Epargne de précaution : quel potentiel d assurance contre le risque de chômage?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Epargne de précaution : quel potentiel d assurance contre le risque de chômage?"

Transcription

1 Epargne de précaution : quel potentiel d assurance contre le risque de chômage? Audrey Desbonnet EUREQua-Université Paris I septembre 2004 Résumé L ambition de cet article est de fournir une analyse quantitative de la capacité d assurance de l épargne de précaution eu égard à celle de l allocation chômage. A cette fin, un modèle de recherche d emploi avec aléa moral et épargne de précaution est construit. Deux systèmes exclusifs d assurance chômage et d épargne de précaution sont considérés afin d apprécier le potentiel d assurance de l épargne de précaution à la lumière de celui de l allocation chômage. En calibrant le modèle sur données françaises, il apparaît que l épargne de précaution permet une réduction du coût des fluctuations associées au risque de chômage comparable à celle que permet l association épargne de précaution/assurance chômage existante. Plus encore, elle offre un niveau d assurance supérieure au système d allocation chômage en vigueur. Mots-clé : inégalités, épargne de précaution, allocation-chômage Classification JEL : E24, D69, J65 Adresse : EUREQua, Université de Paris I Bd de l Hôpital, Paris Cedex

2 1 Introduction Depuis les travaux originels de Shavell et Weiss [1979], nombre d économistes se sont interrogés quant à l efficacité des programmes d indemnisation chômage : nature du profil optimal des allocations, durée d indemnisation, critères d éligibilité, effets désincitatifs. Plus rares sont ceux qui envisagent le problème de l optimalité à la lumière des autres sources d assurance. En effet, les agents peuvent, s auto-assurer, en épargnant au motif de précaution (supplément d épargne engendré par le caractère incertain que peut revêtir le revenu en raison du risque de chômage) pendant les périodes d emploi. La constitution d un capital financier en vue de soutenir la consommation lors d épisodes de chômage semble dépendre des modalités du système d allocation-chômage. L étude empirique menée par Hubbard, Skinner et Zeldes [1995] révèle que les décisions d épargne des ménages interagissent avec les mécanismes d assurance publique. L épargne de précaution pourrait offrir une assurance proche de celle que permet l allocation-chômage. Un certain nombre de travaux théoriques semblent, d ailleurs, valider cette idée. Dans un modèle à agents hétérogènes où les individus sont exposés à des risques idiosyncrasiques de revenu et contraints sur leurs liquidités, Aiyagari [1994] montre que l accumulation d un actif certain leur permettrait de se constituer une assurance non négligeable contre ces risques. Hansen et Imrohoroglu [1992], s attachent, les premiers, à évaluer le niveau optimal des allocations chômage en tenant compte des comportements d épargne. Ils considèrent une économie où l aléa moral porte sur l incapacité du principal à détecter parfaitement le refus d offre de travail. Les agents peuvent s auto assurer en épargnant une partie de leur revenu. Ils montrent que dans ce cadre le gain d assurance des allocations chômage est de faible ampleur. Dans la même lignée Wang et Williamson [2002] construisent un modèle dynamique de contrat optimal. A la différence, de Hansen et al., l aléa porte sur la difficulté du principal à observer parfaitement l effort de recherche du chômeur. Le résultat auquel ils aboutissent est de même nature. Enfin, Costain [1997], de par son analyse quantitative des coûts et bénéfices du système d assurance chômage menée dans un modèle de recherche d emploi en équilibre général aboutit à la conclusion suivant laquelle les bienfaits de 2

3 l allocation chômage en terme de lissage de la consommation sont minimes. Ceci serait dû au degré élevé de l auto assurance. Fort de ce constat, faut il pour autant considérer que l épargne de précaution, au même titre que l allocation chômage, est capable d assurer contre les risques individuels de revenu. A ce titre, Algan, Chéron, Hairault et Langot [2004] en comparant une économie d assurance complète à un système, soit d assurance chômage, soit d épargne de précaution, permettent de répondre à la question. Ils considèrent un modèle où les agents sont hétérogènes, de par leur position sur le marché du travail (employé ou chômeur) et de par leur richesse : suivant les trajectoires passées sur le marché du travail, les agents détiennent des niveaux d épargne de précaution différents. Le modèle, calibré sur données françaises, suppose que la durée de versement des allocations est inconditionnelle. Ils montrent que l auto assurance, si elle s avère être un bon substitut de l allocation chômage pour l individu moyen, elle augmente considérablement les inégalités transitoires et permanentes entre les individus. Si les résultats auxquels ils aboutissent indiquent que la littérature a de loin sur estimé les bienfaits de l auto assurance, en négligeant l inégalité que ce système induit, ils ne sont pas tout à fait comparables. En effet, ces derniers ignorent les problèmes d aléa moral inhérent au système d indemnisation chômage. Aussi, le présent papier se propose de tester la validité de tels résultats mis en exergue par Algan, et al. dans le cadre d un modèle amendé par l introduction d un aléa moral. Le cadre théorique privilégié s inscrit, donc, dans la continuité des travaux menés par Algan, Chéron, Hairault et Langot [2004]. Un modèle de recherche d emploi avec épargne de précaution et aléa moral est mis en oeuvre. Ce dernier porte sur la difficulté du principal à observer parfaitement l effort de l agent. Les individus ont un accès limité aux marchés financiers (l emprunt n est pas envisageable) qui, néanmoins, leur offre la possibilité de placer leur épargne sous la forme d un actif certain rémunéré. Ils choisissent le niveau d effort et de consommation compte tenu de la générosité du système d indemnisation chômage et du salaire, supposé exogène, A des fins de comparaison, deux systèmes exclusifs d assurance sont considérés : ils ne peuvent avoir 3

