LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE"

Transcription

1 LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE COMPLEMENTAIRE SUR UN SALAIRE A TEMPS PLEIN Ludivine LEROUX, juriste au sein des équipes du pôle Veille d ADP, nous propose une lecture synthétique des principales caractéristiques sur le maintien des cotisations vieillesse et retraite complémentaire sur un salaire à temps plein. Les salariés titulaires d un emploi à temps partiel, ainsi que ceux dont la rémunération ne peut être déterminée selon un nombre d heures travaillées, peuvent voir leur base de calcul des cotisations de vieillesse du régime général de la Sécurité sociale portée à hauteur du salaire correspondant à leur activité à temps plein et ce, afin d augmenter leur droit à la retraite (CSS, art. L ). Les commissions paritaires de l Agirc et de l Arrco ont décidé d étendre cette possibilité aux régimes de retraite complémentaire Agirc et Arrco (circulaire Agirc-Arrco n DRE du 21 décembre 2005). I. LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSE SUR UN SALAIRE TEMPS PLEIN 1 LE CHAMP D APPLICATION 1.1. Les employeurs concernés Le dispositif de maintien des cotisations vieillesse sur le salaire équivalent temps plein peut être mis en œuvre par les employeurs entrant dans le champ de l obligation d assurance chômage. Tous les employeurs du secteur privé sont concernés (CSS, art. R , I). Sont également visés : l État, les collectivités territoriales, les établissements publics administratifs, les établissements publics industriels et commerciaux, les chambres des métiers, les chambres du commerce et d industrie pour leurs personnels affiliés au régime général de l assurance vieillesse (CSS, art. R , I) Les salariés bénéficiaires Créé à l origine en faveur des salariés à temps plein passant à temps partiel, le dispositif de maintien de l assiette des cotisations d assurance vieillesse est étendu à l ensemble des salariés employés à temps partiel et aux salariés à employeurs multiples. Deux catégories de salariés ouvrent droit à ce dispositif (CSS, art. R ) : Les salariés titulaires d un contrat de travail à temps partiel tel que défini par l article L du code du travail. Sont des salariés à temps partiel, au sens de ces dispositions, les salariés dont la durée du travail est fixée à un niveau inférieur à la durée légale ou conventionnelle hebdomadaire, mensuelle ou annuelle. Cette durée est

2 obligatoirement fixée en heures. Peu importe que le salarié ait été embauché directement à temps partiel ou que son contrat soit passé d un temps plein à un temps partiel. Les salariés titulaires d un contrat de travail donnant lieu au versement d une rémunération ne pouvant être déterminée en fonction d un nombre d heures travaillées, à condition toutefois que cette rémunération soit inférieure à celle considérée comme correspondant à un temps plein. Aux termes de l article D du code de la Sécurité sociale, cette catégorie recouvre : - les salariés sous convention individuelle de forfait annuel en heures ; - les salariés sous convention individuelle de forfait annuel en jours, seulement si le forfait annuel prévu par la convention individuelle est inférieur au nombre maximum de jours fixés par l accord collectif ; - les travailleurs à domicile ; - les concierges et employés d immeuble à usage d habitation. Le dispositif du maintien de l assiette des cotisations vieillesse peut également être mis en œuvre lorsque le salarié a plusieurs employeurs. Compte tenu de la finalité de ce dispositif, il convient de souligner que, lorsque la rémunération perçue à temps partiel est au moins égale au plafond de la Sécurité sociale, ou lorsque le total des rémunérations effectivement versées par les employeurs (en cas de multi-employeur) est supérieur au plafond de la Sécurité sociale, le maintien de l assiette ne présente pas d intérêt pour les salariés. Les salariés dont la rémunération ne peut être déterminée en fonction d un nombre d heures ne sont pas éligibles au dispositif lorsque le nombre d heures équivalant à la rémunération mensuelle est égal ou supérieur à la durée du travail à temps plein. 2. LA MISE EN ŒUVRE DU MAINTIEN DES COTISATIONS 2.1. La nécessité d un accord écrit entre l employeur et le salarié Le maintien de l assiette des cotisations vieillesse est mis en œuvre par un accord entre l employeur et le salarié. Cet accord doit être écrit, daté et signé des deux parties. Il peut figurer dans le contrat de travail initial, ou dans un avenant si l accord est postérieur à la conclusion du contrat (CSS, art. R , I). Il n est pas nécessaire de conclure un accord collectif. Lorsque l employeur prend en charge tout ou partie de la cotisation salariale résultant du maintien de l assiette des cotisations d assurance vieillesse, l accord écrit doit mentionner la proportion, la durée et les modalités de cette prise en charge (CSS, art. R , II). L employeur n est pas tenu de proposer ou d accepter la demande du salarié d appliquer le dispositif du maintien des cotisations vieillesse. Inversement, le salarié n est pas non plus tenu d accepter la demande de l employeur. Lorsque la transformation du contrat de travail à temps plein en temps partiel constitue une alternative au licenciement pour motif économique, l employeur est tenu de proposer le maintien de l assiette à hauteur de la rémunération à temps plein à l ensemble

3 des salariés dont le contrat est transformé. Cette proposition doit être notifiée à chaque salarié par lettre recommandée avec accusé de réception (CSS, art. R ) La durée de l accord entre l employeur et le salarié Date d application du maintien L accord écrit entre l employeur et le salarié fixe la date à partir de laquelle les rémunérations versées se voient appliquer le maintien des cotisations vieillesse. Cette date ne peut être antérieure ni à la date de conclusion de l accord ou de l avenant, ni à celle à laquelle le salarié remplit les conditions (CSS, art. R ). Si la date ne correspond pas au premier jour d un mois, elle est reportée au premier jour du mois suivant. En l absence de date fixée par l accord, le dispositif s applique aux cotisations afférentes aux rémunérations versées à partir : - du premier jour du mois suivant la date de sa conclusion ; - ou du premier jour du mois suivant la date à laquelle le salarié remplit les conditions exigées, si elle est postérieure à la date de conclusion de l accord. En cas de transformation d un contrat de travail à temps complet en contrat à temps partiel, deux situations peuvent exister selon que l entreprise pratique ou non un décalage en paie : Pour une demande de passage à temps partiel avec maintien des cotisations signée par accord le 14 décembre 2014 Cas général Décalage de paie Mois de paie Janvier Décembre Date de versement de 25 janvier Entre le 1 er et le 10 e jour de janvier salaire Application du maintien 1 er janvier er février 2015 En cas de décalage de paie, report d un mois Dénonciation de l accord Chacune des parties peut dénoncer l accord. La dénonciation émanant de l employeur ne peut intervenir avant l expiration d un délai d un an à compter de sa date d effet (ou délai supérieur si l employeur s est engagé sur un délai plus long). Quel que soit l auteur de la dénonciation, elle doit être notifiée à l autre partie et mentionnée dans un avenant au contrat de travail. En cas de dénonciation, un délai de 5 ans à compter de celle-ci doit s écouler avant de pouvoir conclure un nouvel accord au titre d un même contrat de travail (CSS, art. R ) Date de cessation du maintien

