Quelles Vaccina,ons en santé au travail? Actualités. DIU- IST Mardi 14 avril 2015 ACMS Dr Arthur Fournier

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Quelles Vaccina,ons en santé au travail? Actualités. DIU- IST Mardi 14 avril 2015 ACMS Dr Arthur Fournier"

Transcription

1 Quelles Vaccina,ons en santé au travail? Actualités DIU- IST Mardi 14 avril 2015 ACMS Dr Arthur Fournier

2 Plan 1. Cadre réglementaire 2. Bases ra:onnelles de la vaccina:on 3. Vaccina:ons recommandées en popula:on générale 4. Vaccina:ons spécifiques de certains mé:ers a) Hépa:te B b) Leptospirose c) Chez l expatrié 5. Conclusions

3 1 Cadre réglementaire et indica:ons spécifiques Ar:cle L du Code de la Santé Publique: "Dans le cadre de leurs missions, les médecins du travail [...] par:cipent à la mise en œuvre de la poli:que vaccinale." A l excep:on des situa:ons prévues spécifiquement par le Code de la Santé Publique => absence d obliga:on pour un salarié d accepter la vaccina:on Vaccina:on : mesure de protec:on individuelle par rapport à un risque évalué et connu (après une étude de poste ou une connaissance du mé:er) et intégrant un plan de protec:on composé de mesures collec:ves ou individuelles

4 2 - Bases ra:onnelles Vaccina:on : excellent rapport coût/efficacité dans l'arsenal de la médecine moderne Grâce aux vaccins : éradica:on de la variole dispari:on de la poliomyélite de la plus grande par:e du monde net recul d'un certain nombre d'infec:ons de l'enfant, telles que rougeole, diphtérie, tétanos et coqueluche

5 2 - Bases ra:onnelles Ce qui n est pas ra.onnel : le manque de sécurité de l acte vaccinal avec 3 arguments jamais démontrés : surcharge du système immunitaire associa:on à une fréquence accrue des maladies auto- immunes protec:on obtenue avec moins de sécurité que celle conférée par une infec:on naturelle Rapport bénéfice/risque à évaluer systéma:quement

6 2 - Bases ra:onnelles L3111-4: conditions d immunisation - Arrêté du 6 mars 2007 Ar.cle 5 : La preuve de la vaccina:on est cons:tuée par la présenta:on d'une acesta:on médicale, qui doit comporter la dénomina:on de la spécialité vaccinale u:lisée, le numéro de lot, ainsi que les doses et les dates des injec:ons. Ar.cle 6 : Sont exemptées de l'obliga:on de vaccina:on les personnes qui jus:fient, par la présenta:on d'un cer:ficat médical, d'une contre- indica:on à une ou plusieurs vaccina:ons. Le médecin du travail apprécie le caractère temporaire ou non de la contre- indica:on et détermine s'il y a lieu de proposer un changement d'affecta:on pour les personnes concernées.

7 2 - Bases ra:onnelles Pourquoi vacciner? Missions des services de médecine du travail : les salariés Ar:cle R code du travail : examens médicaux L'examen médical a pour but de rechercher si le salarié n'est pas aceint d'une affec:on dangereuse pour les autres travailleurs ; Mais ar:cle R (établissements de santé) Le médecin du travail procède lui- même ou fait procéder à ces vaccina:ons ainsi qu'à celles qui seraient imposées par une épidémie. Le médecin du travail est habilité à pra:quer les vaccina:ons qui sont recommandées en cas de risques par:culiers de contagion.

8 2 - Bases ra:onnelles Qui vaccine? Code de la santé publique (Ar:cle R4311-7) : l'infirmier est habilité à pra:quer les actes suivants soit en applica:on d'une prescrip:on médicale qui, sauf urgence, est écrite, qualita:ve et quan:ta:ve, datée et signée, soit en applica:on d'un protocole écrit, qualita:f et quan:ta:f, préalablement établi, daté et signé par un médecin : Scarifica:ons et injec:ons des:nées aux vaccina:ons ou aux tests tuberculiniques

9 2 - Bases ra:onnelles Qui vaccine? Lecre circulaire du 26 avril 1998 (M Saux) médecin du travail s il en a le temps après accord de principe préalable du chef d'entreprise Le salarié conserve le libre choix du médecin vaccinateur En cours de révision

10 Diphtérie Tétanos Poliomyélite Grippe 3 - Vaccina:ons recommandées en popula:on générale 25 ans dtcap (Repevax ou Boostrix) (ou dtp) 45 ans dtp (Revaxis) 65 ans dtp + grippe Nouvelles recommanda,ons Coqueluche 25 ans dtca Polio (sauf si rappel < 5 ans dans le cadre de la stratégie du cocooning) Après 25 ans Pas d autre rappel ultérieur (sauf cocooning et milieu professionnel) Racrapage vaccinal jusqu à 40 ans si dernier vaccin pendant l enfance

11 Dans le cadre professionnel Les personnels soignants dans leur ensemble Les étudiants des filières médicales et paramédicales Les personnels chargés de la pe:te enfance Si cas de coqueluche en collec:vité Coqueluche Revaccina:on si dernier vaccin pendant l enfance Rappel dtca Polio tous les 20 ans : 25, 45, 65 ans Rappel si dernier vaccin > 5 ans

12

13 Rougeole Oreillons Rubéole Calendrier vaccinal 2014 Toute personne née depuis doses au total de ROR Autour d un cas de rougeole Entourage de 1 an à né < 1980 n ayant pas eu 2 doses Professionnel de santé au contact n ayant pas eu 2 doses Mise à jour pour avoir 2 doses 1 dose Autour de cas groupés d oreillons en collec,vité Pour ceux ayant eu 0 ou 1 dose depuis 10 ans Mise à jour Pour ceux ayant eu 2 doses depuis + 10 ans 3 ème dose

14 Y penser aussi au cas par cas : ü Vaccina:on contre le méningocoque C (jusqu à 24 ans) ü Vaccina:on contre le pneumocoque

15 4 - Vaccina:ons spécifiques a) Hépa:te B Les situa,ons cliniques qui peuvent être concernées : adultes immunocompétents non préalablement vaccinés devant être rapidement protégés Voyageurs (/expatriés) en situa:on de départ imminent en zone d endémie personnes détenues pa:ents en acente de greffe d organes solides étudiants des écoles médicales et paramédicales et professionnels de santé à :tre excep:onnel

16

17 Schémas vaccinaux accéléré Hépa:te B ENGERIX B20 ou GENHEVAC B20 Schéma de primovaccina,on J0, J7-10, J21 (+ efficace que schéma M0, M1, M2 qui doit être abandonné) Rappel à M12 Ø Permet une protec,on chez + 50 % des vaccinés à 1 mois et de 90 % avant 1 an Ø Nécessaire pour assurer une protec,on au long cours Contrôle des Ac an,- HBs un mois plus tard Ø Pour les professionnels de santé et pa,ents en a`ente de greffe d organes

18 Nouvelles recommanda:ons concernant l immunisa:on contre l Hépa:te B chez les professionnels de santé

19 Bibliographie (4) Évaluation de la tolérance de la vaccination contre la leptospirose ictéro hémorragique chez 50 employés des canaux Benbrick E.;Pouliquen P.;Dômont A.;. Arch Mal Prof Med Trav :35-40 Bon profil de tolérance b) Leptospirose Erythème et induration>10mm dans 6% cas Mailloux M, Mazzonelli J, Dorta de Mazzonelli GT. Thermoresistant antigen in leptospires.possibility of a macroscopic diagnosis of leptospirosis with a single antigen. Zentralbl Bakteriol 1974;229: Mailloux M, Mazzonelli J, Dorta de Mazzonelli G, et al. [The biological diagnosis of leptospirosis today]. Bull Acad Natl Med 1984;168:621-5.

20 Introduc:on Zoonose Hôte/vecteur : rat ou ragondin, autres rongeurs Bactérie spiralée : Leptospira ictero haemorragiae Mode de transmission : contact cutané ou muqueux (direct ou environnement souillé) Durée moyenne d incuba:on : 10 jours Létalité : 2-10 % voire 30 % si aceinte hépa:que et rénale sévère ou myocardique Absence de déclara,on obligatoire depuis 1986 Coordonnées du Centre Na7onal de Réference (CNR) de la leptospirose :

21 Recommanda:ons vaccinales 2013 Proposée par le médecin du travail après évalua:on individuelle des risques Accompagne les mesures de protec:on générale et individuelle Popula:on cible : Curage et/ou entre:en de canaux, berges, lacs, rivières Ac:vités liées à la pisciculture en eaux douces Travail dans les égouts et certains postes en sta:on d épura:on Certaines ac:vités spécifiques en eaux douces Certaines ac:vités spécifiques aux COM- ROM

22 Protocole vaccinal Indica:ons : sujets >18 ans exposi:on professionnelle ac:vités de loisir exposées Vaccin inac:vé Spirolept J0 puis J15 Premier rappel à M6 Rappels tous les 2 ans si persistance du risque Voie SC lente Délai 1 mois avec autre vaccina:on Peu d études observa:onnelles sur les effets de la vaccina:on

23 Bibliographie (4) Évaluation de la tolérance de la vaccination contre la leptospirose ictéro hémorragique chez 50 employés des canaux Benbrick E.;Pouliquen P.;Dômont A.;. Arch Mal Prof Med Trav :35-40 Bon profil de tolérance Expérience du Département de Paris Erythème et induration>10mm dans 6% cas Mailloux M, Mazzonelli J, Dorta de Mazzonelli GT. Thermoresistant antigen in leptospires.possibility of a macroscopic diagnosis of leptospirosis with a single antigen. Zentralbl Bakteriol 1974;229: Mailloux M, Mazzonelli J, Dorta de Mazzonelli G, et al. [The biological diagnosis of leptospirosis today]. Bull Acad Natl Med 1984;168:621-5.

24 Agents de la Ville de Paris agents Environ 150 mé:ers différents 250 égou:ers 130 éclusiers désinfecteurs Mais aussi : agents des canaux, éboueurs, ingénieurs, personnel de surveillance

25 Mise en place à la Ville de Paris en 2013 Vaccina,on recommandée à l embauche pour les égou:ers Recommandée également pour : éclusiers, désinfecteurs d étuves, personnels chargés du necoiement des berges, personnels de laboratoire en contact avec les eaux usées, personnels des canaux, des agents de média:on auprès des SDF Vaccina:on également des plongeurs de la police, de certains étudiants qui vont faire de stages sur des sites poten:ellement à risque

26 Evolu:on du nombre de premières injec:ons et rappels depuis P1 Rappels

27 Effets Indésirables RCP Réac:ons locales ou loco régionales : douleurs, indura:ons, scapulalgies Réac,ons systémiques : fièvre, céphalées, malaise, ver:ge, nausées, myalgies, paresthésies, érup:ons cutanées notamment ur:caire Expérience du service Vaccina:on en sous cutanée profonde Sur 150 dossiers entre octobre et décembre 2011 : Réac:ons locales : 3 personnes soit 2 % 1 réac:on «allergique» non précisée 0 réac:on systémique Pas de différence significa:ve selon âge ou sexe

28 Conclusion et Perspec:ves Elargissement des cibles vaccinales au cours du temps (médecine du travail, loisirs, ) Points posi:fs : bonne tolérance et efficacité Points néga:fs : lourdeur du protocole vaccinal rappels tous les deux ans manque de données sur les associa:ons vaccinales possibles : Hépa:te A, Hépa:te B, Typhoïde et DTP Poursuite et formalisa:on de l étude observa:onnelle

29 Y penser aussi au cas par cas : ü Vaccina:on par le BCG (professionnels de santé) ü Vaccina:on contre l Hépa:te A (professionnels de la pe:te enfance) ü Vaccina:on contre la fièvre typhoïde (exercice professionnel en laboratoire)

30 Bibliographie (4) Évaluation de la tolérance de la vaccination contre la leptospirose ictéro hémorragique chez 50 employés des canaux Benbrick E.;Pouliquen P.;Dômont A.;. Arch Mal Prof Med Trav :35-40 Bon profil de tolérance c) Chez l expatrié Erythème et induration>10mm dans 6% cas Mailloux M, Mazzonelli J, Dorta de Mazzonelli GT. Thermoresistant antigen in leptospires.possibility of a macroscopic diagnosis of leptospirosis with a single antigen. Zentralbl Bakteriol 1974;229: Mailloux M, Mazzonelli J, Dorta de Mazzonelli G, et al. [The biological diagnosis of leptospirosis today]. Bull Acad Natl Med 1984;168:621-5.

