Solutions Évolution Anticipation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Solutions Évolution Anticipation"

Transcription

1 Solutions Évolution Anticipation INCLUS Nouvelle LOI n du 4 août 2014 pour l égalité réelle entre les femmes et les hommes 2014 Vos obligations liées à la consultation du Comité d Entreprise Source : AGEFOS PME PACA - septembre 2014 CE Vos OBLIGATIONS liées à la Consultation du COMITÉ D ENTREPRISE en matière de : Formation Professionnelle Égalité Professionnelle H/F Handicap Accord Contrat de Génération Pénibilité GPEC ZOOM sur la Base de Données Économiques et Sociales Toutes les informations et outils utiles

2 Sommaire FORMATION PROFESSIONNELLE 3 CALENDRIER A RESPECTER 4 ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE HOMME/FEMME 5 LE HANDICAP 6 ACCORD CONTRAT DE GÉNÉRATION 7 LA PÉNIBILITÉ 8 GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES 8 ZOOM SUR LA BASE DE DONNÉES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES 9

3 FORMATION PROFESSIONNELLE PRINCIPES LE SAVIEZ VOUS? La loi n du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale vient modifier la consultation du Comité d Entreprise en matière de formation professionnelle : Chaque année, au cours de deux réunions spécifiques,.le.comité.d Entreprise émet un avis sur l exécution du plan de formation du personnel de l entreprise : lors de l année précédente, et de l année en cours, et sur le projet de plan ou de mise en oeuvre du plan pour l année à venir. Un accord d entreprise ou, à défaut, un décret détermine le calendrier de ces deux réunions. Art. L du Code du Travail Le Comité d Entreprise doit consacrer 2 réunions distinctes et spécifiques à cette consultation. Une information préalable et écrite du chef d entreprise est remise aux membres du CE, de la commission formation et aux délégués syndicaux 3 semaines avant chaque réunion. Les décisions relatives au plan de formation étant prises pour l année civile, la consultation doit être achevée avant le 31 décembre. Art. L , L et D du Code du Travail En l absence de Comité d Entreprise, les délégués du personnel sont consultés en matière de formation professionnelle. Chaque réunion doit faire l objet d un procès-verbal où devront être consignés les différents échanges. Le contenu du PV est donc libre mais doit nécessairement mentionner : les dates et heures de tenue de la réunion, les nom et qualité des personnes présentes, les décisions prises à l issue de la réunion, les mentions des dispositions légales relatives à la consultation organisée. Le PV est établi et signé par le secrétaire du Comité d Entreprise puis communiqué au chef d entreprise et aux membres du CE. La majoration de 50 % de la contribution au développement de la formation professionnelle continue prévue en cas de défaut de production des PV (ou PV de carence) du CE est abrogée par la loi n du 5 mars Cependant, un décret en Conseil d État viendra définir le contenu des informations relatives aux modalités d accès à la formation professionnelle des salariés que l employeur devra transmettre à l autorité administrative. L absence de consultation du Comité d Entreprise constitue un délit d entrave pouvant être puni d une peine d emprisonnement d un an et/ou d une amende de Art. L du Code du Travail Art. L du Code du Travail 200 SALARIÉS ET + La constitution d une commission formation est obligatoire dans les entreprises (et établissements) de 200 salariés et plus. Dans le cadre de la consultation sur le plan de formation, ses membres sont chargés de préparer les délibérations du Comité d Entreprise et à ce titre, doivent donc recevoir l ensemble des documents fournis au CE. La réunion de la commission formation ne peut se substituer à celle du Comité d Entreprise. Art. R du Code du Travail Art. R du Code du Travail Spécial Entreprises de 50 salariés et + 3

4 CALENDRIER A RESPECTER Art. D et suivants du Code du Travail Un décret est attendu pour préciser les nouvelles modalités d information et de consultation du CE. Il déterminera les informations qui doivent être présentées au CE selon un calendrier fixé par accord d entreprise. A défaut d accord, les dates butoir des 1 er octobre et 31 décembre devraient être conservées. AVANT LE 10 SEPTEMBRE 2014 Convocation du comité d entreprise (avec copie aux représentants syndicaux siégeant au Comité d Entreprise, aux délégués syndicaux, aux membres de la Commission Formation, ou à défaut, aux délégués du personnel) à une PREMIÈRE RÉUNION au plus tard le 30 septembre en y joignant : Le bilan des actions comprises dans le plan de formation pour les années 2013 et 2014 comportant la liste des actions de formation, des bilans de compétences et des validations des acquis de l expérience réalisés mentionnant les informations relatives : à la nature des actions de formation en distinguant : 1 ) les actions d adaptation au poste de travail ou liées à l évolution ou au maintien dans l emploi (catégorie 1), 2 ) les actions de développement des compétences (catégorie 2). aux organismes de formation et aux organismes chargés de réaliser les bilans de compétences ou des validations des acquis de l expérience, aux conditions d'organisation de ces actions, aux conditions financières de leur exécution en précisant, le cas échéant, le montant et la nature des aides publiques (Fonds Social Européen, État ) perçues pour leur réalisation, aux effectifs concernés répartis par catégorie socioprofessionnelle et par sexe. Une note sur les orientations générales de l entreprise en matière de formation professionnelle et sur les projets pour 2015 tenant compte de la consultation annuelle du Comité d Entreprise sur les orientations de la formation professionnelle prévue à l article L du Code du Travail. Le résultat éventuel des négociations engagées au niveau de la branche professionnelle ou de l entreprise. Une information concernant les demandes de congé individuel de formation, de congé bilan de compétences, de congé de validation des acquis de l expérience, de congé enseignement des années 2013 et 2014 : leur objet, leur durée, leur coût, les conditions dans lesquelles ces congés ont été accordés ou reportés, les résultats obtenus. Les observations éventuelles des services de contrôle sur le caractère libératoire des dépenses imputées. Le bilan pour 2013 et 2014 en matière d accueil, d insertion et de formation professionnelle dans l entreprise : pour ce qui concerne les bénéficiaires de contrats de professionnalisation : conditions d accueil et d encadrement, emplois occupés, organisation de la formation et résultats, effectifs (âge, sexe, niveau). note d information sur : l accueil en stage de jeunes en première formation technologique ou professionnelle et des élèves et étudiants préparant des diplômes de l enseignement technologique ou professionnel ainsi que sur l exercice du congé enseignement, l accueil des apprentis et la mise en oeuvre de l apprentissage dans l entreprise effectifs (âge, sexe, niveau initial de formation, diplôme ou titre préparé), liaisons entreprise/ CFA, encadrement, résultats, perspectives d emploi. Le bilan pour 2013 et 2014 des conditions de mise en oeuvre des périodes de professionnalisation : bénéficiaires, emplois occupés, organisation de la formation. Le bilan des conditions de mise en oeuvre des DIF (Droit Individuel de Formation) : leur nombre, leur durée, la nature des actions, leur coût, les organismes de formation. Les informations sur la formation figurant au bilan social 2013 obligatoirement établi dans les entreprises de 300 salariés et plus. La copie de la Déclaration Fiscale n 2483 de l exercice AVANT LE 01 OCTOBRE 2014 PREMIÈRE RÉUNION du comité d entreprise : Bilan des actions réalisées en 2013 et 2014 et discussions sur les orientations de la politique de formation pour l année à venir. AVANT LE 10 DÉCEMBRE 2014 Convocation du Comité d Entreprise à une DEUXIÈME RÉUNION à tenir au plus tard le 30 décembre, en y joignant pour ce qui concerne la mise en oeuvre des projets de l entreprise en 2015 et compte tenu des observations exprimées à la première réunion : Le plan de formation 2015 de l entreprise* en classant les actions de formation selon 2 catégories : actions d adaptation au poste de travail ou à l évolution des emplois ou au maintien dans l emploi (catégorie 1), actions..liées.au..développement.des compétences (catégorie 2), Une note sur : le congé individuel de formation, congé bilan de compétences, de validation des acquis de l expérience, de congé enseignement (nombre, nature, durée, coût et organisme de formation/établissement), la mise en oeuvre des contrats, des périodes de professionnalisation et du Compte personnel de formation en *[durée, nature, conditions d organisation, coût, effectif par sexe et catégories socioprofessionnelles (CSP), organisme de formation]. AVANT LE 31 DÉCEMBRE 2014 DEUXIÈME RÉUNION du comité d entreprise : Délibérations sur le plan de formation 2015 et sur la mise en oeuvre des différents dispositifs de formation. Loi n relative à la sécurisation de l emploi Les délais dans lesquels les avis du Comité d Entreprise sont rendus, notamment dans le domaine de la formation professionnelle continue, sont désormais fixés par un accord entre l employeur et le Comité d Entreprise, adopté à la majorité des membres titulaires élus du Comité ou, à défaut d accord, un délai d un mois est prévu par l article R du Code du Travail. Ce délai peut être porté jusqu a 4 mois dans certains cas. A expiration de ce délai, le Comité d Entreprise est réputé avoir été consulté et avoir rendu un avis négatif. Art. L du Code du Travail 4

