TRANSFORMATION DIGITALE : COMMENT INDUSTRIALISER ET PÉRENNISER LA MÉTHODE AGILE À PLUS GRANDE ÉCHELLE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TRANSFORMATION DIGITALE : COMMENT INDUSTRIALISER ET PÉRENNISER LA MÉTHODE AGILE À PLUS GRANDE ÉCHELLE"

Transcription

1 PARTENAIRES ENTREPRISE & TRANSFORMATION DIGITALE : TRANSFORMATION DIGITALE : COMMENT INDUSTRIALISER ET PÉRENNISER LA MÉTHODE AGILE À PLUS GRANDE ÉCHELLE PROGRAMME Dans des environnements de plus en plus complexes et instables, l agilité permet une adaptaon rapide au changement et facilite l innovaon grâce à des cycles courts. Les approches agiles ont déjà conquis un grand nombre d'équipes, notamment dans l IT et l industrie. Aujourd hui, elle s étend à tous les niveaux. Comment changer d échelle, et passer d un projet pilote à la transformaon agile d un département, d une business unit ou même de l ensemble de l organisaon? > Quelles entés cibler? Quelles sont les plus propices à ce type de méthode? Les plus symboliques? > Quelle organisaon me+re en place pour reproduire le succès d un projet pilote sur une plus grande échelle? > Quels ouls perme+ent de suivre la progression, de mesurer les performances et de piloter les acvités? > Comment pérenniser les habitudes mises en place par la méthode? Intervenants : CRITEO, Adrian Perreau de Pinninck, Agile Coach GROUPE MONITEUR, Vincent Le Dilasser, Digital Business Unit Manager SODEXO, Gabriele Maln, Group Vice President, Global Transformaon VENTE-PRIVEE.COM, Christophe Rochefolle, Responsable Département Qualité Animateurs : INOVEN ALTENOR, François Gros, Directeur Associé ORANGE CONSULTING, Yannick Dherbecourt, Markeng manager /New media expert 1/10

2 PRÉSENTATION DES INTERVENANTS Adrian Perreau de Pinninck : Criteo a été fondé en 2005 par trois ingénieurs. Il a fallu consolider l agilité dans une entreprise digital nave à forte croissance, au sein de laquelle les effecfs doublaient chaque année. Aujourd hui, 40% des employés sont des ingénieurs. Vincent Le Dilasser : Le Moniteur, qui a fêté en 2014 ses 110 ans, a été récemment racheté par Infopro Digital. Le groupe, leader de l informaon et des services aux professionnels, réalise 300 millions d euros de chiffre d affaires. Le Moniteur rassemble 2000 collaborateurs pour 50 publicaons et 70 sites Web. Aujourd hui, plus de 50% de nos revenus sont issus du digital. Gabriele Mal)n) : Sodexo compte collaborateurs dans 80 pays. Au-delà des acvités de restauraon, notre paleje de services est assez large : nejoyage, maintenance technique, chèques cadeaux... Notre groupe n est pas digital nave, mais le digital nous rajrape : il nous faut répondre aux ajentes de nos collaborateurs, qui sont de plus en plus connectés. Christophe Rochefolle : Vente-Privée a réalisé 1,6 milliard d euros de chiffre d affaires en 2013, pour 2100 collaborateurs. Notre site Internet rassemble 20 millions de membres et accueille 3 millions de visiteurs uniques chaque jour. L agilité est l un des facteurs qui va nous accompagner pour la croissance à venir. INTRODUCTION - PAR FRANÇOIS GROS, INOVEN ALTENOR Le digital entraîne de profonds bouleversements dans les comportements, dans la relaon client ou la relaon entreprise-collaborateurs... Ces aspects nouveaux, induits par l hyperconnecvité des individus et des objets, impliquent des enjeux nouveaux pour les entreprises. Lorsque l on aborde la queson de l adaptaon de l entreprise à l ère du digital, le lien avec la noon d agilité ne s opère pas immédiatement... L agilité a été instuonnalisée à la fin des années 1990 avec les méthodes d ingénierie logicielle. Les quatre piliers de l agilité : 1 ) Favoriser les individus plutôt que les ouls. 2) Rechercher la valeur ajoutée plutôt que les intermédiaires. 3) Entretenir la collaboraon naturelle plutôt que la négociaon formelle. 4) S'adapter au changement plutôt que suivre un plan défini. 2/10

3 I - ENJEUX ET AVANTAGES DE CES NOUVELLES MÉTHODES DE TRAVAIL Ces quatre principes provoquent une série de changements dans les modes de travail (refonte des équipes, décloisonnement) pour favoriser la complémentarité entre les équipes projets. VINCENT LE DILASSER, GROUPE MONITEUR Le fait d incarner le digital dans un groupe de presse centenaire implique de mejre fin à un certain nombre d habitudes. Le digital est alors perçu comme un «mal nécessaire», dans une entreprise qui a traversé le siècle sans grande concurrence... Il s est agi de montrer, dans un premier temps, que ma mission n était pas de tuer le Print. L antagonisme Papier vs Web est, selon moi, un non-sens. J ai crée de la fric)on, du mouvement autour de moi et de mon arrivée, pour que les structures me renvoient rapidement des réac)ons, dans un contexte où l ordre établi n était jamais remis en ques)on. Avec paence, démonstraon et légimité, le desn peut être pet à pet infléchi. Le digital se répand alors progressivement dans l entreprise. A mon arrivée, la structure digitale était rajachée à la DSI. CeJe organisaon archaïque a été immédiatement repensée, pour que la vision ne soit plus impactée par des décisions purement techniques. GABRIELE MALTINTI, SODEXO La démarche de transformaon digitale, lancée il y a deux ans, est avant tout pare d un constat business. Chaque année, le Président réunit les principaux dirigeants du groupe afin de transmejre les direcves à décliner dans tous les pays. Sodexo est un groupe fortement décentralisé. Chaque enté cherche à améliorer son fonconnement et son organisaon, sans que les soluons ne profitent à l ensemble du groupe. Le Président a donc voulu modifier la façon de collaborer et de gérer la connaissance. Améliorer la façon travailler ensemble implique la mise en place d ouls nouveaux. Le risque était alors que ce projet, ini)alement porté par le business, devienne purement technique. Une plateforme collaborave a été lancée, avec une méthodologie agile. Certes, la technique correspond à la colonne vertébrale du projet ; mais il a fallu modifier le comportement et l aztude du top-management et des collaborateurs. 3/10

4 Il s est agi d engager une logique de smulaon collecve, en faisant en sorte que chaque groupe porte le projet avant de passer le relais à un autre... Nous nous sommes appuyés, au début, sur des communautés pilotes, autour d une démarche de pédagogie et d accompagnement. Les u)lisateurs finaux ont été, bien en amont, impliqués dans la réflexion technique. Un mauvais choix technique provoquera à coup sûr la faillite du projet... Mais un bon choix technique ne garant pas forcément la réussite! De jeunes entreprises comme Criteo ou Vente-Privée ne subissent pas le poids de l histoire... La culture du digital est présente dans votre ADN. Comment l agilité a-t-elle influencé votre façon de travailler? CHRISTOPHE ROCHEFOLLE, VENTE-PRIVEE.COM Le fait de travailler en mode start-up ne garant pas l agilité. A par)r de 2010, nous avons une taille cri)que en termes d effec)f, de chiffre d affaires et de ventes. Un changement s est donc opéré pour prendre le chemin de l agilité. En outre, l agilité a été perçue comme un moyen de mejre fin à la «bataille» qui opposait le méer, la MOA et la DSI. Quelle est la bonne façon d introduire l agilité? ADRIAN PERREAU DE PINNINCK, CRITEO Auparavant, l agilité était simplement assimilée à la rapidité d exécuon. Or, aller vite ne permet pas forcément de changer de direcon... Lorsque l entreprise ajeint une certaine taille, elle ne peut connuer à travailler comme une start-up. Une équipe mastermind a donc repensé les systèmes, d abord selon un angle technique. Les proposions ont ensuite été transmises au middle-management. Les avis, recueillis à chaque niveau de la hiérarchie, ont été pris en compte dans l élaboraon du projet. Même si nous évoluons dans l univers du digital, l être humain doit rester au coeur du disposi)f. Il s est donc agi de fin au système de silos entre départements. 4/10

