Jeux sous forme extensive (Jeux dynamiques)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Jeux sous forme extensive (Jeux dynamiques)"

Transcription

1 (Jeux dynamiques) Plan du chapitre ( juillet 008) / éfinitions, exemples et équivalences Arbres de jeux, information et mémoire tratégies et réduction en forme normale Équilibre de Nash parfait en sous-jeux ous-jeux et principe d induction rétroactive as particulier : information parfaite Jeux répétés (à information complète et observation parfaite) Jeux répétés à horizon fini Jeux répétés à horizon infini Négociation : Approche non-coopérative (développée) : prendre en compte de manière détaillée la structure séquentielle du problème de décision (arbre de jeu), l évolution de l information, des croyances, et des possibilités d action Exemples : Jeu d échec, poker,... uopole de tackelberg (leader / follower) Problème d entrée d une firme sur un marché / affinement possible du concept d équilibre de Nash en éliminant, par exemple, des menaces d actions non crédibles (équilibre de Nash parfait en sous-jeux, elten, 965) Exemple : Menace de guerre des prix de la part d une firme installée Tout jeu sous forme extensive peut cependant s écrire sous forme normale si toutes les stratégies possibles de chaque joueur sont spécifiées de manière suffisamment exhaustive

2 Ensemble N = {,,..., i,..., n} des joueurs Ensemble X des noeuds de l arbre elation d ordre partiel transitive et asymétrique x x si et seulement si x précède x 3/ Noeud initial : sans prédécesseur et prédécesseur de tous les autres Tous les autres noeuds ont un et un seul prédécesseur immédiat Noeuds terminaux : sans successeurs Noeuds de décision : noeuds non terminaux associés à un seul joueur (ou bien à la Nature, qui détermine les événements aléatoires) Ensemble des actions pour chaque joueur à chacun de ses noeuds de décision (branches de l arbre) (H i ) i N : partitions des noeuds de décision en ensembles d information. x h i (x), les actions disponibles par le joueur i en x sont les mêmes (u i ) i N : utilités des joueurs aux noeuds terminaux Probabilités des éventuels états de la Nature Exemples ilemme des prisonniers 4/ (,) (3, 0) (0,3) (, ) eux répétitions avec observation parfaite...

3 Jeu de l ultimatum (fini) A (, 0) A (,) (0, ) A 5/ (,0) (0,0) (, ) (0, 0) (0, ) (0,0) Jeu d entrée sur un marché E Entrer Partager I (,3) Ne pas entrer asser les prix (, ) 6/ (0,5)

4 Information parfaite/imparfaite i tous les ensembles d information du jeu sont réduits à des singletons alors chaque joueur, lors de sa prise de décision 7/ connaît tous les événements passés sait ce que les autres ont joué auparavant personne ne joue simultanément Jeu est à information parfaite (jeu d échec, morpion, duopole de tackelberg, jeu de l ultimatum, jeu de l entrée) inon, le jeu est à information imparfaite (poker, duopole de Bertrand/ournot, dilemme des prisonniers) Information complète/incomplète i certains joueurs ne connaissent pas la structure du jeu, i.e., ne connaissent pas parfaitement les préférences des joueurs les actions disponibles l identité ou le nombre de joueurs l ordre des décisions 8/ le jeu est dit à information incomplète Harsanyi ( ) propose une transformation Information incomplète information imparfaite en introduisant un joueur fictif, appelé Nature, qui détermine les éléments aléatoires du jeu (les états de la Nature, incluant les croyances des joueurs), avec une distribution de probabilité a priori commune as particulier : jeux Bayésiens

5 9/ Fig. John. Harsanyi (90 000) Exemple : jeu de signal Un vendeur d un bien propose un prix unitaire p, puis un consommateur doit décider de la quantité de bien q qu il va acheter après avoir observé le prix fixé par le vendeur 0/ Jeu à information incomplète car tous les joueurs ne connaissent pas nécessairement la fonction de profit du vendeur et la fonction d utilité du consommateur (e.g., incertitude sur la qualité du produit) Introduction d un ensemble d états de la Nature Ω, et d une distribution de probabilité a priori µ (Ω) onfiguration la plus simple : un état de la Nature pour chaque niveau de qualité : Ω = {ω, ω } le vendeur connaît toujours la qualité le consommateur ne connaît jamais la qualité Le joueur (le joueur informé) est appelé l émetteur et le joueur (le joueur non informé) le récepteur

6 π V (p, q ; ω ) π V (p, q ; ω ) π V (p, q ; ω ) π V (p, q ; ω ) u (p, q ; ω ) u (p, q ; ω ) u (p, q ; ω ) u (p, q ; ω ) q q onsommateur q q p Vendeur ω N ω p Vendeur (p p ) / q p q onsommateur q p q π V (p, q ; ω ) π V (p, q ; ω ) π V (p, q ; ω ) π V (p, q ; ω ) u (p, q ; ω ) u (p, q ; ω ) u (p, q ; ω ) u (p, q ; ω ) Lorsque l utilité des joueurs est indépendante de l action de l émetteur, un tel jeu est appelé jeu de communication pure, ou jeu de cheap talk Mémoire parfaite/imparfaite Un jeu est à mémoire parfaite si chaque joueur se souvient de toutes ses actions et de toutes ses informations antérieures Exemples de jeux à mémoire imparfaite : image / g m d

7 N ω ω 3/ tratégies et réduction en forme normale Une stratégie est un plan d action d un joueur à chacun de ses ensembles d information (atteints ou non) de telle sorte que la donnée des stratégies choisies par chaque joueur et de l état de la nature définisse complètement le déroulement (trajectoire, chemin) futur du jeu à partir de n importe quel noeud de l arbre 4/ Plus précisément, une stratégie pure du joueur i est une fonction s i : H i A i h i a i A(h i ) qui associe à chaque ensemble d information h i H i une action a i A(h i ), où A(h i ) est l ensemble des actions disponibles à l ensemble d information h i

8 Profil de stratégies + distribution de probabilité sur Ω istribution de probabilité sur les noeuds terminaux 5/ Utilités espérées associées à chaque profil de stratégies } {{ } Jeu sous forme normale Exemple : jeu de l ultimatum (fini) A (, 0) A (,) (0,) A (, 0) (0,0) (,) (0, 0) (0, ) (0, 0) 6/ AAA AA AA AA A A A (, 0) (, 0) (0, 0) (, 0) (, 0) (0, 0) (0, 0) (, 0) (0,0) (, ) (, ) (, ) (0, 0) (, ) (0, 0) (, ) (0, 0) (0,0) (0, ) (0, ) (0, ) (0, ) (0, 0) (0, ) (0, 0) (0, 0) (0,0)

