Loi de sécurisation de l emploi

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Loi de sécurisation de l emploi"

Transcription

1

2 Novembre 2013 Loi de sécurisation de l emploi Le guide

3 4 Editorial Une nouvelle donne pour le dialogue social dans l entreprise et un défi pour ses acteurs L introduction de la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 (LSE) dans le code du Travail change profondément les règles du dialogue social au sein de l entreprise. Elle offre, en effet, la possibilité aux partenaires sociaux, d aménager les dispositions issues de la loi en matière de consultation ou de restructuration notamment. Elle fait le pari que cette possibilité offerte aux acteurs peut permettre une évolution des relations sociales en France. Aux acteurs, donc, d organiser le dialogue localement aussi bien «à froid», dans le fonctionnement habituel de l entreprise «qu à chaud», quand surgissent les difficultés. C était la volonté des signataires de l accord national interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2013 retranscrit dans la LSE. Si la loi fait naître de nouveaux droits individuels et collectifs importants pour les salariés, les négociateurs ont également donné aux directions d entreprise des outils de flexibilité et une plus grande maîtrise du temps dans les processus de consultation des représentants des salariés.

4 Editorial 5 6 Editorial À la question de savoir si l accord porte en germe la possibilité d instaurer un dialogue social d un genre nouveau dans l entreprise, la réponse est indubitablement, oui. Mais à plusieurs conditions. La première tient à la capacité des représentants des salariés à assurer leur rôle dans ce nouveau dialogue social ; ce qui nécessitera un effort important de formation des acteurs syndicaux, l appui des structures syndicales mais aussi de l expertise et du conseil juridique dans l exercice de leurs mandats. La réponse dépendra aussi de la loyauté et de la sincérité avec laquelle le chef d entreprise fournira aux IRP l information nécessaire à la formation de leurs avis, au débat, et à la construction d alternatives crédibles aux réorganisations et restructurations envisagées et, maintenant, aux orientations stratégiques. Cet enjeu est particulièrement important dans les PME de moins de 300 salariés où les acteurs sont encore moins préparés à cet exercice. L évolution des relations sociales dépendra aussi de la manière dont les employeurs intégreront le point de vue des représentants des salariés au sein des conseils d administration ou de surveillance. Afin d exercer pleinement leurs prérogatives, les représentants des salariés vont devoir s appuyer sur l anticipation des mutations économiques de l entreprise et de sa filière ainsi que sur l anticipation des mutations du travail et des métiers. La création de la base de données unique, mise à disposition des IRP et des OS et contenant, entre autres, des données prospectives sur trois ans audelà de l année en cours, pourrait marquer une avancée. La mise en place de la base constituera un véritable test de la volonté des employeurs de jouer le jeu dans le nouveau cadre. La construction d un dialogue social de qualité, donnant la parole à des représentants des salariés véritablement acteurs des décisions importantes de l entreprise, repose avant tout sur la confiance ; celle-ci ne se décrète pas. Nous savons d expérience que la culture du pouvoir lié à la détention de l information est dominante dans les entreprises ; la responsabilisation des acteurs voulue par les négociateurs exige que cela change. La loi de sécurisation de l emploi ouvre un chemin étroit et exigeant ; c est aux directions d entreprise de montrer, en premier lieu, qu elles souhaitent s y engager. Ce guide vous propose une lecture des aspects essentiels de la loi de sécurisation de l emploi, et met l accent sur les difficultés auxquelles vous serez très certainement confrontés. Nous l avons complété de conseils que les experts de Syndex pourront développer avec vous lors d un contact direct Il va être mis à jour régulièrement au fur et à mesure de la parution des décrets attendus. Ces mises à jour bénéficieront de l analyse des pratiques de la loi menée avec nos partenaires syndicaux et juridiques. Une nouvelle jurisprudence est à construire et l application de la loi au jour le jour reste à écrire.

5 Sommaire 1 Anticiper pour agir Peser sur les orientations stratégiques de l entreprise... p. 10 La GPEC revisitée... p. 12 La base de données économiques et sociales... p. 14 Plus de salariés dans les organes de gouvernance... p Des procédures d information-consultation modifiées Une nouvelle gestion du temps... p. 22 Instance de coordination des CHSCT... p. 25 Comment est utilisé le CICE?... p Restructurations, licenciements collectifs mais avant? Licenciements collectifs... p. 33 La consultation du CHSCT et du CE... p. 33 La voie de l accord négocié... p. 34 La voie unilatérale... p. 36 L administration change de rôle... p. 37 Reprise de site et revitalisation du territoire... p Les outils de la flexibilité L accord de maintien de l emploi... p. 44 L accord de mobilité interne... p. 47 Un régime d activité partielle simplifié et unifié... p Des droits individuels pour les salariés La mobilité volontaire sécurisée... p. 52 Améliorer la situation des salariés à temps partiel... p. 54 Une complémentaire santé pour tous les salariés... p. 55 Chômage : des droits «rechargeables»... p. 57 Réduction de la prescription d instance sur salaire... p. 58 Taxation des CDD... p. 58 Un compte personnel de formation... p. 59 Prud hommes : favoriser la conciliation... p. 60

6 1 Anticiper pour agir

7 Anticiper pour agir Anticiper pour agir Peser sur les orientations stratégiques de l entreprise Le CE émet un avis sur ces orientations et leurs conséquences sur l activité de l entreprise, l emploi, l évolution des métiers et des compétences, l organisation du travail, le recours à la sous-traitance, à l intérim, à des contrats temporaires et à des stages. Il peut proposer des orientations alternatives. Le Conseil d administration doit formuler une réponse argumentée, communiquée au CE, qui peut y répondre. Le poids de l avis du CE et la qualité de l échange de vues reposent sur la bonne maîtrise de ces questions par les élus, mais aussi sur la qualité de l information fournie par la direction. Le CE peut recourir à un expert-comptable pour cette nouvelle mission destinée à l aider dans la formulation de ses questions et de ses propositions, à partir des informations contenues dans la base de données économiques et sociales, dite base de données unique (BDU). Cette mission ne se substitue pas aux autres expertises. En effet, la jurisprudence construite par les IRP accompagnées de Syndex et d avocats, sur les pouvoirs d investigation de l expert dans le cadre des missions sur les comptes annuels et sur les comptes prévisionnels, permet d accéder à des informations stratégiques complémentaires à celles contenues dans la BDU. Le comité d entreprise sera désormais consulté sur les orientations stratégiques de l entreprise. Le Conseil d administration ou de surveillance soumet chaque année au comité d entreprise les orientations stratégiques qu il a définies pour l entreprise. À compter du 14 juin 2014 pour les entreprises de 300 salariés et plus, du 14 juin 2015 en deçà de ce seuil. Le conseil Syndex Sauf accord entre employeur et CE, la mission de l expert-comptable sur les orientations stratégiques est financée à hauteur de 20 % par le budget de fonctionnement du CE dans la limite du tiers de son budget annuel. Mais un accord sur la prise en charge complète de cette mission par l entreprise peut être recherché. L expert-comptable du CE doit également être impliqué en amont afin d anticiper cette mission qui ne se substitue pas autres missions d expertise.

