P A P 1 D 1 -S 1 S 1 D 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "P A P 1 D 1 -S 1 S 1 D 1"

Transcription

1 Les instruments de la politique commerciale - tarifs: source de revenu et protection des industries nationales -pécifiques : montant fixe par unité de bien importé (exemple: 100 par voiture) -Ad-valorem: fraction de la valeur du bien (10% du prix d une voiture) - barrières non tarifaires: -uotas d importations, d exportations, accords volontaires d exportation, barrières réglementaires, administratives Analyse en équilibre partiel (un seul marché) -2 pays : Nation (importateur), Etranger () (exportateur) -rix d autarcie du bien plus élevé dans Nation - C, pas de coût de transport -érivation de la courbe de demande d importation de Nation: import = demande - offre - courbe d offre d exportation de Etranger: export = offre - demande -Équilibre mondial: demande offre = offre - demande - ou : demande + demande = offre + offre A 1 M

2 X 1 A M X W W roit de douane spécifique: X W M W

3 -Avec le droit de douane le prix dans Nation est - L offre de Nation augmente et la demande de Nation diminue: la demande d importation diminue - l offre d exportation doit aussi diminuer à (nouveau montant des exportations et des importations - le prix hors tarif diminue : l offre de Etranger diminue, la demande de Etranger augmente - le prix pour les consommateurs de Nation augmente moins que le tarif t : une partie est absorbée par la baisse du prix dans Etranger -i pays petit (pas d effet sur l équilibre mondial): pas d effet sur le prix étranger et : = W + etit pays W aux effectif de protection (E) = tarif seulement si production seulement de bien finaux exemple: valeur d une automobile sur marché mondial = 8000 et valeur des composantes/pièces détachées = 6000 pays 1: protection assemblage secteur automobile droit de douane sur les voiture importées de 25% d où prix sur marché domestique: ( ) avant tarif: assemblage se fait si coût 2000 (VA) après tarif: assemblage se fait si coût 4000 (VA) E = 100% > taux de protection nominal de 25%

4 pays 2: protection secteur pièces détachées - tarif 10%; prix sur marché domestique: avant tarif: assemblage peut se faire si coût après tarif: assemblage peut se faire si coût 1400 E = - 30% (= -600/2000) V V E = V W W t A tc = t + A C A C V et V W valeurs ajoutées avec et sans protection t A et t C tarifs automobile et pièces détachées A et C prix (mondiaux) automobile et pièces détachées Coûts et bénéfices d un tarif: -Mesuré par l impact sur le surplus du consommateur, le surplus du producteur et le revenu du tarif pour le gouvernement -urplus du consommateur: montant du gain fait par le consommateur en faisant la différence entre le prix qu il aurait été prêt à payer et le prix effectivement payé - urplus du producteur: montant du gain fait par le producteur en faisant la différence entre le prix auquel il était prêt à vendre et le prix effectif (prix = coût marginal, donc gains pour les facteurs de production) urplus consommateur a 1 2 b 1 2

5 urplus producteur 1 2 d c 1 2 etit pays W a b c d etit pays (pas d effet du tarif sur W ) -erte surplus consommateurs: - (a + b + c + d) - Gain surplus producteurs: + a -Gain revenu gouvernement: x Import = ( - W ) x ( 2-2 ) = + c i valeur marginale d un gain ou d une perte d un groupe sont égales erte nette pour la société: - b d

6 grand pays W a b c d e grand pays (prix mondial diminue à ) Effet net = e b d c + e : revenu du tarif e : gain lié à l amélioration des termes de l échange e et d : pertes d efficience b : pertes de distorsion de production (trop grande quantité produite, mauvaise allocation des ressources, coût marginal trop élevé) d : pertes de distorsion de consommation (trop faible consommation) arif optimal unilatéral (sans rétorsion) pour un grand pays Bien être national arif optimal arif prohibitif

7 Calcul du tarif optimal: pays importateur exploite son pouvoir de monoposone tel que coût marginal de la dernière unité importée = bénéfice marginal de cette dernière unité importée (p ) Coût total et coût marginal: C = IM = ( e IM IM = IM 2 ) 2 C IM = + IM = 1 = IM IM + IM ( 1+ 1/ eim ) élasticité prix de l offre étrangère de bien importé Bénéficie marginal = coût marginal donc = (1 + t) = t = 1/ e IM ( 1+ 1/ eim ) tarif optimal tend vers zéro quand pays devient petit c est-à-dire que prix étranger ne change pas avec changement d importation du pays valable que en l absence de représailles de l autre pays Les consommateurs gagnent! erte pays exportateur Mais le pays perd dans son ensemble: Voir le débat sur l impact des tarifs sur les importations agricoles des V W f g e h Consommateurs: +f roducteurs: -f-g-e-h erte nette: -g-e-h erte mondiale: -b-d+e-g-e-h=-b-d-g-h

8 Guerre commerciale entre deux grands pays appliquant le tarif optimal sur leurs importations UE Libre-échange arif optimal U U UE U UE Libre-échange arif optimal dilemme du prisonnier équilibre de Nash : ( -5, -5) équilibre de areto (négociation): ( 10, 10) Évaluation empirique du coût: cas petit pays (prix mondial inchangé), tarif ad-valorem t Effet net = b - d b = 1/2 ( - W ). ( 2-1 ) = 1/2 t W ( 2-1 ) d = 1/2 ( - W ). ( 1-2 ) = 1/2 t W ( 1-2 ) erte nette = N = b + d = 1/2 t W IM N/IB = 1/2 t W IM/Y IM W élasticité prix demande d importation = =ηim IM tw donc: N/IB = 1 2 W IM t η IM 2 Y rotection d autant plus coûteuse que: - t droit de douane élevé - importations (sans droit de douane) représentent une part importante du IB : WIM Y - élasticité prix des importations est élevée WIM η IM = 5 = 0,25 t =0,20 Y coût: 0.5(0.2)(0.2)50.25= 2,5% du IB

