P A P 1 D 1 -S 1 S 1 D 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "P A P 1 D 1 -S 1 S 1 D 1"

Transcription

1 Les instruments de la politique commerciale - tarifs: source de revenu et protection des industries nationales -pécifiques : montant fixe par unité de bien importé (exemple: 100 par voiture) -Ad-valorem: fraction de la valeur du bien (10% du prix d une voiture) - barrières non tarifaires: -uotas d importations, d exportations, accords volontaires d exportation, barrières réglementaires, administratives Analyse en équilibre partiel (un seul marché) -2 pays : Nation (importateur), Etranger () (exportateur) -rix d autarcie du bien plus élevé dans Nation - C, pas de coût de transport -érivation de la courbe de demande d importation de Nation: import = demande - offre - courbe d offre d exportation de Etranger: export = offre - demande -Équilibre mondial: demande offre = offre - demande - ou : demande + demande = offre + offre A 1 M

2 X 1 A M X W W roit de douane spécifique: X W M W

3 -Avec le droit de douane le prix dans Nation est - L offre de Nation augmente et la demande de Nation diminue: la demande d importation diminue - l offre d exportation doit aussi diminuer à (nouveau montant des exportations et des importations - le prix hors tarif diminue : l offre de Etranger diminue, la demande de Etranger augmente - le prix pour les consommateurs de Nation augmente moins que le tarif t : une partie est absorbée par la baisse du prix dans Etranger -i pays petit (pas d effet sur l équilibre mondial): pas d effet sur le prix étranger et : = W + etit pays W aux effectif de protection (E) = tarif seulement si production seulement de bien finaux exemple: valeur d une automobile sur marché mondial = 8000 et valeur des composantes/pièces détachées = 6000 pays 1: protection assemblage secteur automobile droit de douane sur les voiture importées de 25% d où prix sur marché domestique: ( ) avant tarif: assemblage se fait si coût 2000 (VA) après tarif: assemblage se fait si coût 4000 (VA) E = 100% > taux de protection nominal de 25%

4 pays 2: protection secteur pièces détachées - tarif 10%; prix sur marché domestique: avant tarif: assemblage peut se faire si coût après tarif: assemblage peut se faire si coût 1400 E = - 30% (= -600/2000) V V E = V W W t A tc = t + A C A C V et V W valeurs ajoutées avec et sans protection t A et t C tarifs automobile et pièces détachées A et C prix (mondiaux) automobile et pièces détachées Coûts et bénéfices d un tarif: -Mesuré par l impact sur le surplus du consommateur, le surplus du producteur et le revenu du tarif pour le gouvernement -urplus du consommateur: montant du gain fait par le consommateur en faisant la différence entre le prix qu il aurait été prêt à payer et le prix effectivement payé - urplus du producteur: montant du gain fait par le producteur en faisant la différence entre le prix auquel il était prêt à vendre et le prix effectif (prix = coût marginal, donc gains pour les facteurs de production) urplus consommateur a 1 2 b 1 2

5 urplus producteur 1 2 d c 1 2 etit pays W a b c d etit pays (pas d effet du tarif sur W ) -erte surplus consommateurs: - (a + b + c + d) - Gain surplus producteurs: + a -Gain revenu gouvernement: x Import = ( - W ) x ( 2-2 ) = + c i valeur marginale d un gain ou d une perte d un groupe sont égales erte nette pour la société: - b d

6 grand pays W a b c d e grand pays (prix mondial diminue à ) Effet net = e b d c + e : revenu du tarif e : gain lié à l amélioration des termes de l échange e et d : pertes d efficience b : pertes de distorsion de production (trop grande quantité produite, mauvaise allocation des ressources, coût marginal trop élevé) d : pertes de distorsion de consommation (trop faible consommation) arif optimal unilatéral (sans rétorsion) pour un grand pays Bien être national arif optimal arif prohibitif

7 Calcul du tarif optimal: pays importateur exploite son pouvoir de monoposone tel que coût marginal de la dernière unité importée = bénéfice marginal de cette dernière unité importée (p ) Coût total et coût marginal: C = IM = ( e IM IM = IM 2 ) 2 C IM = + IM = 1 = IM IM + IM ( 1+ 1/ eim ) élasticité prix de l offre étrangère de bien importé Bénéficie marginal = coût marginal donc = (1 + t) = t = 1/ e IM ( 1+ 1/ eim ) tarif optimal tend vers zéro quand pays devient petit c est-à-dire que prix étranger ne change pas avec changement d importation du pays valable que en l absence de représailles de l autre pays Les consommateurs gagnent! erte pays exportateur Mais le pays perd dans son ensemble: Voir le débat sur l impact des tarifs sur les importations agricoles des V W f g e h Consommateurs: +f roducteurs: -f-g-e-h erte nette: -g-e-h erte mondiale: -b-d+e-g-e-h=-b-d-g-h

8 Guerre commerciale entre deux grands pays appliquant le tarif optimal sur leurs importations UE Libre-échange arif optimal U U UE U UE Libre-échange arif optimal dilemme du prisonnier équilibre de Nash : ( -5, -5) équilibre de areto (négociation): ( 10, 10) Évaluation empirique du coût: cas petit pays (prix mondial inchangé), tarif ad-valorem t Effet net = b - d b = 1/2 ( - W ). ( 2-1 ) = 1/2 t W ( 2-1 ) d = 1/2 ( - W ). ( 1-2 ) = 1/2 t W ( 1-2 ) erte nette = N = b + d = 1/2 t W IM N/IB = 1/2 t W IM/Y IM W élasticité prix demande d importation = =ηim IM tw donc: N/IB = 1 2 W IM t η IM 2 Y rotection d autant plus coûteuse que: - t droit de douane élevé - importations (sans droit de douane) représentent une part importante du IB : WIM Y - élasticité prix des importations est élevée WIM η IM = 5 = 0,25 t =0,20 Y coût: 0.5(0.2)(0.2)50.25= 2,5% du IB

