Plan d action de l ISO pour les pays en développement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015"

Transcription

1 Plan d action de l ISO pour les pays en développement

2 ISO l Organisation internationale de normalisation L ISO comprend 163* membres qui sont les instituts nationaux de normalisation de pays industrialisés, en développement et en transition, de toutes tailles et de toutes les régions du monde. La collection de l ISO compte actuellement plus de * normes, qui fournissent au monde économique, aux gouvernements et à la société dans son ensemble des outils concrets pour les trois volets économique, environnemental et sociétal du développement durable. Les normes ISO apportent une contribution positive au monde dans lequel nous vivons. Elles facilitent le commerce, favorisent le partage des connaissances et contribuent à la diffusion du progrès technologique et des bonnes pratiques de management et d évaluation de la conformité. Les normes ISO offrent des solutions et des avantages à la quasi-totalité des secteurs d activité agriculture, bâtiment, ingénierie mécanique, fabrication, distribution, transports, dispositifs médicaux, technologies de l information et de la communication, environnement, énergie, management de la qualité, évaluation de la conformité et services. L ISO n élabore que des normes requises par le marché. Les travaux sont menés à bien par des experts directement issus des secteurs de l industrie, de la technique et de l économie qui ont identifié le besoin d une norme et en tirent profit par la suite. À ces experts peuvent s adjoindre d autres spécialistes représentant des organismes gouvernementaux, des laboratoires d essais, des groupes de consommateurs, des milieux universitaires, et des organisations internationales gouvernementales et non gouvernementales. Une Norme internationale ISO représente un consensus mondial sur les connaissances les plus avancées sur le sujet traité dans la norme. * À fin octobre 2010.

3 PLAN D ACTION DE L ISO POUR LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT UNE VISION MONDIALE POUR L ISO EN 2015 Etre le premier fournisseur mondial de Normes internationales de haute qualité, pertinentes sur le plan mondial, au travers de ses membres et de ses parties prenantes. OBJECTIF CLÉ DE L ISO POUR LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT Les capacités des pays en développement et leur participation à la normalisation internationale sont en hausse sensible. Avant-propos Les membres des pays en développement jouent un rôle majeur en orientant l ensemble du processus d assistance technique de l ISO. Les outils utilisés lors de la mise en œuvre du Plan d action actuel continueront d être utilisés et affinés, si besoin est, pour aider les membres des pays en développement à identifier leurs besoins et à mesurer l efficacité des actions entreprises. Les membres des pays en développement ont la responsabilité de surveiller la mise en œuvre du Plan d action lors de la réunion annuelle du Comité de l ISO pour les questions relatives aux pays en développement (DEVCO). Ils ont également le devoir de s assurer que l assistance technique qu ils reçoivent profite à toutes les parties prenantes au niveau national, et l on attend de leur part qu ils aident l ISO à mesurer les impacts d une telle assistance. Si l ISO, avec le soutien de donateurs, peut aider les membres des pays en développement à tirer le meilleur parti de leur adhésion à l ISO, les objectifs du présent Plan d action ne peuvent être atteints que si les membres s approprient pleinement la mise en œuvre des activités identifiées pour chaque résultat attendu. En particulier, les membres de l ISO devraient déployer tous leurs efforts pour promouvoir la normalisation dans leur pays afin d obtenir des fonds des parties prenantes et des organisations compétentes pour la mise en œuvre des activités du Plan. Le Plan d action de l ISO pour les pays en développement sera administré par le département Développement et services de formation (DEVT) au Secrétariat Central de l ISO (ISO/CS).

4 But (objectif d ensemble) Objectif spécifique (à court terme) Résultats Contribuer à faire progresser la croissance économique des pays en développement et l accès de ces pays aux marchés mondiaux, améliorer la vie des citoyens, favoriser l innovation et le progrès technique et réaliser le développement durable, dans ses dimensions économique, environnementale et sociétale. Renforcer l infrastructure nationale de normalisation dans les pays en développement afin d accroître leur participation à l élaboration, à l adoption et à la mise en œuvre des Normes internationales dans les secteurs et les sujets qui présentent pour eux un intérêt. Les résultats attendus de la mise en œuvre des activités du Plan d action concernent différents aspects: participation accrue des pays en développement aux travaux techniques de l ISO, renforcement des capacités, meilleure sensibilisation au rôle de la normalisation et aux avantages à en tirer et nécessité de participer aux activités de normalisation, renforcement des membres de l ISO dans les pays en développement au niveau institutionnel, encouragement à une meilleure coopération régionale, et intégration de la normalisation en tant que sujet d étude dans les programmes d enseignement.