31 Limiter le risque d infec:on sur place et la pathologie de retour Donner les conseils pra:ques appropriés Vacciner Prescrire le traitement an:paludique si nécessaire Savoir déconseiller l expatria:on si trop risqué en fonc:on du type du lieu et d une éventuelle pathologie ou d une grossesse en cours S assurer de la prise en charge des accompagnants S assurer que les messages ont été bien compris An:ciper la prescrip:on des traitement usuels (avec DCI) + préciser de scanner les papiers d iden:té

32 Mise à jour éventuelle en fonc:on des recommanda:ons En fonc:on de la zone d expatria:on : - Fièvre jaune, Hépa:te A et/ou B, fièvre typhoïde, rage, méningocoque A, C, Y, W135, encéphalite japonaise, encéphalite à :ques

33 L idéal est de pouvoir disposer de deux mois avant le départ et d avoir terminé 10 j avant : M0 : FJ, HB, typhoïde M1 : HB, Méningo, HA Associa:on : - tous possibles le même jour, seule limita:on le nombre d injec:ons - intervalle : 3 à 4 semaines entre deux vaccins vivants, vaccins inac:vés comme on veut Souvent, on fait ce que l on peut

34 Sites du ministère de la Santé et des Affaires Etrangères... hip://www.diploma7e.gouv.fr/fr/

35 5 - Conclusions Vaccina:on : excellent rapport coût/efficacité dans l'arsenal de la médecine moderne Evalua:on du rapport bénéfice/risque systéma:que, du fait du caractère préven:f de l ac:on, à effectuer en fonc:on du mé:er Le mé:er/poste occupé (voire site d expatria:on) condi:onne l indica:on de vaccina:ons spécifiques Actualisa:ons en 2013/2014 des protocoles/ indica:ons de vaccina:ons contre DTPCoq, ROR, HB

36 5 - Conclusions Professionnel de santé DTP + ROR + Hépa:te B + BCG + Grippe +/- Coq Professionnel de la pe:te enfance et structure collec:ve pour personnes handicapées DTPCoq + ROR + Hépa:te A + Hépa:te B + BCG Professionnel de laboratoire DTP + Hépa:te A + Hépa:te B + fièvre typhoïde + BCG +/- Méningo ACYW135 Curage/entre:en de canaux, étangs, lacs Pisciculture et ac:vités spécifiques (pêcheurs, plongeurs) en eaux douce Travail dans les égouts DTP + Leptospirose +/- Hépa:te A

37 5 - Conclusions Personnel des services vétérinaires, DTP + Rage Personnel navigant des bateaux de croisière et des avions, Grippe Personnel impliqué dans la prépara:on alimentaire en restaura:on collec:ve DTP + Grippe

38 Annexes

39

40 Vaccina:on an:- grippale Décret n du 29 août 2008 L'infirmier ou l'infirmière est habilité à pra:quer l'injec:on du vaccin an:grippal, à l'excep:on de la première injec:on, dans les condi:ons définies à l'ar:cle R et conformément au résumé des caractéris:ques du produit annexé à l'autorisa:on de mise sur le marché du vaccin injecté, sur certaines personnes dont les condi:ons d'âge et les pathologies dont elles peuvent souffrir sont précisées par arrêté du ministre chargé de la santé. L'infirmier ou l'infirmière indique dans le dossier de soins infirmiers l'iden:té du pa:ent, la date de réalisa:on du vaccin ainsi que le numéro de lot du vaccin lors de l'injec:on. Il ou elle déclare au centre de pharmacovigilance les effets indésirables portés à sa connaissance suscep:bles d'être dus au vaccin.

41 Vaccina:on des femmes enceintes Saison Avis du HCSP du 29 décembre 2010 «Recommande que les femmes enceintes et les sujets présentant une obésité avec un indice de masse corporelle (IMC) supérieur ou égal à 30 soient rapidement vaccinés» Facteurs de risque de forme grave de grippe H1N1 2009

42 Bibliographie (1) PUBMED Leptospirose humaine = 3751 occurrences Leptospirose et vaccina:on = 276 occurrences Leptospirose humaine et vaccina:on = 71 entre 1953 et novembre 2011 Nombreux pays : Brésil, Chine, Cuba, Espagne, France, Nouvelle Zélande, Pologne, Russie, Suède, Première étude française en 1970 : [Preliminary research on the vaccina,on of sewage workers against occupa:onal leptospirosis].benoist F, Lataste- Dorolle C., Ann Med Interne (Paris) May;121(5):

43 Bibliographie (2) Résultats de la vaccina,on humaine contre la leptospirose ictéro- hémorragique dans la région parisienne. Mailloux M, Lambert R, ChenuM. Bull Acad Natl Med 1982;166; Réac,on générale <0.5 % des vaccinés Réac,on locale (érythème et douleur du bras) 1.5 % La vaccina:on humaine contre la leptospirose ictéro- hémorragique. Mailloux M, Lambert R, ChenuM. Méd et Hyg(Genève), 1983;1510: Efficacité du vaccin après 3ème et 4ème injec:ons 100% tests posi:fs après la 4ème injec:on (agglu:na:on- lyse et inhibi:on de croissance)

44 Bibliographie (3) Vaccina,on contre la Leptospirose: Tolérance, immunisa,on du volontaire sain. Laurichesse H, GourdonC, Smits H, Abdoe TH, Estayoyer JM, Rebika H,Pouliquen P, CatalinaP, Dubray C, Beytout J Essai randomisé en double aveugle contre placebo chez 84 volontaires Comparaison tolérance et immunisa:on entre 2 modes d injec:on : voies IM et SC Résultats : Réac:ons systémiques rares, Réac:ons locales également rares mais plus fréquentes en SC Séroconversion IgG 100% après le R2 dans les 2 modes d injec:on Comparable aux études du Dr Mailloux

Vaccinations et milieu professionnel

Vaccinations et milieu professionnel Prévention-Santé-Sud-Est Association des Services de Santé au Travail Paca-Corse Vaccinations et milieu professionnel Vaccinations obligatoires et vaccinations recommandées Certaines activités professionnelles

Plus en détail

Vaccinations et milieu professionnel

Vaccinations et milieu professionnel La place de la vaccination dans la prévention des risques infectieux La prévention des risques infectieux au travail ne se réduit pas à la protection vaccinale. La vaccination s inscrit comme une des mesures

Plus en détail

Vaccinations et milieu professionnel. Vaccinations obligatoires et vaccinations recommandées

Vaccinations et milieu professionnel. Vaccinations obligatoires et vaccinations recommandées Vaccinations et milieu professionnel Vaccinations obligatoires et vaccinations recommandées 1 Certaines activités professionnelles font courir un risque de maladie infectieuse, comme l'hépatite ou la tuberculose.

