LE SUPPLIER RELATIONSHIP MANAGEMENT EN PRATIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE SUPPLIER RELATIONSHIP MANAGEMENT EN PRATIQUE"

Transcription

1 PARTENAIRES ACHATS LE SUPPLIER RELATIONSHIP MANAGEMENT EN PRATIQUE PROGRAMME La geson de la relaon fournisseur Supplier Relaonship Management est au centre de l aenon de toutes les foncons Achats. Les caractérisques, les enjeux et la mise en œuvre d une démarche de SRM varient d un secteur à l autre, d une entreprise à l autre. Toutefois, la finalité, les principes clés, les bonnes praques et les ouls sont largement communs et peuvent avantageusement être répliqués. > Quels sont les objecfs premiers du SRM? > Quels bénéfices une entreprise peut-elle en rer? Ces bénéfices sont-ils quanfiables et mesurables? > Comment structurer la démarche SRM? > Comment se concrése, au quodien, le SRM dans une foncon Achats? Et dans le travail de l acheteur? > Quelles sont les compétences et quels sont les ouls nécessaires pour mere en œuvre et faire vivre efficacement le SRM dans votre entreprise? Intervenants : GSK - Frédéric Lecerre, Directeur des Achats THALES - Alain Monjaux, Directeur Corporate de la Relaon Fournisseurs SOCIETE GENERALE - Pierre-Jean Henry, Directeur des Foncons transverses au sein de la Direcon des Achats FIVES GROUP Eric Bessière, Directeur des Achats Animateur : OLIVER WYMAN Jean-Marc Le Gac, Associate Partner 1/7

2 PRÉSENTATION DES INTERVENANTS Frédéric Lecerre - GSK : 31,2 milliards d euros de chiffre d affaires en millions d euros de dépenses achats (hors producon) en 2012 dans 5 catégories principales : markeng, MICE, logisque, consulng et fleet fournisseurs dont 60 considérés comme stratégiques. Alain Monjaux - THALES : 14,2 milliards d euros de chiffre d affaires consolidé en ,6 milliards d euros de dépenses achats en 2012 dans 5 segments principaux : achats industriels, systèmes et équipements, frais généraux, ingénierie et soluons informaques fournisseurs dont 120 sous démarche SRM. Pierre-Jean Henry - SOCIETE GENERALE : 25 milliards d euros de PNB en ,1 milliards d euros de dépenses achats en 2012, dont 3,7 milliards en France dans 4 domaines principaux : bancaire, services, IT et conseil fournisseurs en France dont 31 considérés comme stratégiques. Eric Bessière, FIVES GROUP : 2 milliards d euros de chiffre d affaires en ,2 milliard d euros de dépenses achats en acheteurs dans le monde. I - LE SRM : OBJECTIFS, PÉRIMÈTRES ET ENJEUX Le Supplier Rela4onship Management (SRM) consiste à définir comment gérer ses rela4ons fournisseurs de manière à maximiser la créa4on de valeur pour l entreprise et ses clients en iden4fiant, a=rant et développant ses fournisseurs stratégiques. Quels sont les objec4fs auxquels une démarche SRM peut contribuer dans chacune de vos entreprises? Comment mesurer ces bénéfices? FREDERIC LECERRE, GSK Il s'agit de rechercher un équilibre entre le fournisseur et le client. Au niveau des coûts, dans une mul-naonale, le SRM est une assurance d'avoir les mêmes condions partout. Sur le plan des risques, nous avons fixé un axe sur le taux de dépendance. 2/7

3 Ainsi, notre volonté est de faire intervenir le SRM à tous les niveaux de la créa4on de valeur dans une logique de partenariat avec les fournisseurs. ALAIN MONJAUX, THALES Présent dans 56 pays, Thales évolue dans un environnement extrêmement concurrenel. Dès lors, une queson se pose : comment la direcon des Achats peut-elle nous aider dans nos objecfs de développement business? La démarche de SRM s inscrit dans la contribu4on à la croissance. Il s'agit d'établir un équilibre entre, d'une part, l'apport du fournisseur en termes de compévité, et d'autre part la croissance du business. La démarche SRM c'est un cercle vertueux : une solu4on compé44ve apportée par le fournisseur va alimenter nos propres offres commerciales... De même, le fait que Thalès remporte de nouveaux contrats va alimenter la croissance du fournisseur. ERIC BESSIÈRE, FIVES GROUP Le groupe s'appuie sur trois piliers pour se développer : l'humain, l'internaonal et l'innovaon. Dans un secteur de niche, nous recherchons l'excellence technique. Depuis la nuit des temps, l'innovaon c'est le nerf de la guerre. On s'appuie sur des fournisseurs-clefs qui nous aident à établir des cahiers des charges, à fabriquer des prototypes, tout en conservant la propriété intellectuelle. Au final, ce processus de Recherche et Développement, qui s inscrit au cœur de la stratégie de l entreprise, nécessite de développer des rela4ons par4culières avec certains fournisseurs afin de construire les offres innovantes, créatrices de valeur. La geson de la relaon fournisseur, c'est notre coeur de méer. On cherche à contribuer à la croissance et à réduire les coûts. Dans ce but, nous sommes à l'écoute du fournisseur, pour savoir comment il travaille avec d'autres clients. Nous sommes concentrés sur la ges4on des risques, notamment ceux qui concernent l'image et la réputa4on. De plus, nous gardons sans cesse à l'esprit qu'un fournisseur peut également être un client. Ce qui n'empêche pas de respecter les principes de neutralité et d'équité de traitement. 3/7

4 Comment parvient-on à mesurer la contribu4on d'une démarche SRM aux bénéfices? Les acheteurs, fournisseurs et les clients internes constatent au quodien les bénéfices d'une polique SRM. Chaque acteur impliqué dans cee stratégie est certain de suivre la bonne voie. Pour autant, il est très difficile de mesurer scienfiquement les bénéfices issus d'une démarche SRM. II - LA STRUCTURATION D UNE DÉMARCHE SRM Une démarche SRM doit s ancrer dans les étapes de défini4on d une stratégie Achats et se baser sur une analyse fine de la nature de la rela4on fournisseur à mefre en place. Concrètement, comment avez-vous réalisé cefe analyse de priorisa4on des fournisseurs stratégiques? FREDERIC LECERRE, GSK Nous sommes depuis peu organisés en catégories d'achats. Le partage s'effectue entre les régions et le local. Cela nous a permis de donner une nouvelle dimension à la geson SRM. En France, 2200 fournisseurs sont suivis par la direcon. Sur le plan local, il s'agit d'une ges4on des risques et des opportunités. Un focus spécifique a par exemple été réalisé sur les taux de dépendance. Nous avons ainsi adapté notre démarche SRM en foncon de ce taux. Les fournisseurs avec qui nous réalisons plus de 17% de notre chiffre d'affaires bénéficient d'un suivi trimestriel. Au niveau régional, nous considérons qu'un acheteur ne peut suivre plus d'un fournisseur en SRM. A l'échelle locale, 5 ou 6 fournisseurs peuvent être suivis par un acheteur. Au final, la démarche SRM apporte une meilleure ges4on des risques liés à la dépendance, qu'elle soit financière ou technologique. 4/7

5 Ce travail est certes préparé par les Achats, mais il ne pourrait être conduit de façon autonome. Il serait impossible de mener une démarche de développement et de partage en restant seuls! Nous nous imposons une grande transparence. Même si le secteur Business est parfois récent à délivrer certaines informaons, il convient de réunir tous les acteurs pour avoir une vision globale. A nous de créer des structures qui encouragent le partage. Nous avons mis en place trois disposifs au sein de la Société Générale : 1) Les fournisseurs dits "stratégiques" désignés en foncon de leur chiffre d'affaires (seuil fixé à 5 millions d'euros) ou du niveau de risque. Nous disposons aujourd'hui de 31 fournisseurs stratégiques (qui représentent 1 milliard d'euros sur les 6,1 milliards que l'on dépense annuellement dans le monde). 2) Les fournisseurs dits "majeurs" : ils sont plus pets, mais ce sont des leaders sur le marché ou des acteurs en très fort développement au sein de Société Générale (et donc vitaux pour la banque). Ce disposif concerne une trentaine de nos fournisseurs. 3) Un disposi4f plus global à l'égard des ETI, PME. Nous sommes la première banque membre du "Pacte PME", la seule banque labellisée et nous avons signé la Charte des relaons inter-entreprises en La capacité à gérer un écosystème de PME, ETI fait pleinement pare de la démarche SRM. ALAIN MONJAUX, THALES Nous avons également défini des "statuts-fournisseurs" : 1) Les fournisseurs stratégiques sont capables de nous apporter les posionnements concurrenels les plus significafs. Ces soluons innovantes apportées à l'architecture de nos produits doivent être suffisamment compéves pour alimenter nos propres offres commerciales. 2) Les fournisseur "cibles". C'est le fournisseur avec qui, à l'issue d'un appel d'offre conduit par l'équipe Achats, nous négocions un contrat-cadre. 3) Le partenaire. C'est le cas d'un fournisseur qui peut être co-traitant, client ou encore concurrent... Dans ce cas, l'acteur Achats responsable de cee relaon doit entretenir une collaboraon extrêmement étroite avec la pare commerciale. 5/7

6 III - LE SRM «AU QUOTIDIEN» Quelles modalités concrètes ont été mises en place pour animer la démarche SRM (processus, instances, modalités de collabora4on, business case, suivi de performance )? ALAIN MONJAUX, THALES Le SRM, selon nous, c'est la mise en oeuvre de relaons structurées autour de 5 axes : 1) La performance opéraonnelle 2) Le développement fournisseur 3) L évaluaon symétrique des relaons 4) L alignement stratégique 5) L étude des opportunités/risques et des leviers de développement mutuel Il est impéraf de savoir écouter son fournisseur, afin de prendre conscience de sa capacité à acquérir davantage de responsabilités dans la chaîne de la valeur. L'objecf est de nouer une rela4on équilibrée pour conduire une analyse d'alignement stratégique. Très concrètement, un acteur est chargé de faire vivre au quodien cee relaon : le Supplier Account Manager (SAM). Il est chargé de définir les principes qui permeent de conduire la stratégie selon un intérêt mutuel. Le SAM est tradionnellement un membre des Achats. Le SAM est un chef d'orchestre, capable de constuer avec le fournisseur ce que j'appelle "le puzzle de la compévité". Il convient de sser de fortes collaboraons pour définir et traquer les leviers de compévité, de faire preuve d'humilité par rapport à la stratégie du fournisseur. Pour nous rapprocher des fournisseurs stratégiques, nous avons mis en place le "Global Account Program" (GAP). Il implique au minimum deux réunions opéraonnelles par an ainsi qu'une réunion stratégique. 6/7

7 Ces rencontres ont pour objecf de partager les stratégies d'entreprise et de s'assurer que les deux par4es vont dans le même sens. Les rapports que l'on entreent avec un fournisseur, c'est comme une relaon de couple : la communicaon est essenelle. Notre Supplier Account Manager est un acheteur chargé d'animer la communauté. Il doit être capable de faire sorr les acheteurs de leurs problémaques liées au quodien et à l'opéraonnel. En quoi la mise en place d une rela4on privilégiée avec des fournisseurs change-t-elle le travail au quo4dien d une direc4on des achats? FREDERIC LECERRE, GSK Le SRM est un état d esprit qui doit impliquer tous les niveaux de l entreprise. CeFe démarche doit s ar4culer autour du triptyque Achats- Fournisseurs-Business. La démarche SRM, c est faire faire vivre et développer l écosystème dans lequel on évolue. 7/7

REMISE DU RÉFÉRENTIEL DES PRATIQUES ACHATS 2013-2014

REMISE DU RÉFÉRENTIEL DES PRATIQUES ACHATS 2013-2014 PARTENAIRES ACHATS REMISE DU RÉFÉRENTIEL DES PRATIQUES ACHATS 2013-2014 I - Entreen avec JEAN-PIERRE CLAMADIEU, Président du Comité Exécuf de SOLVAY Jean-Pierre Clamadieu a un parcours unique en son genre

Plus en détail

MTI820 Entrepôts de données et intelligence d affaires. Gouvernance des données et ges1on des données de référence

MTI820 Entrepôts de données et intelligence d affaires. Gouvernance des données et ges1on des données de référence MTI820 Entrepôts de données et intelligence d affaires Gouvernance des données et ges1on des données de référence 1 La gouvernance des données Défini1on: «Processus de supervision et de décision qui permet

Plus en détail

LA FIDÉLISATION MULTICANALE

LA FIDÉLISATION MULTICANALE PARTENAIRES MARKETING & SOCIAL MARKETING LA FIDÉLISATION MULTICANALE En 2013, 94 % des Français déclarent détenir au moins une carte de fidélité et 75 % affirment en faire usage. Pour autant, 58 % des

