Epargne de précaution : quel potentiel d assurance contre le risque de chômage?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Epargne de précaution : quel potentiel d assurance contre le risque de chômage?"

Transcription

1 Epargne de précaution : quel potentiel d assurance contre le risque de chômage? Audrey Desbonnet EUREQua-Université Paris I septembre 2004 Résumé L ambition de cet article est de fournir une analyse quantitative de la capacité d assurance de l épargne de précaution eu égard à celle de l allocation chômage. A cette fin, un modèle de recherche d emploi avec aléa moral et épargne de précaution est construit. Deux systèmes exclusifs d assurance chômage et d épargne de précaution sont considérés afin d apprécier le potentiel d assurance de l épargne de précaution à la lumière de celui de l allocation chômage. En calibrant le modèle sur données françaises, il apparaît que l épargne de précaution permet une réduction du coût des fluctuations associées au risque de chômage comparable à celle que permet l association épargne de précaution/assurance chômage existante. Plus encore, elle offre un niveau d assurance supérieure au système d allocation chômage en vigueur. Mots-clé : inégalités, épargne de précaution, allocation-chômage Classification JEL : E24, D69, J65 Adresse : EUREQua, Université de Paris I Bd de l Hôpital, Paris Cedex

2 1 Introduction Depuis les travaux originels de Shavell et Weiss [1979], nombre d économistes se sont interrogés quant à l efficacité des programmes d indemnisation chômage : nature du profil optimal des allocations, durée d indemnisation, critères d éligibilité, effets désincitatifs. Plus rares sont ceux qui envisagent le problème de l optimalité à la lumière des autres sources d assurance. En effet, les agents peuvent, s auto-assurer, en épargnant au motif de précaution (supplément d épargne engendré par le caractère incertain que peut revêtir le revenu en raison du risque de chômage) pendant les périodes d emploi. La constitution d un capital financier en vue de soutenir la consommation lors d épisodes de chômage semble dépendre des modalités du système d allocation-chômage. L étude empirique menée par Hubbard, Skinner et Zeldes [1995] révèle que les décisions d épargne des ménages interagissent avec les mécanismes d assurance publique. L épargne de précaution pourrait offrir une assurance proche de celle que permet l allocation-chômage. Un certain nombre de travaux théoriques semblent, d ailleurs, valider cette idée. Dans un modèle à agents hétérogènes où les individus sont exposés à des risques idiosyncrasiques de revenu et contraints sur leurs liquidités, Aiyagari [1994] montre que l accumulation d un actif certain leur permettrait de se constituer une assurance non négligeable contre ces risques. Hansen et Imrohoroglu [1992], s attachent, les premiers, à évaluer le niveau optimal des allocations chômage en tenant compte des comportements d épargne. Ils considèrent une économie où l aléa moral porte sur l incapacité du principal à détecter parfaitement le refus d offre de travail. Les agents peuvent s auto assurer en épargnant une partie de leur revenu. Ils montrent que dans ce cadre le gain d assurance des allocations chômage est de faible ampleur. Dans la même lignée Wang et Williamson [2002] construisent un modèle dynamique de contrat optimal. A la différence, de Hansen et al., l aléa porte sur la difficulté du principal à observer parfaitement l effort de recherche du chômeur. Le résultat auquel ils aboutissent est de même nature. Enfin, Costain [1997], de par son analyse quantitative des coûts et bénéfices du système d assurance chômage menée dans un modèle de recherche d emploi en équilibre général aboutit à la conclusion suivant laquelle les bienfaits de 2

3 l allocation chômage en terme de lissage de la consommation sont minimes. Ceci serait dû au degré élevé de l auto assurance. Fort de ce constat, faut il pour autant considérer que l épargne de précaution, au même titre que l allocation chômage, est capable d assurer contre les risques individuels de revenu. A ce titre, Algan, Chéron, Hairault et Langot [2004] en comparant une économie d assurance complète à un système, soit d assurance chômage, soit d épargne de précaution, permettent de répondre à la question. Ils considèrent un modèle où les agents sont hétérogènes, de par leur position sur le marché du travail (employé ou chômeur) et de par leur richesse : suivant les trajectoires passées sur le marché du travail, les agents détiennent des niveaux d épargne de précaution différents. Le modèle, calibré sur données françaises, suppose que la durée de versement des allocations est inconditionnelle. Ils montrent que l auto assurance, si elle s avère être un bon substitut de l allocation chômage pour l individu moyen, elle augmente considérablement les inégalités transitoires et permanentes entre les individus. Si les résultats auxquels ils aboutissent indiquent que la littérature a de loin sur estimé les bienfaits de l auto assurance, en négligeant l inégalité que ce système induit, ils ne sont pas tout à fait comparables. En effet, ces derniers ignorent les problèmes d aléa moral inhérent au système d indemnisation chômage. Aussi, le présent papier se propose de tester la validité de tels résultats mis en exergue par Algan, et al. dans le cadre d un modèle amendé par l introduction d un aléa moral. Le cadre théorique privilégié s inscrit, donc, dans la continuité des travaux menés par Algan, Chéron, Hairault et Langot [2004]. Un modèle de recherche d emploi avec épargne de précaution et aléa moral est mis en oeuvre. Ce dernier porte sur la difficulté du principal à observer parfaitement l effort de l agent. Les individus ont un accès limité aux marchés financiers (l emprunt n est pas envisageable) qui, néanmoins, leur offre la possibilité de placer leur épargne sous la forme d un actif certain rémunéré. Ils choisissent le niveau d effort et de consommation compte tenu de la générosité du système d indemnisation chômage et du salaire, supposé exogène, A des fins de comparaison, deux systèmes exclusifs d assurance sont considérés : ils ne peuvent avoir 3

4 recours simultanément à l allocation chômage et l épargne de précaution lors des épisodes de chômage. Ils ont accès à l un ou l autre. Trois types d économies sont, alors envisagées : l une où l agent a accès simultanément au système d indemnisation chômage et aux marchés financiers (MF+AC) les deux autres n offrant qu un des deux systèmes d assurance. Lorsque le critère utilitariste prévaut dans l analyse du bien être, à un instant donné du temps, l accès aux deux types d assurance permet de se couvrir contre le risque de chômage mieux que l épargne de précaution seule. Cette dernière permet cependant, de lisser davantage la consommation que l allocation-chômage seule. Lorsque le bien être est évalué en tenant compte de l histoire entière de l agent, toujours selon le critère utilitariste, l épargne de précaution permet une couverture du risque de chômage supérieure à celle que permet l allocation chômage seule et couplée à l accès aux marchés financiers. Plus encore, Lorsque le critère rawlsien est retenu, le résultat précédent reste valide. La seconde section a pour objet de présenter le cadre théorique dans lequel l analyse est conduite. Lui succède une troisième section consacrée à la présentation de l étalonnage du modèle. Dans une quatrième section, on évalue le potentiel d assurance de l épargne de précaution eu égard au système d assurance chômage. La conclusion constitue la dernière section. 2 Le modèle de recherche d emploi L analyse est menée dans le cadre d un modèle simple de recherche d emploi avec aléa moral, calibré sur données françaises. Afin d apprécier la capacité d assurance de l épargne de précaution eu égard à l allocation chômage, ces deux formes d assurance sont comparées à l aune d une économie où les deux systèmes d assurance (allocationchômage et épargne de précaution) coexistent. Ainsi, trois économies sont envisagées : une économie en présence d allocation chômage et de marchés financiers (1) une économie avec allocation chômage uniquement (2) une économie avec marchés financiers uniquement (3) L économie considérée se caractérise par un risque sur le marché du travail : il existe 4

5 des probabilités non nulles de sortir de l emploi et de rester au chômage. Les agents sont adverses au risque. Les individus en emploi reçoivent un salaire, supposé exogène. En raison de chocs idiosyncrasiques, ils peuvent se retrouver sans emploi 1. En revanche, la sortie du chômage dépend de l effort que l individu au chômage consent à fournir. On suppose que la probabilité de sortie du chômage est d autant plus grande que l effort déployé est élevé. Si ce dernier accroît les chances de sortir du chômage, il n est pas sans affecter le bien être de l individu (désutilité de l effort). Le niveau d effort est choisi à la lumière du salaire qu il retrouvera s il sort du chômage et de la générosité du système d assurance chômage lorsque ce dernier existe. Les agents ont, lorsqu ils vivent dans l économie (1) ou (3), un accès limité au marché financier (ils ne peuvent pas s endetter) qui leur permettent de placer leur épargne à un taux d intérêt certain, exogène, et strictement positif. 2.1 L économiederéférence les agents peuvent compléter leur revenu issu de l allocation chômage en puisant dans leur épargne de précaution constituée lors des épisodes d emploi Epargne de précaution et allocation chômage Dans ce cadre, l agent employé reçoit un salaire amputé de la cotisation au système d assurance chômage. Un certain nombre d emplois peuvent être détruits au taux q, si bien que les individus sur ces postes deviennent chômeurs et touchent une allocation chômage b. L indemnité-chômage est supposée inconditionnelle : indépendante du nombre de périodes passées au chômage (non-dégressive), et il n y a pas de durée limite à l indemnisation. Les individus sont ex ante identiques. Les préférences des agents sont résumés par la fonction d utilité suivante, supposée additivement séparable dans le temps : ( ) X X β t π (s t /s t 1 )[U(c t ) v(h t )] s t t=0 1 On suppose que l agent ne quitte pas volontairement son emploi. Aussi, si l issue du choc idiosyncrasique lui est favorable, il ne refuse pas l offre de travail qui lui est faite 5

6 où β ]0; 1[ est le facteur d escompte psychologique et c t la consommation à la date t, h t étant l effort de recherche 2, U l utilité instantanée. U(c t ) est une fonction de type CRRA, croissante, deux fois différentiables et strictement concave avec U 0(0) =. où σ est l aversion au risque. c 1 σ t 1 1 σ v(h t ) indiqueladésutilitédel effort. Une recherche plus intense engendre une désutilité instantanée. Elle est de la forme v(h t )=γh t γ rend compte de l ampleur de la désutilité de l effort, c est à dire le coût en terme d utilité de la recherche d emploi. ce paramètre est, donc, strictement positif. La possibilité de connaître des épisodes de chômage assorti d une contrainte de liquidité incite les agents à épargner durant leurs périodes d emploi et à désépargner durant les périodes de chômage afin de lisser leur consommation, au delà de ce que l allocation-chômage leur permet. Ainsi, l état de chaque agent sur le marché du travail dépend est conditionné par son histoire individuelle sur le marché du travail. Le vecteur des variables d état pour le ménage est le vecteur (a,s) où a représente le stock d actifs financiers en début de période qui prend ses valeurs dans κ R + et s la réalisation spécifique à l agent des évènements idiosyncrasiques (sa situation au regard de l emploi : employé ou chômeur). Le programme résolu par un ménage écrit sous sa forme récursive, où V (a, e) et V (a, u) désignent les utilités intertemporelles des agents en emploi et au chômage : Le cas du chômeur V (a, u) = max U(c) v(h)+β π (h) V (a 0,e 0 )+(1 π (h) V (a 0,u 0 ) ) ª c 0,h s.c. c + a 0 = (1+r)a + b + z a La désutilité attachée au travail est ignorée. 6

7 z,a 0,r désignent respectivement le revenu issu de l activité domestique. le choix d actifs financiers de la période suivante et le taux d intérêt. π (h) correspond à la probabilité de sortie du chômage. La probabilité de retour à l emploi est supposée strictement croissante et concave. suivante π (h) =h ϕ où ϕ un paramètre compris entre 0 et 1. Il s en suit que la probabilité de recevoir aucune offre est 1 π (h). L allocation chômage, b est indexée sur le salaire en vigueur dans l économie : b = θw où θ n est autre que le ratio de remplacement supposé exogène. On en déduit, alors, la condition du premier ordre sur l effort h du chômeur : dv (a,u) dh le cas de l employé : =0 v dv(h) + β dπ(h) (V (a 0,e) V (a 0,u)) h = h h ϕβ(v (a 0,e) V (a 0,u)) γ i 1 1 ϕ V (a, e) = max U(c)+β (1 q)v (a 0,e)+qV (a 0,u 0 ) ª c 0 s.c. a 0 + c = (1+r)a + w(1 τ) a 0 0 où τ n estautrequeletauxdecotisationau système d indemnisation chômage. A tout moment, les recettes du système d assurance chômage sont égales aux dépenses Equilibre stationnaire Soit Π s,s 0(a) la probabilité qu un agent dans l état (a, s) se trouve à la période suivante dans une état (a0,s 0 ). Un équilibre stationnaire pour cette économie est la description, à l état stationnaire, pour un vecteur de prix donné (r, w), de l ensemble des règles de décisions c(a, s),h(a) et a 0 (a, s), des fonctions valeurs V (a, s), de la politique 7