8 Anticiper pour agir Anticiper pour agir La GPEC revisitée La négociation sur la GPEC dans les entreprises concernées doit désormais s articuler avec la consultation des IRP sur les orientations stratégiques de l entreprise et leurs conséquences. La négociation de la gestion prévisionnelle de l emploi et des compétences (GPEC) doit, en effet, s appuyer sur les fondements des orientations stratégiques et leurs conséquences, objet de la consultation. La négociation triennale doit maintenant porter en particulier sur : Les grandes orientations à trois ans de la formation professionnelle dans l entreprise ; Les perspectives de recours par l employeur aux différents contrats de travail ; Les conditions dans lesquelles les entreprises sous-traitantes sont informées des orientations stratégiques ; Les modalités de la mobilité interne si le choix est fait d engager cette négociation facultative (voir ci-dessous). Le conseil Syndex Articuler le travail des acteurs de la consultation avec celui des négociateurs de la GPEC, identifier les conséquences de la stratégie par site et par métier et se donner des objets de négociation concrets et suffisamment définis. Ajouter aux questions obligatoires de formation, les liens avec les sous-traitants et le territoire élargit le champ de la négociation sur la GPEC. notes Et de manière facultative sur : Les modalités d association des entreprises sous-traitantes au dispositif de GPEC de l entreprise ; Les conditions dans lesquelles l entreprise participe aux actions de GPEC mises en œuvre à l échelle des territoires où elle est implantée. L obligation triennale de négocier la GPEC concerne les entreprises d au moins 300 salariés et les entreprises ou groupes communautaires comportant au moins un établissement ou une entreprise de 150 salariés en France.

9 Anticiper pour agir Anticiper pour agir La base de données économiques et sociales Les IRP et les OS vont disposer d un accès permanent à un réservoir d informations économiques et sociales sur l entreprise. À compter du 14 juin 2014 dans les entreprises de plus de 300 salariés, et du 14 juin 2015 pour les moins de 300, les élus de CE, CCE, CHSCT ainsi que les délégués syndicaux pourront consulter à tout moment les informations déposées par la direction dans la base de données unique (BDU). Tous sont tenus à une obligation de discrétion à l égard des informations revêtant un caractère confidentiel. Un décret va préciser d ici fin 2013 les modalités d alimentation et de consultation de la base. Pour l heure, la loi énumère huit chapitres : Investissements : investissement social (emploi, formation professionnelle, conditions de travail), investissement matériel et immatériel ; informations en matière environnementale ; Fonds propres et endettement ; Rétribution des salariés et dirigeants ; Activités sociales et culturelles ; Rémunération des financeurs ; Flux financiers à destination de l entreprise, notamment aides publiques et crédits d impôts ; Sous-traitance ; Le cas échéant, transferts commerciaux et financiers entre les entités du groupe.

10 Anticiper pour agir Anticiper pour agir La Base de données devra regrouper les informations contenues dans les rapports et informations transmis de manière récurrente au CE. Le champ couvert par ces informations porte sur l année en cours, les deux années précédentes et les trois années à venir. L éclairage porté sur l avenir serait comparable aux feux de route d une voiture alors que celui fourni par les informations habituellement transmises, avec une visibilité d un an au mieux, se limiterait aux feux de croisement. Encore faut-il que l information apportée par la direction soit de qualité, c est-à-dire que l éclairage soit suffisamment puissant et précis. Le conseil Syndex Les IRP et les OS doivent se montrer vigilantes sur de nombreux points : Le choix des indicateurs qui donnent du sens à l anticipation dans toutes consultations et négociations ; L alimentation régulière de la base ; Le mode de remise de l information ; Les conditions d accès ; Le périmètre pertinent de l information : établissement, groupe, unité de production, que signifie «l entreprise»? Pour enrichir le contenu de la BDU et en tirer le meilleur parti, élargir le périmètre de l entreprise à son groupe d appartenance, à la branche et au secteur d activité le cas échéant, s emparer des perspectives, qu elles soient bonnes ou mauvaises, proposer des orientations alternatives, les IRP et les OS doivent se placer en position de négocier et de proposer. Cela passe par leur formation et par l appui de l expert-comptable. Plus de salariés dans les organes de gouvernance La présence des représentants des salariés dans les instances de gouvernance des grandes entreprises devient obligatoire. La volonté du législateur d impliquer les représentants des salariés dans la marche de l entreprise par l ouverture du droit à la consultation sur les orientations stratégiques de l entreprise, d une part, impose d autre part à environ 200 à 250 grandes entreprises (voir encadré) d intégrer des représentants des salariés dans leurs instances de gouvernance : deux si le conseil compte plus de 12 membres, au moins un jusqu à 12 membres. Ces représentants sont, au choix, élus par les salariés, ou désignés par l instance représentative la plus élevée, ou par la ou les organisation(s) syndicale(s) représentatives arrivées en tête des élections professionnelles. Dans quelles sociétés? Sont concernées les sociétés anonymes ou en commandite par actions dont le siège social est en France et qui emploient à la clôture de deux exercices consécutifs au moins salariés permanents dans le monde ou en France, et qui, dans les deux cas, ont obligation de mettre en place un comité d entreprise. N est pas soumise, la société qui est filiale directe ou indirecte d une société elle-même soumise à l obligation.

11 Anticiper pour agir Anticiper pour agir Le conseil Syndex Préparer la formation des futurs membres des conseils d administration et de surveillance. Aux IRP de vérifier que leur entreprise entre dans le cadre de la loi. La complexité des règles qui soumettent les grandes entreprises à cette obligation peuvent inciter celles-ci à la contourner.

12 2 Des procédures d information-consultation modifiées

13 Des procédures d information-consultation modifiées Des procédures d information-consultation modifiées Une nouvelle gestion du temps L introduction de délais préfix oblige les IRP à reconsidérer le calendrier des procédures de consultation. Les délais impartis au CE pour rendre son avis dans une procédure d information et de consultation sont désormais encadrés afin de garantir à l employeur un calendrier prévisible de mise en œuvre de ses projets. Ces délais «suffisants sans être inférieurs à 15 jours» sont fixés : par un accord entre le CE et l employeur voté à la majorité des titulaires présents ; à défaut d accord, par un décret à paraître fin Ils ne peuvent être ni interrompus, ni suspendus, mais peuvent être prolongés d un commun accord. Ces délais s appliquent aux consultations (art. L à du code du Travail) sur : L organisation et la marche de l entreprise ; Les conditions de travail ; La formation professionnelle et l apprentissage ; L engagement d une procédure de sauvegarde, de redressement ou de liquidation judiciaires ; Les rapports et informations annuelles et trimestrielles du CE ; Ainsi que celles relatives au droit d expression, au bilan social et à l utilisation du contingent d heures supplémentaires réglementaire. À l expiration du délai, l absence d avis de la part du CE vaut avis négatif. Pour formuler un avis motivé, le CE ou le CHSCT doivent avoir accès aux informations pertinentes. Comment feront-ils si l information remise est incomplète? La saisine du Tribunal de Grande Instance, qui dispose de 8 jours pour statuer, n a pas d effet sur le délai. Seule une décision du juge peut le prolonger.

