LE 1 er BAROMETRE ANNUEL DES ETUDES DE MARCHE (FRANCE) - Résultats Une ini5a5ve. avec le sou5en de

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE 1 er BAROMETRE ANNUEL DES ETUDES DE MARCHE (FRANCE) - Résultats 2012. Une ini5a5ve. avec le sou5en de"

Transcription

1 LE 1 er BAROMETRE ANNUEL DES ETUDES DE MARCHE (FRANCE) - Résultats 2012 Une ini5a5ve / avec le sou5en de - Comment est orienté le budget «études marke5ng» des annonceurs pour 2012? - Quels sont les réarbitrages en cours du côté de la demande, chez les «acheteurs / consommateurs» d études? Plus d études qualita5ves ou plus de quan5? Du stratégique? Du tac5que? D études de marque? D innova5on? De sa5sfac5on? - Quelles sont les orienta5ons «techniques» de ces acheteurs? - Vers qui les annonceurs prévoient- ils de se tourner : vers les grands ins5tuts? Les pe5tes structures? Les généralistes ou les spécialistes? Vont- ils se concentrer sur leurs prestataires habituels ou élargir leur porlolio? Voici une paree des queseons dont nous vous proposons de trouver les réponses ici, avec les résultats de la première vague du baromètre Market Research News / Callson, reposant sur l interroga5on d un échan5llon représenta5f de 300 annonceurs.

2 SOMMAIRE METHODOLOGIE et principales caractériseques de l échanellon interrogé Pages 3 et 4 PRINCIPAUX RESULTATS 1. Quelle est l orienta5on du budget «études marke5ng» des annonceurs pour 2012? 2. Quelles sont les probléma5ques d études que les annonceurs vont privilégier en 2012? 3. Quelles sont les techniques d études que les annonceurs prévoient d u5liser sur 2012? 4. Comment devrait évoluer la nature des demandes : plus de recueil ou plus de conseil? Plus de tac5que ou de stratégique, plus d études de fond ou plus d usage immédiat? 5. Vers quels types de sociétés les acheteurs d études ont- ils prévu de se tourner en 2012? Page 5 Pages 6 à 8 Pages 9 à 12 Page 13 Pages 14 à 15 Nota de présenta7on : dans l ensemble des graphes joints, les chiffres correspondent aux arrondis des valeurs exactes, un chiffre après la virgule. C est ce qui explique que les totaux apparents ne font pas toujours 100. Des éclairages complémentaires sur l image des sociétés d études feront l objet d une communica7on d ici quelques semaines APPENDICE Remerciements et contacts Page 16 2

3 METHODOLOGIE UTILISEE et principales caractéris5ques de la popula5on interrogée Résumé de la méthodologie uelisée 300 acheteurs d études (travaillant chez les annonceurs), responsables de la ges5on des projets d études marke5ng pour tout ou par5e de leur ac5vité Interviews réalisées par téléphone entre le 6 janvier et le 6 mars, sur une durée totale de 8 semaines (permeaant une exploita5on op5male du fichier source) Un fichier adresses consetué par recoupement de différentes sources : Fichier LeFac.com, base visiteurs du Semo, base qualifiée Market Research News et annuaires professionnels Applica5on d un léger redressement, de façon à retrouver une ven5la5on des budgets études consolidés équivalente à la structure indiquée par Syntec Etudes Marke5ng et Opinion (chiffres 2010) Extrait de la liste des sociétés interrogées : Accor, ADP, ATAC, Bouygues Télécom, Bouygues Immobilier, Brasseries Kronenbourg, Celio, Chris5an Dior Parfums, Clarins, Crédit Agricole, Crédit Du Nord, Danone, Dim, EDF, Fromageries Bel, Gan, Géant, General Mills, GMF, Groupe Marie Claire, Guerlain, HSBC, IGN, Keolis, L Oréal, La Française des Jeux, LCL, Leroy Merlin, Les Mousquetaires, Maaf, Maif, Moët Hennessy, Nestlé, Orange, Pages Jaunes, Pernod Ricard, Pfizer, Procter & Gamble France, PSA, Seita, SFR, Sony Music,... Principales caractériseques de la populaeon interrogée Quelle est votre fonceon? Nota : 87% des personnes interrogées travaillent dans une entité marketing (ou études marketing) 31%$ 43%$ 10%$ 3%$ 4%$ 8%$ Directeur/) Responsable) Marke4ng) Directeur)/ Responsable) des)études) Chargé)d'études) Stratégie)/) Veille) Communica4on) Autres) ()préciser))) Jusqu ici, vous avez travaillé... 3

4 METHODOLOGIE UTILISEE et principales caractéris5ques de la popula5on interrogée (suite) Principales caractériseques de la populaeon interrogée (suite) Etes- vous bien responsable de la geseon des études markeeng au sein de votre société? 45%$ 55%$ Exclus du champs de l étude Oui,%c'est%l'essen-el%de% mon%ac-vité% Oui,%c'est%une%par-e%de% mon%ac-vité% 0%$ Non%(je%ne%gère%pas%les% études)% Quel est le montant du budget d études dont vous êtes responsable? Le budget études directement géré par les interviewés est en moyenne de 620 K / an 33%# 29%# 13%# 26%# Jusqu'à'100'K ' Plus'de'100'K 'à' 500'K ' Plus'de'500'K 'à' 1000'K ' Plus'de'1000'K ' Le budget que vous gérez représente quelle proporeon du budget études total de votre entreprise? L'acEvité pour laquelle vous réalisez vos études markeeng est- elle.. 4

5 1. Des budgets d études markeeng majoritairement stables pour 2012, avec néanmoins une peete «contraceon» de crise... Je vous propose que nous parlions de vos perspeceves de dépenses en maeères d études markeeng sur En comparaison avec 2011, vous diriez qu elles devraient : Fortement augmenter / Plutôt augmenter / Rester stable / Plutôt diminuer / Fortement diminuer? Evolu5on pondérée des budgets - 1 à - 2 % vs 2011 Total «augmenter» = 21 % Total «diminuer» = 32 % Commentaires Un budget n est pas une prévision absolue, il est d abord et avant tout un cadre, une orienta5on générale suscep5ble de s infléchir en cours d année. Mais il donne bien évidemment un éclairage important sur la tonalité la plus vraisemblable de l année à venir. En l occurrence, les résultats de la 1 ère édieon de ce baromètre indique une tonalité relaevement équilibrée pour 2012, plus en tout cas qu on ne pouvait le craindre, avec un budget stable pour la quasi moi5é des 300 entreprises interrogées. On lit néanmoins une probable peete contraceon des dépenses, qui apparait d une part avec ce déséquilibre entre les baisses et les augmenta5ons de budgets (32% vs 21%), mais aussi au travers de la moyenne pondérée des évolu5ons déclarées (qui 5ent compte du fait qu une baisse de X % n aura pas le même effet sur le marché selon qu elle s applique à un budget de 100 K ou à un budget supérieur à 1M ). Compte tenu de la taille de notre échan5llon (300 entreprises), et des différentes méthodes de calcul possibles (en tenant compte ou pas des varia5ons extrêmes), nous obtenons une évolueon globale qui serait de l ordre de - 1 à - 2%. Une analyse plus détaillée ne fait pas ressor5r de différences flagrantes selon les grands secteurs d ac5vité des entreprises concernées. En revanche, et même s il convient de garder une rela5ve prudence compte tenu de la taille des bases, on observe des évolueons sensiblement nuancées selon les tailles de budgets. En résumé, plus les budgets sont importants, plus ils évoluent à la baisse en A contrario, les plus pe5ts budgets semblent plus épargnés, avec même un solde posi5f entre les hausses et les baisses. 5

6 2. Une large paleie de besoins à couvrir, avec une demande plus focalisée sur la connaissance des cibles, l innovaeon, et la saesfaceon des clients Je vais maintenant évoquer différentes thémaeques d'études. Pour chacune d'elles, je vais vous demander si, en 2012, vos dépenses devraient... La connaissance des cibles (Usages et axtudes, segmenta5ons,...) 28% 16% hausse baisse = + 12 Les études de veille ou de prospec5ve Marché 23% 10% hausse baisse = + 13 Les offres, les innova5ons 26% 14% hausse baisse = + 12 L image et le posi5onnement des marques 22% 15% hausse baisse = + 7 La communica5on publicitaire (Pré et Post- tests,...) 14% 15% hausse baisse = - 1 Suite 6