8 du gouvernement en matière de financement du système d indemnisation chômage, τ, de la distribution de probabilité λ (a, s) et du vecteur de variables agrégées (A, C). L état stationnaire vérifie, alors : (i) Les règles de décision c(a, s) et a 0 (a, s) sont solutions du programme de maximisation des agents (ii) La distribution de probabilité est une distribution stationnaire vérifiant : λ ³a 0 0,s = X X Π s,s 0(a)λ (a, s) s a 0 (a,s) λ (a, s) n est autre que la proportion d individus dont le stock de richesse initial est a et dont la position sur le marché du travail est caractérisée par la variable aléatoire s. Cette grandeur s interprète aussi comme le temps passé par le ménage dans cet état ( en sachant qu il y a autant d états que de statut possible sur le marché du travail et de niveau de richesse). (iii) La richesse agrégée, ainsi que la consommation sont, alors, définies par : A = X X a 0 (a, s)λ (a, s) a s C = X X c(a, s)λ (a, s) a s (iv) la caisse d assurance chômage est équilibrée : τw X a λ (a, e) =b(1 X a λ (a, e)) 2.2 Les systèmes d assurance exclusifs Afin de juger du potentiel d assurance inhérent à l allocation chômage et à l épargne de précaution, deux économies sont construites. On considère dans un premier temps un monde dans lequel l agent n a pas accès aux marchés financiers. Toutefois, l agent, lorsqu il connaît un épisode de chômage, se voit verser une allocation chômage. Puis l inaccessibilité aux marchés financiers est levée mais il n existe pas de système public d assurance chômage. 8

9 2.2.1 L allocation chômage En l absence de marchés financiers, les agents employés consomment, à chaque période la totalité de leur salaire, les agents chômeurs consommant leur allocation chômage ainsi que leur production domestique. L état d un agent consiste uniquement en sont statut sur le marché du travail. En notant V e,v u les utilités intertemporelles des agents en emploi et au chômage, le programme de maximisation des individus, écrit sous la forme d équations de Bellman. ½ V e = U(w(1 τ)) + β[(1 q)v e + qv u ] V u = U(b + z) v(h)+β[π (h) V e +(1 π (h))v u ] La condition du premier ordre sur l effort h vérifie : dv u dh =0 h = ϕβ (Ve V u ) γ 1 1 ϕ A tout moment, la caisse du système d assurance chômage est équilibrée : où u désigne le taux de chômage. ub =(1 u)wτ Les flux de sortie du chômage sont égaux aux flux d entrée dans le chômage : q(1 u) =π (h) u L équilibre stationnaire de l économie sans marchés financiers est, alors, simplement défini par le vecteur (V e,v u,h,u,τ,) solution du système du système composé des cinq équations précédentes L épargne de précaution L économie est similaire à l économie de référence à un point près : les individus au chômage ne touchent pas d allocation chômage. Seul le problème du chômeur se trouve 9

10 quelque peu modifié. Il devient : V (a, u) = max U(c) v(h)+β π (h) V (a 0,e 0 )+(1 π (h) V (a 0,u 0 ) ) ª c 0,h s.c. c + a 0 = (1+r)a + z a 0 0 La condition du premier ordre sur l effort du chômeur reste valide. La définition de l équilibre stationnaire est inchangée, la condition (iv) disparaissant. 3 Calibrage Le modèle est calibré sur données françaises. Le calibrage s applique au différentes économies considérées. La période du modèle est le trimestre. Le facteur d escompte psycholique est, alors, fixé à 0.985, ce qui est habituellement retenu pour un étalonnement trimestriel. L aversion au risque est fixé à 2. La probabilité de destruction des emplois est calée sur Joseph et Weitzenblum [2000]. Aussi q vaut Le salaire est normalisé à 1. Le ratio de remplacement, ainsi que la production domestique sont fixés à l image de Algan, Chéron, Hairault, Langot [2004] : θ = 50% et z = 15% du revenu du travail. Enfin, ϕ et γ sont calibrés de façon à reproduire un taux de chômage de 10% et une durée moyenne du chômage de trois trimestres (Algan, Chéron, Hairault, Langot [2004]) si bien qu ils valent respectivement 0.3 et 5. Enfin, le taux d intérêt est fixé à 0.25%. Le calibrage des différents paramètres structurels sont récapitulés dans le tableau 1. Tab. 1 Etalonnage des paramètres structurels β σ q w θ z ϕ γ r % 1 50% 15% % 4 Résultats Quelle variation de consommation permanente, les individus ayant accès à l épargne de précaution et au système d indemnisation chômage doivent ils subir pour accepter 10

11 des systèmes d assurance exclusifs que sont l accès limité aux marchés financiers et l allocation chômage? C est à cette question, que cette section se propose de répondre. Au préalable, nous caractérisons l épargne de précaution qu elle soit accompagnée ou non de l allocation chômage. 4.1 Epargne de précaution : caractéristiques Le graphique ci dessous nous fournit les règles d épargne optimales (décisions d accumulation optimale en k(t +1)sachant que le niveau précédent était k(t)) dans une économie ou seule l auto-assurance permet de se couvrir contre le risque de chômage (MF) et une économie où les ménages peuvent s assurer contre le risque de chômage via les marchés financiers et grâce au système d assurance publique (MF+AC). On remarque que le travailleur, en l absence de système d indemnisation chômage, épargne (pour un motif de précaution) pour des valeurs du capital inférieures à 2.74, ce montant tombant à 0.35 lorsque le travailleur a accès au système d indemnisation chômage et aux marchés financiers. FIG. 1- Règles de décision d accumulation 11

12 En présence d allocation chômage, les agents semblent délaisser l épargne de précaution pour s assurer contre le risque de chômage. D ailleurs, le niveau moyen de richesse dans l économie le confirme : Tab. 2 Richesse moyenne de l économie AC+MF MF richesse moyenne Quel que soit le niveau d actifs, le chômeur désaccumule qu il est accès aux deux systèmes d assurance ou seulement aux marchés financiers. Toutefois, la désaccumulation est plus prononcée lorsque le chômeur se trouve dans l économie MF. La contrainte de liquidité est serrée pour des niveaux très faibles d actifs que l agent soit chômeur dans l économie MF ou MF+AC. Si les agents dans l économie MF sont contraints sur leur liquidité pour des niveaux d actifs plus élevés, ils sont, cependant, moins nombreux à buter sur leur contrainte de non endettement. Dans l économie MF, seulement 3% des chômeurs sont contraints sur leurs liquidités, alors qu ils sont 46.75% dans l économie MF+AC 4.2 Mesure du coût associé au risque de chômage Déterminer la fraction de consommation permanente qu il faut retirer ou ajouter à un individu vivant dans une économie où coexiste deux types d assurance (l épargne de précaution et l assurance chômage) afin de lui procurer un bien être identique à une économie où un seul type d assurance est accessible, nécessite, au préalable de définir le bien être collectif de l économie. Si on note, W, le bien être collectif de l économie, ce dernier vaut : W = X Z s=e,u κ λ(a, s)ψ(a, s) 1 ξ da L intérêt d une telle fonction est qu elle permet lors de l analyse du bien être de prendre en compte le degré d aversion collective aux inégalités. Pour ξ =0, lecritère utilitariste prévaut : on se soucie du bien être de l agent moyen. En revanche, lorsque 1 1 ξ 12