9 W a b c d + effet du «rent seeking»: le tarif crée une rente pour les producteurs, ils sont prêts à dépenser jusqu au montant a pour garder le tarif (lobbystes, corruption etc ) Coût supplémentaire: a Études empiriques sur le coût des mesures protectionnistes dans les pays industrialisés 1. Hufbauer et Elliot (1994): États-Unis coût de la protection (21 secteurs étudiés) pour le consommateur: 70 Mds $ ou 1,3% du IB; Coût par emploi sauvé = $ 2. Messerlin (2001): UE coût de la protection (22 secteurs étudiés) pour le consommateur européen = 90 Mds ou 6% du IB UE (IB espagnol) - taux effectif global de protection (incluant l équivalent tarifaire des barrières non tarifaires mais pas les barrières réglementaires): 12% pour l UE (plus élevé que d autres études) Grosses différences entre secteurs: sucre: 117%; produits laitiers (104%); engrais (33%); habillement (31%); automobiles (17%); papier journal (7%) Coût par emploi sauvé (3% du total des emplois) = (10x le salaire moyen dans ces secteurs) - coût élevé de la protection, coût «dispersé», autres moyens pour sauver ou créer des emplois

10 ubside exportation: grand pays W a b c d e f g exportations ubside aux exportations pour un grand pays (prix mondial diminue à ) Consommateurs: - a - b roducteurs: + a + b + c Coût du subside: - (b + c + d + e + f + g) erte nette = - (b + d + e + f + g) Autre possibilité: transfert forfaitaire du montant: a + b + c aux producteurs; pas de perte d efficience et de termes de l échange Cas d un petit pays: perte nette = - b - d ubside exportation = prix garanti, le cas de la AC; Equivalent subside = garanti - garanti Coût du prix garanti exportations

11 uotas d importation: restriction directe sur la quantité importée (via licences données aux sociétés importatrices) -importations limitées à M 2 < M (en libre échange) -rix payé par les consommateurs augmente comme dans le cas du tarif (au prix initial la demande excède l offre domestique plus les importations) -Équivalent tarif limitant les importations à M 2 -as de recette pour le gouvernement (sauf si licence vendue aux enchères aux exportateurs étrangers) - Rentes du quota va aux détenteurs de licence d importation (d où corruption pour acquérir la rente) - Uruguay Round: «tarifer» les quotas etit pays Montant du quota: M2 W Rente du quota: - Etat (si licences vendues) - Importateur (détenteur de licence) - Exportateur uota du sucre aux Etats-Unis, 1997 U =444 W = 222 a b c d M. tonnes

12 - quota: 3 millions de tonnes (11 8) - rix intérieur est le double du prix mondial - Estimation des courbes de demande et d offre: si libre échange et prix mondial ne change pas : importations augmenteraient à 10 millions de tonnes (12 2) erte consommateurs: a + b + c +d = 2,55 Mds $ (8,5/pers) Gain des producteurs: a = 1,11 Mds $ istorsion de production: b = 0,66 Mds $ istorsion de consommation : d = 0,11 Mds $ Rente pour exportateurs: c = 0, 66 Mds $ erte nette: b + c + d = 1, 43 Mds $ Accords volontaires d exportation: variante des quotas d importation où la rente va aux exportateurs étrangers - «volontaire» (en fait imposé sous la pression du pays importateur) - se sont beaucoup développés dans les années (acier, voitures, textile accord Multifibres etc ) - très coûteux pour le pays importateur car rente va aux exportateurs étrangers (selon études environ 2/3 du coût pour les consommateurs) - manière d acheter les gouvernements étrangers Les barrières «frictionnelles»: réglementations sanitaires, environnementales etc qui augmentent davantage le coût de production pour les étrangers que pour les producteurs nationaux exemple: En uède, toutes les voitures doivent avoir des essuis-glaces sur les phares; augmente plus le coût pour le voitures étrangères que pour AAB ou Volvo Lobby des constructeurs domestiques pour définir les réglementations en leur faveur - difficile de séparer réglementation pour l intérêt public/protectionnisme (bœuf aux hormones) - dans ce cas rente est «détruite» par l augmentation du coût de production

13 Barrière frictionnelle Coût total: b+c+d avec réglementation W a b c d +a si lobbying sur la réglementation arifs et quota en situation de monopole - comportement de monopole impossible en situation de libre échange: le monopoleur ne peut fixer son prix au dessus de W. roduit tel que MC = W < M ; F < M mais consommation: M < F - avec droit de douane. ermet d augmenter son prix à W < W + < M - avec un quota: restreint importations à donc demande au monopoleur = - = - prix plus élevé avec quota que tarif: avec tarif le monopoleur se comporte comme en C (mais avec prix plus haut); avec quota garde monopole (mais avec demande plus faible) Effet d un tarif en concurrence imparfaite MC MR M W + W F M F