7 PRINCIPAUX RESULTATS 2. Une large paleie de besoins à couvrir, avec une demande plus focalisée sur la connaissance des cibles, l innovaeon, et la saesfaceon des clients (suite) Je vais maintenant évoquer différentes thémaeques d'études. Pour chacune d'elles, je vais vous demander si, en 2012, vos dépenses devraient... 8% 12% Les médias hausse baisse = - 4 La distribu5on et les comportements en points de vente 20% 10% hausse baisse = % 5% La sa5sfac5on et la fidélité des clients hausse baisse = % 12% La qualité des produits ou des services hausse baisse = + 7 9% 6% L ergonomie (produit, site internet,...) hausse baisse = % Le climat interne de l entreprise 7% hausse baisse = + 11 Baromètre Market Research News / Callson - Résultats 2012 Suite 7

8 2. Une large paleie de besoins à couvrir, avec une demande plus focalisée sur la connaissance des cibles, l innovaeon, et la saesfaceon des clients (suite) Commentaires Comment faire plus avec moins? Cela semble bien être, en résumé, la grande probléma5que des «acheteurs d études», côté annonceurs. Si ceux- ci annoncent en effet des budgets globaux plutôt stables ou en légère baisse, dès lors que l on rentre dans le détail des probléma5ques, le solde des hausses et des baisses est quasi systéma5quement posi5f! Est- ce à dire que les annonceurs ne savent pas compter? Certainement pas! En l occurrence, ils devront bien composer avec les budgets globaux qui ont été alloués aux études. Mais le fait de rentrer plus dans le détail des probléma5ques met en exergue l importance et la variété des besoins des annonceurs. Même si les «acheteurs» d études devront donc composer avec des budgets insuffisants pour traiter toutes les probléma5ques qui sont les leurs, on voit néanmoins se dessiner quelques évolu5ons vraisemblables de la demande, avec des réarbitrages qui devraient jouer plus favorablement pour certains thèmes. 3 thèmes semblent devoir bénéficier d un mouvement posi5f sur Si on les classe en fonc5on du différen5el relevé entre les progressions et les baisses de budget, cela donnerait le palmarès suivant : 1. Le thème de la sa5sfac5on et de la fidélité des clients, qui est naturellement une probléma5que par5culièrement inves5guée par les entreprises et les sociétés d études, et qui devrait logiquement con5nuer à avoir le vent en poupe. On peut noter aussi que les indicateurs sont également plutôt au vert pour ce qui est des études de sa5sfac5on «interne» et de climat social. 2. Le thème de l offre et de l innova5on, ce qui recouvre là encore une paleae extrêmement variée d approches et d études, des plus «jetables» au plus «durables»... Ceae théma5que a toujours concentré une large part des budgets d études des annonceurs, mais il est clair que le contexte économique que nous vivons n est pas neutre : la nécessité de sécuriser les choix faits en ma5ères d offre n a peut- être jamais été aussi forte! Rien n interdit de penser que ce contexte puisse aussi mener à des réarbitrages qui soient plus favorables aux éclairages propres à nourrir les innova5ons de rupture plus que les innova5ons dites de «rénova5on». 3. Et last but not least, la connaissance des cibles, avec toute la diversité des éclairages que cela peut recouvrir (Usages et Axtudes, segmenta5ons, études prospec5ves,...), ce qui semble témoigner d un besoin exacerbé de re- écouter fondamentalement le marché. Comme cela a été évoqué dans le cadre de notre dossier «spécial segmenta5on», il est aussi vraisemblable que les évolu5ons des techniques de recueil (avec une baisse des coûts) facilite aussi ce retour (?) vers les études un peu fondamentales de connaissance des cibles. A ce palmarès pourrait également s ajouter la théma5que de la distribu5on et des comportements en points de vente, qui semble également être bien placé dans la tête des acheteurs d études. Là encore, crise aidant, il y a des «moments de vérité» du consommateur qu il ne vaut mieux pas louper, la bonne connaissance de ce qui se passe dans les points de vente en faisant bien sûr par5culièrement par5e. A contrario, certaines théma5ques risquent d être moins présentes dans les demandes des annonceurs sur C est par5culièrement le cas des études publicitaires, qui est une des seules théma5ques (avec celle des médias) pour laquelle nous enregistrons un solde néga5f entre les hausses et les baisses de budget. Mais aaen5on là aussi, le mouvement n est pas univoque, les marques de la grande consomma5on se singularisant par une forte propor5on de progressions budgétaires pour ce poste... 8

9 3. Côté «technique» : un léger avantage aux études qualitaeves, et une progression qui devrait encore se poursuivre pour les études on- line... En 2012, vos orientaeons devraient aller plus à l avantage... 36% 23% des études qualitaeves des études quanetaeves du recueil online 42% 25% du recueil off line (téléphone, face à face) Commentaires Là encore, il serait abusif de considérer ces chiffres comme étant des prévisions absolues. Mais ils ont toutes les chances d être révélateurs de tendances significa5ves côté annonceurs. Sur ces grandes «op5ons techniques», la donnée à la fois la plus spectaculaire et la plus logique concerne la progression des études online. Celles- ci ont connu une croissance accélérée, avec un poids dans les études quan5ta5ves qui a doublé en quatre ans ; on ne devrait manifestement pas en rester là, puisque plus de 40% des annonceurs déclarent qu ils s orienteront plus massivement vers ce mode de recueil en La France semble en tout cas être en train de raarapper son retard sur le on line, devenu la 1 ère méthode en CA au monde (source Esomar GMR 2011) L autre tendance est peut- être un peu plus surprenante, mais elle est néanmoins assez neae : il y a bien une aspira5on globale à privilégier un peu plus les études qualita5ves, au détriment donc du quan5ta5f. Cela rejoint l impression dominante qui ressort de nos échanges avec les annonceurs : le quali a plutôt bonne presse! Il est évident qu en cours d année, les choix réels se feront au cas par cas, en fonc5on des probléma5ques que les annonceurs auront à adresser, mais il y a fort à parier néanmoins que cet «appé5t» pour les études qualita5ves se traduira bien dans les faits d une manière ou d une autre. En creux, si les tendances les plus favorables s expriment pour le quali et le quan5 on- line, cela signifie logiquement que le quan5 off line (téléphone et face à face) devra être fortement valorisé par les acteurs de l offre pour ses avantages spécifiques, ainsi que pour sa capacité à s intégrer dans des combinaisons mul5- modales. Suite 9

10 3. Côté «technique» (suite) : un équilibre de prudence et d expérimentaeon... Je vais maintenant évoquer certaines techniques d'études, et vous demander quel usage vous en prévoyez sur Pensez vous ueliser... (sur base hors NSP) Des études quanetaeves sur panel on line Des études quanetaeves sur vos propres panels Des études qualitaeves online Des études quanetaeves sur téléphone mobile Suite 10

11 3. Côté «technique» (suite) : un équilibre de prudence et d expérimentaeon... Je vais maintenant évoquer certaines techniques d'études, et vous demander quel usage vous en prévoyez sur Pensez vous ueliser... (sur base hors NSP) Des mesures d émoeons non verbales (réac5ons faciales, mesures physiologiques,...) Des mesures d Eye Tracking Des analyses des verbaems collectés sur le web (forums, réseaux sociaux,...) Des études faisant appel à de la réalité virtuelle (magasins / linéaires, produits,...) Suite 11

