Santé, condi,ons de travail et égalité professionnelle F/H Comment agir?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Santé, condi,ons de travail et égalité professionnelle F/H Comment agir?"

Transcription

1 Santé, condi,ons de travail et égalité professionnelle F/H Comment agir? Rencontres expertes de l Aract Bretagne Lundi 9 mars 2015 Elisabeth Dewanckel Hélène Plassoux

2 Sommaire 2 1. Présenta?on de l Aract Bretagne 2. Les constats du réseau Anact/Aract u Comment l EP est abordée en entreprise? u Indicateurs de santé au travail : quelles situa?ons des femmes et des hommes? 3. Quels facteurs dans l organisa?on du travail pour expliquer les inégalités de rémunéra?on, santé, carrière? Un cas d entreprise 4. Agir pour l Egalité Professionnelle u Rappels réglementaires et actualités u L expérience des Clusters Egalité en Bretagne 5. Des ressources pour aller plus loin

3 Aract Bretagne 3 Une association paritaire ü Un conseil d administration composé des partenaires sociaux ü Un conseil d orientation : CA + CRB +DIRECCTE + ANACT + personnes qualifiées ü Une équipe pluridisciplinaire de 7 personnes Membre du réseau Anact-Aract ü L Anact et 26 ARACT ü Un cadre commun : contrat d objectif et de performance

4 Mission générale 4 Améliorer les conditions de travail pour la performance des entreprises et la qualité de vie au travail Concevoir des ou,ls et des méthodes Accompagner des projets Au service : - Des entreprises - Des partenaires sociaux - Des acteurs relais et institutionnels Diffuser des connaissances et des pra,ques

5 Les thèmes prioritaires d action programme d activité 2015 Changements techniques et organisa,onnels et condi,ons de travail Usure professionnelle et main,en durable en emploi Pluralité des popula,ons au travail et qualité de vie au travail Organisa,on du travail et préven,on des risques professionnels

6 Sommaire 6 1. Présenta?on de l Aract Bretagne 2. Les constats du réseau Anact/Aract u Comment l EP est abordée en entreprise? u Indicateurs de santé au travail : quelles situa?ons des femmes et des hommes? 3. Quels facteurs dans l organisa?on du travail pour expliquer les inégalités de rémunéra?on, santé, carrière? Un cas d entreprise 4. Agir pour l Egalité Professionnelle u Rappels réglementaires et actualités u L expérience des Clusters Egalité en Bretagne 5. Des ressources pour aller plus loin

7 Comment l égalité professionnelle F/H est abordée en entreprise : 7 ü L Egalité Professionnelle F/H, une obliga?on règlementaire est souvent réduite à l égalité salariale, l espérance de carrière, le temps par?el sous l angle de la discrimina?on directe et de l emploi ü Les diagnos?cs de situa?on comparée (RSC, RU) ne remontent pas aux causes structurelles des inégalités qui se situent du côté des enjeux du travail : division sexuée du travail, différences de situa?ons de travail entre les femmes et les hommes - en termes de condi?ons de travail, d exposi?on aux facteurs de risques, de temps de travail et de concilia?on des temps de vie ü L égalité professionnelle est faiblement intégrée dans les autres accords conven?onnels (seniors, RPS, pénibilité ) ü C est essen?ellement la ques?on de l égalité des femmes et des hommes dans la concilia?on des temps qui a établi un lien entre condi?ons de travail, qualité de vie au travail et égalité professionnelle

8 L égalité professionnelle F/H en entreprise est peu souvent un enjeu car elle n est pas considérée comme un problème! 8 ü ü ü Déni / inégalités - Soit que des hommes : c est donc un problème d orienta?on hors de l entreprise - Soit que des femmes : il n y a pas de comparateur masculin - Soit parité des effec?fs «qui impliquerait l égalité» ou inégalités minimisées Fatalité / inégalités - Si inégalités, elles sont naturelles ou jus?fiées ou considérées comme acceptables par tous : F et H pas dans mêmes mé?ers, temps par?el Impuissance / inégalités : - S il y a inégalités, on ne peut rien faire, c est du ressort de la société, des stéréotypes - Si l effec?f de l entreprise est faible, si il a peu de mixité, il y a une difficulté à mefre en évidence des inégalités

9 Des défini,ons à partager pour agir ensemble 9 Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes : C est l égalité des droits et des chances entre les femmes et les hommes notamment en ce qui concerne l accès à l emploi, les condi?ons de travail, la forma?on, la qualifica?on, la mobilité, la promo?on, l ar?cula?on des temps de vie et la rémunéra?on (égalité salariale). Egalité salariale : C est la traduc?on du principe «à travail de valeur égale, salaire égal». Parité (numérique) : C est avoir le même nombre de femmes et d hommes dans une entreprise ou une instance de consulta?on ou de décision. La parité n implique pas la mixité. Mixité professionnelle : C est la présence de femmes et d hommes dans un même emploi, une même catégorie professionnelle ou un mé?er sans être forcément paritaire. La mixité n implique pas l égalité professionnelle. Diversité : C est la présence et la valorisa?on de popula?ons différentes de par leur sexe, âge, handicap, origine, Equité : C est un jugement de la situa?on individuelle de l individu par rapport à un groupe social.

10 Des défini,ons à partager pour agir ensemble 10 ü ü ü ü Le sexe fait référence aux différences biologiques entre les femmes et les hommes. Le genre renvoie aux rôles, comportements et compétences afendus des femmes et des hommes dans une société donnée. C est un construit social, résultat de l éduca?on et de la socialisa?on. Les représenta,ons de mé,er sont des idées reçues sur les professions, le contenu du travail et les compétences requises. Les stéréotypes de sexe ou de genre sont les a priori sur les rôles des femmes et des hommes et les compétences dites «féminines» ou «masculines». Ces simplifica?ons peuvent masquer des réalités très diverses.

11 Indicateurs de santé au travail : quelles situations des femmes et des hommes? La sinistralité au travail des F et des H 11

12 Indicateurs de santé au travail Evolu,on des accidents de travail entre 2001 et Source : données CNAMTS des accidents de travail pour toutes les branches d activités

13 Indicateurs de santé au travail Secteurs d ac,vité les plus concernés par les accidents de travail en Source : données CNAMTS des accidents de travail pour toutes les branches d activités

14 Indicateurs de santé au travail Evolu,on des accidents de trajet entre 2001 et Source : données CNAMTS des accidents de travail pour toutes les branches d activités

15 Indicateurs de santé au travail Secteurs d ac,vité les plus concernés en Source : données CNAMTS des accidents de trajet pour toutes les branches d activités

16 Indicateurs de santé au travail Evolu,on des maladies professionnelles entre 2001 et Source : données CNAMTS des accidents de travail pour toutes les branches d activités

17 Indicateurs de santé au travail Les secteurs d ac,vités les plus touchés par les maladies professionnelles en

18 Indicateurs de santé au travail Exposi,on des F et des H aux facteurs de pénibilité Selon la loi de 2010 : 10 facteurs déterminés par décret (n du 30 mars 2011) Hommes : globalement plus concernés Femmes : plus concernées par le travail répé,,f 18 Travail répétitif au moins 10h/sem. Travail en équipe en 3x8, 4x8 et 2x12 Travail de nuit (entre minuit et 5 h) au moins 45 nuits/an Femmes Hommes Bruit (bruit>85db(a)>=10h/sem., Bruit nocif bruit avec chocs, impulsions>=2h/sem.) Températures Travail en extrêmes températures (0 C-15 C extrêmes >=20h/ sem., <0 C ou 30 C+>=10h/sem.) Exposition aux produits chimiques (score d exposition>=2) Vibrations mécaniques Vibrations (membres mécaniques sup.>= 2h/sem., autres>=10h/sem.) Posture pénible au moins 10h/sem. Manutention manuelle de charges lourdes au moins 10h/sem Source : Mar?ne Léonard, Sigolène Morand et al. - Les femmes et les hommes face à leurs condi?ons de travail dans l enquête «Sumer» Source : DARES-DGT-DGAFP, enquête SUMER 2010 Champ : salariés France métropolitaine et Réunion