14 Non équivalence entre quota et tarif en concurrence imparfaite MC W + = ou Imports avec tarif W MR L effet d un tarif en équilibre général (petit pays): - 2 biens (IM et EX) - tarif ne change pas leur prix relatif dans le monde: p= p IM / p EX p = (1+t) p: perçu les producteurs nationaux augmente augmentation de la production de IM (baisse de la production de EX) de F à revenu du tarif reversé aux consommateurs nouvelle droite de budget: passe par nouveau point optimal de production doit être valorisé aux prix internationaux équilibre commercial (aux prix mondiaux): p IM IM = p EX EX ou p IM (C IM - IM ) = p EX ( EX -C IM ) ou p = p IM / p EX = ( EX -C IM ) / (C IM - IM ) donc pente de la droite de budget = prix mondial onc: baisse des importations et des exportations, baisse de l utilité

15 EX (1+t) F U F U IM Équivalence des instruments de taxation tarif = taxe sur la consommation + subvention à la production si objectif est d augmenter la production du secteur des imports, mieux vaut faire une subvention à la production sans avoir l effet de distorsion d une taxe sur la consommation rincipe général d économie publique: l instrument le plus efficace pour atteindre un objectif est celui qui s attaque directement à cet objectif ourquoi utilisation des tarifs alors que plus coûteux en bien-être? - transfert moins transparent sur le plan politique EX (1+s) F U F U U IM

16 Les tarifs en présence d échec de marché: la théorie du second rang - analyse coûts-bénéfices d un tarif en terme de surplus des consommateurs et producteurs: hypothèse d absence d échec de marché: les surplus mesurent parfaitement les coûts et bénéfices - faux si échec de marché: l augmentation de la production peut permettre (en plus du surplus du producteur) de: - employer des travailleurs au chômage ou sousemployés - gains d expérience, de technologie i: - marché du travail ne fonctionne pas bien (chômage) - marché du capital ne fonctionne pas bien (le capital ne va pas dans les secteurs à haut rendement social, ne prend pas en compte les externalités positives induites dans certains secteurs) accroissement de la production permet un: bénéfice social marginal pas capturé par le surplus du producteur dans ce cas il existe toujours un tarif optimal non nul a b W c Bénéfice social marginal

17 tarif optimal: maximise c - a - b exemple de la théorie du second rang: non-intervention sur un marché n est optimale que si tous les autres marchés fonctionnent bien une création de distorsion sur un marché (le tarif) peut améliorer le bien-être en compensant les distorsions existantes sur les autres marchés (travail, capital) ici: problème dans le fonctionnement interne de l économie peut justifier l instauration de distorsions dans les relations économiques externes lus généralement, faux de dire que la théorie économique offre une argumentation sans exception (ou dogmatique) en faveur du libre-échange Critiques de ce type d argument: - argument du second rang valable que si augmentation de production ne peut être par un instrument plus direct - subvention à la production meilleur instrument : permet d éviter les distorsions crées pour les consommateurs rincipe général de politique publique: il faut corriger les échecs de marché de la manière la plus directe possible Les politiques commerciales sont des politiques de «second rang» pour corriger des problèmes internes sur le marché de l emploi, du capital etc ourquoi choix d instruments non efficaces plutôt que d instruments plus directs: économie politique - seconde critique: si vrai que analyse coûts bénéfices traditionnelle ne prends pas en compte certains bénéfices des tarifs, ne prends pas non plus en compte d autres coûts - exemple: études sur lien entre commerce et corruption, étude sur 75 pays (ransparency International) déterminants de la corruption Corruption = - 1,61 log (IB/hab) - 0,53 log (Import/IB) + 0,78 log (part des ressources nat./exports) + autres facteurs - coefficients significatifs - effet du commerce = 1/3 de celui d une de IB/hab

Section 2 - Les politiques commerciales : l'affirmation d'une aversion pour le protectionnisme visible

Section 2 - Les politiques commerciales : l'affirmation d'une aversion pour le protectionnisme visible Section 2 - Les politiques commerciales : l'affirmation d'une aversion pour le protectionnisme visible Pour isoler l activité nationale des effets de la concurrence étrangère, l Etat va mettre en œuvre

Plus en détail

1 Questionnaire à choix multiples

1 Questionnaire à choix multiples EXAMEN FINAL mercredi 19 janvier 2011, Durée h00 Pierre Fleckinger Une attention particulière doit être portée à la rédaction et à l explication des calculs faits. Utiliser un feuillet simple pour le QCM

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

CHAPITRE 7: QUELS INSTRUMENTS ÉCONOMIQUES POUR LA POLITIQUE CLIMATIQUE?

CHAPITRE 7: QUELS INSTRUMENTS ÉCONOMIQUES POUR LA POLITIQUE CLIMATIQUE? CHAPITRE 7: QUELS INSTRUMENTS ÉCONOMIQUES POUR LA POLITIQUE CLIMATIQUE? Notions essentielles du programme de Première et Terminale - Externalités, biens collectifs, institutions marchandes, droits de propriétés,

Plus en détail

- Introduction : la globalisation commerciale d hier et d aujourd hui

- Introduction : la globalisation commerciale d hier et d aujourd hui Plan du cours : - Introduction : la globalisation commerciale d hier et d aujourd hui - I. Les théories du commerce international - les avantages comparatifs (Ricardo) - les dotations de facteurs (HOS)

Plus en détail

Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques

Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques Carine Franc CREGAS INSERM - U 537 Une définition de «l opting out» «to opt out» : choisir de ne pas participer ; [hopital, school] choisir

Plus en détail

Le coût des politiques climatiques. Double dividende ou coûts excessifs?