5 1 Résultat1: Participation accrue aux travaux techniques de l ISO La participation des pays en développement aux travaux techniques des comités techniques (TC), sous-comités (SC) et groupes de travail (GT) de l lso est essentielle afin d assurer que leurs intérêts soient pris en compte, ce qui contribue à renforcer la pertinence globale de l ISO et de ses référentiels. Activités Les pays en développement identifient les domaines pertinents afin que les activités visant à aider la participation soient bien ciblées. L ISO/CS et les responsables des TC/SC fournissent des informations sur le rôle et les activités de facilitation des TC à cette fin Encourager l établissement d accords de jumelage/ partenariat entre les membres de l ISO dans les pays en développement et les pays développés. Mesurer l efficacité de ces accords par l augmentation du nombre de fonctions de responsabilité prises en charge par des pays en développement au cours de la période couverte par le Plan d action Fournir des ressources pour que les participants des pays en développement puissent assister et contribuer efficacement aux réunions de TC, SC et GT qui sont pour eux pertinentes Identifier clairement les compétences et l expérience nécessaires pour accroître la participation aux travaux techniques de l ISO et fournir une formation régionale et/ou des cours à distance pour aider les membres de l ISO à acquérir des compétences et de l expérience directement et auprès de leurs parties prenantes. Plus précisément, offrir une formation qui permettra aux représentants des pays en développement de prendre en charge des fonctions de responsabilité dans les comités de l ISO (président, secrétaire, animateur) ou d établir des accords de jumelage/partenariat Organiser à l intention des membres de l ISO dans les pays en développement des formations au niveau régional/national sur l utilisation des outils électroniques ISO pour la participation aux travaux d élaboration des normes. Faire en sorte que les outils électroniques ISO évoluent de manière à répondre aux besoins des pays en développement. Groupe cible Les membres de l ISO dans les pays en développement et leurs parties prenantes clés, notamment l industrie, les pouvoirs publics au niveau national, provincial et local, les consommateurs et les groupes de consommateurs, les associations et organismes professionnels, les organismes chargés de la qualité/ de l évaluation de la conformité, les organisations syndicales, les établissements d enseignement et de recherche, les organisations non gouvernementales (ONG). Tous les membres de l ISO pour ce qui a trait aux questions de jumelage/ partenariat.

6 2 Résultat 2 : Renforcement des capacités en matière de normalisation et activités connexes pour les membres de l ISO et leurs parties prenantes Les activités de renforcement des capacités pour le personnel des organismes nationaux de normalisation (ONN), leurs principales parties prenantes et experts nationaux visent à fournir des recommandations sur les bonnes pratiques en normalisation que l ONN applique dans l infrastructure nationale de normalisation. Des activités sont aussi réalisées pour développer les compétences et les connaissances d experts des pays en développement afin qu ils participent au processus de la normalisation internationale. Activités Les pays en développement identifient les domaines pertinents afin que les activités de renforcement des capacités soient bien focalisées. L ISO/CS et les membres de l ISO fournissent une assistance et un encadrement à cette fin Identifier les besoins, organiser et animer des ateliers régionaux/ nationaux et des cours sur un choix de sujets de normalisation, en particulier sur des sujets où des Normes internationales pertinentes pour les pays en développement sont en cours d élaboration ou d examen Identifier les besoins et mettre en place des programmes régionaux/nationaux de formation des formateurs, y compris l encadrement ultérieur des stagiaires, visant à créer un ensemble commun de ressources à la disposition des utilisateurs de Normes internationales, afin de les guider dans l application de ces normes Identifier les besoins et élaborer et diffuser des manuels et des supports de formation complets (avec manuel du présentateur, manuel du participant, vidéos et manuel de base) sur un choix de sujets de normalisation pertinents pour les membres de l ISO dans les pays en développement et leurs parties prenantes Fournir des équipements liés aux technologies de l information et de la communication (TIC) et former le personnel de l ONN à leur utilisation dans un choix de pays pour permettre aux membres de l ISO de participer plus efficacement aux travaux techniques de l ISO Fournir et encourager le recours à des formations à distance sur les aspects fondamentaux de la normalisation internationale Mettre en place des modules et des cours de formation montrant la valeur de la participation de groupes de parties prenantes d un membre de l ISO dans un pays en développement aux activités de normalisation. Cibler les initiatives sur les domaines où l ONN réalise des activités de normalisation ou perçoit un potentiel pour de telles activités. Groupe cible Les membres de l ISO dans les pays en développement et leurs parties prenantes clés, notamment l industrie, les pouvoirs publics au niveau national, provincial et local, les consommateurs et les groupes de consommateurs, les associations et organismes professionnels, les organisations syndicales, les établissements d enseignement et de recherche, les ONG, les organismes faisant partie de l infrastructure nationale de la qualité, les organismes dotés de ressources limitées, par exemple les petites et moyennes entreprises.

7 3 Résultat 3 : Meilleure sensibilisation au rôle des Normes internationales et aux avantages à tirer de leur utilisation. Les Normes internationales sont donc de plus en plus utilisées La sensibilisation à l importance d utiliser les normes dans toutes les sphères de l activité économique pour atteindre des objectifs de développement durable est un élément clé des politiques nationales relatives à la qualité. Elle est également utile pour faire participer les parties prenantes et les utilisateurs finals des Normes internationales aux travaux de normalisation au niveau national et international. Activités Les pays en développement identifient les domaines pertinents afin que les activités de sensibilisation soient bien ciblées. L ISO/CS et les membres de l ISO fournissent une assistance et un encadrement à cette fin Identifier les parties prenantes clés sur lesquelles devra être centrée l activité et établir un programme qui se traduira par un message harmonisé et cohérent, pertinent pour chaque partie prenante, et leur montrer l intérêt des Normes internationales et de leur utilisation Organiser des événements de sensibilisation au niveau mondial/régional/national (conférences, séminaires, ateliers) Organiser des concours à l échelle mondiale afin de sensibiliser des groupes cibles spécifiques aux aspects clés de la normalisation Développer et diffuser des publications ISO sur la normalisation (sous forme imprimée et électronique, y compris en utilisant les services basés sur le Web, les nouveaux médias et les plates-formes de communication comme les réseaux sociaux) Lorsqu une norme présentant une valeur et un intérêt particuliers pour une ou plusieurs parties prenantes est publiée, informer les intéressés de cette publication en leur expliquant clairement comment la norme les aidera à atteindre leurs buts et objectifs. Groupe cible Les membres de l ISO dans les pays en développement et leurs principales parties prenantes, les décideurs politiques du gouvernement par exemple pour l environnement, l industrie, la planification économique, la santé et la sécurité, le commerce international, la protection des consommateurs les autorités de réglementation, le grand public, les secteurs de l industrie d exportation, les organisations de promotion du commerce, les points d information de l Organisation mondiale du commerce (OMC) et de la Commission du Codex Alimentarius.

8 4 Résultat 4 : Renforcement des membres de l ISO dans les pays en développement au niveau institutionnel Les organismes nationaux de normalisation opèrent dans différents types de cadres juridiques et institutionnels, ainsi que dans différents contextes économiques qui n ont pas suffisamment conscience de l intérêt des normes et dont le fonctionnement n est, de ce fait, pas toujours optimal. La solidité, la compétence et la crédibilité de l ONN sont essentielles pour assurer une participation adéquate aux travaux de la normalisation internationale et pour la mise en application des normes. Activités Les pays en développement identifient les obstacles afin que les activités visant à renforcer leur rôle au niveau institutionnel soient bien focalisées. Il faut notamment s assurer que les processus et systèmes utilisés dans la normalisation aident à renforcer le rôle de l ONN. L ISO/CS et les membres de l ISO fournissent une assistance et un encadrement à cette fin Organiser des ateliers et des cours au niveau mondial/régional/ national pour les cadres moyens et supérieurs de l ONN, en se fondant sur les publications de l ISO portant sur les aspects relatifs au renforcement des institutions. Parmi les sujets susceptibles d être traités: formulation d une stratégie nationale de normalisation, marketing et communication, appui à la direction, diversification des sources de revenu, infrastructure TIC, renforcement du rôle de l ONN dans la mise en place des infrastructures nationales de la qualité avec des organisations internationales et régionales partenaires, implication des parties prenantes, appui à la bonne gouvernance au sein de l ONN et des organes de gouvernance de l ISO, etc. Mesurer l efficacité de ces activités et tirer parti des résultats pour les améliorer Donner des orientations et des conseils aux dirigeants de l ONN grâce à des missions de conseil à court terme répondant à un ou plusieurs besoins clairement identifiés Encourager des partenariats entre les membres de l ISO bénéficiaires et d autres membres de l ISO, à la fois des pays en développement et des pays développés (stages et bourses, encadrement, échanges de manuels et de procédures de bonnes pratiques). Mesurer l efficacité de ces partenariats et tirer parti des résultats pour les améliorer. Groupe cible Un choix de membres de l ISO dans les pays en développement et leurs organes associés (membres du Conseil/Bureau, membres de comité, organismes assurant des ressources financières directes, etc.).

9 5 Résultat 5 : Renforcement de la coopération régionale La coopération régionale de nature à favoriser l échange d expériences entre les membres de l ISO et d autres partenaires aux niveaux régional et sous-régional, notamment dans le domaine de l harmonisation des normes nationales et régionales avec les Normes internationales, est une approche essentielle pour permettre aux pays en développement de relever les défis de la mondialisation et de s intégrer plus efficacement au système commercial multilatéral. Des aspects tels que les dimensions économique, environnementale et sociétale du développement durable au niveau régional sont identifiés et des réponses appropriées sont formulées par les membres de l ISO dans la région. Activités Les pays en développement identifient les domaines de coopération au niveau régional afin que les activités visant à renforcer cette coopération soient bien ciblées. L ISO/CS et les membres de l ISO fournissent une assistance et un encadrement à cette fin Organiser des réunions et des forums auxquels participeront les directeurs généraux des membres de l ISO pour un partage d expériences, entre autres, sur les bonnes pratiques en matière de normalisation, la gouvernance des ONN et la participation des parties prenantes, la sensibilisation des décideurs politiques, la viabilité financière, les liens entre l ONN et les autorités de réglementation, et la réponse aux besoins des clients pour assurer la viabilité à long terme. Mesurer l efficacité de ces activités et tirer parti des résultats pour les améliorer à l avenir Encourager le développement d accords de collaboration ou de coopération entre membres de l ISO actuels et potentiels et d autres partenaires potentiels aux niveaux régional et sousrégional. Mesurer l efficacité de ces accords et tirer parti des résultats pour les améliorer à l avenir Créer et mettre en commun un ensemble de ressources et de compétences de formation sur la normalisation et les questions connexes. Mesurer l efficacité de ces ressources communes et tirer parti des résultats pour améliorer les compétences et l expérience à disposition Coopérer avec des organisations régionales et sous-régionales impliquées dans la normalisation ou dans des activités associées à la normalisation, dans le domaine de l assistance technique (formation, sensibilisation, développement des capacités) et la traduction de publications de l ISO dans la langue la plus utilisée dans les régions respectives. Mesurer l efficacité d une telle coopération afin d en évaluer l intérêt pour toutes les parties et de l améliorer encore. Groupe cible Les membres de l ISO dans les pays en développement et leurs principales parties prenantes, les organisations régionales et sousrégionales impliquées dans la normalisation ou dans des activités associées à la normalisation.

10 6 Résultat 6 : Intégration de la normalisation en tant que sujet d étude dans les programmes d enseignement Il est notoire que la connaissance de la normalisation et de ses avantages pour le monde économique, les gouvernements et la société est perçue de plus en plus comme un «bagage» indispensable pour les futurs professionnels et gestionnaires du secteur public et du secteur privé. S il est clairement nécessaire d intégrer la normalisation dans les programmes de l enseignement supérieur, il est également possible de sensibiliser les jeunes générations à des sujets de normalisation spécifiques au niveau des classes primaires et secondaires. Activités Les pays en développement identifient les domaines de discussion/collaboration avec les universités, afin que les activités visant à renforcer cette coopération soient bien ciblées. L ISO/CS et les membres de l ISO fournissent une assistance et un encadrement à cette fin Encourager le renforcement des relations entre les membres de l ISO et les établissements universitaires au niveau national. Mesurer l efficacité de l opération et tirer parti des résultats dans la formation et dans d autres enceintes Préparer et diffuser du matériel pédagogique (brochures d information, publications, outils de formation à distance) en coopération avec les membres de l ISO et des institutions universitaires Organiser des conférences et des séminaires sur la normalisation, en collaboration avec les instituts d enseignement supérieur et les organisations internationales impliquées dans ce domaine Promouvoir le Trophée ISO pour l enseignement supérieur en normalisation. Mesurer l efficacité du Trophée et en tirer parti pour s assurer que les objectifs du Prix sont bien atteints. Groupe cible Les membres de l ISO dans les pays en développement, les établissements d enseignement supérieur (universités, écoles de commerce, instituts de technologie, etc.), les écoles primaires et secondaires.

11 La valeur ajoutée de l ISO est fondée sur: Une expérience acquise reconnue dans l édification d un consensus international Une large reconnaissance de la marque et du nom sur la scène mondiale Des processus fiables et éprouvés qui sont transparents, inclusifs et ouverts pour garantir que les normes ISO sont le fruit d un consensus fort au sein d un vaste ensemble de parties prenantes concernées L aptitude à fournir des Normes internationales pour contribuer à la mise en œuvre des réglementations Son rôle de chef de file dans la production de normes et de guides relatifs à l évaluation de la conformité Son rôle de chef de file dans l utilisation d outils informatiques pour la production et la diffusion des normes. Une gamme étendue de référentiels pour la plupart des secteurs de l économie, et traitant de questions centrales touchant l environnement et la société Une base solide constituée de membres nationaux, qui garantit un large consensus, une vaste diffusion des référentiels de l ISO et le retour d informations du marché, nécessaire pour leur mise à jour et leur développement Son travail en réseau à grande échelle, tant au niveau international qu au niveau régional

12 Secrétariat central de l ISO 1, ch. de la Voie-Creuse Case postale 56 CH-1211 Genève 20 Suisse Tél.: Fax : Web : ISO, /1 000 Tous droits réservés. ISBN

talent Développer le Catalogue des programmes ISO d assistance technique et de formation pour les membres de l ISO

talent Développer le Catalogue des programmes ISO d assistance technique et de formation pour les membres de l ISO Développer le talent Catalogue des programmes ISO d assistance technique et de formation pour les membres de l ISO Organisation internationale de normalisation L ISO en bref L ISO est l Organisation internationale

Plus en détail

Diffuser les documents ISO auprès des comités miroirs nationaux

Diffuser les documents ISO auprès des comités miroirs nationaux Diffuser les documents ISO auprès des comités miroirs nationaux Disseminating ISO Documents to National Mirror Committees L ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Les 162*

Plus en détail

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante?

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante? Découvrir ISO 26000 La présente brochure permet de comprendre les grandes lignes de la Norme internationale d application volontaire, ISO 26000:2010, Lignes directrices relatives à la responsabilité. Elle

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

Gagner le défi de l énergie avec ISO 50001 ISO 50001. management de l énergie

Gagner le défi de l énergie avec ISO 50001 ISO 50001. management de l énergie Gagner le défi de l énergie avec ISO 50001 ISO 50001 management de l énergie L ISO en bref * En juin 2011 L ISO, Organisation internationale de normalisation, est composée de 160* membres qui sont les

Plus en détail

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Apprendre pour le travail, la citoyenneté et la durabilité DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Suggestions à l UNESCO pour la planification d actions en matière

Plus en détail

Principales stratégies pour les années 1999-2001

Principales stratégies pour les années 1999-2001 L ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Elle est composée des organismes nationaux de normalisation de pays grands et petits, industrialisés et en développement, de toutes

Plus en détail

Des évènements «durables» avec ISO 20121. able Sustainable events with inable events wi ISO 20121 ISO 20121. stainable events

Des évènements «durables» avec ISO 20121. able Sustainable events with inable events wi ISO 20121 ISO 20121. stainable events stainable events ISO 20121 able Sustainable events with even inable events wi th ISO 20121 with ISO 20121 Des évènements «durables» avec ISO 20121 O inable 20121 events wi L ISO est l Organisation internationale

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE Projet Document IMCHE/2/CP2 1 ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA

Plus en détail

ISO14 0 01 ENVIRONNEMENTAL. Liste de contrôle à l usage des PME Êtes-vous prêt? SYSTÈMES DE MANAGEMENT

ISO14 0 01 ENVIRONNEMENTAL. Liste de contrôle à l usage des PME Êtes-vous prêt? SYSTÈMES DE MANAGEMENT ISO14 0 01 SYSTÈMES DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL Liste de contrôle à l usage des PME Êtes-vous prêt? ISO14 0 01 SYSTÈMES DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL Liste de contrôle à l usage des PME Êtes-vous prêt?

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Organisation internationale de normalisation

Organisation internationale de normalisation Organisation internationale de normalisation ISO 9001 Qu en attendre dans les chaînes d approvisionnement? Introduction Vous qui êtes appelé à sélectionner vos fournisseurs, ou qui avez la responsabilité

Plus en détail

ISO/CEI 27001. Technologies de l information Techniques de sécurité Systèmes de management de la sécurité de l information Exigences

ISO/CEI 27001. Technologies de l information Techniques de sécurité Systèmes de management de la sécurité de l information Exigences NORME INTERNATIONALE ISO/CEI 27001 Deuxième édition 2013-10-01 Technologies de l information Techniques de sécurité Systèmes de management de la sécurité de l information Exigences Information technology

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS concernant l application de l article 41 de la Loi sur les langues officielles 2009-2012 TABLE DES MATIÈRES Glossaire... 1 Renseignements généraux... 2 Résumé des résultats

Plus en détail

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat)

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat) DIXIEME SESSION DE LA CONFERENCE DES PARTIES Bergen, 20-25 novembre 2011 Point 18 de l ordre du jour CONVENTION SUR LES ESPECES MIGRATRICES CMS Distribution: Générale PNUE/CMS/Conf.10.17 26 septembre 2011

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

LA VALEUR AJOUTEÉ DE LA TIERCE PARTIE EN INSPECTION ET CERTIFICATION

LA VALEUR AJOUTEÉ DE LA TIERCE PARTIE EN INSPECTION ET CERTIFICATION INTERNATIONAL CONFEDERATION OF INSPECTION AND CERTIFICATION ORGANISATIONS LA VALEUR AJOUTEÉ DE LA TIERCE PARTIE EN INSPECTION ET CERTIFICATION QUI SOMMES NOUS ET QUE FAISONS NOUS? CEOC international est

Plus en détail

Formation professionnelle: réflexions de base

Formation professionnelle: réflexions de base Formation professionnelle: réflexions de base Édition 2015 PAGE 2 DOCUMENT DE POSITION La formation professionnelle est une clé essentielle du développement qualitatif de l accueil extrafamilial. En sa

Plus en détail

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE Mieux comprendre le système commercial de l OMC Le saviez vous? Plus de 14 7 participants issus de pays en développement ont bénéficié des cours de formation et des programmes

Plus en détail

Mandat concernant l examen des activités d assistance technique de l OMPI dans le domaine de la coopération pour le développement

Mandat concernant l examen des activités d assistance technique de l OMPI dans le domaine de la coopération pour le développement F CDIP/4/8/REV/TOR ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 20 OCTOBRE 2010 Mandat concernant l examen des activités d assistance technique de l OMPI dans le domaine de la coopération pour le développement établi par

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2012-2015

Plan d action de développement durable 2012-2015 Plan d action de développement durable 2012-2015 1 contexte Avec l adoption de sa Politique de développement durable par le Conseil d administration le 15 mai 2008, l École de technologie supérieure (ÉTS)

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE Adoptée par le Conseil d administration le 15 mai 2008 par sa résolution CA-265-2647, mise à jour le 15 novembre 2012 par la résolution CA-301-3112 1. PRÉAMBULE Alors

Plus en détail

Secrétariat de la Convention de Stockholm Téléphone : +41 22 917 81 70 sur les polluants organiques persistants Fax : +41 22 917 80 98

Secrétariat de la Convention de Stockholm Téléphone : +41 22 917 81 70 sur les polluants organiques persistants Fax : +41 22 917 80 98 Téléphone : +41 22 917 81 70 sur les polluants organiques persistants Fax : +41 22 917 80 98 International Environment House Mél : ssc@pops.int 11-13 chemin des Anémones Site Internet : www.pops.int CH

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Code de conduite en matière de jeu responsable

Code de conduite en matière de jeu responsable Code de conduite en matière de jeu responsable 1 Notre mission Loto-Québec a pour mission première d exploiter dans l ordre et la mesure les jeux de hasard et d argent au Québec. Créée en 1969 afin d implanter

Plus en détail

POINT DE CONTACT NATIONAL MAROCAIN pour les Principes directeurs de l OCDE à l'intention des entreprises multinationales

POINT DE CONTACT NATIONAL MAROCAIN pour les Principes directeurs de l OCDE à l'intention des entreprises multinationales POINT DE CONTACT NATIONAL MAROCAIN pour les Principes directeurs de l OCDE à l'intention des entreprises multinationales LE POINT DE CONTACT NATIONAL MAROCAIN (PCN) En 2009: Adhésion du Royaume du Maroc

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES

LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES SUR MOBILE AU MOYEN D UNE RÉGLEMENTATION CIBLÉE Organisé

Plus en détail

ASSISTANCE ET RENFORCEMENT DES CAPACITÉS OFFERTS DANS D AUTRES INSTANCES INTERNATIONALES. Document soumis par l Unité d appui à l application *

ASSISTANCE ET RENFORCEMENT DES CAPACITÉS OFFERTS DANS D AUTRES INSTANCES INTERNATIONALES. Document soumis par l Unité d appui à l application * RÉUNION DES ÉTATS PARTIES À LA CONVENTION SUR L INTERDICTION DE LA MISE AU POINT, DE LA FABRICATION ET DU STOCKAGE DES ARMES BACTÉRIOLOGIQUES (BIOLOGIQUES) OU À TOXINES ET SUR LEUR DESTRUCTION BWC/MSP/2009/MX/INF.4

Plus en détail

Plan d Action de Gaborone sur les Activités des Noms Géographiques en Afrique

Plan d Action de Gaborone sur les Activités des Noms Géographiques en Afrique Distr.: GÉNÉRALE NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE E/ECA/STATCOM/3/19 novembre 2011 FRANÇAIS Original : ANGLAIS Troisième réunion de la Commission africaine

Plus en détail

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs 3e Conférence européenne sur la normalisation, les essais et la certification Des produits plus sûrs pour des lieux de travail compétitifs Cracovie, Pologne, 11 12 septembre 2008 «MÉMORANDUM DE CRACOVIE»

Plus en détail

RÉSEAU INTERNATIONAL DE SUIVI, DE CONTRÔLE ET DE SURVEILLANCE PLAN DE TRAVAIL

RÉSEAU INTERNATIONAL DE SUIVI, DE CONTRÔLE ET DE SURVEILLANCE PLAN DE TRAVAIL RÉSEAU INTERNATIONAL DE SUIVI, DE CONTRÔLE ET DE SURVEILLANCE PLAN DE TRAVAIL Mission : promouvoir et faciliter la coopération et la coordination des membres du Réseau via l'échange d'informations, le

Plus en détail

Réponse du Congo ANNEXE I

Réponse du Congo ANNEXE I Réponse du Congo ANNEXE I QUESTIONNAIRE SUR LES BESOINS ET PRIORITÉS NATIONAUX EN MATIÈRE DE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ET DE CRÉATION DE CAPACITÉS, AFIN D APPUYER LA MISE EN OEUVRE DU PROTOCOLE DE NAGOYA

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs Une approche coopérative globale de la réglementation des pesticides agricoles et de la lutte contre les ravageurs compatible

Plus en détail

Politique de gestion intégrée des risques

Politique de gestion intégrée des risques 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Politique de gestion intégrée des risques Émise par la Direction, Gestion

Plus en détail

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Beyrouth, Liban, 24 novembre 2010 CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE «RENFORCER UN ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Distribution : Générale C/08-00/BACK/03 ORIGINAL : ANGLAIS Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Le Conseil de la Commission de coopération environnementale renouvelle aujourd

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

ISO 9000 Choisir et appliquer

ISO 9000 Choisir et appliquer ISO 9000 Choisir et appliquer ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Elle est composée des organismes nationaux de normalisation de pays grands et petits, industrialisés

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CECI/IP/CONF.1/2007/1 30 mai 2007 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DE LA COOPÉRATION ET DE L INTÉGRATION

Plus en détail

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Réunion du réseau parlementaire de lutte contre le VIH/SIDA Libreville Gabon, 2-3 octobre 2012 Plan de la présentation

Plus en détail

Module des Technologies de l'information et de la Communication en Education

Module des Technologies de l'information et de la Communication en Education CENTRES REGIONAUX DES METIERS DE L EDUCATION ET DE LA FORMATION Module des Technologies de l'information et de la Communication en Education Unité Centrale de la Formation des Cadres Juillet 2012 Introduction

Plus en détail

2'223 4'257 (2'734 Équivalent temps plein ETP) 1'935 4'514 (3'210 ETP) 37'126. 1 540 Compris dans l'enseignement obligatoire Enseignement spécialisé

2'223 4'257 (2'734 Équivalent temps plein ETP) 1'935 4'514 (3'210 ETP) 37'126. 1 540 Compris dans l'enseignement obligatoire Enseignement spécialisé af DE VAUD Département de la formation et de la jeunesse DFJ Projet : «Ecole et informatique» 1 Introduction Près de deux décennies après l introduction des premiers ordinateurs dans l École obligatoire,

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/12/10 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 15 NOVEMBRE 2013 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Douzième session Genève, 18 21 novembre 2013 PROJET PILOTE DU PLAN D ACTION POUR

Plus en détail

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LES ACTIVITÉS DE L UNION EUROPÉENNE EN APPUI À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES Ce projet est

Plus en détail

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle De meilleures statistiques pour des vies meilleures PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle Présentation de PARIS21 PARIS21 est l acronyme de l anglais Partnership in

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

Cadre institutionnel pour le développement durable

Cadre institutionnel pour le développement durable DOCUMENT DE POSITION DE L CADRE INSTITUTIONNEL POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Cadre institutionnel pour le développement durable Conférence des Nations Unies sur le développement durable Rio+20, Rio de

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation L évaluation au CRDI Version de juillet 2013 Division de la stratégie générale et de l évaluation La démarche du CRDI en matière d évaluation Le CRDI appuie le recours à la recherche, par les pays en développement,

Plus en détail

Termes de références

Termes de références Forum African sur la Gouvernance de l Internet (AfIGF) http://afigf.uneca.org/ Termes de références Septembre 2012 Historique S inspirant des Objectifs du Millénaire pour le Développement des Nations Unies

Plus en détail

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Conférence introductive InEE CNRS Paris, 4 avril 2012 Laurence Tubiana Institut du Développement Durable et des Relations Internationales

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 04/2007/CM/UEMOA PORTANT CREATION ET MODALITES DE FONCTIONNEMENT DU COMITE CONSULTATIF SUR L

Plus en détail

HEG Gestion de la Qualité L.Cornaglia. Les référentiels SMI, normes, processus de certification

HEG Gestion de la Qualité L.Cornaglia. Les référentiels SMI, normes, processus de certification Les référentiels SMI, normes, processus de certification 1 Définitions selon le Guide ISO/IEC 2:2004 Norme Document, établi par consensus et approuve par un organisme reconnu, qui fournit, pour des usages

Plus en détail

Assemblées des États membres de l OMPI

Assemblées des États membres de l OMPI F A/55/INF/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 4 AOÛT 2015 Assemblées des États membres de l OMPI Cinquante-cinquième série de réunions Genève, 5 14 octobre 2015 STRATÉGIE DE GESTION DES CONNAISSANCES DE L ORGANISATION

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Orientation 1. Améliorer la qualité de l air et réduire les émissions des GES. Objectif : Réduire les émissions de gaz à effet de serre

Orientation 1. Améliorer la qualité de l air et réduire les émissions des GES. Objectif : Réduire les émissions de gaz à effet de serre PLAN LOCAL DE DÉVELOPPEMENT DURABLE DE LA VILLE MONTRÉAL-EST Introduction 2013-2015 Le développement durable est, de nos jours, un concept très important qui permet à tout décideur de concilier les dimensions

Plus en détail

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Politique de Développement Durable Plan d action 2011-2014 Édifice Le Delta III certifié LEED-CS «Or», ville de Québec Mot DE LA DIRECTION Dessau est née d une volonté

Plus en détail

PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC. L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable

PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC. L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable À PROPOS DU PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC Le programme Électricité durable MC est

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique 2 ORIENTATIONS DE L'OCDE POUR LES POLITIQUES CONCERNANT LE CONTENU NUMÉRIQUE Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique Le contenu numérique est devenu un élément de plus

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CECI/IP/2008/2 24 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DE LA COOPÉRATION ET DE L INTÉGRATION

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000 Le Groupe AFNOR et ses métiers www.afnor.org Comprendre la norme ISO 6000 Lignes directrices relatives à la Identifier, valoriser, évaluer, soutenir le déploiement & la diffusion de «solutions de référence»

Plus en détail

Système Qualité de l Afrique de l Ouest

Système Qualité de l Afrique de l Ouest Système de l Afrique de l Ouest VISER L EXCELLENCE PAR LA QUALITÉ Appui à la mise en œuvre politique qualité CEDEAO Contexte Après une première phase réussie de 2001 à 2005, la deuxième phase du Programme

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI)

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI) COMMUNIQUÉ 14-COM-002 14 juillet 2014 Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI) L Association des superviseurs prudentiels des caisses (ASPC) a créé un groupe

Plus en détail

Académie mondiale de l OMPI

Académie mondiale de l OMPI PROGRAMME PRINCIPAL 14 WO/PBC/4/2 page 134 Académie mondiale de l OMPI 14.1 Enseignement à distance et sensibilisation du public 14.2 Formation professionnelle 14.3 Élaboration des politiques Résumé 215.

Plus en détail

SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Numéro du document : 0608-14 Adoptée par la résolution : 347 0608 En date du : 17 juin

Plus en détail

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 POLITIQUE D'INFORMATION ET DE COMMUNICATION Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 PRÉAMBULE En raison de son caractère public et de sa mission, la Commission

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU YUKON

GOUVERNEMENT DU YUKON GOUVERNEMENT DU YUKON Politique 1.7 MANUEL D ADMINISTRATION GÉNÉRALE VOLUME 1 : POLITIQUES MINISTÉRIELLES GÉNÉRALES TITRE : POLITIQUE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS ENTRÉE EN VIGUEUR: 12 mai 1994 DERNIÈRE

Plus en détail

TABLE DE MATIERES. Pourquoi les Organisations doivent-elles être accréditées?...

TABLE DE MATIERES. Pourquoi les Organisations doivent-elles être accréditées?... TABLE DE MATIERES Qu est-ce que SADCAS? Pourquoi les Organisations doivent-elles être accréditées?... En quoi les Organismes d Accréditation peuvent être bénéfiques jusqu aux derniers utilisateurs?.. Le

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/ESCAP/PTA/IISG(1)/2 Conseil économique et social Distr. générale 18 février 2015 Français Original: anglais Commission économique et sociale pour l Asie et le Pacifique Première réunion

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

«Méthodes d évaluation du Système de Management Qualité et de la sécurité informatique»

«Méthodes d évaluation du Système de Management Qualité et de la sécurité informatique» MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE Programme d'appui à la Qualité - Capacité de Gestion (PAQ-CG) Intitulé du Projet: '' Programme d'harmonisation de l'administration,

Plus en détail

Présentation du Programme : Phase II

Présentation du Programme : Phase II PROGRAMME D APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DE L ACCORD D ASSOCIATION Présentation du Programme : Phase II L Accord d Association constitue le cadre juridique L Accord d Association constitue le cadre juridique

Plus en détail

Première réunion. 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA

Première réunion. 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA Première réunion 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA Description: Ce document constitue les termes de référence du réseau régional pour la conformité et lʹapplication

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES

SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES SESSION I : ÉLÉMENTS D UN SYSTÈME DE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE EFFICACE ET ÉQUILIBRÉ POUR FAVORISER L INNOVATION

Plus en détail

Construire un avenir plus propre, durable

Construire un avenir plus propre, durable ISO& l énergie Construire un avenir plus propre, durable L effi cacité énergétique et les énergies renouvelables sont essentiels pour satisfaire à la demande énergétique mondiale et réduire de 40 % les

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

PSCB No. 90/06. 21 juin 2006 Original : anglais. Comité consultatif du secteur privé Réunion extraordinaire 24 septembre 2006 Londres, Angleterre

PSCB No. 90/06. 21 juin 2006 Original : anglais. Comité consultatif du secteur privé Réunion extraordinaire 24 septembre 2006 Londres, Angleterre PSCB No. 90/06 International Coffee Organization Organización Internacional del Café Organização Internacional do Café Organisation Internationale du Café 21 juin 2006 Original : anglais F Comité consultatif

Plus en détail

énergie Was ist das? C est quoi che cosa è? Qué es? ? Hablas ENERGIE? Do you speak Management de l énergie L ISO 50001 en 10 questions

énergie Was ist das? C est quoi che cosa è? Qué es? ? Hablas ENERGIE? Do you speak Management de l énergie L ISO 50001 en 10 questions énergie Kezako che cosa è? C est quoi donc? Qué es? Was ist das??? Hablas ENERGIE? Do you speak ENERGIE?? Management de l énergie L ISO 50001 en 10 questions ? Management de l énergie L ISO 50001? SOMMAIRE

Plus en détail

Consensus sur les données en Afriques

Consensus sur les données en Afriques Consensus sur les données en Afriques Huitième Réunion annuelle conjointe du Comité technique spécialisé de l Union africaine sur les finances, les affaires monétaires, la planification économique et l

Plus en détail

Atelier thématique «Stratégies de développement durable»

Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Par Christian BRODHAG École nationale supérieure des mines de Saint-Etienne (France) brodhag@emse.fr Le thème stratégie de développement durable

Plus en détail

DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉVELOPPEMENT DURABLE Loi sur le DÉVELOPPEMENT DURABLE UNE LOI FONDAMENTALE POUR LE QUÉBEC La Loi sur le développement durable, sanctionnée le 19 avril 2006, établit un nouveau cadre de gestion pour tous les ministères et organismes

Plus en détail

ACCORD DE COOPÉRATION ENTRE L ORGANISATION INTERNATIONALE DE NORMALISATION (ISO) ET L ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ ANIMALE (OIE)

ACCORD DE COOPÉRATION ENTRE L ORGANISATION INTERNATIONALE DE NORMALISATION (ISO) ET L ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ ANIMALE (OIE) ACCORD DE COOPÉRATION ENTRE L ORGANISATION INTERNATIONALE DE NORMALISATION (ISO) ET L ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ ANIMALE (OIE) Adopté par l OIE et l ISO le 27 Mai 2011 Entre L Organisation internationale

Plus en détail

Réseau pour l Emploi des Jeunes en Afrique de l Ouest (YEN-WA)

Réseau pour l Emploi des Jeunes en Afrique de l Ouest (YEN-WA) Réseau pour l Emploi des Jeunes en Afrique de l Ouest (YEN-WA) Abidjan - Capitale économique de la Côte d Ivoire Initiative pour le Secteur Privé ISP La jeunesse africaine : La promesse d un avenir meilleur...

Plus en détail

CRÉATION D UN COMITÉ NATIONAL DANS VOTRE PAYS

CRÉATION D UN COMITÉ NATIONAL DANS VOTRE PAYS CRÉATION D UN COMITÉ NATIONAL DANS VOTRE PAYS PLUS DE TRENTE COMITÉS NATIONAUX EXISTENT DÉJÀ. SEREZ-VOUS LE PROCHAIN PAYS? SOMMAIRE Guide de création d un comité national - 2 1. ÉTAPE 1 : MIEUX CONNAÎTRE

Plus en détail

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général Secrétariat général Le texte que vous consultez est une codification administrative des Politiques de l'uqam. Leur version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

ECE/AC.21/SC/2014/3 EUDCE1408105/1.6/SC12/3. Conseil économique et social

ECE/AC.21/SC/2014/3 EUDCE1408105/1.6/SC12/3. Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/AC.21/SC/2014/3 Distr. générale 10 septembre 2014 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion de haut niveau sur les transports,

Plus en détail