Du 20 au 27 avril 2013 Semaine européenne de la vaccination

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Du 20 au 27 avril 2013 Semaine européenne de la vaccination"

Transcription

1 Du 20 au 27 avril 2013 Semaine européenne de la vaccination Vaccination : êtes-vous à jour? DOSSIER DE PRESSE Dossier de presse national complété des informations en Vaucluse où la semaine se prolonge jusqu'au 4 mai 2013 CONTACT PRESSE Comité départemental d éducation pour la santé de Vaucluse 13, rue de la Pépinière AVIGNON - Tel. : Fax : Site Internet : - N SIRET :

2 Avril

3 SOMMAIRE Une Semaine pour la vaccination, du 20 au 27 avril p. 5 Une opportunité pour vérifier ses vaccinations et se faire vacciner?...p. 5 Des actions sur l ensemble du territoire : informer les petits et les grands pour faire de la vaccination un réflexe de prévention...p. 5 Un nouveau calendrier des vaccinations. Plus de simplicité, pour une meilleure protection...p. 7 Moins d injections pour tout le monde : nourrissons, enfants, adolescents et adultes...p. 7 Pour les adultes, des rendez-vous vaccinaux à âge fixe...p. 7 Pourquoi simplifier le calendrier des vaccinations?...p. 7 Concrètement, qu est-ce que ça change?...p. 7 Vaccination et rappels : être à jour, c est être protégé toute la vie...p. 9 La vaccination à quoi ça sert?...p. 9 Que pensent les Français de la vaccination?...p. 9 Avoir ses vaccins «à jour» qu est-ce que cela veut dire?...p. 10 Qu est-ce que le «calendrier des vaccinations»?...p. 10 Pourquoi faut-il être vacciné contre certaines maladies au-delà de l enfance?...p. 10 Qui peut me vacciner?...p. 12 Combien me coûte la vaccination?...p. 12 La vaccination en Vaucluse. Les acteurs...p. 15 La vaccination en Vaucluse. Les actions...p. 18 Annexes...p. 31 Les outils développés pour le grand public par l Inpes...p. 31 Les outils développés pour les professionnels de santé par l Inpes...p. 35 La rougeole...p. 37 La varicelle...p. 39 La rubéole...p. 40 La coqueluche...p. 41 Les infections à papillomavirus humains...p. 42 L hépatite B...p. 43 Les infections invasives à méningocoques : méningites et septicémies à méningocoques...p. 44 Les oreillons...p. 46 La tuberculose...p. 47 3

4 4

5 UNE SEMAINE POUR LA VACCINATION DU 20 AU 27 AVRIL 2013 Une opportunité pour vérifier ses vaccinations et se faire vacciner? A l initiative de l Organisation mondiale de la santé (OMS), la Semaine européenne de la vaccination se déroule du 20 au 27 avril 2013 dans près de 200 pays dans le monde, dont la totalité des pays d Europe. Pour la 7 ème année consécutive, la France participe à cette initiative. Le ministère des Affaires sociales et de la Santé et l Institut national de prévention et d éducation pour la santé (Inpes) coordonnent conjointement l événement au niveau national et, dans les 26 régions, les agences régionales de santé (ARS) pilotent de nombreuses actions mises en œuvre sur le terrain. Cette Semaine a pour objectif de rappeler les principaux enjeux de prévention liés à la vaccination, ainsi que la nécessité de se faire vacciner et de faire les rappels ou les rattrapages de vaccins. La vaccination joue un rôle primordial dans la lutte contre les maladies infectieuses. Par l augmentation du taux de couverture vaccinale, (proportion de personnes vaccinées dans la population), il est en effet possible de contrôler une maladie : on réduit sa transmission et on réduit le risque d épidémie ; certaines maladies peuvent être éliminées voire éradiquées. La Semaine européenne de la vaccination est aussi une occasion de faire le point sur ses vaccins, de faire vérifier son carnet de santé ou son carnet de vaccination et de poser toutes les questions aux professionnels de santé. En 2013, un nouveau calendrier des vaccinations est publié. Il a été simplifié : moins d injections pour les petits, et des rendez-vous moins fréquents pour les adultes et à âges fixes (25, 45, et 65 ans puis 75, 85 ans ) Quels sont les vaccins à effectuer? A quel âge se faire vacciner? Quand procéder aux rappels ou mises à jour? Profitez de la Semaine de la vaccination pour faire le point avec votre médecin ou votre pharmacien. Pour plus d informations, consultez le site internet dédié à la Semaine européenne de la vaccination : Des actions sur l ensemble du territoire : informer les petits et les grands pour faire de la vaccination un réflexe de prévention Dans les régions, de nombreuses actions sont mises en place pour informer et encourager les Français à vérifier leur carnet de vaccination et à mettre à jour leurs vaccinations : expositions, stands d information, prospectus, affiches, conférences et débats, jeux, séances de vaccination Les professionnels de santé sont également mobilisés : courriers d information, affiches, conférences sont créés à leur intention. 5

6 Dans chacune des régions, de nombreux acteurs s associent aux agences régionales de santé (ARS), afin de faire vivre la Semaine européenne de la vaccination au plus près de la population et des professionnels de santé, notamment : - les services de l Etat : jeunesse et sports, éducation nationale, travail, justice, défense ; - les ordres professionnels de santé : médecins, pédiatres, pharmaciens, sages-femmes, infirmières ; - les établissements de santé ; - les organismes d assurance maladie et les mutuelles ; - les collectivités territoriales : communes, conseils généraux, conseils régionaux ; - les centres de vaccination ; - les centres de protection maternelle et infantile (PMI) ; - les associations. L Inpes met à disposition des 26 régions divers outils : dossiers documentaires, résultats d enquêtes, documents sur les vaccinations qu il édite (notamment le «Guide des vaccinations»). En 2012, près de documents ont été diffusés. 6

7 UN NOUVEAU CALENDRIER DES VACCINATIONS PLUS DE SIMPLICITE, POUR UNE MEILLEURE PROTECTION Le calendrier des vaccinations 2013 introduit une simplification importante de la vaccination pour tous : nourrissons, enfants, adolescents et adultes. Ce calendrier a été rendu public par la ministre des Affaires sociales et de la Santé après avis du Haut conseil de la santé publique (HCSP). Moins d injections pour tout le monde : nourrissons, enfants, adolescents et adultes La primovaccination des nourrissons se fait avec une injection en moins. En effet, cette primovaccination qui se faisait jusqu'à présent avec trois doses de vaccin et un rappel est remplacée par deux doses de vaccin espacées de 2 mois et un rappel. Pour les enfants et les adolescents une injection en moins. Le rappel de vaccination diphtérie, tétanos, polio (dtp) qui devait être fait entre 16 et 18 ans est supprimé. Les adultes ont deux rappels en moins à effectuer, soit cinq rappels au lieu des sept préconisés jusqu à présent. Pour les adultes, des rendez-vous vaccinaux à âge fixe Chaque adulte aura désormais un rendez-vous vaccinal à 25, 45 et 65 ans, puis à 75 ans, 85 ans Pourquoi simplifier le calendrier des vaccinations? Pour optimiser le nombre de doses de vaccins, en tenant compte de l évolution des connaissances et garantir ainsi une protection optimale. Cette simplification du calendrier des vaccinations sera aussi plus facile à mémoriser pour les professionnels de santé et le public. Concrètement, qu est-ce que ça change? Chez les nourrissons Pour la vaccination contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche et la méningite à Haemophilus influenzae de type B (DTCaPHib) associé ou pas avec la vaccination contre l hépatite B, le nouveau schéma de primovaccination est de 2 doses espacées de deux mois (2 mois, 4 mois et un rappel à l âge de 11 mois) au lieu de 3 doses et rappel à mois auparavant. Chez les enfants Un rappel de vaccin contre la coqueluche est ajouté à l âge de 6 ans. En effet, les données récentes évoquent une durée de protection plus courte avec le vaccin coquelucheux acellulaire actuel qu avec le vaccin entier (qui n est plus commercialisé depuis 2006 pour des raisons de tolérance). L âge auquel peut débuter la vaccination des jeunes filles contre le HPV est avancé dès l âge de 11 ans pour une meilleure protection immunitaire. Le rappel de vaccination diphtérie, tétanos, polio (dtp) qui devait être fait entre 16 et 18 ans est supprimé. 7

8 Chez les adultes Les études ont montré que la durée de protection des vaccins diphtérie, tétanos, polio (dtp), est très supérieure à dix ans. Cela permet de proposer des rendez-vous de vaccination à âges fixes ; 25 ans, 45 ans et 65 ans. A partir de 65 ans, compte tenu du vieillissement (immunosénescence), les rendez-vous vaccinaux sont réalisés aux âges de 75, 85 et 95 ans. 8

9 VACCINATION ET RAPPELS ETRE A JOUR, C EST ETRE PROTEGE TOUTE LA VIE La vaccination, à quoi ça sert? La vaccination est un moyen de prévention indispensable contre certaines maladies infectieuses (tétanos, rougeole, coqueluche, méningite ). Son bénéfice est double : elle permet de se protéger mais aussi de protéger les autres, notamment les personnes les plus fragiles de son entourage (nouveau-nés, femmes enceintes, personnes qui souffrent d une affection chronique ou temporaire contre-indiquant la vaccination, personnes âgées). La durée de protection d un vaccin dépend de nombreux paramètres : âge, type de vaccin utilisé, présence ou non d adjuvant, etc. Certaines maladies ne nécessitent qu une seule dose pour être protégé tout au long de sa vie, alors que d autres maladies impliquent des rappels réguliers y compris à l adolescence et à l âge adulte pour maintenir l efficacité de la protection. Principes de la vaccination Que pensent les Français de la vaccination? La population française est majoritairement favorable à la vaccination : 81 % des personnes interrogées en avril 2011 y étaient globalement favorables 1. Les opinions varient selon la nature de la vaccination, ainsi seulement 1 % des Français se déclaraient défavorables au vaccin ROR et 9 % d entre-eux étaient défavorables à la vaccination contre l hépatite B (VHB). D après le Baromètre Santé 2010 de l Inpes 2, plus d un quart (28 %) des Français de 15 à 79 ans ne connaît pas la nature de sa dernière vaccination (48 % parmi les ans) et près d un sur cinq (19 %) estime ne pas être à jour de ses vaccinations. Ces résultats montrent tout l intérêt de poursuivre les efforts d information auprès de la population sur les bénéfices de chacune des vaccinations et l importance d être à jour. 1 Enquête Inpes - Avril Institut national de prévention et d'éducation pour la santé. Baromètre santé Saint-Denis: éditions Inpes (à paraître). 9

10 Avoir ses vaccins «à jour», qu est-cela que ça veut dire? «Etre à jour» de ses vaccinations, c est avoir reçu les vaccins recommandés en fonction de son âge et de ses risques, avec le bon nombre de doses de vaccin nécessaires pour être protégé. Mais si on n est pas à jour, il n est pas nécessaire de tout recommencer, il suffit de reprendre la vaccination au stade où elle a été interrompue et de compléter la vaccination. C est ce qu on appelle le «rattrapage». Il est important de penser à faire inscrire les vaccinations dans son carnet de santé ou dans son carnet de vaccination afin de savoir contre quelles maladies infectieuses on est protégé. Cette inscription permet par ailleurs d assurer un suivi précis des vaccinations nécessitant un rappel. Qu est-ce que le «Calendrier des vaccinations»? Le calendrier des vaccinations récapitule les vaccinations nécessaires, en fonction de l âge et des risques, pour être protégé efficacement tout au long de la vie contre certaines maladies. Il est rendu public chaque année par le ministre de la santé qui s appuie sur l expertise du Haut conseil de la santé publique et en particulier du comité technique des vaccinations (CTV). Pourquoi faut-il être vacciné contre certaines maladies au-delà de l enfance? Certaines maladies sont considérées comme des maladies infantiles et bénignes. Or, elles peuvent provoquer des complications physiques ou neurologiques graves, voire le décès. C est pourquoi il est nécessaire d être vacciné et de faire les rappels ou mises à jour des vaccins même à l adolescence et à l âge adulte. La rougeole L épidémie, qui a débuté en France en 2008, a touché les enfants mais aussi les adolescents et les jeunes adultes. Au total, pour la période , plus de cas de rougeoles ont été déclarés à l Institut de veille sanitaire (InVS). La moitié de ces cas concernait des personnes de 15 ans et plus, dont un tiers a été hospitalisé. Le bilan de l année 2011 a été particulièrement lourd avec près de cas déclarés dont 714 pneumopathies graves, 16 cas avec complications neurologiques et 6 décès. En 2012, 859 cas ont été notifiés entraînant 3 cas d encéphalite et 32 pneumopathies graves. 10

11 Évolution cas de rougeole depuis 2008 Au cours de cette épidémie, 80 % des cas n étaient pas du tout vaccinés et 14,5 %, n avaient reçu qu une seule dose. La couverture vaccinale (avec deux doses) doit, en effet, être de 95 % pour interrompre la transmission de la rougeole. Depuis 2011, la vaccination complète avec deux doses est donc fortement recommandée pour toute personne née depuis (Une vaccination à deux doses était déjà recommandée pour les personnes nées depuis 1992). Statut vaccinal de la rougeole La varicelle La varicelle peut être grave : nouveaux nés, adolescents, jeunes adultes et les personnes immunodéprimées sont exposés à des formes de varicelle qui s accompagnent souvent de complications (surinfections cutanées, encéphalites, pneumopathies). Chez les femmes enceintes, le risque est de contaminer le fœtus ou le nouveauné. 11

12 La rubéole Cette maladie peut avoir des conséquences graves quand elle survient chez une femme enceinte. Elle peut entraîner de graves malformations chez le fœtus (rubéole congénitale) pouvant mener à une interruption médicale de grossesse. La coqueluche La coqueluche représente la première cause de décès par infection bactérienne chez les nourrissons de moins de 3 mois. Entre 2002 et 2008, les parents et la fratrie étaient à l origine de la contamination dans 78 % des cas. L hépatite B (l infection à VHB) L hépatite B entraîne des lésions du foie quand elle est chronique, pouvant être responsables de cirrhoses ou de cancers du foie. Cette maladie provoque environ décès par an. L infection à papillomavirus humains Les lésions génitales précancéreuses provoquées par les papillomavirus humains peuvent dans certains cas évoluer vers des cancers du col de l utérus. En 2010, seules 37 % des jeunes filles âgées de 17 ans avaient reçu les 3 doses de vaccin recommandées. Les infections invasives à méningocoque Les infections invasives à méningocoque sont particulièrement graves et peuvent être mortelles dans 10 % des cas pour la méningite et dans 30 % des cas pour le «purpura fulminans». Qui peut me vacciner? Les vaccinations peuvent être effectuées : - auprès d un professionnel de santé : médecin traitant, sage-femme, pédiatre, gynécologue, gériatre, infirmier (sur prescription médicale sauf pour la grippe à l exception de la première injection) - dans les centres de vaccination publics 3 ; - dans les centres de Protection maternelle et infantile (PMI) pour les enfants de moins de 7 ans ; - dans les services de médecine du travail ; - dans les centres de vaccination pour les voyageurs. Combien me coûte la vaccination? La plupart des vaccinations (achat du vaccin et injection) mentionnées dans le calendrier des vaccinations sont gratuites (le patient n avance pas d argent), quand elles sont effectuées par les centres de vaccination du secteur public. 3 Coordonnées disponibles auprès des mairies, agences régionales de santé (ARS) ou conseils généraux. 12

13 Si la vaccination est réalisée par le médecin traitant ou par une infirmière (sur prescription du médecin traitant), elle est prise en charge par l Assurance maladie respectivement à 70 % et à 60 %. Les vaccins protégeant contre les maladies suivantes sont remboursés à 65 % sur prescription médicale : coqueluche, diphtérie, tétanos, rougeole, oreillons, rubéole, poliomyélite (ou polio), tuberculose, varicelle, hépatite B, infections à haemophilus influenzae B, infections à papillomavirus humains (HPV), infections à pneumocoque, infection invasive à méningocoque du sérogroupe C. La partie restante est généralement remboursée par les mutuelles. Le ROR est le seul vaccin pris en charge à 100 % par l Assurance maladie pour les enfants jusqu à 17 ans inclus. 13

14 14

15 LA VACCINATION EN VAUCLUSE LES ACTEURS En Vaucluse, où et par qui se faire vacciner? La grande majorité des vaccinations est effectuée par les médecins généralistes et les pédiatres. Toutefois, les vaccinations peuvent aussi se faire : 1. A la Mission de Santé Publique Avignon Centre hospitalier Henri Duffaut Secrétariat : Carpentras Centre hospitalier Infirmière : Cavaillon Centre hospitalier intercommunal Cavaillon Lauris Infirmière : Orange Centre hospitalier Louis Giorgi Infirmière : Horaires d ouverture : Lundi - Mardi - Mercredi - Jeudi Vendredi : 9h - 17h Horaires de consultation : Sur rendez-vous Horaires d ouverture : Lundi - Mardi - Mercredi - Jeudi Vendredi : 9h à 17h Horaires de consultation : Sur rendez-vous Horaires d ouverture : Lundi - Mardi - Mercredi - Jeudi - Vendredi : 8h - 16H Horaires de consultation : Sur rendez-vous Horaires d ouverture : Lundi - Mardi - Jeudi : 8h 30-16h 30 sauf vendredi 8h30-16h et Mercredi 13h30-17h Horaires de consultation : Sur rendez-vous 15

16 2. Dans les centres de Protection maternelle et infantile (PMI) pour les enfants de moins de sept ans Au cours des consultations infantiles, situées dans les centres médico-sociaux du département, les vaccinations sont proposées aux enfants de 0 à 6 ans et réalisées au cours de la consultation. Les vaccinations sont contrôlées lors des bilans de santé des enfants de 3 et 4 ans scolarisés en écoles maternelles. Le département organise chaque année une campagne de vaccination contre la grippe saisonnière à destination de tous les Vauclusiens âgés de 60 à 64 ans révolus par un offre gratuite du vaccin dans les pharmacies du département. Source : 16

17 3. Dans les centres de vaccination pour les voyageurs En Vaucluse, le Centre de vaccination internationale se situe à Avignon, 116, rue Carreterie Tél. : Par les infirmiers sur prescription médicale Depuis septembre 2008, les infirmiers peuvent vacciner, sur prescription médicale, certains patients contre la grippe à l exception de la première injection) 5. Par les sages-femmes qui peuvent prescrire et réaliser certaines vaccinations En cas de menace d épidémie, l État peut être amené à organiser la vaccination de certains groupes ou catégories de population. 6. Au Centre d Examens de Santé Le médecin de la Mission de Santé Publique en Vaucluse vient vacciner gratuitement (rappels vaccins DTP et DTP coqueluches) les personnes qui le désirent au Centre d'examens de santé de la CPAM du Vaucluse, 72 route de Montfavet à Avignon, le premier et troisième lundi de chaque mois Pour plus d'info : appeler le du lundi au vendredi de 8h à 11h45 et de 13h à 16h30. 17

18 18

19 LA VACCINATION EN VAUCLUSE LES ACTIONS Structure organisatrice CoDES 84 Date et heure Lieux Publics visés Description de l'évènement Objectif De mars à avril 2013 CoDES 84 Professionnels intervenant sur la vaccination Soutien aux porteurs de projets Recensement des besoins en documentation de promotion de la semaine et en documentation de sensibilisation du public Promouvoir la SEV 2013 et soutenir les porteurs de projet Documents, objets remis aux participants Documents Inpes de promotion de la SEV et documents de diffusion tout public Partenaires associés à l'organisation de l'évènement CRES PACA, Inpes Contact CoDES 84 De mars à avril 2013 CoDES 84 Professionnels intervenant sur la vaccination Recensement des actions menées en Vaucluse pour la SEV 2013 et compilation des données pour les intégrer aux dossiers de presse du CoDES 84 et du CRES Paca. Promouvoir la SEV 2013 et les porteurs de projet CRES PACA MSA Alpes Vaucluse Du 20 avril au 4 mai 2013 Département de Vaucluse Personnes assurées de la Mutualité sociale agricole Vaucluse Affichage et mise à disposition de documentation et calendriers vaccinaux dans les sites d'accueil au public. Vérification des carnets de santé lors des visites de médecine du travail et sensibilisation par les médecins. Remise de documentation lors des actions de prévention menées par la MSA Promouvoir la vaccination auprès des assurés MSA Documents Inpes

20 Syndicat des pharmaciens de Vaucluse Du 20 au 27 avril 2013 Les pharmacies de Vaucluse Tous les patients des pharmacies Collage sur la carte vitale de tous les patients d'un post-it édité spécifiquement : Vaccination : où en êtes-vous? Sensibiliser à l'importance de la vaccination Post-it : Vaccination : où en êtes-vous? URPS Pharmaciens Paca Centre d'examens de santé de la Cpam 84 Centre d'examens de santé de la Cpam 84 Centre d'examens de santé de la Cpam 84 Centre d'examens de santé de la Cpam 84 Lundi 22 avril h30-12h30 Avignon Du 22 au 29 avril 2013 Avignon Du 22 au 29 avril 2013 Avignon Du 22 au 29 avril 2013 Avignon Centre d'examen de santé Cpam Avignon Centre d'examen de santé Cpam Avignon Centre d'examen de santé Cpam Avignon Centre d'examen de santé Cpam Avignon Personnes inscrites au bilan de santé Personnes inscrites au bilan de santé Personnes inscrites au bilan de santé Personnel du CES Vaccination gratuite par la Mission Santé publique 84 Sensibilisation des usagers par la diffusion d'un diaporama sur le nouveau calendrier vaccinal à l'accueil Sensibilisation des usagers par la vérification systématique du carnet de vaccination Information du personnel sur le nouveau calendrier vaccinal Vaccination et sensibilisation Sensibilisation du public Sensibilisation du public Information/Formati on du personnel du CES Documents Inpes Documents Inpes Documents Inpes Documents Inpes d'information du nouveau calendrier vaccinal Mission Santé publique Service Prévention sanitaire de la CPAM 84 Du 22 au 26 avril 2013 Points d'accueil de la CPAM en Vaucluse Public reçu à la CPAM Mise à disposition des documents de sensibilisation à la vaccination et de promotion de la SEV 2013 Promouvoir la vaccination Documents Inpes Service Prévention sanitaire de la CPAM 84 Mercredi 24 avril 2013 Espace accueil Avignon Rocade de la CPAM Public reçu à la CPAM Animation Espace accueil, sensibilisation et rappel des enjeux de la protection vaccinale auprès du public Promouvoir la vaccination Documents Inpes 20

21 FNI 84 (Fédération nationale des Infirmiers) Lundi 29 avril 2013 Hôtel Novotel Saint-Anne, Le Pontet Infirmières libérales de Vaucluse Conférence-débat : Conseiller, vacciner : un défi à relever pour l'infirmière libérale Actualiser les connaissances sur la vaccination / Comprendre le rôle de l'infirmière libérale dans la promotion de la vaccination Documents Inpes Mission Santé publique 84. Magazine Avenir & santé Mission Santé publique 84 Jeudi 16 mai 2013 Marché hebdomadaire Le Pontet Grand public Séance de vaccination sur site dans des tentes accueillant le public Procéder au rattrapage Documents Inpes Mission Santé publique 84 Vendredi 17 mai 2013 Marché hebdomadaire Pertuis Grand public Séance de vaccination sur site dans des tentes accueillant le public Procéder au rattrapage Documents Inpes Mission Santé publique 84 Mardi 21 mai 2013 Marché hebdomadaire Apt Grand public Séance de vaccination sur site dans des tentes accueillant le public Procéder au rattrapage Documents Inpes Mission Santé publique 84 Mercredi 22 mai 2013 Marché hebdomadaire Malaucène Grand public Séance de vaccination sur site dans des tentes accueillant le public Procéder au rattrapage Documents Inpes Centre d'examens de santé de la Cpam 84 Toute l'année Centre d'examen de santé Cpam Avignon Personnes inscrites au bilan de santé Vérification systématique du carnet de vaccination Incitation et orientation vers le médecin traitant ou la Mission Santé publique Documents Inpes Mission Santé publique 84 21

22 Centre d'examens de santé de la Cpam 84 Toute l'année Centre d'examen de santé Cpam Avignon Personnes inscrites au bilan de santé Vaccination gratuite par le Mission Santé publique 84, 18 interventions prévues en 2013, une moyenne de 15 personnes vaccinées par intervention Vaccination et sensibilisation Documents Inpes Mission Santé publique 84 Mission de promotion de la santé en faveur des élèves, Direction académique de Vaucluse Toute l'année Ecoles, collèges et lycées de Vaucluse Les élèves des établissements scolaires publiques de Vaucluse Affichage et distribution des flyers de promotion de la SEV 2013 sur tous les établissements scolaires publiques en Vaucluse Promouvoir la vaccination auprès des élèves Documents Inpes de promotion de la SEV et documents de diffusion tout public Conseil général de Vaucluse D'avril à mai 2013 Centres médico-sociaux et Protections maternelles et infantiles de Vaucluse Tout public pour les CMS Enfants de -6ans et leurs parents pour les PMI Affichage et distribution des flyers de promotion de la SEV 2013 et de documents vaccination Promouvoir la vaccination, informer du nouveau calendrier vaccinal Documents Inpes de promotion de la SEV et documents de diffusion tout public Retrouvez ci-dessous quelques exemples détaillées d'actions en Vaucluse 22

23 UNE SEMAINE POUR LA VACCINATION EN VAUCLUSE DU 20 AU 4 MAI 2013 La vaccination : un enjeu mondial, une organisation de sa promotion territorialisée La Semaine européenne de la vaccination se déroule en Vaucluse du 20 au 4 mai Elle est organisée à l initiative de l Organisation mondiale de la santé (OMS), dans près de 200 pays dans le monde, dont la totalité des pays d Europe. Pour la 7 ème année consécutive, la France participe à cette initiative. Le ministère des Affaires sociales et de la Santé et l Institut national de prévention et d éducation pour la santé (INPES) coordonnent conjointement l événement au niveau national et, dans les 26 régions, les agences régionales de santé (ARS) pilotent de nombreuses actions mises en œuvre sur le terrain. L ARS Paca a confié au Comité régional d éducation pour la santé (CRES Paca) et à ses partenaires départementaux, les comités départementaux d éducation pour la santé (CoDES), le soin de relayer cette initiative. C est ainsi que le CoDES de Vaucluse coordonne la communication de cette semaine européenne en Vaucluse. Le CoDES de Vaucluse dans son rôle de concertation et d interface entre les institutions et la population Structure associative d éducation pour la santé, le CoDES de Vaucluse s implique dans cette semaine européenne selon 3 modalités principales : - la mobilisation et la concertation des partenaires institutionnels, associatifs et professionnels impliqués sur la question de la vaccination dans le département de Vaucluse, - le relai des initiatives, la communication et les relations avec la presse départementale, - la mise en disposition et la diffusion de l information et de la documentation sur la vaccination à tous les relais d information et de documentation du département. Contact presse : Alain Douiller Directeur,

24 24

25 Fiche action Semaine européenne de la vaccination 2013 Organisme : Caisse Primaire d Assurance Maladie du Vaucluse Description de l action envisagée par le service Prévention Sanitaire de la CPAM pendant la Semaine du 22 avril au 26 avril 2013 : ANIMATION ESPACE ACCUEIL Sensibilisation et rappel des enjeux de la protection vaccinale auprès du public de l Espace Accueil Avignon Rocade le mercredi 24 avril Il sera abordé le statut vaccinal de chaque personne et famille rencontrées afin de susciter l intérêt de la vaccination. Des brochures, dépliants, cartes postales et disques vaccinaux seront remis lors de ces échanges. DOCUMENTATION ESPACE ACCUEIL Parallèlement, l'ensemble des espaces accueils ainsi que le C.E.S. seront destinataires de supports spécifiques pour une mise à disposition du public. Les documents : 1. Affiche promotion semaine européenne de la vaccination 2. Affiche ROR «rougeole, oreillons, rubéole» 3. Dépliant ROR «pour en finir avec ces maladies, faites vacciner votre enfant» 4. brochure «questions de vaccination» 5. carnet de vaccination individuel 6. carte postale «vaccination, où en êtes-vous? 7. Disque calendrier vaccinal INFORMATION SUR LE SITE AMELI.FR 25

26 26

27 27

28 28

29 29

30 30

31 31

32 ANNEXES Les outils développés pour le grand public par l Inpes Tous ces outils sont disponibles sur le site Internet de l Inpes : ou sur L affiche «Semaine européenne de la vaccination 2013» Elle annonce l événement et incite les médecins, les sages-femmes et les pharmaciens à aborder la question avec leurs patients. L affiche «Vaccination : êtes-vous à jour?» 2013 Elle présente le calendrier simplifié des vaccinations 2013, c est-à-dire les vaccins recommandés à chaque personne pour acquérir une immunité suffisante. La carte postale «Vaccination : êtes-vous à jour? 2013» Elle présente le calendrier des vaccinations, c est-à-dire les vaccins recommandés à chaque personne pour acquérir une immunité suffisante. Elle est également téléchargeable en anglais, espagnol, roumain, arabe dialectal maghrébin, chinois mandarin simplifié, turc, russe, kurde, portugais et en version accessible pour les personnes handicapées. 32

33 Le guide calendrier des vaccinations des adolescents et des adultes et le carnet de vaccination individuel 2013 Le guide permet aux adolescents et aux adultes de faire le point sur leurs connaissances en matière de vaccination. Il comprend un carnet de vaccination individuel à faire remplir à chaque injection, par le professionnel de santé, pour faciliter le suivi vaccinal. La brochure «Questions de vaccination» Ce livret apporte à tous des réponses aux questions les plus fréquentes sur la vaccination. Il est disponible chez les professionnels de santé. Les affiches «Je me protège, je protège les autres, je me vaccine. 2013» Deux nouvelles affiches destinées à la métropole et aux DOM. Elles mettent en scène 3 générations de personnes et rappellent l importance de la vaccination pour tous. La signature met l accent sur le caractère protecteur de la vaccination pour soi comme pour l entourage. Elles incitent au dialogue avec les professionnels de santé. 33

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 140- Mai 2014 SOMMAIRE 1. Le calendrier vaccinal simplifié 1 2. Vaccination des enfants et adolescents 2 3. Vaccination des adultes 4 4. Cas pratiques 6 5. Invitation Soirées de

Plus en détail

CartoVaccins. Haute-Vienne. Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe. en Haute-Vienne

CartoVaccins. Haute-Vienne. Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe. en Haute-Vienne CartoVaccins Haute-Vienne Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe en Haute-Vienne Quelle couverture vaccinale contre la Rougeole en Haute-Vienne > Contexte > Résultats Depuis le 1 er janvier

Plus en détail

313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011

313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011 313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON 20-14 Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON Chaque personnel navigant est responsable de la mise à jour des ses vaccins. 1 - VACCINATION OBLIGATOIRE La vaccination contre la fièvre jaune (vaccination anti-amarile)

Plus en détail

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL

LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL DES ADOLESCENTS ET DES ADULTES MIS À JOUR EN MARS 2011 313-52711-B État des données : mars 2011 Ce guide calendrier vaccinal comporte le carnet de vaccination. SOMMAIRE LA

Plus en détail

Le point sur la vaccination

Le point sur la vaccination Semaine européenne de la vaccination Du 23 au 30 avril 2010 Le point sur la vaccination Parce qu'il est important d'être vacciné et de mettre à jour ses vaccins régulièrement, parce que l'on se pose tous

Plus en détail

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Les vaccinations Même si, heureusement, les épidémies sont rares de nos jours en France, les vaccins sont utiles car ils permettent de prévenir un ensemble

Plus en détail

Prévenir... par la vaccination

Prévenir... par la vaccination Prévenir... par la vaccination 6 La vaccination...... Soit c est OBLIGATOIRE (2)... Les vaccinations obligatoires pour l ensemble de la population et dont les lois sont inscrites dans le Code de la Santé

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Semaine européenne de la vaccination du 2 au 6 mai 2011. Agence Régionale de Santé du Nord Pas-de-Calais Lille, le 02 mai 2011

DOSSIER DE PRESSE. Semaine européenne de la vaccination du 2 au 6 mai 2011. Agence Régionale de Santé du Nord Pas-de-Calais Lille, le 02 mai 2011 DOSSIER DE PRESSE Semaine européenne de la vaccination du 2 au 6 mai 2011 Agence Régionale de Santé du Nord Pas-de-Calais Lille, le 02 mai 2011 Contact presse Béatrice Degrugillers - 03.62.72.86.10 - Beatrice.DEGRUGILLERS@ars.sante.fr

Plus en détail

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Vaccins et grossesse Vaccins et immunité Dr Odile Launay Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Atelier Vaccins, GERES, 18 mai 2011 COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL

Plus en détail

TOUT SAVOIR (ou presque) SUR LA VACCINATION : des réponses aux questions du quotidien

TOUT SAVOIR (ou presque) SUR LA VACCINATION : des réponses aux questions du quotidien Dossier documentaire vaccination Février 2015 TOUT SAVOIR (ou presque) SUR LA VACCINATION : des réponses aux questions du quotidien Ce dossier documentaire sur la vaccination est destiné aux professionnels

Plus en détail

VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE

VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE CAS CLINIQUE N 2 VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE FAMILLE DE 5 : MÈRE ASSISTANTE DE DIRECTION / PÈRE STEWARD AIR FRANCE, LONGS COURRIERS CARAÏBES. 3 ENFANTS

Plus en détail

SEMAINE DE LA VACCINATION 13 AU 18 AVRIL 2015

SEMAINE DE LA VACCINATION 13 AU 18 AVRIL 2015 FICHE 1 SEMAINE DE LA VACCINATION 13 AU 18 AVRIL 2015 A QUOI SERT LA SEMAINE DE LA VACCINATION? La Semaine de la Vaccination a été lancée par l Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en 2005. Elle est

Plus en détail

Adolescents, jeunes adultes : à vos carnets de santé!

Adolescents, jeunes adultes : à vos carnets de santé! DOSSIER DE PRESSE 8 e Semaine Européenne de la Vaccination du mardi 22 au samedi 26 avril 2014 Adolescents, jeunes adultes : à vos carnets de santé! CONTACT PRESSE Sébastien PAGEAU 04.67.07.20.14 sebastien.pageau@ars.sante.fr

Plus en détail

DIPHTÉRIE - TÉTANOS - POLIOMYÉLITE* Vacci mains

DIPHTÉRIE - TÉTANOS - POLIOMYÉLITE* Vacci mains DIPHTÉRIE - TÉTANOS - POLIOMYÉLITE* Vacci mains Se faire vacciner, se laver les mains : 2 gestes essentiels pour lutter contre les maladies infectieuses. C est décidé, je vais sauver le monde!...commence

Plus en détail

Epidémie de rougeole Présentation de la campagne de communication

Epidémie de rougeole Présentation de la campagne de communication Conférence de presse Epidémie de rougeole Présentation de la campagne de communication Dossier d information Jeudi 13 octobre 2011 www.info-rougeole.fr Contacts Presse Inpes, Lamiel Denisse : 01 49 33

Plus en détail

Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015

Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015 Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015 Dossier de presse LA VACCINATION AU COURS DE LA VIE : Conseils et réponses aux questions du quotidien, pour être à jour CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier

Plus en détail

La vaccination chez l enfant

La vaccination chez l enfant Conseil santé La vaccination chez l enfant www.omnimut.be La vaccination chez l enfant La vaccination chez l enfant Nous ne les voyons pas, mais ils sont bien là! De nombreux virus et bactéries peuvent

Plus en détail

Maladies infectieuses - Coqueluche

Maladies infectieuses - Coqueluche Maladies infectieuses - Coqueluche Document d info La coqueluche 1 Introduction La coqueluche est une maladie aiguë et contagieuse des voies respiratoires provoquée par la bactérie Bordetella pertussis.

Plus en détail

Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter-

Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter- Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter- Largement débattue au cours du XII ème congrès de Gastroentérologie, tenu ce week end, l hépatite B mérite d être mieux connue

Plus en détail

> Passeport pour la santé

> Passeport pour la santé SAATCHI & SAATCHI - PHOTOS : GETTY IMAGES - 313-06344-B - Août 2006 > Passeport pour la santé Le guide calendrier vaccinal des adolescents et des adultes Mis à jour au 1 er août 2006 2 3 Sommaire Vaccins

Plus en détail

Sensibiliser les professionnels de santé à la vaccination anti grippale :

Sensibiliser les professionnels de santé à la vaccination anti grippale : Journée Régionale de Prévention et de Maitrise du Risque Infectieux en EHPAD Vendredi 25 Septembre 2014 Sensibiliser les professionnels de santé à la vaccination anti grippale : Le projet 2015 de l ARLIN

Plus en détail

Prévention de la coqueluche. Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE

Prévention de la coqueluche. Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE Prévention de la coqueluche Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE La coqueluche : question d actualité? Epidémiologie Nouvelles recommandations vaccinales et leur application Rôle des professionnels

Plus en détail

Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste. Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI

Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste. Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI FMPR, Rabat le 23.10.2010 Les mesures de prévention concernent la population dans son ensemble en se

Plus en détail

Les maladies à déclaration obligatoire (MADO) évitables par la vaccination

Les maladies à déclaration obligatoire (MADO) évitables par la vaccination Les maladies à déclaration obligatoire (MADO) évitables par la vaccination INTRODUCTION Numéro 19, février 2015 Les maladies évitables par la vaccination (MEV) dont il est question dans ce numéro du bulletin

Plus en détail

Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015

Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015 Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015 Dossier de presse LA VACCINATION AU COURS DE LA VIE : Conseils et réponses aux questions du quotidien, pour être à jour CONTACTS PRESSE INPES Inpes : Sandra

Plus en détail

UNICEF/97-0627/Lemoyne

UNICEF/97-0627/Lemoyne UNICEF/97-0627/Lemoyne Pourquoi il est important de communiquer et d utiliser les informations sur LA VACCINATION La vaccination Chaque année, 1,7 million d enfants meurent de maladies qui auraient pu

Plus en détail

La grippe, comment l éviter?

La grippe, comment l éviter? La grippe, comment l éviter? Marine LARRIERE, étudiante en soins infirmiers IFSI Laxou Promotion 2014/2017 Février 2015 Sommaire Qu est-ce que la grippe? Epidémie saisonnière de 2015 Les virus de la grippe

Plus en détail

Les vaccinations du personnel hospitalier

Les vaccinations du personnel hospitalier Les vaccinations du personnel hospitalier Isabelle Buisson-Vallès Service de médecine du travail du personnel hospitalier Pr Brochard - CHU de Bordeaux 7ème JNI - Bordeaux 9 juin 2006 Introduction La majorité

Plus en détail

Annexe 3 : ACTIONS DEFINIES PAR LES PARTENAIRES ET ACTEURS

Annexe 3 : ACTIONS DEFINIES PAR LES PARTENAIRES ET ACTEURS Annexe 3 : ACTIONS DEFINIES PAR LES PARTENAIRES ET ACTEURS ACTEURS AFPA ARS - Service communication ARS - Service prévention CNAMTS PROPOSITIONS D'ACTIONS 1 - Intervention des pédiatres dans d'autres lieux

Plus en détail

DIRECTION GENERALE DE LA SANTE AVIS DU CONSEIL SUPÉRIEUR D'HYGIÈNE PUBLIQUE DE FRANCE SECTION MALADIES TRANSMISSIBLES

DIRECTION GENERALE DE LA SANTE AVIS DU CONSEIL SUPÉRIEUR D'HYGIÈNE PUBLIQUE DE FRANCE SECTION MALADIES TRANSMISSIBLES MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE AVIS DU CONSEIL SUPÉRIEUR D'HYGIÈNE PUBLIQUE DE FRANCE SECTION MALADIES TRANSMISSIBLES Relatif à la conduite à tenir autour d'un

Plus en détail

promotion santé La vaccination chez l enfant

promotion santé La vaccination chez l enfant promotion santé La vaccination chez l enfant La vaccination chez l enfant Une publication des Mutualités Libres Rue Saint-Hubert, 19-1150 Bruxelles T 02 778 92 11 - F 02 778 94 04 promotionsante@mloz.be

Plus en détail

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT PAS SEULEMENT LES PATIENTS Monica Attinger Unité HPCI VD SSSH -16 mars 2013 /CHUV Rappel Infection : envahissement de l organisme par des germes capables de provoquer une maladie

Plus en détail

MARDI 03 JUIN 2014 10H30

MARDI 03 JUIN 2014 10H30 CONFéRENCE DE PRESSE MARDI 03 JUIN 2014 10H30 dépistage du cancer du col de l utérus à mayotte SOMMAIRE 1- présentation de l association Fonctionnement de l association Territoire d intervention Population

Plus en détail

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T I O N S E N S A N T É P U B L I Q U E

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T I O N S E N S A N T É P U B L I Q U E S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T I O N S E N S A N T É P U B L I Q U E Recommandations pour le dépistage du cancer du col de l utérus en France Juillet 2010 Ces recommandations s inscrivent

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités Immunité & Vieillissement Vaccinations universelles Grippe Zona Coqueluche Pneumocoque Voyageur LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités La vaccination

Plus en détail

Dr Carole HORDE Dr Jean-Yves BORGNE LES VACCINATIONS EN 2011

Dr Carole HORDE Dr Jean-Yves BORGNE LES VACCINATIONS EN 2011 Dr Carole HORDE Dr Jean-Yves BORGNE LES VACCINATIONS EN 2011 http://www.inpes.sante.fr/cfesbases/catalogue/pdf/1133.pdf CAS CLINIQUE N 1 Une maman, membre d un groupe de pensée plutôt opposé aux vaccinations,

Plus en détail

Vaccination coqueluche et maternité. G Picherot YOPI 2010

Vaccination coqueluche et maternité. G Picherot YOPI 2010 Vaccination coqueluche et maternité G Picherot YOPI 2010 Groupe Avancées Vaccinales 2010 Très inspiré de «AVANT, PENDANT et APRES Vaccinations autour de la grossesse» Dr Marc Valdiguié Pédiatre Unité de

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME Département des situations d urgence sanitaire Personne chargée du dossier : Evelyne FALIP/Nicole BOHIC Tél : 01 40 56 59 65/02 32 18 31 66 evelyne.falip@sante.gouv.fr MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES

Plus en détail

3. Calendrier vaccinal 2012. Tableaux synoptiques

3. Calendrier vaccinal 2012. Tableaux synoptiques 7 BEH -5 / 0 avril 0. Calendrier vaccinal 0. Tableaux synoptiques. Tableau des vaccinations recommandées chez les enfants et les adolescents en 0 Recommandations générales Rattrapage Populations particulières

Plus en détail

Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche

Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche Comment protéger vos enfants? La seule protection efficace : la vaccination R.O.R COQUELUCHE ANNUAIRE Livret élaboré en partenariat avec : Conseil Général du Loir-et-Cher

Plus en détail

Vaccination des personnes âgées et cancer

Vaccination des personnes âgées et cancer Vaccination des personnes âgées et cancer Pr B de WAZIÈRES CHU Nîmes Haut conseil de la santé publique Comité technique des vaccinations ORIG OBSERVATOIRE DU RISQUE INFECTIEUX EN GERIATRIE SUBVENTION ET

Plus en détail

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2013

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2013 1 L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices Édition 2013 L assurance maternité Sommaire Les prestations maternité 3 Cas particuliers 8 Le congé paternité 11

Plus en détail

Info grippe Information1 8/08/2 0 0 9

Info grippe Information1 8/08/2 0 0 9 Info grippe Information1 8/08/2 0 0 9 < retour à la liste Ce que doivent savoir les parents, les professionnels de l éducation et les élèves en fonction de l évolution de la grippe : les sites de référence

Plus en détail

L enfant avant tout. Rubéole : dépistage avant la grossesse

L enfant avant tout. Rubéole : dépistage avant la grossesse 30 L enfant avant tout Rubéole : dépistage avant la grossesse Dix pour cent des femmes en âge de procréer n ont pas les anticorps pour les protéger contre l infection rubéolique. Selon l équipe de la division

Plus en détail

LE VACCIN L HÉPATITE A LES EFFETS SECONDAIRES

LE VACCIN L HÉPATITE A LES EFFETS SECONDAIRES HÉPATITE A L HÉPATITE A L hépatite A est une infection du foie causée par un virus. Il s agit d une maladie sérieuse qui peut nécessiter une hospitalisation. Elle est plus grave chez les personnes plus

Plus en détail

La planification familiale

La planification familiale La planification familiale après l avortement spontané ou provoqué Introduction Les grossesses non désirées sont l une des principales raisons pour lesquelles les femmes choisissent d avorter. Beaucoup

Plus en détail

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2015

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2015 1 L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices Édition 2015 L ASSURANCE MATERNITÉ Sommaire Les prestations maternité 3 Cas particuliers 8 Le congé paternité 11

Plus en détail

La grippe, l asthme et la vaccination

La grippe, l asthme et la vaccination La grippe, l asthme et la vaccination vaccin anti-grippe pris en charge à 100 % pour tous les asthmatiques Qu est-ce que la grippe? La grippe est une maladie infectieuse très contagieuse, d apparition

Plus en détail

La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a

La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? La vaccination n est pas seulement pour les enfants. Les adultes

Plus en détail

COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE

COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE XVII ème Congrès national de la SFHH Nantes 1 er juin 2006 COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE F. Bureau-Chalot 1, F. Fidel 1, A. Henry 1, L. Brasme 1, C. Quéreux 2, P. Morville

Plus en détail

GRIPPE SAISONNIERE. Place de la vaccination du personnel dans la prévention des épidémies institutionnelles

GRIPPE SAISONNIERE. Place de la vaccination du personnel dans la prévention des épidémies institutionnelles GRIPPE SAISONNIERE Place de la vaccination du personnel dans la prévention des épidémies institutionnelles DR M.A. HUBSCHER Journée régionale EMS 22/11/2012 Le virus grippal Réputé fragile : sensible aux

Plus en détail

VPH Virus du Papilloma Humain Condylomes génitaux

VPH Virus du Papilloma Humain Condylomes génitaux 1 VPH Virus du Papilloma Humain Condylomes génitaux DESCRIPTION Le Virus du Papilloma Humain (VPH) existe sous plus de 150 souches différentes. Seul une quarantaine est responsable des condylomes génitaux

Plus en détail

Quelles sont les maladies contre lesquelles mon enfant devrait recevoir une protection?

Quelles sont les maladies contre lesquelles mon enfant devrait recevoir une protection? Qu est-ce que l immunisation? L immunisation est un processus qui permet au corps de lutter contre les maladies causées par certains virus et bactéries. L un des moyens d être immunisé est de recevoir

Plus en détail

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE Le Puy-en-Velay, le 22 Septembre 2006 Il faut rappeler que pour toute personne malade (par exemple présentant

Plus en détail

Coqueluche : données épidémiologiques et modalités diagnostiques

Coqueluche : données épidémiologiques et modalités diagnostiques Coqueluche : données épidémiologiques et modalités diagnostiques Emmanuel Belchior*, Département des Maladies Infectieuses Congrès des Sociétés médico-chirurgicales de Pédiatrie Samedi 9 juin 2012, Palais

Plus en détail

Coqueluche. Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS

Coqueluche. Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS Coqueluche Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS Définition et mode de transmission La coqueluche est une infection bactérienne peu ou pas fébrile de l'arbre respiratoire

Plus en détail

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE SAISONNIERE 2015-2016 Dossier de presse

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE SAISONNIERE 2015-2016 Dossier de presse الجمهوريةالجزائريةالديمقراطيةالشعبية REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE وزارةالصحة, السكانوإصالحالمستشفيات MINISTERE DE LA SANTE, DE LA POPULATION ET DE LA REFORME HOSPITALIERE DIRECTION GENERALE

Plus en détail

Situation, prise en charge

Situation, prise en charge Grippe pandémique A(H1N1) Situation, prise en charge DAUMAS Aurélie HIA LAVERAN COURS IFSI Des grippes pandémiques Groupe A Secondaires à une cassure (rôle animal) Absence d immunité collective Létalité

Plus en détail

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles sommaire Qu est-ce qu une IST? p. 5 La blennorragie gonococcique p. 7 La chlamydiose p. 8 L hépatite B p. 9 L herpès génital p. 10 Les mycoplasmes et

Plus en détail

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille N de Table : ISO2 PATHOLOGIES INFECTIEUSES & NOTIONS D INFECTIOLOGIE 1 ère Session M. MABON 18/06/2013 (Durée : 2h) Partie 1 : QCM (10 questions) sur 20 points Chaque question peut avoir une à 5 réponses

Plus en détail

Vaccination des enfants et des adolescents

Vaccination des enfants et des adolescents Information letter from the Norwegian Institute of Public Health No. 3 National vaccination programme in Norway French Last updated May 2010 www.fhi.no/publ/infoletter Vaccination des enfants et des adolescents

Plus en détail

Vaccinations pour les professionnels : actualités

Vaccinations pour les professionnels : actualités Vaccinations pour les professionnels : actualités Dominique Abiteboul Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Les vaccins A (H1N1)v 4QUESTIONS +++++ Pas assez de recul???

Plus en détail

Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis

Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis 12/09/2013 2 Comparaison calendrier vaccinal 2013 et 2012 : Nourrisson 3 Comparaison calendrier vaccinal 2013 et 2012

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

Vaccination des professionnels, patients, résidents. Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1. Conflits d intérêt

Vaccination des professionnels, patients, résidents. Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1. Conflits d intérêt Vaccination des professionnels, patients, résidents Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 CClin Sud Est- Lyon- 17 Mars 2016 Conflits d intérêt Déclaration Publique d Intérêt consultable sur le

Plus en détail

Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière

Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière Ce que vous devez savoir sur les vaccins antigrippaux offerts cette année L influenza, qu on appelle communément la grippe, est une infection respiratoire

Plus en détail

Explications des réponses

Explications des réponses Explications des réponses Explications des réponses Question 1 : Un vaccin, c est... (information adaptée de l ouvrage Avoir la piqûre pour la santé de votre enfant, 3e édition, page 10) La vaccination

Plus en détail

gratuite de vaccination Programmes en 4 e année du primaire Contre l hépatite B pour les garçons et les filles

gratuite de vaccination Programmes en 4 e année du primaire Contre l hépatite B pour les garçons et les filles «Programmes de vaccination gratuite en 4 e année du primaire» Contre l hépatite B pour les garçons et les filles (incluant une protection contre l hépatite A ) Contre le virus du papillome humain (VPH)

Plus en détail

Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires

Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires A) GENERALITES SUR LA NOUVELLE GRIPPE A (H1N1) v. Qu est-ce que la nouvelle grippe A (H1N1) v? La nouvelle grippe A(H1N1) est une infection

Plus en détail

État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne

État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne Année scolaire 2009-2010 Service de Protection Maternelle et Infantile Exploitation des données statistiques : Observatoire de la santé

Plus en détail

Des réponses. Vaccination

Des réponses. Vaccination Des réponses à vos questions sur la Vaccination Vacciner permet de réduire considérablement le nombre de malades et de décès par maladies infectieuses. C est un geste médical à part entière, sur lequel

Plus en détail

MARS Message d Alerte Rapide Sanitaire

MARS Message d Alerte Rapide Sanitaire MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE DIRECTION GENERALE DE LA SANTE DEPARTEMENT DES URGENCES SANITAIRES DATE : 06/08/2014 REFERENCE : MARS 06.08.14-1 OBJET : ACTUALISATION DES INFORMATIONS SUR

Plus en détail

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre :

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre : LA VACCINATION, UNE BONNE PROTECTION En faisant vacciner votre enfant, vous lui offrez la meilleure protection contre certaines maladies graves. Comment agissent les vaccins? Les vaccins amènent nos cellules

Plus en détail

OFSP & Commission Fédérale Vaccinations 2012 SMPR 2010

OFSP & Commission Fédérale Vaccinations 2012 SMPR 2010 Objectifs QUELLES VACCINATIONS RECOMMANDER CHEZL ADULTE? N. Junod Perron et J P. Humair Enseignement en Médecine Ambulatoire SMPR 26.3.2014 2014 Connaître les vaccins recommandés chez les adultes de la

Plus en détail

AUDIT VACCINATIONS. Résultats 1 er tour

AUDIT VACCINATIONS. Résultats 1 er tour AUDIT VACCINATIONS Résultats 1 er tour Participation Population Résultats par vaccination : - DTP - Hépatite B - Rougeole - Coqueluche - Méningite C - Human Papilloma Virus Résultats des participants Sommaire

Plus en détail

Méningites infectieuses

Méningites infectieuses Méningites infectieuses Etiologies et conduites à tenir Stéphane Erouart MISP Cécile Lecocq IDESP Sommaire Agents causaux Précautions standard Infections invasives à méningocoque Définition Validation

Plus en détail

GRIPPE A /H1N1 ASMT TARBES 2009

GRIPPE A /H1N1 ASMT TARBES 2009 GRIPPE A /H1N1 ASMT TARBES 2009 GENERALITE La grippe est une infection respiratoire aiguë très contagieuse, les virus grippaux se répartissent entre différents types : A,B,C ; Seul le virus A est responsable

Plus en détail

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire Vaccination des étudiants du Baccalauréat en Médecine de Lausanne INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire La vaccination du personnel de santé est recommandée par l Office fédéral

Plus en détail

La Prévention médico-sociale en Finistère

La Prévention médico-sociale en Finistère ODPE du Finistère La Prévention médico-sociale en Finistère La protection maternelle et infantile (PMI) mène une mission de prévention et de promotion de la L ESSENTIEL santé des futurs parents et des

Plus en détail

Votre passeport vers une meilleure prévention des infections Pour vous, pour la vie

Votre passeport vers une meilleure prévention des infections Pour vous, pour la vie LA VACCINATION POST-GREFFE DE CELLULES HÉMATO-POÏÉTIQUES Votre passeport vers une meilleure prévention des infections Pour vous, pour la vie Pourquoi me faire vacciner suite à une greffe de cellules hématopoïétiques

Plus en détail

La vaccination de l adulte

La vaccination de l adulte et R La vaccination de l adulte Trop souvent négligée! Karl Weiss, MD, MSc, FRCPC Présenté dans le cadre de la conférence : Les journées de pharmacologie, Université de Montréal, juin 2007 Une étude canadienne

Plus en détail

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE Il faut rappeler que pour toute personne malade (par exemple présentant de la fièvre, vomissements ou diarrhée)

Plus en détail

1.1.2 : Indiquer la voie de pénétration du microorganisme

1.1.2 : Indiquer la voie de pénétration du microorganisme Situation n 2 : EN QUOI L EPIDEMIE DE CHIKUNGUNYA APPORTE T- ELLE DES CHANGEMENTS DANS NOTRE VIE QUOTIDIENNE? Séance n 1 : Le chikungunya Objectif : Prévenir le risque infectieux Tout d un coup, Adeline

Plus en détail

Voici ce qu est le zona

Voici ce qu est le zona Voici ce qu est le zona Le zona est plus courant que vous ne le croyez. Lisez ce qui suit pour savoir si vous présentez un risque de développer le zona. Qu est-ce que le zona? Le zona est une éruption

Plus en détail

CONSULAT GENERAL DE FRANCE A TANANARIVE INFORMATIONS SANITAIRES GRIPPE A, CHIKUNGUNYA ET DENGUE

CONSULAT GENERAL DE FRANCE A TANANARIVE INFORMATIONS SANITAIRES GRIPPE A, CHIKUNGUNYA ET DENGUE CONSULAT GENERAL DE FRANCE A TANANARIVE INFORMATIONS SANITAIRES GRIPPE A, CHIKUNGUNYA ET DENGUE 1 INFORMATIONS SUR PANDEMIE GRIPPALE Une pandémie grippale frappe le monde depuis quelques semaines. Il s

Plus en détail

Table des matières. I Introduction...3 A) Contexte...3. B) Objectifs...3. C) Public cible...3. D) Déroulement de l action...4. E) Méthodologie...

Table des matières. I Introduction...3 A) Contexte...3. B) Objectifs...3. C) Public cible...3. D) Déroulement de l action...4. E) Méthodologie... Délégation Territoriale d Indre-et-Loire Antenne territoriale 37 Conférence-débat «Perception de la vaccination, les mots pour (se) convaincre» Le 28 mars 2012 Dans le cadre de la Semaine Européenne de

Plus en détail

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH)

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Infection par le Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Le virus de l immunodéficience humaine, le VIH, est responsable du syndrome de l'immunodéficience acquise, le sida. Une personne est séropositive

Plus en détail

Gestion de la crise sanitaire grippe A

Gestion de la crise sanitaire grippe A Gestion de la crise sanitaire grippe A Sommaire de la présentation Nature du risque lié au virus A H1N1 Plan gouvernemental de pandémie grippale Mesures de protection Historique de la grippe La grippe

Plus en détail

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable.

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable. SAISON 2011/2012 Quels virus en 2011/2012 Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) Virus A (H3N2) Virus B Virus A (H1N1) est stable. Les 3 types de virus de la grippe Virus grippal Type A Type B Type C Espèces

Plus en détail

Vaccinations et grossesse. C.Chatelet

Vaccinations et grossesse. C.Chatelet Vaccinations et grossesse C.Chatelet L Idéal en préconceptionnel S assurer vaccinations réglementaires. Vacciner patientes à risques hépatites A, B et pneumocoques. Vacciner les «voyageurs potentiels»,

Plus en détail

NOTE INTERNE SUR LA SITUATION DE L EPIDEMIE DE GRIPPE H1N1

NOTE INTERNE SUR LA SITUATION DE L EPIDEMIE DE GRIPPE H1N1 NOTE INTERNE SUR LA SITUATION DE L EPIDEMIE DE GRIPPE H1N1 APPARITION DE LA MALADIE Dans l état actuel de la connaissance du dossier, le virus de la grippe H1N1 qui circule au Mexique se transmet d homme

Plus en détail

RETOUR PRECOCE A DOMICILE APRES ACCOUCHEMENT

RETOUR PRECOCE A DOMICILE APRES ACCOUCHEMENT version 1 page 1/5 Référence : RSN/REF/REA.O/002/A Date de 1 ère mise en service : 10/06/2008 N version Date de la modification Suivi des modifications Objet de la modification Faite par : Rédaction Mise

Plus en détail

GRIPPE SAISONNIÈRE - FOIRE AUX QUESTIONS

GRIPPE SAISONNIÈRE - FOIRE AUX QUESTIONS GRIPPE SAISONNIÈRE - FOIRE AUX QUESTIONS 1. Qu est-ce que la grippe? 2. Comment se transmet la grippe? 3. Combien de temps une personne infectée est-elle contagieuse? 4. Quels sont les symptômes de la

Plus en détail

Pandémie grippale et continuité d activité

Pandémie grippale et continuité d activité Pandémie grippale et continuité d activité I. Les notions Modes de transmission En Alsace Entreprises concernées Grippe A / H1N1 Infection humaine par un virus grippal d origine porcine. Ce virus appartient

Plus en détail

Tout ce que les hommes doivent savoir sur la grossesse

Tout ce que les hommes doivent savoir sur la grossesse Tout ce que les hommes doivent savoir sur la grossesse Partenaires pour la santé, partenaires pour la vie! «Il faut accompagner ta femme à l hôpital! Si tu le fais, c est bien pour la santé de vos enfants,

Plus en détail

INFORMATIONS AUX ETUDIANTS de la Faculté de biologie et de médecine de l Université de Lausanne

INFORMATIONS AUX ETUDIANTS de la Faculté de biologie et de médecine de l Université de Lausanne Programme de vaccination pour les étudiants de médecine INFORMATIONS AUX ETUDIANTS de la Faculté de biologie et de médecine de l Université de Lausanne 1) Introduction Le personnel de santé est exposé

Plus en détail

La prise en charge de votre schizophrénie

La prise en charge de votre schizophrénie G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre schizophrénie Vivre avec une schizophrénie Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail