENDRE G U I D E À l intention des personnes désirant ACHETER ou VENDRE du quota de POULET ou de DINDON Le «Règlement sur la production et la mise en marché du poulet» est en attente d approbation par la RMAAQ.

Plus en détail

Les devoirs en Première STMG

Les devoirs en Première STMG Les devoirs en Première STMG O. Lader Table des matières Devoir sur table 1 : Proportions et inclusions....................... 2 Devoir sur table 1 : Proportions et inclusions (corrigé)..................

Plus en détail

SESSION 2014 MATHÉMATIQUES. Série : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION STMG. DURÉE DE L ÉPREUVE : 3 heures COEFFICIENT : 3

SESSION 2014 MATHÉMATIQUES. Série : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION STMG. DURÉE DE L ÉPREUVE : 3 heures COEFFICIENT : 3 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2014 MATHÉMATIQUES Série : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION STMG DURÉE DE L ÉPREUVE : 3 heures COEFFICIENT : 3 Calculatrice autorisée, conformément

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés

Plus en détail

BONUS MALUS. Voici, la façon de calculer la prime : Le montant de la prime à acquitter est égale à : P = PB. C où : P

BONUS MALUS. Voici, la façon de calculer la prime : Le montant de la prime à acquitter est égale à : P = PB. C où : P BONUS MALUS Le propriétaire d un véhicule automobile est tenu d assurer sa voiture auprès d une compagnie d assurances. Pour un véhicule donné, le propriétaire versera annuellement une «prime» à sa compagnie.

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

Lecture graphique. Table des matières

Lecture graphique. Table des matières Lecture graphique Table des matières 1 Lecture d une courbe 2 1.1 Définition d une fonction.......................... 2 1.2 Exemple d une courbe........................... 2 1.3 Coût, recette et bénéfice...........................

Plus en détail

b. Détermination du coût de Production------------------------------------------------14

b. Détermination du coût de Production------------------------------------------------14 I. INTRODUCTION ----------------------------------------------------------------------------------- 3 II. LA PAGE DE COUVERTURE ------------------------------------------------------------------ 5 III.

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

Baccalauréat L spécialité Métropole La Réunion septembre 2008

Baccalauréat L spécialité Métropole La Réunion septembre 2008 Baccalauréat L spécialité Métropole La Réunion septembre 2008 L usage d une calculatrice est autorisé Ce sujet ne nécessite pas de papier millimétré 3 heures EXERCICE 1 4 s Un magasin de matériels informatiques

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2012 OBLIGATOIRE MATHÉMATIQUES. Série S. Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2012 OBLIGATOIRE MATHÉMATIQUES. Série S. Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2012 MATHÉMATIQUES Série S Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE Les calculatrices électroniques de poche sont autorisées, conformément à la

Plus en détail

Production des Services d Assurance non-vie selon le SCN 2008

Production des Services d Assurance non-vie selon le SCN 2008 REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie ---------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ---------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work Fatherland ---------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS ----------

Plus en détail

industriall European Trade Union revendique une réglementation des plateformes numériques monopolistiques

industriall European Trade Union revendique une réglementation des plateformes numériques monopolistiques Version 2 industriall European Trade Union revendique une réglementation des plateformes numériques monopolistiques Contribution du point de vue des travailleurs du secteur de la fabrication Les plateformes

Plus en détail

Les Conditions Générales De Vente

Les Conditions Générales De Vente Les Conditions Générales De Vente Les CGV: visent à encadrer les relations entre cocontractants ; interviennent aussi bien dans les relations contractuelles entre professionnels (le plus souvent fournisseur-

Plus en détail

CEM: les comptes d épargne médicale

CEM: les comptes d épargne médicale CEM: les comptes d épargne médicale 1. Situation Le financement du système suisse de santé est à l évidence en passe de devenir un des sujets les plus discutés au cours du siècle. Comme dans la plupart

Plus en détail

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit PCI -TD _ Centres Resp et Profit_Correction CAS.doc 1 / 28 CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit INTRODUCTION SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 1 NOTIONS

Plus en détail

CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX. Corrigés des cas : Emprunts

CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX. Corrigés des cas : Emprunts CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX Corrigés des cas : Emprunts Remboursement par versements périodiques constants - Cas E1 Objectifs : Construire un échéancier et en changer la périodicité, Renégocier un emprunt.

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

Programme «Société et Avenir»

Programme «Société et Avenir» Programme «Société et Avenir» Rapport final volet «Synthèse de recherche» 1 CONTRAT DE RECHERCHE : TA/00/23 ACRONYME DU PROJET : REFBARIN TITRE : «RÉFORME DU MARCHÉ DES BIENS ET SERVICES, NÉGOCIATION SALARIALE

Plus en détail

Primaire. analyse a priori. Lucie Passaplan et Sébastien Toninato 1

Primaire. analyse a priori. Lucie Passaplan et Sébastien Toninato 1 Primaire l ESCALIER Une activité sur les multiples et diviseurs en fin de primaire Lucie Passaplan et Sébastien Toninato 1 Dans le but d observer les stratégies usitées dans la résolution d un problème

