Le contrôle fiscal anno 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le contrôle fiscal anno 2013"

Transcription

1 Le contrôle fiscal anno 2013 Carlos SIX! Administrateur général de la Fiscalité SPF Finances

2 Ges$on des risques Contrôle fiscal CRM & Tolérance zéro

3 ONDEMENT OBJECTIFS STRATEGIQUES Etude externe 2010 constata$ons Traitement inéquitable au niveau de la SELECTION pour le contrôle différence dans la chance de sélec8on pour un contrôle ~ région Traitement inéquitable au niveau de l EXECUTION du contrôle différence au niveau de l approche différence au niveau de la charge de travail différence dans l applica8on des accroissements d impôt manque d un contrôle de qualité du contrôle effectué 3

4 FONDEMENT OBJECTIFS STRATEGIQUES Etude externe recommanda$ons En ce qui concerne la SELECTION pour le contrôle renforcer la ges8on de risque comme fondement de la sélec8on centrale et objec8ve des dossiers de contrôle sur base de profils de risques et de modèles de fraude renforcer la mise en place d une ges8on de risque orientée groupe cible poursuivre la sélec8on centrale avec de l espace pour la sélec8on locale faire usage des compétences locales afin de renforcer la ges8on de risque centrale 4

5 FONDEMENT OBJECTIFS STRATEGIQUES Etude externe recommanda$ons En ce qui concerne l EXECUTION des contrôles renforcer l exécu8on équitable des contrôles en offrant des modèles de contrôle et des approches de contrôle pour les différents contrôles renforcer le feedback structuré sur les contrôles afin d augmenter l efficacité et lier ce feedback à TBT (tableaux de bord) renforcer le contrôle interne quant à l applica8on correcte des méthodes de travail instaurer un indicateur qui juge de la qualité de l exécu8on, avec mesure de la charge de travail, du rythme, des compétences des ressources et en tenant compte de la complexité des contrôles 5

6 FONDEMENT OBJECTIFS STRATEGIQUES PRIORITE POLITIQUE Cf. Note de poli8que générale Ministre des Finances OBJECTIF En 2017 => 80% contrôles ciblés (~ encadrés) avec une approche de contrôle => augmenta8on progressive du nombre de contrôles ciblés dans les années à venir 6

7 OBJECTIFS STRATEGIQUES OPTIMALISER LES CONTROLES AVEC GARANTIE D UN TRAITEMENT EQUITABLE TRAITEMENT EQUITABLE un même risque autant de chance de contrôle pour une même sorte de contrôle toujours la même approche dans des situa8ons comparables les mêmes décisions les mêmes sanc8ons SELECTION EXECUTION CONTRÔLE dans le respect de la réglementa8on sur la vie privée TOUT CONTRÔLER non réalisable non souhaitable 7

8 OBJECTIFS STRATEGIQUES OPTIMALISER LES CONTROLES AVEC GARANTIE D UN TRAITEMENT EQUITABLE Via approche préven8ve Annonce préalable des ac8ons de contrôle => via site internet SPF FIN, communiqué de presse Ac8ons CRM programme 2013 Qu est- ce que le CRM? Quelles ac8ons? => direc8ves spécifiques & communica8on aux services 8

9 OBJECTIFS STRATEGIQUES OPTIMALISER LES CONTROLES AVEC GARANTIE D UN TRAITEMENT EQUITABLE Via tolérance zéro vis- à- vis des non- déposants Harmonisa8on méthodes de travail => pour les différentes ma8ères lecres de rappel amendes/accroissements d impôt imposi8ons d office ges8on contrôle Déploiement processus 6 (ac8ons sur le bilan fiscal) dans les services classiques en 2013 communica8on forma8on 9

10 OBJECTIFS STRATEGIQUES OPTIMALISER LES CONTROLES AVEC GARANTIE D UN TRAITEMENT EQUITABLE Via la poursuite de l inves8ssement dans une ges8on de risque performante qui résulte dans une surveillance fiscale ciblée de qualité D ici % ac$ons de contrôle ciblées (= encadrées) Via sélec$on centrale Impéra8fs Avec une approche de contrôle et une charge de travail Typologie : ciblé ponctuel contrôle de suivi 10

11 3. PROCESSUS PROGRAMME DE CONTRÔLE 11

12 SELECTION DOSSIERS CYCLE DE GESTION & STATISTIQUES ANALYSE FEEDBACK SUIVI & ADAPTATION SELON CAPACITE CALCUL CAPACITE DE CONTRÔLE MISE A DISPOSITION VIA STIRCO ADAPTATION NIVEAU N3 ATTRIBUER ET EXECUTER LES MISSIONS

13 Sélec$on centralisée des dossiers impéra$fs et indica$fs Input registre des risques Plan pluriannuel Plan de contrôle centralisé Typologie de contrôle Approche de contrôle et méthodologie Contrôle - charge de travail 13

14 Sélec$on centralisée des dossiers impéra$fs et indica$fs INPUT DU REGISTRE DES RISQUES Venant des services extérieurs fiches de feedback boîte à idées TACM => intranet contrôle futur: FiscIDEE demande de suivi personnes de contact TACM Venant de TACM traitement interne des données Venant d autres sources management SPF Finances instances poli8ques autres SPF étranger. 14

15 Sélec$on centralisée des dossiers impéra$fs et indica$fs PLAN PLURIANNUEL Plan quinquennal des ac8ons de contrôle prévues Plan évolu8f => adapta8on en fonc8on : des moyens des priorités stratégiques de l actualité Basé sur l informa8on du registre des risques input centralisé input non centralisé Tenir compte des processus pour la collabora8on avec les services de recherche (SLR/SLA) input sou8en 15

16 Sélec$on centralisée des dossiers impéra$fs et indica$fs PLAN ANNUEL DE CONTROLE CENTRALISE Sélec$on centrale annuelle sur base du plan pluriannuel Peut être soutenu par des pré études & des ac8ons de recherche Con8ent les ac8ons de contrôle & les ac8ons CRM des ac8ons ponctuelles & récurrentes Possibilités pendant la période de contrôle de : proposi8ons supplémentaires ajustements/adapta8ons/modifica8ons sur base des feedbacks recueillis 16

17 Sélec$on centralisée des dossiers impéra$fs et indica$fs PLAN ANNUEL DE CONTRÔLE CENTRALISE DESCRIPTION DES GROUPES- CIBLES PRIVACY DONNEES DOSSIERS A CONTROLER PAR SERVICE ACTION DE CONTROLE APPROCHE DE CONTROLE CHARGE DE TRAVAIL LISTE DES CONTRIBUABLES SELON LE PROFIL DE RISQUE 17

18 Sélec$on centralisée des dossiers impéra$fs et indica$fs 18

19 Sélec$on centralisée des dossiers impéra$fs et indica$fs 19

20 Sélec$on centralisée des dossiers impéra$fs et indica$fs Descrip$on des groupes- cibles Personnes qui exercent une même ac$vité Personnes qui sont ac8ves dans le même secteur économique Personnes concernées par une même probléma$que fiscale ou non fiscale 20

21 Sélec$on centralisée des dossiers impéra$fs et indica$fs Descrip$on de groupes- cibles Les étapes du traitement d un groupe- cible 1. Iden$fica$on du groupe- cible 2. Recherche et analyse des informa$ons u$les 3. Dossiers pilotes meilleure connaissance du groupe- cible => collabora$on temporaire avec les services extérieurs 4. Etablir/fixer un profil de risques 5. Etablir les listes de sélec$on et l approche de contrôle 6. Dossiers tests tester la qualité de la sélec$on et de l approche de contrôle => fait par les services extérieurs 7. Lancement des ac$ons 8. Aide en ligne et analyse du feedback 21

22 Sélec$on centralisée des dossiers impéra$fs et indica$fs Description de groupe-cible sélection du groupe-cible 4. Profil Profil Objectif de de risques risques de TACM trop trop : large restreint 3. Sélection sans gestion de 2. => 1. Une => le trouver groupe peu Sélection risques partie de le : du dossiers de meilleur couvre l ensemble groupe risques sans équilibre 100% à est du risques risque du groupe ne se à trouve partiellement pris entre cible pas risque contrôle est dans sélectionné sélectionné risques. et groupe sélection. MAIS pas MAIS cible assez établi trop de sur dossiers de base dossiers des sans données risque sélectionnés encore disponibles. dans mis en le contrôle. groupe => trop à de risques. dossiers sans risque mis en contrôle. 22

23 Sélec$on centralisée des dossiers impéra$fs et indica$fs Description de groupe-cible sélection du groupe-cible 1. Sélection couvre 100% du groupe à risques. 2. Une partie du groupe à risques ne se trouve pas dans le groupe cible établi sur base des données disponibles. 3. Sélection sans gestion de risques : l ensemble du groupe cible est sélectionné => trop de dossiers sans risque mis en contrôle. 4. Profil de risques trop large => le groupe de risques est partiellement sélectionné MAIS trop de dossiers sans risque encore mis en contrôle. 5. Profil de risques trop restreint => peu de dossiers sans risque pris en contrôle MAIS pas assez de dossiers sélectionnés dans le groupe à risques. 6. Objectif de TACM : trouver le meilleur équilibre entre risque et sélection. 23