Plus en détail

LA VACCINATION PROFESSIONNELLE

LA VACCINATION PROFESSIONNELLE F I C H E P R E V E N T I O N N 1 1 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LA VACCINATION PROFESSIONNELLE INTRODUCTION La vaccination en milieu professionnel a un intérêt individuel dans le sens où elle protège

Plus en détail

VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE

VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE CAS CLINIQUE N 2 VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE FAMILLE DE 5 : MÈRE ASSISTANTE DE DIRECTION / PÈRE STEWARD AIR FRANCE, LONGS COURRIERS CARAÏBES. 3 ENFANTS

Plus en détail

Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste. Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI

Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste. Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI FMPR, Rabat le 23.10.2010 Les mesures de prévention concernent la population dans son ensemble en se

Plus en détail

Vaccination coqueluche et maternité. G Picherot YOPI 2010

Vaccination coqueluche et maternité. G Picherot YOPI 2010 Vaccination coqueluche et maternité G Picherot YOPI 2010 Groupe Avancées Vaccinales 2010 Très inspiré de «AVANT, PENDANT et APRES Vaccinations autour de la grossesse» Dr Marc Valdiguié Pédiatre Unité de

Plus en détail

Les vaccinations du personnel hospitalier

Les vaccinations du personnel hospitalier Les vaccinations du personnel hospitalier Isabelle Buisson-Vallès Service de médecine du travail du personnel hospitalier Pr Brochard - CHU de Bordeaux 7ème JNI - Bordeaux 9 juin 2006 Introduction La majorité

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 140- Mai 2014 SOMMAIRE 1. Le calendrier vaccinal simplifié 1 2. Vaccination des enfants et adolescents 2 3. Vaccination des adultes 4 4. Cas pratiques 6 5. Invitation Soirées de

Plus en détail

LE SIMT et la vaccination

LE SIMT et la vaccination LE SIMT et la vaccination LE SIMT Service de santé INTERENTREPRISES ( autonome) Tous les secteurs d activités du secteur privé sauf secteur agricole (+ fonction publique de plus en plus) Compétent sur

Plus en détail

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Vaccins et grossesse Vaccins et immunité Dr Odile Launay Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Atelier Vaccins, GERES, 18 mai 2011 COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL

Plus en détail

RATTRAPAGE DES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT ET L ADULTE

RATTRAPAGE DES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT ET L ADULTE RATTRAPAGE DES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT ET L ADULTE De très nombreuses raisons peuvent conduire un enfant ou un adulte à être en retard par rapport au calendrier vaccinal idéal. Parmi ces raisons, la

Plus en détail

17 novembre 2010 DCEM III. Vaccins et Voyage. DERMG Université de Nice Sophia Antipolis. Docteur Sébastien PILLET Docteur Nicolas HOGU

17 novembre 2010 DCEM III. Vaccins et Voyage. DERMG Université de Nice Sophia Antipolis. Docteur Sébastien PILLET Docteur Nicolas HOGU 17 novembre 2010 DCEM III Vaccins et Voyage Docteur Sébastien PILLET Docteur Nicolas HOGU DERMG Université de Nice Sophia Antipolis Vaccins et voyages Calendrier fonction du voyageur et du type de voyage

Plus en détail

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive.

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Pr Jean Beytout Service des maladies infectieuses et tropicales CHU de Clermont-Ferrand. Comité Technique des Vaccinations Conclusion Le principal

Plus en détail

OFSP & Commission Fédérale Vaccinations 2012 SMPR 2010

OFSP & Commission Fédérale Vaccinations 2012 SMPR 2010 Objectifs QUELLES VACCINATIONS RECOMMANDER CHEZL ADULTE? N. Junod Perron et J P. Humair Enseignement en Médecine Ambulatoire SMPR 26.3.2014 2014 Connaître les vaccins recommandés chez les adultes de la

Plus en détail

Guide pratique sur les vaccinations. à l intention des infirmiers

Guide pratique sur les vaccinations. à l intention des infirmiers Guide pratique sur les vaccinations à l intention des infirmiers JNI Tours 14 juin 2012 Journée Nationale de Formation des Infirmières en Infectiologie Sophie Lefèvre Didier Pinquier D après le calendrier

Plus en détail

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON 20-14 Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON Chaque personnel navigant est responsable de la mise à jour des ses vaccins. 1 - VACCINATION OBLIGATOIRE La vaccination contre la fièvre jaune (vaccination anti-amarile)

Plus en détail

Prévenir... par la vaccination

Prévenir... par la vaccination Prévenir... par la vaccination 6 La vaccination...... Soit c est OBLIGATOIRE (2)... Les vaccinations obligatoires pour l ensemble de la population et dont les lois sont inscrites dans le Code de la Santé

Plus en détail

DEFINITION. La vaccination est une préparation antigénique qui. à un agent infectieux.

DEFINITION. La vaccination est une préparation antigénique qui. à un agent infectieux. Anna Jagusiak GENERALITES DEFINITION La vaccination est une préparation antigénique qui à un agent infectieux. CLASSIFICATION VACCINS VIVANTS ATTENUES Protection immunitaire proche de celle suivant une

Plus en détail

Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD

Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD Journée EHPAD 14 février 2013 Dr Elise Seringe ARLIN Ile de France EHPAD Une population exposée Environnement ouvert vers la communauté Risque

Plus en détail

Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis

Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis 12/09/2013 2 Comparaison calendrier vaccinal 2013 et 2012 : Nourrisson 3 Comparaison calendrier vaccinal 2013 et 2012

Plus en détail

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Les vaccinations Même si, heureusement, les épidémies sont rares de nos jours en France, les vaccins sont utiles car ils permettent de prévenir un ensemble

Plus en détail

Epidémiologie des infec0ons à pneumocoque et de la grippe

Epidémiologie des infec0ons à pneumocoque et de la grippe Epidémiologie des infec0ons à pneumocoque et de la grippe Dr Nadim Cassir Maladies Infec0euses et Tropicales Comité de Lu>e contre les Infec0ons Nosocomiales Hôpital Nord Marseille 1 Personnes âgées de

Plus en détail

Introduction. Sommaire. Quelques définitions

Introduction. Sommaire. Quelques définitions Le Guide : Vaccination et Travail Association Interprofessionnelle de Santé au Travail Sommaire Introduction page 3 Quelques définitions Risques infectieux et vaccination page 4 les agents responsables

Plus en détail

Quel est le risque infectieux?