4 recours simultanément à l allocation chômage et l épargne de précaution lors des épisodes de chômage. Ils ont accès à l un ou l autre. Trois types d économies sont, alors envisagées : l une où l agent a accès simultanément au système d indemnisation chômage et aux marchés financiers (MF+AC) les deux autres n offrant qu un des deux systèmes d assurance. Lorsque le critère utilitariste prévaut dans l analyse du bien être, à un instant donné du temps, l accès aux deux types d assurance permet de se couvrir contre le risque de chômage mieux que l épargne de précaution seule. Cette dernière permet cependant, de lisser davantage la consommation que l allocation-chômage seule. Lorsque le bien être est évalué en tenant compte de l histoire entière de l agent, toujours selon le critère utilitariste, l épargne de précaution permet une couverture du risque de chômage supérieure à celle que permet l allocation chômage seule et couplée à l accès aux marchés financiers. Plus encore, Lorsque le critère rawlsien est retenu, le résultat précédent reste valide. La seconde section a pour objet de présenter le cadre théorique dans lequel l analyse est conduite. Lui succède une troisième section consacrée à la présentation de l étalonnage du modèle. Dans une quatrième section, on évalue le potentiel d assurance de l épargne de précaution eu égard au système d assurance chômage. La conclusion constitue la dernière section. 2 Le modèle de recherche d emploi L analyse est menée dans le cadre d un modèle simple de recherche d emploi avec aléa moral, calibré sur données françaises. Afin d apprécier la capacité d assurance de l épargne de précaution eu égard à l allocation chômage, ces deux formes d assurance sont comparées à l aune d une économie où les deux systèmes d assurance (allocationchômage et épargne de précaution) coexistent. Ainsi, trois économies sont envisagées : une économie en présence d allocation chômage et de marchés financiers (1) une économie avec allocation chômage uniquement (2) une économie avec marchés financiers uniquement (3) L économie considérée se caractérise par un risque sur le marché du travail : il existe 4

5 des probabilités non nulles de sortir de l emploi et de rester au chômage. Les agents sont adverses au risque. Les individus en emploi reçoivent un salaire, supposé exogène. En raison de chocs idiosyncrasiques, ils peuvent se retrouver sans emploi 1. En revanche, la sortie du chômage dépend de l effort que l individu au chômage consent à fournir. On suppose que la probabilité de sortie du chômage est d autant plus grande que l effort déployé est élevé. Si ce dernier accroît les chances de sortir du chômage, il n est pas sans affecter le bien être de l individu (désutilité de l effort). Le niveau d effort est choisi à la lumière du salaire qu il retrouvera s il sort du chômage et de la générosité du système d assurance chômage lorsque ce dernier existe. Les agents ont, lorsqu ils vivent dans l économie (1) ou (3), un accès limité au marché financier (ils ne peuvent pas s endetter) qui leur permettent de placer leur épargne à un taux d intérêt certain, exogène, et strictement positif. 2.1 L économiederéférence les agents peuvent compléter leur revenu issu de l allocation chômage en puisant dans leur épargne de précaution constituée lors des épisodes d emploi Epargne de précaution et allocation chômage Dans ce cadre, l agent employé reçoit un salaire amputé de la cotisation au système d assurance chômage. Un certain nombre d emplois peuvent être détruits au taux q, si bien que les individus sur ces postes deviennent chômeurs et touchent une allocation chômage b. L indemnité-chômage est supposée inconditionnelle : indépendante du nombre de périodes passées au chômage (non-dégressive), et il n y a pas de durée limite à l indemnisation. Les individus sont ex ante identiques. Les préférences des agents sont résumés par la fonction d utilité suivante, supposée additivement séparable dans le temps : ( ) X X β t π (s t /s t 1 )[U(c t ) v(h t )] s t t=0 1 On suppose que l agent ne quitte pas volontairement son emploi. Aussi, si l issue du choc idiosyncrasique lui est favorable, il ne refuse pas l offre de travail qui lui est faite 5

6 où β ]0; 1[ est le facteur d escompte psychologique et c t la consommation à la date t, h t étant l effort de recherche 2, U l utilité instantanée. U(c t ) est une fonction de type CRRA, croissante, deux fois différentiables et strictement concave avec U 0(0) =. où σ est l aversion au risque. c 1 σ t 1 1 σ v(h t ) indiqueladésutilitédel effort. Une recherche plus intense engendre une désutilité instantanée. Elle est de la forme v(h t )=γh t γ rend compte de l ampleur de la désutilité de l effort, c est à dire le coût en terme d utilité de la recherche d emploi. ce paramètre est, donc, strictement positif. La possibilité de connaître des épisodes de chômage assorti d une contrainte de liquidité incite les agents à épargner durant leurs périodes d emploi et à désépargner durant les périodes de chômage afin de lisser leur consommation, au delà de ce que l allocation-chômage leur permet. Ainsi, l état de chaque agent sur le marché du travail dépend est conditionné par son histoire individuelle sur le marché du travail. Le vecteur des variables d état pour le ménage est le vecteur (a,s) où a représente le stock d actifs financiers en début de période qui prend ses valeurs dans κ R + et s la réalisation spécifique à l agent des évènements idiosyncrasiques (sa situation au regard de l emploi : employé ou chômeur). Le programme résolu par un ménage écrit sous sa forme récursive, où V (a, e) et V (a, u) désignent les utilités intertemporelles des agents en emploi et au chômage : Le cas du chômeur V (a, u) = max U(c) v(h)+β π (h) V (a 0,e 0 )+(1 π (h) V (a 0,u 0 ) ) ª c 0,h s.c. c + a 0 = (1+r)a + b + z a La désutilité attachée au travail est ignorée. 6

7 z,a 0,r désignent respectivement le revenu issu de l activité domestique. le choix d actifs financiers de la période suivante et le taux d intérêt. π (h) correspond à la probabilité de sortie du chômage. La probabilité de retour à l emploi est supposée strictement croissante et concave. suivante π (h) =h ϕ où ϕ un paramètre compris entre 0 et 1. Il s en suit que la probabilité de recevoir aucune offre est 1 π (h). L allocation chômage, b est indexée sur le salaire en vigueur dans l économie : b = θw où θ n est autre que le ratio de remplacement supposé exogène. On en déduit, alors, la condition du premier ordre sur l effort h du chômeur : dv (a,u) dh le cas de l employé : =0 v dv(h) + β dπ(h) (V (a 0,e) V (a 0,u)) h = h h ϕβ(v (a 0,e) V (a 0,u)) γ i 1 1 ϕ V (a, e) = max U(c)+β (1 q)v (a 0,e)+qV (a 0,u 0 ) ª c 0 s.c. a 0 + c = (1+r)a + w(1 τ) a 0 0 où τ n estautrequeletauxdecotisationau système d indemnisation chômage. A tout moment, les recettes du système d assurance chômage sont égales aux dépenses Equilibre stationnaire Soit Π s,s 0(a) la probabilité qu un agent dans l état (a, s) se trouve à la période suivante dans une état (a0,s 0 ). Un équilibre stationnaire pour cette économie est la description, à l état stationnaire, pour un vecteur de prix donné (r, w), de l ensemble des règles de décisions c(a, s),h(a) et a 0 (a, s), des fonctions valeurs V (a, s), de la politique 7