5 ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE HOMME/FEMME Nouveau Toute entreprise (ou groupe) de 50 salariés et plus est soumise à une pénalité pouvant atteindre 1 % de sa masse salariale durant la période non couverte par un accord collectif ou, à défaut, par un plan d action pour l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. L du Code du Travail L du Code du Travail ENTREPRISES OCCUPANT MOINS DE 300 SALARIÉS... Chaque année, dans les entreprises de moins de 300 salariés, l employeur remet aux membres du Comité d Entreprise, 15 jours avant la date de la réunion, un rapport sur la situation économique de l entreprise. Ce rapport porte sur l activité et la situation financière de l entreprise, le bilan du travail à temps partiel dans l entreprise, l évolution de l emploi, des qualifications, de la formation et des salaires, la situation comparée des conditions générales d emploi et de formation des femmes et des hommes, les actions en faveur de l emploi des travailleurs handicapés dans l entreprise et le nombre et les conditions d accueil des stagiaires. Pour la partie dédiée à la situation comparée des femmes et des hommes, le rapport annuel doit comporter : L analyse des données chiffrées par catégorie professionnelle de la situation respective des femmes et des hommes dans les domaines d action suivants : l embauche, la formation, la promotion professionnelle, la qualification, la classification, les conditions de travail, la santé, la sécurité, la rémunération effective, l articulation entre l activité professionnelle et l exercice de la responsabilité familiale, les écarts de salaires et de déroulement de carrière ainsi que la description de l évolution des taux de promotion par métiers. Art. L du Code du Travail Le plan d action présentant : Pour l année écoulée : les mesures prises permettant d assurer l égalité professionnelle. Pour l année à venir : les objectifs de progression et les actions permettant de les atteindre portant sur au moins 3 domaines d action (dont obligatoirement la rémunération effective) cités ci-dessus, Les indicateurs chiffrés accompagnant ces objectifs et ces actions. Art. R du Code du Travail Le plan d action doit être déposé auprès de la Direccte. Après avoir été modifié le cas échéant à la suite de la réunion du Comité d Entreprise, le rapport et l avis du CE sont tenus à la disposition de l Inspection du Travail dans les 15 jours qui suivent la réunion. Art. L du Code du Travail ENTREPRISES OCCUPANT 300 SALARIÉS ET PLUS... Pour élaborer un plan d action et ne pas être redevable de la pénalité, un PV de désaccord doit être établi en cas d échec de la négociation d un accord en matière d égalité professionnelle. Art. L du Code du Travail Chaque année, dans les entreprises de 300 salariés et plus, l employeur soumet pour avis au Comité d Entreprise ou, à défaut, aux délégués du personnel, soit directement, soit, si elle existe, par l intermédiaire de la commission de l égalité professionnelle, un rapport écrit sur la situation comparée des conditions générales d emploi et de formation des femmes et des hommes dans l entreprise. Ce rapport comporte une analyse portant sur les mêmes domaines d actions qu indiqué dans la partie dédiée aux entreprises occupant moins de 300 salariés. Il est établi à partir des indicateurs chiffrés définis à l article R du Code du Travail et éventuellement complétés par des indicateurs tenant compte de la situation particulière de l entreprise. Il établit un plan d action destiné à assurer l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Après une évaluation des réalisations (objectifs et mesures) de l année écoulée, il fixe les objectifs de progression portant sur au moins 4 (dont obligatoirement la rémunération effective) des 8 domaines d action (cf. partie dédiée aux entreprises occupant moins de 300 salariés) pour l année à venir et la définition qualitative et quantitative des actions permettant de les atteindre et l évaluation de leur coût. Ces objectifs et ces actions sont accompagnés d indicateurs chiffrés. Les délégués syndicaux reçoivent communication de ce rapport dans les mêmes conditions que les membres du Comité d Entreprise. Art. L du Code du Travail Art. R du Code du Travail Lorsque des actions prévues par le rapport sur la situation comparée des femmes et des hommes de l année précédente ou demandées par le Comité n ont pas été réalisées, le rapport de l année écoulée donne les motifs de cette inexécution. Après avoir été modifié, le cas échéant, pour tenir compte de l avis motivé du Comité d Entreprise, le rapport est transmis à l inspecteur du travail accompagné de cet avis dans les 15 jours. Art. L du Code du Travail INFORMATION DES SALARIÉS Entreprises de 50 salariés et plus La synthèse du plan d action, comprenant au minimum des indicateurs (Article D du Code du Travail) et objectifs de progression permettant d apprécier la situation comparée des femmes et des hommes est portée à la connaissance des salariés par l employeur, par voie d affichage sur les lieux de travail et, éventuellement, par tout autre moyen adapté aux conditions d exercice de l activité de l entreprise. Elle est également publiée sur le site internet de l entreprise lorsqu il existe. Art. L du Code du Travail Art. D du Code du Travail Art. L du Code du Travail Art. R du Code du Travail Art. D du Code du Travail Art. R du Code du Travail Dans les entreprises de 200 salariés et plus, une commission de l égalité professionnelle est créée au sein du Comité d Entreprise. «Le contrat pour la mixité des emploi et l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes» permet d obtenir une participation financière de l État pour mener des actions favorisant l égalité professionnelle ou la mixité des emplois.? Textes de référence : Loi n du 9 novembre 2010 Loi n du 28 juillet 2011 Décret du 7 juillet 2011 Loi n du 26 octobre 2012 Décret du 18 décembre 2012 Loi n du 4 août 2014! A N T I C I P A T I O N E V O L U T I O N S O L U T I O N S Outils & Informations sur : Guide Mixité & Égalité Sources de performance pour l entreprise Téléchargez notre guide! Spécial Entreprises de 50 salariés et + 5

6 LE HANDICAP Les entreprises occupant 20 salariés et plus doivent compter, parmi leur effectif, 6 % de travailleurs handicapés sous peine de verser une pénalité au Trésor Public pouvant atteindre fois le SMIC horaire majoré de 25 % par salarié manquant. Art. L du Code du Travail Art. L du Code du Travail L entreprise peut répondre à cette obligation d emploi selon les modalités suivantes : L emploi direct de bénéficiaires de l obligation d emploi dont la liste est fixée par l article L du code du travail. Le salarié compte pour 1 quel que soit son temps de travail s il est présent dans l entreprise en CDD ou CDI depuis au moins 6 mois sur l année. Les intérimaires ou salariés handicapés mis à disposition par une entreprise extérieure (sauf EA, CDTD, ESAT) sont pris en compte au prorata de leur temps de présence. L accueil de stagiaires de la formation professionnelle reconnus travailleurs handicapés effectuant un stage d au moins 40 heures dans l entreprise. Cette modalité est prise en compte dans la limite de 2 % de l effectif d assujettissement. Art. L du Code du Travail La conclusion de contrats de soustraitance de fournitures, de prestations de services ou de mise à disposition de personnel handicapé avec des Entreprises Adaptées (EA), des Centres de Distribution de Travail à Domicile (CDTD), des établissements ou Services d Aide par le Travail (ESAT) agréés. Cette modalité ne peut exonérer l entreprise que dans la limite de 50% de l obligation d emploi. Art. L du Code du Travail La conclusion d un accord de branche, de groupe, d entreprise ou d établissement. L accord collectif de travail relatif à l emploi des travailleurs handicapés doit prévoir la mise en oeuvre d un programme pluriannuel comportant obligatoirement un plan d embauches en milieu ordinaire et au moins deux des actions suivantes : un plan d insertion et de formation, un plan d adaptation aux mutations technologiques, un plan de maintien dans l entreprise en cas de licenciement. Art. L du Code du Travail L accord doit être agréé par la Direccte. L application de cet accord vaut respect de l obligation d emploi. L entreprise ou l établissement est donc exonéré de tout versement éventuel d une contribution. La contribution annuelle à verser à l AGEFIPH par bénéficiaire manquant peut être portée jusqu à fois le SMIC horaire. Art. L du Code du Travail Art. L du Code du Travail Art. L du Code du Travail L entreprise rend compte, chaque année, de sa situation en déposant à la DIRECCTE une «Déclaration Annuelle d Obligation d Emploi des Travailleurs Handicapés» (DOETH - Cerfa n 11391) portant sur l année écoulée. A défaut de toute déclaration, l obligation d emploi est réputée non satisfaite. Cette déclaration (sans y joindre la liste nominative des salariés bénéficiaires) est communiquée au Comité d Entreprise ou, à défaut, aux délégués du personnel. Art. R du Code du Travail Au moins une fois par an, l employeur informe le Comité d Entreprise des actions en faveur de l emploi des travailleurs handicapés dans l entreprise. Art. L du Code du Travail Art. L et suivants du Code du Travail Art. L du Code du Travail ENTREPRISES OCCUPANT MOINS DE 300 SALARIÉS... Le rapport annuel sur la situation économique et les perspectives de l entreprise doit comporter, pour la partie dédiée aux travailleurs handicapés, les informations suivantes : les actions entreprises ou projetées en matière d embauche, d adaptation, de réadaptation ou de formation professionnelle, la DOETH (sans la liste nominative des salariés bénéficiaires). Art. R du Code du Travail Dans les entreprises de 200 salariés et plus, la commission formation est chargée des questions d emploi et de formation des travailleurs handicapés. ENTREPRISES OCCUPANT 300 SALARIÉS ET PLUS... Le contenu du rapport annuel à remettre au CE est fixé par l article R du Code du Travail. Le Comité d Entreprise est informé trimestriellement, à sa demande, des contrats passés avec les établissements de travail protégé lorsque les contrats conclus avec ces établissements prévoient la formation et l embauche par l entreprise de travailleurs handicapés. Art. L du Code du Travail? Texte de référence : Loi n du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées.! Outils & Informations sur : OBLIGATIONS SOCIALES EN ENTREPRISE Testez Vos Connaissances! Spécial Entreprises de 50 salariés et + 6

