COURS 2 : LA DEMANDE DU CONSOMMATEUR

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COURS 2 : LA DEMANDE DU CONSOMMATEUR"

Transcription

1 Université Pierre et Marie Curie Licence Informatique Cours LI Industrie Informatique et son Environnement Économique Responsable : Jean-Daniel Kant COURS 2 : LA DEMANDE DU CONSOMMATEUR La demande du consommateur représente l ensemble de ses intentions d achats pour un bien. Elle indique la quantité optimale du bien que le consommateur a l intention d acheter en fonction de son revenu et des prix. Connaître comment les demandes sont fonction des prix, du revenu ou de la satisfaction est fondamental en économie (et en marketing!) : c est comprendre le comportement économique du consommateur sur les marchés. Application : Politique de relance par la demande Selon la théorie keynésienne 1, si l on donne de l argent aux consommateurs pour augmenter la demande, cela crée un cercle vertueux sur l économie (multiplicateurs de Keynes). On suppose en effet que les entreprises embauchent en fonction des besoins, de l activité économique et non de la variation des prix. Ainsi : hausse de la demande hausse de la production hausse des embauches hausse de la demande... De plus les nouvelles embauches vont donner pour l État plus de recettes fiscales et une baisse des dépenses sociales. C est pourquoi la politique de relance par la demande s appuie sur des dépenses publiques pour effectuer cette relance : baisse des impôts, hausse des salaires (SMIC, retraites, baisse des coûts salariaux pour favoriser cette hausse,...), baisse du coût du crédit. On cherche donc à augmenter le pouvoir d achat pour augmenter la consommation. Cette politique a été partiellement mise en place dans les années 1970 et 1980 dans plusieurs pays développés (dont la France), mais n a pas toujours connu les succès escomptés, en raison notamment d une inflation trop forte (chocs pétroliers). Elle se heurte a priori à plusieurs freins, dont : l épargne : si les consommateurs épargnent au lieu de consommer (problème de confiance dans l avenir par exemple, culture...). les importations : cela peut profiter avant tout aux biens importés! Faut-il alors faire du protectionnisme? la productivité : les entreprises ont tellement augmenté leur productivité qu elles peuvent absorber la hausse de demande sans embaucher (ou peu ou en délocalisant là où le coût du travail est faible). 1. De John Maynard Keynes ( ), économiste britannique et un des plus grands de son temps, considéré comme le fondateur de la macroéconomie moderne et qui influence encore la pensée économique aujourd hui. Pour Keynes, entre autres, les marchés ne s équilibrent pas automatiquement, ce qui justifie le recours à des politiques économiques conjoncturelles. 1

2 le consumérisme : en voulant trop consommer, on détruit l environnement. Et aussi peut-être le sens? Mais la relance peut concerner aussi les services (e.g. écologiques, personnes,...), pas seulement les biens la désindustrialisation : il faut une industrie dans le pays! C est devenu un problème de dans les pays développés, et tout particulièrement en France 2. Cela est à mettre en parallèle avec le fort développement de la finance : il est souvent tentant d investir son argent dans les marchés financiers, où les gains peuvent être faciles, que dans une entreprise, une industrie, qui demande en général plus d efforts et paraît plus une voie plus hasardeuse. L esprit d entrepreneur s estompe face aux tentations de la finance... Une politique alternative est celle de la relance par l offre. On en reparle au cours suivant. 1 Demande individuelle du Consommateur 1.1 Fonction de demande { Admettons que dans chaque ensemble de budget B(p, R) = x R n + : p.x = } n j=1 p jx j R, il existe un unique vecteur de consommation optimal ; on appelle alors fonction de demande du consommateur l application de (R +) n+1 dans R n + : (p, R) x = D(p, R) = arg max {u(x) : x B(p, R)}. Nous avons vu que, sous des hypothèses assez générales, à l optimum, la contrainte de budget était saturée et les utilités marginales étaient proportionnelles aux prix, donc ici : p.d(p, R) = R; u (D(p, R)) p. La composante x j = D j (p, R) de x = D(p, R) représente la demande (quantité) du j eme bien, qui dépend donc non seulement de son propre prix et du revenu mais des prix des autres biens. On peut étudier localement cette variation à condition de faire des hypothèses encore plus fortes, dont l existence des dérivées partielles secondes de u. Pour simplifier, nous allons étudier graphiquement ces variations pour le cas n = 2. Tous les concepts et résultats énoncés ci-dessous se généralisent naturellement à n biens, n quelconque. 1.2 Variation de la demande avec le revenu La droite de budget p 1.x 1 + p 2.x 2 = R coupe l axe des abscisses en x 1 = R p 1 et l axe des ordonnées en x 2 = R p 2. Cette droite se déplace vers la quadrant Nord-Est, quand R augmente (Cf. Figure 1). Comme vu au Cours 1 (5.2), l optimum du consommateur est quand la courbe d indifférence est tangente à la droite du budget. L ensemble de ces points d équilibre quand le revenu varie constitue la courbe de consommation-revenu, comme sur la Figure 1. Pour chaque bien, il est possible de déduire de cette courbe une relation fonctionnelle entre le revenu et la consommation, grâce à la courbe de Engel qui place en abscisse les revenus et en ordonnée les quantités optimales consommées, comme sur la Figure la France est très désindustrialisée : en 2013, la valeur ajoutée de l industrie représente 19,8 % de PIB de l économie 2

3 Figure 1 Courbe de consommation-revenu Figure 2 Courbes d Engel française, 21 % pour les USA et 30,7 % de l économie allemande. NV.IND.TOTL.ZS 3

