Déclaration conjointe de la CoESS et d UNI-Europa sur l harmonisation européenne des législations gouvernant le secteur de la sécurité privée

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Déclaration conjointe de la CoESS et d UNI-Europa sur l harmonisation européenne des législations gouvernant le secteur de la sécurité privée"

Transcription

1 Déclaration conjointe de la CoESS et d UNI-Europa sur l harmonisation européenne des législations gouvernant le secteur de la sécurité privée Introduction Dans l Union européenne, le secteur de la sécurité privée est en plein essor. Plus de personnes travaillent dans près de entreprises spécialisées dans la surveillance de sites industriels, de sièges de bureaux, de bâtiments publics, dans les transports de fonds, dans la protection des personnes et des domiciles, dans la télésurveillance, dans le contrôle des aéroports, dans la prévention des vols Le marché, tant public que privé, pose des exigences de qualité de plus en plus fortes. Les développements technologiques sont de plus en sophistiqués. La sécurité de travailleurs pouvant être exposés à vivre des situations dangereuses exclut toute forme d amateurisme. La sécurité nécessite chaque jour davantage de professionnalisme. La demande croissante de sécurité et de protection des biens et des personnes doit se conjuguer avec un strict respect des règles démocratiques et de la protection juridique des citoyens. Le secteur contribue au développement d une société plus sûre pour que les libertés publiques et privées puissent être exercées sans restriction. Constat d UNI-Europa et de la CoESS La CoESS et UNI-Europa ont relevé certains problèmes qui empêchent le développement harmonieux du secteur au niveau européen. Les réglementations nationales sont parfois inadéquates et ne permettent pas de garantir le professionnalisme dont le secteur a besoin. Les réglementations nationales sont différentes et elles empêchent le secteur de bénéficier totalement des effets de l intégration européenne. Les pratiques de marché sont telles que la priorité est trop souvent donnée au prix du service et que les aspects qualité ne sont pas ou très peu considérés. Les conditions de travail souvent encore peu attrayantes que connaissent la plupart des travailleurs du secteur, l environnement hautement compétitif du secteur et la perception des services de sécurité comme biens de consommation ont un effet négatif sur l attractivité du secteur, sur la qualité des services et plus généralement sur l image du secteur. 1

2 Initiatives de la CoESS et d UNI-Europa Afin d examiner de plus près ces problèmes, de mesurer les risques inhérents à ceux-ci et d engager selon leurs compétences toutes les actions susceptibles de contribuer à promouvoir au niveau européen la professionnalisation du secteur de la sécurité privée, la CoESS et UNI-Europa se sont engagés mutuellement dans un dialogue social européen. L objectif principal de ce dialogue social est le développement de standards et de cadres de référence européens permettant, selon une application sur base volontaire dans les pays et les entreprises, de tendre vers une harmonisation des situations nationales. Ce dialogue social, formellement institué dans le cadre d un comité sectoriel de dialogue social, se fonde également sur une déclaration de reconnaissance mutuelle entre CoESS et UNI-Europa, signée en juin Cette déclaration souligne aussi le rôle important que doivent jouer les partenaires sociaux dans la régulation économique et sociale du secteur à tous les niveaux (européen, national, entreprise). Démarré en 1992, ce dialogue social a déjà atteint plusieurs résultats importants: Des recommandations européennes relatives aux réglementations et aux autorisations, à la formation professionnelle, aux marchés publics, à l élargissement de l Union européenne et, plus récemment, à l organisation du travail ont été adoptées par la CoESS et UNI-Europa. Des études et des analyses relatives à la comparaison des réglementations nationales gouvernant le secteur, aux systèmes et aux pratiques de formation professionnelle en vigueur dans les pays de l Union européenne, à l identification de profils professionnels européens de la sécurité privée ont été réalisées. Un manuel européen destiné aux clients (publics ou privés) du secteur et leur permettant de choisir les offres de services de sécurité sur base du meilleur rapport qualité-prix a été adopté en Traduit dans toutes les langues de l Union, il a été diffusé auprès des acteurs intéressés des Etats membres. Suite à cette diffusion, les clients du secteur et les autorités publiques ont été nombreux à signaler leur décision d utiliser ce manuel lors des prochaines procédures d appel et de sélection d offres. Un manuel européen de formation professionnelle en gardiennage et surveillance (niveau de base) a été adopté et publié an avril 2001 dans le cadre du programme Leonardo De Vinci. Ce manuel précise le tronc commun de formation que tous les travailleurs du secteur devraient recevoir à l occasion de leur recrutement dans le secteur. Il a été diffusé auprès des partenaires sociaux nationaux, des entreprises et des instituts de formation du secteur qui sont chargés de son application concrète. Des conférences européennes ont été organisées: la première à Londres en 1996, la seconde à Berlin en Ces conférences ont notamment pour but de faire connaître des résultats du dialogue social européen à un public large composé de partenaires sociaux, d entreprises, d instituts sectoriels de recherche et de formation et d autorités publiques nationales et européennes. 2

