Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience"

Transcription

1 Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide APPELLE Octobre 2014

2 Table des matières Contexte... 2 Description du service... 2 Objectif général de la Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide APPELLE... 3 Clientèles visées... 3 L intervention de type «crise»... 3 L intervention de type «information» ou «soutien» à l entourage... 4 Standards... 4 Finalité des présents standards... 4 Accessibilité... 4 Accessibilité géographique... 4 Accessibilité temporelle... 5 Accessibilité professionnelle... 5 Qualité... 5 Pratiques cliniques... 5 Formation et mise à jour des compétences... 5 Programme structuré de formation du nouveau personnel... 6 Encadrement clinique... 6 Outils et instruments de travail... 6 Gestion des plaintes... 7 Code d éthique... 7 Continuité... 7 Arrimage... 7 Communication de renseignements... 7 Coordination... 8 Efficacité et efficience... 9 Responsabilités nationales, régionales et locales liées aux présents standards. 9 Nationales... 9 Régionales... 9 Locales Autres établissements de santé et de services sociaux Autres partenaires du réseau local de services... 11

3 Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide APPELLE Contexte L un des objectifs de la Stratégie québécoise d action face au suicide «S entraider pour la vie» était d assurer et de consolider une gamme essentielle de services dans chaque région pour les personnes suicidaires, leur entourage (parents et amis) et les individus qui ont perdu un proche à la suite d un décès par suicide, notamment l accessibilité à une intervention téléphonique (MSSS, 1998). Les orientations ministérielles de la Stratégie québécoise d action face au suicide «S entraider pour la vie» précisaient que l accessibilité téléphonique à une ressource correspondait à l intervention 24 heures par jour et 7 jours par semaine incluant l évaluation, l intervention de crise et, si nécessaire, l orientation et la référence vers une ressource appropriée pour la prise en charge et le suivi de la personne. De 1999 à 2001, en collaboration avec les agences de la santé et des services sociaux (Agences) de chaque région du Québec, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), a mis en place les modalités permettant l implantation de la Ligne téléphonique provinciale APPELLE. La Ligne APPELLE est programmée à partir des indicatifs régionaux et du deuxième ensemble de chiffres du numéro de téléphone (NXX) qui servent à basculer automatiquement l appel vers un centre désigné, généralement le plus près possible du domicile de l appelant, et selon un horaire jour/heure/congé. Depuis sa mise en place, les services de la Ligne sont principalement dispensés par les centres de prévention du suicide (CPS) ainsi que par certains centres de santé et de services sociaux (CSSS) et quelques centres de crise. Description du service Le service de réponse téléphonique de la Ligne APPELLE consiste à offrir à toute la population du Québec une intervention téléphonique accessible 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Ce service est organisé de façon centralisée au sein de chacune des régions. En situation de crise, la continuité des services doit être assurée par des services d intervention dans le milieu 24/7. 2

4 Objectif général de la Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide APPELLE Permettre l accès continu, rapide et direct à une intervention téléphonique de qualité. Clientèles visées - Toute personne qui pense au suicide - L entourage de la personne suicidaire - Les personnes endeuillées par suicide La Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide APPELLE comprend les types d interventions suivants : L intervention de type «crise» L intervention de crise suicidaire consiste en une intervention téléphonique ponctuelle et immédiate qui se module selon la situation et les caractéristiques de la personne et celles de son entourage. Elle vise à stabiliser l état de la personne en lien avec la situation. Ce type d intervention implique l estimation de la dangerosité du passage à l acte suicidaire de la personne 1 et consiste à : - Évaluer la planification du suicide; - Vérifier la présence d idées suicidaires et les facteurs les plus associés au suicide ainsi que les facteurs de protection pour savoir où se situe la personne suicidaire et faciliter l intervention. Travailler sur l ambivalence de la personne suicidaire pour en arriver à faire diminuer le niveau de dangerosité; - Effectuer l estimation finale de la dangerosité; - Déterminer les actions à entreprendre en fonction de l estimation finale; - Conclure en sécurité. Lorsque la personne qui s adresse à la Ligne APPELLE est dirigée vers d autres ressources, l intervenant doit s assurer qu elle a la capacité de faire elle-même les démarches auprès des services identifiés. S il y a un doute à cet égard, il est de la responsabilité de l intervenant d offrir à la personne les mesures appropriées afin de s assurer qu elle puisse accéder au service requis. Ces mesures peuvent se traduire notamment par une référence personnalisée, un accompagnement. La référence est une mesure personnalisée consistant à procéder à une recommandation directe de la personne auprès du service le plus apte à l aider à 1 MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUÉBEC. Prévention du suicide. Guide de bonnes pratiques à l intention des intervenants des centres de santé et de services sociaux, 2010, 83 p. 3

5 résoudre les difficultés avec lesquelles elle est aux prises. Elle est réalisée au moyen d un document papier ou électronique, ou d une communication téléphonique faite à un intervenant exerçant la fonction d accueil. Lorsqu il y a un risque pour l intégrité ou la sécurité de la personne ou celle d un tiers, le service de réponse téléphonique de la Ligne APPELLE peut être amené à partager certaines responsabilités, conformément aux modes d organisation de services adoptés sur le plan régional, notamment à titre de service d aide en situation de crise désigné par l agence pour l application de la Loi sur la protection des personnes dont l'état mental présente un danger pour elles-mêmes ou pour autrui (L.R.Q., chapitre P ) 2. L intervention de type «information» ou «soutien» à l entourage L intervention de type «information» ou «soutien» vise à donner de l information et des conseils auprès de l entourage de la personne suicidaire et des personnes endeuillées par suicide afin de les soutenir et de les outiller face à la situation vécue. Cette intervention consiste également à rediriger ces personnes vers les ressources appropriées. Standards Finalité des présents standards Préciser l offre de services de la Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide APPELLE. Ces standards s appliquent à tous les organismes ou établissements mandatés à cette fin par l Agence responsable de l organisation des services dans leur territoire respectif. Accessibilité Accessibilité géographique Le service de la Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide APPELLE est accessible à la population de l ensemble des régions du Québec. 2 Loi sur la protection des personnes dont l état mental présente un danger pour elles-mêmes ou pour autrui (L.R.Q., c. P ). 4