Plus en détail

LA DIGITALISATION DE LA RELATION CLIENT

LA DIGITALISATION DE LA RELATION CLIENT PARTENAIRES ENTREPRISE ET TRANSFORMATION DIGITALE LA DIGITALISATION DE LA RELATION CLIENT PROGRAMME Face à la mulplicaon des canaux digitaux de communicaon, à l évoluon des comportements des clients et

Plus en détail

Transformation Digitale des Ressources Humaines

Transformation Digitale des Ressources Humaines Transformation Digitale des Ressources Humaines Management des Equipes & Projets Coaching Individuel & Groupes Créa>vité Approches collabora>ves Intelligence collec>ve Stratégie et cohérence Management

Plus en détail

Prépara&on Opéra&onnelle à l Emploi de BASYCA (POEB) BASYCA SAS FRANCE - Anzize BADAROU

Prépara&on Opéra&onnelle à l Emploi de BASYCA (POEB) BASYCA SAS FRANCE - Anzize BADAROU Prépara&on Opéra&onnelle à l Emploi de BASYCA (POEB) 1 Sommaire Objec&fs généraux Contenu POEB Approche générique Animateurs Partenaires 2 Objectifs généraux Enjeux de la forma1on Réconcilier la forma&on

Plus en détail

ANI SEREZ- VOUS PRETS?

ANI SEREZ- VOUS PRETS? ANI SEREZ- VOUS PRETS?! Un risque commercial et financier Plus de 4 millions d assurés individuels vont basculer dans des contrats collec8fs, avec des mouvements importants entre les différents acteurs

Plus en détail

Enjeux de la commande publique durable. le cas des logements sociaux

Enjeux de la commande publique durable. le cas des logements sociaux Enjeux de la commande publique durable le cas des logements sociaux Achat public durable : Défini

Plus en détail

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 PGE 2 Fall Semester 2015 Purchasing Track Course Catalogue Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 Méthodes Outils associés au Processus Opérationnel des Achats p. 3 Gestion d un Projet Achat

Plus en détail

Des régions au cœur d'une organisa-on décentralisée. 3 principes. Simplicité : On ne repart pas de zéro, on garde ce qui a

Des régions au cœur d'une organisa-on décentralisée. 3 principes. Simplicité : On ne repart pas de zéro, on garde ce qui a Annexe 3 Présenta4on de l organisa4on du mouvement Des régions au cœur d'une organisa-on décentralisée 3 principes Simplicité : On ne repart pas de zéro, on garde ce qui a fonctionné, et on corrige ce

Plus en détail

BRANDING VS PERFORMANCE : UN COMBAT GAGNÉ D AVANCE?

BRANDING VS PERFORMANCE : UN COMBAT GAGNÉ D AVANCE? PARTENAIRE ENJEUX DIGITAUX BRANDING VS PERFORMANCE : UN COMBAT GAGNÉ D AVANCE? PROGRAMME «Vous faites plutôt du Branding ou de la Performance?» Une ques%on à laquelle le marketer aguerri répondra : «Ma

Plus en détail

FAIRE DE SA VIDEO UN TOP-VIEWERS

FAIRE DE SA VIDEO UN TOP-VIEWERS PARTENAIRES MEDIAS DIGITAUX FAIRE DE SA VIDEO UN TOP-VIEWERS PROGRAMME Réaliser une vidéo, acheter de l espace publicitaire, c est bien, mais faire en sorte de cee vidéo vive sa propre vie, se diffuse

Plus en détail

Arbre à problemes et Arbres à objectifs

Arbre à problemes et Arbres à objectifs Arbre à problemes et Arbres à objectifs CAUSES D ECHEC DES ENTREPRISES NOUVELLES è Problèmes commerciaux q Marché mal ciblé q Clientèle poten3elle surévaluée q Délais de paiement clients sous évalués q

Plus en détail

Journées Grandes Marques 2014

Journées Grandes Marques 2014 Journées Grandes Marques 2014 IV - CIBLAGE & OMNICANAL TOUCHER SON COEUR DE CIBLE PLUS EFFICACEMENT AVEC L EMAILING COMPORTEMENTAL Hier, le cœur de cible d un annonceur était défini par des critères socio-démographiques.

Plus en détail

En créant des Services Innovants, ivee apporte un soutien essentiel au développement des activités professionnelles et des compétences personnelles

En créant des Services Innovants, ivee apporte un soutien essentiel au développement des activités professionnelles et des compétences personnelles En créant des Services Innovants, ivee apporte un soutien essentiel au développement des activités professionnelles et des compétences personnelles de tous les passionnés! née d un constat Actuellement,

Plus en détail

Proposés à un tarif préférentiel, les six produits disponibles ont été revus au 1 er janvier 2016 pour mieux répondre à vos attentes.

Proposés à un tarif préférentiel, les six produits disponibles ont été revus au 1 er janvier 2016 pour mieux répondre à vos attentes. Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne, toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

La continuité des activités de l entreprise dans le cadre du risque Chikungunya

La continuité des activités de l entreprise dans le cadre du risque Chikungunya La continuité des activités de l entreprise dans le cadre du risque Chikungunya Avis d Expert UDE MEDEF Guadeloupe Mercredi 26 février 2014 M Baïreh LISETTE Florestan ROUET SOMMAIRE 1. Introduc2on 2. Evalua2on

Plus en détail

ENTRE CAISSES EN PLASTIQUE RÉUTILISABLES ET PLATEAUX EN CARTON ONDULÉ RECYCLABLES

ENTRE CAISSES EN PLASTIQUE RÉUTILISABLES ET PLATEAUX EN CARTON ONDULÉ RECYCLABLES ÉVALUATION ENVIRONNEMENTALE ET ÉCONOMIQUE DE L INTÉRÊT COMPARÉ ENTRE CAISSES EN PLASTIQUE RÉUTILISABLES ET PLATEAUX EN CARTON ONDULÉ RECYCLABLES ASSEMBLÉE NATIONALE MERCREDI 14 DÉCEMBRE 2011 SOMMAIRE CARTON

Plus en détail

Fin des Tarifs Réglementés Ges3on opéra3onnelle des achats d énergie

Fin des Tarifs Réglementés Ges3on opéra3onnelle des achats d énergie Fin des Tarifs Réglementés Ges3on opéra3onnelle des achats d énergie 18 juin 2015 Talence SMART GRID ENERGY - Ce document est la propriété de SMART GRID ENERGY. Toute communica3on, reproduc3on, publica3on,

Plus en détail

De l'idée au produit : un exemple de créa4on d'entreprise. Anne Boyer LORIA Nancy Université 17 septembre 2010