19 Indicateurs de santé au travail Une exposition différenciée des F et des H aux Risques Psychosociaux 19 Rapport Gollac Collège d exper4se du suivi sta4s4que des RPS : Valeurs d exposi4on par rapport à 40 facteurs de risques (compila4on enquêtes ) Dares Analyse Décembre 2010 n 081 ü Les hommes sont plus souvent exposés : à au moins 3 contraintes de rythme de travail à la peur au travail à des cas d injonc?ons contradictoires à des conflits de valeur ü Les femmes sont plus souvent exposées : à la tension liée au contact avec le public avec des personnes en situa?on de détresse ou à calmer à devoir cacher ses émo?ons et faire semblant d être de bonne humeur avec moins d autonomie pour interrompre leur travail à répéter con?nuellement une même série de gestes et d opéra?ons à des violences verbales, injures ou menaces

20 Sommaire Présenta?on de l Aract Bretagne 2. Les constats du réseau Anact/Aract u Comment l EP est abordée en entreprise? u Indicateurs de santé au travail : quelles situa?ons des femmes et des hommes? 3. Quels facteurs dans l organisa?on du travail pour expliquer les inégalités de rémunéra?on, santé, carrière? Un cas d entreprise 4. Agir pour l Egalité Professionnelle u Rappels réglementaires et actualités u L expérience des Clusters Egalité en Bretagne 5. Des ressources pour aller plus loin

21 Comment mailler les enjeux de santé au travail et les enjeux d égalité? 21 Santé au travail Egalité professionnelle Condi,ons de travail des femmes et des hommes Prendre en compte les situa,ons différenciées des femmes et des hommes dans le travail et le hors travail pour mieux prévenir les risques professionnels et problèmes de santé au travail Prendre en compte les différences de situa,ons et de condi,ons de travail des femmes et des hommes pour faire progresser l égalité professionnelle F/H

22 Illustra,on : le cas d une imprimerie 22 ü L entreprise Fabrica?on de livres et de catalogues 450 salariés répar?s sur 4 sites ü Le contexte Une recrudescence de plaintes de salariés concernant des douleurs L absentéisme des femmes qui augmente ces derniers mois La mise en place d une nouvelle machine ü La demande Un souci de l entreprise de conjuguer augmenta?on de la produc?vité et améliora?on des condi?ons de travail Une réflexion sur les postes générateurs de pathologies surtout au brochage pour comprendre les causes de l appari?on des pathologies ü Les hypothèses du diagnos,c Organisa?on du travail et contraintes de l ac?vité La division sexuée du travail Invisibilité de la pénibilité et durée d exposi?on Les modes de ges?on des parcours professionnels

23 Illustra(on : le cas d une imprimerie Indicateurs de santé au travail 23 POIDS DE CHAQUE SERVICE DANS LES ARRETS DEPUIS 2005 AU REGARD DU POIDS DANS L'EFFECTIF GLOBAL 40% 35% 30% 25% 20% 15% EFFECTIF AM 05>09 10% 5% 0% BROCHAGE PRESSE PLIAGE FABRICATION COMPOGRAVURE LABORATOIRE FINANCIER TRANSPORT MECANIQUE STOCKS ENTRETIEN ACHATS

24 Illustra(on : le cas d une imprimerie Indicateurs de santé au travail service brochage 24 Poids des métiers dans les arrêts au regard de leurs poids respectifs dans l'effectif du service Brochage 2005 > % 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% MASSICOTIER EMPLOYE(E) ADMINISTRATIF(VE) CHEFS D'ATELIER OPERATEUR COUTURE MANUTENTIONNAIRE CARISTE OUVRIER FINITION AIDE CONDUCTEUR FINITION CONDUCTEURS AIDE DE FINITION 20% 10% 0% Effectif en 2009 Maladie + A.Trajet M.Profess ACCT TRAVAIL Merci de citer l Aract Bretagne en cas de reproduc4on

25 25 Illustra(on : Le cas d une imprimerie Répar,,on de l effec,f du service brochage selon l âge et l ancienneté Répartition des salariés du Brochage selon l'âge et l'ancienneté et le genre en Ancienneté Âge 7 conducteurs 25

26 26 Illustra(on : Le cas d une imprimerie Répar,,on sexuée des postes au service brochage Répartition sexuée du travail au Brochage en % 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% Massicotier Manutentionnaire Contremaître Chef d'atelier Cariste Aide conducteur Conducteur Employé Administratif Opérateur Couture Ouvrier Finition Aide Finition 10% 0% Femmes Hommes

27 Illustra(on : Le cas d une imprimerie Analyse de l ac,vité des aides fini,on 27 Des gestes répé,,fs qui sollicitent les ar,cula,ons

28 Illustra(on : Le cas d une imprimerie Analyse de l ac,vité des aides finition 28 Des charges à soulever 4 postes Poids es?mé des cartouches : 20kg 1 cartouche / 45 Soit 80 cartouches / h Soit 1,6t soulevée / h Soit 11t/équipe/ opérateur(trice) par jour 28

29 Illustra(on : le cas d une imprimerie Analyse de l ac,vité des aides fini,on 29 Des accès difficiles

30 Illustra(on : le cas d une imprimerie Analyse des temps de travail 30 2 équipes en postes (2x8;!+ ") 1 équipe de nuit (100%!) Les pauses : Présence d un accord informel sur les pauses Hommes : Absence de pauses Femmes : Pauses obligatoires Pendant les pauses des femmes, ce sont les hommes qui assurent l alimenta?on des margeurs et le fonc?onnement des lignes. ð Pose la ques?on de l accessibilité des femmes au poste de conducteur : de fait les femmes peuvent- elles prétendre être conductrices si elles n ont pas le droit de prendre des pauses? 30

31 Illustra(on : le cas d une imprimerie Parcours professionnels : mobilité interne et départ 31 " 15 < Emplois Aides de Finition > 19! 1 Op. Couture 1 Empl. Adm 13 < 3 ans après > 8 5 Conducteurs 3 Licenciements Inaptitude 3 Aides Conducteurs 1 Retraite 2 Démissions 1 "Presses "

32 Illustra(on : le cas d une imprimerie Proposi,ons de pistes d ac,ons 32 Pour tous, réduire la pénibilité des postes : Ne pas gérer la pénibilité via le seul aspect recrutement (adapta?on du travail à l Homme et non l inverse). Travailler en amont avec les fournisseurs (internes et externes) de cahiers pour limiter les sollicita?ons des membres supérieurs et le port de charges. Repenser la concep?on des postes de travail. Réduire la pénibilité du poste de massico?er qui est une marche à franchir pour évoluer vers le poste de conducteur de ligne. Pour les femmes, miser sur la reconnaissance et les parcours professionnels : Reconnaître les compétences détenues par les aides de fini?on et leur responsabilité dans le bon fonc?onnement de la ligne de produc?on (valeur du travail). Permefre aux femmes d évoluer vers les postes d aide- conducteur ou conducteur de machine.