7 ACCORD CONTRAT DE GÉNÉRATION ENTREPRISES OCCUPANT MOINS DE 300 SALARIÉS... Depuis l entrée en vigueur de la Loi du 5 mars 2014, l entreprise dont l effectif est compris entre 50 et moins de 300 salariés ou qui appartient à un groupe entre 50 et moins de 300 salariés bénéficie de l aide financière au titre du contrat de génération sans négociation préalable. Parallèlement, si la branche à laquelle elle appartient n a pas conclu d accord contrat de génération, elle doit négocier elle-même un accord collectif (de groupe ou d entreprise) sous peine de pénalité. Si la négociation de l accord d entreprise échoue, un PV de désaccord est établi. L entreprise peut alors élaborer un plan d action. A défaut d accord collectif ou de plan d action, une pénalité financière est prévue. Un décret en Conseil d État doit déterminer les conditions de sa mise en oeuvre ainsi que sa date d entrée en vigueur fixée au plus tard le 31 mars Art. L du Code du Travail Préalablement à la négociation de l accord d entreprise ou de groupe ou à l élaboration du plan d action, un diagnostic doit être réalisé. Art. L du Code du Travail Art. L du Code du Travail Le diagnostic doit comporter des éléments relatifs : à la pyramide des âges, aux caractéristiques des jeunes et des salariés âgés et à l évolution de leur place respective dans l entreprise sur les 3 dernières années disponibles, aux prévisions de départ à la retraite, aux perspectives de recrutement, aux compétences clés à préserver, aux conditions de travail des salariés âgés et aux situations de pénibilité, aux métiers dans lesquels la proportion de femmes et d hommes est déséquilibrée. Art. D du Code du Travail D une durée maximale de 3 ans, l accord d entreprise, de groupe ou le plan d action doit comporter des engagements en matière : d intégration durable des jeunes : (1) objectifs chiffrés en matière de recrutement en CDI, modalités d intégration, de formation et d accompagnement dans l entreprise qui comprennent un parcours d accueil et la désignation d un référent, modalités de mise en oeuvre d un entretien de suivi entre le jeune, son responsable hiérarchique et son référent portant en particulier sur l évolution de la maîtrise des compétences du jeune, perspectives de développement de l alternance et les conditions de recours aux stagiaires ainsi que les modalités d accueil des alternants et des stagiaires, outils de l entreprise permettant de lever les freins matériels à l accès à l emploi. de recrutement et de maintien dans l emploi des seniors : (1) objectifs chiffrés en matière d embauche et de maintien dans l emploi, mesures favorisant l amélioration des conditions de travail et la prévention de la pénibilité, actions pertinentes dans au moins 2 des 5 domaines suivants : recrutement de salariés âgés, anticipation des évaluations professionnelles et gestion des âges, organisation de la coopération intergénérationnelle, développement des compétences et des qualifications et accès à la formation, aménagement des fins de carrière et de la transition entre activité et retraite. de transmission des savoirs et des compétences clés notamment par : mise en place de binômes d échange de compétences entre salariés expérimentés et des jeunes dont il s agit de la première expérience professionnelle, organisation de la diversité des âges au sein des équipes de travail. (1) L accord ou le plan d action doit mentionner les tranches d âge visées. Celles-ci n étant pas légalement définies, elles devront être fixées par l entreprise (ou le groupe) au vu, notamment, de sa pyramide des âges. L accord ou le plan d action doit également prendre en compte l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes et la mixité des emplois ainsi que l égalité d accès à l emploi dans le cadre de la lutte contre les discriminations à l embauche et pendant le déroulement de carrière. De plus, il prévoit les modalités d accès au plan de formation des salariés âgés, des jeunes et des référents. D autres éléments complètent l accord ou le plan d action : le calendrier de mise en oeuvre des engagements, les modalités de suivi de la mise en oeuvre, les modalités d évaluation de la réalisation des objectifs et des engagements, les modalités de publicité notamment auprès des salariés, la durée (3 ans maximum). Art L du Code du Travail Art. L du Code du Travail Art. R du Code du Travail L employeur soumet le plan d action à l avis du Comité d Entreprise ou, à défaut, des délégués du personnel. Ensuite, il les consultera chaque année sur sa mise en oeuvre et la réalisation des objectifs fixés. L accord de groupe, d entreprise ou le plan d action est déposé à la Direccte accompagné : du diagnostic, du Cerfa de la fiche descriptive (arrêté du 26 avril 2013), et uniquement en cas de plan d action : le PV de désaccord, l avis du CE ou des délégués du personnel sur le plan d action. La Direccte procède alors à un contrôle de conformité, à compter de l accusé de réception du dossier complet, dans les délais suivants : 3 semaines pour un accord, 6 semaines pour un plan d action. Art. L du Code du Travail Le Comité d Entreprise ou, à défaut, les délégués du personnel, sont informés des aides attribuées au titre du Contrat de Génération dans le cadre du rapport sur la situation économique de l entreprise. Art. L du Code du Travail ENTREPRISES OCCUPANT 300 SALARIÉS ET PLUS... Que l entreprise soit couverte ou non par un accord de branche, un accord collectif d entreprise ou de groupe ou, à défaut, un plan d action sur le contrat de génération doit être conclu et déposé à la Direccte selon les mêmes modalités que décrites pour les entreprises de moins de 300 salariés. Art. 5 de la Loi n Lorsque l autorité administrative constate que l entreprise n est pas couverte par un accord collectif ou un plan d action, elle met en demeure l entreprise de régulariser sa situation. En l absence de régularisation, s applique une pénalité de 1% de la masse salariale au cours des périodes durant lesquelles l entreprise n est pas couverte par un accord ou un plan d action conforme ou, lorsqu il s agit d un montant plus élevé, à 10% du montant de la réduction dégressive prévue à l article L du Code de la Sécurité Sociale (réduction Fillon). Art. L du Code du Travail Art. L du Code du Travail Art. R du Code du Travail Chaque année, un document d évaluation sur la mise en oeuvre de l accord ou du plan d action sera transmis aux membres de Comité d Entreprise et à la Direccte. Le Cerfa de ce document est annexé à l arrêté du 26 avril Tout retard de transmission à la Direccte sera sanctionné par une pénalité. Art. L du Code du Travail Art. R du Code du Travail L aide financière de Pôle Emploi n est pas accessible à cette catégorie d entreprises. Textes de référence : Loi n du 1 er mars 2013 portant création du Contrat de Génération. Décret n du 15 mars 2013 relatif au Contrat de Génération. Arrêté du 26 avril 2013 précisant le contenu de la fiche descriptive et du document d évaluation. Loi n du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale.?! Liste des accords de branche & Outils sur : 7