4 Le dispositif cesse d être applicable au premier jour du mois suivant (CSS, art. R , III), soit : - la notification de la dénonciation de l accord à l autre partie ; - lorsque le salarié cesse de remplir les conditions d application exigées ; - lorsque le contrat de travail prend fin. Exemples : Date de notification de la dénonciation, de cessation du contrat de travail Date où les conditions ne sont plus remplies Date de cessation du dispositif de maintien des cotisations d assurance vieillesse 15 janvier er février janvier er février février er mars MODALITÉS DE CALCUL DES COTISATIONS D ASSURANCE VIEILLESSE Lorsque le maintien d assiette est appliqué, l assiette des cotisations d assurance vieillesse est déterminée pour chaque mois comme si le salarié exerçait son activité à temps complet. La rémunération correspondant à l activité exercée à temps plein constitue l assiette des cotisations d assurance vieillesse : les autres cotisations et contributions sont calculées en fonction de la rémunération réelle versée au salarié. L assiette des cotisations d assurance vieillesse est décomposée en deux parties (circ. Acoss du 17 février 1995, n 4511) : - rémunération réelle de l activité à temps partiel ; - supplément d assiette correspondant à la différence entre ce montant et celui de la rémunération de l activité à temps plein Détermination du salaire temps plein Salariés à temps partiel Le salaire reconstitué temps plein est égal au produit de la rémunération mensuelle et du rapport entre la durée du travail à temps plein et le nombre d heures rémunérées au cours du mois (CSS, art. R ), soit : Formule (CSS, art. R ) Salaire reconstitué temps plein = éé ç é à ééé Exemple Rémunération : 900 Temps de travail : 80 heures Durée du travail pratiquée dans l entreprise : 151,67 heures Salaire reconstitué = 900 x (151,67/80) = 1 706,29 La rémunération mensuelle prise en compte est la rémunération mensuelle brute versée au cours du mois civil correspondant.

5 Le nombre d heures rémunérées correspond à l ensemble des heures rémunérées au cours du mois y compris les heures complémentaires (lettre circ. DRRSD 176 du 14 décembre 2005 n 2-1). La durée du travail à temps plein s entend de la durée légale de travail calculée sur le mois ou, si elle est inférieure, la durée mensuelle de travail fixée pour la branche ou l entreprise où la durée mensuelle de travail est applicable dans l établissement (CSS, art. R ) Salariés non rémunérés selon un nombre d heures Pour les salariés non rémunérés en fonction d un nombre d heures mensuel, il faut retenir comme «nombre d heures rémunérées sur le mois» un nombre d heures reconstituées. Il existe plusieurs modalités de détermination du nombre d heures équivalant à la rémunération mensuelle. En effet, l article D du code de la Sécurité sociale distingue trois modalités de reconstitution de ce nombre d heures équivalant à la rémunération mensuelle selon la situation du salarié. Situation du salarié Salariés sous convention de forfait annuel en heures Travailleurs à domicile, concierges et employés d immeuble à usage d habitation Autres salariés dont la rémunération n est pas déterminée en fonction des heures de travail Formules (CSS, art. D ) Nombre d heures reconstituées =!,# Nombre d heures reconstituées = éé $ %&'( Nombre d heures reconstituées = éé $ #) % %&'( Exemples Rémunération : Forfait annuel : h Nombre d heures équivalant à la rémunération mensuelle = (1 508h/45,7) x 52/12 = 142,99 h Rémunération temps plein = x (151,67/142,99) = 2 651,76 Rémunération : Au 1 er janvier 2015 : nombre d heures équivalant à la rémunération mensuelle à temps plein = 1 000/9,61 = 104,06 h Rémunération temps plein = x (151,67/104,06) = 1 457,52 Rémunération : Forfait annuel : 190 jours SMIC majoré 70 % au 1 er janvier 2015 : 16,34 Nombre d heures équivalant à la rémunération mensuelle = 1 800/16,34 = 110,16 h Rémunération temps plein = x (151,67/110,16) = 2 478,27 Le SMIC est pris en compte pour sa valeur la plus élevée au cours de la période d emploi rémunérée Cas des salariés à employeurs multiples Le dispositif peut être mis en œuvre lorsque le salarié a plusieurs employeurs. Selon l article R V du code de la Sécurité sociale, le maintien de l assiette des cotisations d assurance vieillesse se fait selon les mêmes modalités que pour les autres salariés (temps partiel ou salarié non rémunéré selon un nombre d heures).

6 Lorsque le cumul des rémunérations reconstituées ou versées atteint ou excède le plafond de la Sécurité sociale, il convient de mettre en œuvre les dispositions de l article L du code de la Sécurité sociale. Les cotisations plafonnées doivent être réparties entre les différents employeurs au prorata des rémunérations. Dans ce cas, chaque employeur, qu il ait accepté de «surcotiser» ou non, devra déterminer son assiette plafonnée selon la règle du prorata suivante : Assiette plafonnée = +,-./ :754;75:<4 9:<96=<é 864 ; =676<>64?;= 9F;G>6 Il appartient au salarié de faire connaître à chacun de ses employeurs, à la fin de chaque mois ou de chaque trimestre, le total des assiettes de cotisations retenues. Ce total se compose des rémunérations perçues lorsqu il n est pas fait application du dispositif et des rémunérations reconstituées à temps complet lorsqu il est fait application du dispositif. Exemple : Un salarié a trois employeurs : - employeur A : 10 h/semaine (43,33 h/mois) rémunérées au SMIC (9,61 /heure) ; - employeur B : 12 h/semaine (52 h/mois) au taux horaire de 10 ; - employeur C : 8 h/semaine (34,67 h/mois) au taux horaire de 13. Les employeurs A et B ont accepté de surcotiser sur la base d un salaire temps plein. Calcul de l assiette des cotisations : Employeur A Employeur B Employeur C Salaire mensuel pour 12 h : (10 x 52 h) = 520 Salaire temps plein : 520 x 151,67/52 =1 516,70 Salaire mensuel pour 10 h : (9,61 x 43,33 h) = 416,40 Salaire temps plein : 416,40 x 151,67/43,33 = 1 457,55 Salaire mensuel pour 8 h : (13 x 34,67 h) = 450,71 Salaire temps plein : 450,71 x 151,67/34,67 = 1 971,71 Le total des assiettes retenues, c est-à-dire les salaires fictifs des employeurs A et B (1 457, ,70 ) et le salaire réel de l employeur C (450,71 ), est de 3 424,96. Il excède le plafond de la Sécurité sociale (3 170 en 2015). Le plafond de cotisations sera de : - employeur A : x 1 457,55/3 424,96 ; - employeur B : x 1 516,70/3 424,96 ; -employeur C : x 450,71/3 424, Incidence de la suspension du contrat de travail avec maintien total ou partiel de la rémunération En cas de suspension du contrat de travail avec maintien total ou partiel de la rémunération, deux modalités de calcul du nombre d heures rémunérées pris en compte au titre des périodes de suspension sont prévues selon la situation du salarié (CSS, art. R ) : - Salarié à temps partiel : le nombre d heures rémunérées pris en compte au titre des périodes de suspension est égal à : (durée de travail que le salarié aurait effectuée s il avait continué à

