TRAVAIL ET GESTION DE L EMPLOI?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TRAVAIL ET GESTION DE L EMPLOI?"

Transcription

1 INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES E n s e l i m i t a n t à u n e présentation graphique simple et en insistant sur les déterminants de l'offre et de la demande, on expliquera l'analyse néoclassique du fonctionnement du marché du travail. Pour rendre compte de la spécificité de la relation salariale, on montrera l ' i n t é r ê t d e r e l â c h e r l e s hypothèses du modèle de base en introduisant principalement les hypothèses d'hétérogénéité du facteur travail et d'asymétrie d'information. À partir de quelques exemples, on montrera que l e t a u x d e s a l a i r e d é p e n d é g a l e m e n t d u r é s u l t a t d e n é g o c i a t i o n s salariales et de l'intervention de l'état NOTIONS s a l a i r e d ' e f f i c i e n c e, s a l a i r e m i n i m u m, c o n t r a t d e t r a v a i l, c o n v e n t i o n s c o l l e c t i v e s, p a r t e n a i r e s s o c i a u x, s e g m e n t a t i o n d u m a r c h é d u travail, COMMENT S ARTICULE MARCHÉ DU TRAVAIL ET GESTION DE L EMPLOI? 1. LE FONCTIONNEMENT DU MARCHÉ DU TRAVAIL VU PAR LES NÉO-CLASSIQUES (LIBÉRAUX) A. L OFFRE ET LA DEMANDE DE TRAVAIL ET LEUR DÉTERMINANTS B. LE FONCTIONNEMENT DU MARCHÉ ET SES CONSEQUENCES C. LES CRITIQUES DE CE MODÈLE 2. LE MARCHÉ DU TRAVAIL N EST PAS UN MARCHÉ COMME LES AUTRES A. LA SEGMENTATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL B. LA THÉORIE DU SALAIRE D EFFICIENCE 3. LA RELATION SALARIALE S EST INSTITUTIONALISÉE D. RELATIONS PROFESSIONNELLES ET NÉGOCIATIONS COLLECTIVES E. LA GESTION DE L EMPLOI EST ENCADRÉE PAR LA LOI F. LE CONTRAT DE TRAVAIL

2 Le travail n est pas un concept économique comme les autres parce qu il est porté par des hommes et des femmes et qu on ne peut pas l analyser de manière mécanique. Le néo-classiques ont cependant voulu modéliser ce marché du travail en fondant leur analyse sur les hypothèses de concurrence pure et parfaite l assimilant ainsi aux autres marchés (biens et services, finance, monnaie...). Mais la relation salariale est beaucoup plus complexe. Les hypothèses de concurrence pure et parfaite sont loin d y être la règle,et surtout, la relation salariale a été institutionnalisée. Le fonctionnement du marché du travail est encadré par des lois, les salaires sont fonction des relations professionnelles entre partenaires sociaux et d interventions de l Etat. Nous verrons d abord l analyse néo-classique du marché du travail, puis nous démontrerons les limites de cette approche et l institutionnalisation de la relations salariale. VIDEO DU COURS N 1 VIDEO N 2 VIDEO N 3

3 1. LE FONCTIONNEMENT DU MARCHÉ DU TRAVAIL VU PAR LES NÉO- CLASSIQUES (LIBÉRAUX) A. L OFFRE ET LA DEMANDE DE TRAVAIL ET LEURS DÉTERMINANTS Pour les les néo-classiques (ou libéraux) le travail est une marchandise comme une autre. Offre (venant de la population) et demande (émanant des entreprises) se confrontent sur le MARCHÉ DU TRAVAIL qui est un lieu fictif. Il s agit d une modélisation dans le cadre d une «concurrence pure et parfaite». Les néo-classiques prennent en compte le salaire réel c-a-d le salaire nominal déflaté (divisé par l indice des prix), ce qui correspond au pouvoir d achat. Selon les néo-classiques, le travailleur va arbitrer entre le loisir et le travail en fonction du taux de salaire. Donc: L'offre de travail d e s travailleurs est une fonction croissante des salaires réels. Plus les salaires augmentent, plus la population est prête à offrir son travail. Et inversement... La demande de travail,émanant des entreprises, comme celle de n'importe quel bien ou facteur varie donc en sens inverse de son prix (le salaire) S i l e s a l a i r e r é e l d i m i n u e, l e s e n t r e p r i s e s v o n t e m b a u c h e r p l u s d e s a l a r i é s... M a i s s i l e s a l a i r e augmente, ils hésiteront à demander du travail. Mais quel est le salaire maximum qu ils sont prêts à payer? Qu est ce qui déterminera leur action?... (voir page suivante!)

4 La production ayant toujours des débouchés, selon les néoclassiques, le seul élément susceptible de limiter la demande de travail est le coût du travail. Les employeurs comparent ce qu'une heure de travail supplémentaire rapporte et ce qu'elle coûte : Elle rapporte une certaine quantité de produit (la productivité de cette heure de travail qu'on appelle l a p r o d u c t i v i t é marginale) ; Elle coûte le salaire horaire réel du nouveau salarié appelé «salaire marginal» Tant que la productivité marginale du travail est supérieure au salaire réel, une entreprise embauche parce que cela augmente son profit ; elle arrête d'embaucher quand productivité marginale et salaire réel sont équivalents. Au-delà, le salarié coûtera plus cher qu il ne rapportera!!! CETTE!ÉGALITÉ!EST!DONC!LE!DÉTERMINANT!DE!LA!DEMANDE!DE!TRAVAIL La libre confrontation de l'offre et de la demande de travail détermine le salaire d'équilibre (E) pour chaque type et chaque niveau de qualification. Au salaire (W ) c o r r e s p o n d u n e m ê m e quantité d offre de travail et de demande de travail (O)

