25 MARS 2014 N 45 JANVIER FÉVRIER 2014 LES NOUVELLES DU DROIT SOCIAL EN BREF DOSSIER / LA COUVERTURE COMPLÉMENTAIRE DES FRAIS DE SANTÉ EN ENTREPRISE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "25 MARS 2014 N 45 JANVIER FÉVRIER 2014 LES NOUVELLES DU DROIT SOCIAL EN BREF DOSSIER / LA COUVERTURE COMPLÉMENTAIRE DES FRAIS DE SANTÉ EN ENTREPRISE"

Transcription

1 DOSSIER / LA COUVERTURE COMPLÉMENTAIRE DES FRAIS DE SANTÉ EN ENTREPRISE PAGE 2 L ACTUALITÉ DU DROIT SOCIAL COLLECTIF ET INDIVIDUEL N 45 JANVIER FÉVRIER 2014 LES NOUVELLES DU DROIT SOCIAL EN BREF Réintégration du délégué syndical et élection professionnelle L article L CT impose aux syndicats représentatifs de désigner leurs délégués syndicaux en priorité parmi les candidats ayant obtenu au moins 10 % des voix au premier tour des dernières élections professionnelles. Il s agit d une règle d ordre public à laquelle il ne peut être dérogé. Cass. soc., 29 mai 2013, n En l espèce, un délégué syndical a été licencié sur autorisation de l inspection du travail puis réintégré à la suite de l annulation de cette autorisation. Toutefois, les élections professionnelles ayant eu lieu pendant la période de son éviction, le délégué syndical n a pu se porter candidat. La Cour de cassation admet alors une exception à l article L CT et considère que lorsqu un délégué syndical, licencié après autorisation, n a pu être candidat aux élections professionnelles organisées dans l entreprise postérieurement à son licenciement, le syndicat est en droit, en cas de réintégration à la suite de l annulation de la décision administrative, de le désigner de nouveau en qualité de délégué syndical. Cass. soc. 14 novembre 2013, n MARS

2 N 45 JANVIER-FÉVRIER P2 Protection des élus en cas de disparition d un établissement distinct Aux termes de l article L CT, les membres élus du CE continuent de bénéficier du statut protecteur pendant les 6 mois suivant l expiration de leur mandat ou la disparition de l institution. Un employeur soutient que c est à la date de la fermeture de l établissement que débute la protection de 6 mois pour échapper à la demande d autorisation de licenciement à l inspection du travail. Toutefois, la Cour de cassation rappelle que la fermeture d un établissement n entraîne pas à elle seule la disparition du comité d établissement, laquelle ne peut résulter que d un accord entre l employeur et les organisations syndicales intéressées ou, à défaut, d une décision de l autorité administrative conformément à l article L CT. Dès lors, lorsque la perte de la qualité d établissement distinct a été reconnue par décision administrative, c est la date de cette décision administrative qui constitue le point de départ de la protection de 6 mois. Cass. soc., 27 novembre 2013, n Il est désormais constant qu un accord collectif ne peut instituer une différence de traitement pour l attribution d un avantage entre des salariés placés dans une situation identique, en se fondant sur la seule différence de catégorie professionnelle. En effet, une différence de traitement ne peut être justifiée que si elle repose sur des raisons objectives dont le juge doit contrôler concrètement la réalité et la pertinence ; ces raisons objectives peuvent résulter de la prise en compte des spécificités de la situation des salariés relevant d une catégorie déterminée, tenant notamment aux conditions d exercice des fonctions, à l évolution de carrière ou aux modalités de rémunération. Cass. soc., 8 juin 2011, n Ainsi, si des dispositions conventionnelles auxquelles l employeur est soumis accordent des avantages à une catégorie de salariés (en l espèce des indemnités repas d un montant supérieur), il appartiendra à l employeur, le cas échéant, de justifier cette différence de traitement. Ce faisant, la Cour de cassation estime que l employeur ne peut justifier le versement d une indemnité repas différente entre des catégories de salariés en soutenant simplement que les salariés ne se trouvaient pas dans une situation identique puisqu ils relevaient de conventions collectives distinctes. Cass. soc., 4 décembre 2013, n Impossibilité de prendre ses congés payés et charge de la preuve En matière de congés payés, c est l employeur qui doit prendre les mesures propres à assurer au salarié la possibilité d exercer effectivement son droit à congé, de sorte que, en cas de contestation, c était à l employeur de justifier qu il avait accompli les diligences qui lui incombaient. Cass. soc., 13 juin 2012, n Ainsi, une cour d appel ne peut rejeter la demande de versement d une indemnité compensatrice de congés payés d un salarié, privé de congés payés pendant deux ans, au seul motif que le salarié ne démontrait pas que cette situation était imputable à l employeur. Cass. soc., 27 novembre 2013, n Différence de traitement conventionnelle et justification par l employeur

3 N 45 JANVIER-FÉVRIER P3 DOSSIER LA COUVERTURE COMPLÉMENTAIRE DES FRAIS DE SANTÉ EN ENTREPRISE La loi relative à la sécurisation de l emploi (Loi n ) du 14 juin 2013, qui a retranscrit l ANI du 11 janvier 2013, a prévu une généralisation de la complémentaire santé des salariés. Cette disposition, qui se veut emblématique, devrait permettre à compter du 1 er janvier 2016 à tous les salariés d accéder à une couverture complémentaire de remboursement des frais médicaux, financée pour moitié par les salariés et pour moitié par l employeur. Toutefois, les interrogations sont nombreuses et légitimes : d une part, les salariés aujourd hui non couverts par une complémentaire santé d entreprise s interrogent sur le sort de leur système d assurance individuel et, d autre part, ce nouveau dispositif va-t-il avoir des conséquences sur les salariés déjà couverts par une complémentaire santé d entreprise? À ces interrogations s ajoutent évidemment des problématiques de fond quant au niveau des prestations qui doivent être versées aux salariés, à l égalité de traitement entre les différentes catégories de salariés, au maintien des droits en cas de départ de l entreprise, au régime social et fiscal des avantages versés et évidemment quant à la capacité d intervention des représentants du personnel sur le sujet. 1 LA COMPLÉMENTAIRE EN ENTREPRISE : DE QUOI PARLE T-ON? Ce que l on nomme la protection sociale complémentaire d entreprise est un vaste sujet : il s agit de l ensemble

4 N 45 JANVIER-FÉVRIER P4 des garanties collectives de prévoyance et de retraite instituées par les entreprises au profit de tout ou partie de leur personnel afin de compléter les prestations servies par la sécurité sociale et par les régimes complémentaires de retraite légalement obligatoires (art. L et L CSS). La prévoyance complémentaire a pour objet de garantir des risques particuliers : le risque décès, le risque incapacité et invalidité, le risque chômage, la dépendance, les risques portant atteinte à l intégrité physique de la personne (maladie et accident) ou liés à la maternité. C est cette dernière catégorie de risques que la complémentaire santé, communément appelé la mutuelle (1), vise à garantir par un mécanisme de remboursement de frais médicaux, pharmaceutiques et hospitaliers, dont l objectif est de prendre en charge tout ou partie de la différence entre les frais réellement engagés et le remboursement partiel de ces frais par la sécurité sociale. 2 À NOTER : Les règles générales applicables à la protection sociale complémentaire sont prévues à la fois par le Code de la sécurité sociale (CSS), le Code du travail, ainsi que, pour les opérations de prévoyance, par la loi du 31 décembre 1989, dite loi Evin. À ces règles générales viennent s ajouter des dispositions spécifiques pour chaque catégorie d organismes assureurs, figurant, selon le cas, dans le Code des assurances, de la sécurité sociale ou de la mutualité. L OBLIGATION À LA CHARGE DES ENTREPRISES A / CONTENU Jusqu alors, la mise en place d une complémentaire santé pouvait être facultative pour l entreprise ou lui être imposée par une convention ou un accord collectif interprofessionnel, de branche ou professionnel (art. L.911-1, L et L CSS). Cependant, la loi relative à la sécurisation de l emploi a prévu que tous les salariés devront bénéficier d une couverture complémentaire frais de santé. Dès lors, tout employeur de droit privé, quel que soit l effectif de l entreprise, doit prévoir un dispositif de couverture complémentaire santé applicable, au plus tard, le 1 er janvier Une couverture minimale obligatoire (nouvel art L CSS) La couverture mise en place par l entreprise devra correspondre obligatoirement, à minima, à un panier de soins prenant en charge, selon l ANI du 11 janvier 2013 : un remboursement de 100 % du tarif de la Sécurité sociale pour les consultations, actes techniques et pharmacie en ville et à l hôpital (cela signifie que les salariés amenés à consulter des médecins pratiquant des dépassements d honoraires ne seront pas pris en charge pour la fraction du dépassement), le forfait journalier hospitalier un remboursement de 125 % du tarif de la Sécurité sociale pour les prothèses dentaires, un forfait de 100 euros/an pour l optique. (Ces 2 derniers postes ne seront pas optionnels, même si les salariés n en n ont pas l utilité). À l évidence, il s agit effectivement de prestations minimales, largement incomplètes et moins favorables que les prestations générales des assurances individuelles. Il faudra toutefois attendre un prochain décret pour connaître le niveau exact de prise en charge de ces dépenses, ainsi que la liste des dispositifs médicaux remboursés. 2- La couverture obligatoire de tous les salariés Les employeurs devront couvrir tous les salariés quelle que soit la catégorie à laquelle ils appartiennent et quelle que soit la nature de leur contrat de travail. Il ne sera donc plus possible à terme de réserver cet avantage à certaines catégories, aux seuls cadres par exemple. Par ailleurs, les dispositifs de complémentaire santé doivent nécessairement respecter les principes de non-discrimination, notamment fondée sur le sexe (art. L CCS), et les principes d égalité de traitement des salariés en CDD (art. L CT) et des salariés à temps partiel (art. L CT) avec les salariées en CDI à temps plein. Il est donc interdit de réserver la complémentaire aux seuls salariés en CDI. Pour autant, il est possible d instaurer une condition d ancienneté pour le bénéfice de la complémentaire santé. Un décret conditionne à ce titre l utilisation d une durée maximale de 6 mois d ancienneté pour que l employeur bénéfice des avantages sociaux et fiscaux en matière de prévoyance complémentaire santé (Décret n du 9 janvier 2012). (1) Le terme de mutuelle ne désigne en réalité que les complémentaires santé proposées par des groupes mutualistes.

5 N 45 JANVIER-FÉVRIER P5 3 Le financement obligatoire par l employeur L employeur assure au minimum la moitié du financement de la couverture. Cependant, les modalités spécifiques de ce financement en cas d employeurs multiples et pour les salariés à temps très partiel sont déterminées par décret à paraître (CSS art. L 911-7, II nouveau). L employeur doit donc prendre en charge, à minima, 50 % de la LA PRÉVOYANCE COMPLÉMENTAIRE D ENTREPRISE ET L ÉGALITÉ DE TRAITEMENT Il est désormais de jurisprudence constante que les différences de traitement entre des salariés placés dans une situation identique ne sont autorisées que si elles sont justifiées par des raisons objectives dont le juge doit contrôler concrètement la réalité et la pertinence. De plus, il a été précisé que la simple référence à une catégorie professionnelle est insuffisante pour justifier une différence de traitement. Il est donc impératif de justifier pourquoi la catégorie professionnelle comporte des spécificités liées notamment aux conditions d exercice des fonctions, à l évolution de carrière ou aux modalités de rémunération (Cass. soc., 8 juin 2011, n et ). Pourtant, en matière de prévoyance complémentaire d entreprise, la Cour de cassation estime que l égalité de traitement ne s applique qu entre les salariés relevant d une même catégorie professionnelle. Dès lors, une entreprise peut mettre en place une mutuelle prévoyant un financement différent selon les catégories professionnelles en prenant en charge l intégralité des cotisations pour les cadres et seulement à hauteur de 60 % pour le reste des salariés (Cass. soc., 13 mars 2013, n ). cotisation. L employeur conserve évidemment la possibilité de prendre à sa charge un pourcentage supérieur. Il y sera parfois obligé si une convention ou accord collectif de travail le prévoit. Il est même possible, selon une jurisprudence très critiquable de la Cour de cassation, de pratiquer une prise en charge supérieure (ou de proposer des garanties supérieures) mais au seul profit d une catégorie de salariés, bien souvent, en pratique, les cadres. 4- Le maintien obligatoire de la couverture en cas de rupture du contrat de travail La loi du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi a modifié le dispositif de portabilité des droits à partir du 1 er juin 2014 en matière de remboursement des frais de santé. La période maximale pendant laquelle un ex-salarié bénéficiant de l assurance chômage peut conserver une prise en charge par sa complémentaire d entreprise sera allongée de 9 à 12 mois à partir du 1 er juin 2014 pour les frais de santé (maladie, maternité, accident). Le maintien de la couverture est désormais gratuit pour l ancien salarié. Dès lors, tous les employeurs devront se conformer à ces obligations minimales, sans remise en cause des dispositifs plus favorables préexistants. Cela implique donc nécessairement que les représentants du personnel, dans les entreprises qui ont déjà mis en place une complémentaire santé, vérifient si le taux de couverture correspond au minimum légal, si l employeur a mis en place une couverture à adhésion obligatoire pour toutes les catégories de salariés et s il prend en charge a minima la moitié du coût de la cotisation. Cette position très critiquable de la Cour de cassation va à l encontre de sa propre jurisprudence en matière d égalité de traitement : un employeur peut attribuer des avantages différents en matière de prévoyance complémentaire à chacune des catégories professionnelles de son entreprise, sans justification. Les employeurs y sont même particulièrement incités dans la mesure où un décret du 9 janvier 2012 a défini des catégories objectives de salariés pour l attribution d avantages de prévoyance complémentaire, permettant de bénéficier du régime social et fiscal de faveur (Décret n relatif au caractère collectif et obligatoire des garanties de protection sociale complémentaire). Les représentants du personnel doivent donc redoubler d effort pour réintroduire le principe d égalité de traitement en matière de prévoyance d entreprise.

6 N 45 JANVIER-FÉVRIER P6 ATTENTION! Il convient d être particulièrement attentif à la manière dont les garanties sont exprimées, qui peuvent être très différentes selon les contrats et, à l intérieur d un même contrat, selon le type de frais concerné. Les garanties sont le plus souvent exprimées : - en pourcentage du ticket modérateur ; - en pourcentage du tarif de responsabilité, appelé aussi «base sécurité sociale» ; - en pourcentage du remboursement sécurité sociale ; - en pourcentage des frais réels ; - forfaitairement, soit en valeur absolue, soit par référence au plafond de la sécurité sociale ou à la valeur des points Arrco et Agirc. Les remboursements peuvent être additionnels aux prestations versées par la sécurité sociale ou sous déduction de celles-ci. Lorsqu il est fait mention des frais réels, la prestation est le plus souvent plafonnée. N hésitez à nous consulter, pour vérifier si le dispositif actuel respecte les obligations mises à la charge des entreprises. B / LA MISE EN ŒUVRE DE L OBLIGATION Un dispositif de couverture complémentaire peut être créé ou modifié selon différentes modalités (art. L CSS) : une convention ou un accord collectif de branche ou professionnel une convention ou un accord collectif d entreprise un accord proposé par l employeur ratifié à la majorité des salariés une décision unilatérale de l employeur. leurs salariés le panier de soins minimal défini par la loi et de le financer, à minima, à hauteur de 50 %. 1- la mise en œuvre au niveau de la branche (art. 1 er Loi de sécurisation de l emploi) Jusqu alors, c était les conventions ou accords de branche ou professionnels qui imposaient la mise en place de garanties complémentaires aux entreprises. Généralement, les conventions et accords de branche fixent un niveau de financement à consacrer à des garanties choisies par l entreprise ou définissent ces garanties. Elles peuvent même mettre en place un véritable régime en fixant prestations et cotisations et en désignant un organisme assureur chargé de mutualiser les risques pour l ensemble des entreprises de la branche. La loi de sécurisation donne priorité à la négociation de branche pour mettre en œuvre la généralisation de la complémentaire santé. Les négociateurs de branche ou liées par des accords professionnels devaient engager des négociations avant le 1 er juin 2013 afin de permettre à tous salariés de bénéficier d une couverture collective à adhésion obligatoire en matière de remboursement complémentaire de frais occasionnés par une maladie, une maternité ou un accident (art. 1 er de la loi de sécurisation de l emploi). Ces négociations, qui n ont été engagée pour le moment que dans certaines branches, devaient notamment porter sur la définition du contenu, le niveau des garanties et la répartition de la charge des cotisations entre employeur et salariés ; les modalités de choix de l assureur (2) ; les cas de dispenses d affiliation à l initiative du salarié ; le délai laissé aux entreprises pour se conformer aux nouvelles obligations conventionnelles, sans excéder le 1 er janvier Autrement dit, les branches peuvent créer un dispositif complet directement applicable dans les entreprises du secteur, l employeur n ayant qu à conclure un contrat avec un organisme assureur. La loi relative à la sécurisation de l emploi n a pas modifié ces règles. Il faut toutefois préciser que la nouvelle loi : n envisage pas la mise en œuvre de la généralisation de la complémentaire santé par accord ratifié à la majorité des salariés ; incite fortement à une mise en œuvre négociée de la complémentaire santé. À ce titre, un calendrier spécifique, favorisant la voie négociée, a été prévu par la nouvelle loi : des négociations devaient être engagées, avant le 1 er juin 2013, au sein des branches. À compter du 1 er juillet 2014, les entreprises disposant d un délégué syndical ouvriront, à leur tour, des négociations. À partir du 1 er janvier 2016, en cas d échec des négociations, les entreprises auront l obligation de proposer unilatéralement à (2) Nous n évoquerons pas ici la question des clauses de désignation invalidées par le Conseil constitutionnel

7 N 45 JANVIER-FÉVRIER P7 À NOTER : L accord de branche s applique obligatoirement aux entreprises adhérentes au syndicat patronal signataire, et, en cas de procédure d extension par arrêté ministériel, à toutes les entreprises du secteur de la branche, même si elles ne sont pas adhérentes. Les représentants du personnel doivent être donc être attentifs aux résultats de ces négociations (voire renégociations) pour savoir si l employeur peut appliquer directement l accord de branche, s il doit éventuellement négocier un accord d entreprise pour mettre en œuvre le dispositif prévu par la branche, si les dispositions de l accord de branche vont au-delà du minimum légal, etc. Il convient également de rappeler que l accord d entreprise en matière de prévoyance ne peut déroger dans un sens défavorable à l accord de niveau supérieur (art. L CT). 2- la mise en œuvre au niveau de l entreprise a- l obligation de négocier dans l entreprise (art. 1er Loi de sécurisation de l emploi) Une négociation d entreprise devra intervenir à compter du 1 er juillet 2014 dans les entreprises disposant d un délégué syndical. Cette négociation sera obligatoire pour toutes les entreprises qui ne seront pas couvertes (3) par une complémentaire santé collective et obligatoire, correspondant au contenu minimal prévu par la nouvelle loi et applicable au plus tard le 1 er janvier Seront considérées comme couvertes, les entreprises qui disposeront d un dispositif complet et conforme au contenu de la nouvelle loi, prévu par accord collectif (de branche ou d entreprise), décision unilatérale de l employeur voire par un accord ratifié à la majorité des salariés. Dès lors, certaines entreprises déjà couvertes pourront être obligée de négocier. laquelle l employeur ne prend pas en charge la moitié des cotisations ; qui ont mis en place une couverture obligatoire mais qui ne couvre que certaines catégories de salariés. À NOTER : La négociation relative à la complémentaire santé doit intervenir selon les modalités de la NAO (art. L à L CT) et peut intervenir au niveau des établissements ou groupe d établissements distincts (art. L al. 2 CT). Toutefois, nous militons pour une négociation au niveau central qui permet de faire respecter l égalité de traitement entre les salariés et qui renforce les organisations syndicales. Il faut également relever que la négociation de la complémentaire santé au niveau de l UES n est pas envisagée. Les règles de la NAO s appliquant, toutes les parties à la négociation doivent être d accord pour aborder la négociation à ce niveau. Pour de plus amples précisions sur tous ces points, nous vous invitons à lire ou à relire notre Lettre au CE, n 31 sept./oct. 2011, disponible sur b- La mise en place unilatérale par l employeur (art. L CSS) La mise en œuvre par décision unilatérale de l employeur sera la dernière voie possible, en particulier dans les cas où les négociations précédentes (branche ou entreprise) n auront pas abouti, soit parce que les négociations ont échoué, soit faute de négociation en l absence de délégué syndical. Autrement dit, dans toutes les entreprises non couvertes par une complémentaire conforme à la nouvelle loi à l issue des périodes de négociations évoquées précédemment, l employeur devra mettre en place unilatéralement une couverture applicable au plus tard le 1 er janvier Ainsi, seront dans l obligation de négocier, les entreprises : sans couverture complémentaire santé au 1 er juillet 2014 ; dont l accord de branche renvoie à une mise en œuvre de la complémentaire santé au niveau de l entreprise ; ayant mis en place une couverture facultative ; qui ont mis en place une couverture obligatoire mais prévoyant des garanties inférieures à la couverture minimale prévue par la nouvelle loi ; qui ont mis en place une couverture obligatoire mais pour (3) Par une convention ou un accord de branche, un accord professionnel ou un dispositif mis en place au niveau de l entreprise

8 N 45 JANVIER-FÉVRIER P8 LE CAPACITÉ D INTERVENTION DU CE 3 LE DROIT DES SALARIÉS À LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ Au titre de ses attributions économiques : le comité d entreprise (CE) est obligatoirement informé et consulté préalablement à la mise en place dans l entreprise d un régime de protection sociale complémentaire ou à la modification de celui-ci (art. R CT). L employeur devra donc obligatoirement informer et consulter le CE avant la mise en place de la complémentaire santé ou sa modification, et ce, quelle qu en soit la source : accord de branche, entreprise, décision unilatérale, etc. Par ailleurs, à la demande du CE ou, à défaut, des délégués du personnel, le chef d entreprise leur présente chaque année le rapport sur les comptes annuels du régime établi par l assureur (art. L et L CT). L employeur doit également l informer trimestriellement de ses éventuels retards dans le paiement des cotisations ou primes aux assureurs. Enfin, le CE peut formuler toutes propositions de nature à améliorer les conditions dans lesquelles les salariés bénéficient des garanties collectives, et examine celles qui lui sont soumises par l employeur (art. L CT). Au titre des activités sociales et culturelles : les «institutions sociales de prévoyance et d entraide telles que les institutions de retraite, les sociétés de secours mutuel» figurant au nombre des activités sociales et culturelles du comité (art CT), le CE est susceptible d organiser ou de gérer la prévoyance complémentaire. Toutefois, la Cour de cassation a précisé que le CE ne peut revendiquer et donc gérer une activité obligatoire (légale ou conventionnelle) pour l employeur, ce qui est désormais le cas de la complémentaire santé. Il est donc aujourd hui impossible pour le CE de mettre en place une complémentaire santé au profit des salariés. Cet effet indirect de la nouvelle loi est cependant une solution heureuse. Il s agit en effet d une activité particulièrement risquée pour le CE dans la mesure où les coûts liées aux complémentaires santé augmentent régulièrement et où la responsabilité contractuelle est importante. En revanche, cette solution va soulever des difficultés certaines lorsque le CE aura déjà mis en place une complémentaire santé. Enfin, il faut rappeler que le CE est toujours en droit d intervenir dans le financement de la cotisation des salariés : il peut créer une subvention au profit de ces derniers qui est exonérée de cotisation par les URSSAF. Tous les employeurs ont désormais l obligation de souscrire un contrat collectif et obligatoire couvrant l intégralité des salariés de leur entreprise. Le caractère collectif de la couverture complémentaire procure certains avantages : tous les salariés versent la même cotisation, quelle que soit leur situation, âge, état de santé. Les pathologies antérieures sont obligatoirement prises en charge. Le caractère obligatoire signifie que TOUS les salariés doivent adhérer obligatoirement au contrat mis en place dans l entreprise. Enfin, la mise en place d une complémentaire santé collective et obligatoire entraine l application d un régime fiscal et social spécifique. A / LE DROIT À LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ : UNE OBLIGATION POUR LE SALARIÉ 1- le principe La loi relative à la sécurisation de l emploi se donnant pour objectif de généraliser la complémentaire santé, a prévu l adhésion obligatoire des salariés (nouvel art. L CSS). Dès lors, la complémentaire santé est désormais opposable à tous les salariés, y compris dans ses dispositions mettant à leur charge le versement d une cotisation. Par voie de conséquence, les salariés relevant d entreprises non couvertes par une complémentaire santé à ce jour, devront obligatoirement adhérer à un tel dispositif, au plus tard, le 1 er janvier De surcroit, les salariés relevant d entreprises dans lesquelles une complémentaire facultative avait été mise en place, seront eux aussi contraints d adhérer. Une difficulté pourra naitre de l insuffisance de la couverture mise en place par l entreprise, qui devra cependant respecter obligatoirement la couverture minimale prévue par la loi. Les salariés qui s estimeront insuffisamment couverts par la complémentaire santé de leur entreprise, n auront d autre choix que de souscrire une sur-complémentaire santé pour améliorer les garanties et les prestations. En effet, il n est pas prévu que les salariés qui souhaitent conserver leur complémentaire santé individuelle bénéficieront d une prise en charge par leur employeur. La loi envisage toutefois des hypothèses de refus. 2- les exceptions La loi relative à la sécurisation de l emploi prévoit d ores et déjà qu il existera des exceptions à l adhésion obligatoire. Un décret à paraître devra fixer les catégories de salariés

9 N 45 JANVIER-FÉVRIER P9 pouvant être dispensés, à leur demande, de l obligation d affiliation au régime (nouvel Art. L CSS). À ce titre, le gouvernement entend reprendre les exceptions prévues par l article R du CSS (rapport Sénat n 501, p.53). Il pourrait notamment s agir : des salariés couverts en tant qu ayant droit par le régime collectif de leur conjoint, des apprentis et les salariés en CDD, dans des conditions différentes selon la durée de leur contrat ; des apprentis ou salariés à temps partiel pour lesquels la cotisation demandée dépasserait 10 % de leur rémunération brute ; des salariés bénéficiaires de la CMUC (4) ou d une aide à l acquisition d une complémentaire santé ; des salariés couverts par une complémentaire individuelle jusqu à échéance de leur contrat. Par ailleurs, lorsque la complémentaire santé est mise en place par décision unilatérale de l employeur, la loi prévoit que les salariés présents dans l entreprise avant la mise en place de la garantie peuvent refuser de cotiser au régime (loi Evin du 31 déc. 1989). Ainsi, l employeur a l obligation de s assurer de l accord de chaque salarié au moment de la mise en place de la complémentaire santé. B / LES BÉNÉFICIAIRES DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ La loi de sécurisation de l emploi fait obligation à l employeur de couvrir le salarié et lui seul. La couverture des ayants droits, conjoint et enfants, n est pas envisagée. (4) Couverture maladie universelle complémentaire Bien évidemment, il s agit d un minimum légal, l employeur ou l accord collectif peuvent étendre la couverture aux ayants droit. Mais à défaut, il sera indispensable de souscrire un contrat spécifique pour couvrir les ayants droit du salarié en vue du remboursement complémentaire des frais de santé. Par ailleurs, le dispositif de l entreprise peut prévoir la couverture obligatoire des ayants droit. Cependant, la couverture obligatoire des ayants droit ne peut avoir pour conséquence une double couverture de ces derniers. Elle ne s applique donc pas aux ayants droit déjà pris en charge par une autre assurance obligatoire d entreprise ou de la fonction publique (exemple : lorsque les enfants sont couverts par les garanties de prévoyance d entreprise obligatoire du conjoint). Pour bénéficier de la dispense de ses ayants droit, le salarié doit en faire la demande auprès de son entreprise. Le salarié concerné doit justifier chaque année de la couverture obligatoire dont bénéficie son conjoint et/ou ses enfants. Autre hypothèse, si les deux membres d un couple travaillent dans la même entreprise prévoyant une garantie obligatoire pour les ayants droit, l un des 2 membres est affilié en propre, l autre peut l être en tant qu ayant droit. Enfin, comme évoqué précédemment, le salarié ayant droit de son conjoint devrait être dispensé de l adhésion obligatoire. C / LE MONTANT DE LA COTISATION 1- montant à la charge du salarié La cotisation est librement déterminée par le contrat commercial conclu entre l entreprise et l organisme assureur qui peut

10 N 45 JANVIER-FÉVRIER P10 À NOTER : Il est conseillé de faire le point sur son contrat individuel afin de : - définir les garanties indispensables et envisager le recours à une sur-complémentaire pour des postes spécifiques, tels que l optique, le dentaire ou l hospitalisation ; - de vérifier la date d échéance du contrat individuel et le délai qui doit être respecté pour une demande de modification ou de résiliation. multiples, chacune obéissant à des règles spécifiques (5) (art. L et L CSS). être une mutuelle, une société d assurance ou une institution de prévoyance, sous réserve de certaines règles applicables à chacun de ces types d organismes. Le montant de la cotisation va dépendre de plusieurs facteurs : taille de l entreprise, nombre de salariés couverts et âge, niveau de garanties souscrit, nombre d ayants droit des salariés couverts, etc. Conformément à la loi de sécurisation, le salarié aura désormais à sa charge, au maximum, la moitié du coût de la cotisation. La loi (nouvel art. L CSS) a prévu que des modalités spécifiques de répartition du financement entre l employeur et le salarié seront prévues par décret à paraître en cas d employeurs multiples et pour les salariés «à temps très partiel». En pratique, le paiement de la cotisation par le salarié est précompté sur son salaire. 2- modification de la cotisation C est bien souvent l organisme assureur qui est à l origine de la modification de la couverture complémentaire en vue d augmenter les cotisations et/ou de baisser le niveau des prestations. Par ailleurs, sous l effet de la généralisation des complémentaires santé, les employeurs peuvent être amenés à modifier le montant de la cotisation à charge du salarié. Ce faisant, l employeur doit modifier le dispositif applicable aux salariés, les méthodes sont Surtout, la question de la modification emporte celle du droit de refus par le salarié. Il faut alors retenir que la prévoyance complémentaire, quelle que soit sa modalité de mise en œuvre (accord collectif, décision unilatérale, voire référendum) n est pas un élément contractuel même si cet avantage est mentionné dans le contrat de travail (Cass. soc. 4 juillet 2007 n ). Le principe de non-incorporation dans le contrat de travail autorise les modifications sans que l accord des salariés soit requis, tant en ce qui concerne la cotisation que le niveau des prestations. Toutefois, selon l Administration et la doctrine, la modification de la cotisation par décision unilatérale de l employeur obéit aux règles de la mise en place de la complémentaire santé par voie unilatérale, à savoir qu aucun salarié employé dans une entreprise avant la mise en place de garanties de prévoyance complémentaire par décision unilatérale ne peut être contraint de cotiser contre son grès (art. 11 Loi Evin). Il résulterait alors de ce principe que le salarié peut s opposer à une augmentation de sa cotisation décidée unilatéralement par l employeur. D- LE RÉGIME FISCAL ET SOCIAL 1- la fiscalité En l état actuel du droit, le salarié peut déduire de son revenu imposable le montant des cotisations versées au titre de la complémentaire santé d entreprise, lorsque l adhésion est obligatoire. Cette exonération concerne aussi bien la part versée par le salarié, que celle versée par l employeur. Ces sommes sont déductibles du revenu imposable dans la limite d un (5) La convention ou l accord collectif ne peut être modifié que par convention ou accord collectif ; l accord ratifié par la majorité des intéressés peut être modifié par un nouvel accord ratifié dans les mêmes conditions ou par convention ou accord collectif ; enfin la décision unilatérale de l employeur peut être modifiée par accord ratifié, par convention ou accord collectif ou par une nouvelle décision unilatérale de l employeur.

11 N 45 JANVIER-FÉVRIER P11 montant égal à la somme de 7 % du plafond annuel de la sécurité sociale (soit 2.592,24 euros en 2013) et 3 % de la rémunération annuelle brute, sans que le total ne dépasse 3 % de 8 fois le PASS (soit 8.887,68 euros en 2013). En revanche, les cotisations versées au titre d un régime à adhésion facultative sont en principe imposables mais peuvent ouvrir droit à une déduction du revenu global. Toutefois, la loi de Finances pour 2014 (6) prévoit une suppression de l exonération de la participation de l employeur à la couverture collective de frais de santé à adhésion obligatoire (futur art. 83 du Code général des impôts). Cela signifie que sera intégré dans le revenu imposable du salarié, les sommes qui sont versées par son employeur au titre de la complémentaire santé (soit désormais au moins 50 % de la cotisation). Il est désormais considéré que la participation de l employeur à la couverture complémentaire santé constitue un complément de la rémunération du salarié et qu elle est assimilable à un avantage en nature. En revanche, la loi précise que la part des cotisations versées par le salarié resterait déductible de l impôt sur le revenu. La part des cotisations prises en charge par l employeur sera intégrée dans le salaire imposable de 2013 (déclaré en 2014). La loi de finance pour 2014 prévoit également un abaissement des règles de déductibilité du montant de la cotisation payée par le salarié : elle serait fixée à un montant égal à 5 % du plafond annuel de la sécurité sociale (soit 1851,60 euros en 2013) et de 2 % de la rémunération annuelle brute, dans la limite de 2 % de 8 fois le PASS (soit 5925,12 euros en 2013). Il faut comprendre que ce plafond de déductibilité s applique sur la masse des cotisations de prévoyance et de retraite. Enfin, pour être complet, il faut rappeler que les prestations servies par l organisme de complémentaire santé sont en principe imposables. Tel est le cas, par exemple, des indemnités journalières complémentaires de maladie, accident ou de maternité. 2- les cotisations sociales Les cotisations versées par le salarié au titre de la complémentaire santé d entreprise sont exonérées de cotisations sociales salariales. En revanche, ces cotisations sont soumises à CSG et CRDS (soit un taux de 8 %). Les prestations versées telles que les indemnités journalières sont soumises aux cotisations de sécurité sociale pour la part correspondant à la participation de l employeur. Ces allocations supportent également la CSG et la CRDS RETROUVEZ-NOUS SUR TOUTE L ACTUALITÉ DU DROIT SOCIAL POUR LES CE TOUS LES NUMÉROS DES LETTRES AU CE LES DÉCISIONS JDS AVOCATS EN TEXTE INTÉGRAL LES CONSULTATIONS JDS AVOCATS LES PAROLES D EXPERT DU DROIT SOCIAL (6) La loi de finance pour 2014 a été définitivement adoptée par le parlement. Le Conseil constitutionnel doit toutefois se prononcer sur sa conformité.

12 N 45 JANVIER-FÉVRIER P12 LES FORMATIONS JDS LOI RELATIVE À LA SÉCURISATION DE L EMPLOI : PENSEZ À VOUS FORMER! La loi du 14 juin 2013 a profondément modifié les règles applicables aux instances représentatives. Il est donc urgent de comprendre les changements apportés aux prérogatives des IRP et à la répartition des rôles entre elles. Le cabinet JDS Avocats vous propose une journée de formation pour vous aider à adapter vos pratiques et les stratégies à mettre en œuvre. Pour les dates, veuillez contacter JEAN-BAPTISTE MERLATEAU / RETROUVEZ-NOUS SUR Toutes nos formations sur :

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 Les changements concernant la protection sociale complémentaire Les dates clés 11 janv. 2013 : Signature de l Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE SOYEZ PRO ACTIF! Anticipez et transformez cette contrainte en opportunité SALON DES ENTREPRENEURS 2015 5 février 2015 LA GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE DANS

Plus en détail

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années La généralisation de la couverture complémentaire santé à tous les salariés La loi relative à la sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 prévoit

Plus en détail

LES THÉMATIQUES - UE 35 RENNES -10 mars 2015 LES THÉMATIQUES UE 35 RENNES - 10 MARS 2015 - LA PROTECTION SOCIALE

LES THÉMATIQUES - UE 35 RENNES -10 mars 2015 LES THÉMATIQUES UE 35 RENNES - 10 MARS 2015 - LA PROTECTION SOCIALE LES THÉMATIQUES - UE 35 RENNES -10 mars 2015 Evolution des dépenses de santé IMPORTANCE DU RESTE A CHARGE DES MENAGES ET DES ORGANISMES COMPLEMENTAIRES - Déficit persistant du régime général - Augmentation

Plus en détail

Les conséquences du décret du 9 janvier 2012 relatif au caractère collectif et obligatoire des garanties de protection sociale complémentaire

Les conséquences du décret du 9 janvier 2012 relatif au caractère collectif et obligatoire des garanties de protection sociale complémentaire Les conséquences du décret du 9 janvier 2012 relatif au caractère collectif et obligatoire des garanties de protection sociale complémentaire 0 Contributions patronales de prévoyance complémentaire et

Plus en détail

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi SYNTHESE D EXPERTS Juillet 2013 SOMMAIRE 1 Généralisation de la couverture complémentaire santé...

Plus en détail

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Boite à outils - Juridique Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations

Plus en détail

Guide de la mutuelle d entreprise 2014 : Loi ANI, nouvelles règles du jeu

Guide de la mutuelle d entreprise 2014 : Loi ANI, nouvelles règles du jeu Guide de la mutuelle d entreprise 2014 : Loi ANI, nouvelles règles du jeu Ce guide est destiné à tous les responsables d entreprise désireux de comprendre les principes et les modalités de mise en place

Plus en détail

Contrat de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire

Contrat de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire Contrat de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire Décret n 2012-25 du 9 janvier 2012 Circulaire du 25 septembre 2013 Circulaire du 4 février 2014 Petit Déjeuner RH CCI Maître Marie-Laure

Plus en détail

particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente

particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente La prévoyance en France La prévoyance sociale obligatoire Les couvertures complémentaires Les prestations de base, complétées par

Plus en détail

2.8. État des lieux de la protection sociale complémentaire d entreprise

2.8. État des lieux de la protection sociale complémentaire d entreprise 2.8. État des lieux de la protection sociale complémentaire d entreprise La généralisation de la complémentaire santé d entreprise prévue par l accord national interprofessionnel (ANI) à compter du 1 er

Plus en détail

La complémentaire santé pour tous : chef d entreprise, ce que vous devez savoir!

La complémentaire santé pour tous : chef d entreprise, ce que vous devez savoir! La complémentaire santé pour tous : chef d entreprise, ce que vous devez savoir! AGAMY 25/06/15 Par Philippe BARRAUD, Inspecteur Collectives AXA ENTREPRISES & Dominique THIERY, Agent AXA Patrimoine & Prévoyance

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES»

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» Le système interprofessionnel de Sécurité Sociale est obligatoire : le

Plus en détail

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Guide juridique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations de sécurité sociale

Plus en détail

Comment appliquer l obligation d assurance santé en entreprise?

Comment appliquer l obligation d assurance santé en entreprise? L accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2013 La loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Comment appliquer l obligation d assurance santé en entreprise? Le 1er janvier 2016 au

Plus en détail

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Textes de référence : Article L242-1 et L 871-1 du code de la Sécurité sociale. Article D242-1, R 871-1 et R 871-2 du code de la Sécurité sociale. Loi

Plus en détail

La loi, Accord National Interprofessionnel (ANI) : contenu, objectifs Crédit Mutuel Groupama MAAF

La loi, Accord National Interprofessionnel (ANI) : contenu, objectifs Crédit Mutuel Groupama MAAF Mot d accueil Sommaire La loi, Accord National Interprofessionnel (ANI) : contenu, objectifs Crédit Mutuel Groupama MAAF La complémentaire santé : des échéances différentes selon les métiers Harmonie Mutuelle

Plus en détail

ANIMATION / Prévoyance

ANIMATION / Prévoyance ANIMATION / Prévoyance C5-012 Remplace C5-010 et C5-011 La mise en place de la complémentaire santé dans la branche Animation La loi du 14 juin 2013 de Sécurisation de l emploi a généralisé la couverture

Plus en détail

LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ COLLECTIVE

LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ COLLECTIVE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ COLLECTIVE Qu est ce que la complémentaire santé? L'Assurance maladie ne rembourse pas intégralement les dépenses de santé (frais médicaux, chirurgicaux et d hospitalisation ).

Plus en détail

Guide technique relatif aux contrats collectifs obligatoires complémentaires frais de santé bénéficiant d aides fiscales et sociales

Guide technique relatif aux contrats collectifs obligatoires complémentaires frais de santé bénéficiant d aides fiscales et sociales Guide technique relatif aux contrats collectifs obligatoires complémentaires frais de santé bénéficiant d aides fiscales et sociales Exonération sociale et déductibilité fiscale du financement patronal

Plus en détail

ACCORD DU 24 MAI 2011

ACCORD DU 24 MAI 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3085 Convention collective nationale IDCC : 16. TRANSPORTS ROUTIERS ET ACTIVITÉS AUXILIAIRES DU TRANSPORT ACCORD DU 24

Plus en détail

en toute simplicité!

en toute simplicité! BIEN COMPRENDRE LES NOUVELLES RÉFORMES DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ. en toute simplicité! 1 LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ D ici le 1 er janvier 2016, toutes les entreprises devront mettre

Plus en détail

ASSOCIATIONS INTERMÉDIAIRES 28 MAI - TOURCOING 02 JUIN - BRUAY

ASSOCIATIONS INTERMÉDIAIRES 28 MAI - TOURCOING 02 JUIN - BRUAY LA GENERALISATION DE L ACCES A UNE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE ET COLLECTIVE AU 1 ER JANVIER 2016 ASSOCIATIONS INTERMÉDIAIRES 28 MAI - TOURCOING 02 JUIN - BRUAY CCN ESS 1 OBJET DE LA REFORME La réforme

Plus en détail

Généralisation de la complémentaire santé à compter du 1 er janvier 2016

Généralisation de la complémentaire santé à compter du 1 er janvier 2016 REUNION AGAMY - 17 juin 2015 Généralisation de la complémentaire santé à compter du 1 er janvier 2016 Reliquet-nicolas@aviva-assurances.com N Orias : 11060723 18 rue Auguste Goust 78200 Mantes la Jolie

Plus en détail

Le guide. juridique. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN!

Le guide. juridique. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! Le guide juridique www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! sommaire Contexte de l évolution de la «Loi Fillon»... 3 Comment bénéficier des avantages de la «Loi Fillon»?... La participation de

Plus en détail

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie. Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie U.M.I.H.

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie. Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie U.M.I.H. Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie U.M.I.H. 34 GUIDE PRATIQUE MISE EN PLACE D UN REGIME DU FRAIS DE SANTE DANS LA BRANCHE DES HCR A

Plus en détail

Article 1 : LA GÉNÉRALISATION DE LA COUVERTURE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ

Article 1 : LA GÉNÉRALISATION DE LA COUVERTURE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ANI du 11 janvier 2013 pour un nouveau modèle économique et social au service de la compétitivité des entreprises et de la sécurisation de l'emploi et des parcours professionnels des salariés Etude des

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU

Plus en détail

La Mutuelle. Réussir la mise la place au 1 er janvier 2016. Olivier SIMON Conseil en protection sociale

La Mutuelle. Réussir la mise la place au 1 er janvier 2016. Olivier SIMON Conseil en protection sociale La Mutuelle Réussir la mise la place au 1 er janvier 2016 Olivier SIMON Conseil en protection sociale Sommaire 2 1. Contexte 2. L ANI et la LSE 3. Les obligations pour les Entreprises 4. Fonctionnement

Plus en détail

Généralisation de la complémentaire santé : Eclairage

Généralisation de la complémentaire santé : Eclairage ÉPARGNE - PRÉVOYANCE - RETRAITE Généralisation de la complémentaire santé : Eclairage Vendredi 17 octobre 2014 Présentation Prévoyance, quelques rappels Les points clés des textes ANI Loi Sécurisation

Plus en détail

FICHE PRATIQUE La généralisation de la couverture complémentaire des frais de santé

FICHE PRATIQUE La généralisation de la couverture complémentaire des frais de santé FICHE PRATIQUE La généralisation de la couverture complémentaire des frais de santé A partir du 1 er janvier 2016, toutes les entreprises seront dans l'obligation de proposer une couverture santé minimale

Plus en détail

Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013

Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013 Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013 Le point sur l élargissement de la complémentaire santé Benjamin JOUSSE Mars 2013 L ANI du 11 janvier 2013 en bref L Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

Assurances prévoyance et santé : obligation et/ou acte de gestion. Réunion ASSAPROL CEGECOBA du 27 janvier 2015

Assurances prévoyance et santé : obligation et/ou acte de gestion. Réunion ASSAPROL CEGECOBA du 27 janvier 2015 Assurances prévoyance et santé : obligation et/ou acte de gestion Réunion ASSAPROL CEGECOBA du 27 janvier 2015 intervenante: Stéphanie TASTET OCSO ASSURANCES 1 ASSURANCES PREVOYANCE ET SANTE : OBLIGATION

Plus en détail

Pour en savoir plus : http://www.cabinetfeurgard.com/_infos/dossiers/article.asp?rub=social&sousrub=ct2&art=k4_5380587

Pour en savoir plus : http://www.cabinetfeurgard.com/_infos/dossiers/article.asp?rub=social&sousrub=ct2&art=k4_5380587 L environnement social de votre entreprise va être profondément modifié dans les six prochains mois. Nous souhaitons vous en parler et vous expliquer ces nouvelles mesures et leurs impacts. La mutuelle

Plus en détail

Le 11/09/2014 Actualité de la protection sociale

Le 11/09/2014 Actualité de la protection sociale Le 11/09/2014 Actualité de la protection sociale Présentation par Michel Boixader Service Juridique et Conformité Actualité de la protection sociale Sommaire 1. Textes 2013 2. La mise en conformité (régimes

Plus en détail

LA GÉNÉRALISATION DE LA MUTUELLE OBLIGATOIRE DANS L ENTREPRISE AU 1 ER JANVIER 2016

LA GÉNÉRALISATION DE LA MUTUELLE OBLIGATOIRE DANS L ENTREPRISE AU 1 ER JANVIER 2016 Groupement des Métiers de l Imprimerie -------------------------------------------------------------------------------------------------------- JUIN 2015 NOTE N 147 LA GÉNÉRALISATION DE LA MUTUELLE OBLIGATOIRE

Plus en détail

OBRE 2013 OCT 2012-25 9 2012 COMPLÉTÉ PAR LA CIRCULAIRE DU 25 SEPTEMBRE

OBRE 2013 OCT 2012-25 9 2012 COMPLÉTÉ PAR LA CIRCULAIRE DU 25 SEPTEMBRE OCTOBRE 2013 Décret n 2012-25 du 9 janvier 2012 COMPLÉTÉ PAR LA CIRCULAIRE DU 25 SEPTEMBRE 2013 Avant-propos Afin d encourager la mise en place des régimes collectifs de protection sociale complémentaire

Plus en détail

ACCORD NATIONAL RELATIF AUX FRAIS DE SANTE DANS LA BRANCHE FLEURISTES, VENTE ET SERVICES DES ANIMAUX FAMILIERS

ACCORD NATIONAL RELATIF AUX FRAIS DE SANTE DANS LA BRANCHE FLEURISTES, VENTE ET SERVICES DES ANIMAUX FAMILIERS CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE ETENDUE FLEURISTES, VENTE ET SERVICES DES ANIMAUX FAMILIERS IDCC 1978 - BROCHURE JO 3010 ACCORD NATIONAL RELATIF AUX FRAIS DE SANTE DANS LA BRANCHE FLEURISTES, VENTE ET

Plus en détail

FRAIS DE SANTE-PREVOYANCE Ce qui change et ce qui ne change pas!

FRAIS DE SANTE-PREVOYANCE Ce qui change et ce qui ne change pas! Thème : Social l e-infobtp n 2015-051 du 25/06/2015 Contact : Séverine ALEXIS Tél. : 03.89.36.30.90 Fonction : Juriste Mail : alexiss@d68.ffbatiment.fr FRAIS DE SANTE-PREVOYANCE Ce qui change et ce qui

Plus en détail

DOCUMENTS REMIS A TITRE UNIQUEMENT INDICATIF L ENTREPRISE EST INVITEE A SE RAPPROCHER DE SES CONSEILS

DOCUMENTS REMIS A TITRE UNIQUEMENT INDICATIF L ENTREPRISE EST INVITEE A SE RAPPROCHER DE SES CONSEILS MISE EN PLACE D UN REGIME COLLECTIF DE PREVOYANCE ET/OU DE SANTE COMPLEMENTAIRE PAR DECISION UNILATERALE RAPPEL : COMMENT METTRE EN PLACE UN REGIME COLLECTIF EN ENTREPRISE AU PROFIT DES SALARIES? Les modalités

Plus en détail

Généralisation de la complémentaire santé: quelles obligations pour l employeur?

Généralisation de la complémentaire santé: quelles obligations pour l employeur? Généralisation de la complémentaire santé: quelles obligations pour l employeur? Au 1 er janvier 2016, les salariés doivent bénéficier d'une couverture de santé complémentaire cofinancée par l'employeur.

Plus en détail

Complémentaire santé PQSR (Pas de Question Sans Réponse) Questions sur la négociation de l accord :

Complémentaire santé PQSR (Pas de Question Sans Réponse) Questions sur la négociation de l accord : Complémentaire santé PQSR (Pas de Question Sans Réponse) Date de création : 31/03/2014 Date de mise à jour : 25/09/2014 SOMMAIRE : Questions sur la négociation de l accord : LEGENDE : rouge : question

Plus en détail

LA COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE : QUESTIONS/REPONSES

LA COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE : QUESTIONS/REPONSES LA COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE : QUESTIONS/REPONSES UFT 68, rue CARDINET 75017 PARIS Tel : 01.47.66.49.68. SOMMAIRE I. Les obligations à l égard des entreprises... 2 À partir de quand les entreprises

Plus en détail

Dossier Pratique Complémentaire santé septembre 2014

Dossier Pratique Complémentaire santé septembre 2014 Dossier Pratique Complémentaire santé septembre 2014 Mieux comprendre la complémentaire santé chez Renault 2 1. Les ayants droit 2 2. Pièce à fournir pour l adhésion 2 3. Les cotisations 3 4. Les garanties

Plus en détail

ANIMATION / Actualités conventionnelles

ANIMATION / Actualités conventionnelles ANIMATION / Actualités conventionnelles A1-116 Signature de l avenant n 154 du 19/05/2015 Relatif a la complémentaire santé Avenant applicable au 1 er janvier 2016 Commentaires : La loi du 14 juin 2013

Plus en détail

Fédération Nationale de l Habillement MAJ : juin 2015 Service social

Fédération Nationale de l Habillement MAJ : juin 2015 Service social La portabilité de la couverture prévoyance Evolution au 1 er juin 2015 1. Qui sont les bénéficiaires de la portabilité?... 3 2. Quelle est la durée du maintien des garanties?... 3 3. A quel moment cesse

Plus en détail

Modèle de décision unilatérale mettant en place un régime complémentaire frais de santé

Modèle de décision unilatérale mettant en place un régime complémentaire frais de santé Modèle de décision unilatérale mettant en place un régime complémentaire frais de santé L entreprise Forme juridique, au capital de dont le siège est à Code NAF n SIRET Effectif salarié : Représentée par

Plus en détail

Contexte dans le BTP. Contacts PRO BTP

Contexte dans le BTP. Contacts PRO BTP Contexte dans le BTP Une nouvelle réglementation De nouvelles obligations pour les entreprises Qui est concerné? Les entreprises sans complémentaire santé Les entreprises avec complémentaire santé Dispenses

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR SUR LE CONTRAT RESPONSABLE ET LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR SUR LE CONTRAT RESPONSABLE ET LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR SUR LE CONTRAT RESPONSABLE ET LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ SOMMAIRE LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ 05 DES GARANTIES MINIMALES... 06... ET DES RÈGLES

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3034 Convention collective nationale IDCC : 1090. SERVICES DE L AUTOMOBILE (Commerce

Plus en détail

LA COMPLÉMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE : QUESTIONS - RÉPONSES

LA COMPLÉMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE : QUESTIONS - RÉPONSES LA COMPLÉMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE : QUESTIONS - RÉPONSES UFT 68, rue Cardinet 75017 PARIS SOMMAIRE I. Les obligations à l égard des entreprises... 2 À partir de quand les entreprises doivent-elles être

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul Base de calcul En votre qualité d employeur, vous devez déclarer à l URSSAF toutes les sommes payées et tous les avantages consentis à vos salariés. Ces éléments constituent la base de calcul des cotisations

Plus en détail

Mutuelle d'entreprise obligatoire : tout ce qu'il faut savoir

Mutuelle d'entreprise obligatoire : tout ce qu'il faut savoir Mutuelle d'entreprise obligatoire : tout ce qu'il faut savoir 7 Juillet 2015 - CEEI Provence 1 Pierrick DUPERRON Agent Général d assurance exclusif AXA Prévoyance et Patrimoine 1 Le sommaire 1 Présentation

Plus en détail

LES PRÉLÈVEMENTS URSSAF, RSI, LPA, CNBF, ORDRE, CNB...

LES PRÉLÈVEMENTS URSSAF, RSI, LPA, CNBF, ORDRE, CNB... C O T I S A T I O N S S O C I A L E S LES PRÉLÈVEMENTS URSSAF, RSI, LPA, CNBF, ORDRE, CNB... Exercer c est aussi déclarer... et cotiser! Prélèvements sociaux et professionnels : COMPARATIF COLLABORATEUR

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045

LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045 LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045 GRANDE DIFFUSION Réf Classement 1;010;04 Montreuil, le 12/08/2015 12/08/2015 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE SOUS DIRECTION REGLEMENTATION

Plus en détail

Loi n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi

Loi n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi Loi n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi Généralisation de la complémentaire santé pour les salariés Portabilité des droits www.harmonie-mutuelle.fr L accès aux soins pour

Plus en détail

CONTRAT COLLECTIF OBLIGATOIRE

CONTRAT COLLECTIF OBLIGATOIRE Salarié-es de droit privé CONTRAT COLLECTIF OBLIGATOIRE Complémentaire : frais de santé invalidité/arrêt de travail décès Sommaire Page 2-3 : présentation de l accord Page 4-5 : arrêt maladie/invalidité

Plus en détail

METTRE EN PLACE UN CONTRAT COLLECTIF D ENTREPRISE

METTRE EN PLACE UN CONTRAT COLLECTIF D ENTREPRISE GUIDE PRATIQUE DE L ASSURANCE COLLECTIVE METTRE EN PLACE UN CONTRAT COLLECTIF D ENTREPRISE A moins qu'elles ne soient instituées par des dispositions législatives ou réglementaires, les garanties collectives

Plus en détail

LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015

LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015 LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015 Chapitre Ier : Créer de nouveaux droits pour les salariés Section 1 : De nouveaux droits individuels

Plus en détail

Qu en est-il des contrats complémentaires facultatifs? Sont-ils concernés par le dispositif?

Qu en est-il des contrats complémentaires facultatifs? Sont-ils concernés par le dispositif? QUESTIONS SUR L OBJET DE LA PORTABILITE La mensualisation est-elle exclue du dispositif? L obligation de maintien de salaire à la charge de l employeur n est pas concernée : en effet, il ne s agit pas

Plus en détail

OUTIL EXPLICATIF CCN 66. Mars 2015. Avenant 328 Complémentaire frais de santé. Cfdt-sante-sociaux.fr

OUTIL EXPLICATIF CCN 66. Mars 2015. Avenant 328 Complémentaire frais de santé. Cfdt-sante-sociaux.fr OUTIL EXPLICATIF CCN 66 Mars 2015 Avenant 328 Complémentaire frais de santé Cfdt-sante-sociaux.fr Généralisation de la complémentaire santé L accord national interprofessionnel (Ani) du 11 janvier 2013,

Plus en détail

Avenant 328 Complémentaire frais de santé

Avenant 328 Complémentaire frais de santé OUTIL EXPLICATIF CCN 66 Mars 2015 Lien pour télécharger le Guide Confédéral du négociateur sur la Généralisation de la complémentaire santé : http://www.cfdt.fr/upload/docs/application/pdf/2014802/guide_ps_23_01_2014_.pdf

Plus en détail

Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé

Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé La direction de l entreprise.. (forme juridique et dénomination sociale) dont le

Plus en détail

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Sur papier à en-tête de l entreprise M À, le Objet : Généralisation de la complémentaire santé

Plus en détail

Lettre d information sur un projet d accord référendaire ayant pour objet la mise en place d un régime de protection sociale complémentaire

Lettre d information sur un projet d accord référendaire ayant pour objet la mise en place d un régime de protection sociale complémentaire DOCUMENT 1 Lettre d information sur un projet d accord référendaire ayant pour objet la mise en place d un régime de protection sociale complémentaire «RAISON SOCIALE EMPLOYEUR» «COORDONNEES DU SALARIE»

Plus en détail

enmodesocial LES REPONSES À VOS QUESTIONS Régime de prévoyance : les impacts de la loi du 14 juin 2013

enmodesocial LES REPONSES À VOS QUESTIONS Régime de prévoyance : les impacts de la loi du 14 juin 2013 enmodesocial Le magazine des informations sociales de la Fédération Nationale de l Habillement LES REPONSES À VOS QUESTIONS Régime de prévoyance : les impacts de la loi du 14 juin 2013 octobre novembre

Plus en détail

PLF et PLFSS 2014 : impacts sur les mutuelles Point au 19 décembre 2013

PLF et PLFSS 2014 : impacts sur les mutuelles Point au 19 décembre 2013 PLF et 2014 : impacts sur les mutuelles Point au 19 décembre 2013 1. Principales mesures impactant les mutuelles Thématiques Articles Impact sur les mutuelles Participation des OC au forfait médecin traitant

Plus en détail

Conséquences de l ANI sur le marché de la complémentaire santé

Conséquences de l ANI sur le marché de la complémentaire santé Conséquences de l ANI sur le marché de la complémentaire santé Présentation pour : journées d études de l Institut des Actuaires et du S.A.C.E.I. Intervenant : Pascal Broussoux, Directeur assurances de

Plus en détail

Le régime social des cotisations patronales de protection sociale complémentaire

Le régime social des cotisations patronales de protection sociale complémentaire Le régime social des cotisations patronales de protection sociale complémentaire SOMMAIRE 1 Assujettissement à cotisations sociales... 3 1.1 Cotisations concernées par l exemption d assiette... 3 1.2 Limites

Plus en détail

Mutuelle Obligatoire : attention à bien vérifier la conformité de votre contrat

Mutuelle Obligatoire : attention à bien vérifier la conformité de votre contrat N U M E R O 2 - M A R S 2 0 1 5 LEGISLATION Mutuelle Obligatoire : attention à bien vérifier la conformité de votre contrat Dans le cadre de l Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013, les

Plus en détail

Groupe Gritchen Assurances

Groupe Gritchen Assurances Groupe Gritchen Assurances Mutuelle, Prévoyance et Retraite Nos compétences L assurance de personnes Dirigeants et Salariés - Frais de Santé(Madelin ou Collectif) - Prévoyance(Madelin, Collectif, Emprunt,

Plus en détail

REGIME DE FRAIS DE SANTE COLLECTIF A ADHESION OBLIGATOIRE

REGIME DE FRAIS DE SANTE COLLECTIF A ADHESION OBLIGATOIRE REGIME DE FRAIS DE SANTE COLLECTIF A ADHESION OBLIGATOIRE Rappel des principales clauses devant figurer dans la lettre d information individuelle formalisant la mise en place du régime par DUE (Décision

Plus en détail

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois NEWSLETTER SOCIALE M A I 2 0 1 5 A LA UNE L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois La loi du 2 août 2005 a porté la durée des mandats

Plus en détail

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013 informations sociales octobre novembre décembre 2013 Dans le cadre du mandat qu elle reçoit du FNCIP-HT, la Fédération Nationale de l Habillement informe chaque trimestre les entreprises à jour de paiement

Plus en détail

Vos contacts GUIDE DE L EMPLOYEUR. Régime d assurance complémentaire Santé

Vos contacts GUIDE DE L EMPLOYEUR. Régime d assurance complémentaire Santé Vos contacts Pour tous renseignements ou questions relatives : aux cotisations : contacter votre caisse de MSA, pour toute autre question : contacter l ANIPS au 09 69 32 34 27 (numéro non surtaxé). de

Plus en détail

Actualités Protection sociale. 20 juin 2015

Actualités Protection sociale. 20 juin 2015 Actualités Protection sociale 20 juin 2015 SOMMAIRE 1- Contrat Responsable 2- Panier de soins 3- Portabilité 3- Questions diverses CONTRAT RESPONSABLE CONTEXTE Loi de financement de la Sécurité Sociale

Plus en détail

Projet de décision unilatérale instituant (ou régularisant) un régime collectif complémentaire obligatoire couvrant le risque

Projet de décision unilatérale instituant (ou régularisant) un régime collectif complémentaire obligatoire couvrant le risque Papier Sté Date : Projet de décision unilatérale instituant (ou régularisant) un régime collectif complémentaire obligatoire couvrant le risque La direction de l entreprise : Dont le siège social est situé

Plus en détail

GUIDE DE LA PORTABILITE

GUIDE DE LA PORTABILITE GUIDE DE LA PORTABILITE Article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 Présentation du dispositif de Portabilité et Répercussions sur vos contrats Complémentaires Santé / Prévoyance

Plus en détail

LA PARTICIPATION FINANCIERE DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE DE LEURS AGENTS

LA PARTICIPATION FINANCIERE DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE DE LEURS AGENTS PROTECTION SOCIALE LA PARTICIPATION FINANCIERE DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE DE LEURS AGENTS REFERENCES JURIDIQUES Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée portant dispositions

Plus en détail

Revenus de remplacement : modalités déclaratives

Revenus de remplacement : modalités déclaratives Revenus de remplacement : modalités déclaratives Les revenus de remplacement sont destinés à compenser la perte de rémunération pendant une période d inactivité partielle ou totale. Sont notamment considérés

Plus en détail

A Régime fiscal des contrats collectifs à adhésion obligatoire

A Régime fiscal des contrats collectifs à adhésion obligatoire 1 U.NPM.F. Direction Générale Service Veille Juridique et fiscale Paris, le 12 septembre 2005 Références : LC/D. 2005-0081 Emetteur : Laurence CHREBOR OBJET : Incidence de la loi portant réforme des retraites

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 Montreuil, le 16/10/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 OBJET : Loi n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du

Plus en détail

Table ronde «Prévoyance»

Table ronde «Prévoyance» Table ronde «Prévoyance» La couverture santé minimale obligatoire pour tous, c est demain : quel impact pour mon entreprise? Laurent BUCHHOLTZER Responsable animation commerciale, région sud-est, Harmonie

Plus en détail

Guide pratique de l employeur

Guide pratique de l employeur ENTREPRISE Régime complémentaire de prévoyance et frais de santé Guide pratique de l employeur AGRI PRÉVOYANCE 81968 GUIDE EMPLOYEUR- PREVOYANCE SANTE.indd 1 04/11/13 10:15 02 AGRI PRÉVOYANCE RÉGIME COMPLÉMENTAIRE

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

Les assurances collectives Santé et Prévoyance

Les assurances collectives Santé et Prévoyance CAA P A C I F I C A P R E D I C A Les assurances collectives Santé et Prévoyance Dernières évolutions réglementaires et réponses du Crédit.Agricole Réunion Experts-Comptables du 10 juillet 2014 Page 1

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > L'intéressement

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > L'intéressement L'intéressement Textes de référence : Loi n 2001-152 du 19 /02/2001 Lettre circulaire Acoss n 2001-056 du 10 avril 2001 rappelant les modifications apportées aux mécanismes de l épargne salariale Circulaire

Plus en détail

ENTREPRISES EMPLOYEURS ET SALARIÉS TOUT SAVOIR SUR LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ

ENTREPRISES EMPLOYEURS ET SALARIÉS TOUT SAVOIR SUR LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ENTREPRISES S ET SALARIÉS TOUT SAVOIR SUR LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ENTREPRISES S ET SALARIÉS SOMMAIRE BIEN COMPRENDRE LA RÉFORME 2016 Vous êtes chef d entreprise ou salarié, la loi

Plus en détail

ADREA Mutuelle, Quelques données

ADREA Mutuelle, Quelques données 1 ADREA Mutuelle, Quelques données 1 020 000 personnes protégées et gérées par ADREA Mutuelle 12 000 entreprises adhérentes, de la TPE au grand groupe 112 agences de proximité 541,90 millions d uros de

Plus en détail

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle...

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... MODE D EMPLOI Valérie Coutteron LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... LA LOI N 2008-111 DU 8 FÉVRIER 2008 pour le pouvoir

Plus en détail

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT?

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT? Réf. :DEV/O/FC/015/06-06/OC 1/9 Pendant longtemps, le statut de gérant majoritaire de SARL a été le plus défavorable des statuts de dirigeant, tant au niveau fiscal que social. A contrario, le statut de

Plus en détail

La lettre du. Les évolutions du régime de prévoyance

La lettre du. Les évolutions du régime de prévoyance La lettre du N 12 Novembre 2011 Les évolutions du régime de prévoyance Depuis l accord initial du 19 mars 2003 qui a mis en place un régime de prévoyance pour la branche du commerce de détail de l habillement

Plus en détail

PLURIELLE. Une solution sur-mesure, pour protéger la santé de vos salariés et les performances de votre entreprise

PLURIELLE. Une solution sur-mesure, pour protéger la santé de vos salariés et les performances de votre entreprise PLURIELLE Une solution sur-mesure, pour protéger la santé de vos salariés et les performances de votre entreprise COMPLÉMENTAIRE SANTÉ D ENTREPRISE Une formule de complémentaire santé collective souple,

Plus en détail

PRÉSENTATION. Une mutuelle collective pour tous les salariés

PRÉSENTATION. Une mutuelle collective pour tous les salariés PRÉSENTATION Une mutuelle collective pour tous les salariés SOMMAIRE 1. Définition 2. Qui est concerné? 3. Quelles sont mes obligations? 4. Mise en œuvre au sein de la structure 5. Le contenu des contrats

Plus en détail

REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL OBLIGATOIRE

REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL OBLIGATOIRE Votre centre de gestion CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE COMMISSION, DE COURTAGE ET DE COMMERCE INTRA-COMMUNAUTAIRE ET D IMPORTATION- EXPORTATION DE FRANCE METROPOLITAINE PERSONNEL CONCERNE

Plus en détail

AVENANT PORTANT SUR LES NOUVELLES DISPOSITIONS EN MATIERE DE FRAIS DE SANTE GROUPE CASINO DU 5 MAI 2008

AVENANT PORTANT SUR LES NOUVELLES DISPOSITIONS EN MATIERE DE FRAIS DE SANTE GROUPE CASINO DU 5 MAI 2008 AVENANT PORTANT SUR LES NOUVELLES DISPOSITIONS EN MATIERE DE FRAIS DE SANTE GROUPE CASINO DU 5 MAI 2008 ENTRE LES SOUSSIGNES : Le Groupe CASINO représenté par M. Yves DESJACQUES, Directeur des Ressources

Plus en détail

Vous voulez faire. Nous sommes là! d une obligation une opportunité. Notre accompagnement. Vos formules. Notre offre

Vous voulez faire. Nous sommes là! d une obligation une opportunité. Notre accompagnement. Vos formules. Notre offre Vous voulez faire d une obligation une opportunité. Nous sommes là! Notre offre Vos formules Notre accompagnement Notre accompagnement dans votre nouvel univers santé L Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

le syndicat CGT représenté par [à compléter] en sa qualité de délégué syndical,

le syndicat CGT représenté par [à compléter] en sa qualité de délégué syndical, Projet d accord collectif mettant en place un régime de remboursement de «frais de santé» au bénéfice du personnel de l EPIC SNCF relevant du régime général de ENTRE LES SOUSSIGNEES : SOCIETE NATIONALE

Plus en détail

THEMES ABORDES : Les statuts possibles selon la forme juridique de la société

THEMES ABORDES : Les statuts possibles selon la forme juridique de la société THEMES ABORDES : Les statuts possibles selon la forme juridique de la société : Assimilé salarié ou TNS Comparaison des deux statuts Les régimes facultatifs des TNS Le statut du conjoint du TNS Les statuts

Plus en détail