Le coût des politiques climatiques. Double dividende ou coûts excessifs? Introduction La première séance : Les justifications de la politique climatique. La dialectique court terme long terme : Intuition écologique contre «raison»économique. Taux d actualisation : Prix relatif,

Plus en détail

4.1.2. Les instruments protectionnistes

4.1.2. Les instruments protectionnistes 4.1.2. Les instruments protectionnistes On classe les instruments protectionnistes en deux grandes catégories : les droits de douane et les nouveaux instruments protectionnistes (ou instruments non-tarifaires).

Plus en détail

Concurrence imparfaite

Concurrence imparfaite Concurrence imparfaite 1. Le monopole 2. Concurrence monopolistique 3. Hotelling et Salop 4. Concurrence à la Cournot 5. Concurrence à la Bertrand 6. Concurrence à la Stackelberg Monopole Un monopole,

Plus en détail

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite)

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite) Chapitre 6 Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique 1 Objectifs d apprentissage Faire la distinction entre le stock de capital et de la richesse et le flux de production, de revenu,

Plus en détail

Chapitre 2 L économie et l échange

Chapitre 2 L économie et l échange Chapitre 2 L économie et l échange Pourquoi vivre en société? Plan du chapitre Spécialisation : quels sont les causes de la «division du travail»? Apprentissage : l intérêt dynamique de la spécialisation

Plus en détail

(BO N 4181 DU 16.12. 1992) (BO N 4259 DU 15.6. 1994) (BO N 4482 DU 15.05. 1997) Dispositions générales. Article premier

(BO N 4181 DU 16.12. 1992) (BO N 4259 DU 15.6. 1994) (BO N 4482 DU 15.05. 1997) Dispositions générales. Article premier Loi n 13-89 relative au commerce extérieur promulguée par le dahir n 1-91-261 du 13 joumada I 1413 (9 novembre 1992), telle quelle a été modifiée et complétée par la loi n 37-93 promulguée par le dahir

Plus en détail

Economie de l information

Economie de l information 1 Introduction Economie de l information Les méthodes de la microéconomie peuvent être appliquées à tout problème particulier de la vie économique De nombreuses études sont consacrées à des marchés ou

Plus en détail

Économie - Chapitre 3 Concurrence Imparfaite

Économie - Chapitre 3 Concurrence Imparfaite Économie - Chapitre 3 Concurrence Imparfaite Université Panthéon-Assas Collège de Droit 1 ere année Etienne LEHMANN Professeur d Économie à l Université Panthéon-Assas etienne.lehmann@ensae.fr http ://www.crest.fr/pageperso/lehmann/lehmann.htm

Plus en détail

Ce chapitre poursuit notre analyse des conséquences

Ce chapitre poursuit notre analyse des conséquences Chapitre 8 Les entreprises face à la mondialisation : stratégies d exportation, externalisation et firmes multinationales Objectifs pédagogiques : Étudier le rôle des rendements d échelle croissants et

Plus en détail

Doctorat en économique. Examen de synthèse en Théorie micro-économique 8 août 2011. Durée : 4 heures exactement

Doctorat en économique. Examen de synthèse en Théorie micro-économique 8 août 2011. Durée : 4 heures exactement Département d économie agroalimentaire et des sciences de la consommation Département d économique Université Laval NOM: Doctorat en économique Examen de synthèse en Théorie micro-économique 8 août 211

Plus en détail

Les relations commerciales UE-Japon: la question des marchés publics

Les relations commerciales UE-Japon: la question des marchés publics Les relations commerciales UE-Japon: la question des marchés publics Patrick A. Messerlin et Sébastien Miroudot Groupe d Economie Mondiale de Sciences Po A la recherche de la croissance: Quel avenir pour

Plus en détail

Atelier 1 - Circuit économique et comptabilité nationale

Atelier 1 - Circuit économique et comptabilité nationale Atelier 1 - Circuit économique et comptabilité nationale Fabio Panzera, MA in Economics Université de Fribourg, 08.10.2010 Question 1 Les macroéconomistes étudient toutes les questions suivantes, à l exception

Plus en détail

La Commission européenne

La Commission européenne La Commission européenne Représentation en France Conférence - débat «Le Partenariat pour le Commerce et l Investissement entre les Etats-Unis et l'europe» Olivier Coppens, Attaché économique Représentation

Plus en détail

Résumé analytique du rapport technique intérimaire. Client: Commission Européenne - DG Commerce

Résumé analytique du rapport technique intérimaire. Client: Commission Européenne - DG Commerce Evaluation de l impact commercial durable en support des négociations pour un Accord de Libre-échange Complet et Approfondi entre l Union Européenne et le Maroc Résumé analytique du rapport technique intérimaire

Plus en détail

Variations du modèle de base

Variations du modèle de base 1 Variations du modèle de base Dans ce chapitre nous allons utiliser le modèle de base du chapitre précédent pour illustrer certaines questions économiques simples. Ainsi, le modèle précédent nous permettra

Plus en détail

1 L équilibre sur le marché des biens et services

1 L équilibre sur le marché des biens et services Modèle IS LM BP IMPORTANT : en aucun cas ce cours ne remplace le cours magistral de M. Gilles Dufrénot, notamment le cours sur les chapitres 4 et 5. Il est destiné à faciliter la comprehension du cours