Quel est le risque infectieux? Conflits d intérêts de l orateur (en rapport avec le thème de la conférence) Participation à des actions de formation organisés par des industriels (symposium, congrès, ateliers): Oui Immunosuppresseurs

Plus en détail

VACCINATIONS. Le plan de vaccination suisse 2013 recommande la vaccination contre la tuberculose dans des groupes à risques.

VACCINATIONS. Le plan de vaccination suisse 2013 recommande la vaccination contre la tuberculose dans des groupes à risques. Département de médecine communautaire, de premier recours et des urgences Service de médecine de premier recours VACCINATIONS Idriss Guessous Service de médecine de premier recours, HUG 2013 LES POINTS

Plus en détail

PLAN DU COURS. 1. Historique 2. Défini2ons 3. Principes de la vaccina2on 4. Classifica2on des vaccins 5. Perspec2ves vaccinales 6.

PLAN DU COURS. 1. Historique 2. Défini2ons 3. Principes de la vaccina2on 4. Classifica2on des vaccins 5. Perspec2ves vaccinales 6. PLAN DU COURS 1. Historique 2. Défini2ons 3. Principes de la vaccina2on 4. Classifica2on des vaccins 5. Perspec2ves vaccinales 6. Conclusion PLAN DU COURS 1. Historique 2. Défini2ons 3. Principes de la

Plus en détail

La vaccination des personnes âgées

La vaccination des personnes âgées La vaccination des personnes âgées et les recommandations du calendrier vaccinal 2009 concernant les personnels et les résidents des EHPAD. Journée du CCLIN Paris Nord du 6 mai 2009 Dr Albert SCEMAMA Vaccination

Plus en détail

Vietnam - Buôn Ma Thuôt - Informations générales

Vietnam - Buôn Ma Thuôt - Informations générales Vietnam - Buôn Ma Thuôt - Informations générales Langue: vietnamien et français. Régime politique: République Socialiste. Habitants: 78,7 millions. Décalage horaire: GMT +7 Indicatif Tel: 00 84 (50) pour

Plus en détail

Le 4 février 2013 DES ENFANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ Un manuel sur la santé et la sécurité destiné aux fournisseurs de services de garde

Le 4 février 2013 DES ENFANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ Un manuel sur la santé et la sécurité destiné aux fournisseurs de services de garde Section 3 : Parfois, s occuper de la paperasse semble être complètement au bas de votre liste de priorités. Quand il y a déjà à peine suffisamment d heures dans la journée à passer avec les enfants, les

Plus en détail

LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL

LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL DES ADOLESCENTS ET DES ADULTES MIS À JOUR EN MARS 2011 313-52711-B État des données : mars 2011 Ce guide calendrier vaccinal comporte le carnet de vaccination. SOMMAIRE LA

Plus en détail

Vaccinations, voyages et personnes âgées

Vaccinations, voyages et personnes âgées Vaccinations, voyages et personnes âgées Pr Eric Caumes Maladies infectieuses et tropicales Hop Pitié-Salpêtrière Paris www.medecine-voyages.org La médecine des voyages peut être défini comme l art de

Plus en détail

Fiche pra*que 3. Renforcement du rôle d informa*on et de consulta*on des IRP

Fiche pra*que 3. Renforcement du rôle d informa*on et de consulta*on des IRP Fiche pra*que 3 Renforcement du rôle d informa*on et de consulta*on des IRP La loi vise à favoriser la négocia2on collec2ve et l informa2on des instances représenta2ves du personnel (IRP) sur la forma2on

Plus en détail

Dr Carole HORDE Dr Jean-Yves BORGNE LES VACCINATIONS EN 2011

Dr Carole HORDE Dr Jean-Yves BORGNE LES VACCINATIONS EN 2011 Dr Carole HORDE Dr Jean-Yves BORGNE LES VACCINATIONS EN 2011 http://www.inpes.sante.fr/cfesbases/catalogue/pdf/1133.pdf CAS CLINIQUE N 1 Une maman, membre d un groupe de pensée plutôt opposé aux vaccinations,

Plus en détail

Vaccinations du voyageur Docteur Catherine Goujon Centre médical de l Institut Pasteur 6 décembre 2007

Vaccinations du voyageur Docteur Catherine Goujon Centre médical de l Institut Pasteur 6 décembre 2007 Docteur Catherine Goujon Centre médical de l Institut Pasteur 6 décembre 2007 1 Critères de choix : contraintes administratives : vaccinations «obligatoires» risques infectieux : le plus important contraintes

Plus en détail

Calendrier vaccinal et recommandations vaccinales 2013

Calendrier vaccinal et recommandations vaccinales 2013 Calendrier vaccinal et recommandations vaccinales 2013 du ministère des Affaires sociales et de la Santé, selon l avis du Haut Conseil de la santé publique MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ

Plus en détail

SEMAINE DE LA VACCINATION 13 AU 18 AVRIL 2015

SEMAINE DE LA VACCINATION 13 AU 18 AVRIL 2015 FICHE 1 SEMAINE DE LA VACCINATION 13 AU 18 AVRIL 2015 A QUOI SERT LA SEMAINE DE LA VACCINATION? La Semaine de la Vaccination a été lancée par l Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en 2005. Elle est

Plus en détail

Michael Currat, Chef de clinique Médecine du personnel du CHUV. Vaccination pour les collaborateurs en stérilisation

Michael Currat, Chef de clinique Médecine du personnel du CHUV. Vaccination pour les collaborateurs en stérilisation Michael Currat, Chef de clinique Médecine du personnel du CHUV Vaccination pour les collaborateurs en stérilisation Plan Vaccination Historique Types de vaccins Risques infectieux inhérents à l activité

Plus en détail

Voyages et vaccinations

Voyages et vaccinations Voyages et vaccinations VOYAGES LES MICI NE SONT PAS UN OBSTACLE AUX VOYAGES. Cependant, sauf urgences professionnelles, mieux vaut envisager les déplacements en période de rémission quand tout va bien.