5 II- MISE EN OEUVRE D UN PLAN DE TRANSFORMATION AGILE Pour contraindre l agilité, la démarche «Fail Fast» peut se révéler per)nente : si l on doit échouer, échouons rapidement pour pouvoir corriger le )r... VINCENT LE DILASSER, GROUPE MONITEUR Le projet est porté par la démonstraon. Et paradoxalement, pour ajeindre le résultat escompté, il a fallu en passer par un échec... Lorsque la décision d opérer une refonte du site Internet a été prise, en commençant par le back-office, il a été établi, à ma grande surprise, que le directeur de la créaon porterait le projet. J ai alors exigé de travailler avec l agence Useo. Un débat s est alors engagé entre la rédacon et l agence : la première souhaitait effectuer un rangement par entrées thémaques, la seconde un agencement par cibles. Comme je le pressentais, le projet a échoué, le mécontentement s est généralisé... C est à par)r de ce moment-là, lorsqu il a été clairement établi que la méthode habituelle ne fonc)onnait pas, que le «vrai» projet a pu être entamé. Pour le partage des décisions, une équipe transverse a été formée, réunissant des pilotes référents dans chaque business unit. Une trentaine d ateliers se sont tenus, avec une validaon des décisions et des maquejes lors des comités de suivi hebdomadaires. PAR FRANÇOIS GROS, INOVEN ALTENOR Plus qu un projet Web, il s agit-là d une démarche de transformaon et de geson du changement. On retrouve, dans ce témoignage, tous les composants clefs de l introducon de l agilité dans une organisaon : 1) L urgence du changement : démontrer que le statu quo n est plus possible. 2) La cons)tu)on de pe)tes équipes : afin de maximiser la communicaon et écourter les cycles de décision. 3) La visualisa)on des résultats : afficher les producons pour partager les impressions et démontrer l avancement du projet. CHRISTOPHE ROCHEFOLLE, VENTE-PRIVEE.COM Lorsque nous avons commencé à travailler sur l agilité, nous nous sommes appuyés sur un associé au sein de la direcon en charge de l innovaon. Animé par la volonté de sorr des méthodes habituelles, il était porteur de deux sujets principaux : l aide à la rédacon des fiches-produits depuis le back office, et la mise en place de la nouvelle offre «Rosedeal». De l autre côté, une pare de l équipe Développement était movée pour aller vers l agilité. 5/10

6 Deux équipes projet se sont donc montées en parallèle autour de deux plateaux. Au final, les résultats ont été bien différents... Pour le projet relaf au back office et à la réalisaon de fiches-produits, les équipes n étaient pas protégées : les développeurs s ajelaient à plusieurs projets en parallèle. Cela a abou à un échec : les équipes étaient épuisées et le produit est sor tardivement. Heureusement, le projet «Rosedeal» a rencontré le succès : les offres correspondant à un «minimum vital» ont été sores au bout de trois mois. Cela nous a permis de démontrer que l agilité avait apporté quelque chose à l entreprise. C est le sou)en managérial, la protec)on des équipes et un )me to market agressif qui ont garan)t le succès du second projet. GABRIELE MALTINTI, SODEXO Nous avons consacré énormément de temps au choix de l oul. En effet, la réussite du projet d agilité dépend énormément des bases techniques. Après ceje première étape, tout s est joué avec le choix de personnes ayant une aztude posive face à l innovaon. Les responsables des communautés ont ainsi assumé un rôle de porte-parole pour promouvoir la nouvelle méthodologie. De nombreux ulisateurs sont venus à nous avec une liste de souhaits, réclamant que le nouvel oul soit capable de proposer telle ou telle fonconnalité... Il a alors fallu être en mesure de dire «non». Il n y a pas que les personnes qui réalisent le projet qui doivent s adapter ; les u)lisateurs doivent également changer leur aktude. Au final, l agilité a été introduite à travers un besoin méer et une grande proximité avec les ulisateurs. Cela a permis de les engager dans une co-construcon et de leur faire accepter le renoncement. III- PLAN DE DÉPLOIEMENT GÉNÉRALISÉ Se pose ensuite la ques)on du déploiement à plus grande échelle... Comment passer d une ini)a)ve isolée à un projet d entreprise? ADRIAN PERREAU DE PINNINCK, CRITEO La première étape a consisté à casser la hiérarchie classique propre au département R&D, en constuant des équipes virtuelles pour les projets temporaires. Des communautés transverses développent les compétences et travaillent en parallèle avec des unités de livraison. De plus, une cellule de coordinaon organise des rendez-vous réguliers pour gérer la situaon de dépendance entre les différentes équipes. 6/10

7 Nous avons disngué la hiérarchie purement technique de la hiérarchie dédiée à la geson de projets. Le fait de placer ceje double-tête au sommet de chaque département permet de trouver un point d équilibre entre la technique et le business. CHRISTOPHE ROCHEFOLLE, VENTE-PRIVEE.COM Pour opérer à plus grande échelle, nous avons commencé par réorganiser une pare du Développement sous la forme de lignes-produits. En parallèle, une grande campagne de formaon a été lancée pour sensibiliser les développeurs, les chefs de projets-tests et les chefs de projets MOA/MOE aux méthodes agiles. Les équipes front office, qui avaient connu le succès sur leur premier projet agile, se sont logiquement montrées plus enthousiastes que les équipes back office... Le déploiement s est basé sur l'adhésion, sans contrainte. Nous ne voulions pas forcer la main aux collaborateurs, préférant miser sur la viralié : il s agissait simplement de leur démontrer les avantages d une méthode agile, tout en respectant les réfractaires. La première praque agile mise an place au quodien aura été «Scrum Meeng». CeJe période d expérimentaon a duré deux ans. Certes, nous avions démarré seuls, mais il nous était impossible de connuer ainsi. Certaines équipes ont donc eu recours à des coaches pour développer différentes praques, comme les TDD, les BDD ou l intégraon connue... Une usine logicielle a été mise en place afin d inciter progressivement à aller vers l agilité, à travers une méthodologie de geson. GABRIELE MALTINTI, SODEXO Nous avons également choisi un déploiement fondé sur la viralité, pour conserver ce phénomène de «spirale posive» autour de l engagement des collaborateurs. Nous avons créé, au niveau technique et au niveau fonconnel, des situaons pour mejre les personnes en contact, à travers des réunions régulières entre représentants des communautés. En effet, une personne qui a besoin de mejre en place une communauté a tout intérêt à bénéficier de l'expérience de celle qui est déjà passée par ceje étape. Du côté technique, les communautés se déploient dans différents pays. C est l IT global qui est chargé de former l Informaque local. La phase pilote avait été garane, avec l achat de 200 licences. Mais, dans un contexte de restricon budgétaire, l avenir demeurait incertain... Nous avons donc décidé de faire facturer les nouveaux responsables de communautés. Cela a crée un cercle vertueux : à parr du moment où la licence a été achetée, la plateforme doit fonconner et donner sasfacon. 7/10

