Convention collective des Groupements d Employeurs : Risques? Opportunités?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Convention collective des Groupements d Employeurs : Risques? Opportunités?"

Transcription

1 Convention collective des Groupements d Employeurs : Risques? Opportunités? Eléments de synthèse du débat organisé à l occasion de l AG du CRGE Poitou-Charentes le 12 avril 2012 à Poitiers Eléments complémentaires pour resituer le débat dans le contexte national Introduction : Par Cyrielle Berger, Déléguée Régionale du CRGE Poitou-Charentes «A l heure où le débat est relancé au niveau national sur une convention collective des groupements d employeurs, nous avons choisi au CRGE Poitou-Charentes de profiter de l Assemblée Générale pour vous proposer un échange autour de ce thème. Le CRGE en 2007 s était positionné en faveur de l intégration des GE dans les branches professionnelles plutôt que pour une convention collective des GE. Nous sommes en L objectif du débat qui va suivre est de nous permettre les uns et les autres de disposer de tous les éléments pour nous forger une opinion et d être en mesure d argumenter une position plutôt en faveur ou en défaveur d une convention collective des GE avant d adopter peut-être ultérieurement une position commune sur le sujet. Pour animer ce débat, nous avons sollicité M. Jean-Paul JACQUIER ancien Secrétaire national de la CFDT, à ce titre négociateur de plusieurs accords nationaux et aujourd hui intervenant à l Université de sciences sociales de Toulouse et M. Jean- Yves KERBOURC'H, Professeur de Droit Social à l Université de Nantes.» 1

2 Eléments préalables pour resituer le débat dans le contexte national : Extrait de la CONFERENCE de Lise Casaux Labrunée, Professeur à l Université Toulouse Capitole le 26 janvier à Lille lors de la journée organisée par l UGEF. «L enjeu des groupements d employeurs : de la loi du 25 juillet 1985 à la loi du 28 juillet 2011» «[ ] Qu est ce qui se joue, aujourd hui, pour les groupements d employeurs? Qu est-ce que les GE ont à gagner ou à perdre dans les évolutions du moment? L enjeu, c est ce que l on peut gagner ou perdre dans une compétition, dans une entreprise, dans une réforme. Nous sommes à la croisée des chemins, sans trop savoir où vont les GE La Loi Cherpion a marqué une détermination forte vis à vis des GE qu elle veut promouvoir en tant qu instrument décisif de la politique de l emploi. Elle a «bousculé» les groupements d employeurs et ce réveil suscite le débat : pour les uns il s agit d une loi salutaire, pour d autres d une loi incomplète Jusqu alors, les groupements d employeurs faisaient consensus. L arrivée de cette loi en a fait un sujet de débats, voire de discordes. Elle pose la question du sens à donner aux groupements d employeurs, et des moyens pour y parvenir. Elle pousse chacun à s interroger [ ] L insuffisant développement des groupements d employeurs tient, à mon sens, à [ ] une absence d unité des groupements d employeurs : la «famille» n a pas réussi à se structurer pour peser et devenir une force de négociation en tant que telle. En conséquence, le «cœur de métier» des groupements d employeurs n a pas suffisamment été valorisé. [ ] Si l avenir des GE est plein de promesses, deux pistes doivent impérativement être évoquées pour assurer leur succès. A) La négociation collective. Sujet délicat mais incontournable. L entrée en vigueur de la loi ne devait se faire qu à défaut d un accord collectif avec les partenaires sociaux. Marché de dupes? Quels sont les représentants de GE aujourd hui au plan national? L activité de sécurisation de l emploi a-t-elle des représentants habilités à négocier avec les représentants syndicaux des salariés? Il faudrait d urgence qu il y ait des représentants de GE structurés afin de permettre un accord national interprofessionnel ou une convention de branche (si l on souhaite mieux faire reconnaître le cœur de métier des GE : la stabilisation/sécurisation d emplois). 2

3 De telles négociations nationales paraissent aujourd hui incontournables si les GE veulent véritablement se développer (les négociations contribuent à la structuration des secteurs d activité). Les salariés des GE sont suffisamment nombreux aujourd hui, et ils sont à bien des égards dans une situation particulière (travail au service de plusieurs entreprises, polyvalence, répartition des temps ) pour mériter un accord national spécifique (ce qui n exclut pas des accords particuliers par secteurs : agricole, etc ). Ce chantier doit être mis en réflexion dès aujourd hui. Cela permettrait une meilleure structuration institutionnelle du secteur. Cela permettrait de renouer le dialogue social avec les syndicats de salariés. Cela permettrait d éviter les difficultés actuelles relatives à la détermination des conventions collectives à appliquer au sein des GE. Cela permettrait de rapprocher les statuts des salariés des différents GE en définissant un socle commun de droits négociés Les avantages sont multiples. A défaut pour les acteurs des GE de lancer ce chantier de négociation, et de réussir à s organiser pour ce faire (régler les questions de représentation/représentativité, créer un syndicat des GE?), on peut craindre que cette négociation leur échappe et qu elle soit confiée, si le gouvernement en décide ainsi, par exemple à l intérim («branche dont l activité est la plus proche des GE» comme ce fut le cas pour le portage salarial en , avec le fiasco que l on sait). Dans tous les cas, c est aux groupements d employeurs de prendre en main leur destin. [ ]». Eléments mis au débat et synthèse des échanges : Trois questions posées par les animateurs : 1/Une convention collective : pourquoi et pour négocier quoi? 2/A quel niveau la mettre en place? 3/Comment la mettre en place? Ne pas inverser l ordre des questions : l aspect politique doit primer sur les questions juridiques. 3

4 1/ Pourquoi et pour négocier quoi? Pourquoi? - Faut-il se soumettre à la «pression» du Code du travail? (C. trav., art. L ) Depuis la loi du 28 juillet 2011 «les organisations professionnelles représentant les groupements d'employeurs et les organisations syndicales de salariés représentatives peuvent conclure des accords collectifs de travail». C est une simple possibilité et non une injonction du législateur. - Se faire reconnaître par «l extérieur» Les raisons qui amènent syndicats et organisations d employeurs à négocier sont extrêmement diverses. Parfois il s agit de se faire reconnaître comme un secteur économique à part entière. La négociation d une convention nationale propre à l ensemble des groupements d employeurs permettrait de faire reconnaître l existence d une branche. La question est de savoir si cette reconnaissance est opportune ou pas. Les avis sont très tranchés. Ceux qui sont opposés avancent les arguments suivants : - la spécificité des groupements est de gérer l organisation de l emploi sans avoir d activité productive directe et ne nécessite donc pas d avoir une politique de branche ; - une telle politique unificatrice ne permettrait plus la gestion fine et le maillage des différents statuts d emploi ; - au plan technique une convention nationale de branche ne parviendrait pas à tenir compte de toutes les spécificités des conventions déjà appliquées par les groupements d employeurs. Ceux qui militent en faveur d une telle convention ont des arguments plutôt institutionnels : - meilleure visibilité des groupements d employeurs car la branche pourrait être reconnue comme un interlocuteur des ministères sociaux ; - accès à tous les avantages qu offre une branche : constitution d observatoires, présence dans les organisations paritaires (formation notamment), accès aux financements du paritarisme. Dans d autres secteurs la négociation d une convention a permis de légitimer l activité. Tel fut le cas des entreprises de travail temporaire au début des années 1980 et des structures de portage salarial à la fin des années La légitimité et surtout la légalité de l activité de mise à disposition des groupements d employeurs ne nécessite pas de recourir à la négociation pour cette seule raison. Mais elle permettrait d assoir la reconnaissance de l utilité sociale des groupements d employeurs qui est mal connue encore aujourd hui. 4

5 - Structurer une politique «professionnelle» partagée par tous En revanche la négociation d une convention nationale de branche permettrait de fédérer l ensemble des groupements d employeurs autour d une politique professionnelle partagée par tous les groupements. Mais la difficulté est très grande car il n existe pas de modèle uniforme de groupement d employeurs. Certains sont de grosses structures regroupant des dizaines d adhérents et des centaines de salariés alors que d autres sont de toutes petites associations locales. Les secteurs économiques sont très disparates (le secteur agricole, le sport, l hôtellerierestauration ). Certains sont monosectoriels, d autres multisectoriels. La négociation de la convention collective de branche pourrait se faire sur la base d un socle de valeurs communes (le dénominateur commun qu il reste à trouver) et la volonté de faire évoluer ce socle (par exemple la formation professionnelle des permanents). - Lisser les coûts du travail (concurrence) Historiquement nombre de branches se sont constituées pour unifier les conditions d emploi entre entreprises pour éviter que des disparités de coûts ne nuisent à la concurrence, plus exactement pour éviter que la concurrence se fasse par le coût du travail. Les groupements d employeurs ne sont pas dans cette logique puisqu ils ne se font pas concurrence entre eux. En revanche il y a peut-être matière à régler des problèmes spécifiques aux groupements d employeurs : l égalité de traitement entre salariés du groupement et salariés de l adhérent, l égalité de traitement entre salariés à l intérieur du groupement, problématique de la pénibilité au travail, des seniors, de l égalité entre les femmes et les hommes, de l intégration des personnes handicapées etc. Ces questions sont intimement liées aux politiques salariales et entraînent des disparités qu une convention collective permettrait peut-être de lisser. - Se protéger de menaces concurrentes Une convention collective peut être conclue pour renforcer la cohésion de l ensemble de la profession face à une menace extérieure. Il peut s agir d une autre branche professionnelle qui peut avoir intérêt à absorber une activité qui lui est proche en lui imposant ses règles. En France les règles compliquées qui gouvernent certains secteurs d activité donnent un avantage concurrentiel indéniable à ceux qui les maîtrisent. 5

6 - Prévenir des interventions indésirables du législateur en négociant en «amont» La négociation d une convention de branche permet enfin d anticiper des interventions indésirables du législateur en adoptant les règles que souhaite la profession ou en réglant une difficulté avant que le législateur n intervienne. Les stipulations de l accord peuvent être légales (accorder un avantage quelconque aux salariés mais dont les modalités sont différentes de celles que le législateur souhaitait adopter). Il arrive aussi que les stipulations soient illégales. Elles sont alors inapplicables et l accord ou la convention ne peut être étendu. Il s agit d un accord de «préfiguration» : le législateur peut modifier la loi dans le sens souhaité par la profession. Eléments de synthèse des échanges : Intérêt d aller vers une convention collective des GE ou au moins d engager une négociation sur les GE à quelque niveau que ce soit : -Eviter de se faire appliquer des règles dont n a pas décidé. Et les anticiper dans un accord propre aux GE. -Avoir voix au chapitre dans les OPCA, conformément aux règles du paritarisme. -Eviter que la convention collective de l intérim ne soit élargie aux GE. L élargissement est une procédure intervenant lorsque la conclusion d'une convention ou un accord collectif est impossible de manière persistante dans une branche d'activité ou un secteur territorial déterminé. Le ministre du Travail peut rendre obligatoire : - dans le secteur territorial considéré une convention ou un accord de branche déjà étendu à un secteur territorial différent (élargissement territorial) - dans le secteur professionnel considéré une convention ou un accord professionnel déjà étendu à un autre secteur professionnel (élargissement professionnel) - dans une ou plusieurs branches d'activité non comprises dans son champ d'application un accord interprofessionnel étendu. Le secteur visé par l'élargissement doit présenter des conditions similaires à celles du secteur dans lequel l'extension est intervenue. Pour quoi? c est-à-dire pour négocier quoi? Si la décision est prise de négocier il faut déterminer le contenu de cette négociation. Faut-il être ambitieux et conclure une convention ou faut-il en rester à un accord? 6

7 La convention collective a vocation à traiter de l'ensemble des conditions d'emploi des travailleurs, de formation professionnelle et de travail ainsi que de leurs garanties sociales. L'accord collectif traite un ou plusieurs sujets déterminés dans cet ensemble. Peut-être vaut-il mieux commencer par un accord. - Distinction à faire entre permanents et salariés mis à disposition? Cet accord devra nécessairement faire une distinction entre les salariés permanents des groupements d employeurs et les salariés mis à disposition qui sont placés dans des situations très différentes. Il est sans doute plus facile de conclure la négociation par un accord portant sur les conditions de travail des permanents. Mais l un n empêche pas l autre évidemment. - Contrat de travail La négociation peut porter (permanents et/ou salariés mis à disposition) sur les cas de recours au CDD (contrat d usage, par exemple), les clauses particulières du contrat de travail (formation, non-concurrence, exclusivité), sur le recours au temps partiel, le licenciement pour motif personnel, les accords de méthode (licenciement pour motif économique), l essai etc. - Conditions de travail La négociation peut également porter sur les conditions de travail comme la durée du travail (annualisation, forfait-jours, heures supplémentaires), les congés etc - Garanties sociales Les négociateurs peuvent aussi prévoir un accord ne portant que sur la prévoyance, la retraite, la mise en place d un FAF-GE. - Statut collectif La négociation peut enfin porter sur le statut collectif, c est-à-dire le droit syndical, la protection des représentants du personnel, les heures de délégation, la mise en place et le fonctionnement des institutions représentatives du personnel. Eléments de synthèse des échanges : Ouvrir des négociations autour des GE à quelque niveau que ce soit pourrait ne porter que sur un thème précis, du type GPEC territoriale et transfert de compétences, ou les cas de recours au CDD. Il n est pas nécessaire ou indispensable d engager des négociations sur tous les sujets. Quouqu il en soit, le fait d engager une négociation, peu important le niveau et le thème, constituerait un signal fort et limiterait donc le risque de récupération éventuelle par l intérim. 7

8 2/ A quel niveau négocier et par où commencer? Au niveau des groupements d employeurs eux-mêmes? L article L du Code du travail prévoit que les organisations professionnelles représentant les groupements d'employeurs et les organisations syndicales de salariés représentatives peuvent conclure des accords collectifs de travail semblant ainsi ne légaliser que les accords de branche. On peut toutefois penser que des accords d entreprise sont autorisés, et peuvent être négociés selon les règles du droit commun des accords d entreprise que le Code du travail n exclut pas. Il est beaucoup plus aisé de les mettre en place que les accords de branche. Côté entreprise une organisation d employeurs n a pas intervenir puisque l employeur négocie lui-même. Côté salarié toute organisation syndicale représentative dans l entreprise selon les règles de droit commun issues de la loi du 20 août 2008 peut négocier. Il faut toutefois veiller à ce que le contenu de la négociation soit articulé avec la convention collective du champ du GE ou de la convention choisie par lui. Rappelons que «Les salariés du groupement bénéficient de la convention collective dans le champ d'application de laquelle le groupement a été constitué» (C. trav., art. L ) et que pour les groupements multisectoriels «Des personnes n'entrant pas dans le champ d'application de la même convention collective peuvent constituer un groupement d'employeurs à condition de déterminer la convention collective applicable à ce groupement» (C. trav., art. L ). Au niveau de la branche Au niveau de la branche nous avons vu que le Code du travail avait prévu puis facilité (loi du 28 juillet 2011) la conclusion d accords de branche des groupements d employeurs. Mais l article L du Code du travail précise bien que c est «Sans préjudice des conventions de branche ou des accords professionnels applicables aux groupements d'employeurs» que les organisations professionnelles représentant les groupements d'employeurs et les organisations syndicales de salariés représentatives pouvaient conclure des accords collectifs de travail. Ceci signifie : - d une part qu il faut articuler cette négociation avec les conventions, notamment de branche, qui sont applicables aux groupements d employeurs ; - et d autre part qu il faut articuler cette négociation avec les dispositions de d accords ou de convention qui prévoiraient des dispositions spécifiques applicables aux salariés de groupements d employeurs mis à disposition. Il y a là une difficulté technique importante même si en pratique peu de conventions prévoient de telles dispositions. 8

9 Au niveau territorial Plutôt qu une convention de branche nationale il peut être opportun de négocier une convention régionale. Faute d organisation patronale de branche représentative l accord pourrait être signé par une organisation patronale représentative déjà existante. Les CRGE pourraient jouer un rôle d appui technique dans la négociation. Eléments de synthèse des échanges : Plusieurs niveaux de négociation possibles : -au niveau des GE -au niveau régional -au niveau national Au niveau régional, il pourrait s agir d œuvrer en faveur de l intégration des GE dans les branches professionnelles «régionales», à savoir la métallurgie, le BTP, l agriculture, le sport La négociation relative aux GE pourrait porter sur un thème précis, au moins dans un premier temps, par exemple «GPEC et formation professionnelle». 3/ Branche : comment la mettre en place? Négocier signifie trouver des négociateurs La mise en place d un accord ou d une convention nationale de branche propre aux groupements d employeurs nécessite en premier lieu de trouver des négociateurs. Coté salariés il ne peut s agir que de syndicats représentatifs au niveau de la branche (attention aux règles de la loi du 20 août 2008). Il faut ensuite trouver la majorité d engagement et éviter l exercice du droit d opposition majoritaire. Un travail pédagogique est à faire auprès de ces organisations syndicales qui se méfient de toutes les formes de mise à disposition car elles les assimilent à de l extériorisation de l emploi similaires à l intérim. Côté patronale il faut trouver une ou plusieurs organisations représentatives. L idéal serait bien sûr d avoir une organisation propre aux groupements d employeurs et une organisation qui rassemble l ensemble des groupements. Or les groupements sont encore loin de se reconnaître dans une telle organisation. 9

10 Négocier nécessite des moyens (financiers!) pour faire vivre et fonctionner la branche La branche professionnelle ne sert pas seulement de cadre de négociation à une convention de branche. Elle anime, coordonne ou s articule à des institutions gérées paritairement (les observatoires de branche, la formation professionnelle, les certificats professionnels etc.). Les structures qui la font fonctionner (ne serait-ce qu une organisation patronale spécifique) doivent être financées. Il faut donc prélever une cotisation sur les groupements d employeurs, assise par exemple sur le chiffre d affaires ou sur le montant des facturations des mises à disposition. Il faut donc que les groupements d employeurs prennent suffisamment bien conscience des avantages à constituer puis à adhérer à un groupement patronal pour verser volontairement une cotisation qui ne sera jamais négligeable. Négocier suscite des tensions Toute négociation de branche suscite des tensions car le résultat de la négociation au niveau de la branche est le fruit d un compromis non seulement entre les négociateurs de branche mais aussi indirectement avec les entreprises (groupements d employeurs) qui la composent. Les tensions se constatent toujours entre la volonté d homogénéiser les statuts au niveau de la branche et la volonté de décentraliser certains sujets au niveau des entreprises pour leur laisser des marges de manœuvre qu impose leur grande diversité. Il faut donc trouver un équilibre qui sera sans doute différent d un sujet de négociation à l autre. D où pour commencer, la nécessité de verser dans la négociation un objet qui fasse lui-même consensus. Faut-il commencer «petit» (un accord) ou bien imaginer un statut complet (une convention complète)? Comme évoqué plus haut il peut être opportun de négocier un accord plutôt qu une convention. Et il peut être également opportun de négocier sur un sujet très étroit qui fasse consensus et n intéresse que les salariés permanents pas exemple. Nécessité de faire étendre la convention collective pour obtenir une CCN? L idéal est bien sûr que la convention ou l accord de branche puisse être étendu. D autres difficultés techniques se posent. Le Code du travail prévoit des conditions de fond et de forme très rigoureuses pour qu un tel accord puisse faire l objet d un arrêté d extension. Il faut y penser dès le stade de la négociation. 10

11 Eléments de synthèse des échanges : Qui négocie? Côte salariés, les syndicats de salariés interprofessionnels représentatifs (attention les règles vont changer fin 2012) Côté employeurs : quid? Modalités de négociation Dans le cadre d une négociation régionale, il faudrait commencer par réunir tous les GE et demander qui veut participer aux négociations. On pourrait aussi réunir tous les partenaires sociaux de la région et engager un échange. La phase de négociation aurait lieu. Il faudrait ensuite gérer l aval de la négociation, à a savoir faire vivre les éléments négociés (les accords). Modalités d application d une convention collective des GE Si l UGEF devenait syndicat d employeur et négociait une convention collective des GE, celle-ci serait d abord applicable aux membres de l UGEF. Ensuite, elle pourrait être étendue. Une convention collective étendue est une convention collective qui a force de loi et s'impose donc à toutes entreprises du secteur. Cela nécessite un arrêté d'extension, pris par le ministère du travail, après consultation des fédérations d'employeurs, qui parait au journal officiel de la République française. Ce principe est fixé par la loi qui organise les Accords collectifs en France. Lorsqu une convention collective est étendue, son application est obligatoire dans toutes les entreprises et tous les organismes entrant dans son champ d application. Ses dispositions Accords collectifs en France s appliquent sans qu il soit nécessaire que l employeur adhère à la convention ou à un fédération patronale signataire de cette convention. La mention de la convention collective dans le contrat de travail et sur le bulletin de paye est alors obligatoire. Au contraire, une convention collective qui n'est pas étendue ne s'impose qu'aux seuls employeurs adhérents aux organisations patronales signataires. Une commission nationale de la négociation collective, formée par les ministres chargés de l Emploi, de l Agriculture et de l Économie ainsi que par des représentants des syndicats nationaux a pour mission de donner un avis sur les arrêtés d extension des conventions collectives. Alternatives à la négociation propre aux GE? L une des alternatives au moins à court terme à la négociation serait la valorisation au niveau national du bilan social des GE. 11

12 Deux orientations sont possibles : négocier des accords spécifiques aux GE ou intégrer les GE dans les accords de branches en prévoyant des règles spécifiques aux GE. Dans la mesure où il n y a pas de représentants patronaux des GE, on pourrait s orienter vers la signature d un accord atypique au niveau des GE, au niveau régional ou au niveau national. L accord atypique est un accord conclu entre l employeur et les délégués du personnel ou les salariés sans respect des règles applicables à la négociation collective. Il se distingue de l accord collectif (conclu dans le cadre de la négociation collective) et des usages (réglementés par le Code du travail). Les accords atypiques ne sont pas définis par le Code du travail mais ont été reconnus par la jurisprudence. L accord atypique peut résulter de discussions informelles entre l employeur et le CE, d un procès-verbal de réunion du CE, ou encore d un protocole d accord de fin de conflit. Il est bien évident qu un véritable accord signé par des syndicats représentatifs doit être prioritairement recherché. Conclusion des animateurs : Pour Jean-Paul JACQUIER, il faut agir en constituant au moins une structure patronale des GE et en engageant une négociation en priorité au niveau régional. Pour Jean-Yves KERBOURC'H, il ne faut pas rejeter l idée de négocier, par principe. Il faut éviter à tout prix le repli sur soi. Il est important de se faire entendre, et d être représenté pour pouvoir discuter. Conclusion du Président du CRGE, France Joubert : La question de la convention collective des GE pose celle du développement des GE et du développement du CRGE ainsi que celle de la représentation régionale et nationale des GE et des CRGE. Les apports et le débat ont bien montré les voies possibles : - La voie de la convention collective unique pour laquelle il faudrait formaliser une représentation patronale et syndicale, réunir les différentes fédérations, trouver les financements. Il faudrait se déclarer comme branche. Les positions des partenaires sociaux nationaux pèseraient fort dans le débat en particulier s il y a des normes à définir. L unification serait indispensable. 12

13 - La voie de la contractualisation qui porterait sur des thématiques pour lesquelles les groupements d employeurs ont prouvé leur opérationnalité : gestion prévisionnelle des emplois sur le territoire, accompagnement de la formation tout au long de la vie, gestion des ressources humaines, - Il faut dans tous les cas éviter le dogmatisme et l isolement ; une première rencontre régionale des partenaires sociaux (en Poitou-Charentes et/ou en Languedoc-Roussillon, par exemple), concluant un accord de développement des GE ou sur un thème précis, pourrait attester d une première reconnaissance et rendre visible les acteurs. Le fait de signer quelque chose ensemble, un accord atypique, par exemple, n aurait pas de valeur au sens du droit, mais constituerait une preuve qu une démarche existe, ce qui laisserait moins de place à une récupération par l intérim. - Le débat sur le dialogue social au niveau national est en cours ; il est de plus en plus question de redéfinir la «démocratie sociale». La dimension nationale des GE est à construire. C est dans cette perspective que nous avons organisé le débat de l AG. Le CRGE depuis le départ défend une conception, pas suffisamment écrite, d une dynamique de contrat social dans laquelle nous n opposons pas la loi et le contrat. Mais, comment maintenir la «tension» entre les deux? Et comment cette «tension» peutelle être reconnue par les institutions, les politiques et le législateur? Nous aurons à approfondir cette réflexion. 13

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI Le 7 septembre 2012 Contact : ministère du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3225 Convention collective nationale IDCC : 1266. PERSONNEL DES ENTREPRISES DE

Plus en détail

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information LOI DE SECURISATION DE L'EMPLOI AVRIL 2014 LA CONSULTATION DU COMITE D ENTREPRISE SUR LES ORIENTATIONS STRATEGIQUES ET LA BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES (BDES) Loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU 16 MARS 2007 RELATIF

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE Le projet de loi sur la sécurisation de l emploi, transposant l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 1, comporte

Plus en détail

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Le 11 février 2013, l'avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi transposant les dispositions de l'accord national interprofessionnel

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Présentation de la Convention Collective Nationale du Sport (CCNS)

Présentation de la Convention Collective Nationale du Sport (CCNS) Fiche actualisée le 27/02/2015 Présentation de la Convention Collective Nationale du Sport (CCNS) Définition Une convention collective est un accord conclu entre un employeur ou un groupement d employeurs,

Plus en détail

La Loi Rebsamen du 17 Aout 2015

La Loi Rebsamen du 17 Aout 2015 La Loi Rebsamen du 17 Aout 2015 1-Les mesures relatives aux IRP. La loi du 17 aout 2015 sur le dialogue social modifie en profondeur le droit de la représentation du personnel. Dispositions de la loi Définition

Plus en détail

Loi relative au dialogue social et à l emploi dite «Loi Rebsamen» Suite au vote à l assemblée nationale du 23 juillet 2015

Loi relative au dialogue social et à l emploi dite «Loi Rebsamen» Suite au vote à l assemblée nationale du 23 juillet 2015 Loi relative au dialogue social et à l emploi dite «Loi Rebsamen» Suite au vote à l assemblée nationale du 23 juillet 2015 SOMMAIRE Création de CPRI (commissions paritaires régionales interprofessionnelles)

Plus en détail

efficace utile libre autonome1 solidaire Pour agir utile, et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! www.unsa.

efficace utile libre autonome1 solidaire Pour agir utile, et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! www.unsa. réformiste efficace www.unsa.org libre Pour agir utile, utile et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! solidaire autonome1 Depuis 1993, l UNSA a connu un fort développement

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3248 Convention collective nationale IDCC : 1512. PROMOTION IMMOBILIÈRE AVENANT

Plus en détail

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale 1 Préambule et principes de l accord 2 - Champ d application 3 Disposition d application immédiate 4 - Axes de progrès

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 1 Obligation de négocier au niveau des branches... 3 2 Durée minimale de travail... 3 2.1 Dérogations...

Plus en détail

Loi du 20 juillet 2011

Loi du 20 juillet 2011 Association de Prévention et Santé au Travail Poitou-s Loi du 20 juillet 2011 Portant réforme à l organisation de la Médecine du Travail Dominique Derenancourt 8 août 2011 La réforme des Services de Santé

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3015 Convention collective nationale IDCC : 1561. CORDONNERIE MULTISERVICE ACCORD

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3271 Convention collective nationale IDCC : 1631. HÔTELLERIE DE PLEIN AIR (5 e édition. Novembre 2004) ACCORD

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3252 Convention collective nationale IDCC : 1539. COMMERCES DE DÉTAIL DE PAPETERIE, FOURNITURES DE BUREAU,

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3010 Convention collective nationale IDCC : 1978. FLEURISTES, VENTE ET SERVICES DES ANIMAUX FAMILIERS ACCORD DU 16 DÉCEMBRE

Plus en détail

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- LES FORFAITS JOURS

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- LES FORFAITS JOURS Groupement des Métiers de l Imprimerie ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- JUIN 2014 NOTE N 12 LES FORFAITS JOURS (Articles

Plus en détail

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Version 2 Fiche n 8 en entreprise Quelques éléments de contexte L objectif de simplification de la loi Rebsamen passait aussi par une rationalisation

Plus en détail

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 CDD : COTISATIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LES CDD DE COURTE DUREE À partir du 1er juillet 2013, la cotisation patronale d assurance

Plus en détail

ACCORD DU 8 SEPTEMBRE 2009

ACCORD DU 8 SEPTEMBRE 2009 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DES AGENCES DE RECHERCHES

Plus en détail

Ressources pour les enseignants et les formateurs en français juridique. Crédit : Michel SOIGNET LE DROIT NEGOCIE

Ressources pour les enseignants et les formateurs en français juridique. Crédit : Michel SOIGNET LE DROIT NEGOCIE Ressources pour les enseignants et les formateurs en français juridique Fiche notion avec activités LE DROIT NEGOCIE Crédit : Michel SOIGNET Le droit négocié suppose que la règle est le résultat mutuellement

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 2511.

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 2511. MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3328 Convention collective nationale IDCC : 2511. SPORT AVENANT N 87 DU 15 MAI 2014 RELATIF AU CONTRAT DE TRAVAIL

Plus en détail

LA RÉFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE : ANI DU 14 DÉCEMBRE 2013 & PROJET DE LOI 22 JANVIER 2014

LA RÉFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE : ANI DU 14 DÉCEMBRE 2013 & PROJET DE LOI 22 JANVIER 2014 LA RÉFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE : ANI DU 14 DÉCEMBRE 2013 & PROJET DE LOI 22 JANVIER 2014 Intervention d Emmanuelle Pérès, Metropolitan, Paris, le 11 février 2014 FFP 7, rue Alfred de Vigny

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3235 Convention collective nationale IDCC : 2101. ENSEIGNEMENT PRIVÉ À DISTANCE ACCORD DU 4 DÉCEMBRE 2006

Plus en détail

Le contrat de travail à temps partiel

Le contrat de travail à temps partiel Le contrat de travail à temps partiel 1) Travail à temps partiel : de quoi s agit-il? Est considéré comme salarié à temps partiel le salarié dont la durée du travail est inférieure : - à la durée légale

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle : synthèse des principales nouveautés

Réforme de la formation professionnelle : synthèse des principales nouveautés 1 Réforme de la formation professionnelle : synthèse des principales nouveautés La réforme de la formation professionnelle a été publiée au Journal officiel mars 2014. Nous vous proposons de découvrir

Plus en détail

La légalisation du portage salarial

La légalisation du portage salarial Université d été des experts-comptables Journée «Social» Toulouse, 16 septembre 2008 La légalisation du portage salarial Lise CASAUX-LABRUNEE Professeur à l Université Toulouse I I - Le mécanisme du portage

Plus en détail

LE DROIT DU TRAVAIL EN PRATIQUE

LE DROIT DU TRAVAIL EN PRATIQUE Daniel MARCHAND Professeur titulaire de la Chaire de Droit Social du Conservatoire National des Arts et Métiers Ouvrage initié par Yves DELAMOTTE Professeur Honoraire au Conservatoire National des Arts

Plus en détail

Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France

Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France Note de synthèse relative à la formation pharmaceutique continue en Présenta Plus de 150 000 personnes travaillent dans les 23 006 pharmacies d'officine

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective IDCC : 2511. SPORT

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective IDCC : 2511. SPORT MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3328 Convention collective IDCC : 2511. SPORT Journal officiel du 25 novembre 2006 Arrêté du 21 novembre

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 6 AVRIL 2012 DELIBERATION N CR-12/02.093 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL POUR LA CULTURE ET LE PATRIMOINE Avenant à l'accord cadre pluriannuel sur l'emploi et la formation professionnelle

Plus en détail

Formation professionnelle

Formation professionnelle L Accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 Pour un nouveau modèle économique et social au service de la compétitivité des entreprises et de la sécurisation de l emploi et des parcours professionnels

Plus en détail

La formation professionnelle des salariés : principes généraux

La formation professionnelle des salariés : principes généraux 2 nd forum des associations Juin 2013 - Goyave La formation professionnelle des salariés : principes généraux Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi

Plus en détail

Entretien professionnel une nouvelle obligation à ne pas négliger Revue du 10/07/2014

Entretien professionnel une nouvelle obligation à ne pas négliger Revue du 10/07/2014 Entretien professionnel une nouvelle obligation à ne pas négliger Revue du 10/07/2014 Intégré au Code du travail par la loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie

Plus en détail

effectif engagé dans les liens d un contrat de travail, exprimé en équivalent temps plein, au 30 juin de l année précédente, multiplié par 4.

effectif engagé dans les liens d un contrat de travail, exprimé en équivalent temps plein, au 30 juin de l année précédente, multiplié par 4. CCT MISE A JOUR 1 ER mars 2014 COMMISSION PARITAIRE DES ENTREPRISES D ASSURANCES (CP 306) CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL DU 13 FEVRIER 2014 RELATIVE A L ACCORD SECTORIEL 2013-2014 1 1. Champ d application

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N 137 DU 26 SEPTEMBRE 2011 RELATIF AU TEMPS PARTIEL

Plus en détail

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié :

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité NOR : MTSX0805954L/Bleue-1 PROJET DE LOI portant modernisation du marché du travail ------ Article 1

Plus en détail

FICHE OBLIGATIONS LEGALES

FICHE OBLIGATIONS LEGALES FICHE OBLIGATIONS LEGALES L article 99 de la loi n 2010-1330 du 9 novembre 2 010 portant réforme des retraites a instauré, à compter du 1 er janvier 2012, pour les entreprises dont l effectif est au moins

Plus en détail

La Mutuelle. Réussir la mise la place au 1 er janvier 2016. Olivier SIMON Conseil en protection sociale

La Mutuelle. Réussir la mise la place au 1 er janvier 2016. Olivier SIMON Conseil en protection sociale La Mutuelle Réussir la mise la place au 1 er janvier 2016 Olivier SIMON Conseil en protection sociale Sommaire 2 1. Contexte 2. L ANI et la LSE 3. Les obligations pour les Entreprises 4. Fonctionnement

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération FICHE TECHNIQUE Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération SOMMAIRE : I) LES ACCORDS ET PLANS D ACTION EN FAVEUR DES SALARIES

Plus en détail

Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite

Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite CONSEIL D'ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière «Age et travail» - 11 juin 2002 Fiche n 6 Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite Cette note présente les conditions actuelles du

Plus en détail

LES ENJEUX DE LA REPRÉSENTATION DES EMPLOYEURS DE L ECONOMIE SOCIALE EN REGION REPRESENTATION MISSIONS EMPLOYEURS QUALITE DE L EMPLOI INSTANCES

LES ENJEUX DE LA REPRÉSENTATION DES EMPLOYEURS DE L ECONOMIE SOCIALE EN REGION REPRESENTATION MISSIONS EMPLOYEURS QUALITE DE L EMPLOI INSTANCES LES ENJEUX DE LA REPRÉSENTATION DES EMPLOYEURS DE L ECONOMIE SOCIALE EN REGION MISSIONS EMPLOYEURS REGION STRUCTURATION QUALITE DE L EMPLOI TERRITOIRES DELEGATION INSTANCES SYNDICATS ENJEUX REPRESENTATION

Plus en détail

Actualités en droit du travail

Actualités en droit du travail Actualités en droit du travail 10 juillet 2014 Chloé Alligier August & Debouzy SOMMAIRE I. Loi Formation, Emploi et Démocratie Sociale du 5 mars 2014 II. Actualités jurisprudentielles 1. Représentants

Plus en détail

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier 2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier Selon la loi, le comité d entreprise est présidé de droit par le chef d entreprise ou son représentant. Lors

Plus en détail

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse Les Nouvelles Prérogatives des IRP Synthèse Renforcement de l information et de la consultation des RP sur les orientations stratégiques de l entreprise. Délais de consultation des RP encadrés, en contrepartie.

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3265 Convention collective nationale IDCC : 1672. SOCIÉTÉS D ASSURANCES Brochure n o

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3002 IDCC : 2609. ETAM Brochure n 3193 IDCC : 1596. Ouvriers (Entreprises occupant

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 Montreuil, le 16/10/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 OBJET : Loi n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du

Plus en détail

Les journées de rencontre CNPTP CCN 66. Paris, le 22 janvier 2015

Les journées de rencontre CNPTP CCN 66. Paris, le 22 janvier 2015 Les journées de rencontre CNPTP CCN 66 Paris, le 22 janvier 2015 La CNPTP en bref La Commission Nationale Paritaire Technique de Prévoyance (CNPTP) pilote le régime mutualisé de prévoyance des personnels

Plus en détail

ACCORD DU 7 JUILLET 2010. Champ d application. Le champ conventionnel couvre l ensemble du territoire national y compris les DOM.»

ACCORD DU 7 JUILLET 2010. Champ d application. Le champ conventionnel couvre l ensemble du territoire national y compris les DOM.» MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel ATELIERS ET CHANTIERS D INSERTION ACCORD DU 7 JUILLET 2010 RELATIF AU CONTRAT DE TRAVAIL NOR

Plus en détail

Conférence régionale

Conférence régionale Réunion d information nationale Les enjeux de la réforme de la formation professionnelle Conférence régionale dans les OPH Paris Lundi 20 octobre 2014 1 Les enjeux de la réforme de la formation professionnelle

Plus en détail

R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés

R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés QUI EST OETH? L association OETH a pour objectif la mise en œuvre de l Accord de branche relatif à l Obligation d Emploi des

Plus en détail

Projet de loi Modernisation du dialogue social. Suivi du projet par l UNSA. 25 mai 2015

Projet de loi Modernisation du dialogue social. Suivi du projet par l UNSA. 25 mai 2015 Projet de loi Modernisation du dialogue social Suivi du projet par l UNSA 25 mai 2015 La commission des affaires sociales de l Assemblée nationale a adopté le projet de loi relatif au dialogue social et

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Ordonnance n o 2015-380 du 2 avril 2015 relative au portage salarial

Plus en détail

3. La formation professionnelle continue à l initiative de l employeur

3. La formation professionnelle continue à l initiative de l employeur 3. La formation professionnelle continue à l initiative de l employeur L employeur a l obligation d assurer l adaptation des salariés à leur poste de travail. Il doit veiller au maintien de leur capacité

Plus en détail

Pacte de responsabilité

Pacte de responsabilité Le 5 mars 2014 Pacte de responsabilité Relevé de conclusions des réunions paritaires du 28 février et du 5 mars 2014 La situation économique et sociale de notre pays est marquée par une forte ambivalence.

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT PRÉAMBULE Conscientes de la nécessité technique, économique ou sociale de faire travailler certains salariés, hommes ou femmes, la nuit, pour pourvoir

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3265 Convention collective nationale IDCC : 1672. SOCIÉTÉS D ASSURANCES (6 e édition. Juillet 2003) Brochure

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord collectif national IDCC : 7501. CRÉDIT AGRICOLE

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord collectif national IDCC : 7501. CRÉDIT AGRICOLE MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord collectif national IDCC : 7501. CRÉDIT AGRICOLE ACCORD DU 9 JANVIER 2006 (1) MISE À LA RETRAITE DANS LES CAISSES RÉGIONALES DE CRÉDIT

Plus en détail

Agenda annuel des informations / consultations du CE

Agenda annuel des informations / consultations du CE La question du DRH Agenda annuel des informations / consultations du CE Un certain nombre d informations et/ou consultations annuelles ou trimestrielles obligatoires doivent être mises en œuvre par l employeur,

Plus en détail

LOI LOI n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail (1) NOR: MTSX0805954L. Version consolidée au 27 juin 2008

LOI LOI n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail (1) NOR: MTSX0805954L. Version consolidée au 27 juin 2008 Le 31 août 2009 LOI LOI n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail (1) NOR: MTSX0805954L Version consolidée au 27 juin 2008 L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Le Président

Plus en détail

R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés.

R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés. R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés. QUI EST OETH? L association OETH a pour objectif la mise en œuvre de l Accord de Branche 2006-2010 relatif à l Obligation

Plus en détail

Période d essai. Période d essai. Définition

Période d essai. Période d essai. Définition La société Gedimat Farel est condamnée aux dépens, c est-à-dire au paiement des frais liés à l instance (frais d huissier ; indemnités de témoins éventuellement avancées ; rémunérations des experts désignés,

Plus en détail

DIRECTION GENERALE DU TRAVAIL Sous-direction de la négociation collective Bureau RT3

DIRECTION GENERALE DU TRAVAIL Sous-direction de la négociation collective Bureau RT3 Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère de la santé et des solidarités DIRECTION GENERALE DU TRAVAIL Sous-direction de la négociation collective Bureau RT3 DIRECTION DE LA

Plus en détail

Accord sur le droit syndical et le dialogue social Branche des Etablissements d Enseignement Privés

Accord sur le droit syndical et le dialogue social Branche des Etablissements d Enseignement Privés Accord sur le droit syndical et le dialogue social Branche des Etablissements d Enseignement Privés Les partenaires sociaux signataires de la branche des Etablissements d Enseignement Privés ont souhaité,

Plus en détail

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail

PROJET. Accord cadre relatif à l activité de portage salarial

PROJET. Accord cadre relatif à l activité de portage salarial PROJET Accord cadre relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord cadre a pour finalité de fixer un cadre général de l activité du portage salarial et sera complété, en tant que

Plus en détail

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi SYNTHESE D EXPERTS Juillet 2013 SOMMAIRE 1 Généralisation de la couverture complémentaire santé...

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3249 Convention collective nationale IDCC : 1516. ORGANISMES DE FORMATION ACCORD

Plus en détail

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES LES HEURES SUPPLEMENTAIRES Définition Les heures supplémentaires sont toujours celles effectuées au-delà de la durée légale hebdomadaire de 35 heures ou d une durée considérée comme équivalente dans certaines

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

LA PÉRIODE DE PROFESSIONNALISATION

LA PÉRIODE DE PROFESSIONNALISATION Formation professionnelle LA PÉRIODE DE PROFESSIONNALISATION La période de professionnalisation permet aux publics peu bénéficiaires de formation, notamment les seniors ou les femmes, d accéder à une qualification.

Plus en détail

M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 30 mai 2012 N de pourvoi: 11-12274 Non publié au bulletin Rejet M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président SCP

Plus en détail

LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Août 2013

LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Août 2013 Nous nous proposons de vous présenter les principales évolutions apportées par la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013, parue au Journal Officiel le 16 juin 2013 sous la forme de flashs spéciaux.

Plus en détail

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015 Dossier de presse PLANÈTE COURTIER, Juin 2015 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15 Michelle AMIARD - 06 60 97 24 00 - michelle@agence-c3m.com Laurence DELVAL - laurence@agence-c3m.com Sommaire

Plus en détail

- 29 - TABLEAU COMPARATIF

- 29 - TABLEAU COMPARATIF - 29 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi portant modernisation du marché du travail Article 1 er I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : 1 Le premier alinéa est ainsi rédigé : «Le

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE COMMENTEE SUR L ACCORD DU 11 JANVIER 2008 RELATIF A LA MODERNISATION DU MARCHE DU TRAVAIL

NOTE DE SYNTHESE COMMENTEE SUR L ACCORD DU 11 JANVIER 2008 RELATIF A LA MODERNISATION DU MARCHE DU TRAVAIL Le 14 Janvier 2008 NOTE DE SYNTHESE COMMENTEE SUR L ACCORD DU 11 JANVIER 2008 RELATIF A LA MODERNISATION DU MARCHE DU TRAVAIL Comme souvent dans ce type de négociation, il s agit surtout pour les organisations

Plus en détail

Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail

Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail DROIT SOCIAL CHSCT : RECENTES EVOLUTIONS LEGALES ET JURISPRUDENTIELLES Véronique VINCENT Septembre 2013 Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT), partenaire social au domaine

Plus en détail

Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée

Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée Préambule Le présent accord illustre le rôle que les partenaires sociaux peuvent jouer dans la stratégie européenne pour l emploi, adoptée

Plus en détail

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT:

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX

Plus en détail

ACCORD DU 5 AVRIL 2006

ACCORD DU 5 AVRIL 2006 MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 7501. CRÉDIT AGRICOLE (4 novembre 1987) ACCORD DU 5 AVRIL 2006 RELATIF AUX MODALITÉS D APPLICATION

Plus en détail

BILAN PRIMO RECRUTEMENT

BILAN PRIMO RECRUTEMENT BILAN PRIMO RECRUTEMENT Autorisation à titre expérimental pour les administrations d Etat à recruter directement en CDI pour pourvoir des emplois permanents correspondant à des missions pour lesquelles

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3342 Convention collective IDCC : 2622. CRÉDIT MARITIME MUTUEL ACCORD DU 8 OCTOBRE

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES COLLABORATEURS SALARIES DES CABINETS D ECONOMISTES DE LA CONSTRUCTION ET DE METREURS-VERIFICATEURS DU 16 AVRIL 1993 AVENANT N 8 du 25 Mars 2005 ACCORD DE BRANCHE RELATIF

Plus en détail

R É U N I O N D E S E M P L O Y E U R S S P O R T I F S

R É U N I O N D E S E M P L O Y E U R S S P O R T I F S Mercredi 30 septembre 2015 20h00 Salle Athènes R É U N I O N D E S E M P L O Y E U R S S P O R T I F S L adhésion au CoSMoS La complémentaire santé L actualité sociale N 1 / 17 Co.S.Mo.S. COnseil Social

Plus en détail

LOI FORMATION, EMPLOI ET DEMOCRATIE SOCIALE

LOI FORMATION, EMPLOI ET DEMOCRATIE SOCIALE LOI FORMATION, EMPLOI ET DEMOCRATIE SOCIALE L essentiel La loi n 2014-288 du 5 mars 2014 est très dense et comporte 3 volets bien distincts : - L un sur la réforme de la formation professionnelle, reprenant

Plus en détail