13 ξ, le critère rawlsien s applique : la société se préoccupe de l individu le plus mallotientermedebienêtre, c estàdirel agent chômeur sans richesse : le bien être collectif vaut, dans ce cas extrême W = λ(a, u)ψ(a, u). Ψ(a, s) =U(a, s) si la société souhaite prendre en considération uniquement le bien être à une date donnée du temps. Si, en revanche, la société préfère évaluer le bien être en tenant compte de l histoire entière de l agent, on aura Ψ(a, s) =V (a, s). 4.3 auto-assurance versus allocation-chômage Le tableau 3 indique en pourcentage la quantité de consommation qu il faut retirer (le signe est positif) ou ajouter (signe négatif) à l agent vivant dans l économie de référence (2 systèmes d assurance coexistent : l allocation chômage et l épargne de précaution) pour qu il soit indifférent en terme de bien être entre l économie de référence et une économie où un seul type d assurance est accessible : auto-assurance (MF) ou allocation chômage (AC) Tab. 3 Rôle de l épargne de précaution Ψ = U Ψ = V critère de bien être social MF AC MF AC ξ = % 0.522% % 0.522% ξ = -56% 51.03% % 18.61% D un point de vue du critère utilitariste, il apparaît que l auto assurance offre une couverture de risque supérieure à celle de l allocation chômage, lorsque l analyse est circonscrite à l inégalité à un point donné du temps. En effet, la perte de consommation permanente à subir est plus faible dans le cas d une économie avec marchés financiers uniquement en comparaison d une économie dotée uniquement d un système d indemnisation-chômage. Plus remarquable, l épargne de précaution permet de lisser davantage la consommation que ne le permettrait le couple allocation chômage-épargne de précaution, lorsque l histoire entière de l agent est considérée. Ce résultat tient probablement aux perspectives plus favorables en terme de retour à l emploi dans une économie où seuls les marchés financiers permettent de se couvrir partiellement contre le risque de chômage en comparaison d une économie avec système d indemnisation 13

14 chômage seulement, comme le suggère le taux de chômage. Tab. 4 Taux de chômage MF+AC AC MF taux de chômage 10.17% 9.63% 7.25% Sil analysesefondesurlecritèrerawlsien,onconstate,quelquesoitletyped inégalités considérées (transitoires ou permanentes) que l accès aux marchés financiers permet de s assurer contre le risque de chômage mieux que l allocation chômage et le couple allocation/épargne de précaution. l allocation chômage, de par sa générosité (50% du salaire) semble conduire de nombreux individus (ils sont presque 50% à être contraints sur leur richesse) sans emploi à réduire, de façon considérable, l effort de recherche nécessaire pour retrouver un emploi si bien qu ils demeurent de périodes en périodes sans emploi. La comparaison de l effort de recherche d un chômeur sans richesse consenti suivant l économie dans laquelle il se trouve semble conforter cette idée. Tab. 5 Effort de recherche d un chômeur sans richesse MF+AC AC MF effort de recherche Cette différence de niveau d effort de recherche se retrouve, d ailleurs pour des niveaux de richesse, non nuls, comme le confirme le graphique ci dessous. 14

15 FIG.2- Effort de recherche optimal 5 Conclusion Afin de mesurer le potentiel d assurance que recèle l épargne de précaution en comparaison de l allocation chômage, nous avons construit un modèle de recherche d emploi avec épargne de précaution et aléa moral. Trois économies sont considérées : une économie de référence où l agent bénéficie de l allocation chômage en cas d épisodes de chômage durant lesquels il peut puiser dans son épargne de précaution (MF+AC), une économie où un seul type d assurance est disponible : l épargne de précaution (MF) où l allocation chômage (AC). Pour identifier la capacité d assurance de l épargne de précaution, la variation de consommation permanente que l individu doit accepter pour être indifférent en terme de bien être entre l économie MF+AC et l économie MF et 15

16 l économie AC. L analyse révèle que l épargne de précaution permet d atteindre un niveau de bien être proche de l économie MF+AC et supérieur à celui de l allocation chômage lorsque l on raisonne sur l agent moyen, à un instant donné du temps. En revanche, lorsque les perspectives futures de l agent interviennent dans le bien être de l agent, l épargne de précaution offre une couverture contre le risque de chômage supérieure à l allocation chômage mais aussi à l association épargne de précaution/allocation chômage. Les résultats restent inchangés lorsque le bien être est envisagé suivant le critère rawlsien. La générosité de l assurance chômage considérée et l absence d éligibilité à l allocation chômage (l indemnité-chômage est supposée inconditionnelle) réduit l effort de recherche, donc, les chances de sortir du chômage, les confinant de périodes en périodes au chômage ainsi que le nombre d individus contraints sur leurs liquidités. 16

17 Références [1] Aiyagari, S., R., Uninsured Idiosyncratic Risk and Aggregate Saving, Quarterly Journal of Economics, vol. 109, pp , (1994). [2] Algan, Y., Chéron, A., Hairault, J-O, Langot F., Epargne de précaution et chômage : une évaluation quantitative de l auto-assurance, 2003, à paraître dans Annales d économie et statistiques [3] Algan, Y., Chéron, A., Hairault, J-O, Langot F., Self assurance and Inequality, à paraître dans Economic Letters, [4] Costain, J., Unemployment Insurance and Precautionary Saving, mimeo, Universitat Pompeu Fabra [5] Hansen, G., Imrohoroglu, A., The Role of Unemployment Insurance in an Economy with Liquidity Constraints and Moral Hazard, Journal of Political Economy, vol 100, n 1, , 1992 [6] Hubbard, R.G., Skinner, J., Zeldes, S.P., Precautionary Saving and Social Insurance, Journal of Political Economy, vol. 103, pp ,(1995) [7] Joseph, G., Weitzenblum, T., Allocations Chômage et Epargne de Précaution : Dynamique Transitoire vs Equilibre de Long Terme, document de travail MSE, octobre 2000 [8] Joseph, G., Weitzenblum, T., Optimal unemployment insurance : transitional dynamics vs steady state, Review of Economics Dynamics, Vol. 6 (4) pp , 2003 [9] Shavell, S., Weiss, L., The Optimal Payment of Unemployment Insurance Benefits Over Time, Journal of Political Economy, vol. 87, pp [10] Wang, C., Williamson, S., Moral asard, Optimal Unemployment Insurance and Experience rating, Journal of Monetary Economics, 49, ,

Wealth Effect on Labor Market Transitions

Wealth Effect on Labor Market Transitions Wealth Effect on Labor Market Transitions Yann Algan EUREQua - Université de Paris I algan@univ-paris1.fr Arnaud Chéron GAINS - Université du Maine & Cepremap acheron@univ-lemans.fr Jean-Olivier Hairault

Plus en détail

L influence de l épargne de précaution sur la recherche d emploi

L influence de l épargne de précaution sur la recherche d emploi REVENUS L influence de l épargne de précaution sur la recherche d emploi Yann Algan et Antoine Terracol* L étude de l incidence des dispositifs d assurance chômage sur l offre de travail s est limitée

Plus en détail

ESSEC Cours Wealth management

ESSEC Cours Wealth management ESSEC Cours Wealth management Séance 9 Gestion de patrimoine : théories économiques et études empiriques François Longin 1 www.longin.fr Plan de la séance 9 Epargne et patrimoine des ménages Analyse macroéconomique

Plus en détail

Épargne de précaution et chômage : une évaluation quantitative de l'auto-assurance

Épargne de précaution et chômage : une évaluation quantitative de l'auto-assurance ANNALES D ÉCONOMIE ET DE STATISTIQUE. N 74 2004 Épargne de précaution et chômage : une évaluation quantitative de l'auto-assurance Yann ALGAN *, Arnaud CHÉRON **, Jean-Olivier HAIRAULT ***, François LANGOT

Plus en détail

DEA Université de Paris 1. Equilibre général, chômage et assurance incomplète. Le Modèle d Aiyagari [QJE,1994]

DEA Université de Paris 1. Equilibre général, chômage et assurance incomplète. Le Modèle d Aiyagari [QJE,1994] DEA Université de Paris 1 Equilibre général, chômage et assurance incomplète Le Modèle d Aiyagari [QJE,1994] François Langot GAINS (Le Mans) & Cepremap 24 mars 2004 1 Risques spécifiques de revenu A chaque

Plus en détail

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER Epargne et emprunt Calcul actuariel Plan du cours Préambule : la contrainte budgétaire intertemporelle et le calcul actuariel I II III Demandes d épargne

Plus en détail

THOMAS WEITZENBLUM. Situation courante : Professeur à l Université du Maine EMPLOIS FORMATION ET DIPLOMES

THOMAS WEITZENBLUM. Situation courante : Professeur à l Université du Maine EMPLOIS FORMATION ET DIPLOMES THOMAS WEITZENBLUM GAINS, Université du Maine Faculté de Droit, des Sciences Economiques et de Gestion Avenue Olivier Messiaen 72000 LE MANS E-mail : thomas.weitzenblum@univ-lemans.fr Né le 22 mai 1973

Plus en détail

Premier modèle - Version simple

Premier modèle - Version simple Chapitre 1 Premier modèle - Version simple Les individus vivent chacun six générations successives d adultes, chacune d une durée de dix ans, sans distinction faite entre les individus d une même génération.

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne hapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne I : La fonction de consommation keynésienne II : Validations et limites de la fonction de consommation keynésienne III : Le choix de consommation

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

Choix sous incertitude

Choix sous incertitude 1/38 à l analyse microéconomique - Monitorat ENS (2014-2015) Janvier 2015 2/38 Plan du cours 1 2 3 4 5 3/38 Dans les chapitres précédents, hypothèse implicite de situations certaines et d information parfaite

Plus en détail

Pour une réforme de l assurance chômage des 50 ans et plus

Pour une réforme de l assurance chômage des 50 ans et plus EDHEC BUSINESS SCHOOL PÔLE DE RECHERCHE EN ÉCONOMIE, ÉVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES ET RÉFORME DE L'ÉTAT 393-400 promenade des Anglais 06202 Nice Cedex 3 Tél. : +33 (0)4 93 18 32 53 Fax : +33 (0)4

Plus en détail

Economie de l information

Economie de l information 1 Introduction Economie de l information Les méthodes de la microéconomie peuvent être appliquées à tout problème particulier de la vie économique De nombreuses études sont consacrées à des marchés ou

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

Impact d un choc budgétaire sur la consommation privée dans une économie. avec contraintes de liquidité et épargne de précaution.

Impact d un choc budgétaire sur la consommation privée dans une économie. avec contraintes de liquidité et épargne de précaution. Impact d un choc budgétaire sur la consommation privée dans une économie avec contraintes de liquidité et épargne de précaution sous la direction d Edouard Challe Laura BERTHET Mémoire de recherche Sciences

Plus en détail

le Rôle de l Information M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012

le Rôle de l Information M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012 6 le Rôle de l Information - M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012 Plan du cours 1. Probabilités subjectives 2. Arrivée symétrique de l information 3. Information asymétrique

Plus en détail

Recherche d emploi : entre assurance et incitation 1

Recherche d emploi : entre assurance et incitation 1 Recherche d emploi : entre assurance et incitation 1 Solenne Tanguy 2 EUREQua, Université Paris 1 Mars 2004 1 Je tiens à remercier Pierre Cahuc, François Fontaine et André Zylberberg pour leurs précieux

Plus en détail

Epargne : définitions, formes et finalités.

Epargne : définitions, formes et finalités. Epargne : définitions, formes et finalités. 1) Définitions de l épargne. Le dictionnaire Larousse définit l épargne comme une «fraction du revenu individuel ou national qui n est pas affectée à la consommation»,

Plus en détail

Partie I Une première définition des agents économiques et des opérations

Partie I Une première définition des agents économiques et des opérations Partie I Une première définition des agents économiques et des opérations Attac 05_06_03 Dans un premier temps, nous distinguerons quatre agents et une catégorie générale rendant compte de relations avec

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

Les débats sur l évolution des

Les débats sur l évolution des D o c u m e n t d e t r a v a i l d e l a B r a n c h e R e t r a i t e s d e l a C a i s s e d e s d é p ô t s e t c o n s i g n a t i o n s n 9 8-0 7 C o n t a c t : La u re nt V e r n i è r e 0 1 4

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU 1 CHAPITRE 3: L ASYMÉTRIE D INFORMATION NOTIONS IMPORTANTES: Asymétrie d information Antisélection (ou sélection

Plus en détail

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins études résultats et N 603 octobre 2007 Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins Une enquête a été effectuée par la DREES au deuxième trimestre 2006 auprès de personnes

Plus en détail

Négociation assurance-chômage

Négociation assurance-chômage Négociation assurance-chômage Proposition de document-cadre pour l accord national interprofessionnel relatif à l indemnisation du chômage 1 Eléments synthétiques de diagnostic Créé et géré par les partenaires

Plus en détail

mais on suppose maintenant que ses préférences sont représentées par la fonction

mais on suppose maintenant que ses préférences sont représentées par la fonction Ecole Nationale de la Statistique et de l Administration Economique 2ème année, 1er semestre, 2007/2008 Examen de Macroéconomie Stéphane Gauthier 2 heures, sans document ni calculatrice 1. Questions de

Plus en détail

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE.