7 travailler) x (pourcentage de la rémunération restée à la charge de l employeur et soumise à cotisations). - Salariés non rémunérés selon un nombre d heures : le nombre d heures rémunérées pris en compte au titre des périodes de suspension est égal à : (nombre d heures considéré comme équivalent correspondant à la rémunération mensuelle que le salarié aurait perçue s il avait travaillé normalement) x (pourcentage de la rémunération restée à la charge de l employeur et soumise à cotisations). Remarque : en pratique, le pourcentage est déterminé en rapportant la rémunération du mois soumise à cotisations (rémunération de la période travaillée et fraction de salaire à la charge de l employeur et soumise à cotisations) et la rémunération qui aurait été versée si le contrat de travail avait été exécuté normalement La rémunération mensuelle prise en compte Elle correspond à l ensemble des gains et rémunérations définis à l article L du code de la Sécurité sociale au cours du mois civil correspondant (CSS, art. R , II). Doit être pris en compte l ensemble des éléments de rémunération soumis à cotisations de Sécurité sociale au titre du mois pour lequel le maintien de l assiette est calculé Le taux de cotisation applicable Sur l assiette ainsi reconstituée, il convient d appliquer les taux de cotisations fixés à l article D du code de la Sécurité sociale, soit : COTISATIONS D ASSURANCE VIEILLESSE SÉCURITÉ SOCIALE Rémunérations versées Cotisation plafonnée Cotisation déplafonnée Employeur Salarié Employeur Salarié Du 1 er janvier au 31 décembre ,50 % 6,85 % 1,80 % 0,30 % Du 1 er janvier au 31 décembre ,55 % 6,90 % 1,85 % 0,35 % À compter du 1 er janvier ,55 % 6,90 % 1,90 % 0,40 % Prise en charge de la cotisation salariale par l employeur : L employeur peut, s il le souhaite, prendre en charge tout ou partie de la part salariale correspondant à ce supplément d assiette. Cette prise en charge par l employeur n est pas assimilée à une rémunération au sens de l article L du code de la Sécurité sociale. Elle est exonérée de charges sociales (CSS, art. L ). 4. RÈGLES DE NON-CUMUL Le dispositif ne peut pas être appliqué aux salariés dont les cotisations sont calculées sur la base d assiettes ou de cotisations forfaitaires (C. Séc. soc., art. R , IV). Par ailleurs, le maintien de l assiette des cotisations entraîne le renoncement (C. Séc. soc., art. R ) :

8 - à l abattement de plafond prévu à l article L du code de la Sécurité sociale pour les salariés exerçant leur activité à temps partiel ; - à l abattement de plafond prévu au 2 e alinéa de l article L du code de la Sécurité sociale pour les salariés à employeurs multiples et déterminé comme si le salarié occupait un emploi à temps partiel. 5. IMPACTS DU RAPPEL DE SALAIRE En cas de rappel de salaire, il convient de distinguer deux cas (lettre circ. Acoss n , 14 déc. 2005) : - le rappel de salaire porte sur une période au cours de laquelle le dispositif a été appliqué : le montant du rappel de salaire doit être intégré à la rémunération perçue à temps partiel sur le mois considéré ; - le rappel de salaire se rapporte à une période non concernée par le dispositif : il n est pas pris en compte pour la reconstitution du salaire à temps complet. Lorsque le rappel de salaire concerne à la fois des périodes ayant donné lieu à des cotisations sur le salaire réel et des périodes ayant donné lieu au calcul des cotisations d assurance vieillesse sur la rémunération correspondant au temps plein, il est admis que l employeur retienne à son choix l une ou l autre des deux méthodes. 6. DÉCLARATIONS Les employeurs sont tenus d adresser à l organisme de recouvrement un bordereau récapitulatif des cotisations (BRC) lors de chaque versement, ainsi qu une déclaration annuelle des données sociales précisant les sommes perçues par chaque salarié au cours de l année civile écoulée. Compte tenu de l adoption d une assiette différente pour le calcul des cotisations d assurance vieillesse et pour le calcul des autres cotisations, ces différents documents doivent faire apparaître distinctement : - la rémunération réelle versée au salarié ; - le supplément d assiette. Ils doivent être remplis de façon identique, que l employeur prenne ou non en charge la part salariale supplémentaire des cotisations d assurance vieillesse (circ. Acoss du 17 février 1995 n 46 ; circ. ministère de l Emploi du 24 juin 1998 : JO 25, p. 9627). II. EXTENSION DE L OPTION AUX COTISATIONS DE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE (AGIRC-ARRCO) Lorsqu elle est exercée, la faculté de maintenir le calcul de la cotisation d assurance vieillesse du régime général de Sécurité sociale sur un temps plein peut être étendue aux cotisations de retraite complémentaire Agirc et Arrco (délibération Arrco 22 B VIII, délibération Agirc D 25 IX).