9 W a b c d + effet du «rent seeking»: le tarif crée une rente pour les producteurs, ils sont prêts à dépenser jusqu au montant a pour garder le tarif (lobbystes, corruption etc ) Coût supplémentaire: a Études empiriques sur le coût des mesures protectionnistes dans les pays industrialisés 1. Hufbauer et Elliot (1994): États-Unis coût de la protection (21 secteurs étudiés) pour le consommateur: 70 Mds $ ou 1,3% du IB; Coût par emploi sauvé = $ 2. Messerlin (2001): UE coût de la protection (22 secteurs étudiés) pour le consommateur européen = 90 Mds ou 6% du IB UE (IB espagnol) - taux effectif global de protection (incluant l équivalent tarifaire des barrières non tarifaires mais pas les barrières réglementaires): 12% pour l UE (plus élevé que d autres études) Grosses différences entre secteurs: sucre: 117%; produits laitiers (104%); engrais (33%); habillement (31%); automobiles (17%); papier journal (7%) Coût par emploi sauvé (3% du total des emplois) = (10x le salaire moyen dans ces secteurs) - coût élevé de la protection, coût «dispersé», autres moyens pour sauver ou créer des emplois

10 ubside exportation: grand pays W a b c d e f g exportations ubside aux exportations pour un grand pays (prix mondial diminue à ) Consommateurs: - a - b roducteurs: + a + b + c Coût du subside: - (b + c + d + e + f + g) erte nette = - (b + d + e + f + g) Autre possibilité: transfert forfaitaire du montant: a + b + c aux producteurs; pas de perte d efficience et de termes de l échange Cas d un petit pays: perte nette = - b - d ubside exportation = prix garanti, le cas de la AC; Equivalent subside = garanti - garanti Coût du prix garanti exportations

11 uotas d importation: restriction directe sur la quantité importée (via licences données aux sociétés importatrices) -importations limitées à M 2 < M (en libre échange) -rix payé par les consommateurs augmente comme dans le cas du tarif (au prix initial la demande excède l offre domestique plus les importations) -Équivalent tarif limitant les importations à M 2 -as de recette pour le gouvernement (sauf si licence vendue aux enchères aux exportateurs étrangers) - Rentes du quota va aux détenteurs de licence d importation (d où corruption pour acquérir la rente) - Uruguay Round: «tarifer» les quotas etit pays Montant du quota: M2 W Rente du quota: - Etat (si licences vendues) - Importateur (détenteur de licence) - Exportateur uota du sucre aux Etats-Unis, 1997 U =444 W = 222 a b c d M. tonnes

12 - quota: 3 millions de tonnes (11 8) - rix intérieur est le double du prix mondial - Estimation des courbes de demande et d offre: si libre échange et prix mondial ne change pas : importations augmenteraient à 10 millions de tonnes (12 2) erte consommateurs: a + b + c +d = 2,55 Mds $ (8,5/pers) Gain des producteurs: a = 1,11 Mds $ istorsion de production: b = 0,66 Mds $ istorsion de consommation : d = 0,11 Mds $ Rente pour exportateurs: c = 0, 66 Mds $ erte nette: b + c + d = 1, 43 Mds $ Accords volontaires d exportation: variante des quotas d importation où la rente va aux exportateurs étrangers - «volontaire» (en fait imposé sous la pression du pays importateur) - se sont beaucoup développés dans les années (acier, voitures, textile accord Multifibres etc ) - très coûteux pour le pays importateur car rente va aux exportateurs étrangers (selon études environ 2/3 du coût pour les consommateurs) - manière d acheter les gouvernements étrangers Les barrières «frictionnelles»: réglementations sanitaires, environnementales etc qui augmentent davantage le coût de production pour les étrangers que pour les producteurs nationaux exemple: En uède, toutes les voitures doivent avoir des essuis-glaces sur les phares; augmente plus le coût pour le voitures étrangères que pour AAB ou Volvo Lobby des constructeurs domestiques pour définir les réglementations en leur faveur - difficile de séparer réglementation pour l intérêt public/protectionnisme (bœuf aux hormones) - dans ce cas rente est «détruite» par l augmentation du coût de production

13 Barrière frictionnelle Coût total: b+c+d avec réglementation W a b c d +a si lobbying sur la réglementation arifs et quota en situation de monopole - comportement de monopole impossible en situation de libre échange: le monopoleur ne peut fixer son prix au dessus de W. roduit tel que MC = W < M ; F < M mais consommation: M < F - avec droit de douane. ermet d augmenter son prix à W < W + < M - avec un quota: restreint importations à donc demande au monopoleur = - = - prix plus élevé avec quota que tarif: avec tarif le monopoleur se comporte comme en C (mais avec prix plus haut); avec quota garde monopole (mais avec demande plus faible) Effet d un tarif en concurrence imparfaite MC MR M W + W F M F

14 Non équivalence entre quota et tarif en concurrence imparfaite MC W + = ou Imports avec tarif W MR L effet d un tarif en équilibre général (petit pays): - 2 biens (IM et EX) - tarif ne change pas leur prix relatif dans le monde: p= p IM / p EX p = (1+t) p: perçu les producteurs nationaux augmente augmentation de la production de IM (baisse de la production de EX) de F à revenu du tarif reversé aux consommateurs nouvelle droite de budget: passe par nouveau point optimal de production doit être valorisé aux prix internationaux équilibre commercial (aux prix mondiaux): p IM IM = p EX EX ou p IM (C IM - IM ) = p EX ( EX -C IM ) ou p = p IM / p EX = ( EX -C IM ) / (C IM - IM ) donc pente de la droite de budget = prix mondial onc: baisse des importations et des exportations, baisse de l utilité

15 EX (1+t) F U F U IM Équivalence des instruments de taxation tarif = taxe sur la consommation + subvention à la production si objectif est d augmenter la production du secteur des imports, mieux vaut faire une subvention à la production sans avoir l effet de distorsion d une taxe sur la consommation rincipe général d économie publique: l instrument le plus efficace pour atteindre un objectif est celui qui s attaque directement à cet objectif ourquoi utilisation des tarifs alors que plus coûteux en bien-être? - transfert moins transparent sur le plan politique EX (1+s) F U F U U IM