14 Des procédures d information-consultation modifiées Des procédures d information-consultation modifiées Le futur décret à paraître fin 2013 devrait porter à : 1 mois le délai de consultation, sauf accord entre les parties ; 2 mois le délai en cas d intervention d un expert sur des missions d assistance contractuelle ou celle concernant les orientations stratégiques hors missions sur comptes annuels et prévisionnels ; 3 mois en cas de saisine d un ou plusieurs CHSCT ; 4 mois si une instance de coordination est mise en place. Le conseil Syndex Une première réunion des IRP (CE, CHSCT, OS) avant le démarrage du délai est indispensable pour rechercher ou demander un accord et éviter ainsi le délai couperet. Aux IRP de se montrer exigeantes pour définir les modalités de consultation y compris du CHSCT, le recours aux experts, les délais et le contenu des informations transmises. L appui des IRP par un expert et un avocat, dès le début de la procédure, est utile à la maîtrise des délais et garantit une meilleure obtention de l information utile aux élus. Si le CHSCT est consulté, la première réunion d information doit se tenir le plus tôt possible après celle du CE afin d être en mesure d exercer utilement ses prérogatives et, le cas échéant, pouvoir recourir à une expertise. Instance de coordination des CHSCT Une instance temporaire pour organiser le recours à une expertise unique pour les CHSCT. Lorsque les consultations* des CHSCT portent sur un projet commun à plusieurs établissements, l employeur peut mettre en place une instance temporaire de coordination des CHSCT concernés. Celle-ci est composée de l employeur, de représentants de chaque CHSCT, de personnes qualifiées : médecin du travail, inspecteur du travail mais les modalités de composition peuvent faire l objet d un accord d entreprise. Le seul objet de cette instance est d organiser le recours à une expertise unique. Le rapport de l expert est remis à l instance de coordination, puis l employeur le transmet aux CHSCT concernés par le projet, qui rendent ensuite leur avis. L avis que peut émettre l instance de coordination ne se substitue pas aux avis des CHSCT. Le délai d expertise est de 30 à 60 jours à compter de la désignation de l expert qui a lieu lors de la première réunion d information/ consultation du comité. À l expiration de ces délais, l instance est réputée avoir été consultée. * Consultations sur tout projet important modifiant les conditions de travail ou les conditions de santé et de sécurité, dont les cas sont prévus aux articles L , L , L et L du code du Travail.

15 Des procédures d information-consultation modifiées Des procédures d information-consultation modifiées Le conseil Syndex Attention! Même dans le cas où l instance de coordination remet son avis, celui-ci ne se substitue pas aux avis des CHSCT concernés ; leur consultation reste obligatoire. Des réunions de restitution de l expertise à tous les CHSCT concernés, programmées dès la décision de recourir à l expert, peuvent suivre la présentation par ce dernier de ses travaux à l instance de coordination. Si l employeur ne décide pas de la mise en place d une instance de coordination, chaque CHSCT concerné peut exercer son droit à recourir à un expert agréé.

16 Des procédures d information-consultation modifiées Des procédures d information-consultation modifiées notes Comment est utilisé le CICE? La LSE donne au comité d entreprise deux nouveaux droits de regard sur les choix de l entreprise. Le comité d entreprise est informé et consulté annuellement sur les orientations stratégiques de l entreprise et leurs conséquences sociales comme on l a vu au chapitre 1 sur l anticipation. La LSE introduit également un véritable droit de contrôle sur l utilisation que l entreprise fait du Crédit d Impôt Compétitivité Emploi (CICE). Avant le 1 er juillet de chaque année, le CE doit être informé et consulté sur l utilisation des sommes reçues par l entreprise dans le cadre de ce crédit d impôt ; le montant de celui-ci doit figurer dans la base de données économiques et sociales. Lorsque le CE constate une utilisation non conforme de tout ou partie du CICE, il peut, après avoir demandé des explications à l employeur, établir un rapport qu il transmet non seulement à ce dernier mais aussi au Comité de suivi régional du CICE relevant de l Administration. Il peut aussi, à la majorité de ses membres présents, décider de saisir de ses conclusions le Conseil d administration ou de surveillance qui doit inscrire la demande d explication à l ordre du jour de sa prochaine séance et adresser au CE une réponse motivée. L utilisation du CICE par l entreprise est contrôlée par l Administration en cas de demande d homologation d un PSE.

17 3 Restructurations, licenciements collectifs mais avant?

18 Restructurations, licenciements collectifs mais avant? Restructurations, licenciements collectifs mais avant? Le législateur a traduit dans la loi la volonté des négociateurs de l ANI du 11 janvier 2013 de «favoriser l anticipation négociée des mutations économiques, pour développer les compétences, maintenir l emploi et encadrer les licenciements économiques». Il ajoute aux attributions des IRP des outils d anticipation avec l information-consultation sur les orientations stratégiques de l entreprise et leurs conséquences sociales, la base de données économiques et sociales. Le législateur cherche à responsabiliser les acteurs par la multiplication des situations de dialogue et de négociation jusque, et y compris, dans les procédures de licenciements collectifs totalement refondues. L accord de maintien de l emploi recherche des mesures alternatives aux licenciements en cas de difficultés conjoncturelles. Les entreprises qui veulent procéder à des licenciements collectifs doivent non seulement informer et consulter le CE comme précédemment, mais elles sont désormais invitées à privilégier la négociation d un accord collectif majoritaire avec les organisations syndicales, validé par l Administration du travail, faute de quoi elles soumettent à l homologation de l Administration un document unilatéral. Le rôle de l Administration du travail au sein de la Direccte consiste à écouter et conseiller directions et représentants des salariés, à favoriser le dialogue, à encourager la négociation avant la validation ou l homologation de la procédure choisie, décisions qui ne pourront être contestées qu auprès du juge administratif. Licenciements collectifs Seules les opérations de licenciements collectifs de 10 salariés ou plus sont concernées dans les entreprises dotées d un comité d entreprise. Les entreprises en redressement ou liquidation judiciaires entrent dans le cadre de la loi mais sont soumises à des délais plus courts. Les nouvelles dispositions s appliquent aux procédures engagées depuis le 1 er juillet La consultation du CHSCT et du CE L employeur doit consulter le CE sur l opération projetée et ses modalités d application, que le projet s inscrive dans le cadre d un accord collectif ou relève d un document unilatéral comme nous allons le voir plus loin. Les délais sont rallongés mais préfix (voir encadré). Le recours par le CHSCT et le CE à un expert CHSCT ou un expert-comptable est possible comme auparavant, et recommandé. Leurs missions se trouvent désormais contraintes par les nouveaux délais de la procédure de consultation. L avis du CHSCT ou des CHSCT sur un projet de restructuration avec compression des effectifs précède celui du CE. En l absence d avis rendu à l échéance, CHSCT et CE sont réputés avoir été consultés.