4 On peut alors calculer l élasticité de la demande par rapport au revenu pour le bien i, définie par (avec R le revenu et x i la demande en bien i) : e xi /R = lim R 0 x i x i R R = dx i dr R x i L élasticité-revenu e x/r est donc la comparaison des variations relatives d un effet (changement de demande, i.e. de quantité) sur une cause (changement de revenu). Elle mesure l effet d une variation de revenu sur le niveau de consommation d un consommateur donné pour un bien donné. On distingue 2 catégories principales de biens suivant le signe de cette élasticité Biens à élasticité-revenu positive Ce sont des biens dont la consommation augmente quand le revenu augmente. Leur courbe d Engel est donc croissante, comme sur les Figures 2a,b ci-dessus. Parmi ceux-là, on distingue : les biens normaux : la consommation augmente moins que proportionnellement par rapport au revenu (0 < e xi /R 1). Ce type de bien est appelé bien prioritaire ou bien normal nécessaire. On trouve par exemple les biens dits de première nécessité (nourriture hors gastronomie, énergie, etc.). les biens supérieurs : la consommation augmente plus que proportionnellement par rapport au revenu (e xi /R > 1). Ce type de bien est appelé bien de luxe et concerne pas exemple les loisirs, la culture, les voyages mais aussi la santé ou les transports. Une elasticité au revenu supérieur à 1 permet au consommateur de substituer une produit A plus cher qu un B où A est préféré à B Biens à élasticité-revenu négative On les appelle biens inférieurs. Ce sont des biens dont la consommation diminue quand le revenu augmente. Leur courbe d Engel est donc décroissante à partir d un certain revenu comme sur les Figures 2c ci-dessus. Lorsque ses revenus augmentent, le consommateur va se tourner vers des biens qu il apprécie plus. Par exemple il va cesser de prendre les transports en commun et acheter une voiture (hybride ou électrique bien sûr :-)). Le bien inférieur souffre de la comparaison avec d autres biens substituables qui lui sont préféres. Les entreprises doivent donc travailler l image de ces produits pour les rendre plus attractifs, et qu ils deviennent des produits normaux voire supérieurs. Par exemple, le pain (et aussi la pomme de terre) et le vin ordinaires sont souvent considérés comme inférieurs, c est pourquoi les boulangers proposent tout une gamme de pains sophistiqués (céréales, bios, aux fruits...) ou les viticulteurs des appellations contrôlées et des grands crus. Si on regarde les répartition des dépenses en fonction des revenus, on constate sans trop de surprise que les ménages les plus pauvres dépensent une part nettement plus importante sur les biens nécessaires ou dits de première nécessité (qui englobe les biens normaux et inférieurs, i.e. avec e xi /R 1) que les plus riches, comme on peut le voir sur la Figure D après Principes d économie moderne de Joseph Stiglitz, Carl E. Walsh, Jean-Dominique Lafay, Françoise Nouguès (Traduction), De Boeck, 2007, p.98 4

5 Figure 3 Dépenses des ménages américains selon leur revenu Pour résumer : Table 1 Elasticité-revenu de la demande Cas e xi /R 0 0 < e xi /R 1 e xi /R > 1 Biens nécessaires inférieurs nécessaires normaux luxe 1.3 Variation de la demande avec le prix De la même façon, on peut étudier faire varier le prix d un bien i et étudier comment la demande va évoluer en fonction de ce prix. Dans le cas n = 2 représenté sur la Figure 4a, on voit que la droite de budget varie de la gauche vers la droite quand le prix de x i diminue. La courbe qui relie les points optimaux à l équilibre est appelée courbe de consommation-prix. De cette courbe, on en déduit pour chaque niveau de prix la quantité du bien i que le consommateur est prêt à consommer, c est-à-dire sa courbe de demande, représentée sur la Figure 4b. On peut alors calculer l élasticité de la demande par rapport au prix pour le bien i, définie par (avec p i le prix du bien i et x i la demande en bien i) : e xi /p i = lim p i 0 x i x i p i p i = dx i dp i p i x i Pour la majorité des biens, cette élasticité est négative : ce sont les biens typiques. 5

6 Figure 4 Courbes de consommation-prix (a) et de demande (b) Biens typiques La quasi-totalité des biens est typique. Pour ces biens, e xi /p i < 0, c est-à-dire que la demande du consommateur diminue quand le prix augmente. La courbe dite de demande s obtient facilement à partir de la courbe de consommation-prix et a l allure typique de la Figure 4b. Comment s interprète cette décroissance de la demande avec le prix? Le consommateur est toujours prêt à acheter moins cher un bien, il y a une demande croissante (qui se cumule) pour des prix inférieurs à un prix donnée. De plus, pour rester à budget constant, il doit diminuer la quantité si le prix augmente. Table 2 Elasticité-prix de la demande Cas e xi /p i = 0 1 < e xi /p i < 0 e xi /p i 1 e xi /p i < 1 e xi /p i = Elasticité nulle (courbe verticale) faible moyenne forte infinie p = 1% demande inchangée baisse < 1% baisse = 1% baisse > 1% demande nulle Exemples Billet pour une finale Essence PC Mémoire PC Le tableau 2 ci-dessus classe les différentes élasticités 4. Les allures des courbes de demande selon l élasticité-prix sont représentées sur la Figure D après Principes d économie moderne de Joseph Stiglitz, Carl E. Walsh, Jean-Dominique Lafay, Françoise Nouguès (Traduction), De Boeck, 2007, p.74 6

7 Figure 5 Evolution de la demande en fonction de l élasticité-prix Quand l élasticité est nulle, la courbe de demande est verticale, le consommateur (fanatique) est prêt à acheter quelque soit le prix (sous réserve de ne pas dépasser son budget), comme pour un billet de la finale du championnat du monde de son sport préféré. Quand l élasticité est infinie, la courbe de demande est horizontale : il y a tellement d offre, qui tire les prix vers le bas, que si un constructeur augmente un peu ses prix, la demande chute à zéro car les consommateurs vont voir ailleurs. C est le cas, par exemple, des composants pour l électronique grand public, comme les mémoires pour ordinateurs. C est presque le cas aussi pour les micro-ordinateurs (PC), dont la production est maintenant tellement grande et la course aux prix les plus bas si féroce (grâce notamment aux constructeurs asiatiques), que les consommateurs risquent de mal accepter des hausses de prix trop importantes : la demande est donc très élastique. Une exception dans ce secteur : les Macs d Apple, qui sont plus chers car différenciés (Design, OS, Image,...), et encore, les prix d entrée de gamme y sont très proches de ceux des PCs. Lorsque la demande est peu élastique par rapport au prix, une hausse du prix n entraîne pas de grande baisse de la demande (et réciproquement), comme pour des biens nécessaires comme l essence (pour ceux qui ont besoin d une voiture) ou le blé (il faut bien manger). Ce caractère nécessaire du bien peu élastique produit un effet, appelé l effet de King (1696). Gregory King est un généalogiste anglais du XV IIème siècle qui a étudié les évolutions du prix du blé. Il a remarqué qu une hausse de la production agricole peut conduire à une baisse des revenus des agriculteurs car les prix baissent plus rapidement que n augmente la demande (élasticité-prix comprise entre 0 et -1). On retrouve cela pour de nombreux produits agricoles : une surproduction même limitée peut provoquer un effondrement des prix (Cf. TD2). 7

8 1.3.2 Biens atypiques Dans certains cas, la demande n est pas fonction décroissante du prix. Plus le prix est élevé, plus la demande augmente, ce qui paraît paradoxal. On explique cela essentiellement par 2 effets : l effet de Giffen (du nom de Robert Giffen ( ), un économiste irlandais) concerne les biens inférieurs les plus marqués et est expliqué par la conjonction d un effet de revenu et d un effet de substitution (Cf. 1.4 ci-dessous). l effet de Veblen (Thorstein Bunde Veblen ( ), économiste et sociologue américain) appelé aussi effet de snobisme ou d ostentation. Il concerne plutôt les biens de luxe et les consommateurs qui souhaitent toujours se démarquer des autres par les biens qu ils possèdent. Ces demandeurs veulent donc des prix élevés, synonymes d une qualité supérieure ou d un certain statut social. Ainsi, le constructeur automobile Rolls-Royce a significativement augmenté ses prix à la fin des années 1960 pour se démarquer de la concurrence et a ainsi relancé ses ventes Déterminants de l elasticité-prix de la demande Les entreprises doivent se préoccuper de l élasiticité-prix de la demande, car elle représente la capacité du consommateur à absorber plus ou moins facilement une variation des prix. Il existe de nombreux facteurs qui vont faire évoluer l élasticité, parmi lesquels on peut citer : le prix : plus il est bas, plus la demande est élastique, car le consommateur a encore de la marge pour absorber une hausse de prix (on suppose le revenu constant). En revanche, cette marge tend vers 0 quand le prix s élève, et la demande à tendance à devenir inélastique. C est ce qui explique la forme d arc hyperbolique décroissant typique de la courbe de demande (Cf. Figure 6) : au point A, prix le plus élevé, la pente est très élevé, la courbe proche d une droite verticale, l élasticité e x/p est faible. A l inverse, au point B de prix faible, la courbe est proche de l horizontale, la pente faible, l élasticité est forte. Figure 6 Variation de l élasticité le long de la courbe de demande le temps : étant donné qu il est toujours plus facile de trouver des produits substituables et de s adapter quand on dispose du temps nécessaire, l élasticité-prix de la demande est généralement plus élevée à long terme qu à court terme. La durée du long terme varie d un produit à l autre. Prenons l exemple d une forte hausse de carburant (choc pétrolier). Au début, le consommateur 8

9 doit l accepter, car il est prisonnier de sa vieille voiture, sa maison mal isolée ou ses habitudes de gaspiller l énergie. Avec le temps, il va se diriger vers une voiture plus petite et/ou plus économe, mieux isoler sa maison et économiser l énergie. Dès lors, il supportera nettement moins facilement les hausses de carburant, ce qui se traduit par une élasticité-prix de la demande plus forte. 1.4 Effets de revenu et de substitution La question que nous étudions ici est de savoir comment le consommateur va réagir quand le prix d un bien particulier varie, tous les autres prix restant identiques. Supposons par exemple que le prix du bien 1 baisse. On distingue alors deux effets : effet de substitution : si le pouvoir d achat reste constant, comme le prix des autres biens n a pas varié, le rapport des prix p 1 /p i, i 1 s est modifié et a diminué. De façon relative, les autres prix p i, i 1 paraissent plus chers. Par conséquent, le consommateur aura tendance à acheter d avantage du bien dont le prix relatif a baissé. effet de revenu : comme le revenu est constant, la baisse du prix p 1 provoque une amélioration relative du pouvoir d achat R/p 1. Cette augmentation peut servir à acheter plus de bien 1 mais aussi plus de n importe quel autre bien ou de n importe quelle combinaison des biens disponibles. En fait, les 2 effets se combinent pour former l effet total, comme on peut le voir sur la Figure 7. La passage du point A au point C se fait en 2 étapes : 1. effet de substitution de Hicks 5 (passage de A à H). Rappelons que le pouvoir d achat doit rester constant. Selon le critère hédoniste de Hicks, la finalité du consommateur étant sa satisfaction, la baisse de prix entraîne un achat supplémentaire de bien 1 tout en restant sur la même courbe d indifférence U (i.e. en gardant la même satisfaction que précédemment). Le point obtenu est donc celui situé sur la tangente à U qui est parallèle à la nouvelle droite de budget (de vecteur directeur (1 p 1 /p 2)) afin de tenir compte du nouveau rapport de prix. 2. Ensuite, l effet de revenu s applique (passage de H à C) et fait consommer à la fois des biens 1 et 2 jusqu à saturation du nouveau budget (abscisse R/p 1 ) Un autre type de substitution a été proposé par Slutsky 6 et Samuelson 7., et est représenté sur la Figure 8. Selon le critère budgétaire de Slutsky-Samuelson, le pouvoir d achat est constant si le consommateur peut encore s offrir le panier de consommation qu il avait choisi avant le changement dans le vecteur de prix. Par conséquent, le point intermédiaire S s obtient en faisant pivoter autour du panier initial A la droite de budget pour la rendre parallèle à la nouvelle droite (de pouvoir d achat R/p 1 ). On a ainsi une nouvelle droite de budget qui permet notamment d acheter A. Cette droite sera tangente avec une nouvelle courbe d indifférence plus haute et donnera le point d équilibre S. Ensuite, le même effet revenu, décrit ci-dessus, d applique pour passer de S au point final C. 5. John Richard Hicks ( ) économiste britannique et lauréat du Prix Nobel d économie en Eugen Slutsky ( ) est un économiste et un statisticien ukrainien et russe. 7. Paul Anthony Samuelson, né le 15 mai 1915, est un économiste américain, prix Nobel d économie en 1970, et considéré comme un des pères fondateurs, avec John Hicks, de la microéconomie moderne. 9

10 Figure 7 Effets de revenu et de substitution de Hicks Figure 8 Effets de revenu et de substitution de Slutsky-Samuelson 1.5 Synthèse et particularité des biens inférieurs : Effet Giffen Faisons le bilan des résultats précédents : 1. L effet de substitution tend toujours à faire varier la demande d un bien en sens inverse de son 10

11 prix 2. L effet de revenu d un bien normal (i.e. à élasticité au revenu positive) tend à faire varier la demande de ce bien en sens inverse de son prix. En revanche, l effet de revenu d un bien inférieur (i.e. à élasticité au revenu négative) tend à faire varier sa demande dans le sens de son prix Par conséquent : Effets de revenu et de substitution se cumulent pour un bien normal, entraînant tous les deux une demande dans le sens inverse de son prix. Le bien est donc typique. Effets de revenu et de substitution se contrarient pour un bien inférieur. Dès lors : si l effet de substitution l emporte sur l effet de revenu, la demande du bien inférieur va dans le sens opposé au prix, le bien inférieur reste typique. si l effet de revenu l emporte sur l effet de substitution, la demande du bien inférieur va dans le même sens que le prix, le bien inférieur est alors atypique. On parle alors de bien Giffen 8 Ces biens sont assez rares cependant, ce sont en général les produits de toute première nécessité (pain, pommes de terre, etc.). 2 Demande (globale) d un bien Considérons un bien de consommation particulier j ; un consommateur C i, à valeurs données des prix des autre biens et de son revenu, a une demande q i,j = D i,j (p) du bien j qui ne dépend plus que du prix p j de ce bien ; pour simplifier les notations, nous supprimerons l indice j; dorénavant, q i = q i,j, D i (p) = D i,j (p) [ R + ] et p = p j [ R + ]. L agrégation des demandes individuelles des m consommateurs forme la demande (globale) du bien j : : m m q = q j,i = D i (p) = def D(p); i=1 i=1 En général, par double effet de substitution et de revenu, on peut s attendre à ce que la demande individuelle q i = D i (p) du bien j décroisse quand son prix p croît ; il en sera alors de même de la demande globale. Pour les biens autres que les biens de consommation, la demande viendrait en tout ou en partie d autres agents économiques (producteurs,..) ; c est aussi en général une fonction décroissante du prix. 8. Robert Giffen ( ) est un économiste irlandais. Il découvrit ce type de bien en étudiant le comportement d irlandais suite à une hausse du prix des pommes de terre. Il constata que le pouvoir d achat des gens diminuait en même temps que le prix des pommes de terre augmentait. Cela affectait leur consommation : il consommaient moins d autres types de biens mais plus de pommes de terre car cela restait tout de même le bien le moins cher. 11

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX 1. L effet d une variation du revenu. Les lois d Engel a. Conditions du raisonnement : prix et goûts inchangés, variation du revenu (statique comparative) b. Partie

Plus en détail

Chapitre 2 La demande du consommateur

Chapitre 2 La demande du consommateur Chapitre 2 La demande du consommateur Plan du cours I. La fonction de demande et l élasticité. II. III. Analyse des demandes et des biens correspondants. Demande de loisir et offre de travail I. La fonction

Plus en détail

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

CHAPITRE 1 : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ

CHAPITRE 1 : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ CHAPITRE : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ..Introduction.2. Le point de départ de l analyse micro-économique du consommateur.3. La fonction de demande individuelle.4. Effets

Plus en détail

2/ LA DEMANDE. R1/p1 R2/p1 R3/P1 x1

2/ LA DEMANDE. R1/p1 R2/p1 R3/P1 x1 2/ LA DEMANDE Nous venons de voir dans le capitre précédent du cours, que le coix optimal du consommateur dépend de son revenu et du prix des biens. Nous allons maintenant nous intéresser aux fonctions

Plus en détail

ECONOMIE : Marchés et comportements. Marges & Elasticités

ECONOMIE : Marchés et comportements. Marges & Elasticités ECONOMIE : Marchés et comportements DES COMPORTEMENTS Marges & Elasticités Séance 10 08.04.2013 Des questions sur les séances précédentes? Questions «Marges» That are the questions Raisonnement à la marge

Plus en détail

CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE

CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE L idée centrale de Hicks 1 est que l apport théorique essentiel de Keynes réside dans sa théorie de la préférence pour la liquidité donc dans l idée que

Plus en détail

Séance 4: Consommation, utilité, cardinalité et bonheur

Séance 4: Consommation, utilité, cardinalité et bonheur Séance 4: Consommation, utilité, cardinalité et bonheur Sandra Nevoux Sciences Po Jeudi 24 Septembre 2015 1 / 49 L'essentiel à retenir 1 Revenu et consommation 2 3 4 5 2 / 49 Courbe d'expansion d'engel

Plus en détail

Examen d Introduction à la Microéconomie Giovanni Ferro-Luzzi et Federica Sbergami, 2014-2015 13 janvier 2015

Examen d Introduction à la Microéconomie Giovanni Ferro-Luzzi et Federica Sbergami, 2014-2015 13 janvier 2015 Nom: Prénom: N étudiant : Examen d Introduction à la Microéconomie Giovanni Ferro-Luzzi et Federica Sbergami, 2014-2015 13 janvier 2015 Nombre de pages au total: 10 pages + 1 grille réponse Durée de l

Plus en détail

Introduction aux Principes d Economie

Introduction aux Principes d Economie Université de Rennes 1 Année 2000-2001 Examen AES 1 ère année Introduction aux Principes d Economie Session de septembre Thierry PENARD (Durée : 2 heures) Correction Exercice 1 : Le marché des téléphones

Plus en détail

AES L1 - Economie Générale

AES L1 - Economie Générale - Contrainte budgétaire AES L1 - Economie Générale 2 Choix efficace des ménages Contrainte budgétaire Analyse positive - analyse normative 1 La contrainte budgétaire du ménage 2 Les courbes d indifférence

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

Thème 7. Introduction de la monnaie. (Le modèle IS-LM en économie fermée)

Thème 7. Introduction de la monnaie. (Le modèle IS-LM en économie fermée) Thème 7. Introduction de la monnaie (Le modèle IS-LM en économie fermée) A taux d intérêt inchangé, l introduction des impôts progressifs et de l ouverture aux échanges réduit fortement le multiplicateur.

Plus en détail

Chapitre 9. La théorie du choix du consommateur

Chapitre 9. La théorie du choix du consommateur Chapitre 9 La théorie du choix du consommateur Le consommateur Comment sont prises les décisions de consommation? La théorie économique propose un modèle Le consommateur a un comportement maximisateur

Plus en détail

CHAPITRE 3 : MARCHE DU TRAVAIL ET CHÔMAGE

CHAPITRE 3 : MARCHE DU TRAVAIL ET CHÔMAGE TABE DES MATIERES Durée... 2 Objectif spécifique... 2 Résumé... 2 I. offre et la demande de travail... 2 1. offre de travail et choix loisir - travail... 2 2. Demande de travail, productivité et salaire

Plus en détail

Partie I Le consommateur et la demande

Partie I Le consommateur et la demande Partie I Le consommateur et la demande Chapitre 1 La fonction d utilité 1 Plan du cours 1. Le consommateur. 2. La notion d utilité. 3. Les courbes d indifférence. 4. L optimum du consommateur. 5. Exercices.

Plus en détail

Analyse microéconomique

Analyse microéconomique Analyse microéconomique Manuels Perloff J., Microeconomics, 4th Edition Varian H., Introduction à la microéconomie Pindyck R. & Rubinfeld D., Microeconomics Mattei A., Manuel de microéconomie (bureau

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (2/2) La consommation agrégée des ménages : analyse macroéconomique Les ménages (2/2) La consommation

Plus en détail

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne hapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne I : La fonction de consommation keynésienne II : Validations et limites de la fonction de consommation keynésienne III : Le choix de consommation

Plus en détail

COURS DE MICROECONOMIE

COURS DE MICROECONOMIE UNIVERSITE DE CARTHAGE FACULTE DE SCIENCES ECONOMIQUES DE NABEUL COURS DE MICROECONOMIE Première année EconomiE 1 Gestion Chargé de cours Jalel BERREBEH Année Universitaire 20121/2013 SOMMAIRE PARTIE I.

Plus en détail

Introduction à la Macroéconomie

Introduction à la Macroéconomie Introduction à la Macroéconomie Cours donné par Federica Sbergami 2011-2012 Travail Pratique No 4 Correction: Vendredi 26 avril 2013 12h15-14h A. Inflation Exercice 1 En se basant sur l hypothèse des prix

Plus en détail

L'ELASTICITE-PRIX I- QUAND LES PRIX VARIENT...

L'ELASTICITE-PRIX I- QUAND LES PRIX VARIENT... L'ELASTICITE-PRIX La consommation dépend, entre autre, du prix des biens et des services que l'on désire acheter. L'objectif de ce TD est de vous montrer les liens existants entre le niveau et l'évolution

Plus en détail

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal La demande Du consommateur Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal Plan du cours Préambule : Rationalité du consommateur I II III IV V La contrainte budgétaire Les préférences Le choix optimal

Plus en détail

5. L élasticité et ses applications

5. L élasticité et ses applications 5. L élasticité et ses applications Nous savons que : Demande = fonction {prix (-), revenus (+/-), prix produits comparables (+/-), goûts (+), anticipations (+/-), nombre de consommateurs (+)}. Offre =

Plus en détail

4. L élasticité et ses applications

4. L élasticité et ses applications Le chapitre précédent nous a montré que : Demande = fonction {prix (-), revenus (+/-), prix produits comparables (+/-), goûts (+), anticipations (+/-), nombre de consommateurs (+)}. Offre = fonction {prix

Plus en détail

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Modèle IS/LM Le modèle IS/LM, conçu par John Hicks en 1937, est généralement

Plus en détail

Thème 6 : IS-LM et la demande agrégée

Thème 6 : IS-LM et la demande agrégée UNIVERSITÉ DU MAINE Faculté de Droit et de Sciences Économiques DEUG1 Économie gestion - Analyse Macroéconomique S. MÉNARD 1 - Année 2003-2004 Thème 6 : IS-LM et la demande agrégée Questions 1. Dénir la

Plus en détail

1 Questions de cours. Cours de Olivier Cardi Université de Tours Macroéconomie L2 ECO Année universitaire 2015-2016. TD 2 : L offre de travail

1 Questions de cours. Cours de Olivier Cardi Université de Tours Macroéconomie L2 ECO Année universitaire 2015-2016. TD 2 : L offre de travail Cours de Olivier Cardi Université de Tours Macroéconomie L2 ECO Année universitaire 2015-2016 TD 2 : L offre de travail 1 Questions de cours 1. On considère un ménage représentatif disposant dans l année

Plus en détail

Micro-économie 1. Marisa Ratto. Première Année MIDO

Micro-économie 1. Marisa Ratto. Première Année MIDO Micro-économie 1 Marisa Ratto Première Année MIDO 1 Organisation du cours : Cours Magistral : des questions? Prendre contact : Maria_Luisa.Ratto@dauphine.fr Bureau : B 611bis le mercredi de 10h00 à 12h00.

Plus en détail

Exercice 1 : Balance des Paiements (4 points)

Exercice 1 : Balance des Paiements (4 points) Université Paris Ouest-Nanterre La Défense Master Economie U.F.R. SEGMI Premier Semestre 2009-2010 Macroéconomie Ouverte Chargé de T.D. : Romain Restout Cours de Olivier Musy Contrôle Continu (14/12/2009)

Plus en détail

1 L équilibre sur le marché des biens et services

1 L équilibre sur le marché des biens et services Modèle IS LM BP IMPORTANT : en aucun cas ce cours ne remplace le cours magistral de M. Gilles Dufrénot, notamment le cours sur les chapitres 4 et 5. Il est destiné à faciliter la comprehension du cours

Plus en détail

3) Demande de monnaie et diversification du patrimoine (Friedman)

3) Demande de monnaie et diversification du patrimoine (Friedman) 3) Demande de monnaie et diversification du patrimoine (Friedman) L analyse de Milton Friedman, et plus précisément celle du courant monétariste ouvre une perspective sur le comportement de demande de

Plus en détail

Chapitre 2 : Le revenu national

Chapitre 2 : Le revenu national Chapitre 2 : Le revenu national Principes de la macroéconomie - Pascal Belan L1 DU ECE - Année 2012-2013 Introduction Les déterminants de la production Les facteurs de production La fonction de production

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Modèles ricardien et HOS ont des points communs mais sont assez spécifiques: avantages comparatifs fondés sur: - différences

Plus en détail

Introduction à l analyse microéconomique Devoir Maison n o 1

Introduction à l analyse microéconomique Devoir Maison n o 1 Introduction à l analyse microéconomique Devoir Maison n o 1 10 novembre 2014 Marianne Tenand Monitorat ENS (2014-2015) marianne.tenand@ens.fr A rendre au plus tard dans mon casier du bâtiment B le mercredi

Plus en détail

Microéconomie. Alexandre Nshue M. Mokime

Microéconomie. Alexandre Nshue M. Mokime Microéconomie Alexandre Nshue M. Mokime Kinshasa, Juin 2012 Contenu du cours Introduction 1. Analyse du comportement du consommateur 1.1. Analyse des possibilités d action du consommateur 1.2. Préférences

Plus en détail

Plusieurs exercices de la douzième séance de TD

Plusieurs exercices de la douzième séance de TD Plusieurs exercices de la douzième séance de TD Décembre 2006 1 Offre du travail 1.1 énoncé On considère un ménage dont les préférences portent sur la consommation et le temps consacré aux activités non

Plus en détail

UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL

UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL I P L A N... A Arbitrage entre consommation et travail B Effets de l'augmentation du salaire C Déterminants de l'offre du travail

Plus en détail

Brefs rappels sur le modèle IS-LM et sur la Courbe de Phillips

Brefs rappels sur le modèle IS-LM et sur la Courbe de Phillips Université Paris Ouest Nanterre La Défense Licence 3 Mention Economie U.F.R SEGMI Premier semestre 2009-2010 Dynamique économique: analyse des fluctuations Cours de Valérie Mignon Brefs rappels sur le

Plus en détail

Microéconomie Financière. 1- Choix intertemporels Exercices corrigés

Microéconomie Financière. 1- Choix intertemporels Exercices corrigés Microéconomie Financière - Choix intertemporels Exercices corrigés. Un individu salarié doit faire des choix intertemporels de consommation sur deux périodes, sa «vie active» (période ) et sa «retraite»

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

LA THÉORIE DU CHOIX DU CONSOMMATEUR À LA FIN DE CE CHAPITRE, VOUS SEREZ EN MESURE

LA THÉORIE DU CHOIX DU CONSOMMATEUR À LA FIN DE CE CHAPITRE, VOUS SEREZ EN MESURE À L FIN DE CE CHPITRE, VOUS SEREZ EN MESURE de comprendre pourquoi une contrainte budgétaire représente les choix qui s offrent au consommateur d expliquer comment les courbes d indifférence peuvent représenter

Plus en détail

Objectifs et plan de la présentation

Objectifs et plan de la présentation Pour une politique plus écologique: taxer l essence, mais quel impact? Prof. Andrea Baranzini Haute École de Gestion de Genève Directeur DAS Management durable: http://sustainablemanagement.ch E-mail:

Plus en détail

1. La fonction de consommation keynésienne

1. La fonction de consommation keynésienne Rappels de cours Aix- Marseille Université - Faculté des Sciences Economiques Licence EM 1ère année - 2ème semestre Travaux dirigés de Macroéconomie Karine CONSTANT Gilles DE TRUCHIS 1. La fonction de

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

TRAVAUX DIRIGÉS DE MICROÉCONOMIE Licence 1 Semestre 2 - Parcours EM

TRAVAUX DIRIGÉS DE MICROÉCONOMIE Licence 1 Semestre 2 - Parcours EM TRAVAUX DIRIGÉS DE MICROÉCONOMIE Licence 1 Semestre 2 - Parcours EM Aurelia Tison, Anne-Sarah Chiambretto AMU, année 2013 1 La théorie du producteur (séances 1 à 4) La fonction de production : les facteurs

Plus en détail

LA CRISE JAPONAISE DES ANNÉES 1990

LA CRISE JAPONAISE DES ANNÉES 1990 LA CRISE JAPONAISE DES ANNÉES 1990 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise japonaise des années 1990 1980-1991 1991-2002 Taux de croissance annuel moyen du PIB par

Plus en détail

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi.

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Politique budgétaire Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Nous continuons de supposer qu il s agit d une économie fermée mais

Plus en détail

Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006

Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006 Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006 Ekkehard Ernst OCDE Ekkehard Ernst 1 Introduction et résumé du cours Objectifs Connaître et apprendre les concepts modernes d analyse monétaire

Plus en détail

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT PIB + M = CF+ FBCF + S + X Demande intérieure Valeur 2006 en milliard s d'euros ) Évolutions en volume au prix de l'année précédente Évolutions en volume au prix de l'année précédente

Plus en détail

0. La science économique n aborde pas directement. 1.0 Science Economique? 1.1 Possible Définitions

0. La science économique n aborde pas directement. 1.0 Science Economique? 1.1 Possible Définitions 0. La science économique n aborde pas directement Comment spéculer en bourse Comment démarrer sa propre entreprise Comment trouver un job bien payé Comment investir ou dépenser intelligemment La science

Plus en détail

Offre de capital. Complétez avec : r (taux d intérêt), C t, C t+1

Offre de capital. Complétez avec : r (taux d intérêt), C t, C t+1 Séance 4 : Offre de travail et de capital Je Révise Offre de travail Le travailleur partage sa journée de 24 heures entre le travail et le loisir de façon à maximiser son utilité. Le travail lui rapporte

Plus en détail

17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale

17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale 17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale Beaucoup de facteurs influencent la demande globale. Par exemple, quand les agents économiques changent leurs projets de dépenses,

Plus en détail

Introduction à la Microéconomie Contrôle continu Licence 1 Economie-Gestion 2009/2010 Enseignants : E. Darmon F.Moizeau B.Tarroux

Introduction à la Microéconomie Contrôle continu Licence 1 Economie-Gestion 2009/2010 Enseignants : E. Darmon F.Moizeau B.Tarroux Nom : Prénom : Num Etudiant : Groupe de TD : Introduction à la Microéconomie Contrôle continu Licence 1 Economie-Gestion 2009/2010 Enseignants : E. Darmon F.Moizeau B.Tarroux PRECISEZ ICI SI VOUS AVEZ

Plus en détail

Macroéconomie L1 TD5

Macroéconomie L1 TD5 Macroéconomie L1 TD5 Mickaël Clévenot 18 novembre 2013 Ce TD vise à vous familiariser avec les notions d investissement(multiplicateur), de rentabilité, de taux de profit, d efficacité marginale du capital,

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault

macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault Chapitre 2. L équilibre macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault 1 Introduction 2 3 Réponse donnée par le modèle IS/LM: Cadre considéré comme Keynésien 4 1. Le

Plus en détail

Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé

Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé Question 1 : Soit une économie ouverte avec Etat. La propension marginale à épargner est égale à 1/3, le taux de taxation

Plus en détail

Prof. Stéphane Saussier Université Paris 11

Prof. Stéphane Saussier Université Paris 11 Corrigé de Microéconomie Prof. Stéphane Saussier Université Paris 11 DEUG 1ère Année 1. Les préférences et l utilité Exercice 1 a. Ensemble de paniers de biens Dans l énoncé, on sait que A B D D L K J

Plus en détail

Interpréter correctement l évolution de la part salariale.

Interpréter correctement l évolution de la part salariale. Interpréter correctement l évolution de la part salariale. Gilles Saint-Paul Université de Toulouse I et Ministère de l Ecologie En, la part des salaires dans la valeur ajoutée (ou dans le PIB) est un

Plus en détail

2 Le point de vue de J.M.Keynes : le rôle de la demande effective

2 Le point de vue de J.M.Keynes : le rôle de la demande effective C LES FONDEMENTS THÉORIQUES DE LA MACROÉCONOMIE 1 Le point de vue des classiques: la loi de l'offre de J.B.Say a) L'offre crée sa propre demande 1. Les «économistes classiques» libéraux (Adam Smith, David

Plus en détail

Examen d Introduction à la Macroéconomie Cours des Prof. Federica Sbergami et Nicolas Maystre Juin 2015

Examen d Introduction à la Macroéconomie Cours des Prof. Federica Sbergami et Nicolas Maystre Juin 2015 Nom: Prénom: N étudiant : A Examen d Introduction à la Macroéconomie Cours des Prof. Federica Sbergami et Nicolas Maystre Juin 2015 Nombre de pages au total: 13 pages + 1 grille réponse Durée de l examen:

Plus en détail

1 Questionnaire à choix multiples

1 Questionnaire à choix multiples EXAMEN FINAL mercredi 19 janvier 2011, Durée h00 Pierre Fleckinger Une attention particulière doit être portée à la rédaction et à l explication des calculs faits. Utiliser un feuillet simple pour le QCM

Plus en détail

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE I. Quelques définitions Politique conjoncturelle : C est l ensemble des décisions prisent à court terme par les pouvoirs publics dans le but de maintenir ou de rétablir

Plus en détail

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande La notion de marché, dans les économies industrialisées contemporaines, est devenue pour une large majorité d économistes la référence

Plus en détail

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail

2 Les décisions individuelles de consommation

2 Les décisions individuelles de consommation 2 Les décisions individuelles de consommation Jean Magnan de Bornier Table des matières 1 Un premier exemple 3 2 Une approche générale du comportement de demande 5 2.1 Le choix de consommation est un choix

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 2. La production dans l entreprise Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 2.1 : Comment l entreprise produit-elle?

Plus en détail

Cours de mathématiques

Cours de mathématiques Cours de mathématiques Thomas Rey classe de première ES ii Table des matières 1 Les pourcentages 1 1.1 Variation en pourcentage............................... 1 1.1.1 Calcul d une variation............................

Plus en détail

1 Le calcul économique du consommateur 4 1.1 Préférences et fonction d utilité... 4. 1.1.2 La théorie ordinale de l utilité... 6

1 Le calcul économique du consommateur 4 1.1 Préférences et fonction d utilité... 4. 1.1.2 La théorie ordinale de l utilité... 6 Microéconomie 1 Table des matières 1 Le calcul économique du consommateur 4 1.1 Préférences et fonction d utilité................................ 4 1.1.1 La théorie cardinale de l utilité............................

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

La croissance économique

La croissance économique Insee en bref Pour comprendre... La croissance économique Qu est-ce que la croissance? Comment l Insee calcule-t-il le PIB? À quoi sert le PIB? Comment compléter le PIB? Qu est-ce que la croissance? La

Plus en détail

1 Préférences du consommateur

1 Préférences du consommateur Université François Rabelais - L AES Cours d Economie Générale Corrigé succint du TD n 5 Automne 04 Il y a deux manière complémentaires de caractériser les préférences d un consommateur. Soit on connait

Plus en détail

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs?

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? En ces temps de crise économique et de crise des dettes souveraines (ou publiques), tous les hommes politiques de gauche comme de droite

Plus en détail

Chapitre 2 - choix efficace et non-efficace des

Chapitre 2 - choix efficace et non-efficace des Chapitre 2 - choix efficace et non-efficace des firmes Arnold Chassagnon Université Paris-Dauphine (LEDA-SDFi) DU1 - Université Paris-Dauphine, 2009-2010 1 Analyse positive - analyse normative 1 Objectif

Plus en détail

COURS D ANALYSE MICROECONOMIQUE

COURS D ANALYSE MICROECONOMIQUE UNIVERSITE PROTESTANTE AU CONGO Faculté d Administration des Affaires et Sciences Economiques BP. 4745 Kinshasa II/ Kinshasa Lingwala Centre Congolais-Allemand de Microfinance / DAAD DAAD Deutscher Akademischer