8 Les top dirigeants ont alors crée leur propre espace collaboraf. Cela a permis de démontrer, par le haut, toute l ulité de l oul. Au final, le «viral contrôlé» a permis de créer de l envie, de donner de la valeur aux u)lisateurs, tout en maîtrisant les coûts. FRANÇOIS GROS, INOVEN ALTENOR Aujourd hui, la plupart des équipes sont focalisées sur les composants techniques. En rupture avec ce modèle, des projets pilotes se lancent actuellement. Par exemple, Spofy propose un modèle d organisaon calqué sur l extrapolaon des tendances. Spo)fy inverse les modèles d organisa)on tradi)onnels en créant un environnement dynamisant, par la focalisa)on opéra)onnelle «Produit» et l implica)on transverse des poten)els d exper)se et de communautés informelles. Les équipes projets sont des «feature teams», autorisées à travailler de manière transverse sur l intégralité des produits. Grâce à un modèle en Open Source interne, tout le monde peut modifier l intégralité des produits, sans la moindre restric)on. Ces unités sont regroupées en tribus, volontairement limitées à cent personnes pour faciliter la communicaon. Des communautés de praques, transverses aux équipes de réalisaon, permejent de développer les compétences. Au-dessus de ceje organisaon, une communauté d excellence dépasse les fronères de la simple tribu. Au final, ce sont les business owners qui vont prioriser et aiguiller les développements selon les intérêts business. ADRIAN PERREAU DE PINNINCK, CRITEO Il faut noter que Spofy travaille depuis le début du projet avec des coaches. Il est impossible de mejre en place un tel process du jour au lendemain, il s agit d un travail de longue haleine, mené étapes par étapes, en passant par des niveaux de maturité intermédiaires. 8/10

9 IV- DIFFICULTÉS RENCONTRÉES ET LEVIERS D ACCÉLÉRATION Si c'était à refaire, quels éléments changeriez-vous? La promesse est-telle tenue? Y a- t-il un ROI de nouvelle façon de travailler? CHRISTOPHE ROCHEFOLLE, VENTE-PRIVEE.COM Le sujet de l industrialisaon a été quelque peu sous-esmé au début du projet. Effecvement, l agilité amène la communicaon entre les équipes, mais ce phénomène doit impéravement être accompagné d ouls et d industrialisaon, sinon, l avantage paemment acquis peut rapidement être perdu... Avec le recul, je pense que nous aurions dû nous pencher sur ce sujet de l industrialisaon avant même d entamer le projet d agilité. De plus, nous n avons pas réussi à avoir des product owners véritablement orientés méers. Le product owner, qui travaille avec nous au quodien, est à la DSI. En termes de gains, les 600 personnes qui produisent les ventes se sont récemment réunies pour rer un bilan de l année A l unanimité, la collaboraon avec la DSI a été saluée comme une franche réussite. C est le succès que nous ajendions de l agilité. VINCENT LE DILASSER, GROUPE MONITEUR Nous avons réussi à apaiser les relaons avec la DSI. Forts de ceje démonstraon (nous avons pu tenir tous les délais, tout en respectant le budget), la méthode Workshops/Ateliers va être pérennisée. Le ROI final sera jugé à l aune de ce premier projet de refonte du site Internet. GABRIELE MALTINTI, SODEXO Si ceje queson m avait été posée il y a un an, j aurais exprimé le regret de ne pas avoir passé davantage de temps avec le top management. Mais, avec le recul, j esme que le projet a été très bien mené. Culturellement, il a provoqué de très grands changements, que seul le temps permejait d appliquer. Les étapes n auraient pas pu être franchies plus rapidement... ADRIAN PERREAU DE PINNINCK, CRITEO Il est capital d avoir, dès le début, un souen incondionnel de la part du management. Nous avons souhaité mejre en place le minimum de nouveautés, préférant réuliser les ouls dont nous disposions auparavant. 9/10

10 CONCLUSION - PAR FRANÇOIS GROS, INOVEN ALTENOR Selon un sondage actualisé chaque année sur l état de l agilité au niveau mondial, il apparait que la culture d entreprise et la résistance au changement cons)tuent les principaux freins rencontrés lors du développement de l agilité à plus large échelle. Dans ce contexte, le sou)en managérial reste le principal facteur clé de succès d un déploiement, renforcé par la forma)on, l ou)llage et l existence d une communauté de pra)ques. Dans une logique de transforma)on digitale agile, on retrouve toujours les mêmes leviers. Au début, un sen)ment d urgence est dis)llé pour engager un premier pilote, lequel permet de célébrer les premiers résultats. Ensuite, un changement d échelle s opère. Les appren)ssages s ancrent alors de manière durable dans la culture de l entreprise. 10/10

LA DIGITALISATION DE LA RELATION CLIENT

LA DIGITALISATION DE LA RELATION CLIENT PARTENAIRES ENTREPRISE ET TRANSFORMATION DIGITALE LA DIGITALISATION DE LA RELATION CLIENT PROGRAMME Face à la mulplicaon des canaux digitaux de communicaon, à l évoluon des comportements des clients et

Plus en détail

Les méthodes Agiles. Introduc)on aux méthodes Agiles Exemple : Scrum

Les méthodes Agiles. Introduc)on aux méthodes Agiles Exemple : Scrum Les méthodes Agiles Introduc)on aux méthodes Agiles Exemple : Scrum Défini)on de base Les méthodes Agiles sont des procédures de concep)on de logiciel qui se veulent plus pragma)ques que les méthodes tradi)onnelles

Plus en détail

Catalogue de FORMATIONS 2015

Catalogue de FORMATIONS 2015 Catalogue de FORMATIONS 2015 Qui sommes nous? î SmartView est un cabinet de conseil et de forma1on, basé à Montpellier et Paris, qui accompagne ses clients professionnels, grands comptes ou PME innovantes,

Plus en détail

Transformation Digitale des Ressources Humaines

Transformation Digitale des Ressources Humaines Transformation Digitale des Ressources Humaines Management des Equipes & Projets Coaching Individuel & Groupes Créa>vité Approches collabora>ves Intelligence collec>ve Stratégie et cohérence Management

Plus en détail

Cabinet de Conseil STRATÉGIE MANAGEMENT ORGANISATION JURIDIQUE FORMATION AVEC BW CONSULTANTS CHOISISSEZ DE GARANTIR VOTRE DEVELOPPEMENT

Cabinet de Conseil STRATÉGIE MANAGEMENT ORGANISATION JURIDIQUE FORMATION AVEC BW CONSULTANTS CHOISISSEZ DE GARANTIR VOTRE DEVELOPPEMENT Cabinet de Conseil STRATÉGIE MANAGEMENT ORGANISATION JURIDIQUE FORMATION 1 Pourquoi nous choisir? Le chef d entreprise, surtout s il est propriétaire, déteste l aventure. Notre Objec>f est de vous accompagner

Plus en détail

BTS NRC Négocia(on et rela(on client et passerelles mé1ers en Mutualité

BTS NRC Négocia(on et rela(on client et passerelles mé1ers en Mutualité BTS NRC Négocia(on et rela(on client et passerelles mé1ers en Mutualité BTS Négocia,on et Rela,on Cleint Le BTS NRC forme des vendeurs et des managers commerciaux capables de gérer la rela1on client dans

Plus en détail

CREATIVE LEADERS. «Let s make it happen» Accompagnement des managers d équipes et responsables transverses

CREATIVE LEADERS. «Let s make it happen» Accompagnement des managers d équipes et responsables transverses CREATIVE LEADERS «Let s make it happen» Accompagnement des managers d équipes et responsables transverses CREATIVE LEADERS accompagne les entreprises vers la performance durable en combinant 3 dimensions

Plus en détail

Exposé du 22/9/2015 Gérard Chevalier

Exposé du 22/9/2015 Gérard Chevalier Exposé du 22/9/2015 Gérard Chevalier Révélateur de nouvelles mobilités modifiant le travail Quelques «idées» sur l évolu=on du travail vers plus ou moins de mobilité au service de la créa=on d avantages

Plus en détail

LE SUPPLIER RELATIONSHIP MANAGEMENT EN PRATIQUE

LE SUPPLIER RELATIONSHIP MANAGEMENT EN PRATIQUE PARTENAIRES ACHATS LE SUPPLIER RELATIONSHIP MANAGEMENT EN PRATIQUE PROGRAMME La geson de la relaon fournisseur Supplier Relaonship Management est au centre de l aenon de toutes les foncons Achats. Les

Plus en détail

Journées Grandes Marques 2014

Journées Grandes Marques 2014 Journées Grandes Marques 2014 I - STRATÉGIE & OBJECTIFS THINK BIG, START SMALL, MOVE FAST : COMMENT OPTIMISER L'AGILITÉ ET LA PERFORMANCE DE VOS CAMPAGNES GRÂCE AU TAG MANAGEMENT? > Quels sont les retours

Plus en détail

Accompagnement. Devenir & Etre Entrepreneur

Accompagnement. Devenir & Etre Entrepreneur Accompagnement Management des Equipes & Projets Coaching Individuel & Groupes Créa;vité Approches collabora;ves Intelligence collec;ve Devenir & Etre Entrepreneur Marie-Christine Cornou Consultante - Coach

Plus en détail

Object de la présenta0on

Object de la présenta0on Object de la présenta0on A par&r de la présenta&on de l ini&a&ve de la ville de Colomiers pour me4re en place une démarche de préven0on des Troubles musculosquele9ques (TMS), nous vous proposons : à la

Plus en détail

BTS Assurance et passerelles mé2ers en Mutualité

BTS Assurance et passerelles mé2ers en Mutualité BTS Assurance et passerelles mé2ers en Mutualité Le BTS Assurance vous prépare à exercer des responsabilités dans le domaine de la souscrip2on des assurances ou du règlement des sinistres Lieux d exercice

Plus en détail

TROUVER DES CLIENTS PAR INTERNET

TROUVER DES CLIENTS PAR INTERNET 10 étapes pour TROUVER DES CLIENTS PAR INTERNET Une publica,on L auteur : Adrian Measures Adrian Measures est directeur et fondateur de Neocamino. Neocamino accompagne plus de 100 PME et TPE dans la réalisa,on

Plus en détail

Quelle évolu)on du e- learning à l Université Marocaine?

Quelle évolu)on du e- learning à l Université Marocaine? La Conférence Maghrébine de l'appren)ssage Numérique et l'innova)on dans l'educa)on 08-10 Décembre 2014 Quelle évolu)on du e- learning à l Université Marocaine? Pr. Rachida AJHOUN r.ajhoun@um5s.net.ma

Plus en détail

Les 10 étapes clés pour trouver des clients par internet

Les 10 étapes clés pour trouver des clients par internet Les 10 étapes clés pour trouver des clients par internet Guide pour les entreprises de Home Staging 1 L auteur : Adrian Measures Adrian Measures est responsable du marke@ng sur internet et fondateur de

Plus en détail

Journées Grandes Marques 2014

Journées Grandes Marques 2014 Journées Grandes Marques 2014 IV - CIBLAGE & OMNICANAL LE MARKETING MOBILE AU CŒUR DE LA VALORISATION DE LA RELATION CLIENT Le mobile a chamboulé la nature des interacons que les consommateurs entreennent

Plus en détail

Journées Grandes Marques 2014

Journées Grandes Marques 2014 Journées Grandes Marques 2014 I - STRATÉGIE & OBJECTIFS BIG DATA, CRM, MOBILE : OÙ ET COMMENT L HYPERCONTEXTUALISATION GÉNÈRE LA CONVERSION? Lorsqu il s agit d engager le dialogue avec le consommateur,

Plus en détail

BTS SP3S Services et presta,ons des secteurs sanitaire et social et passerelles mé0ers en Mutualité

BTS SP3S Services et presta,ons des secteurs sanitaire et social et passerelles mé0ers en Mutualité BTS SP3S Services et presta,ons des secteurs sanitaire et social et passerelles mé0ers en Mutualité BTS SP3S Le BTS SP3S forme les étudiants à des fonc8ons de rela0on et de communica0on, de ges0on de la

Plus en détail

LE RÔLE DES TÉLÉCOMS ET DE L'IT DANS LA SMART CITY DE DEMAIN

LE RÔLE DES TÉLÉCOMS ET DE L'IT DANS LA SMART CITY DE DEMAIN partenaires télécom et mobilité : LE RÔLE DES TÉLÉCOMS ET DE L'IT DANS LA SMART CITY DE DEMAIN PROGRAMME Les villes de demain seront des organismes vivants qui doivent relier l espace urbain, les savoirs,

Plus en détail

«COMMUNICATION ET PRÉSENTATION DE PROJET»

«COMMUNICATION ET PRÉSENTATION DE PROJET» «COMMUNICATION ET PRÉSENTATION DE PROJET» Chefs de projet ou toute personne ayant à communiquer en publique Comprendre et u,liser la communica,on non verbale Comprendre et u,liser le communica,on verbale

Plus en détail

Temps d échange sur le Lean

Temps d échange sur le Lean Temps d échange sur le Lean Comité d orienta7on de l Itmd Atelier collec7f 3 février 2015 Atelier animé et res7tué par Elsa Bonal Déjà- là Table des ma7ères 1. La démarche de cet atelier collec7f 2. Repères

Plus en détail

Le contrôle fiscal anno 2013

Le contrôle fiscal anno 2013 Le contrôle fiscal anno 2013 Carlos SIX! Administrateur général de la Fiscalité SPF Finances Ges$on des risques Contrôle fiscal CRM & Tolérance zéro ONDEMENT OBJECTIFS STRATEGIQUES Etude externe 2010 constata$ons

Plus en détail

BRANDING VS PERFORMANCE : UN COMBAT GAGNÉ D AVANCE?

BRANDING VS PERFORMANCE : UN COMBAT GAGNÉ D AVANCE? PARTENAIRE ENJEUX DIGITAUX BRANDING VS PERFORMANCE : UN COMBAT GAGNÉ D AVANCE? PROGRAMME «Vous faites plutôt du Branding ou de la Performance?» Une ques%on à laquelle le marketer aguerri répondra : «Ma

Plus en détail

Le coaching : accompagner les acteurs au cœur de la complexité

Le coaching : accompagner les acteurs au cœur de la complexité Le coaching : accompagner les acteurs au cœur de la complexité Version 1.0 du 28 février 2011 Terre & Ciel 2011 Terre & Ciel - SARL au capital social de 5000 - RCS Nantes 478 048 838 2 rue Robert le Ricolais

Plus en détail

Montpellier Ins-tut du Sein Un modèle innovant et performant

Montpellier Ins-tut du Sein Un modèle innovant et performant Montpellier Ins-tut du Sein Un modèle innovant et performant En 2014, les a=entes sont claires et concordantes Pour les pa-entes et les correspondants : Accompagnement expert et personnalisé pendant et

Plus en détail

LES RESEAUX SOCIAUX SUR MOBILE : RETOURS D EXPERIENCE

LES RESEAUX SOCIAUX SUR MOBILE : RETOURS D EXPERIENCE PROGRAMME Il y a quelques mois, Facebook annonçait une croissance exceponnelle de ses résultats sur terminaux mobiles, laissant entendre que le réseau social avait enfin compris comment générer des revenus

Plus en détail

Un an d open data à Montpellier

Un an d open data à Montpellier Un an d open data à Montpellier De la mise en ligne à la réu/lisa/on en passant par l anima/on Jean Marie Bourgogne Jérémie Valen/n Journées SIG La Le

Plus en détail

MyCloud3D ou la 3D au service de l immobilier. 11/10/2013 MyCloud3D FF2i 1

MyCloud3D ou la 3D au service de l immobilier. 11/10/2013 MyCloud3D FF2i 1 MyCloud3D ou la 3D au service de l immobilier 1 MyCloud3D en un clin d oeil : une jeune pousse innovante Créée en Mars 2013, MyCloud3D est une société spécialisée dans la créa3on de contenus 3D diffusés

Plus en détail

ANI SEREZ- VOUS PRETS?