12 3. Côté «technique» (suite) : un équilibre de prudence et d expérimentaeon... Commentaires Au travers de ceae baaerie de ques5ons, il ne s agissait pas de traiter de l ensemble des techniques d études possibles et imaginables, la paleae étant bien évidemment trop étendue pour cela. Mais il s agissait d obtenir des indicateurs d usage sur un pe5t ensemble de techniques par5culièrement présentes dans les nouvelles offres des sociétés d études et dans les échanges sur les médias sociaux. Au travers des réponses obtenues, il nous semble possible de faire ressor5r 3 grandes familles de techniques : 1. Les techniques fortement u5lisées, avec un usage occasionnel ou régulier pour plus de la moi5é des personnes interrogées. C est essen5ellement le cas des études quan5ta5ves online, avec un taux d usage de 66%, et un incrément poten5el de «testeurs» de 9% pour Même si l on observe une «résistance» auprès d un quart des acheteurs d études, ces chiffres témoignent bien de la diffusion par5culièrement rapide du mode online en quan5. (Nous resterons prudents sur les résultats obtenus à la ques5on des études sur les panels en propre des annonceurs, avec une pe5te interroga5on quant à sa bonne compréhension). 2. Les techniques pour lesquelles le taux d usage est médian, avec un cumul «occasionnel + régulier» compris entre 25 et 50%. Ceae famille intègre en par5culier : Les études qualita5ves online, aujourd hui u5lisées par quasiment la moi5é des annonceurs. On note cependant à la fois que cet usage est plutôt ponctuel, mais aussi qu il fait l objet d une résistance non négligeable, 36% de nos «acheteurs» étant dans la situa5on de pas u5liser ceae technique et de ne pas avoir l inten5on de la tester en Il devrait néanmoins y avoir pas mal d expérimenta5on sur ceae année, avec un taux de test de 17%. L analyse des verba5ms collectés sur le web, dont l usage est d ores et déjà présent pour 43% des personnes interrogées, et qui devrait connaitre un développement soutenu en 2012, 24% des acheteurs d études ayant prévu de tester ce type d approche dans l année. 3. Et enfin la famille des techniques dont l usage régulier ou occasionnel est encore inférieur à 25%, et qui doivent sans doute encore faire un travail de communica5on et de pédagogie sur les avantages qu elles apportent : Le Eye Tracking, qui est encore modérément u5lisé, et surtout de manière ponctuelle. On enregistre néanmoins une propor5on non négligeable de tests poten5els, auprès de 15% de nos acheteurs d études. Les mesures d émo5ons non- verbales, pour lesquels les taux d usage serait de 13% (avec un probable effet de sur- déclara5on), et avec 7% de testeurs poten5els. Ce type de mesures (que l on peut qualifier de cousines de celles réalisées avec des disposi5fs d eye tracking) ouvre pourtant des perspec5ves très intéressantes (cf. les précédents dossiers sur marketresearchnews.fr, sur l évolu5on conjointe des sciences et de la recherche marke5ng). Ces approches doivent vraisemblablement faire l objet d un travail encore assez important de communica5on et de partage d expérience pour convaincre plus massivement les acheteurs d études. Et enfin les études faisant appel à de la réalité virtuelle (linéaires ou produits virtuels), pour lesquelles l usage régulier est très faible, mais qui peuvent néanmoins susciter un effet de «curiosité» intéressant en 2012 (9% des annonceurs pensent le pra5quer en test). Suite 12

13 4. Plus de stratégique que de taceque, plus de conseil... Mais surtout des études immédiatement uelisables! En 2012, vos orientaeons devraient aller plus à l avantage... 22% 46% des études taceques des études stratégiques 30% 39% des prestaeons centrées sur le recueil des prestaeons à forte dimension conseil 48% 19% des études immédiatement uelisables des études ou des analyses de fond Commentaires Voici trois graphes qui semblent résumer beaucoup de choses, et qui donnent sans doute la mesure de la difficulté qu il peut y avoir parfois à sa5sfaire la demande des annonceurs aujourd hui... Bien sûr, il n y a pas de contradic5on absolue à vouloir à la fois plus de conseil, plus d éclairages stratégiques, et plus d évidence immédiate pour ac5on. Mais il n est sans doute pas toujours si simple d y répondre dans une équa5on économique viable... Ces réponses traduisent en tout cas la pression considérable que vivent les acheteurs d études et plus largement les acteurs du marke5ng : celle du temps. Mais ceae pression n exclut manifestement pas la conscience du besoin d un plus grand recul stratégique dans la défini5on des op5ons marke5ng. Dit autrement, c est bien le besoin de plus de sens qui ressort de ces chiffres! Suite 13

14 5. Une prime aux peetes structures et aux spécialistes, mais un marché qui reste fondamentalement ouvert En 2012, vos orientaeons devraient aller plus... 32% 28% Vers l internalisaeon des projets d études Vers l externalisaeon des projets d études 19% 31% A l avantage des grands insetuts A l avantage des peetes structures 20% 48% A l avantage des généralistes A l avantage des spécialistes Vers une concentraeon sur vos prestataires habituels 29% 41% Vers la consultaeon de nouvelles sociétés Suite 14

15 5. Une prime aux peetes structures et aux spécialistes, mais un marché qui reste fondamentalement ouvert Commentaires Sur beaucoup de marchés, il y a une sorte de prime de sympathie pour les pe5ts acteurs. Mais on voit ici que la tendance leur est par5culièrement favorable! A notre sens, il ne faut pas sous- es5mer pourtant la puissance des plus grands ins5tuts. Ceux- ci disposent à la fois de moyens importants, dans leur force de frappe commerciale, dans leur capacité à déployer et à promouvoir leur R&D, et dans leur capacité à répondre à des probléma5ques qui sont de plus en plus interna5onales. Cela fait qu une par5e importante du marché peut difficilement leur échapper. Ce qui semble vraisemblable compte tenu de cet aarait pour les pe5tes structures, c est tout simplement que la compé55on risque d être assez sévère entre ces grands ins5tuts, et que les moins performants d entre eux risquent de perdre pas mal de terrain. Les annonceurs semblent par ailleurs neaement plus enclins à solliciter les spécialistes. Est- ce une aaente de fond? Ou bien est- ce lié à une difficulté qu auraient les ins5tuts à à jouer efficacement le rôle de généraliste? A l évidence en tout cas, il y a un réel enjeu pour les acteurs de l offre à préempter et à faire valoir des aspérités et des exper5ses bien spécifiques, dans un marché où les singularités ne sont pas toujours évidentes à repérer. Dans ce contexte de marché où les phénomènes de concentra5on sont par5culièrement importants, force est de considérer en tout cas que les pe5ts spécialistes ont toutes leurs chances. A l évidence, le marché est bien plus ouvert qu il n y paraît à première vue. Que les meilleurs gagnent! Suite 15

16 APPENDICE Qui sommes- nous? Ce projet est une ini5a5ve et une réalisa5on conjuguée de deux sociétés : Market Research News, dont la voca5on s exprime aujourd hui au travers de son site marketresearchnews.fr : être un agent facilitateur de la meilleure rencontre possible entre l offre et la demande dans le domaine des études marke5ng, dans un esprit de valorisa5on de ceae ac5vité, de ses acteurs et de leurs compétences. Callson, qui est une société spécialisée dans les terrains d études, qui dispose d une forte expérience pour inves5guer des cibles complexes (BtoC et BtoB) et maîtriser les complémentarités entre différents modes de recueil (site : Callson.fr) Remerciements Nos premiers remerciements vont naturellement à Esomar, et plus par5culièrement à ses deux représentantes pour la France : Elisabeth Mar5ne- Cosnefroy, et Pascale Zobec. Leur esprit 100% posi5f et leurs conseils ont été des plus précieux pour faciliter le lancement de ce baromètre. Nous tenons également à remercier l ensemble des professionnels que nous avons sollicités et qui ont bien voulu nous donner leurs retours et leurs conseils dans la réalisa5on de ce projet : Fançois Abiven (Repères), Stéphane Marder (LH2), Pascal Gaudin et Richard Bordenave (BVA), Chris5an Barbaray (INIT), Guillaume Weil (CRM Metrix), Pascal Bluteau (WSA), Hughes Cazenave et Luc Balleroy (Opinion Way), Philippe Guibert (Toluna), Benoit Vola5er (Occurrence Syntec Etudes). Nous remercions par avance l ensemble des acteurs qui contribueront à relayer les résultats et les conclusions de la 1ère vague de ce baromètre. Et last but not least, un très grand merci aux 300 personnes qui ont accepté de par5ciper à ceae étude! Posi5fs ou cri5ques, vos avis nous intéressent! Notre par5- pris est de meare cet ou5l au service de la profession des études de marché, des acteurs de l offre comme ceux de la demande. Qu ils soient posi5fs ou cri5ques, vos avis sont donc extrêment importants, de même que vos sugges5ons, pour faire évoluer cet ou5l, et faire en sorte qu il réponde encore mieux à vos aaentes pour les prochaines édi5ons. N hésitez donc surtout pas à vous exprimer et à nous communiquer vos messages à ceae adresse : Contacts - Thierry Semblat (Market Research News) : - Laurent Poggi (Callson) : 16

17 Et pour rester régulièrement informé des nouveautés sur Market Research News, n oubliez pas!

Baromètre Direct Assurance des cyberconsommateurs

Baromètre Direct Assurance des cyberconsommateurs Avril 2013 DIRECT ASSURANCE Baromètre Direct Assurance des cyberconsommateurs 3 ème vague Paris Toronto Shanghaï Buenos Aires Connection creates value Méthodologie Échan0llon Pour ce(e étude, un échan0llon

Plus en détail

Journées Grandes Marques 2014

Journées Grandes Marques 2014 Journées Grandes Marques 2014 IV - CIBLAGE & OMNICANAL TOUCHER SON COEUR DE CIBLE PLUS EFFICACEMENT AVEC L EMAILING COMPORTEMENTAL Hier, le cœur de cible d un annonceur était défini par des critères socio-démographiques.