Plus en détail

ECO L1 - - Qu est-ce que l économie? modèles micro et macroéconomiques. ECO L1 - Université de Tours, Arnold Chassagnon, Septembre 2013

ECO L1 - - Qu est-ce que l économie? modèles micro et macroéconomiques. ECO L1 - Université de Tours, Arnold Chassagnon, Septembre 2013 ECO L1 - - Qu est-ce que l économie? modèles micro et macroéconomiques - ECO L1 - Université de Tours, Arnold Chassagnon, Septembre 2013 PLAN DE LA CONFERENCE Introduction à l Analyse économique - Maximisation

Plus en détail

Université du Québec en Outaouais

Université du Québec en Outaouais Nom : Numéro d étudiant : Université du Québec en Outaouais Prénom ECN1473 : Analyse macroéconomique Examen intra Date : lundi 21 octobre 2002 Durée : 2h30 (9h00 11h30) Professeur : Dimitri Sanga DIRECTIVES

Plus en détail

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

Université des Sciences Sociales de Toulouse. TD3 L asymétrie d information

Université des Sciences Sociales de Toulouse. TD3 L asymétrie d information Université des Sciences Sociales de Toulouse Année Universitaire 2008 2009 Micro-économie - Semestre 5 - Cours de Isabelle Dubec et Yolande Hiriart TD3 L asymétrie d information Exercice 1. Les affirmations

Plus en détail

Evolution de la fiscalité des carburants

Evolution de la fiscalité des carburants Evolution de la fiscalité des carburants Comité pour la fiscalité écologique 16 mai 2013 Scénarios étudiés Scénario 1 : alignement complet de la TICPE gazole sur le super (18 c /l) sur 9 ans (2 c /l/an),

Plus en détail

Concurrence et marchés. Cours SEGF - ENPC 2004. Barrières à l entrée

Concurrence et marchés. Cours SEGF - ENPC 2004. Barrières à l entrée Concurrence et marchés Cours SEGF - ENPC 2004 Barrières à l entrée PLAN Barrières à l entrée définitions et oligopole naturel dissuasion / accomodation à l entrée: modèle de Stackelberg en quantités Stackelberg

Plus en détail

I) L ouverture des économies à l international

I) L ouverture des économies à l international L autarcie s oppose au système du libreéchange. I) L ouverture des économies à l international A) La mesure des échanges de biens et services. La balance des transactions courantes. Cette balance retrace

Plus en détail

Dispositifs incitatifs pour la production d électricité renouvelable. Philippe MENANTEAU Univ. de Grenoble / CNRS Strasbourg 18-19 sept.

Dispositifs incitatifs pour la production d électricité renouvelable. Philippe MENANTEAU Univ. de Grenoble / CNRS Strasbourg 18-19 sept. Dispositifs incitatifs pour la production d électricité renouvelable Philippe MENANTEAU Univ. de Grenoble / CNRS Strasbourg 18-19 sept. 2007 Sommaire Objectifs et justification des politiques de soutien

Plus en détail

Trading our health away. Prêts à échanger votre santé?

Trading our health away. Prêts à échanger votre santé? Trading our health away Prêts à échanger votre santé? Plan I. Est-ce grave docteur? 1. Tensiomètre : définir les concepts 2. Documentaire : une pêche d'enfer 3. Quiz : les raisons du libre-échange 4. Photo-langage

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

b la flexibilité au sein des accords commerciaux

b la flexibilité au sein des accords commerciaux II B LA flexibilité AU SEIN DES ACCORDS COMMERCIAUx b la flexibilité au sein des accords commerciaux Le but de cette section est : a) de préciser ce qui justifie l inclusion de mesures contingentes dans

Plus en détail

Étude de cas sur les incitations fiscales

Étude de cas sur les incitations fiscales RÉALISER LE POTENTIEL D INVESTISSEMENTS RENTABLES EN AFRIQUE Séminaire de haut niveau organisé par l'institut du FMI en coopération avec l'institut multilatéral d'afrique TUNIS,TUNISIE,28 FÉVRIER 1ERMARS2006

Plus en détail

Exposé 1: Les aspects théoriques des relations monétaires internationales

Exposé 1: Les aspects théoriques des relations monétaires internationales Guide à l attention de l enseignant Jour 5: Les relations monétaires internationales H. Michelsen Université d'hohenheim Cette journée d étude a pour but de raviver les connaissances de base sur les relations

Plus en détail

La gestion de l offre dans le secteur laitier, un mode de régulation toujours pertinent SOMMAIRE. Daniel-Mercier GOUIN

La gestion de l offre dans le secteur laitier, un mode de régulation toujours pertinent SOMMAIRE. Daniel-Mercier GOUIN Groupe de recherche en économie et politique agricoles, Département d économie agroalimentaire et des sciences de la consommation, Université Laval SOMMAIRE PRÉAMBULE Daniel-Mercier Gouin est directeur

Plus en détail

10 avantages du système commercial de l OMC

10 avantages du système commercial de l OMC 10 avantages du système commercial de l OMC Aussi bien pour l argent que nous avons en poche et les marchandises et les services que nous utilisons que pour l instauration d un monde plus pacifique, l

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

10 Yield Management. Figure 1. Système de Yield Management (d après [JON 00]) Enquêtes de consommateurs. Processus de

10 Yield Management. Figure 1. Système de Yield Management (d après [JON 00]) Enquêtes de consommateurs. Processus de INTRODUCTION Le Yield Management est apparu lors de la déréglementation des transports aériens aux Etats-Unis, à la fin des années 1970. Dans un contexte de concurrence exacerbée, les compagnies aériennes

