Le point de vue de l UNSA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le point de vue de l UNSA"

Transcription

1 Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise depuis la loi de cohésion sociale du 18 janvier Si la négociation triennale ne s impose qu aux entreprises et groupes d au moins 300 salariés, soit à peu près entreprises, les PME et leurs salariés ont tout intérêt à anticiper les évolutions. L UNSA est favorable au principe de cette négociation mais considère que le lien introduit par la loi entre la GPEC et le plan de sauvegarde de l emploi (PSE) est une erreur qui ne contribue pas à favoriser la dynamique de cette négociation et la confiance entre les acteurs dans l entreprise. L anticipation des évolutions dans l entreprise participe à préparer, suffisamment en amont, les nécessaires adaptations et à limiter, pour les salariés, les impacts des mutations lorsqu elles sont inévitables. Pour toutes ces raisons, l UNSA doit être partie prenante de la négociation sur la GPEC. C est une réelle opportunité pour les salariés d avoir une visibilité sur leurs possibilités de carrière et sur l avenir de leurs emplois. Connaître la politique et la stratégie de l entreprise est nécessaire et incontournable pour des bases saines de négociation et un minimum de confiance entre toutes les parties prenantes. La GPEC est un outil indispensable pour envisager une réelle sécurisation des parcours professionnels des salariés. L enjeu est de taille. Il s agit de prévoir l évolution des emplois pour y adapter les compétences et les savoirs, de prévenir les mobilités, de sécuriser les transitions professionnelles et, par là même, de développer l emploi. La GPEC concerne l organisation du travail, le contenu des emplois, les conditions de travail, les compétences, les qualifications, les classifications, les mobilités et la rémunération.

2 Cette gestion prévisionnelle donne tout son sens à la construction du plan de formation de l entreprise qui doit favoriser les parcours professionnels et promotionnels. Pour l UNSA, la simple consultation des instances représentatives du personnel ne suffit pas. Il faut se servir de la négociation GPEC pour faire émerger les besoins en compétences et, en conséquence, décliner les actions de bilans, de formation, de VAE Les travaux des observatoires de branches doivent contribuer à anticiper l évolution des métiers. Mais, c est dans l entreprise, à partir de la GPEC, et dans les territoires, en s appuyant sur les travaux de prospective que l on donnera de la visibilité aux salariés, tant sur le marché interne que sur le marché externe. La GPEC conduit à traiter des aspects collectifs de la relation de travail : prospective des métiers, des emplois et des compétences, mais aussi le côté individuel de l ajustement entre les besoins et les ressources humaines. La négociation doit donc dégager les orientations et les moyens permettant à chaque salarié d être acteur de son parcours professionnel. La négociation sur la GPEC doit traiter des questions d organisation, de contenu des emplois, de qualifications, de mobilités. Mais elle doit aussi décliner les questions relatives aux évolutions individuelles des salariés au travers des entretiens professionnels, de l accès à la formation, de la validation des acquis et de la reconnaissance des compétences. Cette visibilité négociée dans le cadre de la GPEC, est inséparable de la notion de salarié acteur de son parcours professionnel, particulièrement pour les plus éloignés de la formation. Cette négociation sur la GPEC nécessite un dialogue social responsable, facteur d efficacité économique et de progrès social. Le syndicalisme réformiste pratiqué par les militants de l UNSA a la volonté d y contribuer.

3 Fiche conseil n 1 La négociation de la GPEC : que dit la loi? La loi du 18 janvier 2005 dispose : «Dans les entreprises et les groupes d entreprises, au sens de l article L du code du travail, de trois cents salariés et plus, ainsi que dans les entreprises et groupes d entreprises de dimension communautaire au sens des articles L et L du code du travail comportant au moins un établissement ou une entreprise de cent cinquante salariés en France, l employeur engage tous les trois ans une négociation portant sur : 1. Les modalités d information et de consultation du comité d entreprise sur la stratégie de l entreprise ainsi que ses effets prévisibles sur l emploi et sur les salaires ; 2. La mise en place d un dispositif de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, sur laquelle le comité d entreprise est informé, ainsi que sur les mesures d accompagnement susceptibles de lui être associées, en particulier en matière de formation, de validation des acquis de l expérience, de bilan de compétences ainsi que d accompagnement de la mobilité professionnelle et géographique des salariés.» Article L du code du travail 1 La GPEC, une obligation nouvelle? En réalité pas du tout. Seule l obligation de négocier et le cadre de la négociation sont nouveaux mais cette gestion existe en fait depuis les années 70 et a pris beaucoup d ampleur dans les années 80. Deux dates sont importantes : 1. ANI du 10 février 1969 (Prévision en matière d emploi, formation et anticipation sont déjà au programme) 2. Loi du 2 août 1989 où la notion de gestion prévisionnelle de l emploi, orientée vers la prévention des licenciements économiques prend déjà toute sa dimension. Certaines obligations existent alors à l égard du comité qui doit être informé et consulté sur l évolution de l emploi et des qualifications dans l entreprise. Le comité est informé et consulté sur les prévisions annuelles et pluriannuelles et les actions de prévention et de formation que l employeur compte mettre en œuvre au regard notamment des conséquences économiques ou technologiques de l évolution. Article L du code du travail (ancien article L ) Dans les années 90, la gestion prévisionnelle de l emploi se voit adjoindre le terme de compétence. La gestion des compétences est devenue une obligation légale du chef d entreprise. La GPEC s avère déjà primordiale et incontournable. Adaptation du salarié à l évolution de son emploi : une obligation pour l employeur «Le licenciement pour motif économique d un salarié ne peut intervenir que lorsque tous les efforts de formation et d adaptation ont été réalisés et que le reclassement de l intéressé ne peut être opéré dans l entreprise ou dans les entreprises du groupe auquel l entreprise appartient ( )» Article L du code du travail (ancien article L )