6 La Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide APPELLE est accessible par le numéro (1 866 APPELLE). Accessibilité temporelle Le service de la Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide APPELLE est disponible 24 heures par jour, 7 jours par semaine et 365 jours par année. Accessibilité professionnelle 100 % des appels devront obtenir une réponse immédiate, directe et être pris en charge par un intervenant qualifié. Qualité Pratiques cliniques Des approches cliniques reconnues efficaces en prévention du suicide sont utilisées. Des outils cliniques reconnus et adaptés au contexte d intervention de la Ligne APPELLE tel qu indiqué dans le Guide de bonnes pratiques en prévention du suicide à l intention des intervenants des centres de santé et de services sociaux et l utilisation de la Grille d estimation de la dangerosité d un passage à l acte suicidaire 3 sont utilisés. Une évaluation de la situation de l appelant est effectuée et disponible au dossier. Formation et mise à jour des compétences Les intervenants (salariés et bénévoles) au service de la Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide APPELLE ont complété un programme de formation dans le domaine de l intervention psychosociale d un établissement collégial ou universitaire reconnu par le ministère de l'enseignement supérieur, de la Recherche et de la Science. 3 Suicide Action Montréal et Centre Dollard-Cormier Institut universitaire sur les dépendances,

7 Programme structuré de formation du nouveau personnel Un programme structuré de formation continue et d activités de mise à jour des compétences, axé entre autres sur les nouveaux modes de pratiques et sur les différents problèmes rencontrés au service de la Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide APPELLE, est en vigueur. Les intervenants au service de la Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide APPELLE ont reçu la formation provinciale Intervenir auprès de la personne suicidaire à l aide de bonnes pratiques offerte par les formateurs accrédités de l Association québécoise de prévention du suicide (AQPS). Encadrement clinique La supervision des intervenants en période probatoire est mise en œuvre par une personne habilitée à exercer les activités professionnelles qu elle supervise. La supervision des intervenants demeure en œuvre après la période probatoire par une personne habilitée à exercer les activités professionnelles qu elle supervise. La consultation clinique psychosociale est accessible aux intervenants 24/7. Outils et instruments de travail Des outils cliniques reconnus et adaptés au contexte d intervention téléphonique lors de crises suicidaires sont mis à la disposition des intervenants, notamment la Grille d estimation de la dangerosité d un passage à l acte suicidaire, ainsi que l outil de pondération s y rattachant. Un répertoire des ressources en santé et services sociaux, actualisé régulièrement, est mis à la disposition des intervenants au service de Ligne d intervention téléphonique dédiée aux appels de crises suicidaires APPELLE. L offre de service des différents programmes du CSSS et des partenaires du réseau (communautaires et institutionnels) de même que les politiques et procédures pertinentes sont mises à la disposition des intervenants. L équipement technologique adéquat est mis en place (informatique, téléphonie, etc.). 6

8 Gestion des plaintes Un mécanisme écrit de gestion des plaintes comportant une procédure formelle est accessible aux utilisateurs de la Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide APPELLE qui souhaitent s en prévaloir. Code d éthique Un code d éthique est élaboré et appliqué. Continuité Arrimage Des critères et des modalités de référence et de collaboration, établis avec les CSSS et les partenaires de la communauté concernés, sont appliqués. Ces critères et modalités suivent les besoins du contexte d intervention du service de la Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide APPELLE. Des modalités permettant de s assurer que la personne puisse accéder au service requis sont établies et appliquées. Ces modalités peuvent notamment se traduire par une référence personnalisée, un accompagnement. Des modalités de communication et de liaison entre les partenaires sont établies et appliquées. Communication de renseignements Les modalités permettant de protéger les renseignements personnels et de communiquer à un autre établissement, organisme ou personne, un renseignement contenu au dossier d un usager sont établies selon les articles 17 à 27.3 de la Loi sur la santé et les services sociaux (LSSSS) 4 et appliquées. Des outils permettant de communiquer à un autre établissement, organisme ou personne, un renseignement contenu au dossier d un usager sont utilisés et conformes aux articles 17 à 27.3 de la LSSSS 5. 4 L.R.Q., c S-4.2 articles 17 à Ibid. 7

9 Coordination Des ententes de service, conformes à l article 108 de la LSSSS 6 et au Cadre de référence sur les ententes relatives aux réseaux locaux de services 7, sont conclues suivant les besoins du service de la Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide APPELLE et mises à jour régulièrement. Des ententes de collaboration et de partenariat, conformes au Cadre de référence sur les ententes relatives aux réseaux locaux de services 8, sont conclues suivant les besoins du contexte d intervention du service de la Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide APPELLE et mises à jour régulièrement. Les ententes conclues avec les organismes communautaires, notamment ceux dont la mission vise la prévention du suicide, l écoute téléphonique et l intervention de crise, sont en outre conformes aux principes et aux modalités énoncés dans les documents ministériels Organismes communautaires Les ententes à convenir avec les instances locales 9 et Balises définissant les liens de collaboration entre le volet social du service Info-Santé et Info-Social et les membres de l Association québécoise de prévention du suicide, de l Association des centres d écoute téléphonique du Québec et du Regroupement des services communautaires d intervention de crise du Québec 10 et à la Politique gouvernementale de reconnaissance et de soutien de l action communautaire 11. Des moyens visant à assurer le partage d information et la complémentarité des rôles et des responsabilités sont mis en œuvre (ex. : table de concertation, comité de suivi). 6 Ibid., art MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUÉBEC. Cadre de référence sur les ententes relatives aux réseaux locaux de services, Québec, ministère de la Santé et des Services sociaux, juin 2006, 15 p. 8 Ibid. 9 MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUÉBEC. Organismes communautaires Les ententes à convenir avec les instances locales, Québec, ministère de la Santé et des Services sociaux, juin 2004, 5 p. 10 MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX. Balises définissant les liens de collaboration entre le volet social du service Info-Santé et Info-Social et les membres de l Association québécoise de prévention du suicide, de l Association des centres d écoute téléphonique du Québec et du Regroupement des services communautaires d intervention de crise, Québec, ministère de la Santé et des Services sociaux, 2009, 17 p. 11 MINISTÈRE DE L EMPLOI ET DE LA SOLIDARITÉ SOCIALE. L action communautaire : une contribution essentielle à l exercice de la citoyenneté et au développement social du Québec, Québec, ministère de l Emploi et de la Solidarité sociale, septembre 2001, 59 p. 8