8 LA PÉNIBILITÉ GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES L article L du Code du Travail donne la définition légale de la pénibilité. Les facteurs de risques sont listés à l article D du Code du Travail. Toute entreprise (ou groupe) de 50 salariés et plus dont au moins 50 % des effectifs sont exposés à certains facteurs de risques est soumise à une pénalité fixée à 1 % au maximum des rémunérations versées durant la période non couverte par un accord de branche étendu (uniquement pour les moins de 300 salariés) de groupe, d entreprise ou un plan d action relatif à la prévention de la pénibilité. Art. L du Code du Travail Art. L du Code de la Sécurité Sociale L entreprise échappe à cette pénalité lorsque, en l absence d un accord de branche, d entreprise ou de groupe, elle a élaboré après avis du Comité d Entreprise ou à défaut des délégués du personnel, un plan d action relatif à la prévention de la pénibilité pour une durée maximale de 3 ans après que le CHS-CT ait procédé à l analyse de l exposition des salariés à des facteurs de pénibilité. Art. L du Code de la Sécurité Sociale Le plan d action repose sur un diagnostic préalable des situations de pénibilité et prévoit les mesures de prévention qui en découlent ainsi que les modalités de suivi de leur mise en oeuvre effective. Art. D du Code de la Sécurité Sociale Il doit traiter d au moins 3 thèmes parmi les suivants : au moins l un de ces thèmes : réduction des polyexpositions aux facteurs de risques mentionnés à l article D du Code du Travail, adaptation et aménagement du poste de travail. au moins deux de ces thèmes : amélioration des conditions de travail notamment au plan organisationnel, développement des compétences et des qualifications, aménagement des fins de carrière, maintien en activité des salariés exposés aux facteurs de risques. Pour chaque thème choisi, les dispositions retenues seront assorties d objectifs chiffrés dont la réalisation sera mesurée au moyen d indicateurs qui seront communiqués au moins annuellement au CHS-CT ou, à défaut, aux délégués du personnel. Art. D du Code de la Sécurité Sociale Ce plan d action doit faire l objet d un dépôt auprès de la DIRECCTE. Liste des accords de branche & Outils sur : Textes de référence : Loi n du 9 novembre 2010 portant réforme des retraites. Décrets du 30 mars Décrets et du 7 juillet Loi n du 20 janvier 2014 garantissant l avenir et la justice du système de retraites.?! Sont concernées par l obligation triennale de négocier sur la Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GPEC) : les entreprises ou les groupes d entreprises qui emploient au moins 300 salariés, les entreprises ou les groupes d entreprises de dimension communautaire comportant au moins un établissement ou une entreprise de 150 salariés en France. La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences est l ensemble des démarches, procédures et méthodes de gestion prospective des ressources humaines de l entreprise. Elle a pour objectif d anticiper les décisions concernant les ressources humaines en tenant compte des choix stratégiques de l entreprise et des contraintes de son environnement socio-économique. Pour devancer les impacts humains de la fluctuation de son activité, une démarche de GPEC amène l entreprise à se doter en amont des compétences nécessaires pour développer sa compétitivité et maintenir sa croissance. Elle peut faire partie d une stratégie collective, commune à différentes entreprises d un même secteur d activité ou d un même territoire. On parle alors de GPEC collective ou territoriale. Cette négociation porte obligatoirement sur les points suivants : la mise en place d un dispositif de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, sur laquelle le CE est informé, ainsi que sur les mesures d accompagnement susceptibles de lui être associées en particulier en matière de formation, d abondement du compte personnel de formation, de validation des acquis de l expérience, de bilan de compétences ainsi que d accompagnement de la mobilité professionnelle et géographique des salariés prévues dans le cadre des articles L et L du Code du Travail. le cas échéant, les conditions de mobilité professionnelle ou géographique interne à l entreprise dans le cadre de mesures collectives d organisation courantes sans projet de réduction d effectifs. les grandes orientations à 3 ans de la formation professionnelle dans l entreprise et des objectifs du plan de formation, en particulier les catégories de salariés et d emplois auxquels ce dernier est consacré en priorité, les compétences et qualifications à acquérir pour les 3 années de validité de l accord ainsi que les critères d abondement par l employeur du compte personnel de formation. Le plan de formation présenté par l entreprise au Comité d Entreprise devra être en cohérence avec l accord de la Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences. Les perspectives de recours aux différents contrats de travail, au travail à temps partiel et aux stages, ainsi que les moyens mis en œuvre pour diminuer le recours aux emplois précaires dans l entreprise au profit des contrats à durée indéterminée. Les conditions dans lesquelles les entreprises sous-traitantes sont informées des orientations stratégiques de l entreprise ayant un effet sur leurs métiers, l emploi et les compétences. Un bilan est réalisé à l échéance de l accord. A l issue de la négociation et à défaut d accord, le CE est consulté sur l ensemble des points. Art. L du Code du Travail La négociation peut également porter : sur les modalités d information et de consultation du CE en cas de licenciement économique d au moins 10 salariés dans une période de 30 jours, sur les conditions dans lesquelles le CE est réuni et informé de la situation économique et financière de l entreprise et peut formuler des propositions alternatives au projet économique à l origine d une restructuration ayant des incidences sur l emploi et obtenir une réponse motivée de l employeur à ses propositions, sur la qualification des catégories d emplois menacés par les évolutions économiques ou technologiques, sur les modalités de l association des entreprises sous-traitantes au dispositif de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences de l entreprise, sur les conditions dans lesquelles l entreprise participe aux actions de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences mises en œuvre à l échelle des territoires où elle est implantée. Art. L du Code du Travail Textes de référence : Loi n du 18 janvier 2005 de programmation pour la cohésion sociale. Loi n du 14 juin 2013 relative à la sécurisation des emplois. Loi n du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale. Spécial Entreprises de 50 salariés et + 8

9 ZOOM LA BASE DE DONNÉES Économiques et Sociales Article 8 de la loi n relative à la sécurisation de l emploi Décret n du 27 décembre 2013 Circulaire DGT 2014/1 du 18 mars 2014 MISE EN PLACE A COMPTER DU : 14 juin 2014 dans les entreprises de 300 salariés et plus 14 juin 2015 dans les entreprises de 50 à 299 salariés La loi n du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi a instauré une nouvelle consultation du Comité d Entreprise sur les orientations stratégiques de l entreprise, leurs conséquences sur l activité, l emploi, l évolution des métiers et des compétences, l organisation du travail, le recours à la sous-traitance, à l intérim, aux contrats temporaires et aux stages. La base de données économiques et sociales est le support de préparation de cette consultation. Art. L du Code du Travail L ensemble des informations de la base de données contribue à donner une vision claire et globale de la formation et de la répartition de la valeur créée par l activité de l entreprise. Les informations portent sur l année en cours, sur les deux années précédentes et telles qu elles peuvent être envisagées, sur les trois années suivantes. Art. R du Code du Travail Art. R du Code du Travail SA MISE EN PLACE Elle est mise en place au niveau de l entreprise. Art. R du Code du Travail Dans les entreprises à établissements multiples : La circulaire DGT 2014/1 du 18 mars 2014 relative à la base de données économiques et sociales et aux délais de consultation du comité d entreprise et d expertise précise, qu en cas d établissements multiples, l employeur n a pas d obligation de mettre en place une base de données par établissement. Néanmoins, elle doit être mise à disposition des membres du comité central d entreprises et des comités d établissement. Art. R du Code du Travail Dans une Unité Économique et Sociale (UES) : Lorsqu une unité économique et sociale regroupant au moins cinquante salariés est reconnue par convention ou par décision de justice entre plusieurs entreprises juridiquement distinctes, la mise en place d un comité d entreprise commun est obligatoire (Art. L du Code du Travail). La base de données doit être mise en place au niveau de l UES. Circ. DGT 2014/1 du 18 mars 2014 Dans un groupe : Sans pour autant remplacer la base de données réalisée au niveau de l entreprise, une convention ou un accord de groupe peut prévoir la constitution d une base de données au niveau du groupe. La convention ou l accord détermine notamment les personnes ayant accès à cette base ainsi que les modalités d accès, de consultation et d utilisation. Art. R du Code du Travail SON ACCÈS Cette base de données doit être régulièrement à jour et en permanence accessible aux membres du comité d entreprise ou, à défaut, aux délégués du personnel ainsi qu aux membres du comité central d entreprise, du CHS-CT et aux délégués syndicaux. Art. L du Code du Travail Art. R du Code du Travail L employeur les informe de l actualisation de la base de données selon des modalités qu il détermine et fixe les modalités d accès, de consultation et d utilisation de la base. Ces modalités doivent permettre à ces représentants du personnel d exercer utilement leur compétences respectives. Art. R du Code du Travail SA FORME Elle est tenue à disposition sur un support informatique ou papier. Art. R du Code du Travail LA PÉRIODICITÉ DE SES MISES À JOUR La circulaire DGT 2014/1 précise que la mise à jour de la base de données «s appuie sur les dispositions du code du travail relatives à l actualisation des informations transmises de manière récurrente au comité d entreprise» et prend exemple sur les informations devant être données trimestriellement au CE appelant une mise à jour trimestrielle de la base de données. LA CONFIDENTIALITÉ DE SES INFORMATIONS Les informations qui revêtent un caractère confidentiel doivent être présentées comme telles par l employeur qui indique la durée du caractère confidentiel que les représentants du personnel ayant accès à la base de données sont tenus de respecter. Art. R du Code du Travail SON CONTENU Les informations sont présentées sous forme chiffrées ou à défaut, pour les trois années suivantes, sous forme de grandes tendances. L employeur indique, pour ces trois années, les informations qui ne peuvent pas faire l objet d une prévision chiffrée ou d une grande tendance et en précise la raison. 9

