Chapitre 4 La prise en compte de l informa6on dans le modèle de marché

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 4 La prise en compte de l informa6on dans le modèle de marché"

Transcription

1 Chapitre 4 La prise en compte de l informa6on dans le modèle de marché Microéconomie 2014/2015

2 Rappel Chapitre 1 Hypothèses du modèle canonique concurrence pure et parfaite: Atomicité des agents Biens homogènes Informa6on parfaitement partagée Libre entrée et sor6e sur le marché

3 1- Asymétries d informa6on et rente informa6onnelle Asymétrie d informa6on: 1. Un des protagonistes à un échange en sait plus que l autre au sujet de ce qui est échangé (un bien, un service) 2. Informa6on mal partagée 2 types d asymétries d informa6on: Sélec6on adverse (an6 sélec6on) Aléa moral (risque moral) Les asymétries d informa6on confèrent un pouvoir par6culier à un des protagonistes de l échange (une rente informa+onnelle), dont il va chercher à profiter. L exploita6on de ceve rente informa6onnelle perturbe le «bon fonc6onnement» des marchés. La main invisible n opère plus. Des mécanismes correcteurs doivent être mis en place

4 1- Asymétries d informa6on et rente informa6onnelle Sélec6on adverse: 1. Une caractéris6que inaltérable du bien ou service échangé n est pas observable par l un des par6cipants à l échange 2. Asymétrie ex ante: ce qui fait l objet d une informa6on non partagée préexiste à la réalisa6on de la transac6on 3. Concerne généralement la qualité d un bien proposé en échange 4. S applique aux échanges de biens et de services Exemples: Quelqu un qui vend son véhicule en sait plus au sujet de la qualité de la voiture qu un acheteur Un assuré en sait plus sur son profil de risque que son assureur.

5 1- Asymétries d informa6on et rente informa6onnelle Aléa moral 1. Asymétrie d informa6on ex post: ce qui fait l objet d une informa6on non partagée se produit une fois les termes de la transac6on (généralement un contrat) arrêtés 2. Ne concerne pas les biens mais essen6ellement les échanges de services (d où la référence fréquente à un contrat). 3. Aléa moral = non respect d un engagement de la part d un protagoniste ou modifica6on de comportement une fois le contrat signé. 4. CeVe modifica6on de comportement conduit à un résultat moins intéressant pour l autre par6e du contrat. La transac6on n est plus mutuellement avantageuse. 5. Exemple: prise de risque excessive des banques, qui bénéficient implicitement d une garan6e publique

6 2 La sélec6on adverse 2.1. Fonc6onnement d un marché en situa6on de sélec6on adverse George A. Akerlof, 1970, The Market for Lemons: Quality Uncertainty and the Market Mechanism, Quaterly Journal of Economics Idée fondamentale de l ar6cle: Fonc6onnement d un marché de CPP: les ajustements de prix conduisent à maximiser les échanges et les surplus collec6fs Fonc6onnement d un marché en situa6on de sélec6on adverse: les ajustements de prix conduisent à réduire les échanges, voire les empêcher totalement parfois. Les surplus ne sont plus maximisés.

7 2 La sélec6on adverse Exemple d Akerlof - un marché d un modèle de voitures: 1. 2 segments: neuf et occasion 2. 2 qualités de voitures: Mauvaise qualité (Lemon), présentant un défaut d origine Bonne qualité, sans aucun défaut 3. Le défaut d origine est invérifiable sur un véhicule en par6culier, sans avoir conduit le véhicule un certain temps. 4. Connaissance partagée: une propor6on q des véhicules construits présentent ce défaut

8 2 La sélec6on adverse Voitures neuves: pas d asymétries d informa6ons Voitures d occasion: asymétries d informa6ons, les vendeurs en savent plus que les acheteurs Voitures d occasion: Impossibilité de fixer des prix en fonc6on du type de véhicule Fixa6on d un prix moyen ini6al, fondé sur la propor6on (q, 1- q) Vendeurs de bons véhicules ont intérêt à se re6rer du marché (exploita6on de leur rente informa6onnelle) Hausse de la part des mauvais véhicules => baisse du prix moyen Résultat: La spirale de prix à la baisse chasse les bons véhicules du marché de l occasion. Moins de véhicules à vendre, et de moindre qualité

9 2 La sélec6on adverse Illustra6on 6rée de Wasmer (Principes de microéconomie Méthodes empiriques et théories modernes, Pearson, 2010) Marché: 100 vendeurs de voitures et 100 acheteurs 50 voitures sans défaut, 50 avec défaut Vendeurs valorisent 2000 une bonne voiture et 1000 une mauvaise Acheteurs valorisent 2400 une bonne voiture et 1200 une mauvaise Agents neutres au risque

10 2 La sélec6on adverse Variante 1 Informa6on parfaite Equilibre de marché 50 transac6ons de bons véhicules, avec des prix individuels compris entre 2000 et 2400 euros 50 transac6ons de véhicules mauvaises, avec des prix individuels compris entre 1000 et 1200 euros Résultats Quan6té échangée: 100 véhicules Surplus collec6f: 50* *200 =

11 2 La sélec6on adverse Variante 2 Informa6on incomplète mais symétrique Les acteurs raisonnent en termes de valeur espérée: 1500 pour un vendeur, 1800 pour un acheteur Equilibre de marché 100 transac6ons, prix individuels compris entre 1500 et 1800 euros Résultats Quan6té échangée: 100 véhicules Surplus collec6f: 100*300 =

12 2 La sélec6on adverse Variante 3 Informa6on asymétrique Pour un vendeur, bonne voiture = 2000 et mauvaise voiture = 1000 Pour un acheteur, une voiture = 1800 Equilibre de marché Bonnes voitures progressivement écartées des échanges 50 transac6ons de mauvaises voitures, prix unitaire compris entre 1000 et 1200 euros Résultats Quan6té échangée: 50 véhicules Surplus collec6f: 50*200 =