16 Les tarifs en présence d échec de marché: la théorie du second rang - analyse coûts-bénéfices d un tarif en terme de surplus des consommateurs et producteurs: hypothèse d absence d échec de marché: les surplus mesurent parfaitement les coûts et bénéfices - faux si échec de marché: l augmentation de la production peut permettre (en plus du surplus du producteur) de: - employer des travailleurs au chômage ou sousemployés - gains d expérience, de technologie i: - marché du travail ne fonctionne pas bien (chômage) - marché du capital ne fonctionne pas bien (le capital ne va pas dans les secteurs à haut rendement social, ne prend pas en compte les externalités positives induites dans certains secteurs) accroissement de la production permet un: bénéfice social marginal pas capturé par le surplus du producteur dans ce cas il existe toujours un tarif optimal non nul a b W c Bénéfice social marginal

17 tarif optimal: maximise c - a - b exemple de la théorie du second rang: non-intervention sur un marché n est optimale que si tous les autres marchés fonctionnent bien une création de distorsion sur un marché (le tarif) peut améliorer le bien-être en compensant les distorsions existantes sur les autres marchés (travail, capital) ici: problème dans le fonctionnement interne de l économie peut justifier l instauration de distorsions dans les relations économiques externes lus généralement, faux de dire que la théorie économique offre une argumentation sans exception (ou dogmatique) en faveur du libre-échange Critiques de ce type d argument: - argument du second rang valable que si augmentation de production ne peut être par un instrument plus direct - subvention à la production meilleur instrument : permet d éviter les distorsions crées pour les consommateurs rincipe général de politique publique: il faut corriger les échecs de marché de la manière la plus directe possible Les politiques commerciales sont des politiques de «second rang» pour corriger des problèmes internes sur le marché de l emploi, du capital etc ourquoi choix d instruments non efficaces plutôt que d instruments plus directs: économie politique - seconde critique: si vrai que analyse coûts bénéfices traditionnelle ne prends pas en compte certains bénéfices des tarifs, ne prends pas non plus en compte d autres coûts - exemple: études sur lien entre commerce et corruption, étude sur 75 pays (ransparency International) déterminants de la corruption Corruption = - 1,61 log (IB/hab) - 0,53 log (Import/IB) + 0,78 log (part des ressources nat./exports) + autres facteurs - coefficients significatifs - effet du commerce = 1/3 de celui d une de IB/hab

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Modèles ricardien et HOS ont des points communs mais sont assez spécifiques: avantages comparatifs fondés sur: - différences

Plus en détail

Université Paris1- Panthéon Sorbonne : Commerce International Professeur Philippe Martin Partiel Septembre 2004 CORRIGE

Université Paris1- Panthéon Sorbonne : Commerce International Professeur Philippe Martin Partiel Septembre 2004 CORRIGE Université Paris1- Panthéon Sorbonne : ommerce International Professeur Philippe Martin Partiel Septembre 2004 ORRIGE Partie 1: Questions à choix multiple (8 points : 1 point chacune) Reporter sur votre

Plus en détail

Chapitre 13 Le monopole

Chapitre 13 Le monopole Chapitre 13 Le monopole 1. Qu est-ce que le monopole? 2. La production et le prix du monopoleur non discriminant 3. La concurrence parfaite et le monopole non discriminant : une comparaison 4. Le monopole

Plus en détail

Exercices de TD : Commerce international

Exercices de TD : Commerce international Exercices de TD : Commerce international 1 Balance des paiements Exercice 1.1 : Soit : BC : la balance courante, S p : l épargne privée, I : l investissement, G : les dépenses publiques et T : les impôts.

Plus en détail

européenne 2. Théorie des unions douanières en concurrence parfaite (suite)

européenne 2. Théorie des unions douanières en concurrence parfaite (suite) 2. Théorie des unions douanières en concurrence parfaite (suite) 4Conclusion des modèles de Smith, Ricardo et HOS : échange international et spécialisation des économies nationales sont générateurs de

Plus en détail

de commerce international

de commerce international Séance n 2. Le modèle néo-classique Plan de commerce international Modèle HOS Ouverture et inégalités de revenu : théorème de Stolper-Samuelson Variation des dotations factorielles : théorème de Rybczynski

Plus en détail

th8 Le commerce international

th8 Le commerce international th8 Le commerce international Barrières au commerce et bien-être 2 Accords multilatéraux et bien-être GATT: traité signé en 1947 par 23 pays OMC: remplace le GATT depuis 1995 et touche plus de 150 pays

Plus en détail

1 Questionnaire à choix multiples

1 Questionnaire à choix multiples EXAMEN FINAL mercredi 19 janvier 2011, Durée h00 Pierre Fleckinger Une attention particulière doit être portée à la rédaction et à l explication des calculs faits. Utiliser un feuillet simple pour le QCM

Plus en détail

1. Théorie classique de l échange international

1. Théorie classique de l échange international DEUXIEME PARTIE : 1. Théorie classique de l échange international LES FONDEMENTS THEORIQUES DE l INTEGRATION ECONOMIQUE La théorie (néo)-classique de l échange international trouve ses fondements dans

Plus en détail

Théorie standard du commerce international: Supposons que. P A Y :PrixdeY au pays A. Prix relatifs de X par rapport à Y en autarcie: Pays B: Pays A:

Théorie standard du commerce international: Supposons que. P A Y :PrixdeY au pays A. Prix relatifs de X par rapport à Y en autarcie: Pays B: Pays A: 4 Le commerce international Canada-É-U, 1945-1973 4.1 L avantage comparé Théorie standard du commerce international: Supposons que PX:PrixdeX A au pays A P B X :PrixdeX au pays B P A Y :PrixdeY au pays

Plus en détail

Consommation. Les émissions de gaz à effet de serre (dont l augmentation. Quels impacts sur le climat? De quoi parle-t-on?