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. Synthèse des travaux réalisés 1. Problématique La question D7 du plan d exécution du Programme National de Recherches

Plus en détail

Cours Marché du travail et politiques d emploi

Cours Marché du travail et politiques d emploi Cours Marché du travail et politiques d emploi L offre de travail Pierre Cahuc/Sébastien Roux ENSAE-Cours MTPE Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 1 / 48 Introduction Introduction Examen

Plus en détail

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Modèle IS/LM Le modèle IS/LM, conçu par John Hicks en 1937, est généralement

Plus en détail

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? Ménages et consommation 1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? question 1: comment le revenu des ménages est-il réparti? question 2: quelle est l influence

Plus en détail

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage?

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Etudes Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Table des matières Introduction...7 Objectif, méthodologie

Plus en détail

THÈME 1. Ménages et consommation

THÈME 1. Ménages et consommation THÈME 1 Ménages et consommation 1 Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? SENSIBILISATION Étape 1 D où provient l argent des ménages? Revenus «primaires» Du travail

Plus en détail

L INCERTITUDE, LE TEMPS. Mars 2002

L INCERTITUDE, LE TEMPS. Mars 2002 L INCERTITUDE, LE TEMPS ET LA THÉORIE DE L UTILITÉ PHILIPPE WEIL ECARES, UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES IEP PARIS CEPR ET NBER Mars 2002 Les décisions économiques sont affectées par l incertitude c est

Plus en détail

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME ANNEXE VII, PJ n IX, page 1 ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 9 EFFETS D UNE DIMINUTION DES COTISATIONS SOCIALES EMPLOYEURS FINANCEE PAR LA CREATION D UN IMPOT SUR LE CHIFFRE

Plus en détail

RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415

RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415 RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415 CCE 2014-2415 Rapport technique 2014 22 décembre 2014 2 CCE 2014-2415 3 CCE 2014-2415 Le tableau 1 présente les principaux indicateurs du contexte macro-économique belge

Plus en détail

Chapitre 1: Introduction à la théorie de l équilibre à prix fixes

Chapitre 1: Introduction à la théorie de l équilibre à prix fixes Chapitre 1: Introduction à la théorie de l équilibre à prix fixes L3 Eco-Gestion/ Faculté de Droit, Sciences Economiques et de Gestion Plan 1 Rappels sur l utilité espérée La représentation des événements

Plus en détail

Réformer l'indémnisation des chômeurs : plus de redistribution et moins d'assurance

Réformer l'indémnisation des chômeurs : plus de redistribution et moins d'assurance EDHEC BUSINESS SCHOOL PÔLE DE RECHERCHE EN ÉCONOMIE, ÉVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES ET RÉFORME DE L'ÉTAT 393-400 promenade des Anglais 06202 Nice Cedex 3 Tél. : +33 (0)4 93 18 32 53 Fax : +33 (0)4

Plus en détail

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT PIB + M = CF+ FBCF + S + X Demande intérieure Valeur 2006 en milliard s d'euros ) Évolutions en volume au prix de l'année précédente Évolutions en volume au prix de l'année précédente

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant ECO434, Ecole polytechnique, e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant Exercice : Choix intertemporel et Taux de Change Réel (TCR) On considère une petite économie ouverte dans laquelle deux

Plus en détail

The Impact of Public Intervention on Self-Insurance and Insurance Activities in Risky Forest Management

The Impact of Public Intervention on Self-Insurance and Insurance Activities in Risky Forest Management The Impact of Public Intervention on Self-Insurance and Insurance Activities in isky Forest Management BUNETTE Marielle BETA-EGLES et LEF) : Marielle.Brunette@univ-nancy2.fr COUTUE Stéphane LEF) : couture@nancy-engref.inra.fr

Plus en détail

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France?

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? (DGTrésor) 1. Indépendamment de facteurs d offre et de demande, qui jouent indéniablement sur les prix,

Plus en détail

Contexte - 2 - Colloque Santé et Société Mai 2015

Contexte - 2 - Colloque Santé et Société Mai 2015 www.irdes.fr Quel impact attendre de la généralisation de la complémentaire santé d entreprise sur le taux de non couverture en France? Une simulation à partir de l Enquête Santé et Protection Sociale

Plus en détail

Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg

Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg QA3169.08 Question La crise du marché financier, dont l origine se trouve aux Etats-Unis,

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Formules et Approches Utilisées dans le Calcul du Coût Réel

Formules et Approches Utilisées dans le Calcul du Coût Réel Formules et Approches Utilisées dans le Calcul du Coût Réel Objectifs du Taux Annuel Effectif Global (TAEG) et du Taux d Intérêt Effectif (TIE) Le coût réel d un crédit inclut non seulement l intérêt,

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

Ecole Polytechnique Macroéconomie avancée-eco 553 Chapitre 2 : Epargne, accumulation du capital et croissance

Ecole Polytechnique Macroéconomie avancée-eco 553 Chapitre 2 : Epargne, accumulation du capital et croissance Ecole Polytechnique Macroéconomie avancée-eco 553 Chapitre 2 : Epargne, accumulation du capital et croissance Pierre Cahuc Septembre 28 Table des matières 1 Le modèle de croissance néoclassique 2 1.1 Le

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée V2.3 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables)

Plus en détail

Programme «Société et Avenir»

Programme «Société et Avenir» Programme «Société et Avenir» Rapport final volet «Synthèse de recherche» 1 CONTRAT DE RECHERCHE : TA/00/23 ACRONYME DU PROJET : REFBARIN TITRE : «RÉFORME DU MARCHÉ DES BIENS ET SERVICES, NÉGOCIATION SALARIALE

Plus en détail

LSM2 : un modèle avec secteur bancaire pour le Luxembourg

LSM2 : un modèle avec secteur bancaire pour le Luxembourg LSM2 : un modèle avec secteur bancaire pour le Luxembourg Szabolcs Deák 1 - Lionel Fontagné 2 - Marco Maffezzoli 3 - Massimiliano Marcellino 4 Introduction Les modèles dynamiques stochastiques d équilibre

Plus en détail

Introduction : pour une refonte générale de notre système de retraite

Introduction : pour une refonte générale de notre système de retraite Introduction : pour une refonte générale de notre système de retraite Conséquence de l empilement des régimes et de modes de calculs complexes, nul ne sait exactement quels seront ses droits à la retraite.