4 10 fiches conseils pour bégocier négocier la GPEC «L employeur assure l adaptation des salariés à leur poste de travail. Il veille au maintien de leur capacité à occuper un emploi, au regard notamment de l évolution des emplois, des technologies et des organisations. Il peut proposer des formations qui participent au développement des compétences, ainsi qu à la lutte contre l illettrisme.» Article L du code du travail (ancien article L 930-1) 2. Les nouvelles obligations issues de la loi Dans quelles entreprises? Dans les entreprises ou groupes employant au moins 300 salariés. Entreprises de dimension communautaire au sens de l article L du code du travail. Au moins un établissement ou une entreprise de 150 salariés en France (1000 salariés dans les états membres de l union européenne). Si un accord de groupe est conclu, les entreprises comprises dans le périmètre de l accord de groupe sont réputées avoir satisfait aux obligations. Thèmes obligatoires Modalités d information et de consultation du CE sur la stratégie de l entreprise La négociation triennale doit porter sur la GPEC mais également sur les modalités d information et de consultation du comité sur la stratégie de l entreprise et ses effets prévisibles sur l emploi et les salaires. Article L du code du travail Mise en place d un dispositif de GPEC. La négociation doit comporter deux volets : la mise en place du dispositif GPEC et la mise en place de mesures d accompagnement susceptibles de lui être associées, notamment en matière de formation, de validation des acquis de l expérience, de bilan de compétence. Emploi et formation des salariés âgés. Il s agit de négocier sur la mise en place d outils de maintien dans l emploi et de seconde partie de carrière Thèmes facultatifs Mise en place d un accord de méthode. Qualification des emplois menacés par les évolutions économiques ou technologiques. Article R du code du travail Dispositions relatives au congé de mobilité. 3. Quand négocie-t-on? La première négociation devait être engagée avant le 20 janvier 2008, soit trois ans après la promulgation de la loi. Depuis cette date, les organisations syndicales sont en mesure d imposer l ouverture des négociations, si cela n a pas été le cas. Cette négociation se déroulera tous les trois ans. Article L du code du travail Où trouver les textes réglementaires :

5 Fiche conseil n 2 Les enjeux de la GPEC La GPEC permet de répondre à un certain nombre d enjeux, tant pour les salariés que pour l entreprise : développer une visibilité de l impact des évolutions technologiques, démographiques et économiques sur les métiers (en développement, en tension, sensibles) et les compétences associées ; favoriser une logique de dialogue social et de consensus à froid, pour une gestion préventive des compétences et des mobilités nécessaires ; développer une gestion de tous les âges, en prenant aussi bien en compte l intégration des jeunes que la perspective de carrière des seniors ; rechercher les ajustements à moyen et long terme, en articulant les différents outils de la construction des parcours, de la mobilité et de la formation ; associer les acteurs des branches et des territoires pour assurer les transitions et les progressions professionnelles ainsi que les mobilités réussies. Pour les salariés, la GPEC doit contribuer à plus de visibilité sur leurs parcours professionnels afin de satisfaire leurs aspirations, avec pour enjeux : le développement professionnel (trajectoire et projet ) ; la sécurisation et l employabilité dans et hors de l entreprise ; la visibilité des mutations industrielles, technologiques et des évolutions des métiers ; la reconnaissance promotionnelle aux différents âges de la vie professionnelle ; l utilisation de leurs droits, notamment en matière de formation. Pour l entreprise, la GPEC doit être perçue comme une opportunité pour appréhender au mieux les enjeux : économiques (sauvegarde de la compétitivité ) ; de professionnalisation (adaptation des compétences, reconversion ) ; démographiques dans un contexte d allongement de la vie professionnelle (transmission des compétences, maintien dans l emploi, seconde partie de carrière, recrutement, fidélisation ) ; de visibilité des métiers et des emplois concernés par les évolutions démographiques, en tenant compte de la pénibilité, des pertes de compétences et du maintien dans l emploi des seniors ; technologiques (intégration des nouveaux outils ) ; sociaux et environnementaux (responsabilité sociale, entreprises durables).

6

7 Fiche conseil n 3 Une typologie des accords de GPEC Bien que la loi sur la GPEC soit récente, il existe déjà de nombreuses approches de la GPEC. Il ne faut bien sûr pas tomber dans la caricature, un accord de GPEC étant, au final, un compromis entre plusieurs approches. Nous constatons cependant des partis pris très différents. Nous utiliserons ici une distinction en 4 parties : GPEC à froid, GPEC à chaud, logique assurantielle, logique pionnière. 1. GPEC à froid Nous qualifions de GPEC «à froid», l approche de la GPEC consistant à appréhender des problèmes qui n apparaissent pas encore. Il s agit du vrai sens de la GPEC. Les partenaires sociaux tentent d anticiper des problèmes à venir, de se projeter. La GPEC à froid est a priori ce qui devrait se faire, elle n est cependant pas si répandue. 2. GPEC à chaud La GPEC «à chaud» consiste à traiter par le moyen de la GPEC une problématique relativement urgente pour l entreprise. Il peut s agir d un problème structurel qui se pose déjà (gestion des âges par exemple). Le plus souvent, il s agit cependant de traiter une question de sureffectif. Dans ce cas, la GPEC se transforme en un PSE (Plan de Sauvegarde de l Emploi) ce qui n est pas acceptable. 3. Logique assurantielle Nous avons constaté que de nombreux accords n avaient pour ambition que de répondre aux obligations légales. Cela peut sembler être une lapalissade, il s agit cependant d une constatation à approfondir. La GPEC n oblige qu à négocier. Elle a cependant été associée à une obligation pour l entreprise qui pourrait l empêcher de procéder à des licenciements collectifs. Dans ce cadre, beaucoup d entreprises ont mis en place des accords de GPEC «light». Tous les thèmes y sont repris mais en surface. Sur le fond, il n y a pas de réelle gestion prévisionnelle mais, sur la forme, l entreprise a rempli son obligation. Un tel accord de GPEC pose la question de l efficacité. Sans bonnes intentions au départ, à quoi sert la négociation?

8 4. Logique pionnière Certaines entreprises ont choisi une voie diamétralement opposée. Elles ont utilisé la loi sur la GPEC pour répondre à une question réelle de l entreprise en innovant par rapport aux pratiques courantes. Il s agit souvent d entreprises ayant devancé l obligation légale (accords signés avant 2008) et ayant mis en place des mécanismes sophistiqués : commissions d information stratégique, référentiels de compétences, reconnaissance des métiers La question qui se pose est souvent celle de l efficacité. Au-delà des bonnes intentions, l accord de GPEC est-il efficace? 5. GPEC et PSE Dans le cas où la GPEC a pour objectif principal de réduire les effectifs, les négociateurs sont face à un dilemme : faut-il accepter la négociation et donc programmer la réduction des effectifs? faut-il refuser d entrer dans ce jeu? Il n existe pas de réponse idéale. Les négociateurs doivent cependant se poser deux questions : quelle est la situation réelle de l entreprise et le degré d urgence? quelles dispositions permettront de protéger au mieux les intêrets des salariés? Les salariés seront d autant plus protégés que les délais sont longs et les dispositifs consistants. A ce titre, l articulation bilan de compétence puis congé de mobilité peut être la voie la plus efficace. Il s agit là de GPEC, pas de PSE

9 Fiche conseil n 4 Les acteurs de la GPEC Comment renforcer le poids de négociation des salariés? 1. Qui sont les partenaires de la négociation? La négociation d un accord GPEC obéit aux règles de droit commun de la négociation collective. Lorsque la négociation a lieu au niveau de l entreprise, elle suppose l existence d un délégué syndical au moins. La loi répartit clairement les rôles. La GPEC relève de la négociation collective d entreprise (ou de groupe). Elle est donc du ressort des organisations syndicales. Par ailleurs, l accord de GPEC définit les modalités d information du comité d entreprise et doit faire l objet d une information/ consultation auprès de ce même comité. Ainsi, le comité d entreprise doit être consulté sur toute question intéressant l organisation, la gestion et la marche générale de l entreprise, et sur toute mesure de nature à affecter ses modalités de fonctionnement. 2. Liaison avec le comité d entreprise L information et la consultation du comité d entreprise sur le projet d accord n est pas une simple formalité Le comité émettra des observations qui pourront être prises en compte par les organisations syndicales. Il ne faut pas oublier que c est au sein du comité d entreprise que les informations économiques sont les plus pertinentes. Rappelons que le comité peut se faire assister d un expert comptable pour différentes missions et que la stratégie de l entreprise, si elle n est pas entièrement révélée par l employeur, pourra être dévoilée par une expertise pertinente. Les informations que le comité détient et les observations de l expert pourront permettre aux négociateurs directs (les délégués syndicaux) de mieux cerner certains éléments prévisionnels et ainsi mieux comprendre les tenants et aboutissants de la négociation. La négociation sur la GPEC impacte également le plan de formation de l entreprise et le comité reste étroitement lié à la mise en œuvre du plan de formation Il est donc essentiel, dans la négociation comme dans le suivi, que les organisations syndicales puisent les informations nécessaires auprès de la commission formation lorsqu elle existe (obligatoire dans les entreprises de 200 salariés et plus).

10 3. Comment s y prendre? Il est nécessaire d articuler les rôles du comité et des organisations syndicales. L objectif n est pas de transformer le CE en négociateur mais d enrichir le contenu des négociations. Plusieurs voies possibles : partir d un diagnostic partagé. Le CE est à même, au travers des expertises (libres, examen annuel des comptes, comptes prévisionnels ) de participer à l élaboration du cadre de la GPEC. Il serait donc bénéfique de mettre en place un processus d information/participation au début des négociations ; informer le CE tout au long de la négociation ; mettre en place un groupe restreint au niveau du comité pour suivre les négociations. 4. Conclusion Il est important pour une négociation efficace de partir sur des informations économiques fiables et une stratégie à peu près identifiée. Le comité d entreprise est l interlocuteur principal de l employeur au niveau économique. De nombreuses obligations pèsent sur l entreprise en matière d information; et plus important encore, le comité d entreprise peut s adjoindre les services d un expert de son choix pour analyser les comptes chaque année Il est donc bien évident que certaines informations détenues par les représentants du personnel pourront être très utiles à la négociation.

11 Fiche conseil n 5 Travailler sur les vrais enjeux de l entreprise Sans le «pourquoi», le «comment» devient superflu La GPEC est une négociation profondément stratégique puisqu elle concerne l anticipation au niveau de l emploi des décisions stratégiques prises par l entreprise. 1. Problématique Stratégie de l entreprise Adaptation des ressources L expérience montre que la stratégie de l entreprise est rarement clairement définie dans la négociation. Les entreprises se replient souvent derrière la difficulté, voire même l impossibilité de mettre au point une stratégie pluriannuelle. Or, si l on ne discute pas du «pourquoi», le «comment» a très peu de sens. Les données actuelles montrent que, malheureusement, peu d accords de GPEC se révèlent réellement stratégiques. 2. Comment agir La négociation doit avant tout définir clairement les enjeux de la GPEC. L entreprise doit faire connaitre sa stratégie. Si la communication de cette stratégie est défaillante, le CE ou les négociateurs peuvent, par l intermédiaire de questions posées à l employeur, cerner les réels enjeux de la négociation. Le fait de poser les questions peut permettre : d acter les conditions de départ de la négociation (cela se rapproche finalement d un cahier des charges). Il sera au final possible aux négociateurs de déterminer si l accord de GPEC répond correctement aux enjeux. Sinon ils pourront le contester particulièrement en mettant en avant le manque de moyen (voir fiche 7) ; d orienter la négociation vers les vrais enjeux de l entreprise et les besoins des salariés. Les questions et les réponses faites par l employeur doivent figurer sur un procès verbal officiel du comité d entreprise. Elles peuvent être utilisées par la suite (contestation de l accord ou demande de renégociation).

12 3. Grille d analyse de la stratégie Il appartient aux négociateurs de bien décrypter la stratégie de l entreprise. Cette stratégie peut se détecter par les différentes réponses aux questions : Les prix La stratégie de l entreprise est-elle basée sur? Les coûts (baisser les coûts vis-à-vis de la concurrence), standardisation Différenciation : stratégie qualité Les produits La stratégie de l entreprise vise-t-elle? La spécialisation sur un type de produit ou de service La diversification sur plusieurs segments de marché Les ressources (humaines et techniques) : L entreprise va-t-elle privilégier? Les ressources internes ; Les ressources externes (externalisation de certaines fonctions) Le mode de développement L entreprise va-t-elle choisir? La croissance interne (sur ses propres emplois et investissements) La croissance externe (rachat de concurrents ou partenariats) 4. Les questions à poser dès le départ (négociation d un nouvel accord ou évaluation d un accord existant) En gardant en tête les orientations stratégiques vues dans la partie précédente, les négociateurs doivent poser des questions visant les points suivants : La stratégie de l entreprise : Axes de développement à trois / cinq ans Quel est le cœur de métier? Quel est le positionnement sur le marché (va-t-il changer)? Comment fonctionne la concurrence? Quels sont les résultats de l entreprise? Résultats économiques et financiers Analyse des forces et faiblesses de l entreprise dans les grandes fonctions et secteurs : recherche et développement, organisation, marketing, commercial, production, ressources humaines, finances. Quels sont les besoins d évolution de ces différentes fonctions?

13 Impact sur les métiers : Va-t-il falloir adapter l organisation? Existe-t-il des nouvelles technologies à développer? Quelles sont les compétences clés à favoriser? Existe-t-il un défi spécifique pour les salariés de plus de 45 ans (conditions de travail ou formation)? Plan de GPEC : Rapprochement avec les valeurs, la culture de l entreprise Schéma d organisation à moyen terme Identification des métiers sensibles et stratégiques Analyse du besoin de GPEC qualitative Analyse du besoin de GPEC quantitative 5. Le mode de développement choisi par l entreprise Impact limité sur l emploi maintien des compétences clés possibles restructurations liées à la croissance externe mobilité professionnelle et géographique Internalisation Augmentation des ressources l entreprise a besoin d augmenter son emploi interne possibilité de gérer les carrières et le recrutement risques d externalisation Croissance externe Croissance interne Danger pour l emploi réduction d emploi besoin de nouveaux métiers liés à l organisation Externalisation Stratégie contradictoire perte de compétences rapport entre interne et externe La GPEC se fonde sur la stratégie de l entreprise. Cette stratégie est ici représentée de façon caricaturale pour permettre de s orienter. Il est bien clair que les stratégies d externalisation sont complexes en termes de GPEC. Elles orientent dans deux directions : - réduction d emploi pour les activités externalisées ; - besoin de compétences pour les activités centrales.

ACCORD DU 14 NOVEMBRE 2008

ACCORD DU 14 NOVEMBRE 2008 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord national interprofessionnel GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES

Plus en détail

Aide à la négociation d un accord de GPEC

Aide à la négociation d un accord de GPEC Aide à la négociation d un accord de GPEC Novembre 2007 1 A l approche de l échéance de janvier 2008, qui pose l obligation pour les entreprises d ouvrir les négociations sur la gestion prévisionnelle

Plus en détail

Table Ronde GPEC. La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences. une négociation au service de la sécurisation des parcours professionnels

Table Ronde GPEC. La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences. une négociation au service de la sécurisation des parcours professionnels Table Ronde GPEC La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences une négociation au service de la sécurisation des parcours professionnels GPEC 1 Notions de compétence et d emploi Compétence :

Plus en détail

PROPOSITION DE CONTENU D UN ACCORD GPEC EN VUE DE SA NEGOCIATION

PROPOSITION DE CONTENU D UN ACCORD GPEC EN VUE DE SA NEGOCIATION PROPOSITION DE CONTENU D UN ACCORD GPEC EN VUE DE SA NEGOCIATION SOMMAIRE Préambule... 2 1.2 Définition (réf Wikipédia)... 2 2 La démarche GPEC... 3 2.1 Phase de diagnostic... 3 2.2.1 Observatoire des

Plus en détail

Générations. Anticipation de l Évolution des Carrières Professionnelles. Des Repères pour l Action. Toutes les

Générations. Anticipation de l Évolution des Carrières Professionnelles. Des Repères pour l Action. Toutes les Toutes les Générations www.toutes-les-generations-en-entreprise.com Direction Départementale du Travail, de l Emploi et de la Formation Professionnelle du Val d Oise PLAN ÉGALITÉ ACCÈS À L EMPLOI ET DANS

Plus en détail

Pacte de responsabilité

Pacte de responsabilité Le 5 mars 2014 Pacte de responsabilité Relevé de conclusions des réunions paritaires du 28 février et du 5 mars 2014 La situation économique et sociale de notre pays est marquée par une forte ambivalence.

Plus en détail

PRESENTATION DE LA GPEC AU SEIN DU GROUPE CARREFOUR

PRESENTATION DE LA GPEC AU SEIN DU GROUPE CARREFOUR PRESENTATION DE LA GPEC AU SEIN DU GROUPE CARREFOUR Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences Eurocommerce 15-09-2009 Sommaire Le contexte en France et pour le groupe Carrefour Présentation

Plus en détail

L Entretien professionnel

L Entretien professionnel L Entretien professionnel Sommaire 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle 2. Comment

Plus en détail

Bilan de la mise en œuvre de l obligation de négocier sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences

Bilan de la mise en œuvre de l obligation de négocier sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences Bilan de la mise en œuvre de l obligation de négocier sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences Bilan de l année 2008 -- Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle

Plus en détail

Les fondements d une GPEC

Les fondements d une GPEC Les fondements d une GPEC 4 décembre 2013 Page 1 Les fondements d une GPEC La partie de l'image avec l'id de relation rid2 n'a pas été trouvé dans le fichier. La partie de l'image avec l'id de relation

Plus en détail

ACCORD NATIONAL RELATIF A LA GESTION PREVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPETENCES (GPEC) DANS LA METALLURGIE UIMM 26-07

ACCORD NATIONAL RELATIF A LA GESTION PREVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPETENCES (GPEC) DANS LA METALLURGIE UIMM 26-07 21 septembre 2010 Période d essai, indemnité de licenciement, indemnité départ à la retraite,, dialogue social, DIF et chômage partiel, harcèlement moral ACCORD NATIONAL RELATIF A LA GESTION PREVISIONNELLE

Plus en détail

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Le 11 février 2013, l'avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi transposant les dispositions de l'accord national interprofessionnel

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Les mobilités professionnelles

Les mobilités professionnelles L Accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 Pour un nouveau modèle économique et social au service de la compétitivité des entreprises et de la sécurisation de l emploi et des parcours professionnels

Plus en détail

La GPEC au regard de la formation

La GPEC au regard de la formation La GPEC au regard de la formation note aux étudiants : ce support ne constitue qu un complément au cours assuré, pour aller plus loin cf. bibliographie Support construit sur base de l ouvrage «GPEC», éd.

Plus en détail

MOBILISER LES RESSOURCES MOBILISER LES RESSOURCES HUMAINES

MOBILISER LES RESSOURCES MOBILISER LES RESSOURCES HUMAINES C15 STRATEGIE & GESTION DES RESSOURCES HUMAINES MOBILISER LES RESSOURCES MOBILISER LES RESSOURCES HUMAINES I. LA DIMENSION STRATÉGIQUE DES RESSOURCES HUMAINES A. La gestion stratégique des ressources humaines

Plus en détail

LES C L É S DE L ENTRETIEN P R O FES SIO NNE L ENJ E U X E T MIS E E N ŒUVR E

LES C L É S DE L ENTRETIEN P R O FES SIO NNE L ENJ E U X E T MIS E E N ŒUVR E LES C L É S DE L ENTRETIEN P R O FES SIO NNE L ENJ E U X E T MIS E E N ŒUVR E Collection Entreprise SOMMAIRE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL EN QUESTIONS L ENTRETIEN PROFESSIONNEL EN QUESTIONS Vous n avez pas

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 27/12/2013 Envoi des offres : aurelie.huby@midi-pyrenees.cci.fr Le

Plus en détail

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES Mise en place de démarches d appui conseil «gestion des âges» dans le cadre du contrat de génération CADRAGE Cet appel à propositions a pour objet l identification

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 3 ème partie : La procédure du licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 3 ème partie : La procédure du licenciement pour motif économique Mieux connaître le licenciement économique 3 ème partie : La procédure du licenciement pour motif économique Concernant le licenciement économique de salariés protégés, il faut nécessairement articuler

Plus en détail

Pacte social pour les industries de la métallurgie

Pacte social pour les industries de la métallurgie Paris le, 22 mai 2014 Contact : Dominique Gillier, Secrétaire général FGMM-CFDT 01 56 41 50 70 Pacte social pour les industries de la métallurgie Dans le cadre des engagements des branches pour la mise

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE DU 15 JUILLET 2009 RELATIF A LA GESTION PREVISIONNELLE DE L EMPLOI ET DES COMPETENCES PREAMBULE GENERAL : Dans le contexte en profonde

Plus en détail

Restructurations et prévention des risques psychosociaux : enjeux de santé au travail. Maître Ariane QUARANTA 15/03/2013

Restructurations et prévention des risques psychosociaux : enjeux de santé au travail. Maître Ariane QUARANTA 15/03/2013 Restructurations et prévention des risques psychosociaux : enjeux de santé au travail Maître Ariane QUARANTA 15/03/2013 1 PLAN Propos introductifs I.Les modalités de la restructuration des entreprises

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

Ministère du travail (22 janvier 2013)

Ministère du travail (22 janvier 2013) Ministère du travail (22 janvier 2013) Les apports de l accord sur la sécurisation de l emploi Conformément aux engagements de la feuille de route sociale de juillet et en réponse au document d orientation

Plus en détail

PREAMBULE. Cet accord renforce la mise en place d un ENTRETIEN DE SECONDE PARTIE DE CARRIERE (article 5.22).

PREAMBULE. Cet accord renforce la mise en place d un ENTRETIEN DE SECONDE PARTIE DE CARRIERE (article 5.22). GUIDE PRATIQUE DU COLLABORATEUR L entretien de 2 nde partie de carrière SOMMAIRE PREAMBULE... 3 1. ENJEU ET OBJECTIFS DE L'ENTRETIEN... 4 2. CONTENU DE L ENTRETIEN DE 2 NDE PARTIE DE CARRIERE... 4 3. MODALITES

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3300 Convention collective nationale IDCC : 2128. MUTUALITÉ ACCORD DU 15 OCTOBRE

Plus en détail

Les fondamentaux des Ressources Humaines

Les fondamentaux des Ressources Humaines Les fondamentaux des Ressources Humaines Référence GRH-01 JOUR 1 Les grands principes de la fonction RH Acquérir une vision globale de la gestion des ressources humaines dans l'entreprise. Maîtriser les

Plus en détail

ACCORD CADRE RELATIF A LA GESTION PREVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPETENCES ET A LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE

ACCORD CADRE RELATIF A LA GESTION PREVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPETENCES ET A LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE ACCORD CADRE RELATIF A LA GESTION PREVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPETENCES ET A LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE PREAMBULE GENERAL Par cet accord-cadre, les partenaires sociaux souhaitent permettre

Plus en détail

Démarche Compétences - JY LE ROUX

Démarche Compétences - JY LE ROUX 1 Pratiques RH Pratiques de Présélection Résultat chez les employés Résultat dans l entreprise Avantage compétitif Planification Analyse de poste Pratiques de Sélection Recrutement Sélection Pratiques

Plus en détail

Entretien professionnel Guide pratique. Employeurs. + métiers de l événement. + études + conseil. ingénierie + numérique

Entretien professionnel Guide pratique. Employeurs. + métiers de l événement. + études + conseil. ingénierie + numérique Entretien professionnel Guide pratique Employeurs ingénierie + numérique + études + conseil + métiers de l événement ingénierie + numérique + études + conseil + métiers de l événement De quoi s agit-il?

Plus en détail

un Plan d Action Séniors un accord ou d entreprise Construire TRANSPORT & LOGISTIQUE Avec la participation de

un Plan d Action Séniors un accord ou d entreprise Construire TRANSPORT & LOGISTIQUE Avec la participation de Construire un accord ou d entreprise un Plan d Action Séniors TRANSPORT & LOGISTIQUE Direction régionale du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle Avec la participation de La loi, les

Plus en détail

La GPEC : Une opportunité en temps de crise

La GPEC : Une opportunité en temps de crise La GPEC : Une opportunité en temps de crise Présentation issue de l atelier Campus merlane du 28/03/2013 Petit historique Un effet de mode Une connotation PSE Une volonté d exhaustivité des outils Un exercice

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3110 Convention collective nationale IDCC : 2247. ENTREPRISES DE COURTAGE D ASSURANCES

Plus en détail

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC «Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» «La sécurité, c est la capacité de réagir à toute éventualité» Horemis Paris : 19 rue du Général Foy 75008 Paris - Tel: 33 (1) 55 06 01 51

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3110 Convention collective nationale IDCC : 2247. ENTREPRISES DE COURTAGE D ASSURANCES

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3125 Convention collective nationale IDCC : 1586. INDUSTRIES CHARCUTIÈRES (Salaisons, charcuteries,

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT APPUI CONSEIL «GESTION DES AGES» dans le cadre du Contrat de génération Le présent

Plus en détail

Syndicat National de Banque et du crédit. sécurisation de l'emploi. Mobilités interne et externe

Syndicat National de Banque et du crédit. sécurisation de l'emploi. Mobilités interne et externe Syndicat National de Banque et du crédit sécurisation de l'emploi Mobilités interne et externe fiche technique 2 ANI du 11 Janvier 2013 Loi n 2013-504 du 14 juin 2013 Journal Officiel du 16 Juin 2013 Des

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

Information et consultation du CCE/CE sur le projet d'accord sur les parcours d'évolution professionnelle

Information et consultation du CCE/CE sur le projet d'accord sur les parcours d'évolution professionnelle Information et consultation du CCE/CE sur le projet d'accord sur les parcours d'évolution professionnelle au sein du Groupe Carrefour (Accord de Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences) et

Plus en détail

«Pratique de la GPEC dans les entreprises»

«Pratique de la GPEC dans les entreprises» «Pratique de la GPEC dans les entreprises» Etat des lieux Etude réalisée par En partenariat avec Avril 2009 www.cerclerh.com Sommaire 1- Introduction 2- Méthodologie 3- Signalétique 4- Pratiques de la

Plus en détail

Actions régionales expérimentales d accompagnement des mutations économiques pour les territoires, les filières ou les entreprises en Bretagne.

Actions régionales expérimentales d accompagnement des mutations économiques pour les territoires, les filières ou les entreprises en Bretagne. Actions régionales expérimentales d accompagnement des mutations économiques pour les territoires, les filières ou les entreprises en Bretagne. Préambule : L accompagnement des mutations économiques est

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE PREAMBULE L égalité professionnelle doit être un axe fort de la politique des ressources humaines au sein

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 2120. BANQUE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 2120. BANQUE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3161 Convention collective nationale IDCC : 2120. BANQUE ACCORD DU 3 NOVEMBRE 2011 RELATIF À LA GESTION PRÉVISIONNELLE

Plus en détail

Programme de formations. (année 2014)

Programme de formations. (année 2014) Programme de formations (année 2014) LBBa, prestataire de formation professionnelle Prestataire de formation professionnelle, enregistré comme tel auprès de l administration, le cabinet LBBa, composé d

Plus en détail

FICHE OBLIGATIONS LEGALES

FICHE OBLIGATIONS LEGALES FICHE OBLIGATIONS LEGALES L article 99 de la loi n 2010-1330 du 9 novembre 2 010 portant réforme des retraites a instauré, à compter du 1 er janvier 2012, pour les entreprises dont l effectif est au moins

Plus en détail

Spécialiste des ressources humaines opérationnel

Spécialiste des ressources humaines opérationnel Spécialiste des ressources humaines opérationnel Coparlead est un cabinet spécialisé dans le management opérationnel en RH à disposition des entreprises pour imaginer, mettre en œuvre et agir, au quotidien

Plus en détail

Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode

Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur L Outplacement Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode d emploi pratique et opérationnel sur l Outplacement

Plus en détail

Maintenir des seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action

Maintenir des seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action Maintenir des seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action Enjeux Fiche 1 À partir du 1 er janvier 2010, les entreprises et les établissements employant au moins 50 salariés risquent

Plus en détail

ORIENTATIONS POLITIQUES STRATEGIE DE RENFORCEMENT DES RESSOURCES HUMAINES : MIEUX ANTICIPER ET GERER LE CHANGEMENT 8 octobre 2013

ORIENTATIONS POLITIQUES STRATEGIE DE RENFORCEMENT DES RESSOURCES HUMAINES : MIEUX ANTICIPER ET GERER LE CHANGEMENT 8 octobre 2013 Introduction : ORIENTATIONS POLITIQUES STRATEGIE DE RENFORCEMENT DES RESSOURCES HUMAINES : MIEUX ANTICIPER ET GERER LE CHANGEMENT 8 octobre 2013 1. Dans sa réponse au Livre vert de la Commission européenne

Plus en détail

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Consultant-Formateur Elu local Une question bien embarrassante! Parce qu elle renvoie à la capacité d une organisation

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

Parcours Dyn@mique RH. Réunion thématique du 8 juin 2010. La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences

Parcours Dyn@mique RH. Réunion thématique du 8 juin 2010. La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences Parcours Dyn@mique RH Réunion thématique du 8 juin 2010 La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences Sommaire Définition Les enjeux La démarche En pratique: comment identifier les fonctions

Plus en détail

Les missions. des experts. au service des comités d entreprise et des CHSCT. Version actualisée de la L.S.E

Les missions. des experts. au service des comités d entreprise et des CHSCT. Version actualisée de la L.S.E Les missions des experts Version actualisée de la L.S.E Juin 2014 Nos agréments et certifications Ordre des experts-comptables : nous sommes inscrits à l ordre des experts-comptables. : nous sommes agréés

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 17 MAI 2010 RELATIF À LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES (GPEC) DANS LA MÉTALLURGIE

ACCORD NATIONAL DU 17 MAI 2010 RELATIF À LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES (GPEC) DANS LA MÉTALLURGIE ACCORD NATIONAL DU 17 MAI 2010 RELATIF À LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES (GPEC) DANS LA MÉTALLURGIE Les signataires ont convenu ce qui suit : PRÉAMBULE 2010.30.01.E.530.U - ADASE

Plus en détail

GESTION PREVISIONNELLE DE L EMPLOI ET DES COMPETENCES

GESTION PREVISIONNELLE DE L EMPLOI ET DES COMPETENCES METAUX COMITE DE COORDINATION DES SYNDICATS FORCE OUVRIERE GESTION PREVISIONNELLE DE L EMPLOI ET DES COMPETENCES GPEC : historique et actualités Les principes de la GPEC se sont développés en situation

Plus en détail

Un droit pour le Comité d Entreprise de recourir à l expert comptable

Un droit pour le Comité d Entreprise de recourir à l expert comptable Examiner à la loupe la situation économique, sociale et financière de l entreprise Un droit pour le Comité d Entreprise de recourir à l expert comptable 50 rue Tudelle 45100 ORLEANS Tel : 06 71 23 21 33

Plus en détail

Développer le potentiel de vos équipes

Développer le potentiel de vos équipes Développer le potentiel de vos équipes Notre mission : vous accompagner vers la réussite de vos objectifs Alter Ego RH vous aide à anticiper, développer et valoriser vos relations avec vos salariés et

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel».

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Compte Rendu Café RH Dauphine du vendredi 7 février 2014 «L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Ce compte rendu vise à

Plus en détail

Le vieillissement des salariés : faux problème ou problème mal posé?

Le vieillissement des salariés : faux problème ou problème mal posé? Auteures : Colette FRANCIOSI : Sonia HACQUEMAND : c.franciosi@groupe-alpha.com s.hacquemand@groupe-alpha.com Le vieillissement des salariés : faux problème ou problème mal posé? Résultats d enquêtes auprès

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Présentation Date limite de remise des candidatures : Le 04/02/2014 CCI Franche-Comté. Appel à candidatures référencement

Plus en détail

. Syndicat National de l Entreprise Crédit Agricole (S.N.E.C.A. - C.G.C.) représenté par M.

. Syndicat National de l Entreprise Crédit Agricole (S.N.E.C.A. - C.G.C.) représenté par M. ACCORD DU 30 MAI 2012 PORTANT SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES TOUT AU LONG DE LA VIE PROFESSIONNELLE DANS LES CAISSES REGIONALES DE CREDIT AGRICOLE ET LES ORGANISMES ADHERANT A LA CONVENTION COLLECTIVE

Plus en détail

Mieux guider les entreprises dans la gestion de leurs ressources en intervenant en amont des restructurations et des phases de mutations

Mieux guider les entreprises dans la gestion de leurs ressources en intervenant en amont des restructurations et des phases de mutations nos métiers Optimisation des Politiques RH Améliorer la performance de l entreprise par l optimisation des Ressources Humaines Accompagnement des réorganisations Mieux guider les entreprises dans la gestion

Plus en détail

Les projets d investissement en PME

Les projets d investissement en PME Le point sur Les projets d investissement en PME Concilier performance économique et conditions de travail L investissement reste un moment clé du développement d une entreprise. C est l occasion de repenser

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique Mieux connaître le licenciement économique 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique I. L obligation préalable d adaptation et de reclassement «Le licenciement pour motif économique

Plus en détail

Plan d actions «Gérer la crise C est. anticiper la reprise»

Plan d actions «Gérer la crise C est. anticiper la reprise» Plan d actions «Gérer la crise C est anticiper la reprise» 1 Préambule La décélération de l activité économique observée en 2008 s est approfondie en 2009, les principaux indicateurs sont au rouge. Chômage

Plus en détail

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter Formation Gestion des Ressources Humaines M2S formation Découvrir les techniques de base pour recruter Décrire les fonctions et les emplois Définir un dispositif de formation Formation de tuteur La Gestion

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015 PREFET DE LA REGION MIDI-PYRENEES DOCUMENT D ORIENTATION Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des formations professionnelles 2011-2015 Direction régionale des entreprises,

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération FICHE TECHNIQUE Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération SOMMAIRE : I) LES ACCORDS ET PLANS D ACTION EN FAVEUR DES SALARIES

Plus en détail

Feuille de route régionale pour la promotion de la GPECT

Feuille de route régionale pour la promotion de la GPECT Feuille de route régionale pour la promotion de la GPECT ************ Introduction : Pourquoi cette feuille de route régionale? La promotion et le développement des démarches de GPECT se trouvent au cœur

Plus en détail

MIEUX ANTICIPER ET GÉRER LE CHANGEMENT

MIEUX ANTICIPER ET GÉRER LE CHANGEMENT EUPAE AISBL / European Public Administration Employers TUNED Trade Union s National and European Delegation ORIENTATIONS POLITIQUES STRATÉGIES DE RENFORCEMENT DES RESSOURCES HUMAINES MIEUX ANTICIPER ET

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations ITHAQUE Conseil en Relations Sociales Catalogue des Formations 2006 Sarl au capital de 15 000 euros 67 Rue Saint Jacques Paris Vème SOMMAIRE p.6 Représentants du personnel Formation Délégués du Personnel

Plus en détail

Accord relatif à la formation professionnelle tout au long de la vie dans les industries chimiques

Accord relatif à la formation professionnelle tout au long de la vie dans les industries chimiques Accord relatif à la formation professionnelle tout au long de la vie dans les industries chimiques 1 Le présent accord a pour objet de mettre en œuvre, dans la branche des industries chimiques, les dispositions

Plus en détail

L Expert Comptable et le Juriste : outils et moyens du Comité d Entreprise. Paris, Février 2015

L Expert Comptable et le Juriste : outils et moyens du Comité d Entreprise. Paris, Février 2015 L Expert Comptable et le Juriste : outils et moyens du Comité d Entreprise Paris, Février 2015 Intro : quelques repères En 1982, le gouvernement au pouvoir souhaite pousser les entreprises à donner de

Plus en détail

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Version 2 Fiche n 8 en entreprise Quelques éléments de contexte L objectif de simplification de la loi Rebsamen passait aussi par une rationalisation

Plus en détail

Pratique. Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Guide destiné aux entreprises

Pratique. Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Guide destiné aux entreprises UIDE Pratique Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes Guide destiné aux entreprises P GUIDE Pratique p.2 - Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes RÉAMBULE L égalité professionnelle

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

FICHES PRATIQUES CONTRAT DE GÉNÉRATION RÉUSSIR LE BINÔME SENIOR/JEUNE

FICHES PRATIQUES CONTRAT DE GÉNÉRATION RÉUSSIR LE BINÔME SENIOR/JEUNE FICHES PRATIQUES CONTRAT DE GÉNÉRATION RÉUSSIR LE BINÔME SENIOR/JEUNE LE CONTRAT DE GÉNÉRATION POURSUIT TROIS OBJECTIFS INDISSOCIABLES : l intégration durable des jeunes en entreprise, le maintien dans

Plus en détail

Cycle Diplômant en Ressources Humaines. Contenu du programme

Cycle Diplômant en Ressources Humaines. Contenu du programme Cycle Diplômant en Ressources Humaines «Management Spécialisé en R.H.» Contenu du programme Objectifs du programme : Cette formation a pour objet de préparer les participants à l ensemble des outils de

Plus en détail

Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences

Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences La GPEC est en lien avec les politiques de rémunération et de gestion des carrières. Stratégie entreprise Changements technologiques Inventaire effectifs

Plus en détail

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse Les Nouvelles Prérogatives des IRP Synthèse Renforcement de l information et de la consultation des RP sur les orientations stratégiques de l entreprise. Délais de consultation des RP encadrés, en contrepartie.

Plus en détail

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2009 à 9h30 «Les régimes de la Fonction publique et les autres régimes spéciaux : le point sur les réformes récentes» Document N 10 Document

Plus en détail

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche I - Un historique du modèle de la compétence II - Les enjeux de la GPEC III - Une démarche reliant stratégie/compétences/organisation

Plus en détail

ACCORD GROUPE SUR LA GESTION PREVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPETENCES PREAMBULE

ACCORD GROUPE SUR LA GESTION PREVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPETENCES PREAMBULE ACCORD GROUPE SUR LA GESTION PREVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPETENCES PREAMBULE Les parties signataires du présent accord visent à définir au niveau du groupe Crédit Agricole S.A. (France) (*) une

Plus en détail

à l ICR Janvier 2009

à l ICR Janvier 2009 Politique sociale à l ICR Janvier 2009 Une politique s inscrivant dans la continuité Un PDE depuis 2005 Un projet social depuis 2006 Une tradition de négociation collective 3 accords d entreprise signés

Plus en détail

Négocier la classification des emplois, pourquoi faire?

Négocier la classification des emplois, pourquoi faire? Négocier la classification des emplois, pourquoi faire? Date de création du document : Direction du Travail et de l Emploi de Nouvelle-Calédonie Immeuble Gallieni - 12 Rue de Verdun BP - 141-98 845 Nouméa

Plus en détail

PROGRAMME A LA CARTE. MODULES DE PERFECTIONNEMENT en RESSOURCES HUMAINES

PROGRAMME A LA CARTE. MODULES DE PERFECTIONNEMENT en RESSOURCES HUMAINES PROGRAMME A LA CARTE MODULES DE PERFECTIONNEMENT en UNE INDIVIDUALISATION DES PARCOURS DE FORMATION Les modules de perfectionnement de CAPITOLIS permettent à une personne qui exerce ou va exercer des responsabilités

Plus en détail

Analyse de 40 accords de GPEC Volet 1: Préambules et enjeux

Analyse de 40 accords de GPEC Volet 1: Préambules et enjeux Analyse de 40 accords de GPEC Volet 1: Préambules et enjeux ANACT, Département Compétence Travail Emploi Magali BERGER, Florence CHAPPERT Juin 2007 1 Analyse de 40 accords de GPEC Signés entre janvier

Plus en détail

TRAVAUX DE LA COMMISSION DES DRH DE L URIOPSS ILE DE FRANCE. 1/ Position de la Commission des DRH de l URIOPSS Ile de France

TRAVAUX DE LA COMMISSION DES DRH DE L URIOPSS ILE DE FRANCE. 1/ Position de la Commission des DRH de l URIOPSS Ile de France TRAVAUX DE LA COMMISSION DES DRH DE L URIOPSS ILE DE FRANCE 1/ Position de la Commission des DRH de l URIOPSS Ile de France La rencontre des employeurs et des syndicats salariés dans les organisations

Plus en détail

Mettre en œuvre une politique de formation dans l entreprise

Mettre en œuvre une politique de formation dans l entreprise Association Régionale pour l Amélioration des Conditions de Travail en Haute-Normandie / sommaire p.2 - Développement des pratiques de formation : l exemple de deux secteurs en pleine mutation économique

Plus en détail

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Version 2 Fiche n 7 L information-consultation Quelques éléments de contexte La loi a cherché à mettre de l ordre et de la perspective dans

Plus en détail

LES MISSIONS DE L EXPERT-COMPTABLE AUPRÈS DU COMITÉ D ENTREPRISE FINANCÉES PAR L ENTREPRISE

LES MISSIONS DE L EXPERT-COMPTABLE AUPRÈS DU COMITÉ D ENTREPRISE FINANCÉES PAR L ENTREPRISE LES MISSIONS DE L EXPERT-COMPTABLE AUPRÈS DU COMITÉ D ENTREPRISE FINANCÉES PAR L ENTREPRISE Groupe SOFIFRANCE - Carole Reynaud Siège social : Impasse Honoré Daumier, 238 voie privée - 13880 Velaux Téléphone

Plus en détail

Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise

Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise Des services qui changent la formation Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise fiches pratiques Sommaire 1/ Formation professionnelle et apprentissage 2/ Égalité professionnelle

Plus en détail

Loi relative au dialogue social et à l emploi dite «Loi Rebsamen» Suite au vote à l assemblée nationale du 23 juillet 2015

Loi relative au dialogue social et à l emploi dite «Loi Rebsamen» Suite au vote à l assemblée nationale du 23 juillet 2015 Loi relative au dialogue social et à l emploi dite «Loi Rebsamen» Suite au vote à l assemblée nationale du 23 juillet 2015 SOMMAIRE Création de CPRI (commissions paritaires régionales interprofessionnelles)

Plus en détail

RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES

RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES FPEGRH01 RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES Définir et mettre en œuvre la politique de ressources humaines d une administration ou d un établissement public de l État.

Plus en détail