Plus en détail

Fiches techniques des vaccinations inscrites au calendrier vaccinal 2015 Classement par ordre alphabétique

Fiches techniques des vaccinations inscrites au calendrier vaccinal 2015 Classement par ordre alphabétique Annexe 5 de la CM n 510458/DEF/DCSSA/PC/ERS/EPID du 21 mai 2015 Fiches techniques des vaccinations inscrites au calendrier vaccinal 2015 Classement par ordre alphabétique Sommaire Valences vaccinales contenues

Plus en détail

VACCINATIONS. Actualités. D. Abiteboul

VACCINATIONS. Actualités. D. Abiteboul Actualités D. Abiteboul VACCINATIONS Actualités Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Nouveau calendrier vaccinal 2013 Arrêté du 2 août 2013 et Instruction du 21 janvier

Plus en détail

Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse

Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse Professeur Emmanuel Grimprel Service de Pédiatrie Générale, Hôpital Trousseau, Paris Université Pierre et Marie Curie, Paris Déclaration

Plus en détail

La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a

La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? La vaccination n est pas seulement pour les enfants. Les adultes

Plus en détail

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire Vaccination des étudiants du Baccalauréat en Médecine de Lausanne INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire La vaccination du personnel de santé est recommandée par l Office fédéral

Plus en détail

Votre passeport vers une meilleure prévention des infections Pour vous, pour la vie

Votre passeport vers une meilleure prévention des infections Pour vous, pour la vie LA VACCINATION POST-GREFFE DE CELLULES HÉMATO-POÏÉTIQUES Votre passeport vers une meilleure prévention des infections Pour vous, pour la vie Pourquoi me faire vacciner suite à une greffe de cellules hématopoïétiques

Plus en détail

Vaccination : êtes-vous à jour?

Vaccination : êtes-vous à jour? 2015 calendrier simplifié Vaccination : êtes-vous à jour? des vaccinations Âge approprié nce ssa Nai ois 2m ois 4m ois 11 m is mo 12 is mo 18 16- ns 6a ans 13 11- ans 14 ans 25 45 ans et + ans 65 BCG Diphtérie-TétanosPoliomyélite

Plus en détail

Sri Lanka - Informations générales

Sri Lanka - Informations générales Sri Lanka - Informations générales Langue: cinghalais, tamoul et anglais. Régime politique: république unitaire à régime présidentiel. Habitants: 19,3 millions. Décalage horaire: GMT +6 Indicatif Tél:

Plus en détail

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

Brunei - Bandar Seri Begawan - Informations générales

Brunei - Bandar Seri Begawan - Informations générales Brunei - Bandar Seri Begawan - Informations générales Capitale: Bandar Seri Begawan Langue: malais. Régime politique: monarchie absolue sultanat (les partis sont interdits depuis 1988). Habitants: 406

Plus en détail

Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2014. Document mis à jour le 15/05/2014 (Modifications pages 45 et 50)

Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2014. Document mis à jour le 15/05/2014 (Modifications pages 45 et 50) Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2014 Document mis à jour le 15/05/2014 (Modifications pages 45 et 50) PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS. MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA

Plus en détail

Les vaccinations en EHPAD

Les vaccinations en EHPAD Les vaccinations en EHPAD Recommandations du Calendrier Vaccinal 2009 Prévention du risque infectieux en EHPAD 2 ème journée régionale de formation et d information Antenne régionale Nord Pas de Calais

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 8 septembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 8 septembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 8 septembre 2010 VAQTA 50 U/ml, suspension injectable en seringue préremplie. Vaccin de l'hépatite A, inactivé, adsorbé B/ 1 seringue préremplie en verre de 1 ml (CPI

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION DIRECTIVE ADMINISTRATIVE CONCERNANT LA VACCINATION DES EMPLOYÉS ET DES ÉTUDIANTS EN MILIEU DE STAGE (D 19) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION DIRECTIVE ADMINISTRATIVE CONCERNANT

Plus en détail

Leptospirose et entreprise : Conduite à tenir

Leptospirose et entreprise : Conduite à tenir Leptospirose et entreprise : Conduite à tenir M. le Pr. Pierre CATILINA FACULTE DE MEDECINE Institut d'hygiène Industrielle de Médecine du Travail et d'ergonomie 28, place Henri-Dunant 63001 CLERMONT-FERRAND

Plus en détail

Réunion Publique du 24 Novembre 2012 à Pontault- Combault : LA VACCINATION EN QUESTIONS

Réunion Publique du 24 Novembre 2012 à Pontault- Combault : LA VACCINATION EN QUESTIONS Réunion Publique du 24 Novembre 2012 à Pontault- Combault : LA VACCINATION EN QUESTIONS QU EST-CE QU UN VACCIN? COMMENT AGIT IL? QUE CONTIENT IL? QUE RISQUONS NOUS A ETRE OU NE PAS ETRE VACCINE? COMMENT

Plus en détail

Le secteur de la Mutualité. Présenta*on des organismes Structure et caractéris*ques des emplois Zoom sur les mé*ers

Le secteur de la Mutualité. Présenta*on des organismes Structure et caractéris*ques des emplois Zoom sur les mé*ers Le secteur de la Mutualité Présenta*on des organismes Structure et caractéris*ques des emplois Zoom sur les mé*ers 1 La protec*on sociale Ensemble des moyens mis en œuvre par un pays pour protéger ses

Plus en détail

N Viget 17/04/2015. Sujet âgé Femme enceinte Personnel soignant

N Viget 17/04/2015. Sujet âgé Femme enceinte Personnel soignant N Viget 17/04/2015 Sujet âgé Femme enceinte Personnel soignant Le sujet âgé Focus sur vaccinations Coqueluche Pneumocoque Grippe Zona Epidémiologie Données chez sujet agé Recommandations La couverture

Plus en détail

VACCINATIONS DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

VACCINATIONS DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Circulaire n 43/2008 Cl. C 44 Colmar, le 3 novembre 2008 Màj. septembre 2013 C E N T R E d e G E S T I O N d u H A U T - R H I N F O N C T I O N P U B L I Q U E T E R R I T O R I A L E 2 2, rue Wi l s

Plus en détail

Vaccinations pour les professionnels : actualités

Vaccinations pour les professionnels : actualités Vaccinations pour les professionnels : actualités Dominique Abiteboul Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Les vaccins A (H1N1)v 4QUESTIONS +++++ Pas assez de recul???