Plus en détail

Solutions d assurance pour les propriétaires de petite entreprise

Solutions d assurance pour les propriétaires de petite entreprise Solutions d assurance pour les propriétaires de petite entreprise Les petites entreprises échouent pour diverses raisons : manque de planification, gestion déficiente, financement inadéquat, ralentissement

Plus en détail

Chapitre 3: L asymétrie d information

Chapitre 3: L asymétrie d information Chapitre 3: L asymétrie d information Introduction La sélection adverse: le modèle d Akerlof Self selection screening: le modèle de Stiglitz Signaling: le modèle de Spence 1 Introduction Qu'est-ce qu'il

Plus en détail

Etude de Marché Marketing Une tendance: le café en dosettes

Etude de Marché Marketing Une tendance: le café en dosettes Etude de Marché Marketing Une tendance: le café en dosettes Sommaire I. Analyse de la demande II. Analyse de l offre III. Les entreprises IV. Innovations V. Relevé du linéaire Introduction Le café est

Plus en détail

Mercredi 24 Juin 2015

Mercredi 24 Juin 2015 BACCALAURÉAT GÉNÉRAL Session 2015 MATHÉMATIQUES Série ES ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE Durée de l épreuve : 3 heures coefficient : 5 MATHÉMATIQUES Série L ENSEIGNEMENT DE SPÉCIALITÉ Durée de l épreuve : 3 heures

Plus en détail

Principe et règles d audit

Principe et règles d audit CHAPITRE 2 Principe et règles d audit 2.1. Principe d audit Le principe et les règles d audit suivent logiquement l exposé précédent. D abord, comme dans toute branche de l activité d une entreprise, l

Plus en détail

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise Etude de marché Selon l Agence Pour la Création d Entreprise (APCE), 70% des cas de défaillance ont pour origine la mauvaise qualité des études de marché, que celles-ci soient mal réalisées ou de manière

Plus en détail

Complément d information concernant la fiche de concordance

Complément d information concernant la fiche de concordance Sommaire SAMEDI 0 DÉCEMBRE 20 Vous trouverez dans ce dossier les documents correspondants à ce que nous allons travailler aujourd hui : La fiche de concordance pour le DAEU ; Page 2 Un rappel de cours

Plus en détail

Rédiger et administrer un questionnaire

Rédiger et administrer un questionnaire Rédiger et administrer un questionnaire Ce document constitue une adaptation, en traduction libre, de deux brochures distinctes : l une produite par l American Statistical Association (Designing a Questionnaire),

Plus en détail

NOTICE MÉTHODOLOGIQUE SUR LES OPTIONS DE CHANGE

NOTICE MÉTHODOLOGIQUE SUR LES OPTIONS DE CHANGE NOTICE MÉTHODOLOGIQUE SUR LES OPTIONS DE CHANGE Avec le développement des produits dérivés, le marché des options de change exerce une influence croissante sur le marché du change au comptant. Cette étude,

Plus en détail

L épreuve composée en première ES : un exemple d évaluation formative.

L épreuve composée en première ES : un exemple d évaluation formative. L épreuve composée en première ES : un exemple d évaluation formative. L épreuve composée en SES peut s identifier à la réalisation d une tâche complexe nécessitant des compétences. Pour réaliser une tâche

Plus en détail

Bac Blanc Terminale ES - Février 2011 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures)

Bac Blanc Terminale ES - Février 2011 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures) Bac Blanc Terminale ES - Février 2011 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures) Eercice 1 (5 points) pour les candidats n ayant pas choisi la spécialité MATH Le tableau suivant donne l évolution du chiffre

Plus en détail

Seconde Généralités sur les fonctions Exercices. Notion de fonction.

Seconde Généralités sur les fonctions Exercices. Notion de fonction. Seconde Généralités sur les fonctions Exercices Notion de fonction. Exercice. Une fonction définie par une formule. On considère la fonction f définie sur R par = x + x. a) Calculer les images de, 0 et

Plus en détail

WEBINAIRE SUR LE SUIVI DE TENDANCES

WEBINAIRE SUR LE SUIVI DE TENDANCES WEBINAIRE SUR LE SUIVI DE TENDANCES Le 16/02/2012 à 21H Présenté par Gilles SANTACREU (Boursikoter.com) En partenariat avec CMC Markets 1 Gilles SANTACREU, 43 ans - Webmaster et fondateur du site Boursikoter.com

Plus en détail

Exercice du cours Gestion Financière à Court Terme : «Analyse d un reverse convertible»

Exercice du cours Gestion Financière à Court Terme : «Analyse d un reverse convertible» Exercice du cours Gestion Financière à Court Terme : «Analyse d un reverse convertible» Quand la trésorerie d une entreprise est positive, le trésorier cherche le meilleur placement pour placer les excédents.

Plus en détail

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance pour Note méthodologique Etude réalisée pour:

Plus en détail

Qu est-ce que l effet de levier?

Qu est-ce que l effet de levier? EMPRUNTER POUR INVESTIR : CE N EST PAS POUR TOUT LE MONDE Qu est-ce que l effet de levier? L effet de levier consiste à investir en empruntant une partie ou la totalité des sommes. De cette façon, vous

Plus en détail