Commune de Houdain Analyse financière

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Commune de Houdain Analyse financière"

Transcription

1 Commune de Houdain Analyse financière décembre /6 rue Galilée PARIS cedex 16 Tél. : Web : 0 Mail :

2 Présenta9on du Cabinet Michel KLOPFER Le présent document a été réalisé par le Cabinet Michel KLOPFER (CMK), société indépendante de tout groupe industriel, commercial ou financier, comme de toute aaache parbsane, et dont l intégralité du capital apparbent, de par ses statuts, à ses consultants et salariés (aucun acbonnaire extérieur). Spécialisé dans la gesbon financière des collecbvités locales, le Cabinet compte à ce jour plus de 800 références, parmi lesquelles 33 des 39 villes de plus de habitants, 84 des 100 départements, 24 des 26 régions, 106 des 222 communautés d agglomérabon et 14 des 16 communautés urbaines et métropoles. Ses consultants sont également formateurs auprès de nombreux organismes, dont la Cour des comptes, le Ministère de l Economie et des Finances et le Ministère de l Equipement, ainsi que la plupart des associabons d élus (ADF, ARF et AdCF) et sept Chambres régionales des comptes. Ils sont auteurs de «GesBon financière des collecbvités locales», ouvrage publié aux EdiBons du Moniteur (6 ème édibon, avril 2014) ainsi que d arbcles dans différentes publicabons, dont «Les Notes bleues de Bercy», «La Revue du Trésor», «Le Monde», etc. CMK parbcipe également à la rédacbon du «Jurisclasseur collecbvités locales», du «Guide Lamy CollecBvités locales» et du «Mémento- Guide du financement des collecbvités locales». 1

3 Synthèse Analyse rétrospec9ve Fin 2013, la commune de Houdain affiche une situa7on financière dégradée : avec un niveau d épargne brute limité à 0,9% de ses receees de fonc7onnement, la commune n est pas en mesure de rembourser sa deee. - La structure des receees de fonc7onnement est très dépendante (à 44%) des dota7ons de l Etat qui sont en berne jusqu en 2013, et en diminu7on à compter de 2014 ; les reversements figés ou faculta7fs (c est- à- dire pouvant être diminués) provenant de la communauté d aggloméra7on Artois Comm sont limités à 3%. Les marges de manœuvre de la commune reposent ainsi sur les redevances des services publics (2% des receees), sur une par7e de la fiscalité indirecte (0,07%) et surtout sur les 3 taxes «ménages» (38% des receees). En dépit d une augmenta7on constante depuis 2008, la pression fiscale sur les ménages houdinois est plus faible que celle constatée dans les communes comparables et au niveau na7onal (du fait essen7ellement de la faiblesse des bases de foncier bâ7). - Côté dépenses de fonc7onnement, la ven7la7on est étroitement dépendante du mode de ges7on choisi par la commune ; aussi la rigidité ou la souplesse des dépenses ne sont- elles pas liées a priori à un type de dépense. CeEe vision s inscrit dans un contexte où les dépenses doivent dorénavant être adaptées au niveau des receees, et non plus l inverse. Par ailleurs, dans un contexte de recherche d op7misa7on des dépenses, la commune se doit de renforcer son suivi des dépenses afin de développer l informa7on financière des élus et de gagner en prévisibilité de ses comptes. La commune a inves7 4,9 M entre 2008 et 2013, soit un niveau d équipement plus faible que celui constaté dans les communes comparables et encore plus faible par rapport au niveau na7onal. Ses capacités d inves7ssement sont obérées par des engagements correspondant à 1,5 années d inves7ssement moyen. Si le stock de deee accumulé pour financer les inves7ssements reste en- dessous des moyennes na7onales, la commune de Houdain ne dispose pas des moyens financiers pour le rembourser dans des condi7ons acceptables (solvabilité 5 fois trop élevée fin 2013). CeEe situa7on financière dégradée laissée fin 2013 cons7tue le point de départ d une analyse prospec7ve qui doit prendre en compte cet héritage et intégrer un contexte na7onal contraignant inédit. 2

4 Synthèse Analyse La projec7on des comptes administra7fs de la commune de Houdain sur les années s inscrit dans un double contexte : - un contexte na7onal marqué par la par7cipa7on des collec7vités locales à l effort de redressement des finances publiques, qui se traduit par une baisse inédite de 12,5 milliards d des concours financiers de l Etat à l horizon 2017, représentant pour Houdain 0,45 M d épargne en moins. Parallèlement, la péréqua7on entre les collec7vités est renforcée avec la montée en charge du FPIC dont Houdain profiterait à hauteur de 0,3 M à l horizon un contexte local caractérisé par l absorp7on de nouvelles dépenses obligatoires (réforme des rythmes scolaires) et une situa7on de départ très dégradée (avec une épargne néga7ve en 2014, le compte administra7f est certes équilibré, mais la situa7on financière est déséquilibrée). Dans ces condi7ons, l épargne brute de la commune de Houdain ne parvient pas à être redressée et laisse la commune en situa7on de déséquilibre budgétaire. Dans l objec7f prioritaire de respecter les règles d équilibre budgétaire et d éviter la mise sous tutelle, il est nécessaire de dégager au moins 1,47 M d épargne supplémentaire à l horizon 2020 (dont 0,580 M dès 2015) ; l effort de redressement de la situa7on financière doit être concentré sur la sec7on de fonc7onnement (moindres dépenses et/ou davantage de receees). Dans ceee op7que d op7misa7on des dépenses, mais également d informa7on des élus, il est indispensable que la commune se dote d ou7ls de suivi et d affecta7on des dépenses. Il revient donc aux élus houdinois de hiérarchiser leurs poli7ques publiques pour que l effort de redressement se traduise dès le budget

5 Sommaire Préambule - > p Analyse rétrospec7ve > p.8 2 Analyse prospec7ve > p. 48 Annexes - > p. 76 4

6 Sommaire Préambule 5

7 Préambule Les 4 règles d équilibre applicables au moment du vote du budget, depuis la loi du 2 mars 1982 : Les dépenses de fonc7onnement sont intégralement couvertes par des receees de fonc7onnement (écritures réelles et écritures d ordre confondues), un surplus (virement) pouvant être dégagé. Ou dit autrement, l épargne brute réelle budgétaire doit couvrir le niveau des dota7ons neees aux amor7ssements. La sec7on d inves7ssement est équilibrée, après prise en compte du surplus issu de la sec7on de fonc7onnement, des emprunts éventuels voire de l affecta7on des résultats de l année passée. Au sein de la sec7on d inves7ssement, le remboursement normal du capital des emprunts doit être couvert par des ressources propres (donc à l exclusion des nouveaux emprunts et des subven7ons affectées). FONCTIONNEMENT INVESTISSEMENT Compte administratif DEPENSES Dépenses de gestion Frais financiers EPARGNE BRUTE Remboursement capital de la dette Dépenses d'équipement RECETTES Recettes de gestion EPARGNE BRUTE FCTVA, cessions Subventions Emprunts Ressources propres Les inscrip7ons doivent être sincères. 6

8 Préambule Indicateurs u9lisés Le taux d épargne brute : épargne brute / receees réelles de fonc7onnement (ra7o exprimé en %) Part de ses receees courantes qu une collec7vité est en mesure d épargner chaque année sur son cycle de fonc7onnement Indicateur implicite de la capacité de la collec7vité à voter son budget en équilibre Seuil minimal (empirique) : 7% Zone de première vigilance : 10% La capacité de désenderement : deee / épargne brute (ra7o exprimé en années) Principal indicateur de solvabilité Seuil maximal : 15 ans, soit la durée de vie moyenne résiduelle du patrimoine public local et des emprunts mobilisés pour le financer Zone d alerte : entre 10 et 12 ans en fonc7on de la situa7on financière «de départ» de la collec7vité 7 FONCTIONNEMENT INVESTISSEMENT Compte administratif DEPENSES Dépenses de gestion Frais financiers EPARGNE BRUTE Capital dette Dépenses d'équipement RECETTES Recettes de gestion EPARGNE BRUTE Recettes définitives Emprunts

9 Sommaire 1 Analyse rétrospec9ve A ReceEes de fonc7onnement B Dépenses de fonc7onnement C Sec7on d inves7ssement D Reports E Budget annexe «Parc entreprise» 8

10 1 Analyse rétrospec9ve CeEe par7e de l'analyse cons7tue une photographie de la situa7on financière de la commune de Houdain au 31 décembre L analyse financière rétrospec7ve est menée à par7r du compte administra7f du budget principal pour les années 2008 à Méthodologie des «retraitements» des comptes Afin de restaurer le caractère récurrent de l épargne, les dépenses et les receees réelles de fonc7onnement men7onnées dans les comptes administra7fs ont été expurgées des flux excep7onnels (annula7ons de 7tres, indemnité de refinancement ) et des flux patrimoniaux (produits de cession), qui sont retraités en sec7on d inves7ssement. Puis, afin de restaurer l annualité des comptes, des raeachements à l exercice ont été effectués, en plus de ceux déjà men7onnés dans les comptes administra7fs. RETRAITEMENTS DE LA SECTION DE FONCTIONNEMENT (en M ) Dépenses réelles de fonctionnement au CA 6,715 6,811 6,439 6,889 6,474 7,202 c/673 : annulations de titres -0,035-0,120 c/668 : indemnités de refinancement -0,139 c/ : rattachement subvention budget annexe 0,025-0,025 Dépenses réelles de fonctionnement retraitées 6,680 6,691 6,439 6,914 6,449 7,062 Recettes réelles de fonctionnement au CA 6,790 6,969 6,747 6,974 7,071 7,456 Retraitements en section d'investissement -0,155 0,000-0,073-0,060 0,000-0,116 c/775 : produit des cessions -0,035 0,000-0,073-0,060 0,000-0,116 c/7478 : subvention au titre d'une autre commune -0,120 Rattachements de produits -0,009 0,000 0,093-0,076 0,201-0,215 c/706 : redevance sur domaine public -0,009 c/7321 : attribution de compensation 0,001-0,001 0,003 0,000 c/7322 : dotation de solidarité communautaire 0,091-0,091 c/747 : subvention Etat / emplois aidés 0,016 0,049-0,065 ch 013 : décalage remboursement 0,150-0,150 Recettes réelles de fonctionnement retraitées 6,625 6,969 6,767 6,837 7,272 7,125 RETRAITEMENTS DE LA SECTION D'INVESTISSEMENT (en M ) Dépenses réelles d'investissement au CA 1,467 2,254 0,856 0,527 0,353 1,566 Retraitements Dépenses de fonctionnement 0,035 0,120 0,000 0,000 0,000 0,139 Recettes réelles d'investissement retraitées 1,502 2,374 0,856 0,527 0,353 1,705 Recettes réelles d'investissement au CA 0,539 3,391 0,447 0,235 0,042 0,910 Retraitement Recettes de fonctionnement 0,155 0,000 0,073 0,060 0,000 0,116 Recettes réelles d'investissement retraitées 0,695 3,391 0,521 0,295 0,042 1,026 IMPACT DES RETRAITEMENTS SUR L'EPARGNE BRUTE (en M ) Epargne brute constatée au CA 0,075 0,159 0,308 0,084 0,597 0,254 Retraitements -0,129 0,120 0,019-0,161 0,226-0,191 Epargne brute retraitée -0,054 0,279 0,328-0,077 0,823 0,063 IMPACT DES RETRAITEMENTS SUR LE FONDS DE ROULEMENT (en M ) Fonds de roulement constaté au CA -0,901 0,395 0,295 0,088 0,375-0,027 Rattachements cumulés -0,009-0,009 0,084-0,018 0,209-0,006 Fonds de roulement retraité -0,910 0,386 0,378 0,070 0,583-0,034 9

11 1 Analyse rétrospec9ve Après retraitements, l épargne brute s élève à 0,063 M fin 2013 après avoir connu une évolu7on «en dent de scie» sur toute la période Aucun raeachement n a été effectué en 2008 et 2010, ce qui contribue à alourdir les charges imputées sur les exercices suivants, 2009 et 2011 : ceci cons7tue une piste d explica7on à la chute de l épargne en En dépit de ceee carence sur l annualité des comptes en 2008 et 2010, l évolu7on des receees et des charges demeure très irrégulière. Evolution de l'autofinancement (en M )! 8! 6! Autofinancement (échelle de droite)! Recettes réelles de fonctionnement (échelle de gauche)! 6,68! 6,97! 6,77! 6,63! 6,69! 6,44! Dépenses réelles de fonctionnement (échelle de gauche)! Dotations aux amortissements! 7,27! 6,91! 7,12! 6,84! 7,06! 6,45! 1,5! 1,0! 4! 0,13! 0,28! 0,33! 0,82! 0,15! 0,13! 0,11! 0,5! 2! -0,05! 0,12! 0,12! -0,08! 0,06! 0,0! 0! 2008! 2009! 2010! 2011! 2012! 2013! -0,5! 10

12 1 Analyse rétrospec9ve L évolution irrégulière de l épargne brute a des conséquences directes sur les règles d équilibre budgétaire : En 2008, 2011 et 2013, le niveau d épargne ne permet pas de couvrir les dotations aux amortissements (0,115 M en 2013) : la règle d équilibre budgétaire sur la section de fonctionnement n est pas respectée. Associée aux recettes d investissement (hors subventions affectées et emprunt), l épargne ne couvre pas non plus le remboursement en capital de la dette (0,3 M en 2013) sur ces mêmes années. => Ce n est que grâce aux reports des exercices précédents que la commune a réussi à afficher un budget en équilibre. Ceci démontre la fragilité de la situation financière de la commune de Houdain. Conditions du respect de l'équilibre budgétaire (en M )! Equilibre section de fonctionnement! Equilibre section d'investissement! 0,8! 0,70! 0,6! 0,4! 0,23! 0,42! 0,57! 0,2! 0,0! -0,2! -0,4! -0,18! 0,16! 0,21! -0,21! -0,23! -0,05! -0,10! -0,6! -0,8! -0,67! 2008! 2009! 2010! 2011! 2012! 2013! 11

13 1 Analyse rétrospec9ve L épargne brute ne représente que 0,9% des recettes de fonctionnement fin Un tel niveau d épargne brute (en-deçà du seuil de 10%) fragilise l équilibre du financement des investissements. Par rapport aux autres communes comparables*, la commune de Houdain affiche un très faible ratio d épargne, quand la moyenne de l échantillon s élève à 14,6% en %! 15%! 10%! 5%! 0%! -5%! 30%# Seuil limite acceptable! -0,8%! 4,0%! Evolution du taux d'épargne brute! 4,8%! -1,1%! 11,3%! 0,9%! 2008! 2009! 2010! 2011! 2012! 2013! Comparaison%du%taux%d'épargne%brute%en%2013% (données(après(retraitements)( Taux#d'épargne#brute# Moyenne#de#l'échanQllon#:#14,6%# * EchanBllon consbtué : communes membres d'une communauté levant la FPU, avec une populabon DGF comprise entre et habitants, dans les départements du Nord et du Pas- de- Calais Les données ublisées sont issues des comptes de gesbon des communes, sans retraitements 20%# 10%# 0%# 0,9%% HOUDAIN# HOUPLINES# 2,9%% 3,5%% 8,8%% 8,9%% 9,9%% 11,8%% 14,0%% 14,8%% 15,6%% 16,6%% 17,0%% 19,7%% 21,0%% 21,6%% 21,8%% LEFOREST# BOURBOURG# 12 WAZIERS# DIVION# BRAY;DUNES# NEUFCHATEL;HARDELOT# WAVRIN# MAZINGARBE# FRESNES;SUR;ESCAUT# BARLIN# VENDIN;LE;VIEIL# AULNOY;LEZ;VALENCIENNES# TETEGHEM# QUESNOY;SUR;DEULE# 22,2%% 23,2%% AUBY# FEIGNIES#