ANI SEREZ- VOUS PRETS? ANI SEREZ- VOUS PRETS?! Un risque commercial et financier Plus de 4 millions d assurés individuels vont basculer dans des contrats collec8fs, avec des mouvements importants entre les différents acteurs

Plus en détail

Workshop HPC - AMIES / CEMRACS h4p://www.ini:a:ve- hpc- pme.org/ Stéphane Requena - GENCI

Workshop HPC - AMIES / CEMRACS h4p://www.ini:a:ve- hpc- pme.org/ Stéphane Requena - GENCI Workshop HPC - AMIES / CEMRACS h4p://www.ini:a:ve- hpc- pme.org/ Stéphane Requena - GENCI Le calcul intensif Un ou&l stratégique pour la compé&&vité q Aux Etats- Unis (1er top500 juin 2012), au Japon (1er

Plus en détail

Améliorez et industrialisez vos feedback produit

Améliorez et industrialisez vos feedback produit Améliorez et industrialisez vos feedback produit Jean- Philippe Gillibert, architecte logiciel et coach agile chez Introduc)on Retour d expérience sur un projet à la SNCF Méthode originale de traitement

Plus en détail

WIT ASSOCIES Reprise d entreprise

WIT ASSOCIES Reprise d entreprise Reprise d entreprise Check- list RH en 12 étapes en bref Ce document a la modeste ambi9on de vous aider à prendre en compte des critères humains lorsque vous envisagerez de reprendre une entreprise, qu

Plus en détail

Le secteur de la Mutualité. Présenta*on des organismes Structure et caractéris*ques des emplois Zoom sur les mé*ers

Le secteur de la Mutualité. Présenta*on des organismes Structure et caractéris*ques des emplois Zoom sur les mé*ers Le secteur de la Mutualité Présenta*on des organismes Structure et caractéris*ques des emplois Zoom sur les mé*ers 1 La protec*on sociale Ensemble des moyens mis en œuvre par un pays pour protéger ses

Plus en détail

BENCHMARKING TRAINING CONSULTING

BENCHMARKING TRAINING CONSULTING BENCHMARKING TRAINING CONSULTING Basé en Bretagne, à Rennes, DataMaster dédie son ac4vité aux mé4ers de la Bureau4que depuis plus de quatre ans. Véritable partenaire des distributeurs en solu4ons d impression,

Plus en détail

Pe#t déjeuner Prévention des risques professionnels dans la Mutualité

Pe#t déjeuner Prévention des risques professionnels dans la Mutualité Pe#t déjeuner Prévention des risques professionnels dans la Mutualité 15 mai 2014 Intervenantes: Emmanuelle Paradis, Chef de projet Préven#on et santé au travail CHORUM - CIDES Carole Hazé, Responsable

Plus en détail

Poli%que ins%tu%onnelle: le numérique au service de la forma%on à l Université Laval CFQCU Paris, 26 mai 2015

Poli%que ins%tu%onnelle: le numérique au service de la forma%on à l Université Laval CFQCU Paris, 26 mai 2015 Poli%que ins%tu%onnelle: le numérique au service de la forma%on à l Université Laval CFQCU Paris, 26 mai 2015 Nicole.Lacasse@vre.ulaval.ca Vice- rectrice associée aux études et aux ac%vités interna%onales

Plus en détail

Lettre de prospective n 48 janvier 2015

Lettre de prospective n 48 janvier 2015 FriedlandPapers Lettre de prospective n 48 janvier 2015 LA TRANSFORMATION DIGITALE DES ENTREPRISES : DE LA STRATÉGIE À L ORGANISATION Henri Hamon Économiste à la CCI Paris Ile-de-France I l ne fait aucun

Plus en détail

DAY 2 #HUBMWC TRENDS MOBILE WORLD CONGRESS 2015. HUBinstitute.com

DAY 2 #HUBMWC TRENDS MOBILE WORLD CONGRESS 2015. HUBinstitute.com DAY 2 #HUBMWC TRENDS MOBILE WORLD CONGRESS 2015 HUBinstitute.com LE MOBILE WORLD CONGRESS La mobilité : un objec1f stratégique pour les entreprises La deuxième journée du Mobile World Congress 2015 s est

Plus en détail

Se former aux méthodes et outils

Se former aux méthodes et outils Se former aux méthodes et outils du développement commercial Les ouls concrets du développement commercial La forma!on débute par 4 demi-journées où nous abordons les fondamentaux du développement commercial

Plus en détail

Vision, Stratégie Changement Leadership

Vision, Stratégie Changement Leadership Cabinet de Conseil et de Développement des Hommes et des Organisations Vision, Stratégie Changement Leadership Accompagnement humain des réorganisations Optimisation managériale et relationnelle Cohésion

Plus en détail

LES START-UPS AU SERVICE DE LA DIGITALISATION INTERNE DES ENTREPRISES LE CO-DÉVELOPPEMENT START-UPS / GRANDS GROUPES

LES START-UPS AU SERVICE DE LA DIGITALISATION INTERNE DES ENTREPRISES LE CO-DÉVELOPPEMENT START-UPS / GRANDS GROUPES PARTENAIRES : COMMISSION START-UPS LES START-UPS AU SERVICE DE LA DIGITALISATION INTERNE DES ENTREPRISES LE CO-DÉVELOPPEMENT START-UPS / GRANDS GROUPES PROGRAMME La Digitalisaon interne des organisaons

Plus en détail

Brevet fédéral de spécialiste en ges2on de PME par Valida2on des acquis de l expérience

Brevet fédéral de spécialiste en ges2on de PME par Valida2on des acquis de l expérience Brevet fédéral de spécialiste en ges2on de PME par Valida2on des acquis de l expérience Diane Reinhard, Femmes PME Suisse, 5 décembre 2014, AGC Suisse, Bienne La VAE et Femmes PME Suisse Objec2f général

Plus en détail

Projets et esprit d entrepreneuriat

Projets et esprit d entrepreneuriat Projets et esprit d entrepreneuriat Deux expériences de mise en rela1on étudiants, entreprises et territoires JC Peronnet Docteur en Li:érature- Chef de département TC Moulins C Roussat - MCF en Sciences

Plus en détail

Offre Azimut CONTENT MARKETING. A l a&en)on de : Date de remise : Version : 3.0

Offre Azimut CONTENT MARKETING. A l a&en)on de : Date de remise : Version : 3.0 Offre Azimut CONTENT MARKETING A l a&en)on de : Date de remise : Version : 3.0 01 Marke3ng de Contenu Ecosytème Editorial Offre & Ou3ls Azimut Content Marke3ng Méthodologie Content management Qui sommes-

Plus en détail

Retour d expérience : France Télévisions. AgoraCMS / 15 mai 2013

Retour d expérience : France Télévisions. AgoraCMS / 15 mai 2013 Retour d expérience : France Télévisions AgoraCMS / 15 mai 2013 Bonjour à tous Léo POIROUX Responsable Technique du pôle Chaînes / Programmes / Jeunesse / SocialTV @Leo_Px Les chaines Les filiales Les

Plus en détail

Fédération des Agences Urbaines du Maroc MAJAL. Les projets et Démarches de dématérialisa3on. Séminaire de restitution. 29 Mars 2014.

Fédération des Agences Urbaines du Maroc MAJAL. Les projets et Démarches de dématérialisa3on. Séminaire de restitution. 29 Mars 2014. Fédération des Agences Urbaines du Maroc MAJAL Les projets et Démarches de dématérialisa3on Séminaire de restitution 29 Mars 2014! M2M Group Dématérialisa+on: Défini+on et Impacts Directs Dématérialisa+on

Plus en détail

AE-SCM Newsletter - Octobre 2010. La lettre d information officielle sur le esourcing Capability Model

AE-SCM Newsletter - Octobre 2010. La lettre d information officielle sur le esourcing Capability Model Newsletter La lettre d information officielle sur le esourcing Capability Model Sommaire Edito En route vers la troisième conférence... p 2 Troisième conférence annuelle Programme... p 2 Retour d expérience

Plus en détail

Présentation Level5. Editeur de Logiciels. «If it s not monitored, it s not in production» Theo Schlossnagle #velocityconf

Présentation Level5. Editeur de Logiciels. «If it s not monitored, it s not in production» Theo Schlossnagle #velocityconf Editeur de Logiciels Présentation Level5 «If it s not monitored, it s not in production» Theo Schlossnagle #velocityconf «If you can not measure it, you can not improve it» Lord Kelvin vous accompagne

Plus en détail

AE-SCM. Ae-SCM Newsletter. Sommaire. La lettre d information officielle sur le esourcing Capability Model

AE-SCM. Ae-SCM Newsletter. Sommaire. La lettre d information officielle sur le esourcing Capability Model Ae-SCM Newsletter La lettre d information officielle sur le esourcing Capability Model Sommaire Edito Pourquoi l association Ae-SCM... p 2 Dires d experts Pourquoi escm?... p 3 Retour d expérience escm

Plus en détail

LEADING DIGITAL LA TRANSFORMATION DIGITALE, UN RÉEL LEVIER POUR AUGMENTER LA PERFORMANCE

LEADING DIGITAL LA TRANSFORMATION DIGITALE, UN RÉEL LEVIER POUR AUGMENTER LA PERFORMANCE LEADING DIGITAL LA TRANSFORMATION DIGITALE, UN RÉEL LEVIER POUR AUGMENTER LA PERFORMANCE DES ENTREPRISES? Paris, le 16 Avril 2015 arnaud.bouchard@capgemini.com 06 78 40 67 11 QUELS QUE SOIENT LES SECTEURS,

Plus en détail

CATALOGUE 2015 Forma!ons courtes PARCOURS TRADUCTION

CATALOGUE 2015 Forma!ons courtes PARCOURS TRADUCTION CATALOGUE 2015 Forma!ons courtes PARCOURS TRADUCTION - 21, rue d Assas 75270 Paris Cedex 06 Tél. : +33(1) 42 22 33 16 Fax : +33 (1) 45 44 17 67 forma!on.con!nue@isit-paris.fr - www.isit-paris.fr Etablissement

Plus en détail

LE MOBILE B2B : UN LEVIER BUSINESS INSOUPÇONNÉ

LE MOBILE B2B : UN LEVIER BUSINESS INSOUPÇONNÉ PARTENAIRES MOBILITE LE MOBILE B2B : UN LEVIER BUSINESS INSOUPÇONNÉ PROGRAMME Le mobile B2B est un sujet extrêmement large qui recouvre de nombreux thèmes. Nous aborderons les probléma(ques liées aux offres

Plus en détail

PUBLICITÉ MOBILE : LES FORMATS QUI MARCHENT POUR L ANNONCEUR ET POUR LE SUPPORT

PUBLICITÉ MOBILE : LES FORMATS QUI MARCHENT POUR L ANNONCEUR ET POUR LE SUPPORT PARTENAIRES MOBILITÉ PUBLICITÉ MOBILE : LES FORMATS QUI MARCHENT POUR L ANNONCEUR PROGRAMME On ne peut aujourd'hui rester de marbre face aux bouleversements que provoque le mobile... Les annonceurs les

Plus en détail

PRESENTATION DES INTERVENANTS

PRESENTATION DES INTERVENANTS PROGRAMME Qui aurait prédit que la vague Twier se poursuivrait, et que les taux d ulisaon (nombre d ulisateurs, nombre de tweets et de re-tweets, nombre moyen de followers par abonné ) connueraient à progresser?

Plus en détail

Robin Gagnon, votre conseiller RÉCIT à la FGA, vous présente dans ce document son offre de formation pour l'année 2013 2014.

Robin Gagnon, votre conseiller RÉCIT à la FGA, vous présente dans ce document son offre de formation pour l'année 2013 2014. Robin Gagnon, votre conseiller RÉCIT à la FGA, vous présente dans ce document son offre de formation pour l'année 2013 2014. Pour faire une demande de formation, vous pouvez vous adresser à votre conseiller

Plus en détail

GUIDELINES Organisateurs

GUIDELINES Organisateurs GUIDELINES Organisateurs La semaine de l'innova.on digitale Du 2 au 12 octobre 2014 #InnoWeek2014 @innoweek i Du 2 au 12 octobre 2014 Reconduite en 2014 pour une 2ème édi.on, «Innova.onWeek» est une semaine

Plus en détail

AVIS A MANIFESTATION D INTERET N 017/MPT/2013/UCP/CAB

AVIS A MANIFESTATION D INTERET N 017/MPT/2013/UCP/CAB AVIS A MANIFESTATION D INTERET N 017/MPT/2013/UCP/CAB RECRUTEMENT D UN CONSULTANT INDIVIDUEL POUR LA REALISATION DE L ETUDE SUR LA PORTABILITE SUR LE MARCHE DES TELECOMMUNICATIONS EN REPUBLIQUE DU CONGO

Plus en détail

L innova(on con(nue grâce au Lean startup

L innova(on con(nue grâce au Lean startup Parlons Expériences #2 L innova(on con(nue grâce au Lean startup Mercredi 8 juillet 2015 Sommaire 1 Innover : c est quoi? 2 Le problème avec le succès 3 Innover! Une réponse uflisée par des entreprises

Plus en détail

Des régions au cœur d'une organisa-on décentralisée. 3 principes. Simplicité : On ne repart pas de zéro, on garde ce qui a

Des régions au cœur d'une organisa-on décentralisée. 3 principes. Simplicité : On ne repart pas de zéro, on garde ce qui a Annexe 3 Présenta4on de l organisa4on du mouvement Des régions au cœur d'une organisa-on décentralisée 3 principes Simplicité : On ne repart pas de zéro, on garde ce qui a fonctionné, et on corrige ce

Plus en détail

AMENER LE CLIENT VERS SOI AVEC L INBOUND MARKETING

AMENER LE CLIENT VERS SOI AVEC L INBOUND MARKETING PROGRAMME Le Branding ROIste : u liser la marque pour générer du trafic et de la conversion L Inbound est une des grandes tendances du e-commerce, des sites médias et des marques ; il s agit d amener les

Plus en détail

Mon Restaurant et L Internet

Mon Restaurant et L Internet Service Attitude Mon Restaurant et L Internet Programme de forma4on, de mise en place et de suivi pour 4rer profit de la communica4on digitale des4né spécifiquement à vous, restaurateurs Septembre 2012

Plus en détail

Présenta6on Isatech. ERP, Décisionnel, Architecture Systèmes & Réseaux. Isatech Tous droits réservés Page 1

Présenta6on Isatech. ERP, Décisionnel, Architecture Systèmes & Réseaux. Isatech Tous droits réservés Page 1 Présenta6on Isatech ERP, Décisionnel, Architecture Systèmes & Réseaux Isatech Tous droits réservés Page 1 L offre globale Couvrir l intégralité de la chaîne du SI Isatech Tous droits réservés Page 2 Isatech