Plus en détail

LE MOBILE B2B : UN LEVIER BUSINESS INSOUPÇONNÉ

LE MOBILE B2B : UN LEVIER BUSINESS INSOUPÇONNÉ PARTENAIRES MOBILITE LE MOBILE B2B : UN LEVIER BUSINESS INSOUPÇONNÉ PROGRAMME Le mobile B2B est un sujet extrêmement large qui recouvre de nombreux thèmes. Nous aborderons les probléma(ques liées aux offres

Plus en détail

Vers un Système unique d informa4on na4onale de médicaments au Mexique, dans le cadre du suivi de l OMD 8.13

Vers un Système unique d informa4on na4onale de médicaments au Mexique, dans le cadre du suivi de l OMD 8.13 Vers un Système unique d informa4on na4onale de médicaments au Mexique, dans le cadre du suivi de l OMD 8.13 México Angélica Ivonne Cisneros- Luján Lisbonne, 11 septembre 2012 CONTEXTE et DÉSCRIPTION du

Plus en détail

LES RESEAUX SOCIAUX SUR MOBILE : RETOURS D EXPERIENCE

LES RESEAUX SOCIAUX SUR MOBILE : RETOURS D EXPERIENCE PROGRAMME Il y a quelques mois, Facebook annonçait une croissance exceponnelle de ses résultats sur terminaux mobiles, laissant entendre que le réseau social avait enfin compris comment générer des revenus

Plus en détail

Consultants, trouvez de nouveaux marchés grâce aux médias sociaux animé par Valérie March au Salon des micro- entreprises 2012

Consultants, trouvez de nouveaux marchés grâce aux médias sociaux animé par Valérie March au Salon des micro- entreprises 2012 Consultants, trouvez de nouveaux marchés grâce aux médias sociaux animé par Valérie March au Salon des micro- entreprises 2012 Conseils pra,ques et ou,ls pour Prospecter plus efficacement Faire connaître

Plus en détail

- AACC - Le Relationship Score 2009. Synthèse des résultats

- AACC - Le Relationship Score 2009. Synthèse des résultats - AACC - Le Relationship Score 2009 Synthèse des résultats Introduc)on Contexte 1994 : création du concept CAPITAL CLIENT 1995-1996 : 2 vagues d études auprès de 200 entreprises 1997 à 2001 : Enquêtes

Plus en détail

Chapitre 1 «mes chiffres clés à portée de mains»

Chapitre 1 «mes chiffres clés à portée de mains» Chapitre 1 «mes chiffres clés à portée de mains» Le volume des données manipulées par les acteurs du tourisme est de plus en plus important. Au delà des données mé6ers qui se complexifient, les données

Plus en détail

USER EXPERIENCE ET DATA : AUGMENTER LES CONVERSIONS GRÂCE À UN PARCOURS UTILISATEUR OPTIMISÉ

USER EXPERIENCE ET DATA : AUGMENTER LES CONVERSIONS GRÂCE À UN PARCOURS UTILISATEUR OPTIMISÉ PARTENAIRES : E-COMMERCE USER EXPERIENCE ET DATA : AUGMENTER LES CONVERSIONS GRÂCE À UN PARCOURS UTILISATEUR OPTIMISÉ PROGRAMME Comment améliorer le parcours des client en temps réel avec les données collectées

Plus en détail

Le secteur de la Mutualité. Présenta*on des organismes Structure et caractéris*ques des emplois Zoom sur les mé*ers

Le secteur de la Mutualité. Présenta*on des organismes Structure et caractéris*ques des emplois Zoom sur les mé*ers Le secteur de la Mutualité Présenta*on des organismes Structure et caractéris*ques des emplois Zoom sur les mé*ers 1 La protec*on sociale Ensemble des moyens mis en œuvre par un pays pour protéger ses

Plus en détail

Le réseau social des professionnels de la presse pro. Publiez vos articles auprès des professionnels de la presse pro

Le réseau social des professionnels de la presse pro. Publiez vos articles auprès des professionnels de la presse pro Le réseau social des professionnels de la presse pro Publiez vos articles auprès des professionnels de la presse pro QUI SOMMES NOUS? Presse-Connect est le réseau social destiné aux acteurs de la presse

Plus en détail

MOBILE FIRST : PARTIR DU MOBILE POUR DÉVELOPPER ENSUITE LES AUTRES DEVICES OU OPTER POUR LE RESPONSIVE DESIGN?

MOBILE FIRST : PARTIR DU MOBILE POUR DÉVELOPPER ENSUITE LES AUTRES DEVICES OU OPTER POUR LE RESPONSIVE DESIGN? PARTENAIRES MARKETING & SOCIAL MARKETING MOBILE FIRST : PARTIR DU MOBILE POUR DÉVELOPPER ENSUITE LES AUTRES DEVICES OU OPTER POUR LE RESPONSIVE DESIGN? PROGRAMME La mobilité et la mulplicité des écrans

Plus en détail

BTS Assurance et passerelles mé2ers en Mutualité

BTS Assurance et passerelles mé2ers en Mutualité BTS Assurance et passerelles mé2ers en Mutualité Le BTS Assurance vous prépare à exercer des responsabilités dans le domaine de la souscrip2on des assurances ou du règlement des sinistres Lieux d exercice

Plus en détail

Les Français, l épargne et l assurance vie Une enquête Ipsos pour la Fédéra;on Française des Sociétés d Assurances. Janvier 2013

Les Français, l épargne et l assurance vie Une enquête Ipsos pour la Fédéra;on Française des Sociétés d Assurances. Janvier 2013 Les Français, l épargne et l assurance vie Une enquête Ipsos pour la Fédéra;on Française des Sociétés d Assurances Janvier 2013 Fiche technique Sondage effectué pour : La Fédéra;on Française des Sociétés

Plus en détail

BENCHMARKING TRAINING CONSULTING

BENCHMARKING TRAINING CONSULTING BENCHMARKING TRAINING CONSULTING Basé en Bretagne, à Rennes, DataMaster dédie son ac4vité aux mé4ers de la Bureau4que depuis plus de quatre ans. Véritable partenaire des distributeurs en solu4ons d impression,

Plus en détail

Présenta)on de Mathieu Jaspard Coordinateur de recherches. Gilles Condé A0aché de recherches

Présenta)on de Mathieu Jaspard Coordinateur de recherches. Gilles Condé A0aché de recherches Sous la direc4on de Guénaël Devillet Directeur du SEGEFA Université de Liège Réalisation d un Schéma de Développement Commercial sur le territoire communal de Nivelles Séance d information publique - Phase

Plus en détail

FORMATION GOOGLE ANALYTICS

FORMATION GOOGLE ANALYTICS FORMATION GOOGLE ANALYTICS L OBJECTIF DE LA FORMATION : Paramétrer par rapport à ses objec0fs, lire les performances de son site, gérer et op0miser ses sources de trafic Comprendre les fondamentaux de

Plus en détail

PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DU LIVRE BLANC BIG DATA

PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DU LIVRE BLANC BIG DATA PARTENAIRES BIG DATA PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DU LIVRE BLANC BIG DATA Le Livre Blanc de l EBG a pour ambion d'entrer dans le concret du Big Data. Finis les concepts flous et les formules vagues : nous

Plus en détail

Les Organisa+ons Non- Gouvernementales et les réseaux sociaux

Les Organisa+ons Non- Gouvernementales et les réseaux sociaux Les Organisa+ons Non- Gouvernementales et les réseaux sociaux en partenariat avec : Pe1t- déjeuner du 13 janvier 2015 2014 Harris Interac1ve Inc. All rights reserved. SOMMAIRE > Méthodologie d enquête

Plus en détail

Atelier éco évènement. ADEME Nouvelle Calédonie 3 juillet 2014

Atelier éco évènement. ADEME Nouvelle Calédonie 3 juillet 2014 Atelier éco évènement ADEME Nouvelle Calédonie 3 juillet 2014 Comment organiser une anima>on préven>on lors d un éco événement : exemple des gobelets réu>lisables consignés. Animatrice : Catherine Guillaume

Plus en détail

LA DIGITALISATION DE LA RELATION CLIENT

LA DIGITALISATION DE LA RELATION CLIENT PARTENAIRES ENTREPRISE ET TRANSFORMATION DIGITALE LA DIGITALISATION DE LA RELATION CLIENT PROGRAMME Face à la mulplicaon des canaux digitaux de communicaon, à l évoluon des comportements des clients et

Plus en détail

DIRECT ASSURANCE. Les femmes et la cyberconsommation. Etude Direct Assurance Juin 2012 - Focus sur les cyberconsommatrices.

