Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA)"

Transcription

1 Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) PLACE ET RÔLE DE L ADMINISTRATION - DE LA FONCTION PUBLIQUE - DANS LA MISE EN ŒUVRE DES MISSIONS DE L ETAT ET DE LA VISION NATIONALE DE DEVELOPPEMENT VERS L EMERGENCE Par M. MBA ZOGHE Fidèle Conseiller Technique du Ministre du Budget, des Comptes Publics et de la Fonction Publique du Gabon

2 Plan de la session 1. Pourquoi doit- on renouveler la Fonction publique? Les défis Les objectifs 2. Le regard des citoyens *Exemple de la Norvège 3. La gouvernance à l échelle internationale L internationalisation des politiques Les conséquences sur l Afrique 4. La vision de développement *La vision organisationnelle

3 1. POURQUOI DOIT- ON RENOUVELER LA FONCTION PUBLIQUE? Les défis qui se posent aujourd hui dans l Administration publique n ont jamais été plus grands. Regardez, par exemple, le rythme auquel évoluent les choses. Voyez avec quelle rapidité se produisent les changements. De plus, il faut vivre avec les restrictions financières d où la nécessité de mettre en œuvre des stratégies pertinentes et efficaces pour permettre aux administrations africaines de servir de développement ;

4 1. POURQUOI DOIT- ON RENOUVELER LA FONCTION PUBLIQUE? Cela veut dire qu il faudrait se concentrer sur les ressources humaines et la façon dont nous travaillons au sein de la Fonction publique. Cela veut dire qu il faudra préciser les responsabilités parmi les institutions et les ressources humaines ; cela veut dire qu il faudra revenir aux valeurs et principes de base.

5 1. POURQUOI DOIT- ON RENOUVELER LA FONCTION PUBLIQUE? LES DEFIS Quels sont les défis que nous devons relever pour reformer la fonction publique? Les responsables de la fonction publique se doivent régulièrement de prendre du recul et se demander s ils disposent de bons outils pour faire ce que les citoyens attendent d eux. Pour mener à bien le projet fonction publique, il faut d abord avoir de bonnes institutions et de bonnes structures.

6 1. POURQUOI DOIT- ON RENOUVELER LA FONCTION PUBLIQUE? Ensuite disposer d outils nécessaires pour recruter les personnes compétentes pour les motiver et les récompenser, pour développer leurs talents et les préparer à prendre la relève. Enfin, nous avons besoin d une fonction publique moderne où la gestion est axée sur les personnes et non les systèmes ou le contrôle. LES OBJECTIFS Le gouvernement veut une fonction publique qui se caractérise par son excellence, son professionnalisme, sa grande compétence et son impartialité.

7 1. POURQUOI DOIT- ON RENOUVELER LA FONCTION PUBLIQUE? Notre premier objectif est de préciser les responsabilités administratives, surtout en ce qui concerne la gestion du personnel. Les responsabilités sont parfois confuses, ce qui fait que l on s est refugié dans des systèmes de contrôle. Il faut trop de temps pour faire ce qui doit être fait. Le système n encourage pas l initiative comme il le devrait. Le deuxième objectif se rapporte à la raison d être de la fonction publique. Pourquoi parle- t- on de fonction publique? Parce que nous sommes au service du public ; nous voulons donc une fonction publique qui soit mieux équipée pour répondre aux besoins du public et du gouvernement. Cela veut dire qu il faudra accorder plus de pouvoir à ceux qui en ont besoin.

8 1. POURQUOI DOIT- ON RENOUVELER LA FONCTION PUBLIQUE? Ce que nous voulons, c est de décentraliser et de déléguer vers la base. Ce faisant, nous allons enrichir l emploi de presque tous les fonctionnaires. La motivation sera donc accrue car chaque personne considérera qu elle contrôle mieux son environnement et pourra donc obtenir de meilleurs résultats.

9 1. POURQUOI DOIT- ON RENOUVELER LA FONCTION PUBLIQUE? Le troisième objectif est l adaptabilité. Nos systèmes de gestion du personnel doivent permettre aux gens et aux institutions de s adapter efficacement aux nouvelles exigences et aux nouveaux problèmes. Une organisation publique performante l est aussi par sa capacité à réagir aux changements et à anticiper les évolutions de son contexte institutionnel et la dynamique des autres facteurs qui modèlent la réalité de ses environnements.

10 1. POURQUOI DOIT- ON RENOUVELER LA FONCTION PUBLIQUE? Là, nous entendons le changement comme fondateur de performance dans l organisation, parce qu instigateur de valeurs neuves et accélérateur des capacités additionnelles chez les gestionnaires. L état des lieux du développement sur le continent africain révèle souvent que les Administrations publiques sont encore à la recherche des voies pour l atteinte de l efficience et de l efficacité.

11 1. POURQUOI DOIT- ON RENOUVELER LA FONCTION PUBLIQUE? Personne, ni aucune entité organisationnelle, n évolue dans un vide de vision, de stratégie ou de projets- résultats. Et puisqu une bonne connaissance de la réalité de l organisation doit assurer la pérennité de celle- ci, la réponse qu elle fournit à son environnement externe doit l amener à rajuster les variables du facteur organisationnel (environnement interne). Or, l environnement externe change, et la demande en service public est là pour en témoigner.

12 1. POURQUOI DOIT- ON RENOUVELER LA FONCTION PUBLIQUE? (suite et fin) Ses stratégies et sa structure d offre doivent évoluer au rythme des besoins légitimes de la société et de l économie, si ce n est pour les devancer. Il faut donc que l organisation puisse également changer son mode de réponse à la demande effective qui lui est adressée. Ce sont là des objectifs importants. Ils reflètent en partie les défis qui se posent de nos jours et la rapidité avec laquelle les choses changent.

13 2- LE REGARD DU CITOYEN Il a déjà été démontré que le niveau de tolérance des citoyens à l égard d une équipe gouvernementale est à la hauteur des attentes qu un individu peut entretenir à l égard de l Etat. Par contre, et de manière générale, les citoyens admettent malgré tout qu il serait impossible de faire fonctionner la société sans l appareil de l Etat. Dans le débat qui porte sur la place de l Etat dans l ensemble de l économie, nous avons voulu voir dans quelle mesure les citoyens croyaient que l économie, le domaine social ainsi que la vie culturelle étaient inclus dans le champ des responsabilités de l Etat ou si au contraire il serait préférable que l Etat reconnaisse que tout cela est hors de ses compétence.

14 2- LE REGARD DU CITOYEN La consultation publique vise non seulement à influencer les choix gouvernementaux du moment, mais aussi à sensibiliser l opinion publique à d autres façons de faire. En définitive, c est l appui de la population à une vision ou à une autre qui est la meilleure garantie de sa mise en œuvre par le pouvoir politique. Il s agit là d une contribution essentielle au débat démocratique. Certains gouvernements pourraient aller plus loin à l instar de la Norvège par exemple, en créant un lieu de discussion sur l ensemble des éléments macroéconomiques qui déterminent la croissance et l emploi.

15 2- LE REGARD DU CITOYEN Rappelons qu en Norvège la participation des différents acteurs à la politique économique s appuie sur une structure institutionnelle qui prend la forme d une «commission de contact» et d un «comité technique de calcul». Le comité technique réunit des économistes de tous les groupes d intérêt (syndicats, employeurs, agriculteurs ) ainsi que du gouvernement. Ce comité est chargé de proposer une lecture commune de la situation économique et de ses perspectives (évolution de la croissance, des prix, de la productivité ).

16 2- LE REGARD DU CITOYEN (suite et fin) Le rapport de ce comité technique est soumis à la commission de contact, formé de dirigeants des groupes d intérêt qui le valident et l utilisent comme base de discussion à l occasion de la préparation du budget de l Etat norvégien.

17 3- LA GOUVERNANCE A L ECHELLE INTERNATIONALE L internationalisation des politiques L administration n est plus seulement un système de gestion au service du gouvernement, elle est de plus en plus impliquée dans les rouages du «système- monde»et de la coopération internationale, et, de ce point de vue, elle a un rôle capital à jouer dans le processus de mondialisation, notamment de favoriser l émergence d un environnement favorable à la coopération et à l investissement.

18 3- LA GOUVERNANCE A L ECHELLE INTERNATIONALE La prise de conscience d un immense besoin de réforme de l Etat et de l administration, partagée par la plupart des pays, s accompagne de la nécessité d un travail plus approfondi vers la valorisation de l action administrative pour progresser dans ce que l on appelle communément la mondialisation, la globalisation et la compétitivité.

19 3- LA GOUVERNANCE A L ECHELLE INTERNATIONALE La relation entre la mondialisation et l administration peut être étudiée à deux niveaux : Le premier, le plus facilement appréhendable, est celui de la capacité de gestion des effets induits de la mondialisation. Celle-ci remodèle en effet le paysage économique international de manière radicale. Elle a pour moteur un processus généralisé de libération du commerce extérieur et des marchés des capitaux, l internationalisation croissante de la production et des stratégies de distribution des sociétés et une innovation technologique qui font tomber rapidement les obstacles s opposant encore aux échanges de biens et services et à la mobilité du capital.

20 3- LA GOUVERNANCE A L ECHELLE INTERNATIONALE Ces transformations ne peuvent rester sans effets sur l organisation et le fonctionnement des administrations publiques. Celles- ci doivent mettre en place les structures et les procédures de coordination et d arbitrages permettant de traiter en temps utiles et au mieux des intérêts nationaux les affaires correspondantes.

21 3- LA GOUVERNANCE A L ECHELLE INTERNATIONALE Le second niveau, plus difficile à saisir, est aussi le plus important à analyser, c est celui de la liaison qui existe entre mondialisation et modernisation. Les actions menées dans les différents pays sont- elles oui ou non influencées par l innovation technologique et les processus modernes de management?

22 3- LA GOUVERNANCE A L ECHELLE INTERNATIONALE Les conséquences sur l Afrique La mondialisation a des conséquences profondes pour les pays en développement. Elle leur donne des possibilités importantes, celles de rénover leur dispositif institutionnel, de l adapter aux nouvelles contraintes de la compétitivité économique qui est indissociable de la compétitivité institutionnelle, celle d élargir les débouchés extérieurs, de diversifier les produits commercialisables, de bénéficier d entrées de capitaux privés accrus et d améliorer l accès aux technologies. Les réformes axées sur l extérieur qu adoptent de plus en plus les pays en développement qui font que ces derniers sont à la fois les acteurs et les bénéficiaires de la mondialisation.

23 3- LA GOUVERNANCE A L ECHELLE INTERNATIONALE En favorisant l efficience et la productivité et en créant un climat plus favorable aux exportations et à l investissement extérieur, les réformes axées sur l extérieur ont joué un rôle déterminant dans l amélioration récente des perspectives économiques des pays en développement. La contrepartie de ces nouvelles chances, ce sont les mécanismes à mettre en place pour améliorer la gestion publique.

24 3- LA GOUVERNANCE A L ECHELLE INTERNATIONALE En effet, les pays en développement doivent se doter de solides capacités d élaboration, d exécution et de suivi de la politique économique. Il est en outre nécessaire de garantir la transparence, la prévisibilité et l impartialité des systèmes légaux et réglementaires. Cela va bien au- delà du respect des droits protégeant la propriété privée et l exécution des contrats commerciaux : il faut mettre fin à l arbitraire, aux réseaux d intérêts, aux privilèges et aux entraves à l investissement.

25 3- LA GOUVERNANCE A L ECHELLE INTERNATIONALE Par ailleurs, pour réussir l intégration dans le processus de mondialisation, les autorités nationales ne doivent ménager aucun effort pour combattre la corruption et l inefficience et rendre les administrations publiques plus comptables de leurs actions. Il faut pour cela limiter les activités motivées par la recherche de rentes, qui sont génératrices de distorsions, éliminer le gaspillage et les emplois improductifs de fonds publics et assurer la sécurité juridique et économique nécessaire.

26 3- LA GOUVERNANCE A L ECHELLE INTERNATIONALE De même une refonte importante est à entreprendre dans le système de la fonction publique tout en renforçant son efficacité. Dans le même ordre d idée, les gouvernements des pays de transitions doivent encourager activement la participation de la société civile au débat politique, économique et institutionnel et s efforcer de mobiliser un large soutien populaire à leur effort de modernisation et de rénovation.

27 3- LA GOUVERNANCE A L ECHELLE INTERNATIONALE (suite et fin) A cette fin, ils doivent mener une politique plus active d information, en expliquant les objectifs de leur action et en sollicitant la contribution de ceux auxquels elle est censée bénéficier. Le principe de gouvernance est au cœur du débat actuel sur la modernisation et la réforme. Certains pays ont en fait une priorité (pacte de bonne gestion au Maroc par exemple).

28 4- LA VISION DE DEVELOPPEMENT VERS L EMERGENCE La capacité de changement dans la sphère publique repose sur une logique d ajustement de l action publique en fonction des priorités gouvernementales et de la finalité de chacune des organisations composant le système d offre en services publics. Le processus suit une trajectoire qui va des intentions des acteurs de satisfaire la mission de leur organisation à l atteinte des résultats recherchés par les décideurs (élus au pouvoir) et les gestionnaires opérant à l échelle des organisations.

29 4- LA VISION DE DEVELOPPEMENT VERS L EMERGENCE Les intentions sont des réponses à l interprétation que font les gestionnaires, à l échelle organisationnelle, des orientations données par les politiques, à l échelle gouvernementale, et qui traduisent la demande anticipée sur laquelle seront calquées les priorités d actions, des stratégies et des structures d offre. Autrement dit, les priorités d actions découlent des décisions prises au départ par le gouvernement, dont l objet est d assurer le service aux populations et aux entreprises à travers les lois qu il adopte.