Plus en détail

L oligopole ESCP 2012 2103

L oligopole ESCP 2012 2103 Structures de marché L oligopole Anne Yvrande Billon ESCP 2012 2103 1 Plan du cours (1/2) 1. Introduction : qu est ce qu un oligopole? 2. L oligopole de Cournot 3. Le «paradoxe de Bertrand» 2 1. Introduction

Plus en détail

Dérivés Financiers Contrats à terme

Dérivés Financiers Contrats à terme Dérivés Financiers Contrats à terme Mécanique des marchés à terme 1) Supposons que vous prenez une position courte sur un contrat à terme, pour vendre de l argent en juillet à 10,20 par once, sur le New

Plus en détail

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU 1 CHAPITRE 3: L ASYMÉTRIE D INFORMATION NOTIONS IMPORTANTES: Asymétrie d information Antisélection (ou sélection

Plus en détail

Plan d action du PDC concernant le franc fort

Plan d action du PDC concernant le franc fort Plan d action du PDC concernant le franc fort Vendredi 20 février 2015, à 16 h 45 Renseignements : Filippo Lombardi, président du groupe et conseiller aux Etats (TI), mobile : 079 620 64 65 Pirmin Bischof,

Plus en détail

Règlementation européenne sur les émissions de CO2 des véhicules particuliers

Règlementation européenne sur les émissions de CO2 des véhicules particuliers Règlementation européenne sur les émissions de CO2 des véhicules particuliers Ø Des retombées positives pour l environnement et le climat, les automobilistes et l emploi. Contexte En 2009, l Union Européenne

Plus en détail

Coûts de production et de distribution

Coûts de production et de distribution Le prix Coûts de production et de distribution Coûts directs et indirects Clés de répartition Coûts fixes et coûts variables Fixes : indépendants du volume de vente : amortissement des machines, salaires

Plus en détail

LES ACCORDS. L OMC est fondée sur des règles ; ses règles sont des accords négociés. 1. Aperçu général: un guide pour la navigation.

LES ACCORDS. L OMC est fondée sur des règles ; ses règles sont des accords négociés. 1. Aperçu général: un guide pour la navigation. Chapitre 2 LES ACCORDS L OMC est fondée sur des règles ; ses règles sont des accords négociés 1. Aperçu général: un guide pour la navigation Les accords de l OMC régissent les marchandises, les services

Plus en détail

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B)

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B) Ministère de la santé et des solidarités Ministère délégué à la sécurité sociale, aux personnes âgées, aux personnes handicapées et à la famille Document de travail 29 mars 2006 DIRECTION DE LA SECURITE

Plus en détail

IIème congrès du Réseau MONDER, 24-26 Novembre 2003. François MIRABEL * Jean-Christophe POUDOU * et Michel ROLAND

IIème congrès du Réseau MONDER, 24-26 Novembre 2003. François MIRABEL * Jean-Christophe POUDOU * et Michel ROLAND IIème congrès du Réseau MONDER, 24-26 Novembre 2003 François MIRABEL * Jean-Christophe POUDOU * et Michel ROLAND *CREDEN-LASER, Université Montpellier 1 GREEN, Université Laval, Québec Introduction Partout

Plus en détail

Autoconsommation d énergie photovoltaïque

Autoconsommation d énergie photovoltaïque Autoconsommation d énergie photovoltaïque Principe et intérêt de l autoconsommation de l électricité photovoltaïque Atelier technique PV-NET Mardi 3 décembre 2013 Marc Niell Ingénieur chargé d affaires

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

La régulation du commerce international et la PAC

La régulation du commerce international et la PAC www.supagro.fr La régulation du commerce international et la PAC Sophie Thoyer thoyer@supagro.inra.fr Centre international d études supérieures en sciences agronomiques Quizz 1: la place du commerce agricole

Plus en détail

FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS. CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE»

FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS. CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE» FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE» Intervenant : Jean-Jacques LANTONNET Expert Tarification AT-MP Direction des Risques Professionnels Caisse

Plus en détail

CONCOURS D ENTREE AU CYCLE SUPERIEUR

CONCOURS D ENTREE AU CYCLE SUPERIEUR REPUBLIQUE TUNISIENNE PREMIER MINISTERE ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION الجمهورية التونسية الوزارة الا ولى المدرسة الوطنية للا دارة CONCOURS D ENTREE AU CYCLE SUPERIEUR Supports destinés à la préparation

Plus en détail

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012 Le projet de Loi de finances pour 2013 présenté en Conseil des Ministres vendredi 28 septembre 2012 constitue la première pierre de l architecture de la politique fiscale du Gouvernement. Il vient bouleverser

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

Les assurances sociales et le travail à temps partiel

Les assurances sociales et le travail à temps partiel Les assurances sociales et le travail à temps partiel Informations utiles à toutes les personnes qui travaillent à temps partiel et assument la garde d enfants ou l assistance de parents. Informations

Plus en détail

OECD Insights International Trade: Free, Fair and Open? Les essentiels de l OCDE Le commerce international : Libre, équitable et ouvert?