33 Le modèle de compréhension des écarts construit à par,r des interven,ons du réseau Anact/Aract 33 Causes des écarts de situa4on 1 MIXITE DES METIERS Répartition des postes et des activités GESTION DES PARCOURS Critères de GRH, management CONDITIONS DE TRAVAIL Invisibilité des pénibilités et risques ARTICULATION DES TEMPS Articulation des temps professionnels et personnels et conditions d emploi Condi?ons de travail différentes ECARTS FEMMES HOMMES : - Rémunéra?on - Santé - Carrière (Comme RSC) Domaines d'ac4on Egalité (lois du 9/11/2010 et 04/08/2014) EMBAUCHE FORMATION PROMOTION QUALIFICATION CLASSIFICATION CONDITIONS DE TRAVAIL 7 SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL REMUNERATION EFFECTIVE ARTICULATION DES TEMPS

34 Sommaire Présenta?on de l Aract Bretagne 2. Les constats du réseau Anact/Aract u Comment l EP est abordée en entreprise? u Indicateurs de santé au travail : quelles situa?ons des femmes et des hommes? 3. Quels facteurs dans l organisa?on du travail pour expliquer les inégalités de rémunéra?on, santé, carrière? Un cas d entreprise 4. Agir pour l Egalité Professionnelle u Rappels réglementaires et actualités u L expérience des Clusters Egalité en Bretagne 5. Des ressources pour aller plus loin

35 Des lois et décrets successifs 35 Loi Roudy 1983 Non discrimination, RSC, conseil supérieur Loi Génisson Branches prof., IRP, commission égalité 2001 Loi Vautrin Conciliation vie professionnelle / vie familiale 2006 Loi sur les retraites Obligation d accord / plan d actions 2010 Décret du 07/07/2011 Mise en demeure pour absence d accord/plan 2011 Décret du 18/12/12 Priorité négociation collective /dépôt des accords 2012 Loi du 4 août 2014 Vallaud Belkacem Indicateurs du RSC, Négociation Unique, Classification, Evaluation des risques, Marchés publics 2014

36 Zoom sur Loi n du 9 novembre 2010 portant réforme des retraites & décret du 7 juillet Au 1er janvier 2012, les entreprises d au moins cinquante salariés sont soumises à une pénalité lorsqu elles ne sont pas couvertes par un accord rela?f à l égalité professionnelle, ou à défaut par un plan d ac?ons défini dans le rapport de situa?on comparée remis au comité d entreprise. (Art. L du CT) Le montant de la pénalité : - Cefe pénalité est fixée au maximum à 1% des gains et rémunéra,ons assujeks aux co,sa,ons de sécurité sociale des salariés et assimilés versés pendant les périodes où l entreprise n a pas été couverte ni par un accord, ni par un plan d ac?ons (Art. L du CT) A défaut d accord collec,f ou de plan d ac,ons : - L inspecteur du travail met en demeure l employeur afin de remédier à cefe situa?on dans un délai de 6 mois (Art. R du CT). - A l issue du délai, la DIRECCTE décide s il y a lieu d appliquer la pénalité et en fixe le taux, au regard des jus?fica?ons apportées par l employeur. Ac?on Co- Financée par le FSE

37 Loi du 26 octobre 2012 Décret du 18 décembre Loi n du 26 octobre 2012 portant créa,on des emplois d avenir (ar,cle 6) Décret n du 18 décembre 2012 rela,f à la mise en œuvre des obliga,ons des entreprises pour l égalite professionnelle entre les femmes et les hommes Entreprises de 50 salariés et plus Priorité à la négocia,on collec,ve : le recours à un plan d ac?ons unilatéral dans les entreprises de plus de 300 salariés doit nécessairement être jus?fié par un PV de désaccord afestant de l échec des négocia?ons ou par un PV de carence afestant de l impossibilité d engager des négocia?ons en l absence de DS ou DP désigné (Art. L ) Dépôt des accords et des plans d ac,ons à l Unité territoriale de la DIRECCTE (version papier + version numérique) (Art. L et L ) À défaut : une pénalité de 1% des rémunéra?ons, selon les efforts constatés et les mo?fs de défaillance

38 Loi Egalité Vallaud Belkacem du 4 août Ar?cle 2 et 5 de la loi (modifie les ar4cles L et L du code du travail) : négocia,on quinquennale sur les classifica,ons visant à réduire les écarts F/H à par?r de la révision des critères d évalua?on des postes Ar?cles 3 et 4 de la loi (ar4cles L , , du CT) : fusion du volet égalité salariale de NAO et de la négocia?on égalité professionnelle Ar?cle 6 de la loi (art. L du CT): inclusion dans les ac?ons de forma?on professionnelle des ac?ons de promo?on de la mixité dans les entreprises, de sensibilisa?on à la lufe contre les stéréotypes sexistes et pour l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes Ar?cle 16 (modifie le code des marchés publics): interdic,on d accès aux marchés publics et aux déléga,ons de service public pour les entreprises ne respectant pas la loi sur l égalité professionnelle

39 Loi Egalité Vallaud Belkacem du 4 août Ar?cle 19 (ar4cles L et ): dans le RU et le RSC introduc,on de nouveaux indicateurs :. 9 ème domaine d indicateurs et d ac?ons en santé et sécurité au travail. Analyse des salaires et des carrières en fonc?on de l âge, de l ancienneté, du niveau de qualifica,on et du sexe des salariés à poste équivalent. Evolu?on des taux de promo,on respec?fs des femmes et des hommes par mé?ers dans une même entreprise. Ar?cle 20 (ar4cle L ) : l évalua,on des risques,ent compte de l impact différencié de l exposi,on au risque en fonc,on du sexe

40 De l analyse des indicateurs sexués aux accords et plans d ac,ons 40 ü Un diagnostic de situation comparée (RU RSC) - Mesurer les écarts de situa?on entre les femmes et les hommes (analyse des données chiffrées par catégorie professionnelle dans 9 domaines) - Comprendre leurs causes directes et indirectes - Définir des ac?ons pour assurer l égalité professionnelle Neuf domaines d actions Embauche Formation Promotion professionnelle Qualification Classification ü Neuf domaines d actions : (Art. R ) Conditions de travail ü ü 3 domaines pour < 300 salariés 4 domaines pour > 300 salariés Dont «rémunération effective» obligatoire Des objectifs de progression précis Des indicateurs chiffrés par «catégories professionnelles» permettant de suivre les actions Santé et Sécurité au travail Rémunération effective Articulation en l activité professionnelle et l exercice de la responsabilité familiale

41 En résumé salariés > 300 salariés Documents Consulta?on CE ou DP Rapport Unique sur la situa?on économique et sociale de l entreprise (RU), avec volet sur la situa?on comparée F- H RU Tenu à disposi?on de l inspecteur du travail Rapport de Situa?on Comparée F- H (RSC) RSC transmis à l Inspec?on du travail Accord ou Plan unilatéral Dépôts à DIRECCTE 3 domaines minimum dont Rémunéra?on effec?ve Accord ou plan d ac?on 4 domaines minimum dont Rémunéra?on effec?ve + PV de désaccord (si plan) Accord ou plan d ac?on + PV de désaccord

42 42 Les Clusters égalité en Bretagne : Action! Retour d expérience Film à visionner Les Clusters Egalité ont été co- financés par le FSE dans le cadre des Territoires d Excellence 9 mars 2015 Merci de citer l Aract Bretagne en cas de reproduc4on

43 Les Les 4 objec,fs 4 des des Clusters Clusters Egalité Egalité 43 Acquérir le savoir- faire, les méthodes, les ou?ls nécessaires à la réalisa?on d un diagnos?c partagé de la situa?on comparée des femmes et les hommes. Iden?fier les leviers d ac?ons à mefre en place pour faire avancer l égalité professionnelle dans l entreprise. Favoriser le dialogue social afin de négocier un accord égalité professionnelle entre les femmes et les hommes ou à défaut un plan d ac?ons unilatéral. Améliorer la performance de l entreprise, les condi?ons de travail et la qualité de vie de tous les salarié- e- s Action Co-Financée par le FSE

44 Un accompagnement en trois étapes Les étapes des clusters égalité 44 Engagement de la Direc,on 1 Etape 1. Comprendre l égalité professionnelle, repérer les enjeux internes et les représentations, mobiliser les acteurs, construire la démarche 5. Suivre la mise en œuvre à Expérimenter, à Suivre les réalisations et les pratiques, à Ajuster, à Communiquer Des clusters Egalité pour agir en faveur de l égalité professionnelle 2 3 Etape 2 : Faire un état des lieux de la situation comparée entre les femmes et les hommes et réaliser un diagnostic partagé Etape 3: Identifier des pistes d actions par domaine 4. Sur la base du diagnostic partagé, négocier l accord ou à défaut mettre en place un plan d actions unilatéral Action Co-Financée par le FSE