24 Sélec$on centralisée des dossiers impéra$fs et indica$fs Privacy Législa$on Privacy : Loi du 8 décembre 1992 Loi du 3 août 2012 Conséquences : Chaque croisement de données est soumis à cece législa8on => légalité, finalité & propor8onnalité Fondamentalement différent du traitement de données au niveau d un dossier individuel Procédure pour l échange de données avec d autres instances Anonymisa8on des données è Data Access Management 24

25 Sélec$on centralisée des dossiers impéra$fs et indica$fs LISTE DE CONTRIBUABLES A CONTROLER Liste na8onale Classement par ac8on de contrôle par service Classement des missions en partant de celle avec le plus haut risque (n 1) vers la mission avec le risque le plus faible (dernier n ) 25

26 LISTE DES CONTRIBUABLES A CONTROLER 2 TYPES DE DOSSIERS Sélec$on centralisée des dossiers impéra$fs et indica$fs Dossiers impéra$fs : Conformément au plan annuel Toujours prioritaires sur les dossiers indica8fs Obliga8on de traitement Sélec8on centralisée Groupes- cibles théma8ques & sectoriels Dossiers individuels & ramifica8ons Dossiers indica$fs : Maximum 20% de la capacité totale è sélec8on par le service sur base de : connaissances locales ( = programme complémentaire) sélec8on centralisée indica8ve (dossiers individuels & ramifica8ons ) 26

27 Sélec8on centralisée des dossiers impéra8fs et indica8fs Input registre des risques Plan pluriannuel Plan de contrôle centralisé Typologie de contrôle Approche de contrôle et méthodologie Contrôle - charge de travail 27

28 Typologie de contrôle 4 TYPOLOGIES DE CONTROLE Contrôle ponctuel = un élément défini et une approche de contrôle spécifique Contrôle ciblé = différents éléments et une approche de contrôle spécifique Contrôle orienté = sans élément spécifique communiqué, ni approche de contrôle spécifique Contrôle de suivi = élément(s) spécifique(s) à suivre suite à un contrôle précédent 28

29 Sélec8on centralisée des dossiers impéra8fs et indica8fs Input registre des risques Plan pluriannuel Plan de contrôle centralisé Typologie de contrôle Approche de contrôle et méthodologie Contrôle - charge de travail 29

30 Approche de contrôle avec méthodologie APPROCHE & MODELES DE CONTROLE Méthodologie de contrôle sectorielle : professions, ac8vités théma8que : indiciaire, franchisé, IN règles comptables et implica8ons fiscales Documents types adaptés à un risque iden$fié demande de renseignements avis de rec8fica8on modèle de procès- verbal 30

31 Approche de contrôle avec méthodologie APPROCHE & MODELES DE CONTROLE 2 objec$fs Procédure obligatoire à suivre Obliga8on de respecter la méthodologie de contrôle spécifique dans le cadre d une ac8on de contrôle (approche de contrôle) Aide à l agent taxateur Informa8on générale et/ou spécifique et aide lorsque l agent taxateur est confronté à un problème spécifique 31

32 Sélec8on centralisée des dossiers impéra8fs et indica8fs Input registre des risques Plan pluriannuel Plan de contrôle centralisé Typologie de contrôle Approche de contrôle et méthodologie Contrôle - charge de travail 32

33 Coefficient de charge de travail CONTROLE - CHARGE DE TRAVAIL Sur base de la pondéra$on des dossiers : Dossiers impéra$fs : Exprimée en points (= jours) par ac8on et par impôt, en fonc8on de la charge de travail es8mée suivant la méthodologie de contrôle Alen$on : il s agit d une moyenne! => offre une certaine flexibilité aux services extérieurs 33

34 34

35 SELECTION DOSSIERS CYCLE DE GESTION & STATISTIQUES ANALYSE FEEDBACK SUIVI & ADAPTATION SELON CAPACITE CALCUL CAPACITE DE CONTRÔLE MISE A DISPOSITION VIA STIRCO ADAPTATION NIVEAU N3 ATTRIBUER ET EXECUTER LES MISSIONS

36 SHAREPOINT = base pour le calcul de la capacité de contrôle Traitement des données par les Ges8onnaires de Planning Senior dans le cadre de la prépara8on des ac8ons de contrôle Agents de contrôle par service + % travail lié aux ac8vités de contrôle En tenant compte des absences => introduc8on mensuelle par les direc8ons régionales / CC!!! 45

37 SHAREPOINT Résultat = capacité de contrôle par direc8on régionale / CC * = nombre de points par Direc8on régionale / CC * = jours par direc8on régionale /CC * Mise à jour mensuelle par les direc8ons régionales /CC * absences % * CC = CC de base et CC relié ou CC établis au même centre administra5f 46

38 REDISTRIBUTION DES DOSSIERS IMPÉRATIFS Correc8on centrale : des direc8ons régionales classiques vers CC Calcul global par direc8on régionale classique Certaines ac8ons sont répar8es exclusivement vers les CC ou vers contrôles classiques Autres ac8ons : en principe répar8es vers les services classiques en fonc8on de la capacité de contrôle (calculée par direc8on régionale) Chances égales pour le contrôle Si capacité insuffisante dans une direc8on régionale classique à répar88on centrale au(x) CC compétent(s) via STIRCO 38

39 MISE A DISPOSITION VIA STIRCO ACTIONS DE CONTROLE TACM CAPACITE DE CONTROLE GPS DOSSIERS PAR SERVICE DANS STIRCO 48

40 DOSSIERS DANS STIRCO Dossiers par service Dossiers impéra8fs Dossiers indica8fs ME/DM dossiers indica8fs sélec8onnés centralement Timing Ac8ons de contrôle 2013 : décembre 2012 & janvier 2013 Ac8ons de contrôle 2014: 31 octobre 2013 & 31 janvier 2014 Dossiers individuels et à ramifica8ons : toute l année Impact Nombre de dossiers impéra8fs en fonc8on de la capacité de contrôle calculée au niveau des direc8ons régionales / cc* 49

41 SELECTION DOSSIERS CYCLE DE GESTION & STATISTIQUES ANALYSE FEEDBACK SUIVI & ADAPTATION SELON CAPACITE CALCUL CAPACITE DE CONTRÔLE MISE A DISPOSITION VIA STIRCO ADAPTATION NIVEAU N3 ATTRIBUER ET EXECUTER LES MISSIONS

42 Ajustement au niveau de la direc$on/cc concernant le traitement des dossiers impéra$fs en cas de capacité de contrôle insuffisante Services classiques correc$on Le directeur régional désigne, au sein de la direc8on régionale, un collaborateur qui fournira une assistance au service dont la capacité de contrôle est insuffisante. Ce collaborateur con8nue à travailler physiquement dans son service mais reçoit les accès à l applica8on STIRCO afin de traiter les dossiers des autres services. GPS coordonne cece modifica8on (adapta8on des droits d accès dans STIRCO) 52

43 Ajustement au niveau de la direc$on/cc concernant le traitement des dossiers impéra$fs en cas de capacité de contrôle insuffisante Centre de contrôle correc$on seulement pour CC de base et CC relié ou CC établis au même centre administra8f, le(s) directeur(s) régional(aux) CC désigne(nt) un collaborateur afin de traiter le(s) dossier(s) d un autre centre de contrôle ce collaborateur con8nue à travailler physiquement dans son service mais reçoit les accès à l applica8on STIRCO afin de traiter les dossiers de l autre CC GPS coordonne cece modifica8on (adapta8on des droits d accès dans STIRCO) 53

44 SELECTION DOSSIERS CYCLE DE GESTION & STATISTIQUES ANALYSE FEEDBACK SUIVI & ADAPTATION SELON CAPACITE CALCUL CAPACITE DE CONTRÔLE MISE A DISPOSITION VIA STIRCO ADAPTATION NIVEAU N3 ATTRIBUER ET EXECUTER LES MISSIONS

45 GPS => direc$on régionale/cc Suivi proac8f par le GPS qui contactera la direc8on (direc8on régionale/ CC) si nécessaire Direc$on régionale/cc => GPS Dans le cas où certains problèmes ont été constatés dans les services extérieurs, p.ex.: la capacité de contrôle a été introduite de façon erronée, alors que les dossiers sont déjà disponibles dans STIRCO) varia8ons importantes dans la capacité.. Contactez le GPS qui évalue la situa8on en tenant compte du contexte qui recherche une solu8on en concerta8on avec la direc8on N3 55

46 SELECTION DOSSIERS CYCLE DE GESTION & STATISTIQUES ANALYSE FEEDBACK SUIVI & ADAPTATION SELON CAPACITE CALCUL CAPACITE DE CONTRÔLE MISE A DISPOSITION VIA STIRCO ADAPTATION NIVEAU N3 ATTRIBUER ET EXECUTER LES MISSIONS