19 Restructurations, licenciements collectifs mais avant? Restructurations, licenciements collectifs mais avant? La voie de l accord négocié L ouverture de la négociation intervient préalablement ou parallèlement à la procédure d information et de consultation du CE. Le comité d entreprise peut mandater un expert-comptable pour apporter tout élément utile aux organisations syndicales dans la négociation de l accord. La désignation de l expert peut intervenir dès l ouverture des négociations, en amont du démarrage de la procédure de consultation, lors d une réunion d information du CE. Cette voie permet de presque tout négocier : D abord et obligatoirement le PSE ; Également : la pondération et le périmètre d application des critères d ordre, le calendrier des licenciements, le nombre de suppressions d emploi et les catégories professionnelles, les modalités de mise en œuvre des mesures de formation, d adaptation et de reclassement ; Éventuellement les modalités de consultation : attention aux accords de méthode pré-existants. En cas d accord complet, le CE est consulté sur sa globalité. La loi incite à la négociation. La négociation n est pas obligatoire mais fortement encouragée. Elle dépend des forces syndicales en présence : l accord doit être signé avec les organisations syndicales représentatives ayant recueilli au moins 50 % des suffrages exprimés au premier tour des dernières élections des titulaires du CE ou de la DUP. L accord est transmis à la Direccte à la fin de la procédure de consultation qui le valide dans un délai de 15 jours après avoir contrôlé : Son caractère majoritaire et la conformité de son contenu à la loi ; La régularité de la procédure d information et de consultation du CE et, le cas échéant, du ou des CHSCT et de l instance de coordination. Son silence à échéance vaut validation de l accord.

20 Restructurations, licenciements collectifs mais avant? Restructurations, licenciements collectifs mais avant? La voie unilatérale L Administration change de rôle «À défaut d accord» négocié, après la dernière réunion du CE, l employeur élabore un document unilatéral reprenant le contenu du plan, les modalités de la consultation du CE, le nombre des suppressions d emplois, le calendrier, la pondération, le périmètre d application des critères d ordre des licenciements, etc. Document qu il soumet à la Direccte qui l homologue dans un délai de 21 jours après un contrôle renforcé portant notamment sur : Sa conformité aux dispositions légales et conventionnelles en vigueur ; La régularité de la procédure d information et de consultation du CE et, le cas échéant, du CHSCT ; La validité du plan de sauvegarde de l emploi en fonction des moyens dont dispose l entreprise et son groupe d appartenance le cas échéant ; des mesures prévues au regard de l importance du licenciement ; des efforts de formation et d adaptation réalisés. Et prise en compte du rapport le plus récent du CE sur l utilisation du CICE par l entreprise. notes La Direccte est placée en position d écoute, de conseil et de contrôle. Avant tout elle incite les parties à la négociation. L Autorité administrative voit son rôle dans la procédure de licenciements renforcé par le législateur qui lui donne pouvoir de validation des accords et d homologation du document unilatéral. Et y ajoute un pouvoir d injonction à l employeur de se conformer à la règle de procédure. L Autorité administrative devient garante de l aboutissement dans les délais prescrits de procédures conformes.

21 Restructurations, licenciements collectifs mais avant? Restructurations, licenciements collectifs mais avant? notes La procédure ne rétablit pas l autorisation administrative de licenciement car la Direccte ne contrôle et ne valide ni le motif économique ni le nombre des licenciements, dont l éventuelle contestation doit être portée, par une saisine individuelle, devant le tribunal des prud hommes comme auparavant. IRP et experts ne peuvent plus recourir au tribunal de Grande Instance pour obtenir de la direction des éléments d information manquants ; c est la Direccte qui peut enjoindre à la direction, de les communiquer. Aucun licenciement ne peut être prononcé avant la décision de la Direccte. Ce n est qu à l issue de la procédure que la validation de l accord ou l homologation du document unilatéral peut être contestée devant le tribunal administratif. L autorité géographiquement compétente est celle du lieu où l entreprise ou l établissement concerné est établi. Si plusieurs établissements concernés relèvent d autorités différentes, le ministre en charge de l Emploi désigne l autorité compétente. L employeur notifie à l Administration tout projet de licenciement pour motif économique (10 salariés ou plus sur une période de 30 jours) au plus tôt le lendemain de la date prévue pour la 1 ère réunion du CE ; il lui communique l ensemble des informations reçues par les représentants du personnel ; l informe de l éventuel recours du CE à un expert-comptable ; lui indique au plus tard à la date de notification du projet, son intention d ouvrir la négociation. Le conseil Syndex Les représentants des salariés, avec leurs experts et conseils, ont tout intérêt à se coordonner le plus en amont possible, de se tourner très tôt vers la Direccte pour y rencontrer le «bon interlocuteur», faire entendre leurs préoccupations, vérifier que l employeur se conforme à ses obligations, la saisir de façon soigneusement argumentée d une demande d injonction, et recueillir des conseils. Les actions du CE et des OS sont déterminantes pendant toute la durée de la procédure, tant dans le cadre de la validation / homologation accordée ou refusée par l administration que dans les recours a posteriori devant les tribunaux administratifs. Même si une partie de la jurisprudence existante sur les PSE paraît transposable en ce qui concerne la validité de la procédure, le contenu du PSE et l accès à l information, il convient d être particulièrement vigilant et de communiquer auprès de la Direccte le plus en amont possible, en s appuyant sur l expert-comptable et l avocat.

22 Restructurations, licenciements collectifs mais avant? Restructurations, licenciements collectifs mais avant? Reprise de site et revitalisation du territoire rechercher un repreneur. Ces actions de recherche sont prises en compte dans la convention de revitalisation du territoire ou du bassin d emploi que l entreprise doit conclure avec l autorité administrative. L employeur informe le comité d entreprise de la recherche d un repreneur dès l ouverture de la procédure d information et de consultation sur le projet de restructuration. Le CE est informé des offres de reprise et doit respecter la confidentialité des informations reçues. Il peut émettre un avis sur ces offres dans les délais impartis lors d un projet de licenciement collectif, et formuler des propositions. C est dans ce même cadre légal qu il peut recourir à l assistance d un expert-comptable pour analyser le processus de recherche de repreneur, sa méthodologie, apprécier les informations mises à disposition des repreneurs potentiels et analyser les projets de reprise. L expert a accès aux documents de toutes les sociétés intéressées par l opération. Le conseil Syndex Plus encore que dans la procédure sans fermeture de site, la voie négociée semble la plus appropriée pour adapter les délais aux enjeux de la recherche d un repreneur. Le CE est associé à la recherche de repreneurs lorsqu une entreprise d une certaine taille ferme un établissement. L entreprise ou le groupe d entreprises comptant plus de salariés qui engage un projet de licenciement collectif ayant pour conséquence la fermeture d un établissement a l obligation de L anticipation la plus précoce est un facteur essentiel pour étudier toutes les alternatives possibles en s appuyant sur l expertcomptable du CE qui pourra analyser les informations sensibles concernant les projets des repreneurs potentiels. Attention! Le texte de loi «Reconquérir l économie réelle» en cours d examen par le Parlement est susceptible d apporter des modifications sur ce point, modifications qui seront intégrées dans notre prochaine édition.

