BOÎTE À OUTILS GRH EN PME DOSSIER N 8 L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES CLÉS ET ÉTAPES DU DIAGNOSTIC DANS L ENTREPRISE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BOÎTE À OUTILS GRH EN PME DOSSIER N 8 L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES CLÉS ET ÉTAPES DU DIAGNOSTIC DANS L ENTREPRISE"

Transcription

1 BOÎTE À OUTILS GRH EN PME DOSSIER N 8 L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES CLÉS ET ÉTAPES DU DIAGNOSTIC DANS L ENTREPRISE DÉCEMBRE 2012

2 SOMMAIRE UN GUIDE AVEC ET POUR LES ENTREPRISES... 1 FAIRE DE L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE UNE QUESTION D ENTREPRISE... 2 Un défaut de diagnostic et de négociation dans les entreprises Partir des enjeux des acteurs relatifs au travail et à l emploi Mettre en place un processus concerté pour mener le diagnostic UN REGARD RENOUVELÉ SUR LE TRAVAIL ET L EMPLOI... 5 Un «sujet en plus» ou une autre façon d interroger les questions de travail et d emploi? Produire des données sexuées pour rendre visibles les inégalités professionnelles Chausser les lunettes du genre Débattre des questions ou des non-dits qui font frein UN SCHÉMA POUR SE SITUER ET AGIR : MIXITÉ ET PARITÉ... 8 Mixité et parité, les deux dimensions de l égalité professionnelle Évaluer le degré de mixité et de parité d une entreprise Croiser mixité et parité pour caractériser le régime d (in)égalité professionnelle ÉTAPE 1 : FABRIQUER DES DONNÉES UTIL(ISABL)ES ET PERTINENTES Fabriquer des données util(isabl)es : l exemple des tableaux statistiques Fabriquer des données pertinentes Point de vigilance : des indicateurs et des données à construire à plusieurs ÉTAPE 2 : MENER L ENQUÊTE SUR LES INÉGALITÉS MAJEURES EN RAPPROCHANT LES DONNÉES Illustration 1 : à quoi sont dues les inégalités de rémunération ou de carrière? Illustration 2 : la santé au travail des femmes et des hommes, reflet de leurs conditions de travail et d emploi ÉTAPE 3 : SYNTHÉTISER LES DONNÉES POUR GAGNER EN LISIBILITÉ Caractériser le degré de mixité et le degré de parité Un exemple : faible mixité et parité à géométrie variable dans une PMI ÉTAPE 4 : UTILISER LA BOUSSOLE DE L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE POUR ÉTABLIR LES PRIORITÉS D ACTION Se situer sur la boussole mixité-parité Choisir sa destination Choisir une route ANNEXE : OÙ EN EST L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE EN FRANCE AUJOURD HUI? POUR ALLER PLUS LOIN Ont contribué à la rédaction de ce guide : Sophie Le Corre, chargée de mission d Aravis, à partir des échanges et du travail mené avec les entreprises accompagnées ou venues aux «Ateliers de l égalité professionnelle» ainsi qu avec Arlette Hintzy (Etis), Michel Pépin (Essor Consultants) et les chargé.e.s de mission d Aravis. Anne Guibert et Françoise Luce-Teffaud : relecture et suivi de fabrication

3 BOÎTE À OUTILS GRH EN PME DOSSIER N 8 UN GUIDE AVEC ET POUR LES ENTREPRISES Renforcement des obligations légales, montée en puissance du débat social sur la question, enjeux économiques et sociaux, les entreprises sont de plus en plus amenées à agir en matière d égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Celle-ci reste pour autant un sujet embarrassant, pour les directions comme pour les représentants syndicaux et des salariés : ne s agit-il pas d un «sujet de société», échappant largement à l action des entreprises, ou encore d un «sujet en plus», venant s ajouter à la liste des négociations obligatoires, voire d un «sujet sans objet» («dans mon entreprise, il n y a pas d inégalités»)? C est aussi un sujet que les entreprises ne savent pas toujours comment aborder, à commencer par la phase de diagnostic. Le travail avec des entreprises mené depuis quatre ans par Aravis dans le cadre de la mission Rhône-Alpes pour l égalité professionnelle montre que c est d abord sur cette phase de diagnostic que les entreprises, petites et grandes, souhaitent être accompagnées : comment apprécier les (in)égalités professionnelles entre salariés? Comment repérer les processus à travers lesquels elles se construisent (choix d organisation du travail et d affectation aux postes, politiques et pratiques de formation ou de promotion )? Étapes cruciales qui permettent de débattre des priorités d action pour supprimer les inégalités et d évaluer la pertinence de ces actions. Ce guide part de ces questions et présente des solutions expérimentées avec les entreprises : lors d interventions, dont certaines ont été menées avec des consultants ; dans les «Ateliers de l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes», bâtis en partenariat avec la DRDFE (délégation régionale aux Droits des femmes et à l égalité) et l ANDRH (association nationale des directeurs et directrices des ressources humaines) pour aider les entreprises dans la réalisation de leur diagnostic : 30 entreprises y ont participé depuis Tirant parti de ces collaborations multiples, ce guide propose une méthode pour mener le diagnostic et permettre de faire de sa «fabrication» une construction partagée et un objet du dialogue social dans les entreprises. Cette méthode peut être utilisée en amont des négociations sur l égalité professionnelle pour élaborer et analyser collectivement les données du diagnostic. La première partie du document présente des clés pour faire de l égalité une question d entreprise, qui parte des enjeux de ses acteurs et renouvelle le regard porté sur les questions de travail et d emploi qui s y posent. La deuxième partie comprend quatre étapes pour guider la production et l analyse des données ainsi que le choix des actions à mener. L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES PAGE 1

4 L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES FAIRE DE L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE UNE QUESTION D ENTREPRISE La question de l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes a beaucoup gagné en visibilité sociale depuis la loi de 2010 portant réforme des retraites avec la mise en circulation, lors des débats préalables, des chiffres mesurant l écart des pensions de retraite entre femmes et hommes : les pensions de droit propre des femmes équivalant en moyenne à la moitié de celle des hommes 1. L énormité de cet écart, allié au constat qu il risquait de ne pas disparaître pour les générations suivantes en raison du poids du temps partiel dans l emploi féminin, a conduit le législateur à inclure dans la loi «Retraites» un volet sur l égalité professionnelle. Ce volet prévoit une sanction financière pour les entreprises ne remplissant pas leurs obligations de négocier en la matière, obligations remontant à 1983, mais peu suivies d effet jusqu alors [voir encadré p. 4]. Encore plus qu hier, l égalité professionnelle est devenue une question que les entreprises, direction comme représentants des salariés, ne peuvent plus écarter. Mais, dans les faits, elles la traitent encore peu. UN DÉFAUT DE DIAGNOSTIC ET DE NÉGOCIATION DANS LES ENTREPRISES Au plan national, l état des inégalités professionnelles est connu et cela d autant plus qu elles se sont globalement maintenues depuis vingt ans [voir les données en annexe p. 20]. Au niveau des entreprises, le constat reste celui d un défaut de diagnostic et de négociation. Parmi les entreprises devant produire un rapport de situation comparée (RSC), moins de la moitié le font. De même, la majorité des accords d entreprise sont des accords formalistes, qui rappellent les principes de non-discrimination et les obligations légales et contiennent uniquement des déclarations d intention. Seule une minorité d accords constitue des «accords de contenu», qui comportent des éléments de diagnostic des inégalités, des mesures précises et des objectifs chiffrés 2. Les inégalités, oui, mais «pas chez nous», semblent dire ces accords. Et cela est vrai pour l ensemble des parties intéressées, salariés compris bien souvent. Pas étonnant dans ces conditions qu elles ne fassent guère l objet de débats entre salariés ou de négociations entre partenaires sociaux. L égalité professionnelle reste en effet un objet de négociation peu traité dans les entreprises, comme d ailleurs dans les branches professionnelles, même si le thème progresse à chaque nouvelle loi (loi de 2006 sur l égalité salariale, loi de 2010 sur les retraites) : 13,5 % des accords de branche et 12 % des accords d entreprise signés en 2011 ont abordé ce thème, contre respectivement 10 % et 9 % en 2010 et 2,4 % et 0,4 % en Comment dès lors instruire cette question dans les entreprises? Comment rendre visibles les inégalités professionnelles entre les femmes et les hommes, mais aussi susciter, autour des questions que cela pose, débat et négociation? C est tout l enjeu du diagnostic à réaliser. PARTIR DES ENJEUX DES ACTEURS RELATIFS AU TRAVAIL ET À L EMPLOI Une première réponse consiste à partir des enjeux relatifs au travail et à l emploi propres à une entreprise, aux différents acteurs qui la composent, à son environnement économique, social ou territorial. Par exemple, accroître la mixité de certains métiers ou postes peut correspondre pour la direction d une entreprise à un enjeu de recrutement (diversifier les filières de recrutement) ou d amélioration de l image de l entreprise vis-à-vis du public ou même être une condition pour obtenir des marchés publics, comme c est le cas dans le secteur du transport voyageurs. 1 Insee, Femmes et Hommes. Regards sur la parité, Marion Rabier, «Analyse du contenu des accords d entreprise portant sur l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes signés depuis la loi du 23 mars 2006», La négociation collective en 2008, ministère du Travail, 2009, p La négociation collective en 2011, ministère du Travail, de l emploi et de la santé, PAGE 2

5 BOÎTE À OUTILS GRH EN PME DOSSIER N 8 Pour les salariés, une mixité accrue des emplois diversifie les filières d emploi accessibles et peut avoir un enjeu très fort de sécurisation des parcours : enjeu de maintien dans l emploi (dans des entreprises en mutation), d accès à l emploi (dans des bassins d emploi en crise économique), ou encore d évolution professionnelle (accès à des métiers où il existe des carrières). Compte tenu des inégalités existantes, ces enjeux sont en général plus forts pour les femmes. Le diagnostic doit aider à repérer ces enjeux, à les mettre en débat et à faire le lien avec la question de l égalité professionnelle. Dans une entreprise confrontée à un problème de santé au travail, par exemple, en quoi ce problème est-il lié à une faible mixité des métiers et à l absence de mobilité professionnelle des femmes? En quoi agir sur la mixité et la parité permettrait de réduire ce problème? Comment cela serait-il possible et au bénéfice de qui? C est la question des gains potentiels, mais aussi des pertes possibles, de la mixité et de la parité qui se trouve posée ici. METTRE EN PLACE UN PROCESSUS CONCERTÉ POUR MENER LE DIAGNOSTIC Une deuxième réponse consiste à permettre que le débat sur cette question ait lieu en mettant en place un processus concerté pour faire du diagnostic une construction conjointe. Cette réponse prend à rebrousse-poil les pratiques habituelles : ce sont les directions d entreprise qui produisent seules les bilans économiques et sociaux. Typiquement, le RSC (Rapport de Situation Comparée), quand il est réalisé, reste l affaire des DRH qui le transmettent ensuite aux représentants syndicaux et au comité d entreprise. Une de leurs difficultés est bien d intéresser les autres acteurs de l entreprise. Elle est aussi d être crédible. Or les données ne sont pas simples à construire : quel indicateur retenir pour comparer les salaires, le salaire horaire, la rémunération primes comprises? Comment regrouper les métiers pour assurer une comparaison pertinente? Les réponses à ces questions ne relèvent pas d un pur choix technique. Elles sont avant tout sociales. Ne pas permettre le débat sur ces questions a toute chance de renforcer l indifférence, de susciter le scepticisme sur les données produites («On fait dire aux chiffres ce qu on veut») ou la surenchère («Il faudrait en savoir plus»). La perspective adoptée ici est d inviter les directions d entreprises à créer les conditions d un diagnostic partagé, aux différentes étapes de sa construction et d inviter l ensemble des partenaires sociaux dans les entreprises à faire du diagnostic en matière d égalité professionnelle un objet du dialogue social. Sur ce sujet comme sur d autres, les modalités de ce diagnostic partagé peuvent être très diverses. Là où elles existent, les commissions «égalité professionnelle» des comités d entreprise peuvent être une ressource. Ailleurs, il peut s agir d un binôme paritaire 4. L essentiel est que se forme un groupe paritaire technique qui puisse travailler sur les indicateurs et les données et solliciter telle ou telle expertise, à commencer par celle des salariés. Sur un sujet qui se laisse aussi peu facilement «attraper» que l égalité professionnelle, cette façon de faire peut s avérer problématique. Les DRH venus aux «Ateliers de l égalité professionnelle» en témoignent quand ils évoquent l indifférence de leur direction générale à ce sujet et, souvent aussi, des délégués au sein des instances représentatives du personnel. 4 Comme cela a été expérimenté dans le réseau de l Anact en 2012 avec le programme Tempo. L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES PAGE 3