13 2 La sélec6on adverse 2.2 Les solu6ons aux problèmes posés par la sélec6on adverse Objec6f: renforcer l informa6on sur le marché, afin de mieux dis6nguer les biens de qualité des autres Quelques exemples de disposi6fs (liés au contexte d applica6on): - À l ini6a6ve des pouvoirs publics: contrôle technique automobile pour mieux dis6nguer la qualité des voitures, obliga6on d assurance automobile pour éviter la sélec6on adverse (retrait des bons risques) - À l ini6a6ve des vendeurs: garan6es de non défaut comme gage de qualité, développement de marques, effort à cons6tuer une bonne réputa6on, mécanismes révélateurs dans le choix des polices d assurance (délai de carence, assurance à la carte)

14 3 L aléa moral 3.1. L incidence de l aléa moral dans les transac6ons marchandes Exemple d un conducteur automobile qui contracte une assurance rou6ère Sans assurance, un conducteur s efforce à être prudent au volant, afin de limiter les sinistres. Son aversion au risque le conduit à chercher un assureur pour l assurer «tout risque». Un assureur est disposé à l assurer «tout risque», lui proposant une prime d assurance fixe et faible (mais profitable) en raison de la prudence dont il a fait preuve par le passé. => Arrangement «gagnant gagnant» entre les deux protagonistes (en apparence)

15 3 L aléa moral Le «marché est conclu» entre les deux protagonistes mais est- ce la fin de l histoire? Du fait de l assurance, faire des efforts de prudence n a plus le même intérêt pour l assuré. L assurance tout risque, dont le montant est fixe, a un effet déresponsabilisant: qu il fasse des efforts de préven6on ou pas, il ne supporte le coût d aucun dommage in fine. Donc autant ne pas faire d effort (autude la moins coûteuse pour l assuré) L assuré peut relâcher sa vigilance et changer de comportement sur la route. Comme l assureur ne peut observer ce changement, on est en présence d un aléa moral. Conséquences (et issue probable de la transac6on) Du point de vue collec6f: augmenta6on du risque rou6er Du point de vue de l assureur: pertes financières

16 3 L aléa moral Si an6cipa6on de cet aléa moral, plusieurs solu6ons possibles: Refus de l assureur d assurer le conducteur Accepta6on d assurer le conducteur moyennant des primes élevées, mais risque de refus d accepter de la part de l assuré Résultat: l aléa moral perturbe le fonc6onnement des marchés, en rendant plus difficile la possibilité d échanges mutuellement avantageux.

17 3 L aléa moral 3.2. Les solu6ons aux problèmes d aléa moral Aléa moral: existence d une divergence entre l intérêt individuel et l intérêt collec6f Possibilités de mise en œuvre de disposi6fs incita6fs, afin de faire converger les intérêts individuels des protagonistes Mais mécanismes coûteux à mevre en place Solu6ons spécifiques selon les domaines d applica6on. Exemples: couverture d assurance par6elle (franchises), bonus/malus

Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination

Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination Les problèmes d information George A. Akerlof : The Market for «Lemons»: Quality Uncertainty and the Market Mechanism (QJE, 1970) Thèmes de recherche

Plus en détail

Asymétries d information

Asymétries d information cours Asymétries d information Département Économie HEC Automne 2015 cours Asymétrie d information Il est des contextes où des agents économiques en position de contracter ne disposent pas de la même information

Plus en détail

Quelques éléments de réponse aux questions du cas 4.

Quelques éléments de réponse aux questions du cas 4. Quelques éléments de réponse aux questions du cas 4. Documents 1 & 2 (+ chapitres de référence) La définition selon laquelle «une entreprise est un lieu des contrats implicites entre des acteurs rationnels

Plus en détail

B. Prise de décisions en univers incertain. 1. Valeurs espérées

B. Prise de décisions en univers incertain. 1. Valeurs espérées B. Prise de décisions en univers incertain Une grande par*e des choix réalisés par les producteurs et les consommateurs étant réalisés en univers incertain, les agents sont amenés à prendre des décisions

Plus en détail

Chapitre 4 Quelles sont les principales défaillances du marché?

Chapitre 4 Quelles sont les principales défaillances du marché? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 12 octobre 2014 à 18:25 Chapitre 4 Quelles sont les principales défaillances du marché? Introduction Dans la réalité les marchés peuvent être défaillants dans le

Plus en détail

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU 1 CHAPITRE 3: L ASYMÉTRIE D INFORMATION NOTIONS IMPORTANTES: Asymétrie d information Antisélection (ou sélection

Plus en détail

Chapitre 3 La demande d assurance et les problèmes d information

Chapitre 3 La demande d assurance et les problèmes d information Chapitre 3 La demande d assurance et les problèmes d information Objectifs du chapitre - Déterminer le partage de risque Pareto-optimal entre un assuré et un assureur. - Considérer l impact des coûts de

Plus en détail

A/. La théorie des marchés contingents ( ) ( )

A/. La théorie des marchés contingents ( ) ( ) MICROECONOMIE - 2 ème année de Sciences-Economiques Chapitre IV - Les défaillances du marché V. Les défaillances d'information [13/04/2001] En présence d'informations imparfaites, asymétriques (les agents

Plus en détail

Economie de l incertain et de l information Partie 2 : Asymétrie de l information Chapitre 4 : Sélection adverse et théorie du signal

Economie de l incertain et de l information Partie 2 : Asymétrie de l information Chapitre 4 : Sélection adverse et théorie du signal Economie de l incertain et de l information Partie 2 : Asymétrie de l information Chapitre 4 : Sélection adverse et théorie du signal Olivier Bos olivier.bos@u-paris2.fr Introduction Importance de l information

Plus en détail

Economie de l information

Economie de l information 1 Introduction Economie de l information Les méthodes de la microéconomie peuvent être appliquées à tout problème particulier de la vie économique De nombreuses études sont consacrées à des marchés ou

Plus en détail

Guide du démembrement

Guide du démembrement Guide du démembrement Inves&r dans l immobilier grâce au système du démembrement Les solu&ons actuellement à votre disposi&on sont mul&ples (placements boursiers, immobilier, ac&ons, livrets d épargne,

Plus en détail

Aujourd hui, nous allons parler de l op2on Catégorie T de Placements CI. Nous allons expliquer en quoi elle consiste et comment elle fonc2onne.

Aujourd hui, nous allons parler de l op2on Catégorie T de Placements CI. Nous allons expliquer en quoi elle consiste et comment elle fonc2onne. 1 Aujourd hui, nous allons parler de l op2on Catégorie T de Placements CI. Nous allons expliquer en quoi elle consiste et comment elle fonc2onne. À la fin de la présenta2on, vous en saurez davantage sur

Plus en détail

ECO 3.4 les asymétries d information

ECO 3.4 les asymétries d information ECO 3.4 les asymétries d information PARTIE ECO 3. La coordination par le marché 3.1 Qu'est-ce qu'un marché? 3.2 Comment un marché concurrentiel fonctionne t il? 3.3. Comment les marchés imparfaitement

Plus en détail

Le secteur de la Mutualité. Présenta*on des organismes Structure et caractéris*ques des emplois Zoom sur les mé*ers

Le secteur de la Mutualité. Présenta*on des organismes Structure et caractéris*ques des emplois Zoom sur les mé*ers Le secteur de la Mutualité Présenta*on des organismes Structure et caractéris*ques des emplois Zoom sur les mé*ers 1 La protec*on sociale Ensemble des moyens mis en œuvre par un pays pour protéger ses

Plus en détail

LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE

LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE Les relations au sein de l entreprise tendent à se complexifier depuis quelques années. L ouverture internationale multiplie en effet le

Plus en détail

Annexes Condi+ons générales de vente

Annexes Condi+ons générales de vente Annexes Condi+ons générales de vente Les présentes sont conclues entre : La société VIGICORP, SAS au capital de 150 000, société de droit français, élisant domicile 16 boulevard Charles de Gaulle 44800

Plus en détail

Stage Ini*ateur Club Comité Départemental 54 Nancy 11 et 12 octobre 2014. Les responsabilités des encadrants

Stage Ini*ateur Club Comité Départemental 54 Nancy 11 et 12 octobre 2014. Les responsabilités des encadrants Stage Ini*ateur Club Comité Départemental 54 Nancy 11 et 12 octobre 2014 Les responsabilités des encadrants Introduc)on De par ses préroga*ves et ses fonc*ons, l ini*ateur a des responsabilités et des

Plus en détail

THEORIE DU RISQUE ET DE L INCERTITUDE

THEORIE DU RISQUE ET DE L INCERTITUDE Licence Mass, 3 ème année, 2013 THEORIE DU RISQUE ET DE L INCERTITUDE Arnaud DIEMER Université Blaise Pascal hbp://www.oeconomia.net Economie générale PLAN Introduc)on à la théorie du risque et de l incertain

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts Paris Tech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts Paris Tech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts Paris Tech Stéphane Gallon s.gallon@amf-france.org https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 Séance 4 1 Microéconomie (statique) 1. Consommateur 2. Producteur

Plus en détail

CHAPITRE I LES COMPORTEMENTS STRATEGIQUES VIA LA THEORIE DES JEUX

CHAPITRE I LES COMPORTEMENTS STRATEGIQUES VIA LA THEORIE DES JEUX CHAPITRE I LES COMPORTEMENTS STRATEGIQUES VIA LA THEORIE DES JEUX Dans l introduc/on, nous avons fait l hypothèse qu un producteur ou un consommateur devait maximiser quelques chose dans un contexte de

Plus en détail

N d anonymat : Remarques générales :

N d anonymat : Remarques générales : N d anonymat : Introduction à la Microéconomique Examen final Licence 1 Economie-Gestion 2010/2011 Enseignants (cours et travaux dirigés) : N. Andries, S.Billon et E. Darmon Eléments de correction Remarques

Plus en détail

Université des Sciences Sociales de Toulouse. TD3 L asymétrie d information

Université des Sciences Sociales de Toulouse. TD3 L asymétrie d information Université des Sciences Sociales de Toulouse Année Universitaire 2008 2009 Micro-économie - Semestre 5 - Cours de Isabelle Dubec et Yolande Hiriart TD3 L asymétrie d information Exercice 1. Les affirmations

Plus en détail

Condi&ons générales de vente En vigueur à par&r du 25 novembre 2015

Condi&ons générales de vente En vigueur à par&r du 25 novembre 2015 Condi&ons générales de vente En vigueur à par&r du 25 novembre 2015 Les présentes condi&ons générales de vente régissent les achats réalisés par les internautes sur le site internet www.cteasy.com Ar#cle

Plus en détail

Economie sociale et transi.ons polycentriques

Economie sociale et transi.ons polycentriques Economie sociale et transi.ons polycentriques Thomas Bauwens et Sybille Mertens Congrès des économistes belges de langue française Commission 4 Quelle économie dans une ère post- croissance? 26 novembre

Plus en détail

Etude Université Paris Dauphine / IFOP pour MeilleursAgents.com

Etude Université Paris Dauphine / IFOP pour MeilleursAgents.com Etude Université Paris Dauphine / IFOP pour MeilleursAgents.com Comment font les Français pour vendre ou acheter un bien immobilier? Que pensent les Français du marché de l immobilier en 2012? Janvier

Plus en détail

Vers un Système unique d informa4on na4onale de médicaments au Mexique, dans le cadre du suivi de l OMD 8.13

Vers un Système unique d informa4on na4onale de médicaments au Mexique, dans le cadre du suivi de l OMD 8.13 Vers un Système unique d informa4on na4onale de médicaments au Mexique, dans le cadre du suivi de l OMD 8.13 México Angélica Ivonne Cisneros- Luján Lisbonne, 11 septembre 2012 CONTEXTE et DÉSCRIPTION du

Plus en détail

Salon COSYAD Rennes 20/11/2013 Sinistralité et Assurance

Salon COSYAD Rennes 20/11/2013 Sinistralité et Assurance Salon COSYAD Rennes 20/11/2013 Sinistralité et Assurance Philippe PAUCSIK Axa Entreprise Direction Dommages 1 POINTS DE LA PRESENTATION Rôle de L assureur L impact des sinistres graves Gérer les paramètres

Plus en détail

BC Finances ACTUALITÉ. Votre conseiller vous informe 4ème Trimestre 2015 N 15

BC Finances ACTUALITÉ. Votre conseiller vous informe 4ème Trimestre 2015 N 15 BC Finances 1 rue Général Debeney 01000 BOURG-EN-BRESSE 04 74 50 45 45 contact@bcfinances.fr Votre conseiller vous informe 4ème Trimestre 2015 N 15 ACTUALITÉ La loi Macron passée au crible... La loi Macron,

Plus en détail

Information, Incertitude et Choix. Chapitres 36, 12, 13 et plus... Deux cours sur ce sujet.

Information, Incertitude et Choix. Chapitres 36, 12, 13 et plus... Deux cours sur ce sujet. Information, Incertitude et Choix Chapitres 36, 12, 13 et plus... Deux cours sur ce sujet. But de ces deux cours: Analyser comment le modèle de choix avec consommateur rationnel optimisant doit être modi

Plus en détail

Une entreprise ne peut survivre à terme que si elle est solvable et créée de la valeur pour ses ac?onnaires

Une entreprise ne peut survivre à terme que si elle est solvable et créée de la valeur pour ses ac?onnaires 21/09/15 Analyse financière Objec?f du cours L3 LEA Céline Gainet Objec?fs du cours Objec?fs du cours Comprendre l entreprise à par?r de l analyse détaillée de ses comptes Vous dotez d une boîte à ou)ls,

Plus en détail

BTS NRC Négocia(on et rela(on client et passerelles mé1ers en Mutualité

BTS NRC Négocia(on et rela(on client et passerelles mé1ers en Mutualité BTS NRC Négocia(on et rela(on client et passerelles mé1ers en Mutualité BTS Négocia,on et Rela,on Cleint Le BTS NRC forme des vendeurs et des managers commerciaux capables de gérer la rela1on client dans

Plus en détail

Astronautes dans les séjours spatiaux. Questions d assurance et de responsabilité. Considérations éthiques

Astronautes dans les séjours spatiaux. Questions d assurance et de responsabilité. Considérations éthiques Astronautes dans les séjours spatiaux Questions d assurance et de responsabilité Considérations éthiques Ici nous nous intéressons aux questions éthiques soulevées par la considération de l assurance des

Plus en détail

L assurance une toute petite introduction à l assurance 2008/2009 Arthur Charpentier http://blogperso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/index.

L assurance une toute petite introduction à l assurance 2008/2009 Arthur Charpentier http://blogperso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/index. L assurance une toute petite introduction à l assurance 2008/2009 http://blogperso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/index.php/ L assurance «The contribution of the many to the misfortune of the few»

Plus en détail

Marché de l assurance

Marché de l assurance Marché de l assurance Le marché de l assurance et ses spécificités Pourquoi un marché d assurance? Argument positif : Nécessité d institution(s) centralisée(s) pour que se réalise le partage optimal des

Plus en détail

Baromètre Direct Assurance des cyberconsommateurs

Baromètre Direct Assurance des cyberconsommateurs Avril 2013 DIRECT ASSURANCE Baromètre Direct Assurance des cyberconsommateurs 3 ème vague Paris Toronto Shanghaï Buenos Aires Connection creates value Méthodologie Échan0llon Pour ce(e étude, un échan0llon

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE 1- Objet 1.1 Les présentes condi

Plus en détail

BTS Assurance et passerelles mé2ers en Mutualité

BTS Assurance et passerelles mé2ers en Mutualité BTS Assurance et passerelles mé2ers en Mutualité Le BTS Assurance vous prépare à exercer des responsabilités dans le domaine de la souscrip2on des assurances ou du règlement des sinistres Lieux d exercice

Plus en détail

Évolu>on et maintenance

Évolu>on et maintenance IFT3912 Développement et maintenance de logiciels Évolu>on et maintenance Bruno Dufour Université de Montréal dufour@iro.umontreal.ca Modifica>on des logiciels Les modifica>ons sont inévitables Des nouveaux

Plus en détail

Préparation, voilà le mot clé de la transmission

Préparation, voilà le mot clé de la transmission Préparation, voilà le mot clé de la transmission Vincent Trevisan! Partner Deloitte Fiduciaire Programme 1. Introduc+on 2. Réflexion 3. Prépara+on psychologique 4. Prépara+on de l entreprise 5. Approches

Plus en détail

Choix en situations de risque et d incertitude. Choix inter-temporels de consommation

Choix en situations de risque et d incertitude. Choix inter-temporels de consommation THEME 7 Choix en situations de risque et d incertitude. Choix inter-temporels de consommation Concepts et définitions essentiels Risque et incertitude Théorie de l utilité espérée Aversion au risque Loterie

Plus en détail

Les nouvelles règles TVA depuis le 1er janvier 2013 dans ses applica:ons quo:diennes. Christian Amand Avocat, Xirius!

Les nouvelles règles TVA depuis le 1er janvier 2013 dans ses applica:ons quo:diennes. Christian Amand Avocat, Xirius! Les nouvelles règles TVA depuis le 1er janvier 2013 dans ses applica:ons quo:diennes Christian Amand Avocat, Xirius! Les avantages en nature Les règles d exigibilité de la TVA et factura9on La preuve des

Plus en détail

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE.

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. Synthèse des travaux réalisés 1. Problématique La question D7 du plan d exécution du Programme National de Recherches

Plus en détail

Préven(on de la pénibilité au travail (loi n 2010-1330 du 9 novembre 2010, portant réforme des retraites)

Préven(on de la pénibilité au travail (loi n 2010-1330 du 9 novembre 2010, portant réforme des retraites) au travail (loi n 2010-1330 du 9 novembre 2010, portant réforme des retraites) 1 - Le renforcement de la préven4on La loi sur les retraites a généralisé l obliga(on de préven(on de la pénibilité: - En

Plus en détail

Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux

Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux Risque et assurance : quelques éléments théoriques Ecole des Ponts - Le 6 Avril 01 Jacques Pelletan 1 Théorie du risque et pérennité de l

Plus en détail

FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR

FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR TRIMESTRE TERMINÉ LE 30 SEPTEMBRE 2015 CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE DU 5 NOVEMBRE 2015 1 DÉVELOPPEMENTS ÉNONCÉS PROSPECTIFS Ce8e présenta@on

Plus en détail

«Accès des PME aux marchés publics : Comprendre les marchés publics»

«Accès des PME aux marchés publics : Comprendre les marchés publics» Comprendre les marchés publics «Accès des PME aux marchés publics : Comprendre les marchés publics» Repères et conseils Alexandre DOMANICO Sébas?en FERNIER 2 Pourquoi les PME doivent s intéresser aux marchés

Plus en détail

SESSION 2013 BTS ASSURANCE CORRIGE E3

SESSION 2013 BTS ASSURANCE CORRIGE E3 SESSION 2013 BTS ASSURANCE CORRIGE E3 U3 Corrigé Page 1 Sujet n 1 1. Indiquez les éléments pris en compte pour déterminer une cotisation d assurance. La prime dépend de : (3x0,5 pt = 1,5) - La fréquence

Plus en détail

Lettre de motivation en Suisse et en France

Lettre de motivation en Suisse et en France Rédiger une Lettre de motivation en Suisse et en France 3 ème salon de l emploi transfrontalier 20 et 21 septembre 2012 David Talerman Co-auteur de «Décrocher un emploi en Suisse» Auteur de «Travailler

Plus en détail

INFOCENTRE GUIDE UTILISATEUR IN «SAISIE AGREGEE» CE GUIDE EST DESTINÉ AUX COLLECTIVITÉS DE PLUS DE 50 AGENTS QUI EFFECTUENT LA SAISIE DITE «AGRÉGÉE».

INFOCENTRE GUIDE UTILISATEUR IN «SAISIE AGREGEE» CE GUIDE EST DESTINÉ AUX COLLECTIVITÉS DE PLUS DE 50 AGENTS QUI EFFECTUENT LA SAISIE DITE «AGRÉGÉE». GUIDE UTILISATEUR IN INFOCENTRE «SAISIE AGREGEE» RÉALISEZ VOTRE BILAN SOCIAL VIA LA SAISIE DITE «AGRÉGÉE» COLLECTE DES DONNÉES DE 2013 CE GUIDE EST DESTINÉ AUX COLLECTIVITÉS DE PLUS DE 50 AGENTS QUI EFFECTUENT

Plus en détail

Cas Crédit Agricole - Crédit Lyonnais

Cas Crédit Agricole - Crédit Lyonnais Cas Crédit Agricole - Crédit Lyonnais Thierry Pénard Mai 2004 Crédit Agricole-Crédit Lyonnais Le leader sur le marché bancaire français 9 100 agences avec deux réseaux différents 21 millions de clients

Plus en détail

Interface Homme- Machine. Interface pour le web

Interface Homme- Machine. Interface pour le web Interface Homme- Machine Interface pour le web Ergonomie du web : Importance Web U7lisateurs novices et nomades (accès libre) Ergonomie des interfaces Web 62% des acheteurs en ligne abandonnent au moins

Plus en détail

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé Plan de l intervention 1 2 3 Généralités sur le fonctionnement de l assurance

Plus en détail

Solutions et Services. d'analyse prédictive

Solutions et Services. d'analyse prédictive ProbaYes Mastering Uncertainty Solutions et Services d'analyse prédictive Mai 2013 Copyright 2013 Probayes All Rights Reserved 1 Présenta)on Probayes Créée en 2003 Basée en France (Grenoble) Spin-off de

Plus en détail

Le rôle de l assurance dans la continuité des services (informatiques) Pascal LOINTIER Président du CLUSIF Ingénieur sécurité ACE Europe

Le rôle de l assurance dans la continuité des services (informatiques) Pascal LOINTIER Président du CLUSIF Ingénieur sécurité ACE Europe Le rôle de l assurance dans la continuité des services (informatiques) Pascal LOINTIER Président du CLUSIF Ingénieur sécurité ACE Europe La disponibilité au regard de Données et programmes Equipements

Plus en détail

L analyse microéconomique propose une. État des lieux. de l analyse. économique. Les avancées de la nouvelle microéconomie.

L analyse microéconomique propose une. État des lieux. de l analyse. économique. Les avancées de la nouvelle microéconomie. de l analyse Les avancées de la nouvelle Longtemps cantonnée au modèle de concurrence parfaite, la théorie micro s est considérablement enrichie depuis les années 70 en prenant en compte les imperfections

Plus en détail

Chapitre 4. Fondements économiques de la demande d'assurance

Chapitre 4. Fondements économiques de la demande d'assurance Chapitre 4. Fondements économiques de la demande d'assurance Laurent Denant Boemont octobre 2008 Chapitre 4. Fondements économiques de la demande d'assurance 2 J. Hamburg (2005) Along came Polly 1 Introduction

Plus en détail

un environnement économique et politique

un environnement économique et politique Vision d un économiste sur le risque agricole et sa gestion un sol un climat un environnement économique et politique Jean Cordier Professeur Agrocampus Ouest Séminaire GIS GC HP2E Prise en compte du risque

Plus en détail

Les avancées de la nouvelle microéconomie

Les avancées de la nouvelle microéconomie Les avancées de la nouvelle microéconomie Pierre Cahuc, André Zylberberg To cite this version: Pierre Cahuc, André Zylberberg. Les avancées de la nouvelle microéconomie. Les Cahiers français, LES CAHIERS

Plus en détail

LE SUPPLIER RELATIONSHIP MANAGEMENT EN PRATIQUE

LE SUPPLIER RELATIONSHIP MANAGEMENT EN PRATIQUE PARTENAIRES ACHATS LE SUPPLIER RELATIONSHIP MANAGEMENT EN PRATIQUE PROGRAMME La geson de la relaon fournisseur Supplier Relaonship Management est au centre de l aenon de toutes les foncons Achats. Les

Plus en détail

BTS SP3S Services et presta,ons des secteurs sanitaire et social et passerelles mé0ers en Mutualité

BTS SP3S Services et presta,ons des secteurs sanitaire et social et passerelles mé0ers en Mutualité BTS SP3S Services et presta,ons des secteurs sanitaire et social et passerelles mé0ers en Mutualité BTS SP3S Le BTS SP3S forme les étudiants à des fonc8ons de rela0on et de communica0on, de ges0on de la

Plus en détail

Journée COROMA- CRIAD- GREA 3 octobre 2013

Journée COROMA- CRIAD- GREA 3 octobre 2013 Journée COROMA- CRIAD- GREA 3 octobre 2013 «Droits et devoirs des usagers/pa1ents lors d une prise en charge ins1tu1onnelle le point de vue du droit du travail» Valen(ne Gétaz Kunz Dr en droit Avocate

Plus en détail

Quels financements pour quelle redistribu4on au sein des systèmes d assurance maladie européens?

Quels financements pour quelle redistribu4on au sein des systèmes d assurance maladie européens? Quels financements pour quelle redistribu4on au sein des systèmes d assurance maladie européens? Pascale Turquet Université Rennes 2 et CAPPS (Centre d Analyse des Poli8ques Publiques de Santé, EHESP)

Plus en détail

Le contrôle fiscal anno 2013

Le contrôle fiscal anno 2013 Le contrôle fiscal anno 2013 Carlos SIX! Administrateur général de la Fiscalité SPF Finances Ges$on des risques Contrôle fiscal CRM & Tolérance zéro ONDEMENT OBJECTIFS STRATEGIQUES Etude externe 2010 constata$ons

Plus en détail

Programme. Formaons. Dans ce livret

Programme. Formaons. Dans ce livret Programme De Formaons Dans ce livret Comptabilité... 3-4 Fiscalité... 5-6 2015 Ges5on... 6 Faites de votre banquier votre allié... 7 Patrimoine social, professionnel et privé... 8-9 Informa5que... 9-10

Plus en détail

Propriété intellectuelle et droit de la concurrence

Propriété intellectuelle et droit de la concurrence Economie industrielle: concurrence et propriété intellectuelle Master Management de la Technologie et de l Innova

Plus en détail

Introduction à la Microéconomie Contrôle continu Licence 1 Economie-Gestion 2009/2010 Enseignants : E. Darmon F.Moizeau B.Tarroux

Introduction à la Microéconomie Contrôle continu Licence 1 Economie-Gestion 2009/2010 Enseignants : E. Darmon F.Moizeau B.Tarroux Nom : Prénom : Num Etudiant : Groupe de TD : Introduction à la Microéconomie Contrôle continu Licence 1 Economie-Gestion 2009/2010 Enseignants : E. Darmon F.Moizeau B.Tarroux PRECISEZ ICI SI VOUS AVEZ

Plus en détail

Présenta)on et le droit d auteur Comment s en sor)r. 6 décembre 2013 Richard Ratelle

Présenta)on et le droit d auteur Comment s en sor)r. 6 décembre 2013 Richard Ratelle Présenta)on et le droit d auteur Comment s en sor)r 6 décembre 2013 Richard Ratelle Déclara)on des conflits d intérêts poten)els Membre du comité aviseur MIS Canada Ethicon endosurgery 2009-2013 Objec)fs

Plus en détail

L ASSIGNATION TEMPORAIRE. Émilie Villeneuve, CRHA Conseillère en indemnisa6on et Julie Falardeau Avocate et conseillère en indemnisa6on

L ASSIGNATION TEMPORAIRE. Émilie Villeneuve, CRHA Conseillère en indemnisa6on et Julie Falardeau Avocate et conseillère en indemnisa6on L ASSIGNATION TEMPORAIRE Émilie Villeneuve, CRHA Conseillère en indemnisa6on et Julie Falardeau Avocate et conseillère en indemnisa6on Impossible d'afficher l'image. Votre ordinateur manque peut-être de

Plus en détail

Chapitre 3: L asymétrie d information

Chapitre 3: L asymétrie d information Chapitre 3: L asymétrie d information Introduction La sélection adverse: le modèle d Akerlof Self selection screening: le modèle de Stiglitz Signaling: le modèle de Spence 1 Introduction Qu'est-ce qu'il

Plus en détail

ANI SEREZ- VOUS PRETS?

ANI SEREZ- VOUS PRETS? ANI SEREZ- VOUS PRETS?! Un risque commercial et financier Plus de 4 millions d assurés individuels vont basculer dans des contrats collec8fs, avec des mouvements importants entre les différents acteurs

Plus en détail

Analyse du comportement individuel et collectif des professionnels. des professionnels forestiers face aux risques

Analyse du comportement individuel et collectif des professionnels. des professionnels forestiers face aux risques Analyse du comportement individuel et collectif des professionnels forestiers face aux risques Réflexion sur la dimension assurantielle Carrefours de l innovation agronomique. Sylviculture, Forêts et Tempêtes,

Plus en détail

Le guide d achat de l immobilier neuf

Le guide d achat de l immobilier neuf Le guide d achat de l immobilier neuf! L'achat d'un logement neuf, appartement ou maison, c'est faire le choix du logement fonc=onnel et pra=que : Tout est neuf : pas de gros travaux avant 10 à 20 ans

Plus en détail

Pint- Avocats - CGU IKIMO9-24 septembre 2014 1

Pint- Avocats - CGU IKIMO9-24 septembre 2014 1 CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SITE WWW.IKIMO9.COM IMPORTANT : VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT CES CONDITIONS GENERALES D UTILISATION. Elles définissent les condi/ons d u/lisa/on du site internet www.ikimo9.com,

Plus en détail

Ergonomie SNCE Syndicat Na2onal des cabinets Conseil en Ergonomie Chambre de l Ingénierie et du Conseil de France

Ergonomie SNCE Syndicat Na2onal des cabinets Conseil en Ergonomie Chambre de l Ingénierie et du Conseil de France Ergonomie SNCE Syndicat Na2onal des cabinets Conseil en Ergonomie Chambre de l Ingénierie et du Conseil de France Document élaboré pour Ce document est des7né aux entreprises ayant pour objec7f la préven-on

Plus en détail

AMORCE. Plus de 700 adhérents :

AMORCE. Plus de 700 adhérents : P.1 AMORCE Plus de 700 adhérents : - Près de 500 collec

Plus en détail

DOCUMENTATION KAPTravel Module de gestion des appels de disponibilité

DOCUMENTATION KAPTravel Module de gestion des appels de disponibilité DOCUMENTATION KAPTravel Module de gestion des appels de disponibilité 01/06/15 KAPT Tous Droits Réservés 2 PRÉSENTATION Ce+e présenta3on va vous perme+re de prendre en main la plateforme de ges3on KAPTravel

Plus en détail

Le logiciel sur tablette qui révolutionne la gestion de chantier

Le logiciel sur tablette qui révolutionne la gestion de chantier Le logiciel sur tablette qui révolutionne la gestion de chantier Rendez-vous sur www.batiscript.com Avant-propos 2 «Notre objec*f est de contribuer à l améliora*on de la produc*vité et des condi*ons de

Plus en détail

TRAVAUX DIRIGÉS DE MICROÉCONOMIE Licence 1 Semestre 2 - Parcours EM

TRAVAUX DIRIGÉS DE MICROÉCONOMIE Licence 1 Semestre 2 - Parcours EM TRAVAUX DIRIGÉS DE MICROÉCONOMIE Licence 1 Semestre 2 - Parcours EM Aurelia Tison, Anne-Sarah Chiambretto AMU, année 2013 1 La théorie du producteur (séances 1 à 4) La fonction de production : les facteurs

Plus en détail

Évolution du budget automobile des ménages français depuis 1990 1

Évolution du budget automobile des ménages français depuis 1990 1 N 14 Avril 2013 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Évolution du budget automobile des ménages

Plus en détail

Qu est ce qu une PME? 4. Pourquoi investir dans une PME? 6. Comment investir en direct dans une PME? 10

Qu est ce qu une PME? 4. Pourquoi investir dans une PME? 6. Comment investir en direct dans une PME? 10 SOMMAIRE Introduction 3 Qu est ce qu une PME? 4 Définition conventionnelle d une PME 4 L actionnariat au sein d une PME 4 Participer à une augmentation de capital 4 Etre actionnaire d une société 5 Assister

Plus en détail

CHAPITRE 3 L ECONOMIE DE MARCHE

CHAPITRE 3 L ECONOMIE DE MARCHE I. La coordination par le marché. A. Comment les marchés concurrentiels fonctionnent-ils? 1. Qu est-ce qu un marché? CHAPITRE 3 L ECONOMIE DE MARCHE Les marchés sont des lieux de concurrence où se déroulent

Plus en détail

Billets de cession interne pour les sociétés d assurance-vie. Saines pratiques commerciales et financières

Billets de cession interne pour les sociétés d assurance-vie. Saines pratiques commerciales et financières Ligne directrice Objet : Catégorie : pour les sociétés d assurance-vie Saines pratiques commerciales et financières N o : E-12 Date : juin 2000 Révision : juillet 2010 Introduction La présente ligne directrice

Plus en détail

1. Utilisation d un nom ou d une enseigne communs et une présentation uniforme des locaux et/ou moyens de transport visés au contrat.

1. Utilisation d un nom ou d une enseigne communs et une présentation uniforme des locaux et/ou moyens de transport visés au contrat. 1 Les contrats de franchise Jean Magnan de Bornier Les contrats de franchise ont fait l objet de nombreux travaux théoriques et aussi économétriques, permettant de confronter les différentes théories du

Plus en détail

Programme «INVESTISSEUR»

Programme «INVESTISSEUR» La plateforme de missions photos Laissez la communauté prendre ou trouver des photos juste pour vous Programme «INVESTISSEUR» Offrez- vous une startup dès 100 Version : 10 février 2015 Dossier confiden,el,

Plus en détail

GESTION D ACTIFS STANTON

GESTION D ACTIFS STANTON GESTION D ACTIFS STANTON REVUE DES MARCHÉS DE CRÉDIT DE SOCIÉTÉS Troisième trimestre 215 ObligaAons de sociétés canadiennes Troisième trimestre 215 Données au 3 septembre 215 Données de marché (moy.) Taille

Plus en détail

Diffusion des deux- roues électriques : chances et obstacles rela7fs à son adop7on

Diffusion des deux- roues électriques : chances et obstacles rela7fs à son adop7on Diffusion des deux- roues électriques : chances et obstacles rela7fs à son adop7on Heidi Hofmann, IKAÖ, Université de Berne Berne, le 16 novembre 2012 1 Contenu 1. Situa@on ini@ale 2. Probléma@que : 3.

Plus en détail

LI-RH. Laboratoire d Innovation et de prospective Ressources Humaines

LI-RH. Laboratoire d Innovation et de prospective Ressources Humaines LI-RH Laboratoire d Innovation et de prospective Ressources Humaines Le Laboratoire d Innovaon et de prospecve en maère de poliques de Ressources Humaines (LI-RH) est une communauté de travail rassemblant

Plus en détail

Cabinet de Conseil STRATÉGIE MANAGEMENT ORGANISATION JURIDIQUE FORMATION AVEC BW CONSULTANTS CHOISISSEZ DE GARANTIR VOTRE DEVELOPPEMENT

Cabinet de Conseil STRATÉGIE MANAGEMENT ORGANISATION JURIDIQUE FORMATION AVEC BW CONSULTANTS CHOISISSEZ DE GARANTIR VOTRE DEVELOPPEMENT Cabinet de Conseil STRATÉGIE MANAGEMENT ORGANISATION JURIDIQUE FORMATION 1 Pourquoi nous choisir? Le chef d entreprise, surtout s il est propriétaire, déteste l aventure. Notre Objec>f est de vous accompagner

Plus en détail

Quelles sont les principales défaillances du marché?

Quelles sont les principales défaillances du marché? Quelles sont les principales défaillances du marché? Pré-requis: définir l'offre, la demande, le prix d'équilibre, le marché, l'optimum, CPP. Objectifs: être capable de... définir défaillance du marché,

Plus en détail

Sta$s$que Appliquée à la Finance Sous la coordina$on du Professeur Daniel Mukoko Samba

Sta$s$que Appliquée à la Finance Sous la coordina$on du Professeur Daniel Mukoko Samba Sta$s$que Appliquée à la Finance Sous la coordina$on du Professeur Daniel Mukoko Samba Par Jean Paul Tsasa Vangu Kimbambu Master en Economie [NPTCI] et Chercheur co accompli au Laboratoire d Analyse Recherche

Plus en détail

26 & 27 MAI 2011 COMPTE-RENDU DU SEMINAIRE DE BIARRITZ - CLUB CITRA A LA UNE

26 & 27 MAI 2011 COMPTE-RENDU DU SEMINAIRE DE BIARRITZ - CLUB CITRA A LA UNE COMPTE-RENDU DU SEMINAIRE DE BIARRITZ - CLUB CITRA 26 & 27 MAI 2011 2 jours de travail (et de plaisir) intense au pays des bandas, du jambon et des hortensias (on en mangerait!!). Avec un peu de retard

Plus en détail

CHAPITRE I : LE COMPORTEMENT DU CONSOMMATEUR

CHAPITRE I : LE COMPORTEMENT DU CONSOMMATEUR CHAPITRE I : LE COMPORTEMENT DU CONSOMMATEUR L analyse du comportement du consommateur permet de comprendre comment des varia4ons de prix, de qualité du produit, de poli4que économique ou des modifica4ons

Plus en détail

PREVENTION DES RISQUES PSYCHO-SOCIAUX NUTRITION ET HYGIENE DE VIE COMMUNICATION PSYCHOLOGIE

PREVENTION DES RISQUES PSYCHO-SOCIAUX NUTRITION ET HYGIENE DE VIE COMMUNICATION PSYCHOLOGIE PROGRAMME FORMATION PREVENTION DES RISQUES PSYCHO-SOCIAUX NUTRITION ET HYGIENE DE VIE COMMUNICATION PSYCHOLOGIE Nutri&on parculiers (meilleure hygiène alimentaire) Praciens de santé Objec&f de la forma&on

Plus en détail

CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité

CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité 1 CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité Une situation fréquente en pratique est de disposer non pas d un résultat mais de plusieurs. Le cas se présente en assurance, par exemple :

Plus en détail

CATALOGUE 2015 Forma!ons courtes PARCOURS TRADUCTION

CATALOGUE 2015 Forma!ons courtes PARCOURS TRADUCTION CATALOGUE 2015 Forma!ons courtes PARCOURS TRADUCTION - 21, rue d Assas 75270 Paris Cedex 06 Tél. : +33(1) 42 22 33 16 Fax : +33 (1) 45 44 17 67 forma!on.con!nue@isit-paris.fr - www.isit-paris.fr Etablissement

Plus en détail

SÉLECTIONNER LES MEILLEURS CANDIDATS : L APPORT DES OUTILS D ÉVALUATION AU RECRUTEMENT ET À LA MOBILITÉ INTERNE

SÉLECTIONNER LES MEILLEURS CANDIDATS : L APPORT DES OUTILS D ÉVALUATION AU RECRUTEMENT ET À LA MOBILITÉ INTERNE PARTENAIRE RESSOURCES HUMAINES SÉLECTIONNER LES MEILLEURS CANDIDATS : L APPORT DES OUTILS D ÉVALUATION AU RECRUTEMENT ET À LA MOBILITÉ INTERNE PROGRAMME Il est primordial pour une organisation de savoir

Plus en détail

ACTUARIAT 1, ACT 2121, AUTOMNE 2013 #12

ACTUARIAT 1, ACT 2121, AUTOMNE 2013 #12 ACTUARIAT 1, ACT 2121, AUTOMNE 2013 #12 ARTHUR CHARPENTIER 1 Une compagnie d assurance modélise le montant de la perte lors d un accident par la variable aléatoire continue X uniforme sur l intervalle

Plus en détail

Journées Grandes Marques 2014

Journées Grandes Marques 2014 Journées Grandes Marques 2014 IV - CIBLAGE & OMNICANAL LE MARKETING MOBILE AU CŒUR DE LA VALORISATION DE LA RELATION CLIENT Le mobile a chamboulé la nature des interacons que les consommateurs entreennent

Plus en détail

Article 2 Fonctionnement et description du site

Article 2 Fonctionnement et description du site Conditions Générales Unevoiturealouer.com Ceci sont les conditions générales de vente de la société mati smile sarl rcs Paris 532 664 695. L utilisation du site implique et est subordonnée à l acceptation

Plus en détail

et les pratiques en assurance automobile

et les pratiques en assurance automobile Les règles r et les pratiques en assurance automobile 1- les attentes raisonnables de l assuré 2- les obligations des représentants 3- la proposition d assurance d 4- les règles r de souscription 1- les

Plus en détail