3 A l avenir, la CoESS et UNI-Europa continueront à développer leur action conjointe au niveau européen. Des actions concrètes seront mises en œuvre notamment sur les thèmes de l élargissement de l Union européenne, sur la modernisation de l organisation du travail, la santé et la sécurité, etc. Des travaux relatifs à l établissement d un code européen d éthique professionnelle seront également entrepris. Evaluation du dialogue social européen CoESS et UNI-Europa se félicitent du climat ouvert et franc dans lequel se déroule leur dialogue social européen. La confiance mutuelle qui règne entre les deux organisations permet non seulement l échange fructueux d informations mais aussi la mise en place de cadres de coopération transnationaux entre employeurs et syndicats du secteur de la sécurité privée. CoESS et UNI-Europa estiment que leur dialogue social européen a déjà permis de travailler sur certains aspects clés du secteur (réglementations, licences, formation professionnelle, marchés publics, qualité des services) et ils considèrent que les résultats atteints sur ces différents sujets sont exemplaires par leur caractère volontariste et innovateur et par leur qualité. D autres chantiers particulièrement importants (élargissement de l UE, organisation du travail) ont été ouverts récemment. Ces résultats ont servi et servent de base à la poursuite de discussions et du dialogue à d autres niveaux et notamment au niveau national. L important travail de diffusion des résultats de ce dialogue a permis de sensibiliser tous les acteurs concernés. En outre, plusieurs tables rondes nationales réunissant les partenaires sociaux, des experts et les autorités publiques ont été organisées et ont permis de prolonger les résultats atteints au niveau européen. Par ce biais, les cadres de références définis au niveau européen par la CoESS et UNI-Europa sont discutés, amendés et transposés volontairement au niveau national par les acteurs concernés. Dans le champ de leurs compétences, la CoESS et UNI-Europa entendent poursuivre et développer leur dialogue social pour lui donner davantage de qualité, de pertinence et d efficacité et pour qu il soit en mesure d influencer davantage les décideurs dans le cadre d une plus grande harmonisation des situations nationales. Dans cette perspective, la CoESS et UNI-Europa tenteront d élaborer au niveau européen un code de conduite destiné aux entreprises du secteur. En outre, la CoESS et UNI-Europa se déclarent prêts à utiliser tous les moyens à leur disposition y compris les procédures prévues par le Traité de l UE leur permettant de négocier et de conclure des accords au niveau européen. Appel aux Autorités publiques Si la CoESS et UNI-Europa déploient tous leurs efforts en vue d aboutir à une plus grande harmonisation des réglementations applicables au secteur, il convient de souligner une limite importante de leur action. En effet, de nombreux thèmes abordés dans le cadre du dialogue social européen dépassent le cadre de compétences de la CoESS, d UNI-Europa et de leurs affiliés respectifs. Plusieurs thèmes ouverts dans le cadre du dialogue social européen relèvent également de la compétence du Conseil des ministres européens et des gouvernements nationaux. Aussi, ne pouvant agir seuls sur ces différents sujets, la CoESS et UNI-Europa appellent les ministres européens compétents à prendre les mesures nécessaires pour que, dans l ensemble des pays de l Union européenne, le secteur de la sécurité privée soit régi par des législations visant à assurer des normes de qualité élevées et un haut degré de professionnalisme et pour qu une harmonisation européenne puisse se développer sur les aspects suivants: 3

4 Autorisations d exercer (travailleurs) Afin de garantir un haut niveau de professionnalisme du secteur dans l Union européenne, il conviendrait de s assurer que les personnes employées ont toutes les aptitudes morales et professionnelles requises pour travailler dans ce secteur. En particulier, ces autorisations devraient être octroyées par les autorités après un examen du casier judiciaire du demandeur. En vue de rendre possible la mobilité des travailleurs et des services dans le cadre du marché intérieur, il conviendrait de s assurer que les exigences nationales pour l octroi de ces autorisations sont comparables entre pays européens. En outre, ces autorisations délivrées devraient être mutuellement reconnues entre les Etats membres de l Union européenne afin de permettre la libre circulation des travailleurs. Licences (entreprises) Afin de garantir la libre circulation des services et la liberté d établissement pour les entreprises du secteur mais aussi en vue de garantir à priori la moralité des dirigeants de l entreprise, il conviendrait d instaurer dans tous les pays de l Union européenne un système européen d'autorisations. Ces autorisations constituent une précondition pour le respect des règles commerciales, financières, sociales, morales et éthiques qui s imposent à l entreprise. Toutes les entreprises actives et leurs dirigeants dans le secteur devraient être titulaires d une autorisation. L évaluation préalable à l octroi de cette autorisation devrait s effectuer sur des bases indépendantes du secteur et selon des procédures européennes jugées loyales et transparentes. Il est vital que les exigences précises posées aux sociétés pour obtenir une autorisation sur le territoire européen soient appliquées par les Etats membres en référence à un cadre minimum européen. Evaluation et contrôle par les pouvoirs publics Les autorisations d exercer dont doivent disposer les travailleurs et les entreprises ne sont pas octroyées une fois pour toutes. Des systèmes de réévaluation des critères qui ont permis ces octrois devraient été mis sur pieds dans les Etats membres. En vue de permettre la continuité de la reconnaissance mutuelle entre Etats membres des autorisations d exercer, les systèmes de contrôle et d évaluation mis en place dans les différents Etats devraient fonctionner sur la base de normes minimales définies au niveau européen. Formation professionnelle Les partenaires sociaux européens CoESS et UNI-Europa ont souligné à maintes reprises que la qualité des services de sécurité se fonde principalement sur le niveau de formation professionnelle acquis par le personnel. Il a été admis également que la sécurité du travailleur et de l entreprise utilisatrice ainsi que la capacité des entreprises de sécurité privée de garantir la qualité des services, dépend pour une bonne part du niveau de formation du personnel. Dès lors, il est évident pour la CoESS et UNI-Europa que les personnes qui désirent être recrutées dans le secteur doivent suivre avec succès une formation professionnelle de base. Ce niveau minimal de formation devrait être défini au niveau européen. Ceci permettrait de prévenir certaines distorsions de concurrence sur base de législations nationales trop différentes en matière de formation de base. CoESS et UNI-Europa ont déjà défini ce niveau minimum dans 4

5 un manuel de formation et considèrent qu une action législative européenne devrait se baser sur ce manuel. Santé et sécurité Les risques professionnels sont importants dans la sécurité privée et sont spécifiques au secteur. Nombreux sont les travailleurs qui connaissent des situations de stress permanent ou qui vivent quotidiennement dans l angoisse d une agression. Des normes minimales en matière de santé et de sécurité pour le personnel de la sécurité privée devraient être définies au niveau européen. Une harmonisation européenne en cette matière devrait garantir un niveau optimum de prévention des risques professionnels propres au secteur de la sécurité privée. Grâce à une telle action, l Union européenne permettrait d éviter que la concurrence entre entreprises ait un effet négatif sur les conditions en matière de santé et de sécurité. Conditions de travail Les conditions de travail quelquefois difficiles qui prévalent dans le secteur de la sécurité ont sur un grand nombre d entreprises les conséquences suivantes : taux de rotation important du personnel, départ de travailleurs qualifiés, difficulté de renouvellement du personnel, insatisfaction du personnel. Cette situation est souvent le reflet d une rude concurrence basée sur le seul critère du prix le plus bas à laquelle se livrent encore trop d entreprises, parfois sous la pression de clients voulant ignorer les exigences de la profession. En vue d améliorer l attractivité du secteur, la stabilité du personnel et la qualité du service, la CoESS et UNI-Europa estiment qu il serait nécessaire que, dans le cadre de leurs compétences respectives, les autorités publiques et les partenaires sociaux, définissent, dans un cadre européen, les conditions de travail minimales garantissant un niveau correct de bienêtre au travail. Prestations de services transfrontaliers La prestation de services transfrontaliers de sécurité privée est souvent entravée par des réglementations nationales trop différentes entre elles. Il résulte que les entreprises de sécurité, les travailleurs du secteur ainsi que les clients du secteur ne peuvent pas profiter des potentiels du marché intérieur. Tout en respectant le Traité de l Union européenne et ses restrictions nationales relatives à l ordre public et la sécurité publique, la CoESS et UNI-Europa considèrent qu il convient d harmoniser les législations nationales en vue de permettre la libre circulation des services de sécurité privée dans l Union européenne, sans dégradation des conditions de travail et/ou des autres normes nationales existantes. Cette harmonisation devrait s envisager dans le cadre d un renforcement européen des règles relatives à l ordre public, la sécurité publique et le droit social. La CoESS et UNI-Europa estiment, par ailleurs, que dans le cadre du futur élargissement de l Union européenne, il conviendrait de disposer d un cadre réglementaire harmonisé au niveau européen pour 5