6 L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES FAIRE DE L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE UNE QUESTION D ENTREPRISE Agir pour l égalité professionnelle : les obligations légales des entreprises Quelle que soit leur taille, les entreprises doivent respecter les principes d égalité professionnelle et de non-discrimination en raison du sexe inscrits dans la constitution française et dans de nombreux textes légaux, nationaux et européens. À partir de 50 salariés, les entreprises ont, de plus, des obligations spécifiques en matière de négociation sur l égalité professionnelle, posées par plusieurs lois : loi «Roudy» du 13 juillet 1983, loi «Génisson» du 9 mai 2001, loi du 23 mars 2006 sur l égalité salariale, loi du 9 novembre 2010 sur les retraites et décret d application n du 7 juillet 2011, loi du 26 octobre 2012 sur les emplois d avenir et décret d application n du 18 décembre 2012 : Établir chaque année un Rapport de Situation Comparée (RSC) des conditions d emploi et de travail des femmes et des hommes. Le RSC est soumis au comité d entreprise pour avis (à défaut aux délégués du personnel) et transmis aux délégués syndicaux [Voir page 12 le contenu du RSC et la liste des indicateurs]. Négocier sur cette base un accord d égalité professionnelle devant traiter de la rémunération effective et pouvant porter sur les domaines d action suivants (4 au minimum pour les entreprises à partir de 300 salariés et 3 au minimum pour les entreprises de moins de 300 salariés) : l embauche, la formation, la promotion professionnelle, la qualification, les classifications, les conditions de travail, et l articulation entre la vie professionnelle et les responsabilités familiales. En cas d échec des négociations, l employeur doit définir un plan d action unilatéral. C est également le cas dans les entreprises dépourvues de délégué syndical ou de délégué du personnel désigné et non couvertes par un accord de branche étendu. Pour chaque domaine d action retenu, accords et plans doivent fixer des objectifs de progression, programmer des actions pour les atteindre et prévoir des indicateurs chiffrés de suivi. Les accords ont une durée de trois ans. Un accord de branche, de groupe ou d entreprise n exonère pas chaque entreprise ou établissement comptant au moins 50 salariés de l obligation de négocier un accord. Intégrer la question de l égalité professionnelle lors des Négociations Annuelles Obligatoires (NAO). Tant qu un accord n est pas signé, les NAO sur les rémunérations doivent traiter de l égalité des rémunérations entre les femmes et les hommes, avec l objectif de les supprimer. Informer les salariés : affichage des textes légaux ; affichage et diffusion sur le site de l entreprise de la synthèse du plan d action. Mettre en place dans les entreprises d au moins 200 salariés une commission égalité au sein du comité d entreprise pour préparer la négociation. Déposer auprès de la Direccte l accord ou le plan d action. Pour les entreprises de 300 salariés et plus, les plans d action doivent être accompagnés d un procès-verbal de désaccord (échec de la négociation) ou de carence (absence de délégué syndical ou de délégué du personnel désigné). En cas de non-respect de ces obligations, les entreprises encourent depuis le 1 er janvier 2012 une sanction financière pouvant aller jusqu à 1 % de leur masse salariale. En savoir plus : travail-emploi.gouv.fr PAGE 4

7 BOÎTE À OUTILS GRH EN PME DOSSIER N 8 UN REGARD RENOUVELÉ SUR LE TRAVAIL ET L EMPLOI UN «SUJET EN PLUS» OU UNE AUTRE FAÇON D INTERROGER LES QUESTIONS DE TRAVAIL ET D EMPLOI? Parce qu elle fait partie des thèmes de négociation obligatoire dans les entreprises, l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes est souvent perçue par les partenaires sociaux comme «un sujet en plus», pour lequel ils ont l impression de manquer d expertise et qui peut leur sembler bien éloigné des questions prioritaires à traiter et à négocier. Dans bien des cas, le sujet est accueilli avec scepticisme ou indifférence. Quand il suscite intérêt et bonne volonté, c est rapidement la perplexité et la panne d imagination qui sont au rendez-vous : comment s y prendre pour «attraper» ce sujet? Que faire pour le traiter? Quant aux entreprises non soumises à l obligation légale, l égalité professionnelle y apparaît presque toujours comme «hors sujet». Une manière de ne pas en rester là consiste à partir de l idée que traiter de l égalité introduit une façon renouvelée d interroger les questions de travail et d emploi, c est-à-dire les questions habituellement abordées par les services de production ou des ressources humaines, discutées au sein des IRP et donnant lieu à négociations entre partenaires sociaux. Se demander, par exemple, comment le temps partiel, les horaires décalés ou le travail de nuit concernent davantage les femmes ou les hommes dans une entreprise ou un service, c est bien s intéresser à l organisation du travail et de la production. Mais c est le faire avec un regard nouveau, qui bouscule les manières habituelles de faire et de se représenter les choses : pourquoi le temps partiel est-il réservé aux femmes, le travail de nuit aux hommes? Quels effets sur la santé et la carrière des unes et des autres cela a-t-il? Pourrait-il en être autrement et à quelles conditions? Qu auraient à y gagner les unes et les autres? Les données de santé au travail peuvent, elles aussi, être regardées par sexe : qui est exposé à tel risque professionnel, qui est touché par des TMS et comment expliquer cette distribution? Il en va de même pour la formation : qui accède à la formation, pourquoi et avec quelles conséquences sur les possibilités d évolution? PRODUIRE DES DONNÉES SEXUÉES POUR RENDRE VISIBLES LES INÉGALITÉS PROFESSIONNELLES À un premier stade, ce regard renouvelé consiste à comparer la situation des femmes et des hommes dans l entreprise, en se demandant qui fait quoi et qui est concerné par telle situation. Il s agit ici de produire des données sexuées, qu elles soient quantitatives ou qualitatives (voir Étape 1). Ce stade est très important : il contribue à rendre visible les inégalités dont la première caractéristique est justement l invisibilité sociale ; il permet de sortir du cercle vicieux dans lequel invisibilité et tolérance sociale aux inégalités se renforcent. Or ce n est pas parce qu un phénomène est invisible qu il n existe pas. Karen Messing, ergonome québécoise, parle ainsi de «l invisible qui fait mal» pour désigner les pénibilités réelles, mais souvent discrètes des postes en majorité occupés par des femmes. Cette invisibilité conduit à ne pas traiter ces pénibilités, voire à en rendre difficile ou illégitime l expression par les intéressées elles-mêmes 5. Elle freine donc toute politique de prévention en matière de santé au travail, au risque de déboucher sur des inaptitudes au travail. Cette production de données sexuées, pour peu qu elle ne soit pas qu une «production d experts», peut avoir un véritable effet de «dévoilement» dans les entreprises, venir conforter ou démentir des impressions. Elle permet d affûter le regard sur les conditions de travail et d emploi des salariés. L analyse des constats produits, leur mise en discussion dans l entreprise restent à faire. 5 P. Bouffartigue, J.-R. Pendariès, J. Bouteiller (2010). Voir la bibliographie à la fin du guide pour les références complètes. L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES PAGE 5

8 L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES UN REGARD RENOUVELÉ SUR LE TRAVAIL ET L EMPLOI EXEMPLE Les conditions de travail dans un atelier de retouches : le travail des ouvrières dans un angle mort Les conditions de travail dans cet atelier où travaillent une quarantaine d ouvrières sont très mauvaises : postes entraînant en permanence des postures pénibles, activité de travail comportant de nombreux gestes répétitifs et du port de charges, postes spécialisés par tâches et absence de polyvalence, etc. Elles provoquent des TMS, reconnus comme maladies professionnelles. Direction et ouvrières partagent pourtant une représentation du travail qui en minimise la dureté, comme les habiletés et les savoir-faire de couture mis en œuvre. Cela se traduit aussi bien dans l évaluation des risques faite dans le Document Unique, que dans la classification des ouvrières ou encore dans l espèce de tolérance aux mauvaises conditions de travail qui pourtant, vues de l extérieur, sautent aux yeux. Comme si le travail restait ici dans un angle mort. Sans discussion sur la place et l appréciation de la valeur du travail dans cet univers d emplois occupés par des femmes, les solutions très concrètes pour améliorer les conditions de travail à commencer par l aménagement basique des postes de travail risquent de rester lettre morte. CHAUSSER LES LUNETTES DU GENRE À un second stade, c est la partition des rôles qu il faut interroger. Quels sont les ressorts de la division sexuée du travail dont on vient de dresser les contours? Pour répondre à cette question, il faut passer d une description sexuée à une analyse en terme de genre, qui permette d interroger les rôles sociaux de sexe et leurs rapports. «Sexe» et «Genre» : de quoi parle-t-on? Le sexe renvoie aux différences biologiques entre les femmes et les hommes. Le genre correspond aux différences sociales : comment une société traite-t-elle la question de la différence des sexes? Quels rôles attribue-t-elle aux femmes et aux hommes? Qu attend-on des unes et des autres, avec quelle considération? Le genre renvoie donc aux rôles sociaux de sexe et à leur hiérarchie. Faire une analyse en terme de genre revient à interpréter ces éléments comme une construction sociale qui peut donc évoluer et non comme un fait de nature par essence immuable. Les sciences sociales offrent un éclairage utile pour scruter de ce point de vue le monde du travail d aujourd hui. Elles nous apprennent que dans la plupart des sociétés, les rôles de sexe s organisent autour de deux principes : un principe de différenciation (les femmes et les hommes ne font pas les mêmes choses, même si cette partition peut varier) ; un principe de hiérarchisation qui, quelle que soit la partition des rôles, joue en faveur des hommes (ce que font les hommes vaut plus que ce que font les femmes) 6. La faible mixité des métiers et des secteurs qui caractérise encore le marché du travail en France obéit encore largement à ce principe de différenciation. On trouve normal qu une femme soit assistante maternelle, moins qu un homme cherche à le devenir. Inversement, les travaux exigeant de la force physique sont vus comme réservés aux hommes, indépendamment des caractéristiques physiques des unes et des autres, des outillages techniques qui pourraient être mobilisés et plus encore du fait que certains «travaux de femmes» exigent eux aussi de la force physique. Mais dans ce cas, pour les aides soignantes ou les infirmières s occupant de personnes âgées par exemple, cette composante du travail sera facilement oubliée au profit de celle du soin. Les inégalités de position et de parcours professionnels encore existantes montrent que le principe de hiérarchisation en faveur des hommes est lui aussi bien présent dans le monde du travail, conduisant à minorer les savoir-faire requis dans les emplois majoritairement occupés par des femmes et les pénibilités de ces emplois. Pour reprendre l exemple des emplois de soin, les savoir-faire qu ils supposent ne sont pas pensés comme tels, mais comme des qualités propres aux femmes. Difficile dans ces conditions d envisager comment s acquièrent, se transmettent ou encore se reconnaissent ces savoir-faire «naturalisés» : en terme de salaires, de carrière, de prise en compte des risques physiques ou psychosociaux afférents à ces métiers. 6 Voir Héritier F. (1996 et 2002) et Kergoat D. (2005) PAGE 6

9 BOÎTE À OUTILS GRH EN PME DOSSIER N 8 «Chausser les lunettes du genre», décrypter cette grammaire sociale, c est donc se donner les moyens de ne pas reproduire indéfiniment les inégalités professionnelles et d agir pour les réduire. Comment faire en sorte, par exemple, que les mesures permettant de mieux articuler temps de travail et familiaux ne soient pas uniquement «sur mesure» pour les femmes, tant elles correspondent à la partition encore actuelle des rôles de sexe qui attribue aux femmes les tâches domestiques et parentales? EXEMPLE Infirmières et médecins, chirurgiens et chirurgiennes Dans notre société, on attend des femmes qu elles soient attentives aux autres, qu elles prennent soin des autres. Dans le secteur de la santé, la profession d infirmière, exercée majoritairement par des femmes, a permis aux médecins, en majorité des hommes pendant longtemps, de demeurer à distance de la souffrance des patients. Que le médecin soit une femme, et on attendra d elle qu elle soit «comme ses confrères», mais aussi «différente», plus humaine justement, voire plus docile. Dans les blocs opératoires, les chirurgiennes qui ne se conforment pas à ces attentes de rôles par exemple en laissant s exprimer comme leurs homologues masculins leurs sautes d humeur liées à la tension extrême du travail - sont moins soutenues par les équipes du bloc et peuvent se trouver en difficulté pour faire leur travail. de la santé au travail,» Santé et travail, n 63, juillet 2003 giennes», Les cahiers du Genre, n 29, DÉBATTRE DES QUESTIONS OU DES NON-DITS QUI FONT FREIN Quand il s agit d égalité professionnelle, questions, réponses et réactions de toutes sortes surgissent très vite, qu elles s expriment ou pas. Certaines reviennent souvent : Agir pour l égalité, n est-ce pas «agir pour les femmes», c est-à-dire au détriment des hommes ou de certaines catégories statutaires? Cette question se pose fréquemment dans les entreprises qui envisagent de mettre en place des mesures de rattrapage salarial, par exemple. Qu y a-t-il donc à faire en matière d égalité quand les métiers ou les secteurs ne sont pas mixtes? On peut penser au secteur des services à la personne (SAP), qui compte presque exclusivement des femmes. Certes, il ne s agit pas ici d établir des statistiques comparées femmes-hommes. Mais la statistique sur les conditions d emploi et de travail des salariées des SAP n est pas inutile pour décrire la mauvaise qualité de ces conditions et commencer à se demander en quoi la distribution des rôles sociaux de sexe y contribue. Même si elles sont étroites dans ce secteur, les marges de manœuvre ont alors plus de chances d être recherchées que si on écarte d entrée de jeu le problème. La mixité n est-elle pas, quant à elle, synonyme d égalité? Cette réflexion s entend souvent dans les milieux professionnels très mixtes qui se vivent comme égalitaires et évacuent d emblée la question des inégalités («ça ne peut pas exister chez nous»). C est le cas par exemple des milieux scientifiques, artistiques ou encore de la fonction publique où les inégalités sont pourtant bien présentes. Ces réactions ne sont pas étonnantes. La question de l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes est un bon révélateur des rapports sociaux avec lesquels nous avons l habitude de vivre et un possible perturbateur de ces rapports : accroître la parité des positions, c est nécessairement bousculer les hiérarchies socio professionnelles établies et changer les règles habituelles de l accès aux bonnes places de ces hiérarchies ; augmenter la mixité des emplois, c est peut-être venir perturber les arrangements trouvés dans les collectifs de travail pour faire face aux contraintes de la production ; cela peut aussi déstabiliser les identités au travail façonnées autour de ces arrangements. Agir pour mettre en œuvre l égalité professionnelle, c est donc prendre en compte ces phénomènes et en débattre, sauf à mener des actions qui tendront finalement à reproduire à l identique les rôles sociaux de sexe. L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES PAGE 7

10 L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES UN SCHÉMA POUR SE SITUER ET AGIR : MIXITÉ ET PARITÉ MIXITÉ ET PARITÉ, LES DEUX DIMENSIONS DE L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE Mixité, parité, ces deux termes méritent à ce stade d être davantage définis. Les définitions retenues ici ne sont pas les seules possibles. Elles sont à prendre comme des outils permettant aux différents acteurs impliqués dans un diagnostic de s appuyer sur un vocabulaire et un schéma d analyse communs. La mixité renvoie à la question de la répartition des femmes et des hommes à l intérieur d un métier, d une profession, d un secteur d activité. Comment femmes et hommes accèdent-ils aux différentes places de la division horizontale, fonctionnelle, du travail? À qui confie-t-on tel travail, telles tâches et sur la base de quels critères? La parité renvoie à la question de la valorisation, ou de la reconnaissance, économique et sociale du travail réalisé par les femmes et par les hommes. Quelles places occupent respectivement femmes et hommes dans la division verticale, hiérarchique, du travail? Cette question se pose plus particulièrement à trois niveaux : Quelle valeur accorde-t-on à l activité professionnelle des femmes et des hommes? Le fait même de travailler, l accès à l emploi, a-t-il la même évidence pour les unes que pour les autres? Si les femmes ne s arrêtent plus aujourd hui de travailler avec l arrivée des enfants comme durant les années 1950 et 1960, le choix du temps partiel pour s occuper des enfants ou du congé parental d éducation continue à ne se poser qu au féminin. N est-ce pas le signe d une relative persistance du modèle de «la femme au foyer» de l après seconde guerre mondiale, où le salaire des femmes étaient pensé comme un salaire d appoint 7? Reconnaît-on à parité femmes et hommes exerçant le même travail ou un travail comparable, en terme de rémunération, de carrière, de reconnaissance des pénibilités? Comment sont reconnus les savoir-faire requis dans les métiers, selon qu ils sont majoritairement tenus par des femmes ou par des hommes? La tendance, dans le premier cas, étant de donner une définition naturalisée, non professionnelle, de ces savoir-faire et de les penser en terme de qualités naturelles dont les femmes seraient toutes dotées (patience, minutie, écoute de l autre, etc.). ÉVALUER LE DEGRÉ DE MIXITÉ ET DE PARITÉ D UNE ENTREPRISE Dans un premier temps du diagnostic, chacune de ces deux dimensions peut être utilisée et interrogée indépendamment de l autre : Pour décrire la situation de l entreprise en matière d égalité professionnelle, en caractérisant son degré de mixité et de parité. Il s agit ici de «ranger» et de synthétiser les données récoltées (voir Étape 3) : la répartition des femmes et des hommes dans les recrutements, les métiers, et les services, données sur l exposition différenciés aux risques professionnel et la santé au travail la rémunération et les conditions d emploi, les parcours (accès à la promotion, à la formation), la reconnaissance des pénibilités du travail Pour mettre en débat les constats et les actions envisagées, faire le bilan de ces actions. Dans une situation de faible mixité (ou de faible parité), quels sont les enjeux économiques et sociaux de la faire progresser : exemple, ferait ou a fait gagner et à qui par rapport à ces enjeux? a fait progresser l égalité? Si les coûts de l intégration pour les femmes ou les hommes qui arrivent dans les collectifs de travail non mixtes risquent d être ou sont très élevés, la réponse est négative et il faut prévoir, au-delà des actions de recrutement et de formation, d agir aussi à ce niveau. 7 On peut rappeler que ce n est qu en 1972 qu est votée une loi posant le principe de l égalité de rémunération entre les femmes et les hommes pour un même travail ou un travail de valeur égale (loi du 22 décembre 1972). PAGE 8

11 BOÎTE À OUTILS GRH EN PME DOSSIER N 8 On a là un premier niveau de lecture et d interrogation. Mais les deux dimensions ne sont pas indépendantes l une de l autre. Comment se combinent-elles? Quatre régimes d (in)égalité professionnelle Parité + CROISER MIXITÉ ET PARITÉ POUR CARACTÉRISER LE RÉGIME D (IN)ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE Dans un deuxième temps, l intérêt est de croiser ces deux dimensions pour cerner le «régime» d (in)égalité professionnelle qui caractérise une entreprise, un établissement, un secteur d activité, une unité de travail. On obtient alors quatre positions possibles qu illustrent le schéma et le tableau suivants : Mixité + CADRAN 1 Mixité et parité + Femmes et hommes font des métiers différents ou sont spécialisés par tâches Ces métiers sont reconnus de la même manière Exemple : dans certaines entreprises, les métiers d assistantes, tenus par des femmes, et ceux de techniciens de production, tenus par des hommes, sont classés et rémunérés à parité. CADRAN 3 Mixité et Parité Femmes et hommes font des métiers différents ou sont spécialisés par tâches Exemple : dans le secteur du nettoyage, les femmes nettoient les sanitaires et font les poussières, les hommes nettoient les sols avec les machines. Les savoir-faire des métiers occupés majoritairement par des femmes sont sous évalués. Les conditions d emploi et de carrière des femmes sont mauvaises. Exemple : les métiers de l aide à domicile ne sont pas valorisés. Exemple : dans le nettoyage, le temps partiel subi concerne surtout les femmes. CADRAN 2 Mixité + et Parité + Femmes et hommes font les mêmes métiers et ne sont pas spécialisés par tâches Femmes et hommes sont évalués selon les mêmes critères, non sexués et neutralisant les discriminations de genre CADRAN 4 Mixité + et Parité Femmes et hommes font le même métier et ne sont pas spécialisés par tâches Femmes et hommes sont évalués selon des critères sexués qui créent des discriminations de genre. Exemple : les carrières des cadres sont structurées par des normes défavorables aux femmes : le présentéisme ou l âge précoce de détection des futurs cadres dirigeants. Exemple : le temps partiel, majoritairement féminin, freine l accès à la formation et à la promotion. Ce schéma peut-être à son tour utilisé de plusieurs façons par les acteurs d une entreprise : pour finaliser le diagnostic d égalité professionnelle, interroger la pertinence des actions envisagées et mettre en débat la politique à mener (voir étape 4). Le cadran 4 du schéma, par exemple, montre qu une situation de mixité n est pas toujours gage d égalité professionnelle et qu une des conditions d une mixité égalitaire est d agir aussi conjointement sur l axe de la parité. L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES PAGE 9