14 1 Analyse rétrospec9ve A ReceRes de fonc9onnement Ven7la7on des receees : ü 44% de concours financiers de l Etat (DGF) et de compensa7ons fiscales ü 2,8% de receees provenant de la communauté d aggloméra7on Artois Comm (dont 0,2% de receees figées : aeribu7on de compensa7on) ü Marges de manœuvre de la commune sur 40% de ses receees : la fiscalité «ménages» (37,5% des receees), les produits de tarifica7on (2,7% des receees) et la fiscalité indirecte (droit de sta7onnement et taxe sur la publicité, soit 0,07% des receees). Reversements)Artois) Comm)(AC,)DSC,) FPIC)) 0,2)M ) 2,8%) Autres)produits) fiscaux) 0,2)M ) 2,6%) VenKlaKon)des)receOes)de)foncKonnement)2013) Produits)des)services) et)de)geskon) courante) 0,3)M ) 4,3%) Fiscalité)"ménages") 2,7)M ) 37,5%) 13 DGF)et) compensakons) fiscales) 3,1)M ) 44,0%) Autres)parKcipaKons) 0,5)M ) 7,3%) Autres)receOes) 0,1)M ) 1,5%)

15 1 Analyse rétrospec9ve Evolu7on moyenne de +1,6% par an entre 2008 et ,5 M en 5 ans ainsi répar7s : VenKlaKon&de&l'évoluKon&des&receMes&de&foncKonnement& entre&2008&et&2013&(en&m )& Autres&receMes& '0,115& Autres&parKcipaKons& 0,073& DGF&et&compensaKons&fiscales& 0,028& Produits&des&services&et&de&gesKon&courante& 0,002& Reversements&Artois&Comm&(AC,&DSC,&FPIC)& 0,056& Autres&produits&fiscaux& '0,021& Fiscalité&"ménages"& 0,476& '0,2& '0,1& 0,0& 0,1& 0,2& 0,3& 0,4& 0,5& 0,6& 14

16 1 Analyse rétrospec9ve Fiscalité directe sur les ménages (37,5% des receaes de foncbonnement en 2013) 600" Comparaison#du#produit#de#taxe#d'habita=on#en#2013#(en# /hab)# Produit"TH" Moyenne"naJonale":"185" /hab" Moyenne"échanJllon"hors"Neufchatel":"155" " Les impôts locaux sur les ménages à Houdain (taxe d habita7on et taxes foncières, soit 346 / hab pour les 3 taxes) sont - 19% inférieurs à la moyenne constatée dans les communes de l échan7llon (427 /hab), - et 21% en- dessous de la moyenne na7onale (440 /hab). 500" 400" 300" 200" 100" 0" 87# 98# 108# AUBY" VENDIN"LE"VIEIL" FEIGNIES" 177# 112# 115# 116# 120# 144# 146# 150# 171# 176# 179# 196# 207# 338# BARLIN" MAZINGARBE" DIVION" AULNOY"LEZ"VALENCIENNES" WAZIERS" HOUPLINES" LEFOREST" WAVRIN" QUESNOY"SUR"DEULE" HOUDAIN" 987# BOURBOURG" FRESNES"SUR"ESCAUT" TETEGHEM" BRAY"DUNES" NEUFCHATEL"HARDELOT" C est la taxe sur le foncier bâ7 qui concentre le plus grand écart par rapport à la moyenne na7onale : ü TFB : 167 /hab à Houdain contre 247 /hab au niveau na7onal pour les communes de même catégorie (communes de à hab) ü TH : 177 /hab à Houdain contre 185 /hab au niveau na7onal 600" 500" 400" 300" 200" 100" 0" 118# 124# 134# 149# 155# 170# 177# 178# 181# 190# 193# 206# 238# 283# QUESNOY"SUR"DEULE" AULNOY"LEZ"VALENCIENNES" Comparaison#du#produit#de#taxe#sur#le#foncier#bâ?#en#2013#(en# /hab)# Produit"TFB" Moyenne"naJonale":"247" /hab" Moyenne"échanJllon":"218" /hab" 15 BARLIN" WAVRIN" 167# HOUPLINES" HOUDAIN" TETEGHEM" FRESNES"SUR"ESCAUT" WAZIERS" LEFOREST" 321# 421# 516# VENDIN"LE"VIEIL" DIVION" BOURBOURG" MAZINGARBE" FEIGNIES" BRAY"DUNES" AUBY" NEUFCHATEL"HARDELOT"

17 1 Analyse rétrospec9ve Taxe d habita7on Les bases brutes de la Ville (929 /hab en 2012) sont supérieures (+13%) à la moyenne des bases des communes de l échan7llon (819 /hab). Le taux communal (20,62%) se trouve 5% en- dessous du taux moyen des communes de l échan7llon (21,71%) en 2013 et 43% supérieur au taux moyen na7onal de la catégorie (14,41%), lié à la spécificité des communes du Nord- Pas- de- Calais (bases faibles, taux élevés) Consolidé avec le taux intercommunal, le taux global s élève à 33,47% à Houdain, 2,6% inférieur au taux moyen consolidé constaté sur l échan7llon (34,35%). Le taux intercommunal de TH résulte de l ex- part départementale de TH transférée aux communautés en 2011 (10,89% sur Artois Comm) et, le cas échéant, d une part addi7onnelle votée par la communauté, la «fiscalité mixte» (1,96% sur Artois Comm). 2"000" 1"800" 1"600" 1"400" 1"200" 1"000" 800" 600" 400" 200" 0" 564$ FRESNES-SUR-ESCAUT" 642$ AUBY" Bases"brutes" 644$ Comparaison$des$bases$brutes$2013$(en$ /hab)$?$taxe$d'habitation$?$ Moyenne"hors"Neufchatel":"819" " Moyenne"de"l'échanTllon":"910" " 716$ 758$ 780$ WAZIERS" FEIGNIES" BOURBOURG" AULNOY-LEZ-VALENCIENNES" 786$ HOUPLINES" 789$ BARLIN" 795$ MAZINGARBE" 799$ QUESNOY-SUR-DEULE" 831$ WAVRIN" 841$ DIVION" 872$ LEFOREST" 885$ VENDIN-LE-VIEIL" 929$ HOUDAIN" 1$075$ TETEGHEM" 1$257$ BRAY-DUNES" 2$544$ NEUFCHATEL-HARDELOT" 60%% 50%% 40%% 30%% 20%% 10%% 0%% 11,51%% 12,12%% VENDIN%LE%VIEIL% 11,51%% 15,75%% MAZINGARBE% 12,85%% 15,18%% DIVION% 12,85%% 15,36%% 12,32%% 17,26%% 11,92%% 20,12%% 11,94%% 19,04%% BARLIN% AUBY% FEIGNIES% AULNOY%LEZ%VALENCIENNES% Comparaison%des%taux%2013% <%TAXE%D'HABITATION%<% Taux%commune% Taux%syndicat% Taux%communauté% Moyenne%taux%communal%:%21,71%% Taux%consolidé%Houdain%:% 33,47%% (Communauté%:%12,85%)% Moyenne%taux%consolidé%:%34,35%% 14,43%% 18,70%% LEFOREST% 12,85%% 20,62%% HOUDAIN% 11,99%% 20,45%% BRAY%DUNES% 12,92%% 22,45%% NEUFCHATEL%HARDELOT% 11,99%% 24,42%% TETEGHEM% 12,10%% 24,18%% HOUPLINES% 12,32%% 24,94%% WAZIERS% 12,10%% 27,09%% 12,10%% 26,31%% WAVRIN% QUESNOY%SUR%DEULE% 11,99%% 29,45%% BOURBOURG% 11,94%% 37,40%% FRESNES%SUR%ESCAUT% 16

