ASSISTANCE ET RENFORCEMENT DES CAPACITÉS OFFERTS DANS D AUTRES INSTANCES INTERNATIONALES. Document soumis par l Unité d appui à l application *

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ASSISTANCE ET RENFORCEMENT DES CAPACITÉS OFFERTS DANS D AUTRES INSTANCES INTERNATIONALES. Document soumis par l Unité d appui à l application *"

Transcription

1 RÉUNION DES ÉTATS PARTIES À LA CONVENTION SUR L INTERDICTION DE LA MISE AU POINT, DE LA FABRICATION ET DU STOCKAGE DES ARMES BACTÉRIOLOGIQUES (BIOLOGIQUES) OU À TOXINES ET SUR LEUR DESTRUCTION BWC/MSP/2009/MX/INF.4 29 juillet 2009 FRANÇAIS Original: ANGLAIS Réunion de 2009 Genève, 7-11 décembre 2009 Réunion d experts Genève, août 2009 Point 5 de l ordre du jour provisoire En vue de renforcer la coopération, l assistance et les échanges internationaux aux fins de l application des sciences et des techniques biologiques à des fins pacifiques, examen de la promotion du renforcement des capacités en matière de surveillance, de dépistage, de diagnostic et de confinement des maladies infectieuses ASSISTANCE ET RENFORCEMENT DES CAPACITÉS OFFERTS DANS D AUTRES INSTANCES INTERNATIONALES Document soumis par l Unité d appui à l application * Résumé Le présent rapport passe en revue quelques-unes des activités d assistance et de renforcement des capacités menées dans d autres instances internationales, susceptibles d éclairer ou d inspirer le renforcement des capacités dans les domaines de la surveillance, du dépistage, du diagnostic et du confinement des maladies. On y trouve des exemples d assistance directement fournie par des organisations officielles et d assistance offerte par l entremise d organisations ou de réseaux ou coordonnée par eux. Le cas échéant, le cas présenté est détaillé en quatre catégories: évaluation des besoins; formation et éducation; conseils techniques et coopération; et constitution de réseaux. I. ASSISTANCE FOURNIE PAR DES ORGANISATIONS OFFICIELLES Agence internationale de l énergie atomique (AIEA) A. Évaluation des besoins 1. À la demande d un État membre, le secrétariat de l AIEA fournit une évaluation des capacités dont dispose un État dans certains domaines, notamment l éducation et les programmes de formation ayant trait à la sûreté et des services de conseil pour la production d électricité * Document soumis après la date limite, dès que le secrétariat a pu disposer des informations à y inclure. GE (F)

2 page 2 d origine nucléaire 1. Il établit ensuite un plan pour aider les États à renforcer leurs capacités 2. Les directives relatives à ces processus sont en cours d élaboration. B. Formation et éducation 2. Le secrétariat de l AIEA offrira des cours de formation sur un éventail de sujets et pour différents publics. Dans le cadre de ses activités concernant la sûreté des installations nucléaires, par exemple, il propose aux hauts responsables des cours de formation sur les systèmes de gestion 3. Il dispose également de ses propres laboratoires qui contribuent pour beaucoup à la formation des chercheurs de pays en développement 4. Le secrétariat a mis sur pied un programme d enseignement de maîtrise en sciences axé sur la sécurité nucléaire ainsi qu un programme de cours de certification en sécurité nucléaire. Par l entremise de son Département de la coopération technique, l AIEA mène également des programmes de visite scientifique visant à étoffer les compétences scientifiques ou en matière de gestion des spécialistes de pays en développement, ainsi que l offre de bourses universitaires, afin de développer des compétences plus générales sur une plus longue durée. Il existe un programme de bourses universitaires spécialisées réservé aux jeunes diplômées 5. Tout un éventail de supports et d outils mis au point par l Agence contribuent au bon déroulement des réunions et des cours de formation: conférences normalisées, manuels électroniques, vidéos et autres outils multimédias. 3. Dans le cadre de ses activités relatives à la sûreté nucléaire, l AIEA organise des sessions de formation de formateurs pour renforcer l efficacité et la planification de la formation en interne dans les organes de contrôle, et leur pérennité 6. Des centres de formation nationaux et régionaux sont également mis en place pour contribuer à la pérennité des infrastructures nationales de sûreté nucléaire 7. L AIEA a mis au point des supports pédagogiques complémentaires pour aider les États à constituer leurs propres moyens d évaluation de leurs besoins en formation. C. Conseils techniques et coopération 4. L AIEA soutient des projets de coopération visant à offrir des services d expert, du matériel spécialisé, une formation et d autres formes de soutien 8. Elle dispose d un Programme de coopération technique, mis au point conjointement par le secrétariat et les États membres, qui