9 Exemple : jeu de l entrée E Entrer Partager I (,3) Ne pas entrer asser les prix (, ) 7/ (0,5) E I Partager asser les prix Entrer, 3, Ne pas entrer 0,5 0,5 tratégies mixtes Une stratégie mixte du joueur i est une distribution de probabilité sur l ensemble de ses stratégies pures : σ i Σ i ( i ) ans les jeux sous forme extensive on peut définir un équilibre de Nash (en stratégies pures ou mixtes) 8/ les stratégies dominées / rationalisables la valeur du jeu s il est à somme nulle comme dans les jeux sous forme normale Il est cependant tentant de vouloir considérer les choix aléatoires des actions aux différents ensembles d information plutôt que les choix aléatoires de la stratégie pour tout le jeu au départ...

10 tratégies comportementales Une stratégie locale β hi du joueur i à son ensemble d information h i est une mesure de probabilité sur l ensemble des actions disponibles en h i : β hi (A(h i )) Une stratégie comportementale β i du joueur i est un profil de stratégies locales, une par ensemble d information de ce joueur : β i = (β hi ) hi H i 9/ Exemple : jeu de l ultimatum tratégie mixte du joueur stratégie comportementale du joueur tratégie mixte du joueur : distribution de probabilité sur {AAA,..., } tratégie comportementale du joueur : 3 distributions de probabilité sur {A, } Une stratégie mixte est équivalente en terme de résultats à une stratégie comportementale si quelles que soient les stratégies des autres joueurs les deux stratégies induisent la même distribution de probabilité sur les issues possibles du jeu (les noeuds terminaux) Exemple. ans le jeu de l ultimatum (, 0) (,) (0,) A A A (, 0) (0,0) (,) (0, 0) (0, ) (0, 0) 0/ la stratégie mixte σ (AAA) = σ (AA) = σ (AA) = /3 est équivalente à la stratégie comportementale β h (A) =, β h (A) = β h (A) = /3, où h, h, h sont les ensembles d information du joueur emarque : Plusieurs stratégies mixtes sont équivalentes à β (par exemple, σ (AAA) = /3 et σ (A) = /3)

11 Exemple. L / La stratégie mixte σ (, ) = 0.4, σ (, ) = 0., σ (, ) = 0.5 est équivalente à la stratégie comportementale du joueur qui consiste à jouer et avec probabilité /, et avec probabilité Proposition. (Kuhn, 953) ans tout jeu sous forme extensive fini et à mémoire parfaite, pour toute stratégie mixte (resp. comportementale) d un joueur il existe une stratégie comportementale (resp. mixte) de ce joueur qui est équivalente en terme de résultats Indifférence entre l utilisation des stratégies mixtes ou comportementales pour étudier les équilibres de Nash / Exemples à mémoire imparfaite où la proposition ne s applique pas : m d La stratégie mixte σ (m, ) = σ (d, ) = / n a pas de stratégie comportementale équivalente

12 N ω ω 3/ La stratégie mixte σ (,, ) = σ (,, ) = / a une stratégie comportementale équivalente ( ω, ω, + ) Mais la stratégie mixte σ (,, ) = σ (,, ) = / n a pas de stratégie comportementale équivalente 0 4/ La stratégie comportementale qui consiste à jouer et avec probabilité / génère la distribution (/, /4,/4) sur les noeuds terminaux, alors qu aucune stratégie mixte ne peut générer une distribution de probabilité qui assigne une probabilité strictement positive au deuxième noeud final (l histoire, ) Toutes les stratégies mixtes donnent une utilité égale à 0 (elles sont donc toutes optimales) alors que la stratégie comportementale optimale consiste à jouer et avec probabilité /, qui donne une utilité espérée égale à /4 0

13 Menaces non crédibles ans de nombreux jeux, il existe des équilibres de Nash non raisonnables, qui reposent sur des choix hypothétiques irrationnels, des menaces d actions non crédibles 5/ Exemples : image image Jeu de l entrée : (Ne pas entrer, casser les prix) Jeu de l ultimatum : ((0, ), A) ous-jeux Un sous-jeu d un jeu sous forme extensive est un jeu sous forme extensive de noeud initial x appartenant à dont l ensemble des noeuds non initiaux est le sous ensemble des noeuds successeurs de x dans, et où les joueurs, les ensembles d information et les actions associées aux noeuds non terminaux, ainsi que les utilités associées aux noeuds terminaux sont les mêmes que dans le jeu original Un sous-jeu strict ou propre de est un sous-jeu de différent de Exemple. Le jeu a 4 sous-jeux stricts 6/ 4 A a B 3 (,) b A B α β (, ) α β α β (4, 0) (, ) (3, 3) (, 5) (4,) (5,)

14 Autres exemples : ilemme des prisonniers et jeu de signal : pas de sous-jeux stricts Jeu de l ultimatum fini : 3 sous-jeux stricts Jeu de l entrée : sous-jeu strict 7/ éfinition. (elten, 965) Un équilibre de Nash parfait en sous-jeux (ENPJ) est un profil de stratégies tel que pour chaque sous-jeu le profil de stratégies induit est un équilibre de Nash de ce sous-jeu Fig. einhard elten (930 ) emarques. i pas de sous-jeux stricts alors EN ENPJ {ENPJ} {EN} Proposition. 8/ Tout jeu sous forme extensive fini possède au moins un équilibre de Nash parfait en sous-jeux en stratégies mixtes

15 ésolution par induction rétroactive (Backward induction) ésolution à partir de la fin du jeu : on recherche les EN des plus petits sous-jeux 9/ A a B (, ) b A B α β (,) α β α β (4, 0) (, ) (3, 3) (, 5) (4, ) (5,) Jeu de l entrée. Un seul ENPJ : (Entrer, Partager) Jeu de l ultimatum. eux ENPJ en stratégies pures : ((, 0), AAA) et ((, ), AA) et un continu en stratégies mixtes ((, 0), σ (AAA) / et ((, ), σ (AAA) /) 30/ avec σ (AAA) + σ (AA) = Proposition. (Kuhn, 953) Tout jeu fini à information parfaite possède au moins un équilibre de Nash parfait en sous-jeux en stratégies pures emarques. L ensemble des actions à chaque ensemble d information doit être fini : si A = [0,) et u i (a) = a alors pas d ENPJ