18 1 Analyse rétrospec9ve Sur les bases brutes de TH, la commune a voté aucune poli7que d abaeements faculta7fs (soit aucun coût faculta7f à la charge de la commune) Comparaison#de#la#poliHque#d'abaMements# à#la#taxe#d'habitahon#en#2013# Houdain# Majora&on(Aba+ement(personnes(à(charges((1(et(2)(((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( Majora&on(Aba+ement(personnes(à(charges((3(et(+)(((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( Aba+ement(général(à(la(base(((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((( Aba+ement(spécial(à(la(base( Aba+ement(spécial(à(la(base(handicapés( 15%# 10%# 5%# 0%# DIVION# FRESNES#SUR#ESCAUT# MAZINGARBE# VENDIN#LE#VIEIL# HOUDAIN# LEFOREST# BARLIN# AUBY# BOURBOURG# WAZIERS# AULNOY#LEZ#VALENCIENNES# FEIGNIES# QUESNOY#SUR#DEULE# WAVRIN# NEUFCHATEL#HARDELOT# BRAY#DUNES# HOUPLINES# TETEGHEM# Par ailleurs, 20% des bases sont exonérées ; autrement dit, le levier fiscal ne joue que sur 80% des bases. 17

19 1 Analyse rétrospec9ve Taxe sur le foncier bâ7 Les bases brutes de Houdain (560 /hab en 2012) sont 25% inférieures à la moyenne des bases des communes de l échan7llon (748 /hab) Le taux appliqué par la commune de Houdain (29,74%) est 5% supérieur au taux moyen des communes de l échan7llon (21,79 %) et 43% supérieur au taux moyen na7onal de la catégorie (20,80%). Certaines communes, comme Houdain, sont membres d une communauté levant une fiscalité mixte (taux majoré de 2,33% pour les ménages houdinois). => C est donc le niveau des bases fiscales de la commune qui explique le niveau d imposi7on des ménages de Houdain à la taxe foncière, et non la poli7que fiscale. 1"800" 1"600" 1"400" 1"200" 1"000" 800" 600" 400" 200" 449# 469# Bases"brutes" 525# 531# Comparaison#des#bases#brutes#2013#(en# /hab)#?#taxe#sur#le#foncier#bati#?# Moyenne"de"l'échanPllon":"748" " 533# 536# 560# 618# 642# 680# 686# 695# 719# 759# 961# 1#144# 1#442# 1#552# 50%# 45%# 40%# 35%# 30%# 25%# 20%# 15%# 10%# 5%# 16,91%& Taux#commune# Taux#syndicat# Taux#communauté# Moyenne#taux#consolidé#:#22,67%# Moyenne#taux#communal#:#21,79%# 18,22%& 19,73%& 20,34%& 21,62%& 22,70%& 22,04%& 26,40%& 25,26%& 30,57%& Comparaison&des&taux&2013& <&TAXE&SUR&LE&FONCIER&BATI&<& Taux&consolidé&Houdain&:&32,07%& (Communauté&:&2,33%)& 29,74%& 32,39%& 30,24%& 38,76%& 36,54%& 34,35%& 39,75%& 43,94%& 0" WAZIERS" FRESNES1SUR1ESCAUT" LEFOREST" DIVION" BARLIN" QUESNOY1SUR1DEULE" HOUDAIN" AULNOY1LEZ1VALENCIENNES" TETEGHEM" BOURBOURG" HOUPLINES" WAVRIN" BRAY1DUNES" MAZINGARBE" AUBY" VENDIN1LE1VIEIL" NEUFCHATEL1HARDELOT" FEIGNIES" 0%# VENDIN#LE#VIEIL# FEIGNIES# NEUFCHATEL#HARDELOT# AULNOY#LEZ#VALENCIENNES# WAVRIN# HOUPLINES# QUESNOY#SUR#DEULE# TETEGHEM# BARLIN# BOURBOURG# HOUDAIN# MAZINGARBE# BRAY#DUNES# FRESNES#SUR#ESCAUT# DIVION# LEFOREST# WAZIERS# AUBY# 18

20 1 Analyse rétrospec9ve ü Evolu7on des bases neees de la commune entre 2008 et 2013 Une croissance annuelle moyenne de + 3,5 % pour les bases de la taxe d habita7on et de + 1,6 % pour le foncier bâ7 ; ces évolu7ons sont globalisées et comprennent la revalorisa7on forfaitaire décidée en loi de finances et l évolu7on physique des bases. La seule croissance physique des bases de TH et de TFB diminue depuis Croissance&des&bases&de&TH&entre&2007&et&2013& Croissance&des&bases&de&TFB&entre&2007&et&2013& dont%revalorisa-on%forfaitaire%en%loi%de%finances% dont%évolu-on%physique% dont%revalorisa-on%forfaitaire%en%loi%de%finances% dont%évolu-on%physique% 4,50%& 4,00%& 3,50%& 3,00%& 2,50%& 2,00%& +&3,37&%& 1,77%& +&2,70&%& 1,20%& +&3,90&%& 2,70%& +&3,95&%& 1,95%& +&3,98&%& 2,18%& +&3,00&%& 1,20%& 4,00%& 3,00%& 2,00%& 1,00%& +&3,00&%& 1,40%& 1,60%& +&2,53&%& 1,03%& 1,50%&,0,38&%& 1,20%& +&2,04&%& +&2,33&%& 0,04%& 0,53%& +&1,51&%& 2,00%& 1,80%& 1,80%& 1,50%& 0,00%&,0,29%& 1,00%& 0,50%& 1,60%& 1,50%& 1,20%& 2,00%& 1,80%& 1,80%&,1,00%&,1,58%& 0,00%& 2008& 2009& 2010& 2011& 2012& 2013&,2,00%& 2008& 2009& 2010& 2011& 2012& 2013& ü Evolu7on des taux de la Ville entre 2010 et 2013 Les taux communaux sont restés stables sur la période : 9,99% de TH et 14,24% de TFB 19

21 1 Analyse rétrospec9ve ü Evolu7on des taux de la commune entre 2008 et 2013 Une augmenta7on des taux a été décidée chaque année : +1,5% sur chacune des 3 taxes «ménages» (excepté en 2014 où la varia7on a été différenciée entre les 3 taxes) 90%& Taxe%d'habita,on% Taxe%sur%le%foncier%bâ,% Evolu3on&des&taux&depuis&2007& 80%& 70%& 60%& Taxe%sur%le%foncier%non%bâ,% 72,39%& 73,84%& 74,95%& 75,70%& 76,84%& 77,99%& 79,16%& 78,32%& >1,0%& 50%& 40%& 30%& >0,4%& 27,20%& 27,74%& 28,16%& 28,44%& 28,87%& 29,30%& 29,74%& 29,61%& 20%& 10%& 0%& 18,85%& 19,23%& 19,52%& 19,72%& 20,02%& 20,32%& 20,62%& 20,56%& +1,5%& +1,0%& +1,5%& +1,5%& +1,5%& >0,3%& 2007& 2008& 2009& 2010& 2011& 2012& 2013& 2014& 20

22 1 Analyse rétrospec9ve Impacts sur 2 indicateurs financiers u7lisés notamment dans la répar77on des concours financiers de l Etat Le poten7el financier est l indicateur permeeant la comparaison de la richesse fiscale d un territoire et cons7tue le principal critère d éligibilité et de répar77on des dota7ons de péréqua7on de l Etat. En 2013, le poten7el financier de Houdain 782 / hab.) est 28% inférieur à la moyenne na7onale de sa catégorie (1.086 /hab) et 22% inférieur à la moyenne de l échan7llon (1.004 /hab). L effort fiscal de Houdain est 3% inférieur à la moyenne constatée dans les communes de l échan7llon étudié (1,45 contre 1,49). Comparé à sa catégorie na7onale (écart pris en compte par l Etat), l effort fiscal de la commune est 25% supérieur (1,45 contre 1,16). 1"800" 1"600" 1"400" 1"200" 1"000" 2,5$ 2,0$ 1,5$ 1,0$ 0,5$ 0,0$ 800" 600" 400" 200" 0" 696# LEFOREST# 0,99$ FEIGNIES$ 763# BARLIN# 766# FRESNES7SUR7ESCAUT# # HOUPLINES# 771# QUESNOY7SUR7DEULE# Comparaison#du#potenPel#financier#2014#(en# /hab.)# données'dgcl' Poten-el"financier" Moyenne"de"l'échan-llon":"1.004" " Moyenne"na-onale":"1.086" " 1,06$ VENDIN5LE5VIEIL$ 1,26$ 1,33$ BARLIN$ NEUFCHATEL5HARDELOT$ 1,42$ AULNOY5LEZ5VALENCIENNES$ 782# HOUDAIN# 1,45$ MAZINGARBE$ 810# WAVRIN# 1,45$ 827# DIVION# 830# VENDIN7LE7VIEIL# 1,48$ 1,51$ 871# 885# 935# MAZINGARBE# WAZIERS# AULNOY7LEZ7VALENCIENNES# 1,53$ 991# NEUFCHATEL7HARDELOT# Comparaison$de$l'effort$fiscal$2014$ données'dgcl' 1,57$ 1,58$ 1#358# BRAY7DUNES# 1,63$ 1,73$ 1#360# TETEGHEM# Effort&fiscal& Moyenne&échan2llon&:&1,49& Moyenne&catégorie&na2onale&:&1,16& HOUDAIN$ DIVION$ WAVRIN$ HOUPLINES$ TETEGHEM$ LEFOREST$ QUESNOY5SUR5DEULE$ BRAY5DUNES$ 1,83$ BOURBOURG$ 1#463# AUBY# 1,86$ WAZIERS$ 1#632# FEIGNIES# 1#656# BOURBOURG# 1,89$ 2,14$ AUBY$ FRESNES5SUR5ESCAUT$