6 le secteur de la sécurité privée. Un tel cadre serait en effet particulièrement utile pour les pays candidats en vue de leur préparation à l adhésion. La CoESS et UNI-Europa sont également d avis que tout processus d harmonisation devra se faire dans le respect des modalités de coopération entre les autorités publiques et les partenaires sociaux du secteur qui prévalent au niveau national. Toutefois, afin de garantir une meilleure efficacité de l harmonisation des réglementations régissant le secteur, les autorités responsables devraient faire un effort en vue d instaurer ou de développer des modalités de coopération telles que l ensemble des parties intéressées, et en premier lieu la société dans son entièreté, puissent bénéficier de la meilleure sécurité offerte. Enfin, la CoESS et UNI-Europa et leur membres respectifs estiment qu étant donné leur rôle de représentant légitime des entreprises et des travailleurs ils devraient être impliqués dans le processus et les travaux devant conduire à une meilleure harmonisation des réglementations nationales applicables à la sécurité privée. Dans ce sens, la CoESS et UNI-Europa se déclarent prêts à coopérer étroitement avec le Conseil des ministres européens, les ministres nationaux compétents, la Commission européenne et le Parlement européen. Signée à Bruxelles, le 13 décembre 2001 Pour la CoESS Marc Pissens Président Pour UNI-Europa Bernadette Tesch-Ségol Secrétaire régionale Liste des textes communs adoptés par la CoESS et UNI-Europa dans le cadre de leur dialogue social : La formation professionnelle dans le secteur européen de la sécurité privée (25 septembre 1996) Avis commun des partenaires sociaux européens du secteur des services de sécurité privée sur la réglementation et l'octroi de licences (25 septembre 1996) Accord entre la CoESS et l Euro-FIET 1 en vue d établir un Comité de dialogue sectoriel (15 décembre 1998) Mémorandum de la CoESS et de l Euro-FIET sur l adjudication des contrats passés avec les entreprises de sécurité privée dans le secteur public (10 juin 1999) Déclaration conjointe sur la reconnaissance mutuelle entre la COESS et l Euro-FIET et sur le dialogue social (10 juin 1999) Déclaration commune de la CoESS et de l Euro-FIET sur le futur élargissement de l Union européenne aux pays de l Europe centrale et orientale (11 juin 1999) 1 UNI-Europa depuis le 1 janvier

7 Déclaration conjointe de la CoESS et d UNI-Europa sur la modernisation de l organisation du travail dans le secteur de la sécurité privée (11 juillet 2000) 7

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

Les droits syndicaux en matière d environnement

Les droits syndicaux en matière d environnement Les droits syndicaux en matière d environnement 1. Introduction Le CPPT dispose de compétences par rapport à l environnement. Le CE n a, quant à lui, pas de compétence propre par rapport à l environnement

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Bruxelles, le. Vu la loi du 8 août 1983 organisant un Registre national des personnes physiques ;

Bruxelles, le. Vu la loi du 8 août 1983 organisant un Registre national des personnes physiques ; ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacy.fgov.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacy.fgov.be/ COMMISSION DE

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Fondation pour la Sécurité des Patients: une contribution concrète à l assurance qualité dans le domaine de la santé

Fondation pour la Sécurité des Patients: une contribution concrète à l assurance qualité dans le domaine de la santé Fondation pour la Sécurité des Patients: une contribution concrète à l assurance qualité dans le domaine de la santé Conférence de presse 2 juillet 2007 Conseiller d Etat Dr Markus Dürr, président de la

Plus en détail

POINT DE CONTACT NATIONAL MAROCAIN pour les Principes directeurs de l OCDE à l'intention des entreprises multinationales

POINT DE CONTACT NATIONAL MAROCAIN pour les Principes directeurs de l OCDE à l'intention des entreprises multinationales POINT DE CONTACT NATIONAL MAROCAIN pour les Principes directeurs de l OCDE à l'intention des entreprises multinationales LE POINT DE CONTACT NATIONAL MAROCAIN (PCN) En 2009: Adhésion du Royaume du Maroc

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin Comité des Parties de la Convention du Conseil de l'europe sur la lutte contre la traite des êtres humains Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE DOCUMENT PRÉLIMINAIRE Principes universels de base de bonne gouvernance du Mouvement olympique et sportif 1. Vision, mission et stratégie p. 2 2. Structures, règlementations et processus démocratique p.

Plus en détail

ACCORD EUROPEEN SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN AGRICULTURE

ACCORD EUROPEEN SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN AGRICULTURE ACCORD EUROPEEN SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE EA(02)212X1 EN AGRICULTURE PREAMBULE L objectif stratégique de l Union européenne, fixé par le sommet de Lisbonne de mars 2000, est de devenir, d ici 2010,

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 25.11.2011 COM(2011) 832 final 2007/0229 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 294, paragraphe 6, du traité sur le fonctionnement

Plus en détail

ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL. S étant réuni à Genève les 21 et 22 février 2011,

ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL. S étant réuni à Genève les 21 et 22 février 2011, ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL Forum de dialogue mondial sur la sécurité dans la chaîne d approvisionnement concernant le remplissage des conteneurs GDFPC/2011/10 Genève 21-22 février 2011 et conclusions