10 Efficacité et efficience Conformément aux présents standards : - le taux de réponse prescrit est respecté; - les intervenants et les bénévoles qui offrent la réponse téléphonique sont formés et disposent de supervision et d outils cliniques tel que prescrit; - les ententes de service ou de collaboration et de partenariat sont respectées. Responsabilités nationales, régionales et locales liées aux présents standards Nationales MSSS : - Définir et élaborer les orientations ministérielles au regard de la Ligne APPELLE; - Assurer l arrimage avec les services des différents programmes; - Diffuser auprès des Agences les présents standards fixés pour le service de la Ligne APPELLE; - Voir avec les Agences à ce que les standards fixés pour ce service soient respectés; - Assurer sur le plan provincial un monitorage des appels de la Ligne APPELLE; - Fournir les rapports d appels mensuellement aux Agences; - Recevoir des Agences les questions liées aux problèmes techniques pour lesquelles une réponse doit être donnée par le fournisseur. En ce qui a trait au projet clinique et organisationnel, les rôles respectifs des CSSS, des établissements partenaires et des Agences sont précisés dans les articles 99.5, 100, et 340 de la Loi sur les services de santé et les services sociaux (LSSSS). Régionales Agences : - Conformément à la LSSSS, les Agences ont pour fonction de faciliter le développement et la gestion des réseaux locaux de services de leur région, de soutenir les établissements dans l organisation des services, de favoriser 9

11 l établissement de corridors de services et la conclusion d entente de service visant à répondre aux besoins de la population, de préciser la contribution attendue de chaque établissement et de s assurer que les mécanismes de liaison et de coordination des services entre les établissements sont établis et fonctionnels. Elles sont responsables de l allocation des budgets aux établissements et aux organismes communautaires de leur région. Responsabilités spécifiques des Agences au regard de la Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide APPELLE : - Mandater l organisme ou l établissement responsable d offrir les services de la Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide APPELLE; - S assurer que les standards fixés pour ce service soient mis en place dans le respect des orientations ministérielles; - Mettre en place des modalités de suivi et de reddition de compte; - Analyser les rapports statistiques provenant de la Ligne APPELLE transmis mensuellement à l agence par le MSSS et apporter, le cas échéant, les correctifs nécessaires à toute situation jugée problématique et qui ne répond pas aux présents standards; - Élaborer des stratégies pour favoriser les interactions entre les mandataires de la Ligne APPELLE et les partenaires concernés. Organisme ou établissement mandataire de La Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide APPELLE : Locales - Assurer la dispensation des services de la Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide APPELLE en conformité avec les orientations ministérielles relatives aux standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience. CSSS : - Conformément à la LSSSS, les CSSS sont responsables de recevoir toute personne qui requiert ses services et d évaluer ses besoins, de dispenser eux-mêmes les services de santé ou les services sociaux requis, ou les faire dispenser par un établissement, un organisme ou une personne avec lesquels ils ont conclu une entente de service visée à l'article 108 de la LSSSS, de veiller à ce que les services qu'ils dispensent le soient en continuité et en complémentarité avec ceux dispensés par les autres établissements et les autres ressources de leur région respective, et que l'organisation de ces services tienne compte des besoins de la 10

12 population à desservir, de diriger les personnes à qui ils ne peuvent dispenser certains services vers un autre établissement, organisme ou une autre personne qui dispense ces services Les CSSS constituent les instances locales désignées pour définir un projet clinique et organisationnel en conformité avec les orientations ministérielles et régionales. Autres établissements de santé et de services sociaux Les autres établissements du réseau de la santé et des services sociaux ont également pour fonction d assurer la prestation de services de santé et de services sociaux de qualité, qui sont continus, accessibles, sécuritaires et respectueux des droits des personnes, et qui visent à réduire ou à résoudre les problèmes de santé et de bien-être et à satisfaire les besoins des divers groupes de la population. Ils contribuent significativement à la définition du projet clinique et organisationnel entrepris par le CSSS et précisent à l Agence concernée leur offre de service au palier local, régional ou suprarégional. Ils concluent avec le CSSS les ententes nécessaires pour permettre à cette instance d assurer la coordination des services requis pour la population du territoire du réseau local de services (RLS). Autres partenaires du réseau local de services Quant aux autres partenaires du RLS, ils contribuent au projet clinique, notamment par leur participation à la prestation, à l amélioration et au développement des services offerts aux personnes habitant le territoire. La définition de cette contribution s effectue souvent à l intérieur de tables de concertation, d ententes de collaboration ou d ententes de service. 12 L. R.Q., c. S-4.2 article

AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ. Direction de l évaluation et de l assurance qualité

AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ. Direction de l évaluation et de l assurance qualité POLITIQUE POL-DEAQ-04 AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ ÉMETTEUR : APPROUVÉ PAR : Direction de l évaluation et de l assurance qualité Conseil d administration DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 6 octobre 2011

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS

LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS Toute prise de décision implique un risque d erreur : elle exige donc le «courage de la responsabilité» nourri par la certitude que l engagement éthique est la marque

Plus en détail

Planification stratégique 2012-2015

Planification stratégique 2012-2015 DE CHAUDIÈRE-APPALACHES Planification stratégique 2012-2015 Reprendre du pouvoir sur sa vie. 23681_CRDCA_Planification 2012.indd 1 Description de la démarche La démarche de planification stratégique du

Plus en détail

Projet de loi n o 83 (2005, chapitre 32) Loi modifiant la Loi sur les services de santé et les services sociaux et d autres dispositions législatives

Projet de loi n o 83 (2005, chapitre 32) Loi modifiant la Loi sur les services de santé et les services sociaux et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 83 (2005, chapitre 32) Loi modifiant la Loi sur les services de santé et les services sociaux et d autres dispositions législatives Présenté

Plus en détail

Village santé des Grands-Jardins Partenariats pour le bien-être et la santé de la communauté

Village santé des Grands-Jardins Partenariats pour le bien-être et la santé de la communauté Village santé des Grands-Jardins Partenariats pour le bien-être et la santé de la communauté «Pour une première ligne forte au cœur de la communauté» Présenté le 16 janvier 2014 Aux partenaires de la Table

Plus en détail

AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec

AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec EN RÉACTION AU DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LE PLAN D ACTION EN SANTÉ MENTALE 2014-2020 Déposé dans le cadre du Forum national

Plus en détail

Estimer la dangerosité d un passage à l acte suicidaire: des outils pour mieux agir. Institut universitaire sur les dépendances

Estimer la dangerosité d un passage à l acte suicidaire: des outils pour mieux agir. Institut universitaire sur les dépendances Estimer la dangerosité d un passage à l acte suicidaire: des outils pour mieux agir Marie Lecavalier Centre Dollard-Cormier - Institut universitaire sur les dépendances Philippe Angers Suicide Action Montréal

Plus en détail

SEMENT DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX. e des matières. Table des matières

SEMENT DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX. e des matières. Table des matières SEMENT DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX e des matières CODE D ÉTHIQUE Table des matières JANVIER 2013 TABLE DES MATIERES PRÉAMBULE 3 Pourquoi un code d éthique? 3 À qui s adresse le code d éthique? 3 LA

Plus en détail

www.csssdeportneuf.qc.ca

www.csssdeportneuf.qc.ca D2636-Code ethique2:d2636-code ethique 10/20/08 10:26 AM Page 1 CODE D ÉTHIQUE www.csssdeportneuf.qc.ca Table des matières 01. Préambule... 4 02. Introduction... 5 03. Nos valeurs organisationnelles...