23 1 Analyse rétrospec9ve Autres produits de fiscalité (3% des receaes de foncbonnement en 2013) Taxe addi7onnelle communale aux droits de muta7on : receee par7culièrement vola7le, assise sur les évolu7ons du marché immobilier. Fortes diminu7ons du produit en 2009 : perte globale de 0,030 M Droits de place et de sta7onnement (+9%/an en moyenne) : modalités arrêtées par le conseil municipal Taxe sur la publicité : taxe faculta7ve sur les disposi7fs publicitaires, variant selon la nature et la surface des supports publicitaires. Les tarifs sont votés par le conseil municipal dans la limite de montants maximaux fixés par un arrêté annuel. Taxe sur l électricité : perçue par la Fédéra7on départementale d énergie du Pas- de- Calais à laquelle adhère la commune ; reversement à la commune d une par7e de la taxe par le syndicat en M c/ : Droits de place et de stationnement 0,001 0,001 0,001 0,002 0,002 0,002 c/7351 : Taxe sur l'électricité 0,087 0,116 0,074 0,105 0,104 0,111 c/7368 : Taxe locale publicité extérieure 0,017 0,002 0,011 0,004 0,005 0,003 c/7381 : Taxe additionnelle droits de mutation 0,104 0,076 0,072 0,077 0,063 0,070 => La flexibilité fiscale de la commune repose sur 0,005 M de ces taxes, soit 0,07% des receees de fonc7onnement. 22

24 1 Analyse rétrospec9ve Concours financiers de l Etat : la DGF (42% des receaes de foncbonnement en 2013) Houdain perçoit une DGF de 375 /hab en 2013 (38% supérieure à la moyenne de l échan7llon) comprenant une dota7on forfaitaire et 3 dota7ons de péréqua7on (DSR, DNP et DSU). VenFlaFon#de#la#DGF#2014#(en# /hab)# Dota.on!forfaitaire! Dota.on!na.onale!de!péréqua.on! Dota.on!de!solidarité!rurale! Dota.on!de!solidarité!urbaine! Total! Moyenne!:!271! /hab! ##600####!!600!!!! ##500#### ##400#### ##300#### ##200#### ##100#### 93# 136# 138# 138# 169# 176# 183# 191# 202# 255# 290# 339# 375# 410# 414# 422# 424# 492#!!500!!!!!!400!!!!!!300!!!!!!200!!!!!!100!!!! #,###### FEIGNIES# NEUFCHATEL,HARDELOT# BOURBOURG# TETEGHEM# HOUPLINES# VENDIN,LE,VIEIL# BRAY,DUNES# WAVRIN# QUESNOY,SUR,DEULE# AUBY# FRESNES,SUR,ESCAUT# LEFOREST# HOUDAIN# BARLIN# AULNOY,LEZ,VALENCIENNES# DIVION# MAZINGARBE# WAZIERS#!"!!!!!! 23

25 1 Analyse rétrospec9ve Dota7on forfaitaire (1,5 M en 2013) Depuis 2009, le «complément de garan7e» sert de variable d ajustement aux concours financiers de l Etat et subit des ponc7ons annuelles, forfaitaires en 2010 (- 2%) puis propor7onnelles au poten7el fiscal depuis Avec un complément de garan7e représentant 53% de sa dota7on forfaitaire, la commune est largement exposée. Néanmoins, avec un poten7el fiscal inférieur à la moyenne na7onale (308 /hab contre un seuil de prélèvement à 425 /hab. en 2013), la commune ne subit pas de prélèvement sur son complément de garan7e. 100%# 90%# 80%# 70%# 60%# 50%# 40%# 30%# 20%# 10%# 0%# FEIGNIES# 0%# 1%# NEUFCHATEL9HARDELOT# HOUPLINES# 21%# 23%# 26%# 28%# BOURBOURG# Comparaison#du#poids#du#complément#de#garanUe#2014# Complément#de#garan:e# Dota:on#de#base# Dota:on#superficie# Compensa:on#baisse#DCTP# TETEGHEM# VENDIN9LE9VIEIL# 33%# QUESNOY9SUR9DEULE# 37%# 41%# WAVRIN# BRAY9DUNES# MAZINGARBE# 51%# 52%# 53%# 54%# 59%# 59%# 61%# 62%# 62%# Nota : le transfert de la compensa7on «part salaires» à Artois Comm cons7tue aujourd hui une opportunité pour la commune => la commune perçoit en effet un produit figé dans son aeribu7on de compensa7on, alors même que la compensa7on «part salaires», désormais perçue par la communauté, est indexée à la baisse depuis 2012 puisqu elle sert également de variable d ajustement aux concours financiers de l Etat. AUBY# HOUDAIN# FRESNES9SUR9ESCAUT# LEFOREST# BARLIN# WAZIERS# DIVION# AULNOY9LEZ9VALENCIENNES# 24

Communauté d aggloméra0on Orléans Val de Loire

Communauté d aggloméra0on Orléans Val de Loire Communauté d aggloméra0on Orléans Val de Loire - Perspec)ves financières du mandat et bases d un pacte fiscal et financier - Séminaire du 27 septembre 2014 6 rue du Général de Larminat 75015 PARIS Tél.

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Jean-Christophe BERGE Tél : 01 55 34 40 13 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : jcberge@fcl.fr Ville de Gisors 24 juin 2014 87 rue St-Lazare

Plus en détail

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS Le 4 février 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES www.stratorial-finances.fr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy

Plus en détail

LES PACTES FINANCIERS ET FISCAUX COMMUNES INTERCOMMUNALITE ET LA MUTUALISATION

LES PACTES FINANCIERS ET FISCAUX COMMUNES INTERCOMMUNALITE ET LA MUTUALISATION LES PACTES FINANCIERS ET FISCAUX COMMUNES INTERCOMMUNALITE ET LA MUTUALISATION 1 PRESENTATION Le présent document a été réalisé par le Cabinet Michel Klopfer, conseil indépendant dont le capital appartient

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2004-2007) ET PROSPECTIVE (2008-2014)

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2004-2007) ET PROSPECTIVE (2008-2014) CABINET MICHEL KLOPFER Consultants Finances Locales ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2004-2007) ET PROSPECTIVE (2008-2014) Commune de Chécy 20 JUIN 2008 Laëtitia HACQUARD Michel KLOPFER 6 rue du Général

Plus en détail

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS Principaux enseignements de l audit financier réalisé en octobre 2014 26 JANVIER 2015 4 rue Galilée 75782 PARIS cedex 16 Tél. : 01 43 06 08 10 Web : www.cabinetmichelklopfer.fr

Plus en détail

PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES

PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES contact : Sophie Blanc - responsable administrative 04 75 89 80 80 - fax : 04 75 89 80 98 - La Chastelanne 07260 Joyeuse administration@pays-beaumedrobiefr

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Commune de Pierre-Olivier Hofer Directeur associé Ludivine Louette Consultante Toulouse, le 20 mai 2014 E14-0514 EXFILO Tél : 01.83.62.86.35 Fax : 01.83.62.86.34

Plus en détail

Mauriac, samedi 30 mai 2015. 4, rue Galilée 75116 PARIS Tél. : 01 43 06 08 10 Web : www.cabinetmichelklopfer.fr Mail : cmk@cabinetmichelklopfer.