DIRECT ASSURANCE. Les femmes et la cyberconsommation. Etude Direct Assurance Juin 2012 - Focus sur les cyberconsommatrices. Etude Direct Assurance Juin 2012 - Focus sur les cyberconsommatrices Juin 2012 DIRECT ASSURANCE Les femmes et la cyberconsommation Paris Toronto Shanghaï Buenos Aires Connection creates value Méthodologie

Plus en détail

Cabinet de Conseil STRATÉGIE MANAGEMENT ORGANISATION JURIDIQUE FORMATION AVEC BW CONSULTANTS CHOISISSEZ DE GARANTIR VOTRE DEVELOPPEMENT

Cabinet de Conseil STRATÉGIE MANAGEMENT ORGANISATION JURIDIQUE FORMATION AVEC BW CONSULTANTS CHOISISSEZ DE GARANTIR VOTRE DEVELOPPEMENT Cabinet de Conseil STRATÉGIE MANAGEMENT ORGANISATION JURIDIQUE FORMATION 1 Pourquoi nous choisir? Le chef d entreprise, surtout s il est propriétaire, déteste l aventure. Notre Objec>f est de vous accompagner

Plus en détail

Chapitre 4 La prise en compte de l informa6on dans le modèle de marché

Chapitre 4 La prise en compte de l informa6on dans le modèle de marché Chapitre 4 La prise en compte de l informa6on dans le modèle de marché Microéconomie 2014/2015 Rappel Chapitre 1 Hypothèses du modèle canonique concurrence pure et parfaite: Atomicité des agents Biens

Plus en détail

BENCHMARK CONCURRENTIEL PERMANENT : PRIX, CONDITIONS, PROMOTIONS, INNOVATIONS

BENCHMARK CONCURRENTIEL PERMANENT : PRIX, CONDITIONS, PROMOTIONS, INNOVATIONS PARTENAIRES E-COMMERCE BENCHMARK CONCURRENTIEL PERMANENT : PRIX, CONDITIONS, PROMOTIONS, INNOVATIONS PROGRAMME Alors que le taux d équipement d appareils numériques explose, les consommateurs passent de

Plus en détail

Les 10 étapes clés pour trouver des clients par internet

Les 10 étapes clés pour trouver des clients par internet Les 10 étapes clés pour trouver des clients par internet Guide pour les entreprises de Home Staging 1 L auteur : Adrian Measures Adrian Measures est responsable du marke@ng sur internet et fondateur de

Plus en détail

une étude ANDRH - FEFAUR mars 2013 BILAN ET PERSPECTIVES DE LA GESTION DES TALENTS DANS LES ENTREPRISES EN FRANCE avec le sou@en de

une étude ANDRH - FEFAUR mars 2013 BILAN ET PERSPECTIVES DE LA GESTION DES TALENTS DANS LES ENTREPRISES EN FRANCE avec le sou@en de une étude ANDRH - FEFAUR mars 2013 BILAN ET PERSPECTIVES DE LA GESTION DES TALENTS DANS LES ENTREPRISES EN FRANCE avec le sou@en de 2 Edito La ques(on des talents va s imposer rapidement dans l agenda

Plus en détail

CATALOGUE 2015 Forma!ons courtes PARCOURS TRADUCTION

CATALOGUE 2015 Forma!ons courtes PARCOURS TRADUCTION CATALOGUE 2015 Forma!ons courtes PARCOURS TRADUCTION - 21, rue d Assas 75270 Paris Cedex 06 Tél. : +33(1) 42 22 33 16 Fax : +33 (1) 45 44 17 67 forma!on.con!nue@isit-paris.fr - www.isit-paris.fr Etablissement

Plus en détail

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance CONJONCT URE estre NOTE DE conjoncture TRIMESTRIELLE de L APEC N Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance Les recruteurs font toujours preuve de prudence dans leurs

Plus en détail

DÉPLOIEMENT 4G ET FIBRE : PREMIER BILAN ET PERSPECTIVES

DÉPLOIEMENT 4G ET FIBRE : PREMIER BILAN ET PERSPECTIVES partenaires télécom et mobilité : DÉPLOIEMENT 4G ET FIBRE : PREMIER BILAN ET PERSPECTIVES PROGRAMME Ce début d année 2014 marque notre rendez-vous annuel autour du très haut débit. La 4G est à la fois

Plus en détail

La démarche Omnicanal Outils d'aide à l'amélioration de l'expérience client Avec le partenaire SKema Alumni

La démarche Omnicanal Outils d'aide à l'amélioration de l'expérience client Avec le partenaire SKema Alumni La démarche Omnicanal Outils d'aide à l'amélioration de l'expérience client Avec le partenaire SKema Alumni brz France 1 Evolution Happy Client, Happy Business 2 Omnicanal Mono Mul0 Cross Omni 3 # Omnicanal

Plus en détail

Commerce interna,onal Master 1 Weller Interna,onal Business school 2015 24/02/15

Commerce interna,onal Master 1 Weller Interna,onal Business school 2015 24/02/15 Commerce interna,onal Master 1 Weller Interna,onal Business school 2015 24/02/15 1 Méthode pédagogique Session 1 mardi 24 fev 2015 Session 2 - mardi 24 fev 2015 Session 3 Théma&que abordée Analyse des

Plus en détail

Qui sommes nous? Partie 1

Qui sommes nous? Partie 1 Qui sommes nous? Partie 1 A propos 10 collaborateurs Une exper)se à 360 Agence cer)fiée Google Partners Mul)lingues Présenta)on: Global Riviera est une agence webmarke/ng basée en région PACA. Fondée par

Plus en détail

B. Prise de décisions en univers incertain. 1. Valeurs espérées

B. Prise de décisions en univers incertain. 1. Valeurs espérées B. Prise de décisions en univers incertain Une grande par*e des choix réalisés par les producteurs et les consommateurs étant réalisés en univers incertain, les agents sont amenés à prendre des décisions

Plus en détail

L observa*on du développement de l enfant dans ses jeux symboliques

L observa*on du développement de l enfant dans ses jeux symboliques L observa*on du développement de l enfant dans ses jeux symboliques Sarah Landry, Ph. D. Professeure- chercheuse Faculté des sciences de l éduca*on Université de Montréal Courriel: sarah.landry@umontreal.ca

Plus en détail

AVIS A MANIFESTATION D INTERET N 017/MPT/2013/UCP/CAB

AVIS A MANIFESTATION D INTERET N 017/MPT/2013/UCP/CAB AVIS A MANIFESTATION D INTERET N 017/MPT/2013/UCP/CAB RECRUTEMENT D UN CONSULTANT INDIVIDUEL POUR LA REALISATION DE L ETUDE SUR LA PORTABILITE SUR LE MARCHE DES TELECOMMUNICATIONS EN REPUBLIQUE DU CONGO

Plus en détail

BTS SP3S Services et presta,ons des secteurs sanitaire et social et passerelles mé0ers en Mutualité

BTS SP3S Services et presta,ons des secteurs sanitaire et social et passerelles mé0ers en Mutualité BTS SP3S Services et presta,ons des secteurs sanitaire et social et passerelles mé0ers en Mutualité BTS SP3S Le BTS SP3S forme les étudiants à des fonc8ons de rela0on et de communica0on, de ges0on de la

Plus en détail

Présenta6on Isatech. ERP, Décisionnel, Architecture Systèmes & Réseaux. Isatech Tous droits réservés Page 1

Présenta6on Isatech. ERP, Décisionnel, Architecture Systèmes & Réseaux. Isatech Tous droits réservés Page 1 Présenta6on Isatech ERP, Décisionnel, Architecture Systèmes & Réseaux Isatech Tous droits réservés Page 1 L offre globale Couvrir l intégralité de la chaîne du SI Isatech Tous droits réservés Page 2 Isatech

Plus en détail

Coopération Textile dans la Zone EuroMed

Coopération Textile dans la Zone EuroMed Conférence de clôture du projet TEMP Coopération Textile dans la Zone EuroMed Jeudi 4 Octobre, TEXMED 2012 Parc des Exposi

Plus en détail

H2PS engage ses compétences auprès des entreprises et des parculiers par la mise en place de soluons d accompagnements et de services.