Plus en détail

L utilisation de la force, de l isolement et de substances chimiques comme mesures de contrôle des personnes

L utilisation de la force, de l isolement et de substances chimiques comme mesures de contrôle des personnes L utilisation de la force, de l isolement et de substances chimiques comme mesures de contrôle des personnes L ESPRIT DE LA LOI L utilisation de l isolement et de la contention est encadrée par l article

Plus en détail

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Élaboré par la Direction de la qualité, de la mission universitaire et de la pratique multidisciplinaire Approuvé par le Comité de

Plus en détail

Cadre national de gestion sur le soutien communautaire au logement social M SSS-SHQ Version octobre 2005 - Résumé

Cadre national de gestion sur le soutien communautaire au logement social M SSS-SHQ Version octobre 2005 - Résumé Cadre national de gestion sur le soutien communautaire au logement social M SSS-SHQ Version octobre 2005 - Résumé Michel Roy Montréal Janvier 2006 Introduction Le soutien communautaire au logement social

Plus en détail

PANORAMA. organismes communautaires

PANORAMA. organismes communautaires PANORAMA des types de financement accessibles aux organismes communautaires 3 février 2011 Formes de financement Financement direct gouvernemental (soutien à la mission globale, ententes de service, projets)

Plus en détail

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles Centre de réadaptation en déficience intellectuelle de Québec (CRDI de Québec) 7843, rue des Santolines Québec (Québec) G1G 0G3 Téléphone : 418 683-2511 Télécopieur : 418 683-9735 www.crdiq.qc.ca Fiche

Plus en détail

PLAN D ORGANISATION DU CSSS DE MONTMAGNY-L ISLET

PLAN D ORGANISATION DU CSSS DE MONTMAGNY-L ISLET PLAN D ORGANISATION DU CSSS DE MONTMAGNY-L ISLET Direction générale Avril 2010 Préparé par : Daniel Paré Directeur général Adopté par le conseil d administration du CSSSML le 15 avril 2010 i Sommaire PLAN

Plus en détail

Guide des profils de responsabilités de gestion Présentation des responsabilités de gestion administrative selon les huit champs d intervention pour les niveaux d encadrement du réseau de la santé et des

Plus en détail

Cadre de référence. POUR LA promotion, LE respect ET LA défense DES droits EN santé mentale

Cadre de référence. POUR LA promotion, LE respect ET LA défense DES droits EN santé mentale Cadre de référence POUR LA promotion, LE respect ET LA défense DES droits EN santé mentale Cadre de référence POUR LA promotion, LE respect ET LA défense DES droits EN santé mentale MAI 2006 Membres du

Plus en détail

Résidence pour personnes âgées Registre des résidences pour personnes âgées (art. 7 du PL 16 : 346.0.1, al. 1 LSSSS 3 )

Résidence pour personnes âgées Registre des résidences pour personnes âgées (art. 7 du PL 16 : 346.0.1, al. 1 LSSSS 3 ) AJ2011-04 Émis le 2011-06-02 AU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION AU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU DIRECTEUR DES SERVICES FINANCIERS AU RESPONSABLE DU PROGRAMME PALV AU RESPONSABLE DU PROGRAMME SOINS À DOMICILE

Plus en détail

Politique de formation continue

Politique de formation continue Politique de formation continue Adoptée le 31 mars 2006 Table des matières Introduction 3 Contexte 3 Engagements d Arrimage (principes directeurs) 4 Objectifs 5 Clientèle visée et champs de formation 6

Plus en détail

Guide sur les mutuelles de formation. Règlement sur les mutuelles de formation

Guide sur les mutuelles de formation. Règlement sur les mutuelles de formation Guide sur les mutuelles de formation Règlement sur les mutuelles de formation ÉDITION AVRIL 2008 Dans le cadre d une entente de délégation prévue par la Loi sur le ministère de l Emploi et de la Solidarité

Plus en détail

Le CRISA est une instance de concertation de la Direction régionale de santé publique.

Le CRISA est une instance de concertation de la Direction régionale de santé publique. Le CRISA est une instance de concertation de la Direction régionale de santé publique. Mandats Conseiller l Agence sur les orientations et les actions à privilégier en sécurité alimentaire; Planifier,

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF PRÉSENTÉ LE 25 SEPTEMBRE 2014 PAR M. GAÉTAN BARRETTE, MINISTRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX SANCTIONNÉ LE 9 FÉVRIER 2015

TABLEAU COMPARATIF PRÉSENTÉ LE 25 SEPTEMBRE 2014 PAR M. GAÉTAN BARRETTE, MINISTRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX SANCTIONNÉ LE 9 FÉVRIER 2015 TABLEAU COMPARATIF PROJET DE LOI N O 10 LOI MODIFIANT L ORGANISATION ET LA GOUVERNANCE DU RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX NOTAMMENT PAR L ABOLITION DES AGENCES RÉGIONALES (RLRQ, c. O-7.2) PRÉSENTÉ

Plus en détail

Alliance pour la solidarité et l inclusion sociale 2012-2015

Alliance pour la solidarité et l inclusion sociale 2012-2015 Alliance pour la solidarité et l inclusion sociale 2012-2015 Version Finale 4 juin 2012 1 MISE EN CONTEXTE ALLIANCES Le Plan d action gouvernemental pour la solidarité et l inclusion sociale 2010-2015

Plus en détail

La planification stratégique

La planification stratégique 1 Ordre du jour Mot de bienvenue A. La planification stratégique B. La population du territoire C. Les programmes 0-18 ans et jeunes en difficultés: validation de l état de situation D. Les enjeux et les

Plus en détail

GUIDE ADMINISTRATIF DE L ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES EN FORMATION PROFESSIONNELLE

GUIDE ADMINISTRATIF DE L ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES EN FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE ADMINISTRATIF DE L ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES EN FORMATION PROFESSIONNELLE Direction de la formation professionnelle 15 avril 2015 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 1 1 CADRE OPÉRATIONNEL... 3 1.1

Plus en détail

RESPONSABILITÉS DE GESTION ADMINISTRATIVE 8 CHAMPS D INTERVENTION

RESPONSABILITÉS DE GESTION ADMINISTRATIVE 8 CHAMPS D INTERVENTION RESPONSABILITÉS DE GESTION ADMINISTRATIVE 8 CHAMPS D INTERVENTION FONCTIONS TYPES DU PERSONNEL D ENCADREMENT SECTEUR DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DIRECTEUR, COORDONNATEUR, CHEF DE SERVICE, CHEF