3 page 3 repose sur une évaluation des priorités et des conditions du développement du pays ou de la région, les demandes de projet émanant d États membres, l application des critères pertinents pour la formulation de projets, l appréciation et l approbation officielle par le Conseil des gouverneurs 9. Les projets menés actuellement se déroulent aux échelons national, régional et interrégional 10. Le Département de la coopération technique peut également mettre sur pied des bourses universitaires pour renforcer les capacités humaines Pour aider les États à mettre au point et appliquer leur régime de surveillance et de contrôle, l AIEA leur fournit des informations, des données techniques et d autres formes de conseils. Par exemple, dans le cadre du volet Sûreté et sécurité nucléaires, l Agence a publié des directives techniques concernant: les caractéristiques techniques et fonctionnelles du matériel de contrôle radiologique aux frontières; l appui à la chimie légale nucléaire; le contrôle des matières radioactives lors du traitement des envois postaux internationaux par les opérateurs postaux publics; les aspects de la protection des centrales nucléaires contre le sabotage qui touchent à l ingénierie; l identification des sources de rayonnements et des dispositifs radioactifs; la lutte contre le trafic illicite de matières nucléaires et autres matières radioactives; la culture de sécurité nucléaire; les mesures de prévention et de protection face aux menaces internes; et la sécurité pendant le transport de matières nucléaires. 6. L AIEA dispose d un Système international d information nucléaire, qui a été créé pour favoriser l échange d informations scientifiques et techniques sur les utilisations pacifiques de l énergie atomique. Il engrange les informations nucléaires pour les générations actuelles et futures, fournit aux États membres des services d information de qualité sur le nucléaire, et contribue à l instauration d une culture du partage de l information et des connaissances 12. Il participe aussi à la gestion des connaissances nucléaires en donnant les moyens de constituer des ressources humaines compétentes et bien formées 13. L Agence organise également des réunions d experts internationaux pour débattre de volets spécifiques de la sûreté nucléaire tels que ceux de la préparation et de la conduite des interventions en cas d urgence ou encore du processus d octroi de licences et de la surveillance réglementaire lors de la conception et de la construction d installations

4 page 4 D. Constitution de réseaux 7. L AIEA participe à la constitution de réseaux de centres régionaux, nationaux et de coopération dans différents domaines, dont la radioprotection et la sûreté professionnelles 15, la coopération technique, les utilisations pacifiques et l énergie nucléaire. Organisation pour l interdiction des armes chimiques (OIAC) A. Formation et éducation 8. L OIAC organise des cours de formation et des ateliers à l intention de ceux qui, à l échelle nationale, sont susceptibles d intervenir d urgence en cas d emploi d armes chimiques ou de violation de la Convention sur l interdiction des armes chimiques 16. Les participants s y familiarisent avec les difficultés logistiques inhérentes à la fourniture d une aide efficace, et débattent des interventions possibles en cas d attaques terroristes, ainsi que de la nécessité de mener des formations et des opérations conjointes associant le Secrétariat technique de l OIAC et les États parties à la Convention qui offrent une assistance. L OIAC s efforce également de développer les capacités de ses États membres à former leurs propres formateurs, notamment grâce à des mécanismes de contrôle des importations et exportations; une formation et des outils de contrôle sont offerts, ainsi que des activités de sensibilisation aux échelles régionale et nationale. B. Conseils techniques et coopération 9. Le Service de l assistance et de la protection de l OIAC conseille sur le plan technique, renseigne les États parties et leur dispense des conseils sur les moyens de protection et la mise en œuvre de programmes de protection 17. Il gère une banque de données renfermant des informations en accès libre sur les moyens de protection, et organise des cours et des ateliers sur la protection et la protection civile, souvent à la demande d États parties. 10. L OIAC œuvre en faveur de l utilisation de la chimie à des fins pacifiques à travers des programmes de coopération 18. Son Service de la coopération internationale a pour rôle de faciliter la coopération internationale et d aider au renforcement des capacités nationales sous l angle de l application pacifique des produits chimiques dans tous les États parties à la Convention sur l interdiction des armes chimiques. Il propose des programmes ayant trait La préparation nationale doit être renforcée lorsque : 1) l État partie estime qu il a été fait usage d armes chimiques contre lui, ou bien 2) l État partie estime qu il y a eu recours à des agents de lutte antiémeute comme moyen de guerre à son encontre, ou encore 3) l État partie se considère menacé par des mesures interdites par la Convention prises par un pays tiers

5 page 5 notamment à l aide à la constitution et au renforcement des capacités des laboratoires; à l offre de stages et de formations spécialisés dans la mise en œuvre de la Convention et dans la gestion sûre des produits chimiques; ainsi que le Programme d appui aux stages et le Programme des scientifiques associés, qui dispensent une formation spécialisée en pratiques industrielles modernes et développent les compétences des chimistes et des ingénieurs d États parties à économie en développement ou en transition. C. Constitution de réseaux 11. L OIAC a mis sur pied un réseau de membres et d experts du Secrétariat technique désignés par les États parties pour offrir sur site, pendant une certaine durée, des conseils et des suggestions quant aux programmes et aux capacités de protection. Les États parties ont désigné plus de 40 personnes pour participer à ce réseau de protection. Organisation maritime internationale (OMI) 12. L OMI a conçu un Programme intégré de coopération technique (PICT), qui vise à aider les gouvernements ne disposant pas des connaissances et des ressources voulues pour gérer convenablement le secteur des transports maritimes 19. La mission du PICT consiste à «aider les pays en développement à renforcer leur capacité à satisfaire aux règles et normes internationales relatives à la sécurité maritime et à la prévention de la pollution des mers et à la lutte contre celle-ci, en donnant la priorité aux programmes d assistance technique axés sur la mise en valeur des ressources humaines, en particulier par le biais de la formation, et le renforcement des capacités institutionnelles». 13. Le PICT est un programme d assistance reposant sur le transfert des connaissances, dans lequel le renforcement des capacités s opère via le perfectionnement des mécanismes institutionnels, l élaboration et l actualisation de la législation nationale, la formation des personnes et la collaboration sur les plans régional et sous-régional. Structure institutionnelle de cette coopération technique, le secrétariat de l OMI assure la coordination et l exécution du programme. Des bureaux de représentation et des partenaires sont en place à l échelle régionale, et des experts et des consultants peuvent être sollicités. Les priorités thématiques sont la sûreté et la sécurité maritimes; la prévention de la pollution marine; la législation et la facilitation. Les types d assistance offerts procèdent de l évaluation des besoins, des services de conseil, de la formation à court terme, de la formation à long terme, de l élaboration et de l actualisation de la législation et des règlements maritimes nationaux. 19

6 page 6 II. ASSISTANCE OFFERTE PAR L ENTREMISE D ORGANISATIONS OU DE RÉSEAUX OU COORDONNÉE PAR EUX Mécanisme du centre d échange de la Convention sur la diversité biologique Le mécanisme du centre d échange est coordonné par un Secrétaire exécutif et administré et supervisé par le Comité consultatif informel mis en place par les Parties à la Convention. Il a pour principales caractéristiques de pouvoir s adapter à différents niveaux de moyens nationaux, d être guidé par les besoins, et d être décentralisé sur le plan structurel. A. Conseils techniques et coopération 15. Un mécanisme national du centre d échange a été mis en place; il s agit d un site Web qui présente les informations intéressant la Convention sur la diversité biologique dans un pays donné. Le site Web du mécanisme national est censé contenir toutes les données nationales en rapport avec la diversité biologique permettant aux responsables de l élaboration des politiques et aux parties prenantes intéressées de respecter les obligations au titre de la Convention et de préserver la diversité biologique et l exploiter durablement. La base de données est accessible par les moyens de communication classiques et électroniques. Les textes de la Convention et du Protocole de Cartagena sur la prévention des risques biotechnologiques relatif à la Convention, la liste des États signataires et des États parties, ainsi que les rapports et documents officiels peuvent être consultés sur le site Web de la Convention, sur CD-ROM et sur papier. Les utilisateurs peuvent y prendre connaissance d études de cas, des rapports nationaux et d autres documents pertinents. 16. Des ateliers sont organisés par le secrétariat pour répondre aux besoins en informations scientifiques et techniques des pays en développement. La priorité y est donnée aux questions que les pays ont eux-mêmes retenues. B. Constitution de réseaux 17. Un réseau de correspondants nationaux du mécanisme du centre d échange a été mis en place afin de traiter les questions en rapport avec la coopération technique et scientifique; c est l une des voies de communication entre les niveaux national et régional et le secrétariat de la Convention. Comité du Conseil de sécurité créé par la résolution 1540 (2004) 18. Le Comité 1540 a un rôle de centre d échange: il rapproche les demandes et les offres d assistance aux fins de la mise en œuvre à l échelle nationale des obligations découlant de la résolution. Le site Web du Comité présente les offres d assistance ainsi que quelques-unes des demandes adressées au Comité. Un groupe d experts désignés par le Comité est chargé d aider ce dernier à faciliter la prestation d une assistance technique en rapprochant les offres et les demandes à travers un modèle de demande d assistance, des plans d action ou d autres informations communiquées au Comité

7 page Les experts aident les États à formuler leur demande à partir d un «modèle de demande d assistance». Le Comité et le groupe d experts guident l État demandeur dans l utilisation de ce modèle, qui leur permet de préciser le type, l objet, l ampleur et les modalités de l assistance souhaitée 22. Ce modèle peut également être utile dans le cadre des travaux préparatoires d une réunion entre le pays demandeur, le Comité 1540 et les prestataires d assistance intéressés. 20. Le modèle de demande d assistance prévoit les catégories d assistance possibles suivantes: i) Rédaction de rapports nationaux et de textes législatifs ou réglementaires; ii) iii) iv) Mise en œuvre de mesures réglementaires, administratives ou techniques adaptées aux structures gouvernementales nationales; Formation, par exemple d administrateurs ou de fonctionnaires chargés d appliquer les lois et règlements, à l utilisation du matériel, à l identification des produits et à la diffusion d informations; Logiciels pour l octroi de licences relatives au matériel, par exemple au matériel de détection Huitième programme de travail du Comité du Conseil de sécurité créé par la résolution 1540 (2004):

BWC/MSP/2010/MX/INF.2

BWC/MSP/2010/MX/INF.2 Réunion des États parties à la Convention sur l interdiction de la mise au point, de la fabrication et du stockage des armes bactériologiques (biologiques) ou à toxines et sur leur destruction BWC/MSP/2010/MX/INF.2

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Sécurité nucléaire. Résolution adoptée le 26 septembre 2014, à la neuvième séance plénière

Sécurité nucléaire. Résolution adoptée le 26 septembre 2014, à la neuvième séance plénière L atome pour la paix Conférence générale GC(58)/RES/11 Septembre 2014 Distribution limitée Français Original : anglais Cinquante-huitième session ordinaire Point 14 de l ordre du jour (GC(58)/22) Sécurité

Plus en détail

Secrétariat de la Convention de Stockholm Téléphone : +41 22 917 81 70 sur les polluants organiques persistants Fax : +41 22 917 80 98

Secrétariat de la Convention de Stockholm Téléphone : +41 22 917 81 70 sur les polluants organiques persistants Fax : +41 22 917 80 98 Téléphone : +41 22 917 81 70 sur les polluants organiques persistants Fax : +41 22 917 80 98 International Environment House Mél : ssc@pops.int 11-13 chemin des Anémones Site Internet : www.pops.int CH

Plus en détail

PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE LA COMMISSION CANADIENNE DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE. (représentée par le président) LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE

PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE LA COMMISSION CANADIENNE DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE. (représentée par le président) LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE MDN : 2011010001 CCSN : 3639875 PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE LA COMMISSION CANADIENNE DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE (représentée par le président) ET LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE (représenté par le sous-ministre

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/ESCAP/PTA/IISG(1)/2 Conseil économique et social Distr. générale 18 février 2015 Français Original: anglais Commission économique et sociale pour l Asie et le Pacifique Première réunion

Plus en détail

Réponse du Congo ANNEXE I

Réponse du Congo ANNEXE I Réponse du Congo ANNEXE I QUESTIONNAIRE SUR LES BESOINS ET PRIORITÉS NATIONAUX EN MATIÈRE DE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ET DE CRÉATION DE CAPACITÉS, AFIN D APPUYER LA MISE EN OEUVRE DU PROTOCOLE DE NAGOYA

Plus en détail

Représentation Permanente de la France / Agence Internationale de l Energie Atomique. Service nucléaire. (clement.hill@cea.fr)

Représentation Permanente de la France / Agence Internationale de l Energie Atomique. Service nucléaire. (clement.hill@cea.fr) Représentation Permanente de la France / Agence Internationale de l Energie Atomique Service nucléaire (clement.hill@cea.fr) 1 Le rôle du Service nucléaire de la Représentation Permanente française Promouvoir

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 ISO l Organisation internationale de normalisation L ISO comprend 163* membres qui sont les instituts nationaux de normalisation de pays

Plus en détail

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1 GUIDE DES POINTS FOCAUX NATIONAUX RSI Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1. Introduction Le Règlement sanitaire international (2005) (RSI(2005)) définit un point focal national

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

OCTROI D UN CONCOURS TECHNIQUE ET FINANCIER AUX PAYS EN DEVELOPPEMENT PARTIES A LA CONVENTION

OCTROI D UN CONCOURS TECHNIQUE ET FINANCIER AUX PAYS EN DEVELOPPEMENT PARTIES A LA CONVENTION Distr. GENERALE A/AC.237/38 16 août 1993 FRANCAIS Original : ANGLAIS COMITE INTERGOUVERNEMENTAL DE NEGOCIATION D UNE CONVENTION-CADRE SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES Huitième session Genève, 16-27 août

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.300/LILS/9 300 e session Conseil d administration Genève, novembre 2007 Commission des questions juridiques et des normes internationales du travail LILS POUR DÉCISION

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/WG.4/2012/1 Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 25 mai 2012 Français Original: anglais Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.30/AC.2/2009/6 27 juillet 2009 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Comité de gestion de la Convention

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/18/Add.30 28 février 2005 FRANÇAIS Original: RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention sur

Plus en détail

*1418975* FCCC/CP/2014/6. Convention-cadre sur les changements climatiques. Nations Unies

*1418975* FCCC/CP/2014/6. Convention-cadre sur les changements climatiques. Nations Unies Nations Unies Convention-cadre sur les changements climatiques Distr. générale 21 octobre 2014 Français Original: anglais FCCC/CP/2014/6 Conférence des Parties Vingtième session Lima, 1 er -12 décembre

Plus en détail

Ingénieur en prévention des risques

Ingénieur en prévention des risques Ingénieur en prévention des risques G1X22 Prévention hygiène et sécurité / Restauration - IR L ingénieur de recherche en prévention des risques assiste et conseille la direction de l établissement pour

Plus en détail

Rapports du Corps commun d inspection

Rapports du Corps commun d inspection COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.5 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/6 31 octobre 2014 Rapports du Corps commun d inspection

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/3/L.8 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Distr. : limitée 17 janvier 2015 Français Original : anglais Plénière

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Académie mondiale de l OMPI

Académie mondiale de l OMPI PROGRAMME PRINCIPAL 14 WO/PBC/4/2 page 134 Académie mondiale de l OMPI 14.1 Enseignement à distance et sensibilisation du public 14.2 Formation professionnelle 14.3 Élaboration des politiques Résumé 215.