De l'idée au produit : un exemple de créa4on d'entreprise. Anne Boyer LORIA Nancy Université 17 septembre 2010 De l'idée au produit : un exemple de créa4on d'entreprise Anne Boyer LORIA Nancy Université 17 septembre 2010 Un rapide CV Professeur en informa4que - Université Nancy 2 (hnp://www.univ- nancy2.fr) Responsable

Plus en détail

LA BOUSSOLE DU MANAGER Programme(de(forma+on(2014(

LA BOUSSOLE DU MANAGER Programme(de(forma+on(2014( LA BOUSSOLE DU MANAGER Programme(de(formaon(2014( Qui sommes nous? Cadre Technique Fédéral ou entraîneur de Haut Niveau, le sport en général et le basketballenpar=culierontéténoschamps d expression privilégiés,

Plus en détail

Cabinet de Conseil STRATÉGIE MANAGEMENT ORGANISATION JURIDIQUE FORMATION AVEC BW CONSULTANTS CHOISISSEZ DE GARANTIR VOTRE DEVELOPPEMENT

Cabinet de Conseil STRATÉGIE MANAGEMENT ORGANISATION JURIDIQUE FORMATION AVEC BW CONSULTANTS CHOISISSEZ DE GARANTIR VOTRE DEVELOPPEMENT Cabinet de Conseil STRATÉGIE MANAGEMENT ORGANISATION JURIDIQUE FORMATION 1 Pourquoi nous choisir? Le chef d entreprise, surtout s il est propriétaire, déteste l aventure. Notre Objec>f est de vous accompagner

Plus en détail

WIT ASSOCIES Reprise d entreprise

WIT ASSOCIES Reprise d entreprise Reprise d entreprise Check- list RH en 12 étapes en bref Ce document a la modeste ambi9on de vous aider à prendre en compte des critères humains lorsque vous envisagerez de reprendre une entreprise, qu

Plus en détail

Lettre de motivation en Suisse et en France

Lettre de motivation en Suisse et en France Rédiger une Lettre de motivation en Suisse et en France 3 ème salon de l emploi transfrontalier 20 et 21 septembre 2012 David Talerman Co-auteur de «Décrocher un emploi en Suisse» Auteur de «Travailler

Plus en détail

LES RESEAUX SOCIAUX SUR MOBILE : RETOURS D EXPERIENCE

LES RESEAUX SOCIAUX SUR MOBILE : RETOURS D EXPERIENCE PROGRAMME Il y a quelques mois, Facebook annonçait une croissance exceponnelle de ses résultats sur terminaux mobiles, laissant entendre que le réseau social avait enfin compris comment générer des revenus

Plus en détail

BENCHMARKING TRAINING CONSULTING

BENCHMARKING TRAINING CONSULTING BENCHMARKING TRAINING CONSULTING Basé en Bretagne, à Rennes, DataMaster dédie son ac4vité aux mé4ers de la Bureau4que depuis plus de quatre ans. Véritable partenaire des distributeurs en solu4ons d impression,

Plus en détail

H2PS engage ses compétences auprès des entreprises et des parculiers par la mise en place de soluons d accompagnements et de services.

H2PS engage ses compétences auprès des entreprises et des parculiers par la mise en place de soluons d accompagnements et de services. Notre Société H2PS engage ses compétences auprès des entreprises et des parculiers par la mise en place de soluons d accompagnements et de services. Nos Engagements: Nous uliserons nos connaissances, expériences

Plus en détail

ACHAT PUBLIC PROMOUVOIR, CONSTRUIRE, PILOTER ET OPTIMISER UN PLAN D ACTION

ACHAT PUBLIC PROMOUVOIR, CONSTRUIRE, PILOTER ET OPTIMISER UN PLAN D ACTION ACN 2012 ACHAT PUBLIC PROMOUVOIR, CONSTRUIRE, PILOTER ET OPTIMISER UN PLAN D ACTION ACN ACHAT PUBLIC MODULE A RENFORCER LA STRATÉGIE ACHAT DE SON ÉTABLISSEMENT : ATOUTS ET CLÉS DE SUCCÈS MODULE A RENFORCER

Plus en détail

En quoi devenir Coach de vos commerciaux développe (encore plus) leur performance?

En quoi devenir Coach de vos commerciaux développe (encore plus) leur performance? En quoi devenir Coach de vos commerciaux développe (encore plus) leur performance? Quelles devront être vos nouvelles compétences? Pourquoi votre rôle de coach sera complémentaire de votre rôle de manager?

Plus en détail

BTS NRC Négocia(on et rela(on client et passerelles mé1ers en Mutualité

BTS NRC Négocia(on et rela(on client et passerelles mé1ers en Mutualité BTS NRC Négocia(on et rela(on client et passerelles mé1ers en Mutualité BTS Négocia,on et Rela,on Cleint Le BTS NRC forme des vendeurs et des managers commerciaux capables de gérer la rela1on client dans

Plus en détail

Compétences Managériales et Outils. Séminaire «Développer les personnes dans leurs fonctions pour une efficacité optimale»

Compétences Managériales et Outils. Séminaire «Développer les personnes dans leurs fonctions pour une efficacité optimale» Compétences Managériales et Outils Séminaire «Développer les personnes dans leurs fonctions pour une efficacité optimale» Pour qui? Pour quoi? Objec&fs Vous programmez régulièrement avec vos collaborateurs

Plus en détail

COMMENT FAIRE DE L IMMOBILIER UN LEVIER DE CRÉATION DE VALEUR?

COMMENT FAIRE DE L IMMOBILIER UN LEVIER DE CRÉATION DE VALEUR? PARTENAIRES IMMOBILIER COMMENT FAIRE DE L IMMOBILIER UN LEVIER DE CRÉATION DE VALEUR? PROGRAMME La valeur des acfs immobiliers est essenelle au bilan, mais la bonne geson du patrimoine est aussi essenelle

Plus en détail

S T M G. Tout savoir sur la série. Spécialité S. I. G. Systèmes d'information de gestion

S T M G. Tout savoir sur la série. Spécialité S. I. G. Systèmes d'information de gestion S T M G Tout savoir sur la série Spécialité S. I. G. Systèmes d'information de gestion Le numérique au cœur de SIG mais qu est-ce que le numérique? Le numérique au cœur de SIG mais qu est-ce que le numérique?