45 Une méthodologie efficace pour faire des proposi,ons qui serviront lors de la négocia,on Outillage et méthodologie 45 Quizz Fichier diag Excel Fiche de synthèse Anima4on d une séance de Brainstorming bissocia4on sur image Diagnos,c partagé de situa,on comparée entre les F/H Iden,fier des ac,ons pour réduire les inégalités entre les F et les H Contribu,on de l EP aux objec,fs stratégiques de l entreprise Définir des priorités qui font sens Apentes des salarié- e- s et des par,es prenantes Ma4ce des priorités Tableau de bord personnel avec le radar des enjeux Fiche ac4on Action Co-Financée par le FSE

46 Premiers enseignements 46 Pour les entreprises : ü ü Des apports de connaissances, des ou?ls et une méthode efficace pour réaliser un diagnos?c partagé de la situa?on comparée des F et des H dans l entreprise 42 binômes formés à l égalité professionnelle entre les F et les H 16 groupes de travail de 3 à 6 personnes représentant différentes par?es prenantes par?cipent aux travaux internes L ou?llage et la méthodologie de l Aract Bretagne transférés aux binômes Intégra?on de l égalité professionnelle entre les F et les H à d autres probléma?ques dans la plupart des entreprises : Qualité de vie au travail, pénibilité De nouvelles pra?ques de travail expérimentées par le binôme et le groupe de travail Le travail à deux entre représentant des employeurs et représentant des salariés Anima?on d un groupe de travail qui permet un meilleure portage de l égalité professionnelle, favorise la prise en compte des différents points de vue et le débat autour de la ques?on de l égalité professionnelle Dialogue social facilité Diagnos?c plus abou? d emblée Ac?on Co- Financée par le FSE

47 Les premiers enseignements Les premiers enseignements 47 Pour l Aract Bretagne ü ü Des matériaux recueillis auprès des entreprises qui vont permefre de produire de nouvelles connaissances : ü ü ü ü 19 entreprises accompagnées dans une ac?on collec?ve sur cefe théma?que Des entreprises avec de pe?ts effec?fs où les écarts de situa?ons sont difficiles à mefre en évidence compte tenu des faibles effec?fs Des taux de mixité très variable Des probléma?ques soulevées à explorer dans le secteur des ac?vités du Care où il y a très peu d H: Comment agir en faveur de l égalité professionnelle lorsqu il n y a pas d H dans une organisa?on? Quels sont les leviers d ac?on quand la poli?que de rémunéra?on ne dépend pas des acteurs de l entreprise mais de financeurs publics? Comment rendre les mé?ers tradi?onnellement féminins afrac?fs pour les H sans agir sur les condi?ons d emploi? Un transfert de l ingénierie construite par l Aract Bretagne au sein du réseau Anact/Aract Ac?on Co- Financée par le FSE

48 Sommaire Présenta?on de l Aract Bretagne 2. Les constats du réseau Anact/Aract u Comment l EP est abordée en entreprise? u Indicateurs de santé au travail : quelles situa?ons des femmes et des hommes? 3. Quels facteurs dans l organisa?on du travail pour expliquer les inégalités de rémunéra?on, santé, carrière? Un cas d entreprise 4. Agir pour l Egalité Professionnelle u Rappels réglementaires et actualités u L expérience des Clusters Egalité en Bretagne 5. Des ressources pour aller plus loin

49 Pour aller plus loin 49 ü ü ü Site : de l informa?on, des méthodes, ou?ls développés par le réseau Anact/Aract, des exemples d entreprises Offre de service Aract Bretagne : Forma,on à l Egalité professionnelle F/H en lien avec la qualité de vie au travail pour prendre en main le modèle de compréhension du réseau Anact/Aract et u?liser l ou?llage mis en ligne sur le site pro.fr Accompagnement individuel et ac,ons collec,ves en entreprises Ressources du réseau Anact/Aract Bretagne disponibles gratuitement Ressources documentaires et d anima,on Dossier Qualité de vie au travail : «Faire son diagnos?c et expérimenter l égalité» Dossier «Genre et Condi?ons de travail» Document «Photographie selon le sexe des accidents et maladies professionnelles » mars 2014 Module d anima?on «Les condi?ons de travail ont- elles un sexe?» Module d anima?on «Egalité, santé et condi?ons de travail des femmes et des hommes» 4 Films de sensibilisa?on - ARACT Centre : hfp://www.centre.aract.fr/node/364 («La réunion») hfp://www.centre.aract.fr/node/365 («Le congé parental») ; hfp://www.centre.aract.fr/node/367 «Quiproquo») hfp://www.centre.aract.fr/node/366 («Le chef de projet idéal»)

50 Merci de votre attention! Inscrivez-vous à notre lettre électronique sur Pour nous joindre : ARACT Bretagne 10 rue Nantaise Rennes Tél : mail :

MIXITE & EGALITE : Sources de performance

MIXITE & EGALITE : Sources de performance MIXITE & EGALITE : Sources de performance La MIXITE ET EGALITE : source de performance.au cœur du territoire d excellence VENDREDI 19 JUIN 2015 NORDEV La Réunion, territoire d excellence de l égalité professionnelle

Plus en détail

Pe#t déjeuner Prévention des risques professionnels dans la Mutualité

Pe#t déjeuner Prévention des risques professionnels dans la Mutualité Pe#t déjeuner Prévention des risques professionnels dans la Mutualité 15 mai 2014 Intervenantes: Emmanuelle Paradis, Chef de projet Préven#on et santé au travail CHORUM - CIDES Carole Hazé, Responsable

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

FICHE OBLIGATIONS LEGALES

FICHE OBLIGATIONS LEGALES FICHE OBLIGATIONS LEGALES L article 99 de la loi n 2010-1330 du 9 novembre 2 010 portant réforme des retraites a instauré, à compter du 1 er janvier 2012, pour les entreprises dont l effectif est au moins

Plus en détail

Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise

Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise Des services qui changent la formation Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise fiches pratiques Sommaire 1/ Formation professionnelle et apprentissage 2/ Égalité professionnelle

Plus en détail

Le secteur de la Mutualité. Présenta*on des organismes Structure et caractéris*ques des emplois Zoom sur les mé*ers

Le secteur de la Mutualité. Présenta*on des organismes Structure et caractéris*ques des emplois Zoom sur les mé*ers Le secteur de la Mutualité Présenta*on des organismes Structure et caractéris*ques des emplois Zoom sur les mé*ers 1 La protec*on sociale Ensemble des moyens mis en œuvre par un pays pour protéger ses

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire

L Economie Sociale et Solidaire L Economie Sociale et Solidaire DES VALEURS CHARGÉES D HISTOIRE Les premières organisa.ons de l économie sociale sont en effet nées au XIX ème siècle, en réponse à la brutalité de la révolu.on industrielle.

Plus en détail

BTS Assurance et passerelles mé2ers en Mutualité

BTS Assurance et passerelles mé2ers en Mutualité BTS Assurance et passerelles mé2ers en Mutualité Le BTS Assurance vous prépare à exercer des responsabilités dans le domaine de la souscrip2on des assurances ou du règlement des sinistres Lieux d exercice

Plus en détail

Photographie statistique des accidents de travail, des accidents de trajet et des maladies professionnelles en France selon le sexe entre 2001 et 2012

Photographie statistique des accidents de travail, des accidents de trajet et des maladies professionnelles en France selon le sexe entre 2001 et 2012 Photographie statistique des accidents de travail, des accidents de trajet et des maladies professionnelles en France selon le sexe entre 2001 et 2012 Des tendances d évolution différenciées pour les femmes

Plus en détail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 21 novembre 2012 à 14 h 30 «Pénibilité. Transition emploi-retraite. Elaboration de cas-types pour les projections.» Document N 6 Document de travail,

Plus en détail

CATALOGUE DES OFFRES 2014

CATALOGUE DES OFFRES 2014 CATALOGUE DES OFFRES 2014 GM_Oct 2014 Sommaire P9 DIAGNOSTIQUER Etat des lieux de l entreprise P3 REPRESENTER La défense des entrepreneurs P7 Sécurisaon des impayés P7 Projet à l international P7 Assistantes

Plus en détail

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 FM 14/08/14 Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 Article L1153-5 L employeur prend toutes dispositions nécessaires en vue de prévenir les faits de harcèlement sexuel, d

Plus en détail

Évolu>on et maintenance

Évolu>on et maintenance IFT3912 Développement et maintenance de logiciels Évolu>on et maintenance Bruno Dufour Université de Montréal dufour@iro.umontreal.ca Modifica>on des logiciels Les modifica>ons sont inévitables Des nouveaux

Plus en détail

Fiche obligation légales. Entreprises de 50 à 299 salariés. Etat du droit après la promulgation de la loi du 4 août 2014

Fiche obligation légales. Entreprises de 50 à 299 salariés. Etat du droit après la promulgation de la loi du 4 août 2014 Fiche obligation légales Entreprises de 50 à 299 salariés Etat du droit après la promulgation de la loi du 4 août 2014 pour l égalité réelle entre les femmes et les hommes Pour rendre plus effective l

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés.