16 La durée du jeu doit être finie : / 3 k k + Unicité de l ENPJ dans les jeux à information parfaite si les joueurs ne sont jamais indifférents entre deux issues possibles i information parfaite et unicité alors il existe un ordre d élimination des stratégies faiblement dominées qui est équivalent à l induction rétroactive (cf. aussi paradoxes) i la Nature intervient et si aucun joueur n a d information privée alors le jeu peut être réécrit comme un jeu à information parfaite (la Nature intervient à la fin) Autre exemple à voir : connaître le gagnant sans connaître la solution pdf Exemple. Engagement/menace crédible. L armée du pays doit décider si elle attaque l armée du pays qui est située sur une île entre les deux pays. En cas d attaque, l armée a le choix entre combattre l armée ou battre en retraite en utilisant le pont qui rejoint son pays. haque armée préfère que ce soit elle qui occupe l île plutôt que l armée ennemie. ependant, pour chaque armée la pire des issues est la bataille. Forme extensive et équilibre de Nash parfait en sous jeu? 3/ Montrer que l armée peut améliorer son paiement d équilibre en détruisant le pont qui relie l île au pays à l avance (cette action est observée par l armée avant qu elle prenne sa décision) econsidérons la situation initiale (sans possibilité de destruction du pont) i les deux armées devaient prendre leur décision simultanément, de quel type de jeu s agirait-il? (dans le cas où l île n est occupée par aucune armée, supposer une préférence intermédiaire entre le fait d être seul sur l île et le fait d avoir cédé l île)

17 uopole de tackelberg Firme i =, produit q i avec coût fixe nul et coût marginal constant λ > 0 emande inverse linéaire : p(q + q ) = a (q + q ), où a > λ Profit de chaque firme i : u i (q, q ) = p(q + q ) q i λ q i = q i (a λ (q + q )) 33/ écisions séquentielles : La firme (leader) choisit (de manière irréversible) q puis la firme (follower) choisit q en connaissant le niveau choisi par la firme tratégie de la firme : choix d une quantité q (comme dans le modèle de ournot) tratégie de la firme : fonction qui associe à chaque niveau de production q un niveau de production q (q ) pour la firme ésolution par induction à rebours. Production optimale de la firme en fonction de q : q (q ) = M (q ) = arg max q u (q, q ) = a λ q Production optimale de la firme étant donné la stratégie de la firme maximiser 34/ u (q, q (q )) = q (a λ (q + q (q ))) = q (a λ q ) soit q = a λ q (q ) = a λ 4 Firme Firme ournot tackelberg (firme leader) q = a λ u 3 = (a λ) q 9 = a λ u = (a λ) 8 q = a λ u 3 = (a λ) q 9 = a λ u 4 = (a λ) 6 Tab. Niveaux de production et profits dans les modèles linéaires de duopole de ournot et de tackelberg

18 Paradoxes de l induction rétroactive 50, /,0 0, 0 00,5 Que doit faire (penser) le joueur s il est effectivement amené à jouer? Le dilemme des prisonniers joué deux fois. (, ) (3, 0) (0, 3) (, ) 36/, 4, 4, 6,0,4 3,3 3,3 5,,4 3, 3 3,3 5, 0,6,5,5 4,4 Unique EN (ENPJ) : les deux joueurs dénoncent aux deux périodes Même résultat quelle que soit la durée (finie et de connaissance commune) du jeu Que doit faire (penser) un joueur s il observe que l autre joueur a coopéré? emarque. On verra que répétition infinie coopération possible

19 éférences Harsanyi, J.. ( ) : ames with Incomplete Information Played by Bayesian Players. Parts I, II, III, Management cience, 4, 59 8, , Kuhn, H. W. (953) : Extensive ames and the Problem of Information, dans ontributions to the Theory of ames, ed. par H. W. Kuhn et A. W. Tucker, Princeton : Princeton University Press, vol.. elten,. (965) : pieltheoretische Behandlung eines Oligopolmodells mit Nachfrageträgheit, Zeitschrift für dis gesamte taatswissenschaft,, and /

Simulation centrée individus

Simulation centrée individus Simulation centrée individus Théorie des jeux Bruno BEAUFILS Université de Lille Année 4/5 Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les

Plus en détail

Introduction à la Théorie des Jeux p.1/77

Introduction à la Théorie des Jeux p.1/77 Introduction à la Théorie des Jeux Sébastien Konieczny konieczny@cril.univ-artois.fr CRIL-CNRS Université d Artois - Lens Introduction à la Théorie des Jeux p.1/77 Théorie des Jeux Définition La théorie

Plus en détail

A quoi sert la théorie des jeux? Introduction à la Théorie des Jeux p.4/75. Un peu d histoire... Théorie des Jeux

A quoi sert la théorie des jeux? Introduction à la Théorie des Jeux p.4/75. Un peu d histoire... Théorie des Jeux A quoi sert la théorie des jeux? Introduction à la Théorie des Jeux Sébastien Konieczny konieczny@cril.univ-artois.fr CRIL-CNRS Université d Artois - Lens Jeux de société (échecs, dames, go,...), Jeux

Plus en détail

Economie de l Incertain et des Incitations

Economie de l Incertain et des Incitations Economie de l Incertain et des Incitations CHAPITRE 2 Eléments de théorie des jeux en information symétrique et asymétrique Equilibres Bayesiens - Université de Tours - M1 AGE - Arnold Chassagnon - Automne

Plus en détail

CHAPITRE 5. Stratégies Mixtes

CHAPITRE 5. Stratégies Mixtes CHAPITRE 5 Stratégies Mixtes Un des problèmes inhérents au concept d équilibre de Nash en stratégies pures est que pour certains jeux, de tels équilibres n existent pas. P.ex.le jeu de Pierre, Papier,

Plus en détail

Feuille 1 : représentation d interactions stratégiques, connaissance commune

Feuille 1 : représentation d interactions stratégiques, connaissance commune Université Paris-Dauphine, Departement MIDO. Théorie des jeux, L3, 2009/2010. Feuille 1 : représentation d interactions stratégiques, connaissance commune Exercice 1 ( Il y a deux joueurs. A la période

Plus en détail

Joueur B Pierre Feuille Ciseaux Pierre (0,0) (-1,1) (1,-1) Feuille (1,-1) (0,0) (-1,1) Ciseaux (-1,1) (1,-1) (0.0)

Joueur B Pierre Feuille Ciseaux Pierre (0,0) (-1,1) (1,-1) Feuille (1,-1) (0,0) (-1,1) Ciseaux (-1,1) (1,-1) (0.0) CORRECTION D EXAMEN CONTROLE CONTINU n 1 Question de cours Question 1 : Les équilibres de Cournot et de Stackelberg sont des équilibres de situation de duopole sur un marché non coopératif d un bien homogène.

Plus en détail

ANALYSE DES INTERACTIONS MULTI-AGENTS: THÉORIE DES JEUX

ANALYSE DES INTERACTIONS MULTI-AGENTS: THÉORIE DES JEUX ANALYSE DES INTERACTIONS MULTI-AGENTS: THÉORIE DES JEUX Cours 4 Présentation Utiliser des agents pour maximiser leur objectif en interagissant Pour quoi faire? Prise de décision collective Quel est l état

Plus en détail

Reputation, Prix Limite et Prédation

Reputation, Prix Limite et Prédation Reputation, Prix Limite et Prédation Economie Industrielle Laurent Linnemer Thibaud Vergé Laboratoire d Economie Industrielle (CREST-INSEE) 13 et 20 janvier 2009 Linnemer - Vergé (CREST-LEI) Reputation,

Plus en détail

Algorithmique et Programmation Projets 2012/2013

Algorithmique et Programmation Projets 2012/2013 3 Dames 3. Objectif Il s agit d écrire un programme jouant aux Dames selon les règles. Le programme doit être le meilleur possible. Vous utiliserez pour cela l algorithme α β de recherche du meilleur coup

Plus en détail

Jeux sous forme normale

Jeux sous forme normale CHAPITRE 4 Jeux sous forme normale Dans les problèmes de décision, nous avons relié les choix qui pouvaient être faits par un agent avec les utilités qu il pouvait en dériver. L idée qu un agent rationnel

Plus en détail

Deuxième partie es jeux non-coopératifs avec information complète 3. É quilibre de Nash (1951) 4. D ynamique et rétroduction 5.

Deuxième partie es jeux non-coopératifs avec information complète 3. É quilibre de Nash (1951) 4. D ynamique et rétroduction 5. Deuxième partie Les jeux non-coopératifs avec information complète 3. Équilibre de Nash (1951) 35 4. Dynamique et rétroduction 61 5. Jeux répétés 85 3. Équilibre de Nash (1951) John Nash a généralisé

Plus en détail

L oligopole ESCP 2012 2103

L oligopole ESCP 2012 2103 Structures de marché L oligopole Anne Yvrande Billon ESCP 2012 2103 1 Plan du cours (1/2) 1. Introduction : qu est ce qu un oligopole? 2. L oligopole de Cournot 3. Le «paradoxe de Bertrand» 2 1. Introduction

Plus en détail

Théorie des Jeux Et ses Applications

Théorie des Jeux Et ses Applications Théorie des Jeux Et ses Applications De la Guerre Froide au Poker Clément Sire Laboratoire de Physique Théorique CNRS & Université Paul Sabatier www.lpt.ups-tlse.fr Quelques Définitions de la Théorie des

Plus en détail

Intelligence Artificielle Jeux

Intelligence Artificielle Jeux Intelligence Artificielle Jeux Bruno Bouzy http://web.mi.parisdescartes.fr/~bouzy bruno.bouzy@parisdescartes.fr Licence 3 Informatique UFR Mathématiques et Informatique Université Paris Descartes Programmation

Plus en détail

Economie de l information

Economie de l information 1 Introduction Economie de l information Les méthodes de la microéconomie peuvent être appliquées à tout problème particulier de la vie économique De nombreuses études sont consacrées à des marchés ou

Plus en détail

JEUX SOUS FORME NORMALE. par. Tristan Tomala

JEUX SOUS FORME NORMALE. par. Tristan Tomala JEUX SOUS FORME NORMALE par Tristan Tomala Table des matières 1. Préliminaires..................................... 5 2. Jeux à somme nulle.............................. 9 3. Jeux à somme non nulle..........................

Plus en détail

FONDEMENTS ÉPISTÉMIQUES DE CONCEPTS D ÉQUILIBRE EN THÉORIE DES JEUX

FONDEMENTS ÉPISTÉMIQUES DE CONCEPTS D ÉQUILIBRE EN THÉORIE DES JEUX Lucie MÉNAGER EUREQua, université de Paris I Panthéon-Sorbonne Olivier TERCIEUX Paris-Jourdan Sciences économiques (PSE) et CNRS FONDEMENTS ÉPISTÉMIQUES DE CONCEPTS D ÉQUILIBRE EN THÉORIE DES JEUX Mots-clés

Plus en détail

Concurrence et marchés. Cours SEGF - ENPC 2004. Barrières à l entrée

Concurrence et marchés. Cours SEGF - ENPC 2004. Barrières à l entrée Concurrence et marchés Cours SEGF - ENPC 2004 Barrières à l entrée PLAN Barrières à l entrée définitions et oligopole naturel dissuasion / accomodation à l entrée: modèle de Stackelberg en quantités Stackelberg

Plus en détail

Jeux à somme nulle : le cas fini

Jeux à somme nulle : le cas fini CHAPITRE 2 Jeux à somme nulle : le cas fini Les jeux à somme nulle sont les jeux à deux joueurs où la somme des fonctions de paiement est nulle. Dans ce type d interaction stratégique, les intérêts des

Plus en détail

1 Questionnaire à choix multiples

1 Questionnaire à choix multiples EXAMEN FINAL mercredi 19 janvier 2011, Durée h00 Pierre Fleckinger Une attention particulière doit être portée à la rédaction et à l explication des calculs faits. Utiliser un feuillet simple pour le QCM

Plus en détail

COURS 8 : INTRODUCTION A LA THEORIE DES JEUX

COURS 8 : INTRODUCTION A LA THEORIE DES JEUX Université Pierre et Marie Curie Licence Informatique 2014-2015 Cours LI 352 - Industrie Informatique et son Environnement Économique Responsable : Jean-Daniel Kant (Jean-Daniel.Kant@lip6.fr) COURS 8 :