Plus en détail

Présenta6on Isatech. ERP, Décisionnel, Architecture Systèmes & Réseaux. Isatech Tous droits réservés Page 1

Présenta6on Isatech. ERP, Décisionnel, Architecture Systèmes & Réseaux. Isatech Tous droits réservés Page 1 Présenta6on Isatech ERP, Décisionnel, Architecture Systèmes & Réseaux Isatech Tous droits réservés Page 1 L offre globale Couvrir l intégralité de la chaîne du SI Isatech Tous droits réservés Page 2 Isatech

Plus en détail

[Budgets B2B] Le guide d optimisation financière. (marketing, commercial et digital)

[Budgets B2B] Le guide d optimisation financière. (marketing, commercial et digital) [Budgets B2B] Le guide d optimisation financière. (marketing, commercial et digital) Les tendances en matière de répartition des budgets. sommaire 1. Les budgets marketing sont à la hausse. 2. La part

Plus en détail

Leadership et Performance Collec4ve

Leadership et Performance Collec4ve Accélérateur de Croissance Leadership et Performance Collec4ve Forma4on inter- entreprises de 2+2 jours Lyon les 6/7juin et 4/5 juillet 2016 www.managessens.com Rappelez vous que le chemin du succès est

Plus en détail

Présenta)on de la forma)on ECR «KIT Efficacité des promo)ons»

Présenta)on de la forma)on ECR «KIT Efficacité des promo)ons» Présenta)on de la forma)on ECR «KIT Efficacité des promo)ons» 2014 Objec)fs de la forma)on S approprier les fiches du kit promo ECR : défini;ons, les bonnes pra;ques promo;onnelles, KPI Connaitre les types

Plus en détail

59,9% 66,7% 68,6% 63,2% 63,4% 0% 20% 40% 60% 80% Compétences clés. Expertise scientifique et technique monodisciplinaire 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0%

59,9% 66,7% 68,6% 63,2% 63,4% 0% 20% 40% 60% 80% Compétences clés. Expertise scientifique et technique monodisciplinaire 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% LES METIERS DE LA RECHERCHE ET DU DEVELOPPEMENT Disciplines Type de structure Math,Physique 59,9% Sciences de l'ingénieur, 66,7% Chimie 68,6% Sciences de la vie et de la terre 63,2% Droit, Sciences économiques,

Plus en détail

Le management de transition

Le management de transition Le management de transition une solution RH pour les entreprises calédoniennes Jeudi 7 avril 2016 Auditorium CCI PRESENTATION QUI QUAND POURQUOI COMMENT Le Management de Transi7on en quelques mots Qui

Plus en détail

Armel Cusin- Gogat 06 46 53 49 17 acg@terreetciel- conseil.fr

Armel Cusin- Gogat 06 46 53 49 17 acg@terreetciel- conseil.fr Armel Cusin- Gogat 06 46 53 49 17 acg@terreetciel- conseil.fr Terre & Ciel 2012 Terre & Ciel - SARL au capital social de 5000 - RCS Nantes 478 048 838 p. 1 3 impasse des Tourmalines 44300 Nantes Siège

Plus en détail

ACN AChAt public RENFORCER la StRAtégiE AChAt de SON établissement : AtOutS Et CléS de SuCCèS ASSOCiAtiON NAtiONAlE FORMAtiON hospitalier

ACN AChAt public RENFORCER la StRAtégiE AChAt de SON établissement : AtOutS Et CléS de SuCCèS ASSOCiAtiON NAtiONAlE FORMAtiON hospitalier ACN achat public MODULE A Renforcer la stratégie achat de son établissement : atouts et clés de succès ASSOCIATION NATIONALE POUR LA FORMATION PERMANENTE DU PERSONNEL HOSPITALIER 2013-15 module A Renforcer

Plus en détail

MAJEURE CESEM 4 MANAGEMENT DES SYSTÈMES D INFORMATION

MAJEURE CESEM 4 MANAGEMENT DES SYSTÈMES D INFORMATION " MAJEURE CESEM 4 MANAGEMENT DES SYSTÈMES D INFORMATION 28 janvier - 15 février 2013 Professeurs : Annie Falan*n (annie.falan)n@reims- ms.fr) Diana Mangalagiu (diana.mangalagiu@reims- ms.fr) Dominique

Plus en détail

Tétranormalisa-on et management stratégique du territoire : le cas du Grand Genève

Tétranormalisa-on et management stratégique du territoire : le cas du Grand Genève Tétranormalisa-on et management stratégique du territoire : le cas du Grand Genève Directeur de thèse : Pr Marc BONNET, Professeur de Sciences de Ges5on à l IAE de Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3,

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

«COMMUNICATION ET PRÉSENTATION DE PROJET»

«COMMUNICATION ET PRÉSENTATION DE PROJET» «COMMUNICATION ET PRÉSENTATION DE PROJET» Chefs de projet ou toute personne ayant à communiquer en publique Comprendre et u,liser la communica,on non verbale Comprendre et u,liser le communica,on verbale

Plus en détail

CREATIVE LEADERS. «Let s make it happen» Accompagnement des managers d équipes et responsables transverses

CREATIVE LEADERS. «Let s make it happen» Accompagnement des managers d équipes et responsables transverses CREATIVE LEADERS «Let s make it happen» Accompagnement des managers d équipes et responsables transverses CREATIVE LEADERS accompagne les entreprises vers la performance durable en combinant 3 dimensions

Plus en détail

Le coaching : accompagner les acteurs au cœur de la complexité

Le coaching : accompagner les acteurs au cœur de la complexité Le coaching : accompagner les acteurs au cœur de la complexité Version 1.0 du 28 février 2011 Terre & Ciel 2011 Terre & Ciel - SARL au capital social de 5000 - RCS Nantes 478 048 838 2 rue Robert le Ricolais

Plus en détail

MAXIMISER LES SYNERGIES ENTRE MÉDIAS DIGITAUX LES NOUVELLES PRATIQUES DE L ACHAT MÉDIA

MAXIMISER LES SYNERGIES ENTRE MÉDIAS DIGITAUX LES NOUVELLES PRATIQUES DE L ACHAT MÉDIA PARTENAIRES MEDIAS DIGITAUX MAXIMISER LES SYNERGIES ENTRE S DIGITAUX LES NOUVELLES PRATIQUES DE L ACHAT PROGRAMME > Comment uliser les médias digitaux (Display, Social, Mobile et Vidéo), créer des phénomènes

Plus en détail

MA MOBILITE PROFESSIONNELLE & MOI. Résultats de notre enquête 2014/5 en partenariat avec Ithaque Coaching

MA MOBILITE PROFESSIONNELLE & MOI. Résultats de notre enquête 2014/5 en partenariat avec Ithaque Coaching + MA MOBILITE PROFESSIONNELLE & MOI Résultats de notre enquête 2014/5 en partenariat avec Ithaque Coaching Sommaire 2 Objec-fs de l enquête.p. 3 Méthodologie p. 4 Résultats Mobilité professionnelle Une