10 THÈMES ENTREPRISES DE 300 SALARIÉS ET PLUS ENTREPRISES DE 50 À 299 SALARIÉS INVESTISSEMENTS : Investissement social (emploi, évolution et répartition des contrats précaires, des stages et des emplois à temps partiel, formation professionnelle et conditions de travail), investissement matériel et immatériel et, pour les entreprises mentionnées au sixième alinéa de l article L du code de commerce, les informations en matière environnementale présentées en application du cinquième alinéa du même article. e) Protection de la biodiversité : - les mesures prises pour préserver ou développer THÈMES ENTREPRISES la biodiversité. DE 300 SALARIÉS ET PLUS ENTREPRISES DE 50 À 299 SALARIÉS FONDS PROPRES ET ENDETTEMENT 1 Investissement social : a) Évolution des effectifs par type de contrat, par âge, par ancienneté, b) Évolution des emplois par catégorie professionnelle, c) Situation en matière d égalité professionnelle entre les femmes et les hommes et mesures prises en ce sens, d) Évolution de l emploi des personnes handicapées et mesures prises pour le développer, e) Évolution du nombre de stagiaires, f) Formation professionnelle : investissements en formation, publics concernés, g) Conditions de travail : durée du travail dont travail à temps partiel et aménagement du temps de travail, exposition aux risques et aux facteurs de pénibilité, accidents du travail, maladies professionnelles, absentéisme, dépenses en matière de sécurité, 2 Investissement matériel et immatériel : a) Évolution des actifs nets d amortissement et de dépréciations éventuelles (immobilisations), b) Le cas échéant, dépenses de recherche et développement, 3 Pour les entreprises soumises aux dispositions du cinquième alinéa de l article L du code de commerce : a) Politique générale en matière environnementale : - l organisation de la société pour prendre en compte les questions environnementales et, le cas échéant, les démarches d évaluation ou de certification en matière d environnement, - les actions de formation et d information des salariés menées en matière de protection de l environnement, - les moyens consacrés à la prévention des risques environnementaux et des pollutions, b) Pollution et gestion des déchets : - les mesures de prévention, de réduction ou de réparation de rejets dans l air, l eau et le sol affectant gravement l environnement, - les mesures de prévention, de recyclage et d élimination des déchets, - la prise en compte des nuisances sonores et de toute autre forme de pollution spécifique à une activité, c) Utilisation durable des ressources : - la consommation d eau et l approvisionnement en eau en fonction des contraintes locales, - la consommation de matières premières et les mesures prises pour améliorer l efficacité dans leur utilisation, - la consommation d énergie, les mesures prises pour améliorer l efficacité énergétique et le recours aux énergies renouvelables, d) Changement climatique : - les rejets de gaz à effet de serre, 1 Capitaux propres de l entreprise, 2 Emprunts et dettes financières dont échéances et charges financières, 3 Impôts et taxes. 1 Investissement social : a) Évolution des effectifs par type de contrat, b) Évolution des emplois par catégorie professionnelle, c) Situation en matière d égalité professionnelle entre les femmes et les hommes et mesures prises en ce sens, d) Évolution de l emploi des personnes handicapées et mesures prises pour le développer, e) Évolution du nombre de stagiaires, f) Formation professionnelle : investissements en formation, publics concernés, g) Conditions de travail : durée du travail dont travail à temps partiel et aménagement du temps de travail, 2 Investissement matériel et immatériel : a) Évolution des actifs nets d amortissement et de dépréciations éventuelles (immobilisations), b) Le cas échéant, dépenses de recherche et développement. 1 Capitaux propres de l entreprise, 2 Emprunts et dettes financières dont échéances et charges financières, 3 Impôts et taxes. 10

11 THÈMES ENTREPRISES DE 300 SALARIÉS ET PLUS ENTREPRISES DE 50 À 299 SALARIÉS ENSEMBLE DES ÉLÉMENTS DE LA RÉMUNÉRATION DES SALARIÉS ET DIRIGEANTS ACTIVITÉS SOCIALES ET CULTURELLES RÉMUNÉRATION DES FINANCEURS FLUX FINANCIERS À DESTINATION DE L ENTREPRISE, NOTAMMENT AIDES PUBLIQUES ET CRÉDITS D IMPÔTS SOUS-TRAITANCE LE CAS ÉCHÉANT, TRANSFERTS COMMERCIAUX ET FINANCIERS ENTRE LES ENTITÉS DU GROUPE 1 Évolution des rémunérations salariales : a) Frais de personnel y compris cotisations sociales, évolutions salariales par catégorie et par sexe, salaire de base minimum, salaire moyen ou médian, par sexe et par catégorie professionnelle, b) Pour les entreprises soumises aux dispositions de l article L du code de commerce, le montant global, certifié exact par les commissaires aux comptes, des rémunérations versées aux personnes les mieux rémunérées, le nombre de ces personnes étant de dix ou de cinq selon que l effectif du personnel excède ou non deux cents salariés, 2 Épargne salariale : intéressement, participation, 3 Rémunérations accessoires : primes par sexe et par catégorie professionnelle, avantages en nature, régimes de prévoyance et de retraite complémentaire, 4 Rémunérations des dirigeants mandataires sociaux telles que présentées dans le rapport de gestion [en application des trois premiers alinéas de l article L du code de commerce, pour les entreprises soumises à l obligation de présenter le rapport visé à l article L du même code] Montant de la contribution aux activités sociales et culturelles du comité d entreprise, Dépenses directement supportées par l entreprise, Mécénat. Rémunération des actionnaires (revenus distribués), Rémunération de l actionnariat salarié (montant des actions détenues dans le cadre de l épargne salariale, part dans le capital, dividendes reçus). 1 Aides publiques, 2 Réductions d impôts, 3 Exonérations et réductions de cotisations sociales, 4 Crédits d impôts, 5 Mécénat. 1 Sous-traitance utilisée par l entreprise, 2 Sous-traitance réalisée par l entreprise. 1 Transferts de capitaux tels qu ils figurent dans les comptes individuels des sociétés du groupe lorsqu ils présentent une importance significative, 2 Cessions, fusions, et acquisitions réalisées. 1 Évolution des rémunérations salariales : a) Frais de personnel y compris cotisations sociales, évolutions salariales par catégorie et par sexe, salaire de base minimum, salaire moyen ou médian, par sexe et par catégorie professionnelle, b) Pour les entreprises soumises aux dispositions de l article L du code de commerce, le montant global, certifié exact par les commissaires aux comptes, des rémunérations versées aux personnes les mieux rémunérées, le nombre de ces personnes étant de dix ou de cinq selon que l effectif du personnel excède ou non deux cents salariés, c) Épargne salariale : intéressement, participation. Montant de la contribution aux activités sociales et culturelles du comité d entreprise, mécénat Rémunération des actionnaires (revenus distribués), Rémunération de l actionnariat salarié (montant des actions détenues dans le cadre de l épargne salariale, part dans le capital, dividendes reçus). Aides publiques, Réductions d impôts, Exonérations et réductions de cotisations sociales, Crédits d impôts, Mécénat. Sous-traitance utilisée par l entreprise, Sous-traitance réalisée par l entreprise. Transferts de capitaux tels qu ils figurent dans les comptes individuels des sociétés du groupe lorsqu ils présentent une importance significative, Cessions, fusions, et acquisitions réalisées. Art. L du Code du Travail Art. R à R du Code du Travail Circulaire DGT 2014/1 du 18 mars 2014 La mise à disposition actualisée dans la base de données des éléments d information contenus dans les rapports et des informations transmis de manière récurrente au comité d entreprise vaut communication à celui-ci des rapports et informations lorsque les conditions cumulatives suivantes sont remplies : 1 Les éléments d information sont régulièrement mis à jour au moins dans le respect des périodicités prévues dans le code du travail, 2 L employeur met à disposition des membres du comité d entreprise les éléments d analyse ou d explication lorsqu ils sont prévus dans le code du travail. Art. R du code du travail Les informations transmises de manière récurrente doivent être mises à la disposition des membres du comité d entreprise dans la base de données au plus tard le 31 décembre

12 Solutions Évolution Anticipation

Les autres obligations :

Les autres obligations : COMITE D ENTREPRISE OBLIGATIONS liées à la CONSULTATION du COMITE D ENTREPRISE 2012 Les autres obligations : E g a l i t é p r o f e s s i o n n e l l e H a n d i c a p S é n i o r P é n i b i l i t é

Plus en détail

Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise

Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise Des services qui changent la formation Vos obligations liées à la consultation du Comité d entreprise fiches pratiques Sommaire 1/ Formation professionnelle et apprentissage 2/ Égalité professionnelle

Plus en détail

Base de données économiques et sociales

Base de données économiques et sociales les infos DAS - n 073 4 juin 2015 Base de données économiques et sociales La loi du 14 juin 2013 de sécurisation de l emploi 1 a entériné la création de la base de données économiques et sociales (BDES)

Plus en détail

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL LES OBLIGATIONS VIS-À-VIS DU CE OU DES DP LES S SUR LES ORIENTATIONS Pour les délégués du personnel Toutes les ETT ayant atteint un effectif d au moins 11 salariés pendant 12 mois, consécutifs ou non,

Plus en détail

Décret du 27 décembre 2013 : précisions sur les délais de consultation du CE et la base de données économiques et sociales

Décret du 27 décembre 2013 : précisions sur les délais de consultation du CE et la base de données économiques et sociales Décret du 27 décembre 2013 : précisions sur les délais de consultation du CE et la base de données économiques et sociales La Loi «relative à la sécurisation de l emploi» du 14 juin 2013 a introduit plusieurs

Plus en détail

Actu Juridique & Sociale Dynamique Entreprise Avril 2015

Actu Juridique & Sociale Dynamique Entreprise Avril 2015 LE POINT SUR La base de données unique (BDU) dans les entreprises de moins de 300 salariés Afin de renforcer l information des instances représentatives du personnel, la loi du 14 juin 2013 a créé un nouveau

Plus en détail

Base de données. économiques. et sociales. vigilance, exigences. et conquêtes. élus et mandatés. guide pratique

Base de données. économiques. et sociales. vigilance, exigences. et conquêtes. élus et mandatés. guide pratique Base de données économiques et sociales vigilance, exigences et conquêtes guide pratique élus et mandatés L article 8 de la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 a introduit un nouveau dispositif

Plus en détail

COMITE D ENTREPRISE. OBLIGATIONS liées à la CONSULTATION du COMITE D ENTREPRISE

COMITE D ENTREPRISE. OBLIGATIONS liées à la CONSULTATION du COMITE D ENTREPRISE COMITE D ENTREPRISE FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE OBLIGATIONS liées à la CONSULTATION du COMITE D ENTREPRISE 2012 Depuis 2008 Le décret n 2008-716 du 18 juillet 2008 a avancé la date de la première

Plus en détail

Ce que les élus vont trouver dans la BDES

Ce que les élus vont trouver dans la BDES Ce que les élus vont trouver dans la BDES La BDES doit être le support de la consultation sur la stratégie de l entreprise. Elle doit réunir d ici fin 2016 toutes les informations soumises jusque-là de

Plus en détail

FICHE OBLIGATIONS LEGALES

FICHE OBLIGATIONS LEGALES FICHE OBLIGATIONS LEGALES L article 99 de la loi n 2010-1330 du 9 novembre 2 010 portant réforme des retraites a instauré, à compter du 1 er janvier 2012, pour les entreprises dont l effectif est au moins

Plus en détail

BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES : C'EST MAINTENANT! Tout savoir sur les orientations stratégiques de l'entreprise!

BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES : C'EST MAINTENANT! Tout savoir sur les orientations stratégiques de l'entreprise! Groupe CEolis Le spécialiste des comités d'entreprises, des CHSCT et des Syndicats Newsletter SPECIALE avril 2014 Édito : Eclairer l'avenir de l'entreprise BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES : C'EST

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

Pratique. Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Guide destiné aux entreprises

Pratique. Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Guide destiné aux entreprises UIDE Pratique Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes Guide destiné aux entreprises P GUIDE Pratique p.2 - Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes RÉAMBULE L égalité professionnelle

Plus en détail

Agenda annuel des informations / consultations du CE

Agenda annuel des informations / consultations du CE La question du DRH Agenda annuel des informations / consultations du CE Un certain nombre d informations et/ou consultations annuelles ou trimestrielles obligatoires doivent être mises en œuvre par l employeur,

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération FICHE TECHNIQUE Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération SOMMAIRE : I) LES ACCORDS ET PLANS D ACTION EN FAVEUR DES SALARIES

Plus en détail

Suggestion d ordre du jour de Janvier

Suggestion d ordre du jour de Janvier Suggestion d ordre du jour de Janvier Entreprise de moins de 300 salariés * Commandes, situation financière et exécution des programmes de production Information trimestrielle portant sur : - l évolution

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

exemple cfdt à adapter, par la négociation, aux spécificités de chaque entreprise

exemple cfdt à adapter, par la négociation, aux spécificités de chaque entreprise exemple cfdt de BDU à adapter, par la négociation, aux spécificités de chaque entreprise Selon la CFDT, cet exemple de Base de données unique (BDU) peut convenir aux entreprises d au moins 300 salariés

Plus en détail

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 FM 14/08/14 Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 Article L1153-5 L employeur prend toutes dispositions nécessaires en vue de prévenir les faits de harcèlement sexuel, d

Plus en détail

10.B. Les obligations légales et réglementaires. 1. Gestion des documents de l entreprise. A. Les affichages obligatoires

10.B. Les obligations légales et réglementaires. 1. Gestion des documents de l entreprise. A. Les affichages obligatoires Les obligations légales et réglementaires 1. Gestion des documents de l entreprise A. Les affichages obligatoires L affichage est un élément essentiel de la communication dans l entreprise et cela peut

Plus en détail

FICHE PRATIQUE Les obligations liées à l emploi de travailleurs handicapés

FICHE PRATIQUE Les obligations liées à l emploi de travailleurs handicapés FICHE PRATIQUE Les obligations liées à l emploi de travailleurs handicapés I. QUELLES OBLIGATIONS? UNE OBLIGATION A PARTIR DE 20 SALARIES Tous les employeurs occupant au moins 20 salariés (l effectif s

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE PREAMBULE L égalité professionnelle doit être un axe fort de la politique des ressources humaines au sein

Plus en détail

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Présentée par Gérard Cherpion, Bernard Perrut, Jean -Charles Taugourdeau

Plus en détail

SÉCURISATION DE L EMPLOI

SÉCURISATION DE L EMPLOI Accompagner les dirigeants de l ess dans la gestion des ressources humaines DOSSIER JURIDIQUE SÉCURISATION DE L EMPLOI Réalisé par : La Loi sur la sécurisation de l emploi La loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

SALMON et Associés Avocats à la Cour

SALMON et Associés Avocats à la Cour SALMON et Associés Avocats à la Cour Philippe SALMON Avocat DESS Droit des Affaires DJCE Certificat de Spécialisation en droit du Travail Et droit de la distribution REUNION D INFORMATION CGPME 5 Juin

Plus en détail

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information LOI DE SECURISATION DE L'EMPLOI AVRIL 2014 LA CONSULTATION DU COMITE D ENTREPRISE SUR LES ORIENTATIONS STRATEGIQUES ET LA BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES (BDES) Loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

Obligations des entreprises en matière d emploi des seniors

Obligations des entreprises en matière d emploi des seniors Obligations des entreprises en matière d emploi des seniors Le contexte juridique du nouveau dispositif seniors L articulation de la nouvelle obligation avec les obligations préexistantes : La loi Fillon

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle

Réforme de la formation professionnelle MEDEF Social mars 2015 Réforme de la formation professionnelle Compétitivité Mobilité Employabilité Edito En 2030, près de 30 % de nos métiers auront évolué. Pour relever ce défi, la formation des femmes

Plus en détail

Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération. L emploi d avenir

Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération. L emploi d avenir Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération L emploi d avenir 1 Le 03 mars 2013, la loi sur le contrat de génération est entrée en vigueur. Des entreprises de la Région Nord Pas-de-Calais

Plus en détail

L intergénérationnel, un enjeu pour tous

L intergénérationnel, un enjeu pour tous www.limousin.gouv.fr 1 2 L intergénérationnel, un enjeu pour tous 3 SOMMAIRE COMMUNIQUE DE SYNTHESE page 4 CONTEXTE page 6 Le contrat de génération en Limousin L appui-conseil au contrat de génération

Plus en détail

Social. Délais de consultation du comité d entreprise et base de données. n 962-1 Avril 2014. Numéro spécial DICTIONNAIRE PERMANENT.

Social. Délais de consultation du comité d entreprise et base de données. n 962-1 Avril 2014. Numéro spécial DICTIONNAIRE PERMANENT. DICTIONNAIRE PERMANENT Bulletin n 962-1 Social Numéro spécial Délais de consultation du comité d entreprise et base de données Comment faire en pratique? Consulter aussi : www.elnet.fr Éditions Législatives

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

Sommaire détaillé 9 AR

Sommaire détaillé 9 AR Sommaire détaillé 1 CONTRÔLE DU TRAVAIL... 1.001 A - Ouverture d un établissement industriel et commercial... 1.101 1 - Déclaration nominative préalable à l embauche... 1.102 2 - Registre du commerce -

Plus en détail

LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE NOTE D INFORMATION MARS 2008 Mise à jour JUIN 2009 (Annule et remplace la précédente) LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE

Plus en détail

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation...

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation... Le Guide Pratique du SOCIAL chef d entreprise Délégués du Personnel Faut il faire une visite d embauche? Droit Quel contrat pour mon salarié? Entreprise La journée de solidarité, c est quand? Obligation...