Plus en détail

Situation, prise en charge

Situation, prise en charge Grippe pandémique A(H1N1) Situation, prise en charge DAUMAS Aurélie HIA LAVERAN COURS IFSI Des grippes pandémiques Groupe A Secondaires à une cassure (rôle animal) Absence d immunité collective Létalité

Plus en détail

CartoVaccins. Haute-Vienne. Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe. en Haute-Vienne

CartoVaccins. Haute-Vienne. Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe. en Haute-Vienne CartoVaccins Haute-Vienne Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe en Haute-Vienne Quelle couverture vaccinale contre la Rougeole en Haute-Vienne > Contexte > Résultats Depuis le 1 er janvier

Plus en détail

Calendrier vaccinal 2015

Calendrier vaccinal 2015 Calendrier vaccinal 2015 Quoi de neuf? Entre avis, insuffisance de couverture vaccinale en France, ruptures en vaccin et polémiques Que faire? Dr C. Hommel CVI et CAR de La politique vaccinale en France

Plus en détail

Ukraine - Informations générales

Ukraine - Informations générales Ukraine - Informations générales Langue: ukrainien, russe, turco-tatar, roumain, hongrois, bulgare, polonais, allemand, slovaque, biélorusse et grec. Régime politique: république unitaire à régime présidentiel

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités Immunité & Vieillissement Vaccinations universelles Grippe Zona Coqueluche Pneumocoque Voyageur LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités La vaccination

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES ARMEES. Edition Chronologique n 21 du 21 mai 2010. PARTIE TEMPORAIRE Etat-Major des Armées (EMA) Texte n 40

BULLETIN OFFICIEL DES ARMEES. Edition Chronologique n 21 du 21 mai 2010. PARTIE TEMPORAIRE Etat-Major des Armées (EMA) Texte n 40 BULLETIN OFFICIEL DES ARMEES Edition Chronologique n 21 du 21 mai 2010 PARTIE TEMPORAIRE Etat-Major des Armées (EMA) Texte n 40 CIRCULAIRE N 178/DEF/DCSSA/AST/TEC/EPID fixant le calendrier vaccinal dans

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Le collège de la Haute Autorité de Santé ayant valablement délibéré en sa séance du 29 mai 2013,

REPUBLIQUE FRANCAISE. Le collège de la Haute Autorité de Santé ayant valablement délibéré en sa séance du 29 mai 2013, REPUBLIQUE FRANCAISE AVIS N 2013.0051/AC/SEVAM du 29 mai 2013 du collège de la Haute Autorité de Santé relatif au protocole de coopération 048 «Consultation, décision et prescription de vaccination pour

Plus en détail

CONCOURS D ENTREE EN INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS Candidats titulaires d un D.E.I. obtenu hors U.E.

CONCOURS D ENTREE EN INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS Candidats titulaires d un D.E.I. obtenu hors U.E. AC-HT/2/11/2015 Communication/dossier inscription 2016 CONCOURS D ENTREE EN INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS Candidats titulaires d un D.E.I. obtenu hors U.E. Dossier d inscription pour : Les

Plus en détail

Par. France Arbour, infirmière, Service de santé, sécurité et mieux être au travail

Par. France Arbour, infirmière, Service de santé, sécurité et mieux être au travail Par France Arbour, infirmière, Service de santé, sécurité et mieux être au travail Catherine Martel, conseillère en soins infirmiers, service de la formation 29 novembre 2012 » Présentation des animatrices»

Plus en détail

COQUELUCHE. Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011

COQUELUCHE. Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011 COQUELUCHE Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011 Epidémiologie Bactériologie Clinique Vaccination et recommandations Tests diagnostiques disponibles Stratégies diagnostiques: recommandations Traitement Conduite

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ L'ENFANT. Dr. CASSIERS Service de Pédiatrie Hôpital de Jolimont 2007

LA VACCINATION CHEZ L'ENFANT. Dr. CASSIERS Service de Pédiatrie Hôpital de Jolimont 2007 LA VACCINATION CHEZ L'ENFANT Dr. CASSIERS Service de Pédiatrie Hôpital de Jolimont 2007 SCHEMA VACCINAL DE 1981 : SCHEMA VACCINAL EN COMMUNAUTE FRANCAISE EN 2007 : COUVERTURES VACCINALES À L'ÂGE DE 12

Plus en détail

Vaccination Anti-Encéphalite Japonaise

Vaccination Anti-Encéphalite Japonaise Vaccination Anti-Encéphalite Japonaise IFMT sémin encéphalites 2004. Groupe de travail étudiant 1 Vaccin (Vac.) 3 types: 1. Vac. Inactivé préparé en culture cellulaire Souche: P3 (culture sur cellules

Plus en détail

accueil structure organisation enfance

accueil structure organisation enfance MULTI-ACCUEIL «LA GARENNE» 19 avenue du Général Leclerc 36500 BUZANCAIS - 02.54.84.25.21 multiaccueil@buzancais.fr structure accueil organisation enfance SOMMAIRE Conditions d admissions...1 Conduite à

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 23 septembre 2009. Virus de l encéphalite japonaise, souche SA14-14-2, inactivé (produite sur cellules Vero).

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 23 septembre 2009. Virus de l encéphalite japonaise, souche SA14-14-2, inactivé (produite sur cellules Vero). COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 23 septembre 2009 IXIARO, suspension injectable B/1 seringue préremplie + 1 aiguille, code CIP : 393 958-0 B/1 seringue préremplie, code CIP : 393 959-7 Laboratoire NOVARTIS

Plus en détail

Des réponses. Vaccination

Des réponses. Vaccination Des réponses à vos questions sur la Vaccination Vacciner permet de réduire considérablement le nombre de malades et de décès par maladies infectieuses. C est un geste médical à part entière, sur lequel

Plus en détail

Vous recevez une interne du service de maternité. 1 Confirmer le diagnostic (définition de cas)

Vous recevez une interne du service de maternité. 1 Confirmer le diagnostic (définition de cas) Vous recevez une interne du service de maternité La Coqueluche Elle vous dit tousser depuis 15 jours. Devant l absence de fièvre elle ne s est pas arrêtée et elle n a pas pris de précautions particulières.

Plus en détail

Vaccination des étudiants en santé

Vaccination des étudiants en santé Vaccination des étudiants en santé Quizz en Infectiologie Jean-Louis Koeck 1 Marie M. 21 ans, inscrite en PACES Elle dit avoir été bien vaccinée dans l'enfance, mais elle n'a pas retrouvé son carnet de

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 mai 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 mai 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 mai 2010 AVAXIM 160 U ADULTES, suspension injectable en seringue préremplie. Vaccin de l'hépatite A (inactivé, adsorbé) Boîte de 1 seringue préremplie en verre de

Plus en détail

Guide des vaccinations Édition 2012. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations

Guide des vaccinations Édition 2012. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations Guide des vaccinations Édition 2012 Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations 293 Vaccinations pour les personnels de santé INTRODUCTION La vaccination des personnels de santé a

Plus en détail

ATTESTATION DE VALIDATION DU STAGE D ORIENTATION PROFESSIONNELLE. Nom :... Nom marital éventuel :... Adresse :... Code postal :... Ville :...