Plus en détail

«Accès des PME aux marchés publics : Comprendre les marchés publics»

«Accès des PME aux marchés publics : Comprendre les marchés publics» Comprendre les marchés publics «Accès des PME aux marchés publics : Comprendre les marchés publics» Repères et conseils Alexandre DOMANICO Sébas?en FERNIER 2 Pourquoi les PME doivent s intéresser aux marchés

Plus en détail

PME/TPE : Comment lancer une démarche environnementale de façon simple et efficace et vous démarquer de vos concurrents

PME/TPE : Comment lancer une démarche environnementale de façon simple et efficace et vous démarquer de vos concurrents PME/TPE : Comment lancer une démarche environnementale de façon simple et efficace et vous démarquer de vos concurrents Christine SORLI Déléguée régionale Groupe AFNOR Le groupe Afnor Opérateur central

Plus en détail

INNOVATIONS & FOURNISSEURS

INNOVATIONS & FOURNISSEURS Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. INNOVATIONS & FOURNISSEURS «La prise en charge de l innovation fournisseur

Plus en détail

INSTANCE ETHIQUE EN EHPAD. Pourquoi et Comment Fonc9onnement Difficultés Thèmes abordés Discussion

INSTANCE ETHIQUE EN EHPAD. Pourquoi et Comment Fonc9onnement Difficultés Thèmes abordés Discussion INSTANCE ETHIQUE EN EHPAD Pourquoi et Comment Fonc9onnement Difficultés Thèmes abordés Discussion 1 Introduc)on: L Instance Ethique des EHPAD de Grisolles et Verdun sur Garonne L idée d organiser la réflexion

Plus en détail

CONSEIL EN COMMUNICATION

CONSEIL EN COMMUNICATION CONSEIL EN COMMUNICATION SOMMAIRE LE MARCHÉ DU CONSEIL EN COMMUNICATION... 2 LA RÉGLEMENTATION DU CONSEIL EN COMMUNICATION... 4 L'ACTIVITÉ DU CONSEIL EN COMMUNICATION... 6 LES POINTS DE VIGILANCE DU CONSEIL

Plus en détail

La gestion opérationnelle de l information commerciale

La gestion opérationnelle de l information commerciale La gestion opérationnelle de l information commerciale La maîtrise du Process Commercial Du ciblage à la commande avec les solutions PREMIDATA PREMIUM 23 avenue de Genève 74 000 ANNECY Tél : 04.50.46.54.56

Plus en détail

La Politique Qualité des Agences Selectour

La Politique Qualité des Agences Selectour La Politique Qualité des Agences Selectour Les agences Selectour : Avec près de 550 agences de voyages et 2 000 experts, nous offrons la garantie pour nos clients d être proches d un de nos points de vente

Plus en détail

LE CONCEPT : BED&SCHOOL C EST QUOI? Texte

LE CONCEPT : BED&SCHOOL C EST QUOI? Texte OUVREZ VOTRE DOSSIER CONCEPT DE PRESSE STORE - 2013 BED&SCHOOL LE CONCEPT : BED&SCHOOL C EST QUOI? Texte QUELQUES CONSTATS : Les étudiants ont des besoins spécifiques quant à la consommajon de leur logement

Plus en détail

AVIS A MANIFESTATION D INTERET N 017/MPT/2013/UCP/CAB

AVIS A MANIFESTATION D INTERET N 017/MPT/2013/UCP/CAB AVIS A MANIFESTATION D INTERET N 017/MPT/2013/UCP/CAB RECRUTEMENT D UN CONSULTANT INDIVIDUEL POUR LA REALISATION DE L ETUDE SUR LA PORTABILITE SUR LE MARCHE DES TELECOMMUNICATIONS EN REPUBLIQUE DU CONGO

Plus en détail

Sociologie et management des salles de marchés : gestion du risque et responsabilisation des acteurs

Sociologie et management des salles de marchés : gestion du risque et responsabilisation des acteurs Sociologie et management des salles de marchés : gestion du risque et responsabilisation des acteurs Béatrice GUYNAMANT Ma1nale Recherche de l'eifr 23 novembre 2012 1 Sommaire Probléma+que et ques+ons

Plus en détail

Journées Grandes Marques 2014

Journées Grandes Marques 2014 Journées Grandes Marques 2014 I - STRATÉGIE & OBJECTIFS THINK BIG, START SMALL, MOVE FAST : COMMENT OPTIMISER L'AGILITÉ ET LA PERFORMANCE DE VOS CAMPAGNES GRÂCE AU TAG MANAGEMENT? > Quels sont les retours

Plus en détail

Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes?

Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes? Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes? KPMG ENTREPRISES - ÉTUDE 2008-1ères conclusions de l étude PME et croissance Conférence de presse Mardi 16 septembre 2008 Sommaire

Plus en détail

Entreprendre, c est aussi prévoir.

Entreprendre, c est aussi prévoir. Entreprendre, c est aussi prévoir. Un excellent moyen pour fidéliser mes salariés La santé de vos employés est primordiale Une bonne protec=on sociale complémentaire de vos collaborateurs c est pour vous

Plus en détail

Ergonomie SNCE Syndicat Na2onal des cabinets Conseil en Ergonomie Chambre de l Ingénierie et du Conseil de France

Ergonomie SNCE Syndicat Na2onal des cabinets Conseil en Ergonomie Chambre de l Ingénierie et du Conseil de France Ergonomie SNCE Syndicat Na2onal des cabinets Conseil en Ergonomie Chambre de l Ingénierie et du Conseil de France Document élaboré pour Ce document est des7né aux entreprises ayant pour objec7f la préven-on

Plus en détail

LE FINANCEMENT DU LOGEMENT SOCIAL (ABORDABLE) L exemple de la Coopéra?ve Militaire de Construc?on. Making Finance Work for Africa 2014 Partnership

LE FINANCEMENT DU LOGEMENT SOCIAL (ABORDABLE) L exemple de la Coopéra?ve Militaire de Construc?on. Making Finance Work for Africa 2014 Partnership LE FINANCEMENT DU LOGEMENT SOCIAL (ABORDABLE) L exemple de la Coopéra?ve Militaire de Construc?on La banque de l habitat du Sénégal (BHS) est une société anonyme avec conseil d administra?on, au capital

Plus en détail

19, rue de la Paix 75002 Paris Tel : 01 53 43 03 60 Fax : 01 40 07 02 57 Adresse e-mail : contacts@people-base.net www.people-base.