12 L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES ÉTAPE 1 FABRIQUER DES DONNÉES UTIL(ISABL)ES ET PERTINENTES Le recueil de données sexuées et leur mise en forme sont la première étape du diagnostic. Cette étape est souvent réalisée par les entreprises, en particulier celles qui font leur RSC (Rapport de Situation Comparée). C est parfois l occasion pour une PME de mettre en place son suivi des données sociales. Mais comment faire en sorte que le bilan produit le RSC par exemple ne soit pas qu une suite de tableaux croisés dont on finit par ne plus rien retenir? Plusieurs éléments peuvent faciliter la réalisation et enrichir la portée de cette étape. FABRIQUER DES DONNÉES UTIL(ISABL)ES : L EXEMPLE DES TABLEAUX STATISTIQUES Les tableaux statistiques sont un bon exemple d amélioration possible de présentation des données. Pour chaque tableau, il est utile de : Pouvoir raisonner sur des proportions Bien souvent, les tableaux (ou les graphiques) comprennent des données en effectif, sans leur traduction en pourcentage (ou l inverse) et sans le rappel de l effectif de référence. Il est du coup difficile de raisonner sur des proportions et donc de pouvoir interpréter les données -, sauf à faire soimême les calculs et à aller chercher les données qui manquent sur un autre tableau. Sur une série de tableaux, l exercice tourne vite court. Faire apparaître les éléments de calcul pour pouvoir les refaire et les partager De nombreux indicateurs supposent de faire des choix de périmètre ou de sens du calcul. C est typiquement le cas de l indicateur de rémunération. Il doit comporter le salaire et les primes, mais quelles primes retient-on? A-t-on ramené la rémunération des salariés à temps partiel en équivalent temps plein? Que fait-on des heures supplémentaires? A-t-on mesuré l écart de rémunération entre les femmes et les hommes par rapport à la rémunération des hommes ou des femmes? EXEMPLE Rapporter l écart de rémunération aux salaires des femmes ou des hommes? Garder trace du choix effectué. Le résultat n est pas le même selon le choix du salaire de référence. Si on prend une base 100 (salaire des hommes) et 80 (salaires des femmes), conforme à la réalité nationale : La plupart du temps, la référence est le salaire des hommes. On calcule en % : (F-H)/H. Dans l exemple, les femmes touchent 20 % de moins que les hommes : /100 = - 20 % On peut aussi prendre le salaire des femmes comme référence. On calcule en % : (H-F)/F. Dans l exemple, les hommes gagnent 25 % de plus que les femmes, l écart étant donc plus important quand on fait le calcul dans ce sens : /80 = + 25 % Observatoire des inégalités, Noter les constats-clés et les questions à creuser Quand on regarde un tableau statistique, on commence très vite à faire des constats, à se poser des questions. Par exemple, face à des données établissant une faible mixité des métiers, on peut se demander quelle conséquence cela a sur les carrières et se dire qu on pourrait le mesurer en regardant les vitesses de carrière par métiers. Noter en bas de chaque tableau ces constats et questions permet de ne pas repartir à zéro à chaque fois et de les mettre en débat. Dans une démarche de diagnostic partagé, ce compte-rendu synthétique de l interprétation à laquelle aboutit le groupe est d autant plus nécessaire. Indiquer en bas de chaque tableau les choix retenus permet de les mettre en discussion et d être sûr de comparer les mêmes choses d une année sur l autre. PAGE 10

13 BOÎTE À OUTILS GRH EN PME DOSSIER N 8 Comparer avec les années précédentes Certaines données ont un caractère structurel : la répartition par catégorie socioprofessionnelle (CSP), par service ou par ancienneté, par exemple. Sauf conjoncture particulière (une fusion, la création d un service, une réorganisation importante, des licenciements), ces données évoluent lentement. Les comparaisons dans le temps peuvent donc se faire de manière relativement espacée : tous les trois ans, par exemple, pour se caler sur la durée de l accord d égalité professionnelle. D autres données sont plus conjoncturelles et peuvent beaucoup varier d une année à l autre. Par exemple, une entreprise consacre une année une part importante de son budget de formation à l apprentissage des langues pour les postes de caisses. Ces postes étant occupés par des femmes, le taux d accès à la formation des femmes sera très élevé cette année-là. Qu en est-il les autres années? Pour les données de carrière (accès à la formation, à la promotion), d emploi, de santé, il est donc utile de suivre les évolutions annuelles, au moyen de courbes par exemple. EXEMPLE Un modèle de tableau croisé : l effectif par sexe et catégorie socioprofessionnelle (CSP) Femmes En % Hommes En % Total En % % Femmes Cadres 0 0 % 3 3 % 3 1 % 0 % Techniciens Agents de Maîtrise 3 3 % % % 10 % Employés % % % 67 % Ouvriers % % % 49 % TOTAL % % % 46 % Ce tableau donne les informations nécessaires pour : Regarder la part de femmes dans chaque catégorie (% en lignes), en la rapportant à leur part dans l effectif total pour voir où elles sont sur- ou sous-représentées : Constat : les femmes représentent presque la moitié de l effectif total et ouvrier ; elles sont sur-représentées chez les employés (2/3 de femmes) et quasiment absentes dans les catégories supérieures. Surtout, comparer la structure de qualification des femmes et celle des hommes (% en colonnes) : : la structure de qualification de cette entreprise est faible, avec un taux d encadrement (cadres et TAM) de 16 %. Mais 27 % des hommes sont cadres ou TAM pour seulement 3 % des femmes. La répartition par coefficient de la classification confirme-t-elle ces constats? À croiser avec la répartition par métiers et avec l ancienneté. FABRIQUER DES DONNÉES PERTINENTES Dans les entreprises qui sont soumises à l obligation de négocier, la liste des indicateurs sexués qui doivent être renseignés et figurer au RSC est fixée réglementairement (voir encadré page 12). Ces indicateurs portent sur les chapitres suivants : l embauche, la formation, la promotion professionnelle, la qualification, les classifications, les conditions de travail, la rémunération effective et l articulation entre l activité professionnelle et l exercice de la responsabilité familiale. Ils visent à lier l égalité professionnelle avec les questions de travail et d emploi, sans en faire un «sujet en plus». Les entreprises qui ne sont pas soumises à l obligation du RSC peuvent à ce titre utilement s inspirer de cette liste. Mais pour que les données récoltées aient du sens, il faut qu elles reflètent correctement la réalité de l entreprise. Plusieurs éléments peuvent y aider. Adapter et enrichir les indicateurs du RSC en fonction de la réalité de l entreprise Il peut s agir, par exemple : d ajouter des tranches de durée du travail dans une entreprise qui emploie beaucoup de salariés à temps partiel sur des durées du travail différentes ; d ajouter un indicateur de durée annuelle de l emploi dans une entreprise employant des saisonniers ; de prendre en compte les données de santé au travail (accidents du travail, arrêts maladies, restrictions d aptitude ) pour pouvoir les mettre en lien avec la répartition sexuée des emplois, avec les pénibilités de ces emplois et avec les carrières. L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES PAGE 11

14 L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1 FABRIQUER DES DONNÉES UTIL(ISABL)ES ET PERTINENTES Les indicateurs du rapport de situation comparée (RSC) Le RSC doit comporter : le plan d action négocié ou unilatéral mentionnant les objectifs, les actions et les moyens prévus, les indicateurs de suivi et le bilan des actions réalisés ; des données par sexe et par catégorie professionnelle sur les indicateurs suivants [Voir le détail selon la taille de l entreprise : article R (entreprises de moins de 300 salariés) et R (entreprises de 300 salariés et plus) du code du travail] : 1) Conditions générales d emploi 2) Rémunérations 3) Formation 4) Organisation et conditions de travail 5) Articulation vie professionnelle et familiale 1 contrats de travail (CDI/CDD) 2 âge moyen 3 durée du travail : temps complet, temps partiel heures, autres formes de temps partiel 4 organisation du travail (posté, de nuit, variable, atypique) 5 congés d une durée supérieure à 6 mois (compte épargne-temps, congé parental, sabbatique) 6 embauches par type de contrat 7 départs par motif 8 niveaux d emploi dans les grilles de classification 9 / 10 promotions et durée moyenne entre 2 promotions 11 / 12 ancienneté moyenne dans l entreprise et dans la catégorie professionnelle 13 éventail des rémunérations par tranches 14 rémunération moyenne ou médiane mensuelle par catégorie professionnelle ET par emploi de la classification ou métiers repères 15 nombre de femmes dans les 10 plus hautes rémunérations 16 nombre d heures formation par salarié et par an 17 type de formation 18 répartition par poste de travail selon les risques professionnels 19 répartition par poste selon la pénibilité des postes 20 / 21 complément de salaire et prise du congé paternité 22 organisation du travail facilitant l articulation des temps 23 / 24 temps partiel choisi et reprise du temps plein 25 / 26 participation aux modes d accueil petite enfance et dépenses éligibles au crédit d impôt famille Jouer la complémentarité des données quantitatives et qualitatives Les données statistiques rendent visibles les inégalités et permettent de les objectiver, en particulier si leur production est le fruit d un processus conjoint qui fait que chacun s y retrouve. Mais les chiffres ne peuvent pas tout dire et tout montrer. Par exemple, dans le cas d un métier ou d un service statistiquement mixte, femmes et hommes n accomplissent pas forcément les mêmes tâches : les conducteurs de machine font des réglages, les conductrices n en font pas. De telles répartitions des tâches ne sont pas neutres : elles ont des effets sur l autonomie au travail, la santé et les parcours. Il est plus probable qu un conducteur habitué à faire des réglages simples puisse projeter de devenir régleur qu une conductrice qui n a jamais touché au réglage. Il est plus probable aussi qu un responsable d atelier propose à quelqu un qui s est déjà frotté au réglage de se former pour devenir régleur. PAGE 12

15 BOÎTE À OUTILS GRH EN PME DOSSIER N 8 Les parcours professionnels sont un autre exemple de données difficiles à saisir statistiquement et pour lesquelles il faut procéder à des investigations qualitatives : en raison de leur caractère longitudinal, mais aussi parce qu il est fréquent que les parcours effectués par les salariés n aient pas laissé de trace dans les dossiers du personnel ou les bases de données des services RH. EXEMPLE Les parcours escamotés dans une PMI Cette PMI veut faire évoluer les postes de conducteurs de machine vers des postes de conducteurs-régleurs pour suivre la montée en gamme de ses produits. Aux yeux de la direction, le fait qu une partie importante de ces postes soient occupés par des femmes, qui plus est âgées, constitue un frein probable à cette évolution : ces femmes ne voudront pas se lancer dans la formation envisagée. Lors des entretiens avec les conductrices, une autre réalité se dessine : de nombreuses conductrices ont par le passé fait du réglage et apprécié de le faire. Plusieurs seraient prêtes à suivre la formation envisagée, mais à la condition que cette formation et la nouvelle qualification soient cette fois reconnues. POINT DE VIGILANCE : DES INDICATEURS ET DES DONNÉES À CONSTRUIRE À PLUSIEURS Rassembler les expertises pour collecter les données Des données de nature très diverses, quantitatives ou qualitatives, peuvent être mobilisées à cette étape du diagnostic. Elles sont rarement centralisées et leur collecte nécessite la collaboration de plusieurs services ou instances représentatives du personnel. Par exemple, le CHSCT pour les données de santé au travail. Cette collecte nécessite aussi l implication de plusieurs expertises, dont celle qu ont les salariés sur leur propre travail et sur leur parcours, comme le montre l histoire des «parcours escamotés» dans la PMI. Un exemple caractéristique de cette collaboration est la construction d une nomenclature des emplois, au sens de métier exercé. Bien souvent dans les PME, le nombre d intitulés d emploi est très important : des emplois identiques portent des noms différents ; des intitulés identiques correspondent à des métiers différents. Ramener cet inventaire, qui est le produit de l histoire, à une liste d une dizaine d emplois s impose pour que les tableaux statistiques soient lisibles et que les croisements aient du sens (par exemple pour les comparaisons de salaires). Cela suppose d avoir une idée suffisamment précise du travail effectué. EXEMPLE 68 salariés, 27 intitulés d emploi dans un entrepôt Lors de la fabrication du RSC, la RRH d un entrepôt de logistique découvre qu il y a 27 intitulés d emploi pour un effectif de 68 salariés. Elle essaye dans un premier temps de regrouper ces emplois, pour se rendre compte très vite qu elle ne connaît pas suffisamment le travail qui se fait à l entrepôt et les évolutions qui ont conduit à adopter tel ou tel intitulé. Pour construire une nomenclature qui ait du sens, elle décide de pousser la porte de l entrepôt, d aller interroger les salariés et le responsable sur le travail qui s y fait. Cette démarche a permis de mettre en chantier la construction d une nomenclature d une dizaine de métiers. Mettre en débat la construction des indicateurs et l interprétation des données dans un cadre paritaire L étape de fabrication des données est un moment charnière du diagnostic. Elle est souvent l affaire d une expertise (celle des services RH) qui présente un document fini dont les autres acteurs à commencer par les partenaires sociaux vont avoir du mal à s emparer. Mettre en place dès ce stade un processus paritaire permet que cette appropriation ait lieu et que s enclenche une dynamique sociale sur la question. Ce processus met les services RH et les directions d entreprise dans une position a priori moins confortable que celle de l expertise, plus coûteuse en temps aussi. Mais il est un meilleur gage de la construction d un plan d action répondant aux enjeux de l entreprise, côté direction et salariés. L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES PAGE 13