Plus en détail

Jean-Louis CAYATTE jlcayatte@free.fr http://jlcayatte.free.fr/

Jean-Louis CAYATTE jlcayatte@free.fr http://jlcayatte.free.fr/ Chapitre 14 Marché du travail avec salaire négocié Supposer que le salaire est négocié entre l employeur et le salarié, c est remplacer l équation w( t) = w par une équation de détermination de ce salaire

Plus en détail

Le calcul du barème d impôt à Genève

Le calcul du barème d impôt à Genève Le calcul du barème d impôt à Genève Plan : 1. Historique Passage d un système en escalier à une formule mathématique 2. Principe de l imposition Progressivité, impôt marginal / moyen ; barème couple/marié

Plus en détail

MICRO-ÉCONOMIE TD 5 Exercice 1

MICRO-ÉCONOMIE TD 5 Exercice 1 LICENCE DROIT ECONOMIE GESTION MENTION ÉCONOMIE LICENCE 1 MICRO-ÉCONOMIE TD 5 Exercice 1 Soit une entreprise dont l évolution de la production en fonction du nombre d unités de travail utilisée est donnée

Plus en détail

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième composante du «prime cost» (coût principal), les charges de personnel.

Plus en détail

Eléments de correction Khôlle n 10. A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte?

Eléments de correction Khôlle n 10. A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte? Eléments de correction Khôlle n 10 A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte? Une remarque en intro : j ai volontairement rédigé une seconde partie qui s

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance 1 ère partie : La baisse du prix du pétrole Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

Le progrès technique au cœur de notre modèle de développement «Fourastié Sauvy»

Le progrès technique au cœur de notre modèle de développement «Fourastié Sauvy» Le progrès technique au cœur de notre modèle de développement «Fourastié Sauvy» L économiste et démographe du XXème siècle, Alfred Sauvy (1898-1990), rapporte cette anecdote au début de son livre «La machine

Plus en détail

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle La monnaie : INTRODUCTION 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et HEG-Genève; Directeur Ecosys

Plus en détail

Economie générale I Faten MZIOU et Mme Wassila Fourati

Economie générale I Faten MZIOU et Mme Wassila Fourati Economie générale I Faten MZIOU et Mme Wassila Fourati Université Virtuelle de Tunis 2006 Ce module porte sur les fondements économiques de base, Il couvre plus spécifiquement les mécanismes économiques

Plus en détail

EXEMPLES DE CORRECTION D UNE SERIE DE QUESTIONS TIREES DES PRECEDENTES EPREUVES (LES 20 PREMIERES QUESTIONS ONT ETE CORRIGEES EN COURS)

EXEMPLES DE CORRECTION D UNE SERIE DE QUESTIONS TIREES DES PRECEDENTES EPREUVES (LES 20 PREMIERES QUESTIONS ONT ETE CORRIGEES EN COURS) EXEMPLES DE CORRECTION D UNE SERIE DE QUESTIONS TIREES DES PRECEDENTES EPREUVES (LES 20 PREMIERES QUESTIONS ONT ETE CORRIGEES EN COURS) 01. La macroéconomie est l'étude de l'ensemble des phénomènes suivants

Plus en détail

ESSEC Cours Wealth management

ESSEC Cours Wealth management ESSEC Cours Wealth management Séance 9 Gestion de patrimoine : théories économiques et études empiriques François Longin 1 www.longin.fr Plan de la séance 9 Epargne et patrimoine des ménages Analyse macroéconomique

Plus en détail

CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE

CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE Niveau TERMINALE GF Matière ECONOMIE Thème 9. L Etat a-t-il des marges de manœuvre en termes de politiques économiques? Durée de la séquence 3 heures Notions -Le

Plus en détail

TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers

TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers Cours de Olivier Cardi Université de Tours L1 ECO Cours d Introduction à la Macroéconomie Année universitaire 2015-2016 TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers 1 Questions

Plus en détail

Variations du modèle de base

Variations du modèle de base 1 Variations du modèle de base Dans ce chapitre nous allons utiliser le modèle de base du chapitre précédent pour illustrer certaines questions économiques simples. Ainsi, le modèle précédent nous permettra

Plus en détail

Microéconomie I Série Exercices : 01. Présenté par : Professeur de l Enseignement Supérieur Habilité

Microéconomie I Série Exercices : 01. Présenté par : Professeur de l Enseignement Supérieur Habilité Université Sidi Mohammed Ben Abdellah. Fes Faculté Poly Disciplinaire de Taza Département Droit et Economie Filière des Sciences Economiques et de Gestion 1 Travaux dirigés en Microéconomie I Présenté

Plus en détail

CONCOURS D'ELEVE INGENIEUR STATISTICIEN ECONOMISTE OPTIONS MATHEMATIQUES ET ECONOMIE. Les candidats traiteront l'un des trois sujets au choix.

CONCOURS D'ELEVE INGENIEUR STATISTICIEN ECONOMISTE OPTIONS MATHEMATIQUES ET ECONOMIE. Les candidats traiteront l'un des trois sujets au choix. ECOLE NATIONALE SUPERIEURE DE STATISTIQUE ET D'ECONOMIE APPLIQUEE ABIDJAN 1 AVRIL 21 CONCOURS D'ELEVE INGENIEUR STATISTICIEN ECONOMISTE OPTIONS MATHEMATIQUES ET ECONOMIE EPREUVE D'ORDRE GENERAL DUREE :

Plus en détail

B Comment se déterminent la consommation et l épargne?

B Comment se déterminent la consommation et l épargne? B Comment se déterminent la consommation et l épargne? 1 Le partage entre consommation et épargne 1 - L'utilisation du revenu disponible brut (en milliards d'euros et en %) 2003 2005 2007 2009 Revenu disponible

Plus en détail

Rappel mathématique Germain Belzile

Rappel mathématique Germain Belzile Rappel mathématique Germain Belzile Note : à chaque fois qu il est question de taux dans ce texte, il sera exprimé en décimales et non pas en pourcentage. Par exemple, 2 % sera exprimé comme 0,02. 1) Les

Plus en détail

5 Les données macroéconomiques

5 Les données macroéconomiques 5 Les données macroéconomiques Jean Magnan de Bornier Table des matières 1 La mesure des variables macroéconomiques 2 1.1 prix, valeurs, quantités et autres............ 2 1.1.1 Les prix....................

Plus en détail