8 du gouvernement en matière de financement du système d indemnisation chômage, τ, de la distribution de probabilité λ (a, s) et du vecteur de variables agrégées (A, C). L état stationnaire vérifie, alors : (i) Les règles de décision c(a, s) et a 0 (a, s) sont solutions du programme de maximisation des agents (ii) La distribution de probabilité est une distribution stationnaire vérifiant : λ ³a 0 0,s = X X Π s,s 0(a)λ (a, s) s a 0 (a,s) λ (a, s) n est autre que la proportion d individus dont le stock de richesse initial est a et dont la position sur le marché du travail est caractérisée par la variable aléatoire s. Cette grandeur s interprète aussi comme le temps passé par le ménage dans cet état ( en sachant qu il y a autant d états que de statut possible sur le marché du travail et de niveau de richesse). (iii) La richesse agrégée, ainsi que la consommation sont, alors, définies par : A = X X a 0 (a, s)λ (a, s) a s C = X X c(a, s)λ (a, s) a s (iv) la caisse d assurance chômage est équilibrée : τw X a λ (a, e) =b(1 X a λ (a, e)) 2.2 Les systèmes d assurance exclusifs Afin de juger du potentiel d assurance inhérent à l allocation chômage et à l épargne de précaution, deux économies sont construites. On considère dans un premier temps un monde dans lequel l agent n a pas accès aux marchés financiers. Toutefois, l agent, lorsqu il connaît un épisode de chômage, se voit verser une allocation chômage. Puis l inaccessibilité aux marchés financiers est levée mais il n existe pas de système public d assurance chômage. 8

9 2.2.1 L allocation chômage En l absence de marchés financiers, les agents employés consomment, à chaque période la totalité de leur salaire, les agents chômeurs consommant leur allocation chômage ainsi que leur production domestique. L état d un agent consiste uniquement en sont statut sur le marché du travail. En notant V e,v u les utilités intertemporelles des agents en emploi et au chômage, le programme de maximisation des individus, écrit sous la forme d équations de Bellman. ½ V e = U(w(1 τ)) + β[(1 q)v e + qv u ] V u = U(b + z) v(h)+β[π (h) V e +(1 π (h))v u ] La condition du premier ordre sur l effort h vérifie : dv u dh =0 h = ϕβ (Ve V u ) γ 1 1 ϕ A tout moment, la caisse du système d assurance chômage est équilibrée : où u désigne le taux de chômage. ub =(1 u)wτ Les flux de sortie du chômage sont égaux aux flux d entrée dans le chômage : q(1 u) =π (h) u L équilibre stationnaire de l économie sans marchés financiers est, alors, simplement défini par le vecteur (V e,v u,h,u,τ,) solution du système du système composé des cinq équations précédentes L épargne de précaution L économie est similaire à l économie de référence à un point près : les individus au chômage ne touchent pas d allocation chômage. Seul le problème du chômeur se trouve 9

10 quelque peu modifié. Il devient : V (a, u) = max U(c) v(h)+β π (h) V (a 0,e 0 )+(1 π (h) V (a 0,u 0 ) ) ª c 0,h s.c. c + a 0 = (1+r)a + z a 0 0 La condition du premier ordre sur l effort du chômeur reste valide. La définition de l équilibre stationnaire est inchangée, la condition (iv) disparaissant. 3 Calibrage Le modèle est calibré sur données françaises. Le calibrage s applique au différentes économies considérées. La période du modèle est le trimestre. Le facteur d escompte psycholique est, alors, fixé à 0.985, ce qui est habituellement retenu pour un étalonnement trimestriel. L aversion au risque est fixé à 2. La probabilité de destruction des emplois est calée sur Joseph et Weitzenblum [2000]. Aussi q vaut Le salaire est normalisé à 1. Le ratio de remplacement, ainsi que la production domestique sont fixés à l image de Algan, Chéron, Hairault, Langot [2004] : θ = 50% et z = 15% du revenu du travail. Enfin, ϕ et γ sont calibrés de façon à reproduire un taux de chômage de 10% et une durée moyenne du chômage de trois trimestres (Algan, Chéron, Hairault, Langot [2004]) si bien qu ils valent respectivement 0.3 et 5. Enfin, le taux d intérêt est fixé à 0.25%. Le calibrage des différents paramètres structurels sont récapitulés dans le tableau 1. Tab. 1 Etalonnage des paramètres structurels β σ q w θ z ϕ γ r % 1 50% 15% % 4 Résultats Quelle variation de consommation permanente, les individus ayant accès à l épargne de précaution et au système d indemnisation chômage doivent ils subir pour accepter 10

11 des systèmes d assurance exclusifs que sont l accès limité aux marchés financiers et l allocation chômage? C est à cette question, que cette section se propose de répondre. Au préalable, nous caractérisons l épargne de précaution qu elle soit accompagnée ou non de l allocation chômage. 4.1 Epargne de précaution : caractéristiques Le graphique ci dessous nous fournit les règles d épargne optimales (décisions d accumulation optimale en k(t +1)sachant que le niveau précédent était k(t)) dans une économie ou seule l auto-assurance permet de se couvrir contre le risque de chômage (MF) et une économie où les ménages peuvent s assurer contre le risque de chômage via les marchés financiers et grâce au système d assurance publique (MF+AC). On remarque que le travailleur, en l absence de système d indemnisation chômage, épargne (pour un motif de précaution) pour des valeurs du capital inférieures à 2.74, ce montant tombant à 0.35 lorsque le travailleur a accès au système d indemnisation chômage et aux marchés financiers. FIG. 1- Règles de décision d accumulation 11