9 1. LE CHAMP D APPLICATION Tous les salariés pour lesquels les cotisations d assurance vieillesse sont calculées, en vertu de l article L du code de la Sécurité sociale, sur la base d une rémunération à temps complet peuvent obtenir auprès des régimes de retraite Arrco et Agirc des points de retraite calculés sur la même base. Réservée à l origine aux salariés passant d un temps plein à un temps partiel, l option est désormais offerte : - à l ensemble des salariés travaillant à temps partiel ; - aux salariés cumulant plusieurs emplois à temps partiel ; - aux salariés dont la rémunération n est pas établie selon un nombre d heures travaillées. 2. LA MISE EN ŒUVRE DU MAINTIEN DES COTISATIONS 2.1. Option sur l Arrco Le versement des cotisations de retraite complémentaire sur un salaire temps plein est lié à la levée de l option auprès du régime de base dans le cadre de l article L du code de la Sécurité sociale Option sur l Agirc Par ailleurs, pour pouvoir bénéficier du maintien d assiette à l Agirc, le salarié doit nécessairement relever du régime des cadres à la veille de la transformation La nécessité d un accord entre l employeur et le salarié Comme pour le maintien des cotisations vieillesse, la décision visant à cotiser sur la base des rémunérations reconstituées à temps plein a un caractère individuel : elle nécessite l accord de l employeur et de chaque salarié (délibération Arrco 22 B VIII, délibération Agirc D 25 IX). Cet accord doit figurer dans le contrat de travail ou dans un avenant, si l accord est postérieur à la conclusion du contrat. 3. MODALITÉS DE CALCUL DES COTISATIONS DE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE 3.1. Cotisations concernées Les cotisations de retraite complémentaire (y compris la CET) sont dues sur la base des rémunérations que les salariés auraient perçues pour un travail à temps plein. La cotisation AGFF est due sur le salaire reconstitué temps plein (circ. Agirc-Arrco du 11 avril 2006). Prise en charge de la cotisation salariale par l employeur : Si l employeur prend en charge le supplément de la part salariale de cotisations de retraite complémentaire lié au maintien des cotisations Arrco et Agirc, cette prise en charge est exclue de l assiette des cotisations de Sécurité sociale et de la base CSG-CRDS (circ. DSS/5B du 30 janvier 2009, $ I-D). Depuis le 11 novembre 2010, cette prise en charge est toutefois assujettie au forfait social (CSS, art. L ).

10 3.2. Détermination de la rémunération à prendre en compte Il résulte des délibérations Arrco 22 B VIII et Agirc D 25 IX que la rémunération à considérer pour déterminer l assiette des cotisations est la rémunération reconstituée selon les mêmes modalités que pour le calcul des cotisations d assurance vieillesse du régime général. Cas particuliers : 1 ) Lorsque les cotisations de Sécurité sociale sont dues non pas sur le salaire brut, mais sur une assiette forfaitaire, la base forfaitaire ne s applique pas, sauf exception, pour le calcul des cotisations de retraite complémentaire. Celles-ci sont calculées sur le salaire réellement versé. 2 ) Les cotisations de retraite complémentaire peuvent être calculées sur une assiette fictive dans certaines situations de cessation anticipée d activité ou de suspension ou de réduction d activité (ex. : versement autorisé dans des conditions déterminées par accord collectif lorsque le contrat est suspendu dans le cadre d un congé parental d éducation, d un congé de présence parentale...). Ludivine LEROUX Expert - Pôle juridique

Le régime social des cotisations patronales de protection sociale complémentaire

Le régime social des cotisations patronales de protection sociale complémentaire Le régime social des cotisations patronales de protection sociale complémentaire SOMMAIRE 1 Assujettissement à cotisations sociales... 3 1.1 Cotisations concernées par l exemption d assiette... 3 1.2 Limites

Plus en détail

Indemnités de rupture (régimes social et fiscal)

Indemnités de rupture (régimes social et fiscal) Régimes social et fiscal des indemnités de rupture du contrat de travail au 1 er janvier 2012 Indemnité compensatrice de préavis, de congés payés, de RTT non pris ; indemnité de non-concurrence Assujettie

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Le forfait social

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Le forfait social Le forfait social Textes de référence : Articles L137-15 à L. 137-17 du Code de la Sécurité sociale créés par l article 13 de la loi n 2008-1330 du 17 décembre 2008 de financement de la sécurité sociale

Plus en détail

Heures supplémentaires

Heures supplémentaires Heures supplémentaires Présentation et évolutions des allégements Tepa La loi du 21 août 2007 en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat a créé au 1er octobre 2007, une exonération d impôt

Plus en détail

MODALITES DE LIQUIDATION DE LA RETRAITE, CUMUL EMPLOI RETRAITE ET INCIDENCE ISF

MODALITES DE LIQUIDATION DE LA RETRAITE, CUMUL EMPLOI RETRAITE ET INCIDENCE ISF MODALITES DE LIQUIDATION DE LA RETRAITE, CUMUL EMPLOI RETRAITE ET INCIDENCE ISF I - RETRAITE ET REPRISE D ACTIVITE La loi subordonne le versement d une pension de retraite par le régime général à la cessation

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-052

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-052 PARIS, le 13/03/2007 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2007-052 OBJET : Loi de financement de la Sécurité sociale pour 2007. Mise à la retraite

Plus en détail

[ Exonérations & aides à l emploi ] Le contrat de. professionnalisation. conclu à compter du 1 er janvier 2008 A JOUR AU

[ Exonérations & aides à l emploi ] Le contrat de. professionnalisation. conclu à compter du 1 er janvier 2008 A JOUR AU [ Exonérations & aides à l emploi ] Le contrat de professionnalisation conclu à compter du 1 er janvier 2008 A JOUR AU 1 er janvier 2008 L e contrat de professionnalisation permet à son titulaire d acquérir

Plus en détail

Réduction dite 'Fillon'

Réduction dite 'Fillon' Réduction dite 'Fillon' La réduction générale des cotisations dite «Fillon» est calculée en fonction de la rémunération brute annuelle du salarié. Le calcul du coefficient prend en compte la valeur du

Plus en détail

Pegase3 Seuils d exonération des retraites et prévoyance. Dernière révision le 25.07.2005. http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.

Pegase3 Seuils d exonération des retraites et prévoyance. Dernière révision le 25.07.2005. http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas. Pegase3 Seuils d exonération des retraites et prévoyance Dernière révision le 25.07.2005 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Le décret fixant le seuil d exonération des contributions patronales

Plus en détail

>> Indemnité de licenciement des Mensuels

>> Indemnité de licenciement des Mensuels N d info 1454-10 Informations ASJ 04-03 Pôle Relations Sociales et Juridiques Mise à jour juin 2011 >> Indemnité de licenciement des Mensuels L avenant du 21 juin 2010 à l accord national sur la mensualisation

Plus en détail

La rémunération de l apprenti :

La rémunération de l apprenti : F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

Catégorie de salariés

Catégorie de salariés Catégorie de salariés Contractuellement, les catégories de salariés sont définies par le code CPN (catégorie professionnelle normalisée) et le libellé de la catégorie. Ces valeurs n étant pas connues dans

Plus en détail

[ Exonérations & aides à l emploi ] Le contrat de professionnalisation. conclu à compter du 1 er janvier 2008 À JOUR AU

[ Exonérations & aides à l emploi ] Le contrat de professionnalisation. conclu à compter du 1 er janvier 2008 À JOUR AU [ Exonérations & aides à l emploi ] Le contrat de professionnalisation conclu à compter du 1 er janvier 2008 À JOUR AU 1 er mars 2011 Le contrat de professionnalisation permet à son titulaire d acquérir

Plus en détail

Charges sociales obligatoires sur les salaires

Charges sociales obligatoires sur les salaires Affaires sociales et formation professionnelle Circulaire AS N 07.14 23/01/2014 Charges sociales obligatoires sur les salaires Taux au 1 er janvier 2014 Vous trouverez ci-dessous le tableau des charges

Plus en détail

Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE)

Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE) Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE) Le crédit d impôt compétitivité emploi (CICE) est la première mesure prévue par le Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Infos pratiques

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Infos pratiques Infos pratiques Base de calcul Eléments soumis à cotisations Toutes les sommes et avantages attribués en contrepartie ou à l'occasion du travail sont soumis à cotisations tels que : - les salaires et assimilés,

Plus en détail

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Textes de référence : Article L242-1 et L 871-1 du code de la Sécurité sociale. Article D242-1, R 871-1 et R 871-2 du code de la Sécurité sociale. Loi

Plus en détail

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015 MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Récapitulatif des formalités à respecter Rédiger le document formalisant la Décision Unilatérale. Pour vous aider

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2006-040

LETTRE CIRCULAIRE N 2006-040 PARIS, le 15/02/2006 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2006-040 OBJET : Bonus exceptionnel d'un montant maximum de 1.000 euros L'article 17 de la loi

Plus en détail

La réduction. des cotisations patronales. À jour au 1 er janvier 2014

La réduction. des cotisations patronales. À jour au 1 er janvier 2014 Le point sur ( ) La réduction des cotisations patronales À jour au 1 er janvier 2014 Services aux cotisants Études et statistiques Services aux partenaires Contrôle Ressources informatiques 2 La réduction

Plus en détail

[ Exonérations & aides à l emploi ] Le contrat d avenir À JOUR AU

[ Exonérations & aides à l emploi ] Le contrat d avenir À JOUR AU [ Exonérations & aides à l emploi ] Le contrat d avenir À JOUR AU 1 er janvier 2009 L e contrat d avenir vise à faciliter l insertion sociale et professionnelle des bénéficiaires de l allocation de revenu

Plus en détail

AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE

AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE Date : 25/05//11 N Affaires sociales : 23.11 ANNUALISATION DE LA REDUCTION DES COTISATIONS PATRONALES DE

Plus en détail

Xavier Remongin/Min.agri.fr. Soutien à l emploi et au pouvoir d achat. Exonération des cotisations sociales sur les heures supplémentaires

Xavier Remongin/Min.agri.fr. Soutien à l emploi et au pouvoir d achat. Exonération des cotisations sociales sur les heures supplémentaires 2008 Xavier Remongin/Min.agri.fr Soutien à l emploi et au pouvoir d achat Exonération des cotisations sociales sur les heures supplémentaires Depuis le 1er octobre 2007, les employeurs agricoles qui ont

Plus en détail

Il est fixé à 6% de la masse salariale en 2014 (contre 4% en 2013) de l entreprise selon un mode de calcul présenté ci-après.

Il est fixé à 6% de la masse salariale en 2014 (contre 4% en 2013) de l entreprise selon un mode de calcul présenté ci-après. Crédit d Impôt Compétitivité et Emploi (CICE) : Base de calcul et Montant N hésitez pas à consulter la circulaire ci-jointe intitulée «CICE COMMENT L OBTENIR» celle-ci vous informant sur les modalités

Plus en détail

Les Apprentis doivent-ils être déclarés pour les régimes de retraite complémentaire?

Les Apprentis doivent-ils être déclarés pour les régimes de retraite complémentaire? APPRENTIS Les Apprentis doivent-ils être déclarés pour les régimes de retraite complémentaire? Les apprentis acquièrent des droits à la retraite complémentaire, et doivent être déclarés même s'ils ne cotisent

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PÊCHE, DE LA RURALITÉ ET DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PÊCHE, DE LA RURALITÉ ET DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PÊCHE, DE LA RURALITÉ ET DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord collectif national COMPTE ÉPARGNE-TEMPS DANS LES EXPLOITATIONS

Plus en détail

LES INDEMNITES CONVENTIONNELLES DE LICENCIEMENT A PARTIR DU 1 ER MAI 2010

LES INDEMNITES CONVENTIONNELLES DE LICENCIEMENT A PARTIR DU 1 ER MAI 2010 LES INDEMNITES CONVENTIONNELLES DE LICENCIEMENT A PARTIR DU 1 ER MAI 2010 L avenant du 15 septembre 2009, étendu par un arrêté du 16 avril 2010 (JO du 27 avril 2010) modifie les articles 17 et 18 du chapitre

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION REGIME DE PREVOYANCE OBLIGATOIRE PERSONNEL CONCERNE Bénéficie des garanties, l ensemble du personnel ne relevant

Plus en détail

Mise à jour 17/04/2012

Mise à jour 17/04/2012 Mise à jour 17/04/2012 Le maintien de salaire Incidence sur le bulletin de paye CCB 21 mai 2010 En application des dispositions de la convention collective du 21mai 2010 Note de synthèse réalisée par les

Plus en détail

Mesdames et messieurs les directeurs des caisses d'assurance retraite et de la santé au travail et des caisses générales de sécurité sociale

Mesdames et messieurs les directeurs des caisses d'assurance retraite et de la santé au travail et des caisses générales de sécurité sociale Circulaire Objet : dont la date d effet est fixée à compter du 1 er janvier 2015 Référence : 2014-65 Date : 23 décembre 2014 Direction juridique et de la réglementation nationale Département réglementation

Plus en détail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail En principe, l ensemble des sommes versées aux salariées en contrepartie ou à l occasion du travail sont considérées comme une

Plus en détail

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4 LETTRE D ACTUALITE SOCIALE GROUP S MANAGEMENT SERVICES DONNEES ET CHIFFRES CLES POUR 2015 SOCIAL : GENERALITES ET ELEMENTS DE COTISATIONS 2 SMIC ET MINIMUM GARANTI 2 PLAFOND DE LA SECURITE SOCIALE 2 FORFAIT

Plus en détail

ACTUALITES DE LA PAYE SEPTEMBRE 2012

ACTUALITES DE LA PAYE SEPTEMBRE 2012 ACTUALITES DE LA PAYE SEPTEMBRE 2012 PRECISION SUR LE NOUVEAU REGIME SOCIAL DES HEURES SUPPLEMENTAIRES... 2 PRECISION SUR LE NOUVEAU REGIME DE FORFAIT SOCIAL... 5 LES HEURES SUPPLEMENTAIRES ET COMPLEMENTAIRES

Plus en détail

Charges sociales : ce qui change pour les entreprises à partir du 1 er janvier 2015

Charges sociales : ce qui change pour les entreprises à partir du 1 er janvier 2015 Charges sociales : ce qui change pour les entreprises à partir du 1 er janvier 2015 MEDEF Actu-Eco semaine du 16 au 20 juin 2014 1 Avertissement : nous sommes dans l attente de plusieurs textes réglementaires

Plus en détail

LES ZONES DE REVITALISATION RURALE (ZRR)

LES ZONES DE REVITALISATION RURALE (ZRR) LES ZONES DE REVITALISATION RURALE (ZRR) Les zones de revitalisation rurale Les entreprises implantées en zone de revitalisation rurale (ZRR), ainsi que les organismes d'intérêt général implantés en ZRR

Plus en détail

Comme chaque début d année, voici les principales informations à connaître pour établir la feuille de paie à partir de janvier 2014.

Comme chaque début d année, voici les principales informations à connaître pour établir la feuille de paie à partir de janvier 2014. Les changements sur la feuille de paie en 2014 2014-01-03 00:00:00 Comme chaque début d année, voici les principales informations à connaître pour établir la feuille de paie à partir de janvier 2014. Barèmes

Plus en détail

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 Les salaires minima applicables à compter du 1 er janvier 2015 CCN n 3241 En résumé : I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 L avenant n 21 sur les salaires minima

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances Direction de la sécurité sociale Sous-direction du financement de la sécurité sociale Bureau de la législation financière

Plus en détail

MODALITES D ACQUISITION DES CHÈQUES-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES

MODALITES D ACQUISITION DES CHÈQUES-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES MODALITES D ACQUISITION DES CHÈQUES-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES Les Chèques-Vacances, institués par l ordonnance n 82-283 du 26 mars 1982, sont des titres, de 10 et 20 euros,

Plus en détail

La lettre du. Les évolutions du régime de prévoyance

La lettre du. Les évolutions du régime de prévoyance La lettre du N 12 Novembre 2011 Les évolutions du régime de prévoyance Depuis l accord initial du 19 mars 2003 qui a mis en place un régime de prévoyance pour la branche du commerce de détail de l habillement

Plus en détail

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33 F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord collectif

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord collectif MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Accord collectif PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS NON CADRES (Picardie et Aisne) (17

Plus en détail

-L employeur et le salarié signent une convention qui fixe, notamment, la date de rupture du contrat.

-L employeur et le salarié signent une convention qui fixe, notamment, la date de rupture du contrat. LA RUPTURE CONVENTIONNELLE 1-LE PRINCIPE La rupture conventionnelle a été instaurée dans le cadre de la loi du 25 juin 2008. Elle constitue un mode de rupture amiable spécifique au contrat de travail à

Plus en détail

Vous êtes retraité au titre d une activité salariée ou assimilée salariée (régime général)

Vous êtes retraité au titre d une activité salariée ou assimilée salariée (régime général) Vous êtes à la retraite et vous souhaitez créer une entreprise, les conséquences sur le versement de votre pension et sur votre protection sociale Si vous créez une entreprise, vous serez affilié et cotiserez

Plus en détail

CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3247 Convention collective nationale IDCC : 1513. ACTIVITÉS DE PRODUCTION DES

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3332 Convention collective nationale IDCC : 2564. VÉTÉRINAIRES (Praticiens salariés) AVENANT N 30 DU 19 OCTOBRE 2011

Plus en détail

Principaux changements

Principaux changements Affaires sociales et formation professionnelle Circulaire AS N 06.15 du 15/01/15 Principaux changements Les nouveautés au 1 er janvier 2015 Nous vous présentons ci-après les principales mesures à caractère

Plus en détail

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE Contexte : Loi FILLON du 23 Août 2003 : - modification des limites d exonération, - fixation de nouvelles caractéristiques

Plus en détail

Régime de garanties collectives obligatoires. Remboursement des frais de santé au personnel salarié.

Régime de garanties collectives obligatoires. Remboursement des frais de santé au personnel salarié. Direction des Ressources Humaines Direction de l'economie RH et des Ressources Destinataires Tous services Contact GASPAR Emilia Tél : Fax : E-mail : Date de validité A partir du 1 er ' janvier 2009 Régime

Plus en détail

Le contrat de travail à temps partiel

Le contrat de travail à temps partiel Le contrat de travail à temps partiel 1) Travail à temps partiel : de quoi s agit-il? Est considéré comme salarié à temps partiel le salarié dont la durée du travail est inférieure : - à la durée légale

Plus en détail

LE CABINET HÉBERT & ASSOCIÉS VOUS INFORME... Les heures supplémentaires et complémentaires

LE CABINET HÉBERT & ASSOCIÉS VOUS INFORME... Les heures supplémentaires et complémentaires LE CABINET HÉBERT & ASSOCIÉS VOUS INFORME... Les heures supplémentaires et complémentaires Limoges, le 17 octobre 2007 Madame, Monsieur et Cher Client, La Loi 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur du Travail,

Plus en détail

HEURES CONCERNEES PAR LE DISPOSITIF

HEURES CONCERNEES PAR LE DISPOSITIF COMMUNICATION SUR LA LOI EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT Source : Loi n 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat. Parue au Journal Officiel

Plus en détail

2,5 x SMIC horaire x [(12 x 151,67) + nombre d'heures complémentaires ou supplémentaires)] rémunération totale.

2,5 x SMIC horaire x [(12 x 151,67) + nombre d'heures complémentaires ou supplémentaires)] rémunération totale. QUESTION- DU 6 DECEMBRE 2013 2. Calcul du CICE Quelles sont les règles d arrondi? Le montant du CICE, du plafond d'éligibilité et de l'assiette est arrondi à l'euro le plus proche. La fraction d'euro égale

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-118

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-118 PARIS, le 11/08/2005 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2005-118 OBJET : «Questions-réponses» relatif à la rémunération du droit à l image collective

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3175 Convention collective nationale IDCC : 1909. ORGANISMES DE TOURISME

Plus en détail

LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT

LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT Textes applicables : LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT Loi n 2008-111 du 8 février 2008 J.O. du 9 février 2008 Circulaire DGT / DSS n 2008-46 du 12 février 2008. Circulaire ACOSS n 2008-039 du 18 mars 2008.