Consommation. Les émissions de gaz à effet de serre (dont l augmentation. Quels impacts sur le climat? De quoi parle-t-on? Consommation Quels impacts sur le climat? De quoi parle-t-on? Depuis la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (adoptée en 1992), le monde industriel et économique a profondément

Plus en détail

FICHE DE SYNTHESE : CHAPITRE 101 LA MONDIALISATION DES ECHANGES

FICHE DE SYNTHESE : CHAPITRE 101 LA MONDIALISATION DES ECHANGES FICHE DE SYNTHESE : CHAPITRE 101 LA MONDIALISATION DES ECHANGES 1 LES NOTIONS Echange marchand = échange de biens et de services qui s effectue sur un marché et qui donne lieu au paiement d un prix fixé

Plus en détail

CHAPITRE 7: QUELS INSTRUMENTS ÉCONOMIQUES POUR LA POLITIQUE CLIMATIQUE?

CHAPITRE 7: QUELS INSTRUMENTS ÉCONOMIQUES POUR LA POLITIQUE CLIMATIQUE? CHAPITRE 7: QUELS INSTRUMENTS ÉCONOMIQUES POUR LA POLITIQUE CLIMATIQUE? Notions essentielles du programme de Première et Terminale - Externalités, biens collectifs, institutions marchandes, droits de propriétés,

Plus en détail

Ecole Polytechnique, 2ème Année, Eco-434 Economie Internationale PC 3 - Concurrence imparfaite

Ecole Polytechnique, 2ème Année, Eco-434 Economie Internationale PC 3 - Concurrence imparfaite Ecole Polytechnique, 2ème Année, Eco-434 Economie Internationale PC 3 - Concurrence imparfaite Intégration européenne et Effet-frontière Dans cet exercice, nous utilisons un cadre empirique pour étudier

Plus en détail

d Économie Politique: Séance 3

d Économie Politique: Séance 3 TP d Économie Politique: Séance 3 April 22, 2002 1 Interdépendance et Bénéfices de l échange 1.1 Rappels Contenu: Observer le bénéfice de l échange, apprendre la différence entre avantage absolu et avantage

Plus en détail

15. Une théorie macroéconomique de l économie

15. Une théorie macroéconomique de l économie 15. Une théorie macroéconomique de l économie S = I + INE Epargne nationale, investissement et investissement net à l étranger en % du PIB aux Etats-Unis Année S I INE 1960 19,4 18,7 0,7 1970 18,4 18,1

Plus en détail

Introduction aux Principes d Economie

Introduction aux Principes d Economie Université de Rennes 1 Année 2000-2001 Examen AES 1 ère année Introduction aux Principes d Economie Session de septembre Thierry PENARD (Durée : 2 heures) Correction Exercice 1 : Le marché des téléphones

Plus en détail

La voiture électrique : un rêve écologique?

La voiture électrique : un rêve écologique? uestion 1 (4 points) La voiture électrique : un rêve écologique?.. Les conclusions de la dernière étude du cabinet Oliver Wyman sur les perspectives du marché de l'électromobilité en 2025 contrastent violemment

Plus en détail

Chapitre 6 Les interventions de l État dans les marchés

Chapitre 6 Les interventions de l État dans les marchés Chapitre 6 Les interventions de l État dans les marchés 1. Le marché du logement et le plafonnement des loyers 2. Le marché du travail et le salaire minimum 3. Les taxes 4. Les quotas et les subventions

Plus en détail

Environnement économique de l entreprise. Séance 3. Simon Porcher porcher.iae@univ-paris1.fr

Environnement économique de l entreprise. Séance 3. Simon Porcher porcher.iae@univ-paris1.fr Environnement économique de l entreprise Séance 3 Simon Porcher porcher.iae@univ-paris1.fr Objectifs de la séance Monopole Revenu marginal Maximisation du profit du monopole Surplus social Surplus et concurrence

Plus en détail

Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques

Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques Carine Franc CREGAS INSERM - U 537 Une définition de «l opting out» «to opt out» : choisir de ne pas participer ; [hopital, school] choisir

Plus en détail

Libre-échange ou protectionnisme? 1 ère partie : le protectionnisme

Libre-échange ou protectionnisme? 1 ère partie : le protectionnisme Libre-échange ou protectionnisme? 1 ère partie : le protectionnisme Avec la crise, la croissance du commerce international ralentit même si elle reste encore assez vigoureuse (+2.2 % pour 2013 selon l

Plus en détail

Chapitre 10: le commerce international

Chapitre 10: le commerce international Chapitre 10: le commerce international Chapitre 3 et 9 29/03/2015 Macro chap 10 1 I. Le gain de l échange Plus les économies se perfectionnent, plus les techniques évoluent, plus l échange se développe

Plus en détail

Les stratégies des Etats

Les stratégies des Etats Les stratégies des Etats L A T E N T A T I O N P R O T E C T I O N N I S T E L E S B A R R I È R E S T A R I F A I R E S L E S B A R R I È R E S N O N T A R I F A I R E S L E S P O L I T I Q U E S É C

Plus en détail

Le protectionnisme : raisons et risques?

Le protectionnisme : raisons et risques? Thème 5 : Le protectionnisme : raisons et risques? L échange «Le libre échange tout le monde s en réclame, mais personne ne le pratique» Les effets de l ouverture des économies sur l extérieur Les opportunités

Plus en détail

Source: Piketty Saez. Share (in %), excluding capital gains. Figure 1: The top decile income share in the U.S.,1917-1998 50% 45% 40% 35% 30% 25%

Source: Piketty Saez. Share (in %), excluding capital gains. Figure 1: The top decile income share in the U.S.,1917-1998 50% 45% 40% 35% 30% 25% Le modèle Hecksher-Ohlin-Samuelson (HOS) Extension du modèle ricardien: le commerce est expliqué grâce aux avantages comparatifs mais fondés sur - les différences des dotations de facteurs de production

Plus en détail

Économie Introduction du cours

Économie Introduction du cours Économie Introduction du cours Université Panthéon-Assas Collège de Droit 1 ere année Etienne LEHMANN Professeur d Economie à l Université Panthéon-Assas etienne.lehmann@ensae.fr http://cred.u-paris2.fr/node/69

Plus en détail

(BO N 4181 DU 16.12. 1992) (BO N 4259 DU 15.6. 1994) (BO N 4482 DU 15.05. 1997) Dispositions générales. Article premier