Plus en détail

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne hapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne I : La fonction de consommation keynésienne II : Validations et limites de la fonction de consommation keynésienne III : Le choix de consommation

Plus en détail

Economie de l incertain et de l information Partie 1 : Décision en incertain probabilisé Chapitre 1 : Introduction à l incertitude et théorie de

Economie de l incertain et de l information Partie 1 : Décision en incertain probabilisé Chapitre 1 : Introduction à l incertitude et théorie de Economie de l incertain et de l information Partie 1 : Décision en incertain probabilisé Chapitre 1 : Introduction à l incertitude et théorie de l espérance d utilité Olivier Bos olivier.bos@u-paris2.fr

Plus en détail

Chapitre 1: Introduction à la théorie de l équilibre à prix fixes

Chapitre 1: Introduction à la théorie de l équilibre à prix fixes Chapitre 1: Introduction à la théorie de l équilibre à prix fixes L3 Eco-Gestion/ Faculté de Droit, Sciences Economiques et de Gestion Plan 1 Rappels sur l utilité espérée La représentation des événements

Plus en détail

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal La demande Du consommateur Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal Plan du cours Préambule : Rationalité du consommateur I II III IV V La contrainte budgétaire Les préférences Le choix optimal

Plus en détail

Marchés, réseaux et politique de la concurrence. Claude Crampes (claude.crampes@tse-fr.eu)

Marchés, réseaux et politique de la concurrence. Claude Crampes (claude.crampes@tse-fr.eu) Marchés, réseaux et politique de la concurrence Claude Crampes (claude.crampes@tse-fr.eu) Toulouse, avril 2015 2. Comportements anti-concurentiels 2.1. Choix stratégiques 2.2. Abus de position dominante

Plus en détail

L analyse microéconomique propose une. État des lieux. de l analyse. économique. Les avancées de la nouvelle microéconomie.

L analyse microéconomique propose une. État des lieux. de l analyse. économique. Les avancées de la nouvelle microéconomie. de l analyse Les avancées de la nouvelle Longtemps cantonnée au modèle de concurrence parfaite, la théorie micro s est considérablement enrichie depuis les années 70 en prenant en compte les imperfections

Plus en détail

Algorithmes probabilistes. Références: Fundamentals of Algortihms de Gilles Brassard et Paul Bratley Note de cours de Pierre McKenzie

Algorithmes probabilistes. Références: Fundamentals of Algortihms de Gilles Brassard et Paul Bratley Note de cours de Pierre McKenzie Algorithmes probabilistes Références: Fundamentals of Algortihms de Gilles Brassard et Paul Bratley Note de cours de Pierre McKenzie Mise en contexte: Indices: Vous êtes à la recherche d un trésor légendaire

Plus en détail

Licence MASS 2000-2001. (Re-)Mise à niveau en Probabilités. Feuilles de 1 à 7

Licence MASS 2000-2001. (Re-)Mise à niveau en Probabilités. Feuilles de 1 à 7 Feuilles de 1 à 7 Ces feuilles avec 25 exercices et quelques rappels historiques furent distribuées à des étudiants de troisième année, dans le cadre d un cours intensif sur deux semaines, en début d année,

Plus en détail

Les avancées de la nouvelle microéconomie

Les avancées de la nouvelle microéconomie Les avancées de la nouvelle microéconomie Pierre Cahuc, André Zylberberg To cite this version: Pierre Cahuc, André Zylberberg. Les avancées de la nouvelle microéconomie. Les Cahiers français, LES CAHIERS

Plus en détail

Doctorat en économique. Examen de synthèse en Théorie micro-économique 8 août 2011. Durée : 4 heures exactement

Doctorat en économique. Examen de synthèse en Théorie micro-économique 8 août 2011. Durée : 4 heures exactement Département d économie agroalimentaire et des sciences de la consommation Département d économique Université Laval NOM: Doctorat en économique Examen de synthèse en Théorie micro-économique 8 août 211

Plus en détail

Apprentissage par renforcement (1a/3)

Apprentissage par renforcement (1a/3) Apprentissage par renforcement (1a/3) Bruno Bouzy 23 septembre 2014 Ce document est le chapitre «Apprentissage par renforcement» du cours d apprentissage automatique donné aux étudiants de Master MI, parcours

Plus en détail

Mathématiques financières

Mathématiques financières Mathématiques financières Arnaud Triay Table des matières 1 Introduction Position du problème.1 Pricing des options........................................... Formalisme..............................................

Plus en détail

Texte Agrégation limitée par diffusion interne

Texte Agrégation limitée par diffusion interne Page n 1. Texte Agrégation limitée par diffusion interne 1 Le phénomène observé Un fût de déchets radioactifs est enterré secrètement dans le Cantal. Au bout de quelques années, il devient poreux et laisse

Plus en détail

M2 IAD UE MODE Notes de cours (3)

M2 IAD UE MODE Notes de cours (3) M2 IAD UE MODE Notes de cours (3) Jean-Yves Jaffray Patrice Perny 16 mars 2006 ATTITUDE PAR RAPPORT AU RISQUE 1 Attitude par rapport au risque Nousn avons pas encore fait d hypothèse sur la structure de

Plus en détail

QUI VEUT JOUER AVEC MOI?

QUI VEUT JOUER AVEC MOI? QUI VEUT JOUER AVEC MOI? Michel Rigo (Université de Liège) http://www.discmath.ulg.ac.be/ JOUER SÉRIEUSEMENT, POURQUOI? Jeux coopératifs : marché boursier, économie, émergence de réseaux sociaux,... Mise

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

SY05 : Outils d aide à la décision

SY05 : Outils d aide à la décision SY05 : Outils d aide à la décision décision stratégique et théorie des jeux Paul HONEINE et Nacima LABADI H201 G212 en collaboration avec Roberto Wolfler Calvo (Université Paris 13) Université de technologie

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit PCI -TD _ Centres Resp et Profit_Correction CAS.doc 1 / 28 CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit INTRODUCTION SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 1 NOTIONS

Plus en détail

Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination

Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination Les problèmes d information George A. Akerlof : The Market for «Lemons»: Quality Uncertainty and the Market Mechanism (QJE, 1970) Thèmes de recherche

Plus en détail

Les offres non compétitives dans les enchères du Trésor*

Les offres non compétitives dans les enchères du Trésor* ANNALES D ÉCONOMIE ET DE STATISTIQUE. N 70 2003 Les offres non compétitives dans les enchères du Trésor* Raphaële PRÉGET RÉSUMÉ. L objectif de cet article est d analyser le mécanisme des offres non compétitives

Plus en détail

Rapport Technique No. GIDE-01-2013. Soyons un peu logiques! par. Jean-Marc BERNARD GIDE GIDE

Rapport Technique No. GIDE-01-2013. Soyons un peu logiques! par. Jean-Marc BERNARD GIDE <jeanmarc@gide.net> GIDE Rapport Technique No. -01-2013 Soyons un peu logiques! par Jean-Marc BERNARD 17 rue La Noue Bras de Fer 44200 Nantes, France 28 février 2014 Soyons un peu logiques! Jean-Marc BERNARD

Plus en détail

Cours de Probabilités et de Statistique

Cours de Probabilités et de Statistique Cours de Probabilités et de Statistique Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université Paris-Est Cours de Proba-Stat 2 L1.2 Science-Éco Chapitre Notions de théorie des ensembles 1 1.1 Ensembles

Plus en détail

Projet d informatique M1BI : Compression et décompression de texte. 1 Généralités sur la compression/décompression de texte

Projet d informatique M1BI : Compression et décompression de texte. 1 Généralités sur la compression/décompression de texte Projet d informatique M1BI : Compression et décompression de texte Le but de ce projet est de coder un programme réalisant de la compression et décompression de texte. On se proposera de coder deux algorithmes

Plus en détail

COORDINATION NON COOPÉRATIVE: MÉTHODES D ENCHÈRES

COORDINATION NON COOPÉRATIVE: MÉTHODES D ENCHÈRES COORDINATION NON COOPÉRATIVE: MÉTHODES D ENCHÈRES Cours 6c Principe Protocole centralisé, un commissaire-priseur/vendeur (auctioneer) et plusieurs enchérisseurs/acheteurs (bidders) Le commissaire-priseur

Plus en détail

Conversion électronique statique

Conversion électronique statique Conversion électronique statique Sommaire I) Généralités.2 A. Intérêts de la conversion électronique de puissance 2 B. Sources idéales.3 C. Composants électroniques..5 II) III) Hacheurs..7 A. Hacheur série

Plus en détail

Probabilités sur un univers fini

Probabilités sur un univers fini [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 août 2015 Enoncés 1 Proailités sur un univers fini Evènements et langage ensemliste A quelle condition sur (a,, c, d) ]0, 1[ 4 existe-t-il une proailité P sur

Plus en détail

Probabilités. I - Expérience aléatoire. II - Evénements

Probabilités. I - Expérience aléatoire. II - Evénements Probabilités Voici le premier cours de probabilités de votre vie. N avez-vous jamais eut envie de comprendre les règles des grands joueurs de poker et de les battre en calculant les probabilités d avoir

Plus en détail

Choix sous incertitude

Choix sous incertitude 1/38 à l analyse microéconomique - Monitorat ENS (2014-2015) Janvier 2015 2/38 Plan du cours 1 2 3 4 5 3/38 Dans les chapitres précédents, hypothèse implicite de situations certaines et d information parfaite

Plus en détail

Recherche d information textuelle

Recherche d information textuelle Recherche d information textuelle Pré-traitements & indexation B. Piwowarski CNRS / LIP6 Université Paris 6 benjamin@bpiwowar.net http://www.bpiwowar.net Master IP - 2014-15 Cours et travaux pratiques

Plus en détail

La problématique des tests. Cours V. 7 mars 2008. Comment quantifier la performance d un test? Hypothèses simples et composites

La problématique des tests. Cours V. 7 mars 2008. Comment quantifier la performance d un test? Hypothèses simples et composites La problématique des tests Cours V 7 mars 8 Test d hypothèses [Section 6.1] Soit un modèle statistique P θ ; θ Θ} et des hypothèses H : θ Θ H 1 : θ Θ 1 = Θ \ Θ Un test (pur) est une statistique à valeur

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

alg - Arbres binaires de recherche [br] Algorithmique

alg - Arbres binaires de recherche [br] Algorithmique alg - Arbres binaires de recherche [br] Algorithmique Karine Zampieri, Stéphane Rivière, Béatrice Amerein-Soltner Unisciel algoprog Version 25 avril 2015 Table des matières 1 Définition, Parcours, Représentation

Plus en détail

Cours 3. La conditionnelle: instructions si et selon Les boucles Comment raisonner sur les boucles: les invariants de boucle

Cours 3. La conditionnelle: instructions si et selon Les boucles Comment raisonner sur les boucles: les invariants de boucle Cours 3 : Instructions qui changent l ordre d exécution séquentiel 1 Cours 3 Instructions qui changent l ordre d exécution séquentiel La conditionnelle: instructions si et selon Les boucles Comment raisonner

Plus en détail

Marchés oligopolistiques avec vente d un bien non homogène

Marchés oligopolistiques avec vente d un bien non homogène Marchés oligopolistiques avec vente d un bien non homogène Partons de quelques observations : 1. La plupart des industries produisent un grand nombre de produits similaires mais non identiques; 2. Parmi

Plus en détail

FIMA, 7 juillet 2005

FIMA, 7 juillet 2005 F. Corset 1 S. 2 1 LabSAD Université Pierre Mendes France 2 Département de Mathématiques Université de Franche-Comté FIMA, 7 juillet 2005 Plan de l exposé plus court chemin Origine du problème Modélisation

Plus en détail

B. Prise de décisions en univers incertain. 1. Valeurs espérées

B. Prise de décisions en univers incertain. 1. Valeurs espérées B. Prise de décisions en univers incertain Une grande par*e des choix réalisés par les producteurs et les consommateurs étant réalisés en univers incertain, les agents sont amenés à prendre des décisions

Plus en détail

Les compromis temps-mémoire et leur utilisation pour casser les mots de passe Windows

Les compromis temps-mémoire et leur utilisation pour casser les mots de passe Windows Les compromis temps-mémoire et leur utilisation pour casser les mots de passe Windows Philippe Oechslin Laboratoire de Securité et de Cryptographie (LASEC) École Polytechnique Fédérale de Lausanne Faculté

Plus en détail

I La théorie de l arbitrage fiscal de la dette (8 points)

I La théorie de l arbitrage fiscal de la dette (8 points) E : «Théories de la finance d entreprise» Master M1 Université Paris-Dauphine Thierry Granger Année Universitaire 2013/2014 Session 1 Aucun document, calculette autorisée Durée 1h30 Respecter la numérotation

Plus en détail

Concurrence imparfaite

Concurrence imparfaite Concurrence imparfaite 1. Le monopole 2. Concurrence monopolistique 3. Hotelling et Salop 4. Concurrence à la Cournot 5. Concurrence à la Bertrand 6. Concurrence à la Stackelberg Monopole Un monopole,

Plus en détail

ECO L1 - - Qu est-ce que l économie? modèles micro et macroéconomiques. ECO L1 - Université de Tours, Arnold Chassagnon, Septembre 2013

ECO L1 - - Qu est-ce que l économie? modèles micro et macroéconomiques. ECO L1 - Université de Tours, Arnold Chassagnon, Septembre 2013 ECO L1 - - Qu est-ce que l économie? modèles micro et macroéconomiques - ECO L1 - Université de Tours, Arnold Chassagnon, Septembre 2013 PLAN DE LA CONFERENCE Introduction à l Analyse économique - Maximisation

Plus en détail

L action rationnelle

L action rationnelle L action rationnelle M. Cozic DEC, ENS Ulm 12/II/2007 Préparation à l agrégation 2007 introduction l objectif de la séance est double: (i) fournir quelques rudiments de théorie du choix rationnel: (1)

Plus en détail

Chapitre 5 : Flot maximal dans un graphe

Chapitre 5 : Flot maximal dans un graphe Graphes et RO TELECOM Nancy A Chapitre 5 : Flot maximal dans un graphe J.-F. Scheid 1 Plan du chapitre I. Définitions 1 Graphe Graphe valué 3 Représentation d un graphe (matrice d incidence, matrice d

Plus en détail

Baccalauréat ES Antilles Guyane 12 septembre 2014 Corrigé

Baccalauréat ES Antilles Guyane 12 septembre 2014 Corrigé Baccalauréat ES Antilles Guyane 12 septembre 2014 Corrigé EXERCICE 1 5 points Commun à tous les candidats 1. Réponse c : ln(10)+2 ln ( 10e 2) = ln(10)+ln ( e 2) = ln(10)+2 2. Réponse b : n 13 0,7 n 0,01

Plus en détail

Pour obtenir le grade de. DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ DE GRENOBLE Spécialité : Informatique. Pierre Coucheney

Pour obtenir le grade de. DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ DE GRENOBLE Spécialité : Informatique. Pierre Coucheney THÈSE Pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ DE GRENOBLE Spécialité : Informatique Arrêté ministérial : 7 août 2006 Présentée par Pierre Coucheney Thèse dirigée par M. Bruno Gaujal et codirigée

Plus en détail

Probabilités III Introduction à l évaluation d options

Probabilités III Introduction à l évaluation d options Probabilités III Introduction à l évaluation d options Jacques Printems Promotion 2012 2013 1 Modèle à temps discret 2 Introduction aux modèles en temps continu Limite du modèle binomial lorsque N + Un

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

Chapitre 8. Le bestiaire. «Où donc avons-nous fait fausse route?» Maelle, Complainte des Corbeaux, 823

Chapitre 8. Le bestiaire. «Où donc avons-nous fait fausse route?» Maelle, Complainte des Corbeaux, 823 Chapitre 8 Le bestiaire «Où donc avons-nous fait fausse route?» Maelle, Complainte des Corbeaux, 823 Table des matières Table des matières... 2 Le bestiaire... 3 Fiche de créature... 4 Styles de combat...

Plus en détail

Master IMEA 1 Calcul Stochastique et Finance Feuille de T.D. n o 1

Master IMEA 1 Calcul Stochastique et Finance Feuille de T.D. n o 1 Master IMEA 1 Calcul Stochastique et Finance Feuille de T.D. n o 1 1. a. On considère un modèle de marché (B, S) à une étape. On suppose que S = 5 C et qu à la date t = 1 on a (S u 1 = 51, S d 1 = 48).

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

Institut Informatique de gestion. Communication en situation de crise

Institut Informatique de gestion. Communication en situation de crise Institut Informatique de gestion Communication en situation de crise 1 Contexte Je ne suis pas un professionnel de la communication Méthode empirique, basée sur l(es) expérience(s) Je suis actif dans un

Plus en détail

Cryptographie et fonctions à sens unique

Cryptographie et fonctions à sens unique Cryptographie et fonctions à sens unique Pierre Rouchon Centre Automatique et Systèmes Mines ParisTech pierre.rouchon@mines-paristech.fr Octobre 2012 P.Rouchon (Mines ParisTech) Cryptographie et fonctions

Plus en détail

Probabilités. I Petits rappels sur le vocabulaire des ensembles 2 I.1 Définitions... 2 I.2 Propriétés... 2

Probabilités. I Petits rappels sur le vocabulaire des ensembles 2 I.1 Définitions... 2 I.2 Propriétés... 2 Probabilités Table des matières I Petits rappels sur le vocabulaire des ensembles 2 I.1 s................................................... 2 I.2 Propriétés...................................................

Plus en détail

LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE

LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE Les relations au sein de l entreprise tendent à se complexifier depuis quelques années. L ouverture internationale multiplie en effet le

Plus en détail

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications A. Optimisation sans contrainte.... Généralités.... Condition nécessaire et condition suffisante

Plus en détail

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Table des matières. Introduction....3 Mesures et incertitudes en sciences physiques

Plus en détail

Développement itératif, évolutif et agile

Développement itératif, évolutif et agile Document Développement itératif, évolutif et agile Auteur Nicoleta SERGI Version 1.0 Date de sortie 23/11/2007 1. Processus Unifié Développement itératif, évolutif et agile Contrairement au cycle de vie

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Fonctions homographiques On donne ci-dessous deux définitions des fonctions homographiques, et on montre que ces deux définitions sont équivalentes. On décrit la courbe représentative d une fonction homographique.