Plus en détail

Montage Couv def_mise en page 1 15/02/12 11:01 Page1

Montage Couv def_mise en page 1 15/02/12 11:01 Page1 Montage Couv def_mise en page 1 15/02/12 11:01 Page1 Le «Projet Personnel et Professionnel» est apparu dans toutes les spécialités de Diplôme Universitaire de Technologie en 2005. Cee introducon généralisée,

Plus en détail

Regarder autrement pour mobiliser son potentiel managérial

Regarder autrement pour mobiliser son potentiel managérial Regarder autrement pour mobiliser son potentiel managérial Sommaire >>>> Notre vocation >> p.3 >>>> Notre projet pédagogique >> p.6 >>>> Notre offre produits >> p.11 >>>> L équipe et ses références >>

Plus en détail

Séminaire Aristote - 11 avril 2012 Jedeclare.com d'un Portail Déclara:f à une Plate- forme globale de dématérialisa:on au service d'une profession

Séminaire Aristote - 11 avril 2012 Jedeclare.com d'un Portail Déclara:f à une Plate- forme globale de dématérialisa:on au service d'une profession Séminaire Aristote - 11 avril 2012 Jedeclare.com d'un Portail Déclara:f à une Plate- forme globale de dématérialisa:on au service d'une profession Stéphane Gasch Directeur des études informa:ques du CSOEC

Plus en détail

Arbre à problemes et Arbres à objectifs

Arbre à problemes et Arbres à objectifs Arbre à problemes et Arbres à objectifs CAUSES D ECHEC DES ENTREPRISES NOUVELLES è Problèmes commerciaux q Marché mal ciblé q Clientèle poten3elle surévaluée q Délais de paiement clients sous évalués q

Plus en détail

LA BOUSSOLE DU MANAGER Programme(de(forma+on(2014(

LA BOUSSOLE DU MANAGER Programme(de(forma+on(2014( LA BOUSSOLE DU MANAGER Programme(de(formaon(2014( Qui sommes nous? Cadre Technique Fédéral ou entraîneur de Haut Niveau, le sport en général et le basketballenpar=culierontéténoschamps d expression privilégiés,

Plus en détail

La consumérisa2on du marché de l informa2que et Le BYOD

La consumérisa2on du marché de l informa2que et Le BYOD La consumérisa2on du marché de l informa2que et Le BYOD Séminaire ARISTOTE 7 Février 2013 ALTETIA 183 avenue Georges Clémenceau 92024 Nanterre 0155692121 www.alteca.com dominique.mouchet@ alteca.com Plan

Plus en détail

une étude ANDRH - FEFAUR mars 2013 BILAN ET PERSPECTIVES DE LA GESTION DES TALENTS DANS LES ENTREPRISES EN FRANCE avec le sou@en de

une étude ANDRH - FEFAUR mars 2013 BILAN ET PERSPECTIVES DE LA GESTION DES TALENTS DANS LES ENTREPRISES EN FRANCE avec le sou@en de une étude ANDRH - FEFAUR mars 2013 BILAN ET PERSPECTIVES DE LA GESTION DES TALENTS DANS LES ENTREPRISES EN FRANCE avec le sou@en de 2 Edito La ques(on des talents va s imposer rapidement dans l agenda

Plus en détail

H2PS engage ses compétences auprès des entreprises et des parculiers par la mise en place de soluons d accompagnements et de services.

H2PS engage ses compétences auprès des entreprises et des parculiers par la mise en place de soluons d accompagnements et de services. Notre Société H2PS engage ses compétences auprès des entreprises et des parculiers par la mise en place de soluons d accompagnements et de services. Nos Engagements: Nous uliserons nos connaissances, expériences

Plus en détail

Connaissance de l entreprise

Connaissance de l entreprise Connaissance de l entreprise Département Ingénierie Spécialité : Systèmes énergé9ques Cursus : Ecole Ingénieur 1 ere année Claudya PARIZE- SUFFRIN, MCF Sciences de Ges9on, Université des An9lles Année

Plus en détail

OpenStack : vecteur de culture Devops

OpenStack : vecteur de culture Devops OpenStack : vecteur de culture Devops Retour d expérience OpenStack chez Theodo 29/04/2014 1 La nécessité de l exper

Plus en détail

La stratégie na,onale e- santé : les SI au service de la qualité des soins et de l efficience du système de santé

La stratégie na,onale e- santé : les SI au service de la qualité des soins et de l efficience du système de santé La stratégie na,onale e- santé : les SI au service de la qualité des soins et de l efficience du système de santé Dr Brigi?e Séroussi Déléga&on à la Stratégie des Systèmes d Informa&on de Santé (DSSIS)

Plus en détail

D.U. TÉLÉMÉDECINE TIC SANTÉ MEETING 11 SEPTEMBRE 2014

D.U. TÉLÉMÉDECINE TIC SANTÉ MEETING 11 SEPTEMBRE 2014 D.U. TÉLÉMÉDECINE TIC SANTÉ MEETING 11 SEPTEMBRE 2014 Nathalie Salles, Professeur CHU de Bordeaux pôle gérontologie, Vice-présidente Association Agir Pour La Télémédecine Mickaël Chaleuil, Président Association

Plus en détail

Knowledge Management D. Chauvel, 13 Novembre 2014. Journée Mondiale de la Qualité Université Aix Marseille

Knowledge Management D. Chauvel, 13 Novembre 2014. Journée Mondiale de la Qualité Université Aix Marseille Knowledge Management D. Chauvel, 13 Novembre 2014 Journée Mondiale de la Qualité Université Aix Marseille ISO 9001 2015 7.1.6 GesGon des connaissances L'organisme doit déterminer les connaissances nécessaires

Plus en détail

Évolu>on et maintenance

Évolu>on et maintenance IFT3912 Développement et maintenance de logiciels Évolu>on et maintenance Bruno Dufour Université de Montréal dufour@iro.umontreal.ca Modifica>on des logiciels Les modifica>ons sont inévitables Des nouveaux

Plus en détail

SÉLECTIONNER LES MEILLEURS CANDIDATS : L APPORT DES OUTILS D ÉVALUATION AU RECRUTEMENT ET À LA MOBILITÉ INTERNE

SÉLECTIONNER LES MEILLEURS CANDIDATS : L APPORT DES OUTILS D ÉVALUATION AU RECRUTEMENT ET À LA MOBILITÉ INTERNE PARTENAIRE RESSOURCES HUMAINES SÉLECTIONNER LES MEILLEURS CANDIDATS : L APPORT DES OUTILS D ÉVALUATION AU RECRUTEMENT ET À LA MOBILITÉ INTERNE PROGRAMME Il est primordial pour une organisation de savoir

Plus en détail

Université de la Transformation

Université de la Transformation Université de la Transformation L E X P E R I E N C E U N I Q U E La mission de l Université de la Transformation au sein de Capgemini Consulting Accompagner l évolution des compétences et comportements

Plus en détail

Atelier: Poli+ques publiques et numérique Présenta+on du 17 novembre 2015 Aix les bains

Atelier: Poli+ques publiques et numérique Présenta+on du 17 novembre 2015 Aix les bains Atelier: Poli+ques publiques et numérique Présenta+on du 17 novembre 2015 Aix les bains Sommaire Tendances - enjeux- opportunité Forma6on RSE appliquée aux territoires Simula6on pour faciliter et simplifier

Plus en détail

MAJEURE CESEM 4 MANAGEMENT DES SYSTÈMES D INFORMATION

MAJEURE CESEM 4 MANAGEMENT DES SYSTÈMES D INFORMATION " MAJEURE CESEM 4 MANAGEMENT DES SYSTÈMES D INFORMATION 28 janvier - 15 février 2013 Professeurs : Annie Falan*n (annie.falan)n@reims- ms.fr) Diana Mangalagiu (diana.mangalagiu@reims- ms.fr) Dominique