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Conseil des barreaux européens Council of Bars and Law Societies of Europe Association internationale sans but lucratif Rue Joseph II, 40 /8 1000 Bruxelles T. : +32 (0)2 234 65 10 F. : +32 (0)2 234 65

Plus en détail

GREP (10) 2 FR FR FR

GREP (10) 2 FR FR FR FR GREP (10) 2 FR FR REGLEMENT INTERIEUR REGLEMENT INTERIEUR DUGROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES POSTAUX (GREP) LE GROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Introduction Le vieillissement de la population et l inversion

Plus en détail

DÉCISION A2. du 12 juin 2009

DÉCISION A2. du 12 juin 2009 COMMISSION ADMINISTRATIVE POUR LA COORDINATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ SOCIALE DÉCISION A2 du 12 juin 2009 concernant l interprétation de l article 12 du règlement (CE) n o 883/2004, relatif à la législation

Plus en détail

Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe

Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe L UE pour la croissance et l emploi Marché intérieur et services Michel Barnier Membre de la Commission européenne en charge du marché

Plus en détail

La participation au financement de la protection sociale complémentaire

La participation au financement de la protection sociale complémentaire F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 La participation au financement de la protection sociale complémentaire L E S S E N T I E L Le décret n 2011-1474 du 8 novembre 2011 (JO du 10 novembre 2011) pris pour

Plus en détail

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013 Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones Paris, 3-4 septembre 2013 Synthèse thématique Préparé par le service de la recherche

Plus en détail

La Présidence luxembourgeoise

La Présidence luxembourgeoise La Présidence luxembourgeoise Outre la conférence du 2 mai 2005, la Direction de la Consommation a assuré la présidence du groupe Conseil Protection et Information du consommateur dont les dossiers ont

Plus en détail

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs 3e Conférence européenne sur la normalisation, les essais et la certification Des produits plus sûrs pour des lieux de travail compétitifs Cracovie, Pologne, 11 12 septembre 2008 «MÉMORANDUM DE CRACOVIE»

Plus en détail

Des clauses de désignation aux clauses de recommandation

Des clauses de désignation aux clauses de recommandation Des clauses de désignation aux clauses de recommandation Dates Les différentes étapes de l ANI et de la réécriture de l article L. 912-1 du code de la sécurité sociale 9 et 10 juillet 2012 Grande conférence

Plus en détail

Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le

Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le domaine des services licites de musique en ligne (Texte présentant

Plus en détail

Livre Vert Moderniser le droit du travail pour relever les défis du XXIe siècle. Commentaires. Fédération française de la franchise

Livre Vert Moderniser le droit du travail pour relever les défis du XXIe siècle. Commentaires. Fédération française de la franchise Livre Vert Moderniser le droit du travail pour relever les défis du XXIe siècle Commentaires Fédération française de la franchise 1 / 5 1. La Fédération française de la franchise a pour mission de promouvoir,

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

DIRECTIVE N 15/2009/CM/UEMOA PORTANT ORGANISATION DU SYSTEME DE FORMATION A L OBTENTION DU PERMIS DE CONDUIRE DANS LES ETATS MEMBRES DE L UEMOA

DIRECTIVE N 15/2009/CM/UEMOA PORTANT ORGANISATION DU SYSTEME DE FORMATION A L OBTENTION DU PERMIS DE CONDUIRE DANS LES ETATS MEMBRES DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres DIRECTIVE N 15/2009/CM/UEMOA PORTANT ORGANISATION DU SYSTEME DE FORMATION A L OBTENTION DU PERMIS DE CONDUIRE

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Charte de Qualité sur l assurance vie

Charte de Qualité sur l assurance vie Charte de Qualité sur l assurance vie PRÉAMBULE La présente Charte de Qualité sur l assurance vie s'inspire largement de la Charte de Qualité ICMA Private Wealth Management, qui présente les principes

Plus en détail

CONNAISSEZ-VOUS LES APPELS DE LA D.G. SANCO?

CONNAISSEZ-VOUS LES APPELS DE LA D.G. SANCO? CONNAISSEZ-VOUS LES APPELS DE LA D.G. SANCO? La Direction Générale de la santé et des consommateurs (DG SANCO) assiste la Commission européenne (CE) dans la mise en œuvre de politiques communautaires afin

Plus en détail

Conférence de presse. Jeudi 23 avril 2009 LIVRE BLANC. pour développer les enchères électroniques et protéger le consommateur

Conférence de presse. Jeudi 23 avril 2009 LIVRE BLANC. pour développer les enchères électroniques et protéger le consommateur Conférence de presse Jeudi 23 avril 2009 LIVRE BLANC pour développer les enchères électroniques et protéger le consommateur Les enchères électroniques : de vrais enjeux économiques Selon une étude du BIPE,

Plus en détail

Légende: Source: Copyright: URL: Date de dernière mise à jour:

Légende: Source: Copyright: URL: Date de dernière mise à jour: Règlement (CEE) n 3598/84 du Conseil sur l'aide financière destinée à l'amélioration des structures agricoles et de pêche au Portugal (18 décembre 1984) Légende: Le 18 décembre 1984, dans la perspective

Plus en détail

Animer un SEL. Questions juridiques. SEL et réglementation fiscale et sociale. Légalité des activités dans le SEL :

Animer un SEL. Questions juridiques. SEL et réglementation fiscale et sociale. Légalité des activités dans le SEL : Questions juridiques Animer un SEL Légalité des activités dans le SEL : À condition de ne pas être illicites (contraires à l ordre public : prostitution, images pornographiques...), les échanges qui respectent

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE

MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE La présente Charte de la rémunération, de la nomination et de la gouvernance d entreprise a été adoptée

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 28 OCTOBRE 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

Organisation de l aviation civile internationale RÉUNION RÉGIONALE SPÉCIALE DE NAVIGATION AÉRIENNE (RAN) AFRIQUE-OCÉAN INDIEN (AFI)

Organisation de l aviation civile internationale RÉUNION RÉGIONALE SPÉCIALE DE NAVIGATION AÉRIENNE (RAN) AFRIQUE-OCÉAN INDIEN (AFI) Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL SP AFI/08-WP/45 17/10/08 RÉUNION RÉGIONALE SPÉCIALE DE NAVIGATION AÉRIENNE (RAN) AFRIQUE-OCÉAN INDIEN (AFI) Durban (Afrique du Sud), 24

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

VERS UN CADRE EURO MEDITERRANEEN DES QUALIFICATIONS Reconnaissance et transfert des compétences et des qualifications au sein de l UpM

VERS UN CADRE EURO MEDITERRANEEN DES QUALIFICATIONS Reconnaissance et transfert des compétences et des qualifications au sein de l UpM VERS UN CADRE EURO MEDITERRANEEN DES QUALIFICATIONS Reconnaissance et transfert des compétences et des qualifications au sein de l UpM ELEMENTS DE CONTEXTE La Déclaration commune du sommet de Paris pour

Plus en détail

CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR

CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR ALIMENTER L AVENIR CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR 20 mars 2006 / Mise à jour Septembre 2012 TABLE DES MATIÈRES 11 12 13 14 15 16 17 18 19 10 Page Définitions 2 Interprétation 3 Objet 3 Règles de conduite

Plus en détail

Charte des utilisateurs des services offerts par le Groupe Ecetia

Charte des utilisateurs des services offerts par le Groupe Ecetia Charte des utilisateurs des services offerts par le Groupe Ecetia Sommaire Introduction Les engagements du «Groupe Ecetia» envers les utilisateurs de ses services Les procédures de contestation ou de réclamation

Plus en détail

Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc.

Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc. Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc. 1. OBJET Le conseil d administration a délégué au Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie les fonctions

Plus en détail

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Distribution : Générale C/08-00/BACK/03 ORIGINAL : ANGLAIS Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Le Conseil de la Commission de coopération environnementale renouvelle aujourd

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

Accord-cadre sur le congé parental

Accord-cadre sur le congé parental (14 décembre 1995) Préambule L accord-cadre ci-joint représente un engagement de l UNICE, du CEEP et de la CES à mettre en place des prescriptions minimales sur le congé parental, en tant que moyen important

Plus en détail

RÉSOLUTION EUROPÉENNE

RÉSOLUTION EUROPÉENNE N 139 SÉNAT Le 31 août 2012 SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 RÉSOLUTION EUROPÉENNE sur la reconnaissance des qualifications professionnelles (E 6967). Est devenue résolution du Sénat, conformément à l article

Plus en détail

DÉCISION DE LA COMMISSION

DÉCISION DE LA COMMISSION L 15/12 Journal officiel de l Union européenne 20.1.2011 DÉCISIONS DÉCISION DE LA COMMISSION du 19 janvier 2011 relative à l équivalence des d enquête et de sanctions auxquels sont soumis les contrôleurs

Plus en détail

LES DIFFERENTES PROCEDURES DE PASSATION DES MARCHES PUBLICS

LES DIFFERENTES PROCEDURES DE PASSATION DES MARCHES PUBLICS LES DIFFERENTES PROCEDURES DE PASSATION DES MARCHES PUBLICS Les marchés publics sont des contrats conclus entre un ou plusieurs opérateurs économiques (entités publiques ou privées exerçant une activité

Plus en détail

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise 1 Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise Introduction : La ROAM est un syndicat professionnel créé en 1855, qui a pour

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE)

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) Circulaire 31 août 2012 Références : - Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