Mauriac, samedi 30 mai 2015. 4, rue Galilée 75116 PARIS Tél. : 01 43 06 08 10 Web : www.cabinetmichelklopfer.fr Mail : cmk@cabinetmichelklopfer. Impact de la baisse des concours d Etat sur la situation financière des collectivités locales et données financières des communes et communautés du Cantal Mauriac, samedi 30 mai 2015 4, rue Galilée 75116

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Le Code Général des Collectivités Territoriales prévoit dans les communes de plus de 3 500 habitants, les départements, les régions et les EPCI la tenue d un débat

Plus en détail

Ville de SAINT- OUEN

Ville de SAINT- OUEN Ville de SAINT- OUEN Audit financier Conseil Municipal excep/onnel du 13 octobre 2014 6 rue du Général de Larminat 75015 PARIS Tél. : 01 43 06 08 10 Web : www.cabinetmichelklopfer.fr 0 Mail : cmk@cabinetmichelklopfer.fr

Plus en détail

Trébeurden Synthèse financière

Trébeurden Synthèse financière Jeudi 27 juin 2013 Trébeurden Synthèse financière Yvan Pellé Réunion publique Méthodologie (1) 2 Charges courantes ( personnel, fluides, entretien, contrats..) Excédent brut courant Produits courants (impôts,

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) -

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - - Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Plus en détail

Le compte administratif 2011

Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 de MIONS en quelques chiffres Budget principal. 16 590 970 de recettes réalisées, dont :. 13 003 158 en fonctionnement dont 165 000 de rattachements.

Plus en détail

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES EYSINES FÉVRIER 214 POPULATION Population 1999 (sans double compte) Population 26 (municipale) Population 211 (municipale) Classement en fonction de la population (211) Rangs

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT.

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. -=-=-=- L étude porte sur la situation à la clôture de l exercice 2 (se reporter au compte administratif de 2). Il n est pas tenu compte du budget annexe du

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

PRESENTATION DES BUDGETS. Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances

PRESENTATION DES BUDGETS. Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances PRESENTATION DES BUDGETS DE LA VILLE DE MEYLAN Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances Un budget construit sous le signe de fortes contraintes et en adéquation avec les réformes en

Plus en détail

PROSPECTIVE FINANCIERE 2014-2017 DE LA VILLE VERSION 16 AVRIL 2014!

PROSPECTIVE FINANCIERE 2014-2017 DE LA VILLE VERSION 16 AVRIL 2014! PROSPECTIVE FINANCIERE 2014-2017 DE LA VILLE VERSION 16 AVRIL 2014! Christian Escallier Cabinet Michel Klopfer 6 bis, rue de Larminat 75015 Paris Tél. : 01 43 06 08 10 Fax : 01 47 34 15 83 cescallier@cabinetmichelklopfer.fr

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et des intercommunalités Bilan 2 14 et projections 215-217 214 : une forte baisse de l épargne brute et des investissements qui cristallisent

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 3 1.1 Les indicateurs de la santé financière d'une

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL Compte Administratif 2014 SECTION DE FONCTIONNEMENT DEPENSES CA 2013 CA 2014 Alloué Réalisé Alloué Réalisé 011 Charges à caractère général 445 615 424 289,55 448 291 411 184,65 012 Charges

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010 ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE () SICTOBA Mai 2010 Pascal HEYMES Stratorial Finances Agence de Montpellier 2, rue des Arbousiers 34070 MONTPELLIER Tél. : 04 99 61 47 05 - Fax : 04 99 61 47 09 www.stratorial-finances.fr

Plus en détail

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014 Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 COMPTE ADMINISTRATIF 2009 Des résultas de gestion satisfaisants mais une marge de manœuvre

Plus en détail

Ville de Schiltigheim. Audit financier version définitive

Ville de Schiltigheim. Audit financier version définitive Ville de Schiltigheim Audit financier version définitive 10 octobre 2014 Préliminaire Le présent document vise à présenter les conclusions de l audit financier réalisé entre les mois de juillet 2014 et

Plus en détail

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES La participation des communes au plan d économies initié par l Etat va modifier substantiellement les équilibres financiers des collectivités locales et notamment

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014 Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés Septembre 2014 Synthèse du diagnostic financier de l Agglo du Pays d Aubagne et de l Etoile

Plus en détail

Compte administratif. Recettes de gestion EPARGNE BRUTE. FCTVA, cessions Subventions. Emprunts

Compte administratif. Recettes de gestion EPARGNE BRUTE. FCTVA, cessions Subventions. Emprunts Commune d Aubagne Synthèse de l audit financier - septembre 2014 - L audit financier de début de mandat, réalisé par le, fait ressortir la situa- tion financière très dégradée de la commune d Aubagne à

Plus en détail

ANALYSE FINANCIèRE. RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012

ANALYSE FINANCIèRE. RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012 ANALYSE FINANCIèRE RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012 RESSOURCES CONSULTANTS FINANCES SOCIÉTÉ D ETUDE, RECHERCHE ET PROSPECTIVE EN FINANCES LOCALES S.A. au

Plus en détail

LES DOTATIONS DES COMMUNES NOUVELLES

LES DOTATIONS DES COMMUNES NOUVELLES LES DOTATIONS DES COMMUNES NOUVELLES Réunion d information à destination des élus des communes lundi 30 mars 2015 à Avranches mars 2015 1 LES DOTATIONS DES COMMUNES NOUVELLES : Dotation Globale de Fonctionnement

Plus en détail

Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré

Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré Le service Finances de la CAN a élaboré cette fiche à partir des documents transmis par les communes en juillet 2014 : - Compte Administratif

Plus en détail

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 Note mise à jour de la loi de finances pour 2015 Sommaire Explications préalables... 3 Application aux

Plus en détail

ANALYSE FINANCIÈRE PROSPECTIVE 2004/2008 DE LA COMMUNE D AUBERVILLIERS

ANALYSE FINANCIÈRE PROSPECTIVE 2004/2008 DE LA COMMUNE D AUBERVILLIERS CABINET MICHEL KLOPFER Consultants Finances Locales ANALYSE FINANCIÈRE PROSPECTIVE 2004/2008 DE LA COMMUNE D AUBERVILLIERS janvier 2009 DOCUMENT DE TRAVAIL 6 rue du Général de Larminat 75015 PARIS Tél.

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 - Introduction - Tableaux de synthèse - Synthèse des grands équilibres du Budget Primitif 2015 1 INTRODUCTION Le Budget Primitif 2014,

Plus en détail

Ville de Hyères les Palmiers

Ville de Hyères les Palmiers Ville de Hyères les Palmiers Analyse financière rétrospective et prospective du budget principal de la ville Conseil Municipal du 16 septembre 2014 16 septembre 2014 Ville de Hyères / slide 1 Sommaire

Plus en détail

Rapport financier - Exercice 2013

Rapport financier - Exercice 2013 Rapport financier - Exercice 2013 Sommaire Le budget réalisé en 2013 // Résultat de l'exercice 2013 page 4 // Origine des recettes page 4 // Destination des dépenses page 4 Les grands équilibres financiers

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DE L'INTERCOMMUNALITÉ

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DE L'INTERCOMMUNALITÉ DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DE L'INTERCOMMUNALITÉ FÉVRIER 214 IDENTIFICATION / POPULATION Commune siège : Pau Type de fiscalité : Fiscalité professionnelle unique (FPU) Commune

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014 ( 20 000 habitants) Juin 2014 Sommaire Les petites en France 3 Les volumes d intervention 4 Les principales ressources courantes 5-6 L épargne brute 7 Les dépenses d investissement 8 L encours de dette

Plus en détail

BUDGETS PRIMITIFS 2015

BUDGETS PRIMITIFS 2015 BUDGETS PRIMITIFS 215 Communauté d Agglomération de la Vallée de la Marne 1/ Budget principal 2/ Assainissement 17/2/215 1 Contexte Un environnement territorial contraint dans un contexte économique tendu

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015 Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014 Débat d Orientation Budgétaire 2015 Le budget 2015 sera le premier de ce nouveau mandat 2014-2020 Il est construit sur le Plan de mandat financier en

Plus en détail

ASSOCIATION DES MAIRES DE L ISERE PROJET DE LOI DE FINANCES 2015 : PRINCIPALES CONSEQUENCES FINANCIERES POUR LE BLOC COMMUNAL

ASSOCIATION DES MAIRES DE L ISERE PROJET DE LOI DE FINANCES 2015 : PRINCIPALES CONSEQUENCES FINANCIERES POUR LE BLOC COMMUNAL ASSOCIATION DES MAIRES DE L ISERE PROJET DE LOI DE FINANCES 2015 : PRINCIPALES CONSEQUENCES FINANCIERES POUR LE BLOC COMMUNAL Intervention de Stéphane GUERIN Support réalisé par l équipe de Stratorial

Plus en détail

Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET)

Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET) Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET) (Articles 2, 47, 77, 78 et 99 de la loi de finance pour 2010) Actuellement, la taxe professionnelle (TP)

Plus en détail

Bordeaux, le 14 mars 2012. Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX. Monsieur le Maire,

Bordeaux, le 14 mars 2012. Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX. Monsieur le Maire, Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX Bordeaux, le 14 mars 2012 Monsieur le Maire, Par lettre du 5 mai 2011, vous avez été informé que la chambre régionale des comptes

Plus en détail

ANNEXE III. Le nouveau schéma de financement des collectivités territoriales après la réforme de la taxe professionnelle

ANNEXE III. Le nouveau schéma de financement des collectivités territoriales après la réforme de la taxe professionnelle ANNEXE III Le nouveau schéma de financement des collectivités territoriales après la réforme de la taxe professionnelle SOMMAIRE 1. DIFFERENTS PRINCIPES DIRECTEURS ONT GUIDE LA MISE EN ŒUVRE DE LA REFORME

Plus en détail

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL Le vote du budget constitue l acte politique majeur de la vie de la collectivité. Il doit impérativement être voté avant le 31 mars de l année qu il intéresse. Toutefois,

Plus en détail

VILLE D AUBERVILLIERS PROSPECTIVE FINANCIERE 2007-2010

VILLE D AUBERVILLIERS PROSPECTIVE FINANCIERE 2007-2010 CABINET MICHEL KLOPFER 6, rue du Général de Larminat 75015 PARIS Tel : 01 43 06 08 10 Fax : 01 47 34 15 83 VILLE D AUBERVILLIERS PROSPECTIVE FINANCIERE 2007-2010 Céline BACHARAN 18 octobre 2006 Sommaire

Plus en détail

LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE

LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE 1 LES OBJECTIFS DE LA REFORME DE LA TP - favoriser la compétitivité des entreprises françaises - en particulier

Plus en détail

LEVET COMMUNE DE LEVET

LEVET COMMUNE DE LEVET LEVET COMMUNE DE LEVET Conseil Municipal du 4 juin 2015 Le Compte Administratif présenté aujourd hui découle de la gestion de l exercice 2014 : il constitue notre socle de gestion pour l avenir. Compte

Plus en détail

Délibérations DOB 2014 du 18 octobre 2013

Délibérations DOB 2014 du 18 octobre 2013 Délibérations DOB 2014 du 18 octobre 2013 1 CONSEIL GENERAL DU JURA Réunion du : 4ème trimestre 2013 Type : DOB 2014 Service : DMI/FINANCES Rapporteur : Christophe PERNY Thème : FINANCES - GARANTIES D'EMPRUNT

Plus en détail

Bilan de mandat municipal

Bilan de mandat municipal Association des Maires de la Corrèze Bilan de mandat municipal Brive-la-Gaillarde, le vendredi 12 avril 2013 Intervention de Patrice LALANNE Ancien conseiller du Président du Sénat Consultant formateur

Plus en détail

Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer ce qui est comparable.

Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer ce qui est comparable. Réunion du 12 mai 2011 1 Premiers éléments de caractérisation financière du territoire Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer

Plus en détail

La construction du budget communal. 25 avril 2015

La construction du budget communal. 25 avril 2015 La construction du budget communal 25 avril 2015 Le budget : un acte fondamental, très encadré Un acte de prévision et d autorisation Prévoit chaque année les recettes et dépenses de la commune Autorise

Plus en détail

Conseil municipal du 19 décembre 2013

Conseil municipal du 19 décembre 2013 BUDGET PRIMITIF 2014 Conseil municipal du 19 décembre 2013 1 Un budget stable hors impact des rythmes scolaires Des dépenses de fonctionnement globales en croissance de 2,99 % par rapport au BP 2013. Mais

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES. M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances, administration générale et économie» RAPPORT DE M.

BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES. M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances, administration générale et économie» RAPPORT DE M. Direction des finances - 1DEPARTEMENT DES VOSGES Extrait des délibérations du Conseil général Réunion du 19 janvier 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances,

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 BUDGET COMMUNE La tenue du débat d orientations budgétaires est obligatoire dans les régions, les départements, les communes de plus de 3 500 habitants, leurs établissements

Plus en détail

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES ANNEXES L ISTE DES ANNEXES ANNEXE I : ANNEXE II : ANNEXE III : ANNEXE IV : ÉVOLUTION DES DEPENSES DES COMMUNES ET DES EPCI DE 2006 A 2013 OUTILS JURIDIQUES DE MUTUALISATION A DISPOSITION DES ACTEURS LOCAUX

Plus en détail

VILLE DE REIMS. Analyse financière rétrospective (2003-2007) et prospective (2008-2013) CABINET MICHEL KLOPFER. Consultants Finances Locales

VILLE DE REIMS. Analyse financière rétrospective (2003-2007) et prospective (2008-2013) CABINET MICHEL KLOPFER. Consultants Finances Locales CABINET MICHEL KLOPFER Consultants Finances Locales VILLE DE REIMS Analyse financière rétrospective (2003-2007) et prospective (2008-2013) Vivien GROUD Grégoire VINCENOT 6 rue du Général de Larminat 75015

Plus en détail

ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014

ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014 Intervention du Président du Conseil général ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014 www.cg47.fr Diapositive n 1 : Section de fonctionnement : évolution des dépenses réelles en M 350 300 250 200 150 100 50 0 Evolution

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et intercommunalités 2013-2014 2013 : statu quo sur les équilibres financiers avant de nouveaux défis à relever L année 2013 conclut un mandat

Plus en détail

Assemblée des départements de France. Prospective des budgets des départements (2011-2015)

Assemblée des départements de France. Prospective des budgets des départements (2011-2015) Assemblée des départements de France Prospective des budgets des départements (2011-2015) Guy Gilbert Professeur - Département de Sciences Sociales ENS Cachan Alain Guengant Directeur de recherche au CNRS

Plus en détail

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire Réunions publiques janvier 2013 Présentation du Débat d Orientation Budgétaire 7 février 2011 LE CONTEXTE Une économie mondiale très ralentie En zone Euro : des incertitudes autour de la crise de la dette

Plus en détail

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015 PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015 Commune de Poisat 23 février 2015 Sommaire Le budget communal : quelques points de compréhension 1. Principes budgétaires 2. Préparation du budget 3. Exécution du budget

Plus en détail

SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015

SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015 SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015 PREAMBULE 1) POUR LA PREMIÈRE FOIS EN 2015, LE BUDGET M49 DES SERVICES EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT EST VOTÉ EN HORS TAXES. PAR CONSÉQUENT,

Plus en détail

Madame la Maire, Je vous prie d agréer, Madame la Maire, l expression de ma considération la plus distinguée.

Madame la Maire, Je vous prie d agréer, Madame la Maire, l expression de ma considération la plus distinguée. La Présidente Lyon, le 22 Juillet 2013 N Recommandée avec A.R. REF : ma lettre n 508 du 20 juin 2013 P.J. : 1 Madame la Maire, Par lettre citée en référence, je vous ai communiqué le rapport d observations

Plus en détail

Panorama financier 2 0 1 1

Panorama financier 2 0 1 1 Panorama financier 2 1 1 des communautés de communes Les communautés sont appelées à connaître dans les années qui viennent de nombreux bouleversements : effets de la réforme fiscale de 29, implications

Plus en détail

22ème Conven*on na*onale de l Intercommunalité 14 octobre 2011. Mutualisa*on : déployer les nouveaux ou*ls de la réforme

22ème Conven*on na*onale de l Intercommunalité 14 octobre 2011. Mutualisa*on : déployer les nouveaux ou*ls de la réforme 22ème Conven*on na*onale de l Intercommunalité 14 octobre 2011 Mutualisa*on : déployer les nouveaux ou*ls de la réforme Grand Dole (Pdt : Claude Chalon) Créé en 2008, issu d une fusion, 41 communes, 53

Plus en détail

COMPTE. administratif. note de présentation. Ville de Brest. Direction Générale des Finances et de Gestion Direction des finances

COMPTE. administratif. note de présentation. Ville de Brest. Direction Générale des Finances et de Gestion Direction des finances 2009 COMPTE administratif note de présentation Direction Générale des Finances et de Gestion Direction des finances Ville de Brest 2009 COMPTE administratif note de présentation Direction Générale des

Plus en détail

GUIDE FONCTIONNEL. Réaliser une analyse prospective à l aide du tableau financier de Mairie-conseils

GUIDE FONCTIONNEL. Réaliser une analyse prospective à l aide du tableau financier de Mairie-conseils GUIDE FONCTIONNEL Réaliser une analyse prospective à l aide du tableau financier de Mairie-conseils SOMMAIRE I - Objectifs 1 - Calculer des indicateurs financiers 2 - Animer la réflexion prospective II

Plus en détail

Audit financier et fiscal

Audit financier et fiscal Audit financier et fiscal Eléments synthétiques tiques extraits de l auditl Juin 2008 Territoires & Conseil 12 rue de Castiglione 75001 Paris Territoires-et-conseil@wanadoo.fr Tél.: 01.53.34.07.17 1 La

Plus en détail

Compte Administratif 2013

Compte Administratif 2013 Compte Administratif 2013 Bilan de l exercice écoulé, le compte administratif nous rend compte de la gestion et des réalisations de l exercice 2013. Dans un contexte économique national difficile et malgré

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 749 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 17 octobre 2011 PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2011,

Plus en détail

Audit financier de la commune de Collioure Synthèse

Audit financier de la commune de Collioure Synthèse Audit financier de la commune de Collioure Synthèse KPMG Secteur public Septembre 2014 Déroulement de l audit 1. Mesurer et comprendre l évolution des comptes de la commune entre 2008 à 2013 2. Auditer

Plus en détail

1. Vue d ensemble des budgets I 3 I

1. Vue d ensemble des budgets I 3 I Sommaire 1. Vue d ensemble des budgets 2. Contexte des finances locales en 2014 3. Section de fonctionnement 4. Section d investissement 5. Synthèse et conclusion I 2 I 1. Vue d ensemble des budgets I

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE 1- Objet 1.1 Les présentes condi

Plus en détail

www.pwc.com 20 novembre 2014 Le Taillan-Médoc Analyse organisationnelle RH et financière Rapport Final

www.pwc.com 20 novembre 2014 Le Taillan-Médoc Analyse organisationnelle RH et financière Rapport Final www.pwc.com Le Taillan-Médoc Analyse organisationnelle RH et financière Rapport Final Table of Contents Section Overview Page 1 Etat des lieux de l organisation 1 2 Audit Financier 5 2.1 Etat des lieux

Plus en détail

DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011

DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 Février 2011 1 LES ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 1. L EVOLUTION DU BUDGET DE FONCTIONNEMENT 2. L ENDETTEMENT 3. LES PERSPECTIVES POUR LES ANNEES A VENIR 4.

Plus en détail

Fonds de péréquation intercommunale et communale FPIC. Jeudi 17 janvier 2013

Fonds de péréquation intercommunale et communale FPIC. Jeudi 17 janvier 2013 Fonds de péréquation intercommunale et communale FPIC Jeudi 17 janvier 2013 Le Fonds de Péréquation des ressources Intercommunales et Communales (FPIC) CADRE GÉNÉRAL Principes fixés en LFI 2010 / Opérationnel

Plus en détail

Guide comptable. Les inscriptions comptables

Guide comptable. Les inscriptions comptables Guide comptable Les inscriptions comptables les ressources d emprunt Les emprunts sont exclusivement destinés à financer des investissements, qu'il s'agisse d'un équipement spécifique ou d'un ensemble

Plus en détail

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace Avis 17 juin 2015 Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace 17 juin 2015 2 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

L autonomie financière du Conseil général de l Hérault

L autonomie financière du Conseil général de l Hérault Colloque des 6 et 7 juin 2013 > L autonomie financière du Conseil général de l Hérault Table ronde sur l autonomie financière comparée de 3 collectivité: une Région, un Département et une Communauté urbaine.

Plus en détail

Nouveaux enjeux du mandat. Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée

Nouveaux enjeux du mandat. Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée Nouveaux enjeux du mandat Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée - 121,8-117,1 Déficit budget Etat (en milliards d'euros) - 130,0-120,0-110,0-100,0-90,0-80,0-70,0-60,0-50,0-40,0-30,0-20,0-10,0

Plus en détail

Analyse financière de la ville de Bagnolet

Analyse financière de la ville de Bagnolet Analyse financière de la ville de Bagnolet Synthèse Ville de Bagnolet 1 Plan de l intervention I Analyse financière rétrospective : Bagnolet une Commune surendettée A Objectifs et méthodologie B Un budget

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014 Ville d EVRON (53600) Conseil Municipal du 19 décembre 2013 Texte règlementaire L article L 2312-1 du Code Général des Collectivités Territoriales prévoit l organisation

Plus en détail

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Séance de Conseil Municipal du 26 février 2015 DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Le contexte De beaux équipements (médiathèque, CLSH, espace culturel Armorica, espace loisirs sportifs) MAIS

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DES COMPTES ANNEXES D EAU ET D ASSAINISSEMENT DE LA CAB!

ANALYSE FINANCIERE DES COMPTES ANNEXES D EAU ET D ASSAINISSEMENT DE LA CAB! ANALYSE FINANCIERE DES COMPTES ANNEXES D EAU ET D ASSAINISSEMENT DE LA CAB! 16 septembre 2014 Caroline GRAOUER & Christian ESCALLIER Cabinet Michel Klopfer 6 bis, rue de Larminat 75015 Paris Tél. : 01

Plus en détail

Débat d Orientation Budgétaire 2013

Débat d Orientation Budgétaire 2013 Débat d Orientation Budgétaire 2013 Rappel Les échanges de ce débat d orientation budgétaire permettront de préciser les grands axes du budget 2013 en préparation qui sera soumis au vote lors de la présentation

Plus en détail

VILLE DE VILLEJUIF. Analyse financière rétrospective 2008 2013

VILLE DE VILLEJUIF. Analyse financière rétrospective 2008 2013 VILLE DE VILLEJUIF Analyse financière rétrospective 2008 2013 29 septembre 2014 Partenaires Finances Locales www.partenaires-finances-locales.com 96 bd Sébastopol 75003 75003 Paris Tél : 01 42 74 25 13

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS COMMUNE DE SAINT - GAUDENS 1 REUNION PUBLIQUE SUR LES FINANCES DE LA VILLE M ERCREDI 6 MAI 2015 UN CONTEXTE TRES DIFFICILE 2 1. Audit financier KPMG du 10 juin 2014 2. Situation financière comparée avec

Plus en détail

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Thomas Duquesne Février 2015 Pourquoi utiliser des indicateurs techniques? Notre compte administratif (bilan comptable annuel) est contrôlé par

Plus en détail