Plus en détail

Fiche pra*que 3. Renforcement du rôle d informa*on et de consulta*on des IRP

Fiche pra*que 3. Renforcement du rôle d informa*on et de consulta*on des IRP Fiche pra*que 3 Renforcement du rôle d informa*on et de consulta*on des IRP La loi vise à favoriser la négocia2on collec2ve et l informa2on des instances représenta2ves du personnel (IRP) sur la forma2on

Plus en détail

Annexes Condi+ons générales de vente

Annexes Condi+ons générales de vente Annexes Condi+ons générales de vente Les présentes sont conclues entre : La société VIGICORP, SAS au capital de 150 000, société de droit français, élisant domicile 16 boulevard Charles de Gaulle 44800

Plus en détail

Accompagner les généra/ons futures par le coaching

Accompagner les généra/ons futures par le coaching Accompagner les généra/ons futures par le coaching Elèves, étudiants, jeunes diplômés : les aider à s orienter, se mo/ver, trouver du sens à ce qu ils font. Accompagner les généra/ons futures par le coaching

Plus en détail

CATALOGUE DES OFFRES 2014

CATALOGUE DES OFFRES 2014 CATALOGUE DES OFFRES 2014 GM_Oct 2014 Sommaire P9 DIAGNOSTIQUER Etat des lieux de l entreprise P3 REPRESENTER La défense des entrepreneurs P7 Sécurisaon des impayés P7 Projet à l international P7 Assistantes

Plus en détail

«Pour un fundraising toujours plus professionnel» Les Fondamentaux du fundraising

«Pour un fundraising toujours plus professionnel» Les Fondamentaux du fundraising «Pour un fundraising toujours plus professionnel» Les Fondamentaux du fundraising 24 juin 2014 Marianne Maillot Programme de la forma,on Contexte et enjeux Construire sa démarche Se posi,onner (Re)définir

Plus en détail

INFOCENTRE GUIDE UTILISATEUR IN «SAISIE AGREGEE» CE GUIDE EST DESTINÉ AUX COLLECTIVITÉS DE PLUS DE 50 AGENTS QUI EFFECTUENT LA SAISIE DITE «AGRÉGÉE».

INFOCENTRE GUIDE UTILISATEUR IN «SAISIE AGREGEE» CE GUIDE EST DESTINÉ AUX COLLECTIVITÉS DE PLUS DE 50 AGENTS QUI EFFECTUENT LA SAISIE DITE «AGRÉGÉE». GUIDE UTILISATEUR IN INFOCENTRE «SAISIE AGREGEE» RÉALISEZ VOTRE BILAN SOCIAL VIA LA SAISIE DITE «AGRÉGÉE» COLLECTE DES DONNÉES DE 2013 CE GUIDE EST DESTINÉ AUX COLLECTIVITÉS DE PLUS DE 50 AGENTS QUI EFFECTUENT

Plus en détail

Qu est- ce qu un Mentor?

Qu est- ce qu un Mentor? Qu est- ce qu un Mentor? Défini'on d un Mentor Un mentor est quelqu un qui a de l avance sur le chemin que je veux suivre. Si je veux devenir une superstar du catch, je m adresserai certainement à The

Plus en détail

! RÉVOLUTION OU ÉVOLUTION?

! RÉVOLUTION OU ÉVOLUTION? ! RÉVOLUTION OU ÉVOLUTION? JEAN- MARIE REILHAC RESPONSABLE DEVELOPPEMENT QUALITÉ & PERFORMANCE GROUPE AFNOR Qualité : valeur durable! ISO 9001 un socle pour répondre aux besoins des clients de manière

Plus en détail

Journées Grandes Marques 2014

Journées Grandes Marques 2014 Journées Grandes Marques 2014 IV - CIBLAGE & OMNICANAL TOUCHER SON COEUR DE CIBLE PLUS EFFICACEMENT AVEC L EMAILING COMPORTEMENTAL Hier, le cœur de cible d un annonceur était défini par des critères socio-démographiques.

Plus en détail

PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DU LIVRE BLANC BIG DATA

PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DU LIVRE BLANC BIG DATA PARTENAIRES BIG DATA PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DU LIVRE BLANC BIG DATA Le Livre Blanc de l EBG a pour ambion d'entrer dans le concret du Big Data. Finis les concepts flous et les formules vagues : nous

Plus en détail

Réunion des DRTIC mardi 15 juin 2010

Réunion des DRTIC mardi 15 juin 2010 Réunion des DRTIC mardi 15 juin 2010 Hugues Collin Guillaume Mignotte David Séverin www.cnerta.educagri.fr 12/07/09 Ordre du jour RH VPN Elluminate communication : site du CNERTA Point sur l actualité

Plus en détail

Chapitre 1 «mes chiffres clés à portée de mains»

Chapitre 1 «mes chiffres clés à portée de mains» Chapitre 1 «mes chiffres clés à portée de mains» Le volume des données manipulées par les acteurs du tourisme est de plus en plus important. Au delà des données mé6ers qui se complexifient, les données

Plus en détail

Guide juridique : La réforme en pra3que

Guide juridique : La réforme en pra3que Guide juridique : La réforme en pra3que Fiche pra3que 1 Le compte personnel de forma3on Le compte personnel de forma0on Principes fondamentaux C est un compte universel a7aché à la personne pendant les

Plus en détail

La formation des IOBSP

La formation des IOBSP Quelle formation pour quel IOBSP? Intervenant : Ravi CAUSSY, Président de la Commission Formation AFIB Convention du 31 mai 2012 - Paris Quelle formation pour quel IOBSP? Quelles catégories et activités

Plus en détail

Consultants, trouvez de nouveaux marchés grâce aux médias sociaux animé par Valérie March au Salon des micro- entreprises 2012

Consultants, trouvez de nouveaux marchés grâce aux médias sociaux animé par Valérie March au Salon des micro- entreprises 2012 Consultants, trouvez de nouveaux marchés grâce aux médias sociaux animé par Valérie March au Salon des micro- entreprises 2012 Conseils pra,ques et ou,ls pour Prospecter plus efficacement Faire connaître

Plus en détail

Compétences bureau0que. Passez à l illimité.

Compétences bureau0que. Passez à l illimité. Présenta)on Vodeclic : Les enjeux de la forma)on bureau)que en 2014 Compétences bureau0que. Passez à l illimité. ORDRE DU JOUR 1 2 3 4 Présenta)on de Vodeclic Démonstra)on de la plate- forme Retour d expérience

Plus en détail

Comité de Pilotage 2 18 Septembre 2012

Comité de Pilotage 2 18 Septembre 2012 Comité de Pilotage 2 18 Septembre 2012 Ordre du jour Présenta/on et discussion autour des territoires d innova/on Défis urbains Tendances Territoires d innova/on Prépara/on de la seconde phase de l expédi/on

Plus en détail

«100% des associations de parents d'élèves qui ont mis en place un dispositif Scoléo ont simplifié la vie des familles»

«100% des associations de parents d'élèves qui ont mis en place un dispositif Scoléo ont simplifié la vie des familles» Scoléo 2015 «100% des associations de parents d'élèves qui ont mis en place un dispositif Scoléo ont simplifié la vie des familles» Les principales ini,a,ves lancées par Scoléo : > Les pe&tes annonces

Plus en détail

CROWD- SOURCING POUR LA RÉPONSE D URGENCE

CROWD- SOURCING POUR LA RÉPONSE D URGENCE SIG- LA- LETTRE 2013 CROWD- SOURCING POUR LA RÉPONSE D URGENCE CARTONG 11-06-2013 Les Rencontres SIG-la-Lettre 2013 1 PLAN 1. CARTONG 2. OSM, CARTE MONDIALE COLLABORATIVE OSM et HOT Illustration chez CartONG

Plus en détail