DISPOSITIFS PARTICULIERS A LA LABEL SOCIAL SECTEUR DES TRANSPORTS DE MARCHANDISES ET ACTIVITES DE LOGISTIQUE DE BRETAGNE

DISPOSITIFS PARTICULIERS A LA LABEL SOCIAL SECTEUR DES TRANSPORTS DE MARCHANDISES ET ACTIVITES DE LOGISTIQUE DE BRETAGNE A DISPOSITIFS PARTICULIERS A LA charte QUALITÉ LABEL SOCIAL Label Sokial an Trañsportoù e Breizh SECTEUR DES TRANSPORTS DE MARCHANDISES ET ACTIVITES DE LOGISTIQUE DE BRETAGNE DISPOSITIFS PARTICULIERS TRANSPORTS

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

LES NORMES INTERNATIONALES DU TRAVAIL ET LA DÉCLARATION DE PRINCIPES TRIPARTITE SUR LES ENTREPRISES MULTINATIONALES ET LA POLITIQUE SOCIALE

LES NORMES INTERNATIONALES DU TRAVAIL ET LA DÉCLARATION DE PRINCIPES TRIPARTITE SUR LES ENTREPRISES MULTINATIONALES ET LA POLITIQUE SOCIALE LES NORMES INTERNATIONALES DU TRAVAIL ET LA DÉCLARATION DE PRINCIPES TRIPARTITE SUR LES ENTREPRISES MULTINATIONALES ET LA POLITIQUE SOCIALE GithaRoelans, Cheffe d unité Entreprises Multinationales, Département

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU YUKON

GOUVERNEMENT DU YUKON GOUVERNEMENT DU YUKON Politique 1.7 MANUEL D ADMINISTRATION GÉNÉRALE VOLUME 1 : POLITIQUES MINISTÉRIELLES GÉNÉRALES TITRE : POLITIQUE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS ENTRÉE EN VIGUEUR: 12 mai 1994 DERNIÈRE

Plus en détail

L UE, la crise économique et le marché immobilier Quel projet d avenir?

L UE, la crise économique et le marché immobilier Quel projet d avenir? L UE, la crise économique et le marché immobilier Quel projet d avenir? Prise de position CEPI, le Conseil Européen des Professions Immobilières Contact Référence Janet K. Griffiths - janet.griffiths@cepi.eu

Plus en détail

Charte du Bénévolat dans votre association (règles du jeu collectives) Convention d engagement réciproque (règles du jeu individuelles)

Charte du Bénévolat dans votre association (règles du jeu collectives) Convention d engagement réciproque (règles du jeu individuelles) France Bénévolat a mis au point deux documents type qui peuvent servir de base à la clarification des règles du jeu entre bénévoles et associations et permettre ainsi le développement de bonnes pratiques.

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 POLITIQUE D'INFORMATION ET DE COMMUNICATION Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 PRÉAMBULE En raison de son caractère public et de sa mission, la Commission

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI OMPI A/41/16 ORIGINAL : anglais DATE : 24 août 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI Quarante et unième série de réunions Genève, 26

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION

MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION Le conseil d administration a mis sur pied le comité de la gestion des ressources en personnel de direction

Plus en détail

REPUBLIQUE DU SENEGAL LOI N 83.20 DU 28 JANVIER 1983 RELATIVE A LA PUBLICITE -=-=-=--=-=-=-=-= EXPOSE DES MOTIFS

REPUBLIQUE DU SENEGAL LOI N 83.20 DU 28 JANVIER 1983 RELATIVE A LA PUBLICITE -=-=-=--=-=-=-=-= EXPOSE DES MOTIFS REPUBLIQUE DU SENEGAL N /MICOM =-=-=-=--= MINISTERE DE LA COMMUNICATION -=-=-=-=-=-= LOI N 83.20 DU 28 JANVIER 1983 RELATIVE A LA PUBLICITE -=-=-=--=-=-=-=-= EXPOSE DES MOTIFS En l absence d une réglementation

Plus en détail

Par nature, Nous vous rendons. Plus performant. Séminaire Démarche écoresponsable et sites sensibles : l exemple du Life Promesse.

Par nature, Nous vous rendons. Plus performant. Séminaire Démarche écoresponsable et sites sensibles : l exemple du Life Promesse. Séminaire Démarche écoresponsable et sites sensibles : l exemple du Life Promesse Par nature, Nous vous rendons Plus performant. 11 décembre 2007 Group Présentation et comparaison de la norme ISO 14001

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

NORME 5 NORMES ET PROCÉDURE D AUTO-ACCRÉDITATION

NORME 5 NORMES ET PROCÉDURE D AUTO-ACCRÉDITATION NORME 5 NORME ET PROCÉDURE D AUTO-ACCRÉDITATION Bien que cette Norme apparaisse dans le Code canadien de sécurité pour les transporteurs routiers, il est important de noter qu'elle s'applique à tous les