Plus en détail

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES Mise en place de démarches d appui conseil «gestion des âges» dans le cadre du contrat de génération CADRAGE Cet appel à propositions a pour objet l identification

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 27/12/2013 Envoi des offres : aurelie.huby@midi-pyrenees.cci.fr Le

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3257 Convention collective nationale IDCC : 1601. BOURSE (3 e édition. Juin 2004) ACCORD DU 8 JUILLET 2005

Plus en détail

FICHE 4 TOUT CE QUI CHANGE EN MATIERE D INFORMATION- CONSULTATION DU CE

FICHE 4 TOUT CE QUI CHANGE EN MATIERE D INFORMATION- CONSULTATION DU CE FICHE 4 TOUT CE QUI CHANGE EN MATIERE D INFORMATION- CONSULTATION DU CE 1. Les délais de consultation du CE Sur le principe, rien ne change, en pratique, toute votre vie d élu CE va être bouleversée et

Plus en détail

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail

Fiche obligation légales. Entreprises de 50 à 299 salariés. Etat du droit après la promulgation de la loi du 4 août 2014

Fiche obligation légales. Entreprises de 50 à 299 salariés. Etat du droit après la promulgation de la loi du 4 août 2014 Fiche obligation légales Entreprises de 50 à 299 salariés Etat du droit après la promulgation de la loi du 4 août 2014 pour l égalité réelle entre les femmes et les hommes Pour rendre plus effective l

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3300 Convention collective nationale IDCC : 2128. MUTUALITÉ ACCORD DU 15 OCTOBRE

Plus en détail

PANORAMA DES MESURES POUR L EMPLOI

PANORAMA DES MESURES POUR L EMPLOI MÉTROPOLE JANVIER 2015 PANORAMA DES MESURES POUR L EMPLOI POLE-EMPLOI.FR FORMER AVANT L EMBAUCHE ACTION DE FORMATION PRÉALABLE AU RECRUTEMENT (AFPR) Demandeurs d emploi inscrits auprès de Pôle emploi,

Plus en détail

NEWSLETTER DU SOCIAL

NEWSLETTER DU SOCIAL NEWSLETTER DU SOCIAL Les chiffres clés La Garantie Minimale de Points 2014 : Les cotisations minimales annuelles de retraite complémentaire AGIRC sont fixées à 796,08. Ces cotisations correspondent à un

Plus en détail

Loi n 2011-893 du 28 juillet 2011 pour le développement de l'alternance et la sécurisation des parcours professionnels (dite loi «Cherpion»)

Loi n 2011-893 du 28 juillet 2011 pour le développement de l'alternance et la sécurisation des parcours professionnels (dite loi «Cherpion») Loi n 2011-893 du 28 juillet 2011 pour le développement de l'alternance et la sécurisation des parcours professionnels (dite loi «Cherpion») Titre I : développement de l alternance Titre II : encadrement

Plus en détail

La base de données unique des représentants du personnel

La base de données unique des représentants du personnel La base de données unique des représentants du personnel Livre blanc Février 2014 Auteur : Aurianne COTHENET Éditions Tissot Février 2014 1/16 La nouvelle base de données : un nouvel accès commun et permanent

Plus en détail

LA MISE A DISPOSITION DES FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX

LA MISE A DISPOSITION DES FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX Réf. : CDG-INFO2008-18/CDE Personnes à contacter : Christine DEUDON - Sylvie TURPAIN PLAN DE CLASSEMENT : 1-25-20 : 03.59.56.88.48/58 Date : le 17 juillet 2008 MISE A JOUR DU 27 MARS 2012 Suite à la parution

Plus en détail

Crise, transmission, concurrence L entreprise face à ses mutations

Crise, transmission, concurrence L entreprise face à ses mutations 11ème Université Interprofessionnelle Mercredi 25 septembre 2013 Espace Tête d Or - Villeurbanne Crise, transmission, concurrence L entreprise face à ses mutations Atelier n 1 Audit social et diagnostic

Plus en détail

Emploi des mineurs et jobs d été

Emploi des mineurs et jobs d été Les évolutions relatives au travail des enfants se sont développées avec les dispositions législatives rendant la scolarité obligatoire. Ainsi les premières lois restreignant l admission des enfants sur

Plus en détail

Information économique et sociale Création et répartition de la valeur créée

Information économique et sociale Création et répartition de la valeur créée Information économique et sociale Création et répartition de la valeur créée 16 septembre 2011 Identifier les flux de création et de répartition de la valeur Objectifs : Faire le lien entre la formation

Plus en détail

l Essentiel du Contrat de Professionnalisation Guide Pratique

l Essentiel du Contrat de Professionnalisation Guide Pratique SOFIP - SERVICE OFFRE DE FORMATION ET INSERTION PROFESSIONNELLE Relations Université-Entreprises l Essentiel du Contrat de Professionnalisation Guide Pratique Ce guide est destiné à la communauté universitaire

Plus en détail

Dossier de référencement «Appui Conseil Contrat de Génération» AMO : DIRECCTE RHONE ALPES Organisme relais : CCI de région Rhône Alpes

Dossier de référencement «Appui Conseil Contrat de Génération» AMO : DIRECCTE RHONE ALPES Organisme relais : CCI de région Rhône Alpes Dossier de référencement «Appui Conseil Contrat de Génération» AMO : DIRECCTE RHONE ALPES Organisme relais : CCI de région Rhône Alpes Ce dossier de référencement est permanent. Il est possible à un prestataire

Plus en détail

. Réforme de la formation

. Réforme de la formation professionnelle continue Impacts pour les entreprises Thierry Teboul Directeur général Afdas Jean-Pierre Willems Willems Consultants 8 points-clés p La logique de la réforme : moins de fiscal, plus de

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

Cette sur-taxation ne vise pas les CDD qui ont pour finalité les remplacements maladie, maternité, congés payés et les contrats saisonniers.

Cette sur-taxation ne vise pas les CDD qui ont pour finalité les remplacements maladie, maternité, congés payés et les contrats saisonniers. LETTRE D INFORMATION SOCIALE AOÛT 2013 La loi sur la Sécurisation de l Emploi n 2013-504 du 14 juin 2013 amène plusieurs modifications juridiques et techniques sur la gestion du personnel. Il nous semble

Plus en détail

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 Préambule Dans le prolongement de la loi du 9 mai 2001 relative

Plus en détail

Actualité Sociale. 21 Mars 2013

Actualité Sociale. 21 Mars 2013 Actualité Sociale 21 Mars 2013 Actualité Sociale Binôme Jeune/Senior : le contrat de génération Les dossiers sociaux dans les «tuyaux» pour 2013 Sécurisation de l emploi Financement du régime des retraites

Plus en détail

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE COMPLEMENTAIRE SUR UN SALAIRE A TEMPS PLEIN Ludivine LEROUX, juriste au sein des équipes du pôle Veille d ADP, nous propose une lecture synthétique des

Plus en détail

Les missions. des experts. au service des comités d entreprise et des CHSCT. Version actualisée de la L.S.E

Les missions. des experts. au service des comités d entreprise et des CHSCT. Version actualisée de la L.S.E Les missions des experts Version actualisée de la L.S.E Juin 2014 Nos agréments et certifications Ordre des experts-comptables : nous sommes inscrits à l ordre des experts-comptables. : nous sommes agréés

Plus en détail

PANORAMA DES MESURES POUR L EMPLOI

PANORAMA DES MESURES POUR L EMPLOI DOM JANVIER 2015 PANORAMA DES MESURES POUR L EMPLOI POLE-EMPLOI.FR FORMER AVANT L EMBAUCHE ACTION DE FORMATION PRÉALABLE AU RECRUTEMENT (AFPR) Demandeurs d emploi inscrits auprès de Pôle emploi, indemnisés

Plus en détail

AVENANT A L ACCORD SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE

AVENANT A L ACCORD SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE AVENANT A L ACCORD SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE ENTRE : La FPI (Fédération des Promoteurs Immobiliers de France), représentée par son Président ET : La Fédération CFTC - CSFV, représentée par La Fédération

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) ACCORD DU 9 DÉCEMBRE

Plus en détail

Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE MISSION FORMATION «POLE ALTERNANCE»

Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE MISSION FORMATION «POLE ALTERNANCE» GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier MISSION FORMATION CONTINUE ET APPRENTISSAGE «POLE ALTERNANCE» LE CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social TEXTE SOUMIS A LA DELIBERATION DU CONSEIL DES MINISTRES ORDONNANCE relative au portage salarial

Plus en détail

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service»

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» DANS LE RESPECT DU PROJET ET DU FONCTIONNEMENT DE LA PERSONNE MORALE, EN CONFORMITE AVEC LA LEGISLATION

Plus en détail

DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE)

DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) Fiche pratique A qui s adresse le contrat d accompagnement dans l emploi? Quels employeurs? Quel type de

Plus en détail

TRAVAIL EMPLOI FORMATION

TRAVAIL EMPLOI FORMATION TRAVAIL EMPLOI FORMATION Accès aux documents administratifs Comité d entreprise MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Direction générale du travail Service

Plus en détail

Juin. Modernisation du Marché du Travail

Juin. Modernisation du Marché du Travail Juin Modernisation du Marché du Travail 2008 les fiches argumentaires du medef Les dispositions de l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008, dont la mise en œuvre requiert un support législatif,

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique Mieux connaître le licenciement économique 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique I. L obligation préalable d adaptation et de reclassement «Le licenciement pour motif économique

Plus en détail

Réglementation de la. formation. professionnelle ORGANISMES DE FORMATION

Réglementation de la. formation. professionnelle ORGANISMES DE FORMATION Réglementation de la formation professionnelle ORGANISMES DE FORMATION édition 2012 Réglementation de la formation professionnelle SOMMAIRE CHAP.01 La déclaration d activité Qui est concerné? À qui s adresser?...