OECD Insights International Trade: Free, Fair and Open? Les essentiels de l OCDE Le commerce international : Libre, équitable et ouvert? OECD Insights International Trade: Free, Fair and Open? Summary in French Les essentiels de l OCDE Le commerce international : Libre, équitable et ouvert? Résumé en français Le commerce international influe

Plus en détail

Marchés, réseaux et politique de la concurrence. Claude Crampes (claude.crampes@tse-fr.eu)

Marchés, réseaux et politique de la concurrence. Claude Crampes (claude.crampes@tse-fr.eu) Marchés, réseaux et politique de la concurrence Claude Crampes (claude.crampes@tse-fr.eu) Toulouse, avril 2015 2. Comportements anti-concurentiels 2.1. Choix stratégiques 2.2. Abus de position dominante

Plus en détail

Synthèse. Loyauté et réciprocité des échanges entre l Union Européenne et les pays tiers. Propositions et axes de réflexion des IEEC

Synthèse. Loyauté et réciprocité des échanges entre l Union Européenne et les pays tiers. Propositions et axes de réflexion des IEEC Synthèse Loyauté et réciprocité des échanges entre l Union Européenne et les pays tiers Propositions et axes de réflexion des IEEC Introduction Alors que les marchés internationaux ont toujours été un

Plus en détail

la Contribution Climat Energie

la Contribution Climat Energie Paris le 05/09/2009 la Contribution Climat Energie 1. Quelle assiette aura la CCE? a. Assiette : La CCE serait une contribution additionnelle aux taxes intérieures (TIPP, TICGN, TICC), assise sur l ensemble

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

L évolution des paramètres des régimes ARRCO et AGIRC. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

L évolution des paramètres des régimes ARRCO et AGIRC. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différents modes d acquisition des droits à la retraite en répartition : description et analyse comparative des techniques

Plus en détail

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise LIGUE DES CONTRIBUABLES Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise (Moins d impôt pour les Québécois) Préparé par Claude Garcia pour la Ligue des contribuables Présenté

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne hapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne I : La fonction de consommation keynésienne II : Validations et limites de la fonction de consommation keynésienne III : Le choix de consommation

Plus en détail

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions L économie ouverte Un modèle de petite économie ouverte V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile Quelques définitions Économie fermée Économie ouverte Exportations et importations Exportations nettes

Plus en détail

industriall European Trade Union revendique une réglementation des plateformes numériques monopolistiques

industriall European Trade Union revendique une réglementation des plateformes numériques monopolistiques Version 2 industriall European Trade Union revendique une réglementation des plateformes numériques monopolistiques Contribution du point de vue des travailleurs du secteur de la fabrication Les plateformes

Plus en détail

Taxe d apprentissage 2013

Taxe d apprentissage 2013 Taxe d apprentissage 2013 2 PAGES Généralités 3-5 La taxe d apprentissage 6-8 La contribution au développement de l apprentissage (CDA) 9 La contribution supplémentaire à l apprentissage (CSA) 10-11 Formalités

Plus en détail

INTRODUCTION. 1. L innovation permet de renforcer la compétitivité de l entreprise et influe sur les stratégies mises en oeuvre

INTRODUCTION. 1. L innovation permet de renforcer la compétitivité de l entreprise et influe sur les stratégies mises en oeuvre INTRODUCTION Il y a 20 ans, toute l attention de l entreprise se portait sur la diminution des coûts et la maîtrise des filières de production autour des produits standardisés. Dans les années 1990, le

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Introduction Lors de la campagne sur le référendum du Traité constitutionnel européen en 2005, la figure du «plombier

Plus en détail

C. L organisation institutionnelle du commerce international. Taux de change et régime de change. déséquilibres au sein de la balance des paiements

C. L organisation institutionnelle du commerce international. Taux de change et régime de change. déséquilibres au sein de la balance des paiements CHAPITRE 12 Commerce international, croissance et développement Ouverture La part des exportations dans le PIB de chaque groupe de pays tend à s accroître depuis 1990 : leurs exportations augmentent donc

Plus en détail

L Elasticité Concept et Applications Chapitre 4

L Elasticité Concept et Applications Chapitre 4 L Elasticité Concept et Applications Chapitre 4 L Elasticité...... est une mesure de la réaction des acheteurs et vendeurs aux changements dans les conditions du marché...... nous permet d analyser les

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------- Le Conseil des Ministres PLAN COMPTABLE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES T - UEMOA - I - PRESENTATION DU PLAN COMPTABLE I.1 - Les classes

Plus en détail

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015.

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015. L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015 intervenante: Karine SALVAT CONSEILLER en INVESTISSEMENT FINANCIER 1 Objectif

Plus en détail

Fiche 8 : Libre-échange et protectionnisme

Fiche 8 : Libre-échange et protectionnisme Fiche 8 : Libre-échange et protectionnisme Plan de la fiche 1. Notions de base 2. Problèmes économiques et sociaux 3. Théories et auteurs 4. Repères historiques La croissance économique dans le monde est-elle

Plus en détail

Questions et réponses sur la troisième réforme de l imposition des entreprises

Questions et réponses sur la troisième réforme de l imposition des entreprises Département fédéral des finances DFF Date: 22.09.2014 Embargo: Jusqu au début de la conférence de presse Questions et réponses sur la troisième réforme de l imposition des entreprises 1.Dossiers internationaux

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

CHAPITRE IV Les externalités

CHAPITRE IV Les externalités CHAPITRE IV Les externalités 6 avril 2011 Une externalité désigne une situation où un agent économique influe indirectement sur la situation d autres agents, sans qu ils n aient été consultés et touchent

Plus en détail

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Modèle IS/LM Le modèle IS/LM, conçu par John Hicks en 1937, est généralement

Plus en détail

Peut on taxer les revenus du capital?