5 B. LE FONCTIONNEMENT DU MARCHÉ ET SES CONSEQUENCES La libre confrontation de l'offre et de la demande de travail détermine le salaire d'équilibre ( point rouge) pour chaque type et chaque niveau de qualification. A l équilibre, le salaire réel correspond à la productivité marginale. Si le salaire était + élevé (S1) l offre de travail serait supérieure à la demande de travail, il y aurait donc chômage. Si le salaire était trop bas ( S2) il y aurait + de demande de travail que d offre, ce serait une situation de pénurie (ex dans la restauration) Pour les néo-classiques, quand l O>D (situation de chômage), les salaires devraient baisser. Le signal envoyé par cette baisse pousserait les employeurs à faire augmenter la demande travail et les offreurs qui le pourraient (ex: jeunes) retarderaient leur entrée sur le marché du travail, faisant, ainsi, diminuer l offre. Ce qui rétablirait l équilibre et ferait disparaitre ce chômage frictionnel. Donc, pour ces néo-classiques, si le chômage persiste, il ne peut s agir que de chômage volontaire venant du fait que certains travailleurs refuseraient de travailler pour un salaire plus faible, préférant ainsi l inactivité.

6

7 C. LES CRITIQUES DE CE MODÈLE VIDEO Oui à la baisse des salaires!!! a. Critique du modèle de la concurrence pure et parfaite (CPP) La CPP repose sur les hypothèses suivantes, qui ne sont pas applicables au travail Atomicité : En théorie: très nombreux offreurs et demandeurs. En réalité,sur le marché du travail, les syndicats regroupent les travailleurs et pèsent sur les salaires à la hausse, et les grosses entreprises peuvent imposer des salaires plus faibles. Homogénéité : en théorie: tous les offreurs et les demandeurs sont identiques. En réalité: les qualifications des travailleurs sont multiples et les types de contrats proposés varient. Transparence: En théorie: tous les acteurs ont toutes les informations. En pratique: sur le marché du travail comment l entreprise pourrait-elle connaître à l avance la productivité exacte du futur salarié? Parfaite mobilité des facteurs (en théorie). En réalité, les travailleurs ne sont pas tous prêts à changer de région. b. La critique keynésienne Pour les keynésiens, il n'y a pas de marché du travail car il y a une asymétrie de pouvoir entre les offreurs et les demandeurs. Ce sont ces derniers qui déterminent les salaires et non le marché. Donc le salaire n est pas un «prix de marché». De plus le salaire étant un revenu pour les salariés ( et pas seulement un coût). Toute! baisse de salaire est nuisible à l'économie car la demande baissera et le chômage! augmentera. salaire => de revenu => de la demande => de la production => licenciements => du chômage Quant au chômage, il est Le chômage involontaire. Il est dû à des anticipations pessimistes des entrepreneurs qui provoquent une baisse de la production globale. Même si le salaire baissait de manière significative, les entrepreneurs n'embaucheront pas si leurs anticipations sont pessimistes. Ce n'est donc pas la rigidité des salaires à la baisse qui est responsable du chômage comme l'affirment les libéraux mais au contraire le fait qu'ils n'augmentent pas assez et donc que la consommation n'est pas assez forte pour que les entrepreneurs modifient leur prévisions. c.

8 2. LE MARCHÉ DU TRAVAIL N EST PAS UN MARCHÉ COMME LES AUTRES A. L A S E G M E N TAT I O N D U M A R C H É D U TRAVAIL Dans la réalité, il existe, en fait, plusieurs marchés du travail car il n y a pas «homogénéité» des offreurs ni des demandeurs de travail. Il y a une segmentation du marché du travail entre: le marché primaire où le salaire peut être supérieur à celui du marché (présence syndicale, salaire à l ancienneté..) le marché secondaire. Celui de la précarité ou l offreur n a pas de possibilité de discuter son salaire.!! On parle aussi de dualité du marché du travail. (voir ci-contre). Le marché primaire était la règle durant les 30 glorieuses. Depuis, le marché secondaire s est développé, et il s intensifie actuellement avec la crise. B. SALAIRE D EFFICIENCE Les néoclassiques considèrent que la productivité est une donnée homogène: telle catégorie de salarié a telle productivité...or dans la réalité, il y a asymétrie d information ( le fait qu un des 2 acteurs n a pas toutes les informations nécessaires). L entreprise ne connait pas la vraie productivité du salarié qu elle vient d embaucher (travailleur acharné ou dilettante???). Pour les tenants de la théorie du «salaire d'effience» la productivité d'un salarié sera fonction de son salaire. Si on lui donne un salaire + élevé que celui du marché, il sera motivé et sa productivité augmentera et donc ce salaire marginal bien que + élevé que celui du marché deviendra égal à la productivité marginale!

9 3. LA RELATION SALARIALE S EST INSTITUTIONNALISÉE Une convention collective Est un accord signé entre les syndicats et les représentants des organisations patronales au niveau d une branche pour les conditions de travail et de salaires dans toutes les entreprises de cette branche. Partenaires sociaux Ensemble des acteurs économiques qui participent aux négociations salariales: représentants des syndicats de salariés et des syndicats patronaux. La relation salariale n est pas une simple relation d échange de marchandise sur un marché. Elle s est construite historiquement à travers des conquêtes sociales et des négociations collectives, en s appuyant sur le rôle d arbitre de l Etat et le contrat de travail. Négociations collectives et salaires La fixation du niveau de salaire n est pas le résultat d un processus individuel mais il se déroule, le plus souvent, dans le cadre de conventions collectives de branches qui imposent des conditions minimales de rémunération, une grille de rémunération en fonction du diplôme et de l ancienneté. Elles fixent aussi les normes d emploi: durée du travail, congés, droit à la formation, conditions de travail... Il existe aussi des négociation entreprise par entreprise:

10 S.M.I.C Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance. Le terme «Croissance» signifie que ce salaire doit augmenter au moins autant que les prix. Il est donc indexé sur l inflation. Le montant du SMIC horaire brut est fixé, depuis le 1er janvier 2013 à 9,43, soit 1 430,22 bruts mensuels sur la base de la durée légale de 35 heures hebdomadaires. Le contrat de travail Le contrat de travail est un type de contrat par lequel une personne employée s'engage à effectuer un travail pour un autre employeur moyennant une rémunération et avec un line de subordination. Ces conventions et négociations doivent, à leur tour, respecter les dispositions prévues par la loi, donc par le pouvoir politique par exemple salaire minimum (SMIC) qui n a rien à voir avec le fonctionnement du marché du travail. C est un arbitrage politique et social que certains voudraient supprimer pour permettre au salaire de baisser suffisamment afin de pouvoir embaucher des salariés à faible productivité. Pour eux, le SMIC est la cause du chômage des peu diplômés. La durée légale du travail à 35 heures, les 5 semaines de congés payés, le contrôle des licenciements, le droit syndical... La relation salariale a donc été encadrée par les conventions collectives, des négociations et le droit du travail pour protéger le travailleur. La gestion de l emploi est fondée sur le contrat de travail, qui précise la rémunération, le contenu du poste, les conditions de travail et engage le salarié dans une relation de subordination par rapport à l employeur, reflet du caractère hiérarchique de la relation salariale. IL existe plusieurs contrat de travail: CDI (contrat à durée indéterminée), le CDD (contrat à durée déterminée). Les formes d emplois atypiques ou précaires se sont multipliées. De plus l individualisation des relations de travail en liaison avec ces nouvelles formes de contrats pousse à la «re-marchandisation» du travail et donc à une fragilisation de la norme «institutionnalisée» de l emploi. Le marché du travail (s il existe) est essentiellement une production historique et sociale...

11

Chapitre 14 Comment s articulent marché du travail et organisations dans la gestion de l emploi?

Chapitre 14 Comment s articulent marché du travail et organisations dans la gestion de l emploi? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 mars 2015 à 12:34 Chapitre 14 Comment s articulent marché du travail et organisations dans la gestion de l emploi? Introduction Il ne faut pas confondre les notions

Plus en détail

La formation des salaires

La formation des salaires La formation des salaires I. Les mécanismes de formation des salaires 1. Définition du salaire - Le salaire constitue la rémunération du travailleur lié à son employeur par un contrat de travail. - Le

Plus en détail

CHAPITRE 3 : MARCHE DU TRAVAIL ET CHÔMAGE

CHAPITRE 3 : MARCHE DU TRAVAIL ET CHÔMAGE TABE DES MATIERES Durée... 2 Objectif spécifique... 2 Résumé... 2 I. offre et la demande de travail... 2 1. offre de travail et choix loisir - travail... 2 2. Demande de travail, productivité et salaire

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

CHAPITRE 10 LA RÉPARTITION PRIMAIRE DES REVENUS

CHAPITRE 10 LA RÉPARTITION PRIMAIRE DES REVENUS CHAPITRE 10 LA RÉPARTITION PRIMAIRE DES REVENUS Selon Hicks, le rev est ce qu un agent éco peut consommer au cours d une période donnée, sans s appauvrir, sans entamer la valeur de son patrimoine (= sans

Plus en détail

Séquence 7. Travail, emploi, chômage. Sommaire

Séquence 7. Travail, emploi, chômage. Sommaire Séquence 7 Travail, emploi, chômage Sommaire Introduction 1. Comment s articulent marché du travail et organisation dans la gestion de la main-d œuvre. 2. Quelles politiques pour l emploi? Auto-évaluation

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N O

Plus en détail

1. LES POLITIQUES POUR L EMPLOI POUR LUTTER CONTRE LA FRAGILISATION DU LIEN SOCIAL

1. LES POLITIQUES POUR L EMPLOI POUR LUTTER CONTRE LA FRAGILISATION DU LIEN SOCIAL I N D I C A T I O N S COMPLÉMENTAIRES Afin de montrer que la diversité des formes et des analyses du chômage explique la pluralité des politiques, on analysera les politiques macroéconomiques de soutien

Plus en détail

Proposition pour le site de UD CGT 35 La CGT propose la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS)

Proposition pour le site de UD CGT 35 La CGT propose la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS) Proposition pour le site de UD CGT 35 la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS) L insécurité dans et au travail est une réalité qui affecte un nombre sans cesse grandissant de salariés.

Plus en détail

Gestion de Développement des Ressources Humaines

Gestion de Développement des Ressources Humaines Gestion de Développement des Ressources Humaines DE LA FONCTION PERSONNEL A LA FONCTION RESSOURCES HUMAINES : EVOLUTION HISTORIQUE Pour assurer sa fonction de production, l'entreprise utilise des facteurs

Plus en détail

Le contrat de travail a pour but de satisfaire la loi en matière d activités, de rémunération

Le contrat de travail a pour but de satisfaire la loi en matière d activités, de rémunération Fiche 1 Le contrat de travail et sa rémunération I. Les contraintes juridiques II. La fixation du salaire Définition Le contrat de travail est une «convention par laquelle une personne s engage à exécuter,

Plus en détail

Le Bulletin de salaire

Le Bulletin de salaire Le Bulletin de salaire Mentions obligatoires : Le bulletin de salaire doit mentionner les éléments suivants : - Les coordonnés du Syndicat de copropriétaires dont dépend le salarié - Le numéro de SIRET

Plus en détail

Le salaire. en 7 questions

Le salaire. en 7 questions Le salaire en 7 questions Sommaire Comment lire ma fiche de paie? p.4 Comment se calcule mon salaire? p.6 Quelle est la différence entre salaire brut et salaire net? p.7 La qualification, c est quoi? p.8

Plus en détail

LE CONTRAT UNIQUE D INSERTION CONTRAT D ACCOMPAGNEMENT DANS L EMPLOI 1 CUI -CAE

LE CONTRAT UNIQUE D INSERTION CONTRAT D ACCOMPAGNEMENT DANS L EMPLOI 1 CUI -CAE LE CONTRAT UNIQUE D INSERTION CONTRAT D ACCOMPAGNEMENT DANS L EMPLOI 1 CUI -CAE Issu de la loi sur le revenu de solidarité de décembre 2008, le Contrat Unique d Insertion (CUI) est entré en vigueur au

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N 137 DU 26 SEPTEMBRE 2011 RELATIF AU TEMPS PARTIEL

Plus en détail

>Convention collective nationale de l animation

>Convention collective nationale de l animation DROIT >Convention collective nationale de l animation Janvier 2012 > DÉPARTEMENT RESSOURCES PROFESSIONNELLES 1 rue Victor-Hugo 93507 Pantin cedex T 01 41 839 839 (accueil) F 01 41 839 841 ressources@cnd.fr

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales. Terminale ES Enseignement spécifique Champ scientifique Regards croisés Thème n 2 : Travail, emploi, chômage

Plus en détail

Intervention de la DGT. RSA-salaires-qualité de l emploi

Intervention de la DGT. RSA-salaires-qualité de l emploi Intervention de la DGT RSA-salaires-qualité de l emploi Constitutionnalité d un dispositif de cumul RSA/salaire En droit interne et sur le plan constitutionnel, la rupture d égalité entre salariés (le

Plus en détail

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE Le projet de loi sur la sécurisation de l emploi, transposant l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 1, comporte

Plus en détail

Bac Professionnel PLP Pilote de Ligne de Production

Bac Professionnel PLP Pilote de Ligne de Production Formation co-financée par le Fonds Social Européen Bac Professionnel PLP Pilote de Ligne de Production en apprentissage ou en contrat de professionnalisation en 12 ou 24 mois Diplôme de l Education Nationale

Plus en détail

THEME 1 : L INDIVIDU AU TRAVAIL CHAPITRE 2 : LES CONSEQUENCES DU REGIME JURIDIQUE DE TRAVAIL CHOISI

THEME 1 : L INDIVIDU AU TRAVAIL CHAPITRE 2 : LES CONSEQUENCES DU REGIME JURIDIQUE DE TRAVAIL CHOISI THEME 1 : L INDIVIDU AU TRAVAIL CHAPITRE 2 : LES CONSEQUENCES DU REGIME JURIDIQUE DE TRAVAIL CHOISI Quels sont les droits et les obligations : - du salarié de droit privé? - du fonctionnaire? -du travailleur

Plus en détail

LE CONTRAT DE TRAVAIL

LE CONTRAT DE TRAVAIL LE CONTRAT DE TRAVAIL I. Introduction Le contrat de travail définit les conditions de travail et de rémunération du salarié. Il ne peut être contraire à la loi, aux conventions collectives ou aux usages

Plus en détail

Table des matières. Partie I. Les relations individuelles de travail. Titre I La conclusion du contrat de travail 61

Table des matières. Partie I. Les relations individuelles de travail. Titre I La conclusion du contrat de travail 61 Table des matières Introduction 13 Chapitre I L objet et la finalité du droit du travail 14 Section I L objet du droit du travail 15 Section II La fonction du droit du travail 16 Chapitre II Histoire du

Plus en détail

BILAN SOCIAL 2011 BNP PARIBAS S.A.

BILAN SOCIAL 2011 BNP PARIBAS S.A. BILAN SOCIAL 2011 BNP PARIBAS S.A. 2011 SOMMAIRE 1 EMPLOI 11 EFFECTIFS p 2 12 PERSONNEL EXTÉRIEUR p 8 13 EMBAUCHES AU COURS DE L ANNÉE CONSIDÉRÉE p 9 14 DÉPARTS p 10 15 PROMOTIONS ET AUGMENTATIONS p 11

Plus en détail

Service emploi & formation Catherine Le Goff E-mail : legoff@fin.fr Tél. : 05 46 50 60 51

Service emploi & formation Catherine Le Goff E-mail : legoff@fin.fr Tél. : 05 46 50 60 51 N 3 10 juin 2005 Formation REFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Service emploi & formation Catherine Le Goff E-mail : legoff@fin.fr Tél. : 05 46 50 60 51 Les Flash-infos sont disponibles sur le site

Plus en détail

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013 informations sociales octobre novembre décembre 2013 Dans le cadre du mandat qu elle reçoit du FNCIP-HT, la Fédération Nationale de l Habillement informe chaque trimestre les entreprises à jour de paiement

Plus en détail

Le système de la formation professionnelle en France. Mars 2010 AEFP Bruxelles

Le système de la formation professionnelle en France. Mars 2010 AEFP Bruxelles Le système de la formation professionnelle en France Mars 2010 AEFP Bruxelles sommaire La formation tout au long de la vie Le cadre réglementaire L historique La réforme de 2009 Les principaux dispositifs

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

L accès des salariés à des actions de formation professionnelle continue s effectue :

L accès des salariés à des actions de formation professionnelle continue s effectue : Accord collectif national du 30 juin 2005 sur la formation professionnelle continue tout au long de la vie dans les sociétés coopératives d hlm dans le cadre de la loi n 2004-391 du 4 mai 2004 Préambule

Plus en détail

BILAN SOCIAL 2012 BNP PARIBAS S.A.

BILAN SOCIAL 2012 BNP PARIBAS S.A. BILAN SOCIAL 2012 BNP PARIBAS S.A. SOMMAIRE 1 EMPLOI 11 EFFECTIFS p 2 12 PERSONNEL EXTÉRIEUR p 8 13 EMBAUCHES AU COURS DE L ANNÉE CONSIDÉRÉE p 9 14 DÉPARTS p 10 15 PROMOTIONS ET AUGMENTATIONS p 11 16

Plus en détail

Selon la Dares, les personnes handicapées connaissent un taux de chômage largement

Selon la Dares, les personnes handicapées connaissent un taux de chômage largement - N 33/2009! LSQ n 15302 HANDICAPÉS Emploi 02/09 LÉGISLATION SOCIALE Les aides à l emploi en faveur des personnes handicapées Tableau à jour au 1 er février 2009 (*) Selon la Dares, les personnes handicapées

Plus en détail

1/ Comment est calculé notre salaire brut?

1/ Comment est calculé notre salaire brut? Comprendre son salaire Le salaire à EDF et dans la branche des IEG Juin 2015 1/ Comment est calculé notre salaire brut? Notre salaire brut et fonction : - du salaire national de base ; le SNB - d un coefficient

Plus en détail

Rationnaliser les procédures de contentieux judiciaires

Rationnaliser les procédures de contentieux judiciaires Rationnaliser les procédures de contentieux judiciaires 3 Conciliation prud homale Conciliation devant le bureau de conciliation Pour les contestations relatives au licenciement (et non sur la rupture

Plus en détail

A - LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI (n 2013-504 du 14 Juin 2013) (Les principales mesures)

A - LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI (n 2013-504 du 14 Juin 2013) (Les principales mesures) EC CABIINET PESCE - LEBOUCHER 1. SOCIETE 2. D EXPERTISE COMPTABLE www.cabinetpesceleboucher.fr Le 25/09/2013 ACTUALITES SOCIALES 2013/2 EN BREF (quelques chiffres) valeurs inchangées : SMIC Horaire au

Plus en détail

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 Les salaires minima applicables à compter du 1 er janvier 2015 CCN n 3241 En résumé : I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 L avenant n 21 sur les salaires minima

Plus en détail

Aide Memoire Economie

Aide Memoire Economie Aide Memoire Economie Pour entreprendre seul : Entreprise individuelle, pas de capital à apporter donc il peut utiliser son matériel personnel. Chaque associé à le droit de participer aux bénéfices, à

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

Part des salaires dans la valeur ajoutée

Part des salaires dans la valeur ajoutée NOTE CGT SUR LES SALAIRES ET LE POUVOIR D ACHAT Augmenter les salaires pour renouer avec la croissance Montreuil, le 18 juin 2013 On ne peut pas parler salaires sans parler coût du capital. Dans une économie

Plus en détail

Les contrats aidés. Conclusion du contrat Formalités. Les étapes : - Contrat établi par un formulaire CERFA à remplir

Les contrats aidés. Conclusion du contrat Formalités. Les étapes : - Contrat établi par un formulaire CERFA à remplir Définition Champ d application Conclusion du contrat Formalités Durée du contrat et conditions d emploi Rémunération Aides et avantages sociaux particuliers Contrat de professionnalisation Contrat de formation

Plus en détail

FEDERATION SYNTEC 3, rue Léon Bonnat - 75016 PARIS Tél : 01 44 30 49 00 - Fax : 01 42 88 26 84. Fiche de synthèse

FEDERATION SYNTEC 3, rue Léon Bonnat - 75016 PARIS Tél : 01 44 30 49 00 - Fax : 01 42 88 26 84. Fiche de synthèse Fiche de synthèse Accord national du 27 décembre 2004 sur la formation professionnelle. Le contrat de professionnalisation Titre 3, article 3-1 A quoi sert la professionnalisation? Destinée à remplacer

Plus en détail

I - Législation du travail :

I - Législation du travail : POLYNESIE FRANCAISE Les dispositions en matière de droit du travail, protection sociale et fiscalité sont différentes de celles en vigueur en Métropole. I - Législation du travail : Autorisation de séjour

Plus en détail

Quels sont les bénéficiaires de ce contrat?

Quels sont les bénéficiaires de ce contrat? Quels sont les bénéficiaires de ce contrat? Quelles employeurs peuvent bénéficier de ce dispositif? Forme et contenu du contrat Rémunération minimale du salarié Formation Avantages pour l'employeur Comment

Plus en détail

Banque nationale suisse

Banque nationale suisse IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle Combinaison des politiques budgétaires et monétaires 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et

Plus en détail

II. LE CONTRAT DE TRAVAIL, CONSEQUENCE DU LIEN DE SUBORDINATION

II. LE CONTRAT DE TRAVAIL, CONSEQUENCE DU LIEN DE SUBORDINATION CHAPITRE 8 LE LIEN DE SUBORDINATION : LE CONTRAT DE TRAVAIL ET LES POUVOIRS DE L EMPLOYEUR I. LA DISTINCTION ENTRE LE TRAVAIL SUBORDONNE ET LE TRAVAIL INDEPENDANT La loi n a pas défini la notion de salarié.

Plus en détail

GUIDE DU CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION. Au 01/01/2011

GUIDE DU CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION. Au 01/01/2011 GUIDE DU CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION Au 01/01/2011 Maison Familiale Rurale De Coqueréaumont 1888 route de Coqueréaumont 76690 SAINT GEORGES SUR FONTAINE 02.35.34.71.22-02.35.34.27.54 Courriel : mfr.coquereaumont@mfr.asso.fr

Plus en détail

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Le 11 février 2013, l'avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi transposant les dispositions de l'accord national interprofessionnel

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été mis à jour en septembre 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction

Plus en détail

Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques

Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques 1. Le circuit économique Circuit : Quelques définitions (1) Représentation de l économie basée sur des flux (ou circulation)

Plus en détail

2 Le point de vue de J.M.Keynes : le rôle de la demande effective

2 Le point de vue de J.M.Keynes : le rôle de la demande effective C LES FONDEMENTS THÉORIQUES DE LA MACROÉCONOMIE 1 Le point de vue des classiques: la loi de l'offre de J.B.Say a) L'offre crée sa propre demande 1. Les «économistes classiques» libéraux (Adam Smith, David

Plus en détail

Loi relative à la Sécurisation de l emploi

Loi relative à la Sécurisation de l emploi Synthèse Loi relative à la Sécurisation de l emploi 1 Santé et prévoyance (incapacité de travail, invalidité, décès) => Généralisation de la couverture complémentaire santé => Généralisation de la couverture

Plus en détail

Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite

Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite CONSEIL D'ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière «Age et travail» - 11 juin 2002 Fiche n 6 Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite Cette note présente les conditions actuelles du

Plus en détail

Bilan Social des Entreprises. Guide pratique d utilisation pour les équipes syndicales

Bilan Social des Entreprises. Guide pratique d utilisation pour les équipes syndicales Paris, le 22 mars 2011 Bilan Social des Entreprises Guide pratique d utilisation pour les équipes syndicales Le bilan social est un document extrêmement utile pour une équipe syndicale. Beaucoup de renseignements

Plus en détail

BRANCHE INDUSTRIES ELECTRIQUES ET GAZIERES Statut national du personnel des Industries Electriques et Gazières CCN 3368 - IDCC 5001

BRANCHE INDUSTRIES ELECTRIQUES ET GAZIERES Statut national du personnel des Industries Electriques et Gazières CCN 3368 - IDCC 5001 BRANCHE INDUSTRIES ELECTRIQUES ET GAZIERES Statut national du personnel des Industries Electriques et Gazières CCN 3368 - IDCC 5001 Pour toutes les actions débutant le : 01/06/2015 sur le plan de formation

Plus en détail

Heures Supplémentaires

Heures Supplémentaires Heures Supplémentaires La loi en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat a été définitivement adopté par le Parlement le 1 er août et validé par le Conseil constitutionnel le 16 août à l exception

Plus en détail

Critères de prise en charge INTERPROFESSION

Critères de prise en charge INTERPROFESSION Critères de prise en charge INTERPROFESSION REGION LANGUEDOC-ROUSSILLON Validés par le Bureau du 24 janvier 2012 Pour toutes les actions débutant entre le 01/01/2012 et le 31/12/2012 1 Plan de formation

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle

Réforme de la formation professionnelle Réforme de la formation professionnelle Etat des lieux Initiée par l Accord National Interprofessionnel du 20 septembre 2003 (intégré dans l accord général du 5 décembre 2003), confirmée par la loi du

Plus en détail

La gestion des intervenants sportifs

La gestion des intervenants sportifs La gestion des intervenants sportifs Ligue de Judo Date : 28 septembre 2013 Intervenant : Maxime QUEVAL Maxime.queval@lrset.org Introduction Le secteur associatif se professionnalise de manière croissante.

Plus en détail

Loi sur la sécurisation de l emploi

Loi sur la sécurisation de l emploi Dossier de presse JUIN 2013 Loi sur la sécurisation de l emploi contact presse : cab-tef-presse@cab.travail.gouv.fr Tél. 01 49 55 31 02 1 Sommaire Les origines du texte page 3 De la grande conférence à

Plus en détail

PROPOS SPÉCIAL ACCORD ÀL A L E T T R E D I N F O D U F A F I E C DE BRANCHE SOM MAIRE

PROPOS SPÉCIAL ACCORD ÀL A L E T T R E D I N F O D U F A F I E C DE BRANCHE SOM MAIRE N 5 - J u i n 2 0 0 5 ÀL A L E T T R E D I N F O D U F A F I E C PROPOS O r g a n i s m e P a r i t a i r e C o l l e c t e u r A g r é é d e l i n f o r m a t i q u e, d e l i n g é n i e r i e, d u c

Plus en détail

Édition du 10 mars 2014

Édition du 10 mars 2014 1 Édition du 10 mars 2014 LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles sont les conditions relatives au jeune? 3 Quelles sont les caractéristiques

Plus en détail

Ministère du travail (22 janvier 2013)

Ministère du travail (22 janvier 2013) Ministère du travail (22 janvier 2013) Les apports de l accord sur la sécurisation de l emploi Conformément aux engagements de la feuille de route sociale de juillet et en réponse au document d orientation

Plus en détail

Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE MISSION FORMATION «POLE ALTERNANCE»

Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE MISSION FORMATION «POLE ALTERNANCE» GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier MISSION FORMATION CONTINUE ET APPRENTISSAGE «POLE ALTERNANCE» LE CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

LES ZONES DE REVITALISATION RURALE (ZRR)

LES ZONES DE REVITALISATION RURALE (ZRR) LES ZONES DE REVITALISATION RURALE (ZRR) Les zones de revitalisation rurale Les entreprises implantées en zone de revitalisation rurale (ZRR), ainsi que les organismes d'intérêt général implantés en ZRR

Plus en détail

ACCORD DU 22 MAI 2014

ACCORD DU 22 MAI 2014 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3271 Convention collective nationale IDCC : 1631. HÔTELLERIE DE PLEIN AIR ACCORD DU 22 MAI 2014 RELATIF AU TRAVAIL

Plus en détail

HÔTELS, CAFÉS ET RESTAURANTS

HÔTELS, CAFÉS ET RESTAURANTS HÔTELS, CAFÉS ET RESTAURANTS Convention collective nationale N 3292 30 avril 1997 IDCC 1979 CONVENTION COLLECTIVE LES 10 POINTS ESSENTIELS Mai 2013 SOMMAIRE 1 Le champ d application 4 2 Le salaire 5 3

Plus en détail

LA PÉRIODE DE PROFESSIONNALISATION

LA PÉRIODE DE PROFESSIONNALISATION Formation professionnelle LA PÉRIODE DE PROFESSIONNALISATION La période de professionnalisation permet aux publics peu bénéficiaires de formation, notamment les seniors ou les femmes, d accéder à une qualification.

Plus en détail

2. Calcul du salaire. ACF CONSULTING FORMATION PAIE - Page 1 sur 7

2. Calcul du salaire. ACF CONSULTING FORMATION PAIE - Page 1 sur 7 ACF CONSULTING FORMATION PAIE - Page 1 sur 7 1. durée du travail Le salaire est la contrepartie de d un travail effectué pendant une durée. Cette durée et les éléments de cette rémunération est encadrée

Plus en détail

ENSIIE. Macroéconomie - Chapitre I

ENSIIE. Macroéconomie - Chapitre I ENSIIE Macroéconomie - Chapitre I Le 13 avril 2013 Table des matières 1 Introduction 2 2 La théorie Keynésienne 3 2.1 Keynes......................................... 3 2.2 Quelques ordres de grandeur.............................

Plus en détail

Formation et temps de travail (Publicité) Public ciblé par l accord («jeunes») Contrat de

Formation et temps de travail (Publicité) Public ciblé par l accord («jeunes») Contrat de Professionnelle Continue Les modalités d accès à la formation «Accord de Branche Syntec et ité» Qualifications inadaptés Priorités de Droit Individuel à la Plan de de Entretien Annuel Hors Plan & Hors

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3248 Convention collective nationale IDCC : 1512. PROMOTION IMMOBILIÈRE AVENANT

Plus en détail

Le contrat de professionnalisation

Le contrat de professionnalisation Le contrat de professionnalisation Objectif Le contrat de professionnalisation est un contrat de travail conclu entre un employeur et un salarié. Son objectif est l insertion ou le retour à l emploi des

Plus en détail

RÉSOLUTIONS & MOTIONS

RÉSOLUTIONS & MOTIONS Socialisme Prospérité Pensionnés Prépensionnés International Jeunes Militantisme Progrès Affiliés Action Services Belgique Europe Cadres SETCa BBTK RÉSOLUTIONS & MOTIONS CONGRÈS STATUTAIRE 2010 Versions

Plus en détail

Dictionnaire des inégalités sous la direction d Alain Bihr et Roland Pfefferkorn. Armand Colin, 2014

Dictionnaire des inégalités sous la direction d Alain Bihr et Roland Pfefferkorn. Armand Colin, 2014 Dictionnaire des inégalités sous la direction d Alain Bihr et Roland Pfefferkorn. Armand Colin, 2014 Contributions Michel Husson Productivité / Gains de productivité / Salaire / Profit / Part salariale

Plus en détail

SALMON et Associés Avocats à la Cour

SALMON et Associés Avocats à la Cour SALMON et Associés Avocats à la Cour Philippe SALMON Avocat DESS Droit des Affaires DJCE Certificat de Spécialisation en droit du Travail Et droit de la distribution REUNION D INFORMATION CGPME 5 Juin

Plus en détail

Titre Professionnel du Ministère Chargé de l Emploi - niveau IV (Arrêté du 20/12/2007 paru au JO du 16/01/2008 - - code NSF 314 t).

Titre Professionnel du Ministère Chargé de l Emploi - niveau IV (Arrêté du 20/12/2007 paru au JO du 16/01/2008 - - code NSF 314 t). 60-70 Centre Saint John Perse 97110 POINTE A PITRE 0590 93.06.30 05.90.89.09.93 www.ifacom.com PRESENTATION DU PROGRAMME DE FORMATION EN ALTERNANCE ORGANISEE EN VISIO-CONFERENCE SESSION 2015-2017 Titre

Plus en détail

DUT GEA 2 ème année semestre 3 et 4 M 31 04 Cours Droit du travail (34,5h) plan détaillé Jean-François Paulin www.jfpaulin.com.

DUT GEA 2 ème année semestre 3 et 4 M 31 04 Cours Droit du travail (34,5h) plan détaillé Jean-François Paulin www.jfpaulin.com. DUT GEA 2 ème année semestre 3 et 4 M 31 04 Cours Droit du travail (34,5h) plan détaillé Jean-François Paulin www.jfpaulin.com Introduction 1. Notion et domaine du droit du travail A) Droit et travail

Plus en détail

Dossier d information. DROITS RECHARGEABLES Elargissement de l accès au droit d option pour prendre en compte les difficultés d application

Dossier d information. DROITS RECHARGEABLES Elargissement de l accès au droit d option pour prendre en compte les difficultés d application DROITS RECHARGEABLES Elargissement de l accès au droit d option pour prendre en compte les difficultés d application MARS 2015 DROITS RECHARGEABLES Mars 2015 SOMMAIRE Une application problématique dans

Plus en détail

ACCORD A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES AVOCATS SALARIES DU 17 FEVRIER 1995 EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

ACCORD A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES AVOCATS SALARIES DU 17 FEVRIER 1995 EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES ACCORD A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES AVOCATS SALARIES DU 17 FEVRIER 1995 EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES ENTRE LES SOUSSIGNÉS : Le Confédération Nationale des Avocats

Plus en détail

30 jours. Sommaire. N 202 janvier 2014. L actualité de la gestion des salariés en France sélectionnée par le Secrétariat Social Securex

30 jours. Sommaire. N 202 janvier 2014. L actualité de la gestion des salariés en France sélectionnée par le Secrétariat Social Securex N 202 janvier 2014 30 jours L actualité de la gestion des salariés en France sélectionnée par le Secrétariat Social Securex Chers clients, Parce qu il n existe pas de résultat sans effort, nous mettons

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014

Pacte de responsabilité et de solidarité. Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014 Pacte de responsabilité et de solidarité Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014 1 2 Le Pacte : quels bénéficiaires? Les entreprises Toutes les entreprises, quelle que soit

Plus en détail

Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE)

Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) Fiche pratique A qui s adresse le contrat d accompagnement dans l emploi? Quels employeurs? Quel type de

Plus en détail

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS Edition 2014 SOMMAIRE Editorial de Monsieur le préfet. 1 Le pacte est au service des entreprises et des ménages 2-3

Plus en détail

Monnaie, chômage et capitalisme

Monnaie, chômage et capitalisme Franck Van de Velde Monnaie, chômage et capitalisme Presses Universitaires du Septentrion internet : www.septentrion.com Sommaire Introduction Générale 7 1. Monnaie 7 2. Monnaie et capitalisme 10 3. Monnaie,

Plus en détail

Modèle de contrat de travail à temps partiel et à durée indéterminée

Modèle de contrat de travail à temps partiel et à durée indéterminée Modèle de contrat de travail à temps partiel et à durée indéterminée Le contrat doit être transmis au salarié, au plus tard dans les deux jours suivant l'embauche (article L122-3-1 du code du travail).

Plus en détail

Économie Partie 1 Chapitre 1 Échanges sur les marchés

Économie Partie 1 Chapitre 1 Échanges sur les marchés I) Le fonctionnement du marché A) L organisation des échanges 1) A quoi sert l échange? Dans nos sociétés modernes, une personne ne peut pas tout produire pour satisfaire ses besoins. L échange va alors

Plus en détail

CUI - CAE (Contrat Unique d'insertion - Contrat d'accompagnement à l'emploi)

CUI - CAE (Contrat Unique d'insertion - Contrat d'accompagnement à l'emploi) Financement de poste CUI - CAE (Contrat Unique d'insertion - Contrat d'accompagnement à l'emploi) DÉFINITION ET OBJECTIFS Le Contrat Unique d'insertion est décliné en CUI-CIE pour le secteur marchand ou

Plus en détail

Chapitre 4- La nouvelle macroéconomie keynésienne. Licence 3 - Université d Auvergne Christopher Grigoriou 2007-2008

Chapitre 4- La nouvelle macroéconomie keynésienne. Licence 3 - Université d Auvergne Christopher Grigoriou 2007-2008 Chapitre 4- La nouvelle macroéconomie keynésienne Licence 3 - Université d Auvergne Christopher Grigoriou 2007-2008 Introduction Émergence dans les années 80s Recherche de fondements microéconomiques solides

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE EN 2014? ÉTUDES ET ANALYSES N 12 JUIN 2015

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE EN 2014? ÉTUDES ET ANALYSES N 12 JUIN 2015 éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 12 JUIN 2015 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE EN 2014? Au 30 juin 2014, avant l entrée en vigueur de la convention d assurance chômage de mai

Plus en détail

Les conséquences du franchissement de seuil d effectifs de personnel

Les conséquences du franchissement de seuil d effectifs de personnel Mois AAAA Mois AAAA Mise à jour décembre 2008 de seuil d effectifs de personnel En bref Une opération de restructuration s accompagne en général d une modification des effectifs des entités concernées

Plus en détail

Notice : Cotisations cabinets d économistes de la construction métreurs-vérificateurs

Notice : Cotisations cabinets d économistes de la construction métreurs-vérificateurs Notice : Cotisations cabinets d économistes de la construction métreurs-vérificateurs Quels sont les employeurs concernés par ces cotisations? Seuls, les employeurs de métropole et des départements d outre-mer

Plus en détail

La convention collective des hôtels, cafés, restaurants

La convention collective des hôtels, cafés, restaurants Lexbase La convention collective des hôtels, cafés, restaurants Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3264-4 Sommaire PREMIÈRE PARTIE Convention collective des hôtels, cafés, restaurants commentée

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Conventions collectives nationales CABINETS D AVOCATS

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Conventions collectives nationales CABINETS D AVOCATS MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3078 Conventions collectives nationales CABINETS D AVOCATS IDCC : 1000. Personnel salarié IDCC : 1850. Avocats salariés

Plus en détail

Les aides à l embauche des entreprises (avril 2014)

Les aides à l embauche des entreprises (avril 2014) Les aides à l embauche des entreprises (avril 2014) CATEGORIE AIDE CONDITIONS/MODALITES/FORMALITES EXONERATION/REDUCTION DE COTISATIONS SOCIALES Réduction générale de cotisations dite «FILLON» Réduction

Plus en détail

Comment. construire ses indicateurs sociaux? Mode d emploi. Quel est cet outil? Quand utiliser l outil? Pourquoi cet outil? Qui l utilise?

Comment. construire ses indicateurs sociaux? Mode d emploi. Quel est cet outil? Quand utiliser l outil? Pourquoi cet outil? Qui l utilise? Comment construire ses indicateurs sociaux? Mode d emploi Quel est cet outil? Cet outil propose d établir des indicateurs concernant des problématiques sociales que vous rencontrez couramment et certaines

Plus en détail

PROCÈS-VERBAL DE DÉSACCORD DU 22 JANVIER 2013

PROCÈS-VERBAL DE DÉSACCORD DU 22 JANVIER 2013 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel CAISSE D ÉPARGNE PROCÈS-VERBAL DE DÉSACCORD DU 22 JANVIER 2013 RELATIF

Plus en détail

LES PRINCIPALES MESURES DE LA LOI RELATIVE À LA

LES PRINCIPALES MESURES DE LA LOI RELATIVE À LA LES PRINCIPALES MESURES DE LA LOI RELATIVE À LA FORMATION PROFESSIONNELLE À L EMPLOI ET LA DÉMOCRATIE SOCIALE IMPACTANT LES MISSIONS SOCIALES DES CABINETS Nicolas GALLISSOT Responsable social Infodoc-Experts

Plus en détail

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 3. Droit social. 2 e ÉDITION. Marie-Paule Schneider Maryse Ravat.

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 3. Droit social. 2 e ÉDITION. Marie-Paule Schneider Maryse Ravat. LMD COLLECTION Expertise comptable Le meilleur du DCG 3 Droit social 2 e ÉDITION Marie-Paule Schneider Maryse Ravat Sup FOUCHER «Le photocopillage, c est l usage abusif et collectif de la photocopie sans

Plus en détail

BILAN SOCIAL 2013 DIRECTION COHÉSION & RESSOURCES HUMAINES ÉQUIVALENCE QUADRI

BILAN SOCIAL 2013 DIRECTION COHÉSION & RESSOURCES HUMAINES ÉQUIVALENCE QUADRI SNCF SNC_11_0000_Logo2011 16/02/2011 24, rue Salomon de Rothschild - 92288 Suresnes - FRANCE Tél. : +33 (0)1 57 32 87 00 / Fax : +33 (0)1 57 32 87 87 Web : www.carrenoir.com Ce fichier est un document

Plus en détail

L emploi atypique n est pas forcément synonyme de mal-être accru au travail. L exemple du type de contrat de travail en France

L emploi atypique n est pas forcément synonyme de mal-être accru au travail. L exemple du type de contrat de travail en France L emploi atypique n est pas forcément synonyme de mal-être accru au travail. L exemple du type de contrat de travail en France Baggio, S. & Sutter, PE. Résumé de la communication orale présentée au colloque

Plus en détail