47 Quelles missions à alribuer et exécuter? Dossiers impéra8fs = sélec8on centrale Dossiers TACM : complète le remplissage du nombre de dossiers à contrôler sur base du poids des dossiers de la capacité du service Nuance - dossiers TVA : L28bis, I720, SCAC => il s agit de dossiers impéra8fs que le service doit enregistrer lui- même dans STIRCO. Dossiers indica8fs = sélec8on locale (solde après les dossiers impéra8fs) Programme complémentaire = dossiers connaissance locale Dossiers indica8fs (à par8r d ac8ons centrales) Dossiers ME/DM 57

48 Alribu$on et prépara$on des missions à exécuter => ges8onnaire - chef de team (services classiques) => ges8onnaire de planning et chef de team (CC) 1. Finaliser le plan de travail (si capacité) Dossiers indica8fs connaissance locale (programme complémentaire) OU/ET dossiers indica8fs sélec8onnés centralement ET (SI SOLDE) dossiers ME/DM 2. STIRCO exper8se locale : créer manuellement autres : à valider max 20% si solde 3. Acribuer les missions de contrôle dans STIRCO créa8on manuelle valida8on 58

49 Alribu$on et prépara$on des missions à exécuter => ges8onnaire chef de team (services classiques) => ges8onnaire de planning & chef de team (CC) Dossiers indica0fs points importants pour la sélec0on locale Les dossiers indica8fs sont toujours créés manuellement dans STIRCO Objec8fs de rendement fixés à 75% pour le programme complémentaire (sélec8on locale des dossiers) Irrégularités constatées lors de la vérifica8on d un dossier impéra8f mais qui ne font pas par8e de la mission de contrôle, possibilité de le reprendre dans le programme complémentaire 59

50 Irrégularités constatées lors de la vérifica8on d un dossier impéra8f qui ne font pas par8e de la mission de contrôle. => possibilité de reprendre le dossier dans le programme complémentaire (suite) Soit en l intégrant dans la mission de contrôle impéra8ve => pas d impact sur la capacité de contrôle => inclus dans la charge de travail moyenne de la mission de contrôle impéra8ve Soit en l enregistrant dans le programme complémentaire avec une charge de travail déterminée => impact sur la capacité de contrôle Soit pas de capacité dans le programme complémentaire : désélec8on d une mission de contrôle indica8ve de moindre importance à enregistrer pour la prochaine période de contrôle 60

51 Problèmes possibles lors de l exécu$on des missions de contrôle => agent taxateur Au lancement du plan de travail 2013 : missions de contrôle re8rées de STIRCO sans communica8on Que faire des résultats déjà obtenus au cas où des missions de contrôle impéra8ves sont annulées? Acribu8on simultanée de missions de contrôle avec des ac8ons ISI Acribu8on simultanée d autres ac8ons pour le même contribuable => à lier dans le futur => méthode de travail actuelle 51

52 Points d alen$on lors de l exécu$on de la mission => agent taxateur Les instruc8ons et les modèles de contrôle con8ennent déjà beaucoup d informa8on Les données signalé8ques doivent être tenues à jour (par ex. codes Nacebel ) Une acen8on par8culière doit être portée sur le fait que des données incorrectes, non complétées ou non corrigées peuvent mener à de mauvaises sélec8ons bordereaux déclara8ons lis8ngs données sta8s8ques 52

53 Suivi => hiérarchie Rôle du chef de team CC / chef de service (classique) Suivre l exécu8on des ac8ons de contrôle Contrôler la qualité des missions de contrôle exécutées => via valida8on STIRCO => la valida8on par le chef de team dans STIRCO = confirma8on qu un contrôle a été mené suivant les direc8ves Suivre la qualité des données introduites dans STIRCO Rôle du directeur régional Suivre au niveau de DR / CC 53

54 Donner du feedback - intermédiaire => Agent de taxa8on Comment? En direct = excep8on au principe de communica8on aux services centraux via la voie hiérarchique téléphone mail A qui? personnes de contact de l ac8on Quand? en permanence Constata8ons? charge de travail sures8mée, sélec8on incorrecte, problème de rendement Conséquences? possibilité d ajustement/arrêt de l ac8on de contrôle 54

55 Donner du feedback - final Agent de taxa8on Comment? via STIRCO Quand? à la clôture de la mission de contrôle Points d acen8on base de l analyse rubrique H. Commentaire rubrique I. Contrôle de suivi 55

56 SELECTION DOSSIERS CYCLE DE GESTION & STATISTIQUES ANALYSE FEEDBACK SUIVI & ADAPTATION SELON CAPACITE CALCUL CAPACITE DE CONTRÔLE MISE A DISPOSITION VIA STIRCO ADAPTATION NIVEAU N3 ATTRIBUER ET EXECUTER LES MISSIONS

57 Analyse du feedback => rela$f aux critères de sélec$on Par TACM Objec8fs améliorer les critères de sélec8on pour le futur améliorer l approche de contrôle pour le futur désélec8onner les missions en cours sélec8onnées à tort 57

58 Analyse du feedback => rela$f au rendement des ac$ons Par le Ges8onnaire de Planning Senior avec la collabora8on de TACM correspondants business N2 Objec8f = arrêter les ac8ons dont le rendement est insuffisant proposi8on de mecre fin à l ac8on à l (aux) Administrateur(s) N2 décision d y mecre fin en concerta8on avec le Collège 68

59 SELECTION DOSSIERS CYCLE DE GESTION & STATISTIQUES ANALYSE FEEDBACK SUIVI & ADAPTATION SELON CAPACITE CALCUL CAPACITE DE CONTRÔLE MISE A DISPOSITION VIA STIRCO ADAPTATION NIVEAU N3 ATTRIBUER ET EXECUTER LES MISSIONS

60 Cycle de ges8on & sta8s8ques via MPM et Business Correspondants N2 & N3 Détermina8on des KPI s Suivi des KPI s Contrôle de qualité par la cellule Maîtrise de l organisa8on Checklist Sur place 60

61 4. ACTEURS 61

62 LES ACTEURS LES PLUS IMPORTANTS 1. TAX AUDIT & COMPLIANCE MANAGEMENT 2. GESTIONNAIRES DE PLANNING SENIOR 3. RECHERCHES & CELLULES E- AUDIT 4. DIRIGEANTS & AGENTS TAXATEURS SERVICES EXTERIEURS 5. AUTRES ACTEURS Services centraux N1 Exper8se Opéra8onnelle et Support Service central N2 Sou8en au Management MPM & Correspondants Business N2 & N3 Cellule Maîtrise de l Organisa8on Hiérarchie locale 62

63 SERVICE TAX AUDIT & COMPLIANCE MANAGEMENT 63

64 TACM - CONTEXTE De 2010 au milieu de 2012 : Administra8on Générale de la Fiscalité & Administra8ons P, PME & GE AGFisc => un service de ges8on des risques propre Plateforme de coordina8on au niveau N Plan annuel & pluriannuel validé par le management Avril 2012 : regroupement fonc8onnel EOS- TACM EOS = Exper8se Opéra8onnelle et Support (N1) Intégra8on & modernisa8on des processus de ges8on des risques (GR) Créa8on du service TACM Regroupement de toutes les ac8vités qui mènent à un contrôle fiscal Con8ent entre autre l ancien GOCS 64

65 TACM - ORGANIGRAMME 65 65

66 TACM - TACHES TEAM GESTION DES GROUPES- CIBLES Coordina$on Coordonner les ac8vités rela8ves à la descrip8on de groupes- cibles TEAM GESTION DES GROUPES- CIBLES Exper$se Traiter l input de la ges8on des risques pour établir le plan annuel et pluriannuel Collaborer aux ac8vités rela8ves à la descrip8on de groupes- cibles 66

67 TACM - TACHES TEAM ANALYSE Déterminer les besoins en données Collaborer à l établissement des fiches Data Access Management (DAM) Organiser & assurer la livraison des données Rédiger des indicateurs de risques & des critères de sélec8on Exécuter des query's TEAM DOSSIERS INDIVIDUELS & RAMIFICATIONS Traiter les inputs d informa8on des dossiers individuels & similaires Préparer des ac8ons et des missions de contrôle Mecre à disposi8on des dossiers à contrôler Assurer le suivi des ac8ons et des missions de contrôle 67

68 TACM - TACHES TEAM GESTION DES MODELES DE CONTROLE Mecre à jour les modèles de contrôle existants Etablir de nouveaux modèles de contrôle, éventuellement avec l aide des collaborateurs des services extérieurs Assurer le suivi des modèles de contrôle 68

69 RECHERCHES & E- AUDIT 69

70 RECHERCHE & CELLULES E- AUDIT Collabora8on avec les recherches au niveau central (via TACM) Agents de recherche constata8ons sur demande de TACM liées aux ac8ons de contrôle en cours & à venir via procédure SLR = service level request = demande SLA = service level agreement = accord Cellules E- audit Exemples horeca indépendants au forfait intermédiaires lors de ventes sur internet 70

71 RECHERCHE & CELLULES E- AUDIT Collabora$on avec les recherches au niveau local SLA : non déposants et nouveaux contribuables et assuje s demande/résultat via l applica8on SLA sur le site intranet de la recherche Recherche locale (ELO) demande directe via contact téléphonique ou par mail résultats dans l applica8on ELO sur le site intranet de la recherche la recherche décide quelle mission sera réalisée 81

72 GESTIONNAIRES DE PLANNING SENIOR 72

73 GESTIONNAIRE DE PLANNING SENIOR (GPS) 73

74 Ges$onnaire de Planning Senior (GPS) 1 GPS par Administra8on Administra8on P : Geert Administra8on PME : Katleen Administra8on GE (CC y compris) : Rudy Tâches : Donner la forme au plan de travail Déterminer la capacité de contrôle des services de contrôle Coordonner l instruc8on du plan de travail Coordonner la réalisa8on et le suivi des ac8ons de contrôle Personne de contact pour les services de contrôle en cas de problèmes liés à la capacité de contrôle 85

75 DIRIGEANTS & AGENTS TAXATEURS SERVICES EXTERIEURS 75

76 DIRIGEANTS ET AGENTS TAXATEURS SERVICES EXTERIEURS Collabora$on temporaire des services extérieurs Dans le cadre de la prépara8on des ac8ons de contrôle Exécu8on de dossiers pilotes/tests Examen des codes Nacebel Vérifier l exac8tude En cas d adapta8on par le CC => informer le service de ges8on! Sélec$on & exécu$on des missions de contrôle Signaler les problèmes => feedback! 76

77 DIRIGEANTS ET AGENTS TAXATEURS SERVICES EXTERIEURS Partager l exper$se et la connaissance du terrain => input pour les modèles de contrôle Via mail : Via téléphone : Vincent Tragnée Via courrier (documenta8on détaillée) SPF Finances AGFisc - TACM North Galaxy Tour A étage 21 Bd du roi Albert II boîte Bruxelles Feedback Intermédiaire Final : lors de la clôture des missions de contrôle via STIRCO Nouvelles idées & sugges$ons Boîte à idées et sugges8ons TACM (auparavant GOCS) Prochainement via FiscIDEE 77

78 Merci de votre attention

Cabinet de Conseil STRATÉGIE MANAGEMENT ORGANISATION JURIDIQUE FORMATION AVEC BW CONSULTANTS CHOISISSEZ DE GARANTIR VOTRE DEVELOPPEMENT

Cabinet de Conseil STRATÉGIE MANAGEMENT ORGANISATION JURIDIQUE FORMATION AVEC BW CONSULTANTS CHOISISSEZ DE GARANTIR VOTRE DEVELOPPEMENT Cabinet de Conseil STRATÉGIE MANAGEMENT ORGANISATION JURIDIQUE FORMATION 1 Pourquoi nous choisir? Le chef d entreprise, surtout s il est propriétaire, déteste l aventure. Notre Objec>f est de vous accompagner

Plus en détail

CATALOGUE 2015 Forma!ons courtes PARCOURS TRADUCTION

CATALOGUE 2015 Forma!ons courtes PARCOURS TRADUCTION CATALOGUE 2015 Forma!ons courtes PARCOURS TRADUCTION - 21, rue d Assas 75270 Paris Cedex 06 Tél. : +33(1) 42 22 33 16 Fax : +33 (1) 45 44 17 67 forma!on.con!nue@isit-paris.fr - www.isit-paris.fr Etablissement

Plus en détail

Évolu>on et maintenance

Évolu>on et maintenance IFT3912 Développement et maintenance de logiciels Évolu>on et maintenance Bruno Dufour Université de Montréal dufour@iro.umontreal.ca Modifica>on des logiciels Les modifica>ons sont inévitables Des nouveaux

Plus en détail

Les méthodes Agiles. Introduc)on aux méthodes Agiles Exemple : Scrum

Les méthodes Agiles. Introduc)on aux méthodes Agiles Exemple : Scrum Les méthodes Agiles Introduc)on aux méthodes Agiles Exemple : Scrum Défini)on de base Les méthodes Agiles sont des procédures de concep)on de logiciel qui se veulent plus pragma)ques que les méthodes tradi)onnelles

Plus en détail

INTRASTAT 2015. No ce explica ve Merkbla

INTRASTAT 2015. No ce explica ve Merkbla INTRASTAT 2015 Noce explicave Merkbla Rédacon en chef Alain Hoffmann Rédacon, coordinaon et concepon graphique Luc Kohnen STATEC Instut naonal de la stasque et des études économiques Centre Administraf

Plus en détail

BTS Assurance et passerelles mé2ers en Mutualité

BTS Assurance et passerelles mé2ers en Mutualité BTS Assurance et passerelles mé2ers en Mutualité Le BTS Assurance vous prépare à exercer des responsabilités dans le domaine de la souscrip2on des assurances ou du règlement des sinistres Lieux d exercice

Plus en détail

Vers un Système unique d informa4on na4onale de médicaments au Mexique, dans le cadre du suivi de l OMD 8.13

Vers un Système unique d informa4on na4onale de médicaments au Mexique, dans le cadre du suivi de l OMD 8.13 Vers un Système unique d informa4on na4onale de médicaments au Mexique, dans le cadre du suivi de l OMD 8.13 México Angélica Ivonne Cisneros- Luján Lisbonne, 11 septembre 2012 CONTEXTE et DÉSCRIPTION du

Plus en détail

Catalogue de FORMATIONS 2015

Catalogue de FORMATIONS 2015 Catalogue de FORMATIONS 2015 Qui sommes nous? î SmartView est un cabinet de conseil et de forma1on, basé à Montpellier et Paris, qui accompagne ses clients professionnels, grands comptes ou PME innovantes,

Plus en détail

Service de Messagerie Enseignement et Recherche

Service de Messagerie Enseignement et Recherche Service de Messagerie Enseignement et Recherche ESUP Days Juillet 2013 Didier Benza RENATER Jean-François Guezou RENATER Agenda Présenta)on du service Point d étape et consulta)on Modèle économique Sécurité

Plus en détail

Présentation Level5. Editeur de Logiciels. «If it s not monitored, it s not in production» Theo Schlossnagle #velocityconf

Présentation Level5. Editeur de Logiciels. «If it s not monitored, it s not in production» Theo Schlossnagle #velocityconf Editeur de Logiciels Présentation Level5 «If it s not monitored, it s not in production» Theo Schlossnagle #velocityconf «If you can not measure it, you can not improve it» Lord Kelvin vous accompagne

Plus en détail

Dématérialisa*on des factures B2B & B2G 2015 2017 2020 Apeca Cyrille Sautereau, Admarel Conseil

Dématérialisa*on des factures B2B & B2G 2015 2017 2020 Apeca Cyrille Sautereau, Admarel Conseil Dématérialisa*on des factures B2B & B2G 2015 2017 2020 Apeca Cyrille Sautereau, Admarel Conseil 1 Créé en 2012 15 ans d expérience dans la dématérialisa?on des processus achat / vente Accompagne le développement

Plus en détail

LA DIGITALISATION DE LA RELATION CLIENT

LA DIGITALISATION DE LA RELATION CLIENT PARTENAIRES ENTREPRISE ET TRANSFORMATION DIGITALE LA DIGITALISATION DE LA RELATION CLIENT PROGRAMME Face à la mulplicaon des canaux digitaux de communicaon, à l évoluon des comportements des clients et

Plus en détail

TRANSFORMATION DIGITALE : COMMENT INDUSTRIALISER ET PÉRENNISER LA MÉTHODE AGILE À PLUS GRANDE ÉCHELLE

TRANSFORMATION DIGITALE : COMMENT INDUSTRIALISER ET PÉRENNISER LA MÉTHODE AGILE À PLUS GRANDE ÉCHELLE PARTENAIRES ENTREPRISE & TRANSFORMATION DIGITALE : TRANSFORMATION DIGITALE : COMMENT INDUSTRIALISER ET PÉRENNISER LA MÉTHODE AGILE À PLUS GRANDE ÉCHELLE PROGRAMME Dans des environnements de plus en plus

Plus en détail

Le secteur de la Mutualité. Présenta*on des organismes Structure et caractéris*ques des emplois Zoom sur les mé*ers

Le secteur de la Mutualité. Présenta*on des organismes Structure et caractéris*ques des emplois Zoom sur les mé*ers Le secteur de la Mutualité Présenta*on des organismes Structure et caractéris*ques des emplois Zoom sur les mé*ers 1 La protec*on sociale Ensemble des moyens mis en œuvre par un pays pour protéger ses

Plus en détail

AVIS A MANIFESTATION D INTERET N 017/MPT/2013/UCP/CAB

AVIS A MANIFESTATION D INTERET N 017/MPT/2013/UCP/CAB AVIS A MANIFESTATION D INTERET N 017/MPT/2013/UCP/CAB RECRUTEMENT D UN CONSULTANT INDIVIDUEL POUR LA REALISATION DE L ETUDE SUR LA PORTABILITE SUR LE MARCHE DES TELECOMMUNICATIONS EN REPUBLIQUE DU CONGO

Plus en détail

BTS SP3S Services et presta,ons des secteurs sanitaire et social et passerelles mé0ers en Mutualité

BTS SP3S Services et presta,ons des secteurs sanitaire et social et passerelles mé0ers en Mutualité BTS SP3S Services et presta,ons des secteurs sanitaire et social et passerelles mé0ers en Mutualité BTS SP3S Le BTS SP3S forme les étudiants à des fonc8ons de rela0on et de communica0on, de ges0on de la

Plus en détail

DOCUMENTATION KAPTravel Module de gestion des appels de disponibilité

DOCUMENTATION KAPTravel Module de gestion des appels de disponibilité DOCUMENTATION KAPTravel Module de gestion des appels de disponibilité 01/06/15 KAPT Tous Droits Réservés 2 PRÉSENTATION Ce+e présenta3on va vous perme+re de prendre en main la plateforme de ges3on KAPTravel

Plus en détail

L exper>se sur financements européens et autres : quelles opportunités pour les consultants et les universitaires?

L exper>se sur financements européens et autres : quelles opportunités pour les consultants et les universitaires? L exper>se sur financements européens et autres : quelles opportunités pour les consultants et les universitaires? Cyril Bouyeure, www.idefie.org Château Kiener, 24 rue de Verdun, Colmar le 8 juillet 2015

Plus en détail

L Europe s engage en Mar/nique auprès des Entreprises

L Europe s engage en Mar/nique auprès des Entreprises L Europe s engage en Mar/nique auprès des Entreprises Les Programmes européens 2014-2020 Le contenu des programmes Les axes d interven-on Les chiffres Les nouveautés La méthode de sélec-on Les mesures Une

Plus en détail

H2PS engage ses compétences auprès des entreprises et des parculiers par la mise en place de soluons d accompagnements et de services.

H2PS engage ses compétences auprès des entreprises et des parculiers par la mise en place de soluons d accompagnements et de services. Notre Société H2PS engage ses compétences auprès des entreprises et des parculiers par la mise en place de soluons d accompagnements et de services. Nos Engagements: Nous uliserons nos connaissances, expériences

Plus en détail

Vision, Stratégie Changement Leadership

Vision, Stratégie Changement Leadership Cabinet de Conseil et de Développement des Hommes et des Organisations Vision, Stratégie Changement Leadership Accompagnement humain des réorganisations Optimisation managériale et relationnelle Cohésion

Plus en détail

LE MOBILE B2B : UN LEVIER BUSINESS INSOUPÇONNÉ

LE MOBILE B2B : UN LEVIER BUSINESS INSOUPÇONNÉ PARTENAIRES MOBILITE LE MOBILE B2B : UN LEVIER BUSINESS INSOUPÇONNÉ PROGRAMME Le mobile B2B est un sujet extrêmement large qui recouvre de nombreux thèmes. Nous aborderons les probléma(ques liées aux offres

Plus en détail

Veille et E- réputa.on

Veille et E- réputa.on Conven5on Medialibs Veille et E- réputa.on Mickaël Réault - CEO Qu est- ce que l e- réputa.on? E- réputa.on Image que les internautes se font d une marque ou d une personne en fonc5on de traces la concernant

Plus en détail

Séminaire Aristote - 11 avril 2012 Jedeclare.com d'un Portail Déclara:f à une Plate- forme globale de dématérialisa:on au service d'une profession

Séminaire Aristote - 11 avril 2012 Jedeclare.com d'un Portail Déclara:f à une Plate- forme globale de dématérialisa:on au service d'une profession Séminaire Aristote - 11 avril 2012 Jedeclare.com d'un Portail Déclara:f à une Plate- forme globale de dématérialisa:on au service d'une profession Stéphane Gasch Directeur des études informa:ques du CSOEC

Plus en détail

FORUM DES METIERS 2012. Diaporama réalisé en partenariat avec la sec1on BTS «Assistant de Manager» du lycée Paul Langevin, Mar1gues

FORUM DES METIERS 2012. Diaporama réalisé en partenariat avec la sec1on BTS «Assistant de Manager» du lycée Paul Langevin, Mar1gues FORUM DES METIERS 2012 Diaporama réalisé en partenariat avec la sec1on BTS «Assistant de Manager» du lycée Paul Langevin, Mar1gues Le secteur financier Les mé

Plus en détail

Parcours de soins, solu/ons de partage Évolu/ons des poli/ques na/onales & Mises en œuvre régionales Séminaire IFERISS 17 Avril 2014

Parcours de soins, solu/ons de partage Évolu/ons des poli/ques na/onales & Mises en œuvre régionales Séminaire IFERISS 17 Avril 2014 Parcours de soins, solu/ons de partage Évolu/ons des poli/ques na/onales & Mises en œuvre régionales Séminaire IFERISS 17 Avril 2014 Sommaire 1) Présenta/on du GCS Télésanté Midi- Pyrénées 2) Dossier Médical

Plus en détail

Solutions et Services. d'analyse prédictive

Solutions et Services. d'analyse prédictive ProbaYes Mastering Uncertainty Solutions et Services d'analyse prédictive Mai 2013 Copyright 2013 Probayes All Rights Reserved 1 Présenta)on Probayes Créée en 2003 Basée en France (Grenoble) Spin-off de

Plus en détail

22ème Conven*on na*onale de l Intercommunalité 14 octobre 2011. Mutualisa*on : déployer les nouveaux ou*ls de la réforme

22ème Conven*on na*onale de l Intercommunalité 14 octobre 2011. Mutualisa*on : déployer les nouveaux ou*ls de la réforme 22ème Conven*on na*onale de l Intercommunalité 14 octobre 2011 Mutualisa*on : déployer les nouveaux ou*ls de la réforme Grand Dole (Pdt : Claude Chalon) Créé en 2008, issu d une fusion, 41 communes, 53

Plus en détail

Journées Grandes Marques 2014

Journées Grandes Marques 2014 Journées Grandes Marques 2014 I - STRATÉGIE & OBJECTIFS THINK BIG, START SMALL, MOVE FAST : COMMENT OPTIMISER L'AGILITÉ ET LA PERFORMANCE DE VOS CAMPAGNES GRÂCE AU TAG MANAGEMENT? > Quels sont les retours

Plus en détail

une étude ANDRH - FEFAUR mars 2013 BILAN ET PERSPECTIVES DE LA GESTION DES TALENTS DANS LES ENTREPRISES EN FRANCE avec le sou@en de

une étude ANDRH - FEFAUR mars 2013 BILAN ET PERSPECTIVES DE LA GESTION DES TALENTS DANS LES ENTREPRISES EN FRANCE avec le sou@en de une étude ANDRH - FEFAUR mars 2013 BILAN ET PERSPECTIVES DE LA GESTION DES TALENTS DANS LES ENTREPRISES EN FRANCE avec le sou@en de 2 Edito La ques(on des talents va s imposer rapidement dans l agenda

Plus en détail

Pe#t déjeuner Prévention des risques professionnels dans la Mutualité

Pe#t déjeuner Prévention des risques professionnels dans la Mutualité Pe#t déjeuner Prévention des risques professionnels dans la Mutualité 15 mai 2014 Intervenantes: Emmanuelle Paradis, Chef de projet Préven#on et santé au travail CHORUM - CIDES Carole Hazé, Responsable

Plus en détail

Architecture matériel et logiciel 2

Architecture matériel et logiciel 2 Architecture matériel et logiciel 2 Architectures Venera Arnaoudova Concep8on architecturale 1. Introduc8on 2. Modéliser l architecture avec UML 3. Éléments architecturaux 4. Styles architecturaux 1. Architecture

Plus en détail

RESSOURCES INFORMATIQUES UFR IMAG ANNEE 2010-2011. Présentation service informatique UFR IMAG année 2010/2011 1

RESSOURCES INFORMATIQUES UFR IMAG ANNEE 2010-2011. Présentation service informatique UFR IMAG année 2010/2011 1 RESSOURCES INFORMATIQUES UFR IMAG ANNEE 2010-2011 1 Quelques chiffres 800 étudiants (UFR IMAG et hors UFR IMAG) u;lisent les ressources informa;ques 19 salles de TP 300 postes de travail 60 serveurs 500

Plus en détail

Gouvernance et étude de l impact du changement des processus mé6ers sur les architectures orientées services

Gouvernance et étude de l impact du changement des processus mé6ers sur les architectures orientées services Gouvernance et étude de l impact du changement des processus mé6ers sur les architectures orientées services 30/10/2012 u Soutenance de thèse Karim DAHMAN François CHAROY Claude GODART Evolu1ons des processus

Plus en détail

BENCHMARKING TRAINING CONSULTING

BENCHMARKING TRAINING CONSULTING BENCHMARKING TRAINING CONSULTING Basé en Bretagne, à Rennes, DataMaster dédie son ac4vité aux mé4ers de la Bureau4que depuis plus de quatre ans. Véritable partenaire des distributeurs en solu4ons d impression,

Plus en détail

CATALOGUE DES OFFRES 2014

CATALOGUE DES OFFRES 2014 CATALOGUE DES OFFRES 2014 GM_Oct 2014 Sommaire P9 DIAGNOSTIQUER Etat des lieux de l entreprise P3 REPRESENTER La défense des entrepreneurs P7 Sécurisaon des impayés P7 Projet à l international P7 Assistantes

Plus en détail

BURN- OUT. Ma+nale RPS 13 mars 2015. Accompagnement social des situa+ons de burn out dans les entreprises par le Service social du travail

BURN- OUT. Ma+nale RPS 13 mars 2015. Accompagnement social des situa+ons de burn out dans les entreprises par le Service social du travail BURN- OUT Ma+nale RPS 13 mars 2015 Accompagnement social des situa+ons de burn out dans les entreprises par le Service social du travail SSIRCA SERVICE SOCIAL DU TRAVAIL INTERENTREPRISES REGION CÔTE D'AZUR

Plus en détail

Guide du démembrement

Guide du démembrement Guide du démembrement Inves&r dans l immobilier grâce au système du démembrement Les solu&ons actuellement à votre disposi&on sont mul&ples (placements boursiers, immobilier, ac&ons, livrets d épargne,

Plus en détail

Concepon et réalisaon

Concepon et réalisaon Concepon et réalisaon Vendée Etudes & Réalisaons de Soluons Informaques 10 rue des Sables 85540 Mouers les Mauxfaits h%p://sarl-versi.fr contact@sarl-versi.fr Mainate 2 une logiciel d aide à la communicaon

Plus en détail

PME/TPE : Comment lancer une démarche environnementale de façon simple et efficace et vous démarquer de vos concurrents

PME/TPE : Comment lancer une démarche environnementale de façon simple et efficace et vous démarquer de vos concurrents PME/TPE : Comment lancer une démarche environnementale de façon simple et efficace et vous démarquer de vos concurrents Christine SORLI Déléguée régionale Groupe AFNOR Le groupe Afnor Opérateur central

Plus en détail

IAB Atelier Automated Trading

IAB Atelier Automated Trading IAB Atelier Automated Trading Privacy & Automated Trading Jan Decorte Ann Fromont 4 décembre 2014 1. Introduc5on générale sur la Loi Vie Privée 2. Sanc5ons en cas de non- respect de la Loi Vie Privée 3.

Plus en détail

L ou%l téléphone dans votre stratégie de marke%ng direct

L ou%l téléphone dans votre stratégie de marke%ng direct L ou%l téléphone dans votre stratégie de marke%ng direct «Allo, vous n avez pas de stratégie téléphone?» Alain Pierre La Chaîne de l Espoir Pascal Fréneaux ADM VALUE Présenta%on de La Chaîne de l Espoir

Plus en détail

Offre Azimut CONTENT MARKETING. A l a&en)on de : Date de remise : Version : 3.0

Offre Azimut CONTENT MARKETING. A l a&en)on de : Date de remise : Version : 3.0 Offre Azimut CONTENT MARKETING A l a&en)on de : Date de remise : Version : 3.0 01 Marke3ng de Contenu Ecosytème Editorial Offre & Ou3ls Azimut Content Marke3ng Méthodologie Content management Qui sommes-

Plus en détail

Design & conception de site web optimisé SEO. augmentez la conversion sur vos sites

Design & conception de site web optimisé SEO. augmentez la conversion sur vos sites Design & conception de site web optimisé SEO augmentez la conversion sur vos sites Consultant web indépendant, mon approche en conception de site internet est centrée utilisateurs, prend en compte vos

Plus en détail

Réunion de rentrée Licence PER Programma3on en environnement répar3. Année universitaire 2014-2015

Réunion de rentrée Licence PER Programma3on en environnement répar3. Année universitaire 2014-2015 Réunion de rentrée Licence PER Programma3on en environnement répar3 Année universitaire 2014-2015 Intervenants de la présenta3on Responsables de la forma/on Bogdan Cau/s, bogdan.cau/s@u- psud.fr Jean-

Plus en détail

Santé, condi,ons de travail et égalité professionnelle F/H Comment agir?

Santé, condi,ons de travail et égalité professionnelle F/H Comment agir? Santé, condi,ons de travail et égalité professionnelle F/H Comment agir? Rencontres expertes de l Aract Bretagne Lundi 9 mars 2015 Elisabeth Dewanckel e.dewanckel@anact.fr Hélène Plassoux h.plassoux@anact.fr

Plus en détail

MTI820 Entrepôts de données et intelligence d affaires. Gouvernance des données et ges1on des données de référence

MTI820 Entrepôts de données et intelligence d affaires. Gouvernance des données et ges1on des données de référence MTI820 Entrepôts de données et intelligence d affaires Gouvernance des données et ges1on des données de référence 1 La gouvernance des données Défini1on: «Processus de supervision et de décision qui permet

Plus en détail

Une organisa+on rigoureuse, une offre complète et innovante

Une organisa+on rigoureuse, une offre complète et innovante Une organisa+on rigoureuse, une offre complète et innovante Seraing, 18 octobre 2013 SOMMAIRE 1. 1I. Les Chiffres d Ogeo 1. Chiffres clés 2. Ogeo évolu+on Le Modèle Ogeo 1. Un fonds de pension novateur

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire

L Economie Sociale et Solidaire L Economie Sociale et Solidaire DES VALEURS CHARGÉES D HISTOIRE Les premières organisa.ons de l économie sociale sont en effet nées au XIX ème siècle, en réponse à la brutalité de la révolu.on industrielle.

Plus en détail

Qui sommes nous? Partie 1

Qui sommes nous? Partie 1 Qui sommes nous? Partie 1 A propos 10 collaborateurs Une exper)se à 360 Agence cer)fiée Google Partners Mul)lingues Présenta)on: Global Riviera est une agence webmarke/ng basée en région PACA. Fondée par

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE 1- Objet 1.1 Les présentes condi

Plus en détail

e santé santé connectée - cabinet médical innovant Sébas2en Robineaux JMGIF Bichat 30 mai 2015

e santé santé connectée - cabinet médical innovant Sébas2en Robineaux JMGIF Bichat 30 mai 2015 e santé santé connectée - cabinet médical innovant Sébas2en Robineaux JMGIF Bichat 30 mai 2015 les probléma2ques 2 les jeunes médecins: proposi2on la plus vraie? l intervalle moyen entre thèse et installa2on

Plus en détail

PETIT DEJEUNER MLA Planifica4on industrielle et commerciale : Réalité centrale // Objec4fs terrain

PETIT DEJEUNER MLA Planifica4on industrielle et commerciale : Réalité centrale // Objec4fs terrain Jean- Claude CARDONNEL, Directeur Administra4f et Financier UNITED BISCUITS Northern Europe Bruno PELOIN Directeur Supply Chain NUTRICIA France groupe DANONE François- Régis de LANDES Directeur Organisa4on

Plus en détail

Chapitre 4 La prise en compte de l informa6on dans le modèle de marché

Chapitre 4 La prise en compte de l informa6on dans le modèle de marché Chapitre 4 La prise en compte de l informa6on dans le modèle de marché Microéconomie 2014/2015 Rappel Chapitre 1 Hypothèses du modèle canonique concurrence pure et parfaite: Atomicité des agents Biens

Plus en détail

RESSOURCES INFORMATIQUES UFR IM 2 AG

RESSOURCES INFORMATIQUES UFR IM 2 AG A N N E E 2 0 1 1-2 0 1 2 RESSOURCES INFORMATIQUES UFR IM 2 AG 1 Quelques chiffres 900 étudiants (UFR IM2AG et hors UFR IM2AG) u;lisent les ressources informa;ques 22 salles de TP (19 bât F et 3 bât Math)

Plus en détail

Qu est ce qu une PME? 4. Pourquoi investir dans une PME? 6. Comment investir en direct dans une PME? 10

Qu est ce qu une PME? 4. Pourquoi investir dans une PME? 6. Comment investir en direct dans une PME? 10 SOMMAIRE Introduction 3 Qu est ce qu une PME? 4 Définition conventionnelle d une PME 4 L actionnariat au sein d une PME 4 Participer à une augmentation de capital 4 Etre actionnaire d une société 5 Assister

Plus en détail

Prépara&on Opéra&onnelle à l Emploi de BASYCA (POEB) BASYCA SAS FRANCE - Anzize BADAROU

Prépara&on Opéra&onnelle à l Emploi de BASYCA (POEB) BASYCA SAS FRANCE - Anzize BADAROU Prépara&on Opéra&onnelle à l Emploi de BASYCA (POEB) 1 Sommaire Objec&fs généraux Contenu POEB Approche générique Animateurs Partenaires 2 Objectifs généraux Enjeux de la forma1on Réconcilier la forma&on

Plus en détail

Regarder autrement pour mobiliser son potentiel managérial

Regarder autrement pour mobiliser son potentiel managérial Regarder autrement pour mobiliser son potentiel managérial Sommaire >>>> Notre vocation >> p.3 >>>> Notre projet pédagogique >> p.6 >>>> Notre offre produits >> p.11 >>>> L équipe et ses références >>

Plus en détail

LA LOGISTIQUE LES BONNES QUESTIONS À SE POSER

LA LOGISTIQUE LES BONNES QUESTIONS À SE POSER LA LOGISTIQUE LES BONNES QUESTIONS À SE POSER Les bonnes questions à se poser 1. Qui sont mes clients (à qui vais- je vendre sur Internet)? 2. Ai- je du temps à consacrer à ma bou?que en ligne? 3. Ma

Plus en détail

ASSOCIATION ABBAYE AUX DAMES

ASSOCIATION ABBAYE AUX DAMES Positionnement / Stratégie de communication ASSOCIATION ABBAYE AUX DAMES SYNTHÈSE 9 MARS 2013 LE DIAGNOSTIC Les grandes observations La qualité et le travail, des exigences absolues La qualité de la programma;on

Plus en détail

Workshop HPC - AMIES / CEMRACS h4p://www.ini:a:ve- hpc- pme.org/ Stéphane Requena - GENCI

Workshop HPC - AMIES / CEMRACS h4p://www.ini:a:ve- hpc- pme.org/ Stéphane Requena - GENCI Workshop HPC - AMIES / CEMRACS h4p://www.ini:a:ve- hpc- pme.org/ Stéphane Requena - GENCI Le calcul intensif Un ou&l stratégique pour la compé&&vité q Aux Etats- Unis (1er top500 juin 2012), au Japon (1er

Plus en détail

Focus: Les projets pour le renforcement des compétences

Focus: Les projets pour le renforcement des compétences Focus: Les projets pour le renforcement des compétences Delphine Richard, Chargée de mission projets interna7onaux, Agrocampus Ouest Radhouane Gdoura, Coordinateur du projet Tempus Développement de partenariats

Plus en détail

La consumérisa2on du marché de l informa2que et Le BYOD

La consumérisa2on du marché de l informa2que et Le BYOD La consumérisa2on du marché de l informa2que et Le BYOD Séminaire ARISTOTE 7 Février 2013 ALTETIA 183 avenue Georges Clémenceau 92024 Nanterre 0155692121 www.alteca.com dominique.mouchet@ alteca.com Plan

Plus en détail

LA RESPONSABILITE JURIDIQUE EST- ELLE APPLICABLE AUX EQUIPES SOIGNANTES DES URGENCES?

LA RESPONSABILITE JURIDIQUE EST- ELLE APPLICABLE AUX EQUIPES SOIGNANTES DES URGENCES? LA RESPONSABILITE JURIDIQUE EST- ELLE APPLICABLE AUX EQUIPES SOIGNANTES DES URGENCES? Maître Sébas?en WUST Docteur Pierre KIEGEL COPACAMU 2011 1 La réponse est évidemment oui MAIS - quelle responsabilité?

Plus en détail

Présenta6on Isatech. ERP, Décisionnel, Architecture Systèmes & Réseaux. Isatech Tous droits réservés Page 1

Présenta6on Isatech. ERP, Décisionnel, Architecture Systèmes & Réseaux. Isatech Tous droits réservés Page 1 Présenta6on Isatech ERP, Décisionnel, Architecture Systèmes & Réseaux Isatech Tous droits réservés Page 1 L offre globale Couvrir l intégralité de la chaîne du SI Isatech Tous droits réservés Page 2 Isatech

Plus en détail

Plan opérationnel 2013

Plan opérationnel 2013 Plan opérationnel 2013 Réalisation d Horizon 2012-2017 Contenu 1 Introduction du Président... 4 2 Notre mission... 5 3 Notre vision... 6 4 Nos valeurs... 6 5 Une stratégie claire et ambitieuse mais réalisable...

Plus en détail

MTI820 Entrepôts de données et intelligence d affaires. Intégra*on des données et ETL

MTI820 Entrepôts de données et intelligence d affaires. Intégra*on des données et ETL MTI820 Entrepôts de données et intelligence d affaires Intégra*on des données et ETL Département de génie logiciel et des TI MTI820 Hiver 2011 S. ChaEi, C. Desrosiers 1 Le cycle de vie d un projet en BI

Plus en détail

«Pour un fundraising toujours plus professionnel» Les Fondamentaux du fundraising

«Pour un fundraising toujours plus professionnel» Les Fondamentaux du fundraising «Pour un fundraising toujours plus professionnel» Les Fondamentaux du fundraising 24 juin 2014 Marianne Maillot Programme de la forma,on Contexte et enjeux Construire sa démarche Se posi,onner (Re)définir

Plus en détail

Les formations. calipia. novembre 2014 à mai 2015

Les formations. calipia. novembre 2014 à mai 2015 calipia Les formations novembre 2014 à mai 2015 nov. déc. janv. fév. mars avril mai Briefing Calipia (p. 3) FC1501 : Smartphones et Tablettes (p. 5) 15 17 10 FC1502 : Licences Microsoft (p. 7) 29 19 21

Plus en détail

Journées Grandes Marques 2014

Journées Grandes Marques 2014 Journées Grandes Marques 2014 IV - CIBLAGE & OMNICANAL TOUCHER SON COEUR DE CIBLE PLUS EFFICACEMENT AVEC L EMAILING COMPORTEMENTAL Hier, le cœur de cible d un annonceur était défini par des critères socio-démographiques.

Plus en détail

Chapitre 1 «mes chiffres clés à portée de mains»

Chapitre 1 «mes chiffres clés à portée de mains» Chapitre 1 «mes chiffres clés à portée de mains» Le volume des données manipulées par les acteurs du tourisme est de plus en plus important. Au delà des données mé6ers qui se complexifient, les données

Plus en détail

Exemple de scénario : Simulation Jeux d entreprise. Jean Christophe Duflanc

Exemple de scénario : Simulation Jeux d entreprise. Jean Christophe Duflanc Exemple de scénario : Simulation Jeux d entreprise Jean Christophe Duflanc LA SIMULATIONS ET LES JEUX SÉRIEUX AU COEUR DES ENSEIGNEMENTS DE STMG 2 Extraits du programme de première STMG Sciences de gestion

Plus en détail

Supervision des banques marocaines panafricaines

Supervision des banques marocaines panafricaines Supervision des banques marocaines panafricaines M. Lhassane BENHALIMA, Directeur de la Direc-on la Supervision Bancaire BANK AL- MAGHRIB DAKAR 12 juin 2014 Sommaire 1 Aperçu sur le secteur bancaire marocain

Plus en détail

Évaluation des activités de la Banque dans l énergie, l environnement et le changement climatique

Évaluation des activités de la Banque dans l énergie, l environnement et le changement climatique Évaluation des activités de la Banque dans l énergie, l environnement et le changement climatique Août 2012 Table de matiéres Introduc)on 2 Innova)on 5!!!!!Fonds!d Inves+ssement!Clima+que! 7!!!!!Fond!pour!l

Plus en détail

FORMATION GOOGLE ANALYTICS

FORMATION GOOGLE ANALYTICS FORMATION GOOGLE ANALYTICS L OBJECTIF DE LA FORMATION : Paramétrer par rapport à ses objec0fs, lire les performances de son site, gérer et op0miser ses sources de trafic Comprendre les fondamentaux de

Plus en détail

Le système de caisse enregistreuse (SCE) dans l horeca. Information destinée aux producteurs, importateurs et distributeurs

Le système de caisse enregistreuse (SCE) dans l horeca. Information destinée aux producteurs, importateurs et distributeurs L UNION FAIT LA FORCE Le système de caisse enregistreuse (SCE) dans l horeca Information destinée aux producteurs, importateurs et distributeurs www.systemedecaisseenregistreuse.be - 2014 - Service Public

Plus en détail

Jérémie Grodziski. Architecte Logiciel. Présenta2on Domaines et Compétences Contact Références Modes d interven2ons Exper2se Technologique

Jérémie Grodziski. Architecte Logiciel. Présenta2on Domaines et Compétences Contact Références Modes d interven2ons Exper2se Technologique Jérémie Grodziski Architecte Logiciel Présenta2on Domaines et Compétences Contact Références Modes d interven2ons Exper2se Technologique Janvier 2015, page 1 sur 16 Présentation Jérémie Grodziski possède

Plus en détail

Le don d organes après arrêt des thérapeu2ques Maastricht 3 Une réalité?...

Le don d organes après arrêt des thérapeu2ques Maastricht 3 Une réalité?... Le don d organes après arrêt des thérapeu2ques Maastricht 3 Une réalité?... François MOUREY Corinne ANTOINE et le COPIL Maastricht 3 Agence de la biomédecine Les jeudis de l urgence: Marseille 9 janvier

Plus en détail

Entrepôt de données et l Analyse en ligne. Maguelonne Teisseire Hugo Alatrista Salas hugo.alatrista- salas@teledetec9on.fr Flavien Bouillot

Entrepôt de données et l Analyse en ligne. Maguelonne Teisseire Hugo Alatrista Salas hugo.alatrista- salas@teledetec9on.fr Flavien Bouillot Entrepôt de données et l Analyse en ligne Maguelonne Teisseire Hugo Alatrista Salas hugo.alatrista- salas@teledetec9on.fr Flavien Bouillot Déroulement du cours 17 janvier : cours et TD 20 janvier : cours?

Plus en détail

Catalyse IT. Innovation Digital/Numérique

Catalyse IT. Innovation Digital/Numérique Innovation Digital/Numérique Notre concept Le Challenge des technologies Web Applica:ons mé:ers (Produc:on/Commerciale/Marke:ng/RH/ ) Intranet Corporate / CMS / Back- Office Web Mobilité & Interac:vité

Plus en détail

L observa*on du développement de l enfant dans ses jeux symboliques

L observa*on du développement de l enfant dans ses jeux symboliques L observa*on du développement de l enfant dans ses jeux symboliques Sarah Landry, Ph. D. Professeure- chercheuse Faculté des sciences de l éduca*on Université de Montréal Courriel: sarah.landry@umontreal.ca

Plus en détail

Une cible influente & hyper- consommatrice. Une communica\on 2015 sur 360 CIBLE, AUDIENCE & SUPPORTS. 450 000 Visiteurs uniques.

Une cible influente & hyper- consommatrice. Une communica\on 2015 sur 360 CIBLE, AUDIENCE & SUPPORTS. 450 000 Visiteurs uniques. KIT MEDIA 2015 CIBLE, AUDIENCE & SUPPORTS Une cible influente & hyper- consommatrice HOMMES Indice 151 84,5%.... 58% JEUNES (MOINS DE 50 ANS) Indice 167 URBAINS VIVENT en IDF Indice 366 38,8%.... 11,7%

Plus en détail

LE SUPPLIER RELATIONSHIP MANAGEMENT EN PRATIQUE

LE SUPPLIER RELATIONSHIP MANAGEMENT EN PRATIQUE PARTENAIRES ACHATS LE SUPPLIER RELATIONSHIP MANAGEMENT EN PRATIQUE PROGRAMME La geson de la relaon fournisseur Supplier Relaonship Management est au centre de l aenon de toutes les foncons Achats. Les

Plus en détail

Les hommes cadres et l égalité professionnelle

Les hommes cadres et l égalité professionnelle Les hommes cadres et l égalité professionnelle Sondage Ifop pour Mercredi C Papa présenta)on publique Vendredi 12 décembre 2014 Contexte et objec+fs de l étude En Juin 2014, l associa+on mercredi- c- papa

Plus en détail

Rapport Annuel 2013 Rapport Annuel 2013

Rapport Annuel 2013 Rapport Annuel 2013 Rapport Annuel 2013 Rapport Annuel 2013 logo SEAD texte.png.lnk Assemblée Générale du 24 juin 2014 Sauvegarde de l Enfance et de l Adolescence de la Drôme 7/9 rue Lesage - 26000 VALENCE 04 75 82 19 00-04

Plus en détail

LUXEMPART S.A. 12 rue Léon Laval, L-3372 LEUDELANGE Tel: + 352 420 947 Fax: + 352 425 462 R.C.S. Luxembourg B27846 www.luxempart.

LUXEMPART S.A. 12 rue Léon Laval, L-3372 LEUDELANGE Tel: + 352 420 947 Fax: + 352 425 462 R.C.S. Luxembourg B27846 www.luxempart. Page: 1 AGENDA I. Présenta+on du groupe Luxempart II. Luxempart en chiffres III. IV. Nos principales par+cipa+ons & transac+ons récentes Contacts Page: 2 I. Présenta;on du groupe Luxempart Page: 3 I. Présenta;on

Plus en détail

Votre inscrip,on. Tél : Tél2 (votre portable) : Fax : C. Adresses spécifiques Adresse de facturation (si différente de l adresse «souscripteur») :

Votre inscrip,on. Tél : Tél2 (votre portable) : Fax : C. Adresses spécifiques Adresse de facturation (si différente de l adresse «souscripteur») : ! 1. Coordonnées Votre inscrip,on A. Données générales Souscripteur : Adresse : Tél : Tél2 (votre portable) : Fax : N TVA : Web site : E- mail : B. Personnes de contact Responsable du stand : N de portable

Plus en détail

DIGITAL INSURANCE. A l a&en)on de : Date de remise : Version : 3.0

DIGITAL INSURANCE. A l a&en)on de : Date de remise : Version : 3.0 Offre Azimut DIGITAL INSURANCE A l a&en)on de : Date de remise : Version : 3.0 Préambule 01 Muta4ons comportementale et technologique! Les réformes : Loi Hamon, ANI, SII accompagnent les évolu?ons sociétales

Plus en détail

MTI820 Entrepôts de données et intelligence d affaires. Les applica+ons de BI

MTI820 Entrepôts de données et intelligence d affaires. Les applica+ons de BI MTI820 Entrepôts de données et intelligence d affaires Les applica+ons de BI Département de génie logiciel et des TI MTI820 Hiver 2011 S. ChaEi, C. Desrosiers 1 Le cycle de vie d un projet en BI Diagramme

Plus en détail

COMMUNICATION FINANCIERE!

COMMUNICATION FINANCIERE! COMMUNICATION FINANCIERE! PRESENTATION DES RESULTATS SEMESTRIELS 2014! 1 -! MOT DU PRÉSIDENT! 2 -! PRINCIPALES RÉALISATIONS S1 2014! PRINCIPALES RÉALISATIONS! PRINCIPALES RÉALISATIONS S1 2014! Contrat

Plus en détail

MIXITE & EGALITE : Sources de performance

MIXITE & EGALITE : Sources de performance MIXITE & EGALITE : Sources de performance La MIXITE ET EGALITE : source de performance.au cœur du territoire d excellence VENDREDI 19 JUIN 2015 NORDEV La Réunion, territoire d excellence de l égalité professionnelle

Plus en détail

Les Français, l épargne et l assurance vie Une enquête Ipsos pour la Fédéra;on Française des Sociétés d Assurances. Janvier 2013

Les Français, l épargne et l assurance vie Une enquête Ipsos pour la Fédéra;on Française des Sociétés d Assurances. Janvier 2013 Les Français, l épargne et l assurance vie Une enquête Ipsos pour la Fédéra;on Française des Sociétés d Assurances Janvier 2013 Fiche technique Sondage effectué pour : La Fédéra;on Française des Sociétés

Plus en détail

DONNEES DE LA RECHERCHE. F.André DIRBUIST 2014

DONNEES DE LA RECHERCHE. F.André DIRBUIST 2014 1 0 DONNEES DE LA RECHERCHE Evolu9ons des pra9ques de recherche Science numérique La science n échappe pas aux transforma9ons de la société : technologies, instantanéité de la communica9on, automa9sa9on,

Plus en détail

L essentiel de la communication Web To Store

L essentiel de la communication Web To Store L essentiel de la communication Web To Store Mul-diffusion Cross- Canal Vos Médias Enseigne CRM- Retail Op-misé Cross- Canal Click & Collect avec paiement intégré Si on vous dit que nous avons la solu-on

Plus en détail

BIENVENUE EN TUNISIE Le manuel pour mieux vous orienter

BIENVENUE EN TUNISIE Le manuel pour mieux vous orienter BIENVENUE EN TUNISIE Le manuel pour mieux vous orienter BIENVENUE EN TUNISIE Le manuel pour mieux vous orienter Manuel élaboré dans le cadre du projet «Développement de centres de ressources & services

Plus en détail

Services complémentaires en Outaouais

Services complémentaires en Outaouais Services complémentaires en Outaouais La réalisa4on et le succès d un main4en à domicile d une personne âgée en perte d autonomie est un travail d équipe. Les acteurs de ce=e équipe sont d abord la personne

Plus en détail

352B - Forefront pour la protec3on des infrastructures de messagerie

352B - Forefront pour la protec3on des infrastructures de messagerie 352B - Forefront pour la protec3on des infrastructures de messagerie Stéphane Saunier, Fabien Duchène et Cyril Voisin MicrosoD Sommaire! Vue d'ensemble! Forefront Protec3on 2010 for Exchange (FPES)! An#spam!

Plus en détail

Personnes migrantes : Quel statut administra2f? Quelle protec2on sociale? Informa2on auprès IDE/AS service maladies infec2euses le 14/10/2013

Personnes migrantes : Quel statut administra2f? Quelle protec2on sociale? Informa2on auprès IDE/AS service maladies infec2euses le 14/10/2013 Personnes migrantes : Quel statut administra2f? Quelle protec2on sociale? Informa2on auprès IDE/AS service maladies infec2euses le 14/10/2013 MIGRANTS : situa2on administra2ve = Plusieurs statuts Migrants?

Plus en détail

Les Organisa+ons Non- Gouvernementales et les réseaux sociaux

Les Organisa+ons Non- Gouvernementales et les réseaux sociaux Les Organisa+ons Non- Gouvernementales et les réseaux sociaux en partenariat avec : Pe1t- déjeuner du 13 janvier 2015 2014 Harris Interac1ve Inc. All rights reserved. SOMMAIRE > Méthodologie d enquête

Plus en détail

22 & 23 NOVEMBRE 2012 LE MOT DU PRESIDENT 20 ANS ET UN NOUVEAU RECORD 142 PARTICIPANTS POUR 71 CABINETS LES TITRES

22 & 23 NOVEMBRE 2012 LE MOT DU PRESIDENT 20 ANS ET UN NOUVEAU RECORD 142 PARTICIPANTS POUR 71 CABINETS LES TITRES ASSOCIATION CLUB CITRA SEMINAIRE DE NICE 22 & 23 NOVEMBRE 2012 LE MOT DU PRESIDENT 20 ANS ET UN NOUVEAU RECORD 142 PARTICIPANTS POUR 71 CABINETS Par un beau et grand soleil, Nice nous accueille et nous

Plus en détail