Peut on taxer les revenus du capital? Peut on taxer les revenus du capital? observatoire français des conjonctures économiques centre de recherche en économie de Sciences Po www.ofce.sciences po.fr xavier.timbeau@ofce.sciences po.fr 01 44

Plus en détail

Politique Environnementale et Ajustements aux Frontières en Présence de Concurrence Imparfaite

Politique Environnementale et Ajustements aux Frontières en Présence de Concurrence Imparfaite Politique Environnementale et Ajustements aux Frontières en Présence de Concurrence Imparfaite J.-P. Nicolaï 1 Isabelle Péchoux 2 J.-P. Ponssard 3 J. Pouyet 4 Dans un contexte avec commerce bilatéral entre

Plus en détail

WITS (WORLD INTEGRATED TRADE SOLUTION) Bachir SOUBEROU Directeur de la Prévision et de la Conjoncture DGAE-MEF

WITS (WORLD INTEGRATED TRADE SOLUTION) Bachir SOUBEROU Directeur de la Prévision et de la Conjoncture DGAE-MEF WITS (WORLD INTEGRATED TRADE SOLUTION) Bachir SOUBEROU Directeur de la Prévision et de la Conjoncture DGAE-MEF Gildas KESSE DPP-Ministère en charge du Commerce Cotonou, le 01 février 2012 OBJECTIFS Comprendre

Plus en détail

LES SECRETS DU SUCCÈS

LES SECRETS DU SUCCÈS Investir - Pour un Québec résolument moderne et innovateur Colloque organisé par le Conseil du patronat du Québec Montréal, le jeudi 11 novembre 2004 POINTS SAILLANTS DU COLLOQUE LES SECRETS DU SUCCÈS

Plus en détail

Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte

Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte Chapitre 4 Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte Introduction modèle keynésien : on suppose que les prix sont fixes quand la production augmente, tant que l on ne dépasse pas le revenu

Plus en détail

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 3 La coordination par le marché Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 3.2 : Comment un marché concurrentiel fonctionne-t-il?

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Loi du 16 juillet 2008 modifiant le code des impôts sur le revenu et organisant une fiscalité forfaitaire des droits d auteur et des droits voisins

Plus en détail

THÈME 1. Ménages et consommation

THÈME 1. Ménages et consommation THÈME 1 Ménages et consommation 1 Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? SENSIBILISATION Étape 1 D où provient l argent des ménages? Revenus «primaires» Du travail

Plus en détail

Revenus professionnels

Revenus professionnels Revenus professionnels 1. Bénéfices d'exploitations agricoles, industrielles et commerciales Le montant des bénéfices s établit au départ d une comptabilité qui doit être probante vis-à-vis de l Administration.

Plus en détail

Pointe et chauffage électrique

Pointe et chauffage électrique Pointe et chauffage électrique Enquête et décryptage sur une bien curieuse singularité française Association négawatt 1 er déc 2009 011209e Pour commencer, un petit lexique Pour caractériser la puissance,

Plus en détail

Université Senghor, 5-16 décembre 2004

Université Senghor, 5-16 décembre 2004 Université Senghor Module de formation de base en économie et politique de gestion des ressources naturelles Université du Québec à Montréal (UQAM) Module de formation de base en économie et politique

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 N 2041 GH N 50149 #18 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. REVENUS

Plus en détail

N 6 : EPARGNE SALARIALE

N 6 : EPARGNE SALARIALE N 6 : EPARGNE SALARIALE Épargne salariale et rémunération périphérique Les dispositifs de l épargne salariale - Actionnariat salarié - Compte épargne temps - Participation - INTERESSEMENT - PEE PERCO -

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre Perspectives des marchés des matières premières de l alimentation animale Analyse prospective des écarts de prix de l aliment porcin dans l UE, aux Etats-Unis et au Les variations des prix des matières

Plus en détail

Chapitre 7 Quels instruments économiques pour la politique climatique?

Chapitre 7 Quels instruments économiques pour la politique climatique? CONCEPTION ET MISE EN PGE : PUL MILN 23 décembre 2014 à 12:16 Chapitre 7 Quels instruments économiques pour la politique climatique? Introduction L extraordinaire croissance économique depuis le XIX siècle

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DU GOUVERNEMENT DE LA NOUVELLE-CALÉDONIE DU 11 AOUT 2015

COMMUNIQUÉ DU GOUVERNEMENT DE LA NOUVELLE-CALÉDONIE DU 11 AOUT 2015 Pôle communication Tél. : 24 66 40 Mardi 11 août 2015 COMMUNIQUÉ DU GOUVERNEMENT DE LA NOUVELLE-CALÉDONIE DU 11 AOUT 2015 Sous la présidence de Monsieur Philippe Germain, le Gouvernement de la Nouvelle-

Plus en détail

ÉTUDE D IMPACTS ÉCONOMIQUES ET FISCAUX SUR LES EFFETS D UN PARC DE VOITURES ÉLECTRIQUES AU QUÉBEC

ÉTUDE D IMPACTS ÉCONOMIQUES ET FISCAUX SUR LES EFFETS D UN PARC DE VOITURES ÉLECTRIQUES AU QUÉBEC ÉTUDE D IMPACTS ÉCONOMIQUES ET FISCAUX SUR LES EFFETS D UN PARC DE VOITURES ÉLECTRIQUES AU QUÉBEC Le 27 mars 2015 La voiture électrique au Québec Une solution durable et rentable pour réduire la pollution

Plus en détail