12 En présence d allocation chômage, les agents semblent délaisser l épargne de précaution pour s assurer contre le risque de chômage. D ailleurs, le niveau moyen de richesse dans l économie le confirme : Tab. 2 Richesse moyenne de l économie AC+MF MF richesse moyenne Quel que soit le niveau d actifs, le chômeur désaccumule qu il est accès aux deux systèmes d assurance ou seulement aux marchés financiers. Toutefois, la désaccumulation est plus prononcée lorsque le chômeur se trouve dans l économie MF. La contrainte de liquidité est serrée pour des niveaux très faibles d actifs que l agent soit chômeur dans l économie MF ou MF+AC. Si les agents dans l économie MF sont contraints sur leur liquidité pour des niveaux d actifs plus élevés, ils sont, cependant, moins nombreux à buter sur leur contrainte de non endettement. Dans l économie MF, seulement 3% des chômeurs sont contraints sur leurs liquidités, alors qu ils sont 46.75% dans l économie MF+AC 4.2 Mesure du coût associé au risque de chômage Déterminer la fraction de consommation permanente qu il faut retirer ou ajouter à un individu vivant dans une économie où coexiste deux types d assurance (l épargne de précaution et l assurance chômage) afin de lui procurer un bien être identique à une économie où un seul type d assurance est accessible, nécessite, au préalable de définir le bien être collectif de l économie. Si on note, W, le bien être collectif de l économie, ce dernier vaut : W = X Z s=e,u κ λ(a, s)ψ(a, s) 1 ξ da L intérêt d une telle fonction est qu elle permet lors de l analyse du bien être de prendre en compte le degré d aversion collective aux inégalités. Pour ξ =0, lecritère utilitariste prévaut : on se soucie du bien être de l agent moyen. En revanche, lorsque 1 1 ξ 12

13 ξ, le critère rawlsien s applique : la société se préoccupe de l individu le plus mallotientermedebienêtre, c estàdirel agent chômeur sans richesse : le bien être collectif vaut, dans ce cas extrême W = λ(a, u)ψ(a, u). Ψ(a, s) =U(a, s) si la société souhaite prendre en considération uniquement le bien être à une date donnée du temps. Si, en revanche, la société préfère évaluer le bien être en tenant compte de l histoire entière de l agent, on aura Ψ(a, s) =V (a, s). 4.3 auto-assurance versus allocation-chômage Le tableau 3 indique en pourcentage la quantité de consommation qu il faut retirer (le signe est positif) ou ajouter (signe négatif) à l agent vivant dans l économie de référence (2 systèmes d assurance coexistent : l allocation chômage et l épargne de précaution) pour qu il soit indifférent en terme de bien être entre l économie de référence et une économie où un seul type d assurance est accessible : auto-assurance (MF) ou allocation chômage (AC) Tab. 3 Rôle de l épargne de précaution Ψ = U Ψ = V critère de bien être social MF AC MF AC ξ = % 0.522% % 0.522% ξ = -56% 51.03% % 18.61% D un point de vue du critère utilitariste, il apparaît que l auto assurance offre une couverture de risque supérieure à celle de l allocation chômage, lorsque l analyse est circonscrite à l inégalité à un point donné du temps. En effet, la perte de consommation permanente à subir est plus faible dans le cas d une économie avec marchés financiers uniquement en comparaison d une économie dotée uniquement d un système d indemnisation-chômage. Plus remarquable, l épargne de précaution permet de lisser davantage la consommation que ne le permettrait le couple allocation chômage-épargne de précaution, lorsque l histoire entière de l agent est considérée. Ce résultat tient probablement aux perspectives plus favorables en terme de retour à l emploi dans une économie où seuls les marchés financiers permettent de se couvrir partiellement contre le risque de chômage en comparaison d une économie avec système d indemnisation 13

14 chômage seulement, comme le suggère le taux de chômage. Tab. 4 Taux de chômage MF+AC AC MF taux de chômage 10.17% 9.63% 7.25% Sil analysesefondesurlecritèrerawlsien,onconstate,quelquesoitletyped inégalités considérées (transitoires ou permanentes) que l accès aux marchés financiers permet de s assurer contre le risque de chômage mieux que l allocation chômage et le couple allocation/épargne de précaution. l allocation chômage, de par sa générosité (50% du salaire) semble conduire de nombreux individus (ils sont presque 50% à être contraints sur leur richesse) sans emploi à réduire, de façon considérable, l effort de recherche nécessaire pour retrouver un emploi si bien qu ils demeurent de périodes en périodes sans emploi. La comparaison de l effort de recherche d un chômeur sans richesse consenti suivant l économie dans laquelle il se trouve semble conforter cette idée. Tab. 5 Effort de recherche d un chômeur sans richesse MF+AC AC MF effort de recherche Cette différence de niveau d effort de recherche se retrouve, d ailleurs pour des niveaux de richesse, non nuls, comme le confirme le graphique ci dessous. 14

15 FIG.2- Effort de recherche optimal 5 Conclusion Afin de mesurer le potentiel d assurance que recèle l épargne de précaution en comparaison de l allocation chômage, nous avons construit un modèle de recherche d emploi avec épargne de précaution et aléa moral. Trois économies sont considérées : une économie de référence où l agent bénéficie de l allocation chômage en cas d épisodes de chômage durant lesquels il peut puiser dans son épargne de précaution (MF+AC), une économie où un seul type d assurance est disponible : l épargne de précaution (MF) où l allocation chômage (AC). Pour identifier la capacité d assurance de l épargne de précaution, la variation de consommation permanente que l individu doit accepter pour être indifférent en terme de bien être entre l économie MF+AC et l économie MF et 15

16 l économie AC. L analyse révèle que l épargne de précaution permet d atteindre un niveau de bien être proche de l économie MF+AC et supérieur à celui de l allocation chômage lorsque l on raisonne sur l agent moyen, à un instant donné du temps. En revanche, lorsque les perspectives futures de l agent interviennent dans le bien être de l agent, l épargne de précaution offre une couverture contre le risque de chômage supérieure à l allocation chômage mais aussi à l association épargne de précaution/allocation chômage. Les résultats restent inchangés lorsque le bien être est envisagé suivant le critère rawlsien. La générosité de l assurance chômage considérée et l absence d éligibilité à l allocation chômage (l indemnité-chômage est supposée inconditionnelle) réduit l effort de recherche, donc, les chances de sortir du chômage, les confinant de périodes en périodes au chômage ainsi que le nombre d individus contraints sur leurs liquidités. 16