30 4- LA VISION DE DEVELOPPEMENT VERS L EMERGENCE Ces décisions du gouvernement se traduisent par des politiques et des programmes que les ministériels responsables verront, avec les dirigeants des organismes relavant de leur autorité, à mettre en œuvre. Ces politiques et programmes se déclineront en deux types de projets : à l échelle des secteurs ministériels nous auront des projets sectoriels, comme ceux du ministère de l éducation, et à l échelle des organismes nous auront des projets organisationnels, comme ceux des écoles, des collèges, des universités

31 4- LA VISION DE DEVELOPPEMENT VERS L EMERGENCE La vision, qui n est pas la mission, mais une représentation de la réponse que commande la mise en œuvre de la raison d être de l organisation au sein de la sphère publique, engage non seulement le présent mais surtout l avenir des organisations qu on y trouve, en ce que leurs résultats seront le reflet de leur perception des besoins des clientèles auxquels elles devront répondre par et dans l action publique. D où la mise en place d une stratégie et d une structure adéquate, donc de répondre à la demande à satisfaire, qui soit en rapport avec les politiques, programmes et projets qui découlent de la mission de chaque organisation.

32 4- LA VISION DE DEVELOPPEMENT VERS L EMERGENCE Les services rendus par les organisations publiques en nombre et en valeur, dépendent de la qualité des ajustements stratégiques et structurels effectués par les gestionnaires au niveau de leurs unités administratives et de leurs organisations propres. En somme, les gestionnaires, à compter d intentions gouvernementales, fondées sur la finalité qu incarne leur mission respective, tendront à satisfaire cette dernière en anticipant sur la demande relevant du périmètre et des modes d intervention de l Etat. Ils auront à répondre à cette demande par des services, à partir de voies et moyens de réponse sans doute variables, mais soumis autant qu ils sont à un impératif de satisfaction des populations servies.

33 4- LA VISION DE DEVELOPPEMENT VERS L EMERGENCE Ce que recherche l équipe de direction d un organisme public, c est non seulement satisfaire sa mission publique, mais le faire avec la performance attendue d elle comme institution publique. Ses résultats doivent être probant et être retenus comme valables suffisants et non seulement adaptés aux situations des clientèles servies mais conformes aux attentes des élus au pouvoir (ministres et autres membres du gouvernement).

34 4- LA VISION DE DEVELOPPEMENT VERS L EMERGENCE Ce faisant, l équipe de direction améliore au quotidien et au fil des expériences et des années la capacité de son organisation à changer ; donc à s adapter de manière proactive, par anticipation, ou réactive, par conformité aux exigences découlant de la dynamique temporelle de sa finalité.

35 4- LA VISION DE DEVELOPPEMENT VERS L EMERGENCE La vision organisationnelle, celle qui guide les options stratégiques, est certainement l élément dynamique du changement le plus déterminant dans le système d offre qu est l Administration publique. La vision se situe entre le passé (l anticipation) et l avenir (les priorités). La vision s inscrit dans le sens de la finalité de l organisation, sans qu elle soit à l origine de la mission dans l Administration publique..

36 4- LA VISION DE DEVELOPPEMENT VERS L EMERGENCE La vision doit donner prise à l action, donc aux politiques, programmes et projets publics. Elle est donc un pari sur la capacité d ajustement de l organisation à son environnement. Ce qui veut dire que son articulation, son acceptation et son adaptation exigent, de la part des gestionnaires qui en sont les premiers porteurs, un leadership certain dans la communication qu elle suppose pour mobiliser les forces vives à l intérieur et à l extérieur de l organisation.

37 4- LA VISION DE DEVELOPPEMENT VERS L EMERGENCE Ainsi comprise, la vision renvoie à des capacités stratégiques, structurelles, et projectives de l organisation. Capacités qui ne tiennent pas tant à l imagination de ceux qui la préconisent qu aux habilités de ceux qui l amorcent, la gèrent et l évaluent pour l engagement à nouveau.

38 4- LA VISION DE DEVELOPPEMENT VERS L EMERGENCE (suite et fin) Capacités dont il faut faire preuve tout au long des démarches visant à détecter les tendances lourdes qui, pour l organisation, se dessinent dans son environnement et qui l aident à concevoir et à mettre en œuvre des plans stratégiques et des restructurations, à exécuter et à évaluer des projets résultats, lesquels seront l expression de la mise en œuvre de la vision de l organisation. Sans eux, la mission et, partant, la vision sont pure rhétoriques managériales ou politique.

39 MERCI DE VOTRE AIMABLE ATTENTION!!!

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

Bureau du Conseil privé Examen de l assurance de la gestion des voyages et des frais d accueil

Bureau du Conseil privé Examen de l assurance de la gestion des voyages et des frais d accueil Bureau du Conseil privé Examen de l assurance de la gestion des voyages et des frais d accueil Division de la vérification et de l évaluation Rapport final Le 4 mars 2011 Table des matières Sommaire...

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS

PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS Cycle terminal de la série sciences et technologies du management et de la gestion I. INDICATIONS GÉNÉRALES L enseignement de management des organisations vise

Plus en détail

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement?

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La nouvelle loi organique relative aux lois de finances a été promulguée en août 2001. Deux ans plus tard, et bien que la mise en œuvre de cette

Plus en détail

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT)

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) FACONNER ENSEMBLE L OIT DU FUTUR «Pour tout ce qui a été, merci. Pour tout ce qui sera, oui.» (Dag

Plus en détail

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 La CONFEMEN a adhéré à l initiative «l Éducation avant tout» du Secrétaire général

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

Créateur d opportunités

Créateur d opportunités Créateur d opportunités Climat, énergie & ressources naturelles Agriculture & développement rural Marchés de l emploi & développement du secteur privé Systèmes financiers Commerce & intégration régionale

Plus en détail

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement Royaume du Maroc Ministère de l Intl Intérieur Direction Générale G des Collectivités s Locales L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

Plus en détail

Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs

Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs Lors du Sommet pleines voiles en janvier 2007, la Commission des valeurs mobilières du Nouveau-Brunswick a publié

Plus en détail

Consultation sur le projet de mise à jour des indicateurs PEFA, 7 août 2014

Consultation sur le projet de mise à jour des indicateurs PEFA, 7 août 2014 Consultation sur le projet de mise à jour des indicateurs PEFA, 7 août 2014 Madame, Monsieur Le Programme «Dépenses publiques et Responsabilité financière» (PEFA), lancé en 2001, a mis en place un cadre

Plus en détail

Les mesures en faveur de

Les mesures en faveur de Les mesures en faveur de l attractivité Invest in France La France est une destination de premier ordre pour les investissements directs étrangers. Elle accueille sur son sol plus de 0 000 entreprises

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 Institués dès 2000 par l AdCF, au lendemain de la naissance des premières communautés d agglomération issues de la loi Chevènement, le Club des agglomérations et la

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES ET DES TERRITOIRES

MASTER 1 MANAGEMENT DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES ET DES TERRITOIRES MASTER 1 MANAGEMENT DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES ET DES TERRITOIRES Libellé de l UE (Unité d enseignement) et de l EC (Elément constitutif) SEMESTRE 1 S1 : UE OBLIGATOIRES Management public et stratégie

Plus en détail

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe ÉTUDES L externalisation des activités bancaires en France et en Europe Si l externalisation des activités (outsourcing) est un phénomène courant au sein des entreprises non financières en Europe, comme

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté Forces, limites et options stratégiques Lahcen ACHY Economiste Principal, Centre Carnegie du Moyen Orient Septembre 2010 Le Maroc a enregistré

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR)

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) Profession de foi Changer la façon de s habiller, sortir des sentiers battus, et proposer une autre vision du monde. Notre mission Le groupe FAST

Plus en détail

ARTICULATION STRATEGIQUE CNOPS ET MUTUELLES : «Pour une destinée commune» -Cas de la MODEP- Présenté par : M. Mohammed Faidi

ARTICULATION STRATEGIQUE CNOPS ET MUTUELLES : «Pour une destinée commune» -Cas de la MODEP- Présenté par : M. Mohammed Faidi ARTICULATION STRATEGIQUE CNOPS ET MUTUELLES : «Pour une destinée commune» Présenté par : -Cas de la MODEP- M. Mohammed Faidi Transformation du paysage de la couverture médicale au Maroc grâce à: Une meilleure

Plus en détail

Les chartes de France Investissement

Les chartes de France Investissement Les chartes de France Investissement Introduction : le dispositif France Investissement Les PME les plus dynamiques ou à fort potentiel de croissance apportent une contribution essentielle au développement

Plus en détail

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY par Andrew Acland Résumé version longue L auteur estime que les imperfections de la démocratie citées le plus fréquemment sont entre autres le faible taux de

Plus en détail

Epargne : définitions, formes et finalités.

Epargne : définitions, formes et finalités. Epargne : définitions, formes et finalités. 1) Définitions de l épargne. Le dictionnaire Larousse définit l épargne comme une «fraction du revenu individuel ou national qui n est pas affectée à la consommation»,

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission Département des Politiques Economiques NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA Février 2005 I INTRODUCTION Le Traité instituant

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail

Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne

Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne PRONONCEZ-VOUS SUR LA QUESTION! Faites-nous parvenir vos commentaires et vos réflexions. Pour les membres de l AMQ : commentez

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso

Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso Quels statuts pour motiver les personnels et soutenir les efforts de développement

Plus en détail

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau ROYAUME DU MAROC Secrétariat d État chargé de l Eau et de l Environnement Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau Mohamed HACHIMI Du 08 au 09/07/2009 à Tunis Gouvernance au niveau des Agences

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Conférence parlementaire panafricaine sur le renforcement des capacités

Conférence parlementaire panafricaine sur le renforcement des capacités Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation Hanns Seidel Conférence parlementaire panafricaine sur le renforcement des capacités Thème: Améliorer les capacités

Plus en détail

REPRESENTATION PERMANENTE AUPRES DE LA COMMISSION DE L UNION AFRICAINE ET DE LA COMMISSION ECONOMIQUE DES NATIONS UNIES POUR L AFRIQUE ALLOCUTION INTRODUCTIVE DE S. E. M. L AMBASSADEUR LIBERE BARARUNYERETSE,

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

Allocution de Monsieur le Ministre à l occasion du 1 er meeting sur l information financière

Allocution de Monsieur le Ministre à l occasion du 1 er meeting sur l information financière Royaume du Maroc المملكة المغربية Direction du Trésor et des finances Extérieures مديرية الخزينة و المالية الخارجية Allocution de Monsieur le Ministre à l occasion du 1 er meeting sur l information financière

Plus en détail

Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010)

Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010) Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010) Les associations, souvent financées par des fonds publics doivent aujourd hui faire face à une diminution

Plus en détail

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * République Algérienne Démocratique et Populaire * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * Présidence de le république * * * * * * * * * * * * * Direction Générale de la Fonction Publique

Plus en détail

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Déposé à la Commission de l aménagement du territoire de l Assemblée nationale du Québec Dans le cadre

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

COALITION FRANCE POUR L EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE

COALITION FRANCE POUR L EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE COALITION FRANCE POUR L EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE PROPOSITIONS COMMUNES Mise en œuvre de la rénovation énergétique du parc existant de bâtiments Contact CFEE : Joël VORMUS Tél. : 01 55 86 80 08 joel.vormus@cler.org

Plus en détail

Déclaration conjointe de la CoESS et d UNI-Europa sur l harmonisation européenne des législations gouvernant le secteur de la sécurité privée

Déclaration conjointe de la CoESS et d UNI-Europa sur l harmonisation européenne des législations gouvernant le secteur de la sécurité privée Déclaration conjointe de la CoESS et d UNI-Europa sur l harmonisation européenne des législations gouvernant le secteur de la sécurité privée Introduction Dans l Union européenne, le secteur de la sécurité

Plus en détail

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Bonnes Pratiques ont été approuvées

Plus en détail

Allocution de Monsieur Emmanuel V. ADJOVI, Représentant de la l Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) à l occasion de l atelier de

Allocution de Monsieur Emmanuel V. ADJOVI, Représentant de la l Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) à l occasion de l atelier de Allocution de Monsieur Emmanuel V. ADJOVI, Représentant de la l Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) à l occasion de l atelier de formation avancée sur les noms de domaines Advanced Registry

Plus en détail

Ensemble mobilisons nos énergies

Ensemble mobilisons nos énergies Ensemble mobilisons nos énergies «Lancé en Juin 2005, SIRIUS est désormais un projet au cœur de notre entreprise, au service des ambitions et des objectifs qui s inscrivent dans le cadre de notre stratégie

Plus en détail

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME)

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) Latifa ECHIHABI (Directeur Général, ANPME, 10, rue Ghandi, BP : 211, Rabat,

Plus en détail

1 De la logique de l entreprise au projet managérial

1 De la logique de l entreprise au projet managérial De la logique de l entreprise au projet managérial Caisse à outils du manager en quête de performances managériales!. Rappel de ce qu est la logique de l entreprise Une entreprise se définit comme la somme

Plus en détail

La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC

La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC INTRODUCTION La mise en œuvre d un projet de rénovation urbaine suppose un pilotage opérationnel fort, s appuyant

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

L Algérie est honorée d accueillir, à cette occasion, les éminents experts venus partager avec nous leurs expériences en la matière.