16 L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES ÉTAPE 2 MENER L ENQUÊTE SUR LES INÉGALITÉS MAJEURES EN RAPPROCHANT LES DONNÉES La première étape a consisté à fabriquer des données sexuées sur les conditions de travail et d emploi, à établir des constats point par point. À cette occasion, des inégalités importantes ont pu apparaître, des questions sans réponse évidente ont commencé à se poser : comment ces inégalités se sont-elles produites, comment agir pour les supprimer? Pour répondre à ces questions, il faut mener l enquête. Il s agit ici de rapprocher certaines données. On en donne deux illustrations, l une sur la question des rémunérations qui fait souvent débat, l autre sur la santé au travail. ILLUSTRATION 1 : À QUOI SONT DUES LES INÉGALITÉS DE RÉMUNÉRATION OU DE CARRIÈRE? Les inégalités de rémunération ou de carrière peuvent être le produit de discriminations «pures» : toutes choses égales par ailleurs, on constate que les femmes et hommes ne sont pas payés à l identique ou n accèdent pas à la promotion de la même manière. Le problème est que la situation des femmes et des hommes est en général «toutes choses inégales par ailleurs» : femmes et hommes ne font pas le même travail, n ont pas les mêmes durées du travail, etc. Comment cerner le poids de ces différences de situation d emploi et de travail, de caractéristiques individuelles (l ancienneté, le diplôme, etc.)? Bref comment repérer les facteurs structurels des inégalités de rémunération et faire la part entre ces facteurs et les discriminations individuelles à situation identique? Sans réponses à ces questions, les inégalités se maintiendront et les enveloppes de rattrapage ont toute chance de se transformer en «tonneaux des Danaïdes». EXEMPLE Cette PMI de la plasturgie a utilisé un tableau de rapprochement de données pour expliquer les écarts de salaires entre femmes et hommes 8. On a extrait les données portant sur la catégorie des ouvriers. Dans cette catégorie, la rémunération des femmes est inférieure de 19 % à celle des hommes. 1 Catégories socio professionnelles 2 Sexe 3 Effectif total au 31/12 4 Ancienneté moyenne dans l entreprise au 31/12 5 Âge moyen au 31/12 6 Rémunération moyenne primes comprises 7 Durée moyenne d interruption OUVRIERS F H (7) Absences d une durée supérieure à 3 mois durant la carrière, à l exclusion du congé de maternité ou d adoption : congés parentaux, congés sabbatiques, congés sans solde, arrêts pour maladie ou accident du travail (en jours). Ce tableau permet de balayer les hypothèses susceptibles d expliquer cet écart de 19 % : Les différences de conditions d emploi ne peuvent pas être retenues. Les ouvriers sont tous en CDI : la nature du contrat ne joue donc pas et ne figure pas dans le tableau. Les rémunérations des ouvriers à temps partiel ont été rétablies sur la base d un temps complet pour annuler l effet de la quotité de travail. L absence d impact du temps partiel sur la rémunération des femmes a, par ailleurs, été vérifiée en comparant les taux de salaire horaire. Les différences de parcours, telles qu on les appréhende ici, ne peuvent pas non plus expliquer l écart : l âge et l ancienneté moyens des ouvrières sont plus élevés et ces dernières ont connu en moyenne moins d interruptions longues que les ouvriers. On a vérifié, par ailleurs, que les pyramides des âges et des anciennetés étaient comparables. Reste donc l hypothèse de la structure de qualification des ouvrières et des ouvriers. Pour la vérifier, il faut «ouvrir la boîte» de la catégorie «Ouvriers» et regarder la structure de classification : sur une échelle de coefficient de 120 à 210, deux ouvrières seulement dépassent le coefficient 145, les 2/3 étant au coefficient 138 ; 2/3 des ouvriers sont au-dessus du coefficient 145 et encore 1/4 au-dessus du coefficient Voir les tableaux de rapprochement des données pour analyser les écarts de rémunération et de carrière proposés dans : Rapport de situation comparée. Guide de réalisation, ministère des Droits des femmes (2008) document téléchargeable sur PAGE 14

17 BOÎTE À OUTILS GRH EN PME DOSSIER N 8 SUITE EXEMPLE Les écarts de rémunération à l intérieur de chaque coefficient étant inexistants dans cette entreprise, c est bien la faible qualification des ouvrières qui explique l écart de 19 %. L entreprise a prévu de mettre en place deux actions pour augmenter cette qualification : Une action liant mixité et parité : permettre aux ouvrières, cantonnées aux postes de conduite les moins bien classés, d accéder aux postes mieux classés de conducteurs-régleurs et de régleurs. Un parcours de formation interne a été formalisé pour les conducteurs, femmes et hommes. Une action de parité à moyen terme : réexaminer la classification des postes de conducteurs dont les compétences avaient augmenté les dernières années et qui étaient resté sousévaluées ; mener une étude ergonomique pour recenser et réduire les pénibilités de ces postes, considérés jusqu alors comme «faciles». L adoption de ces actions est passée par le repérage avec les salariés des freins et des facteurs favorables à leur mise en place. Elle est passée aussi par leur mise en débat au sein de la direction et du comité d entreprise, en essayant de «chausser les lunettes du genre». Certaines représentations ont été ainsi interrogées : celles sur l absence de savoir-faire ou de pénibilités du métier de conduite, le plus féminisé ; celles sur le manque d intérêt de toutes les femmes pour la mécanique ; ou encore celles sur leur manque d appétence pour la formation parce que leur vie serait ailleurs et seulement ailleurs. ILLUSTRATION 2 : LA SANTÉ AU TRAVAIL DES FEMMES ET DES HOMMES, REFLET DE LEURS CONDITIONS DE TRAVAIL ET D EMPLOI Les TMS (troubles musculo-squelettiques) affectant les femmes ont été longtemps interprétés comme le produit de leur constitution physique. Les femmes faisant des «travaux légers», le travail ne pouvait pas porter atteinte à leur santé. Les interventions d ergonomie accumulées ont permis de montrer que le «travail léger» pouvait peser lourd et occasionner des TMS. Lier les données sexuées de santé 9 avec celles sur l organisation du travail et des parcours est donc essentiel pour repérer et prévenir les risques professionnels et pour accroître l égalité professionnelle. Se poser les questions suivantes dans une entreprise peut y aider : Comment est réparti le travail entre les femmes et les hommes et à quelles pénibilités cela les expose-t-il? Les enquêtes de la Dares montrent que les femmes font plus souvent que les hommes un travail en relation avec le public, un travail morcelé ou isolé ou encore un travail répétitif avec des postures contraignantes (station debout ou travail permanent sur écran). Elles sont donc plus exposées aux TMS et au stress (voir l annexe p. 20). Quels sont les parcours des femmes et des hommes? En général, les femmes ont des carrières plus immobiles que les hommes ; elles sont donc exposées durablement aux mêmes pénibilités, ce qui accentue les phénomènes d usure professionnelle. femmes et les hommes? Compte tenu de la répartition sexuée des rôles familiaux, les femmes cumulent davantage que les hommes travail rémunéré et travail domestique et parental ; femmes et hommes ne seront donc pas affectés de la même manière par les mêmes contraintes d horaires de travail (travail de nuit, horaires décalés, etc.). Qui est concerné par le temps partiel et quel est l impact de cette forme d emploi sur les conditions de travail? Le passage à temps partiel choisi (le mercredi) ne s accompagne pas toujours d une réduction de la charge de travail. Les horaires du temps partiel subi sont souvent concentrés sur les pics d activité en soirée ou les week-end (restauration, commerce). Le temps partiel est donc loin d être forcément «bon pour les femmes». 9 Voir le tableau de bord «Santé au travail» proposé dans le guide pratique : La relation médecin du travail/entreprise, Boîte à outils GRH en PME Dossier n 7, Aravis, décembre 2012, p. 15. Document téléchargeable sur L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES PAGE 15

18 L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES ÉTAPE 3 SYNTHÉTISER LES DONNÉES POUR GAGNER EN LISIBILITÉ L objectif de cette étape 3 est de dresser un tableau d ensemble des inégalités professionnelles. On prend ici du recul par rapport à la vision détaillée de l étape 1 et à la focale mise sur les inégalités les plus criantes ou les plus stratégiques lors de l étape 2 les étapes 2 et 3 pouvant se mener en parallèle. Cette prise de recul passe par un travail de synthèse qui consiste à regrouper et à hiérarchiser les données sur les deux dimensions de la mixité et de la parité. CARACTÉRISER LE DEGRÉ DE MIXITÉ ET LE DEGRÉ DE PARITÉ Il s agit de ranger les données récoltées par famille d indicateurs. Le tableau suivant propose un modèle de regroupement que chaque entreprise peut adapter. Ce modèle peut servir à organiser le RSC (Rapport de Situation Comparée) par chapitre ; l ensemble des tableaux détaillés de données peut alors figurer en annexe pour ne retenir dans le corps du texte que les données principales (quelques tableaux, des graphiques, des indices). Modèle de regroupement des données sur l égalité professionnelle DEGRÉ DE : FAMILLES D INDICATEURS INDICATEURS SEXUÉS MIXITÉ PARITÉ L organisation du travail et de la production Les conditions de travail Le statut La qualité de l emploi La carrière La prévention des pénibilités externes socioprofessionnelle (CSP) CSP et métier coefficient et métier selon l ancienneté CSP et métier métier La synthèse qu offre ce regroupement permet de situer son entreprise en matière d égalité professionnelle, même quand il manque des données pour certains indicateurs, voire pour certains chapitres un des objectifs des plans d action pouvant être de les compléter. Elle permet aussi de mettre en débat dans un cadre paritaire les actions envisagées (quels enjeux et quelle pertinence ont-elles?) et de guider le bilan des actions menées. PAGE 16

19 BOÎTE À OUTILS GRH EN PME DOSSIER N 8 EXEMPLE Faible mixité et parité à géométrie variable dans une PMI Cette entreprise industrielle de moins de 200 salariés conçoit, fabrique et commercialise des équipements de pointe pour l industrie. Elle a une structure de qualification élevée : un peu moins de la moitié de l effectif est cadre, environ un quart est technicien. Elle connaît une croissance élevée et a, de ce fait, des besoins en recrutement relativement importants et qui vont s accroître dans les années à venir, compte tenu de la pyramide des âges et des départs à la retraite. Un des objectifs de la direction est de diversifier les filières et les profils de recrutement pour faire face à ces besoins, notamment en recrutant des femmes sur les postes technico-commerciaux et de production où elles sont très peu nombreuses. Cette faible féminisation est due pour une large part à la faible féminisation des formations scolaires recherchées à l embauche. Compte tenu de la répartition sexuée des rôles familiaux, elle peut aussi s expliquer par le caractère itinérant de certains postes commerciaux. Plusieurs éléments pourraient être, à l inverse, favorables à une plus forte mixité des postes : les horaires de travail variables en journée, y compris en production ; la pratique de mobilité interne de l entreprise, y compris entre les filières commerciale et de production. Travailler sur l égalité professionnelle est pour la direction un moyen de faire avancer cet enjeu de recrutement, en développant la mixité des métiers. Compte tenu des bonnes conditions générales de travail et d emploi, direction et représentants des salariés ont le sentiment qu il n y a pas d inégalités entre les femmes et les hommes. Le bilan sexué réalisé de manière paritaire en préalable à la négociation d un accord d égalité professionnelle est l occasion de s en assurer. En matière de mixité, ce bilan est sans surprise. Il confirme la très faible mixité des emplois et des services. Les femmes, qui représentent 20 % de l effectif, sont concentrées sur les fonctions «support» et sur les postes d employés. Il souligne l effort d ouverture des recrutements : les femmes représentant sur les trois dernières années 10 % des candidats sur les postes de «technique produit», mais 1/4 des recrutés. Il permet néanmoins de pointer la nécessité d aller regarder plus finement l organisation et les conditions de travail dans la perspective d intégrer des femmes dans l atelier de production et sur les postes technico-commerciaux. Le bilan en matière de parité montre une situation plus contrastée. En terme de statut, la parité est faible. Les femmes sont sous-représentées dans les catégories les plus qualifiées : elles représentent 20 % de l effectif, mais seulement 14 % des cadres et 5 % des techniciens. Là où les 3/4 des hommes sont cadres ou techniciens, ce n est le cas que de 40 % des femmes. De plus dans chaque catégorie où elles sont présentes, elles sont positionnées sur les coefficients les moins bien classés. Reflet de cette structure de qualification, leur rémunération est de 17 % inférieure à celle des hommes. Il y a par contre une bonne parité au niveau de la qualité de l emploi et des parcours. Par exemple, les taux d accès à la promotion et à la formation des femmes et des hommes ou leur vitesse de carrière sont à peu près identiques. Ce ne sont donc pas les parcours ou les conditions d emploi qui creusent les écarts de statut, mais bien la structure des métiers et des qualifications. Ce dernier constat a permis : de mettre en évidence que l objectif de mixité représentait aussi, outre l enjeu de recrutement de la direction, un enjeu pour les femmes : ouvrir l éventail des métiers qui leur sont accessibles, c est leur permettre d accéder davantage aux postes qualifiés de l entreprise. Il est donc venu confirmer la pertinence d actions sur la mixité et l importance de travailler sur les conditions de leur réussite (améliorer les conditions de travail en production et l organisation des horaires de travail sur les postes commerciaux, en particulier) d interroger les pratiques de classifications des postes occupés par les femmes. Cette interrogation a commencé dès l élaboration conjointe de la nomenclature des métiers qu il a fallu faire pour alimenter la base de données sexuées : comment regrouper la centaine d intitulés d emploi qui existait dans le fichier paye? En menant le travail, les membres du groupe paritaire technique qui conduisaient le diagnostic se sont rendu compte que certains emplois d assistantes, occupés par des femmes, avait le même degré de technicité et de responsabilité que ceux de techniciens commerciaux ou industriels, occupés par des hommes : ils ont donc décalé leur façon de se représenter le travail des assistantes, en mettant les «lunettes du genre». S est ainsi dégagée une piste d action «parité» qui n était pas prévue au départ par l entreprise : repositionner les emplois. Cet exemple montre la nécessité de mettre en regard mixité et parité : l éventail des emplois occupés par les femmes étant dans ce cas très étroit, quelles conséquences cela a-t-il pour elles en terme de parité? C est cette mise en relation systématique que propose l étape 4. L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES PAGE 17

20 L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES ÉTAPE 4 UTILISER LA BOUSSOLE DE L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE POUR ÉTABLIR LES PRIORITÉS D ACTION L étape 3 de synthèse sur les axes mixité et parité réalisée, il reste à croiser ces deux axes selon le schéma présenté page 9. Ce schéma peut servir de «boussole de l égalité» et avoir les trois usages propres à ce genre d instrument : se situer, choisir sa destination, trouver sa route. SE SITUER SUR LA BOUSSOLE MIXITÉ-PARITÉ La boussole permet d abord à une entreprise de se situer par rapport aux quatre régimes d (in)égalité professionnelle a priori identifiables et présentés page 9 : duquel de ces régimes l entreprise se rapproche-t-elle le plus? Compte tenu des données nationales (voir en annexe page 20), on peut s attendre à ce que les situations d entreprise les plus fréquentes soient proches des positions 3 et 4, mais chaque entreprise représente bien sûr un cas particulier. Par exemple : La PMI de plasturgie (pages 14-15) se situait nettement dans le cadran 3, alliant faible mixité et faible parité. La PMI d équipement industriel (page 17) est dans une position intermédiaire entre les cadrans 1 et 3, alliant une faible mixité à une relative parité. Mixité Parité + - Parité Mixité Se positionner sur ce schéma peut paraître difficile. Plus encore que dans l étape 3, il faut accepter ici de lâcher le souci du détail et de la précision statistique. La vision synthétique acquise lors de l étape 3 est justement là pour y aider. Il ne faut donc pas faire de ce positionnement un moment où s établirait une «vérité absolue», mais une étape supplémentaire de prise de recul pour aider à la décision : dans le choix des actions et des priorités d action CHOISIR SA DESTINATION Le positionnement d une entreprise sur la boussole permet ensuite d interroger et de mettre en débat la pertinence des actions envisagées. Vers où une entreprise souhaite-t-elle aller et en quoi telle action pourrait-elle le permettre? De la même manière, cela peut aider à mener le bilan des actions réalisées : celles-ci ont-elles permis de faire bouger les curseurs? Dans quel sens? Prenons l exemple fréquent d une entreprise qui se trouve dans le cadran 3 (faibles mixité et parité) et dont la direction souhaite, dans un contexte de difficultés de recrutement, accroître la mixité des métiers jusqu alors occupés surtout par des hommes (ou des femmes) : La direction prévoit généralement de recruter et de former des femmes (ou des hommes) et met en place des actions en ce sens. A-t-elle prévu d agir aussi sur les conditions d intégration durable dans les collectifs de travail : aménagement des postes de travail, prise en compte des contraintes de production (les objectifs de quantité, de qualité, de délai permettent-ils l intégration de nouveaux?), de l organisation du travail (celle-ci offre-t-elle des occasions de continuer à apprendre le métier?) ou encore de la culture de métier? Si tel n est pas le cas, l entreprise restera dans la position 3 : le métier est statistiquement mixte, mais la répartition des tâches ne l est pas et la mixité du travail n est qu apparente. Elle s est faite sans inversion du genre 10 : les femmes restent affectées à des tâches «pour les femmes» et les hommes à des tâches «pour les hommes». A-t-elle prévu par ailleurs d agir sur la parité dans les métiers rendus plus mixtes, en veillant à ce que les femmes qui s y trouvent accèdent autant que les hommes (ou l inverse) à la formation et à la promotion professionnelle ou hiérarchique? Si tel n est pas le cas, l entreprise passera du cadran 3 au cadran 4 du schéma et se trouvera dans une position de mixité inégalitaire. Si la politique de mixité de l entreprise s arrête aux actions de recrutement et de formation, comme c est souvent le cas, le bilan risque d être négatif pour l ensemble des acteurs, direction comprise : coûts d intégration dans les collectifs, pour les femmes comme pour les hommes ; coût du retrait ou des démissions possibles des femmes si la parité n est pas respectée. 10 Guichard-Claudic Y., Kergoat D., Vilbrod A. (2008). PAGE 18

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE PREAMBULE L égalité professionnelle doit être un axe fort de la politique des ressources humaines au sein

Plus en détail

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 Préambule Dans le prolongement de la loi du 9 mai 2001 relative

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) ACCORD DU 9 DÉCEMBRE

Plus en détail

Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise

Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise Des services qui changent la formation Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise fiches pratiques Sommaire 1/ Formation professionnelle et apprentissage 2/ Égalité professionnelle

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 21 novembre 2012 à 14 h 30 «Pénibilité. Transition emploi-retraite. Elaboration de cas-types pour les projections.» Document N 6 Document de travail,

Plus en détail

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux Des difficultés à investir le champ des conditions de travail L évolution du monde du travail montre la prégnance des conditions et de l organisation du travail dans le de nouveaux risques. Ces questions

Plus en détail

Photographie statistique des accidents de travail, des accidents de trajet et des maladies professionnelles en France selon le sexe entre 2001 et 2012

Photographie statistique des accidents de travail, des accidents de trajet et des maladies professionnelles en France selon le sexe entre 2001 et 2012 Photographie statistique des accidents de travail, des accidents de trajet et des maladies professionnelles en France selon le sexe entre 2001 et 2012 Des tendances d évolution différenciées pour les femmes

Plus en détail

ACCORD DU 15 DÉCEMBRE 2011

ACCORD DU 15 DÉCEMBRE 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3364 Convention collective nationale RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS IDCC : 2796.

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

un Plan d Action Séniors un accord ou d entreprise Construire TRANSPORT & LOGISTIQUE Avec la participation de

un Plan d Action Séniors un accord ou d entreprise Construire TRANSPORT & LOGISTIQUE Avec la participation de Construire un accord ou d entreprise un Plan d Action Séniors TRANSPORT & LOGISTIQUE Direction régionale du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle Avec la participation de La loi, les

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

UNE AMBITION TRIPARTITE POUR L EGALITE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS L ENTREPRISE

UNE AMBITION TRIPARTITE POUR L EGALITE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS L ENTREPRISE UNE AMBITION TRIPARTITE POUR L EGALITE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS L ENTREPRISE La grande conférence sociale a permis d établir une feuille de route ambitieuse, qui engage ensemble l Etat, les

Plus en détail

Les autres obligations :

Les autres obligations : COMITE D ENTREPRISE OBLIGATIONS liées à la CONSULTATION du COMITE D ENTREPRISE 2012 Les autres obligations : E g a l i t é p r o f e s s i o n n e l l e H a n d i c a p S é n i o r P é n i b i l i t é

Plus en détail

EGALITÉ PROFESSIONNELLE HOMME / FEMME. Rapport de situation comparée Guide de réalisation

EGALITÉ PROFESSIONNELLE HOMME / FEMME. Rapport de situation comparée Guide de réalisation EGALITÉ PROFESSIONNELLE HOMME / FEMME Rapport de situation comparée Guide de réalisation DICOM - août 2008 SOMMAIRE Présentation générale du guide.... 3 Le cadre légal du rapport de situation comparée...

Plus en détail

Analyse CFDT du BILAN SOCIAL 2013

Analyse CFDT du BILAN SOCIAL 2013 1 NOTE PRÉLIMINAIRE... 2 2 LE BILAN SOCIAL AU 31 DECEMBRE 2013... 3 2.1 EMPLOI... 3 2.2 RÉMUNÉRATIONS... 9 2.3 HYGIENE ET SÉCURITÉ... 13 2.4 AUTRES CONDITIONS DE TRAVAIL... 13 2.5 FORMATION... 14 2.6 RELATIONS

Plus en détail

PROCÈS-VERBAL DE DÉSACCORD DU 22 JANVIER 2013

PROCÈS-VERBAL DE DÉSACCORD DU 22 JANVIER 2013 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel CAISSE D ÉPARGNE PROCÈS-VERBAL DE DÉSACCORD DU 22 JANVIER 2013 RELATIF

Plus en détail

FICHE OBLIGATIONS LEGALES

FICHE OBLIGATIONS LEGALES FICHE OBLIGATIONS LEGALES L article 99 de la loi n 2010-1330 du 9 novembre 2 010 portant réforme des retraites a instauré, à compter du 1 er janvier 2012, pour les entreprises dont l effectif est au moins

Plus en détail

ĹÉGALITÉ PROFESSIONNELLE

ĹÉGALITÉ PROFESSIONNELLE JANVIER 2015 GUIDE D'APPUI À LA NÉGOCIATION ASSURER ĹÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES ASSURER ĹÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES GUIDE D'APPUI À LA NÉGOCIATION

Plus en détail

Pratique. Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Guide destiné aux entreprises

Pratique. Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Guide destiné aux entreprises UIDE Pratique Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes Guide destiné aux entreprises P GUIDE Pratique p.2 - Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes RÉAMBULE L égalité professionnelle

Plus en détail

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique Rapport 2014 Table des matières Le rapport 2014... 5 1. Différences salariales générales... 6 1.1 L écart salarial en salaires horaires et annuels...

Plus en détail

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement point de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement La conduite du changement est une dimension essentielle de tout grand projet de transformation des entreprises.

Plus en détail

ACCORD DISTRIBUTION CASINO FRANCE RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

ACCORD DISTRIBUTION CASINO FRANCE RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES ACCORD DISTRIBUTION CASINO FRANCE RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES La Direction de Distribution Casino France, représentée par M. Gérard MASSUS, Directeur des Ressources

Plus en détail

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 FM 14/08/14 Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 Article L1153-5 L employeur prend toutes dispositions nécessaires en vue de prévenir les faits de harcèlement sexuel, d

Plus en détail

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF SOMMAIRE PREAMBULE P. 4 DISPOSITIONS GENERALES : I. Généralités P. 05 I.1. Définition de la classification P. 05 I.2. Relation classification emploi P. 05 I.3.

Plus en détail

I Des indicateurs figurant dans le rapport de situation comparée

I Des indicateurs figurant dans le rapport de situation comparée 1/13 Dans le cadre des dispositions issues du code du travail, il est établi une synthèse du plan d actions. I Des indicateurs figurant dans le rapport de situation comparée Salaires annuels moyens de

Plus en détail

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE)

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) Point réglementation N 1 Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) (anciennement TOS, exerçant dans les lycées et collèges) Mis à jour en septembre

Plus en détail

LE SCHÉMA DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES Adapter la GRH aux projets de développement de votre entreprise et à l évolution de son environnement

LE SCHÉMA DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES Adapter la GRH aux projets de développement de votre entreprise et à l évolution de son environnement BOÎTE À OUTILS GRH EN PME DOSSIER N 2 LE SCHÉMA DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES Adapter la GRH aux projets de développement de votre entreprise et à l évolution de son environnement Financée par le Conseil

Plus en détail

Fiche obligation légales. Entreprises de 50 à 299 salariés. Etat du droit après la promulgation de la loi du 4 août 2014

Fiche obligation légales. Entreprises de 50 à 299 salariés. Etat du droit après la promulgation de la loi du 4 août 2014 Fiche obligation légales Entreprises de 50 à 299 salariés Etat du droit après la promulgation de la loi du 4 août 2014 pour l égalité réelle entre les femmes et les hommes Pour rendre plus effective l

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération FICHE TECHNIQUE Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération SOMMAIRE : I) LES ACCORDS ET PLANS D ACTION EN FAVEUR DES SALARIES

Plus en détail

LA NEGOCIATION COLLECTIVE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LES ENTREPRISES DE 50 à 300 SALARIES en 2012 et 2013

LA NEGOCIATION COLLECTIVE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LES ENTREPRISES DE 50 à 300 SALARIES en 2012 et 2013 LA NEGOCIATION COLLECTIVE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LES ENTREPRISES DE 50 à 300 SALARIES en 2012 et 2013 Rapport du Conseil supérieur de l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Plus en détail

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter Formation Gestion des Ressources Humaines M2S formation Découvrir les techniques de base pour recruter Décrire les fonctions et les emplois Définir un dispositif de formation Formation de tuteur La Gestion

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

LA NEGOCIATION COLLECTIVE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LES ENTREPRISES DE 50 à 300 SALARIES en2012 et 2013

LA NEGOCIATION COLLECTIVE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LES ENTREPRISES DE 50 à 300 SALARIES en2012 et 2013 LA NEGOCIATION COLLECTIVE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LES ENTREPRISES DE 50 à 300 SALARIES en2012 et 2013 Rapport du Conseil supérieur de l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle

Réforme de la formation professionnelle MEDEF Social mars 2015 Réforme de la formation professionnelle Compétitivité Mobilité Employabilité Edito En 2030, près de 30 % de nos métiers auront évolué. Pour relever ce défi, la formation des femmes

Plus en détail

LE NOUVEL ESPACE STATUTAIRE DE LA CATEGORIE B. Mode d emploi Questions/réponses

LE NOUVEL ESPACE STATUTAIRE DE LA CATEGORIE B. Mode d emploi Questions/réponses LE NOUVEL ESPACE STATUTAIRE DE LA CATEGORIE B Mode d emploi Questions/réponses 01 Dans quel cadre le nouvel espace statutaire de la réforme de la catégorie B a-t-il été créé? Cette réforme traduit l engagement

Plus en détail

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2009 à 9h30 «Les régimes de la Fonction publique et les autres régimes spéciaux : le point sur les réformes récentes» Document N 10 Document

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL Plan : Introduction I.- Le Dialogue Social européen et son cadre La négociation européenne : - pour l entreprise - pour les partenaires sociaux Les

Plus en détail

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL LES OBLIGATIONS VIS-À-VIS DU CE OU DES DP LES S SUR LES ORIENTATIONS Pour les délégués du personnel Toutes les ETT ayant atteint un effectif d au moins 11 salariés pendant 12 mois, consécutifs ou non,

Plus en détail

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES Mise en place de démarches d appui conseil «gestion des âges» dans le cadre du contrat de génération CADRAGE Cet appel à propositions a pour objet l identification

Plus en détail

Présentation UNIFAF / Réforme de la Formation Professionnelle Continue / Les dispositifs UNIFAF

Présentation UNIFAF / Réforme de la Formation Professionnelle Continue / Les dispositifs UNIFAF Réunion d information UDAF du Gard 23 mars 2015 Présentation UNIFAF / Réforme de la Formation Professionnelle Continue / Les dispositifs UNIFAF Créée : MAJ : 24/06/2014 19/03/15 Sommaire 1 : UNIFAF 2 :

Plus en détail

Accord Cohésion Sociale

Accord Cohésion Sociale Accord Cohésion Sociale Entre l Unité Economique et Sociale MACIF, représentée par Monsieur Roger ISELI, Directeur Général de la MUTUELLE ASSURANCE DES COMMERCANTS ET INDUSTRIELS DE FRANCE, Société d'assurance

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

Prévenir et gérer l absentéisme

Prévenir et gérer l absentéisme Prévenir et gérer l absentéisme Maroussia Krawec ARACT Ile de France UNION EUROPEENNE Fonds social Le réseau ANACT ARACT(s) ANACT + 26 ARACT L ARACT Île-de-France est une association paritaire avec : Une

Plus en détail

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation...

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation... Le Guide Pratique du SOCIAL chef d entreprise Délégués du Personnel Faut il faire une visite d embauche? Droit Quel contrat pour mon salarié? Entreprise La journée de solidarité, c est quand? Obligation...

Plus en détail

Recruter et intégrer des seniors

Recruter et intégrer des seniors Recruter et intégrer des seniors Fiche 5 Enjeux Le recrutement de seniors correspond à des enjeux spécifiques pour les entreprises, que cette action relève d une politique affichée de lutte contre les

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

c) une réunion des salariés est organisée à chaque séminaire / congrès depuis 1999, sauf à la Réunion.

c) une réunion des salariés est organisée à chaque séminaire / congrès depuis 1999, sauf à la Réunion. Présentation synthétique d un miroir social du réseau des CEN 26 novembre 2012 Note rédigée par les représentants nationaux du personnel (RNP) pour la CA de la Fédération du 15 décembre 2012 Objectifs

Plus en détail

Elaborer des Tableaux de Bord Ressources Humaines

Elaborer des Tableaux de Bord Ressources Humaines Elaborer des Tableaux de Bord Ressources Humaines Pré-requis à la mise en place d un tableau de bord des ressources humaines Le recueil de données a été le point de départ du diagnostic quantitatif des

Plus en détail

COMPTE EPARGNE-TEMPS. En application du décret n 2002-634 du 29 avril 2002 portant création du CET dans la fonction publique de l Etat 1/11

COMPTE EPARGNE-TEMPS. En application du décret n 2002-634 du 29 avril 2002 portant création du CET dans la fonction publique de l Etat 1/11 COMPTE EPARGNE-TEMPS En application du décret n 2002-634 du 29 avril 2002 portant création du CET dans la fonction publique de l Etat 1/11 PRESENTATION GENERALE DU DISPOSITIF SOMMAIRE I. CADRE GENERAL

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3300 Convention collective nationale IDCC : 2128. MUTUALITÉ ACCORD DU 15 OCTOBRE

Plus en détail

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ÉDITION 2014 Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux OUTILS DE LA GRH 1/ La présente annexe propose une

Plus en détail

La loi n 2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques

La loi n 2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques NEWSLETTER SOCIALE S E P T E M B R E 2 0 1 5 L actualité en matière sociale a été riche au cours de la période estivale avec notamment la publication le 6 août dernier de la loi pour la croissance, l activité

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale et solidaire

Les salariés de l économie sociale et solidaire L'Économie sociale et solidaire Les salariés de l économie sociale et solidaire L'EMPLOI SALARIÉ L ESS, un employeur déterminant de l économie régionale 20 Relative précarité de l emploi dans l ESS 22

Plus en détail

Le diagnostic territorial emploi formation: propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie

Le diagnostic territorial emploi formation: propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie : propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie Les ateliers régionaux de l orientation tout au long de la vie Amiens, le 23 novembre 2010 Sommaire Le diagnostic territorial, de quoi parle-t-on?

