Le coût des politiques climatiques. Double dividende ou coûts excessifs?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le coût des politiques climatiques. Double dividende ou coûts excessifs?"

Transcription

1 Introduction La première séance : Les justifications de la politique climatique. La dialectique court terme long terme : Intuition écologique contre «raison»économique. Taux d actualisation : Prix relatif, incertitude. Conclusion : le transfert le plus efficace : une planète en bon état. Incertitude accentue la conclusion : Principe de précaution. La semaine dernière : Bref tour d horizon : les premiers pas de la politique climatique. Kyoto, les marchés de droits L économie de la politique climatique. Taxe carbone ou marché de droits. L économie politique de la politique climatique. Une politique sous contrainte de lucidité limitée de lobbying intense. Aujourd hui.

2 Le coût des politiques climatiques. Double dividende ou coûts excessifs?

3 Le coût des politiques climatiques : double dividende et croissance verte. Les politiques environnementales : coûts prohibitifs ou double dividende? des politiques dispendieuses selon leurs adversaires. Ou engendrant un «double dividende» selon leurs partisans. La logique du double dividende. Un monde simple, l impôt distord les choix (deadweigth loss). Une taxe environnementale : source de financement et instrument envir. «tue»2 lièvres àla fois. Extension de l argument : substituer une taxe environnementale à une taxe antérieure conduit à un double dividende L analyse de l introduction d une fiscalité environnementale. Le seul «théorème» envisageable : la fiscalité environnementale se substituant à la fiscalité existante «optimale» implique un gain environnemental du premier ordre et un coût du second ordre. «Optimale» Hors externalité, ne justifie pas de fiscalité (CO2).

4 Le coût des politiques climatiques : double dividende et croissance verte. La version populaire du double dividende. La fiscalité environnementale conduit à Un environnement préservé. Un système fiscal plus efficace. Deux conditions Situation fiscale sous-optimale et/ou la fiscalité carbone est bonne ind. effets climatiques Illustré dans un certain nombre de modèles (Bovenberg-Goulder) Parenthèse sur la dialectique objectifs moyens. Inefficacité ou mauvaise appréciation des objectifs? Taxe carbone et objectifs redistributifs La vérité est intermédiaire : la fiscalité envir. est un outil non une panacée Instauration d une fiscalité carbone moment de remise à plat. Suppression de toutes sortes d inefficacités (fiscalité sur le travail..) Mais qu en est il?

5 Le coût des politiques climatiques : : double dividende et croissance verte. Mais peut-être de vrais doubles dividendes : là où ils ont moins évidents Attention forcée au long terme : Anticipation / épuisement des ressources fossiles. Corrige la myopie naturelle de nos sociétés marchandes. Transfert de la rente pétrolière vers les consommateurs. Une taxe carbone harmonisée, augmenterait le prix final des ressources fossiles, mais moins que mécaniquement : transfert de rente mal compris? En tous cas bien compris des pays pétroliers Mérites et limites de la croissance verte : La fiscalité environnementale doit apporter des recettes (se substituant à d autres recettes) : condition d un soutien politique. Quelques chiffres sur les recettes plausibles. La réorientation de la croissance vers la croissance verte implique des coûts ( la valeur des produits «verdis» dépend de l appétence pour le verdissement mais leur production implique un coût) Mais détermine des productions «plus protégées»

6 Les grandes questions de la politique climatique. L ajustement aux frontières.

7 Les problèmes de la coopération internationale : les fuites de carbone : peut-on faire le socialisme dans un seul pays? 2010 peut-on faire une politique climatique dans un sous-ensemble du monde? Problème 1 : l argent et les technologies sont au Nord, les réductions d émissions les moins coûteuses sont au Sud Problème 2 : fuites de carbone : politique rigoureuse de réduction d émissions dans le Nord Diminue la compétitivité des industries du Nord, donne un avantage, urbi et orbi aux biens produits par les industries non régulées. Déclenche éventuellement des délocalisations Possibilité d effets inverses à ceux recherchés Une logique peu contestable. Etendre la «vérité des prix» à un espace plus large. Objections : incompatible avec les règles de l OMC.? Affaire crevettes-tortues. Risque de protectionnisme (parenthèse) Non délocalisable, faible partie du Pib.

8 Les problèmes de la coopération internationale : les fuites de carbone. Une logique peu contestable. Etendre la «vérité des prix»àun espace plus large.. Une solution en principe simple, en réalité compliquée : Une taxe au carbone ajoutée : taxation à l importation et la détaxation à l exportation En l absence de tca des solutions compatibles l OMC existent. Mais ne peuvent être mises en œuvre avec des quotas gratuits, et plébiscités par l industrie Mais difficilement concrètisable avec des quotas gratuits. Justifiée paradoxalement par des argument de compétitivité Très excessive malgré l argument de transition douce. Interdit un ajustement aux frontières. Et donc affaiblit le «pouvoir de négociation».