Plus en détail

un Plan d Action Séniors un accord ou d entreprise Construire TRANSPORT & LOGISTIQUE Avec la participation de

un Plan d Action Séniors un accord ou d entreprise Construire TRANSPORT & LOGISTIQUE Avec la participation de Construire un accord ou d entreprise un Plan d Action Séniors TRANSPORT & LOGISTIQUE Direction régionale du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle Avec la participation de La loi, les

Plus en détail

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013 informations sociales octobre novembre décembre 2013 Dans le cadre du mandat qu elle reçoit du FNCIP-HT, la Fédération Nationale de l Habillement informe chaque trimestre les entreprises à jour de paiement

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Présentation Date limite de remise des candidatures : Le 04/02/2014 CCI Franche-Comté. Appel à candidatures référencement

Plus en détail

Notice : Cotisations cabinets médicaux

Notice : Cotisations cabinets médicaux Notice : Cotisations cabinets médicaux Quels sont les employeurs concernés par ces cotisations? Seuls, les employeurs des cabinets médicaux sont concernés par ces cotisations. Réglez vos cotisations à

Plus en détail

MBA Spécialisé en Alternance

MBA Spécialisé en Alternance MBA Spécialisé en Alternance "Achats Internationaux & Supply Chain" Diplôme d'etat de Niveau I enregistré au Registre National des Certifications Professionnelles JO du 14 Avril 2012 2 2013 / 2014 Groupe

Plus en détail

Quelle structure est concernée?

Quelle structure est concernée? Négociation obligatoire dans l entreprise Quelle structure est concernée? Entreprises concernées L article L.2242-1 précise que l'employeur engage chaque année une négociation, dans les entreprises où

Plus en détail

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti?

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? L apprenti est un salarié à part entière. À ce titre, les lois, les règlements et la convention collective de la branche professionnelle ou de l entreprise

Plus en détail

SYNTHESE DE LA LOI DU 28 JUILLET 2011 POUR LE DEVELOPPEMENT DE L ALTERNANCE

SYNTHESE DE LA LOI DU 28 JUILLET 2011 POUR LE DEVELOPPEMENT DE L ALTERNANCE SYNTHESE DE LA LOI DU 28 JUILLET 2011 POUR LE DEVELOPPEMENT DE L ALTERNANCE Article 1 er Création d une carte d étudiant des métiers pour les apprentis et certains jeunes en contrats de professionnalisation

Plus en détail

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2009 à 9h30 «Les régimes de la Fonction publique et les autres régimes spéciaux : le point sur les réformes récentes» Document N 10 Document

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

L IMPACT DE LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI SUR LES ENTREPRISES DE

L IMPACT DE LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI SUR LES ENTREPRISES DE L IMPACT DE LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI SUR LES ENTREPRISES DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE La Loi n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l'emploi a été publiée au Journal officiel

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

La loi n 2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques

La loi n 2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques NEWSLETTER SOCIALE S E P T E M B R E 2 0 1 5 L actualité en matière sociale a été riche au cours de la période estivale avec notamment la publication le 6 août dernier de la loi pour la croissance, l activité

Plus en détail

Les obligations sociales des employeurs

Les obligations sociales des employeurs Animateur : Benoît BOUMARD Réunion information 28 Mars 2013 Les obligations sociales des employeurs Les formalités incontournables de l embauche Le formalisme des contrats particuliers Les obligations

Plus en détail

Les aides financières

Les aides financières Entreprises La réforme de l apprentissage L ACCUEIL DES STAGIAIRES Les aides financières Focus sur la réforme de l apprentissage La loi du 5 mars 2014 sur la réforme de l apprentissage et de l enseignement

Plus en détail

Notice : Cotisations cabinets d économistes de la construction métreurs-vérificateurs

Notice : Cotisations cabinets d économistes de la construction métreurs-vérificateurs Notice : Cotisations cabinets d économistes de la construction métreurs-vérificateurs Quels sont les employeurs concernés par ces cotisations? Seuls, les employeurs de métropole et des départements d outre-mer

Plus en détail

2ème trimestre 2015 COMPTE DE PRÉVENTION PÉNIBILITÉ. Paiement des cotisations au plus tard le 17 août 2015

2ème trimestre 2015 COMPTE DE PRÉVENTION PÉNIBILITÉ. Paiement des cotisations au plus tard le 17 août 2015 Attention, cette notice d information n est plus transmise sous forme papier. En cas de besoin, elle pourra vous être adressée (uniquement sur demande). 2ème trimestre 2015 V ous recevez votre déclaration

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 Montreuil, le 16/10/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 OBJET : Loi n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du

Plus en détail

Avalanche de mesures sur le front social : Pourquoi les entreprises doivent elles s adapter à la nouvelle donne?

Avalanche de mesures sur le front social : Pourquoi les entreprises doivent elles s adapter à la nouvelle donne? DOSSIER : Mesures sociales Avalanche de mesures sur le front social : Pourquoi les entreprises doivent elles s adapter à la nouvelle donne? Philippe Lobet Directeur associé plobet@ +33 6 08 71 07 04 Contrat

Plus en détail

SALARIÉS INTÉRIMAIRES ETT DE MOINS DE 10 SALARIÉS PLAN DE FORMATION MODE D EMPLOI. v1-11/2013 - photo : gettyimages

SALARIÉS INTÉRIMAIRES ETT DE MOINS DE 10 SALARIÉS PLAN DE FORMATION MODE D EMPLOI. v1-11/2013 - photo : gettyimages Permettre aux intérimaires d acquérir des compétences et des savoir-faire transférables Favoriser l acquisition de compétences et savoir-faire complémentaires, en lien avec leur qualification ou avec l

Plus en détail

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33 F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME ENTREPRISES, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA FORMATION PROFESSIONNELLE. FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

Loi n 2011-893 du 28 Juillet pour le développement de l alternance et la sécurisation des parcours professionnels

Loi n 2011-893 du 28 Juillet pour le développement de l alternance et la sécurisation des parcours professionnels Loi n 2011-893 du 28 Juillet pour le développement de l alternance et la sécurisation des parcours professionnels La loi n 2011-893 du 28 juillet 2011 comporte différentes mesures visant notamment à développer

Plus en détail

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La Loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2011 institue une prime de partage des profits, ou

Plus en détail

. Réforme de la formation. professionnelle continue Impacts pour les entreprises

. Réforme de la formation. professionnelle continue Impacts pour les entreprises professionnelle continue Impacts pour les entreprises . Réforme de Les points clés de la réforme De nouvelles obligations pour les employeurs Des droits nouveaux pour les salariés Des obligations financières

Plus en détail

Fiche pratique. A qui s adresse les emplois d avenir? Quels employeurs?

Fiche pratique. A qui s adresse les emplois d avenir? Quels employeurs? Fiche pratique A qui s adresse l'emploi d'avenir? Quels employeurs? Quel type de contrat de travail? Quelle durée de contrat dans le cas du CDD? Quels engagements? Quel suivi? Quel financement du contrat?

Plus en détail

CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION

CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION Intégrer de nouveaux salariés en les formant à vos métiers Définir un parcours de formation, interne et/ou externe, adapté aux spécificités de votre ETT Valoriser la transmission des savoir-faire et des

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > L'intéressement

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > L'intéressement L'intéressement Textes de référence : Loi n 2001-152 du 19 /02/2001 Lettre circulaire Acoss n 2001-056 du 10 avril 2001 rappelant les modifications apportées aux mécanismes de l épargne salariale Circulaire

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE TAXE D'APPRENTISSAGE 2015 SERVITAXE. Réforme de la Taxe d Apprentissage. servitaxe@compagnons-du-devoir.com. Des experts à votre écoute

GUIDE PRATIQUE TAXE D'APPRENTISSAGE 2015 SERVITAXE. Réforme de la Taxe d Apprentissage. servitaxe@compagnons-du-devoir.com. Des experts à votre écoute TAXE D'APPRENTISSAGE 2015 2015 Réforme de la Taxe d Apprentissage SERVITAXE Des experts à votre écoute SERVITAXE TAXE 0800 94 66 99 contact@servitaxe,org servitaxe@compagnons-du-devoir.com GUIDE PRATIQUE

Plus en détail

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS Edition 2014 SOMMAIRE Editorial de Monsieur le préfet. 1 Le pacte est au service des entreprises et des ménages 2-3

Plus en détail