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés. Introduction Les symptômes du stress (troubles du sommeil, de l appétit, agressivité, épuisement, troubles de la concentration ), touchent un nombre croissant de salariés en France : un salarié sur 6 déclare

Plus en détail

Cabinet de Conseil STRATÉGIE MANAGEMENT ORGANISATION JURIDIQUE FORMATION AVEC BW CONSULTANTS CHOISISSEZ DE GARANTIR VOTRE DEVELOPPEMENT

Cabinet de Conseil STRATÉGIE MANAGEMENT ORGANISATION JURIDIQUE FORMATION AVEC BW CONSULTANTS CHOISISSEZ DE GARANTIR VOTRE DEVELOPPEMENT Cabinet de Conseil STRATÉGIE MANAGEMENT ORGANISATION JURIDIQUE FORMATION 1 Pourquoi nous choisir? Le chef d entreprise, surtout s il est propriétaire, déteste l aventure. Notre Objec>f est de vous accompagner

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE PREAMBULE L égalité professionnelle doit être un axe fort de la politique des ressources humaines au sein

Plus en détail

Regarder autrement pour mobiliser son potentiel managérial

Regarder autrement pour mobiliser son potentiel managérial Regarder autrement pour mobiliser son potentiel managérial Sommaire >>>> Notre vocation >> p.3 >>>> Notre projet pédagogique >> p.6 >>>> Notre offre produits >> p.11 >>>> L équipe et ses références >>

Plus en détail

Pratique. Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Guide destiné aux entreprises

Pratique. Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Guide destiné aux entreprises UIDE Pratique Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes Guide destiné aux entreprises P GUIDE Pratique p.2 - Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes RÉAMBULE L égalité professionnelle

Plus en détail

BTS SP3S Services et presta,ons des secteurs sanitaire et social et passerelles mé0ers en Mutualité

BTS SP3S Services et presta,ons des secteurs sanitaire et social et passerelles mé0ers en Mutualité BTS SP3S Services et presta,ons des secteurs sanitaire et social et passerelles mé0ers en Mutualité BTS SP3S Le BTS SP3S forme les étudiants à des fonc8ons de rela0on et de communica0on, de ges0on de la

Plus en détail

Vers un Système unique d informa4on na4onale de médicaments au Mexique, dans le cadre du suivi de l OMD 8.13

Vers un Système unique d informa4on na4onale de médicaments au Mexique, dans le cadre du suivi de l OMD 8.13 Vers un Système unique d informa4on na4onale de médicaments au Mexique, dans le cadre du suivi de l OMD 8.13 México Angélica Ivonne Cisneros- Luján Lisbonne, 11 septembre 2012 CONTEXTE et DÉSCRIPTION du

Plus en détail

L ASSIGNATION TEMPORAIRE. Émilie Villeneuve, CRHA Conseillère en indemnisa6on et Julie Falardeau Avocate et conseillère en indemnisa6on

L ASSIGNATION TEMPORAIRE. Émilie Villeneuve, CRHA Conseillère en indemnisa6on et Julie Falardeau Avocate et conseillère en indemnisa6on L ASSIGNATION TEMPORAIRE Émilie Villeneuve, CRHA Conseillère en indemnisa6on et Julie Falardeau Avocate et conseillère en indemnisa6on Impossible d'afficher l'image. Votre ordinateur manque peut-être de

Plus en détail

Les hommes cadres et l égalité professionnelle

Les hommes cadres et l égalité professionnelle Les hommes cadres et l égalité professionnelle Sondage Ifop pour Mercredi C Papa présenta)on publique Vendredi 12 décembre 2014 Contexte et objec+fs de l étude En Juin 2014, l associa+on mercredi- c- papa

Plus en détail

BURN- OUT. Ma+nale RPS 13 mars 2015. Accompagnement social des situa+ons de burn out dans les entreprises par le Service social du travail

BURN- OUT. Ma+nale RPS 13 mars 2015. Accompagnement social des situa+ons de burn out dans les entreprises par le Service social du travail BURN- OUT Ma+nale RPS 13 mars 2015 Accompagnement social des situa+ons de burn out dans les entreprises par le Service social du travail SSIRCA SERVICE SOCIAL DU TRAVAIL INTERENTREPRISES REGION CÔTE D'AZUR

Plus en détail

Les conditions de travail pour l attractivité des métiers de la maintenance éolienne 1 er éléments ouverture vers d autres métiers de la filière

Les conditions de travail pour l attractivité des métiers de la maintenance éolienne 1 er éléments ouverture vers d autres métiers de la filière Les conditions de travail pour l attractivité des métiers de la maintenance éolienne 1 er éléments ouverture vers d autres métiers de la filière Marylène COPPI / Alexandre VASSELIN OBJECTIFS POUR LA PICARDIE

Plus en détail

BENCHMARKING TRAINING CONSULTING

BENCHMARKING TRAINING CONSULTING BENCHMARKING TRAINING CONSULTING Basé en Bretagne, à Rennes, DataMaster dédie son ac4vité aux mé4ers de la Bureau4que depuis plus de quatre ans. Véritable partenaire des distributeurs en solu4ons d impression,

Plus en détail

Présentation de lʼoutil Diagnostic Egalité sur le logiciel Excel!

Présentation de lʼoutil Diagnostic Egalité sur le logiciel Excel! Présentation de lʼoutil Diagnostic Egalité sur le logiciel Excel! Une aide à la réalisation! du diagnostic de situation comparée! femme-homme! sur www.ega-pro.fr! Objectifs de lʼoutil Diagnostic Egalité

Plus en détail

Prévenir et Indemniser la Pénibilité au Travail : le Rôle des IRP

Prévenir et Indemniser la Pénibilité au Travail : le Rôle des IRP Prévenir et Indemniser la Pénibilité au Travail : le Rôle des IRP Les facteurs de pénibilité applicables au 1 er janvier 2015 T R A V A I L D E N U I T T R A V A I L E N É Q U I P E S S U C C E S S I V

Plus en détail

Le contrôle fiscal anno 2013

Le contrôle fiscal anno 2013 Le contrôle fiscal anno 2013 Carlos SIX! Administrateur général de la Fiscalité SPF Finances Ges$on des risques Contrôle fiscal CRM & Tolérance zéro ONDEMENT OBJECTIFS STRATEGIQUES Etude externe 2010 constata$ons

Plus en détail

CATALOGUE 2015 Forma!ons courtes PARCOURS TRADUCTION

CATALOGUE 2015 Forma!ons courtes PARCOURS TRADUCTION CATALOGUE 2015 Forma!ons courtes PARCOURS TRADUCTION - 21, rue d Assas 75270 Paris Cedex 06 Tél. : +33(1) 42 22 33 16 Fax : +33 (1) 45 44 17 67 forma!on.con!nue@isit-paris.fr - www.isit-paris.fr Etablissement

Plus en détail

PME/TPE : Comment lancer une démarche environnementale de façon simple et efficace et vous démarquer de vos concurrents

PME/TPE : Comment lancer une démarche environnementale de façon simple et efficace et vous démarquer de vos concurrents PME/TPE : Comment lancer une démarche environnementale de façon simple et efficace et vous démarquer de vos concurrents Christine SORLI Déléguée régionale Groupe AFNOR Le groupe Afnor Opérateur central