17 Références [1] Aiyagari, S., R., Uninsured Idiosyncratic Risk and Aggregate Saving, Quarterly Journal of Economics, vol. 109, pp , (1994). [2] Algan, Y., Chéron, A., Hairault, J-O, Langot F., Epargne de précaution et chômage : une évaluation quantitative de l auto-assurance, 2003, à paraître dans Annales d économie et statistiques [3] Algan, Y., Chéron, A., Hairault, J-O, Langot F., Self assurance and Inequality, à paraître dans Economic Letters, [4] Costain, J., Unemployment Insurance and Precautionary Saving, mimeo, Universitat Pompeu Fabra [5] Hansen, G., Imrohoroglu, A., The Role of Unemployment Insurance in an Economy with Liquidity Constraints and Moral Hazard, Journal of Political Economy, vol 100, n 1, , 1992 [6] Hubbard, R.G., Skinner, J., Zeldes, S.P., Precautionary Saving and Social Insurance, Journal of Political Economy, vol. 103, pp ,(1995) [7] Joseph, G., Weitzenblum, T., Allocations Chômage et Epargne de Précaution : Dynamique Transitoire vs Equilibre de Long Terme, document de travail MSE, octobre 2000 [8] Joseph, G., Weitzenblum, T., Optimal unemployment insurance : transitional dynamics vs steady state, Review of Economics Dynamics, Vol. 6 (4) pp , 2003 [9] Shavell, S., Weiss, L., The Optimal Payment of Unemployment Insurance Benefits Over Time, Journal of Political Economy, vol. 87, pp [10] Wang, C., Williamson, S., Moral asard, Optimal Unemployment Insurance and Experience rating, Journal of Monetary Economics, 49, ,

Wealth Effect on Labor Market Transitions

Wealth Effect on Labor Market Transitions Wealth Effect on Labor Market Transitions Yann Algan EUREQua - Université de Paris I algan@univ-paris1.fr Arnaud Chéron GAINS - Université du Maine & Cepremap acheron@univ-lemans.fr Jean-Olivier Hairault

Plus en détail

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER Epargne et emprunt Calcul actuariel Plan du cours Préambule : la contrainte budgétaire intertemporelle et le calcul actuariel I II III Demandes d épargne

Plus en détail

Assurance chômage optimale, capital humain et vote

Assurance chômage optimale, capital humain et vote Assurance chômage optimale, capital humain et vote Sébastien MÉNARD 1 L objectif de cet article est de déterminer les caractéristiques du système optimal d assurance chômage lorsque la productivité des

Plus en détail

CHAPITRE 3 : MARCHE DU TRAVAIL ET CHÔMAGE

CHAPITRE 3 : MARCHE DU TRAVAIL ET CHÔMAGE TABE DES MATIERES Durée... 2 Objectif spécifique... 2 Résumé... 2 I. offre et la demande de travail... 2 1. offre de travail et choix loisir - travail... 2 2. Demande de travail, productivité et salaire

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (2/2) La consommation agrégée des ménages : analyse macroéconomique Les ménages (2/2) La consommation

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Assurance privée, Assurance sociale, retraite et santé

Assurance privée, Assurance sociale, retraite et santé 1/46 Assurance, retraite et santé - F. Langot Assurance privée, Assurance sociale, retraite et santé F. Langot Univ. Le Mans (GAINS & IRA) Banque de France & PSE & Cepremap & IZA 2013-2014 2/46 Assurance,

Plus en détail

le Rôle de l Information M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012

le Rôle de l Information M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012 6 le Rôle de l Information - M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012 Plan du cours 1. Probabilités subjectives 2. Arrivée symétrique de l information 3. Information asymétrique

Plus en détail

Offre de capital. Complétez avec : r (taux d intérêt), C t, C t+1

Offre de capital. Complétez avec : r (taux d intérêt), C t, C t+1 Séance 4 : Offre de travail et de capital Je Révise Offre de travail Le travailleur partage sa journée de 24 heures entre le travail et le loisir de façon à maximiser son utilité. Le travail lui rapporte

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

Séminaire évaluation des politiques sociales

Séminaire évaluation des politiques sociales Séminaire évaluation des politiques sociales TRAPPES À INACTIVITÉ --- DU RMI AU RSA LES ÉVALUATIONS AU COURS D UNE RÉFORME Du RMI au RSA : supprimer les trappes à inactivité 2 La problématique des trappes

Plus en détail

Partie I Le consommateur et la demande

Partie I Le consommateur et la demande Partie I Le consommateur et la demande Chapitre 1 La fonction d utilité 1 Plan du cours 1. Le consommateur. 2. La notion d utilité. 3. Les courbes d indifférence. 4. L optimum du consommateur. 5. Exercices.

Plus en détail

Choix en situations de risque et d incertitude. Choix inter-temporels de consommation

Choix en situations de risque et d incertitude. Choix inter-temporels de consommation THEME 7 Choix en situations de risque et d incertitude. Choix inter-temporels de consommation Concepts et définitions essentiels Risque et incertitude Théorie de l utilité espérée Aversion au risque Loterie

Plus en détail

Règlement sur la constitution de provisions et de réserves de fluctuations

Règlement sur la constitution de provisions et de réserves de fluctuations STIFTUNG ABENDROT Die nachhaltige Pensionskasse Case postale 4002 Bâle Güterstrasse 133 Tél. 061 269 90 20 Fax 061 269 90 29 www.abendrot.ch stiftung@abendrot.ch Règlement sur la constitution de provisions

Plus en détail

Chapitre 1: Introduction à la théorie de l équilibre à prix fixes

Chapitre 1: Introduction à la théorie de l équilibre à prix fixes Chapitre 1: Introduction à la théorie de l équilibre à prix fixes L3 Eco-Gestion/ Faculté de Droit, Sciences Economiques et de Gestion Plan 1 Rappels sur l utilité espérée La représentation des événements

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Consultation publique

Consultation publique Consultation publique Paris, le 15 juillet 2010 Consultation publique de la Commission de régulation de l énergie sur la structure des tarifs d utilisation des réseaux publics d électricité 1. Contexte

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

TAUX DE TRANSFORMATION

TAUX DE TRANSFORMATION Table des matières 1 Le choix des produits...2 2 La politique tarifaire...4 Introduction Afin de convertir efficacement vos visiteurs en acheteurs, il faut veiller à ne jamais les décevoir. La cause première

Plus en détail

CHÔMAGE ET STRATÉGIES DES FAMILLES : LES EFFETS MITIGÉS DU PASSAGE DE L ASSURANCE-CHÔMAGE À L ASSURANCE-EMPLOI

CHÔMAGE ET STRATÉGIES DES FAMILLES : LES EFFETS MITIGÉS DU PASSAGE DE L ASSURANCE-CHÔMAGE À L ASSURANCE-EMPLOI CHÔMAGE ET STRATÉGIES DES FAMILLES : LES EFFETS MITIGÉS DU PASSAGE DE L ASSURANCE-CHÔMAGE À L ASSURANCE-EMPLOI Édith Martel Université de Montréal Benoît Laplante Institut National de la Recherche Scientifique

Plus en détail

Colloque du CIQSS et de l ISQ sur le vieillissement 80 e Congrès de l ACFAS, Montréal, 7 mai 2012

Colloque du CIQSS et de l ISQ sur le vieillissement 80 e Congrès de l ACFAS, Montréal, 7 mai 2012 Les différences entre les sexes dans la prise de décision en matière d épargne et d investissement : résultats tirés de l ECCF de 2 0 0 9 Carole Vincent Colloque du CIQSS et de l ISQ sur le vieillissement

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

La couverture du délai de carence des arrêts maladie en France : Déterminants et impact sur l absentéisme

La couverture du délai de carence des arrêts maladie en France : Déterminants et impact sur l absentéisme La couverture du délai de carence des arrêts maladie en France : Déterminants et impact sur l absentéisme Catherine Pollak DREES, Centre d Economie de la Sorbonne Discussion : Roméo Fontaine, LEG (Université

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

Contexte - 2 - Colloque Santé et Société Mai 2015

Contexte - 2 - Colloque Santé et Société Mai 2015 www.irdes.fr Quel impact attendre de la généralisation de la complémentaire santé d entreprise sur le taux de non couverture en France? Une simulation à partir de l Enquête Santé et Protection Sociale

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

The Impact of Public Intervention on Self-Insurance and Insurance Activities in Risky Forest Management

The Impact of Public Intervention on Self-Insurance and Insurance Activities in Risky Forest Management The Impact of Public Intervention on Self-Insurance and Insurance Activities in isky Forest Management BUNETTE Marielle BETA-EGLES et LEF) : Marielle.Brunette@univ-nancy2.fr COUTUE Stéphane LEF) : couture@nancy-engref.inra.fr

Plus en détail

Exercice 1 : Balance des Paiements (4 points)

Exercice 1 : Balance des Paiements (4 points) Université Paris Ouest-Nanterre La Défense Master Economie U.F.R. SEGMI Premier Semestre 2009-2010 Macroéconomie Ouverte Chargé de T.D. : Romain Restout Cours de Olivier Musy Contrôle Continu (14/12/2009)

Plus en détail

EXAMEN D ECONOMIE INDUSTRIELLE Cours de Marc Bourreau et Marianne Verdier Master IREN Année 2012

EXAMEN D ECONOMIE INDUSTRIELLE Cours de Marc Bourreau et Marianne Verdier Master IREN Année 2012 EXAMEN D ECONOMIE INDUSTRIELLE Cours de Marc Bourreau et Marianne Verdier Master IREN Année 2012 Tous les documents et les calculatrices sont interdits. PARTIE 1 : QUESTIONS DE COURS Précisez la ou les

Plus en détail

Fiche de synthèse : entreprises et ménages

Fiche de synthèse : entreprises et ménages Fiche de synthèse : entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition

Plus en détail

1 Questions de cours. Cours de Olivier Cardi Université de Tours Macroéconomie L2 ECO Année universitaire 2015-2016. TD 2 : L offre de travail

1 Questions de cours. Cours de Olivier Cardi Université de Tours Macroéconomie L2 ECO Année universitaire 2015-2016. TD 2 : L offre de travail Cours de Olivier Cardi Université de Tours Macroéconomie L2 ECO Année universitaire 2015-2016 TD 2 : L offre de travail 1 Questions de cours 1. On considère un ménage représentatif disposant dans l année

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

dans un modèle à agents hétérogènes : effet mobilité ou effet richesse?

dans un modèle à agents hétérogènes : effet mobilité ou effet richesse? &Statut résidentiel et retour à l emploi dans un modèle à agents hétérogènes : effet mobilité ou effet richesse? Residential status and return to employment in a model with heterogeneous agents: mobility

Plus en détail

La suppression de la défiscalisation des heures supplémentaires va-t-elle créer des emplois?

La suppression de la défiscalisation des heures supplémentaires va-t-elle créer des emplois? 2. Emploi La suppression de la défiscalisation des heures supplémentaires va-t-elle créer des emplois? Dans cette étude, nous dressons un bilan de la mesure récente du gouvernement concernant la défiscalisation

Plus en détail

UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL

UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL I P L A N... A Arbitrage entre consommation et travail B Effets de l'augmentation du salaire C Déterminants de l'offre du travail

Plus en détail

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

Chapitre 3 La demande d assurance et les problèmes d information

Chapitre 3 La demande d assurance et les problèmes d information Chapitre 3 La demande d assurance et les problèmes d information Objectifs du chapitre - Déterminer le partage de risque Pareto-optimal entre un assuré et un assureur. - Considérer l impact des coûts de

Plus en détail

SOMMAIRE SOMMAIRE 7 INTRODUCTION GENERALE...11

SOMMAIRE SOMMAIRE 7 INTRODUCTION GENERALE...11 SOMMAIRE SOMMAIRE 7 INTRODUCTION GENERALE...11 - PARTIE I - Organisation de trésorerie du régime général et principes d optimisation de la régulation des positions de trésorerie à très court terme...15

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

Macroéconomie L1 TD5

Macroéconomie L1 TD5 Macroéconomie L1 TD5 Mickaël Clévenot 18 novembre 2013 Ce TD vise à vous familiariser avec les notions d investissement(multiplicateur), de rentabilité, de taux de profit, d efficacité marginale du capital,

Plus en détail

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi Chapitre 4 Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi 4.1 Ensemble des participants Parmi les 3 347 personnes interrogées dans le cadre de cette étude, 616 (18 %) étaient des personnes

Plus en détail

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT?

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT? Réf. :DEV/O/FC/015/06-06/OC 1/9 Pendant longtemps, le statut de gérant majoritaire de SARL a été le plus défavorable des statuts de dirigeant, tant au niveau fiscal que social. A contrario, le statut de

Plus en détail

Pour conduire à bien sa mission de diffusion des informations relatives aux situations

Pour conduire à bien sa mission de diffusion des informations relatives aux situations n octobre 2012 Le mot de l Observatoire Combien de pauvres en France? Répondant à cette question lors de la publication de son rapport en mars 2012, l ONPES délivrait des données statistiques qui, prises

Plus en détail

Epargne : définitions, formes et finalités.

Epargne : définitions, formes et finalités. Epargne : définitions, formes et finalités. 1) Définitions de l épargne. Le dictionnaire Larousse définit l épargne comme une «fraction du revenu individuel ou national qui n est pas affectée à la consommation»,

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

TD : Microéconomie de l incertain. Emmanuel Duguet

TD : Microéconomie de l incertain. Emmanuel Duguet TD : Microéconomie de l incertain Emmanuel Duguet 2011-2012 Sommaire 1 Les loteries 2 2 Production en univers incertain 4 3 Prime de risque 6 3.1 Prime de risque et utilité CRRA.................. 6 3.2

Plus en détail

Sujet. Quelle politique du logement?

Sujet. Quelle politique du logement? Concours B/L 2010 ECONOMIE EPREUVE COMMUNE SUR DOSSIER : ORAL Jury : Gaël Giraud et Pierre-Cyrille Hautcœur Sujet Quelle politique du logement? Dossier documentaire Document 1 : La politique du logement

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

ESSEC Cours Wealth management

ESSEC Cours Wealth management ESSEC Cours Wealth management Séance 9 Gestion de patrimoine : théories économiques et études empiriques François Longin 1 www.longin.fr Plan de la séance 9 Epargne et patrimoine des ménages Analyse macroéconomique

Plus en détail

Chapitre 9. La théorie du choix du consommateur

Chapitre 9. La théorie du choix du consommateur Chapitre 9 La théorie du choix du consommateur Le consommateur Comment sont prises les décisions de consommation? La théorie économique propose un modèle Le consommateur a un comportement maximisateur

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

Entreprises et ménages

Entreprises et ménages Entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition et de destruction

Plus en détail

L ASSURANCE CHÔMAGE OPTIMALE : LES POLITIQUES D INCITATION À LA REPRISE D EMPLOI

L ASSURANCE CHÔMAGE OPTIMALE : LES POLITIQUES D INCITATION À LA REPRISE D EMPLOI UNIVERSITÉ DU MAINE - FACULTÉ DES SCIENCES ÉCONOMIQUES GROUPE D ANALYSE DES ITINÉRAIRES ET NIVEAUX SALARIAUX Année 2006 N attribué par la bibliothèque : THÈSE Pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ

Plus en détail

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme?

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? par Alain Jacquot CNAF-Bureau des Prévisions Les CAF versent une trentaine de prestations (prestations familiales stricto sensu, aides au logement, et

Plus en détail

Le microcrédit personnel accompagné

Le microcrédit personnel accompagné OCTOBRE 2013 N 36 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le microcrédit personnel accompagné Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE

Plus en détail

Dossier de référence L ASSURANCE CHÔMAGE

Dossier de référence L ASSURANCE CHÔMAGE Dossier de référence L ASSURANCE CHÔMAGE Janvier 2014 Dossier de référence L ASSURANCE CHÔMAGE Janvier 2014 Eclairages européens Eclairages européens 1. Les conceptions Les systèmes d indemnisation du

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

TABLE DES MATIERES PREFACE

TABLE DES MATIERES PREFACE TABLE DES MATIERES PREFACE, par Françoise Thys-Clément... 7 PREMIERE PARTIE : L impôt et la politique fiscale : approche empirique et théorique... 13 CHAPITRE 1 : L impôt en Belgique... 15 1.1 Les principes

Plus en détail

Interpréter correctement l évolution de la part salariale.

Interpréter correctement l évolution de la part salariale. Interpréter correctement l évolution de la part salariale. Gilles Saint-Paul Université de Toulouse I et Ministère de l Ecologie En, la part des salaires dans la valeur ajoutée (ou dans le PIB) est un

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

La taxe fédérale sur les produits et services (TPS)

La taxe fédérale sur les produits et services (TPS) Raj K. Chawla La taxe fédérale sur les produits et services (TPS) est entrée en vigueur en 1991. Contrairement à la taxe sur les ventes des fabricants qu elle a remplacée, laquelle était perçue seulement

Plus en détail

Examen blanc assurance et gestion des risques

Examen blanc assurance et gestion des risques Examen blanc assurance et gestion des risques Mickaël Clévenot 17 mars 2014 1 Questions de cours pour tous Question 1) Il sera demandé aux étudiants de rappeler l un des axiomes de la méthodologie développée

Plus en détail

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement ANNEXE N 3 Médiateur de la Société générale Le rapport d activité de la médiation est uniquement interne, nous n avons donc pas pu en avoir connaissance Historique du dispositif de médiation C est le 15

Plus en détail

IDRI 2220: Relations Economiques internationales

IDRI 2220: Relations Economiques internationales Livre de référence IDRI 2220: Relations Economiques internationales Le cours est basé sur le livre de P. R. Krugman et M. Obstfeld "Economie internationale", ed. Pearson Education, édition française (2006).

Plus en détail

Communiqué. Les avantages de l assurance indexée par comparaison au système de garantie en vigueur au Maroc;

Communiqué. Les avantages de l assurance indexée par comparaison au système de garantie en vigueur au Maroc; Communiqué Centre Africain des Risques Catastrophiques African Centre for Catastrophe Risks Une étude sur «la conception d un modèle de gestion du risque sécheresse dans le domaine des céréales vient d'être

Plus en détail

Chapitre 2 - choix efficace et non-efficace des

Chapitre 2 - choix efficace et non-efficace des Chapitre 2 - choix efficace et non-efficace des firmes Arnold Chassagnon Université Paris-Dauphine (LEDA-SDFi) DU1 - Université Paris-Dauphine, 2009-2010 1 Analyse positive - analyse normative 1 Objectif

Plus en détail

Macroéconomie M1 : Paris 1 / ENS Cachan Travaux Dirigés 2010-2011 Interrogation écrite N 1 - Corrigé

Macroéconomie M1 : Paris 1 / ENS Cachan Travaux Dirigés 2010-2011 Interrogation écrite N 1 - Corrigé Macroéconomie M : Paris / ENS Cachan Travaux Dirigés 200-20 Interrogation écrite N - Corrigé Marc Sangnier - marcsangnier@ens-cachanfr Lundi 2 février 20 Durée : h30 Aucun document autorisé Calculatrice

Plus en détail

Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite

Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite CONSEIL D'ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière «Age et travail» - 11 juin 2002 Fiche n 6 Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite Cette note présente les conditions actuelles du

Plus en détail

Evaluation d impact de l accompagnement des demandeurs d emploi par les opérateurs privés de placement et le programme Cap vers l entreprise

Evaluation d impact de l accompagnement des demandeurs d emploi par les opérateurs privés de placement et le programme Cap vers l entreprise Evaluation d impact de l accompagnement des demandeurs d emploi par les opérateurs privés de placement et le programme Cap vers l entreprise Luc Behaghel, Bruno Crépon et Marc Gurgand Synthèse du rapport

Plus en détail

14-1 LES RESTES A CHARGE DES FAMILLES POUR LA GARDE D UN ENFANT DE MOINS DE TROIS ANS

14-1 LES RESTES A CHARGE DES FAMILLES POUR LA GARDE D UN ENFANT DE MOINS DE TROIS ANS 14-1 LES RESTES A CHARGE DES FAMILLES POUR LA GARDE D UN ENFANT DE MOINS DE TROIS ANS La mise en place de la prestation d accueil du jeune enfant (PAJE) en 2004, et plus particulièrement la création du

Plus en détail

1. La fonction de consommation keynésienne

1. La fonction de consommation keynésienne Rappels de cours Aix- Marseille Université - Faculté des Sciences Economiques Licence EM 1ère année - 2ème semestre Travaux dirigés de Macroéconomie Karine CONSTANT Gilles DE TRUCHIS 1. La fonction de

Plus en détail

1.3. Les principes de base en assurance invalidité

1.3. Les principes de base en assurance invalidité Chapitre 1 Mise en contexte de l assurance invalidité 17 1.3. Les principes de base en assurance invalidité Afin d'être en mesure de bien comprendre les notions relatives à l'assurance invalidité, il convient

Plus en détail

Les effets de la neutralisation de l Assurance Vieillesse des Parents au Foyer sur les montants de pensions du Régime Général

Les effets de la neutralisation de l Assurance Vieillesse des Parents au Foyer sur les montants de pensions du Régime Général CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 13 février 2008 à 9 h 30 «Evaluation du montant des droits familiaux» Document N 8 Document de travail, n engage pas le Conseil Les effets de la neutralisation

Plus en détail

Royaume-Uni. Conditions d ouverture des droits. Indicateurs essentiels. Royaume-Uni : le système de retraite en 2012

Royaume-Uni. Conditions d ouverture des droits. Indicateurs essentiels. Royaume-Uni : le système de retraite en 2012 Royaume-Uni Royaume-Uni : le système de retraite en 212 Le régime public comporte deux piliers (une pension de base forfaitaire et une retraite complémentaire liée à la rémunération), que complète un vaste

Plus en détail

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME ANNEXE VII, PJ n IX, page 1 ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 9 EFFETS D UNE DIMINUTION DES COTISATIONS SOCIALES EMPLOYEURS FINANCEE PAR LA CREATION D UN IMPOT SUR LE CHIFFRE

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

La demande de dispense de cotisations sociales

La demande de dispense de cotisations sociales La demande de dispense de cotisations sociales 012 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont été volontairement

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault

macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault Chapitre 2. L équilibre macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault 1 Introduction 2 3 Réponse donnée par le modèle IS/LM: Cadre considéré comme Keynésien 4 1. Le

Plus en détail

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire?

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire? DOCUMENT 1 : Le système de français : Le système de par répartition Ce système de est fondé sur l existence d une solidarité intergénérationnelle. A chaque période, les pensions de reçues par les retraités

Plus en détail

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle La monnaie : INTRODUCTION 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et HEG-Genève; Directeur Ecosys

Plus en détail

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés IV.B.2.c. Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés L étude de sensibilité est réalisée pour les profils cadre et non-cadre n entrainant pas de réversion et n ayant élevé aucun

Plus en détail

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 13. Théorie des options II Daniel Andrei Semestre de printemps 2011 Principes de Finance 13. Théorie des options II Printemps 2011 1 / 34 Plan I Stratégie de réplication dynamique

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers présentés par les régimes

Plus en détail

Réalisation Service de statistique. Impression (1'750 ex.) Imprimerie Montandon, Fleurier

Réalisation Service de statistique. Impression (1'750 ex.) Imprimerie Montandon, Fleurier MÉMENTO FINANCIER CANTON DE NEUCHÂTEL 213 Réalisation Service de statistique Impression (1'75 ex.) Imprimerie Montandon, Fleurier Renseignements complémentaires Service de statistique Rue du Château 19

Plus en détail

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Auteurs : Abdoulaye DIAGNE et Abdou-Aziz NIANG Introduction Ceci devrait contribuer à réduire l écart entre

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant ECO434, Ecole polytechnique, e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant Exercice : Choix intertemporel et Taux de Change Réel (TCR) On considère une petite économie ouverte dans laquelle deux

Plus en détail

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés*

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Chris D Souza et Alexandra Lai Jusqu à récemment, la réglementation en vigueur au

Plus en détail

Deux dispositifs de soutien au revenu des travailleurs modestes : le RSA activité et la PPE

Deux dispositifs de soutien au revenu des travailleurs modestes : le RSA activité et la PPE Deux dispositifs de soutien au revenu des travailleurs modestes : le RSA activité et la PPE Franck von Lennep Directeur de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques 17/09/2014 1 Un

Plus en détail

Une contribution aux études empiriques en économie de la croissance

Une contribution aux études empiriques en économie de la croissance Une contribution aux études empiriques en économie de la croissance Gregory Mankiw, David Romer, David Weil Quarterly Journal of Economics, Mai 1992 Résumé Cet article cherche à savoir si le modèle de

Plus en détail

BSI Economics La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan

BSI Economics La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan Partie 2: La source de l hyperinflation : un comportement rationnel d un Etat laxiste Résumé : - Il existe un

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document n 3 Document de travail, n engage pas le Conseil Les évolutions de pouvoir d

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 59 e réunion Distr. : restreinte 11 février 2014 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail