Chapitre 4 La prise en compte de l informa6on dans le modèle de marché

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 4 La prise en compte de l informa6on dans le modèle de marché"

Transcription

1 Chapitre 4 La prise en compte de l informa6on dans le modèle de marché Microéconomie 2014/2015

2 Rappel Chapitre 1 Hypothèses du modèle canonique concurrence pure et parfaite: Atomicité des agents Biens homogènes Informa6on parfaitement partagée Libre entrée et sor6e sur le marché

3 1- Asymétries d informa6on et rente informa6onnelle Asymétrie d informa6on: 1. Un des protagonistes à un échange en sait plus que l autre au sujet de ce qui est échangé (un bien, un service) 2. Informa6on mal partagée 2 types d asymétries d informa6on: Sélec6on adverse (an6 sélec6on) Aléa moral (risque moral) Les asymétries d informa6on confèrent un pouvoir par6culier à un des protagonistes de l échange (une rente informa+onnelle), dont il va chercher à profiter. L exploita6on de ceve rente informa6onnelle perturbe le «bon fonc6onnement» des marchés. La main invisible n opère plus. Des mécanismes correcteurs doivent être mis en place

4 1- Asymétries d informa6on et rente informa6onnelle Sélec6on adverse: 1. Une caractéris6que inaltérable du bien ou service échangé n est pas observable par l un des par6cipants à l échange 2. Asymétrie ex ante: ce qui fait l objet d une informa6on non partagée préexiste à la réalisa6on de la transac6on 3. Concerne généralement la qualité d un bien proposé en échange 4. S applique aux échanges de biens et de services Exemples: Quelqu un qui vend son véhicule en sait plus au sujet de la qualité de la voiture qu un acheteur Un assuré en sait plus sur son profil de risque que son assureur.

5 1- Asymétries d informa6on et rente informa6onnelle Aléa moral 1. Asymétrie d informa6on ex post: ce qui fait l objet d une informa6on non partagée se produit une fois les termes de la transac6on (généralement un contrat) arrêtés 2. Ne concerne pas les biens mais essen6ellement les échanges de services (d où la référence fréquente à un contrat). 3. Aléa moral = non respect d un engagement de la part d un protagoniste ou modifica6on de comportement une fois le contrat signé. 4. CeVe modifica6on de comportement conduit à un résultat moins intéressant pour l autre par6e du contrat. La transac6on n est plus mutuellement avantageuse. 5. Exemple: prise de risque excessive des banques, qui bénéficient implicitement d une garan6e publique

6 2 La sélec6on adverse 2.1. Fonc6onnement d un marché en situa6on de sélec6on adverse George A. Akerlof, 1970, The Market for Lemons: Quality Uncertainty and the Market Mechanism, Quaterly Journal of Economics Idée fondamentale de l ar6cle: Fonc6onnement d un marché de CPP: les ajustements de prix conduisent à maximiser les échanges et les surplus collec6fs Fonc6onnement d un marché en situa6on de sélec6on adverse: les ajustements de prix conduisent à réduire les échanges, voire les empêcher totalement parfois. Les surplus ne sont plus maximisés.

7 2 La sélec6on adverse Exemple d Akerlof - un marché d un modèle de voitures: 1. 2 segments: neuf et occasion 2. 2 qualités de voitures: Mauvaise qualité (Lemon), présentant un défaut d origine Bonne qualité, sans aucun défaut 3. Le défaut d origine est invérifiable sur un véhicule en par6culier, sans avoir conduit le véhicule un certain temps. 4. Connaissance partagée: une propor6on q des véhicules construits présentent ce défaut

8 2 La sélec6on adverse Voitures neuves: pas d asymétries d informa6ons Voitures d occasion: asymétries d informa6ons, les vendeurs en savent plus que les acheteurs Voitures d occasion: Impossibilité de fixer des prix en fonc6on du type de véhicule Fixa6on d un prix moyen ini6al, fondé sur la propor6on (q, 1- q) Vendeurs de bons véhicules ont intérêt à se re6rer du marché (exploita6on de leur rente informa6onnelle) Hausse de la part des mauvais véhicules => baisse du prix moyen Résultat: La spirale de prix à la baisse chasse les bons véhicules du marché de l occasion. Moins de véhicules à vendre, et de moindre qualité

9 2 La sélec6on adverse Illustra6on 6rée de Wasmer (Principes de microéconomie Méthodes empiriques et théories modernes, Pearson, 2010) Marché: 100 vendeurs de voitures et 100 acheteurs 50 voitures sans défaut, 50 avec défaut Vendeurs valorisent 2000 une bonne voiture et 1000 une mauvaise Acheteurs valorisent 2400 une bonne voiture et 1200 une mauvaise Agents neutres au risque

10 2 La sélec6on adverse Variante 1 Informa6on parfaite Equilibre de marché 50 transac6ons de bons véhicules, avec des prix individuels compris entre 2000 et 2400 euros 50 transac6ons de véhicules mauvaises, avec des prix individuels compris entre 1000 et 1200 euros Résultats Quan6té échangée: 100 véhicules Surplus collec6f: 50* *200 =

11 2 La sélec6on adverse Variante 2 Informa6on incomplète mais symétrique Les acteurs raisonnent en termes de valeur espérée: 1500 pour un vendeur, 1800 pour un acheteur Equilibre de marché 100 transac6ons, prix individuels compris entre 1500 et 1800 euros Résultats Quan6té échangée: 100 véhicules Surplus collec6f: 100*300 =

12 2 La sélec6on adverse Variante 3 Informa6on asymétrique Pour un vendeur, bonne voiture = 2000 et mauvaise voiture = 1000 Pour un acheteur, une voiture = 1800 Equilibre de marché Bonnes voitures progressivement écartées des échanges 50 transac6ons de mauvaises voitures, prix unitaire compris entre 1000 et 1200 euros Résultats Quan6té échangée: 50 véhicules Surplus collec6f: 50*200 =

13 2 La sélec6on adverse 2.2 Les solu6ons aux problèmes posés par la sélec6on adverse Objec6f: renforcer l informa6on sur le marché, afin de mieux dis6nguer les biens de qualité des autres Quelques exemples de disposi6fs (liés au contexte d applica6on): - À l ini6a6ve des pouvoirs publics: contrôle technique automobile pour mieux dis6nguer la qualité des voitures, obliga6on d assurance automobile pour éviter la sélec6on adverse (retrait des bons risques) - À l ini6a6ve des vendeurs: garan6es de non défaut comme gage de qualité, développement de marques, effort à cons6tuer une bonne réputa6on, mécanismes révélateurs dans le choix des polices d assurance (délai de carence, assurance à la carte)

14 3 L aléa moral 3.1. L incidence de l aléa moral dans les transac6ons marchandes Exemple d un conducteur automobile qui contracte une assurance rou6ère Sans assurance, un conducteur s efforce à être prudent au volant, afin de limiter les sinistres. Son aversion au risque le conduit à chercher un assureur pour l assurer «tout risque». Un assureur est disposé à l assurer «tout risque», lui proposant une prime d assurance fixe et faible (mais profitable) en raison de la prudence dont il a fait preuve par le passé. => Arrangement «gagnant gagnant» entre les deux protagonistes (en apparence)

15 3 L aléa moral Le «marché est conclu» entre les deux protagonistes mais est- ce la fin de l histoire? Du fait de l assurance, faire des efforts de prudence n a plus le même intérêt pour l assuré. L assurance tout risque, dont le montant est fixe, a un effet déresponsabilisant: qu il fasse des efforts de préven6on ou pas, il ne supporte le coût d aucun dommage in fine. Donc autant ne pas faire d effort (autude la moins coûteuse pour l assuré) L assuré peut relâcher sa vigilance et changer de comportement sur la route. Comme l assureur ne peut observer ce changement, on est en présence d un aléa moral. Conséquences (et issue probable de la transac6on) Du point de vue collec6f: augmenta6on du risque rou6er Du point de vue de l assureur: pertes financières

16 3 L aléa moral Si an6cipa6on de cet aléa moral, plusieurs solu6ons possibles: Refus de l assureur d assurer le conducteur Accepta6on d assurer le conducteur moyennant des primes élevées, mais risque de refus d accepter de la part de l assuré Résultat: l aléa moral perturbe le fonc6onnement des marchés, en rendant plus difficile la possibilité d échanges mutuellement avantageux.

17 3 L aléa moral 3.2. Les solu6ons aux problèmes d aléa moral Aléa moral: existence d une divergence entre l intérêt individuel et l intérêt collec6f Possibilités de mise en œuvre de disposi6fs incita6fs, afin de faire converger les intérêts individuels des protagonistes Mais mécanismes coûteux à mevre en place Solu6ons spécifiques selon les domaines d applica6on. Exemples: couverture d assurance par6elle (franchises), bonus/malus

Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination

Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination Les problèmes d information George A. Akerlof : The Market for «Lemons»: Quality Uncertainty and the Market Mechanism (QJE, 1970) Thèmes de recherche

Plus en détail

Asymétries d information

Asymétries d information cours Asymétries d information Département Économie HEC Automne 2015 cours Asymétrie d information Il est des contextes où des agents économiques en position de contracter ne disposent pas de la même information

Plus en détail

Chapitre 3 La demande d assurance et les problèmes d information

Chapitre 3 La demande d assurance et les problèmes d information Chapitre 3 La demande d assurance et les problèmes d information Objectifs du chapitre - Déterminer le partage de risque Pareto-optimal entre un assuré et un assureur. - Considérer l impact des coûts de

Plus en détail

Quelques éléments de réponse aux questions du cas 4.

Quelques éléments de réponse aux questions du cas 4. Quelques éléments de réponse aux questions du cas 4. Documents 1 & 2 (+ chapitres de référence) La définition selon laquelle «une entreprise est un lieu des contrats implicites entre des acteurs rationnels

Plus en détail

ECO 3.4 les asymétries d information

ECO 3.4 les asymétries d information ECO 3.4 les asymétries d information PARTIE ECO 3. La coordination par le marché 3.1 Qu'est-ce qu'un marché? 3.2 Comment un marché concurrentiel fonctionne t il? 3.3. Comment les marchés imparfaitement

Plus en détail

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU 1 CHAPITRE 3: L ASYMÉTRIE D INFORMATION NOTIONS IMPORTANTES: Asymétrie d information Antisélection (ou sélection

Plus en détail

A/. La théorie des marchés contingents ( ) ( )

A/. La théorie des marchés contingents ( ) ( ) MICROECONOMIE - 2 ème année de Sciences-Economiques Chapitre IV - Les défaillances du marché V. Les défaillances d'information [13/04/2001] En présence d'informations imparfaites, asymétriques (les agents

Plus en détail

Equilibres multiples sur le marché des lemons

Equilibres multiples sur le marché des lemons Equilibres multiples sur le marché des lemons JS Lenfant & M Paul December 11, 2 1 Le modèle On considère une économie dotée d un parc de voitures d occasion de taille y. Ce parc comprend deux types de

Plus en détail

B. Prise de décisions en univers incertain. 1. Valeurs espérées

B. Prise de décisions en univers incertain. 1. Valeurs espérées B. Prise de décisions en univers incertain Une grande par*e des choix réalisés par les producteurs et les consommateurs étant réalisés en univers incertain, les agents sont amenés à prendre des décisions

Plus en détail

CHOISIR SON ASSURANCE AUTO

CHOISIR SON ASSURANCE AUTO CHOISIR SON ASSURANCE AUTO Le type d assurance dont vous avez besoin dépend de la voiture que vous avez et de l utilisation que vous en faites. COMMENT CHOISIR? Pour une voiture neuve, optez sans hésiter

Plus en détail

Chapitre 4 Quelles sont les principales défaillances du marché?

Chapitre 4 Quelles sont les principales défaillances du marché? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 12 octobre 2014 à 18:25 Chapitre 4 Quelles sont les principales défaillances du marché? Introduction Dans la réalité les marchés peuvent être défaillants dans le

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts Paris Tech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts Paris Tech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts Paris Tech Stéphane Gallon s.gallon@amf-france.org https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 Séance 4 1 Microéconomie (statique) 1. Consommateur 2. Producteur

Plus en détail

Université des Sciences Sociales de Toulouse. TD3 L asymétrie d information

Université des Sciences Sociales de Toulouse. TD3 L asymétrie d information Université des Sciences Sociales de Toulouse Année Universitaire 2008 2009 Micro-économie - Semestre 5 - Cours de Isabelle Dubec et Yolande Hiriart TD3 L asymétrie d information Exercice 1. Les affirmations

Plus en détail

Economie de l incertain et de l information Partie 2 : Asymétrie de l information Chapitre 4 : Sélection adverse et théorie du signal

Economie de l incertain et de l information Partie 2 : Asymétrie de l information Chapitre 4 : Sélection adverse et théorie du signal Economie de l incertain et de l information Partie 2 : Asymétrie de l information Chapitre 4 : Sélection adverse et théorie du signal Olivier Bos olivier.bos@u-paris2.fr Introduction Importance de l information

Plus en détail

Guide du démembrement

Guide du démembrement Guide du démembrement Inves&r dans l immobilier grâce au système du démembrement Les solu&ons actuellement à votre disposi&on sont mul&ples (placements boursiers, immobilier, ac&ons, livrets d épargne,

Plus en détail

Economie de l incertain et de l information Partie 2 : Asymétrie de l information Chapitre 4 : Sélection adverse et théorie du signal

Economie de l incertain et de l information Partie 2 : Asymétrie de l information Chapitre 4 : Sélection adverse et théorie du signal Economie de l incertain et de l information Partie 2 : Asymétrie de l information Chapitre 4 : Sélection adverse et théorie du signal Olivier Bos olivier.bos@u-paris2.fr Introduction Importance de l information

Plus en détail

«Accès des PME aux marchés publics : Comprendre les marchés publics»

«Accès des PME aux marchés publics : Comprendre les marchés publics» Comprendre les marchés publics «Accès des PME aux marchés publics : Comprendre les marchés publics» Repères et conseils Alexandre DOMANICO Sébas?en FERNIER 2 Pourquoi les PME doivent s intéresser aux marchés

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE 1- Objet 1.1 Les présentes condi

Plus en détail

AMORCE. Plus de 700 adhérents :

AMORCE. Plus de 700 adhérents : P.1 AMORCE Plus de 700 adhérents : - Près de 500 collec

Plus en détail

Economie de l information

Economie de l information 1 Introduction Economie de l information Les méthodes de la microéconomie peuvent être appliquées à tout problème particulier de la vie économique De nombreuses études sont consacrées à des marchés ou

Plus en détail

Marché immobilier résidentiel RISQUES D UNE TRANSPARENCE APPARENTE DES PRIX

Marché immobilier résidentiel RISQUES D UNE TRANSPARENCE APPARENTE DES PRIX Marché immobilier résidentiel RISQUES D UNE TRANSPARENCE APPARENTE DES PRIX RISQUES D UNE TRANSPARENCE APPARENTE DES PRIX 1. Situation du marché de l immobilier résidentiel bulle immobilière? 2. Mécanismes

Plus en détail

Salon COSYAD Rennes 20/11/2013 Sinistralité et Assurance

Salon COSYAD Rennes 20/11/2013 Sinistralité et Assurance Salon COSYAD Rennes 20/11/2013 Sinistralité et Assurance Philippe PAUCSIK Axa Entreprise Direction Dommages 1 POINTS DE LA PRESENTATION Rôle de L assureur L impact des sinistres graves Gérer les paramètres

Plus en détail

CONDITIONS!GENERALES!DE!VENTE!

CONDITIONS!GENERALES!DE!VENTE! !!! CONDITIONS!GENERALES!DE!VENTE! Le!client!reconnait!avoir,!préalablement!à!la!passa@on!de!la!commande,!pris!connaissance!de! l ensemble!des!informa@ons!précitées!et!des!condi@ons!générales!de!vente.!

Plus en détail

LA FIDÉLISATION MULTICANALE

LA FIDÉLISATION MULTICANALE PARTENAIRES MARKETING & SOCIAL MARKETING LA FIDÉLISATION MULTICANALE En 2013, 94 % des Français déclarent détenir au moins une carte de fidélité et 75 % affirment en faire usage. Pour autant, 58 % des

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

Condi&ons générales de vente En vigueur à par&r du 25 novembre 2015

Condi&ons générales de vente En vigueur à par&r du 25 novembre 2015 Condi&ons générales de vente En vigueur à par&r du 25 novembre 2015 Les présentes condi&ons générales de vente régissent les achats réalisés par les internautes sur le site internet www.cteasy.com Ar#cle

Plus en détail

Cas Crédit Agricole - Crédit Lyonnais

Cas Crédit Agricole - Crédit Lyonnais Cas Crédit Agricole - Crédit Lyonnais Thierry Pénard Mai 2004 Crédit Agricole-Crédit Lyonnais Le leader sur le marché bancaire français 9 100 agences avec deux réseaux différents 21 millions de clients

Plus en détail

Analyse du comportement individuel et collectif des professionnels. des professionnels forestiers face aux risques

Analyse du comportement individuel et collectif des professionnels. des professionnels forestiers face aux risques Analyse du comportement individuel et collectif des professionnels forestiers face aux risques Réflexion sur la dimension assurantielle Carrefours de l innovation agronomique. Sylviculture, Forêts et Tempêtes,

Plus en détail

Introduction à la Microéconomie Contrôle continu Licence 1 Economie-Gestion 2009/2010 Enseignants : E. Darmon F.Moizeau B.Tarroux

Introduction à la Microéconomie Contrôle continu Licence 1 Economie-Gestion 2009/2010 Enseignants : E. Darmon F.Moizeau B.Tarroux Nom : Prénom : Num Etudiant : Groupe de TD : Introduction à la Microéconomie Contrôle continu Licence 1 Economie-Gestion 2009/2010 Enseignants : E. Darmon F.Moizeau B.Tarroux PRECISEZ ICI SI VOUS AVEZ

Plus en détail

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE Qu est ce qu une prime ou une cotisation d assurance? C est la somme à payer périodiquement à l assureur en contrepartie des garanties qu il accorde. Les primes (ou

Plus en détail

Chapitre 4. Fondements économiques de la demande d'assurance

Chapitre 4. Fondements économiques de la demande d'assurance Chapitre 4. Fondements économiques de la demande d'assurance Laurent Denant Boemont octobre 2008 Chapitre 4. Fondements économiques de la demande d'assurance 2 J. Hamburg (2005) Along came Polly 1 Introduction

Plus en détail

LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE

LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE Les relations au sein de l entreprise tendent à se complexifier depuis quelques années. L ouverture internationale multiplie en effet le

Plus en détail

Stage Ini*ateur Club Comité Départemental 54 Nancy 11 et 12 octobre 2014. Les responsabilités des encadrants

Stage Ini*ateur Club Comité Départemental 54 Nancy 11 et 12 octobre 2014. Les responsabilités des encadrants Stage Ini*ateur Club Comité Départemental 54 Nancy 11 et 12 octobre 2014 Les responsabilités des encadrants Introduc)on De par ses préroga*ves et ses fonc*ons, l ini*ateur a des responsabilités et des

Plus en détail

Contenu du chapitre. 1. La demande du marché. L offre et la demande. La notion de Demande. Chapitre 1 D 1

Contenu du chapitre. 1. La demande du marché. L offre et la demande. La notion de Demande. Chapitre 1 D 1 L offre et la Chapitre 1 Contenu du chapitre 1. La du marché 2. L offre du marché 3. L équilibre du marché 4. Application: magnétoscope vs lecteur DVD 2 La notion de Demande 1. La du marché Prix C DEMANDE

Plus en détail

Annexes Condi+ons générales de vente

Annexes Condi+ons générales de vente Annexes Condi+ons générales de vente Les présentes sont conclues entre : La société VIGICORP, SAS au capital de 150 000, société de droit français, élisant domicile 16 boulevard Charles de Gaulle 44800

Plus en détail

Propriétés des options sur actions

Propriétés des options sur actions Propriétés des options sur actions Bornes supérieure et inférieure du premium / Parité call put 1 / 1 Taux d intérêt, capitalisation, actualisation Taux d intéret composés Du point de vue de l investisseur,

Plus en détail

Le secteur de la Mutualité. Présenta*on des organismes Structure et caractéris*ques des emplois Zoom sur les mé*ers

Le secteur de la Mutualité. Présenta*on des organismes Structure et caractéris*ques des emplois Zoom sur les mé*ers Le secteur de la Mutualité Présenta*on des organismes Structure et caractéris*ques des emplois Zoom sur les mé*ers 1 La protec*on sociale Ensemble des moyens mis en œuvre par un pays pour protéger ses

Plus en détail

CATASTROPHES NATURELLES PREVENTION ET ASSURANCES

CATASTROPHES NATURELLES PREVENTION ET ASSURANCES CATASTROPHES NATURELLES PREVENTION ET ASSURANCES Mission des sociétés d assurances pour la connaissance et la prévention des risques naturels WWW.mrn-gpsa.org Une association créée en 2000 entre : Catastrophes

Plus en détail

Le prix et les conditions commerciales

Le prix et les conditions commerciales CHAPITRE 5 Le prix et les conditions commerciales CONTEXTE p. 41 Mission 1 Comprendre les conditions commerciales (annexe 1) 1. Calculez les taux de réduction accordés grâce aux cartes pour chaque durée

Plus en détail

CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité

CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité 1 CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité Une situation fréquente en pratique est de disposer non pas d un résultat mais de plusieurs. Le cas se présente en assurance, par exemple :

Plus en détail

Top 10 des marques dans toute la Suisse 6.6% 6.2% 5.9% 5.9% 5.7% 5.6% 4.5% 4.0% 4.0% TOYOTA MERCEDES PEUGEOT 11.0% 10% 8% 6% 4% VOLVO FORD 14% 12.

Top 10 des marques dans toute la Suisse 6.6% 6.2% 5.9% 5.9% 5.7% 5.6% 4.5% 4.0% 4.0% TOYOTA MERCEDES PEUGEOT 11.0% 10% 8% 6% 4% VOLVO FORD 14% 12. Auto - bien assuré au meilleur prix! Quelles sont les marques et les modèles de voiture les plus populaires en Suisse? Au volant, le comportement des hommes diffère-t-il de celui des femmes? Suisses romands

Plus en détail

Aujourd hui, nous allons parler de l op2on Catégorie T de Placements CI. Nous allons expliquer en quoi elle consiste et comment elle fonc2onne.

Aujourd hui, nous allons parler de l op2on Catégorie T de Placements CI. Nous allons expliquer en quoi elle consiste et comment elle fonc2onne. 1 Aujourd hui, nous allons parler de l op2on Catégorie T de Placements CI. Nous allons expliquer en quoi elle consiste et comment elle fonc2onne. À la fin de la présenta2on, vous en saurez davantage sur

Plus en détail

La Finance responsable : du souhaitable au possible

La Finance responsable : du souhaitable au possible La Finance responsable : du souhaitable au possible Résultats des recherches IAE-CERAG en finance socialement responsable Isabelle Girerd-Potin Professeur, Responsable du Master Finance Objectif : répondre

Plus en détail

Aperçu sur le contrat d assurance

Aperçu sur le contrat d assurance Aperçu sur le contrat d assurance I. Les caractéristiques du contrat d assurance L article 1 de la loi 17-99 portant code des assurances définit le contrat d assurance comme la convention passée entre

Plus en détail

L asymétrie d information

L asymétrie d information 1 L asymétrie d information L asymétrie d information permet d analyser des comportements et des situations courantes de l économie de marché. Le plus clair du temps, on constate que sur un marché, un

Plus en détail

Prêt à tempérament. Crédits

Prêt à tempérament. Crédits Prêt à tempérament Crédits Un crédit pour vos projets, vos rêves Déjà possible à partir de 1.250 EUR pas toucher à votre épargne. Chez BNP Paribas Fortis, vous trouvez toujours un Prêt à tempérament qui

Plus en détail

LA SANTE POUR TOUS FEVIS PETIT RÉCAPITULATIF DE LA LÉGISLATION AU 30/04/2015

LA SANTE POUR TOUS FEVIS PETIT RÉCAPITULATIF DE LA LÉGISLATION AU 30/04/2015 LA SANTE POUR TOUS FEVIS PETIT RÉCAPITULATIF DE LA LÉGISLATION AU 30/04/2015 LA SANTE POUR TOUS - FEVIS La santé pour tous ayant pour objet la généralisa3on de la complémentaire santé à tous les salariés

Plus en détail

Redistribution des cartes dans le paysage automobile français

Redistribution des cartes dans le paysage automobile français Redistributiondescartesdanslepaysageautomobilefrançais L analysetendancielleduprofiletducomportementdesautomobilistesde2003àaujourd hui Laréalitésousleschiffres Deparsamaturité,lesecteurautomobilefrançaisestconsidéréàjustetitrecommeunmarchéde

Plus en détail

Prêt à tempérament FINTRO. PROCHE ET PRO.

Prêt à tempérament FINTRO. PROCHE ET PRO. Prêt à tempérament FINTRO. PROCHE ET PRO. Un crédit pour chacun de vos besoins Vous envisagez un achat important ou êtes confronté à des dépenses imprévues? Vous ne disposez pas pour l instant des fonds

Plus en détail

Quels financements pour quelle redistribu4on au sein des systèmes d assurance maladie européens?

Quels financements pour quelle redistribu4on au sein des systèmes d assurance maladie européens? Quels financements pour quelle redistribu4on au sein des systèmes d assurance maladie européens? Pascale Turquet Université Rennes 2 et CAPPS (Centre d Analyse des Poli8ques Publiques de Santé, EHESP)

Plus en détail

Baromètre Direct Assurance des cyberconsommateurs

Baromètre Direct Assurance des cyberconsommateurs Avril 2013 DIRECT ASSURANCE Baromètre Direct Assurance des cyberconsommateurs 3 ème vague Paris Toronto Shanghaï Buenos Aires Connection creates value Méthodologie Échan0llon Pour ce(e étude, un échan0llon

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LE PRODUIT CAMIONNETTE

INFORMATIONS SUR LE PRODUIT CAMIONNETTE INFORMATIONS SUR LE PRODUIT CAMIONNETTE Table des matières page Responsabilité Civile 2 Responsabilité civile Aperçu du degré bonus-malus 2 Responsabilité civile Entrée dans le système Bonus-Malus 3 Responsabilité

Plus en détail

Les assurances obligatoires en Tunisie. Brahim KOBBI FTUSA

Les assurances obligatoires en Tunisie. Brahim KOBBI FTUSA Les assurances obligatoires en Tunisie Brahim KOBBI FTUSA Introduction La liste des assurances obligatoires Les caractéristiques Les problèmes des assurances obligatoires Conclusion 2 Introduction En Tunisie

Plus en détail

FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR

FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR TRIMESTRE TERMINÉ LE 30 SEPTEMBRE 2015 CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE DU 5 NOVEMBRE 2015 1 DÉVELOPPEMENTS ÉNONCÉS PROSPECTIFS Ce8e présenta@on

Plus en détail

II. LE PRINCIPE DE LA BASE

II. LE PRINCIPE DE LA BASE II. LE PRINCIPE DE LA BASE Le comportement des opérateurs (position longue ou courte) prend généralement en compte l évolution du cours au comptant et celle du cours à terme. Bien qu ils n évoluent pas

Plus en détail

DÉCOUVREZ LES SERVICES PEUGEOT Belgique Véhicules Utilitaires Mars - Mai 2010

DÉCOUVREZ LES SERVICES PEUGEOT Belgique Véhicules Utilitaires Mars - Mai 2010 DÉCOUVREZ LES SERVICES PEUGEOT Belgique Véhicules Utilitaires Mars - Mai 2010 Ecole Peugeot de Maîtrise Automobile Les garanties et l Assistance Peugeot Peugeot Location Full Service Optiway Les financements

Plus en détail

CHAPITRE I LES COMPORTEMENTS STRATEGIQUES VIA LA THEORIE DES JEUX

CHAPITRE I LES COMPORTEMENTS STRATEGIQUES VIA LA THEORIE DES JEUX CHAPITRE I LES COMPORTEMENTS STRATEGIQUES VIA LA THEORIE DES JEUX Dans l introduc/on, nous avons fait l hypothèse qu un producteur ou un consommateur devait maximiser quelques chose dans un contexte de

Plus en détail

Information, Incertitude et Choix. Chapitres 36, 12, 13 et plus... Deux cours sur ce sujet.

Information, Incertitude et Choix. Chapitres 36, 12, 13 et plus... Deux cours sur ce sujet. Information, Incertitude et Choix Chapitres 36, 12, 13 et plus... Deux cours sur ce sujet. But de ces deux cours: Analyser comment le modèle de choix avec consommateur rationnel optimisant doit être modi

Plus en détail

Etude Université Paris Dauphine / IFOP pour MeilleursAgents.com

Etude Université Paris Dauphine / IFOP pour MeilleursAgents.com Etude Université Paris Dauphine / IFOP pour MeilleursAgents.com Comment font les Français pour vendre ou acheter un bien immobilier? Que pensent les Français du marché de l immobilier en 2012? Janvier

Plus en détail

Le rôle de l assurance dans la continuité des services (informatiques) Pascal LOINTIER Président du CLUSIF Ingénieur sécurité ACE Europe

Le rôle de l assurance dans la continuité des services (informatiques) Pascal LOINTIER Président du CLUSIF Ingénieur sécurité ACE Europe Le rôle de l assurance dans la continuité des services (informatiques) Pascal LOINTIER Président du CLUSIF Ingénieur sécurité ACE Europe La disponibilité au regard de Données et programmes Equipements

Plus en détail

Chapitre 13 Le monopole

Chapitre 13 Le monopole Chapitre 13 Le monopole 1. Qu est-ce que le monopole? 2. La production et le prix du monopoleur non discriminant 3. La concurrence parfaite et le monopole non discriminant : une comparaison 4. Le monopole

Plus en détail

Conditions tarifaires

Conditions tarifaires Conditions tarifaires 1 : Prix des prestations 2 : Assurances 2.1 Assurances véhicules à 4 roues 2.1.1 Couverture a) Responsabilité civile, protection juridique, PAI Responsabilité civile conformément

Plus en détail

Economie publique Licence 2, semestre 2 Année 2010-2011. TD 4 : Asymétries d information

Economie publique Licence 2, semestre 2 Année 2010-2011. TD 4 : Asymétries d information Université de Cergy-Pontoise Licence d économie et de Gestion Parcours : Economie et finance, Economie et mathématiques. Economie publique Licence 2, semestre 2 Année 2010-2011 TD 4 : Asymétries d information

Plus en détail

Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux

Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux Risque et assurance : quelques éléments théoriques Ecole des Ponts - Le 6 Avril 01 Jacques Pelletan 1 Théorie du risque et pérennité de l

Plus en détail

1/ L obligation générale de conformité

1/ L obligation générale de conformité LES GARANTIES DU VENDEUR A la suite de l achat de divers biens de consommation courante (canapé, véhicule, frigidaire, machine à laver, téléviseur ), il peut arriver que le consommateur ait besoin d invoquer

Plus en détail

LA RESPONSABILITÉ PÉNALE EN CAS D INFRACTION AU CODE DE LA ROUTE AVEC UN VÉHICULE D ENTREPRISE

LA RESPONSABILITÉ PÉNALE EN CAS D INFRACTION AU CODE DE LA ROUTE AVEC UN VÉHICULE D ENTREPRISE LA RESPONSABILITÉ PÉNALE EN CAS D INFRACTION AU CODE DE LA ROUTE AVEC UN VÉHICULE D ENTREPRISE Différence entre véhicule de foncdon et véhicule de service Véhicule de foncdon : mise à disposi,on personnelle

Plus en détail

Les différentes solutions d'assurance-crédit

Les différentes solutions d'assurance-crédit Les différentes solutions d'assurance-crédit Saviez-vous que 40% de l'actif bilan non sécurisé représenté par les créances clients 26% des dépôts bilan dus à la défaillance de clients. L'assurance-crédit

Plus en détail

Prestations d assurances de flottes automobiles. Présentation de l offre

Prestations d assurances de flottes automobiles. Présentation de l offre Prestations d assurances de flottes automobiles Présentation de l offre SOMMAIRE I. Contexte et Entités concernées II. III. Présentation des attributaires du marché L offre : un contrat modulable, des

Plus en détail

ANI SEREZ- VOUS PRETS?

ANI SEREZ- VOUS PRETS? ANI SEREZ- VOUS PRETS?! Un risque commercial et financier Plus de 4 millions d assurés individuels vont basculer dans des contrats collec8fs, avec des mouvements importants entre les différents acteurs

Plus en détail

Rencontres des mé?ers du gros œuvre ANNECY 2014

Rencontres des mé?ers du gros œuvre ANNECY 2014 Rencontres des mé?ers du gros œuvre ANNECY 2014 LES 7 CLES POUR UN SITE INTERNET EFFICACE www.internetbusinessbooster.com Table des ma?ères LE PRINCIPE DE BASE POUR UN SITE QUI PARTICIPE AUX VENTES p.

Plus en détail

Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France

Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France COMMUNIQUE DE PRESSE (V1.10 au 24 août 2012) Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France (réalisé sur les comptes arrêtés fin 2010) Analyse stratégique du marché et Mise en

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

SESSION 2013 BTS ASSURANCE CORRIGE E3

SESSION 2013 BTS ASSURANCE CORRIGE E3 SESSION 2013 BTS ASSURANCE CORRIGE E3 U3 Corrigé Page 1 Sujet n 1 1. Indiquez les éléments pris en compte pour déterminer une cotisation d assurance. La prime dépend de : (3x0,5 pt = 1,5) - La fréquence

Plus en détail

Economie sociale et transi.ons polycentriques

Economie sociale et transi.ons polycentriques Economie sociale et transi.ons polycentriques Thomas Bauwens et Sybille Mertens Congrès des économistes belges de langue française Commission 4 Quelle économie dans une ère post- croissance? 26 novembre

Plus en détail

Convention de cession d actions (modèle simple / SA)

Convention de cession d actions (modèle simple / SA) http://www.droitbelge.net infos@droitbelge.net Convention de cession d actions (modèle simple / SA) Auteur: Me Frédéric Dechamps, avocat AVERTISSEMENT Ce document est une version d évaluation du contrat.

Plus en détail

Présentation à l Association des Cadres Scolaires du Québec Par Daniel Rondeau 6 novembre 2014. Assurance pour les projets de construction

Présentation à l Association des Cadres Scolaires du Québec Par Daniel Rondeau 6 novembre 2014. Assurance pour les projets de construction Présentation à l Association des Cadres Scolaires du Québec Par Daniel Rondeau 6 novembre 2014 Assurance pour les projets de construction Agenda Assurance chantier Assurance wrap-up Autres assurances Cautionnement

Plus en détail

LE PROCESSUS DE L EXPERTISE EN RESPONSABILITE CIVILE

LE PROCESSUS DE L EXPERTISE EN RESPONSABILITE CIVILE Association pour le Management des Risques et des Assurances de l Entreprise LE PROCESSUS DE L EXPERTISE EN RESPONSABILITE CIVILE AMRAE 28 JUIN 2013 COMMENT VOYEZ VOUS L EXPERTISE «RC»? COMMENT VOYEZ VOUS

Plus en détail

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé Plan de l intervention 1 2 3 Généralités sur le fonctionnement de l assurance

Plus en détail

LE PRIX DE CESSION INTERNE

LE PRIX DE CESSION INTERNE LE PRIX DE CESSION INTERNE Introductio n Intérêt du sujet Le système du prix de cessions interne mesure les résultats économiques dégagés de chaque centres de responsabilité PROBLÉMATIQUE : Quel est le

Plus en détail

Mon véhicule. «En auto ou à moto, chaque jour, je veux pouvoir me déplacer facilement.»

Mon véhicule. «En auto ou à moto, chaque jour, je veux pouvoir me déplacer facilement.» Mon véhicule «En auto ou à moto, chaque jour, je veux pouvoir me déplacer facilement.» Pour la Macif, être à vos côtés au quotidien, dans chacun de vos déplacements, est essentiel. «POUR VOUS, LA MACIF

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

L assurance, source de connaissance sur la sinistralité des évènements naturels

L assurance, source de connaissance sur la sinistralité des évènements naturels Mercredi 12 juin 2013, AG de l AFPS L assurance, source de connaissance sur la sinistralité des évènements naturels Michel LUZI 2 Segmentation des risques Le Régime des Catastrophes Naturelles Dommages

Plus en détail

RÈGLEMENT. Gagnez 1 an d assurance auto gratuite chez Touring Assurances

RÈGLEMENT. Gagnez 1 an d assurance auto gratuite chez Touring Assurances RÈGLEMENT Gagnez 1 an d assurance auto gratuite chez Touring Assurances ARTICLE 1 : ORGANISATEUR Touring Assurances, dont le siège est situé à 1000 Bruxelles, Avenue du Port 86C boîte 117, organise un

Plus en détail

Connaissances en fonctionnement des marchés et en organisation industrielle

Connaissances en fonctionnement des marchés et en organisation industrielle Connaissances en fonctionnement des marchés et en organisation industrielle Licence Professionnelle MAN Par MESSE Pierre-Jean Contact: Pierre-Jean.Messe@univ-lemans.fr A quoi sert l économie industrielle?

Plus en détail

Ma première assurance auto. Je suis en contrôle!

Ma première assurance auto. Je suis en contrôle! Ma première assurance auto Je suis en contrôle! L assurance auto, c est obligatoire! Obligatoire L assurance auto sert d abord à couvrir les dommages que tu pourrais causer aux autres. Ça s appelle la

Plus en détail

mobilé, une protection optimale qui s adapte à vos besoins

mobilé, une protection optimale qui s adapte à vos besoins mobilé, une protection optimale qui s adapte à vos besoins 1 er assureur auto au Luxembourg LFA06DA037 V4-01/10 1 er assureur auto au Luxembourg Disponible sur demande en allemand ou en anglais. Auf Anfrage

Plus en détail

Chapitre 5 : Théorie et Gestion de Portefeuille

Chapitre 5 : Théorie et Gestion de Portefeuille Chapitre 5 : Théorie et Gestion de Portefeuille I. Notions de rentabilité et de risque II. Diversification de portefeuille III. Optimisation de Markowitz III.1. Portefeuilles composés d actifs risqués

Plus en détail

Guide d utilisation de l information de crédit en assurance de dommages au Québec

Guide d utilisation de l information de crédit en assurance de dommages au Québec Guide d utilisation de l information de crédit en assurance de dommages au Québec Le 28 septembre 2010 Guide d utilisation de l information de crédit en assurance de dommages au Québec 1 Introduction Il

Plus en détail

Vers un Système unique d informa4on na4onale de médicaments au Mexique, dans le cadre du suivi de l OMD 8.13

Vers un Système unique d informa4on na4onale de médicaments au Mexique, dans le cadre du suivi de l OMD 8.13 Vers un Système unique d informa4on na4onale de médicaments au Mexique, dans le cadre du suivi de l OMD 8.13 México Angélica Ivonne Cisneros- Luján Lisbonne, 11 septembre 2012 CONTEXTE et DÉSCRIPTION du

Plus en détail

Ergonomie SNCE Syndicat Na2onal des cabinets Conseil en Ergonomie Chambre de l Ingénierie et du Conseil de France

Ergonomie SNCE Syndicat Na2onal des cabinets Conseil en Ergonomie Chambre de l Ingénierie et du Conseil de France Ergonomie SNCE Syndicat Na2onal des cabinets Conseil en Ergonomie Chambre de l Ingénierie et du Conseil de France Document élaboré pour Ce document est des7né aux entreprises ayant pour objec7f la préven-on

Plus en détail

Five in One Solutions ciblées pour les PME. Un seul contrat pour prémunir votre entreprise contre cinq risques majeurs

Five in One Solutions ciblées pour les PME. Un seul contrat pour prémunir votre entreprise contre cinq risques majeurs Five in One Solutions ciblées pour les PME Un seul contrat pour prémunir votre entreprise contre cinq risques majeurs Five in One Vaudoise Prévoir l'essentiel pour protéger votre entreprise En Suisse,

Plus en détail

Force Nouvelle «BIEN UTILISER SON PORTEFEUILLE D ASSURANCES» PHILIPPE SCHWARM ADMINISTRATEUR DÉLÉGUÉ GONET CONSEILS FINANCES SA

Force Nouvelle «BIEN UTILISER SON PORTEFEUILLE D ASSURANCES» PHILIPPE SCHWARM ADMINISTRATEUR DÉLÉGUÉ GONET CONSEILS FINANCES SA Force Nouvelle «BIEN UTILISER SON PORTEFEUILLE D ASSURANCES» PHILIPPE SCHWARM ADMINISTRATEUR DÉLÉGUÉ GONET CONSEILS FINANCES SA Objec.fs Savoir prendre les mesures nécessaires au niveau assurances lors

Plus en détail

SYNDICAT MIXTE DU MUSEE LALIQUE CAHIER DES CHARGES. (commun à tous les lots)

SYNDICAT MIXTE DU MUSEE LALIQUE CAHIER DES CHARGES. (commun à tous les lots) CAHIER DES CHARGES (commun à tous les lots) 1 Article I : Identification du contrat Il est convenu ce qui suit, sachant qu en cas de contestation quant à l application des différents documents contractuels,

Plus en détail

Assurance emprunteur : les «marges amont» imposent la résiliation annuelle! 14 janvier 2014

Assurance emprunteur : les «marges amont» imposent la résiliation annuelle! 14 janvier 2014 Assurance emprunteur : les «marges amont» imposent la résiliation annuelle! 14 janvier 2014 1 Assurance emprunteur, 5 ème loi depuis 2006 Avant 2010, deux lois : Janvier 2007 - Loi AERAS : les personnes

Plus en détail

Découvrez les services Peugeot GD-Luxembourg Véhicules Utilitaires Janvier - Février 2011

Découvrez les services Peugeot GD-Luxembourg Véhicules Utilitaires Janvier - Février 2011 Découvrez les services Peugeot GD-Luxembourg Véhicules Utilitaires Janvier - Février 2011 Les garanties et l Assistance Peugeot Peugeot Optiway : Extension, Budget et Maintenance Peugeot Location Full

Plus en détail

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.)

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) N o 5 Formulaire d assurance complémentaire pour les dommages occasionnés au véhicule assuré (assurance de remplacement) F.P.Q. N o 5 1 er

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

NOTICE MÉTHODOLOGIQUE SUR LES OPTIONS DE CHANGE

NOTICE MÉTHODOLOGIQUE SUR LES OPTIONS DE CHANGE NOTICE MÉTHODOLOGIQUE SUR LES OPTIONS DE CHANGE Avec le développement des produits dérivés, le marché des options de change exerce une influence croissante sur le marché du change au comptant. Cette étude,

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE L ASSURANCE VTT Comment choisir les protections d assurance pour votre véhicule tout-terrain

GUIDE PRATIQUE DE L ASSURANCE VTT Comment choisir les protections d assurance pour votre véhicule tout-terrain Comment choisir les protections d assurance pour votre véhicule tout-terrain Chasse, pêche ou simple randonnée, le véhicule tout-terrain est utilisé par des milliers d adeptes au Québec. Si l utilisation

Plus en détail

Garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises

Garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises Département Évaluation des Politiques Sociales Garanties et services : les attentes des et des entreprises Mars 2014 Synthèse des résultats du 10 ème Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour

Plus en détail