9 Retour sur le marché européen : politique résolue ou faux semblants?. Un début très chahuté. Erreur de jeunesse : problème d horizon, de possibilité de report. Partiellement corrigés. Un champ limité : peu près 50/cent émissions totales des participants. un dispositif qui incite (faiblement) à traiter généreusement les industries nationales Une plus grande sévérité vis-à-vis des pays «en retard» constitue un faux semblant. Sanctionne légèrement l industrie desdits pays Mais a peu d effets sur l efficacité des actions internes qui dépend que des quotas totaux alloués. ne fournit, pas d incitation au respect de la partie non ETS des engagements de la bulle Quelle «subsidiarité»? Des obligations de moyens, Pas de résultats.. pas d objectif de convergence ETS : Un immense mérite : exister

10 Les dispositifs de la politique climatique. Kyoto : une logique ambitieuse dans un espace restreint?

11 Kyoto : Semi-échec ou demi-succés Kyoto : Un demi-succès. Un accord historique un départ quelque peu calamiteux. Défection des USA, Pas de clerc pour une entrée de la Russie. Un espace rabougri pour la coopération internationale, montée en puissance des PED. La mise en place des petits ruisseaux. Mais la multiplication des marchés de droits, innovation Kyoto, Ne constitue que superficiellement une victoire de la logique Kyoto. (un marché international des droits entre pays participants) Kyoto : Un semi-échec. Un échec des mécanismes de flexibilité Peu de recours au marché international des quotas Une dérive prévisible mais accentuée dans l utilisation des mécanismes de développement propres Des résultats en deça des objectifs

12 Les petits ruisseaux.

13 Copenhague : avancée ou repli? L équation Kyoto :. Une option : une politique de quantités,(quotas) : Mécanismes de flexibilité : Un marché des quotas ou permis. Prix carbone unique innovation de l ère de la mondialisation L ambition Kyoto : Un cadre de coopération internationale plutôt que des efforts dispersés Maximiser l efficacité environnementale à contrainte d acceptabilité donnée = Maximiser l acceptabilité à contrainte d efficacité environnementale donnée Copenhague : Des plus et des moins? Des plus : Forte implication de la Chine et des USA (le G2) et grands pays en développement. Des moins : exit les ambitions Kyoto.. De nouveaux petits ruisseaux, mais sans grande rivière à la carte, sans engagement quantitatif, au débit modéré et sans «grand plan» de coordination.

14 Que faut-il faire? l avenir des politiques climatiques Directions d améliorations peu discutables.kyoto : Une part insuffisante à la recherche: espace Kyoto de la recherche technologies sans carbone. Les questions. L architecture internationale à trois piliers Un accord international efficace devrait sans doute concilier taxe carbone harmonisée ( prix plancher) et objectifs quantitatifs : avec responsabilité des Etats. Marché international des permis Les questions. Les marchés de droits et/ou taxes. Comment associer les PED :.

15 Que faut-il faire? l avenir des politiques climatiques L histoire de la présidence Benton : Ultimatum (Glass) La tentation : l angélisme sans la générosité L angélisme : refuser de lier commerce et environnement exemple le refus de l ajustement aux frontières, pour ne pas peiner les PED et la Chine. Une erreur intellectuelle? Commerce et environnement doivent être liés Conforme à la doctrine traditionnelle du laissez-faire en matière de commerce qui exclut le «dumping»( utiliser des procédés polluants moins cher est une sorte de dumping). Une erreur politique? la solution alternative mise en place par l Europe, quota gratuit est peu efficace et prive les Etats de ressources fiscales Le chemin : la générosité sans angélisme?. Une générosité qui ne marche pas : des quotas peu contraignants Une suggestion : partir de l acceptation symbolique de l égalité des droits individuels sur la planète comme principe d organisateur du long terme

16 FIN.

CHAPITRE 7: QUELS INSTRUMENTS ÉCONOMIQUES POUR LA POLITIQUE CLIMATIQUE?

CHAPITRE 7: QUELS INSTRUMENTS ÉCONOMIQUES POUR LA POLITIQUE CLIMATIQUE? CHAPITRE 7: QUELS INSTRUMENTS ÉCONOMIQUES POUR LA POLITIQUE CLIMATIQUE? Notions essentielles du programme de Première et Terminale - Externalités, biens collectifs, institutions marchandes, droits de propriétés,

Plus en détail

What role for green taxation in the French broader fiscal reform?

What role for green taxation in the French broader fiscal reform? What role for green taxation in the French broader fiscal reform? Thierry KALFON Director of Strategy, Economy and Tariffs, GDF SUEZ Green Budget Europe & IDDRI PARIS, 29 October 2012 CONFIDENTIEL SOMMAIRE

Plus en détail

Le prix du carbone en Europe, une option doublement stratégique pour la transition énergétique et le financement des dépenses publiques

Le prix du carbone en Europe, une option doublement stratégique pour la transition énergétique et le financement des dépenses publiques Le prix du carbone en Europe, une option doublement stratégique pour la transition énergétique et le financement des dépenses publiques P. Criqui, CNRS-Université de Grenoble Lyon JECO 2012 P. Criqui JECO

Plus en détail

POLITIQUE CLIMATIQUE?

POLITIQUE CLIMATIQUE? INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES: L exemple de la politique climatique permettra d analyser les instruments dont disposent les pouvoirs publics pour mener des politiques environnementales. En lien avec le programme

Plus en détail

«Paquet climat / énergie»

«Paquet climat / énergie» «Paquet climat / énergie» Atelier de travail du Ministère de l Environnement 28 février 2008 Contexte Conclusions du Conseil européen de mars 2007 Réduire les émissions de gaz à effet de serre de 20% d

Plus en détail

Importations parallèles: intérêt du consommateur et intégration communautaire

Importations parallèles: intérêt du consommateur et intégration communautaire «Le traitement des restrictions verticales en droit comparé de la concurrence» Université Paris II Panthéon Assas & University College London Paris, le 23 mai 2008 Importations parallèles: intérêt du consommateur

Plus en détail

Réduction des émissions de gaz à effet de serre: quels instruments économiques? pour quelles partitions? Françoise Thais

Réduction des émissions de gaz à effet de serre: quels instruments économiques? pour quelles partitions? Françoise Thais Réduction des émissions de gaz à effet de serre: quels instruments économiques? pour quelles partitions? Françoise Thais francoise.thais@cea.fr 1 Un prix du carbone à sa juste mesure Fournir un signal-prix

Plus en détail

Les instruments économiques de protection de l environnement. Prof. Bruno Deffains, bruno.deffains@u-paris2.fr. Sorbonne Université

Les instruments économiques de protection de l environnement. Prof. Bruno Deffains, bruno.deffains@u-paris2.fr. Sorbonne Université Les instruments économiques de protection de l environnement Prof. Bruno Deffains, bruno.deffains@u-paris2.fr Sorbonne Université 1. Introduction 2 «Command and control» Cette approche s appuie sur des

Plus en détail

Une proposition pour financer l investissement bas carbone en Europe

Une proposition pour financer l investissement bas carbone en Europe Une proposition pour financer l investissement bas carbone en Europe Baptiste Perrissin Fabert (CGDD) Michel Aglietta (CEPII) Etienne Espagne (France Stratégie) Mai 2015 Séminaire CIRED - ONG Crédit photo

Plus en détail

Le protectionnisme : raisons et risques?

Le protectionnisme : raisons et risques? Thème 5 : Le protectionnisme : raisons et risques? L échange «Le libre échange tout le monde s en réclame, mais personne ne le pratique» Les effets de l ouverture des économies sur l extérieur Les opportunités

Plus en détail

«NON à la stratégie énergétique 2050 proposée OUI à plus d efficience et d économie du marché»

«NON à la stratégie énergétique 2050 proposée OUI à plus d efficience et d économie du marché» «NON à la stratégie énergétique 2050 proposée OUI à plus d efficience et d économie du marché» Position de Swissmem en rapport avec la stratégie énergétique 2050 Hans Hess, président Swissmem Conférence

Plus en détail

Le risque nucléaire : comptabiliser pour décider

Le risque nucléaire : comptabiliser pour décider Conseil économique pour le développement durable Le risque nucléaire : comptabiliser pour décider Dominique Bureau Conseil économique pour le développement durable www.developpement-durable.gouv.fr Leçons

Plus en détail

D 4 ε QU EST-CE QU UN MARCHE DE PERMIS D EMISSIONS? ADAPTATION DU JEU DE SIMULATION DE L ENSAE A UN MARCHE DE CREDITS «AZOTE» AUTEUR

D 4 ε QU EST-CE QU UN MARCHE DE PERMIS D EMISSIONS? ADAPTATION DU JEU DE SIMULATION DE L ENSAE A UN MARCHE DE CREDITS «AZOTE» AUTEUR Document de travail METHODES ETUDES - SYNTHESES D 4 ε QU EST-CE QU UN MARCHE DE PERMIS D EMISSIONS? ADAPTATION DU JEU DE SIMULATION DE L ENSAE A UN MARCHE DE CREDITS «AZOTE» AUTEUR Site internet : http://www.ecologie.gouv.fr

Plus en détail

Economie Industrielle des accords sectoriels

Economie Industrielle des accords sectoriels Economie Industrielle des accords sectoriels Projet de recherche du CERNA, MINES ParisTech Financé par MEEDDM Programme Gestion des Impacts du Changement Climatique (APR 2008) 1 Que sont les accords sectoriels?

Plus en détail

Les enjeux de la transition énergétique Quel devenir de notre planète?

Les enjeux de la transition énergétique Quel devenir de notre planète? Les enjeux de la transition énergétique Quel devenir de notre planète? Henri WAISMAN Centre International de Recherche sur l Environnement et le Développement waisman@centre-cired.fr La transition énergétique

Plus en détail

Entretiens de la Sorbonne Actualités du droit de l environnement. Petit-déjeuner Débat

Entretiens de la Sorbonne Actualités du droit de l environnement. Petit-déjeuner Débat Entretiens de la Sorbonne Actualités du droit de l environnement Petit-déjeuner Débat L'Europe en ordre de bataille avant la conférence de Copenhague C.E.R.D.E.A.U. Le point de vue des milieux d affaires

Plus en détail

Séminaire de recherche «principal» : Economie

Séminaire de recherche «principal» : Economie Séminaire de recherche «principal» : Economie Université Paris Dauphine Master recherche ATDD 1 ère partie : Alain Ayong Le Kama Plan du séminaire Introduction générale : acceptions économiques du DD Liens

Plus en détail

L Environnement et la coopération environnementale en perspective internationale URS LUTERBACHER

L Environnement et la coopération environnementale en perspective internationale URS LUTERBACHER L Environnement et la coopération environnementale en perspective internationale URS LUTERBACHER Le problème de la coopération La coopération au sein d un système décentralisé tel que la communauté internationale

Plus en détail

Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques

Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques Carine Franc CREGAS INSERM - U 537 Une définition de «l opting out» «to opt out» : choisir de ne pas participer ; [hopital, school] choisir

Plus en détail

Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives

Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives Février 2008 0. Préambule...2 1. Kyoto : où en est-on aujourd hui en Belgique?...3 2. La Belgique en bonne voie pour remplir ses engagements?...5

Plus en détail

Dispositifs incitatifs pour la production d électricité renouvelable. Philippe MENANTEAU Univ. de Grenoble / CNRS Strasbourg 18-19 sept.