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 703 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 juillet 2011 PROPOSITION DE LOI tendant à simplifier le recouvrement des créances alimentaires destinées aux enfants,

Plus en détail

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Cahier des charges pour la réalisation d une étude Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Sommaire Sommaire...2 Article 1 Objet du marché...3 Article 2 Contexte...3

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

L ASSISTANTE MATERNELLE

L ASSISTANTE MATERNELLE L ASSISTANTE MATERNELLE Définition Historique Réglementation Devenir assistante maternelle (ass. mat) : - dépôt de candidature - examen de la demande de candidature - décision du Président du Conseil Général

Plus en détail

Présentation du Programme : Phase II

Présentation du Programme : Phase II PROGRAMME D APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DE L ACCORD D ASSOCIATION Présentation du Programme : Phase II L Accord d Association constitue le cadre juridique L Accord d Association constitue le cadre juridique

Plus en détail

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL 1 1. Le raisonnement clinique Définition Face à une demande de soin, le professionnel infirmier axe son raisonnement clinique

Plus en détail

LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID)

LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID) LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID) POUR UNE MEILLEURE PROTECTION DE L INVESTISSEUR SOMMAIRE DES SERVICES FINANCIERS PLUS TRANSPARENTS 3 LES PRINCIPAUX THÈMES VISÉS

Plus en détail

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs Une approche coopérative globale de la réglementation des pesticides agricoles et de la lutte contre les ravageurs compatible

Plus en détail

Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015. 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière

Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015. 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière 1.1 Le Comité d Innovation Routes et Rues (CIRR) est

Plus en détail

RÉFORMER LES PROFESSIONS AUJOURD HUI RÉGLEMENTÉES

RÉFORMER LES PROFESSIONS AUJOURD HUI RÉGLEMENTÉES Des acteurs mobiles et sécurisés. La mobilité économique doit s étendre à tous les abus de position dominante, quelle que soit leur origine. RÉFORMER LES PROFESSIONS AUJOURD HUI RÉGLEMENTÉES Le champ des

Plus en détail

Commentaire aux Cahiers. Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011

Commentaire aux Cahiers. Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011 Commentaire aux Cahiers Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011 Loi organique tendant à l approbation d accords entre l État et les collectivités territoriales de Saint-Martin, de Saint-Barthélemy

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2006 MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Initiative focale sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE)

Conseil d administration Genève, mars 2006 MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Initiative focale sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE) BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.295/MNE/2/1 295 e session Conseil d administration Genève, mars 2006 Sous-commission sur les entreprises multinationales MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION DEUXIÈME QUESTION

Plus en détail

La Dématérialisation des procédures : les étapes. La dématérialisation concerne plusieurs étapes de la procédure de passation de marché :

La Dématérialisation des procédures : les étapes. La dématérialisation concerne plusieurs étapes de la procédure de passation de marché : La Dématérialisation des procédures : les étapes La dématérialisation concerne plusieurs étapes de la procédure de passation de marché : - la publication des avis d'appel public à concurrence en ligne,

Plus en détail

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch Le projet QualiCarte a été initié par la Conférence suisse de la formation professionnelle en collaboration avec des organisations suisses du monde du travail, et plus particulièrement l Union suisse des

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

POLITIQUE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION

POLITIQUE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION BUT POLITIQUE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION En vue de répondre à ses besoins et de développer les compétences particulières des salariés, le Collège fournit à tous ses salariés les possibilités réelles

Plus en détail

Annexe à l avis de marché NICC /2011/DIR/A8 Critères de sélection

Annexe à l avis de marché NICC /2011/DIR/A8 Critères de sélection Annexe à l avis de marché NICC /2011/DIR/A8 Critères de sélection PROCEDURE NEGOCIEE AVEC PUBLICITE PREALABLE POUR UNE MISSION DE CONSEIL ET D APPUI EN MATIÈRE DE L'ÉLABORATION D'UN CADRE GÉNÉRAL CONCERNANT

Plus en détail

Principes de bonne pratique :

Principes de bonne pratique : Principes de bonne pratique : Recommandations en vue de la création de bases de données génétiques nationales Le présent document a été élaboré par le Groupe d experts d INTERPOL sur le suivi des techniques

Plus en détail

En novembre 2004, le Conseil européen a adopté le «programme de La Haye : renforcer la liberté, la sécurité et la justice dans l Union européenne».

En novembre 2004, le Conseil européen a adopté le «programme de La Haye : renforcer la liberté, la sécurité et la justice dans l Union européenne». AVIS SUR LE PROCHAIN PROGRAMME JUSTICE DE L UNION EUROPEENNE 1. Cadre de l avis En novembre 2004, le Conseil européen a adopté le «programme de La Haye : renforcer la liberté, la sécurité et la justice

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS 1. OBJET La présente politique a pour but de préciser l encadrement de l acquisition

Plus en détail