SÉCURISATION DE L EMPLOI

SÉCURISATION DE L EMPLOI Accompagner les dirigeants de l ess dans la gestion des ressources humaines DOSSIER JURIDIQUE SÉCURISATION DE L EMPLOI Réalisé par : La Loi sur la sécurisation de l emploi La loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

FICHE 4 TOUT CE QUI CHANGE EN MATIERE D INFORMATION- CONSULTATION DU CE

FICHE 4 TOUT CE QUI CHANGE EN MATIERE D INFORMATION- CONSULTATION DU CE FICHE 4 TOUT CE QUI CHANGE EN MATIERE D INFORMATION- CONSULTATION DU CE 1. Les délais de consultation du CE Sur le principe, rien ne change, en pratique, toute votre vie d élu CE va être bouleversée et

Plus en détail

Juin. Modernisation du Marché du Travail

Juin. Modernisation du Marché du Travail Juin Modernisation du Marché du Travail 2008 les fiches argumentaires du medef Les dispositions de l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008, dont la mise en œuvre requiert un support législatif,

Plus en détail

Loi sur la sécurisation de l emploi

Loi sur la sécurisation de l emploi Dossier de presse JUIN 2013 Loi sur la sécurisation de l emploi contact presse : cab-tef-presse@cab.travail.gouv.fr Tél. 01 49 55 31 02 1 Sommaire Les origines du texte page 3 De la grande conférence à

Plus en détail

Décret du 27 décembre 2013 : précisions sur les délais de consultation du CE et la base de données économiques et sociales

Décret du 27 décembre 2013 : précisions sur les délais de consultation du CE et la base de données économiques et sociales Décret du 27 décembre 2013 : précisions sur les délais de consultation du CE et la base de données économiques et sociales La Loi «relative à la sécurisation de l emploi» du 14 juin 2013 a introduit plusieurs

Plus en détail

Fiche n 1 Procédure de mise en œuvre d un licenciement économique collectif donnant lieu à un plan de sauvegarde de l emploi

Fiche n 1 Procédure de mise en œuvre d un licenciement économique collectif donnant lieu à un plan de sauvegarde de l emploi Fiche n 1 Procédure de mise en œuvre d un licenciement économique collectif donnant lieu à un plan de sauvegarde de l emploi Les dispositions sont applicables aux entreprises de 50 salariés et plus, en

Plus en détail

L IMPACT DE LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI SUR LES ENTREPRISES DE

L IMPACT DE LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI SUR LES ENTREPRISES DE L IMPACT DE LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI SUR LES ENTREPRISES DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE La Loi n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l'emploi a été publiée au Journal officiel

Plus en détail

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information LOI DE SECURISATION DE L'EMPLOI AVRIL 2014 LA CONSULTATION DU COMITE D ENTREPRISE SUR LES ORIENTATIONS STRATEGIQUES ET LA BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES (BDES) Loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

Actu Juridique & Sociale Dynamique Entreprise Avril 2015

Actu Juridique & Sociale Dynamique Entreprise Avril 2015 LE POINT SUR La base de données unique (BDU) dans les entreprises de moins de 300 salariés Afin de renforcer l information des instances représentatives du personnel, la loi du 14 juin 2013 a créé un nouveau

Plus en détail

Description du contenu de la loi «sécurisation de l emploi» adoptée par le Parlement

Description du contenu de la loi «sécurisation de l emploi» adoptée par le Parlement Description du contenu de la loi «sécurisation de l emploi» adoptée par le Parlement Article 1 : complémentaire santé et portabilité Description : Cet article traduit légalement la généralisation de la

Plus en détail

Le renforcement du rôle du CE La nouvelle base unique de données économiques et sociales La consultation sur les orientations stratégiques La

Le renforcement du rôle du CE La nouvelle base unique de données économiques et sociales La consultation sur les orientations stratégiques La Le renforcement du rôle du CE La nouvelle base unique de données économiques et sociales La consultation sur les orientations stratégiques La nouvelle procédure d information/consultation, La procédure

Plus en détail

LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015

LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015 LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015 Chapitre Ier : Créer de nouveaux droits pour les salariés Section 1 : De nouveaux droits individuels

Plus en détail

Les missions. des experts. au service des comités d entreprise et des CHSCT. Version actualisée de la L.S.E

Les missions. des experts. au service des comités d entreprise et des CHSCT. Version actualisée de la L.S.E Les missions des experts Version actualisée de la L.S.E Juin 2014 Nos agréments et certifications Ordre des experts-comptables : nous sommes inscrits à l ordre des experts-comptables. : nous sommes agréés

Plus en détail

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 CDD : COTISATIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LES CDD DE COURTE DUREE À partir du 1er juillet 2013, la cotisation patronale d assurance

Plus en détail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE SOCIAL Juillet 2008 La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Les partenaires sociaux ont signé un accord national interprofessionnel

Plus en détail

TRAVAIL EMPLOI FORMATION

TRAVAIL EMPLOI FORMATION TRAVAIL EMPLOI FORMATION Accès aux documents administratifs Comité d entreprise MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Direction générale du travail Service

Plus en détail

Pour quels résultats? accord majoritaire. maintien dans l'emploi

Pour quels résultats? accord majoritaire. maintien dans l'emploi Loi sur la sécurisation de l emploi Projets de loi Florange et réforme de la formation professionnelle Pour quels résultats? accord majoritaire maintien dans l'emploi anticipation ICCHSCT négociation plan

Plus en détail

JurisInf L ACTUALITE JURIDIQUE DE L ENTREPRISE DECODEE PAR NOS EXPERTS LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI 2013

JurisInf L ACTUALITE JURIDIQUE DE L ENTREPRISE DECODEE PAR NOS EXPERTS LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI 2013 JurisInf HORS SERIE n 15 OCTOBRE 2013 L ACTUALITE JURIDIQUE DE L ENTREPRISE DECODEE PAR NOS EXPERTS LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI 2013 Principales mesures sociales

Plus en détail

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013 informations sociales octobre novembre décembre 2013 Dans le cadre du mandat qu elle reçoit du FNCIP-HT, la Fédération Nationale de l Habillement informe chaque trimestre les entreprises à jour de paiement

Plus en détail

L ACTIVITE PARTIELLE

L ACTIVITE PARTIELLE L ACTIVITE PARTIELLE L'activité partielle permet d'éviter aux salariés de perdre leur emploi lorsque l'activité de leur entreprise se réduit. Dans un contexte de crise économique, le recours au chômage

Plus en détail

Loi sur la sécurisation de l emploi Dossier spécial

Loi sur la sécurisation de l emploi Dossier spécial Loi sur la sécurisation de l emploi Dossier spécial «L'info pratique en droit du travail» AVERTISSEMENT : Ce document ne dispense en rien de consulter un spécialiste pour adapter au besoin les règles au

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel».