19, rue de la Paix 75002 Paris Tel : 01 53 43 03 60 Fax : 01 40 07 02 57 Adresse e-mail : contacts@people-base.net www.people-base. Finance - Comptabilité Gestion Fiscalité Conseil 19, rue de la Paix 75002 Paris Tel : 01 53 43 03 60 Fax : 01 40 07 02 57 Adresse e-mail : contacts@people-base.net www.people-base.net Cadres supérieurs

Plus en détail

CE QUE LA 4G VA CHANGER

CE QUE LA 4G VA CHANGER PARTENAIRES MOBILITE CE QUE LA 4G VA CHANGER PROGRAMME En 2013, les mobiles passent au haut débit. La 4G est la 4e généraon des standards pour la téléphonie mobile. Elle permet de surfer en mobilité avec

Plus en détail

! RÉVOLUTION OU ÉVOLUTION?

! RÉVOLUTION OU ÉVOLUTION? ! RÉVOLUTION OU ÉVOLUTION? JEAN- MARIE REILHAC RESPONSABLE DEVELOPPEMENT QUALITÉ & PERFORMANCE GROUPE AFNOR Qualité : valeur durable! ISO 9001 un socle pour répondre aux besoins des clients de manière

Plus en détail

Entrepreneur, devenez dirigeant! Valérie Quinault www.astrea-rh.com valerie.quinault@astrea-rh.com

Entrepreneur, devenez dirigeant! Valérie Quinault www.astrea-rh.com valerie.quinault@astrea-rh.com Entrepreneur, devenez dirigeant! Valérie Quinault www.astrea-rh.com valerie.quinault@astrea-rh.com Le dirigeant de PME: il vous est demandé Mais parfois vous vous sentez un peu seul Le passage de «Mon

Plus en détail

Temps d échange sur le Lean

Temps d échange sur le Lean Temps d échange sur le Lean Comité d orienta7on de l Itmd Atelier collec7f 3 février 2015 Atelier animé et res7tué par Elsa Bonal Déjà- là Table des ma7ères 1. La démarche de cet atelier collec7f 2. Repères

Plus en détail

BTS Assurance et passerelles mé2ers en Mutualité

BTS Assurance et passerelles mé2ers en Mutualité BTS Assurance et passerelles mé2ers en Mutualité Le BTS Assurance vous prépare à exercer des responsabilités dans le domaine de la souscrip2on des assurances ou du règlement des sinistres Lieux d exercice

Plus en détail

1ères Rencontres richesses humaines associa1ves

1ères Rencontres richesses humaines associa1ves 1ères Rencontres richesses humaines associa1ves Pour les ACTEURS DU DLA et leurs bénéficiaires, les ASSOCIATIONS d ENVIRONNEMENT et d autres secteurs Paris, 2 et 3 décembre 2014 En partenariat avec : Prix

Plus en détail

14 Octobre 2008 TICPME2010 Sage et TICPME2010

14 Octobre 2008 TICPME2010 Sage et TICPME2010 Sage et TICPME2010 Une forte implica:on dans certains projets TICPME de par un posi:onnement dédié aux PME Base installée en France de 500 000 entreprises), 5 000 d'appels clients traités par jour Des

Plus en détail

Exposé du 22/9/2015 Gérard Chevalier

Exposé du 22/9/2015 Gérard Chevalier Exposé du 22/9/2015 Gérard Chevalier Révélateur de nouvelles mobilités modifiant le travail Quelques «idées» sur l évolu=on du travail vers plus ou moins de mobilité au service de la créa=on d avantages

Plus en détail

Ressources & Business Innova0on. Au service des talents de l entreprise

Ressources & Business Innova0on. Au service des talents de l entreprise Ressources & Business Innova0on Au service des talents de l entreprise Notre mé0er Ressources & Business Innova0on est un cabinet de conseil en management pour la performance durable et le développement

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS 2009 CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS SE DISTINGUER PAR LES COMPETENCES Signe Distinctif accompagne les cabinets d avocats pour développer de nouvelles compétences professionnelles indispensables

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

Customer Relationship Management ou Gestion de la Relation Client = Placer le client au coeur de l entreprise

Customer Relationship Management ou Gestion de la Relation Client = Placer le client au coeur de l entreprise EL MAWASSIR : Une Culture d Orientation Client Customer Relationship Management ou Gestion de la Relation Client = Placer le client au coeur de l entreprise «Augmenter les performances en plaçant les clients

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

Hélène CHEUTIN. Master 2 ISMAG 2005-2006

Hélène CHEUTIN. Master 2 ISMAG 2005-2006 Hélène CHEUTIN Master 2 ISMAG 2005-2006 SRM ((Supplliierr Rellattiionshiip Managementt)) INTRODUCTII ION Les entreprises cherchent sans cesse à améliorer leurs performances et notamment à réaliser des

Plus en détail

Présentation de la Section thématique (ST) «Excellence opérationnelle» de la CNS

Présentation de la Section thématique (ST) «Excellence opérationnelle» de la CNS Section Thématique «Excellence opérationnelle» Lettre d information n 1 Mars 2016 Sommaire L'excellence opérationnelle dans les services à la personne : dispositif d accompagnement des CCI Formation «Performance

Plus en détail

La formation des IOBSP

La formation des IOBSP Quelle formation pour quel IOBSP? Intervenant : Ravi CAUSSY, Président de la Commission Formation AFIB Convention du 31 mai 2012 - Paris Quelle formation pour quel IOBSP? Quelles catégories et activités

Plus en détail

Na.onal and interna.onal funding opportuni.es for the industry/research Partnership

Na.onal and interna.onal funding opportuni.es for the industry/research Partnership Opportunités de sou.en d un partenariat industrie/recherche Na.onal and interna.onal funding opportuni.es for the industry/research Partnership Direc.on de la Recherche et de la Valorisa.on La Direc)on

Plus en détail

LA LOGISTIQUE LES BONNES QUESTIONS À SE POSER

LA LOGISTIQUE LES BONNES QUESTIONS À SE POSER LA LOGISTIQUE LES BONNES QUESTIONS À SE POSER Les bonnes questions à se poser 1. Qui sont mes clients (à qui vais- je vendre sur Internet)? 2. Ai- je du temps à consacrer à ma bou?que en ligne? 3. Ma

Plus en détail

La France, un pays où les cyberattaques ont davantage augmenté en 2015 que dans le reste du monde

La France, un pays où les cyberattaques ont davantage augmenté en 2015 que dans le reste du monde Direction Communication 63 rue de Villiers, 92200 Neuilly-sur-Seine Tél. 01 56 57 58 59 Communiqué de presse Contact : PwC, Hélène Coulbault, 01 56 57 88 26, helene.coulbault@fr.pwc.com Neuilly-sur-Seine,