Plus en détail

CONSEIL DES MÉDECINS, DENTISTES ET PHARMACIENS COMPOSITION, MANDAT ET RAPPORT ANNUEL 1

CONSEIL DES MÉDECINS, DENTISTES ET PHARMACIENS COMPOSITION, MANDAT ET RAPPORT ANNUEL 1 CONSEIL DES MÉDECINS, DENTISTES ET PHARMACIENS COMPOSITION, MANDAT ET RAPPORT ANNUEL 1 Composition Art. 213 LSSSS Un conseil des médecins, dentistes et pharmaciens est institué pour chaque établissement

Plus en détail

La mission du Carrefour de formation, de recherche et de référence de l AQRP Fusionner et diffuser les savoirs pour changer les pratiques

La mission du Carrefour de formation, de recherche et de référence de l AQRP Fusionner et diffuser les savoirs pour changer les pratiques La mission du Carrefour de formation, de recherche et de référence de l AQRP Fusionner et diffuser les savoirs pour changer les pratiques Nature du projet Mise en place d un Carrefour de formation, de

Plus en détail

Les organismes communautaires : partenaires essentiels d une véritable assurance autonomie

Les organismes communautaires : partenaires essentiels d une véritable assurance autonomie Commission de la santé et des services sociaux L autonomie pour tous Consultations particulières sur la création d une assurance autonomie Les organismes communautaires : partenaires essentiels d une véritable

Plus en détail

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général Secrétariat général Le texte que vous consultez est une codification administrative des Politiques de l'uqam. Leur version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration

Plus en détail

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS Volet 2 - Les options résidentielles LES OPTIONS RÉSIDENTIELLE La Fiche d information à l intention des parents porte sur différents sujets susceptibles d

Plus en détail

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en DES SERVICES DES INTERVENTIONS DE RÉADAPTATION CIBLÉES ET SPÉCIFIQUES VISANT LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DE LA PERSONNE ET AYANT COMME OBJECTIFS de favoriser l intégration et la participation sociales de

Plus en détail

Politique de soutien financier pour les organismes reconnus

Politique de soutien financier pour les organismes reconnus Politique de soutien financier pour les organismes reconnus 2015-2017 Division de la culture, du loisir et de la vie communautaire Table des matières 1. Contexte... 1 2. Le fondement... 3 2.1. Le Cadre

Plus en détail

La reddition de comptes dans le cadre du soutien à la mission globale

La reddition de comptes dans le cadre du soutien à la mission globale La reddition de comptes dans le cadre du soutien à la mission globale Programme de soutien aux organismes communautaires SERVICES SOCIAUX Édition : La Direction des communications du ministère de la Santé

Plus en détail

Plan régional d informatisation de l Estrie «PRIE»

Plan régional d informatisation de l Estrie «PRIE» Plan régional d informatisation de l Estrie «PRIE» Micheline Savoie Renald Lemieux Colloque de la SoQibs 20 mai 2010 Les orientations stratégiques Les grandes orientations d un point de vue fonctionnel

Plus en détail

Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles

Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles Règlement sur les modalités d adoption et de révision des plans d intervention des usagers Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles Règlement N o 11 Adopté le 15.02.2011 Assemblée publique et conseil d administration

Plus en détail

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Adopté par : Code : CD-176-2008 Page 1 de 6 Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Comité de direction Adopté le : 2008-10-07 Entré en vigueur le : 2008-10-07 Révisé le : Document(s) remplacé(s)

Plus en détail

Sommaire. Introduction...3. 1. Les principes d action de l effort éthique...4. 2. Les valeurs... 5. 3. La philosophie de gestion...

Sommaire. Introduction...3. 1. Les principes d action de l effort éthique...4. 2. Les valeurs... 5. 3. La philosophie de gestion... Adopté par le conseil d administration le 31 mars 2009 CADRE DE RÉFÉRENCE EN MATIÈRE D ÉTHIQUE Sommaire Introduction...3 1. Les principes d action de l effort éthique...4 2. Les valeurs................................

Plus en détail

L Infolettre VIGIE TECHNOCLINIQUE. Promouvoir le partage des connaissances sur les technologies de soutien à l intervention!

L Infolettre VIGIE TECHNOCLINIQUE. Promouvoir le partage des connaissances sur les technologies de soutien à l intervention! L Infolettre Bulletin externe du CRDITED de Montréal Février 2014 Nous revoilà! Nous voici déjà au deuxième numéro de L Infolettre du CRDITED de Montréal, et ce, avec grand plaisir! Dans cette parution,

Plus en détail

Politique institutionnelle d évaluation des programmes (PIEP) Cégep de Saint-Jérôme. Recommandée par la Commission des études le 18 mai 2011

Politique institutionnelle d évaluation des programmes (PIEP) Cégep de Saint-Jérôme. Recommandée par la Commission des études le 18 mai 2011 Politique institutionnelle d évaluation des programmes (PIEP) Cégep de Saint-Jérôme Recommandée par la Commission des études le 18 mai 2011 Adoptée à la réunion du Conseil d administration le 21 juin 2011

Plus en détail

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous NOTRE Code d éthique S engager dans le respect de tous Notre Code d éthique S engager dans le respect de tous Le présent code d éthique a été adopté par le conseil d administration du Centre de santé et

Plus en détail

Coordination des travaux Robert Faulkner. Rédaction Marie-Claude Paquette Guylaine Doré. Secrétariat Francine Hardy Dolorès Larouche Sylvie Tremblay

Coordination des travaux Robert Faulkner. Rédaction Marie-Claude Paquette Guylaine Doré. Secrétariat Francine Hardy Dolorès Larouche Sylvie Tremblay 1 Coordination des travaux Robert Faulkner Rédaction Marie-Claude Paquette Guylaine Doré Secrétariat Francine Hardy Dolorès Larouche Sylvie Tremblay Collaboration Paul Roberge Mario Fréchette Marie-Josée

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES MISE EN CONTEXTE... 4. Chapitre I - Objet et application de la loi... 6. Chapitre II Dirigeants de l information...

TABLE DES MATIÈRES MISE EN CONTEXTE... 4. Chapitre I - Objet et application de la loi... 6. Chapitre II Dirigeants de l information... MÉMOIRE DE L AQESSS SUR LE PROJET DE LOI N o 133 «LOI SUR LA GOUVERNANCE ET LA GESTION DES RESSOURCES INFORMATIONNELLES DES ORGANISMES PUBLICS ET DES ENTREPRISES DU GOUVERNEMENT» L Association québécoise

Plus en détail

P olitique institutionnelle d évaluation des programmes d études (PIEPE)

P olitique institutionnelle d évaluation des programmes d études (PIEPE) P olitique institutionnelle d évaluation des programmes d études (PIEPE) Adoptée au Conseil d administration le 25 février 1997 (Rés. 102-CA-04) et révisée le 28 novembre 2000 (Rés. 121-CA-07) TABLE DES

Plus en détail

CHEZ SOI : LE PREMIER CHOIX

CHEZ SOI : LE PREMIER CHOIX POUR FAIRE LES BONS CHOIX CHEZ SOI : LE PREMIER CHOIX La politique de soutien à domicile POUR FAIRE LES BONS CHOIX CHEZ SOI : LE PREMIER CHOIX La politique de soutien à domicile Édition produite par :

Plus en détail

Portfolio des services du ROHSCO Mot de la direction C est avec un immense plaisir que nous vous remettons ce portfolio; fidèle portrait des services du ROHSCO. Au fil des années le Regroupement s est

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS TRAVAILLEUR SOCIAL

DESCRIPTION DE FONCTIONS TRAVAILLEUR SOCIAL DESCRIPTION DE FONCTIONS TRAVAILLEUR SOCIAL Description sommaire «Intervenir auprès des personnes, des familles, des groupes et des collectivités dans le but de favoriser leur fonctionnement social». (Code

Plus en détail

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action Orientations gouvernementales en matière d agression sexuelle Plan d action Édition produite par : La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux Pour obtenir d autres

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

Rapport d agrément Centre de réadaptation en dépendance Foster

Rapport d agrément Centre de réadaptation en dépendance Foster Rapport d agrément Centre de réadaptation en dépendance Foster 22 mai 2014 La reproduction, par quelque procédé que ce soit, la traduction ou la diffusion du présent document, même partielles, sont interdites

Plus en détail

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Trousse d information L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Novembre 2004 L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé L approche populationnelle

Plus en détail

Code d éthique. Équité. Équité. Initiative et créativité Équité. Reconnaissance. Transparence. Cohére. Équité. Transparence. Équité.

Code d éthique. Équité. Équité. Initiative et créativité Équité. Reconnaissance. Transparence. Cohére. Équité. Transparence. Équité. Code d éthique Transparence Initiative Respect et humanité Initiative Reconnaissance Respect et hum Professionnalisme Transparence Professionnalisme Reconnaissance Cohére Professionnalisme Respect et humanit

Plus en détail

Formation continue Programmation 2013-2014. Modalités d inscription

Formation continue Programmation 2013-2014. Modalités d inscription Formation continue Programmation 2013-2014 Modalités d inscription Pour chaque formation, une date limite d inscription est indiquée. Elle correspond à la date limite au-delà de laquelle la formation ne

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES

POLITIQUE DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES RÈGLEMENTS POLITIQUES PROCÉDURES POLITIQUE DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES PRÉAMBULE La politique de gestion des programmes d études propose une démarche intégrée des différentes actions du Collège

Plus en détail

Agent(e) de planification, de programmation et de recherche

Agent(e) de planification, de programmation et de recherche OFFRE D EMPLOI AFFICHAGE 2015-28 Votre rôle Agent(e) de planification, de programmation et de recherche La personne apporte un soutien à la coordination d ensemble des activités scientifiques à l Institut.

Plus en détail

Rapport d agrément Centre jeunesse de Québec Institut universitaire

Rapport d agrément Centre jeunesse de Québec Institut universitaire Rapport d agrément Centre jeunesse de Québec Institut universitaire 19 avril 2012 Note : Le masculin est utilisé pour alléger la présentation et désigne aussi bien les femmes que les hommes. T a b l e

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

Les centres de réadaptation

Les centres de réadaptation Les centres en déficience physique et en déficience intellectuelle ont pour mission d'offrir des services d'adaptation ou de réadaptation et d'intégration sociale à des personnes qui ont des besoins particuliers

Plus en détail

Rapport d agrément Centre de réadaptation Lucie-Bruneau

Rapport d agrément Centre de réadaptation Lucie-Bruneau Rapport d agrément Centre de réadaptation Lucie-Bruneau 26 juin 2013 révisé le 28 août 2013 Note : Le masculin est utilisé pour alléger la présentation et désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Plus en détail

Politique de développement durable

Politique de développement durable Politique de développement durable Responsabilité de gestion : Direction générale Date d approbation : 1996.06.06 C.A. C.E. Direction générale Direction Date d'entrée en vigueur : 1996.06.06 Référence

Plus en détail

SANCTION DES ÉTUDES. Guide de gestion de la sanction des études et des épreuves ministérielles

SANCTION DES ÉTUDES. Guide de gestion de la sanction des études et des épreuves ministérielles + SANCTION DES ÉTUDES Guide de gestion de la sanction des études et des épreuves ministérielles Formation générale des jeunes (FGJ) Formation générale des adultes (FGA) Formation professionnelle (FP) Édition

Plus en détail

Comparaison des différentes versions des cadres du PAAS ACTION

Comparaison des différentes versions des cadres du PAAS ACTION Comparaison des différentes versions des cadres du PAAS ACTION Au cours de l année 2014-2015, Emploi Québec a modifié deux fois le chapitre du Programme d aide et d accompagnement social (PAAS) ACTION

Plus en détail

SOMMAIRES. PROGRAMME DE FORMATION CHARLIE Sommaires des modules. Programme d accueil et d intégration intervenant

SOMMAIRES. PROGRAMME DE FORMATION CHARLIE Sommaires des modules. Programme d accueil et d intégration intervenant SOMMAIRES PROGRAMME DE FORMATION CHARLIE Sommaires des modules Programme d accueil et d intégration intervenant NOTE AUX LECTEURS Le présent document constitue une version préliminaire et partielle des

Plus en détail

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Document d orientation aux organismes publics Annexe A Rôles et responsabilités détaillés des

Plus en détail

DESCRIPTION DE POSTE

DESCRIPTION DE POSTE DESCRIPTION DE POSTE 1. IDENTIFICATION DE L'EMPLOI 1.1 Titre d'emploi : Agente ou agent de planification, de programmation et de recherche 1.2 Direction : Direction de la santé publique 1.3 Supérieur immédiat

Plus en détail

Bulletin Sentinelles PROGRAMME RÉGIONAL DE FORMATION EN PRÉVENTION DU SUICIDE : DU NOUVEAU. Octobre 2014, volume 7, numéro 1

Bulletin Sentinelles PROGRAMME RÉGIONAL DE FORMATION EN PRÉVENTION DU SUICIDE : DU NOUVEAU. Octobre 2014, volume 7, numéro 1 Octobre 2014, volume 7, numéro 1 Bulletin Sentinelles Ce numéro vise à transmettre une mise à jour de l information concernant le dossier de la prévention du suicide auprès : des gestionnaires-relayeurs

Plus en détail

Note - Dans le présent document, le générique masculin est utilisé sans aucune discrimination et uniquement dans le but d alléger le texte.