Plus en détail

Le SMIC au 1 er janvier 2016

Le SMIC au 1 er janvier 2016 Affaires sociales et formation professionnelle Circulaire AS N 26.15 du 24/12/15 Le SMIC au 1 er janvier 2016 Publication du décret portant relèvement du SMIC et du minimum garanti I Le relèvement du SMIC

Plus en détail

Annualisation de la réduction «Fillon»

Annualisation de la réduction «Fillon» Textes applicables - Article 12 de la LFSS pour 2011 - Décret n 2010-1779 du 31/12/2010 (JO 1 er janvier 2011) - Circulaire DSS/D5B/SG/SAFSL/SDTPS n 2011-34 du 27/01/2011 - Article 16 de la loi de financement

Plus en détail

AVENANTS A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES INGENIEURS ET CADRES ET A L ACCORD NATIONAL SUR LA MENSUALISATION (non-cadres) UIMM 26-07

AVENANTS A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES INGENIEURS ET CADRES ET A L ACCORD NATIONAL SUR LA MENSUALISATION (non-cadres) UIMM 26-07 21 septembre 2010 Période d essai, indemnité de licenciement, indemnité départ à la retraite, GPEC, dialogue social, DIF et chômage partiel, harcèlement moral AVENANTS A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE

Plus en détail

Paramètres 2015. Les chiffres pour établir vos déclarations retraite, prévoyance et Congés. 1. Les plafonds des régimes

Paramètres 2015. Les chiffres pour établir vos déclarations retraite, prévoyance et Congés. 1. Les plafonds des régimes Paramètres 2015 Les chiffres pour établir vos déclarations retraite, prévoyance et Congés Audiens Retraite Arrco Audiens Retraite Agirc Audiens prévoyance Congés Spectacles Sommaire... Les plafonds des

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Nouveautés légales Décembre 2010

NOTE D INFORMATION. Nouveautés légales Décembre 2010 NOTE D INFORMATION Objet : Modification du plan de paie Nouveautés légales Décembre 2010 Sources : - Décret n 2010-1305 du 29 octobre 2010, Publié au Journal Officiel le 31 octobre 2010. - Décret n 2010-1305

Plus en détail

LE DISPOSITIF DE CUMUL EMPLOI / RETRAITE

LE DISPOSITIF DE CUMUL EMPLOI / RETRAITE 09/09/09 LE DISPOSITIF DE CUMUL EMPLOI / RETRAITE fiches pratiques SOMMAIRE introduction le cumul emploi-retraite dans le régime général de la sécurité sociale 1. Conditions d ouverture du droit au cumul

Plus en détail

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007.

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. La lettre du N 6 Décembre 2007 La Réforme des Heures Supplémentaires La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. Elle prévoit : Pour le salarié : une réduction des

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs

Plus en détail

4ème trimestre 2014 APPRENTIS CRÉDIT D IMPÔT POUR LA COMPÉTITIVITÉ ET L EMPLOI (CICE) Paiement des cotisations au plus tard le 16 février 2015

4ème trimestre 2014 APPRENTIS CRÉDIT D IMPÔT POUR LA COMPÉTITIVITÉ ET L EMPLOI (CICE) Paiement des cotisations au plus tard le 16 février 2015 Attention, cette notice d information n est plus transmise sous forme papier. En cas de besoin, elle pourra vous être adressée (uniquement sur demande). 4ème trimestre 2014 V ous recevez votre déclaration

Plus en détail

L indispensable à la croissance de votre entreprise LE VRP MULTICARTE! Petit aujourd hui forcément grand demain CCVRP

L indispensable à la croissance de votre entreprise LE VRP MULTICARTE! Petit aujourd hui forcément grand demain CCVRP CCVRP 7 et 9 rue Frédérick-Lemaître 75971 PARIS CEDEX 20 Téléphone : 01 40 33 77 77 Télécopie : 01 47 97 75 44 Site : www.ccvrp.com Mail : accueil@ccvrp.com Petit aujourd hui forcément grand demain Organisme

Plus en détail

Les contrats aidés. Conclusion du contrat Formalités. Les étapes : - Contrat établi par un formulaire CERFA à remplir

Les contrats aidés. Conclusion du contrat Formalités. Les étapes : - Contrat établi par un formulaire CERFA à remplir Définition Champ d application Conclusion du contrat Formalités Durée du contrat et conditions d emploi Rémunération Aides et avantages sociaux particuliers Contrat de professionnalisation Contrat de formation

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Accord départemental PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS NON CADRES DES EXPLOITATIONS AGRICOLES

Plus en détail

Le plan d épargne entreprise (ou PEE)

Le plan d épargne entreprise (ou PEE) Pégase 3 Le plan d épargne entreprise (ou PEE) Dernière révision le 18/05/2009 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Versement des participants... 4 Versement de l intéressement sur le

Plus en détail

HEURES SUPPLEMENTAIRES : NOUVELLES MESURES SOCIALES ET FISCALES

HEURES SUPPLEMENTAIRES : NOUVELLES MESURES SOCIALES ET FISCALES N 123 SOCIAL n 47 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le ISSN 1769-4000 HEURES SUPPLEMENTAIRES : NOUVELLES MESURES SOCIALES ET FISCALES L essentiel La loi n 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur

Plus en détail

La Réduction Générale de cotisations dite «Réduction Fillon» à compter du 1 er Janvier 2012

La Réduction Générale de cotisations dite «Réduction Fillon» à compter du 1 er Janvier 2012 La Réduction Générale de cotisations dite «Réduction Fillon» à compter du 1 er Janvier 2012 A/ Préambule La loi de financement de la Sécurité Sociale pour 2012 modifie le mode de calcul de la réduction

Plus en détail

Déclaration Sociale Nominative. Guide Acoss : comment déclarer les cotisations Urssaf en DSN Mai 2015 Version 1.4 avec mise à jour le 20.05.

Déclaration Sociale Nominative. Guide Acoss : comment déclarer les cotisations Urssaf en DSN Mai 2015 Version 1.4 avec mise à jour le 20.05. Déclaration Sociale Nominative Guide Acoss : comment déclarer les cotisations Urssaf en DSN Mai 2015 Version 1.4 avec mise à jour le 20.05.2015 Modifications par rapport à la version précédente du 16 avril

Plus en détail

DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE»

DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE» DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE» Document remis à chaque salarié, pour la mise en place de garanties collectives couvrant les frais médicaux. Préambule

Plus en détail

Le compte personnel de formation, mode d emploi

Le compte personnel de formation, mode d emploi Le compte personnel de formation, mode d emploi C est fait : le décret relatif aux modalités de mobilisation et de financement du compte personnel de formation est publié au Journal Officiel du 4 octobre

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3265 Convention collective nationale IDCC : 1672. SOCIÉTÉS D ASSURANCES (6 e édition. Juillet 2003) Brochure

Plus en détail

LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC

LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC Les fiches consacrées aux agents non titulaires de droit public ne concernent que les actes de recrutement (contrats

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel OFFICES PUBLICS DE L HABITAT ACCORD DU 12 JUILLET 2012 RELATIF À LA

Plus en détail

«Travailler plus pour gagner plus» : modalités pratiques des dispositions sur les heures supplémentaires

«Travailler plus pour gagner plus» : modalités pratiques des dispositions sur les heures supplémentaires SYNTHESE Social Textes et références Loi n 2007-1233 du 21 août 2007 (JO 22 août) en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat (article 1) Décret n 2007-1380 du 24 septembre 2007 (JO 25 septembre)

Plus en détail

Sal a on o d es e s se s r e v r i v ce c s e s à à la a personne Fps/2009

Sal a on o d es e s se s r e v r i v ce c s e s à à la a personne Fps/2009 Salon des services à la personne Groupe IRCEM - emplois de la famille - Entreprises privées et associations prestataires : Tout savoir sur vos obligations en matière de protection sociale Salon des services

Plus en détail

Actualité du Droit Social

Actualité du Droit Social 1 Actualité du Droit Social janvier 2012 Table des matières 1. Actualité jurisprudentielle... 2 1.1 Obligation de sécurité-résultat de l employeur... 2 1.2 Modification de la durée du travail... 2 1.3

Plus en détail

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle...

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... MODE D EMPLOI Valérie Coutteron LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... LA LOI N 2008-111 DU 8 FÉVRIER 2008 pour le pouvoir

Plus en détail

La prise en compte du travail à temps partiel dans les droits à retraite des différents régimes

La prise en compte du travail à temps partiel dans les droits à retraite des différents régimes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 juillet 2014 à 9 h 30 «Carrières précaires, carrières incomplètes et retraite» Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil La prise

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

IRCANTEC : Stagiaires et titulaires à TNC < 28h LE CONGE MATERNITE

IRCANTEC : Stagiaires et titulaires à TNC < 28h LE CONGE MATERNITE indisponibilité texte en tête physique taille 16 n 9 IRCANTEC : Stagiaires et titulaires à TNC < 28h LE CONGE MATERNITE 1. Références, définition et conditions d octroi Références : article 57-5 de la

Plus en détail

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 CDD : COTISATIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LES CDD DE COURTE DUREE À partir du 1er juillet 2013, la cotisation patronale d assurance

Plus en détail

MODIFICATION DU CALCUL DES IJSS CONTRÔLE DES ARRÊTS MALADIE : LES DÉLAIS EN CAS DE SUSPENSION DE VERSEMENT DES IJSS

MODIFICATION DU CALCUL DES IJSS CONTRÔLE DES ARRÊTS MALADIE : LES DÉLAIS EN CAS DE SUSPENSION DE VERSEMENT DES IJSS N-Nour SEPTEMBRE 2010 MODIFICATION DU CALCUL DES IJSS Le ministère de la Santé envisage de modifier le calcul du taux des indemnités journalières de la Sécurité Sociale. Cette modification entrera en vigueur

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs de biens, sociétés immobilières,

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-122

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-122 PARIS, le 24/10/2007 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2007-122 OBJET : Loi n 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur du travail, de l'emploi et

Plus en détail

JOURNEE DE SOLIDARITE

JOURNEE DE SOLIDARITE JOURNEE DE SOLIDARITE 15/12/2014 La loi n 2004-626 du 30 juin 2004 a introduit dans le code du travail un article L 212-16 relatif à l institution d une journée de solidarité «en vue d assurer le financement

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE n 2012 0000063

LETTRE CIRCULAIRE n 2012 0000063 LETTRE CIRCULAIRE n 2012 0000063 GRANDE DIFFUSION Réf Classement 1.028 Montreuil, le 24/05/2012 24/05/2012 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE POLE GESTION DES COMPTES COTISANTS

Plus en détail

Taux des charges sociales sur les salaires Année 2015. Ce qui change au 1 er janvier 2015

Taux des charges sociales sur les salaires Année 2015. Ce qui change au 1 er janvier 2015 les infos DAS - n 017 23 janvier 2015 Taux des charges sociales sur les salaires Année 2015 Ce qui change au 1 er janvier 2015 Nouvelle cotisation patronale au fonds de financement des syndicats Assurance

Plus en détail

Les cotisations volontaires

Les cotisations volontaires Les cotisations volontaires Qui est concerné? Conditions générales de mise en place d un dispositif de cotisations volontaires Taux de cotisations volontaires Certains salariés peuvent être amenés à diminuer

Plus en détail

INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR

INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR A L EMPLOI (ARE) POUR QUI? Pour vous si : Vous avez travaillé au minimum 122 jours (ou 610 heures)

Plus en détail

Notice : Cotisations greffes des tribunaux de commerce

Notice : Cotisations greffes des tribunaux de commerce Notice : Cotisations greffes des tribunaux de commerce Quels sont les employeurs concernés par ces cotisations? Seuls les employeurs de métropole des greffes des Tribunaux de Commerce (à l exclusion des

Plus en détail

Heures supplémentaires/complémentaires ce qui change au 1 er octobre 2007

Heures supplémentaires/complémentaires ce qui change au 1 er octobre 2007 Heures supplémentaires/complémentaires ce qui change au 1 er octobre 2007 1. Le cadre législatif : - champ d application - définition des heures supplémentaires et complémentaires - durée légale et maximale

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, du travail, et de la solidarité. Ministère de la santé, de la famille, et des personnes handicapées

Ministère des affaires sociales, du travail, et de la solidarité. Ministère de la santé, de la famille, et des personnes handicapées Ministère des affaires sociales, du travail, et de la solidarité Ministère de la santé, de la famille, et des personnes handicapées DSS SDFSS BUREAU 5B Mise en œuvre de la réduction générale de cotisations

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE. Base juridique

NOTE JURIDIQUE. Base juridique Conseil Technique National Service juridique droit des personnes et des familles NOTE JURIDIQUE - SECURITE SOCIALE - OBJET : Retraite anticipée des fonctionnaires handicapés Base juridique Article L.24

Plus en détail

L ADOSSEMENT DE LA CAISSE NATIONALE DES INDUSTRIES ELECTRIQUES ET GAZIERES AU REGIME GENERAL

L ADOSSEMENT DE LA CAISSE NATIONALE DES INDUSTRIES ELECTRIQUES ET GAZIERES AU REGIME GENERAL L ADOSSEMENT DE LA CAISSE NATIONALE DES INDUSTRIES ELECTRIQUES ET GAZIERES AU REGIME GENERAL La loi du 9 août 2004 relative au service public de l électricité et du gaz et aux entreprises électriques et

Plus en détail

Les employeurs dont les salariés entrent dans le champ de l'assurance chômage. A NOTER :

Les employeurs dont les salariés entrent dans le champ de l'assurance chômage. A NOTER : Loi n 2003-47 du 17 janvier 2003 Décret 2003-487 du 11 juin 2003 Loi n 2004-1484 du 30 décembre 2004 Décret 2007-968 du 15 mai 2007 Décret n 2007-1380 du 24 septembre 2007 Loi n 2010-1594 du 20 décembre

Plus en détail