Plus en détail

Oser. Une Idée... l Entreprise. Semaine CREDIGE Module d ouverture. 26 au 30 Janvier 2015 Ecoles des Mines d Albi. Objec'fs du module

Oser. Une Idée... l Entreprise. Semaine CREDIGE Module d ouverture. 26 au 30 Janvier 2015 Ecoles des Mines d Albi. Objec'fs du module Semaine CREDIGE Module d ouverture Objec'fs du module Les projets d équipes Oser Une Idée... l Entreprise L encadrement Programme Jour 1 26 au 30 Janvier 2015 Ecoles des Mines d Albi Jour 2 Jour 3 Jour

Plus en détail

L alliance pour l innovation ouverte. L alliance pour l innovation ouverte. www.alliance-innovation-ouverte.fr

L alliance pour l innovation ouverte. L alliance pour l innovation ouverte. www.alliance-innovation-ouverte.fr L a l in L alliance pour l innovation ouverte L alliance pour l innovation ouverte www.alliance-innovation-ouverte.fr L innovation ouverte et ses enjeux L innovation ouverte est une manière globale de

Plus en détail

«Devenez efficaces en développement de produits» Bénéfices pour les entreprises participantes

«Devenez efficaces en développement de produits» Bénéfices pour les entreprises participantes «Devenez efficaces en développement de produits» Une formule qui a fait ses preuves Pour faciliter l intégration des pratiques et favoriser le transfert des connaissances auprès des collègues, ce programme

Plus en détail

SÉLECTIONNER LES MEILLEURS CANDIDATS : L APPORT DES OUTILS D ÉVALUATION AU RECRUTEMENT ET À LA MOBILITÉ INTERNE

SÉLECTIONNER LES MEILLEURS CANDIDATS : L APPORT DES OUTILS D ÉVALUATION AU RECRUTEMENT ET À LA MOBILITÉ INTERNE PARTENAIRE RESSOURCES HUMAINES SÉLECTIONNER LES MEILLEURS CANDIDATS : L APPORT DES OUTILS D ÉVALUATION AU RECRUTEMENT ET À LA MOBILITÉ INTERNE PROGRAMME Il est primordial pour une organisation de savoir

Plus en détail

22ème Conven*on na*onale de l Intercommunalité 14 octobre 2011. Mutualisa*on : déployer les nouveaux ou*ls de la réforme

22ème Conven*on na*onale de l Intercommunalité 14 octobre 2011. Mutualisa*on : déployer les nouveaux ou*ls de la réforme 22ème Conven*on na*onale de l Intercommunalité 14 octobre 2011 Mutualisa*on : déployer les nouveaux ou*ls de la réforme Grand Dole (Pdt : Claude Chalon) Créé en 2008, issu d une fusion, 41 communes, 53

Plus en détail

BILAN 2015. Nouveau Lieu Nouveau Concept

BILAN 2015. Nouveau Lieu Nouveau Concept BILAN 2015 Nouveau Lieu Nouveau Concept Sommaire 1 - Chiffres clés 2 - Analyse sta4s4que du visitorat 2015! Provenance géographique des visiteurs! Répar44on par fonc4on! Répar44on par CA! Demande de rdv

Plus en détail

LE WEB-TO-STORE : RETOURS D EXPERIENCE

LE WEB-TO-STORE : RETOURS D EXPERIENCE PROGRAMME Comment les distributeurs, succursalistes, franchiseurs et services de proximité ont-ils intégré le Webto-Store? Quelle est la réalité chiffrée du showrooming (le fait de repérer un produit en

Plus en détail

DEVELOPPEMENT D APPLICATIONS WEB & MOBILE

DEVELOPPEMENT D APPLICATIONS WEB & MOBILE DEVELOPPEMENT D APPLICATIONS WEB & MOBILE QUI SOMMES NOUS? Thot'em Interac.f est une société de services proposant des presta.ons de développement, d'hébergement et de maintenance de sites Internet et

Plus en détail

APPEL A PROJET SITE INTERNET d E-COMMERCE DOSSIER DE PRESENTATION

APPEL A PROJET SITE INTERNET d E-COMMERCE DOSSIER DE PRESENTATION >>>>>> APPEL A PROJET SITE INTERNET d E-COMMERCE DOSSIER DE PRESENTATION L e-commerce ou le commerce électronique se défini comme l ensemble des transactions commerciales à destination des particuliers

Plus en détail

Rôle de l employeur en matière de soins de santé durables

Rôle de l employeur en matière de soins de santé durables Rôle de l employeur en matière de soins de santé durables Objectifs Comprendre la résilience Comprendre les facteurs contribu4fs qui nous rendent résilients Comment iden4fier les problèmes de résilience

Plus en détail

Le secteur de la Mutualité. Présenta*on des organismes Structure et caractéris*ques des emplois Zoom sur les mé*ers

Le secteur de la Mutualité. Présenta*on des organismes Structure et caractéris*ques des emplois Zoom sur les mé*ers Le secteur de la Mutualité Présenta*on des organismes Structure et caractéris*ques des emplois Zoom sur les mé*ers 1 La protec*on sociale Ensemble des moyens mis en œuvre par un pays pour protéger ses

Plus en détail

une étude ANDRH - FEFAUR mars 2013 BILAN ET PERSPECTIVES DE LA GESTION DES TALENTS DANS LES ENTREPRISES EN FRANCE avec le sou@en de

une étude ANDRH - FEFAUR mars 2013 BILAN ET PERSPECTIVES DE LA GESTION DES TALENTS DANS LES ENTREPRISES EN FRANCE avec le sou@en de une étude ANDRH - FEFAUR mars 2013 BILAN ET PERSPECTIVES DE LA GESTION DES TALENTS DANS LES ENTREPRISES EN FRANCE avec le sou@en de 2 Edito La ques(on des talents va s imposer rapidement dans l agenda

Plus en détail

PMO et Ges)on axée sur les Résultats

PMO et Ges)on axée sur les Résultats PMO et Ges)on axée sur les Résultats Les nouveaux ou)ls du management de la performance Mohammed M HAMDI. Caciopee Pression Augmenta)on des besoins, des dépenses Evolu)on démographique Elargissement Exigences

Plus en détail

Domaines Skiables de France 08 octobre 2014

Domaines Skiables de France 08 octobre 2014 Domaines Skiables de France 08 octobre 2014 Notre vision A Val Thorens, nous sommes convaincus que la sta5on de montagne de demain sera celle qui saura élever son niveau d excellence et qui saura créer

Plus en détail