(BO N 4181 DU 16.12. 1992) (BO N 4259 DU 15.6. 1994) (BO N 4482 DU 15.05. 1997) Dispositions générales. Article premier Loi n 13-89 relative au commerce extérieur promulguée par le dahir n 1-91-261 du 13 joumada I 1413 (9 novembre 1992), telle quelle a été modifiée et complétée par la loi n 37-93 promulguée par le dahir

Plus en détail

Introduction à la Microéconomie Corrigé de l interrogation récapitulative du 17 décembre 2014

Introduction à la Microéconomie Corrigé de l interrogation récapitulative du 17 décembre 2014 Introduction à la Microéconomie Corrigé de l interrogation récapitulative du 17 décembre 2014 Question 1: Maxime, un consommateur rationnel, reçoit 1900 euros en t1 et 1210 euros en t2. Sa fonction d utilité

Plus en détail

INTRODUCTION À LA MICROÉCONOMIE INTERROGATION RÉCAPITULATIVE DU 16 DÉCEMBRE 2015 CORRIGÉ

INTRODUCTION À LA MICROÉCONOMIE INTERROGATION RÉCAPITULATIVE DU 16 DÉCEMBRE 2015 CORRIGÉ INTRODUCTION À LA MICROÉCONOMIE INTERROGATION RÉCAPITULATIVE DU 16 DÉCEMBRE 2015 CORRIGÉ Question 1 : Soit la firme A dont vous possédez des actions. Sachant que l élasticité de la demande pour le produit

Plus en détail

Université Paris I Panthéon-Sorbonne Cours de commerce international L3 Brochure de TD

Université Paris I Panthéon-Sorbonne Cours de commerce international L3 Brochure de TD Université Paris I Panthéon-Sorbonne Cours de commerce international L3 Brochure de TD Cours de Lionel Fontagné Année 2009-2010 1 Balance des paiements Exercice 1.1: Soit : BC : la balance courante, S

Plus en détail

L avantage comparatif

L avantage comparatif L avantage comparatif Grégory Corcos et Isabelle Méjean ECO 434: Economie Internationale Ecole Polytechnique, 2ème Année The theory of comparative advantage is the only result in social science that is

Plus en détail

Chapitre 3 : La théorie classique des marchés, et ses limites

Chapitre 3 : La théorie classique des marchés, et ses limites Chapitre 3 : La théorie classique des marchés, et ses limites Introduction Comment expliquer l ensemble des échanges observés dans un cadre théorique cohérent? Pourquoi chercher un cadre théorique englobant?

Plus en détail

Le commerce international: théorie, structures et développements S. Kjeldsen-Kragh KVL : The Royal Veterinary and Agricultural University, Copenhague

Le commerce international: théorie, structures et développements S. Kjeldsen-Kragh KVL : The Royal Veterinary and Agricultural University, Copenhague Jour 4: Le commerce international: théorie, structures et développements S. Kjeldsen-Kragh KVL : The Royal Veterinary and Agricultural University, Copenhague Table des matières Ce chapitre traite de la

Plus en détail

Le modèle ricardien: les avantages comparatifs

Le modèle ricardien: les avantages comparatifs Le modèle ricardien: les avantages comparatifs - modèle très simple - résultats non triviaux sur la spécialisation internationale - message: explique pourquoi les pays très différents ont intérêt à commercer

Plus en détail

14. Demande Agrégée Extérieure

14. Demande Agrégée Extérieure 14. Demande Agrégée Extérieure Remarque : Afin de simplifier les calculs et de se focaliser sur les concepts propres à cette séance, nous supposerons tout au long de celle-ci que PNB = Y (c est-à-dire

Plus en détail

RAPPELS : LE MARCHÉ. Prix. Demande. Quantité demandée

RAPPELS : LE MARCHÉ. Prix. Demande. Quantité demandée PC 3 Typologie des marchés et structures de la concurrence : théories et pratiques RAPPELS : LE MARCHÉ Fonctionnement du marché Demande Préférences Ressources financières Prix du bien Demande = quantité

Plus en détail

- Introduction : la globalisation commerciale d hier et d aujourd hui

- Introduction : la globalisation commerciale d hier et d aujourd hui Plan du cours : - Introduction : la globalisation commerciale d hier et d aujourd hui - I. Les théories du commerce international - les avantages comparatifs (Ricardo) - les dotations de facteurs (HOS)

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts Paris Tech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts Paris Tech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts Paris Tech Stéphane Gallon s.gallon@amf-france.org https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 Séance 4 1 Microéconomie (statique) 1. Consommateur 2. Producteur

Plus en détail

Chapitre II LES MONOPOLES NATURELS

Chapitre II LES MONOPOLES NATURELS Chapitre II LES MONOPOLES NATURELS 1) Rappels sur le monopole i) Hypothèses et notations Définition : Une entreprise est en position de monopole si elle est seule à fournir le marché d un bien pour lequel

Plus en détail

Exercice 1 : Balance des Paiements (4 points)

Exercice 1 : Balance des Paiements (4 points) Université Paris Ouest-Nanterre La Défense Master Economie U.F.R. SEGMI Premier Semestre 2009-2010 Macroéconomie Ouverte Chargé de T.D. : Romain Restout Cours de Olivier Musy Contrôle Continu (14/12/2009)

Plus en détail

Importations parallèles: intérêt du consommateur et intégration communautaire

Importations parallèles: intérêt du consommateur et intégration communautaire «Le traitement des restrictions verticales en droit comparé de la concurrence» Université Paris II Panthéon Assas & University College London Paris, le 23 mai 2008 Importations parallèles: intérêt du consommateur

Plus en détail

Section 2 - Les politiques commerciales : l'affirmation d'une aversion pour le protectionnisme visible

Section 2 - Les politiques commerciales : l'affirmation d'une aversion pour le protectionnisme visible Section 2 - Les politiques commerciales : l'affirmation d'une aversion pour le protectionnisme visible Pour isoler l activité nationale des effets de la concurrence étrangère, l Etat va mettre en œuvre