Note - Dans le présent document, le générique masculin est utilisé sans aucune discrimination et uniquement dans le but d alléger le texte. Mémoire de la Fédération des commissions scolaires du Québec concernant le projet de loi n o 133 sur la gouvernance et la gestion des ressources informationnelles des organismes publics et des entreprises

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE

PLANIFICATION STRATÉGIQUE PLANIFICATION STRATÉGIQUE Le CRDITED de Montréal est une organisation innovante qui vise l excellence. Il contribue significativement, avec ses partenaires, à la participation sociale des personnes ayant

Plus en détail

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE PLANS DIRECTEURS RÉGIONAUX DES ÉQUIPEMENTS ET TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MATIÈRES ORGANIQUES ET DES RÉSIDUS ULTIMES

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE PLANS DIRECTEURS RÉGIONAUX DES ÉQUIPEMENTS ET TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MATIÈRES ORGANIQUES ET DES RÉSIDUS ULTIMES PROGRAMME DE FINANCEMENT DE PLANS DIRECTEURS RÉGIONAUX DES ÉQUIPEMENTS ET TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MATIÈRES ORGANIQUES ET DES RÉSIDUS ULTIMES DANS UNE PERSPECTIVE D AUTONOMIE RÉGIONALE JANVIER 2008

Plus en détail

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION Direction de l éducation des adultes et de l action communautaire Service de l évaluation des apprentissages DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION Programme d études Pratiques de consommation de la formation

Plus en détail

Ministère de la Santé et des Services sociaux

Ministère de la Santé et des Services sociaux Ministère de la Santé et des Services sociaux Projet de loi modifiant l organisation et la gouvernance du réseau de la santé et des services sociaux notamment par l abolition des agences régionales Contexte

Plus en détail

TABLE DES MATIERES DU NÉCESSAIRE ARRIMAGE DE LA MISSION UNIVERSITAIRE AUX NOUVELLES STRUCTURES DE GOUVERNANCE... 13 LISTE DES RECOMMANDATIONS...

TABLE DES MATIERES DU NÉCESSAIRE ARRIMAGE DE LA MISSION UNIVERSITAIRE AUX NOUVELLES STRUCTURES DE GOUVERNANCE... 13 LISTE DES RECOMMANDATIONS... Mémoire présenté par la Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec (CREPUQ) à la Commission de la santé et des services sociaux dans le cadre des consultations particulières sur

Plus en détail

Conférence sur l employabilité 24 mars 2006

Conférence sur l employabilité 24 mars 2006 Projet INSPIRAtion Conférence sur l employabilité 24 mars 2006 L autisme est un trouble vastement incompris au Québec, entre autres à cause d un manque d expertise dans la province. Parallèlement, le nombre

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS DE DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS DE DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS DE DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL En vigueur à partir du 12 juin 2014 * * * Conférence régionale des élu(e)s de la Chaudière-Appalaches 6, rue Saint-Jean-Baptiste Est, bureau

Plus en détail

Renouvellement de la Politique québécoise de la jeunesse. Avis de l Association québécoise de prévention du suicide

Renouvellement de la Politique québécoise de la jeunesse. Avis de l Association québécoise de prévention du suicide Renouvellement de la Politique québécoise de la jeunesse Avis de l Association québécoise de prévention du suicide 1 er octobre 2015 La forme masculine est utilisée uniquement dans le but d alléger le

Plus en détail

Rapport d agrément Centre jeunesse de l Abitibi-Témiscamingue

Rapport d agrément Centre jeunesse de l Abitibi-Témiscamingue l Rapport d agrément Centre jeunesse de l Abitibi-Témiscamingue 16 mars 2015 La reproduction, par quelque procédé que ce soit, la traduction ou la diffusion du présent document, même partielles, sont interdites

Plus en détail

Plan d action 2014-2017 LUTTE À L INSALUBRITÉ DES LOGEMENTS

Plan d action 2014-2017 LUTTE À L INSALUBRITÉ DES LOGEMENTS Plan d action 2014-2017 LUTTE À L INSALUBRITÉ DES LOGEMENTS Responsabiliser les propriétaires Impliquer les locataires Objectifs Le Plan d action de lutte à l insalubrité des logements de la Ville de

Plus en détail

Positionnement associatif sur la place des coopératives de santé au sein du réseau local de services

Positionnement associatif sur la place des coopératives de santé au sein du réseau local de services Positionnement associatif sur la place des coopératives de santé au sein du réseau local de services Association québécoise d établissements de santé et de services sociaux, 2010 505, boul. De Maisonneuve

Plus en détail

Une intervention intersectorielle des réseaux de la santé et des services sociaux et de l habitation

Une intervention intersectorielle des réseaux de la santé et des services sociaux et de l habitation Une intervention intersectorielle des réseaux de la santé et des services sociaux et de l habitation CADRE NATIONAL SUR LE SOUTIEN COMMUNAUTAIRE EN LOGEMENT SOCIAL MSSS-SHQ PROJET SOUMIS EN CONSULTATION

Plus en détail

Évaluer pour s améliorer : au cœur de la qualité des services

Évaluer pour s améliorer : au cœur de la qualité des services Évaluer pour s améliorer : au cœur de la qualité des services Le concept de qualité des services : un outil d'évaluation de la satisfaction adapté aux attentes des usagers ÉVALUER POUR S AMÉLIORER : AU

Plus en détail

Rapport de recherche Présenter au Comité des usagers du CSSS Lucille-Teasdale

Rapport de recherche Présenter au Comité des usagers du CSSS Lucille-Teasdale Le comité des usagers des gens à votre écoute Rapport de recherche Présenter au Comité des usagers du CSSS Lucille-Teasdale Étude exploratoire visant l identification de pistes de réflexion stratégique

Plus en détail

et son évolution Serge Lavoie Direction des programmes-clientèles 21 novembre 2013 Avec la collaboration de

et son évolution Serge Lavoie Direction des programmes-clientèles 21 novembre 2013 Avec la collaboration de Le programme Arrimage et son évolution Serge Lavoie Direction des programmes-clientèles 21 novembre 2013 Avec la collaboration de M me Myriam-Nicole Bilodeau, conseillère-clinique cadre 1. Le CSSS de Chicoutimi

Plus en détail

Pour la prospérité : investissons dans le développement social du Québec

Pour la prospérité : investissons dans le développement social du Québec Pour la prospérité : investissons dans le développement social du Québec Présentation à la ministre des Finances du Québec, Mme Monique Jérôme-Forget lors des consultations prébudgétaires le 14 février

Plus en détail

Plan de classification des documents

Plan de classification des documents Plan de classification des documents Octobre 2013 DOCUMENTS DE GESTION 1000 COORDINATION ET GESTION DE L'ORGANISATION 1100 ORGANISATION ET GESTION ADMINISTRATIVE 1110 CONSTITUTION 1111 Historique 1112

Plus en détail

Campagne: «Ensemble, améliorons la prestation sécuritaire des soins de santé!»