Dispositifs incitatifs pour la production d électricité renouvelable. Philippe MENANTEAU Univ. de Grenoble / CNRS Strasbourg 18-19 sept. Dispositifs incitatifs pour la production d électricité renouvelable Philippe MENANTEAU Univ. de Grenoble / CNRS Strasbourg 18-19 sept. 2007 Sommaire Objectifs et justification des politiques de soutien

Plus en détail

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii Consolider les dettes publiques: un processus au long cours Les dysfonctionnements européens

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Liste des auteurs... Sommaire... Liste des principales abréviations... Avant-propos... I. LES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE

TABLE DES MATIÈRES. Liste des auteurs... Sommaire... Liste des principales abréviations... Avant-propos... I. LES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE TABLE DES MATIÈRES Liste des auteurs................................................... Sommaire........................................................... Liste des principales abréviations...................................

Plus en détail

INTRODUCTION A LA FINANCE CARBONE. Journée d étude Groupe Initiatives

INTRODUCTION A LA FINANCE CARBONE. Journée d étude Groupe Initiatives INTRODUCTION A LA FINANCE CARBONE Journée d étude Groupe Initiatives Renaud BETTIN Octobre 2012 1997 > 2005 La naissance de la finance carbone : Un heureux événement Historique : Pigou, EU ETS, et mécanismes

Plus en détail

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge 1. Sécurité d approvisionnement Le taux de dépendance énergétique de la Belgique est plus important que la moyenne européenne. Ainsi en 2011, le taux

Plus en détail

«Les certificats blancs : comment lancer le système?»

«Les certificats blancs : comment lancer le système?» MINEFI DGEMP Bercy Paris 27 octobre 2005 «Les certificats blancs : comment lancer le système?» Discutant Jacques Percebois Professeur à l Université Montpellier I Directeur du CREDEN DISPOSITIFS EFFETS

Plus en détail

Economie du Développement Durable - Licence

Economie du Développement Durable - Licence Economie du Développement Durable - Licence - Définitions 1 1 Remi.Bazillier@univ-orleans.fr http://remi.bazillier.free.fr Université d Orléans Bibliographie: Qu est-ce que le développement durable? Brunel,

Plus en détail

La taxe carbone, un instrument de lutte contre le changement climatique

La taxe carbone, un instrument de lutte contre le changement climatique La taxe carbone, un instrument de lutte contre le changement climatique Jacques Le Cacheux, UPPA/CATT et OFCE/SciencesPo, jacques.lecacheux@sciences-po.fr RCE, Marseille 15 décembre 2009. Taxe carbone!

Plus en détail

QUESTION DE SYNTHESE

QUESTION DE SYNTHESE QUESTION DE SYNTHESE Il est demandé au candidat : 1. de conduire le travail préparatoire qui fournit des éléments devant être utilisés dans la synthèse. 2. de répondre à la question de synthèse : - par

Plus en détail

Evolution du mix électrique en France - Qui paiera?

Evolution du mix électrique en France - Qui paiera? Evolution du mix électrique en France - Qui paiera? Par Julien Deleuze Senior Manager, Estin & Co Des options environnementales, énergétiques, économiques majeures La France fait face à cinq options environnementales,

Plus en détail

CONTROLE DE CONNAISSANCES

CONTROLE DE CONNAISSANCES Campus européen d été 2009 du Centre d excellence Jean Monnet de Rennes Rennes 1 er au 12 septembre 2009 UNION EUROPEENNE ET GOUVERNANCE MONDIALE : QUEL APPORT AVEC QUELS ACTEURS? CONTROLE DE CONNAISSANCES

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance 1 ère partie : La baisse du prix du pétrole Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats L environnement, une opportunité Etat, perspectives et enjeux du marché des engrais Principaux résultats Lundi 28 juin 2010 Pierre Cazeneuve, Directeur GCL DD p.cazeneuve@gcl.tm.fr CONTEXTE GENERAL DE

Plus en détail

La finance carbone pour les villes

La finance carbone pour les villes 1 La finance carbone pour les villes Source de revenus et levier d action pour des villes plus propres A travers la présentation de trois mécanismes de finance carbone mobilisables par les villes, cette

Plus en détail

De l utilité du calcul économique public. R. Guesnerie

De l utilité du calcul économique public. R. Guesnerie De l utilité du calcul économique public R. Guesnerie Introduction. - Le titre : un clin d œil à Jules Dupuit (1844). Quelles justifications à mon intervention? Une familiarité ancienne avec le sujet.

Plus en détail

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 La politique énergétique et climatique européenne se trouve à la croisée des chemins. Les

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

DOCUMENT 3 «Le Monde: Comment imaginez-vous l'offre énergétique mondiale dans les années qui viennent? [...] Steven Chu:

DOCUMENT 3 «Le Monde: Comment imaginez-vous l'offre énergétique mondiale dans les années qui viennent? [...] Steven Chu: Dissertation s appuyant sur un dossier documentaire Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée par le sujet ; - de construire une argumentation à partir d'une problématique qu'il devra

Plus en détail

PRIX EUROPÉEN DU CO2 ET SYSTÈME ÉLECTRIQUE

PRIX EUROPÉEN DU CO2 ET SYSTÈME ÉLECTRIQUE Novembre 2015 ID Comprendre le secteur de l électricité en un seul clic PRIX EUROPÉEN DU CO2 ET SYSTÈME ÉLECTRIQUE Note de conjoncture Donner un prix au CO2 est un axe fondamental de la stratégie européenne