Plus en détail

LES EFFETS DE LA LIBÉRALISATION DES ÉCHANGES SUR LES RECETTES. Problèmes posés aux petites économies

LES EFFETS DE LA LIBÉRALISATION DES ÉCHANGES SUR LES RECETTES. Problèmes posés aux petites économies LES EFFETS DE LA LIBÉRALISATION DES ÉCHANGES SUR LES RECETTES 1. Considérations d ordre général Problèmes posés aux petites économies Examinons tout d abord les effets généraux de la libéralisation des

Plus en détail

17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale

17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale 17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale Beaucoup de facteurs influencent la demande globale. Par exemple, quand les agents économiques changent leurs projets de dépenses,

Plus en détail

Le secteur des fromages au Québec. Activité ASDEQ-ASQ 12 février 2015 Gilles Proulx

Le secteur des fromages au Québec. Activité ASDEQ-ASQ 12 février 2015 Gilles Proulx + Le secteur des fromages au Québec Activité ASDEQ-ASQ 12 février 2015 Gilles Proulx + Programme n L actualité : les contingents d importation n Taille du marché canadien n Segments du marché n Structure

Plus en détail

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen Le commerce internationale en situation de concurrence imparfaite: Trois problèmes essentiels des modèles théoriques Ricardo, HOS, Standard: - fondés sur la CPP: le commerce n augmente pas la concurrence

Plus en détail

France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois *

France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois * France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois * Dans 50 ans, le secteur agricole restera stratégique même dans nos pays développés et il faudra toujours autant de

Plus en détail

La mesure de l efficacité externe par les taux de rendement interne (1)

La mesure de l efficacité externe par les taux de rendement interne (1) rendement interne (1) Rappel : L éducation peut être considérée comme un investissement dont on peut mesurer : le rendement interne privé (pour l individu), le rendement social (pour la société), le rendement

Plus en détail

Chapitre 1: Introduction à la science économique. Objectif: Définir l économique

Chapitre 1: Introduction à la science économique. Objectif: Définir l économique Chapitre 1: Introduction à la science économique 1 Objectif: Définir l économique Tous les problèmes économiques proviennent du fait qu il y a rareté : nos besoins excèdent les ressources dont nous disposons

Plus en détail

Macroéconomie 3. Chapitre 1 Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiements. Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier

Macroéconomie 3. Chapitre 1 Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiements. Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier Macroéconomie 3 Chapitre 1 Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiements Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier Année Universitaire 2015-2016 /53 2/53 Introduction L ouverture

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

La théorie des jeux. Les jeux séquentiels. Les jeux simultanés. Les jeux répétés. Simon Porcher 1

La théorie des jeux. Les jeux séquentiels. Les jeux simultanés. Les jeux répétés. Simon Porcher 1 La théorie des jeux Les jeux séquentiels Les jeux simultanés Les jeux répétés 1 La théorie des jeux Les jeux séquentiels Les jeux simultanés Les jeux répétés 2 Les jeux séquentiels Théorie des jeux Opposition

Plus en détail

Royaume du Maroc. Présentation du Rapport sur les dépenses fiscales 2009

Royaume du Maroc. Présentation du Rapport sur les dépenses fiscales 2009 Royaume du Maroc Présentation du Rapport sur les dépenses fiscales 2009 Introduction Définition Avantages fiscaux accordés par l Etat en vue d encourager des personnes physiques ou morales, en renonçant

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 Séance 11 1 Macroéconomie : fin

Plus en détail

Evolution de la fiscalité des carburants

Evolution de la fiscalité des carburants Evolution de la fiscalité des carburants Comité pour la fiscalité écologique 16 mai 2013 Scénarios étudiés Scénario 1 : alignement complet de la TICPE gazole sur le super (18 c /l) sur 9 ans (2 c /l/an),

Plus en détail

Le changement climatique : un défi incontournable

Le changement climatique : un défi incontournable CEP G 12/02/2009. Le changement climatique : un défi incontournable Dominique Defrise Constat Le capitalisme génère non seulement une crise financière majeure mais aussi une crise climatique. Les réponses

Plus en détail

La crise mondiale des revenus agricoles

La crise mondiale des revenus agricoles Le marché a perdu la clé des champs André D Beaudoin Secrétaire Général UPA DI La crise mondiale des revenus agricoles Forum Souveraineté alimentaire Niamey/ novembre 2006 Depuis plus de quatre décennies:

Plus en détail

1 Questions de cours. Cours de Olivier Cardi Université de Tours Macroéconomie L2 ECO Année universitaire 2015-2016. TD 2 : L offre de travail

1 Questions de cours. Cours de Olivier Cardi Université de Tours Macroéconomie L2 ECO Année universitaire 2015-2016. TD 2 : L offre de travail Cours de Olivier Cardi Université de Tours Macroéconomie L2 ECO Année universitaire 2015-2016 TD 2 : L offre de travail 1 Questions de cours 1. On considère un ménage représentatif disposant dans l année

Plus en détail

Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales

Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales Michel Didier et Michel Martinez 1. Les dépenses de Sécurité sociale à caractère universel (maladie, famille)

Plus en détail

QUESTION DE SYNTHESE

QUESTION DE SYNTHESE QUESTION DE SYNTHESE Il est demandé au candidat : 1. de conduire le travail préparatoire qui fournit des éléments devant être utilisés dans la synthèse. 2. de répondre à la question de synthèse : - par

Plus en détail

Economie Générale (E. Darmon) Master 1 SVE 2010/11 Examen final ~ Première session

Economie Générale (E. Darmon) Master 1 SVE 2010/11 Examen final ~ Première session Economie Générale (E. Darmon) Master 1 SVE 2010/11 Examen final ~ Première session NOTES IMPORTANTES : 1. Cette épreuve contient 30 questions à choix multiples. Une seule réponse est valide par question.

Plus en détail

Notifier les entraves au commerce

Notifier les entraves au commerce Notifier les entraves au commerce ACCES AU MARCHE : STRATEGIE ET ENJEUX 1. Une stratégie d accès au marché mise en œuvre par la Commission européenne avec les Etats membres et les fédérations d entreprises

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant ECO434, Ecole polytechnique, e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant Exercice : Choix intertemporel et Taux de Change Réel (TCR) On considère une petite économie ouverte dans laquelle deux

Plus en détail

Forum du lait 2013 Ouverture sectorielle du marché, du point de vue de l industrie laitière

Forum du lait 2013 Ouverture sectorielle du marché, du point de vue de l industrie laitière Forum du lait 2013 Ouverture sectorielle du marché, du point de vue de l industrie laitière Tier & Technik St. Gall, 22 février 2013 Dr. Markus Bild Willimann Président VMI Agenda Contexte Analyse SWOT

Plus en détail

TRAVAUX DIRIGÉS DE MICROÉCONOMIE Licence 1 Semestre 2 - Parcours EM

TRAVAUX DIRIGÉS DE MICROÉCONOMIE Licence 1 Semestre 2 - Parcours EM TRAVAUX DIRIGÉS DE MICROÉCONOMIE Licence 1 Semestre 2 - Parcours EM Aurelia Tison, Anne-Sarah Chiambretto AMU, année 2013 1 La théorie du producteur (séances 1 à 4) La fonction de production : les facteurs

Plus en détail

Examen d Introduction à la Microéconomie Giovanni Ferro-Luzzi et Federica Sbergami, 2014-2015 13 janvier 2015

Examen d Introduction à la Microéconomie Giovanni Ferro-Luzzi et Federica Sbergami, 2014-2015 13 janvier 2015 Nom: Prénom: N étudiant : Examen d Introduction à la Microéconomie Giovanni Ferro-Luzzi et Federica Sbergami, 2014-2015 13 janvier 2015 Nombre de pages au total: 10 pages + 1 grille réponse Durée de l

Plus en détail

Contenu du chapitre. 1. La demande du marché. L offre et la demande. La notion de Demande. Chapitre 1 D 1

Contenu du chapitre. 1. La demande du marché. L offre et la demande. La notion de Demande. Chapitre 1 D 1 L offre et la Chapitre 1 Contenu du chapitre 1. La du marché 2. L offre du marché 3. L équilibre du marché 4. Application: magnétoscope vs lecteur DVD 2 La notion de Demande 1. La du marché Prix C DEMANDE

Plus en détail

Attribution des permis de pollution par enchères. Michel Mougeot Florence Naegelen

Attribution des permis de pollution par enchères. Michel Mougeot Florence Naegelen Attribution des permis de pollution par enchères Michel Mougeot Florence Naegelen Bien que les économistes aient toujours recommandé les enchères, elles sont peu utilisées en pratique pour l attribution

Plus en détail

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales SO00DM24 Approches socio-économiques de la croissance TD 7 : Décrypter les liens entre productivité et rentabilité (d après J-P Piriou, Nouveau manuel de SES, éd. La découverte) Objectifs du TD : 1) analyser

Plus en détail

EXAMEN D ECONOMIE INDUSTRIELLE Cours de Marc Bourreau et Marianne Verdier Master IREN Année 2012

EXAMEN D ECONOMIE INDUSTRIELLE Cours de Marc Bourreau et Marianne Verdier Master IREN Année 2012 EXAMEN D ECONOMIE INDUSTRIELLE Cours de Marc Bourreau et Marianne Verdier Master IREN Année 2012 Tous les documents et les calculatrices sont interdits. PARTIE 1 : QUESTIONS DE COURS Précisez la ou les

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault

macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault Chapitre 2. L équilibre macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault 1 Introduction 2 3 Réponse donnée par le modèle IS/LM: Cadre considéré comme Keynésien 4 1. Le

Plus en détail

Variations du modèle de base

Variations du modèle de base 1 Variations du modèle de base Dans ce chapitre nous allons utiliser le modèle de base du chapitre précédent pour illustrer certaines questions économiques simples. Ainsi, le modèle précédent nous permettra

Plus en détail

LES DONNES DE LA MACROECONOMIE

LES DONNES DE LA MACROECONOMIE CHAPITRE 1 LES DONNES DE LA MACROECONOMIE I Le circuit économique. II Le Produit Interieur Brut. Le Produit intérieur brut est une mesure de la richesse nationale Le PIB correspond à : - La production

Plus en détail

Université Paris I Panthéon-Sorbonne Cours de commerce international L3 Brochure de TD

Université Paris I Panthéon-Sorbonne Cours de commerce international L3 Brochure de TD Université Paris I Panthéon-Sorbonne Cours de commerce international L3 Brochure de TD Cours de Lionel Fontagné Année 2014-2015 1 Balance des paiements Exercice 1.1 Soit : BC : la balance courante, S p

Plus en détail

Quelles sont les réponses de l analyse économique au développement durable? Conf Inside, Rennes 1 Marie-Hélène HUBERT 02 Février 2011

Quelles sont les réponses de l analyse économique au développement durable? Conf Inside, Rennes 1 Marie-Hélène HUBERT 02 Février 2011 Quelles sont les réponses de l analyse économique au développement durable? Conf Inside, Rennes 1 Marie-Hélène HUBERT 02 Février 2011 Plan de la présentation La notion de développement durable L économie

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles I. Questions à traiter 1. Pour quelles raisons le modèle de grande banque universelle est-il aujourd hui contesté? Le modèle de

Plus en détail

Dispositifs incitatifs pour la production d électricité renouvelable. Philippe MENANTEAU Univ. de Grenoble / CNRS Strasbourg 18-19 sept.

Dispositifs incitatifs pour la production d électricité renouvelable. Philippe MENANTEAU Univ. de Grenoble / CNRS Strasbourg 18-19 sept. Dispositifs incitatifs pour la production d électricité renouvelable Philippe MENANTEAU Univ. de Grenoble / CNRS Strasbourg 18-19 sept. 2007 Sommaire Objectifs et justification des politiques de soutien

Plus en détail

Micro-économie 1. Marisa Ratto. Première Année MIDO

Micro-économie 1. Marisa Ratto. Première Année MIDO Micro-économie 1 Marisa Ratto Première Année MIDO 1 Organisation du cours : Cours Magistral : des questions? Prendre contact : Maria_Luisa.Ratto@dauphine.fr Bureau : B 611bis le mercredi de 10h00 à 12h00.