Plus en détail

Les seniors, une cible particulière? Tiphaine Garat Ingénieur d étude, UDS

Les seniors, une cible particulière? Tiphaine Garat Ingénieur d étude, UDS Les seniors, une cible particulière? Tiphaine Garat Ingénieur d étude, UDS Journée d information et d échanges organisée par l Equipe de droit social, UMR 7354 DRES La prévention des facteurs de pénibilité,

Plus en détail

Pénibilité au travail

Pénibilité au travail PENIBILITE ACTE II Pénibilité : quelques chiffres (Enquête DARES, suite à l étude SUMER 2010) 40 % des salariés exposés à au moins un facteur de pénibilité 10 % exposés à 3 facteurs au moins 70 % des ouvriers

Plus en détail

La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM

La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM Organisation générale Une association paritaire Un conseil d administration

Plus en détail

UNE AMBITION TRIPARTITE POUR L EGALITE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS L ENTREPRISE

UNE AMBITION TRIPARTITE POUR L EGALITE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS L ENTREPRISE UNE AMBITION TRIPARTITE POUR L EGALITE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS L ENTREPRISE La grande conférence sociale a permis d établir une feuille de route ambitieuse, qui engage ensemble l Etat, les

Plus en détail

Armel Cusin- Gogat 06 46 53 49 17 acg@terreetciel- conseil.fr

Armel Cusin- Gogat 06 46 53 49 17 acg@terreetciel- conseil.fr Armel Cusin- Gogat 06 46 53 49 17 acg@terreetciel- conseil.fr Terre & Ciel 2012 Terre & Ciel - SARL au capital social de 5000 - RCS Nantes 478 048 838 p. 1 3 impasse des Tourmalines 44300 Nantes Siège

Plus en détail

Workshop HPC - AMIES / CEMRACS h4p://www.ini:a:ve- hpc- pme.org/ Stéphane Requena - GENCI

Workshop HPC - AMIES / CEMRACS h4p://www.ini:a:ve- hpc- pme.org/ Stéphane Requena - GENCI Workshop HPC - AMIES / CEMRACS h4p://www.ini:a:ve- hpc- pme.org/ Stéphane Requena - GENCI Le calcul intensif Un ou&l stratégique pour la compé&&vité q Aux Etats- Unis (1er top500 juin 2012), au Japon (1er

Plus en détail

Stages intra- entreprise stages de forma,on à des,na,on des managers et dirigeants. Catalogue 2012-2013

Stages intra- entreprise stages de forma,on à des,na,on des managers et dirigeants. Catalogue 2012-2013 Stages intra- entreprise stages de forma,on à des,na,on des managers et dirigeants Catalogue 2012-2013 1 PARTI PRIS PÉDAGOGIQUE : THÈMES DES STAGES! Tous les stages que nous proposons sont bâfs en intégrant

Plus en détail

COMITÉ D HYGIÈNE, DE SÉCURITÉ DES CONDITIONS DE TRAVAIL RÉUNION TRIMESTRIELLE DU 16 MARS 2015 DE L ÉTABLISSEMENT LYONNAIS

COMITÉ D HYGIÈNE, DE SÉCURITÉ DES CONDITIONS DE TRAVAIL RÉUNION TRIMESTRIELLE DU 16 MARS 2015 DE L ÉTABLISSEMENT LYONNAIS COMITÉ D HYGIÈNE, DE SÉCURITÉ DES CONDITIONS DE TRAVAIL RÉUNION TRIMESTRIELLE DU 16 MARS 2015 DE L ÉTABLISSEMENT LYONNAIS Membres du CHSCT présents : Monsieur CHAPON Président du CHSCT Lyonnais Madame

Plus en détail

une étude ANDRH - FEFAUR mars 2013 BILAN ET PERSPECTIVES DE LA GESTION DES TALENTS DANS LES ENTREPRISES EN FRANCE avec le sou@en de

une étude ANDRH - FEFAUR mars 2013 BILAN ET PERSPECTIVES DE LA GESTION DES TALENTS DANS LES ENTREPRISES EN FRANCE avec le sou@en de une étude ANDRH - FEFAUR mars 2013 BILAN ET PERSPECTIVES DE LA GESTION DES TALENTS DANS LES ENTREPRISES EN FRANCE avec le sou@en de 2 Edito La ques(on des talents va s imposer rapidement dans l agenda

Plus en détail

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES Mise en place de démarches d appui conseil «gestion des âges» dans le cadre du contrat de génération CADRAGE Cet appel à propositions a pour objet l identification

Plus en détail

Services complémentaires en Outaouais

Services complémentaires en Outaouais Services complémentaires en Outaouais La réalisa4on et le succès d un main4en à domicile d une personne âgée en perte d autonomie est un travail d équipe. Les acteurs de ce=e équipe sont d abord la personne

Plus en détail

Solutions et Services. d'analyse prédictive

Solutions et Services. d'analyse prédictive ProbaYes Mastering Uncertainty Solutions et Services d'analyse prédictive Mai 2013 Copyright 2013 Probayes All Rights Reserved 1 Présenta)on Probayes Créée en 2003 Basée en France (Grenoble) Spin-off de

Plus en détail

AVIS A MANIFESTATION D INTERET N 017/MPT/2013/UCP/CAB

AVIS A MANIFESTATION D INTERET N 017/MPT/2013/UCP/CAB AVIS A MANIFESTATION D INTERET N 017/MPT/2013/UCP/CAB RECRUTEMENT D UN CONSULTANT INDIVIDUEL POUR LA REALISATION DE L ETUDE SUR LA PORTABILITE SUR LE MARCHE DES TELECOMMUNICATIONS EN REPUBLIQUE DU CONGO

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 27/12/2013 Envoi des offres : aurelie.huby@midi-pyrenees.cci.fr Le

Plus en détail

ĹÉGALITÉ PROFESSIONNELLE

ĹÉGALITÉ PROFESSIONNELLE JANVIER 2015 GUIDE D'APPUI À LA NÉGOCIATION ASSURER ĹÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES ASSURER ĹÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES GUIDE D'APPUI À LA NÉGOCIATION

Plus en détail

Les autres obligations :

Les autres obligations : COMITE D ENTREPRISE OBLIGATIONS liées à la CONSULTATION du COMITE D ENTREPRISE 2012 Les autres obligations : E g a l i t é p r o f e s s i o n n e l l e H a n d i c a p S é n i o r P é n i b i l i t é

Plus en détail

L Europe s engage en Mar/nique auprès des Entreprises

L Europe s engage en Mar/nique auprès des Entreprises L Europe s engage en Mar/nique auprès des Entreprises Les Programmes européens 2014-2020 Le contenu des programmes Les axes d interven-on Les chiffres Les nouveautés La méthode de sélec-on Les mesures Une

Plus en détail

Vision, Stratégie Changement Leadership

Vision, Stratégie Changement Leadership Cabinet de Conseil et de Développement des Hommes et des Organisations Vision, Stratégie Changement Leadership Accompagnement humain des réorganisations Optimisation managériale et relationnelle Cohésion

Plus en détail

H2PS engage ses compétences auprès des entreprises et des parculiers par la mise en place de soluons d accompagnements et de services.

H2PS engage ses compétences auprès des entreprises et des parculiers par la mise en place de soluons d accompagnements et de services. Notre Société H2PS engage ses compétences auprès des entreprises et des parculiers par la mise en place de soluons d accompagnements et de services. Nos Engagements: Nous uliserons nos connaissances, expériences

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

Les méthodes Agiles. Introduc)on aux méthodes Agiles Exemple : Scrum

Les méthodes Agiles. Introduc)on aux méthodes Agiles Exemple : Scrum Les méthodes Agiles Introduc)on aux méthodes Agiles Exemple : Scrum Défini)on de base Les méthodes Agiles sont des procédures de concep)on de logiciel qui se veulent plus pragma)ques que les méthodes tradi)onnelles

Plus en détail

La formation des IOBSP

La formation des IOBSP Quelle formation pour quel IOBSP? Intervenant : Ravi CAUSSY, Président de la Commission Formation AFIB Convention du 31 mai 2012 - Paris Quelle formation pour quel IOBSP? Quelles catégories et activités

Plus en détail

Loi Macron, Loi de Finances, réformes en cours : Quel environnement?