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Compte Rendu Café RH Dauphine du vendredi 7 février 2014 «L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Ce compte rendu vise à

Plus en détail

- 29 - TABLEAU COMPARATIF

- 29 - TABLEAU COMPARATIF - 29 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi portant modernisation du marché du travail Article 1 er I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : 1 Le premier alinéa est ainsi rédigé : «Le

Plus en détail

Article 1 Généralisation de la couverture complémentaire des frais de santé

Article 1 Généralisation de la couverture complémentaire des frais de santé ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 POUR UN NOUVEAU MODELE ECONOMIQUE ET SOCIAL AU SERVICE DE LA COMPETITIVITE DES ENTREPRISES ET DE LA SECURISATION DE L EMPLOI ET DES PARCOURS PROFESSIONNELS

Plus en détail

Projet d accord national interprofessionnel sur la sécurisation de l emploi

Projet d accord national interprofessionnel sur la sécurisation de l emploi Projet d accord national interprofessionnel sur la sécurisation de l emploi Préambule Les salariés comme les chefs d entreprises de France sont, comme leurs homologues européens, confrontés à des bouleversements

Plus en détail

La loi n 2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques

La loi n 2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques NEWSLETTER SOCIALE S E P T E M B R E 2 0 1 5 L actualité en matière sociale a été riche au cours de la période estivale avec notamment la publication le 6 août dernier de la loi pour la croissance, l activité

Plus en détail

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE Le projet de loi sur la sécurisation de l emploi, transposant l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 1, comporte

Plus en détail

NEWSLETTER DU SOCIAL

NEWSLETTER DU SOCIAL NEWSLETTER DU SOCIAL Les chiffres clés La Garantie Minimale de Points 2014 : Les cotisations minimales annuelles de retraite complémentaire AGIRC sont fixées à 796,08. Ces cotisations correspondent à un

Plus en détail

La Base de Données Unique

La Base de Données Unique Formation, Expertise et Conseil pour les CE et CHSCT La Base de Données Unique Paris, le 23 septembre 2014 Jean-Pierre Yonnet Le 2 ème volet de la LSE Le deuxième volet de la loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

Article 1 Généralisation de la couverture complémentaire des frais de santé

Article 1 Généralisation de la couverture complémentaire des frais de santé ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 POUR UN NOUVEAU MODELE ECONOMIQUE ET SOCIAL AU SERVICE DE LA COMPETITIVITE DES ENTREPRISES ET DE LA SECURISATION DE L EMPLOI ET DES PARCOURS PROFESSIONNELS

Plus en détail

SALMON et Associés Avocats à la Cour

SALMON et Associés Avocats à la Cour SALMON et Associés Avocats à la Cour Philippe SALMON Avocat DESS Droit des Affaires DJCE Certificat de Spécialisation en droit du Travail Et droit de la distribution REUNION D INFORMATION CGPME 5 Juin

Plus en détail

N 774 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 774 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI N 774 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 6 mars 2013. PROJET DE LOI relatif à la sécurisation de l emploi,

Plus en détail

Les principales mesures de la loi sur la sécurisation de l emploi

Les principales mesures de la loi sur la sécurisation de l emploi Les principales mesures de la loi sur la sécurisation de l emploi Plusieurs volets de la loi sur la sécurisation de l emploi concernent directement le calcul du bulletin de paie. Voici un récapitulatif

Plus en détail

BASE DE DONNÉES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES

BASE DE DONNÉES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES BDE S BASE DE DONNÉES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES avec la collaboration de : BDE S Ce document n aurait pu voir le jour sans la fructeuse collaboration des services juridiques de la Métallurgie CFE-CGC et

Plus en détail

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié :

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité NOR : MTSX0805954L/Bleue-1 PROJET DE LOI portant modernisation du marché du travail ------ Article 1

Plus en détail

Base de données économiques et sociales

Base de données économiques et sociales les infos DAS - n 073 4 juin 2015 Base de données économiques et sociales La loi du 14 juin 2013 de sécurisation de l emploi 1 a entériné la création de la base de données économiques et sociales (BDES)

Plus en détail

Cet accord est la première illustration de l application de la loi du 31 janvier 2007 de modernisation du dialogue social.

Cet accord est la première illustration de l application de la loi du 31 janvier 2007 de modernisation du dialogue social. Ministère du travail, des relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la ville Direction générale du travail Sous-direction des relations individuelles du travail Bureau des relations individuelles

Plus en détail

L ACTUALITE SOCIALE ET JURIDIQUE

L ACTUALITE SOCIALE ET JURIDIQUE L ACTUALITE SOCIALE ET JURIDIQUE Juillet 2013 - N 28 Note spéciale LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Du 14 juin 2013, N 2013-504 RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL (Pages 2 à 4) Travail à temps partiel.

Plus en détail

A - LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI (n 2013-504 du 14 Juin 2013) (Les principales mesures)

A - LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI (n 2013-504 du 14 Juin 2013) (Les principales mesures) EC CABIINET PESCE - LEBOUCHER 1. SOCIETE 2. D EXPERTISE COMPTABLE www.cabinetpesceleboucher.fr Le 25/09/2013 ACTUALITES SOCIALES 2013/2 EN BREF (quelques chiffres) valeurs inchangées : SMIC Horaire au

Plus en détail

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 Les changements concernant la protection sociale complémentaire Les dates clés 11 janv. 2013 : Signature de l Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

Fiche n 4. de l'emploi déterminé par un accord collectif majoritaire ou par un document élaboré par l'employeur,

Fiche n 4. de l'emploi déterminé par un accord collectif majoritaire ou par un document élaboré par l'employeur, Fiche n 4 Procédure de licenciement économique collectif donnant lieu à un plan de sauvegarde de l emploi dans les entreprises en sauvegarde, redressement ou liquidation judiciaire Les entreprises en procédure

Plus en détail

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE SOYEZ PRO ACTIF! Anticipez et transformez cette contrainte en opportunité SALON DES ENTREPRENEURS 2015 5 février 2015 LA GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE DANS

Plus en détail

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 Liste des abréviations... 7 Introduction générale... 13 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 1 Les normes universelles de l OIT... 14 2 Les normes régionales européennes...

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 Montreuil, le 16/10/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 OBJET : Loi n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du

Plus en détail

Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise

Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise Des services qui changent la formation Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise fiches pratiques Sommaire 1/ Formation professionnelle et apprentissage 2/ Égalité professionnelle

Plus en détail

Fiche Portabilité des droits des salariés

Fiche Portabilité des droits des salariés Fiche Portabilité des droits des salariés L article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 avait mis en place un mécanisme de portabilité des droits pour les anciens salariés

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

le syndicat CGT représenté par [à compléter] en sa qualité de délégué syndical,

le syndicat CGT représenté par [à compléter] en sa qualité de délégué syndical, Projet d accord collectif mettant en place un régime de remboursement de «frais de santé» au bénéfice du personnel de l EPIC SNCF relevant du régime général de ENTRE LES SOUSSIGNEES : SOCIETE NATIONALE

Plus en détail

Base de données. économiques. et sociales. vigilance, exigences. et conquêtes. élus et mandatés. guide pratique

Base de données. économiques. et sociales. vigilance, exigences. et conquêtes. élus et mandatés. guide pratique Base de données économiques et sociales vigilance, exigences et conquêtes guide pratique élus et mandatés L article 8 de la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 a introduit un nouveau dispositif

Plus en détail

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014 Questions sociales Note d information n 14-15 du 6 août 2014 ALLOCATIONS CHOMAGE Effet au 01/07/2014 Références Arrêté du 25 juin 2014 portant agrément de la convention du 14 mai 2014 relative à l indemnisation

Plus en détail

Négociation relative à la qualité et à l efficacité du dialogue social dans l entreprise et à l amélioration de la représentation des salariés

Négociation relative à la qualité et à l efficacité du dialogue social dans l entreprise et à l amélioration de la représentation des salariés Négociation relative à la qualité et à l efficacité du dialogue social dans l entreprise et à l amélioration de la représentation des salariés Préambule La qualité et l efficacité du dialogue social, notamment

Plus en détail

Négociation relative à la qualité et à l efficacité du dialogue social dans l entreprise et à l amélioration de la représentation des salariés

Négociation relative à la qualité et à l efficacité du dialogue social dans l entreprise et à l amélioration de la représentation des salariés Séance du 21 novembre 2014 Négociation relative à la qualité et à l efficacité du dialogue social dans l entreprise et à l amélioration de la représentation des salariés Préambule La qualité et l efficacité

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES : C'EST MAINTENANT! Tout savoir sur les orientations stratégiques de l'entreprise!

BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES : C'EST MAINTENANT! Tout savoir sur les orientations stratégiques de l'entreprise! Groupe CEolis Le spécialiste des comités d'entreprises, des CHSCT et des Syndicats Newsletter SPECIALE avril 2014 Édito : Eclairer l'avenir de l'entreprise BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES : C'EST

Plus en détail

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle...

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... MODE D EMPLOI Valérie Coutteron LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... LA LOI N 2008-111 DU 8 FÉVRIER 2008 pour le pouvoir

Plus en détail

Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle

Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle Indemnités négociées ou facultatives Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle Référence Internet Saisissez la Référence Internet dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr

Plus en détail

Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009

Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009 Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009 30 juin 2009 SOMMAIRE 1. Bénéficiaires de la portabilité 2. Renonciation à la portabilité

Plus en détail

Programme de formations. (année 2014)

Programme de formations. (année 2014) Programme de formations (année 2014) LBBa, prestataire de formation professionnelle Prestataire de formation professionnelle, enregistré comme tel auprès de l administration, le cabinet LBBa, composé d

Plus en détail

A LA UNE JANVIER 2015

A LA UNE JANVIER 2015 JANVIER 2015 Toute notre équipe vous souhaite une belle et heureuse année 2015 et vous remercie, toutes et tous, pour votre fidélité sans laquelle nous ne serions pas là. Nous voici donc repartis pour

Plus en détail

LETTRE D INFO SOCIAL

LETTRE D INFO SOCIAL & Salmon & Associés AVOCATS Droit immobilier Droit de la construction Droit commercial Droit de la famille Droit du travail Jean-Jacques SALMON Philippe SALMON Christine BAUGE David ALEXANDRE AUDIT EXPERTISE

Plus en détail

Le ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat, porte-parole du Gouvernement,

Le ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat, porte-parole du Gouvernement, Ministère de l emploi, du travail et de la santé Ministère du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat Ministère de l agriculture, de l alimentation, de la pêche,

Plus en détail

Indemnités de rupture (régimes social et fiscal)

Indemnités de rupture (régimes social et fiscal) Régimes social et fiscal des indemnités de rupture du contrat de travail au 1 er janvier 2012 Indemnité compensatrice de préavis, de congés payés, de RTT non pris ; indemnité de non-concurrence Assujettie

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique Mieux connaître le licenciement économique 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique I. L obligation préalable d adaptation et de reclassement «Le licenciement pour motif économique

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité de portage salarial. Les personnes portées sont titulaires d un contrat de travail conclu

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

Qu en est-il des contrats complémentaires facultatifs? Sont-ils concernés par le dispositif?

Qu en est-il des contrats complémentaires facultatifs? Sont-ils concernés par le dispositif? QUESTIONS SUR L OBJET DE LA PORTABILITE La mensualisation est-elle exclue du dispositif? L obligation de maintien de salaire à la charge de l employeur n est pas concernée : en effet, il ne s agit pas

Plus en détail

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail

Ce que les élus vont trouver dans la BDES

Ce que les élus vont trouver dans la BDES Ce que les élus vont trouver dans la BDES La BDES doit être le support de la consultation sur la stratégie de l entreprise. Elle doit réunir d ici fin 2016 toutes les informations soumises jusque-là de

Plus en détail

AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 CHAPITRE I ER

AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 CHAPITRE I ER MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel CAISSE D ÉPARGNE AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 À L ACCORD DU 24 NOVEMBRE 2005 RELATIF AUX FRAIS DE SOINS DE

Plus en détail

Le contingent d heures supplémentaires et les contreparties

Le contingent d heures supplémentaires et les contreparties Le contingent d heures supplémentaires et les contreparties La loi n 2008-789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail rénove les règles en matière de

Plus en détail

ACCORD DU 24 MAI 2011

ACCORD DU 24 MAI 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3085 Convention collective nationale IDCC : 16. TRANSPORTS ROUTIERS ET ACTIVITÉS AUXILIAIRES DU TRANSPORT ACCORD DU 24

Plus en détail

La nouvelle convention relative au contrat de sécurisation professionnelle

La nouvelle convention relative au contrat de sécurisation professionnelle les infos DAS - n 035 12 février 2015 La nouvelle convention relative au contrat de sécurisation professionnelle Le 26 janvier 2015, les partenaires sociaux ont conclu une nouvelle convention relative

Plus en détail

LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI. Demi-journée d information du 6 septembre 2013

LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI. Demi-journée d information du 6 septembre 2013 LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Demi-journée d information du 6 septembre 2013 URIOPSS PACAC 1 6 septembre 2013 Sommaire Loi de sécurisation de l'emploi...3 Le 1er janvier 2016, tous les salariés auront

Plus en détail

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL LES OBLIGATIONS VIS-À-VIS DU CE OU DES DP LES S SUR LES ORIENTATIONS Pour les délégués du personnel Toutes les ETT ayant atteint un effectif d au moins 11 salariés pendant 12 mois, consécutifs ou non,

Plus en détail

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Présentée par Gérard Cherpion, Bernard Perrut, Jean -Charles Taugourdeau

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE

CIRCULAIRE CDG90 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE CIRCULAIRE CDG90 11/12 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée, portant droits et obligations

Plus en détail

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

INFORMaTIONS. administratives et législatives. concernant l emploi d un assistant maternel agréé par un particulier employeur

INFORMaTIONS. administratives et législatives. concernant l emploi d un assistant maternel agréé par un particulier employeur INFORMaTIONS administratives et législatives concernant l emploi d un assistant maternel agréé par un particulier employeur Pôle sanitaire social < Ce document a été rédigé afin de vous donner une information

Plus en détail

La GPEC au regard de la formation

La GPEC au regard de la formation La GPEC au regard de la formation note aux étudiants : ce support ne constitue qu un complément au cours assuré, pour aller plus loin cf. bibliographie Support construit sur base de l ouvrage «GPEC», éd.

Plus en détail

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti?

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? L apprenti est un salarié à part entière. À ce titre, les lois, les règlements et la convention collective de la branche professionnelle ou de l entreprise

Plus en détail

Formation droit social M E R C R E D I 2 3 A V R I L 2 0 1 4

Formation droit social M E R C R E D I 2 3 A V R I L 2 0 1 4 Formation droit social Les modalités de rupture du contrat de travail en quelques mots SÉVERINE DEVOIZE A V O C A T A S S O C I É GILLES PRIETZ C O N S E I L L E R P R U D H O M M E S M E R C R E D I 2

Plus en détail

ACCORD PROFESSIONNEL SUR LE REGIME COMPLEMENTAIRE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE PREAMBULE

ACCORD PROFESSIONNEL SUR LE REGIME COMPLEMENTAIRE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE PREAMBULE ACCORD PROFESSIONNEL SUR LE REGIME COMPLEMENTAIRE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE PREAMBULE Le présent accord a pour objet de mettre en place un régime conventionnel complémentaire relatif au remboursement

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION REGIME DE PREVOYANCE OBLIGATOIRE PERSONNEL CONCERNE Bénéficie des garanties, l ensemble du personnel ne relevant

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Assurance maladie, maternité, décès. Direction de la sécurité sociale

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Assurance maladie, maternité, décès. Direction de la sécurité sociale Protection sociale Assurance maladie, maternité, décès MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES _ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ Direction de la sécurité sociale Sous-direction de l accès

Plus en détail

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 Siège national UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 L'UNSA et internet Le site web www.unsa.org Le courriel unsa@unsa.org page 2 les délégués du personnel

Plus en détail

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 Programme 2 ATELIER RH PAIE 2015 MUTUELLE PREVOYANCE : NOUVEAUTES 2016 OBJECTIFS - Faire le point sur les règles en la matière - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 - Mettre en place les différents régimes

Plus en détail

Convention Collective Nationale de la Mutualité

Convention Collective Nationale de la Mutualité Page 1 sur 14 Convention Collective Nationale de la Mutualité ACCORD DE BRANCHE SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE PREAMBULE Les organismes mutualistes et leurs salariés sont confrontés à la nécessité de

Plus en détail

Solutions Évolution Anticipation

Solutions Évolution Anticipation Solutions Évolution Anticipation INCLUS Nouvelle LOI n 2014-873 du 4 août 2014 pour l égalité réelle entre les femmes et les hommes 2014 Vos obligations liées à la consultation du Comité d Entreprise Source

Plus en détail

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois NEWSLETTER SOCIALE M A I 2 0 1 5 A LA UNE L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois La loi du 2 août 2005 a porté la durée des mandats

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME ENTREPRISES, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA FORMATION PROFESSIONNELLE. FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

ACCORD DU 24 JUIN 2010

ACCORD DU 24 JUIN 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel MODERNISATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL (Portage salarial) ACCORD DU 24 JUIN 2010 RELATIF AU PORTAGE

Plus en détail

DOCUMENTATION TECHNIQUE ACTIVITÉ PARTIELLE

DOCUMENTATION TECHNIQUE ACTIVITÉ PARTIELLE DOCUMENTATION TECHNIQUE *** ACTIVITÉ PARTIELLE La loi n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi, issue de l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013, comporte un ensemble

Plus en détail

Mobilisation en faveur de l emploi des seniors

Mobilisation en faveur de l emploi des seniors Mobilisation en faveur de l emploi des seniors Mesures retenues par le Gouvernement à l issue de la concertation avec les partenaires sociaux dans le cadre du rendez-vous 2008 sur les retraites Dès la

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2008 SUR LA MODERNISATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2008 SUR LA MODERNISATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2008 SUR LA MODERNISATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL I - FACILITER L ENTRÉE DANS L ENTREPRISE ET AMÉLIORER LE PARCOURS EN EMPLOI Article 1 : Les contrats de travail

Plus en détail

La Mutuelle. Réussir la mise la place au 1 er janvier 2016. Olivier SIMON Conseil en protection sociale

La Mutuelle. Réussir la mise la place au 1 er janvier 2016. Olivier SIMON Conseil en protection sociale La Mutuelle Réussir la mise la place au 1 er janvier 2016 Olivier SIMON Conseil en protection sociale Sommaire 2 1. Contexte 2. L ANI et la LSE 3. Les obligations pour les Entreprises 4. Fonctionnement

Plus en détail

L ENTREPRISE FACE A LA CRISE. Entreprises en difficulté 2009

L ENTREPRISE FACE A LA CRISE. Entreprises en difficulté 2009 L ENTREPRISE FACE A LA CRISE 1 I] Les outils pour réagirr #La mensualisation des remboursements de crédit de TVA #Le remboursement anticipé des créances de carry back #Le remboursement accéléré des excédents

Plus en détail

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr Date 2009 FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE QU EST-CE QUE LA PROCEDURE DE SAUVEGARDE ET QUELS AVANTAGES POUR L ENTREPRISE EN DIFFICULTE? LA PRIME La procédure de sauvegarde est une procédure

Plus en détail

ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET)

ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET) ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET) ENTRE LES SOUSSIGNES : L'Office International de l'eau, Association loi 1901, dont le siège social est situé 21 rue de Madrid 75008 PARIS, immatriculée

Plus en détail

I. Les dates clés à connaître

I. Les dates clés à connaître NOTE D INFORMATION 2013/27 du 23 décembre 2013 SOCIAL : Protection sociale complémentaire : les modifications à venir en 2014 Il est urgent de s en occuper I. Les dates clés à connaître Les employeurs

Plus en détail