Plus en détail

Probabilités Loi binomiale Exercices corrigés

Probabilités Loi binomiale Exercices corrigés Probabilités Loi binomiale Exercices corrigés Sont abordés dans cette fiche : (cliquez sur l exercice pour un accès direct) Exercice 1 : épreuve de Bernoulli Exercice 2 : loi de Bernoulli de paramètre

Plus en détail

Attitude des ménages face au risque. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2014

Attitude des ménages face au risque. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2014 Attitude des ménages face au risque - M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2014 Plan du cours 1. Introduction : demande de couverture et comportements induits pa 2. Représentations

Plus en détail

Théorie de l information : historique

Théorie de l information : historique Théorie de l information : historique Développée dans les années quarante par Claude Shannon. Objectif : maximiser la quantité d information pouvant être transmise par un canal de communication imparfait.

Plus en détail

Modèles et simulations informatiques des problèmes de coopération entre agents

Modèles et simulations informatiques des problèmes de coopération entre agents Modèles et simulations informatiques des problèmes de coopération entre agents Bruno Beaufils LIFL Axe CIM Équipe SMAC Laboratoire d'informatique Plan 1. Motivations 2. Dilemme itéré du prisonnier 3. Simulations

Plus en détail

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

Chapitre 5 LE MODELE ENTITE - ASSOCIATION

Chapitre 5 LE MODELE ENTITE - ASSOCIATION Chapitre 5 LE MODELE ENTITE - ASSOCIATION 1 Introduction Conception d une base de données Domaine d application complexe : description abstraite des concepts indépendamment de leur implémentation sous

Plus en détail

Induction électromagnétique

Induction électromagnétique Induction électromagnétique Sommaire I) Théorie de l induction électromagnétique..2 A. Introduction 2 B. Notion de force électromotrice 3 C. Loi de Faraday..5 D. Quelques applications.7 Spire circulaire

Plus en détail

! "# $ " % &# "' ()( ' *& +

! # $  % &# ' ()( ' *& + ! "# $ " % &# "' ()( ' *& +,- %,.,/*01(,2*3,2*3 4 5$')$,$'678$7 5$'$!'&""9$ Les personnages des peuples libres = Compagnons L Ombre = Serviteurs Chaqu un possède sa propre figurine et ses capacités sont

Plus en détail

Structures de données non linéaires

Structures de données non linéaires Structures de données non linéaires I. Graphes Définition Un graphe (simple) orienté G est un couple (S, A), où : S est un ensemble dont les éléments sont appelés les sommets. A est un ensemble de couples

Plus en détail

Analyse économique prospective des risques de pratiques anticoncurrentielles sur le marché du jeu en ligne

Analyse économique prospective des risques de pratiques anticoncurrentielles sur le marché du jeu en ligne 1 er juillet 2010 Analyse économique prospective des risques de pratiques anticoncurrentielles sur le marché du jeu en ligne Olivier SAUTEL, économiste (Microeconomix, OFCE) Microeconomix SAS au capital

Plus en détail

Antoine Cornuéjols AgroParisTech

Antoine Cornuéjols AgroParisTech Antoine Cornuéjols AgroParisTech antoine.cornuejols@agroparistech.fr http://www.lri.fr/~antoine Cours IA 1. Introduction 2. Cas des jeux entièrement explorables 3. L algorithme du MinMax 4. Amélioration

Plus en détail

Variante pour Anima. Pierre Borgnat & Jean-Yves Moyen BAMgames

Variante pour Anima. Pierre Borgnat & Jean-Yves Moyen BAMgames Variante pour Anima Pierre Borgnat & Jean-Yves Moyen BAMgames Août 2009 1 Introduction Ceci est une variante pour le jeu de cartes Anima (http://www.edgeent.com/v2_fr/edge_tienda_ lista.asp?etid=6430)

Plus en détail

CRYPTOGRAPHIE. Chiffrement asymétrique. E. Bresson. Emmanuel.Bresson@sgdn.gouv.fr. SGDN/DCSSI Laboratoire de cryptographie

CRYPTOGRAPHIE. Chiffrement asymétrique. E. Bresson. Emmanuel.Bresson@sgdn.gouv.fr. SGDN/DCSSI Laboratoire de cryptographie CRYPTOGRAPHIE Chiffrement asymétrique E. Bresson SGDN/DCSSI Laboratoire de cryptographie Emmanuel.Bresson@sgdn.gouv.fr I. CHIFFREMENT ASYMÉTRIQUE I.1. CHIFFREMENT À CLÉ PUBLIQUE Organisation de la section

Plus en détail

Cours de Méthodes Déterministes en Finance (ENPC) Benoît Humez Société Générale Recherche Quantitative benoit.humez@sgcib.com

Cours de Méthodes Déterministes en Finance (ENPC) Benoît Humez Société Générale Recherche Quantitative benoit.humez@sgcib.com Cours de Méthodes Déterministes en Finance (ENPC) Benoît Humez Société Générale Recherche Quantitative benoit.humez@sgcib.com Points abordés Méthodes numériques employées en finance Approximations de prix

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Arbres binaires de recherche

Arbres binaires de recherche Chapitre 6 Arbres binaires de recherche 6.1 Introduction On a étudié le problème de la recherche dans une collection d éléments ordonnés entre eux : on a montré que Pour une liste contiguë, la recherche

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. PRINCIPES D EXPÉRIMENTATION Planification des expériences et analyse de leurs résultats. Pierre Dagnelie

TABLE DES MATIÈRES. PRINCIPES D EXPÉRIMENTATION Planification des expériences et analyse de leurs résultats. Pierre Dagnelie PRINCIPES D EXPÉRIMENTATION Planification des expériences et analyse de leurs résultats Pierre Dagnelie TABLE DES MATIÈRES 2012 Presses agronomiques de Gembloux pressesagro.gembloux@ulg.ac.be www.pressesagro.be

Plus en détail

Probabilités conditionnelles Exercices corrigés

Probabilités conditionnelles Exercices corrigés Terminale S Probabilités conditionnelles Exercices corrigés Exercice : (solution Une compagnie d assurance automobile fait un bilan des frais d intervention, parmi ses dossiers d accidents de la circulation.

Plus en détail

Canevas théoriques du projet sur le poker Partie A

Canevas théoriques du projet sur le poker Partie A Partie A Dans une partie de poker, particulièrement au Texas Hold em Limit, il est possible d effectuer certains calculs permettant de prendre la meilleure décision. Quelques-uns de ces calculs sont basés

Plus en détail