Plus en détail

Ordre du jour provisoire annoté de la sixième session. Qui s ouvrira au Palais des Nations, à Genève, le mardi 28 avril 2015 à 10 heures 1

Ordre du jour provisoire annoté de la sixième session. Qui s ouvrira au Palais des Nations, à Genève, le mardi 28 avril 2015 à 10 heures 1 Nations Unies Conseil économique et social ECE/ENERGY/GE.3/2015/1 Distr. générale 3 février 2015 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de l énergie durable Groupe d experts

Plus en détail

Organisation des Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.

Organisation des Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009. Organisation des Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.21 Directive Soutien à la formation militaire et de police préalable au déploiement

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

POLITIQUE SECTORIELLE DÉFENSE

POLITIQUE SECTORIELLE DÉFENSE POLITIQUE SECTORIELLE DÉFENSE 1. INTRODUCTION... 2 2. ENGAGEMENT... 2 3. GESTION DU RISQUE... 2 4. STANDARDS ET CRITÈRES SPÉCIFIQUES AU SECTEUR... 3 5. CHAMP D'APPLICATION... 4 6. PROCÉDURES D'APPLICATION...

Plus en détail

Présentation du Programme : Phase II

Présentation du Programme : Phase II PROGRAMME D APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DE L ACCORD D ASSOCIATION Présentation du Programme : Phase II L Accord d Association constitue le cadre juridique L Accord d Association constitue le cadre juridique

Plus en détail

ECE/AC.21/SC/2014/3 EUDCE1408105/1.6/SC12/3. Conseil économique et social

ECE/AC.21/SC/2014/3 EUDCE1408105/1.6/SC12/3. Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/AC.21/SC/2014/3 Distr. générale 10 septembre 2014 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion de haut niveau sur les transports,

Plus en détail

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Réunion du réseau parlementaire de lutte contre le VIH/SIDA Libreville Gabon, 2-3 octobre 2012 Plan de la présentation

Plus en détail

Assemblées des États membres de l OMPI

Assemblées des États membres de l OMPI F A/55/INF/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 4 AOÛT 2015 Assemblées des États membres de l OMPI Cinquante-cinquième série de réunions Genève, 5 14 octobre 2015 STRATÉGIE DE GESTION DES CONNAISSANCES DE L ORGANISATION

Plus en détail

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008.

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008. Fonds d assistance créé au titre de la partie VII de l Accord aux fins de l application des dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer du 10 décembre 1982 relatives à la conservation

Plus en détail

Orientations révisées sur l utilisation des ressources du Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC)

Orientations révisées sur l utilisation des ressources du Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC) Orientations révisées sur l utilisation des ressources du Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC) Considérations stratégiques et objectifs 1. L objet du Fonds international pour la diversité

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 11 mars 2010 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Trente-septième session Vienne, 10-12 mai 2010

Plus en détail

Rapport du Comité de haut niveau pour l examen de la coopération technique entre pays en développement

Rapport du Comité de haut niveau pour l examen de la coopération technique entre pays en développement Nations Unies Rapport du Comité de haut niveau pour l examen de la coopération technique entre pays en développement Onzième session (1er-4 juin 1999) Assemblée générale Documents officiels Cinquante-quatrième

Plus en détail

la séparation totale des activités des postes et télécommunications;

la séparation totale des activités des postes et télécommunications; LE CADRE GENERAL D ASSISTANCE PAR CONSULTANTS POUR L ELABORATION ET LA MISE EN OEUVRE D UN CADRE LEGAL APPROPRIE POUR LE SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS CONTEXTE GENERAL Le Gouvernement [PAYS] a adopté,

Plus en détail

Soins de santé et violence

Soins de santé et violence Soins de santé et violence La nécessité d une protection efficace Document d orientation préparé à l occasion de la réunion de haut niveau sur les soins de santé et la violence, et la nécessité d une protection

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

PLAN D ACTION MINISTÉRIEL POUR L ANALYSE COMPARATIVE ENTRE LES SEXES

PLAN D ACTION MINISTÉRIEL POUR L ANALYSE COMPARATIVE ENTRE LES SEXES PLAN D ACTION MINISTÉRIEL POUR L ANALYSE COMPARATIVE ENTRE LES SEXES EN RÉPONSE AUX CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS CONTENUES DANS LE CHAPITRE 1 «L ANALYSE COMPARATIVE ENTRE LES SEXES» DU RAPPORT DU PRINTEMPS

Plus en détail

LA GESTION DOCUMENTAIRE ET DES ARCHIVES

LA GESTION DOCUMENTAIRE ET DES ARCHIVES POLITIQUE DE GESTION concernant LA GESTION DOCUMENTAIRE ET DES ARCHIVES CONSULTATION ADOPTION ET RESPONSABILITÉ Comité consultatif de gestion le : 6 février 2014 Adoptée le : 18 février 2014 Résolution

Plus en détail

Résolution adoptée le 24 septembre 2004 aux neuvième et dixième séances plénières

Résolution adoptée le 24 septembre 2004 aux neuvième et dixième séances plénières Agence internationale de l énergie atomique Conférence générale GC(48)/RES/10 Date : Octobre 2004 Distribution générale Français Original : Anglais Quarante-huitième session ordinaire Point 13 de l ordre

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 04/2007/CM/UEMOA PORTANT CREATION ET MODALITES DE FONCTIONNEMENT DU COMITE CONSULTATIF SUR L

Plus en détail

Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels

Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels Sfax le 24/05/2013 Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels Objet : Formation d enseignants en team building : Pièces jointes : Termes de références de la formation. Monsieur,

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/5/7 REV. ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 21 JUILLET 2010 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Cinquième session Genève, 26 30 avril 2010 PROJET RELATIF À LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/MP.PP/WG.1/2010/8 Distr. générale 17 mai 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion des Parties à la Convention sur l accès

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE SPECIFIQUES ELABORATION D UNE STRATEGIE ET D UN PLAN DE FORMATION POUR LA MISE EN OEUVRE DE LA REFORME DES FINANCES PUBLIQUES

TERMES DE REFERENCE SPECIFIQUES ELABORATION D UNE STRATEGIE ET D UN PLAN DE FORMATION POUR LA MISE EN OEUVRE DE LA REFORME DES FINANCES PUBLIQUES TERMES DE REFERENCE SPECIFIQUES ELABORATION D UNE STRATEGIE ET D UN PLAN DE FORMATION POUR LA MISE EN OEUVRE DE LA REFORME DES FINANCES PUBLIQUES FCW BENEFICIAIRES 2009 LOT N 11 : Macro économie, Statistiques,

Plus en détail

Lettre de soutien. Paris, le 30 août 2012

Lettre de soutien. Paris, le 30 août 2012 Lettre de soutien Paris, le 30 août 2012 Secrétariat du Forum Mondial sur le Droit, la justice et le Développement c/o La Banque Mondiale Vice présidence juridique 1818 H Street N.W. Washington D.C. 20433

Plus en détail

Système fédéral de préparation et d intervention d urgence

Système fédéral de préparation et d intervention d urgence Annexe L Système fédéral de préparation et d intervention d urgence Date de la version la plus récente : octobre 2006 Sommaire des changements d importance : Reflète la création du nouveau ministère de

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

IDB.39/9-PBC.27/9 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

IDB.39/9-PBC.27/9 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel - Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 18 mars 2011 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Trente-neuvième session Vienne, 22-24 juin

Plus en détail

Archives du Conseil de l'europe

Archives du Conseil de l'europe Archives du Conseil de l'europe 21 janvier 2004 Rapport d activités 2003 1 Rôle des archives Un rapport sur "Le rôle des archives centrales" 1 a été élaboré, à la demande de la direction, pour faciliter

Plus en détail

ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification

ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification Référentiel des activités professionnelles Dans le cadre de l exercice et de la promotion des droits des publics, le titulaire

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CECI/IP/CONF.1/2007/1 30 mai 2007 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DE LA COOPÉRATION ET DE L INTÉGRATION

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/2013/13 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 26 septembre 2013 Français Original: anglais Cinquième session Panama,

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

Sécurité et Confiance dans les Réseaux et Systèmes d Information

Sécurité et Confiance dans les Réseaux et Systèmes d Information Agence Nationale de Réglementation des Télécommunications Sécurité et Confiance dans les Réseaux et Systèmes d Information - Cadre institutionnel et réglementaire - Présenté par : Laila ZOUAK Entité Prospective

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU YUKON

GOUVERNEMENT DU YUKON GOUVERNEMENT DU YUKON Politique 1.7 MANUEL D ADMINISTRATION GÉNÉRALE VOLUME 1 : POLITIQUES MINISTÉRIELLES GÉNÉRALES TITRE : POLITIQUE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS ENTRÉE EN VIGUEUR: 12 mai 1994 DERNIÈRE

Plus en détail

Plan de travail stratégique pluriannuel de la RCTA

Plan de travail stratégique pluriannuel de la RCTA Decision 3 (2014) Annexe Plan de travail stratégique pluriannuel de la RCTA Champ d action : Garantie d un Système du Traité sur l Antarctique (STA) solide et efficace Mener un examen complet des exigences

Plus en détail

4/3. Le mécanisme de financement : examen du FEM-5 et besoins pour le FEM-6. A. Examen des orientations pour le mécanisme de financement

4/3. Le mécanisme de financement : examen du FEM-5 et besoins pour le FEM-6. A. Examen des orientations pour le mécanisme de financement CDB Distr. GÉNÉRALE UNEP/CBD/WG-RI/REC/4/3 21 juin 2012 GROUPE DE TRAVAIL SPÉCIAL À COMPOSITION NON LIMITÉE SUR L EXAMEN DE L APPLICATION DE LA CONVENTION Quatrième réunion Montréal, 7-11 mai 2012 Point

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 05

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 05 8 Article 1er. Le présent décret a pour objet de modifier le décret exécutif n 11-19 du 20 Safar 1432 correspondant au 25 janvier 2011, susvisé. Art. 2. La dénomination de la «direction de wilaya de l'industrie,

Plus en détail

Objectifs du projet OSCAR 21. Objectif général

Objectifs du projet OSCAR 21. Objectif général Termes de référence pour le recrutement d un(e) consultant(e) Assistant en événementiel juillet 2014 Plan de Communication Lignes budgétaires : 4.2.5 et 4.2.8. du DP3 Plan de Communication O. Contexte

Plus en détail

AVIS DE VACANCE DE POSTES

AVIS DE VACANCE DE POSTES Communauté Economique des Etats de l Afrique Centrale ECOFAC V CEEAC -------------------- Programme Ecosystèmes Fragilisés d Afrique Centrale (ECOFAC V) -------------------------- Composante FLEGT Union

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

Propositions et contributions reçues des gouvernements. Pérou: éléments à inclure dans la Convention des Nations Unies contre la corruption

Propositions et contributions reçues des gouvernements. Pérou: éléments à inclure dans la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies A/AC.261/IPM/11 Assemblée générale Distr.: Générale 12 novembre 2001 Français Original: Espagnol Réunion préparatoire informelle du Comité spécial chargé de négocier une convention contre

Plus en détail

Plan d action ITIE-BF en conformité avec la Norme ITIE 1

Plan d action ITIE-BF en conformité avec la Norme ITIE 1 Plan d action ITIEBF en conformité avec la Norme ITIE 1 Chaîne des valeurs Contrats et licences Objectifs Contexte Contraintes de capacité 1. Faire connaître les conventions minières et les licences aux

Plus en détail

commerce des armes Dr. Silvia Cattaneo Geneva Forum

commerce des armes Dr. Silvia Cattaneo Geneva Forum Vers un Traité sur le commerce des armes Dr. Silvia Cattaneo Geneva Forum Palais des Nations, 13 avril 2011 Dans cette présentation: Historique du processus international vers un TCA; Mots-clés et questions

Plus en détail

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE Référentiel de certification du Baccalauréat professionnel GESTION ADMINISTRATION PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE 1 Le référentiel de certification du Baccalauréat GESTION ADMINISTRATION Architecture

Plus en détail

ECE/MP.WH/WG.1/2014/3 EUDCE/1408105/1.10/2014/WGWH/07. Conseil économique et social

ECE/MP.WH/WG.1/2014/3 EUDCE/1408105/1.10/2014/WGWH/07. Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 17 septembre 2014 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Organisation mondiale de la Santé Bureau régional pour l Europe

Plus en détail

ASSOCIATION DES SECRÉTAIRES GÉNÉRAUX DE PARLEMENT

ASSOCIATION DES SECRÉTAIRES GÉNÉRAUX DE PARLEMENT UNION INTERPARLEMENTAIRE INTER-PARLIAMENTARY UNION ASSOCIATION DES SECRÉTAIRES GÉNÉRAUX DE PARLEMENT CONTRIBUTION de M. José PEDRO MONTERO Secrétaire de la Chambre des Députés (Uruguay), à la communication

Plus en détail

Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels

Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels Sfax le 24/05/2013 Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels Objet : Formation d enseignants en coaching : Pièces jointes : Termes de références de la formation. Monsieur, 1.

Plus en détail

VALEURS FONDAMENTALES : INTEGRITE, PROFESSIONALISME, RESPECT DE LA DIVERSITE TERMES DE REFERENCE

VALEURS FONDAMENTALES : INTEGRITE, PROFESSIONALISME, RESPECT DE LA DIVERSITE TERMES DE REFERENCE VALEURS FONDAMENTALES : INTEGRITE, PROFESSIONALISME, RESPECT DE LA DIVERSITE TERMES DE REFERENCE Agence des Nations Unies : Titre : Lieu : Durée : Bureau Régional de l ONUDC pour l Afrique de l'ouest et

Plus en détail

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1)

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) LIENS FONCTIONNELS : - Direction Outremer (DIROM) -

Plus en détail

SPPPI PACA 26 septembre 2012. Accompagnement des mesures PPRT relatives aux prescriptions de travaux de protection dans le bâti

SPPPI PACA 26 septembre 2012. Accompagnement des mesures PPRT relatives aux prescriptions de travaux de protection dans le bâti SPPPI PACA Accompagnement des mesures PPRT relatives aux prescriptions de travaux de protection dans le bâti Constat : des obstacles à la mise en œuvre des mesures PPRT - des aspects sociaux et habitat

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

ACCORD DE COOPÉRATION ENTRE L ORGANISATION INTERNATIONALE DE NORMALISATION (ISO) ET L ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ ANIMALE (OIE)

ACCORD DE COOPÉRATION ENTRE L ORGANISATION INTERNATIONALE DE NORMALISATION (ISO) ET L ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ ANIMALE (OIE) ACCORD DE COOPÉRATION ENTRE L ORGANISATION INTERNATIONALE DE NORMALISATION (ISO) ET L ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ ANIMALE (OIE) Adopté par l OIE et l ISO le 27 Mai 2011 Entre L Organisation internationale

Plus en détail

CBD. Distr. GÉNÉRALE. UNEP/CBD/COP/12/14 25 août 2014 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS

CBD. Distr. GÉNÉRALE. UNEP/CBD/COP/12/14 25 août 2014 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS CBD CONFÉRENCE DES PARTIES A LA CONVENTION SUR LA DIVERSITÉ BIOLOGIQUE Douzième réunion Pyeongchang, République de Corée, 6-17 octobre 2014 Point 15 de l ordre du jour provisoire* LE MÉCANISME DE FINANCEMENT

Plus en détail

Programme «Renforcer la réforme démocratique dans les pays du voisinage méridional»

Programme «Renforcer la réforme démocratique dans les pays du voisinage méridional» Programme «Renforcer la réforme démocratique dans les pays du voisinage méridional» Projet «Promotion de la bonne gouvernance, lutte contre la corruption et le blanchiment d argent» (SNAC Tunisie) Lancement

Plus en détail

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI F OMPI A/46/11 ORIGINAL : anglais DATE : 26 novembre 2008 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI Quarante-sixième série de réunions Genève, 12

Plus en détail

22 2011 (CC-20111-110)

22 2011 (CC-20111-110) Politiquee linguistique Adoptée : En vigueur : Amendement : 22 mars 2011 (CC-2011-110) 22 mars 2011 Table des matières 1. PRÉAMBULE... 1 2. CHAMP D APPLICATION... 1 3. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE...

Plus en détail

CODE de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé

CODE de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé CODE de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Soixante-troisième

Plus en détail

Contexte National en Matière de

Contexte National en Matière de Atelier régional sur l'élaboration de la stratégie nationale en matière d'enseignement et de formation dans le domaine logique et la sûreté du transport et des déchets radioactifs Contexte National en

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

Conseil économique et social. Ordre du jour provisoire annoté de la vingt-quatrième session 1

Conseil économique et social. Ordre du jour provisoire annoté de la vingt-quatrième session 1 Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRAE/C/WP.6/2014/1 istr. générale 9 septembre 2014 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité du commerce Groupe de travail des

Plus en détail

Responsable de communication

Responsable de communication Responsable de communication F1B25 Médiation scientifique, culture, communication - IR Mission Le (la) responsable de communication définit la stratégie globale de la structure en matière de communication.

Plus en détail

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour Session annuelle du Conseil d administration Rome, 25 28 mai 2015 RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES Point 6 de l'ordre du jour Pour examen RÉPONSE DE LA DIRECTION DU PAM AUX RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/24/12 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 10 JUILLET 2015 Comité du programme et budget Vingt-quatrième session Genève, 14 18 septembre 2015 RAPPORT FINAL SUR LE PROJET RELATIF AU RENFORCEMENT DES NORMES

Plus en détail

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ;

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ; Livre III Action sociale et médico-sociale mise en œuvre par des établissements et des services Titre Ier : Établissements et services soumis à autorisation Chapitre Ier : Dispositions générales Section

Plus en détail

Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique

Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique Cadre et Plan d action pour la création des capacités nécessaires à l application effective du Protocole de Cartagena sur la prévention des risques biotechnologiques Secrétariat de la Convention sur la

Plus en détail

Aide-mémoire. La Charte de la langue française dans les ministères et les organismes et la politique linguistique gouvernementale

Aide-mémoire. La Charte de la langue française dans les ministères et les organismes et la politique linguistique gouvernementale Aide-mémoire La Charte de la langue française dans les ministères et les organismes et la politique linguistique gouvernementale AIDE-MÉMOIRE La Charte de la langue française dans les ministères et les

Plus en détail

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle De meilleures statistiques pour des vies meilleures PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle Présentation de PARIS21 PARIS21 est l acronyme de l anglais Partnership in

Plus en détail

Ordre du jour provisoire

Ordre du jour provisoire CONSEIL EXÉCUTIF EB138/1 Cent trente-huitième session 16 octobre 2015 Genève, 25-30 janvier 2016 Ordre du jour provisoire 1. Ouverture de la session et adoption de l ordre du jour Documents EB138/1 et

Plus en détail

L ACTION DE LA FRANCE CONTRE LA PROLIFERATION. Document de travail présenté par la France

L ACTION DE LA FRANCE CONTRE LA PROLIFERATION. Document de travail présenté par la France L ACTION DE LA FRANCE CONTRE LA PROLIFERATION Document de travail présenté par la France «La prolifération des armes de destruction massive constitue une menace pour la paix et la sécurité internationales.»

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant programmeur-webdesigner. Octobre 2014

Termes de référence pour le recrutement d un consultant programmeur-webdesigner. Octobre 2014 Termes de référence pour le recrutement d un consultant programmeur-webdesigner Plan de Communication Octobre 2014 Ligne budgétaire : DP3 Plan de Communication, 4.2.1 1) Contexte et justification Selon

Plus en détail

DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE

DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE NOUS, Chefs d État et de Gouvernement de l Union africaine, réunis à notre treizième session ordinaire à Syrte (Grande Jamahiriya arabe libyenne),

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ Rue Saint-Jean 32-38 à 1000 Bruxelles Table des matières 1. Introduction 3 2. Réglementation 3 3. Rappel

Plus en détail

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour Session annuelle du Conseil d administration Rome, 25 28 mai 2015 RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES Point 6 de l'ordre du jour Pour examen NOTE DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LE RAPPORT

Plus en détail