Du 20 au 27 avril 2013 Semaine européenne de la vaccination

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Du 20 au 27 avril 2013 Semaine européenne de la vaccination"

Transcription

1 Du 20 au 27 avril 2013 Semaine européenne de la vaccination Vaccination : êtes-vous à jour? DOSSIER DE PRESSE Dossier de presse national complété des informations en Vaucluse où la semaine se prolonge jusqu'au 4 mai 2013 CONTACT PRESSE Comité départemental d éducation pour la santé de Vaucluse 13, rue de la Pépinière AVIGNON - Tel. : Fax : Site Internet : - N SIRET :

2 Avril

3 SOMMAIRE Une Semaine pour la vaccination, du 20 au 27 avril p. 5 Une opportunité pour vérifier ses vaccinations et se faire vacciner?...p. 5 Des actions sur l ensemble du territoire : informer les petits et les grands pour faire de la vaccination un réflexe de prévention...p. 5 Un nouveau calendrier des vaccinations. Plus de simplicité, pour une meilleure protection...p. 7 Moins d injections pour tout le monde : nourrissons, enfants, adolescents et adultes...p. 7 Pour les adultes, des rendez-vous vaccinaux à âge fixe...p. 7 Pourquoi simplifier le calendrier des vaccinations?...p. 7 Concrètement, qu est-ce que ça change?...p. 7 Vaccination et rappels : être à jour, c est être protégé toute la vie...p. 9 La vaccination à quoi ça sert?...p. 9 Que pensent les Français de la vaccination?...p. 9 Avoir ses vaccins «à jour» qu est-ce que cela veut dire?...p. 10 Qu est-ce que le «calendrier des vaccinations»?...p. 10 Pourquoi faut-il être vacciné contre certaines maladies au-delà de l enfance?...p. 10 Qui peut me vacciner?...p. 12 Combien me coûte la vaccination?...p. 12 La vaccination en Vaucluse. Les acteurs...p. 15 La vaccination en Vaucluse. Les actions...p. 18 Annexes...p. 31 Les outils développés pour le grand public par l Inpes...p. 31 Les outils développés pour les professionnels de santé par l Inpes...p. 35 La rougeole...p. 37 La varicelle...p. 39 La rubéole...p. 40 La coqueluche...p. 41 Les infections à papillomavirus humains...p. 42 L hépatite B...p. 43 Les infections invasives à méningocoques : méningites et septicémies à méningocoques...p. 44 Les oreillons...p. 46 La tuberculose...p. 47 3

4 4

5 UNE SEMAINE POUR LA VACCINATION DU 20 AU 27 AVRIL 2013 Une opportunité pour vérifier ses vaccinations et se faire vacciner? A l initiative de l Organisation mondiale de la santé (OMS), la Semaine européenne de la vaccination se déroule du 20 au 27 avril 2013 dans près de 200 pays dans le monde, dont la totalité des pays d Europe. Pour la 7 ème année consécutive, la France participe à cette initiative. Le ministère des Affaires sociales et de la Santé et l Institut national de prévention et d éducation pour la santé (Inpes) coordonnent conjointement l événement au niveau national et, dans les 26 régions, les agences régionales de santé (ARS) pilotent de nombreuses actions mises en œuvre sur le terrain. Cette Semaine a pour objectif de rappeler les principaux enjeux de prévention liés à la vaccination, ainsi que la nécessité de se faire vacciner et de faire les rappels ou les rattrapages de vaccins. La vaccination joue un rôle primordial dans la lutte contre les maladies infectieuses. Par l augmentation du taux de couverture vaccinale, (proportion de personnes vaccinées dans la population), il est en effet possible de contrôler une maladie : on réduit sa transmission et on réduit le risque d épidémie ; certaines maladies peuvent être éliminées voire éradiquées. La Semaine européenne de la vaccination est aussi une occasion de faire le point sur ses vaccins, de faire vérifier son carnet de santé ou son carnet de vaccination et de poser toutes les questions aux professionnels de santé. En 2013, un nouveau calendrier des vaccinations est publié. Il a été simplifié : moins d injections pour les petits, et des rendez-vous moins fréquents pour les adultes et à âges fixes (25, 45, et 65 ans puis 75, 85 ans ) Quels sont les vaccins à effectuer? A quel âge se faire vacciner? Quand procéder aux rappels ou mises à jour? Profitez de la Semaine de la vaccination pour faire le point avec votre médecin ou votre pharmacien. Pour plus d informations, consultez le site internet dédié à la Semaine européenne de la vaccination : Des actions sur l ensemble du territoire : informer les petits et les grands pour faire de la vaccination un réflexe de prévention Dans les régions, de nombreuses actions sont mises en place pour informer et encourager les Français à vérifier leur carnet de vaccination et à mettre à jour leurs vaccinations : expositions, stands d information, prospectus, affiches, conférences et débats, jeux, séances de vaccination Les professionnels de santé sont également mobilisés : courriers d information, affiches, conférences sont créés à leur intention. 5

6 Dans chacune des régions, de nombreux acteurs s associent aux agences régionales de santé (ARS), afin de faire vivre la Semaine européenne de la vaccination au plus près de la population et des professionnels de santé, notamment : - les services de l Etat : jeunesse et sports, éducation nationale, travail, justice, défense ; - les ordres professionnels de santé : médecins, pédiatres, pharmaciens, sages-femmes, infirmières ; - les établissements de santé ; - les organismes d assurance maladie et les mutuelles ; - les collectivités territoriales : communes, conseils généraux, conseils régionaux ; - les centres de vaccination ; - les centres de protection maternelle et infantile (PMI) ; - les associations. L Inpes met à disposition des 26 régions divers outils : dossiers documentaires, résultats d enquêtes, documents sur les vaccinations qu il édite (notamment le «Guide des vaccinations»). En 2012, près de documents ont été diffusés. 6

7 UN NOUVEAU CALENDRIER DES VACCINATIONS PLUS DE SIMPLICITE, POUR UNE MEILLEURE PROTECTION Le calendrier des vaccinations 2013 introduit une simplification importante de la vaccination pour tous : nourrissons, enfants, adolescents et adultes. Ce calendrier a été rendu public par la ministre des Affaires sociales et de la Santé après avis du Haut conseil de la santé publique (HCSP). Moins d injections pour tout le monde : nourrissons, enfants, adolescents et adultes La primovaccination des nourrissons se fait avec une injection en moins. En effet, cette primovaccination qui se faisait jusqu'à présent avec trois doses de vaccin et un rappel est remplacée par deux doses de vaccin espacées de 2 mois et un rappel. Pour les enfants et les adolescents une injection en moins. Le rappel de vaccination diphtérie, tétanos, polio (dtp) qui devait être fait entre 16 et 18 ans est supprimé. Les adultes ont deux rappels en moins à effectuer, soit cinq rappels au lieu des sept préconisés jusqu à présent. Pour les adultes, des rendez-vous vaccinaux à âge fixe Chaque adulte aura désormais un rendez-vous vaccinal à 25, 45 et 65 ans, puis à 75 ans, 85 ans Pourquoi simplifier le calendrier des vaccinations? Pour optimiser le nombre de doses de vaccins, en tenant compte de l évolution des connaissances et garantir ainsi une protection optimale. Cette simplification du calendrier des vaccinations sera aussi plus facile à mémoriser pour les professionnels de santé et le public. Concrètement, qu est-ce que ça change? Chez les nourrissons Pour la vaccination contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche et la méningite à Haemophilus influenzae de type B (DTCaPHib) associé ou pas avec la vaccination contre l hépatite B, le nouveau schéma de primovaccination est de 2 doses espacées de deux mois (2 mois, 4 mois et un rappel à l âge de 11 mois) au lieu de 3 doses et rappel à mois auparavant. Chez les enfants Un rappel de vaccin contre la coqueluche est ajouté à l âge de 6 ans. En effet, les données récentes évoquent une durée de protection plus courte avec le vaccin coquelucheux acellulaire actuel qu avec le vaccin entier (qui n est plus commercialisé depuis 2006 pour des raisons de tolérance). L âge auquel peut débuter la vaccination des jeunes filles contre le HPV est avancé dès l âge de 11 ans pour une meilleure protection immunitaire. Le rappel de vaccination diphtérie, tétanos, polio (dtp) qui devait être fait entre 16 et 18 ans est supprimé. 7

8 Chez les adultes Les études ont montré que la durée de protection des vaccins diphtérie, tétanos, polio (dtp), est très supérieure à dix ans. Cela permet de proposer des rendez-vous de vaccination à âges fixes ; 25 ans, 45 ans et 65 ans. A partir de 65 ans, compte tenu du vieillissement (immunosénescence), les rendez-vous vaccinaux sont réalisés aux âges de 75, 85 et 95 ans. 8

9 VACCINATION ET RAPPELS ETRE A JOUR, C EST ETRE PROTEGE TOUTE LA VIE La vaccination, à quoi ça sert? La vaccination est un moyen de prévention indispensable contre certaines maladies infectieuses (tétanos, rougeole, coqueluche, méningite ). Son bénéfice est double : elle permet de se protéger mais aussi de protéger les autres, notamment les personnes les plus fragiles de son entourage (nouveau-nés, femmes enceintes, personnes qui souffrent d une affection chronique ou temporaire contre-indiquant la vaccination, personnes âgées). La durée de protection d un vaccin dépend de nombreux paramètres : âge, type de vaccin utilisé, présence ou non d adjuvant, etc. Certaines maladies ne nécessitent qu une seule dose pour être protégé tout au long de sa vie, alors que d autres maladies impliquent des rappels réguliers y compris à l adolescence et à l âge adulte pour maintenir l efficacité de la protection. Principes de la vaccination Que pensent les Français de la vaccination? La population française est majoritairement favorable à la vaccination : 81 % des personnes interrogées en avril 2011 y étaient globalement favorables 1. Les opinions varient selon la nature de la vaccination, ainsi seulement 1 % des Français se déclaraient défavorables au vaccin ROR et 9 % d entre-eux étaient défavorables à la vaccination contre l hépatite B (VHB). D après le Baromètre Santé 2010 de l Inpes 2, plus d un quart (28 %) des Français de 15 à 79 ans ne connaît pas la nature de sa dernière vaccination (48 % parmi les ans) et près d un sur cinq (19 %) estime ne pas être à jour de ses vaccinations. Ces résultats montrent tout l intérêt de poursuivre les efforts d information auprès de la population sur les bénéfices de chacune des vaccinations et l importance d être à jour. 1 Enquête Inpes - Avril Institut national de prévention et d'éducation pour la santé. Baromètre santé Saint-Denis: éditions Inpes (à paraître). 9

10 Avoir ses vaccins «à jour», qu est-cela que ça veut dire? «Etre à jour» de ses vaccinations, c est avoir reçu les vaccins recommandés en fonction de son âge et de ses risques, avec le bon nombre de doses de vaccin nécessaires pour être protégé. Mais si on n est pas à jour, il n est pas nécessaire de tout recommencer, il suffit de reprendre la vaccination au stade où elle a été interrompue et de compléter la vaccination. C est ce qu on appelle le «rattrapage». Il est important de penser à faire inscrire les vaccinations dans son carnet de santé ou dans son carnet de vaccination afin de savoir contre quelles maladies infectieuses on est protégé. Cette inscription permet par ailleurs d assurer un suivi précis des vaccinations nécessitant un rappel. Qu est-ce que le «Calendrier des vaccinations»? Le calendrier des vaccinations récapitule les vaccinations nécessaires, en fonction de l âge et des risques, pour être protégé efficacement tout au long de la vie contre certaines maladies. Il est rendu public chaque année par le ministre de la santé qui s appuie sur l expertise du Haut conseil de la santé publique et en particulier du comité technique des vaccinations (CTV). Pourquoi faut-il être vacciné contre certaines maladies au-delà de l enfance? Certaines maladies sont considérées comme des maladies infantiles et bénignes. Or, elles peuvent provoquer des complications physiques ou neurologiques graves, voire le décès. C est pourquoi il est nécessaire d être vacciné et de faire les rappels ou mises à jour des vaccins même à l adolescence et à l âge adulte. La rougeole L épidémie, qui a débuté en France en 2008, a touché les enfants mais aussi les adolescents et les jeunes adultes. Au total, pour la période , plus de cas de rougeoles ont été déclarés à l Institut de veille sanitaire (InVS). La moitié de ces cas concernait des personnes de 15 ans et plus, dont un tiers a été hospitalisé. Le bilan de l année 2011 a été particulièrement lourd avec près de cas déclarés dont 714 pneumopathies graves, 16 cas avec complications neurologiques et 6 décès. En 2012, 859 cas ont été notifiés entraînant 3 cas d encéphalite et 32 pneumopathies graves. 10

11 Évolution cas de rougeole depuis 2008 Au cours de cette épidémie, 80 % des cas n étaient pas du tout vaccinés et 14,5 %, n avaient reçu qu une seule dose. La couverture vaccinale (avec deux doses) doit, en effet, être de 95 % pour interrompre la transmission de la rougeole. Depuis 2011, la vaccination complète avec deux doses est donc fortement recommandée pour toute personne née depuis (Une vaccination à deux doses était déjà recommandée pour les personnes nées depuis 1992). Statut vaccinal de la rougeole La varicelle La varicelle peut être grave : nouveaux nés, adolescents, jeunes adultes et les personnes immunodéprimées sont exposés à des formes de varicelle qui s accompagnent souvent de complications (surinfections cutanées, encéphalites, pneumopathies). Chez les femmes enceintes, le risque est de contaminer le fœtus ou le nouveauné. 11

12 La rubéole Cette maladie peut avoir des conséquences graves quand elle survient chez une femme enceinte. Elle peut entraîner de graves malformations chez le fœtus (rubéole congénitale) pouvant mener à une interruption médicale de grossesse. La coqueluche La coqueluche représente la première cause de décès par infection bactérienne chez les nourrissons de moins de 3 mois. Entre 2002 et 2008, les parents et la fratrie étaient à l origine de la contamination dans 78 % des cas. L hépatite B (l infection à VHB) L hépatite B entraîne des lésions du foie quand elle est chronique, pouvant être responsables de cirrhoses ou de cancers du foie. Cette maladie provoque environ décès par an. L infection à papillomavirus humains Les lésions génitales précancéreuses provoquées par les papillomavirus humains peuvent dans certains cas évoluer vers des cancers du col de l utérus. En 2010, seules 37 % des jeunes filles âgées de 17 ans avaient reçu les 3 doses de vaccin recommandées. Les infections invasives à méningocoque Les infections invasives à méningocoque sont particulièrement graves et peuvent être mortelles dans 10 % des cas pour la méningite et dans 30 % des cas pour le «purpura fulminans». Qui peut me vacciner? Les vaccinations peuvent être effectuées : - auprès d un professionnel de santé : médecin traitant, sage-femme, pédiatre, gynécologue, gériatre, infirmier (sur prescription médicale sauf pour la grippe à l exception de la première injection) - dans les centres de vaccination publics 3 ; - dans les centres de Protection maternelle et infantile (PMI) pour les enfants de moins de 7 ans ; - dans les services de médecine du travail ; - dans les centres de vaccination pour les voyageurs. Combien me coûte la vaccination? La plupart des vaccinations (achat du vaccin et injection) mentionnées dans le calendrier des vaccinations sont gratuites (le patient n avance pas d argent), quand elles sont effectuées par les centres de vaccination du secteur public. 3 Coordonnées disponibles auprès des mairies, agences régionales de santé (ARS) ou conseils généraux. 12

13 Si la vaccination est réalisée par le médecin traitant ou par une infirmière (sur prescription du médecin traitant), elle est prise en charge par l Assurance maladie respectivement à 70 % et à 60 %. Les vaccins protégeant contre les maladies suivantes sont remboursés à 65 % sur prescription médicale : coqueluche, diphtérie, tétanos, rougeole, oreillons, rubéole, poliomyélite (ou polio), tuberculose, varicelle, hépatite B, infections à haemophilus influenzae B, infections à papillomavirus humains (HPV), infections à pneumocoque, infection invasive à méningocoque du sérogroupe C. La partie restante est généralement remboursée par les mutuelles. Le ROR est le seul vaccin pris en charge à 100 % par l Assurance maladie pour les enfants jusqu à 17 ans inclus. 13

14 14

15 LA VACCINATION EN VAUCLUSE LES ACTEURS En Vaucluse, où et par qui se faire vacciner? La grande majorité des vaccinations est effectuée par les médecins généralistes et les pédiatres. Toutefois, les vaccinations peuvent aussi se faire : 1. A la Mission de Santé Publique Avignon Centre hospitalier Henri Duffaut Secrétariat : Carpentras Centre hospitalier Infirmière : Cavaillon Centre hospitalier intercommunal Cavaillon Lauris Infirmière : Orange Centre hospitalier Louis Giorgi Infirmière : Horaires d ouverture : Lundi - Mardi - Mercredi - Jeudi Vendredi : 9h - 17h Horaires de consultation : Sur rendez-vous Horaires d ouverture : Lundi - Mardi - Mercredi - Jeudi Vendredi : 9h à 17h Horaires de consultation : Sur rendez-vous Horaires d ouverture : Lundi - Mardi - Mercredi - Jeudi - Vendredi : 8h - 16H Horaires de consultation : Sur rendez-vous Horaires d ouverture : Lundi - Mardi - Jeudi : 8h 30-16h 30 sauf vendredi 8h30-16h et Mercredi 13h30-17h Horaires de consultation : Sur rendez-vous 15

16 2. Dans les centres de Protection maternelle et infantile (PMI) pour les enfants de moins de sept ans Au cours des consultations infantiles, situées dans les centres médico-sociaux du département, les vaccinations sont proposées aux enfants de 0 à 6 ans et réalisées au cours de la consultation. Les vaccinations sont contrôlées lors des bilans de santé des enfants de 3 et 4 ans scolarisés en écoles maternelles. Le département organise chaque année une campagne de vaccination contre la grippe saisonnière à destination de tous les Vauclusiens âgés de 60 à 64 ans révolus par un offre gratuite du vaccin dans les pharmacies du département. Source : 16

17 3. Dans les centres de vaccination pour les voyageurs En Vaucluse, le Centre de vaccination internationale se situe à Avignon, 116, rue Carreterie Tél. : Par les infirmiers sur prescription médicale Depuis septembre 2008, les infirmiers peuvent vacciner, sur prescription médicale, certains patients contre la grippe à l exception de la première injection) 5. Par les sages-femmes qui peuvent prescrire et réaliser certaines vaccinations En cas de menace d épidémie, l État peut être amené à organiser la vaccination de certains groupes ou catégories de population. 6. Au Centre d Examens de Santé Le médecin de la Mission de Santé Publique en Vaucluse vient vacciner gratuitement (rappels vaccins DTP et DTP coqueluches) les personnes qui le désirent au Centre d'examens de santé de la CPAM du Vaucluse, 72 route de Montfavet à Avignon, le premier et troisième lundi de chaque mois Pour plus d'info : appeler le du lundi au vendredi de 8h à 11h45 et de 13h à 16h30. 17

18 18

19 LA VACCINATION EN VAUCLUSE LES ACTIONS Structure organisatrice CoDES 84 Date et heure Lieux Publics visés Description de l'évènement Objectif De mars à avril 2013 CoDES 84 Professionnels intervenant sur la vaccination Soutien aux porteurs de projets Recensement des besoins en documentation de promotion de la semaine et en documentation de sensibilisation du public Promouvoir la SEV 2013 et soutenir les porteurs de projet Documents, objets remis aux participants Documents Inpes de promotion de la SEV et documents de diffusion tout public Partenaires associés à l'organisation de l'évènement CRES PACA, Inpes Contact CoDES 84 De mars à avril 2013 CoDES 84 Professionnels intervenant sur la vaccination Recensement des actions menées en Vaucluse pour la SEV 2013 et compilation des données pour les intégrer aux dossiers de presse du CoDES 84 et du CRES Paca. Promouvoir la SEV 2013 et les porteurs de projet CRES PACA MSA Alpes Vaucluse Du 20 avril au 4 mai 2013 Département de Vaucluse Personnes assurées de la Mutualité sociale agricole Vaucluse Affichage et mise à disposition de documentation et calendriers vaccinaux dans les sites d'accueil au public. Vérification des carnets de santé lors des visites de médecine du travail et sensibilisation par les médecins. Remise de documentation lors des actions de prévention menées par la MSA Promouvoir la vaccination auprès des assurés MSA Documents Inpes

20 Syndicat des pharmaciens de Vaucluse Du 20 au 27 avril 2013 Les pharmacies de Vaucluse Tous les patients des pharmacies Collage sur la carte vitale de tous les patients d'un post-it édité spécifiquement : Vaccination : où en êtes-vous? Sensibiliser à l'importance de la vaccination Post-it : Vaccination : où en êtes-vous? URPS Pharmaciens Paca Centre d'examens de santé de la Cpam 84 Centre d'examens de santé de la Cpam 84 Centre d'examens de santé de la Cpam 84 Centre d'examens de santé de la Cpam 84 Lundi 22 avril h30-12h30 Avignon Du 22 au 29 avril 2013 Avignon Du 22 au 29 avril 2013 Avignon Du 22 au 29 avril 2013 Avignon Centre d'examen de santé Cpam Avignon Centre d'examen de santé Cpam Avignon Centre d'examen de santé Cpam Avignon Centre d'examen de santé Cpam Avignon Personnes inscrites au bilan de santé Personnes inscrites au bilan de santé Personnes inscrites au bilan de santé Personnel du CES Vaccination gratuite par la Mission Santé publique 84 Sensibilisation des usagers par la diffusion d'un diaporama sur le nouveau calendrier vaccinal à l'accueil Sensibilisation des usagers par la vérification systématique du carnet de vaccination Information du personnel sur le nouveau calendrier vaccinal Vaccination et sensibilisation Sensibilisation du public Sensibilisation du public Information/Formati on du personnel du CES Documents Inpes Documents Inpes Documents Inpes Documents Inpes d'information du nouveau calendrier vaccinal Mission Santé publique Service Prévention sanitaire de la CPAM 84 Du 22 au 26 avril 2013 Points d'accueil de la CPAM en Vaucluse Public reçu à la CPAM Mise à disposition des documents de sensibilisation à la vaccination et de promotion de la SEV 2013 Promouvoir la vaccination Documents Inpes Service Prévention sanitaire de la CPAM 84 Mercredi 24 avril 2013 Espace accueil Avignon Rocade de la CPAM Public reçu à la CPAM Animation Espace accueil, sensibilisation et rappel des enjeux de la protection vaccinale auprès du public Promouvoir la vaccination Documents Inpes 20

21 FNI 84 (Fédération nationale des Infirmiers) Lundi 29 avril 2013 Hôtel Novotel Saint-Anne, Le Pontet Infirmières libérales de Vaucluse Conférence-débat : Conseiller, vacciner : un défi à relever pour l'infirmière libérale Actualiser les connaissances sur la vaccination / Comprendre le rôle de l'infirmière libérale dans la promotion de la vaccination Documents Inpes Mission Santé publique 84. Magazine Avenir & santé Mission Santé publique 84 Jeudi 16 mai 2013 Marché hebdomadaire Le Pontet Grand public Séance de vaccination sur site dans des tentes accueillant le public Procéder au rattrapage Documents Inpes Mission Santé publique 84 Vendredi 17 mai 2013 Marché hebdomadaire Pertuis Grand public Séance de vaccination sur site dans des tentes accueillant le public Procéder au rattrapage Documents Inpes Mission Santé publique 84 Mardi 21 mai 2013 Marché hebdomadaire Apt Grand public Séance de vaccination sur site dans des tentes accueillant le public Procéder au rattrapage Documents Inpes Mission Santé publique 84 Mercredi 22 mai 2013 Marché hebdomadaire Malaucène Grand public Séance de vaccination sur site dans des tentes accueillant le public Procéder au rattrapage Documents Inpes Centre d'examens de santé de la Cpam 84 Toute l'année Centre d'examen de santé Cpam Avignon Personnes inscrites au bilan de santé Vérification systématique du carnet de vaccination Incitation et orientation vers le médecin traitant ou la Mission Santé publique Documents Inpes Mission Santé publique 84 21

22 Centre d'examens de santé de la Cpam 84 Toute l'année Centre d'examen de santé Cpam Avignon Personnes inscrites au bilan de santé Vaccination gratuite par le Mission Santé publique 84, 18 interventions prévues en 2013, une moyenne de 15 personnes vaccinées par intervention Vaccination et sensibilisation Documents Inpes Mission Santé publique 84 Mission de promotion de la santé en faveur des élèves, Direction académique de Vaucluse Toute l'année Ecoles, collèges et lycées de Vaucluse Les élèves des établissements scolaires publiques de Vaucluse Affichage et distribution des flyers de promotion de la SEV 2013 sur tous les établissements scolaires publiques en Vaucluse Promouvoir la vaccination auprès des élèves Documents Inpes de promotion de la SEV et documents de diffusion tout public Conseil général de Vaucluse D'avril à mai 2013 Centres médico-sociaux et Protections maternelles et infantiles de Vaucluse Tout public pour les CMS Enfants de -6ans et leurs parents pour les PMI Affichage et distribution des flyers de promotion de la SEV 2013 et de documents vaccination Promouvoir la vaccination, informer du nouveau calendrier vaccinal Documents Inpes de promotion de la SEV et documents de diffusion tout public Retrouvez ci-dessous quelques exemples détaillées d'actions en Vaucluse 22

23 UNE SEMAINE POUR LA VACCINATION EN VAUCLUSE DU 20 AU 4 MAI 2013 La vaccination : un enjeu mondial, une organisation de sa promotion territorialisée La Semaine européenne de la vaccination se déroule en Vaucluse du 20 au 4 mai Elle est organisée à l initiative de l Organisation mondiale de la santé (OMS), dans près de 200 pays dans le monde, dont la totalité des pays d Europe. Pour la 7 ème année consécutive, la France participe à cette initiative. Le ministère des Affaires sociales et de la Santé et l Institut national de prévention et d éducation pour la santé (INPES) coordonnent conjointement l événement au niveau national et, dans les 26 régions, les agences régionales de santé (ARS) pilotent de nombreuses actions mises en œuvre sur le terrain. L ARS Paca a confié au Comité régional d éducation pour la santé (CRES Paca) et à ses partenaires départementaux, les comités départementaux d éducation pour la santé (CoDES), le soin de relayer cette initiative. C est ainsi que le CoDES de Vaucluse coordonne la communication de cette semaine européenne en Vaucluse. Le CoDES de Vaucluse dans son rôle de concertation et d interface entre les institutions et la population Structure associative d éducation pour la santé, le CoDES de Vaucluse s implique dans cette semaine européenne selon 3 modalités principales : - la mobilisation et la concertation des partenaires institutionnels, associatifs et professionnels impliqués sur la question de la vaccination dans le département de Vaucluse, - le relai des initiatives, la communication et les relations avec la presse départementale, - la mise en disposition et la diffusion de l information et de la documentation sur la vaccination à tous les relais d information et de documentation du département. Contact presse : Alain Douiller Directeur,

24 24

25 Fiche action Semaine européenne de la vaccination 2013 Organisme : Caisse Primaire d Assurance Maladie du Vaucluse Description de l action envisagée par le service Prévention Sanitaire de la CPAM pendant la Semaine du 22 avril au 26 avril 2013 : ANIMATION ESPACE ACCUEIL Sensibilisation et rappel des enjeux de la protection vaccinale auprès du public de l Espace Accueil Avignon Rocade le mercredi 24 avril Il sera abordé le statut vaccinal de chaque personne et famille rencontrées afin de susciter l intérêt de la vaccination. Des brochures, dépliants, cartes postales et disques vaccinaux seront remis lors de ces échanges. DOCUMENTATION ESPACE ACCUEIL Parallèlement, l'ensemble des espaces accueils ainsi que le C.E.S. seront destinataires de supports spécifiques pour une mise à disposition du public. Les documents : 1. Affiche promotion semaine européenne de la vaccination 2. Affiche ROR «rougeole, oreillons, rubéole» 3. Dépliant ROR «pour en finir avec ces maladies, faites vacciner votre enfant» 4. brochure «questions de vaccination» 5. carnet de vaccination individuel 6. carte postale «vaccination, où en êtes-vous? 7. Disque calendrier vaccinal INFORMATION SUR LE SITE AMELI.FR 25

26 26

27 27

28 28

29 29

30 30

31 31

32 ANNEXES Les outils développés pour le grand public par l Inpes Tous ces outils sont disponibles sur le site Internet de l Inpes : ou sur L affiche «Semaine européenne de la vaccination 2013» Elle annonce l événement et incite les médecins, les sages-femmes et les pharmaciens à aborder la question avec leurs patients. L affiche «Vaccination : êtes-vous à jour?» 2013 Elle présente le calendrier simplifié des vaccinations 2013, c est-à-dire les vaccins recommandés à chaque personne pour acquérir une immunité suffisante. La carte postale «Vaccination : êtes-vous à jour? 2013» Elle présente le calendrier des vaccinations, c est-à-dire les vaccins recommandés à chaque personne pour acquérir une immunité suffisante. Elle est également téléchargeable en anglais, espagnol, roumain, arabe dialectal maghrébin, chinois mandarin simplifié, turc, russe, kurde, portugais et en version accessible pour les personnes handicapées. 32

33 Le guide calendrier des vaccinations des adolescents et des adultes et le carnet de vaccination individuel 2013 Le guide permet aux adolescents et aux adultes de faire le point sur leurs connaissances en matière de vaccination. Il comprend un carnet de vaccination individuel à faire remplir à chaque injection, par le professionnel de santé, pour faciliter le suivi vaccinal. La brochure «Questions de vaccination» Ce livret apporte à tous des réponses aux questions les plus fréquentes sur la vaccination. Il est disponible chez les professionnels de santé. Les affiches «Je me protège, je protège les autres, je me vaccine. 2013» Deux nouvelles affiches destinées à la métropole et aux DOM. Elles mettent en scène 3 générations de personnes et rappellent l importance de la vaccination pour tous. La signature met l accent sur le caractère protecteur de la vaccination pour soi comme pour l entourage. Elles incitent au dialogue avec les professionnels de santé. 33

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON 20-14 Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON Chaque personnel navigant est responsable de la mise à jour des ses vaccins. 1 - VACCINATION OBLIGATOIRE La vaccination contre la fièvre jaune (vaccination anti-amarile)

Plus en détail

Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche

Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche Comment protéger vos enfants? La seule protection efficace : la vaccination R.O.R COQUELUCHE ANNUAIRE Livret élaboré en partenariat avec : Conseil Général du Loir-et-Cher

Plus en détail

Prévenir... par la vaccination

Prévenir... par la vaccination Prévenir... par la vaccination 6 La vaccination...... Soit c est OBLIGATOIRE (2)... Les vaccinations obligatoires pour l ensemble de la population et dont les lois sont inscrites dans le Code de la Santé

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME Département des situations d urgence sanitaire Personne chargée du dossier : Evelyne FALIP/Nicole BOHIC Tél : 01 40 56 59 65/02 32 18 31 66 evelyne.falip@sante.gouv.fr MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES

Plus en détail

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2013

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2013 1 L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices Édition 2013 L assurance maternité Sommaire Les prestations maternité 3 Cas particuliers 8 Le congé paternité 11

Plus en détail

Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse

Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse Professeur Emmanuel Grimprel Service de Pédiatrie Générale, Hôpital Trousseau, Paris Université Pierre et Marie Curie, Paris Déclaration

Plus en détail

Etes-vous vacciné? La rougeole oblige à rester à la maison. www.stoprougeole.ch

Etes-vous vacciné? La rougeole oblige à rester à la maison. www.stoprougeole.ch Etes-vous vacciné? La rougeole oblige à rester à la maison. www.stoprougeole.ch 0844 448 448 La rougeole oblige à rester à la maison. www.stoprougeole.ch Eliminer la rougeole un objectif international

Plus en détail

Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis

Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis 12/09/2013 2 Comparaison calendrier vaccinal 2013 et 2012 : Nourrisson 3 Comparaison calendrier vaccinal 2013 et 2012

Plus en détail

Vaccinations et milieu professionnel

Vaccinations et milieu professionnel La place de la vaccination dans la prévention des risques infectieux La prévention des risques infectieux au travail ne se réduit pas à la protection vaccinale. La vaccination s inscrit comme une des mesures

Plus en détail

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles sommaire Qu est-ce qu une IST? p. 5 La blennorragie gonococcique p. 7 La chlamydiose p. 8 L hépatite B p. 9 L herpès génital p. 10 Les mycoplasmes et

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer Septembre 2009 DÉFINITION ET OBJECTIF Dès lors qu ils expriment un projet de

Plus en détail

Guide des vaccinations Édition 2012. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations

Guide des vaccinations Édition 2012. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations Guide des vaccinations Édition 2012 Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations 293 Vaccinations pour les personnels de santé INTRODUCTION La vaccination des personnels de santé a

Plus en détail

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire Vaccination des étudiants du Baccalauréat en Médecine de Lausanne INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire La vaccination du personnel de santé est recommandée par l Office fédéral

Plus en détail

La planification familiale

La planification familiale La planification familiale après l avortement spontané ou provoqué Introduction Les grossesses non désirées sont l une des principales raisons pour lesquelles les femmes choisissent d avorter. Beaucoup

Plus en détail

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban Vaccination et tuberculose en Gériatrie Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban VACCINATIONS 2 Personnes âgées et vaccinations Avec

Plus en détail

Infection par le VIH/sida et travail

Infection par le VIH/sida et travail Documents publiés dans la collection VIH-sida du ministère de la Santé et de la Protection sociale : COLLECTION VIH/SIDA Sida-MST (maladies sexuellement transmissibles) Transmission - Diagnostic/dépistage

Plus en détail

Hépatite. ses causes ses conséquences sa prévention

Hépatite. ses causes ses conséquences sa prévention Hépatite ses causes ses conséquences sa prévention Hépatite : l essentiel en bref Qu est-ce que l hépatite et quelles sont les conséquences de cette maladie? L hépatite est une inflammation du foie, dont

Plus en détail

Vaccinations pour les professionnels : actualités

Vaccinations pour les professionnels : actualités Vaccinations pour les professionnels : actualités Dominique Abiteboul Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Les vaccins A (H1N1)v 4QUESTIONS +++++ Pas assez de recul???

Plus en détail

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport Service d ambulance Normes de soins aux patients et de transport Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Direction des services de santé d urgence Avril 2000 (Mise à jour : octobre 2002) Soins

Plus en détail

Vaccination contre la grippe saisonnière

Vaccination contre la grippe saisonnière le point sur risques infectieux > Vaccinations Vaccination contre la grippe saisonnière Questions / Réponses - Professionnels de santé Document élaboré le 14 octobre 2014 1 - Quand a lieu la campagne de

Plus en détail

Club Santé. «Vaccination : quelle évolution pour une meilleure prévention?» Dimanche 16 octobre 2005

Club Santé. «Vaccination : quelle évolution pour une meilleure prévention?» Dimanche 16 octobre 2005 Club Santé «Vaccination : quelle évolution pour une meilleure prévention?» Dimanche 16 octobre 2005 Contacts Presse : Florence PARIS Fanny ALLAIRE Tél : 01.39.17.90.85 Fax : 01.39.17.86.56 Adresses e-mail

Plus en détail

LA PROPOSITION DE LA VACCINATION ANTI-PAPILLOMAVIRUS: INFORMATIONS TRANSMISES ET VECU DE LA PROPOSITION

LA PROPOSITION DE LA VACCINATION ANTI-PAPILLOMAVIRUS: INFORMATIONS TRANSMISES ET VECU DE LA PROPOSITION LA PROPOSITION DE LA VACCINATION ANTI-PAPILLOMAVIRUS: INFORMATIONS TRANSMISES ET VECU DE LA PROPOSITION ETUDE QUALITATIVE REALISEE AUPRES DE MEDECINS GENERALISTES DU JURA ET DE COUPLES ADOLESCENTES/ REPRESENTANTS

Plus en détail

Protégeons-nous ensemble!

Protégeons-nous ensemble! Grippe saisonnière. Protégeons-nous ensemble! Informations importantes pour vous et votre famille. www.sevaccinercontrelagrippe.ch www.ofsp.admin.ch B C Qu est-ce que la grippe saisonnière et quels en

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE N 1 HERPES ASSOCIATION HERPES. Agissons contre l herpès

GUIDE PRATIQUE N 1 HERPES ASSOCIATION HERPES. Agissons contre l herpès GUIDE PRATIQUE N 1 HERPES ASSOCIATION HERPES Agissons contre l herpès L Herpès : une maladie très répandue En France, on estime qu environ 10 millions de personnes sont porteuses du virus de l herpès à

Plus en détail

LA CAISSE PRIMAIRE D ASSURANCE MALADIE (CPAM) COMMENT ÇA MARCHE?

LA CAISSE PRIMAIRE D ASSURANCE MALADIE (CPAM) COMMENT ÇA MARCHE? LA CAISSE PRIMAIRE D ASSURANCE MALADIE (CPAM) COMMENT ÇA MARCHE? La CPAM (sécurité sociale) permet d être remboursé entre 15 et 100% en fonction des soins donnés. Une mutuelle peut prendre en charge le

Plus en détail

La vaccination, une bonne protection

La vaccination, une bonne protection Vaccin contre l hépatite A et l hépatite B La personne qui reçoit ce vaccin se protège contre l hépatite A, l hépatite B et leurs complications. L hépatite A et l hépatite B sont des infections du foie

Plus en détail

LA VACCINATION PROFESSIONNELLE

LA VACCINATION PROFESSIONNELLE F I C H E P R E V E N T I O N N 1 1 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LA VACCINATION PROFESSIONNELLE INTRODUCTION La vaccination en milieu professionnel a un intérêt individuel dans le sens où elle protège

Plus en détail

1.1.2 : Indiquer la voie de pénétration du microorganisme

1.1.2 : Indiquer la voie de pénétration du microorganisme Situation n 2 : EN QUOI L EPIDEMIE DE CHIKUNGUNYA APPORTE T- ELLE DES CHANGEMENTS DANS NOTRE VIE QUOTIDIENNE? Séance n 1 : Le chikungunya Objectif : Prévenir le risque infectieux Tout d un coup, Adeline

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive.

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Pr Jean Beytout Service des maladies infectieuses et tropicales CHU de Clermont-Ferrand. Comité Technique des Vaccinations Conclusion Le principal

Plus en détail

l hépatite b Une maladie qui peut être grave.

l hépatite b Une maladie qui peut être grave. l hépatite b Une maladie qui peut être grave. Sommaire Qu est-ce que l hépatite B? L hépatite B est-elle fréquente? Comment attrape-t-on l hépatite B? Comment savoir si l on est atteint d une hépatite

Plus en détail

PARTAGER NOTRE PASSION. Livret de présentation de la vaccination et de nos vaccins

PARTAGER NOTRE PASSION. Livret de présentation de la vaccination et de nos vaccins PARTAGER NOTRE PASSION Livret de présentation de la vaccination et de nos vaccins PARTAGER NOTRE PASSION LIVRET DE PRÉSENTATION DE LA VACCINATION ET DE NOS VACCINS Ces hommes qui ont fait l histoire de

Plus en détail

IST et SIDA : s'informer pour se protéger!

IST et SIDA : s'informer pour se protéger! IST et SIDA : s'informer pour se protéger! Tous concernés! De quoi s agit-il? Les Infections Sexuellement Transmissibles (IST) sont des infections dues à des virus, des bactéries, des parasites ou des

Plus en détail

+ Questions et réponses

+ Questions et réponses HÉPATITE B L hépatite B c est quoi? L hépatite B est un type de maladie du foie causée par le virus de l hépatite B, une des formes les plus courantes de l hépatite virale (les autres sont le virus de

Plus en détail

Gestion de la crise sanitaire grippe A

Gestion de la crise sanitaire grippe A Gestion de la crise sanitaire grippe A Sommaire de la présentation Nature du risque lié au virus A H1N1 Plan gouvernemental de pandémie grippale Mesures de protection Historique de la grippe La grippe

Plus en détail

1 ère manche Questions fermées

1 ère manche Questions fermées Quiz VIH 2011 1 ère manche Questions fermées Crips Ile-de-France / Mise à jour : août 2015 Thème : Dépistage Un test VIH négatif indique toujours que la personne qui a fait le test n est pas contaminée

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction générale de la santé Sous-direction de la prévention des risques infectieux Bureau des maladies infectieuses, des risques

Plus en détail

Questions/Réponses. Selfassurance Santé. 1. Souscrire une assurance santé

Questions/Réponses. Selfassurance Santé. 1. Souscrire une assurance santé Selfassurance Santé Questions/Réponses 1. Souscrire une assurance santé Les différents Régimes Obligatoires Le Régime Obligatoire d assurance maladie de Sécurité sociale française dont relève l assuré

Plus en détail

Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques!

Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques! Brochure d information En utilisant mal une ressource, elle devient inefficace! Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques! z6creation.net Une initiative européenne en matière de santé. Rhume ou grippe? Pas

Plus en détail

Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2015 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS.

Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2015 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS. Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2015 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS. Sommaire 1. Points-clés sur les nouvelles recommandations 4 2. Recommandations 5 Vaccination des personnes

Plus en détail

Tout savoir sur la vaccination de 0 à 6 ans. Mikalou se fait vacciner

Tout savoir sur la vaccination de 0 à 6 ans. Mikalou se fait vacciner Tout savoir sur la vaccination de 0 à 6 ans Mikalou se fait vacciner Récit Mikalou n a peur de rien Dans le jardin, Mikalou s assoit sur la balançoire. Il n est pas une poule mouillée, et pourtant, il

Plus en détail

Maladies transmises sexuellement (MTS)

Maladies transmises sexuellement (MTS) Maladies transmises sexuellement (MTS) La sexualité est une dimension normale et saine de la vie De nos jours, de nombreuses infections se transmettent par les relations sexuelles. On les appelle infections

Plus en détail

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor Z I G U I N C H O R REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

Plus en détail

Nouveauté - Nouvelles modalités d inscription

Nouveauté - Nouvelles modalités d inscription Nouveauté - Nouvelles modalités d inscription A compter de la rentrée 2015, la commune a décidé de se doter d un nouveau système de réservation par Internet. Conformément au règlement, chaque famille qui

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA TUBERCULOSE?

QU EST-CE QUE LA TUBERCULOSE? QU EST-CE QUE LA TUBERCULOSE? Information pour les patients TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 1 LA TUBERCULOSE GÉNÉRALITÉS 1.1 Qu est-ce que la tuberculose? 1.2 La tuberculose est-elle toujours contagieuse?

Plus en détail

Un Pass santé contraception. pour les jeunes francilien-ne-s

Un Pass santé contraception. pour les jeunes francilien-ne-s Un Pass santé contraception pour les jeunes francilien-ne-s Mardi 26 avril 2011 Lycée Elisa Lemonnier Contacts Presse Emmanuel Georges-Picot 01.53.85.57.33 emmanuel.georges-picot@iledefrance.fr Véronique

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

DES PÈLERINS SE RENDANT À LA MECQUE

DES PÈLERINS SE RENDANT À LA MECQUE DES PÈLERINS SE RENDANT À LA MECQUE Pour accomplir votre pèlerinage, vous devez acheter votre voyage auprès d un opérateur immatriculé au registre des opérateurs de voyages et de séjours tenu par Atout

Plus en détail

Questionnaire Médical

Questionnaire Médical Nom et prénom(s) de l élève: Date de naissance: Questionnaire Médical Ce formulaire est à compléter, avant de commencer l année scolaire, pour les nouveaux élèves ainsi que pour les élèves poursuivant

Plus en détail

Ce que les femmes enceintes doivent savoir au sujet de la grippe H1N1 (appelée grippe porcine auparavant)

Ce que les femmes enceintes doivent savoir au sujet de la grippe H1N1 (appelée grippe porcine auparavant) Ce que les femmes enceintes doivent savoir au sujet de la grippe H1N1 (appelée grippe porcine auparavant) 3 mai 2009, 15 h HNE Sur cette page : Que dois-je faire si je contracte ce nouveau virus et que

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

Programme DPC des infirmiers

Programme DPC des infirmiers Catalogue de formations de la FNFCEPPCS pour l année 2015 Programme DPC des infirmiers Le catalogue peut évoluer en cours d année ; nous vous en tiendrons informés. 1 L INFIRMIER DE CENTRE DE SANTÉ FACE

Plus en détail

Le VIH et votre foie

Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Que dois-je savoir au sujet de mon foie? Votre foie joue un rôle incroyablement important. Il filtre votre sang en éliminant les substances nocives (toxiques)

Plus en détail

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement I- Les microbes dans notre environnement Qu est-ce qu un microbe? Où se trouvent-ils?

Plus en détail

Les maladies ou infections sexuellement transmissibles (MST)

Les maladies ou infections sexuellement transmissibles (MST) Les maladies ou infections sexuellement transmissibles (MST) MST est le terme utilisé pour décrire toute maladie, toute infection transmise par un rapport sexuel avec une personne déjà contaminée, et qui

Plus en détail

MUT @ctu.net La lettre d information électronique de la Mutualité Française Aquitaine

MUT @ctu.net La lettre d information électronique de la Mutualité Française Aquitaine MUT @ctu.net La lettre d information électronique de la Mutualité Française Aquitaine N 13 : 30 mars 2011 Priorité Santé Mutualiste : un kit de communication pour permettre aux mutuelles de promouvoir

Plus en détail

Qu est-ce que la peste?

Qu est-ce que la peste? Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique Qu est-ce que la peste? État : 1 juin 2008 Réponses aux questions fréquemment posées concernant

Plus en détail

vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé)

vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) EMA/90006/2015 EMEA/H/C/001104 Résumé EPAR à l intention du public vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) Le présent document est un résumé du rapport européen public d évaluation

Plus en détail

Simplification du calendrier vaccinal. Collection Avis et Rapports

Simplification du calendrier vaccinal. Collection Avis et Rapports Simplification du calendrier vaccinal Collection Avis et Rapports Simplification du calendrier vaccinal Rapport 21 décembre 2012 Ce rapport a été adopté par la Commission spécialisée Maladies transmissibles

Plus en détail

Définition de l Infectiologie

Définition de l Infectiologie Définition de l Infectiologie Discipline médicale clinique Spécialisée. Prise en charge des Maladies Infectieuses et Tropicales. Actuelles, émergentes ou ré-émergentes. Référents dans le cadre d un maillage

Plus en détail

Le VIH-sida, qu est-ce que c est?

Le VIH-sida, qu est-ce que c est? LES DROITS DE l ENFANT FICHE THÉMATIQUE Le VIH-sida, qu est-ce que c est? UNICEF/ NYHQ2010-2622 / Roger LeMoyne Chaque jour dans le monde, plus de 7 000 nouvelles personnes sont infectées par le VIH, 80

Plus en détail

Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004

Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004 Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004 Objectifs : indiquer les objectifs de prévention du Service départemental de Protection Maternelle et

Plus en détail

BOITE A IMAGES PREVENTION DE LA MALADIE A VIRUS EBOLA

BOITE A IMAGES PREVENTION DE LA MALADIE A VIRUS EBOLA BOITE A IMAGES PREVENTION DE LA MALADIE A VIRUS EBOLA INSTRUCTIONS À L ATTENTION DE L ANIMATEUR La boite à images pour la prévention de la FHVE (La Fièvre Ebola est une maladie épidémique, contagieuse

Plus en détail

Les vaccinations en milieu professionnel

Les vaccinations en milieu professionnel Les vaccinations en milieu professionnel Mise à jour Août 2008 Dans le cadre de la prévention du risque biologique, le code du travail précise, aux articles R.4421-1 et suivants, la démarche d'analyse

Plus en détail

Etablissement Français du Sang

Etablissement Français du Sang Etablissement Français du Sang LE LIEN ENTRE LA GÉNÉROSITÉ DES DONNEURS DE SANG ET LES BESOINS DES MALADES Document de préparation à l entretien médical préalable au don de sang Partie médicale La sécurité

Plus en détail

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible

Plus en détail

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Dossier de synthèse documentaire et bibliographique Réactualisation - novembre 2011 Marseille : 18, rue Stanislas Torrents 13006 Marseille Tél. :

Plus en détail

VIH : Parlons-en franchement!

VIH : Parlons-en franchement! VihCouv_vert(2011_02) 08/02/11 13:27 Page1 DESSINS PHILIPPE DELESTRE VIH : Parlons-en franchement! VIH : Parlons-en franchement! LE VIH C EST QUOI? Le VIH est un virus. C est le virus du Sida. VIH ÇA VEUT

Plus en détail

PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS

PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS Positionnement en vue de la session spéciale des (22 septembre 2014) 2 1. FACE À UN AVENIR INCERTAIN, LES GOUVERNEMENTS DOIVENT SE REMOBILISER

Plus en détail

Pandémie : pas de fermetures de classes Évaluation de la situation au 13 novembre 2009

Pandémie : pas de fermetures de classes Évaluation de la situation au 13 novembre 2009 Erziehungsdirektion des Kantons Bern Direction de l'instruction publique du canton de Berne Amt für Kindergarten, Volksschule und Beratung Office de l'enseignement préscolaire et obligatoire, du conseil

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

VACCINER? MIEUX COMPRENDRE POUR DÉCIDER. ProVac

VACCINER? MIEUX COMPRENDRE POUR DÉCIDER. ProVac Comité de rédaction : M.C. Miermans, Provac, Université de Liège, Service STES-APES Dr B. Swennen, Provac, Université libre de Bruxelles, Ecole de santé publique M.C. de Terwangne, Service Education pour

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs Vivre avec une artérite des membres inférieurs Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

Mise en place de référents grippe au sein d un centre hospitalier

Mise en place de référents grippe au sein d un centre hospitalier Mise en place de référents grippe au sein d un centre hospitalier Sophie FOUCAULT, IDE Hygiéniste, FFC Service ECLIN P.MIR, C.JACOB, Praticiens de Santé au Travail R.HUE, Praticien Hygiéniste, Service

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES Classement NABM : non inscrit code : non codé DÉCEMBRE 2006 Service évaluation des actes professionnels

Plus en détail

Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière. Une priorité de santé publique

Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière. Une priorité de santé publique Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière Une priorité de santé publique 9 octobre 2013 Communiqué de presse Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière Une priorité de santé publique

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Les contre-indications au don de sang

Les contre-indications au don de sang Les contre-indications au don de sang Souvent, les donneurs s interrogent sur les raisons pour lesquelles tout le monde ne peut pas donner son sang. Le don de sang est une démarche d assistance à autrui,

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

L assurance maladie qui simplifie votre séjour en Suisse!

L assurance maladie qui simplifie votre séjour en Suisse! L assurance maladie qui simplifie votre séjour en Suisse! NTS A I D ÉTU PAIR U A S FILLE AIRES I STAG NTIS E APPR Réf. : ASS.FR.NOTICE.2015 SWISS Studies L assurance maladie qui vous simplifie la vie!

Plus en détail

et l utilisation des traitements biologiques

et l utilisation des traitements biologiques et l utilisation des traitements biologiques Choisir le meilleur traitement pour retrouver la qualité de vie que vous êtes en droit d avoir Les agents biologiques (biothérapies) Étant les plus récents

Plus en détail

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Contexte de la fistule obstétricale Situation en Mauritanie Progrès au niveau Pays/ Mise en œuvre Défis pour les années à

Plus en détail

Pour l'entrée en institut de formation paramédicale

Pour l'entrée en institut de formation paramédicale FORMER Dossier médical Pour l'entrée en institut de formation paramédicale Avril 2015 Aide-soignant-e Auxiliaire de puériculture Infirmier-e Masseur-kinésithérapeute Manipulateur-trice en électroradiologie

Plus en détail

Pourtant, la preuve est faite, de manière scientifique, que le tabagisme passif comporte des risques réels pour la santé.

Pourtant, la preuve est faite, de manière scientifique, que le tabagisme passif comporte des risques réels pour la santé. Si plus des trois quarts des personnes se disent gênées par la fumée des autres, les risques liés au tabagisme passif restent largement sous-estimés : les non-fumeurs sont seulement 15 % à craindre, pour

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la élever CommenT UN enfant ayant une drépanocytose Q Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité vient de révéler que votre bébé est atteint de drépanocytose. Aujourd hui, votre enfant va bien,

Plus en détail

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE 14 TÉTANOS ET LA ROUGEOLE 14.1 INTRODUCTION Soumaïla MARIKO Comme on l a déjà précisé au chapitre 1, des tests de dépistage de l immunité contre le tétanos et

Plus en détail

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Nadège Caillere, Cire Océan Indien Dr Joao Simoes, Cellule de veille, d alerte et de gestion

Plus en détail

AMMA HOSPI-PLAN Déclaration de sinistre

AMMA HOSPI-PLAN Déclaration de sinistre AMMA HOSPI-PLAN Déclaration de sinistre AMMA ASSURANCES a.m. Association Mutuelle Médicale d Assurances entreprise d assurance mutuelle association d assurance mutuelle à cotisations fixes conformément

Plus en détail

Sida : «Avant d arrêter le préservatif, faites le test»

Sida : «Avant d arrêter le préservatif, faites le test» Sida : «Avant d arrêter le préservatif, faites le test» Dossier de presse Juin 2008 Sida : le test du dépistage encore trop peu souvent associé à l arrêt du préservatif dans le couple Situation de l infection

Plus en détail

Prévoyons.com. Vos garanties Santé. Faites calculer votre reste à charge. Réforme des retraites : quelles incidences sur votre régime de prévoyance?

Prévoyons.com. Vos garanties Santé. Faites calculer votre reste à charge. Réforme des retraites : quelles incidences sur votre régime de prévoyance? Prévoyons.com Février 2012 / N 29 Le bulletin d information Prévoyance & Santé des salariés du Groupe France Télécom Faites calculer votre reste à charge Réforme des retraites : quelles incidences sur

Plus en détail

Des soins après avortement : Amis des Jeunes. Cartes à conseils 1-6

Des soins après avortement : Amis des Jeunes. Cartes à conseils 1-6 Des soins après avortement : Amis des Jeunes Cartes à conseils 1-6 SAA: Avant l intervention Accueillir cordialement la cliente et la mettre à l aise Garantir la confidentialité et l intimité Prendre les

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Comment ça va? Quand ça ne va pas. 4 comment ça va?

Comment ça va? Quand ça ne va pas. 4 comment ça va? Comment ça va? 1 Voici quatre dialogues. Dites à quelle situation de communication correspond chacun d eux. Situation a) : consultation chez un médecin. Situation b) : salutations dans la rue, par simple

Plus en détail