Plus en détail

LE TRAVAIL SAISONNIER constitue depuis longtemps

LE TRAVAIL SAISONNIER constitue depuis longtemps Travail saisonnier et utilisation de l assurance-emploi Shawn de Raaf, Costa Kapsalis et Carole Vincent LE TRAVAIL SAISONNIER constitue depuis longtemps un aspect important du marché du travail canadien.

Plus en détail

L effet joint de l auto-protection et de l auto-assurance en santé

L effet joint de l auto-protection et de l auto-assurance en santé L effet joint de l auto-protection et de l auto-assurance en santé Fabrice YAFIL CERESUR, Université de la Réunion, Faculté de Droit et d Economie, 5 avenue René Cassin, BP 75, 9775 Saint Denis Cedex 9,

Plus en détail

Chapitre 1 : La consommation et l épargne

Chapitre 1 : La consommation et l épargne Chapitre 1 : La consommation et l épargne - 7 - Dans ce chapitre vous allez : - Distinguer les différents types de consommation. - Découvrir de quels facteurs dépend la consommation. - Étudier ce qu est

Plus en détail

Existe-t-il un taux d endettement optimal des États?

Existe-t-il un taux d endettement optimal des États? Existe-t-il un taux d endettement optimal des États? Nicolas Marceau, CIRPÉE et UQÀM mai 2003 Existe-t-il un taux d endettement optimal des États? 1 Plan de la présentation 1. Équivalence ricardienne 2.

Plus en détail

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE Michel MOUILLART Directeur Scientifique de l Observatoire de l Endettement des Ménages

Plus en détail

La prise en charge du délai de carence des arrêts maladie en France: Déterminants et impact sur l absentéisme

La prise en charge du délai de carence des arrêts maladie en France: Déterminants et impact sur l absentéisme La prise en charge du délai de carence des arrêts maladie en France: Déterminants et impact sur l absentéisme Catherine Pollak DREES Séminaire Arrêts de travail 20 mai 2014 5/21/2014 1 Introduction Contexte

Plus en détail

L équité dans le financement du système d indemnisation du préjudice corporel

L équité dans le financement du système d indemnisation du préjudice corporel L équité dans le financement du système d indemnisation du préjudice corporel Quelques éléments de réflexion, beaucoup d incertitudes Pierre-Yves Geoffard 1 L analyse économique identifie au moins deux

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

LES FRANÇAIS, L ÉPARGNE & LA RETRAITE

LES FRANÇAIS, L ÉPARGNE & LA RETRAITE 201 LES FRANÇAIS, L ÉPARGNE & LA RETRAITE Jérôme JAFFRÉ Directeur du Centre d Études et de Connaissances sur l Opinion Publique Jean-Pierre GAILLARD Président du Cercle des Epargnants Philippe CREVEL Secrétaire

Plus en détail

Attitude des ménages face au risque. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2014

Attitude des ménages face au risque. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2014 Attitude des ménages face au risque - M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2014 Plan du cours 1. Introduction : demande de couverture et comportements induits pa 2. Représentations

Plus en détail

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX 1. L effet d une variation du revenu. Les lois d Engel a. Conditions du raisonnement : prix et goûts inchangés, variation du revenu (statique comparative) b. Partie

Plus en détail

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

Simulation d application des règles CNAV AGIRC ARRCO sur des carrières type de fonctionnaires d Etat

Simulation d application des règles CNAV AGIRC ARRCO sur des carrières type de fonctionnaires d Etat CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs et public» Document N 9 Document de travail, n engage pas le Conseil Simulation

Plus en détail

Examen blanc assurance et gestion des risques

Examen blanc assurance et gestion des risques Examen blanc assurance et gestion des risques Mickaël Clévenot 17 mars 2014 1 Questions de cours pour tous Question 1) Il sera demandé aux étudiants de rappeler l un des axiomes de la méthodologie développée

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

PRIME D UNE OPTION D ACHAT OU DE VENTE

PRIME D UNE OPTION D ACHAT OU DE VENTE Université Paris VII - Agrégation de Mathématiques François Delarue) PRIME D UNE OPTION D ACHAT OU DE VENTE Ce texte vise à modéliser de façon simple l évolution d un actif financier à risque, et à introduire,

Plus en détail

Une famille, deux pensions

Une famille, deux pensions famille, deux pensions Susan Poulin Au cours du dernier quart de siècle, la proportion de familles composées de deux conjoints mariés ayant tous deux un emploi a augmenté de façon phénoménale. En 1994,

Plus en détail

Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française.

Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française. 1.8 2 2.2 2.4 2.6 Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française Marc Ferracci 1. Introduction : constats et objectifs Depuis

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée Basé sur les notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables) Elle fait

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD

COMMENTAIRE. Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD 16 juillet 213 LES MÉNAGES CANADIENS SONT PLUS ENDETTÉS QUE LES MÉNAGES AMÉRICAINS, MAIS UNIQUEMENT PAR SUITE DU RÉCENT DÉSENDETTEMENT AUX ÉTATS-UNIS Faits saillants

Plus en détail

Solde Courant et Choix Intertemporel

Solde Courant et Choix Intertemporel Solde Courant et Choix Intertemporel Grégory Corcos et Isabelle Méjean ECO 434: Economie Internationale Ecole Polytechnique, 2ème Année http://isabellemejean.com/eco434 InternationalEconomics.html Plan

Plus en détail

Mémoire d actuariat - promotion 2010. complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains.

Mémoire d actuariat - promotion 2010. complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains. Mémoire d actuariat - promotion 2010 La modélisation des avantages au personnel: complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains. 14 décembre 2010 Stéphane MARQUETTY

Plus en détail

Interpréter correctement l évolution de la part salariale.