H2PS engage ses compétences auprès des entreprises et des parculiers par la mise en place de soluons d accompagnements et de services. Notre Société H2PS engage ses compétences auprès des entreprises et des parculiers par la mise en place de soluons d accompagnements et de services. Nos Engagements: Nous uliserons nos connaissances, expériences

Plus en détail

Réunion de rentrée Licence PER Programma3on en environnement répar3. Année universitaire 2014-2015

Réunion de rentrée Licence PER Programma3on en environnement répar3. Année universitaire 2014-2015 Réunion de rentrée Licence PER Programma3on en environnement répar3 Année universitaire 2014-2015 Intervenants de la présenta3on Responsables de la forma/on Bogdan Cau/s, bogdan.cau/s@u- psud.fr Jean-

Plus en détail

Thérèse, Fabrication de pâtisseries. Rapport annuel Nord Pas de Calais. Le microcrédit pour créer sa boîte

Thérèse, Fabrication de pâtisseries. Rapport annuel Nord Pas de Calais. Le microcrédit pour créer sa boîte Thérèse, Fabrication de pâtisseries Rapport annuel Nord Pas de Calais 2014 Le microcrédit pour créer sa boîte 745 personnes financées en région Nord Pas de Calais en 2014 «L Adie en 2014 a amplifié le

Plus en détail

Solutions et Services. d'analyse prédictive

Solutions et Services. d'analyse prédictive ProbaYes Mastering Uncertainty Solutions et Services d'analyse prédictive Mai 2013 Copyright 2013 Probayes All Rights Reserved 1 Présenta)on Probayes Créée en 2003 Basée en France (Grenoble) Spin-off de

Plus en détail

Les conditions de travail pour l attractivité des métiers de la maintenance éolienne 1 er éléments ouverture vers d autres métiers de la filière

Les conditions de travail pour l attractivité des métiers de la maintenance éolienne 1 er éléments ouverture vers d autres métiers de la filière Les conditions de travail pour l attractivité des métiers de la maintenance éolienne 1 er éléments ouverture vers d autres métiers de la filière Marylène COPPI / Alexandre VASSELIN OBJECTIFS POUR LA PICARDIE

Plus en détail

Le contrôle fiscal anno 2013

Le contrôle fiscal anno 2013 Le contrôle fiscal anno 2013 Carlos SIX! Administrateur général de la Fiscalité SPF Finances Ges$on des risques Contrôle fiscal CRM & Tolérance zéro ONDEMENT OBJECTIFS STRATEGIQUES Etude externe 2010 constata$ons

Plus en détail

Présenta>on. 201, rue de Vaugirard - 75015 Paris - 01.53.58.36.36 uniteamsport.fr

Présenta>on. 201, rue de Vaugirard - 75015 Paris - 01.53.58.36.36 uniteamsport.fr Présenta>on 201, rue de Vaugirard - 75015 Paris - 01.53.58.36.36 uniteamsport.fr Une Agence Conseil en Marke1ng Communica1on et Ac1va1on des consommateurs par le sport 2 Quelques chiffres qui nous qualifient

Plus en détail

Focus sur les pratiques de consolidation des groupes en France. Restitution de l étude ESCP-Fidanza 2012"

Focus sur les pratiques de consolidation des groupes en France. Restitution de l étude ESCP-Fidanza 2012 Focus sur les pratiques de consolidation des groupes en France Restitution de l étude ESCP-Fidanza 2012" SOMMAIRE 1 Structure de l échan0llon p. 3 4 2 Acteurs comptables p. 5 6 3 Organisa0on et ou0ls de

Plus en détail

Séminaire Aristote - 11 avril 2012 Jedeclare.com d'un Portail Déclara:f à une Plate- forme globale de dématérialisa:on au service d'une profession

Séminaire Aristote - 11 avril 2012 Jedeclare.com d'un Portail Déclara:f à une Plate- forme globale de dématérialisa:on au service d'une profession Séminaire Aristote - 11 avril 2012 Jedeclare.com d'un Portail Déclara:f à une Plate- forme globale de dématérialisa:on au service d'une profession Stéphane Gasch Directeur des études informa:ques du CSOEC

Plus en détail

Les hommes cadres et l égalité professionnelle

Les hommes cadres et l égalité professionnelle Les hommes cadres et l égalité professionnelle Sondage Ifop pour Mercredi C Papa présenta)on publique Vendredi 12 décembre 2014 Contexte et objec+fs de l étude En Juin 2014, l associa+on mercredi- c- papa

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague Septembre 2011 Baromètre annuel vague - 1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

CROISSANCE ET SANTÉ DES ENTREPRISES ACCOMPAGNÉES EN CAPITAL-TRANSMISSION EN 2012

CROISSANCE ET SANTÉ DES ENTREPRISES ACCOMPAGNÉES EN CAPITAL-TRANSMISSION EN 2012 CROISSANCE ET SANTÉ DES ENTREPRISES ACCOMPAGNÉES EN CAPITAL-TRANSMISSION EN 2012 Le AFIC Etudes 2014 www.afic.asso.fr MÉTHODOLOGIE Étude d impact économique et social (2013) Les statistiques sont établies

Plus en détail

ÉTUDE DU POTENTIEL DE DONS NON ALIMENTAIRES Rapport d étude. Etude copilotée et cofinancée par : Etude menée par :

ÉTUDE DU POTENTIEL DE DONS NON ALIMENTAIRES Rapport d étude. Etude copilotée et cofinancée par : Etude menée par : ÉTUDE DU POTENTIEL DE DONS NON ALIMENTAIRES Rapport d étude Etude copilotée et cofinancée par : Etude menée par : 1 Plan du rapport 1. Rappel des objec>fs et de la méthodologie 2. Structure de l échan>llon

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

BURN- OUT. Ma+nale RPS 13 mars 2015. Accompagnement social des situa+ons de burn out dans les entreprises par le Service social du travail

BURN- OUT. Ma+nale RPS 13 mars 2015. Accompagnement social des situa+ons de burn out dans les entreprises par le Service social du travail BURN- OUT Ma+nale RPS 13 mars 2015 Accompagnement social des situa+ons de burn out dans les entreprises par le Service social du travail SSIRCA SERVICE SOCIAL DU TRAVAIL INTERENTREPRISES REGION CÔTE D'AZUR

Plus en détail

Sites Internet : les. tendances. Jeudi 30 janvier 2014 Bordeaux L AGENCE CONNECTÉE À L ENTREPRISE

Sites Internet : les. tendances. Jeudi 30 janvier 2014 Bordeaux L AGENCE CONNECTÉE À L ENTREPRISE Sites Internet : les tendances pour 2014 Jeudi 30 janvier 2014 Bordeaux L AGENCE CONNECTÉE À L ENTREPRISE Inaa$v, une agence de communica$on avec des spécificités CONSEiL EN COMMUNICATION FoRmatiOns WEBMARKETING

Plus en détail

COMPÉTENCES ET PROFILS AVANCÉ DES SOINS INFIRMIERS pour améliorer les résultats d'accès et de santé

COMPÉTENCES ET PROFILS AVANCÉ DES SOINS INFIRMIERS pour améliorer les résultats d'accès et de santé COMPÉTENCES ET PROFILS AVANCÉ DES SOINS INFIRMIERS pour améliorer les résultats d'accès et de santé Granada, 4-6 de septiembre Susana Rodríguez Gómez Plan Integral de Cuidados. Servicio Andaluz de Salud

Plus en détail

Exemple de scénario : Simulation Jeux d entreprise. Jean Christophe Duflanc

Exemple de scénario : Simulation Jeux d entreprise. Jean Christophe Duflanc Exemple de scénario : Simulation Jeux d entreprise Jean Christophe Duflanc LA SIMULATIONS ET LES JEUX SÉRIEUX AU COEUR DES ENSEIGNEMENTS DE STMG 2 Extraits du programme de première STMG Sciences de gestion

Plus en détail

Agriconomie s aeaque aux probléma3ques des agriculteurs et des distributeurs NOTRE REPONSE :

Agriconomie s aeaque aux probléma3ques des agriculteurs et des distributeurs NOTRE REPONSE : Agriconomie s aeaque aux probléma3ques des agriculteurs et des distributeurs Agriculteurs Distributeurs MANQUE de temps (priorité à l opéra8onnel) COMPLEXITÉ à trouver des pièces spécifiques CONCURRENCE

Plus en détail

ParK24. Solu%on innovante pour un sta%onnement intelligent

ParK24. Solu%on innovante pour un sta%onnement intelligent ParK24 Solu%on innovante pour un sta%onnement intelligent Guidage à la place Un système intégré sans fil, autonome et modulaire pour guider les automobilistes vers les dernières places disponibles d un

Plus en détail

BAROMÈTRE EUROPÉEN DU RAPPORT AUX PAIEMENTS

BAROMÈTRE EUROPÉEN DU RAPPORT AUX PAIEMENTS BAROMÈTRE EUROPÉEN DU RAPPORT AUX PAIEMENTS @ 02/03 BERNARD NOËL Directeur général de Crédit Agricole Cards & Payments Toute période de mutations conjugue des avancées décisives avec des facteurs d incertitude.

Plus en détail

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-* Note détaillée Baromètre européen du rapport aux paiements Des pratiques uniformisées en Europe? Sondage Harris Interactive pour Crédit Agricole Cards & Payments Enquête réalisée en ligne du 19 au 29 septembre

Plus en détail

Baromètre : Le bien être psychologique au travail

Baromètre : Le bien être psychologique au travail Contacts Ifop : Rudy BOURLES/Isabelle MANDERON 6-8, rue Eugène Oudiné 75013 Paris tél 01 45 84 14 44 fax 01 45 85 59 39 Etude 23384 Baromètre : Le bien être psychologique au travail Septembre 2008 vague

Plus en détail

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 oc SYNTHÈSE 1 ACTIVITÉ 4-7 8-17 2 3 4 5 6 7 EMPLOI SITUATION FINANCIÈRE CROISSANCE INTERNE CROISSANCE EXTERNE FINANCEMENTS

Plus en détail

Poli%que ins%tu%onnelle: le numérique au service de la forma%on à l Université Laval CFQCU Paris, 26 mai 2015

Poli%que ins%tu%onnelle: le numérique au service de la forma%on à l Université Laval CFQCU Paris, 26 mai 2015 Poli%que ins%tu%onnelle: le numérique au service de la forma%on à l Université Laval CFQCU Paris, 26 mai 2015 Nicole.Lacasse@vre.ulaval.ca Vice- rectrice associée aux études et aux ac%vités interna%onales

Plus en détail

La formation des IOBSP

La formation des IOBSP Quelle formation pour quel IOBSP? Intervenant : Ravi CAUSSY, Président de la Commission Formation AFIB Convention du 31 mai 2012 - Paris Quelle formation pour quel IOBSP? Quelles catégories et activités

Plus en détail

REPUTATION INSIGHTS Par Laurent Reynes

REPUTATION INSIGHTS Par Laurent Reynes REPUTATION INSIGHTS Par Laurent Reynes Où en est- on de la réputa1on? Quelles sont les nouvelles pra1ques qui émergent? Les organisa1ons entrent aujourd hui dans une nouvelle étape du management de la

Plus en détail

Qu est ce qu une PME? 4. Pourquoi investir dans une PME? 6. Comment investir en direct dans une PME? 10

Qu est ce qu une PME? 4. Pourquoi investir dans une PME? 6. Comment investir en direct dans une PME? 10 SOMMAIRE Introduction 3 Qu est ce qu une PME? 4 Définition conventionnelle d une PME 4 L actionnariat au sein d une PME 4 Participer à une augmentation de capital 4 Etre actionnaire d une société 5 Assister

Plus en détail

Active Asset Allocation

Active Asset Allocation Active Asset Allocation Designer de Solu.ons d Inves.ssement We protect, You perform www.active-asset-allocation.com Qui sommes- nous? Ac.ve Asset Alloca.on est un concepteur de solu.ons d inves.ssement

Plus en détail

Sondage exclusif Les Français et l esprit d entreprise

Sondage exclusif Les Français et l esprit d entreprise Sondage exclusif Les Français et l esprit d entreprise Un sondage exclusif mené par l Ins6tut Think pour 29/01/13 - Sondage «Les Français & l esprit d entreprise» mené par l Institut Think pour l APCE

Plus en détail

La distribution : vue à la TV Les résultats du 1er janvier au 9 septembre 2007 (semaine 36)

La distribution : vue à la TV Les résultats du 1er janvier au 9 septembre 2007 (semaine 36) La distribution : vue à la TV Les résultats du 1er janvier au 9 septembre 2007 (semaine 36) La famille distribution-vad se classe en 7 e position des annonceurs de la TV hertzienne. Elle totalise 5,7 %

Plus en détail

Workshop HPC - AMIES / CEMRACS h4p://www.ini:a:ve- hpc- pme.org/ Stéphane Requena - GENCI

Workshop HPC - AMIES / CEMRACS h4p://www.ini:a:ve- hpc- pme.org/ Stéphane Requena - GENCI Workshop HPC - AMIES / CEMRACS h4p://www.ini:a:ve- hpc- pme.org/ Stéphane Requena - GENCI Le calcul intensif Un ou&l stratégique pour la compé&&vité q Aux Etats- Unis (1er top500 juin 2012), au Japon (1er

Plus en détail

4 CHIFFRES À RETENIR

4 CHIFFRES À RETENIR Une baisse continue mais atténuée 4 CHIFFRES À RETENIR Recettes publicitaires totales (médias historiques + Internet + mobile + courrier publicitaire et ISA) 1 ER SEMESTRE 2014-2,6% S1 2014 vs S1 2013

Plus en détail

Offre Azimut CONTENT MARKETING. A l a&en)on de : Date de remise : Version : 3.0

Offre Azimut CONTENT MARKETING. A l a&en)on de : Date de remise : Version : 3.0 Offre Azimut CONTENT MARKETING A l a&en)on de : Date de remise : Version : 3.0 01 Marke3ng de Contenu Ecosytème Editorial Offre & Ou3ls Azimut Content Marke3ng Méthodologie Content management Qui sommes-

Plus en détail

Le Display En Pleine Révolution

Le Display En Pleine Révolution Le Display En Pleine Révolution De l achat d espace publicitaire classique à la gestion d audience ciblée Better connections. Better results. Livre Blanc Acxiom Le Display En Pleine Révolution De l achat

Plus en détail

NetObserver Europe. Parmi les principaux enseignements, nous retiendrons notamment que :

NetObserver Europe. Parmi les principaux enseignements, nous retiendrons notamment que : NetObserver Europe TOUT SAVOIR SUR LES INTERNAUTES Communiqué de presse Paris, Mars 2008 Enseignements de la 16 ème vague de l étude NetObserver Europe : Des différences sensibles entre générations d internautes

Plus en détail

Garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises

Garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises Département Évaluation des Politiques Sociales Garanties et services : les attentes des et des entreprises Mars 2014 Synthèse des résultats du 10 ème Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour

Plus en détail

CRÉER EN MATIÈRE DE GESTION DE PATRIMOINE VOUS EN AVEZ ASSEZ DÉVELOPPER TRANSMETTRE. Marchés financiers. www.agencepatrimoine.fr

CRÉER EN MATIÈRE DE GESTION DE PATRIMOINE VOUS EN AVEZ ASSEZ DÉVELOPPER TRANSMETTRE. Marchés financiers. www.agencepatrimoine.fr CRÉER DÉVELOPPER TRANSMETTRE EN MATIÈRE DE GESTION DE PATRIMOINE VOUS EN AVEZ ASSEZ DE PASSER POUR UNE2015 BILLE? NEWSLETTER Janvier Marchés financiers www.agencepatrimoine.fr Ce2e ques6on peu paraître

Plus en détail

«Pour un fundraising toujours plus professionnel» Les Fondamentaux du fundraising

«Pour un fundraising toujours plus professionnel» Les Fondamentaux du fundraising «Pour un fundraising toujours plus professionnel» Les Fondamentaux du fundraising 24 juin 2014 Marianne Maillot Programme de la forma,on Contexte et enjeux Construire sa démarche Se posi,onner (Re)définir

Plus en détail

L ASSIGNATION TEMPORAIRE. Émilie Villeneuve, CRHA Conseillère en indemnisa6on et Julie Falardeau Avocate et conseillère en indemnisa6on

L ASSIGNATION TEMPORAIRE. Émilie Villeneuve, CRHA Conseillère en indemnisa6on et Julie Falardeau Avocate et conseillère en indemnisa6on L ASSIGNATION TEMPORAIRE Émilie Villeneuve, CRHA Conseillère en indemnisa6on et Julie Falardeau Avocate et conseillère en indemnisa6on Impossible d'afficher l'image. Votre ordinateur manque peut-être de

Plus en détail

FICHE SYNTHÉTIQUE LES DIGITAL INFLUENCERS ET LE COURRIER PUBLICITAIRE. 1ère par(e : percep(on & usages du courrier

FICHE SYNTHÉTIQUE LES DIGITAL INFLUENCERS ET LE COURRIER PUBLICITAIRE. 1ère par(e : percep(on & usages du courrier FICHE SYNTHÉTIQUE LES DIGITAL INFLUENCERS ET LE COURRIER PUBLICITAIRE 1ère par(e : percep(on & usages du courrier 1 CATÉGORIE : ETUDE CIBLE FAMILLE : PERCEPTION & USAGES DU COURRIER ETUDE DIGITAL INFLUENCERS

Plus en détail

Knowledge Management D. Chauvel, 13 Novembre 2014. Journée Mondiale de la Qualité Université Aix Marseille

Knowledge Management D. Chauvel, 13 Novembre 2014. Journée Mondiale de la Qualité Université Aix Marseille Knowledge Management D. Chauvel, 13 Novembre 2014 Journée Mondiale de la Qualité Université Aix Marseille ISO 9001 2015 7.1.6 GesGon des connaissances L'organisme doit déterminer les connaissances nécessaires

Plus en détail

Gestion du capital humain : savoir exploiter les big data

Gestion du capital humain : savoir exploiter les big data Gestion du capital humain : savoir exploiter les big data Enquête ADP 2015 auprès des responsables de la gestion du capital humain d entreprises internationales TABLE DES MATIÈRES Synthèse... 3 Introduction

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

Parcours de soins, solu/ons de partage Évolu/ons des poli/ques na/onales & Mises en œuvre régionales Séminaire IFERISS 17 Avril 2014

Parcours de soins, solu/ons de partage Évolu/ons des poli/ques na/onales & Mises en œuvre régionales Séminaire IFERISS 17 Avril 2014 Parcours de soins, solu/ons de partage Évolu/ons des poli/ques na/onales & Mises en œuvre régionales Séminaire IFERISS 17 Avril 2014 Sommaire 1) Présenta/on du GCS Télésanté Midi- Pyrénées 2) Dossier Médical

Plus en détail

Les usages pédagogiques du numérique

Les usages pédagogiques du numérique Les usages pédagogiques du numérique Septembre 2013 Contact : Bruno Jeanbart Directeur Général adjoint Tel : 01 78 94 90 14 Email : bjeanbart@opinion-way.com Méthodologie Echantillon de 1004 étudiants

Plus en détail

Armel Cusin- Gogat 06 46 53 49 17 acg@terreetciel- conseil.fr

Armel Cusin- Gogat 06 46 53 49 17 acg@terreetciel- conseil.fr Armel Cusin- Gogat 06 46 53 49 17 acg@terreetciel- conseil.fr Terre & Ciel 2012 Terre & Ciel - SARL au capital social de 5000 - RCS Nantes 478 048 838 p. 1 3 impasse des Tourmalines 44300 Nantes Siège

Plus en détail

DAY 2 #HUBMWC TRENDS MOBILE WORLD CONGRESS 2015. HUBinstitute.com

DAY 2 #HUBMWC TRENDS MOBILE WORLD CONGRESS 2015. HUBinstitute.com DAY 2 #HUBMWC TRENDS MOBILE WORLD CONGRESS 2015 HUBinstitute.com LE MOBILE WORLD CONGRESS La mobilité : un objec1f stratégique pour les entreprises La deuxième journée du Mobile World Congress 2015 s est

Plus en détail

INNOVEZ EN RECOMPOSANT VOTRE CHAINE DE VALEUR

INNOVEZ EN RECOMPOSANT VOTRE CHAINE DE VALEUR INNOVEZ EN RECOMPOSANT VOTRE CHAINE DE VALEUR 8h30 ACCUEIL / FOCUS ESSCA Les ac'vités de Recherche, projets & collabora'ons avec les entreprises 8h45 INNOVER PAR LA CHAINE DE VALEUR - Témoignage OCTAVE,

Plus en détail

Tablettes : Perception & Usages des Français 6 ème édition du Baromètre Semestriel

Tablettes : Perception & Usages des Français 6 ème édition du Baromètre Semestriel Communiqué de presse Septembre 2013 Tablettes : Perception & Usages des Français 6 ème édition du Baromètre Semestriel La tablette : toujours plus complémentaire à la télévision et au smartphone 70% des

Plus en détail

Chaque étape est à prendre en considération. Recommandation pour une meilleure approche de l'attribution

Chaque étape est à prendre en considération. Recommandation pour une meilleure approche de l'attribution Chaque étape est à prendre en considération Recommandation pour une meilleure approche de l'attribution Vue d'ensemble Avec l avènement de la publicité en ligne vint la promesse d une nouvelle ère digitale,

Plus en détail

Consumer. Fiche Synthètique. Journey. Enquête sur les parcours d achat Secteur Fournisseurs d accès à internet (FAI)

Consumer. Fiche Synthètique. Journey. Enquête sur les parcours d achat Secteur Fournisseurs d accès à internet (FAI) Fiche Synthètique Consumer Journey Enquête sur les parcours d achat Secteur Fournisseurs d accès à internet (FAI) Juillet 2013 1 Le secteur des télécommunications a subi des modifications qui ont permis

Plus en détail

Comment ça marche? En fonc4on du nombre de numéros à appeler, nos campagnes d appels durent de quelques heures à deux ou trois jours.

Comment ça marche? En fonc4on du nombre de numéros à appeler, nos campagnes d appels durent de quelques heures à deux ou trois jours. MasterCall MasterCall en un mot MasterCall est un service d appels automa4sés de plus en plus u4lisé en poli4que, aussi bien par les grands par4s que par les candidats locaux. En quelques heures, ce service

Plus en détail

Baromètre de l innovation Janvier 2015

Baromètre de l innovation Janvier 2015 Baromètre de l innovation Janvier 2015 Les pratiques culturelles des français et leurs usage s numériques Un baromètre BVA Syntec numérique Sondage réalisé par pour le Méthodologie Recueil Enquête réalisée

Plus en détail

IL Y A- T- IL UN AVENIR POUR LA VENTE EN LIGNE DE MÉDICAMENTS? La rece:e du site idéal

IL Y A- T- IL UN AVENIR POUR LA VENTE EN LIGNE DE MÉDICAMENTS? La rece:e du site idéal IL Y A- T- IL UN AVENIR POUR LA VENTE EN LIGNE DE MÉDICAMENTS? La rece:e du site idéal Pourquoi ce sujet? Pourquoi ce sujet? Augmenta)on des achats en ligne et depuis 2013, en France, la vente en ligne

Plus en détail

SOLIDARITE ESPRIT D EQUIPE ESPRIT D ENTREPRISE AMBITION L AVENTURE CONTINUE!

SOLIDARITE ESPRIT D EQUIPE ESPRIT D ENTREPRISE AMBITION L AVENTURE CONTINUE! SOLIDARITE L AVENTURE CONTINUE! ESPRIT D EQUIPE La Fédéraon Terre de Talents (F.T.D.T.) a été créée dans l intenon de permere à chacun de révéler ses talents et de s épanouir dans un projet professionnel

Plus en détail

Voici un extrait du guide de rédaction. Le guide complet est téléchargeable sur le lien suivant

Voici un extrait du guide de rédaction. Le guide complet est téléchargeable sur le lien suivant Voici un extrait du guide de rédaction. Le guide complet est téléchargeable sur le lien suivant Guide de rédaction d un BUSINESS PLAN dans la restauration Auteur : Amandine Prat Conseils en création et

Plus en détail

LE DISPLAY RÉVOLUTION. De l achat d espace publicitaire classique à la gestion d audience ciblée. Janvier 2012 LIVRE BLANC ACXIOM.

LE DISPLAY RÉVOLUTION. De l achat d espace publicitaire classique à la gestion d audience ciblée. Janvier 2012 LIVRE BLANC ACXIOM. LIVRE BLANC ACXIOM LE DISPLAY EN PLEINE RÉVOLUTION De l achat d espace publicitaire classique à la gestion d audience ciblée Janvier 2012 Frédéric GRELIER Directeur Europe développement produits Acxiom

Plus en détail

CATALOGUE DES OFFRES 2014

CATALOGUE DES OFFRES 2014 CATALOGUE DES OFFRES 2014 GM_Oct 2014 Sommaire P9 DIAGNOSTIQUER Etat des lieux de l entreprise P3 REPRESENTER La défense des entrepreneurs P7 Sécurisaon des impayés P7 Projet à l international P7 Assistantes

Plus en détail

Des chiffres pour comprendre : les investissements dédiés à la Conquête

Des chiffres pour comprendre : les investissements dédiés à la Conquête Des chiffres pour comprendre : les investissements dédiés à la Conquête Afin de mieux comprendre les enjeux liés à la conquête, il est souhaitable de connaître l importance des dépenses réalisées en la

Plus en détail