Loi Macron, Loi de Finances, réformes en cours : Quel environnement? Loi Macron, Loi de Finances, réformes en cours : Quel environnement? Le 26 février 2015 Amaury de CARLAN Dorian JARJAT Guillaume ROBERT Avocats Introduction Contexte général Contexte économique Contexte

Plus en détail

L exper>se sur financements européens et autres : quelles opportunités pour les consultants et les universitaires?

L exper>se sur financements européens et autres : quelles opportunités pour les consultants et les universitaires? L exper>se sur financements européens et autres : quelles opportunités pour les consultants et les universitaires? Cyril Bouyeure, www.idefie.org Château Kiener, 24 rue de Verdun, Colmar le 8 juillet 2015

Plus en détail

Principes de gestion et leadership. Kaoutar Mdarhri Alaoui Chef de division de l observatoire de l emploi public MFPMA

Principes de gestion et leadership. Kaoutar Mdarhri Alaoui Chef de division de l observatoire de l emploi public MFPMA Principes de gestion et leadership Kaoutar Mdarhri Alaoui Chef de division de l observatoire de l emploi public MFPMA Sommaire Expérience du MFPMA en matière d institutionnalisation de l égalité entre

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

ACCORD DU 15 DÉCEMBRE 2011

ACCORD DU 15 DÉCEMBRE 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3364 Convention collective nationale RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS IDCC : 2796.

Plus en détail

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux Des difficultés à investir le champ des conditions de travail L évolution du monde du travail montre la prégnance des conditions et de l organisation du travail dans le de nouveaux risques. Ces questions

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération FICHE TECHNIQUE Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération SOMMAIRE : I) LES ACCORDS ET PLANS D ACTION EN FAVEUR DES SALARIES

Plus en détail

LOI POUR L EGALITE REELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

LOI POUR L EGALITE REELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES N 131 - SOCIAL n 50 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 16 décembre 2014 ISSN 1769-4000 L essentiel LOI POUR L EGALITE REELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES La loi pour l égalité réelle entre

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) ACCORD DU 9 DÉCEMBRE

Plus en détail

Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération. L emploi d avenir

Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération. L emploi d avenir Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération L emploi d avenir 1 Le 03 mars 2013, la loi sur le contrat de génération est entrée en vigueur. Des entreprises de la Région Nord Pas-de-Calais

Plus en détail

Pourquoi un plan d action? (2PA)

Pourquoi un plan d action? (2PA) Pourquoi un plan d action? (2PA) En janvier 2012, toutes les entreprises de 50 à moins de trois cents salariés dont 50% de l effectif est exposé à des facteurs de pénibilité, doivent être couvertes par

Plus en détail

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 Préambule Dans le prolongement de la loi du 9 mai 2001 relative

Plus en détail

LA REFORME DES RETRAITES

LA REFORME DES RETRAITES LA REFORME DES RETRAITES (Loi du 9 Novembre 2010 et 1 ers décrets d application) Lettre d actualité sociale n 8 Eric Pouliquen - Avocat - Willway&Associés Alain Defrance - Courtier - Cabinet Mahier&Baylac

Plus en détail

Prévenir et gérer l absentéisme

Prévenir et gérer l absentéisme Prévenir et gérer l absentéisme Maroussia Krawec ARACT Ile de France UNION EUROPEENNE Fonds social Le réseau ANACT ARACT(s) ANACT + 26 ARACT L ARACT Île-de-France est une association paritaire avec : Une

Plus en détail

FORUM DES METIERS 2012. Diaporama réalisé en partenariat avec la sec1on BTS «Assistant de Manager» du lycée Paul Langevin, Mar1gues

FORUM DES METIERS 2012. Diaporama réalisé en partenariat avec la sec1on BTS «Assistant de Manager» du lycée Paul Langevin, Mar1gues FORUM DES METIERS 2012 Diaporama réalisé en partenariat avec la sec1on BTS «Assistant de Manager» du lycée Paul Langevin, Mar1gues Le secteur financier Les mé

Plus en détail

Note de synthèse Enquête régionale Nord- Pas de Calais sur le télétravail

Note de synthèse Enquête régionale Nord- Pas de Calais sur le télétravail Note de synthèse Enquête régionale Nord- Pas de Calais sur le télétravail RAPPEL DU CONTEXTE De plus en plus d entreprises en France se lancent dans le télétravail. Plus de 7 salariés sur 10 déclarent

Plus en détail

ASSOCIATION ABBAYE AUX DAMES

ASSOCIATION ABBAYE AUX DAMES Positionnement / Stratégie de communication ASSOCIATION ABBAYE AUX DAMES SYNTHÈSE 9 MARS 2013 LE DIAGNOSTIC Les grandes observations La qualité et le travail, des exigences absolues La qualité de la programma;on

Plus en détail

Offre Azimut CONTENT MARKETING. A l a&en)on de : Date de remise : Version : 3.0

Offre Azimut CONTENT MARKETING. A l a&en)on de : Date de remise : Version : 3.0 Offre Azimut CONTENT MARKETING A l a&en)on de : Date de remise : Version : 3.0 01 Marke3ng de Contenu Ecosytème Editorial Offre & Ou3ls Azimut Content Marke3ng Méthodologie Content management Qui sommes-

Plus en détail

La qualité de vie au travail. comment bien mettre en œuvre l Accord National Interprofessionnel

La qualité de vie au travail. comment bien mettre en œuvre l Accord National Interprofessionnel La qualité de vie au travail comment bien mettre en œuvre l Accord National Interprofessionnel La qualité de vie au travail Un ANI pour Innover Vous avez entendu parler de l Accord national interprofessionnel

Plus en détail

Solutions Évolution Anticipation

Solutions Évolution Anticipation Solutions Évolution Anticipation INCLUS Nouvelle LOI n 2014-873 du 4 août 2014 pour l égalité réelle entre les femmes et les hommes 2014 Vos obligations liées à la consultation du Comité d Entreprise Source

Plus en détail

EGALITÉ PROFESSIONNELLE HOMME / FEMME. Rapport de situation comparée Guide de réalisation

EGALITÉ PROFESSIONNELLE HOMME / FEMME. Rapport de situation comparée Guide de réalisation EGALITÉ PROFESSIONNELLE HOMME / FEMME Rapport de situation comparée Guide de réalisation DICOM - août 2008 SOMMAIRE Présentation générale du guide.... 3 Le cadre légal du rapport de situation comparée...

Plus en détail

Gouvernance et étude de l impact du changement des processus mé6ers sur les architectures orientées services

Gouvernance et étude de l impact du changement des processus mé6ers sur les architectures orientées services Gouvernance et étude de l impact du changement des processus mé6ers sur les architectures orientées services 30/10/2012 u Soutenance de thèse Karim DAHMAN François CHAROY Claude GODART Evolu1ons des processus

Plus en détail

LA NEGOCIATION COLLECTIVE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LES ENTREPRISES DE 50 à 300 SALARIES en 2012 et 2013

LA NEGOCIATION COLLECTIVE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LES ENTREPRISES DE 50 à 300 SALARIES en 2012 et 2013 LA NEGOCIATION COLLECTIVE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LES ENTREPRISES DE 50 à 300 SALARIES en 2012 et 2013 Rapport du Conseil supérieur de l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Plus en détail

Dossier de référencement «Appui Conseil Contrat de Génération» AMO : DIRECCTE RHONE ALPES Organisme relais : CCI de région Rhône Alpes

Dossier de référencement «Appui Conseil Contrat de Génération» AMO : DIRECCTE RHONE ALPES Organisme relais : CCI de région Rhône Alpes Dossier de référencement «Appui Conseil Contrat de Génération» AMO : DIRECCTE RHONE ALPES Organisme relais : CCI de région Rhône Alpes Ce dossier de référencement est permanent. Il est possible à un prestataire