Plus en détail

Les relations commerciales UE-Japon: la question des marchés publics

Les relations commerciales UE-Japon: la question des marchés publics Les relations commerciales UE-Japon: la question des marchés publics Patrick A. Messerlin et Sébastien Miroudot Groupe d Economie Mondiale de Sciences Po A la recherche de la croissance: Quel avenir pour

Plus en détail

Repenser la politique agricole des Etats-Unis:

Repenser la politique agricole des Etats-Unis: Repenser la politique agricole des Etats-Unis: Daryll E. Ray Daniel G. De La Torre Ugarte Kelly J. Tiller Changer la donne pour assurer des revenus aux agriculteurs du monde entier. Agricultural Policy

Plus en détail

Rapport sur le Commerce Mondial 2012. Commerce et politiques publiques: gros plan sur les mesures non tarifaires au XXIe siècle

Rapport sur le Commerce Mondial 2012. Commerce et politiques publiques: gros plan sur les mesures non tarifaires au XXIe siècle Rapport sur le Commerce Mondial 2012 Commerce et politiques publiques: gros plan sur les mesures non tarifaires au XXIe siècle Pourquoi cette présentation? MNTs ont pris de l importance avec la baisse

Plus en détail

Sortie du creux conjoncturel avec un PIB potentiel plus faible qu attendu :

Sortie du creux conjoncturel avec un PIB potentiel plus faible qu attendu : Sortie du creux conjoncturel avec un PIB potentiel plus faible qu attendu : un contexte difficile pour faire face au choc du vieillissement de la population 39 e Congrès de l ASDEQ Ottawa 15 mai 2014 François

Plus en détail

LEÇON 5. Ecole Polytechnique. Monopole... Cauchemar pour la collectivité

LEÇON 5. Ecole Polytechnique. Monopole... Cauchemar pour la collectivité LEÇON 5 Monopole... Cauchemar pour la collectivité LES AVANTAGES DU MONOOLE La firme est seule sur son marché Elle construit et utilise des barrières à l entrée pour se protéger La firme peut fixer le

Plus en détail

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen Le commerce nternatonale en stuaton de concurrence mparfate: ros problèmes essentels des modèles théorques Rcardo, HOS, Standard: - fondés sur la CPP: le commerce n augmente pas la concurrence - pas d

Plus en détail

Démarche de privatisation des entreprises publiques Les étapes incontournables Gérard Verger, S.P.I.D. Verger Inc.

Démarche de privatisation des entreprises publiques Les étapes incontournables Gérard Verger, S.P.I.D. Verger Inc. Démarche de privatisation des entreprises publiques Les étapes incontournables Gérard Verger, S.P.I.D. Verger Inc. Avril 1997 Figure 1. La privatisation des entreprises publiques (E.P.) Démarche générale

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

4.1.2. Les instruments protectionnistes

4.1.2. Les instruments protectionnistes 4.1.2. Les instruments protectionnistes On classe les instruments protectionnistes en deux grandes catégories : les droits de douane et les nouveaux instruments protectionnistes (ou instruments non-tarifaires).

Plus en détail

1 Préférences du consommateur

1 Préférences du consommateur Université François Rabelais - L AES Cours d Economie Générale Corrigé succint du TD n 5 Automne 04 Il y a deux manière complémentaires de caractériser les préférences d un consommateur. Soit on connait

Plus en détail

Les fondements du commerce

Les fondements du commerce Les fondements du commerce international Le libre-échange, chacun s'en réclame mais personne ne le pratique. Dans tous les pays du monde, on veut exporter sans pour autant subir la pénétration des produits

Plus en détail

TABLE DES MATIERES PREFACE

TABLE DES MATIERES PREFACE TABLE DES MATIERES PREFACE, par Françoise Thys-Clément... 7 PREMIERE PARTIE : L impôt et la politique fiscale : approche empirique et théorique... 13 CHAPITRE 1 : L impôt en Belgique... 15 1.1 Les principes

Plus en détail

Chapitre 2-CHOIX ET ECHANGE

Chapitre 2-CHOIX ET ECHANGE Chapitre 2-CHOIX ET ECHANGE sensibiliser Citer de situations où la ressource est rare, les contraintes possibles :! Un espace limité pour ranger ses vêtements, un temps restreint dans la journée pour faire

Plus en détail

Perspectives économiques 1999-2004. Annexe statistique

Perspectives économiques 1999-2004. Annexe statistique Perspectives économiques 1999-2004 Annexe statistique Avril 1999 Le Bureau fédéral du Plan Le Bureau fédéral du Plan (BFP) est un organisme d intérêt public. Le BFP réalise des études sur les questions

Plus en détail

Bilan économique pour la collectivité

Bilan économique pour la collectivité Programme TSP sur la performance énergétique des bâtiments Note d analyse complémentaire Bilan économique pour la collectivité Le Programme TSP pour la rénovation thermique des bâtiments vise à structurer

Plus en détail

Journée 1 - Session 4 Le contrôle des prix, un outil stratégique. International Telecommunication Union

Journée 1 - Session 4 Le contrôle des prix, un outil stratégique. International Telecommunication Union Journée 1 - Session 4 Le contrôle des prix, un outil stratégique 57 International Telecommunication Union Le contrôle des prix est généralement combiné à d autres remèdes réglementaires. Transparence Non-discrimination

Plus en détail

Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé

Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé Question 1 : Soit une économie ouverte avec Etat. La propension marginale à épargner est égale à 1/3, le taux de taxation

Plus en détail

Atelier 1 - Circuit économique et comptabilité nationale

Atelier 1 - Circuit économique et comptabilité nationale Atelier 1 - Circuit économique et comptabilité nationale Fabio Panzera, MA in Economics Université de Fribourg, 08.10.2010 Question 1 Les macroéconomistes étudient toutes les questions suivantes, à l exception

Plus en détail