ATTESTATION DE VALIDATION DU STAGE D ORIENTATION PROFESSIONNELLE. Nom :... Nom marital éventuel :... Adresse :... Code postal :... Ville :... INSTITUT DE FORMATION DES AMBULANCIERS Centre Hospitalier - 133 rue de la Forêt CS 20 606 35 306 FOUGERES CEDEX : 02 99 17 71 24 / Fax : 02 99 17 72 15 Annexe 1 ATTESTATION DE VALIDATION DU STAGE D ORIENTATION

Plus en détail

Préven(on de la pénibilité au travail (loi n 2010-1330 du 9 novembre 2010, portant réforme des retraites)

Préven(on de la pénibilité au travail (loi n 2010-1330 du 9 novembre 2010, portant réforme des retraites) au travail (loi n 2010-1330 du 9 novembre 2010, portant réforme des retraites) 1 - Le renforcement de la préven4on La loi sur les retraites a généralisé l obliga(on de préven(on de la pénibilité: - En

Plus en détail

Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015

Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015 Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015 Dossier de presse LA VACCINATION AU COURS DE LA VIE : Conseils et réponses aux questions du quotidien, pour être à jour CONTACTS PRESSE INPES Inpes : Sandra

Plus en détail

Le point sur la vaccination

Le point sur la vaccination Semaine européenne de la vaccination Du 23 au 30 avril 2010 Le point sur la vaccination Parce qu'il est important d'être vacciné et de mettre à jour ses vaccins régulièrement, parce que l'on se pose tous

Plus en détail

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban Vaccination et tuberculose en Gériatrie Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban VACCINATIONS 2 Personnes âgées et vaccinations Avec

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR

RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR Menveo MC Vaccin oligosaccharidique contre le méningocoque des groupes A, C, W-135 et Y conjugué au CRM 197 Le présent dépliant constitue la troisième et dernière partie

Plus en détail

Questions fréquentes sur la vaccination en général

Questions fréquentes sur la vaccination en général Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Maladies transmissibles Etat au 9.10.2013 Questions fréquentes sur la vaccination en général 1. Qu est-ce que le système

Plus en détail

De quoi parlons nous?

De quoi parlons nous? De quoi parlons nous? 1 De quoi parlons nous? Grippe Pandémie Grippe Peste saisonnière grippale humaine H5N1 aviaire H1N1 H2N2 H3N2 H5N1 2 De quoi parlons nous? Grippe Pandémie Grippe Peste saisonnière

Plus en détail

NOTICE D INSCRIPTION AUX ÉPREUVES DE SÉLECTION AIDE SOIGNANT (Pour les candidats titulaires du baccalauréat professionnel SAPAT ou ASSP)

NOTICE D INSCRIPTION AUX ÉPREUVES DE SÉLECTION AIDE SOIGNANT (Pour les candidats titulaires du baccalauréat professionnel SAPAT ou ASSP) INSTITUT DE FORMATION D AIDE-SOIGNANT Institut de Formation d Aide-soignant C.H.R.U. La Cavale Blanche Boulevard Tanguy Prigent 29609 BREST Cedex Tél : 02 98 34 25.47 ifsi@chu-brest.fr NOTICE D INSCRIPTION

Plus en détail

QUESTIONS ET INQUIETUDES DES VOYAGEURS AVANT LEUR DEPART

QUESTIONS ET INQUIETUDES DES VOYAGEURS AVANT LEUR DEPART QUESTIONS ET INQUIETUDES DES VOYAGEURS AVANT LEUR DEPART ETONNANTS VOYAGEURS, souvent trop insouciants parfois trop inquiets Des insouciants aux inquiets : informer les uns, rassurer les autres Enquête

Plus en détail

Accueil de Loisirs de Wolfisheim S INSCRIRE

Accueil de Loisirs de Wolfisheim S INSCRIRE Accueil de Loisirs de Wolfisheim S INSCRIRE Inscrip$on administra$ve Ufcv Délégaon régionale de d Alsace 1, rue des Récollets 67 000 Strasbourg L espace famille en 5 points 1 2 3 4 5 Un portail public

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE Protection sanitaire, maladies, toxicomanie, épidémiologie, vaccination, hygiène Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2009 selon l avis du Haut Conseil de la santé

Plus en détail

La vaccination de l adulte

La vaccination de l adulte et R La vaccination de l adulte Trop souvent négligée! Karl Weiss, MD, MSc, FRCPC Présenté dans le cadre de la conférence : Les journées de pharmacologie, Université de Montréal, juin 2007 Une étude canadienne

Plus en détail

Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015

Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015 Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015 Dossier de presse LA VACCINATION AU COURS DE LA VIE : Conseils et réponses aux questions du quotidien, pour être à jour CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier

Plus en détail

PROCESSUS INTEGRATION

PROCESSUS INTEGRATION PROCESSUS INTEGRATION 1. Eligibilité au statut d ambulancier libéral : Diplôme : Titulaire du CCA ou du DEA. Titulaire de l AFGSU 2 : au minimum fournir une attestation d inscription à cette formation.

Plus en détail

Tout savoir sur la vaccination de 0 à 6 ans. Mikalou se fait vacciner

Tout savoir sur la vaccination de 0 à 6 ans. Mikalou se fait vacciner Tout savoir sur la vaccination de 0 à 6 ans Mikalou se fait vacciner Récit Mikalou n a peur de rien Dans le jardin, Mikalou s assoit sur la balançoire. Il n est pas une poule mouillée, et pourtant, il

Plus en détail

Médecin coordinateur. RTE Réseau de Transport d Electricité Tour Initiale 1 Terrasse Bellini 92919 LA DEFENSE CEDEX. philippe.havette@wanadoo.

Médecin coordinateur. RTE Réseau de Transport d Electricité Tour Initiale 1 Terrasse Bellini 92919 LA DEFENSE CEDEX. philippe.havette@wanadoo. Dr. Philippe HAVETTE Médecin coordinateur RTE Réseau de Transport d Electricité Tour Initiale 1 Terrasse Bellini 92919 LA DEFENSE CEDEX philippe.havette@wanadoo.fr PLAN LES DIFFERENTS SEJOURS A L ETRANGER

Plus en détail

Vaccinations du voyageur

Vaccinations du voyageur Docteur Catherine Goujon Centre médical de l Institut Pasteur 12 mars 2008 1 Critères de choix Contraintes administratives vaccinations obligatoires * dans le cadre du RSI * exigence particulière du pays

Plus en détail