Plus en détail

Réunion de rentrée Licence PER Programma3on en environnement répar3. Année universitaire 2014-2015

Réunion de rentrée Licence PER Programma3on en environnement répar3. Année universitaire 2014-2015 Réunion de rentrée Licence PER Programma3on en environnement répar3 Année universitaire 2014-2015 Intervenants de la présenta3on Responsables de la forma/on Bogdan Cau/s, bogdan.cau/s@u- psud.fr Jean-

Plus en détail

à l ICR Janvier 2009

à l ICR Janvier 2009 Politique sociale à l ICR Janvier 2009 Une politique s inscrivant dans la continuité Un PDE depuis 2005 Un projet social depuis 2006 Une tradition de négociation collective 3 accords d entreprise signés

Plus en détail

Ä Une nouvelle dynamique commerciale sur le Pays Nevers Sud Nivernais

Ä Une nouvelle dynamique commerciale sur le Pays Nevers Sud Nivernais Ä Une nouvelle dynamique commerciale sur le Pays Nevers Sud Nivernais Le Pays Nevers Sud Nivernais Ø Espace de projets Ø Rôle d orienta3on, de coordina3on et de mobilisa3on de moyens financiers Ø Ac3on

Plus en détail

Coopération Textile dans la Zone EuroMed

Coopération Textile dans la Zone EuroMed Conférence de clôture du projet TEMP Coopération Textile dans la Zone EuroMed Jeudi 4 Octobre, TEXMED 2012 Parc des Exposi

Plus en détail

L écoute des signaux porteurs d une d innova&on

L écoute des signaux porteurs d une d innova&on Journée d étude Mercredi 28 novembre 2012 Innova&on et changement dans les ins&tu&ons sociales : une perspec&ve de développement durable L écoute des signaux porteurs d une d innova&on Conférenciers Mar&ne

Plus en détail

Pourquoi un accord? (2E)

Pourquoi un accord? (2E) Pourquoi un accord? (2E) En janvier 2012, toutes les entreprises de 50 à moins de trois cents salariés dont 50% de l effectif est exposé à des facteurs de pénibilité, doivent être couvertes par un accord

Plus en détail

Prévenir les Troubles Musculo Squelettiques

Prévenir les Troubles Musculo Squelettiques Prévenir les Troubles Musculo Squelettiques De la théorie à la pratique, l action de la CRAMIF Dominique Beaumont- Arnaud Asselin CRAMIF 18 octobre 2008 SFMW 1 CRAMIF Prévention des Risques Professionnels

Plus en détail

Profils du Diplômé (profils de sor2) de la forma2on de médicine au Chile

Profils du Diplômé (profils de sor2) de la forma2on de médicine au Chile Profils du Diplômé (profils de sor2) de la forma2on de médicine au Chile MARIO PARADA, MARÍA INÉS ROMERO, FABIÁN MORAGA Diego Muñoz, Marcela Gómez, Denisse Arellano Ecoles de Médecine au Chili Le Chili,

Plus en détail

22ème Conven*on na*onale de l Intercommunalité 14 octobre 2011. Mutualisa*on : déployer les nouveaux ou*ls de la réforme

22ème Conven*on na*onale de l Intercommunalité 14 octobre 2011. Mutualisa*on : déployer les nouveaux ou*ls de la réforme 22ème Conven*on na*onale de l Intercommunalité 14 octobre 2011 Mutualisa*on : déployer les nouveaux ou*ls de la réforme Grand Dole (Pdt : Claude Chalon) Créé en 2008, issu d une fusion, 41 communes, 53

Plus en détail

LA NEGOCIATION COLLECTIVE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LES ENTREPRISES DE 50 à 300 SALARIES en2012 et 2013

LA NEGOCIATION COLLECTIVE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LES ENTREPRISES DE 50 à 300 SALARIES en2012 et 2013 LA NEGOCIATION COLLECTIVE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LES ENTREPRISES DE 50 à 300 SALARIES en2012 et 2013 Rapport du Conseil supérieur de l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Plus en détail

Crise, transmission, concurrence L entreprise face à ses mutations

Crise, transmission, concurrence L entreprise face à ses mutations 11ème Université Interprofessionnelle Mercredi 25 septembre 2013 Espace Tête d Or - Villeurbanne Crise, transmission, concurrence L entreprise face à ses mutations Atelier n 1 Audit social et diagnostic

Plus en détail

D après L importance du jeu à l école maternelle IEN- limoux.ac- montpellier.fr

D après L importance du jeu à l école maternelle IEN- limoux.ac- montpellier.fr L'importance du jeu à l'école maternelle "Le jeu c est le travail de l enfant, c est son métier, c est sa vie. L enfant qui joue à l école maternelle s initie à la vie scolaire, et l on oserait dire qu

Plus en détail

FORMATION GOOGLE ANALYTICS

FORMATION GOOGLE ANALYTICS FORMATION GOOGLE ANALYTICS L OBJECTIF DE LA FORMATION : Paramétrer par rapport à ses objec0fs, lire les performances de son site, gérer et op0miser ses sources de trafic Comprendre les fondamentaux de

Plus en détail

QUELS CHANGEMENTS MAJEURS POUR L ENTREPRISE ET LES COLLABORATEURS? (Aver&ssement : document élaboré à &tre informa&f, non exhaus&f)

QUELS CHANGEMENTS MAJEURS POUR L ENTREPRISE ET LES COLLABORATEURS? (Aver&ssement : document élaboré à &tre informa&f, non exhaus&f) SYNTHESE REFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE APPLICATION A COMPTER DU 1er JANVIER 2015 QUELS CHANGEMENTS MAJEURS POUR L ENTREPRISE ET LES COLLABORATEURS? (Aver&ssement : document élaboré à &tre informa&f,

Plus en détail

Nos collaborateurs [+] Chiffres clés 2012-2014

Nos collaborateurs [+] Chiffres clés 2012-2014 Nos collaborateurs [+] Chiffres clés 2012-2014 Effectif total Périmètre: Groupe EFFECTIFS Variation TOTAL PERSONNEL GERE PAR LE GROUPE: 2104 2106 1 2142 2% TOTAL GROUPE AFD: 1742 1744 1787 2% - GROUPE

Plus en détail

INFORMATION SUR. LE COMPTE PENIBILITE : TOP DEPART! Novembre 2014

INFORMATION SUR. LE COMPTE PENIBILITE : TOP DEPART! Novembre 2014 INFORMATION SUR. LE COMPTE PENIBILITE : TOP DEPART! Dès le 1er janvier 2015, les salariés travaillant dans des conditions difficiles pourront, grâce au compte personnel de prévention de la pénibilité,

Plus en détail

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter Formation Gestion des Ressources Humaines M2S formation Découvrir les techniques de base pour recruter Décrire les fonctions et les emplois Définir un dispositif de formation Formation de tuteur La Gestion

Plus en détail

Focus sur 4 territoires

Focus sur 4 territoires Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes : négociations et plans d action dans des entreprises de la région Centre Focus sur 4 territoires mai 2014 www.centre.aract.fr Interview Pourquoi

Plus en détail

SALMON et Associés Avocats à la Cour

SALMON et Associés Avocats à la Cour SALMON et Associés Avocats à la Cour Philippe SALMON Avocat DESS Droit des Affaires DJCE Certificat de Spécialisation en droit du Travail Et droit de la distribution REUNION D INFORMATION CGPME 5 Juin

Plus en détail

ACCORD DU 27 NOVEMBRE 2013

ACCORD DU 27 NOVEMBRE 2013 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3364 Convention collective nationale RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS IDCC : 2796. Personnel de direction Brochure

Plus en détail

Préambule. Obligations des employeurs. La Fiche d Entreprise (revisitée) Missions des SSTi*

Préambule. Obligations des employeurs. La Fiche d Entreprise (revisitée) Missions des SSTi* Dr CROUZET 12/10/2012 SMTMP / RESACT Préambule Le chainon manquant Missions des SSTi* La Fiche d Entreprise (revisitée) Obligations des employeurs? Page 6 de la circulaire du Document Unique, du 18 avril

Plus en détail