Plus en détail

Les projets d investissement en PME

Les projets d investissement en PME Le point sur Les projets d investissement en PME Concilier performance économique et conditions de travail L investissement reste un moment clé du développement d une entreprise. C est l occasion de repenser

Plus en détail

Crise, transmission, concurrence L entreprise face à ses mutations

Crise, transmission, concurrence L entreprise face à ses mutations 11ème Université Interprofessionnelle Mercredi 25 septembre 2013 Espace Tête d Or - Villeurbanne Crise, transmission, concurrence L entreprise face à ses mutations Atelier n 1 Audit social et diagnostic

Plus en détail

La réforme : une opportunité pour la fonction formation

La réforme : une opportunité pour la fonction formation Nombreux sont les articles concernant la réforme de la formation professionnelle. Grâce à ses experts qui récoltent l information législative et réglementaire à sa source, Demos fait un tour d horizon

Plus en détail

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des La piste des métiers Focus sur les métiers administratifs et comptables L es métiers administratifs et comptables représentent environ 20% des emplois de Poitou-Charentes. Ils ne forment pas pour autant

Plus en détail

Accord sur l égalité professionnelles entre les femmes et les hommes

Accord sur l égalité professionnelles entre les femmes et les hommes Accord sur l égalité professionnelles entre les femmes et les hommes PREAMBULE Dans le but de concrétiser les dispositions légales visant à instaurer l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes,

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT PRÉAMBULE Conscientes de la nécessité technique, économique ou sociale de faire travailler certains salariés, hommes ou femmes, la nuit, pour pourvoir

Plus en détail

AVENANT A L ACCORD SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE

AVENANT A L ACCORD SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE AVENANT A L ACCORD SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE ENTRE : La FPI (Fédération des Promoteurs Immobiliers de France), représentée par son Président ET : La Fédération CFTC - CSFV, représentée par La Fédération

Plus en détail

Gestion de Développement des Ressources Humaines

Gestion de Développement des Ressources Humaines Gestion de Développement des Ressources Humaines DE LA FONCTION PERSONNEL A LA FONCTION RESSOURCES HUMAINES : EVOLUTION HISTORIQUE Pour assurer sa fonction de production, l'entreprise utilise des facteurs

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 27/12/2013 Envoi des offres : aurelie.huby@midi-pyrenees.cci.fr Le

Plus en détail

1 Comment organiser son année civile du point de vue social/rh?

1 Comment organiser son année civile du point de vue social/rh? 1 Comment organiser son année civile du point de vue social/rh? «Le social et la RH, vont encore me compliquer la vie» «On ne sait jamais ce qui va nous tomber dessus, il y a toujours quelque chose que

Plus en détail

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice.

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice. Délégation interministérielle à la Famille ENQUÊTE SALARIÉS Baromètre de l Observatoire de la parentalité en entreprise, en partenariat avec la Délégation interministérielle à la famille et l Union nationale

Plus en détail

Présentation de lʼoutil Diagnostic Egalité sur le logiciel Excel!

Présentation de lʼoutil Diagnostic Egalité sur le logiciel Excel! Présentation de lʼoutil Diagnostic Egalité sur le logiciel Excel! Une aide à la réalisation! du diagnostic de situation comparée! femme-homme! sur www.ega-pro.fr! Objectifs de lʼoutil Diagnostic Egalité

Plus en détail

Projet partenarial - 1 er volet "Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante"

Projet partenarial - 1 er volet Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante Projet partenarial - 1 er volet "Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante" Projet partenarial, piloté par l'arpe, en co-réalisation avec l'orm -observatoire

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses Décembre 2012 N 093 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Salaires conventionnels et salaires effectifs : une corrélation variable selon

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU 28 FÉVRIER 2014 RELATIF AU TEMPS

Plus en détail

Foire aux questions. 1. Comment savoir quels ajustements s appliquent aux trois fonctions suivantes :

Foire aux questions. 1. Comment savoir quels ajustements s appliquent aux trois fonctions suivantes : Foire aux questions Mise à jour le 5 janvier 2011 Liste des questions 1. Comment savoir quels ajustements s appliquent aux trois fonctions suivantes : Technicien / Technicienne en coordination du travail

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

Sommaire détaillé 9 AR

Sommaire détaillé 9 AR Sommaire détaillé 1 CONTRÔLE DU TRAVAIL... 1.001 A - Ouverture d un établissement industriel et commercial... 1.101 1 - Déclaration nominative préalable à l embauche... 1.102 2 - Registre du commerce -

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Présentation Date limite de remise des candidatures : Le 04/02/2014 CCI Franche-Comté. Appel à candidatures référencement

Plus en détail

CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. IDCC : 218. ORGANISMES DE SÉCURITÉ SOCIALE (8 février 1957) ACCORD DU 21 MARS 2011

CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. IDCC : 218. ORGANISMES DE SÉCURITÉ SOCIALE (8 février 1957) ACCORD DU 21 MARS 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 218. ORGANISMES DE SÉCURITÉ SOCIALE (8 février 1957) ACCORD DU 21 MARS 2011 RELATIF À LA

Plus en détail

FICHE 4 TOUT CE QUI CHANGE EN MATIERE D INFORMATION- CONSULTATION DU CE

FICHE 4 TOUT CE QUI CHANGE EN MATIERE D INFORMATION- CONSULTATION DU CE FICHE 4 TOUT CE QUI CHANGE EN MATIERE D INFORMATION- CONSULTATION DU CE 1. Les délais de consultation du CE Sur le principe, rien ne change, en pratique, toute votre vie d élu CE va être bouleversée et

Plus en détail

Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi?

Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi? Emploi 3 Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi? François Brunet* Inévitablement les générations nombreuses du baby-boom nées entre 1946 et 1973 s approchent de l âge légal

Plus en détail

BULLETIN QUESTIONS-RÉPONSES PROGRAMME D ÉQUITÉ SALARIALE

BULLETIN QUESTIONS-RÉPONSES PROGRAMME D ÉQUITÉ SALARIALE BULLETIN QUESTIONS-RÉPONSES PROGRAMME D ÉQUITÉ SALARIALE La Ville de Montréal et le Syndicat des fonctionnaires municipaux de Montréal (SCFP) LE 9 FÉVRIER 2011 Dans le cadre du deuxième affichage faisant

Plus en détail

ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES

ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES

Plus en détail

TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES (TMS)

TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES (TMS) Repères Les troubles musculo-squelettiques (TMS) rassemblent un ensemble large de pathologies qui affectent les muscles, les tendons et les nerfs des membres supérieurs et inférieurs au niveau du poignet,

Plus en détail

Table des matières. Partie I RH pour l entreprise

Table des matières. Partie I RH pour l entreprise Table des matières Biographies des auteurs... III Tables des Focus et des Exemples.... XIX Introduction (à la 4 e édition).... XXV Partie I RH pour l entreprise Chapitre 1 Gérer les ressources humaines....

Plus en détail

Base de données. économiques. et sociales. vigilance, exigences. et conquêtes. élus et mandatés. guide pratique

Base de données. économiques. et sociales. vigilance, exigences. et conquêtes. élus et mandatés. guide pratique Base de données économiques et sociales vigilance, exigences et conquêtes guide pratique élus et mandatés L article 8 de la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 a introduit un nouveau dispositif

Plus en détail

Sommaire. Recruter et intégrer des seniors

Sommaire. Recruter et intégrer des seniors Fiche 5 Bonnes pratiques des entreprises en matière de maintien et de retour en activité professionnelle des seniors. Guide pour l action Recruter et intégrer des seniors Recruter des seniors, c est d

Plus en détail

Fiche de Fonction. Assistant(e) Ressources Humaines. Finalité de la fonction

Fiche de Fonction. Assistant(e) Ressources Humaines. Finalité de la fonction Fiche de Fonction Assistant(e) Ressources Humaines Version : 1 Service : R.H. Date : 2014 Pages : 4 Service Ressources Humaines Fonction du responsable Responsable Ressources Humaines hiérarchique Lieu

Plus en détail

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B)

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B) Ministère de la santé et des solidarités Ministère délégué à la sécurité sociale, aux personnes âgées, aux personnes handicapées et à la famille Document de travail 29 mars 2006 DIRECTION DE LA SECURITE

Plus en détail

LE CONTRAT DE TRAVAIL

LE CONTRAT DE TRAVAIL LE CONTRAT DE TRAVAIL 1.).DEFINITION ET INTERET DU CONTRAT DE TRAVAIL Qu est qu un contrat de travail? Un contrat de travail est un accord par lequel une personne (le salarié) s engage à travailler pour

Plus en détail

Mobilisation en faveur de l emploi des seniors

Mobilisation en faveur de l emploi des seniors Mobilisation en faveur de l emploi des seniors Mesures retenues par le Gouvernement à l issue de la concertation avec les partenaires sociaux dans le cadre du rendez-vous 2008 sur les retraites Dès la

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045

LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045 LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045 GRANDE DIFFUSION Réf Classement 1;010;04 Montreuil, le 12/08/2015 12/08/2015 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE SOUS DIRECTION REGLEMENTATION

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES IDCC : 438. ÉCHELONS INTERMÉDIAIRES DES SERVICES EXTÉRIEURS DE PRODUCTION DES SOCIÉTÉS D

Plus en détail

Les ressources humaines

Les ressources humaines Avec une masse salariale s élevant à 4,3 milliards d euros en 2003, le secteur de l assurance est une «industrie de main-d œuvre» qui offre un produit en grande partie immatériel : la couverture d un risque.

Plus en détail

Sage Suite RH Optez pour une gestion optimisée de votre paie et de vos RH

Sage Suite RH Optez pour une gestion optimisée de votre paie et de vos RH Fiche produit Sage Suite RH Optez pour une gestion optimisée de votre paie et de vos RH Les données conjoncturelles ont modifié la donne sur le marché «Paie et RH». Les besoins des Directions des Ressources

Plus en détail

Les obligations sociales des employeurs

Les obligations sociales des employeurs Animateur : Benoît BOUMARD Réunion information 28 Mars 2013 Les obligations sociales des employeurs Les formalités incontournables de l embauche Le formalisme des contrats particuliers Les obligations

Plus en détail

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés.

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés. ACCORD NATIONAL DU 3 MARS 2006 PORTANT AVENANT A L ACCORD NATIONAL DU 28 JUILLET 1998 MODIFIE SUR L ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LA METALLURGIE, A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES INGENIEURS ET CADRES

Plus en détail

Les pratiques de gestion des ressources humaines et de formation

Les pratiques de gestion des ressources humaines et de formation Observatoire de l emploi, des métiers et des compétences de la fonction publique territoriale Les pratiques de gestion des ressources humaines et de formation Décembre 2010 Rapport sur la mise en œuvre

Plus en détail

Les journées de rencontre CNPTP CCN 66 Points clefs Lille, le 14 novembre 2012

Les journées de rencontre CNPTP CCN 66 Points clefs Lille, le 14 novembre 2012 Les journées de rencontre CNPTP CCN 66 Points clefs Lille, le 14 novembre 2012 Lille, le 14 novembre 2012 La CNPTP en bref Ouverture par Jacky Desdoigts, Président de la CNPTP. Les mutations et les risques

Plus en détail

NOTE D INFORMATION COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T)

NOTE D INFORMATION COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T) NOTE D INFORMATION CV Réf. : II-6-1-14 Pôle des services 1 er avril 2011 Tel : 05 63 60 16 66 1-3 Temps de travail Mail : services@cdg81.fr COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T) Décret n 2004-878 du 26 août 2004

Plus en détail

Principes de gestion et leadership. Kaoutar Mdarhri Alaoui Chef de division de l observatoire de l emploi public MFPMA

Principes de gestion et leadership. Kaoutar Mdarhri Alaoui Chef de division de l observatoire de l emploi public MFPMA Principes de gestion et leadership Kaoutar Mdarhri Alaoui Chef de division de l observatoire de l emploi public MFPMA Sommaire Expérience du MFPMA en matière d institutionnalisation de l égalité entre

Plus en détail

innovation sociale en rhône-alpes BOÎTE À OUTILS GRH EN PME DOSSIER N 3 RECONNAÎTRE VOS SALARIÉS GUIDE PRATIQUE

innovation sociale en rhône-alpes BOÎTE À OUTILS GRH EN PME DOSSIER N 3 RECONNAÎTRE VOS SALARIÉS GUIDE PRATIQUE innovation sociale en rhône-alpes BOÎTE À OUTILS GRH EN PME DOSSIER N 3 RECONNAÎTRE VOS SALARIÉS GUIDE PRATIQUE DÉCEMBRE 2006 BOÎTE À OUTILS BOÎTE À OUTILS GRH EN PME DOSSIER N 3 METTRE EN PLACE UN SYSTÈME

Plus en détail