L Algérie est honorée d accueillir, à cette occasion, les éminents experts venus partager avec nous leurs expériences en la matière. Mesdames et Messieurs, Je suis particulièrement heureux de prendre part à ce séminaire organisé, sous le haut patronage de Son Excellence le Président de la République, Monsieur Abdelaziz BOUTEFLIKA, par

Plus en détail

Notre approche de développement local

Notre approche de développement local Notre approche de développement local Renforcer le pouvoir d agir des personnes et des collectivités La grande marche de la démocratie La Déclaration universelle des droits de l homme adoptée en 1948 affirme

Plus en détail

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Fiche n 6 Trois priorités pour les futures négociations 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Lorsque le contexte change, il est très important de vérifier si les objectifs d un système sont toujours adaptés

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale LE CRÉS DU CENTRE-DU-QUÉBEC SE VEUT UN LIEU DE CONCERTATION ET D HARMONISATION, UN LIEU DE PLANIFICATION DU DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL, UN LIEU D INTERFACE ET D ARRIMAGE

Plus en détail

INPED INFO. N 1 Mars Année 2009. Bulletin bimestriel d information et de communication (Short version) Editorial. Editorial

INPED INFO. N 1 Mars Année 2009. Bulletin bimestriel d information et de communication (Short version) Editorial. Editorial Editorial Les axes stratégiques de la transformation de l INPED en Grande Ecole de Management International Editorial Les axes stratégiques de la transformation de l INPED en Grande Ecole de Management

Plus en détail

La Relation Président-Directeur

La Relation Président-Directeur Journée des Présidents Mercredi 8 Novembre 2000 Assemblée Nationale La Relation Président-Directeur Quelle répartition des compétences au sein des associations? Jean-François PEPIN Consultant en Management

Plus en détail

«Rencontres des Transmusicales» 5 décembre 2015

«Rencontres des Transmusicales» 5 décembre 2015 La réforme territoriale, quelle place pour la culture dans la recomposition des territoires? Réforme des collectivités territoriales Europe Acte 3 de la décentralisation Points d étapes et actualités «Rencontres

Plus en détail

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Cabinet du ministre Communiqué de presse BUDGET 2013-2014 COMMUNIQUÉ N 2 BUDGET 2013-2014 Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Québec, le 20 novembre 2012 «Pour accélérer la croissance

Plus en détail

Chapitre 7 Ministère du Développement des ressources humaines / Andersen Consulting

Chapitre 7 Ministère du Développement des ressources humaines / Andersen Consulting Ministère du Développement des ressources humaines / Andersen Consulting Contenu Contexte................................................................ 101 Examen du contrat........................................................

Plus en détail

Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe

Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe Un cadre d action commun des partenaires sociaux européens du secteur de l électricité I. Introduction

Plus en détail

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents?

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? > pour un meilleur rendement des organisations et des personnes Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? L optimisation du capital

Plus en détail

Gestion commerciale LCA.8Z. Information : (514) 376-1620, poste 419

Gestion commerciale LCA.8Z. Information : (514) 376-1620, poste 419 Gestion LCA.8Z Information : (514) 376-1620, poste 419 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler 35 unités 1/3. Buts généraux du programme Ce programme

Plus en détail

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants?

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants? Renforcement des capacités en matière de Leadership au niveau du Secteur Public dans le contexte de la crise financière et économique Par Dr. Najat ZARROUK Introduction Quels défis pour l Administration

Plus en détail

Objet : Délégation d autorité améliorée vers les bureaux hors Siège de l UNESCO et liens hiérarchiques révisés

Objet : Délégation d autorité améliorée vers les bureaux hors Siège de l UNESCO et liens hiérarchiques révisés La Directrice générale DG/Note/14/3 3 janvier 2014 Original : anglais Directeur général adjoint Sous-Directeurs généraux Directeurs des bureaux, offices et divisions du Siège Directeurs et chefs des unités

Plus en détail

Conseil Interrégional des Chambres des Métiers de la GR 2

Conseil Interrégional des Chambres des Métiers de la GR 2 Initiative du CICM Proposition au Sommet de la GR "Green Deal en vue d une politique énergétique et climatique efficiente dans la GR en coopération avec les PME de l artisanat" L Artisanat de la Grande

Plus en détail

Mission d assistance technique de l AFRITAC Centre ATELIER TECHNIQUE SUR LA STRUCTURATION DES PROGRAMMES BUDGETAIRES

Mission d assistance technique de l AFRITAC Centre ATELIER TECHNIQUE SUR LA STRUCTURATION DES PROGRAMMES BUDGETAIRES F O N D S M O N É T A I R E I N T E R N A T I O N A L Centre Régional d Assistance Technique pour l Afrique Centrale AFRITAC Centre - Libreville, Gabon Mission d assistance technique de l AFRITAC Centre

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement Groupe de la Banque africaine de développement ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement AU SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES SERVICES DE LA BANQUE

Plus en détail

Analyse et suivi budgétaire par Social Watch Bénin: un exemple de contrôle citoyen

Analyse et suivi budgétaire par Social Watch Bénin: un exemple de contrôle citoyen * Analyse et suivi budgétaire par Social Watch Bénin: un exemple de contrôle citoyen LOKOSSA, 25 février 2010 Jean-Pierre DEGUE Chargé de Programmes Social Watch Bénin, Tél. 95 15 22 48 1 INTRODUCTION

Plus en détail

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Executive summary (1) Les transformations des DSI L entreprise et

Plus en détail

Évaluation : rapport annuel

Évaluation : rapport annuel CONSEIL EXÉCUTIF EB137/7 Cent trente-septième session 8 mai 2015 Point 8.2 de l ordre du jour provisoire Évaluation : rapport annuel 1. Le Conseil exécutif à sa trente et unième session a approuvé la politique

Plus en détail

SYNTEC NUMERIQUE 2013-2015 : PLAN STRATEGIQUE

SYNTEC NUMERIQUE 2013-2015 : PLAN STRATEGIQUE SYNTEC NUMERIQUE 2013-2015 : PLAN STRATEGIQUE Introduction Depuis plus de 30 ans, Syntec Numérique, première chambre syndicale des métiers du numérique, représente les entreprises de son secteur pour défendre

Plus en détail

CHARTE OFFICE CANTONAL DES ASSURANCES SOCIALES

CHARTE OFFICE CANTONAL DES ASSURANCES SOCIALES 2 2 CHARTE OFFICE CANTONAL DES ASSURANCES SOCIALES 4 SOMMAIRE Préambule 5 Présentation 6 Mission 6 Vision 7 Management 7 Nos clients 8 Nos partenaires 8 Collaborateurs 11 Environnement 11 5 6 PRÉAMBULE

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2009 PFA POUR DÉCISION

Conseil d administration Genève, novembre 2009 PFA POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.306/PFA/12/2 306 e session Conseil d administration Genève, novembre 2009 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION DOUZIÈME QUESTION

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE est aujourd hui un enjeu de première importance pour les entreprises : il reflète la prise de conscience grandissante

Plus en détail

Le financement de la formation professionnelle

Le financement de la formation professionnelle Idées, concepts et politiques Le financement de la formation professionnelle Financing vocational training, Professeur Adrian Ziderman, Bar-Ilan University, Israël, zidera@mail.biu.ac.il Le système de

Plus en détail

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 1 Les partis pris méthodologiques Privilégier la participation active pour une co-production Sont privilégiées les approches et méthodologies

Plus en détail

Synthèse du portrait prospectif approfondi de la branche des cabinets d avocats

Synthèse du portrait prospectif approfondi de la branche des cabinets d avocats Synthèse du portrait prospectif approfondi de la branche des cabinets d avocats Observatoire des Métiers des Professions Libérales 52-56, rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET Cedex Tél. 01 46 39 38 77 -

Plus en détail

CHARTE É THIQUE GROUPAMA

CHARTE É THIQUE GROUPAMA CHARTE É THIQUE GROUPAMA 2 Message du directeur général Fidèle à son engagement de satisfaire ses sociétaires et ses clients en leur apportant le meilleur service au meilleur coût, Groupama a développé

Plus en détail

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Trousse d information L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Novembre 2004 L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé L approche populationnelle

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005 LE COACHING Texte communiqué par Norbert CASAS MONTPELLIER Mars 2005 Le terme de «coaching» recouvre aujourd hui une réalité disparate car il et utilisé dans de nombreux domaines aussi divers que la gestion

Plus en détail

Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie et des Finances Québec, Septembre 2008

Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie et des Finances Québec, Septembre 2008 Le Budget Genre au Maroc, une perspective stratégique pour l égalité des sexes et l habilitation des femmes Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie

Plus en détail

Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision

Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision Rédaction : Yves Gagnon, FCGA, OMA Consultant en gestion municipale Décembre 2008

Plus en détail

PAYS EN DÉVELOPPEMENT

PAYS EN DÉVELOPPEMENT Chapitre 6 PAYS EN DÉVELOPPEMENT Comment l OMC traite les besoins spéciaux d un groupe de plus en plus important 1. Aperçu général Sur les 150 membres environ de l OMC, à peu près deux tiers sont des pays

Plus en détail

Fiche d information 3 OÙ IRA L ARGENT?

Fiche d information 3 OÙ IRA L ARGENT? Fiche d information 3 OÙ IRA L ARGENT? Le plan d investissement pour l Europe sera constitué d un ensemble de mesures visant à libérer au moins 315 milliards d euros d investissements publics et privés

Plus en détail

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS FR PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS Déclarons 2012 Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations The European Older People s Platform La Plate-forme européenne

Plus en détail

Une réponse au défi Création de richesses collectives durables

Une réponse au défi Création de richesses collectives durables 29 Une réponse au défi Création de richesses collectives durables La question de la propriété est au centre des valeurs qui animent l économie sociale. L économie est devenue guerrière lorsqu elle a mis

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/CECI/2015/4 Conseil économique et social Distr. générale 30 juin 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration économiques

Plus en détail