Interpréter correctement l évolution de la part salariale. Interpréter correctement l évolution de la part salariale. Gilles Saint-Paul Université de Toulouse I et Ministère de l Ecologie En, la part des salaires dans la valeur ajoutée (ou dans le PIB) est un

Plus en détail

Le cadre d analyse utilisé par la Banque du Canada pour évaluer la vulnérabilité du secteur des ménages

Le cadre d analyse utilisé par la Banque du Canada pour évaluer la vulnérabilité du secteur des ménages Le cadre d analyse utilisé par la Banque du Canada pour évaluer la vulnérabilité du secteur des ménages Ramdane Djoudad INTRODUCTION L évolution du service de la dette des ménages en proportion du revenu

Plus en détail

Définitions. Définitions sur le logement

Définitions. Définitions sur le logement Définitions sur le logement Logement Un logement est défini par son utilisation : c est un local séparé et indépendant utilisé pour l habitation. Il doit être séparé d autres locaux par des murs ou cloisons

Plus en détail

Selon les prévisions actuelles,

Selon les prévisions actuelles, Qui épargne pour la retraite? Karen Maser Selon les prévisions actuelles, près de 23 % de la population aura 65 ans ou plus en 2031, ce qui représente une nette progression par rapport au pourcentage de

Plus en détail

Le théorème des deux fonds et la gestion indicielle

Le théorème des deux fonds et la gestion indicielle Le théorème des deux fonds et la gestion indicielle Philippe Bernard Ingénierie Economique& Financière Université Paris-Dauphine mars 2013 Les premiers fonds indiciels futent lancés aux Etats-Unis par

Plus en détail

Le parcours professionnel des chômeurs de longue durée en Suisse

Le parcours professionnel des chômeurs de longue durée en Suisse Le parcours professionnel des chômeurs de longue durée en Suisse Cet article présente les premiers résultats d un projet de recherche qui étudie le parcours professionnel de personnes confrontées au chômage

Plus en détail

Préparé pour : M. Hubert REER Par : Jean Le Conseiller

Préparé pour : M. Hubert REER Par : Jean Le Conseiller Préparé pour : M. Hubert REER Par : Jean Le Conseiller Planiste Ltée. 485 McGill, Bureau 400 - Montréal (Québec) H2Y 2H4 Téléphone :(514) 904-0934 - Sans frais :1 (866) 904-0934 - Télécopieur :(514) 904-0936

Plus en détail

Dexia Employee Benefits Une politique de rémunération efficace et sur mesure pour votre entreprise

Dexia Employee Benefits Une politique de rémunération efficace et sur mesure pour votre entreprise Dexia Employee Benefits Une politique de rémunération efficace et sur mesure pour votre entreprise CORPORATE BANKING 2 3 L importance d une politique de rémunération efficace Le succès de votre entreprise

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Arnaud Marchand et Olivier Jérusalmy Réseau Financité L attirance des Belges pour le compte d épargne est loin d être fortuite. Deux facteurs principaux

Plus en détail

Derrière les grands titres à la une des journaux :

Derrière les grands titres à la une des journaux : Derrière les grands titres à la une des journaux : À qui le plafond plus élevé du céli profite-t-il vraiment? (Resumé) PAR Jonathan Rhys Kesselman* Juin 2015 * Jonathan Rhys Kesselman occupe la chaire

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception Service des Études économiques et de la Prospective Délégation pour la planification Décembre 2006 L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception La mesure du pouvoir d achat des ménages

Plus en détail

L impact de l assurance chômage et de l assistance chômage sur le chômage d équilibre

L impact de l assurance chômage et de l assistance chômage sur le chômage d équilibre ANNALES D ÉCONOMIE ET DE STATISTIQUE. N 53 1999 L impact de l assurance chômage et de l assistance chômage sur le chômage d équilibre Etienne LEHMANN* RÉSUMÉ. Dans ce papier, nous étudions les effets de

Plus en détail

Cartes sur table. Pour une justice. sociale. et fiscale. Quatre propositions concrètes

Cartes sur table. Pour une justice. sociale. et fiscale. Quatre propositions concrètes Cartes sur table Pour une justice sociale et fiscale Quatre propositions concrètes AVERTISSEMENT La mission de la Fondation Jean-Jaurès est de faire vivre le débat public et de concourir ainsi à la rénovation

Plus en détail

Une décomposition du non-emploi en France

Une décomposition du non-emploi en France MARCHÉ DU TRAVAIL Une décomposition du non-emploi en France Guy Laroque et Bernard Salanié* «Grande est notre faute, si la misère de nos pauvres découle non pas de lois naturelles, mais de nos institutions».

Plus en détail

Le travail indépendant passé 50 ans : le rôle de la richesse individuelle et des coûts de création d entreprise

Le travail indépendant passé 50 ans : le rôle de la richesse individuelle et des coûts de création d entreprise ENTREPRISE Le travail indépendant passé 50 ans : le rôle de la richesse individuelle et des coûts de création d entreprise Raquel Fonseca *, Pierre-Carl Michaud * et Thepthida Sopraseuth ** Dans une économie

Plus en détail

Évaluation et recommandations

Évaluation et recommandations ÉVALUATION ET RECOMMANDATIONS 13 Évaluation et recommandations Les personnes souffrant de troubles mentaux s intègrent mal sur le marché du travail. En Belgique, par rapport aux personnes qui ont une bonne

Plus en détail

Royaume-Uni. Conditions d ouverture des droits. Indicateurs essentiels. Royaume-Uni : le système de retraite en 2012

Royaume-Uni. Conditions d ouverture des droits. Indicateurs essentiels. Royaume-Uni : le système de retraite en 2012 Royaume-Uni Royaume-Uni : le système de retraite en 212 Le régime public comporte deux piliers (une pension de base forfaitaire et une retraite complémentaire liée à la rémunération), que complète un vaste

Plus en détail

9 Investissement et intérêt

9 Investissement et intérêt 9 Investissement et intérêt Jean Magnan de Bornier Table des matières 1 La rentabilité des investissements 2 1.1 Actualisation............................ 2 1.2 Valeur Actuelle Nette........................

Plus en détail

Université des Sciences Sociales de Toulouse. TD3 L asymétrie d information

Université des Sciences Sociales de Toulouse. TD3 L asymétrie d information Université des Sciences Sociales de Toulouse Année Universitaire 2008 2009 Micro-économie - Semestre 5 - Cours de Isabelle Dubec et Yolande Hiriart TD3 L asymétrie d information Exercice 1. Les affirmations

Plus en détail

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels Etab=MK3, Timbre=G430, TimbreDansAdresse=Vrai, Version=W2000/Charte7, VersionTravail=W2000/Charte7 Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Plus en détail

COORDINATION NON COOPÉRATIVE: MÉTHODES D ENCHÈRES

COORDINATION NON COOPÉRATIVE: MÉTHODES D ENCHÈRES COORDINATION NON COOPÉRATIVE: MÉTHODES D ENCHÈRES Cours 6c Principe Protocole centralisé, un commissaire-priseur/vendeur (auctioneer) et plusieurs enchérisseurs/acheteurs (bidders) Le commissaire-priseur

Plus en détail