Plus en détail

Industrie: quelles réformes ambitieuses pour relancer l investissement? Conférence de presse du GFI Jeudi 28 novembre 2013

Industrie: quelles réformes ambitieuses pour relancer l investissement? Conférence de presse du GFI Jeudi 28 novembre 2013 Industrie: quelles réformes ambitieuses pour relancer l investissement? Conférence de presse du GFI Jeudi 28 novembre 2013 Bilan à l An 1 du Rapport Gallois et du Pacte de compétitivité La plupart des

Plus en détail

EXAMENS ENVIRONNEMENTAUX DE L'OCDE : ALLEMAGNE 2012. Évaluation et recommandations

EXAMENS ENVIRONNEMENTAUX DE L'OCDE : ALLEMAGNE 2012. Évaluation et recommandations EXAMENS ENVIRONNEMENTAUX DE L'OCDE : ALLEMAGNE 2012 Évaluation et recommandations Chapitre 2 Contexte de l élaboration des politiques Évaluation L Allemagne a continué de jouer un rôle actif au sein de

Plus en détail

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Modèles ricardien et HOS ont des points communs mais sont assez spécifiques: avantages comparatifs fondés sur: - différences

Plus en détail

Du partage public-privé du financement de la transition vers une économie plus respectueuse de l homme et de la nature

Du partage public-privé du financement de la transition vers une économie plus respectueuse de l homme et de la nature Didier Janci Didier Janci, Caisse des Dépôts, membre du Conseil Economique pour le développement durable (CEDD) Du partage public-privé du financement de la transition vers une économie plus respectueuse

Plus en détail

Club de l automation. EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique. 31 mars 2011

Club de l automation. EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique. 31 mars 2011 Club de l automation EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique 31 mars 2011 Agenda Présentation synthétique du groupe EDF et l efficacité énergétique Le dispositif CEE Zoom sur Netseenergy 2 -

Plus en détail

Reforme de la Fiscalité Environnementale

Reforme de la Fiscalité Environnementale Reforme de la Fiscalité Environnementale Une formation axée sur la pratique pour les décideurs? Responsables de l'administration, des conseillers et des représentants des ONG Page 1 Reforme de la Fiscalité

Plus en détail

Pourquoi défendre la place des EnR et de l EE dans les négociations climat

Pourquoi défendre la place des EnR et de l EE dans les négociations climat Pourquoi défendre la place des EnR et de l EE dans les négociations climat Atelier du RC&D, 28 avril 2014 Alix Mazounie, coordinatrice des politiques internationales au RAC Un climat en crise GIEC 2013:

Plus en détail

MOBILITÉ DURABLE: CONCEPT ET APPLICATIONS, DE LA THÉORIE À LA PRATIQUE. Présenté par Monique Léveillé Sherbrooke, le 17 février 2011

MOBILITÉ DURABLE: CONCEPT ET APPLICATIONS, DE LA THÉORIE À LA PRATIQUE. Présenté par Monique Léveillé Sherbrooke, le 17 février 2011 MOBILITÉ DURABLE: CONCEPT ET APPLICATIONS, DE LA THÉORIE À LA PRATIQUE. Présenté par Monique Léveillé Sherbrooke, le 17 février 2011 MOBILITÉ DURABLE: CONCEPT En théorie,un concept à déclinaisons multiples,

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 11.3.2013 SWD(2013) 67 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Résumé de l analyse d impact concernant les dispositions sur l expérimentation animale

Plus en détail

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un diagnostic? d- Comment appliquer la méthode Bilan Carbone?

Plus en détail

Chapitre 7 Quels instruments économiques pour la politique climatique?

Chapitre 7 Quels instruments économiques pour la politique climatique? CONCEPTION ET MISE EN PGE : PUL MILN 23 décembre 2014 à 12:16 Chapitre 7 Quels instruments économiques pour la politique climatique? Introduction L extraordinaire croissance économique depuis le XIX siècle

Plus en détail

Consommation. Les émissions de gaz à effet de serre (dont l augmentation. Quels impacts sur le climat? De quoi parle-t-on?

Consommation. Les émissions de gaz à effet de serre (dont l augmentation. Quels impacts sur le climat? De quoi parle-t-on? Consommation Quels impacts sur le climat? De quoi parle-t-on? Depuis la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (adoptée en 1992), le monde industriel et économique a profondément

Plus en détail

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national.

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national. - 1 - APPEL A PROJETS TEPOS QU EST-CE QU UN TERRITOIRE A ÉNERGIE POSITIVE? Contexte L énergie, nécessaire à tous les domaines et besoins de la vie quotidienne, devient, du fait de sa raréfaction, de plus

Plus en détail

RÉFORMER LES PROFESSIONS AUJOURD HUI RÉGLEMENTÉES

RÉFORMER LES PROFESSIONS AUJOURD HUI RÉGLEMENTÉES Des acteurs mobiles et sécurisés. La mobilité économique doit s étendre à tous les abus de position dominante, quelle que soit leur origine. RÉFORMER LES PROFESSIONS AUJOURD HUI RÉGLEMENTÉES Le champ des

Plus en détail

Énergie et Mondialisation

Énergie et Mondialisation Énergie et Mondialisation Il est fréquent d affirmer que de nombreuses questions énergétiques ou environnementales ne peuvent être posées correctement qu au niveau mondial. Résolument ancré dans le réseau

Plus en détail

AGENCE INTERNATIONALE DE L ENERGIE DES IDEES POUR L AVENIR

AGENCE INTERNATIONALE DE L ENERGIE DES IDEES POUR L AVENIR AGENCE INTERNATIONALE DE L ENERGIE DES IDEES POUR L AVENIR AGENCE INTERNATIONALE DE L ENERGIE DES IDEES POUR L AVENIR SYNTHESE Les gouvernements doivent agir dès maintenant pour réduire les émissions de

Plus en détail

L'apport des sciences sociales aux exercices de prospective énergétique. Le bouclage macroéconomique. Mourad AYOUZ Chercheur EDF- R&D

L'apport des sciences sociales aux exercices de prospective énergétique. Le bouclage macroéconomique. Mourad AYOUZ Chercheur EDF- R&D L'apport des sciences sociales aux exercices de prospective énergétique Le bouclage macroéconomique Mourad AYOUZ Chercheur EDF- R&D INTRODUCTION Question traitée dans cette présentation On se propose de

Plus en détail

LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN FRANCE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL

LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN FRANCE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN FRANCE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL 2 Sommaire Le développement des EnR en France enregistre un ralentissement, imputable à des causes multiples,

Plus en détail

Daniel Champlon Président CEDIGAZ Club de Nice XIIe Forum Annuel 28-30 novembre 2013

Daniel Champlon Président CEDIGAZ Club de Nice XIIe Forum Annuel 28-30 novembre 2013 Le rôle du gaz naturel dans l approvisionnement énergétique mondial à moyen et long terme Daniel Champlon Président CEDIGAZ Club de Nice XIIe Forum Annuel 28-30 novembre 2013 Le rôle du gaz naturel dans

Plus en détail

Comment gérer l instabilité des prix des céréales? Enjeux et controverses

Comment gérer l instabilité des prix des céréales? Enjeux et controverses Les Rencontres de l Inra au Salon de l agriculture Le métaprogramme GloFoods : La sécurité alimentaire, un enjeu global. Comment gérer l instabilité des prix des céréales? Enjeux et controverses Franck

Plus en détail

Le projet de réserve de stabilité du marché : un nouveau frein à la compétitivité des entreprises papetières françaises

Le projet de réserve de stabilité du marché : un nouveau frein à la compétitivité des entreprises papetières françaises Paris, le 29 décembre 2014 Le projet de réserve de stabilité du marché : un nouveau frein à la compétitivité des entreprises papetières françaises La création d une réserve de stabilité du marché de quotas

Plus en détail

Programme de développement durable 2013-2017

Programme de développement durable 2013-2017 Programme de développement durable 2013-2017 SOMMAIRE 1. Engagement de la direction de Helvetia Environnement en faveur du développement durable 2. Introduction et cadre de la démarche 3. Code de conduite

Plus en détail

Contribution Climat Energie : Un facteur de justice sociale et environnementale

Contribution Climat Energie : Un facteur de justice sociale et environnementale Communiqué de presse - Mardi 28 juillet 2009 Contribution Climat Energie : Un facteur de justice sociale et environnementale A la suite de la conférence d experts sur la Contribution Climat Energie, Michel

Plus en détail

Achat/Vente de Crédits Carbone : Risques et Précautions Juridiques. Sophie Hagège Associée, Jones Day Paris

Achat/Vente de Crédits Carbone : Risques et Précautions Juridiques. Sophie Hagège Associée, Jones Day Paris Achat/Vente de Crédits Carbone : Risques et Précautions Juridiques Sophie Hagège Associée, Jones Day Paris Résumé I. Rappel du Cadre Juridique Général II. Principaux Risques Juridiques Liés aux Ventes

Plus en détail

Administration des recettes tirées des ressources naturelles

Administration des recettes tirées des ressources naturelles Administration des recettes tirées des ressources naturelles Jack Calder Département des finances publiques Fonds monétaire international Gestion des ressources naturelles en Afrique subsaharienne Conférence

Plus en détail

Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise. Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance?

Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise. Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance? Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance? Jouy-le-Moutier, Campus de formation de Veolia Environnement,

Plus en détail

Debriefing Simulation C- Roads (COP21) 21 Septembre 2015

Debriefing Simulation C- Roads (COP21) 21 Septembre 2015 Debriefing Simulation C- Roads (COP21) 21 Septembre 2015 Julia Clause 1. Attribution des rôles Les étudiants ont choisi celui des 6 grands groupes (+lobbies) qu ils voulaient représenter à la «simili-

Plus en détail

Le changement climatique : un défi incontournable

Le changement climatique : un défi incontournable CEP G 12/02/2009. Le changement climatique : un défi incontournable Dominique Defrise Constat Le capitalisme génère non seulement une crise financière majeure mais aussi une crise climatique. Les réponses

Plus en détail

Financement Feuille de Route Efficacité Energétique Industrie. Meike Fink Réseau Action Climat France meike@rac-f.org Mai 2014

Financement Feuille de Route Efficacité Energétique Industrie. Meike Fink Réseau Action Climat France meike@rac-f.org Mai 2014 Financement Feuille de Route Efficacité Energétique Industrie Meike Fink Réseau Action Climat France meike@rac-f.org Mai 2014 Partie I Les enjeux du secteur de l industrie Partie II FFREE : Financement

Plus en détail

L ENERGIE DANS L ENTREPRISE : COMMENT OPTIMISER SON POSTE ENERGIE? QUELLE VISION A 5 ANS?

L ENERGIE DANS L ENTREPRISE : COMMENT OPTIMISER SON POSTE ENERGIE? QUELLE VISION A 5 ANS? L ENERGIE DANS L ENTREPRISE : COMMENT OPTIMISER SON POSTE ENERGIE? QUELLE VISION A 5 ANS? Christel Pradillon, ECG - consultante en énergies Contexte énergétique, évolution des coûts de l énergie 26.02.2015

Plus en détail

Groupe de Recherche en Economie Théorique et Appliquée UMR CNRS 5113

Groupe de Recherche en Economie Théorique et Appliquée UMR CNRS 5113 Jean-Marie Harribey CESE 3 avril 2013 Version révisée 7 novembre 2013 Le financement de la transition écologique Jean-Marie Harribey http://harribey.u-bordeaux4.fr http://alternatives-economiques/blogs/harribey.fr

Plus en détail

Exemples d optimisation énergétique dans l industrie

Exemples d optimisation énergétique dans l industrie Exemples d optimisation énergétique dans l industrie Présentation de la démarche et d exemples d optimisation énergétique Martin Kernen; Ing. dipl. EPFL; Planair SA 1 Objectifs de l optimisation Objectifs:

Plus en détail

Économie Chapitre 4 La dynamique de la croissance

Économie Chapitre 4 La dynamique de la croissance I) Les facteurs de la croissance A) Contribution des facteurs de production 1. Les facteurs de production Les sources de croissance La croissance économique ( = accroissement de la production d un pays)

Plus en détail

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Crise économique mondiale et impacts réels sur les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Agenda I Crises et conséquences

Plus en détail

LE RÔLE DES HYDROCARBURES DANS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

LE RÔLE DES HYDROCARBURES DANS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE LE RÔLE DES HYDROCARBURES DANS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE 1 LE RÔLE DES HYDROCARBURES DANS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : «CONSOMMER MOINS - CONSOMMER MIEUX» Évolutions du mix énergétique (Monde / Europe /

Plus en détail

CREDIT D IMPOT RENOVATION ENERGETIQUE: Une mesure coûteuse pour le budget de l Etat et inefficace pour l environnement. Mercredi 28 octobre 2015

CREDIT D IMPOT RENOVATION ENERGETIQUE: Une mesure coûteuse pour le budget de l Etat et inefficace pour l environnement. Mercredi 28 octobre 2015 CREDIT D IMPOT RENOVATION ENERGETIQUE: Une mesure coûteuse pour le budget de l Etat et inefficace pour l environnement Mercredi 28 octobre 2015 Rénovation énergétique : enjeu majeur de politique environnementale

Plus en détail

FICHE DE SYNTHESE : CHAPITRE 101 LA MONDIALISATION DES ECHANGES

FICHE DE SYNTHESE : CHAPITRE 101 LA MONDIALISATION DES ECHANGES FICHE DE SYNTHESE : CHAPITRE 101 LA MONDIALISATION DES ECHANGES 1 LES NOTIONS Echange marchand = échange de biens et de services qui s effectue sur un marché et qui donne lieu au paiement d un prix fixé

Plus en détail

LA DÉRIVE DES DETTES PUBLIQUES. EN QUESTIONS

LA DÉRIVE DES DETTES PUBLIQUES. EN QUESTIONS LA DÉRIVE DES DETTES PUBLIQUES. EN QUESTIONS Académie d Orléans 20 novembre 2012 Jean-Paul POLLIN Université d Orléans 1 Observons tout d abord l évolution des taux d endettement public dans quelques pays

Plus en détail

Position du secteur électrique français

Position du secteur électrique français 16 novembre 2010 ENERGIE 2020 Position du secteur électrique français L UFE, Union Française de l Electricité, est l association professionnelle du secteur de l électricité. Elle représente les employeurs

Plus en détail

LES CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE

LES CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE LES CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE LE CONTEXTE Un marché de l énergie fortement questionné Un marché de l énergie durablement haussier qui entraîne une perception nouvelle de l énergie l énergie est

Plus en détail

Chapitre 6 Les interventions de l État dans les marchés

Chapitre 6 Les interventions de l État dans les marchés Chapitre 6 Les interventions de l État dans les marchés 1. Le marché du logement et le plafonnement des loyers 2. Le marché du travail et le salaire minimum 3. Les taxes 4. Les quotas et les subventions

Plus en détail

Attribution des permis de pollution par enchères. Michel Mougeot Florence Naegelen

Attribution des permis de pollution par enchères. Michel Mougeot Florence Naegelen Attribution des permis de pollution par enchères Michel Mougeot Florence Naegelen Bien que les économistes aient toujours recommandé les enchères, elles sont peu utilisées en pratique pour l attribution

Plus en détail

AVIS DU CONSEIL DE LA JEUNESSE Vers un Conseil fédéral de la publicité

AVIS DU CONSEIL DE LA JEUNESSE Vers un Conseil fédéral de la publicité AVIS DU CONSEIL DE LA JEUNESSE Vers un Conseil fédéral de la publicité INTRODUCTION Dans le débat sur la publicité qui oppose adversaires et partisans, il est une question essentielle, celle de son contrôle.

Plus en détail

POSITION SUR LA CIBLE DE RÉDUCTION DES GAZ À EFFET DE SERRE DU QUÉBEC POUR 2030

POSITION SUR LA CIBLE DE RÉDUCTION DES GAZ À EFFET DE SERRE DU QUÉBEC POUR 2030 POSITION SUR LA CIBLE DE RÉDUCTION DES GAZ À EFFET DE SERRE DU QUÉBEC POUR 2030 Présentée au ministère du Développement durable, de l Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques OCTOBRE

Plus en détail

La fiscalité des carburants accises essence/diesel

La fiscalité des carburants accises essence/diesel La fiscalité des carburants accises essence/diesel Jacques Baveye (Service d études - SPF Finances) Prolibic Workshop 18 septembre 2012 1 Plan de l exposé Introduction Révision de la directive sur la taxation

Plus en détail

Communauté Économique et Monétaire de l Afrique Centrale CEMAC

Communauté Économique et Monétaire de l Afrique Centrale CEMAC Communauté Économique et Monétaire de l Afrique Centrale CEMAC ATELIER DE REFLEXION SUR LE PROGRAMME ECONOMIQUE REGIONAL DE LA CEMAC (2010-2025) Douala 7-9 Août 2013 CRISE EUROPEENNE QUEL IMPACT SUR LE

Plus en détail

Une brève histoire de REDD+ Alain Karsenty

Une brève histoire de REDD+ Alain Karsenty Une brève histoire de REDD+ Alain Karsenty Du MDP à REDD+ En 1997, Protocole de Kyoto et tentative de lancer un système de cap-andtrademondial, malgré l absence d engagements chiffrés des pays en développement

Plus en détail

EBAUCHES DE PLANS : CHAPITRE 1 / CROISSANCE, CAPITAL ET PROGRES TECHNIQUE

EBAUCHES DE PLANS : CHAPITRE 1 / CROISSANCE, CAPITAL ET PROGRES TECHNIQUE EBAUCHES DE PLANS : CHAPITRE 1 / CROISSANCE, CAPITAL ET PROGRES TECHNIQUE SOURCE ET LIMITES DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE 1. Dans quelle mesure la croissance économique accompagne-t-elle le développement?

Plus en détail

Tarification du carbone: Exploration des possibilitésd action ambitieuse en matière de lutte contre le changement climatique

Tarification du carbone: Exploration des possibilitésd action ambitieuse en matière de lutte contre le changement climatique Tarification du carbone: Exploration des possibilitésd action ambitieuse en matière de lutte contre le changement climatique L ambition de la communauté internationale est d orienter le monde vers une

Plus en détail

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du mercredi 26 septembre 2007 à 9 h 30 «Actualisation des projections à long terme : les hypothèses» Document N 04 Document de travail, n engage pas

Plus en détail

Evolution du système d échange de quotas de CO2

Evolution du système d échange de quotas de CO2 Evolution du système d échange de quotas de CO2 DREAL PACA Service Prévention Risques Unité Risques Chroniques et Sanitaires Un système européen (EU ETS) Elément central de la politique européenne climatique

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Energie et écologie Pour des choix futés de notre énergie

Energie et écologie Pour des choix futés de notre énergie Energie et écologie Pour des choix futés de notre énergie La transition énergétique concerne l avenir de la planète et se joue en partie dans les villes où vit la majorité de la population Table des matières

Plus en détail

Contribution du GMPV-FFB

Contribution du GMPV-FFB Contribution du GMPV-FFB Consultation sur l évolution des mécanismes de soutien aux installations sous obligation d achat Février 2014 GMPV-FFB : Groupement des Métiers du Photovoltaïque de la Fédération

Plus en détail

Défis planétaires et «Développement humain durable»

Défis planétaires et «Développement humain durable» Défis planétaires et «Développement humain durable» Etat des lieux Misère du «SUD» Crise économique mondiale Crise énergétique Réchauffement climatique Misère du «Sud» La moitié de la population mondiale

Plus en détail

L INDUSTRIE PAPETIÈRE FACE AU

L INDUSTRIE PAPETIÈRE FACE AU L INDUSTRIE PAPETIÈRE FACE AU DÉVELOPPEMENT DE LA BIORAFFINERIE LIGNOCELLULOSIQUE Dynamiques institutionnelles et perspectives territoriales Clarisse CAZALS (Irstea) Arnaud SERGENT (Irstea) Tina RAMBONILAZA

Plus en détail

Rencontres d affaires FEDER Les économies d énergies dans les entreprises Méthode Exemples - Aides. 11/03/2013 Isabelle Soulat

Rencontres d affaires FEDER Les économies d énergies dans les entreprises Méthode Exemples - Aides. 11/03/2013 Isabelle Soulat Rencontres d affaires FEDER Les économies d énergies dans les entreprises Méthode Exemples - Aides Les enjeux énergétique de l industrie du Limousin L industrie : 21 % des consommations régionales Baisse

Plus en détail

Université Senghor, 5-16 décembre 2004

Université Senghor, 5-16 décembre 2004 Université Senghor Module de formation de base en économie et politique de gestion des ressources naturelles Université du Québec à Montréal (UQAM) Module de formation de base en économie et politique

Plus en détail

ARPEA 08 septembre 2015 Yverdon-les-Bains

ARPEA 08 septembre 2015 Yverdon-les-Bains ARPEA 08 septembre 2015 Yverdon-les-Bains Exemple 3 = Jura : Un exemple pratique qui montre l intérêt pour les communes Michel Hirtzlin, chef de service SID SOMMAIRE 1. Brève introduction 2. Le processus

Plus en détail