Campagne: «Ensemble, améliorons la prestation sécuritaire des soins de santé!» Campagne: «Ensemble, améliorons la prestation sécuritaire des soins de santé!» Mme Danielle St Louis Directrice de la qualité, MSSS Mme Catherine Maranda Conseillère àla Direction de la qualité, MSSS Plan

Plus en détail

Programme SIPA (Système de services intégrés pour personnes âgées en perte d autonomie) DESCRIPTION SOMMAIRE :

Programme SIPA (Système de services intégrés pour personnes âgées en perte d autonomie) DESCRIPTION SOMMAIRE : CLSC désigné Centre Affilié Universitaire DESCRIPTION DE FONCTIONS TITRE D EMPLOI : SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : SERVICE : Chef de programme Chef de l administration du programme SIPA Programme SIPA (Système de

Plus en détail

CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION 1. PREMIER VOLET : LA RECONNAISSANCE DU STATUT D ENTREPRISE D INSERTION

CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION 1. PREMIER VOLET : LA RECONNAISSANCE DU STATUT D ENTREPRISE D INSERTION CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION Le cadre de reconnaissance et de financement des entreprises d insertion comporte deux volets le premier volet comprend les éléments

Plus en détail

Partenariat patient-pair aidant-équipe soignante, un trio gagnant favorisant l espoir du rétablissement.

Partenariat patient-pair aidant-équipe soignante, un trio gagnant favorisant l espoir du rétablissement. Partenariat patient-pair aidant-équipe soignante, un trio gagnant favorisant l espoir du rétablissement. Automne 2014 MOT DE BIENVENUE ET PRÉSENTATION DES FORMATRICES Réjeanne Bouchard Guylaine Cloutier

Plus en détail

CADRE DE GESTION MÉCANISME D ACCÈS

CADRE DE GESTION MÉCANISME D ACCÈS SRSOR Les Services de Réadaptation du Sud-Ouest et du Renfort CADRE DE GESTION MÉCANISME D ACCÈS USAGER PRÉSENTANT UNE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE OU UN TROUBLE ENVAHISSANT DU DÉVELOPPEMENT Février 2007

Plus en détail

Évaluation du retard de développement. Lignes directrices

Évaluation du retard de développement. Lignes directrices Évaluation du retard de développement Lignes directrices Aucun instrument de mesure n est légalement réservé à un professionnel ou à un autre. Par contre, dans ce domaine, des règles de compétence s appliquent,

Plus en détail

SÉCURITÉ É DES SOINS: QUE PLUS LOIN?

SÉCURITÉ É DES SOINS: QUE PLUS LOIN? Ménard, Martin, Avocats SÉCURITÉ É DES SOINS: QUE FAIRE POUR ALLER PLUS LOIN? par, Ad. E. (Tous droits réservés) 1 PLAN DE LA PRÉSENTATION 1. CONTRÔLE DE LA QUALITÉ DES SOINS INFIRMIERS 2. LES DROITS DES

Plus en détail

AVERTISSEMENT : Il s agit d une 1 ère interprétation de la loi

AVERTISSEMENT : Il s agit d une 1 ère interprétation de la loi AVERTISSEMENT : Il s agit d une 1 ère interprétation de la loi Démarches législatives L étude détaillée du projet de loi a été interrompue brusquement le 3 février même si deux séances étaient toujours

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale LE CRÉS DU CENTRE-DU-QUÉBEC SE VEUT UN LIEU DE CONCERTATION ET D HARMONISATION, UN LIEU DE PLANIFICATION DU DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL, UN LIEU D INTERFACE ET D ARRIMAGE

Plus en détail

MANUEL DE GESTION GESTION ET PRÉVENTION DES RISQUES

MANUEL DE GESTION GESTION ET PRÉVENTION DES RISQUES SCECR-DIR-04-09 MANUEL DE GESTION TITRE : GESTION ET PRÉVENTION DES RISQUES TYPE DE DOCUMENT : DIRECTIVE ET PROCÉDURE Expéditeur : Service conseil à l évaluation, aux communications et à la recherche Destinataires

Plus en détail

Performance du réseau. Pour une prestation des soins de santé et des services en fonction de l usager

Performance du réseau. Pour une prestation des soins de santé et des services en fonction de l usager Performance du réseau Pour une prestation des soins de santé et des services en fonction de l usager Représentations prébudgétaires 2014-2015 Mai 2014 Le RPCU Le Regroupement provincial des comités des

Plus en détail

Guide des compétences et des responsabilités. des gestionnaires clinico-administratifs œuvrant en CRD

Guide des compétences et des responsabilités. des gestionnaires clinico-administratifs œuvrant en CRD Guide des compétences et des responsabilités des gestionnaires clinico-administratifs œuvrant en CRD Guide des compétences et des responsabilités des gestionnaires clinico-administratifs œuvrant en CRD

Plus en détail

Sylvie Boutin CSSS de Saint Léonard et Saint Michel 23 septembre 2010

Sylvie Boutin CSSS de Saint Léonard et Saint Michel 23 septembre 2010 Journée e dialogue Le réseau r de l Est l de Montréal al chef de file en santé mentale GUICHET D ACCÈS AUX SERVICES EN SANTÉ MENTALE Présentation en plénière Sylvie Boutin CSSS de Saint Léonard et Saint

Plus en détail

LE RÔLE DE LA DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS EN CONTEXTE DE RÉORGANISATION DU RÉSEAU

LE RÔLE DE LA DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS EN CONTEXTE DE RÉORGANISATION DU RÉSEAU LE RÔLE DE LA DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS EN CONTEXTE DE RÉORGANISATION DU RÉSEAU Geneviève MÉNARD, inf., M.Sc., inf., M.Sc. (A.) Directrice-conseil, Affaires externes Ordre des infirmières et infirmiers

Plus en détail